La conduite après usage de cannabis et les jeunes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La conduite après usage de cannabis et les jeunes"

Transcription

1 Résumé thématiqu La conduit après usag d cannabis t ls juns L présnt résumé fait parti d'un séri d quatr documnts présntant un aprçu ds donnés scintifiqus actulls sur ls ffts d plusiurs catégoris d drogus sur l comportmnt d conduit, tout n soulignant c qu cla impliqu pour ls juns conducturs. Ls drogus abordés dans la séri sont l cannabis (dans l présnt documnt), ls stimulants du systèm nrvux cntral (SNC), ls déprssurs du SNC t ls opioïds, car cs catégoris nglobnt ls drogus licits t illicits ls plus courammnt consommés par ls juns. L présnt sommair s'adrss à un larg public, notammnt ls organisms qui délivrnt ls prmis d conduir, ls spécialists n promotion d la santé t n prévntion, ls nsignants, ls profssionnls d la santé t ls parnts. Définitions L cannabis, aussi applé marijuana, fait référnc aux flurs t aux fuills séchés d plants maturs du gnr Cannabis sativa. L haschisch st constitué d la sécrétion résinus brun foncé ou noir ds sommités fluris d la plant d cannabis. L cannabis cru ou brut st généralmnt fumé sous form d joint, roulé dans du papir comm un cigartt. Il st aussi fumé dans un pip à au ou un bong. L usag d cannabis chz ls juns L cannabis st la drogu illicit la plus courammnt consommé par ls juns Canadins. Environ 22 % ds 15 à 19 ans t 26 % ds 20 à 24 ans déclarnt avoir consommé du cannabis au moins un fois dans l anné précédnt n Chz cux ayant déclaré un tll consommation dans l anné précédnt n 2012, un jun sur cinq d 15 à 24 ans dit n avoir consommé chaqu jour ou prsqu. Slon un échll d méfaits liés à l usag d cannabis, ls réponss indiqunt qu nviron la moitié ds répondants présntnt un risqu modéré à élvé d n subir. La conduit après usag d cannabis chz ls juns Un récnt étud national a révélé qu 2,6 % ds Canadins déclaraint avoir pris l volant dans ls dux hurs suivant l usag d cannabis au moins un fois au cours ds 12 drnirs mois. Cla était l plus prononcé chz ls 18 t 19 ans (8,3 %), suivis ds 15 à 17 ans (6,4 %). Aussi, 21,5 % ds 18 t 19 ans déclaraint avoir voyagé à bord d un véhicul dont l conductur avait consommé du cannabis, alors qu c chiffr était d 14,1 % pour ls 20 à 24 ans t d 4,0 % pour ls plus d 25 ans. Un nquêt aléatoir auprès d conducturs nocturns n Colombi-Britanniqu a constaté un dépistag positif d cannabis chz 4,6 % d tous ls conducturs. L usag d cannabis était l plus répandu chz ls juns conducturs d 16 à 24 ans (6,4 %), suivis d cux d 25 à 34 ans (5,7 %). Chz ls conducturs d plus d 35 ans, 2,9 % ont été dépistés positifs au cannabis. D façon général ntr 2000 t 2010 au Canada, 16,4 % ds conducturs d véhiculs à motur mortllmnt blssés dans ds collisions d la rout ont été dépistés positifs au cannabis. Ls conducturs d 16 à 24 ans étaint plus d dux fois plus suscptibls qu ls conducturs d plus d 35 ans d êtr dépistés positifs au cannabis (25,8 % comparativmnt à 9,7 %). 1

2 La conduit après usag d cannabis t ls juns Ls forts taux d cannabis au volant chz ls juns smblraint liés au fait qu ls juns n sont pas convaincus qu l cannabis affaiblit la capacité d conduir un véhicul à motur n tout sécurité. Ls donnés probants, lls, indiqunt qu l cannabis nuit à la capacité d conduir d façon sécuritair t doubl l risqu d avoir un grav accidnt d la rout. Statut juridiqu au Canada Au Canada, il st illégal d possédr, d cultivr, d distribur, d vndr ou d importr du cannabis. Un condamnation pour un infraction lié au cannabis st inscrit dans un casir judiciair, c qui put avoir ds réprcussions sur ls possibilités d éducation, d mploi t d voyag du contrvnant. Un xcption s appliqu aux prsonns d 18 ans t plus possédant un documnt médical délivré par un médcin qui lur prmt d obtnir d la marijuana séché auprès d'un productur autorisé. La conduit avc facultés affaiblis par l cannabis st un infraction au Cod criminl du Canada t ls prsonns jugés coupabls ncournt ls mêms pins qu cux qui conduisnt avc facultés affaiblis par l alcool. Ds policirs spécialmnt formés puvnt xigr d'un conductur soupçonné d conduir sous l'fft d cannabis d s soumttr à ds tsts comportmntaux t d dépistag (p. x. prélèvmnt d un échantillon d sang, d'halin ou d saliv pour n analysr l contnu n drogu). L rfus d obtmpérr st un infraction assorti d un pin équivalnt à cll prévu pour la conduit avc facultés affaiblis. Ingrédints actifs L cannabis contint ds composés chimiqus, applés cannabinoïds. Parmi ux, l Δ9-tétrahydrocannabinol (THC) st considéré comm principalmnt rsponsabl ds ffts psychotrops agréabls qu rchrchnt cux qui consommnt l cannabis à ds fins récréativs. La puissanc d la drogu st souvnt xprimé sous form d pourcntag d THC n poids d cannabis séché. C pourcntag st grandmnt variabl t la concntration d THC a augmnté au fil ds annés à msur qu ls producturs produisnt ds variétés à plus fort tnur n THC. Dans l passé, l cannabis contnait ntr 1 t 4 % d THC; aujourd hui, la tnur st généralmnt proch d 12 % mais put attindr 20 %. La concntration d THC st généralmnt plus grand dans l haschisch (plus d 20 %) t l xtraction chimiqu put donnr un produit à très fort tnur n THC. Il s agit d produits très puissants pouvant produir ds ffts dramatiqus mêm chz ds consommaturs xpérimntés. Absorption, distribution, métabolism t élimination Lorsqu l cannabis st fumé, l THC travrs ls poumons t s rtrouv rapidmnt dans l sang. La concntration sanguin d THC augmnt vit, attint un pic qulqus minuts après l début d la consommation, puis rtomb à msur qu l THC st absorbé par ls tissus adipux. Ls ffts du THC disparaissnt lntmnt sur un périod d 2 à 4 hurs. L THC subit un fort métabolisation dans l corps t sul un ptit quantité st xcrété sous form inchangé. La majur parti du THC st xcrété dans ls fècs t l rst sous form d métabolits dans l urin. La concntration sanguin d THC dépnd d la quantité consommé, d la tnur n THC, ds résrvs graissuss du corps, d l xposition antériur au cannabis t du mod d consommation. L ingstion par voi oral rtard l absorption d THC t produit ds pics plus bas ds nivaux d concntrations sanguins ds cannabinoïds. 2

3 La conduit après usag d cannabis t ls juns Effts du cannabis L cannabis agit sur ls systèms d nurotransmtturs dans l crvau impliqués dans ls fonctions prcptivs, cognitivs, motrics t physiologiqus. L usag d cannabis put produir ds snsations d détnt t d uphori. Il put aussi ntraînr un distorsion d la prcption du tmps t d l'spac; un déficit d la concntration; un accroissmnt d la sédation t d la somnolnc; un diminution ds inhibitions; t ds troubls d la mémoir t d l attntion partagé. L cannabis nuit aussi à la coordination t à l équilibr. À plus forts doss, cux qui consommnt du cannabis puvnt rssntir d l anxiété, d la paranoïa t d la pur t avoir ds hallucinations. Ls ffts aigus d l usag d cannabis puvnt inclur un hauss d la fréqunc cardiaqu t d la tnsion artérill; un rougur oculair; l assèchmnt d la bouch t d la gorg; la dilatation ds pupills; un plus grand appétit; ds trmblmnts ds jambs t ds paupièrs; t ds mouvmnts saccadés d la têt. L'usag répété put ntraînr un toléranc à crtains ffts du cannabis. En général, ls ffts du cannabis smblnt liés à la dos consommé. Il st toutfois difficil d établir un lin ntr la concntration d THC t ls ffts du cannabis, principalmnt n raison d la variabilité ds ffts ntr différnts consommaturs. L profil t l mod d consommation; l xposition antériur au cannabis; l amplur d l usag; la concntration d THC; l nivau d toléranc acquis; la snsibilité; t la quantité d tissus adipux sont autant d facturs influant sur ls ffts obsrvés. Effts du cannabis sur la conduit Ds rchrchs axés sur ds tâchs xécutés n laboratoir, ds simulaturs d conduit t ds ssais d conduit réll sur la rout indiqunt fortmnt qu l cannabis put nuir à plusiurs habiltés cognitivs t motrics ssntills à la conduit sécuritair d'un véhicul t qu ss ffts puvnt durr 2 à 3 hurs après la consommation. L usag d cannabis nuit à la tnu d ax sur la rout, causant plus d déviations d la trajctoir. Il put aussi ntraînr plus d ajustmnts du volant. La capacité à accomplir ds tâchs d attntion partagé st affaibli, surtout fac à ds situations nouvlls ou inattndus, ou lors d trajts longs t monotons. Aussi, ls conducturs ayant consommé du cannabis modifint davantag la vitss t l spac- mnt avc l véhicul précédnt, t mttnt plus d tmps à réagir à ds changmnts soudains dans l nvironnmnt d conduit (p. x. quand l fu pass au vrt). L usag d cannabis nuit aussi à ds fonctions cognitivs (c.-à-d. mntals) nécssairs à la conduit sécuritair d'un véhicul, notammnt la mémoir à court trm, la pris d décisions t ls fonctions xécutivs sollicités dans la planification, l organisation t la gstion du tmps t d l spac. La concntration st égalmnt affaibli, surtout la capacité d survillr simultanémnt plusiurs élémnts d information. L'amplur ds ffts du cannabis sur la conduit put êtr très variabl, notammnt slon la quantité consommé, la puissanc du produit, l xposition antériur au cannabis, la fréqunc t l mod d consommation, t l xpérinc au volant. Consommr n mêm tmps d l alcool (mêm n ptits quantités) put snsiblmnt augmntr cs ffts. Ls ffts du cannabis sur la mémoir, la prcption, la concntration, la résolution d problèms, l traitmnt d l information t la coordination motric puvnt nuir à la capacité d conduir un véhicul d façon sécuritair. Ls conducturs ayant consommé du cannabis surstimnt souvnt l impact sur lurs capacités t puvnt tntr d l compnsr (p. x. n ralntissant t n augmntant l spacmnt avc l véhicul précédnt), parfois au détrimnt d la command du véhicul t d l attntion. L affaiblissmnt ds facultés dvint plus évidnt à msur qu augmnt la complxité d la tâch d conduit. 3

4 La conduit après usag d cannabis t ls juns L cannabis au volant s manifst par ds comportmnts très différnts comparativmnt à l alcool au volant. D nombrux ffts d l alcool sur la conduit sont flagrants t obsrvabls dans la façon d conduir (p. x. pris d risqus, xcès d vitss, difficulté à maintnir l véhicul dans sa voi), tandis qu ls ffts plus cognitifs du cannabis puvnt êtr subtils. Un conductur ayant consommé du cannabis put avoir un tmps d réaction plus lnt aux pannaux t aux fux d circulation, conduir à un vitss infériur, varir plus souvnt sa vitss, dévir d sa trajctoir t réalisr plus lntmnt ds manœuvrs. La consommation simultané d'alcool t d cannabis st associé à un risqu accru. Détction d l usag d cannabis Ls conducturs ayant consommé du cannabis présntnt souvnt un ou plusiurs signs caractéristiqus, dont : Odur distinctiv d marijuana Dilatation ds pupills Trmblmnts ds jambs t ds paupièrs Défaillancs d l attntion t d la concntration Yux rougs Pour la polic, cs signs puvnt fournir ds motifs raisonnabls d soupçonnr qu il y a u usag d drogu, lur prmttant d dmandr au conductur d s soumttr à un tst d sobriété normalisé. Slon ls obsr-vations du policir, l conductur put êtr tnu d l accompagnr au post d polic pour subir un évaluation fait par un agnt formé au Programm d évaluation t d classification ds drogus t fournir un échantillon d sang, d urin ou d saliv à ds fins d dépistag. C qu cla impliqu pour ls juns conducturs Il st bin connu qu ls juns conducturs sont particulièrmnt à risqu d êtr impliqués dans un collision, déjà parc qu ils sont rlativmnt inxpérimntés à l activité complx d la conduit. Il st rconnu qu l cannabis affct l traitmnt d l information, l attntion t la pris d décisions; on put donc s attndr à c qu ss ffts sur la conduit soint particulièrmnt prononcés chz cux qui n font qu commncr à acquérir d l xpérinc t à maîtrisr ls compétncs nécssairs pour conduir un véhicul d façon sécuritair dans ds situations routièrs complxs. Il st avéré qu l cannabis st la drogu illicit la plus courammnt dépisté chz ls juns conducturs mortllmnt blssés dans ds collisions d la rout au Canada. Ls risqus n s limitnt pas aux conducturs ayant consommé du cannabis. Lorsqu ds juns voyagnt à bord d un mêm véhicul, l risqu d collision augmnt. D autr part, 16 % ds juns d 15 à 24 ans déclarnt avoir voyagé à bord d un véhicul dont l conductur avait fumé du cannabis dans ls dux hurs précédnts. Ls conducturs doivnt villr à la sécurité ds autrs prsonns dans lur véhicul, mais ls passagrs doivnt évitr d voyagr à bord d un véhicul conduit par un prsonn ayant consommé du cannabis. Autrs rssourcs Dissipr la fumé ntourant l cannabis : Cannabis au volant Conduit avc facultés affaiblis au Canada (Résumé thématiqu) C qu la junss canadinn pns du cannabis Cannabis (Sommair canadin sur la drogu) 4

5 La conduit après usag d cannabis t ls juns Référncs sommairs Asbridg, M., J.A. Haydn t J.L. Cartwright. «Acut cannabis consumption and motor vhicl collision risk: Systmatic rviw of obsrvational studis and mta-analysis», British Mdical Journal, vol. 344, 2012, p Hartman, R.L., t M.A. Hustis. «Cannabis ffcts on driving skills», Clinical Chmistry, vol. 59, 2013, p Santé Canada. Enquêt d survillanc canadinn d la consommation d'alcool t d drogus : Sommair ds résultats pour 2011, Ottawa, chz l autur, Statistiqu Canada. Enquêt canadinn sur l tabac, l alcool t ls drogus : Sommair ds résultats pour Ottawa, chz l autur, Volkow, N.D., R.D. Balr, W.M. Compton t S.R.B. Wiss. «Advrs halth ffcts of marijuana us», Nw England Journal of Mdicin, vol. 370, 2014, p ISBN Cntr canadin d lutt contr ls toxicomanis, 2015 L Cntr canadin d lutt contr ls toxicomanis transform ds vis n mobilisant ls gns t ls connaissancs afin d réduir ls méfaits d l alcool t ds drogus sur la société. En partnariat avc ds organisms publics t privés t ds organisations non gouvrnmntals, il travaill à améliorr la santé t la sécurité ds Canadins. Ls activités t ls produits du CCLT sont réalisés grâc à la contribution financièr d Santé Canada. Ls opinions xprimés par l CCLT n rflètnt pas nécssairmnt clls du gouvrnmnt du Canada. 5

Contrôle aléatoire de l alcoolémie par alcootest

Contrôle aléatoire de l alcoolémie par alcootest www.cclt.ca www.ccsa.ca Sptmbr 2014 Documnt d orintation Contrôl aléatoir d l alcoolémi par alcootst Principals considérations L contrôl aléatoir (obligatoir) d l alcoolémi par alcootst st un option qui

Plus en détail

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté

Provence-Alpes-Côte d Azur est la troisième région la plus touchée par la pauvreté Précarité, inégalités t cohésion social Provnc-Alps-Côt d Azur st la troisièm région la plus touché par la pauvrté E n 2012, 16,9 % ds habitants d Provnc-Alps-Côt d Azur vivnt sous l suil d pauvrté. La

Plus en détail

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie -

Dossier presse. à 18h00 - ENIM, Metz-T. de la Métallurgie - Dossir prss 2 1 0 2 r b m c é d 6 i d Ju pôl chno à 18h00 - ENIM, Mtz-T fficill o is m r d i n o Cérém Paritair n o ti a c fi li a u Q d ds Crtificats 2012 d la Métallurgi - inin au fém ls i tr s u d in

Plus en détail

Merck Santé animale 16750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7

Merck Santé animale 16750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7 6750 ROUTE TRANSCANADIENNE, KIRKLAND, QC, H9H 4M7 Command par téléphon: 54-428-703 Contactz-nous sans frais au: 866-683-7838 Fax: Command par téléphon 888-498-4444 Sit Wb: www.mrck-sant-animal.ca Tous

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité.

Session poster ECOMM. L auto-partage, chaînon manquant de l offre de mobilité. Sssion postr ECOMM Titr : Autur L auto-partag, chaînon manquant d l offr d mobilité. Jan-Baptist Schmidr, Rsponsabl d Franc AutoPartag, résau pour un nouvll mobilité, Dirctur Général d Auto trmnt Strasbourg.

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises

Un cadre légal et réglementaire pour toutes les entreprises u q i t u a Filièr n ion t n v é r p d h c r a m dé ls n n n o u i r s i s s s f o r Réu p s u q s i ds r La Brtagn st un région privilégié pour ls activités nautiqus : 2 700 km d côts, 600 ports t zons

Plus en détail

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal

Le rôle d évaluation foncière au service d une approche territoriale ciblée : le cas de Montréal L rôl d évaluation foncièr au srvic d un approch trritorial ciblé : l cas d Montréal Suzann Chantal st économist t consillèr n aménagmnt Stéphan Charbonnau st détntur d un maîtris n étud urbain Ls dux

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

GÉRER LES DIFFÉRENCES

GÉRER LES DIFFÉRENCES COURSE DE DURÉE L'nsignmnt d la cours d duré n EPS rst problématiqu : commnt prndr n compt la divrsité ds élèvs n trm d possibilités physiqus, mais aussi d motivation, d'attituds, d'attnts t d nivaux d'ngagmnt,

Plus en détail

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat

Imaginarium. Festival. Dossier partenariat Imaginarium Fstival Dossir partnariat ImaginariumFstival0DossirPartnariat L#mot#du#présidnt...3 L UTC#n#brf...4 Structur#d#la#manifstation...5 Résumé...5 Quand?...5 Où?...5 Pourquoicliu?...5 Notr#politiqu...7

Plus en détail

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T

La transformée de Fourier de cette fonction est directe et donne 1 ) T Efft d l échantillonnag t d la troncation sur l spctr d un signal Ls signaux réls utilisés n physiqu sont d plus n plus souvnt traités d façon numériqu. Pour cla, il st nécssair d échantillonnr l signal.

Plus en détail

de l air intérieur Prévenir la pollution Choisir les matériaux de construction pour prévenir la pollution de l air intérieur

de l air intérieur Prévenir la pollution Choisir les matériaux de construction pour prévenir la pollution de l air intérieur Ont contribué à la rédaction tchniqu : ls partnairs Cntr hospitalir univrsitair Dupuytrn Srvic d pharmacologi t toxicologi pharmacovigilanc 2, avnu Martin Luthr King 87042 LIMOGES cdx Tél. 05 55 05 55

Plus en détail

INTRODUCTION. Implication dans les accidents

INTRODUCTION. Implication dans les accidents INTRODUCTION Sur la bonn voi, mais put ncor miux fair Nous avons déjà parcouru un long chmin n matièr d sécurité routièr n Blgiqu. Ls statistiqus révèlnt un fort diminution du nombr d tués sur ls routs.

Plus en détail

Améliorer la sécurité routière mondiale

Améliorer la sécurité routière mondiale Commissions régionals ds Nations Unis Améliorr la sécurité routièr mondial Fixr ds objctifs régionaux t nationaux d réduction ds traumatisms provoqués par ls accidnts d la rout Rapport t rcommandations

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages

Contrôle de TP Dictionnaire & Arbres Binaires mercredi 20 mars 2013 durée : 3h 6 pages IUT ds Pays d l Adour - RT2 Informatiqu - Modul IC2 - Algorithmiqu Avancé Contrôl d TP Dictionnair & Arbrs Binairs mrcrdi 20 mars 2013 duré : 3h 6 pags Ls programms d corrction orthographiqu ont bsoin

Plus en détail

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul

Apprentissage des faits Calcul mental Estimation de calcul M ATHÉMATIQUES MENTALES Apprntissag ds faits Calcul mntal Estimation d calcul 4 anné Guid d nsignmnt 2010 Rmrcimnts L présnt manul d mathématiqus mntals a été mis à jour avc la prmission du ministèr d

Plus en détail

Smart TENSTM. Instructions d utilisation

Smart TENSTM. Instructions d utilisation Smart TENS Instructions.qx6 30/10/06 16:16 Pag Smart TENSTM Instructions d utilisation L Smart TENS st un méthod d point pour soulagr la doulur, non médicamntus. C TENS numériqu st un apparil puissant,

Plus en détail

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan

Etude du couplage d un distillateur solaire avec un capteur plan Rvu ds Enrgis Rnouvlabls ICRESD-07 Tlmcn (2007) 179 186 Etud du couplag d un distillatur solair avc un captur plan Z. Haddad *, A. Chakr t N. Boukrzaza Laboratoir d Physiqu Enrgétiqu, Univrsité Mntouri,

Plus en détail

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques

ELECTRICITE. Chapitre 11 Tensions et courants dans les lignes triphasées. Montages étoile et triangle. Analyse des signaux et des circuits électriques ELECTRICITE Analys ds signaux t ds circuits élctriqus Michl Piou Chapitr Tnsions t courants dans ls ligns triphasés Montags étoil t triangl Edition /0/04 Tabl ds matièrs POURQUOI ET COMMENT? DENOMINATION

Plus en détail

Allégez la charge! Soulever et porter des charges. Présentation PowerPoint pour entreprises

Allégez la charge! Soulever et porter des charges. Présentation PowerPoint pour entreprises Allégz la charg! Soulvr t portr ds chargs Présntation PowrPoint pour ntrpriss 1 Plan d la présntation 1 r parti: Bass, constitution du dos Transmission ds connaissancs d bas 2 parti: Facturs influnts lors

Plus en détail

La conduite après usage d opioïdes et les jeunes

La conduite après usage d opioïdes et les jeunes www.cclt.ca www.ccsa.ca Résumé thématique La conduite après usage d opioïdes et les jeunes Le présent résumé fait partie d une série de quatre documents présentant un aperçu des données scientifiques actuelles

Plus en détail

Céline Arnold, Michèle Lelièvre*

Céline Arnold, Michèle Lelièvre* Dossir L nivau d vi ds prsonns âgés d 1996 à 2009 : un progrssion moynn n lign avc cll ds prsonns d âg actif, mais ds situations individulls t générationnlls plus contrastés Célin Arnold, Michèl Llièvr*

Plus en détail

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle

Projet de soutien CSFP/OFFT case management Formation professionnelle Projt d soutin CSFP/OFFT cas managmnt Formation profssionnll Cas managmnt Formation profssionnll CM FP C documnt st conçu comm un aid pour la mis n plac du cas managmnt Formation profssionnll. Il a un

Plus en détail

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs

Fiche interprétative 010 Transfert de travailleurs Fich intrprétativ 00 Transfrt d travaillurs. Princip. A. Txt d loi. a. Décrt du 9//04 rlatif à l agrémnt t à l octroi d subvntions aux ntrpriss d insrtion. Art. 6. r. L Gouvrnmnt put dérogr à l articl

Plus en détail

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ

DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ DROIT SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair DROIT - SCIENCES POLITIQUES SÉCURITÉ grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz

Plus en détail

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI

Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Impôts 2012 LA PRIME POUR L EMPLOI Q à su su in L pr (a so (r do n fis A 7 d 1 au ch co s co Il s L p tr d 1 di 3 C pa su 1 2 < Qu st-c qu la prim pour l mploi? La prim pour l mploi st un aid au rtour

Plus en détail

LE THÉ. Bureau des marchés internationaux RAPPORT SUR LES TENDANCES ALIMENTAIRES AMÉRICAINES JUIN 2012

LE THÉ. Bureau des marchés internationaux RAPPORT SUR LES TENDANCES ALIMENTAIRES AMÉRICAINES JUIN 2012 Burau ds marchés intrnationaux RAPPORT SUR LES TENDANCES ALIMENTAIRES AMÉRICAINES LE THÉ Sauf indication contrair, tout l'information inclus dans c rapport provint d la bas d donnés National Eating Trnds

Plus en détail

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES

USAGE DE PRODUITS STUPEFIANTS - DES DEPISTAGES PLUS PERFORMANTS ET RAPIDES Les conditions de dépistage de l alcoolémie par les différents corps de contrôle sont connues de tous. Rapides et sans équivoque, les dépistages permettent de constater rapidement si un conducteur est

Plus en détail

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire

Nous te remercions de nous aider dans ces efforts. STP, utilise un crayon à mine pour répondre à ce questionnaire A Nous avons dmandé à ds millirs d élèvs canadins comm toi d répondr à ctt important nquêt, qui prmttra à Santé Canada d miux comprndr la consommation d tabac chz ls juns. Nous t rmrcions d nous aidr dans

Plus en détail

Matière et matériaux

Matière et matériaux Matièr t matériaux Bloc 1 : Un univrs d particuls Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Théori particulair Ls six postulats d la théori particulair

Plus en détail

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012

Master1 Génie des Systèmes Industriels U.E.: Capteurs, Chaînes de mesure 1 ère session 2011-2012 Mastr1 Géni ds Systèms Industrils U.E.: Capturs, Chaîns d msur 1 èr sssion 211-212 Cod Unité : 172 Cod épruv : 14977 Samdi 26 Mai 8H -1H Duré : 2 hurs Documnts t Calculatric autorisés Ls partis III t IV

Plus en détail

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit:

Fixant les conditions d'exercice des activités commerce en République du Bénin. Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit: Fixant ls conditions d'xrcic ds activités commrc n Républiqu du Bénin. LE HAUT CONSEIL DE LA REPUBLIQUE a délibéré t adopté n sa séanc du 9mai 1990. L Présidnt d la Républiqu promulgu la loi dont la tnur

Plus en détail

Loisirs et Culture. jeunesse PROGRAMMATION. Session printemps-été 2015 PROGRAMMATION. Danse découverte. Multisports. Danse mix 8-12 ans

Loisirs et Culture. jeunesse PROGRAMMATION. Session printemps-été 2015 PROGRAMMATION. Danse découverte. Multisports. Danse mix 8-12 ans Loisirs t Cultur Sssion printmps-été 201 DANS CE NUMÉRO 1 ds activités printmps-été 201 4 Camp d jour stival Modalités d inscription t soccr 6 Ds nouvlls d votr bibliothèqu Multisports Horairs : 6 à 8

Plus en détail

Présentation. Sommaire. Adventure Days 2011. Association Domaine Nature. Bravo à tous pour cette réussite. Mulhouse le 19/07/2011

Présentation. Sommaire. Adventure Days 2011. Association Domaine Nature. Bravo à tous pour cette réussite. Mulhouse le 19/07/2011 Mulhous l 19/07/2011 Association Domain Natur 145 ru d l Il Napoléon 68100 Mulhous Tél. 03 89 61 98 33 www.domainnatur.org Présidnt : Jacky Lchlitr info@domainnatur.fr Pour l partag Valid - Handicapé Bravo

Plus en détail

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved.

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved. Matériau pour grff MIS Corporation. All Rights Rsrvd. : nal édicaux, ISO 9001 : 2008 atio itifs m rn pos méd int i dis c a u x 9 positifs 3/42 té ls s dis /CE ur r l E. po ou u x U SA t s t appr o p a

Plus en détail

CANNABIS: effets et méfaits. Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise

CANNABIS: effets et méfaits. Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise CANNABIS: effets et méfaits Docteur Benoît GILLAIN UCL Unité de crise 1 Cannabis: Abréviation du nom «cannabis sativa». Toutes les composantes de la plante contiennent les substances psychoactives dont

Plus en détail

Structure et évolution des PEA bancaires au deuxième trimestre 2003

Structure et évolution des PEA bancaires au deuxième trimestre 2003 t évolution ds PEA bancairs au duxièm trimstr 23 D après ls résultats d la drnièr nquêt trimstrill mné par la Banqu d Franc auprès ds établissmnts bancairs, la valur ds titrs déposés sur ds compts PEA

Plus en détail

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France

Croissances du parc principal et de la propriété se confondent en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la pag à la pag N 382 - Janvir 212 Trritoir Croissancs du parc principal t d la propriété s confondnt n Il-d-Franc La croissanc du nombr d résidncs principals s maintint dpuis 1999 grâc

Plus en détail

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province

Une Bretagne plus diplômée que les autres régions de province Un Brtagn plus diplômé qu ls autrs régions d provinc Ls actifs brtons sont plus diplômés qu ls autrs actifs d provinc. Comm dans ls autrs régions, l st l diplôm l plus fréqunt, mais ls Brtons sont plus

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE

CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE CONDENSATION EN SURFACE ET DANS LA MASSE 1 Rappls sur l air humid L'air ambiant n'st jamais parfaitmnt sc ; il contint toujours un crtain quantité d'au. Air Humid = Air Sc + Vapur d'eau A prssion atmosphériqu,

Plus en détail

Produits à base de cellules souches de pomme

Produits à base de cellules souches de pomme Soins Visag Produits à bas d clluls souchs d pomm NEW! Profssionnal & Rtail Shakr Mask pl-off Shakr Mask cristally (wash-off) Srum Crèm A Full Srvic : Formulation R&D Manufacturing Packaging Soin Visag

Plus en détail

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé

Série n 3 d Electrocinétique : Régime sinusoïdal forcé Séri n 3 d Elctrocinétiqu : Régim sinusoïdal forcé Exrcic n 1 : Résonanc n tnsion d un circuit RLC parallèl 1.\ Détrminr l équation différntill qui régi l évolution d u(t). 2.\ Exprimr l amplitud complx

Plus en détail

Conférence CLAUDIA GAGNÉ-FORTIN DMV CLINIQUE VÉTÉRINAIRE DEMETER LES DIARRHÉES NÉONATALES : QUEL CASSE-TÊTE!

Conférence CLAUDIA GAGNÉ-FORTIN DMV CLINIQUE VÉTÉRINAIRE DEMETER LES DIARRHÉES NÉONATALES : QUEL CASSE-TÊTE! Conférnc CLAUDIA GAGNÉ-FORTIN DMV CLINIQUE VÉTÉRINAIRE DEMETER LES DIARRHÉES NÉONATALES : QUEL CASSE-TÊTE! 33 Ls diarrhés néonatals : qul cass-têt! CLAUDIA GAGNÉ-FORTIN, DMV, CLINIQUE VÉTÉRINAIRE DEMETER

Plus en détail

Nouveau tube. n ancien. tube. PEHD 0,008 0,008 Fonte ductile 0,012 0,014 Fonte 0,013 0,015 Acier 1,012 0,013

Nouveau tube. n ancien. tube. PEHD 0,008 0,008 Fonte ductile 0,012 0,014 Fonte 0,013 0,015 Acier 1,012 0,013 Ls applicatis ds systèms d canalisatis n polyéthylèn haut dnsité (PEHD) st variés ; lls ccrnnt ls industris du gaz, ds aux, du drainag t d l assainissmnt. L PEHD st l plus inrt chimiqumnt d tous ls matériaux

Plus en détail

les soins 100% maman.

les soins 100% maman. Innovation 2014 Bliflor a sélctionné l laboratoir Téan pour distribur n xclusivité sur l circuit BIO, ls 4 produits d la 1 èr gamm BIO d soins dédié à la matrnité t au problèm spécifiqu ds vrgéturs. Téan

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 19 JUILLET 2007 DELIBERATION N CR-07/06.127 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Formation profssionnll - PEFA - Promotion d l'emploi par la Formation ds Actifs LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON,

Plus en détail

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts

Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Mayotte. AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation de compensation des surcouts Programm Opérationnl FEDER-FSE 2014-2020 Mayott Vrsion final Mai 2014 AXE PRIORITAIRE 10 - Allocation compnsation s surcouts 1.1.1 Objctif spécifiqu 32 : Améliorr l accssibilité t ls usags s TIC par l

Plus en détail

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1

AUDIT. cheque-energie-audi-nov2012.indd 1 d d n a m D s i g r n é u chèq AUDIT chqu-nrgi-audi-nov2012.indd 1 15/01/13 08:55 2 mod d'mploi pour qui? 1. Vous êts propriétair occupant d un maison individull situé n Haut-Normandi, construit dpuis

Plus en détail

Eléments de toiture en béton (TT) Willy Naessens 75

Eléments de toiture en béton (TT) Willy Naessens 75 Elémnts d toitur n éton (TT) Willy Nassns 75 Dscription énéral Pourquoi choisir ls lmnts d toitur n éton s élémnts d toitur n éton précontraint sont formés par 3 nrvurs spacés d 800 mm d ax n ax, rliés

Plus en détail

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org

office dusport de développeent util ociale & de cohésion port & Concertation www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial www.fnoms.org offic dusport port & Concrtation util d dévloppnt & d cohésion ocial sommair P.4 Au cour d la réalité sportiv P.6 Qu st-c

Plus en détail

Couleurs. Nombres. Le s. jeux. Les. Labuchette. Je an Husson

Couleurs. Nombres. Le s. jeux. Les. Labuchette. Je an Husson Ls Nombrs n Coulurs L s d jux Labuchtt J an Husson Nots méthodologiqus L matéril 1. Ls régltts sont évidmmnt l matéril cntral qui doit prmttr à l nfant d jour d abord t d calculr surtout. Ells ont subi

Plus en détail

Remerciements. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec:

Remerciements. Pour obtenir de plus amples renseignements, communiquez avec: Rmrcimnts L ministèr d l Éducation d l Îl-du-Princ-Édouard tint à rmrcir Lisa Marmn pour son bon travail, son tmps t son dévoumnt à un millur éducation scintifiqu pour nos juns. C cahir d xpérincs st un

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

IMPÉDANCES D ENTRÉE ET DE SORTIE

IMPÉDANCES D ENTRÉE ET DE SORTIE MPÉDNCE D ENTÉE ET DE OTE. DÉFNTON On s plac n régim sinusoïdal forcé. oit Q un quadripôl. Nous allons modélisr c quadripôl n utilisant ls impédancs d ntré t d sorti. quadripôl Q V V. Point d vu du génératur

Plus en détail

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010

Première L DS4 quartiles et diagrammes en boîtes 2009-2010 Exrcic 1 : Répartition t disprsion ds salairs Soint ls salairs dans trois ntrpriss A, B t C : 1175 1400 1900 2600 2800 2100 1) Calculr dans chaqu cas l salair moyn t l salair médian 2) Qull st la part

Plus en détail

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire

Une vision nationale pour l éducation postsecondaire Un vision national pour l éducation postscondair FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S L ÉDUCATION PUBLIQUE POUR LE BIEN COMMUN FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S FÉDÉRATION CANADIENNE DES ÉTUDIANT-E-S

Plus en détail

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS

Olivier GALLAND CNRS-GEMAS Olivir GALLAND CNRS-GEMAS INDIVIDUALISATION DES MŒURS ET CHOIX CULTURELS Dans l accès à c qu on appll parfois la «cultur légitim», la démocratisation smbl marqur l pas. Olivir Donnat l rmarquait ncor récmmnt

Plus en détail

LA DESCRIPTION DES COURS

LA DESCRIPTION DES COURS PROGRAMME DES ÉCOLES PUBLIQUES 1998-1999 MATHÉMATIQUES LE RÔLE DE LA DISCIPLINE Ls mathématiqus sont un scinc xploratoir t analytiqu qui chrch à xpliqur t à fair comprndr tout phénomèn naturl. Ells sont

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 18 JUIN 21 DELIBERATION N CR-1/6.111 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégi régional d'appui au dévloppmnt ds compétncs dans

Plus en détail

LES BIOS S 2010. Sur cette étrange photographie, qui mange qui?

LES BIOS S 2010. Sur cette étrange photographie, qui mange qui? S R U O ONC C 2010 ATTENTION 3 LES BIOS JEU RÈGLE DU tions. r aux qus pour répond s ut in m 50 Vous avz 5 points. tés d 3 à stion.. Ells sont no pons par qu ou 5 points bonn ré ul arquz 3, 4 s m us un

Plus en détail

10. Informatique / jeux vidéos

10. Informatique / jeux vidéos 10. Informatiqu / jux vidéos 10.1 Ls contrats informatiqus : maîtrisr ls risqus juridiqus 10.2 Typologi t étud ds contrats informatiqus 10.3 Corrspondant CNIL : répondr à vos obligations légals 10.4 La

Plus en détail

4. Droit pénal des affaires

4. Droit pénal des affaires 4. Droit pénal ds affairs Calndrir 2014 4.1 La dénonciation calomnius : quls moyns d action? 4.2 La gard à vu : commnt y fair fac 4.3 La victim : fair valoir ss droits t obtnir réparation 4.4 Ls principals

Plus en détail

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC)

Marche à suivre relative à l annonce pour la rétribution à prix coûtant du courant injecté (RPC) Pag 1 sur 8 March à suivr rlativ à l annonc pour la rétribution à prix coûtant courant injcté (RPC) Photovoltaïqu Vous trouvrz dans ls pags suivants ls informations dont vous avz bsoin pour annoncr vos

Plus en détail

pour seniors en 10 questions

pour seniors en 10 questions MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT MINI-GUIDE DE L HÉBERGEMENT pour sniors 1 L AUTEUR Ecrit par Dominiqu Schmidt, c mini guid d l hébrgmnt st publié par Rtrait Plus pour assistr ls famills dans lur rchrch d structurs

Plus en détail

EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC

EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC EXIGENCES D INSCRIPTION DE L OPAO (POSSIBILITÉ DE RECONNAISSANCE DES DROITS ACQUIS) t CRITÈRES DE SOUTIEN CCPA-ACCP AU TITRE DE CCC La rconnaissanc ds droits acquis st un autr voi d inscription possibl

Plus en détail

Manuel d Approche systémique

Manuel d Approche systémique www.cclt.ca www.ccsa.ca Manul d Approch systémiqu Collaboration Avril 2014 À qui s adrss l présnt dossir? Ls dirigants t ls décidurs ds domains d la toxicomani t ds domains connxs, notammnt ls dircturs

Plus en détail

Structure et évolution des PEA bancaires au quatrième trimestre 2004

Structure et évolution des PEA bancaires au quatrième trimestre 2004 t évolution ds PEA bancairs au quatrièm trimstr Sur la bas ds résultats d la drnièr nquêt trimstrill mné par la Banqu d Franc auprès ds établissmnts bancairs, la valur ds titrs déposés sur ds compts PEA

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS

La marque référence. des combles. de la surélévation et de l aménagement. Un réseau d entreprises tournées à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS Un résau d ntrpriss tournés à 100% VERS LA SATISFACTION DE SES CLIENTS «Dpuis plus d 3 décnnis, l résau d n Franc réalis partout n Franc plusiurs cntains d surélévations t aménagmnts d combls par an. Aujourd

Plus en détail

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques

Les hébergements dans les services hospitaliers : une pratique à risques 6 Dossir Hébrgmnts Ls hébrgmnts d patints dans ds srvics hospitalirs dont n rlèv pas dirctmnt lur pathologi sont rlativmnt fréqunts, n raison d la pénuri d lits dans crtains spécialités. Cs situations

Plus en détail

COLGATE PREVIDENT 5000 PLUS TOOTHPASTE FRUITASTIC/ DENTIFRICE FRUITASTIQUE

COLGATE PREVIDENT 5000 PLUS TOOTHPASTE FRUITASTIC/ DENTIFRICE FRUITASTIQUE Vrsion 1.0 Dat d révision 09/20/2012 Dat d'imprssion 09/20/2012 SECTION 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit : COLGATE PREVIDENT 5000 PLUS TOOTHPASTE FRUITASTIC/ Numéro d la FS

Plus en détail

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire

2 e Vadrouille du patrimoine : les voitures anciennes empruntent les chemins de l histoire Mai 015 Départ d «La P tit» 014 du Domain d «La Résrv» à Vaumas. : ls voiturs ancinns mpruntnt ls chmins d l histoir > En rout! Forts du succès d sa prmièr édition, il y a maintnant dux ans, ls mmbrs du

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

Septembre. Entrée Gratuite

Septembre. Entrée Gratuite t r i Fo g a t n Vi s n o l a S t m o C l y a n Font assin Espac C é n R l Cultur 25 au 27 Du Sptmbr 2015 Entré Gratuit 6èm FOIRE EXPO d Fontnay-l-Comt sous l ail d SVE Pour ctt 6èm édition, nous souhaitons

Plus en détail

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée

EBAUCHE. Formulaire de rapport sur l application du Protocole GIZC en Méditerranée REUNION CONJOINTE DES POINTS FOCAUX DU CAR/PB, CAR/INFO ET CAR/PAP Nic, 11 13 mai 2011 EBAUCHE Formulair d rapport sur l application du Protocol GIZC n Méditrrané PAP/PFN/2011/3 CONTEXTE JURIDIQUE ET

Plus en détail

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet Résrvé à votr intrlocutur AXA Portfuill : CR012764 N Clint : 1 r réalisatur : Matricul : 2 réalisatur : Matricul : Intégr@l Garanti ds Accidnts d la Vi - Protction ds Risqus liés à Intrnt J complèt ms

Plus en détail

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil

LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT. www.lausanne.ch/sil LES ÉCOGESTES, UN JEU D'ENFANT.lausann.ch/sil Il st vrt t il fait l bin autour d vous : l FEE Pour financr ds projts d économis d énrgi ou d dévloppmnt ds énrgis rnouvlabls, ls Srvics industrils d Lausann

Plus en détail

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013

Créé par : Section du SNISA Dernière mise à jour : 5 jan 2012 Tous les changements du SNISA pour l exercice 2012-2013 Tous ls changs du SNISA pour l xrcic 2012-2013 chang Chang/élé d Principaux changs pour l xrcic 2012-2013 1 65-71 Dat d arrivé à l unité d obsrvation (ED 123) Hur d arrivé à l unité d obsrvation (ED 124)

Plus en détail

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant

Brochure cannabis 21/02/05 4:17 PM Page 1 cannabis au volant cannabis au volant Réalisation Association des intervenants en toxicomanie du Québec inc. www.aitq.com Cannabis au volant cool ou risqué? Cette brochure a pour but de t informer de l impact du cannabis

Plus en détail

PROJET D ENTREPRISE 2017

PROJET D ENTREPRISE 2017 PROJET D ENTREPRISE 2017 PORTEUR DE PROJETS DEPUIS 1996 IEDV EST MEMBRE DE : Michl Cahn, présidnt SOUTENIR L ÉCONOMIE DE PROXIMITÉ Partant du constat qu la Drôm t l Ardèch ont bsoin d un économi d proximité

Plus en détail

Dossier. de presse. Séramon et Ankhpakhered bénéficient d un scanner! 10 janvier 2007

Dossier. de presse. Séramon et Ankhpakhered bénéficient d un scanner! 10 janvier 2007 Dossir 10 janvir 2007 d prss Sous ls bandltts Séramon t Ankhpakhrd bénéficint d un scannr! Musé ds baux-arts t d archéologi 1, plac d la Révolution 25 000 Bsançon Tél. 03 81 87 80 65 - Fax : 03 81 80 06

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015

DOSSIER DE PRESSE Opération Brioches 2015 Association d Parnts, d Prsonns Handicapés Mntals t d lurs Amis DOSSIER DE PRESSE Opération Briochs 2015 Dossir d prss d l Opération Briochs, Edition 2015 // PRÉSENTATION DE LA MANIFESTATION «L Opération

Plus en détail

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009

Certification des tables après Solvency II Deauville 18 septembre 2009 Encomb Crtification ds tabls après Solvncy II Dauvill 18 sptmbr 2009 1 Institut ds Actuairs SACEI Christoph MUGNIER ids Sommair 1 L contxt réglmntair t démographiqu 03 2 L xpérinc AXA Franc 08 r l g 3

Plus en détail

VALIDATION-CERTIFICATION

VALIDATION-CERTIFICATION Formz-vous tout au long d votr vi... FORMATIONS ACCOMPAGNEMENT VALIDATION-CERTIFICATION Spt. 2015 à juin 2016 L OMEP st mmbr actif d l Arofsp, st crtifié cntr d xamn TOEIC (ETS), st labllisé Cntr d bilans

Plus en détail

SOLUTIONS DE l EXAMEN

SOLUTIONS DE l EXAMEN Univrsité d Aix-Marsill Faculté d économi t d gstion Sit Colbrt 1 èr anné d licnc, microéconomi Mardi l 30 avril 2013 Dirctivs Pédagogiqus : Ctt épruv comprnd 15 qustions. 10 sont à choix multipls t 5

Plus en détail

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH

Une rencontre de la communauté Ressources humaines et management de Grenoble Ecobiz en partenariat avec l ANDRH Un rncontr d la communauté Rssourcs humains t managmnt d Grnobl Ecobiz n partnariat avc l ANDRH L agilité, nouvll postur managérial Confrontés aux turbulncs d un mond n mutation, ls ntrpriss chrchnt d

Plus en détail

Bloc 1 : Les écosystèmes

Bloc 1 : Les écosystèmes Systèms vivants Bloc 1 : Ls écosystèms Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Un écosystèm st un résau d intractions complxs ntr ls êtrs vivants

Plus en détail

Une formation de qualité pour :

Une formation de qualité pour : Un formation d qualité pour : Gérr ds programms t srvics n loisir Animr ds activités t ds comités Organisr ds événmnts Réalisr ds intrvntions cliniqus Tchniqus d intrvntion n loisir www.cgprdl.ca loisir.cgp-rdl.qc.ca

Plus en détail

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts Programm GéniArts Î.-P.-É. 2009-2010 GéniArts Allum l nthousiasm ds juns à l égard d l acquisition ds matièrs d bas par l truchmnt ds arts. Inspir la collaboration ntr ls artists, ls nsignants, ls écols

Plus en détail

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat

VAE et GPEC. Repères pour l action. Une expérimentation d accompagnement d acteurs en Haute-Normandie. Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action Formanat VAE t GPEC Un xpérimntation d accompagnmnt d acturs n Haut-Normandi 2011 2012 Rpèrs pour l action

Plus en détail

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes

Suivi des mutations commerciales sur 56 voies commerçantes parisiennes Suivi ds mutations commrcials sur 56 vois commrçants parisinns Not BDs 2014 Dirction du dévloppmnt économiqu, d l mploi t d l nsignmnt supériur juillt 2015 Dirctric d la publication : Dominiqu Alba Étud

Plus en détail

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE

TRANSPORT LOGISTIQUE. Retrouvez également toutes les fiches des autres domaines : AGRICULTURE AGROALIMENTAIRE ENVIRONNEMENT ARTS CULTURE TRANSPORT LOGISTIQUE Pour accédr dirctmnt à la fich qui vous intérss, cliquz sur l titr. Vous pouvz rvnir au sommair TRANSPORT LOGISTIQUE grâc à c bouton! rtour sommair Rtrouvz égalmnt touts ls fichs ds

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DOSSIER 4 : THERMODYNAMIQUE 3 F.Duhaml CFA-Lns- B.T.S S.C.B.H Pag N 1/8 I. Mod d propagation d la chalur. a) Par convction: il y a déplacmnt d matièr. Thrmodynamiqu (III) : Transfrt thrmiqu t isolation.

Plus en détail