RECOMMANDATIONS DE LA PRISE EN CHARGE DIETETIQUE EN NUTRITION ENTERALE. Vendredi 16 mai

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RECOMMANDATIONS DE LA PRISE EN CHARGE DIETETIQUE EN NUTRITION ENTERALE. Vendredi 16 mai"

Transcription

1 RECOMMANDATIONS DE LA PRISE EN CHARGE DIETETIQUE EN NUTRITION ENTERALE Vendredi 16 mai

2 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE Le texte des recommandations a été élaboré par un groupe de travail à partir de l analyse de la littérature scientifique et de la documentation professionnelle existantes Vendredi 16 mai

3 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE Le travail présenté a pour but de donner un exemple de mise en pratique de ces recommandations dans le domaine de la nutrition entérale. Vendredi 16 mai

4 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE L objectif fixé n est pas de dresser la liste des différents produits et matériels car cela existe largement dans la littérature spécialisée et nécessite une mise à jour fréquente Vendredi 16 mai

5 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE De même il n a pas été envisagé de présenter un descriptif exhaustif des marchés publics, appels d offres et cahiers des charges Vendredi 16 mai

6 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE mais plutôt d insister sur le rôle et la présence indispensable des diététiciens lors de l analyse et de l élaboration. Vendredi 16 mai

7 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE La nutrition entérale est une activité clinique, qui appartient au domaine de compétences du diététicien, au même titre que les autres prises en charge Vendredi 16 mai

8 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE La prise en charge en nutrition entérale assurée par un diététicien est un acte de soins Vendredi 16 mai

9 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE qui s inscrit dans la globalité de la prise en charge d un patient, en interaction avec les autres professionnels Vendredi 16 mai

10 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE Elle exige une présence quotidienne au sein de l équipe soignante Vendredi 16 mai

11 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE Le diététicien qui effectue le suivi continu des ingesta est à même d alerter les différents partenaires Vendredi 16 mai

12 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE sur la nécessité de la mise en place d une nutrition entérale Vendredi 16 mai

13 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE Le diététicien peut assurer une veille technologique du fait de sa connaissance Vendredi 16 mai

14 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE des produits disponibles sur le marché et des différents dispositifs et pompes Vendredi 16 mai

15 RECOMMANDATIONS EN NUTRITION ENTERALE OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DES RECOMMANDATIONS Vendredi 16 mai

16 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DES RECOMMANDATIONS Ce document peut servir de référentiel à la mise en place d une démarche qualité dans le domaine de la prise en charge diététique en nutrition entérale Vendredi 16 mai

17 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DES RECOMMANDATIONS Apporter une aide aux diététiciens pour réaliser un acte diététique conforme aux attendus et servir pour l enseignement aux étudiants en diététique Vendredi 16 mai

18 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DES RECOMMANDATIONS Elles s adressent aux diététiciens exerçant dans les établissements de santé publics ou privés Vendredi 16 mai

19 OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DES RECOMMANDATIONS Elles correspondent à un accord professionnel, en l absence de sources documentaires disponibles Vendredi 16 mai

20 PROFESSIONS DE SANTE CONCERNEES Le contexte est interprofessionnel Le médecin Le diététicien L infirmier L aide soignant Vendredi 16 mai

21 LA DEMARCHE DE SOIN 1. Initiation de la prise en charge Étape de recueil des données et d évaluation qui aboutit à un bilan diététique qui permet d établir le diagnostic diététique Vendredi 16 mai

22 LA DEMARCHE DE SOIN 2. Mise en place de la stratégie diététique La stratégie est à la fois thérapeutique et/ou éducative pour que le patient puisse acquérir une certaine autonomie vis à vis de cette nutrition particulière Vendredi 16 mai

23 LA DEMARCHE DE SOIN 3. Évaluation et suivi des interventions Le diététicien évalue auprès du patient l acceptabilité des mesures mises en place et la tolérance digestive? Vendredi 16 mai

24 LA DEMARCHE DE SOIN 4. Préparation retour à domicile ou structure d accueil En fin d hospitalisation, le diététicien doit établir une fiche de suivi comprenant tous les renseignements sur le mode de nutrition entérale mise en place Vendredi 16 mai

25 ASPECTS PRATIQUES Les indications de la nutrition entérale - quand? - comment? - pourquoi? Vendredi 16 mai

26 ASPECTS TECHNIQUES Les modes d administration Les techniques d administration Les produits Le matériel Vendredi 16 mai

27 REGLEMENTATION Les textes réglementaires Les marchés publics La démarche diététique dans la procédure d appel d offres Vendredi 16 mai

28 REGLEMENTATION La matériovigilance L élimination des déchets Vendredi 16 mai

29 LA NUTRITION ENTERALE A DOMICILE Les différents modes de prise en charge L intervention interprofessionnelle ( exemple de cahier des charges avec prestataires de service) Vendredi 16 mai

30 LA NUTRITION ENTERALE A DOMICILE La responsabilité de l équipe hospitalière ( exemple de fiches d initiation d une nutrition entérale de suivi d un patient en NED ) Vendredi 16 mai

L éducation du patient diabétique au CHRSO. Paulette LION Marie-Hélène OLIVE

L éducation du patient diabétique au CHRSO. Paulette LION Marie-Hélène OLIVE L éducation du patient diabétique au CHRSO Paulette LION Marie-Hélène OLIVE En hospitalisation L infirmière d éducation intervient: Dans le service de médecine interne et d HPDD Dans le service de gynéco-obstétrique

Plus en détail

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé

Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Evaluation des pratiques professionnelles Le soin diététique réalisé par un diététicien en établissement de santé Grilles pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles Mai 2011 1 METHODOLOGIE

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007

Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007 Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007 1 RAPPEL DES TEXTES Décret 22 Fév 2007 Arrêté 27 Fév 2007 Arrêtés 16 Mars et 25 Avril 2007 Décret 30 Avril 2007 Circulaire du 5 octobre 2007 + annexes Modèle

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE EN ONCOLOGIE au. Haute - Loire (43)

PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE EN ONCOLOGIE au. Haute - Loire (43) PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE EN ONCOLOGIE au Haute - Loire (43) Lors de l hospitalisation de jour du patient pour son traitement 2 documents ses repas servis, de cette façon, seront adaptés à ses besoins

Plus en détail

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie FICHE DE POSTE PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie Localisation Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie d Arpajon (91) CSAPA rattaché à l Etablissement Public de Santé d Etampes.

Plus en détail

Handicap, autonomie et soins quotidiens

Handicap, autonomie et soins quotidiens Handicap, autonomie et soins quotidiens élargie aux aidants Michèle Lantenant et coll. Maison de la Mutualité Hospitalisation A Domicile élargie aux aidants PLAN Le contexte et le cadre réglementaire L

Plus en détail

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile 15 décembre 2016 Santélys Association Association loi 1901 reconnue d utilité publique créée en 1900 Santé

Plus en détail

LE BON USAGE DU MEDICAMENT

LE BON USAGE DU MEDICAMENT LE BON USAGE DU MEDICAMENT L optimisation du rapport bénéfice risque des médicaments La minimisation du risque thérapeutique pour le patient. Une meilleure allocation des ressources disponibles Reposent

Plus en détail

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN

LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT. Législation VAE AS PN LEGISLATION RÔLE DE L AIDE-SOIGNANT NOTION D EQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE L équipe: ensemble de personnes travaillant en vue d un objectif commun, ici il s agit de la meilleure prise en charge possible du

Plus en détail

PSYCHOMOTRICIEN. 1 Objectifs/Résultats attendus

PSYCHOMOTRICIEN. 1 Objectifs/Résultats attendus Famille de métier : Soins Statut (métier/emploi type) : Si emploi type, fiche métier source : PSYCHOMOTRICIEN 1 Objectifs/Résultats attendus Viser à l harmonie des fonctions psychiques et motrices Etablir

Plus en détail

Haute Ecole Libre de Bruxelles Ilya Prigogine DESCRIPTION DES UNITES D ENSEIGNEMENT

Haute Ecole Libre de Bruxelles Ilya Prigogine DESCRIPTION DES UNITES D ENSEIGNEMENT Haute Ecole Libre de Bruxelles Ilya Prigogine DESCRIPTION DES UNITES D ENSEIGNEMENT INTITULE DE L UNITE D ENSEIGNEMENT : Enseignement clinique CODE : UE1/2-2 Catégorie : Paramédicale Section / Spécialisation

Plus en détail

Liste des compétences prévalentes au sein du service, en lien avec le référentiel

Liste des compétences prévalentes au sein du service, en lien avec le référentiel Liste des compétences prévalentes au sein du service, en lien avec le référentiel 1- Observation et recueil de données cliniques Observation de l état de santé d une personne Examen clinique de la personne

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE stratégies thérapeutiques et modalités pratiques 24/11/2015 Le Guen, cadre de santé, Service de maladies infectieuses, CHRU de Brest 1 Plan Quelles options

Plus en détail

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE

Visa DRH Validé Visa Direction des soins LOCALISATION ET RATTACHEMENT DU POSTE FICHE DE POSTE : INFIRMIER EN EQUIPE D'APPUI DEPARTEMENTALE DE SOINS PALLIATIFS Famille : SOINS Métier : INFIRMIER EN SOINS GENERAUX Quotité du poste : Temps complet Rédacteur(s) : A.FEUILLATRE- MORNAY

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine

Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en néphrologie. Phase 1 La formation à l annonce. Docteur Thevenin-Lemoine Cahier des charges : mise en place d un dispositif d annonce en Phase 1 La formation à l annonce Docteur Thevenin-Lemoine Les réclamations à l ARS Île-de-France 1 (sommaire automatique) Sommaire Introduction...

Plus en détail

Enseignement supérieur de type court

Enseignement supérieur de type court MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 CONSEIL GENERAL DE L ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE Profil professionnel

Plus en détail

CONSULTATION INFIRMIERE EN DOULEUR Etat des lieux et perspectives

CONSULTATION INFIRMIERE EN DOULEUR Etat des lieux et perspectives CONSULTATION INFIRMIERE EN DOULEUR Etat des lieux et perspectives Jean Michel GAUTIER Infirmier anesthésiste Cadre de santé Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier Montpellier, France

Plus en détail

Recrutement d un Coordinateur en ETP

Recrutement d un Coordinateur en ETP ! 2012 : Souhait de développer une culture éducative commune à tous les professionnels de la santé afin de permettre à tout patient du territoire un accès au soin éducatif " «L Educ attitude» au quotidien

Plus en détail

CHU de Nantes 8 octobre Direction générale de l offre de soins - DGOS

CHU de Nantes 8 octobre Direction générale de l offre de soins - DGOS CHU de Nantes 8 octobre 2014 Une nouvelle dynamique de coopération : les GHT Article 48 du projet de loi : La constitution obligatoire de GHT à l horizon du 31 décembre 2015 autour d une stratégie médico-soignante

Plus en détail

CHARTE D ENCADREMENT DES ETUDIANTS

CHARTE D ENCADREMENT DES ETUDIANTS CHARTE D ENCADREMENT DES ETUDIANTS Ce document est établi entre les structures d accueil et l Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI). Il formalise les engagements des deux parties à l égard de

Plus en détail

U.E. 4 SCIENCES ET TECHNIQUES INFIRMIERES INTERVENTIONS. U.E. 4.6.S3 Soins éducatifs et préventifs

U.E. 4 SCIENCES ET TECHNIQUES INFIRMIERES INTERVENTIONS. U.E. 4.6.S3 Soins éducatifs et préventifs CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE GUADELOUPE DIRECTION DE LA FORMATION ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS U.E. 4 SCIENCES ET TECHNIQUES INFIRMIERES INTERVENTIONS U.E.

Plus en détail

2 ÈME ANNÉE RAPPORT SOMMATIF DU STAGE EN SOINS D URGENCES

2 ÈME ANNÉE RAPPORT SOMMATIF DU STAGE EN SOINS D URGENCES 2 ÈME ANNÉE RAPPORT SOMMATIF DU STAGE EN SOINS D URGENCES Nom prénom de l étudiant :... Institution de stage :... Service :... Responsable du service :... No de téléphone :... Référent :... Dates du stage

Plus en détail

Consultation diététique réalisée par un diététicien

Consultation diététique réalisée par un diététicien ÉVALUATION ET AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Consultation diététique réalisée par un diététicien Série de critères de qualité pour l évaluation et l amélioration des pratiques professionnelles

Plus en détail

Prendre en charge les urgences vitales à l hôpital

Prendre en charge les urgences vitales à l hôpital Prendre en charge les urgences vitales à l hôpital Annie Brethes 1, Michel Thicoïpé 2 1 Pôle d anesthésie réanimation 2 Département des Urgences SAMU/CESU (Bordeaux) 1. Cadre réglementaire 1.1. L urgence

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion

Le projet de soins. UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion Le projet de soins UE 3.2 S2 Projet de soins Promotion 2015-2018 Plan 1. Introduction 2. Définition du projet 3. Les projets en structure de soins 4. Le projet de soins individualisé : 4.1. L argumentation

Plus en détail

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE SANTE PUBLIQUE

DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE SANTE PUBLIQUE DIPLÔME D'ÉTUDES SPECIALISÉES DE SANTE PUBLIQUE 1. Organisation générale 1.1. Objectifs généraux de la formation : Le DES de santé publique a pour objectifs de former des médecins à une approche collective

Plus en détail

Référentiel Métier. Infirmier en centre de santé Version 3 MAJ Février Nom : Prénom : Date : Ce document est la propriété exclusive de la C3SI

Référentiel Métier. Infirmier en centre de santé Version 3 MAJ Février Nom : Prénom : Date : Ce document est la propriété exclusive de la C3SI Référentiel Métier Infirmier en centre de santé Version 3 MAJ Février 2014 Nom : Prénom : Date : DEFINITION DE L EMPLOI-METIER : L infirmier répond à la demande de soins, organise et dispense les soins

Plus en détail

Nouveau programme des études infirmières décliné en cardiologie : un exemple de situation prévalente. 14/09/2012 N. Genchi - V. Nickler - CHU NANCY

Nouveau programme des études infirmières décliné en cardiologie : un exemple de situation prévalente. 14/09/2012 N. Genchi - V. Nickler - CHU NANCY Nouveau programme des études infirmières décliné en cardiologie : un exemple de situation prévalente 1 SOMMAIRE L UPECETIC La Collaboration entre le service de cardiologie IFSI de - Brabois La Compétence

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SERVICE D ORTHOPEDIE

PRÉSENTATION DU SERVICE D ORTHOPEDIE PRÉSENTATION DU SERVICE D ORTHOPEDIE Les locaux : C est un service de chirurgie traumatologique et orthopédique. Il est composé de 29 lits (7 chambres particulières et 11 chambres doubles). Chambres chambres

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

Mettre en œuvre des thérapeutiques et des actes à visée diagnostique conformément aux bonnes pratiques

Mettre en œuvre des thérapeutiques et des actes à visée diagnostique conformément aux bonnes pratiques DISCIPLINE : Sciences et techniques infirmières intervention Compétence : n 4 : mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique UE 4.4 S5 : Thérapeutiques et contribution au diagnostic

Plus en détail

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Dr RAISON Dr MEZGHANI La Télémédecine permet Pratique médicale complémentaire d établir un diagnostic, d assurer un suivi à visée préventive

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de VICHY RECRUTE

Le Centre Hospitalier de VICHY RECRUTE Le Centre Hospitalier de VICHY RECRUTE PSYCHOLOGUE UNITE CLINIQUE DE NUTRITION Poste à 50% POLE MEDICO-CHIRURGICAL Pièce jointe : Fiche de Poste Renseignements à : Madame Elisabeth PLANCHE Cadre Supérieur

Plus en détail

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai

Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Présentation de l Unité de Soins Palliatifs du Centre Hospitalier de Douai Cadre Réglementaire Circulaire n 2008-99 du 25 mars 2008 relative à l organisation des soins palliatifs Annexe III - Référentiel

Plus en détail

L Hospitalisation A Domicile

L Hospitalisation A Domicile L Hospitalisation A Domicile Outils de sécurisation du circuit du médicament lors de l administration d une chimiothérapie à domicile (AZACITIDINE) 11 février 2015 Mme Véronique VITTU (infirmière chef)

Plus en détail

Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg

Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg Soins palliatifs Pédiatriques au Luxembourg Comment assurer une prise en charge globale pour les enfants gravement malades de notre pays Dr Isabelle Kieffer, pédiatre, Kannerklinik CHL COLLOQUE NATIONAL

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À DOMICILE : LE RÔLE DU PRESTATAIRE DE SERVICE (*) INTRODUCTION

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À DOMICILE : LE RÔLE DU PRESTATAIRE DE SERVICE (*) INTRODUCTION 130 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 130-134 PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR À DOMICILE : LE RÔLE DU PRESTATAIRE DE SERVICE (*) Jenny MARMUSE, Carole PINAUDEAU (1) INTRODUCTION Dans un contexte économique

Plus en détail

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE

ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE ATELIER EDUCATION THERAPEUTIQUE Groupe de réflexion Co-piloté par :. Sandrine BONNEHON (Ide Clinique BDC). Armelle RUFFIN (IDE D Education au CEDD) Synthèse présentée par : Sandrine BONNEHON et Armelle

Plus en détail

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier Audit de connaissances auprès du personnel infirmier nutrition artificielle et sondes naso-gastriques GANTZ D. interne en pharmacie RAGAZZON GANTZ D. interne C. pharmacienne RAGAZZON C. pharmacienne PINÈDE

Plus en détail

Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice

Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice 49 ème JAND 30 janvier 2009 La nutrition entérale à domicile Xavier Hébuterne Service de Gastro-entérologie et Nutrition - Pôle digestif - Hôpital de l Archet 2 - CHU de Nice Un grand nombre de maladies

Plus en détail

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande -

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande - RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS - Dossier de demande - Le présent document s adresse à l ensemble des établissements publics et privés d Aquitaine souhaitant identifier au sein de

Plus en détail

La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement

La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement Contexte des réformes Hôpital 2007 DHOS La qualité des soins (OMS) «Que chaque patient reçoive la combinaison d actes diagnostiques

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014 L HOSPITALISATION A DOMICILE 4 décembre 2014 ZONE D INTERVENTION MONTASTRUC LA CONSEILLERE LEGUEVIN TOULOUSE prochainement VILLEFRANCHE QU EST-CE QUE L HAD? Une HOSPITALISATION alternative, polyvalente

Plus en détail

Le suivi à domicile des patients porteurs de pompe à insuline externe. Isabelle PAPON - Cadre de Santé ARAIR

Le suivi à domicile des patients porteurs de pompe à insuline externe. Isabelle PAPON - Cadre de Santé ARAIR Le suivi à domicile des patients porteurs de pompe à insuline externe Isabelle PAPON - Cadre de Santé ARAIR Pompes à insuline 35.000 patients sont munis d une pompe en France 43% des enfants insulinotraités

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

Le référentiel de formation du 31 juillet 2009.

Le référentiel de formation du 31 juillet 2009. 6 février 2014 Le référentiel de formation du 31 juillet 2009 Les recommandations de l HAS Le projet architectural de l IFSI : le laboratoire de compétences Nécessité de tenir compte de la spécificité

Plus en détail

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978

LE METIER INFIRMIER. Loi du 31 mai 1978 Loi du 31 mai 1978 «Est considérée comme exerçant la profession d infirmier ou d infirmière toute personne qui, en fonction des diplômes qui l y habilitent, donne habituellement des soins infirmiers sur

Plus en détail

C O R E P. L ETP : cadre national et déploiement en Champagne Ardenne. Journée régionale ANFH - 25 juin 2015

C O R E P. L ETP : cadre national et déploiement en Champagne Ardenne. Journée régionale ANFH - 25 juin 2015 C O R E P L ETP : cadre national et déploiement en Champagne Ardenne Journée régionale ANFH - 25 juin 2015 Dr Annie Claude MARCHAND ARS Champagne Ardenne Christiane MAUVEZIN COREP Champagne Ardenne XX/XX/XX

Plus en détail

La démarche de soin. Rôle de l aide-soignant(te)

La démarche de soin. Rôle de l aide-soignant(te) La démarche de soin Rôle de l aide-soignant(te) 1 Généralités L aide soignant réalise des actes sous la responsabilité de l infirmière dans le cadre de son rôle propre. (Article R4311.4 du code de santé

Plus en détail

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER

CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER CAS CONCRET SOINS DE SUPPORT ONCOLOGIQUES INTRA ET EXTRA-HOSPITALIER Gilles Nallet Odile Romanet Céline Henriot Définition des soins de support: Les soins de support désignent l ensemble des soins et soutien

Plus en détail

PR OPC 13 Page 1 sur 6. Indice de révision 01 Procédure de Prise en charge en Post Partum Date d application : 31 juillet 2008

PR OPC 13 Page 1 sur 6. Indice de révision 01 Procédure de Prise en charge en Post Partum Date d application : 31 juillet 2008 PR OPC 13 Page 1 sur 6 Indice de révision 01 Procédure de Prise en charge en Post Partum Date d application : 31 juillet 2008 Objet de la procédure Décrire les étapes de la prise en charge d une patiente

Plus en détail

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale

VITALink, Suivi des patients sous thérapie orale Barbara POIROT IDE en éducation thérapeutique Centre Paul Strauss bpoirot@strasbourg.unicancer.fr 3 Rue de la Porte de l Hôpital 67065 STRASBOURG CEDEX 03 88 25 24 24 Le 19 novembre 1923, le Centre Régional

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

1.2 Objet de l appel à candidatures

1.2 Objet de l appel à candidatures APPEL A CANDIDATURES Destiné aux établissements de santé souhaitant être accompagnés dans la maîtrise des risques liés au circuit des poches de nutrition parentérale destinées aux services de néonatologie,

Plus en détail

Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes

Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes Guide pour la pratique de l'éducation thérapeutique Sébastien Barbarot Groupe d'education Thérapeutique (GET) Nantes Organisation et mise en place de l éducation thérapeutique au sein d une structure Dans

Plus en détail

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante

RETOUR À DOMICILE. Le rôle de l aide soignante RETOUR À DOMICILE Le rôle de l aide soignante Quels enjeux autour du retour à domicile selon vous? Quel est le rôle de l aide soignante? Remue-méninges de 15 min environs en 2 sous-groupes. LE RAD: UNE

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen

L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen L éducation thérapeutique du patient (ETP): pourquoi? Comment l organiser? L exemple du diabète. Dr Bénédicte Frémy Jeudi 7 novembre 2013 Agen Définition de l OMS (1998) L ETP est un processus continu,

Plus en détail

Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo

Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo Santé connectée Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo Journées franco-suisses de pharmacie hospitalière Berne, le 2/12/2016 Véronique HUBER, Sanofi

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES AVC ACC : délais de prise en charge pluriprofessionnelle de l AVC (ACC2 AVCdélais pec) Préambule

PRISE EN CHARGE DES AVC ACC : délais de prise en charge pluriprofessionnelle de l AVC (ACC2 AVCdélais pec) Préambule PRISE EN CHARGE DES AVC ACC : délais de prise en charge pluriprofessionnelle de l AVC Préambule Ce document est issu des audits cliniques réalisés en 2005 lors de l élaboration des référentiels : «prise

Plus en détail

Liste des formations Antadir 2015

Liste des formations Antadir 2015 RESPIRATOIRE Aérosolthérapie sous toutes ses formes Apprentissage à la réalisation et à la lecture de l enregistrement polysomnographique du sommeil Evaluation et modalités pratiques de la réhabilitation

Plus en détail

UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6

UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6 UE 5.7 optionnelle semestre 5 et semestre 6 Hors compétence 1 ECTS en S5 1 ECTS en S6 TD: 10h en S5 TD: 10h en S6. Intervenants : Formateurs Evaluation en S5 : Compte rendu écrit collectif sur une discipline

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.1. Principes cer9fica9ons

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.1. Principes cer9fica9ons Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations Certification HAS Certification ISO 9001 Certification

Plus en détail

Tutorat des étudiants en soins infirmiers. Dossier de candidature

Tutorat des étudiants en soins infirmiers. Dossier de candidature Tutorat des étudiants en soins infirmiers Dossier de candidature Ce dossier de candidature est à renseigner par l infirmier libéral qui souhaite recevoir un étudiant en soins infirmiers en stage dans le

Plus en détail

Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires

Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires Document de référence pour les soins palliatifs spécialisés stationnaires Version 2.0 du 15.12.2015 Valable à partir du 01.01.2016 Version 2.0 Société suisse de médecine et de soins palliatifs palliative

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

Plan d Intervention Interdisciplinaire Individualisé (PIII)

Plan d Intervention Interdisciplinaire Individualisé (PIII) Plan d Intervention Interdisciplinaire Individualisé (PIII) P.MASSON - Centre Hospitalier de la Tour Blanche, BP 190, 36105 ISSOUDUN - 2007 Maison de la Mutualité Le Plan d Intervention Interdisciplinaire

Plus en détail

FORMATION A LA RADIOPROTECTION DES PATIENTS

FORMATION A LA RADIOPROTECTION DES PATIENTS FORMATION A LA RADIOPROTECTION DES PATIENTS SERRE CHEVALIER Salle Serre d Aigle Intervenants Pr JP Vuillez Service de médecine nucléaire (CHU de Grenoble) Dr G. Bonardel Centre Cardiologique du Nord (Saint-Denis)

Plus en détail

Nadine Atoui,Christine Blache,Cécile Godel,Florence de Taroni, Xavier de la Tribonnière, Laurent Trin Dinh. SMIT CHU Montpellier 5 octobre 2016

Nadine Atoui,Christine Blache,Cécile Godel,Florence de Taroni, Xavier de la Tribonnière, Laurent Trin Dinh. SMIT CHU Montpellier 5 octobre 2016 Nadine Atoui,Christine Blache,Cécile Godel,Florence de Taroni, Xavier de la Tribonnière, Laurent Trin Dinh SMIT CHU Montpellier 5 octobre 2016 1 De l individuel au collectif : «Histoire d un long cheminement»

Plus en détail

Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN

Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN Journée des cadres AFDN Paris, le 15/01/2010 Marie Claude CARPENTIER, CSS Diététicien Caroline AMSELLEM, Diététicienne UTNC CHU_ Hôpitaux

Plus en détail

Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile

Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile Développement de programmes d éducation thérapeutique en HAD Dr Béatrice Grenier, Médecin coordonnateur. Santé Service,

Plus en détail

Centres antipoison et de toxicovigilance. Réponse téléphonique à l urgence toxicologique

Centres antipoison et de toxicovigilance. Réponse téléphonique à l urgence toxicologique Centres antipoison et de toxicovigilance Réponse téléphonique à l urgence toxicologique CENTRES ANTIPOISON 1949 : Premier CAP, aux Pays Bas 1959 : Premier CAP français, Paris 1998 : 10 CAP français Répartition

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... - Le Directeur est :... - L infirmière Coordinatrice du SSIAD est :...

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... - Le Directeur est :... - L infirmière Coordinatrice du SSIAD est :... RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... PREAMBULE En vertu du décret n 2003-1095 du 14/11/2003, le règlement

Plus en détail

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE Tranier Alexandrine Réunion d information infirmières et aides soignants 12 septembre 2016 Sommaire Rationnel de l étude Méthodologie

Plus en détail

SYLLABUS. Défaillances organiques et processus dégénératifs S 4 LLANAS UE : 2.7. Co référent : Josette LECLERCQ

SYLLABUS. Défaillances organiques et processus dégénératifs S 4 LLANAS UE : 2.7. Co référent : Josette LECLERCQ SYLLABUS S 4 UE : 2.7 Défaillances organiques et processus dégénératifs Promotion 2014-2017 LLANAS Février 2016 Référente UE: Annie Co référent : Josette LECLERCQ 1 Introduction Cette unité d enseignement

Plus en détail

23, 24 mars, 17,18 mai, 15, 16 juin, 18, 19 octobre, 09, 10 novembre , 15, 16 mars dans le champ des soins infirmiers

23, 24 mars, 17,18 mai, 15, 16 juin, 18, 19 octobre, 09, 10 novembre , 15, 16 mars dans le champ des soins infirmiers CFCPH/PRATIQUE IDE MODULE 1 (RENFORCER SA PRATIQUE CLINIQUE INFIRMIERE Module 1 : Evolution et perspectives de l'environnement professionnel infirmier) CFCPH/RECHERCHE SI niveau 1 (Recherche en soins infirmiers

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

Depuis HomeCare Bichsel Votre prestataire de services spécialisé

Depuis HomeCare Bichsel Votre prestataire de services spécialisé Depuis 1964. 1 HomeCare Bichsel Votre prestataire de services spécialisé Table des matières Pour HomeCare Bichsel, le patient est notre préoccupation principale. Le respect des prescriptions médicales,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS

CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS CAHIER DES CHARGES DES MAISONS DES ADOLESCENTS I CONSTAT Alors que ce sont encore trop souvent les aspects négatifs de l adolescence qui sont mis en avant, il est utile de rappeler que la grande majorité

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT MALADIES CHRONIQUES ET PARCOURS PATIENT Louise ULRIC, Suzanne GERMANY 1 Réflexion née de l expérience des filières existantes en Martinique, en lien avec les réseaux ville - hôpital : - AVC : réseau Ermancia

Plus en détail

IDE en réanimation Pratiques professionnelles. Collaboration IDE/AS quelles responsabilités?

IDE en réanimation Pratiques professionnelles. Collaboration IDE/AS quelles responsabilités? IDE en réanimation Pratiques professionnelles Collaboration IDE/AS quelles responsabilités? Votre intervenant Didier CHARLES Juriste de la MACSF aux sinistres Hauts Enjeux de Responsabilité Civile Professionnelle

Plus en détail

MEDECIN MEDECIN DE L ENFANCE

MEDECIN MEDECIN DE L ENFANCE Direction des Ressources humaines MEDECIN K MEDECIN DE L ENFANCE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction Enfance Famille Santé POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Poste de rattachement

Plus en détail

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME

MISE EN PLACE D UN PROGRAMME MISE EN PLACE D UN PROGRAMME D ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DES PATIENTS DIABÉTIQUES PORTEURS DE CAPTEURS DE GLUCOSE M. Megne Wabo 1, S. Mosnier-Thoumas 1, I. Barcos 3, D. Mendes 3, D. Breilh 1, B. Catargi

Plus en détail

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Brigitte GALAUP Pascale LESTIEU Réseau RELIENCE SOMMAIRE Présentation du réseau L orientation maladie

Plus en détail

TRAVAILLEUR SOCIAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE

TRAVAILLEUR SOCIAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction des Ressources humaines TRAVAILLEUR SOCIAL I GESTIONNAIRE DE CAS - MAIA (Maison pour l autonomie et l intégration des malades d Alzheimer) POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction

Plus en détail

Place de l HAD en EHPAD

Place de l HAD en EHPAD Place de l HAD en EHPAD Mardi 13 octobre 2015 Rappels Quelques chiffres > En 1950, la population française était de 41,5 millions d'habitants, avec 6,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré NIMES Cedex 9 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE NIMES Place du Professeur Robert Debré 30029 NIMES Cedex 9 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE L UNITE D ONCOLOGIE MEDICALE A TEMPS PARTIEL Vu les dispositions du code de la santé

Plus en détail

Le tutorat en libéral. Christiane KOSACZ Infirmière libérale - élue de l URPS infirmiers Ile-de-France

Le tutorat en libéral. Christiane KOSACZ Infirmière libérale - élue de l URPS infirmiers Ile-de-France Le tutorat en libéral Christiane KOSACZ Infirmière libérale - élue de l URPS infirmiers Ile-de-France Contexte du projet 1/2 Une forte concentration d instituts de formation en soins infirmiers en Ile-de-France

Plus en détail

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental

RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE. Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental RAPPORT DE CERTIFICATION VISITEURS SUITE A VISITE CIBLÉE 2 ÈME PROCÉDURE Centre Hospitalier Spécialisé Interdépartemental 6 bis rue du pavé- BP 03 03360 AINAY Le CHATEAU Novembre 2008 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

RENOVATION DE LA VOIE PROFESSIONNELLE. Baccalauréat Professionnel. Accompagnement, Soins et Services à la Personne

RENOVATION DE LA VOIE PROFESSIONNELLE. Baccalauréat Professionnel. Accompagnement, Soins et Services à la Personne RENOVATION DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Baccalauréat Professionnel Accompagnement, Soins et Services à la Personne Cadre de la Rénovation de la voie professionnelle Parcours de formation Fonctions et activités

Plus en détail

PROFIL DE POSTE CADRE SUPEIEUR POLE ONCO/HEMAO

PROFIL DE POSTE CADRE SUPEIEUR POLE ONCO/HEMAO REDACTEUR VERIFICATEUR (S) APPROBATIEUR(S) NOMS J. Guillout J. Bourinat M. Sinemon FONCTIONS Cadre supérieur de santé Coordinatrice générale des soins DRH DATES SIGNATURES 1 - SITUATION DU POSTE : Le cadre

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. CADRE DE SANTE EN FORMATION PARAMEDICALE (Autre appellation courante : cadre formateur)

PROFIL DE POSTE. CADRE DE SANTE EN FORMATION PARAMEDICALE (Autre appellation courante : cadre formateur) INSTITUT DE FORMATION (IFSI, IFAP, IFAS) DU CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL ROBERT BALLANGER - 93602 AULNAY-SOUS-BOIS CEDEX Téléphone : 01.49.36.71.10/71.09 - Télécopie :01.49.36.72.39 Madame Patricia

Plus en détail

PMSI et Système d Information en Epidémiologie. Dr V Gilleron SIM - CHU de Bordeaux

PMSI et Système d Information en Epidémiologie. Dr V Gilleron SIM - CHU de Bordeaux PMSI et Système d Information en Epidémiologie Dr V Gilleron SIM - CHU de Bordeaux Place du recueil d information médicale dans le SIH Système d information Organisation qui comprend moyens humains et

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ. Direction de l administration pénitentiaire

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ. Direction de l administration pénitentiaire SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ MINISTÈRE DE LA JUSTICE MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction de l administration pénitentiaire Direction de la protection judiciaire de la jeunesse Direction

Plus en détail

établissement de santé En bref.

établissement de santé En bref. Principale organisation professionnelle des diététiciens ticiens Le Soin diététique tique réalisé par le diététicien ticien en établissement de santé AFDN année e 2009 35, Allée Vivaldi 75012 Paris Tél.

Plus en détail

Les carnets de parcours du patient adulte candidat à la chirurgie bariatrique

Les carnets de parcours du patient adulte candidat à la chirurgie bariatrique Les carnets de parcours du patient adulte candidat à la chirurgie bariatrique Marina Vignot ICAN Institut de Cardiométabolisme et Nutrition Université Pierre & Marie Curie/Paris 6 GH Pitié-Salpêtrière-Charles

Plus en détail