Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments PD Dr Pascal BONNABRY"

Transcription

1 Intérêts et risques des nouvelles technologies de l information dans le flux des médicaments Flux des médicaments et pharmacoéconomie DESS,

2 Enjeux! Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine " Améliorer la sécurité! Suivi et documentation des actes de plus en plus exigé jusqu au niveau du patient " Améliorer la traçabilité " Les technologies de l information peuvent en théorie répondre à ces deux objectifs

3 Fiabilité humaine! Omission dans l exécution d une tâche non guidée 5% guidée par une check-liste 0,3% (> 10 instructions) guidée par une check-liste 0,1% (< 10 instructions)

4 Fiabilité humaine! Dans le circuit du médicament Préparation des traitements 1% d erreurs Calculs 10 % d erreurs

5 Fiabilité humaine! Efficacité des contrôles humains Introduction d erreurs dans le remplissage de doses unitaires Capacité de détection: # Pharmaciens: 87.7% # Infirmières: 82.1% Facchinetti NJ, Med Care 1999;37:39-43 " Efficacité = 85% (valeur reconnue en milieu industriel) " Se méfier des «doubles-contrôles»

6 Stratégie habituelle! La boule et l entonnoir Procédures Formation Attention Prise en charge Contrôles

7 Stratégie d amélioration! Simplifier! Standardiser! Réduire le recours à la mémoire! Supprimer les retranscriptions! Eliminer les étapes manuelles! Diminuer la ressemblance! Renforcer les barrières! Améliorer la communication " Réviser les flux produit/information (re-engineering)

8 Le processus «idéal»?

9 Stratégie du futur?! La boule et l entonnoir Prescription électronique Dispensation automatisée Contrôle par code-barres Prise en charge

10 Les technologies de l information! Intérêts potentiels Suppression d étapes cognitives Suppression d étapes manuelles Suppression des retranscriptions Elimination des problèmes de lisibilité Intègre naturellement la traçabilité Force à une approche systémique des processus

11 Les technologies de l information! Problèmes potentiels Acceptabilité par les utilisateurs Formation des utilisateurs Problèmes d ergonomie Introduction de nouveaux risques Parfois augmentation de temps Accès aux ordinateurs Dépendance des systèmes informatiques Maintenance!!! Coût

12 Les technologies de l information! Exemple de nouveaux risques

13 Les technologies de l information! Evaluation de l acceptabilité Technique # Convivialité # Temps de réponse # Fiabilité Humaine # Leadership # Valeurs des utilisateurs # Motivation # Acceptation # Disponibilité en temps Ergonomique # Organisation du workflow

14 La prescription électronique Computerized physician order entry (CPOE)

15 Erreurs de prescription! Inadéquation " mauvaise qualité de la thérapeutique # choix des molécules # interactions # adaptation de la posologie # durée du traitement! Imprécision " risque d erreur dans la suite du processus # lisibilité # exactitude # exhaustivité # univocité

16 Prescription électronique! Imprécision " en principe résolu

17 Prescription électronique! Inadéquation " dépend des systèmes d aide à la décision (Clinical decision support systems, CDSSs) # directives thérapeutiques # lien avec dossier patient informatisé (labo, radios, consultations, ) # interactions médicamenteuses # allergies #

18 Des expériences positives...! Réduction de 55% des erreurs médicamenteuses non interceptées [10.7 " 4.9 / 1000 patients-jours]! Résultats par étapes: Prescription - 19% Mais surtout : Transcription - 84% Dispensation - 68% Administration - 59% Bates DW, JAMA 1998;280:1311-6

19 et des échecs LA Times, 23 janvier 2003

20 Prescription électronique! Non détection d ordres non sûrs Bates D, JAMIA 2001;8:299

21 Shu K, Medinfo 2001;10:1207 Temps de prescription! Sans prescription électronique 2% du temps des internes! Avec prescription électronique 9% du temps des internes gain de 2% sur d autres tâches " Augmentation nette de 5% (sur horaire de 50 heures = 2,5 heures/semaine ) " Retour sur investissement (CDSS)???

22 Implantation de la prescription électronique! Etape déterminante pour le reste du processus! Plus de temps pour prescrire mais prescription de meilleure qualité! Quelles plus-values pour la prescription? (CDSSs)! Evaluer l impact sur la communication " Ne pas sous-estimer l implantation! " Evaluer la motivation (soutien des chefs?) " Pas possible de généraliser, implantation et impact à évaluer pour chaque application

23 Prescription électronique! Degré de préparation de l institution n= 17 hôpitaux note max=100 Stablein D, Joint Comm J Qual Saf 2003;29:336

24 La dispensation automatisée Automated dispensing system (ADS)

25 Distribution globale! Nouveaux développements Achats " EDI (electronic data interchange) Mises en stock par scanning (fiabilité) Sortie de stock par scanning, feuille de cueillette électronique (fiabilité) Traçabilité jusqu à l unité de soins # Identité médicament # N lot /date de péremption

26 Distribution globale! Barrières à l implémentation Connexion avec les systèmes informatiques des fournisseurs Nécessité de réorganiser le mode de stockage (" stockage par lot) Codification des données sur les emballages (identification, date expiration, n lot) Temps / ligne (?) Compatibilité des systèmes informatiques Coût

27 Erreurs de préparation! Calcul des doses, conversion d unités! Erreur de lecture! Erreur de sélection! Erreur de distribution (mauvais horaire, mauvais patient)! Erreur d asepsie

28 Dispensation automatisée Littérature! Plusieurs études versus le système de dispensation traditionnel (USA = individualisé manuel) Etudes sur # Modification de l activité # Acceptabilité # Taux d erreur: 7 identifiées 5 Pyxis 1 Baxter ATC Mc Laughlin dispensing system 0 autres systèmes (p.ex. Omnicell)

29 Dispensation automatisée Littérature! Résumé Evidence de gain de temps, disponibilité pour les activités cliniques et efficacité facturation Seulement une faible réduction des taux d erreurs médicamenteuses, mais # Nombre d études limité # Mauvaise qualité des études en général # Technologies les plus récentes et connexion à la prescription électronique non testées " D autres études sont nécessaires pour évaluer l efficacité des systèmes récents

30 Objectifs! Déterminer le taux d erreur durant la dispensation dans un environnement expérimental! Déterminer les principaux mécanismes d erreurs! Comparer différentes organisations du stockage

31 Conditions expérimentales! Phase 1 Stock global! Phase 2 Medstation Pyxis

32 Méthode! Population test 30 infirmiers / -ères par expérience médecine / chirurgie! Tests à effectuer 20 piluliers 4 médicaments chacun 4 horaires d administration préparation pour 24 heures

33 Expérience Medstation Pyxis! Introduction électronique préalable des ordres médicaux! Stockage dans des CUBIE uniquement (Computezised Unit-Based Inventory Exchange)! Brève formation des infirmières (25 )! Formulaire d évaluation

34 Expérience Medstation Pyxis

35 Décompte des erreurs! Comparaison avec des piluliers de référence! Classification des erreurs omission commission sélection comptage répartition

36 Taux d erreur sans Pyxis avec Pyxis Total Omission Taux d'erreur [%] Sélection Comptage Répartition * * * * p<0.05 n=2400

37 contenu prescr. programme Résultats Questionnaire Pyxis ergonomie temps acc.med. % bon/très bon

38 Résultats Questionnaire Pyxis! Intérêts! Limitations Diminution des erreurs de préparation (16) Meilleures gestion des stocks (9) Rapidité de préparation (7) Facilité d utilisation (4) Ergonomie (15) Temps d accès aux médicaments (6) Travail mécanique, problèmes de concentration (6) Place et aménagement des locaux (5) Sécurité (vols) (3) Gestion des pannes (2)

39 Conclusions de l étude! Réduction majeure des erreurs de préparation, en particulier de sélection: Prescription électronique CUBIE " à confirmer en situation réelle! Amélioration de la traçabilité (p.ex. stupéfiants, dérivés sanguin)! Opportunité de revoir le flux du médicament! Devrait être connecté à la prescription électronique et un contrôle final par code-barres

40 Déviations possibles! Infirmières qui attendent aux heures d administration! Retrait des médicaments en dehors des heures pour éviter les attentes! Passer outre les procédures quand une dose est nécessaire rapidement Borel J, Am J Health-Syst Pharm 1995;52: " Une évaluation attentive du workflow est nécessaire pendant l implémentation

41 Scanning par code-barres et enregistrement des données d administration Barcode scanning and Electronic medication administration record (e-mar)

42 Administration! Règle des 5 B Bon patient Bon médicament Bonne dose Bonne voie d administration Bon moment

43 Contrôle ultime par scanning! Lien avec prescription électronique et intégralité du dossier patient informatisé " Assurer les 5 B " éviter des erreurs (patient, médicament, dose, voie, heure) = dernière chance! " Permettre la traçabilité jusqu au patient (emar) (qui, à qui, quoi, quand)

44 Contrôle ultime par scanning! Barrières Peu étudié et à ce jour, pas de démonstration objective du bénéfice " impact à évaluer Nécessité d identifier les doses unitaires de médicaments " actuellement inexistant Nécessité d identifier les soignants et les patients " problèmes culturels

45 Identification de la dose unitaire! Quasiment inexistant actuellement! Re-étiquettage?! Reconditionnement en dose unitaire (robot)?

46 Identification de la dose unitaire! L exemple de la FDA Identification produit obligatoire Identification n lot et date d expiration encouragé Tous les nouveaux médicaments + délai de 2 ans pour les anciens Estimation: prévention de événements indésirables /an

47 Identification de la dose unitaire

48 Identification du patient! Acceptabilité Cléopas A, Service qualité des soins, HUG, 2003

49 Perspectives

50 Pierre angulaire du système! Dossier patient informatisé (DPI) Laboratoires Radiologie Consultants Réseau Notes DPI Prescription Traçabilité Bases de données Contrôle ultime

51 Comment avancer?! Développer les bases (DPI, base de données médicaments)! Mettre en place une stratégie d implantation des outils (re-engineering)! Définir les règles de traçabilité (quoi, jusqu où, quels standards)! Tester avec des processus pilotes

52 Cytostatiques! prescription standardisée! prescription informatisée! transcriptions supprimées (fiche fabrication)! reconstitution centralisée! reconstitution avec contrôles sécurisés! intrathécal traité séparément! traçabilité des productions! transport! check-liste avant administration! contrôle ultime sécurisé! pharmacien sur site! filière d élimination des déchets! procédure en cas d extravasation

53 Cytostatiques! Analyse AMDEC

54 Cytostatiques! Protocole de prescription

55 Cytostatiques! Protocole de prescription

56 Cytostatiques! Protocole de fabrication

57 Cytostatiques! Protocole de fabrication

58 Cytostatiques! Fabrication Identification bac identité préparation Identité opérateur (RFID) Identité bac Protocoles informatisés ORMED-CYTOS Etiquette produit fini identité préparation Pesée

59 Cytostatiques! Check-liste d administration

60 Cytostatiques! Check-liste électronique ORMED-CYTOS Echéancier: Produit à administrer Identité opérateur (RFID) Identité + validité produit Identité patient Etiquette produit fini identité préparation

61 Cytostatiques! Evolution de l analyse AMDEC

62 Cytostatiques! Evolution de l analyse AMDEC " "

63 Conclusion générale! Les technologies de l information ont un grand potentiel pour réduire le risque d erreur et améliorer la traçabilité! mais il faut considérer attentivement certains facteurs: L impact sur le workflow Les aspects techniques, la convivialité, l organisation de l implémentation et la culture de l institution! Mettre en place une approche systémique, évaluer des étapes successives et développer un système d information cohérent entre elles

64 Le processus «idéal»?

65 Pronovost PJ, Qual Saf Health Care 2003;12: Evaluation de la culture sécurité Climat de sécurité au John Hopkins Hospital et dans 13 compagnies aériennes (questionnaire aux collaborateurs)

66 La sécurité, ça ne s obtient pas du jour au lendemain

67 Cette conférence peut-être téléchargée:

La raison d être des systèmes d information

La raison d être des systèmes d information La raison d être des systèmes d information 23 ème Séminaire en sciences pharmaceutiques Pourrait-on vivre sans? 1 Enjeux Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Suivi

Plus en détail

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion)

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion) Module Vigilance et traçabilité Traçabilité Plan 08h30-09h00 09h00-09h20 09h20-10h00 Apports théoriques Stupéfiants (discussion) Retrait de lot (discussion) Traçabilité Définition «Aptitude à retrouver

Plus en détail

Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres?

Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres? Comment sécuriser l utilisation des médicaments à l aide de code-barres? Prof. Pascal BONNABRY Symposium Teva Pharma AG Lausanne, 21 avril 2010 To err is human USA Complications médicamenteuses graves

Plus en détail

Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux

Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux Sécurisation du circuit des médicaments anticancéreux Les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) env. 780 000 journées d hospitalisation / an env. 760 000 consultations ambulatoires / an 2200 lits 1 Agenda

Plus en détail

Chaîne de production des médicaments

Chaîne de production des médicaments Chaîne de production des médicaments GPAO : Aspects légaux et pharmaceutiques 2 Principe de base Une préparation n est entreprise que si la pharmacie possède les moyens appropriés pour la réaliser et la

Plus en détail

Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier

Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier Gestion des risques en milieu hospitalier: Rôle du pharmacien hospitalier AG des pharmaciens hospitaliers francophones de Belgique Pourquoi le pharmacien? «A la pointe de la gestion du processus et du

Plus en détail

Le risque La cible à atteindre. Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus. Le risque zéro n existe pas

Le risque La cible à atteindre. Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus. Le risque zéro n existe pas Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Congrès «La sécurité des patients en Suisse» Le risque La cible à atteindre Le risque zéro n existe pas Déterminer le niveau

Plus en détail

Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus

Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Analyse prospective des risques: un support à la sécurisation des processus Congrès «La sécurité des patients en Suisse» Le risque La cible à atteindre Le risque zéro n existe pas Déterminer le niveau

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Les erreurs de médication tuent 7 000 personnes chaque année aux USA Hôpitaux Universitaires de Genève Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef De la pharmacie au patient: comment réduire les erreurs? Etre les premiers pour Symposium vous Aguettant - SFAR 19 septembre 2013 2

Plus en détail

Automatisation du circuit du médicament

Automatisation du circuit du médicament Automatisation du circuit du médicament Prof. Pascal BONNABRY Forum romand «Qualité et sécurité des soins à l hôpital» Lausanne, 29 septembre 2011 Une organisation obsolète? 39% Prescription Stock industrie

Plus en détail

Flux du médicament à l hôpital

Flux du médicament à l hôpital Cours de pharmacie hospitalière, 3ème année Flux du médicament à l hôpital l Prof. Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Pharmacie des HUG Genève OBJECTIFS Savoir expliquer le processus d achat de médicaments

Plus en détail

Technologies de l information en pharmacotechnie hospitalière

Technologies de l information en pharmacotechnie hospitalière L'Association Belge des Pharmaciens Hospitaliers 15 Novembre 2013 Technologies de l information en pharmacotechnie hospitalière PD Dr. Farshid Sadeghipour Service de Pharmacie 2 Risques La préparation

Plus en détail

Arrimage des projets technologiques avec les objectifs stratégiques de l organisation:

Arrimage des projets technologiques avec les objectifs stratégiques de l organisation: Arrimage des projets technologiques avec les objectifs stratégiques de l organisation: exemple du Dossier patient informatisé (DPI) Joanne Lessard, M.Sc.A., PMP, CPHIMS Systèmes informatiques CHCA inc.

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse

Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Intégration de la dispensation automatisée dans la prise en charge des patients Du circuit du médicament à la prise en charge médicamenteuse Etienne COUSEIN Centre Hospitalier de Valenciennes Pharmacien

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Une pièce d une stratégie

Une pièce d une stratégie Robot de distribution Rowa: Hugot bosse-t-il bien? Prof. Pascal BONNABRY 2 ème colloque sur l automatisation en pharmacie hospitalière Lausanne, 31 janvier 2013 Une pièce d une stratégie Distribution robotisée

Plus en détail

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard.

L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique à la Clinique Saint Joseph d Angoulême. 19 juin 2009 Jean-Marie Constantin, Didier Delavaud, Thomas Guichard. L informatique et la tête de veau HISTORIQUE : ILChir Janvier 1987 : début du

Plus en détail

Quelles stratégies de prévention?

Quelles stratégies de prévention? UE6 - Initiation à la connaissance du médicament Chapitre 3 : Prévention de l iatrogénie médicamenteuse Quelles stratégies de prévention? Benoît ALLENET, Pharmacie Clinique Année universitaire 2011/2012

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

Un projet de réseau r communautaire d informatique médicale. Antoine Geissbuhler Fiesch,, le 2 septembre 2005

Un projet de réseau r communautaire d informatique médicale. Antoine Geissbuhler Fiesch,, le 2 septembre 2005 Un projet de réseau r communautaire d informatique d médicale Antoine Geissbuhler Fiesch,, le 2 septembre 2005 DE LA CONFUSION FUSION SEAU AU RÉSEAU DE LA CON AU Pourquoi «e-toile»? Complexité croissante

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou

Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou www.meah.sante.gouv.fr Chantier MEAH «Organisation et Sécurisation du circuit du médicament» Expérience du Centre Médico-chirurgical de Kourou KA Dinh-Van, N Tisserand, C Lemée, F Michel, F Alvarez, D

Plus en détail

Le projet e-health au CHU de Liège. Myrèse Radoux Pharmacien Chef Service facturations et gestion des processus

Le projet e-health au CHU de Liège. Myrèse Radoux Pharmacien Chef Service facturations et gestion des processus Le projet e-health au CHU de Liège Myrèse Radoux Pharmacien Chef Service facturations et gestion des processus Présentation du CHU de Liège CHU ND des Bruyères CHU Sart Tilman CHU Ourthe-Amblève 925 lits

Plus en détail

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES pour sensibiliser les directions Cible : les directions des ES les établissements de taille moyenne,

Plus en détail

Informatisation du circuit des produits de santé

Informatisation du circuit des produits de santé Informatisation du circuit des produits de santé Automatisation de la dispensation globale au CHU de Nancy Isabelle MAY HOPIPHARM - 19 mai 2010 SYNPREFH SYNPREFH Contexte La dispensation globale en 2006

Plus en détail

Module 197 Développer et implanter un concept de gestion des versions et des configurations

Module 197 Développer et implanter un concept de gestion des versions et des configurations Module 197 Développer et implanter un concept de gestion des versions et des configurations Copyright IDEC 2002-2009. Reproduction interdite. Sommaire Introduction... 3 Délimitation du domaine... 3 Fonctions

Plus en détail

Le dossier informatisé du patient en passe de remplacer le papier dans les hôpitaux du canton

Le dossier informatisé du patient en passe de remplacer le papier dans les hôpitaux du canton Le dossier informatisé du patient en passe de remplacer le papier p dans les hôpitaux du canton Conférence de presse du 1.10.2013 Pierre-Yves Maillard, Chef du DSAS Karim Boubaker, Chef du SSP ad interim

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet AFPHB Meux, 25 novembre 2010 Plan de l exposé Introduction Intérêt d un programme

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9

Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk. AMI Enterprise Discovery version 3.9 Valoriser vos bases de connaissances avec AMI Help Desk AMI Enterprise Discovery version 3.9 Février 2005 Sommaire 1 Objectifs d AMI Help Desk...3 2 Principes de fonctionnement...3 2.1 Mode de travail

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Utilisation des bases de données disponibles dans le système d information médicale Annie CHALFINE 1, Laurence PERNICENI 1, Loïc FLACHET

Plus en détail

Pôle Performance Industrielle Durable. Page 1 Rencontre SEE Le 20/05/2014 Lille. Innover

Pôle Performance Industrielle Durable. Page 1 Rencontre SEE Le 20/05/2014 Lille. Innover Page 1 Innover en mécanique Page 2 Rencontre Solutions Energie Entreprises Lille le 20 mai 2014 Atelier : «Audit énergétique obligatoire : quelles sont les entreprises concernées?» Eric SENECHAL-CETIM

Plus en détail

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence Paris, le 10-03-2010 Le Plan Qualité et le montage de projet Corinne JUFFROY Ecole Conduite de Projet - Paris - 10 mars 2010

Plus en détail

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE David Pronier Country Manager Europe du Sud Motion Computing Pascal Detemmerman CEO SwissEnov Sommaire La Mobilité

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008

Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008 Retour sur investissement d un PACS: l expérience de l Institut Curie Journées Françaises de Radiologie Octobre 2008 1- - Introduction (1) Institut Curie Centre de Lutte Contre le Cancer 177 lits d hospitalisation

Plus en détail

La numérisation augmente l efficacité, la sécurité et la fiabilité des flux d informations et des processus commerciaux.

La numérisation augmente l efficacité, la sécurité et la fiabilité des flux d informations et des processus commerciaux. 1 Forte de son statut d expert dans la transmission des informations et de son savoir-faire technique, la Poste joue un rôle important. Elle met à disposition des composants d infrastructure sur trois

Plus en détail

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution?

L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : quels enjeux, quelle solution? 5 décembre 2013 Sommaire L exploitation des rapports de vérifications réglementaires : Quels enjeux? Bureau

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE PRE-AUDIT. Rubrique n 1 : Présentation de l entreprise

QUESTIONNAIRE DE PRE-AUDIT. Rubrique n 1 : Présentation de l entreprise QUESTIONNAIRE DE PRE-AUDIT MISE A NIVEAU DE L ENTREPRISE PAR LE GENIE INDUSTRIEL Pré-audit réalisé le... Rédacteur(s). Rubrique n 1 : Présentation de l entreprise Renseignements généraux - Identité de

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé Page 1 sur 6 Décembre Définition : Définir les règles de gestion des médicaments dans les unités de soins, au regard de la réglementation de qualité et pour garantir sa qualité et son effet thérapeutique.

Plus en détail

ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR

ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR ROLES DU PHARMACIEN HOSPITALO-UNIVERSITAIRE: VISION D AVENIR Dr. Pascal BONNABRY, PD Pharmacie des HUG Genève PRESSIONS D EVOLUTION Externes Situation économique Besoin de rentabilité Concurrence Législation

Plus en détail

Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale

Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale Alain Coeur, Consultant Alain Cœur Conseil PLAN Evolution de la structure des laboratoires de biologie médicale

Plus en détail

Les étapes de l informatisation des réseaux

Les étapes de l informatisation des réseaux Les étapes de l informatisation des réseaux Les clés du succès la formation et la motivation initiale des équipes : comment l obtenir? Dr Edith DROUMAGUET Médecin coordonnateur du réseau périnatal des

Plus en détail

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC

Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Analyse prospective des risques: application de la méthode AMDEC Prof. Pascal BONNABRY Certificat qualité des soins Genève, 14 avril 2011 Agenda Introduction: analyse de risques Exemple d application de

Plus en détail

Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments

Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments Assurance-qualité: de la certification à la sécurité d administration des médicaments Sécurisation des processus de production des médicaments Déroulement du cycle Place de l assurance-qualité dans l organisation

Plus en détail

Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité

Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité Reconfiguration du circuit d approvisionnement pharmacie / bloc opératoire dans un hôpital de proximité PLAN 1. Introduction: la reconstruction du bloc opératoire 2. Matériel et méthodes: la réflexion

Plus en détail

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Continuité des traitements médicamenteux : LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Coraline Claeys Pharmacien au Cercle Royal Pharmaceutique de l Arrondissement de Nivelles et en officine Faculté de

Plus en détail

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme

UE 5 Management des systèmes d informations. Le programme UE 5 Management des systèmes d informations Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1.

Plus en détail

Simulation en aviation

Simulation en aviation Hôpitaux Universitaires de Genève Intérêt de la simulation en pharmacotechnie Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef JFSPH 23 avril 2015 Etre les premiers pour vous Simulation en aviation 2 1 Simulation en

Plus en détail

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12

2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2. L intégration horizontale des fonctions de l entreprise 12 Table des matières Avant-propos 3 Introduction 1. L entreprise et l environnement financier...5 2. Le concept traditionnel...6 2.1. Les stades d évolution de la fonction de Supply Chain Management 7 2.2.

Plus en détail

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Identito-vigilance» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème identito-vigilance. Il est prévu que les différents

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Hôpitaux Universitaires de Genève Pharmacie hospitalière: défis actuels et futurs Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Etre les premiers pour Séminaire MAS vous Sion, 6 octobre 2014 Missions GSASA Fournir

Plus en détail

1. L évolution de la compétitivité de l entreprise... 1. 2. Le contexte de la nouvelle gestion de production... 4

1. L évolution de la compétitivité de l entreprise... 1. 2. Le contexte de la nouvelle gestion de production... 4 Sommaire Chapitre 1 Introduction 1. L évolution de la compétitivité de l entreprise... 1 2. Le contexte de la nouvelle gestion de production... 4 3. La gestion de production et les flux... 5 4. Gestion

Plus en détail

CIRCUIT DU MEDICAMENT

CIRCUIT DU MEDICAMENT CIRCUIT DU MEDICAMENT A L EHPAD LA ROSERAIE 9 Allée de la Roseraie 85 140 CHAUCHE CONTEXTE ET MODALITÉS DE RÉALISATION POURQUOI? QUI? QUAND? COMMENT? Temps de travail infirmier très important : Environ

Plus en détail

!"#$%&'() *+,-) LE SYSTÈME DE GESTION

!#$%&'() *+,-) LE SYSTÈME DE GESTION !"#$%&'() *+,-) LE SYSTÈME DE GESTION OBJECTIF : VOUS CONNAISSEZ ET COMPRENEZ LES DIVERS SYSTÈMES DE GESTION. A QUOI SERT-IL? Effectuer les commandes Enregistrer les arrivages Etiqueter les nouveaux articles

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

Pratique de logiciels de planification

Pratique de logiciels de planification Pratique de logiciels de planification MASTER TECHNOLOGIE & HANDICAP Université Paris 8 Sommaire Introduction Organisation d un projet Les principaux axes de la planification Gestion des tâches Gestion

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

La télésauvegarde est-elle la solution pour réduire les risques quotidiens de la sauvegarde?

La télésauvegarde est-elle la solution pour réduire les risques quotidiens de la sauvegarde? La télésauvegarde est-elle la solution pour réduire les risques quotidiens de la sauvegarde? SOMMAIRE Introduction I. Les risques encourus avec un système de sauvegarde traditionnelle II. Les attentes

Plus en détail

Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient

Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient Solutions de gestion du sang et de transfusion au chevet du patient Améliorer la sécurité des patients. Maintenir la traçabilité. Réduire les déchets sanguins. Solutions de gestion du sang et de transfusion

Plus en détail

Démarche diagnostic. Visite. Suivi des initiatives de la performance. Diagnostic. Projet(s) Recommandations. Planification et organisation

Démarche diagnostic. Visite. Suivi des initiatives de la performance. Diagnostic. Projet(s) Recommandations. Planification et organisation Démarche diagnostic Planification et organisation Processus de planification et de gestion de la demande Approvisionnement Niveau d inventaire Visite Organisation du travail Analyse de la chaîne de valeur

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

DEVOIR N 2 économie d entreprise

DEVOIR N 2 économie d entreprise DEVOIR N 2 économie d entreprise PROGRAMME : Les systèmes et la gestion de production L'évolution de la production La logistique et l approvisionnement L activité financière Les fondements de la GRH La

Plus en détail

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage.

L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Sage 100 Gestion de production i7 Nouvelle charte graphique L aspect de votre logiciel a été modifié et reprend désormais la nouvelle charte graphique Sage. Intuisage L IntuiSage est une interface d accueil

Plus en détail

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@ SOMMAIRE Chapitre - Introduction 4. A qui s adresse cet ouvrage? 4.2 Dans quelle situation utiliser cet ouvrage? 4.3 Comment utiliser cet ouvrage? 4 Chapitre 2 - Kaizen et Démarche qualité 5 2. Dans quel

Plus en détail

Projet LOSANGE. Line Operations Safety Analysis using Naturalistically Gathered Expertise. Sofréavia

Projet LOSANGE. Line Operations Safety Analysis using Naturalistically Gathered Expertise. Sofréavia Projet LOSANGE Line Operations Safety Analysis using Naturalistically Gathered Expertise Sofréavia Ludovic MOULIN, Stéphanie JOSEPH, Laurent CLAQUIN Le Projet LOSANGE Initiateur du projet : DGAC/ SFACT

Plus en détail

La carte achat dans la sphère État. Emmanuel SPINAT Directeur de la division technique de l Agence pour l Informatique Financière de l État (AIFE)

La carte achat dans la sphère État. Emmanuel SPINAT Directeur de la division technique de l Agence pour l Informatique Financière de l État (AIFE) La carte achat dans la sphère État Emmanuel SPINAT Directeur de la division technique de l Agence pour l Informatique Financière de l État (AIFE) Sommaire Présentation de la fonctionnalité carte achat

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne Atout majeur : Votre expertise L évaluateur n évalue pas votre expertise Dossier de validation de méthode

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

«Intégration de données PDF dans SharePoint? I like it!»

«Intégration de données PDF dans SharePoint? I like it!» «Intégration de données PDF dans SharePoint? I like it!» Stéphanie Philippoz connectis Mario Ramalho Infoteam 21 novembre 2012 Agenda 1 2 3 Les enjeux de la récupération de contenu pdf Les situations où

Plus en détail

Délivrance Nominative Automatisée Centralisée (DNAC) au CHU de Toulouse

Délivrance Nominative Automatisée Centralisée (DNAC) au CHU de Toulouse Gérer les risques Automatiser la délivrance nominative des médicaments Délivrance Nominative Automatisée Centralisée (DNAC) au CHU de Toulouse J. Jouglen P. Cestac HOMERUS Historique (2004-2010) Pôle

Plus en détail

EXPERIMENTATION D UNE MÉTHODE LEAN POUR L AMELIORATION DES PROCESSUS MÉTIERS

EXPERIMENTATION D UNE MÉTHODE LEAN POUR L AMELIORATION DES PROCESSUS MÉTIERS EXPERIMENTATION D UNE MÉTHODE LEAN POUR L AMELIORATION DES PROCESSUS MÉTIERS Application à l amélioration de la prise en charge médicamenteuse dans un hôpital Niccolo Curatolo Mardi 26 décembre 2014 1

Plus en détail

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée

Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Point d information 1 er décembre 2011 Modernisation et efficience du système de soins : la dématérialisation des ordonnances par les pharmaciens est engagée Faciliter les relations avec les professionnels

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Le Dossier Patient Informatisé

Le Dossier Patient Informatisé Le Dossier Patient Informatisé D.P.I Yann MORVEZEN DSIO CHU de Toulouse Le contexte ( 1 ) Le projet d établissement «centré sur le patient, le système d information prend place parmi les enjeux et les

Plus en détail

Forum International de l Assurance

Forum International de l Assurance Forum International de l Assurance La dématérialisation des échanges en assurance santé Enjeux Retours d expériences Perspectives Antoine AIZPURU Président Cegedim Assurances 19 Avril 2013 Introduction

Plus en détail

I. Introduction. Support logistique: 18/07/2008 SUPPORT LOGISTIQUE. Pauline de Werra. Maria Pineiro. Vanessa Kolly. Hôpitaux universitaires de Genève

I. Introduction. Support logistique: 18/07/2008 SUPPORT LOGISTIQUE. Pauline de Werra. Maria Pineiro. Vanessa Kolly. Hôpitaux universitaires de Genève Genève 7 juillet 008 Plan de la présentation SUPPORT LOGISTIQUE I. Introduction Pauline de Werra Maria Pineiro Vanessa Kolly II. Objectifs III. Moyens IV. Critères et évaluations V. Résultats Hôpitaux

Plus en détail

Les services collectifs zéro papier. Les apports de la gestion de contenu d entreprise

Les services collectifs zéro papier. Les apports de la gestion de contenu d entreprise Les services collectifs zéro papier Les apports de la gestion de contenu d entreprise Les services collectifs zéro papier Les apports de la gestion de contenu d entreprise Les conditions économiques commencent

Plus en détail

NET@XIS OFFRE DE SERVICES OFFSHORE SAP

NET@XIS OFFRE DE SERVICES OFFSHORE SAP NET@XIS OFFRE DE SERVICES OFFSHORE SAP SOMMAIRE Introduction... 3 Scénarii & tendances...4 Offre de services Netaxis.8 Méthodologie... 9 Infrastructure Technique...11 Livrables...12 Management de Project...13

Plus en détail

Guide de conduite de petits projets. Méthode extraite du management de projet E.E.M. en 10 étapes

Guide de conduite de petits projets. Méthode extraite du management de projet E.E.M. en 10 étapes Guide de conduite de petits projets Méthode extraite du management de projet E.E.M. en 10 étapes Christian Coudre Janvier 2007 Étape 0 : Préparation du projet Étape 1 : Collecte des informations Étape

Plus en détail

Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar

Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar Contrôle de qualité des médicaments : une procédure de sélection adaptée aux ressources disponibles le cas des anti-infectieux à Madagascar K.Chevreul 1, F.Ballereau 2 1. Department of Social Policy, London

Plus en détail

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme

UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme UE 8 Systèmes d information de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur Indications

Plus en détail

Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015

Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015 Gestion de l information sur les entreprises (CIM) Rapport d audit Rapport n o 2/15 11 mars 2015 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Créer de la valeur avec l Open Data

Créer de la valeur avec l Open Data Créer de la valeur avec l Open Data Des enjeux économiques majeurs Entre 106 et 141 par personne et par an Entre 387 et 640 par personne et par an (~les intérêts de la dette en France) Leviers pour créer

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25

Edition et intégration de logiciels médicaux. Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS. Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 Edition et intégration de logiciels médicaux Service commercial 22 rue de Chantepie 37300 JOUE LES TOURS Tél : 02 47 67 81.81 Fax : 02 47 67 42 25 LOGICIEL AXILA Le dossier médical informatisé pour les

Plus en détail

Piloter l atelier l. Valeur ajoutée e du MES pour les PMI.

Piloter l atelier l. Valeur ajoutée e du MES pour les PMI. Pilotage d atelier Piloter l atelier l grâce au système d information d : Valeur ajoutée e du MES pour les PMI. Le MES? Un Manufacturing execution system (abrégé en MES) est un système informatique dont

Plus en détail

Evolution d un scénario dans l expérience e-colab. EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7

Evolution d un scénario dans l expérience e-colab. EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7 Evolution d un scénario dans l expérience e-colab EMF, Dakar avril 2009 Gilles Aldon, Eductice, INRP Dominique Raymond-Baroux, IREM Paris 7 Cadre général Groupe e-colab au sein de l INRP Collaboration

Plus en détail

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef

Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Hôpitaux Universitaires de Genève Présentation de la Pharmacie des HUG Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Etre les premiers pour Visite de vous 4 juillet 2013 + Info Voir le film de présentation des HUG

Plus en détail

Dossier Patient Informatisé : L expérience Valaisanne

Dossier Patient Informatisé : L expérience Valaisanne Dossier Patient Informatisé : L expérience Valaisanne Hélène Hertzog Responsable du dossier patient informatisé Hôpital du Valais Sommaire L hôpital du Valais en quelques chiffres 1 ère ère : du papier

Plus en détail

Chimiothérapies: un processus global

Chimiothérapies: un processus global Scanning des chimiothérapies au lit du patient: de la RFID au Datamatrix Prof. Pascal BONNABRY International RFID congress Nice, 7 novembre 2012 Chimiothérapies: un processus global Préparation avec contrôle

Plus en détail

Guide : applications & usages.

Guide : applications & usages. Vous allez aimer la mobilité Une solution 100% sécurisée, un Drive 100% Pro. Vos fichiers disponibles sur tous vos périphériques. Accédez à tous vos fichiers (photos, documents) en parfaite mobilité sur

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail