RECOMMANDATIONS DE LA PRISE EN CHARGE DIETETIQUE EN NUTRITION ENTERALE. Vendredi 16 mai

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RECOMMANDATIONS DE LA PRISE EN CHARGE DIETETIQUE EN NUTRITION ENTERALE. Vendredi 16 mai"

Transcription

1 RECOMMANDATIONS DE LA PRISE EN CHARGE DIETETIQUE EN NUTRITION ENTERALE Vendredi 16 mai

2 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE Le texte des recommandations a été élaboré par un groupe de travail à partir de l analyse de la littérature scientifique et de la documentation professionnelle existantes Vendredi 16 mai

3 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE Le travail présenté a pour but de donner un exemple de mise en pratique de ces recommandations dans le domaine de la nutrition entérale. Vendredi 16 mai

4 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE L objectif fixé n est pas de dresser la liste des différents produits et matériels car cela existe largement dans la littérature spécialisée et nécessite une mise à jour fréquente Vendredi 16 mai

5 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE De même il n a pas été envisagé de présenter un descriptif exhaustif des marchés publics, appels d offres et cahiers des charges Vendredi 16 mai

6 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE mais plutôt d insister sur le rôle et la présence indispensable des diététiciens lors de l analyse et de l élaboration. Vendredi 16 mai

7 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE La nutrition entérale est une activité clinique, qui appartient au domaine de compétences du diététicien, au même titre que les autres prises en charge Vendredi 16 mai

8 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE La prise en charge en nutrition entérale assurée par un diététicien est un acte de soins Vendredi 16 mai

9 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE qui s inscrit dans la globalité de la prise en charge d un patient, en interaction avec les autres professionnels Vendredi 16 mai

10 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE Elle exige une présence quotidienne au sein de l équipe soignante Vendredi 16 mai

11 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE Le diététicien qui effectue le suivi continu des ingesta est à même d alerter les différents partenaires Vendredi 16 mai

12 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE sur la nécessité de la mise en place d une nutrition entérale Vendredi 16 mai

13 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE Le diététicien peut assurer une veille technologique du fait de sa connaissance Vendredi 16 mai

14 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE des produits disponibles sur le marché et des différents dispositifs et pompes Vendredi 16 mai

15 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DES RECOMMANDATIONS Vendredi 16 mai

16 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DES RECOMMANDATIONS Ce document peut servir de référentiel à la mise en place d une démarche qualité dans le domaine de la prise en charge diététique en nutrition entérale Vendredi 16 mai

17 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DES RECOMMANDATIONS Apporter une aide aux diététiciens pour réaliser un acte diététique conforme aux attendus et servir pour l enseignement aux étudiants en diététique Vendredi 16 mai

18 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DES RECOMMANDATIONS Elles s adressent aux diététiciens exerçant dans les établissements de santé publics ou privés Vendredi 16 mai

19 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DES RECOMMANDATIONS Elles correspondent à un accord professionnel, en l absence de sources documentaires disponibles Vendredi 16 mai

20 PROFESSIONS DE SANTE CONCERNEES Le contexte est interprofessionnel Le médecin Le diététicien L infirmier L aide soignant Vendredi 16 mai

21 LA DEMARCHE DE SOIN 1. Initiation de la prise en charge Étape de recueil des données et d évaluation qui aboutit à un bilan diététique qui permet d établir le diagnostic diététique Vendredi 16 mai

22 LA DEMARCHE DE SOIN 2. Mise en place de la stratégie diététique La stratégie est à la fois thérapeutique et/ou éducative pour que le patient puisse acquérir une certaine autonomie vis à vis de cette nutrition particulière Vendredi 16 mai

23 LA DEMARCHE DE SOIN 3. Évaluation et suivi des interventions Le diététicien évalue auprès du patient l acceptabilité des mesures mises en place et la tolérance digestive? Vendredi 16 mai

24 LA DEMARCHE DE SOIN 4. Préparation retour à domicile ou structure d accueil En fin d hospitalisation, le diététicien doit établir une fiche de suivi comprenant tous les renseignements sur le mode de nutrition entérale mise en place Vendredi 16 mai

25 ASPECTS PRATIQUES Les indications de la nutrition entérale - quand? - comment? - pourquoi? Vendredi 16 mai

26 ASPECTS TECHNIQUES Les modes d administration Les techniques d administration Les produits Le matériel Vendredi 16 mai

27 REGLEMENTATION Les textes réglementaires Les marchés publics La démarche diététique dans la procédure d appel d offres Vendredi 16 mai

28 REGLEMENTATION La matériovigilance L élimination des déchets Vendredi 16 mai

29 LA NUTRITION ENTERALE A DOMICILE Les différents modes de prise en charge L intervention interprofessionnelle ( exemple de cahier des charges avec prestataires de service) Vendredi 16 mai

30 LA NUTRITION ENTERALE A DOMICILE La responsabilité de l équipe hospitalière ( exemple de fiches d initiation d une nutrition entérale de suivi d un patient en NED ) Vendredi 16 mai

DEMARCHE DE SOINS DIETETIQUES

DEMARCHE DE SOINS DIETETIQUES DEMARCHE DE SOINS DIETETIQUES Par Carole Meilhat Au vue de l évolution thérapeutique diététique, il nous parait essentiel de vous présenter un outil auquel doit se former tous les diététiciens. Cette démarche

Plus en détail

L éducation du patient diabétique au CHRSO. Paulette LION Marie-Hélène OLIVE

L éducation du patient diabétique au CHRSO. Paulette LION Marie-Hélène OLIVE L éducation du patient diabétique au CHRSO Paulette LION Marie-Hélène OLIVE En hospitalisation L infirmière d éducation intervient: Dans le service de médecine interne et d HPDD Dans le service de gynéco-obstétrique

Plus en détail

Handicap, autonomie et soins quotidiens

Handicap, autonomie et soins quotidiens Handicap, autonomie et soins quotidiens élargie aux aidants Michèle Lantenant et coll. Maison de la Mutualité Hospitalisation A Domicile élargie aux aidants PLAN Le contexte et le cadre réglementaire L

Plus en détail

Sommaire. CH-jacques Monod : S.Delasalle-Frontin (aide-soignante), A. Marie (diététicienne) B.Masson(Cadre de Santé)

Sommaire. CH-jacques Monod : S.Delasalle-Frontin (aide-soignante), A. Marie (diététicienne) B.Masson(Cadre de Santé) Sommaire Au décours de la consultation d annonce infirmière. Lors d une hospitalisation pour cure de chimiothérapie. Au décours d une RCP soins de support. 2 Audécours de la consultation d annonce (1/2)

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007

Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007 Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007 1 RAPPEL DES TEXTES Décret 22 Fév 2007 Arrêté 27 Fév 2007 Arrêtés 16 Mars et 25 Avril 2007 Décret 30 Avril 2007 Circulaire du 5 octobre 2007 + annexes Modèle

Plus en détail

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Evaluation des pratiques professionnelles Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Grilles pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles Mai 2011 1 METHODOLOGIE

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE stratégies thérapeutiques et modalités pratiques 24/11/2015 Le Guen, cadre de santé, Service de maladies infectieuses, CHRU de Brest 1 Plan Quelles options

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE EN ONCOLOGIE au. Haute - Loire (43)

PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE EN ONCOLOGIE au. Haute - Loire (43) PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE EN ONCOLOGIE au Haute - Loire (43) Lors de l hospitalisation de jour du patient pour son traitement 2 documents ses repas servis, de cette façon, seront adaptés à ses besoins

Plus en détail

ARéSoMRAA Assemblée Générale Ordinaire 30 mai 2017

ARéSoMRAA Assemblée Générale Ordinaire 30 mai 2017 ARéSoMRAA Assemblée Générale Ordinaire 30 mai 2017 Rapport moral et d activité de l année 2016 1 Adhésions au réseau EMERAA Patients Nb. patients informés (1) % file active 01/06/2010 612 84 % 01/06/2011

Plus en détail

FORMATIONS CONTINUES Institut de Formation en Soins Infirmiers. Aide-Soignant. Centre hospitalier de Saintonge

FORMATIONS CONTINUES Institut de Formation en Soins Infirmiers. Aide-Soignant. Centre hospitalier de Saintonge FORMATIONS CONTINUES 2017 Institut de Formation en Soins Infirmiers Institut de Formation Aide-Soignant Centre hospitalier de Saintonge FORMATIONS 2017 Inscriptions Toute inscription doit être transmise

Plus en détail

DEVENIR INFIRMIER(E) A L IFSI-IFAS D AMBOISE

DEVENIR INFIRMIER(E) A L IFSI-IFAS D AMBOISE DEVENIR INFIRMIER(E) A L IFSI-IFAS D AMBOISE Institut de Formation en Soins Infirmiers d Amboise Formation IDE La formation des infirmiers s organise autour de l arrêté du 31 juillet 2009, modifié par

Plus en détail

La santé au travail dans la formation initiale infirmière

La santé au travail dans la formation initiale infirmière La santé au travail dans la formation initiale infirmière Quelle place dans l arrêté du 31 juillet 2009? Construction du référentiel de formation Le programme des études s est construit en 3 étapes: -

Plus en détail

Diplôme universitaire «Education pour la santé Education thérapeutique» Région Centre

Diplôme universitaire «Education pour la santé Education thérapeutique» Région Centre Diplôme universitaire «Education pour la santé Education thérapeutique» Région Centre F. DA SILVA* - F. MARTIN* - E. RUSCH** - M. NEULLAS*** *CH de Dreux, **Faculté de médecine de Tours, ***CESEL Spécificités

Plus en détail

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie FICHE DE POSTE PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie Localisation Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie d Arpajon (91) CSAPA rattaché à l Etablissement Public de Santé d Etampes.

Plus en détail

Critères de qualité pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles (CEAPP)

Critères de qualité pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles (CEAPP) Critères de qualité pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles (CEAPP) Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Mai 2011-1 - SOMMAIRE 1. CRITERES

Plus en détail

Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes

Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes Organisation et mise en place de l éducation thérapeutique au sein d une structure Dans

Plus en détail

Enseignement supérieur de type court

Enseignement supérieur de type court MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 CONSEIL GENERAL DE L ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE Profil professionnel

Plus en détail

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile 15 décembre 2016 Santélys Association Association loi 1901 reconnue d utilité publique créée en 1900 Santé

Plus en détail

Le préparateur hospitalier auprès du patient : de l éducation thérapeutique à l entretien pharmaceutique.

Le préparateur hospitalier auprès du patient : de l éducation thérapeutique à l entretien pharmaceutique. Le préparateur hospitalier auprès du patient : de l éducation thérapeutique à l entretien pharmaceutique. Dr Cyril BORONAD Pharmacien Centre Hospitalier de CANNES 1 Le préparateur hospitalier auprès du

Plus en détail

FORMATIONS CONTINUES. Institut de Formation en Soins Infirmiers. Aide-Soignant. Centre hospitalier de Saintonge

FORMATIONS CONTINUES. Institut de Formation en Soins Infirmiers. Aide-Soignant. Centre hospitalier de Saintonge FORMATIONS CONTINUES Institut de Formation en Soins Infirmiers Institut de Formation Aide-Soignant Centre hospitalier de Saintonge Inscriptions FORMATIONS 2018 Toute inscription doit être transmise au

Plus en détail

U.E. 4 SCIENCES ET TECHNIQUES INFIRMIERES INTERVENTIONS. U.E. 4.6.S3 Soins éducatifs et préventifs

U.E. 4 SCIENCES ET TECHNIQUES INFIRMIERES INTERVENTIONS. U.E. 4.6.S3 Soins éducatifs et préventifs CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE GUADELOUPE DIRECTION DE LA FORMATION ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS U.E. 4 SCIENCES ET TECHNIQUES INFIRMIERES INTERVENTIONS U.E.

Plus en détail

SPORT, NUTRITION ET NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS LE DIABÈTE DE TYPE 1

SPORT, NUTRITION ET NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS LE DIABÈTE DE TYPE 1 PROGRAMME DE FORMATION SPORT, NUTRITION ET NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS LE DIABÈTE DE TYPE 1 Organisme Formateur : IFSET Concepteurs / Formateurs : Aurélien DESCATOIRE, Docteur en Sciences du Sport* Quentin

Plus en détail

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE et ANTICANCEREUX ORAUX. Me ARFE Emmanuelle Infirmière Cadre de Santé Chargée de projet ETP - IUCT-Oncopole

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE et ANTICANCEREUX ORAUX. Me ARFE Emmanuelle Infirmière Cadre de Santé Chargée de projet ETP - IUCT-Oncopole EDUCATION THÉRAPEUTIQUE et ANTICANCEREUX ORAUX Me ARFE Emmanuelle Infirmière Cadre de Santé Chargée de projet ETP - IUCT-Oncopole DEROULE DE LA SOIREE Le cadre du projet Les anticancéreux oraux en cancérologie

Plus en détail

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT NOTION D EQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE L équipe: ensemble de personnes travaillant en vue d un objectif commun, ici il s agit de la meilleure prise en charge possible du

Plus en détail

6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL

6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL 6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre 2014 Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL Etat des lieux HAD en Haute Normandie (1) HAD en Haute Normandie (2) Développement de l HAD relativement récent:

Plus en détail

LE BON USAGE DU MEDICAMENT

LE BON USAGE DU MEDICAMENT LE BON USAGE DU MEDICAMENT L optimisation du rapport bénéfice risque des médicaments La minimisation du risque thérapeutique pour le patient. Une meilleure allocation des ressources disponibles Reposent

Plus en détail

Haute Ecole Libre de Bruxelles Ilya Prigogine DESCRIPTION DES UNITES D ENSEIGNEMENT

Haute Ecole Libre de Bruxelles Ilya Prigogine DESCRIPTION DES UNITES D ENSEIGNEMENT Haute Ecole Libre de Bruxelles Ilya Prigogine DESCRIPTION DES UNITES D ENSEIGNEMENT INTITULE DE L UNITE D ENSEIGNEMENT : Enseignement clinique CODE : UE1/2-2 Catégorie : Paramédicale Section / Spécialisation

Plus en détail

Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice

Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice 49 ème JAND 30 janvier 2009 La nutrition entérale à domicile Xavier Hébuterne Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice Un grand nombre de maladies

Plus en détail

Liste des compétences prévalentes au sein du service, en lien avec le référentiel

Liste des compétences prévalentes au sein du service, en lien avec le référentiel Liste des compétences prévalentes au sein du service, en lien avec le référentiel 1- Observation et recueil de données cliniques Observation de l état de santé d une personne Examen clinique de la personne

Plus en détail

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre 2013 18 septembre 2013 1 Axes de la stratégie nationale sur les parcours de soins des patients Fluidifier les parcours

Plus en détail

Recrutement d un Coordinateur en ETP

Recrutement d un Coordinateur en ETP ! 2012 : Souhait de développer une culture éducative commune à tous les professionnels de la santé afin de permettre à tout patient du territoire un accès au soin éducatif " «L Educ attitude» au quotidien

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion Le projet de soins UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion 2015-2018 Plan 1. Introduction 2. Définition du projet 3. Les projets en structure de soins 4. Le projet de soins individualisé : 4.1. L argumentation

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

Processus logistique : démarche qualité en restauration

Processus logistique : démarche qualité en restauration Certification des établissements de santé Guide thématique des experts-visiteurs Processus logistique : démarche qualité en restauration Septembre 2014 Avertissement Caractérisation générale Planifier

Plus en détail

PSYCHOMOTRICIEN. 1 Objectifs/Résultats attendus

PSYCHOMOTRICIEN. 1 Objectifs/Résultats attendus Famille de métier : Soins Statut (métier/emploi type) : Si emploi type, fiche métier source : PSYCHOMOTRICIEN 1 Objectifs/Résultats attendus Viser à l harmonie des fonctions psychiques et motrices Etablir

Plus en détail

Consultation diététique réalisée par un diététicien

Consultation diététique réalisée par un diététicien ÉVALUATION ET AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Consultation diététique réalisée par un diététicien Série de critères de qualité pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles

Plus en détail

ARéSoMRAA Assemblée Générale Ordinaire 28 avril 2016

ARéSoMRAA Assemblée Générale Ordinaire 28 avril 2016 ARéSoMRAA Assemblée Générale Ordinaire 28 avril 2016 Rapport moral et d activité de l année 2015 1 Adhésions au réseau EMERAA Patients Nb. patients informés (1) % file active 01/06/2010 612 84 % 01/06/2011

Plus en détail

Loi HPST: Impact pour le Pharmacien

Loi HPST: Impact pour le Pharmacien Loi HPST: Impact pour le Pharmacien Rémy COLLOMP Pharmacien gérant Hôpital Archet CHU Nice JNI 2010 - HPST & Pharmacien - R COLLOMP 1 Au nom de la Loi Renforcer l efficacité et l efficience du système

Plus en détail

Mettre en œuvre des thérapeutiques et des actes à visée diagnostique conformément aux bonnes pratiques

Mettre en œuvre des thérapeutiques et des actes à visée diagnostique conformément aux bonnes pratiques DISCIPLINE : Sciences et techniques infirmières intervention Compétence : n 4 : mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique UE 4.4 S5 : Thérapeutiques et contribution au diagnostic

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES

LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES PÔLE ABDOMEN ET MÉTABOLISME SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE, DIABÉTOLOGIE ET NUTRITION CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES INTRODUCTION Vous êtes suivi(e)

Plus en détail

CONSULTATION INFIRMIERE EN DOULEUR Etat des lieux et perspectives

CONSULTATION INFIRMIERE EN DOULEUR Etat des lieux et perspectives CONSULTATION INFIRMIERE EN DOULEUR Etat des lieux et perspectives Jean Michel GAUTIER Infirmier anesthésiste Cadre de santé Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier Montpellier, France

Plus en détail

UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6

UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6 UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6 Hors compétence 1 ECTS en S5 1 ECTS en S6 TD: 10h en S5 TD: 10h en S6. Intervenants : Formateurs Evaluation en S5 : Compte rendu écrit collectif sur une discipline

Plus en détail

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Dr RAISON Dr MEZGHANI La Télémédecine permet Pratique médicale complémentaire d établir un diagnostic, d assurer un suivi à visée préventive

Plus en détail

Horaires et Organisation de la Pharmacie Hôpital de Soultz

Horaires et Organisation de la Pharmacie Hôpital de Soultz HOPITAL DE SOULTZ N S.PT.S.023.1 Horaires et Organisation de la Pharmacie Hôpital de Soultz SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR

Plus en détail

ETP: RECOMMANDATIONS OFFICIELLES

ETP: RECOMMANDATIONS OFFICIELLES ETP: RECOMMANDATIONS OFFICIELLES ETP OMS 1998: Aider les patients (et leur famille) à acquérir les compétences dont ils ont besoin pour gérer leur maladie chronique Fait partie intégrante et permanente

Plus en détail

CHU de Nantes 8 octobre Direction générale de l offre de soins - DGOS

CHU de Nantes 8 octobre Direction générale de l offre de soins - DGOS CHU de Nantes 8 octobre 2014 Une nouvelle dynamique de coopération : les GHT Article 48 du projet de loi : La constitution obligatoire de GHT à l horizon du 31 décembre 2015 autour d une stratégie médico-soignante

Plus en détail

Nouveau programme des études infirmières décliné en cardiologie : un exemple de situation prévalente. 14/09/2012 N. Genchi - V. Nickler - CHU NANCY

Nouveau programme des études infirmières décliné en cardiologie : un exemple de situation prévalente. 14/09/2012 N. Genchi - V. Nickler - CHU NANCY Nouveau programme des études infirmières décliné en cardiologie : un exemple de situation prévalente 1 SOMMAIRE L UPECETIC La Collaboration entre le service de cardiologie IFSI de - Brabois La Compétence

Plus en détail

2. Prévenir, dépister, prendre en charge les troubles nutritionnels dans le système de soins

2. Prévenir, dépister, prendre en charge les troubles nutritionnels dans le système de soins 2. Prévenir, dépister, prendre en charge les troubles nutritionnels dans le système de soins Les personnels de santé sont des informateurs crédibles et écoutés par la population sur le domaine de la nutrition.

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré 30029 NIMES Cedex 9 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU SERVICE D'ASTHMOLOGIE ALLERGOLOGIE ET MEDECINE INTERNE Hospitalisation de jour Vu les

Plus en détail

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE Groupe de réflexion Co-piloté par :. Sandrine BONNEHON (Ide Clinique BDC). Armelle RUFFIN (IDE D Education au CEDD) Synthèse présentée par : Sandrine BONNEHON et Armelle

Plus en détail

Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile

Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile Développement de programmes d éducation thérapeutique en HAD Dr Béatrice Grenier, Médecin coordonnateur. Santé Service,

Plus en détail

GSO10/12/2016. Centre Hospitalier de Luxembourg. Le suivi des patients sous traitement per os. Claudia Nunes da Costa / Carole Jeitz

GSO10/12/2016. Centre Hospitalier de Luxembourg. Le suivi des patients sous traitement per os. Claudia Nunes da Costa / Carole Jeitz 1 GSO10/12/2016 Le suivi des patients sous traitement per os Claudia Nunes da Costa / Carole Jeitz 2 GSO10/12/2016 Le suivi des patients sous traitement per os Claudia Nunes da Costa / Carole Jeitz 1 ère

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014 L HOSPITALISATION A DOMICILE 4 décembre 2014 ZONE D INTERVENTION MONTASTRUC LA CONSEILLERE LEGUEVIN TOULOUSE prochainement VILLEFRANCHE QU EST-CE QUE L HAD? Une HOSPITALISATION alternative, polyvalente

Plus en détail

23, 24 mars, 17,18 mai, 15, 16 juin, 18, 19 octobre, 09, 10 novembre , 15, 16 mars dans le champ des soins infirmiers

23, 24 mars, 17,18 mai, 15, 16 juin, 18, 19 octobre, 09, 10 novembre , 15, 16 mars dans le champ des soins infirmiers CFCPH/PRATIQUE IDE MODULE 1 (RENFORCER SA PRATIQUE CLINIQUE INFIRMIERE Module 1 : Evolution et perspectives de l'environnement professionnel infirmier) CFCPH/RECHERCHE SI niveau 1 (Recherche en soins infirmiers

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré 30029 NIMES Cedex 9 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L UNITE D ONCOLOGIE MEDICALE A TEMPS PARTIEL Vu les dispositions du code de la santé

Plus en détail

CHARTE D ENCADREMENT DES ETUDIANTS

CHARTE D ENCADREMENT DES ETUDIANTS CHARTE D ENCADREMENT DES ETUDIANTS Ce document est établi entre les structures d accueil et l Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI). Il formalise les engagements des deux parties à l égard de

Plus en détail

Centres antipoison et de toxicovigilance. Réponse téléphonique à l urgence toxicologique

Centres antipoison et de toxicovigilance. Réponse téléphonique à l urgence toxicologique Centres antipoison et de toxicovigilance Réponse téléphonique à l urgence toxicologique CENTRES ANTIPOISON 1949 : Premier CAP, aux Pays Bas 1959 : Premier CAP français, Paris 1998 : 10 CAP français Répartition

Plus en détail

Le référentiel de formation du 31 juillet 2009.

Le référentiel de formation du 31 juillet 2009. 6 février 2014 Le référentiel de formation du 31 juillet 2009 Les recommandations de l HAS Le projet architectural de l IFSI : le laboratoire de compétences Nécessité de tenir compte de la spécificité

Plus en détail

SYLLABUS. Défaillances organiques et processus dégénératifs S 4 LLANAS UE : 2.7. Co référent : Josette LECLERCQ

SYLLABUS. Défaillances organiques et processus dégénératifs S 4 LLANAS UE : 2.7. Co référent : Josette LECLERCQ SYLLABUS S 4 UE : 2.7 Défaillances organiques et processus dégénératifs Promotion 2014-2017 LLANAS Février 2016 Référente UE: Annie Co référent : Josette LECLERCQ 1 Introduction Cette unité d enseignement

Plus en détail

Une illustration par un protocole de recherche retenu dans le cadre du PHRI Valérie BERGER

Une illustration par un protocole de recherche retenu dans le cadre du PHRI Valérie BERGER Une illustration par un protocole de recherche retenu dans le cadre du PHRI 2010. Valérie BERGER retenu dans le cadre du PHRIP 2010. Projet retenu dans le cadre du PHRI 2010 Valérie Berger retenu dans

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES RCP THORAX A LA CLINIQUE PASTEUR

EVALUATION DE LA QUALITE DES RCP THORAX A LA CLINIQUE PASTEUR EVALUATION DE LA QUALITE DES RCP THORAX A LA CLINIQUE PASTEUR Exemple de collaboration régionale 02 décembre 2009 Dr COURAU Dr VISENTIN PROJET Clinique PASTEUR Développement EPP pneumologie : V2010 - HAS

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS SUD 11 FACULTE DE PHARMACIE DE CHATENAY-MALABRY ANNEE 2011 / 2012

UNIVERSITE PARIS SUD 11 FACULTE DE PHARMACIE DE CHATENAY-MALABRY ANNEE 2011 / 2012 UNIVERSITE PARIS SUD 11 FACULTE DE PHARMACIE DE CHATENAY-MALABRY ANNEE 2011 / 2012 EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT. IMPLICATION DU PHARMACIEN DANS LA PREVENTION ET LA PRISE EN CHARGE DES MALADIES CHRONIQUES

Plus en détail

Le suivi à domicile des patients porteurs de pompe à insuline externe. Isabelle PAPON - Cadre de Santé ARAIR

Le suivi à domicile des patients porteurs de pompe à insuline externe. Isabelle PAPON - Cadre de Santé ARAIR Le suivi à domicile des patients porteurs de pompe à insuline externe Isabelle PAPON - Cadre de Santé ARAIR Pompes à insuline 35.000 patients sont munis d une pompe en France 43% des enfants insulinotraités

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE M. Megne Wabo 1, S. Mosnier-Thoumas 1, I. Barcos 3, D. Mendes 3, D. Breilh 1, B. Catargi

Plus en détail

H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH

H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH H. El kaoukabi DIETETICIENNE SERVICE D ENDOCRINOLOGIE DIABETOLOGIE ET MALADIES METABOLIQUE ET NUTRITION CHU MED IV MARRAKECH I. Introduction II. Plan But de l enquête alimentaire III. Méthodes des enquêtes

Plus en détail

Positionnement du réseau Projet envisagé 2011 Parcours d Education Thérapeutique du patient colostomisé

Positionnement du réseau Projet envisagé 2011 Parcours d Education Thérapeutique du patient colostomisé Présentation du réseau de santé ILHUP Intervenants Libéraux et Hospitaliers Unis pour le Patient Présentation Générale Positionnement du réseau Projet envisagé 2011 Parcours d Education Thérapeutique du

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

UNE DÉMARCHE D EPP : La prise en charge des patients schizophrènes en hospitalisation à temps plein

UNE DÉMARCHE D EPP : La prise en charge des patients schizophrènes en hospitalisation à temps plein UNE DÉMARCHE D EPP : La prise en charge des patients schizophrènes en hospitalisation à temps plein Serge GAUBERT Directeur des soins Responsable Qualité Centre Hospitalier 68250 ROUFFACH 1 CHOIX DU THÈME

Plus en détail

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en Phase 1 La formation à l annonce Docteur Thevenin-Lemoine Les réclamations à l ARS Île-de-France 1 (sommaire automatique) Sommaire Introduction...

Plus en détail

CLASSEUR PEDAGOGIQUE D UN PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DE PROXIMITE POUR LES PATIENTS OBESES (OBEPROX)

CLASSEUR PEDAGOGIQUE D UN PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DE PROXIMITE POUR LES PATIENTS OBESES (OBEPROX) CLASSEUR PEDAGOGIQUE D UN PROGRAMME D EDUCATION THERAPEUTIQUE DE PROXIMITE POUR LES PATIENTS OBESES (OBEPROX) Pr P.Ritz, Pr H.Hanaire, Dr A.Estrade, Unité de nutrition, Hôpital Larrey, Service de diabétologie,

Plus en détail

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE FICHE DE POSTE : INFIRMIER EN EQUIPE D'APPUI DEPARTEMENTALE DE SOINS PALLIATIFS Famille : SOINS Métier : INFIRMIER EN SOINS GENERAUX Quotité du poste : Temps complet Rédacteur(s) : A.FEUILLATRE- MORNAY

Plus en détail

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Définition de l HAD Définition L HAD s adresse à tous les patients quelques soit

Plus en détail

Consultation diététique réalisée par un diététicien

Consultation diététique réalisée par un diététicien ASSOCIATION DES DIÉTÉTICIENS DE LANGUE FRANÇAISE Evaluation des pratiques professionnelles Consultation diététique réalisée par un diététicien Grilles pour l évaluation et l amélioration des pratiques

Plus en détail

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978 Loi du 31 mai 1978 «Est considérée comme exerçant la profession d infirmier ou d infirmière toute personne qui, en fonction des diplômes qui l y habilitent, donne habituellement des soins infirmiers sur

Plus en détail

Dr Jean-Baptiste REY - PharmD, PhD

Dr Jean-Baptiste REY - PharmD, PhD Dr Jean-Baptiste REY - PharmD, PhD Institut Jean Godinot - Département de Pharmacie Faculté de Pharmacie de Reims - Pharmacie Clinique TAO - samedi 23 novembre 2013 (HEGP - Paris) Le pharmacien hospitalier

Plus en détail

Activités Intitulé de l'activité Volume horaire

Activités Intitulé de l'activité Volume horaire Résumé UE (la fiche complète est disponible sur www.vinci.be) - Année académique 2017-2018 (version définitive) Cursus de Spécialisation en oncologie Code O4110 Cycle / Bloc 1 / 6 Niveau CFC Quadrimestre

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE SANTE PUBLIQUE

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE SANTE PUBLIQUE DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE SANTE PUBLIQUE 1. Organisation générale 1.1. Objectifs généraux de la formation : Le DES de santé publique a pour objectifs de former des médecins à une approche collective

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

GUIDE DE TENUE DU DOSSIER PATIENT A DOMICILE (Soins généraux)

GUIDE DE TENUE DU DOSSIER PATIENT A DOMICILE (Soins généraux) GUIDE DE TENUE DU DOSSIER PATIENT A DOMICILE (Soins généraux) Dossier Patient DPA001.00D1 Version 2 du 12.01.12 NOUVEAUTE DE LA VERSION 2 : Révision Liste de Diffusion : G:\QUALITE & PREVENTION RISQUES\DossierPatient\DocsApplicables

Plus en détail

Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie

Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie Déploiement des Télésoins dans l Insuffisance Cardiaque en Basse-Normandie Phase 2 financée par ARH, URCAM et CRBN Dr Sabatier, Dr Belin, Pr Grollier CHU de CAEN / APRIC Épidémiologie Épidémiologie ICC

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS

CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS I - CONSTAT Alors que ce sont encore trop souvent les aspects négatifs de l adolescence qui sont mis en avant, il est utile de rappeler que la grande majorité

Plus en détail

2 ÈME ANNÉE RAPPORT SOMMATIF DU STAGE EN SOINS D URGENCES

2 ÈME ANNÉE RAPPORT SOMMATIF DU STAGE EN SOINS D URGENCES 2 ÈME ANNÉE RAPPORT SOMMATIF DU STAGE EN SOINS D URGENCES Nom prénom de l étudiant :... Institution de stage :... Service :... Responsable du service :... No de téléphone :... Référent :... Dates du stage

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen Définition de l OMS (1998) L ETP est un processus continu,

Plus en détail

Colloque ITS Dispositifs Médicaux : réglementation, recherche, perspectives

Colloque ITS Dispositifs Médicaux : réglementation, recherche, perspectives Colloque ITS Dispositifs Médicaux : réglementation, recherche, perspectives Le 23 octobre 2009 Nicolas Thevenet, Chef Département Surveillance du Marché - Afssaps Afssaps : Compétence - Mission Création

Plus en détail

Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo

Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo Santé connectée Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo Journées franco-suisses de pharmacie hospitalière Berne, le 2/12/2016 Véronique HUBER, Sanofi

Plus en détail

Plan de l'exposé : Introduction Présentation de l'activité en oncologie à la Clinique Saint-Luc de Bouge (SLBO)

Plan de l'exposé : Introduction Présentation de l'activité en oncologie à la Clinique Saint-Luc de Bouge (SLBO) 23/01/2014 SUPPORTIVE CARE : prise en charge du patient cancéreux. Le point de vue du diététicien Plan de l'exposé : Introduction Présentation de l'activité en oncologie à la Clinique Saint-Luc de Bouge

Plus en détail

ACCUEIL DE STAGIAIRES EN SANTÉ AU TRAVAIL DANS LES CABINETS MÉDICAUX SNCF DE LA RÉGION NORMANDIE :

ACCUEIL DE STAGIAIRES EN SANTÉ AU TRAVAIL DANS LES CABINETS MÉDICAUX SNCF DE LA RÉGION NORMANDIE : l ACCUEIL DE STAGIAIRES EN SANTÉ AU TRAVAIL DANS LES CABINETS MÉDICAUX SNCF DE LA RÉGION NORMANDIE : RETOUR D EXPÉRIENCES SOMMAIRE INTÉRÊT DU TUTORAT EN SANTÉ AU TRAVAIL OUTILS PÉDAGOGIQUES ÉCHANGES AVEC

Plus en détail

Le référentiel de formation IDE Quel impact pour la fonction de formateur en IFSI?

Le référentiel de formation IDE Quel impact pour la fonction de formateur en IFSI? Le référentiel de formation IDE 2009 Quel impact pour la fonction de formateur en IFSI? Sémantique Programme Référentiel Finalités Permettre à l étudiant d assumer chacun de ses rôles en tenant compte

Plus en détail

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale Barbara POIROT IDE en éducation thérapeutique Centre Paul Strauss bpoirot@strasbourg.unicancer.fr 3 Rue de la Porte de l Hôpital 67065 STRASBOURG CEDEX 03 88 25 24 24 Le 19 novembre 1923, le Centre Régional

Plus en détail

Liste des formations Antadir 2015

Liste des formations Antadir 2015 RESPIRATOIRE Aérosolthérapie sous toutes ses formes Apprentissage à la réalisation et à la lecture de l enregistrement polysomnographique du sommeil Evaluation et modalités pratiques de la réhabilitation

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À DOMICILE : LE RÔLE DU PRESTATAIRE DE SERVICE (*) INTRODUCTION

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À DOMICILE : LE RÔLE DU PRESTATAIRE DE SERVICE (*) INTRODUCTION 130 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 130-134 PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À DOMICILE : LE RÔLE DU PRESTATAIRE DE SERVICE (*) Jenny MARMUSE, Carole PINAUDEAU (1) INTRODUCTION Dans un contexte économique

Plus en détail

Prise en charge de la douleur des patients

Prise en charge de la douleur des patients Prise en charge de la des patients Proposition d un cartographie des processus et présentation des outils d EPP Sandrine Domecq, Nathalie Robinson novembre 2014 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION INTERNE AU SERVICE et A DIFFERENTES DIRECTIONS

DE LA COMMUNICATION INTERNE AU SERVICE et A DIFFERENTES DIRECTIONS DE LA COMMUNICATION INTERNE AU SERVICE Tableaux de bord indicateurs Sécurité Alimentaire, Qualité, Gestion Economique, Gestion des Ressources Humaines 54 DE LA COMMUNICATION INTERNE AU SERVICE et A DIFFERENTES

Plus en détail

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande -

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande - RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS - Dossier de demande - Le présent document s adresse à l ensemble des établissements publics et privés d Aquitaine souhaitant identifier au sein de

Plus en détail

CONTRIBUTION DE LA PHARMACIE HOSPITALIÈRE A LA QUALITÉ DES SOINS. Hôpitaux Universitaires de Genève. Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef

CONTRIBUTION DE LA PHARMACIE HOSPITALIÈRE A LA QUALITÉ DES SOINS. Hôpitaux Universitaires de Genève. Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Programme d introduction à la pharmacie hospitalière Hôpitaux Universitaires de Genève Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef CONTRIBUTION DE LA PHARMACIE HOSPITALIÈRE A LA QUALITÉ DES SOINS Etre les premiers

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS

CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS I CONSTAT Alors que ce sont encore trop souvent les aspects négatifs de l adolescence qui sont mis en avant, il est utile de rappeler que la grande majorité

Plus en détail

Diplôme d Etat de Diététicien Référentiel de compétences

Diplôme d Etat de Diététicien Référentiel de compétences Diplôme d Etat de Diététicien Référentiel de compétences Compétences 1 1. Evaluer une situation nutritionnelle et élaborer un diagnostic diététique 2. Concevoir un plan de soin diététique 3. Mettre en

Plus en détail

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Cadre Réglementaire Circulaire n 2008-99 du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs Annexe III - Référentiel

Plus en détail