AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ"

Transcription

1 Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE 2010, Améliorer le rapport coût-efficacité des systèmes de santé, OCDE Département des Affaires Économiques, Note de politique économique, n o 2. NOTE DE POLITIQUE ÉCONOMIQUE n o 2 DU DÉPARTEMENT DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ Département des Affaires économiques Organisation de coopération et de développement économiques

2 2

3 Améliorer le rapport coût-efficacité des systèmes de santé L OCDE a recueilli de nouvelles données comparatives sur les politiques de santé et l efficience des systèmes de soins de santé dans ses pays membres. L objectif consiste à déterminer les points forts et les points faibles des systèmes de santé de chaque pays et à évaluer les gains potentiels d efficacité ainsi que les réformes pour les concrétiser. Les principales conclusions sont les suivantes : Dans tous les pays étudiés, l efficacité des dépenses de santé peut être améliorée. En moyenne dans la zone OCDE, l espérance de vie à la naissance pourrait être allongée de plus de deux ans tout en maintenant les dépenses de santé au même niveau, à condition que tous les pays deviennent aussi performants que les meilleurs dans ce domaine. À titre de comparaison, une hausse de 10 % des dépenses de santé, en l absence de réforme, n aboutirait qu à un allongement de l espérance de vie de trois à quatre mois seulement. Aucun système de santé n offre systématiquement un meilleur rapport coût-efficacité. Plutôt que le type de système, c est davantage la manière dont il est géré qui importe. Les systèmes fondés sur le marché et les systèmes dirigistes centralisés présentent à la fois des avantages et des inconvénients. On observe de fortes disparités entre les individus en matière de santé et ces inégalités peuvent être réduites sans nuire à l efficience. Les inégalités sont généralement relativement faibles dans les pays dotés d un système fondé sur l assurance privée bien réglementé. Les systèmes centralisés peuvent également aboutir à de bons résultats sur le plan de l équité, tout en limitant les dépenses. Il n existe pas d approche unique pour réformer les systèmes de santé. Les pouvoirs publics doivent s efforcer de garantir la cohérence des paramètres de l action publique, en s inspirant des meilleures pratiques observées dans les différents systèmes de santé en vigueur dans la zone OCDE et en les adaptant aux conditions locales. L amélioration de l efficacité des systèmes de santé se traduirait par une économie importante de dépenses publiques, de près de 2% de PIB en moyenne pour les pays de l OCDE. Il est indispensable de contenir les dépenses publiques consacrées aux soins de santé 1. Tous les pays de l OCDE ont comme objectif d améliorer le rapport coût-efficacité de leur système de santé. Depuis le début des années 90, les dépenses de santé par habitant ont progressé de plus de 70 % en valeur réelle. Ces investissements massifs se sont traduits par une population en meilleure santé, comme en témoignent l allongement de l espérance de vie et la baisse de la mortalité pour certaines maladies comme le cancer. Ainsi, l espérance de vie a augmenté en moyenne d environ un an tous les 4 ans depuis le début des années 90. Toutefois, compte tenu de leur forte hausse, les dépenses totales de santé représentent désormais plus de 9 % du PIB en moyenne dans la zone OCDE, avec d importantes variations entre les pays. En outre, les pays qui dépensent le plus ne sont pas nécessairement ceux qui affichent les meilleurs résultats en matière de santé (graphique 1), ce qui permet de penser qu il est possible d améliorer le rapport coût-efficacité. 3

4 2. Il est impératif d améliorer l efficacité des dépenses de santé, faute de quoi la demande de soins fragilisera les finances publiques. La crise récente et son impact sur les budgets publics ont intensifié les pressions en faveur des réformes et exacerbé leur caractère d urgence. Les dépenses publiques de santé figurent parmi les principaux postes budgétaires des finances publiques : elles représentaient 15 % des dépenses publiques totales en moyenne en 2007 (soit plus de 6 % du PIB), contre 12 % en Par ailleurs, le vieillissement de la population, la hausse rapide des prix des soins de santé et les progrès coûteux des technologies médicales accentuent les pressions sur les budgets. Selon les estimations de l OCDE, les dépenses publiques de santé devraient augmenter de 3.5 à 6 points de pourcentage du PIB d ici à 2050 dans l ensemble des pays membres. Graphique 1. De fortes disparités d espérance de vie et de dépenses de santé persistent dans la zone OCDE Ou dernière année disponible. Source : ECO-Santé OCDE L efficience des systèmes de santé pourrait être considérablement renforcée, afin de contribuer à l assainissement des finances publiques 3. Les pouvoirs publics sont préoccupés à la fois par l état de santé de la population et par la soutenabilité budgétaire. S il ne fait aucun doute qu une population en meilleure santé est essentielle pour la prospérité de l économie, serait-il possible d obtenir de meilleurs résultats en matière de santé tout en jugulant la hausse des dépenses? De nouvelles recherches laissent à penser que l efficacité des dépenses de santé pourrait augmenter dans tous les pays de l OCDE. L un des moyens d évaluer l efficacité de ces dépenses consiste à considérer l espérance de vie comme le résultat des dépenses de santé. Certes, il ne s agit que d un indicateur partiel, qui ne reflète pas la prévalence des maladies, ni l invalidité ou la qualité de vie, et les contraintes induites par les données sont importantes. Néanmoins, comme le montrent les travaux de Joumard et al. (2008), il existe une forte corrélation entre l espérance de vie et d autres indicateurs de l état de santé, comme de faibles taux de mortalité infantile 4

5 et de mortalité prématurée et une amélioration de la qualité de vie au moyen de traitements médicaux plus performants. Il convient aussi de reconnaître que l espérance de vie n est pas uniquement le reflet des dépenses de santé mais également des choix relatifs au style de vie, comme la consommation de tabac ou d alcool, et du niveau d instruction. Ces facteurs ont été pris en compte pour évaluer l efficience des dépenses de santé. Plusieurs méthodes et hypothèses relatives à l incidence des dépenses de santé sur l espérance de vie ont été testées et les résultats obtenus sont robustes. Dans l ensemble, ils permettent d aboutir aux conclusions suivantes : En moyenne dans la zone OCDE, l espérance de vie à la naissance pourrait être allongée de plus de deux ans sans augmenter les dépenses de santé si tous les pays alignaient leur niveau d efficience sur celui des pays les plus performants dans ce domaine. À titre de comparaison, une hausse de 10 % des dépenses de santé n aboutirait qu à un allongement de l espérance de vie de trois à quatre mois seulement. Toutefois, les gains potentiels d efficience varient considérablement entre les pays, de moins d une année supplémentaire d espérance de vie en Australie à plus de quatre ans en Hongrie (graphique 2, partie A). L Australie, la Corée, l Islande, le Japon et la Suisse affichent le meilleur rapport coût-efficacité dans le domaine de la santé. Dans plus d un tiers des pays de l OCDE, les gains d efficience dans le secteur des soins de santé permettraient d améliorer les résultats en matière de santé dans les mêmes proportions que lors de la précédente décennie, tout en maintenant les dépenses constantes (graphique 2, partie B). L Allemagne, les États-Unis et le Royaume-Uni font partie de ce groupe. Toutefois, dans la majorité des pays de l OCDE, l amélioration continue des résultats de santé nécessiterait une hausse des dépenses, quoique dans une proportion moindre qu au cours de la décennie précédente. L amélioration de l efficience du système de santé permettrait de diminuer sensiblement les dépenses publiques par rapport à un scénario d absence de réforme : de l ordre de près de 2 % du PIB 2017 en moyenne dans la zone OCDE, voire de plus de 3 % en Grèce, en Irlande et au Royaume-Uni (graphique 2, partie C). Il n y a pas d arbitrage à opérer dans les pays entre plus d équité en matière de santé et l amélioration de l état de santé moyen de la population. En effet, les pays où les inégalités sont les plus faibles en matière de santé tendent aussi à afficher un meilleur état de santé moyen, comme c est le cas en Islande, en Italie et en Suède. 5

6 Graphique 2. Des gains d'efficience permettraient de limiter les dépenses à long terme 1. Les gains potentiels sont calculés au moyen d une analyse par enveloppement des données (AED) réalisée sur la base d un résultat (espérance de vie à la naissance) et de 2 inputs (dépenses de soins de santé et indicateur composite de l environnement socioéconomique et des facteurs liés au mode de vie). Ils sont mesurés par le nombre d années de vie épargnées si l efficience du pays i était améliorée pour s aligner sur le niveau implicite de la frontière d efficience, tout en maintenant les ressources constantes et dans l hypothèse de rendements d échelle constants. 2. Pour la période : dans l hypothèse où les pays tirent profit des gains d efficience potentiels, l espérance de vie sur la période pourrait augmenter dans les mêmes proportions qu au cours des 10 années précédentes, pour un coût nettement inférieur dans de nombreux pays. 3. Les économies potentielles représentent l écart entre un scénario où aucune réforme n est menée et un scénario où les pays deviennent aussi efficients que les pays les plus performants dans ce domaine. Source : Eco-Santé OCDE, 2009 ; estimations de l OCDE. 6

7 Les politiques et les institutions visant à orienter l offre et la demande de services de santé varient 4. Le nouvel ensemble de données sur les politiques et les institutions de santé révèle les éléments suivants : La couverture de l assurance maladie de base mesurée par la population couverte, les services inclus et le niveau de remboursement est relativement similaire dans tous les pays. Seuls le Mexique, la Turquie et les États-Unis font exception avec une forte proportion de leur population non couverte en Certains pays de l OCDE s appuient fortement sur des systèmes dirigistes centralisés pour orienter l offre et la demande de services de santé, tandis que dans quelques pays, des mécanismes de marché réglementés, comme le paiement à l acte, la concurrence induite par le choix des utilisateurs et l assurance privée, prédominent. Toutefois, les pays tendent de plus en plus à conjuguer ces deux approches. Différents instruments d action s avèrent souvent complémentaires : par exemple, les pays qui ont recours aux paiements à l acte s appuient également sur des prestataires privés, alors que les systèmes dirigistes où les médecins sont salariés s appuient sur des normes et des règles, comme les médecins référents qui jouent le rôle de portes d accès au système de santé dans son ensemble ou les quotas pour les étudiants en médecine. Les recherches ont permis d identifier six groupes de pays partageant des institutions ou des systèmes de soins de santé relativement similaires (graphique 3). 7

8 Graphique 3. Groupes de pays partageant des institutions similaires Prestation de services fondée sur les mécanismes de marché Prestation de services et assurance essentiellement publiques Assurance privée pour la couverture de base Assurance publique pour la couverture de base Absence de médecin référent et vaste choix de prestataires pour les usagers S y stème de médecin référent Assurance privée au - delà de la couverture de base et système de médecin référent Peu d'assurance privée au - delà de la couverture de base et absence de médecin référent Choix de prestataires limité et contraintes budgétaires souples Vaste choix de prestataires et contraintes budgétaires strictes Allemagne Pays - Bas République slovaque Suisse Australie Belgique Canada France Autriche République tchèque Grèce Japon Corée Luxembourg Islande Suède Turquie Danemark Finlande Mexique Portugal Espagne Hongrie Irlande Italie Nouvelle-Zélande Norvège Pologne Royaume-Uni Dans les pays situés à gauche, comme l Allemagne et les Pays-Bas, les systèmes de santé s appuient sur des mécanismes de marché, tandis que les pays situés à droite, comme la Finlande et le Royaume-Uni, ont opté pour un système plus dirigiste. Apparemment, des pays différents peuvent appartenir au même groupe : les règles en Islande, en Suède et en Turquie par exemple permettent un vaste choix de prestataires pour les utilisateurs, même si dans la pratique il existe des contraintes d ordre géographique ou autres. Il convient de noter que les États-Unis n ont pas participé à cette enquête. Il n existe pas de système de santé optimal 5. Plusieurs différences marquées sont observées entre les groupes de pays sur le plan des résultats et des niveaux de dépenses : Les dépenses tendent à être élevées dans les pays qui s appuient le plus sur les mécanismes de marché (groupes 1 et 2). Or si certains de ces pays affichent une espérance de vie relativement longue comme le montre le graphique 1, ils ne sont pas les seuls. Dans plusieurs pays, on observe de fortes inégalités d état de santé au sein de la population. Il est intéressant de constater que les inégalités semblent relativement peu marquées dans trois des quatre pays où le système de santé est fondé sur l assurance privée, à savoir l Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse. Ceci tient peut-être au fait que les réglementations dans ces pays comme l obligation pour les assureurs de couvrir toute personne qui en fait la demande ou les dispositifs de compensation des risques entre les assureurs pour les profils de risques trop élevés limitent les incitations des assureurs à sélectionner les individus les plus riches et à rejeter les risques trop importants («écrémage»). Ces incitations et autres dérives peuvent survenir sous l effet des mécanismes de marché en l absence de réglementations appropriées. Il convient aussi de noter que les inégalités en matière de santé sont souvent causées par des facteurs sans lien avec le système de santé lui-même, comme la situation socioéconomique ou le niveau d éducation. 8

9 Les coûts administratifs sont généralement plus élevés dans les pays où l assurance privée prédomine (groupe 1). Ils sont aussi largement supérieurs à la moyenne de l OCDE en Belgique, en France, au Luxembourg, au Mexique et en Nouvelle Zélande, ce qui permet de penser que ces pays pourraient réduire leurs dépenses de santé. 6. Aucun système de santé n offre systématiquement un meilleur rapport coût-efficacité des dépenses de santé. En fait, les estimations d efficience varient davantage au sein des groupes de pays partageant des caractéristiques institutionnelles similaires qu entre les groupes de pays. En d autres termes, il n est pas nécessaire de procéder à des réformes radicales. Il pourrait être en revanche plus judicieux et plus efficace pour chaque pays d adopter les meilleures pratiques mises en œuvre par les pays de son groupe, tout en empruntant aux autres groupes les éléments les plus appropriés. L adoption des meilleures pratiques pourrait se traduire par des gains d efficience substantiels 7. Les comparaisons réalisées entre les groupes de pays et au sein de ces groupes permettent d identifier les points forts et les points faibles, ainsi que les domaines où une meilleure cohérence des paramètres de l action publique pourrait aboutir à des gains d efficience (voir l encadré pour un exemple concret). Les principales conclusions sont les suivantes : L établissement plus systématique des priorités pourrait contribuer à améliorer l efficience. Une attention particulière dans ce domaine serait nécessaire dans les pays tels que l Autriche, la Grèce, le Luxembourg, le Mexique et la Suède, qui ne définissent pas précisément le panier des prestations de santé couvert par l assurance de base et n ont pas recours à l évaluation des technologies de santé. Une attribution plus cohérente des responsabilités entre l État et les collectivités territoriales et/ou entre organismes publics permettrait d éviter les chevauchements et/ou d optimiser la chaîne de responsabilité en Australie, au Canada, au Danemark, en Italie, au Mexique, au Royaume-Uni, en Suède et en Suisse. Des modes de paiement des prestataires plus équilibrés, combinant par exemple la rémunération liée aux performances et les salaires fixes, aboutiraient à une meilleure adéquation entre offre et demande de soins de santé dans de nombreux pays. Un secteur de soins ambulatoires de qualité est indispensable pour aboutir à une meilleure efficience dans plusieurs pays (Autriche, Finlande, Hongrie et Pologne). En ciblant les dépenses sur ce secteur, on améliorerait le rapport coût-efficacité en réduisant les coûts élevés d hospitalisation, dans les cas d asthme ou d opérations de la cataracte par exemple. La Belgique, la France et l Irlande, qui ont récemment introduit des systèmes de rémunération à la pathologie pour les hôpitaux, pourraient envisager d assouplir la réglementation relative au personnel et aux équipements hospitaliers afin d améliorer la capacité du système à répondre à la demande et à améliorer l efficience. En revanche, cette réglementation nécessiterait peut-être d être renforcée dans les pays où les hôpitaux bénéficient de limites budgétaires relativement flexibles, comme la Finlande. Au Japon, au Luxembourg, en Pologne et en Suisse, où le choix de prestataires est abondant, l amélioration de l information fournie aux utilisateurs sur la qualité et les prix des services de santé permettrait de renforcer la concurrence. Un système de médecin référent plus strict aboutirait à une diminution du nombre de consultations dans les pays où celui-ci est particulièrement élevé, comme la Corée, le Japon et la République tchèque, ou à une baisse des dépenses dans le secteur des soins hospitaliers, en Belgique et en Islande par exemple. 9

10 Vaccinations Admissions évitables Comment utiliser les nouveaux indicateurs des soins de santé : l exemple de la France Les indicateurs montrent que, dans l ensemble, le système de santé français fonctionne relativement bien. Si les dépenses de santé sont élevées, l espérance de vie l est aussi. La France se classe même en première position parmi les pays de l OCDE du point de vue de la mortalité évitable, c est-à-dire de la mortalité pouvant être évitée grâce à des soins rapides et efficaces. Sur le plan sectoriel, les performances montrent une qualité élevée des soins ambulatoires et préventifs, comme en témoigne le faible chiffre des hospitalisations évitables (en particulier pour l asthme et la bronchite chronique). L efficience du secteur des soins aigus mesurée par la durée des hospitalisations par maladie et par le taux de rotation pour les lits de soins aigus est généralement supérieure à la moyenne de l OCDE, elle aussi. Toutefois, plusieurs indicateurs (notamment la forte proportion des dépenses consacrées aux soins hospitaliers et la part élevée des opérations de la cataracte réalisées en milieu hospitalier) suggèrent un manque de coordination ou une mauvaise allocation des ressources entre le secteur hospitalier et le secteur ambulatoire. Par ailleurs, les inégalités en matière de santé et les coûts administratifs sont élevées par rapport à la moyenne des pays de l OCDE. S agissant des indicateurs relatifs aux politiques et institutions de la santé, la France se distingue par le fait qu elle s appuie massivement sur l assurance santé complémentaire et/ou privée, ainsi que par la multitude des caisses d assurance maladie fournissant la couverture de base, ce qui peut aboutir à des inégalités et à des coûts administratifs élevés. Dans le secteur hospitalier, les budgets globaux ont été progressivement remplacés par un système de rémunération à la pathologie, qui devrait inciter les établissements hospitaliers à rechercher les gains d efficience. Néanmoins, le personnel, et les équipements et les salaires hospitaliers demeurent lourdement réglementés, ce qui pourrait entraver l allocation des ressources et, partant, limiter la capacité des hôpitaux à tirer profit des gains d efficience. France: un échantillon des indicateurs de soins de santé France Moyenne de l'ocde Efficience globale Mortalité évitable 2 Équité Crise cardiaque Bronchite 1 Soins ambulatoires Cancer colorectal 0 Asthme Grippe Rougeole DTC A. Efficience et qualité -1-2 Cancer du poumon Cancer du sein Infarctus aigu du myocarde Fracture du fémur Durée moyenne de séjour Coûts administratifs Consultations par médecin Cataracte Taux d'occupation Taux de rotation Réglementation des prix remboursés par les assureurs Incitations au volume liées au mode de rémunération des prestataires Informations sur la qualité et les prix Réglementation du personnel et des équipements Réglementation des prix payés aux prestataires B. Politiques et institutions Population couverte 5 Étendue de la couverture de base Niveau de remboursement Choix de l'assureur, couverture de base Leviers de concurrence, couverture de base Couverture additionnelle Importance de l'offre privée Choix de prestataires Rigueur de la contrainte budgétaire Médecin référent Établissement des priorités Signaux de prix pour les utilisateurs Cohérence (1) Degré de centralisation Délégation aux assureurs Notes : Dans la Partie A, les points extérieurs au cercle «o» indiquent que la France enregistre des performances supérieures à la moyenne de l OCDE. Les points représentent les écarts par rapport à la moyenne de l OCDE et sont exprimés en écarts-types. Dans la Partie B, les points extérieurs au cercle «o» indiquent que le niveau de la variable est plus élevé que la moyenne de l OCDE (par exemple, la France offre aux usagers un choix plus vaste de prestataires). Ils sont exprimés en écart par rapport à la moyenne de l OCDE. Pour des informations plus détaillées, voir Joumard et al. (2010). 1. Cohérence dans l attribution des responsabilités entre les différents échelons de l administration. Source : Eco-Santé OCDE 2009 ; Enquête de l OCDE sur les caractéristiques des systèmes de santé

11 Références bibliographiques Joumard, I., C. André et C. Nicq (2010), «Health Care Systems: Efficiency and Institutions», Documents de travail du Département des affaires économiques de l OCDE, n 769, OCDE, Paris. Joumard, I., C. André, C. Nicq et O. Chatal (2008), «Health Status Determinants : Lifestyle, Environment, Health Care Resources and Efficiency», Documents de travail du Département des affaires économiques de l OCDE, n 627, OCDE, Paris. Joumard, I., P. Hoeller, C. André, et C. Nicq (2010), Systèmes de santé : efficacité et politiques, OCDE, Paris. OCDE (2009), Obtenir un meilleur rapport qualité-prix dans les soins de santé, Études de l OCDE sur les politiques de santé. OCDE (2009), Panorama de la santé, OCDE, Paris. Oliveira Martins, J. et C. de la Maisonneuve (2006), «The Drivers of Public Expenditure on Health and Long-Term Care: an Integrated Approach», Études économiques de l OCDE, n 43/2, OCDE, Paris. Paris, V., M. Devaux et L. Wei (2010), «Health Systems Institutional Characteristics: a Survey of 29 OECD Countries», Document de travail sur la santé, n 50, OCDE, Paris. 11

12 Notes de politique économique du Département des Affaires économiques Cette série de Notes de politique économique a été conçue pour mettre à la disposition d un public plus large certaines des études réalisées par le Département des Affaires économiques. Les commentaires sur cette Note de politique économique sont les bienvenus et peuvent être adressés à l OCDE, Département des Affaires économiques, 2 rue André Pascal, Paris Cedex 16, France, ou par courriel à

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Rendement des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Rendement des fonds de pension et des fonds de

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Quels facteurs incitent la société à investir dans l'éducation?

Quels facteurs incitent la société à investir dans l'éducation? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Quels facteurs incitent la société à investir dans l'éducation? Merci de citer

Plus en détail

Départs en retraite normale, anticipée et différée (French version)

Départs en retraite normale, anticipée et différée (French version) Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Départs en retraite normale,

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

ECONOMIE DE LA SANTE

ECONOMIE DE LA SANTE ECONOMIE DE LA SANTE Isabelle HIRTZLIN UNIVERSITE DE PARIS 1 PANTHEON-SORBONNE 30 septembre 2015 Créé par : Isabelle HIRTZLIN ECONOMIE DE LA SANTE Isabelle HIRTZLIN ASSURANCE SOCIALE OU COMMERCIALE : QUELLES

Plus en détail

Caractéristiques des ménages immigrés

Caractéristiques des ménages immigrés Les indicateurs de l intégration des immigrés 2015 Trouver ses marques OCDE/Union européenne 2015 Chapitre 4 Caractéristiques des ménages immigrés La structure du ménage et de la famille est déterminante

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Alors que la France tend à élargir la complémentaire santé à une partie d autant plus large de sa population, il est intéressant d'apprécier en quoi les autres

Plus en détail

Tableaux de bord des indicateurs de la santé

Tableaux de bord des indicateurs de la santé Panorama de la santé 2015 OCDE 2015 Chapitre 1 Tableaux de bord des indicateurs de la santé Ce chapitre présente, pour la première fois, des tableaux de bord ayant pour but d'apporter un éclairage sur

Plus en détail

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014

NOTE D INFORMATION n 01 Janvier 2014 DIRECTION DE L ÉVALUATION, DE LA PROSPECTIVE, ET DE LA PERFORMANCE DEPP NOTE D INFORMATION n 1 Janvier 214 La dépense par élève ou étudiant pour un parcours dans l enseignement scolaire ou supérieur en

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN PRODUCTIVITÉ ET NIVEAU DE VIE AU CANADA : HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-40F Le 4 juin 2004 Pendant la majeure partie du XX e siècle,

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Un regard international: Politiques et expériences étrangères

Un regard international: Politiques et expériences étrangères Un regard international: Politiques et expériences étrangères Valérie Paris - OCDE Rencontres Economiques, Mardi 16 octobre 2012 «Le système de santé français à l épreuve de la crise» LES POLITIQUES DE

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Les politiques climatique et énergétique de la France

Les politiques climatique et énergétique de la France Les politiques climatique et énergétique de la France Rouen, le 11 avril 2011 Domitille BONNEFOI Domitille.bonnefoi@developpement-durable.gouv.fr DGEC Ministère de l'écologie, du Développement durable

Plus en détail

Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec

Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec Gaétan Lafortune, Economiste sénior, OCDE ASDEQ, Québec, 22

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux Le défi de transformer les systèmes de santé pour répondre au vieillissement

Ministère de la Santé et des Services sociaux Le défi de transformer les systèmes de santé pour répondre au vieillissement Ministère de la Santé et des Services sociaux Le défi de transformer les systèmes de santé pour répondre au vieillissement Dr Réjean Hébert Ministre de la santé et des services sociaux Ministre responsable

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management LES SYSTEMES DE SANTE Objectif du cours Il s agit: De définir un système de santé De connaître les objectifs d un système de santé D étudier les moyens et qualités d un système de santé De savoir les différents

Plus en détail

Accessibilité financière et géographique aux soins : l expérience de nos partenaires étrangers

Accessibilité financière et géographique aux soins : l expérience de nos partenaires étrangers Page1 Accessibilité financière et géographique aux soins : l expérience de nos partenaires étrangers Ref : 2013-101 Ministère des affaires sociales et de la santé, DAEI, Paris, 28 juin 2013 Cyril Cosme,

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA

LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA SANTÉ AVOIRS CARRIÈRE LES RÉGIMES SUPPLÉMENTAIRES DE RETRAITE POUR LES CADRES SUPÉRIEURS AU CANADA PRINCIPAUX RÉSULTATS OBTENUS AVEC LA BASE DE DONNÉES MERCER SUR LES RSR (MISE À JOUR DE 2014) AVRIL 2015

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Quelles solidarités entre les générations?

Quelles solidarités entre les générations? www.inegalites.fr - Jeudi 19 mai 2011 Quelles solidarités entre les générations? Anna Cristina D ADDIO et Maxime LADAIQUE OCDE Direction de l Emploi, du Travail et des Affaires Sociales Division des Politiques

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Dans tous les pays de l, les diplômés de l enseignement tertiaire ont plus de chances de travailler que ceux qui ne le

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Disparités économiques régionales

Disparités économiques régionales Extrait de : Panorama des régions de l'ocde 2011 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/reg_glance-2011-fr Disparités économiques régionales Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Quels sont les montants des frais de scolarité et des aides publiques dans l enseignement tertiaire?

Quels sont les montants des frais de scolarité et des aides publiques dans l enseignement tertiaire? Indicateur Quels sont les montants des frais de scolarité et des aides publiques dans l enseignement tertiaire? Les établissements publics facturent des frais de scolarité moyens supérieurs à 1 500 USD

Plus en détail

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée OCDE - Paris, 8 avril 2015 L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit Principaux chiffres de l aide en 2014 Synthèse détaillée En 2014,

Plus en détail

Quelle est la répartition entre investissements public et privé dans l éducation?

Quelle est la répartition entre investissements public et privé dans l éducation? Indicateur Quelle est la répartition entre investissements public et privé dans l éducation? En moyenne, dans les pays de l OCDE, 83 % du financement des établissements d enseignement proviennent directement

Plus en détail

Avec la récente crise qui a débuté en 2007/08, les dépenses sociales ont atteint en moyenne en 2009

Avec la récente crise qui a débuté en 2007/08, les dépenses sociales ont atteint en moyenne en 2009 ECOLE DES DIRIGEANTS DE LA PROTECTION SOCIALE Les dépenses sociales des pays de l OCDE pendant la crise Maxime Ladaique, Responsable de l information statistique à la division des politiques sociales à

Plus en détail

Comment rendre le système de santé plus efficace? Brigitte Dormont Université Paris Dauphine et CAE

Comment rendre le système de santé plus efficace? Brigitte Dormont Université Paris Dauphine et CAE Comment rendre le système de santé plus efficace? Brigitte Dormont Université Paris Dauphine et CAE JECO, Lyon, 15 novembre 2013 1 Contexte Les dépenses de santé croissent plus rapidement que le PIB En

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

La santé au Québec : Insuffisance de ressources ou organisations déficientes

La santé au Québec : Insuffisance de ressources ou organisations déficientes La santé au Québec : Insuffisance de ressources ou organisations déficientes Comment améliorer l accès à nos services de santé? Augmenter les fonds alloués à la santé? ou Adopter des mécanismes d incitation

Plus en détail

Coût des systèmes de santé

Coût des systèmes de santé santé publique Santé publique Comparaison internationale et positionnement de la Suisse Coût des systèmes de santé Depuis plus de quarante ans, l Organisation de coopération et de développement économiques

Plus en détail

Table des matières

Table des matières Table des matières Australie 0 0 28.4 9.4 5.1 57.1 0 Autriche 0.4 0.2 27.5 29 1.7 6.9 34.3 Belgique 0 0.7 24.2 35.6 7.8 0 31.7 Canada 0 0 10.4 24.2 47.5 2.1 15.8 Chili

Plus en détail

Partie 1 : Introduction et variations internationales

Partie 1 : Introduction et variations internationales UE7 - Santé Société Humanité Economie de la santé Chapitre 3 : Organisation des systèmes de soins Partie 1 : Introduction et variations internationales Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2011/2012

Plus en détail

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Département reconnaissance des diplômes Centre ENIC-NARIC France Module 1 première partie Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Projet ERASMUS+ «Appui à l utilisation des outils de mobilité

Plus en détail

L application de la mesure d efficience en éducation

L application de la mesure d efficience en éducation L application de la mesure d efficience en éducation Rappel : l efficience peut être mesurée par une analyse coût-efficacité, c est-à-dire la mise en relation des moyens mis en œuvre avec les résultats

Plus en détail

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité L économie française dans l Europe du tout-compétitivité Michel Husson Fédération CGT des services d études Journée «Compétitivité», 11 décembre 2014 La compétitivité : définition et mesures Capacité (d

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

Développement des ressources humaines

Développement des ressources humaines Développement des ressources humaines Comme il a été dit plus haut, la compétitivité d une économie dépend non seulement de son capital matériel mais aussi des connaissances que possèdent ses entrepreneurs

Plus en détail

Les effets de la crise conduisent-ils à modifier le cadre d analyse et la gestion des systèmes de retraite?

Les effets de la crise conduisent-ils à modifier le cadre d analyse et la gestion des systèmes de retraite? Les Systèmes de retraite face à la crise en France et à l étranger Maison de la Chimie, 3 décembre 2009 Les effets de la crise conduisent-ils à modifier le cadre d analyse et la gestion des systèmes de

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I)

PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I) PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I) Summary in English Résultats du PISA 2009 : Savoirs et savoir-faire des élèves : Performance des élèves en compréhension de l'écrit, en mathématiques

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Effet de la crise sur l épargne des fonds de pension et des fonds de réserve

Effet de la crise sur l épargne des fonds de pension et des fonds de réserve Les systèmes de retraite face à la crise en France et à l étranger Maison de la Chimie, 3 décembre 2009 Effet de la crise sur l épargne des fonds de pension et des fonds de réserve Yermo, Juan Responsable

Plus en détail

Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010

Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010 Point d information 10 mars 2011 Une croissance des dépenses de soins de ville très maîtrisée en 2010 Depuis 2004, la progression des dépenses d assurance maladie et notamment des soins de ville s est

Plus en détail

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les retraites des fonctionnaires à l étranger. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

OCDE-OMS EXAMEN DU SYSTÈME DE SANTÉ SUISSE

OCDE-OMS EXAMEN DU SYSTÈME DE SANTÉ SUISSE OCDE-OMS EXAMEN DU SYSTÈME DE SANTÉ SUISSE 1 (Fig. 1.6) Part du PIB consacrée aux dépenses de santé dans les pays de l'ocde, 2009, et évolution des dépenses de santé par habitant en termes réels, 1999-2009

Plus en détail

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application)

Normes du CAD pour une évaluation de qualité. (pour période d application) Réseau du CAD sur l évaluation Normes du CAD pour une évaluation de qualité (pour période d application) Les normes présentées dans ce document ont été approuvées par les membres du Réseau CAD sur l Évaluation

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

D Environnement pédagogique

D Environnement pédagogique Chapitre D Environnement pédagogique et organisation scolaire Regards sur l éducation OCDE 2011 407 Combien de temps les élèves passent-ils en classe? Dans les pays de l OCDE, les élèves sont censés suivre

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Pour la 7 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe Prochaine étape La prochaine étape de l enquête 50 + en Europe est de compléter l actuelle base de données par l histoire de vie des

Plus en détail

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté?

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? ISBN 978-92-64-6795- Perspectives de l emploi de l 29 Faire face à la crise de l emploi 29 Chapitre 3 Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? L emploi réduit considérablement le risque

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Atteindre l équilibre optimal entre les dispositions publiques et privées

Atteindre l équilibre optimal entre les dispositions publiques et privées Colloque 2011 sur les pensions, les avantages sociaux et la sécurité sociale Jean-Claude Ménard, FSA, FICA Actuaire en chef, Bureau de l actuaire en chef, BSIF Canada Atteindre l équilibre optimal entre

Plus en détail