AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ"

Transcription

1 Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE 2010, Améliorer le rapport coût-efficacité des systèmes de santé, OCDE Département des Affaires Économiques, Note de politique économique, n o 2. NOTE DE POLITIQUE ÉCONOMIQUE n o 2 DU DÉPARTEMENT DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES AMÉLIORER LE RAPPORT COÛT-EFFICACITÉ DES SYSTÈMES DE SANTÉ Département des Affaires économiques Organisation de coopération et de développement économiques

2 2

3 Améliorer le rapport coût-efficacité des systèmes de santé L OCDE a recueilli de nouvelles données comparatives sur les politiques de santé et l efficience des systèmes de soins de santé dans ses pays membres. L objectif consiste à déterminer les points forts et les points faibles des systèmes de santé de chaque pays et à évaluer les gains potentiels d efficacité ainsi que les réformes pour les concrétiser. Les principales conclusions sont les suivantes : Dans tous les pays étudiés, l efficacité des dépenses de santé peut être améliorée. En moyenne dans la zone OCDE, l espérance de vie à la naissance pourrait être allongée de plus de deux ans tout en maintenant les dépenses de santé au même niveau, à condition que tous les pays deviennent aussi performants que les meilleurs dans ce domaine. À titre de comparaison, une hausse de 10 % des dépenses de santé, en l absence de réforme, n aboutirait qu à un allongement de l espérance de vie de trois à quatre mois seulement. Aucun système de santé n offre systématiquement un meilleur rapport coût-efficacité. Plutôt que le type de système, c est davantage la manière dont il est géré qui importe. Les systèmes fondés sur le marché et les systèmes dirigistes centralisés présentent à la fois des avantages et des inconvénients. On observe de fortes disparités entre les individus en matière de santé et ces inégalités peuvent être réduites sans nuire à l efficience. Les inégalités sont généralement relativement faibles dans les pays dotés d un système fondé sur l assurance privée bien réglementé. Les systèmes centralisés peuvent également aboutir à de bons résultats sur le plan de l équité, tout en limitant les dépenses. Il n existe pas d approche unique pour réformer les systèmes de santé. Les pouvoirs publics doivent s efforcer de garantir la cohérence des paramètres de l action publique, en s inspirant des meilleures pratiques observées dans les différents systèmes de santé en vigueur dans la zone OCDE et en les adaptant aux conditions locales. L amélioration de l efficacité des systèmes de santé se traduirait par une économie importante de dépenses publiques, de près de 2% de PIB en moyenne pour les pays de l OCDE. Il est indispensable de contenir les dépenses publiques consacrées aux soins de santé 1. Tous les pays de l OCDE ont comme objectif d améliorer le rapport coût-efficacité de leur système de santé. Depuis le début des années 90, les dépenses de santé par habitant ont progressé de plus de 70 % en valeur réelle. Ces investissements massifs se sont traduits par une population en meilleure santé, comme en témoignent l allongement de l espérance de vie et la baisse de la mortalité pour certaines maladies comme le cancer. Ainsi, l espérance de vie a augmenté en moyenne d environ un an tous les 4 ans depuis le début des années 90. Toutefois, compte tenu de leur forte hausse, les dépenses totales de santé représentent désormais plus de 9 % du PIB en moyenne dans la zone OCDE, avec d importantes variations entre les pays. En outre, les pays qui dépensent le plus ne sont pas nécessairement ceux qui affichent les meilleurs résultats en matière de santé (graphique 1), ce qui permet de penser qu il est possible d améliorer le rapport coût-efficacité. 3

4 2. Il est impératif d améliorer l efficacité des dépenses de santé, faute de quoi la demande de soins fragilisera les finances publiques. La crise récente et son impact sur les budgets publics ont intensifié les pressions en faveur des réformes et exacerbé leur caractère d urgence. Les dépenses publiques de santé figurent parmi les principaux postes budgétaires des finances publiques : elles représentaient 15 % des dépenses publiques totales en moyenne en 2007 (soit plus de 6 % du PIB), contre 12 % en Par ailleurs, le vieillissement de la population, la hausse rapide des prix des soins de santé et les progrès coûteux des technologies médicales accentuent les pressions sur les budgets. Selon les estimations de l OCDE, les dépenses publiques de santé devraient augmenter de 3.5 à 6 points de pourcentage du PIB d ici à 2050 dans l ensemble des pays membres. Graphique 1. De fortes disparités d espérance de vie et de dépenses de santé persistent dans la zone OCDE Ou dernière année disponible. Source : ECO-Santé OCDE L efficience des systèmes de santé pourrait être considérablement renforcée, afin de contribuer à l assainissement des finances publiques 3. Les pouvoirs publics sont préoccupés à la fois par l état de santé de la population et par la soutenabilité budgétaire. S il ne fait aucun doute qu une population en meilleure santé est essentielle pour la prospérité de l économie, serait-il possible d obtenir de meilleurs résultats en matière de santé tout en jugulant la hausse des dépenses? De nouvelles recherches laissent à penser que l efficacité des dépenses de santé pourrait augmenter dans tous les pays de l OCDE. L un des moyens d évaluer l efficacité de ces dépenses consiste à considérer l espérance de vie comme le résultat des dépenses de santé. Certes, il ne s agit que d un indicateur partiel, qui ne reflète pas la prévalence des maladies, ni l invalidité ou la qualité de vie, et les contraintes induites par les données sont importantes. Néanmoins, comme le montrent les travaux de Joumard et al. (2008), il existe une forte corrélation entre l espérance de vie et d autres indicateurs de l état de santé, comme de faibles taux de mortalité infantile 4

5 et de mortalité prématurée et une amélioration de la qualité de vie au moyen de traitements médicaux plus performants. Il convient aussi de reconnaître que l espérance de vie n est pas uniquement le reflet des dépenses de santé mais également des choix relatifs au style de vie, comme la consommation de tabac ou d alcool, et du niveau d instruction. Ces facteurs ont été pris en compte pour évaluer l efficience des dépenses de santé. Plusieurs méthodes et hypothèses relatives à l incidence des dépenses de santé sur l espérance de vie ont été testées et les résultats obtenus sont robustes. Dans l ensemble, ils permettent d aboutir aux conclusions suivantes : En moyenne dans la zone OCDE, l espérance de vie à la naissance pourrait être allongée de plus de deux ans sans augmenter les dépenses de santé si tous les pays alignaient leur niveau d efficience sur celui des pays les plus performants dans ce domaine. À titre de comparaison, une hausse de 10 % des dépenses de santé n aboutirait qu à un allongement de l espérance de vie de trois à quatre mois seulement. Toutefois, les gains potentiels d efficience varient considérablement entre les pays, de moins d une année supplémentaire d espérance de vie en Australie à plus de quatre ans en Hongrie (graphique 2, partie A). L Australie, la Corée, l Islande, le Japon et la Suisse affichent le meilleur rapport coût-efficacité dans le domaine de la santé. Dans plus d un tiers des pays de l OCDE, les gains d efficience dans le secteur des soins de santé permettraient d améliorer les résultats en matière de santé dans les mêmes proportions que lors de la précédente décennie, tout en maintenant les dépenses constantes (graphique 2, partie B). L Allemagne, les États-Unis et le Royaume-Uni font partie de ce groupe. Toutefois, dans la majorité des pays de l OCDE, l amélioration continue des résultats de santé nécessiterait une hausse des dépenses, quoique dans une proportion moindre qu au cours de la décennie précédente. L amélioration de l efficience du système de santé permettrait de diminuer sensiblement les dépenses publiques par rapport à un scénario d absence de réforme : de l ordre de près de 2 % du PIB 2017 en moyenne dans la zone OCDE, voire de plus de 3 % en Grèce, en Irlande et au Royaume-Uni (graphique 2, partie C). Il n y a pas d arbitrage à opérer dans les pays entre plus d équité en matière de santé et l amélioration de l état de santé moyen de la population. En effet, les pays où les inégalités sont les plus faibles en matière de santé tendent aussi à afficher un meilleur état de santé moyen, comme c est le cas en Islande, en Italie et en Suède. 5

6 Graphique 2. Des gains d'efficience permettraient de limiter les dépenses à long terme 1. Les gains potentiels sont calculés au moyen d une analyse par enveloppement des données (AED) réalisée sur la base d un résultat (espérance de vie à la naissance) et de 2 inputs (dépenses de soins de santé et indicateur composite de l environnement socioéconomique et des facteurs liés au mode de vie). Ils sont mesurés par le nombre d années de vie épargnées si l efficience du pays i était améliorée pour s aligner sur le niveau implicite de la frontière d efficience, tout en maintenant les ressources constantes et dans l hypothèse de rendements d échelle constants. 2. Pour la période : dans l hypothèse où les pays tirent profit des gains d efficience potentiels, l espérance de vie sur la période pourrait augmenter dans les mêmes proportions qu au cours des 10 années précédentes, pour un coût nettement inférieur dans de nombreux pays. 3. Les économies potentielles représentent l écart entre un scénario où aucune réforme n est menée et un scénario où les pays deviennent aussi efficients que les pays les plus performants dans ce domaine. Source : Eco-Santé OCDE, 2009 ; estimations de l OCDE. 6

7 Les politiques et les institutions visant à orienter l offre et la demande de services de santé varient 4. Le nouvel ensemble de données sur les politiques et les institutions de santé révèle les éléments suivants : La couverture de l assurance maladie de base mesurée par la population couverte, les services inclus et le niveau de remboursement est relativement similaire dans tous les pays. Seuls le Mexique, la Turquie et les États-Unis font exception avec une forte proportion de leur population non couverte en Certains pays de l OCDE s appuient fortement sur des systèmes dirigistes centralisés pour orienter l offre et la demande de services de santé, tandis que dans quelques pays, des mécanismes de marché réglementés, comme le paiement à l acte, la concurrence induite par le choix des utilisateurs et l assurance privée, prédominent. Toutefois, les pays tendent de plus en plus à conjuguer ces deux approches. Différents instruments d action s avèrent souvent complémentaires : par exemple, les pays qui ont recours aux paiements à l acte s appuient également sur des prestataires privés, alors que les systèmes dirigistes où les médecins sont salariés s appuient sur des normes et des règles, comme les médecins référents qui jouent le rôle de portes d accès au système de santé dans son ensemble ou les quotas pour les étudiants en médecine. Les recherches ont permis d identifier six groupes de pays partageant des institutions ou des systèmes de soins de santé relativement similaires (graphique 3). 7

8 Graphique 3. Groupes de pays partageant des institutions similaires Prestation de services fondée sur les mécanismes de marché Prestation de services et assurance essentiellement publiques Assurance privée pour la couverture de base Assurance publique pour la couverture de base Absence de médecin référent et vaste choix de prestataires pour les usagers S y stème de médecin référent Assurance privée au - delà de la couverture de base et système de médecin référent Peu d'assurance privée au - delà de la couverture de base et absence de médecin référent Choix de prestataires limité et contraintes budgétaires souples Vaste choix de prestataires et contraintes budgétaires strictes Allemagne Pays - Bas République slovaque Suisse Australie Belgique Canada France Autriche République tchèque Grèce Japon Corée Luxembourg Islande Suède Turquie Danemark Finlande Mexique Portugal Espagne Hongrie Irlande Italie Nouvelle-Zélande Norvège Pologne Royaume-Uni Dans les pays situés à gauche, comme l Allemagne et les Pays-Bas, les systèmes de santé s appuient sur des mécanismes de marché, tandis que les pays situés à droite, comme la Finlande et le Royaume-Uni, ont opté pour un système plus dirigiste. Apparemment, des pays différents peuvent appartenir au même groupe : les règles en Islande, en Suède et en Turquie par exemple permettent un vaste choix de prestataires pour les utilisateurs, même si dans la pratique il existe des contraintes d ordre géographique ou autres. Il convient de noter que les États-Unis n ont pas participé à cette enquête. Il n existe pas de système de santé optimal 5. Plusieurs différences marquées sont observées entre les groupes de pays sur le plan des résultats et des niveaux de dépenses : Les dépenses tendent à être élevées dans les pays qui s appuient le plus sur les mécanismes de marché (groupes 1 et 2). Or si certains de ces pays affichent une espérance de vie relativement longue comme le montre le graphique 1, ils ne sont pas les seuls. Dans plusieurs pays, on observe de fortes inégalités d état de santé au sein de la population. Il est intéressant de constater que les inégalités semblent relativement peu marquées dans trois des quatre pays où le système de santé est fondé sur l assurance privée, à savoir l Allemagne, les Pays-Bas et la Suisse. Ceci tient peut-être au fait que les réglementations dans ces pays comme l obligation pour les assureurs de couvrir toute personne qui en fait la demande ou les dispositifs de compensation des risques entre les assureurs pour les profils de risques trop élevés limitent les incitations des assureurs à sélectionner les individus les plus riches et à rejeter les risques trop importants («écrémage»). Ces incitations et autres dérives peuvent survenir sous l effet des mécanismes de marché en l absence de réglementations appropriées. Il convient aussi de noter que les inégalités en matière de santé sont souvent causées par des facteurs sans lien avec le système de santé lui-même, comme la situation socioéconomique ou le niveau d éducation. 8

9 Les coûts administratifs sont généralement plus élevés dans les pays où l assurance privée prédomine (groupe 1). Ils sont aussi largement supérieurs à la moyenne de l OCDE en Belgique, en France, au Luxembourg, au Mexique et en Nouvelle Zélande, ce qui permet de penser que ces pays pourraient réduire leurs dépenses de santé. 6. Aucun système de santé n offre systématiquement un meilleur rapport coût-efficacité des dépenses de santé. En fait, les estimations d efficience varient davantage au sein des groupes de pays partageant des caractéristiques institutionnelles similaires qu entre les groupes de pays. En d autres termes, il n est pas nécessaire de procéder à des réformes radicales. Il pourrait être en revanche plus judicieux et plus efficace pour chaque pays d adopter les meilleures pratiques mises en œuvre par les pays de son groupe, tout en empruntant aux autres groupes les éléments les plus appropriés. L adoption des meilleures pratiques pourrait se traduire par des gains d efficience substantiels 7. Les comparaisons réalisées entre les groupes de pays et au sein de ces groupes permettent d identifier les points forts et les points faibles, ainsi que les domaines où une meilleure cohérence des paramètres de l action publique pourrait aboutir à des gains d efficience (voir l encadré pour un exemple concret). Les principales conclusions sont les suivantes : L établissement plus systématique des priorités pourrait contribuer à améliorer l efficience. Une attention particulière dans ce domaine serait nécessaire dans les pays tels que l Autriche, la Grèce, le Luxembourg, le Mexique et la Suède, qui ne définissent pas précisément le panier des prestations de santé couvert par l assurance de base et n ont pas recours à l évaluation des technologies de santé. Une attribution plus cohérente des responsabilités entre l État et les collectivités territoriales et/ou entre organismes publics permettrait d éviter les chevauchements et/ou d optimiser la chaîne de responsabilité en Australie, au Canada, au Danemark, en Italie, au Mexique, au Royaume-Uni, en Suède et en Suisse. Des modes de paiement des prestataires plus équilibrés, combinant par exemple la rémunération liée aux performances et les salaires fixes, aboutiraient à une meilleure adéquation entre offre et demande de soins de santé dans de nombreux pays. Un secteur de soins ambulatoires de qualité est indispensable pour aboutir à une meilleure efficience dans plusieurs pays (Autriche, Finlande, Hongrie et Pologne). En ciblant les dépenses sur ce secteur, on améliorerait le rapport coût-efficacité en réduisant les coûts élevés d hospitalisation, dans les cas d asthme ou d opérations de la cataracte par exemple. La Belgique, la France et l Irlande, qui ont récemment introduit des systèmes de rémunération à la pathologie pour les hôpitaux, pourraient envisager d assouplir la réglementation relative au personnel et aux équipements hospitaliers afin d améliorer la capacité du système à répondre à la demande et à améliorer l efficience. En revanche, cette réglementation nécessiterait peut-être d être renforcée dans les pays où les hôpitaux bénéficient de limites budgétaires relativement flexibles, comme la Finlande. Au Japon, au Luxembourg, en Pologne et en Suisse, où le choix de prestataires est abondant, l amélioration de l information fournie aux utilisateurs sur la qualité et les prix des services de santé permettrait de renforcer la concurrence. Un système de médecin référent plus strict aboutirait à une diminution du nombre de consultations dans les pays où celui-ci est particulièrement élevé, comme la Corée, le Japon et la République tchèque, ou à une baisse des dépenses dans le secteur des soins hospitaliers, en Belgique et en Islande par exemple. 9

10 Vaccinations Admissions évitables Comment utiliser les nouveaux indicateurs des soins de santé : l exemple de la France Les indicateurs montrent que, dans l ensemble, le système de santé français fonctionne relativement bien. Si les dépenses de santé sont élevées, l espérance de vie l est aussi. La France se classe même en première position parmi les pays de l OCDE du point de vue de la mortalité évitable, c est-à-dire de la mortalité pouvant être évitée grâce à des soins rapides et efficaces. Sur le plan sectoriel, les performances montrent une qualité élevée des soins ambulatoires et préventifs, comme en témoigne le faible chiffre des hospitalisations évitables (en particulier pour l asthme et la bronchite chronique). L efficience du secteur des soins aigus mesurée par la durée des hospitalisations par maladie et par le taux de rotation pour les lits de soins aigus est généralement supérieure à la moyenne de l OCDE, elle aussi. Toutefois, plusieurs indicateurs (notamment la forte proportion des dépenses consacrées aux soins hospitaliers et la part élevée des opérations de la cataracte réalisées en milieu hospitalier) suggèrent un manque de coordination ou une mauvaise allocation des ressources entre le secteur hospitalier et le secteur ambulatoire. Par ailleurs, les inégalités en matière de santé et les coûts administratifs sont élevées par rapport à la moyenne des pays de l OCDE. S agissant des indicateurs relatifs aux politiques et institutions de la santé, la France se distingue par le fait qu elle s appuie massivement sur l assurance santé complémentaire et/ou privée, ainsi que par la multitude des caisses d assurance maladie fournissant la couverture de base, ce qui peut aboutir à des inégalités et à des coûts administratifs élevés. Dans le secteur hospitalier, les budgets globaux ont été progressivement remplacés par un système de rémunération à la pathologie, qui devrait inciter les établissements hospitaliers à rechercher les gains d efficience. Néanmoins, le personnel, et les équipements et les salaires hospitaliers demeurent lourdement réglementés, ce qui pourrait entraver l allocation des ressources et, partant, limiter la capacité des hôpitaux à tirer profit des gains d efficience. France: un échantillon des indicateurs de soins de santé France Moyenne de l'ocde Efficience globale Mortalité évitable 2 Équité Crise cardiaque Bronchite 1 Soins ambulatoires Cancer colorectal 0 Asthme Grippe Rougeole DTC A. Efficience et qualité -1-2 Cancer du poumon Cancer du sein Infarctus aigu du myocarde Fracture du fémur Durée moyenne de séjour Coûts administratifs Consultations par médecin Cataracte Taux d'occupation Taux de rotation Réglementation des prix remboursés par les assureurs Incitations au volume liées au mode de rémunération des prestataires Informations sur la qualité et les prix Réglementation du personnel et des équipements Réglementation des prix payés aux prestataires B. Politiques et institutions Population couverte 5 Étendue de la couverture de base Niveau de remboursement Choix de l'assureur, couverture de base Leviers de concurrence, couverture de base Couverture additionnelle Importance de l'offre privée Choix de prestataires Rigueur de la contrainte budgétaire Médecin référent Établissement des priorités Signaux de prix pour les utilisateurs Cohérence (1) Degré de centralisation Délégation aux assureurs Notes : Dans la Partie A, les points extérieurs au cercle «o» indiquent que la France enregistre des performances supérieures à la moyenne de l OCDE. Les points représentent les écarts par rapport à la moyenne de l OCDE et sont exprimés en écarts-types. Dans la Partie B, les points extérieurs au cercle «o» indiquent que le niveau de la variable est plus élevé que la moyenne de l OCDE (par exemple, la France offre aux usagers un choix plus vaste de prestataires). Ils sont exprimés en écart par rapport à la moyenne de l OCDE. Pour des informations plus détaillées, voir Joumard et al. (2010). 1. Cohérence dans l attribution des responsabilités entre les différents échelons de l administration. Source : Eco-Santé OCDE 2009 ; Enquête de l OCDE sur les caractéristiques des systèmes de santé

11 Références bibliographiques Joumard, I., C. André et C. Nicq (2010), «Health Care Systems: Efficiency and Institutions», Documents de travail du Département des affaires économiques de l OCDE, n 769, OCDE, Paris. Joumard, I., C. André, C. Nicq et O. Chatal (2008), «Health Status Determinants : Lifestyle, Environment, Health Care Resources and Efficiency», Documents de travail du Département des affaires économiques de l OCDE, n 627, OCDE, Paris. Joumard, I., P. Hoeller, C. André, et C. Nicq (2010), Systèmes de santé : efficacité et politiques, OCDE, Paris. OCDE (2009), Obtenir un meilleur rapport qualité-prix dans les soins de santé, Études de l OCDE sur les politiques de santé. OCDE (2009), Panorama de la santé, OCDE, Paris. Oliveira Martins, J. et C. de la Maisonneuve (2006), «The Drivers of Public Expenditure on Health and Long-Term Care: an Integrated Approach», Études économiques de l OCDE, n 43/2, OCDE, Paris. Paris, V., M. Devaux et L. Wei (2010), «Health Systems Institutional Characteristics: a Survey of 29 OECD Countries», Document de travail sur la santé, n 50, OCDE, Paris. 11

12 Notes de politique économique du Département des Affaires économiques Cette série de Notes de politique économique a été conçue pour mettre à la disposition d un public plus large certaines des études réalisées par le Département des Affaires économiques. Les commentaires sur cette Note de politique économique sont les bienvenus et peuvent être adressés à l OCDE, Département des Affaires économiques, 2 rue André Pascal, Paris Cedex 16, France, ou par courriel à

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec

Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec Evolution générale des dépenses de santé dans les pays de l OCDE et approches prometteuses pour contrôler les dépenses au Canada et au Québec Gaétan Lafortune, Economiste sénior, OCDE ASDEQ, Québec, 22

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Dépenses de santé et régulation

Dépenses de santé et régulation Chapitre 2 : Dépenses de santé et régulation Docteur Georges WEIL UE7 - Santé Société Humanité Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Sommaire Généralités

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Quelles solidarités entre les générations?

Quelles solidarités entre les générations? www.inegalites.fr - Jeudi 19 mai 2011 Quelles solidarités entre les générations? Anna Cristina D ADDIO et Maxime LADAIQUE OCDE Direction de l Emploi, du Travail et des Affaires Sociales Division des Politiques

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Un regard international: Politiques et expériences étrangères

Un regard international: Politiques et expériences étrangères Un regard international: Politiques et expériences étrangères Valérie Paris - OCDE Rencontres Economiques, Mardi 16 octobre 2012 «Le système de santé français à l épreuve de la crise» LES POLITIQUES DE

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

VERS DES SYSTÈMES DE SANTÉ PLUS PERFORMANTS

VERS DES SYSTÈMES DE SANTÉ PLUS PERFORMANTS Le Projet de l OCDE sur la santé VERS DES SYSTÈMES DE SANTÉ PLUS PERFORMANTS Résumé ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité

3La charge fiscale effective induite par les. 3Les pouvoirs publics consacrent déjà plus. 3Si nous voulons garantir la compétitivité Quote-part fiscale de la Suisse : des apparences trompeuses dossierpolitique 21 février 2011 Numéro 2 Quote-part fiscale. Dans la statistique annuelle de l OCDE, la Suisse affiche une quote-part fiscale

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté?

Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? ISBN 978-92-64-6795- Perspectives de l emploi de l 29 Faire face à la crise de l emploi 29 Chapitre 3 Le travail est-il le meilleur antidote contre la pauvreté? L emploi réduit considérablement le risque

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

La santé des Canadiens

La santé des Canadiens La santé des Canadiens La santé d une personne est influencée par toute une série de facteurs, allant de sa composition génétique, à ses conditions de vie et de travail, et à la qualité et la disponibilité

Plus en détail

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire FRANCE Cette note sur la France se focalise sur trois grands thèmes que l on retrouve dans cette édition de Regards sur l éducation et qui concernent plus particulièrement la France. Il s agit de l environnement

Plus en détail

Les réformes récentes des retraites et leur impact redistributif

Les réformes récentes des retraites et leur impact redistributif Extrait de : Panorama des pensions 213 Les indicateurs de l'ocde et du G2 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/1.1787/pension_glance-213-fr Les réformes récentes des retraites et leur impact

Plus en détail

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences FRANCE PISA 2012 : Faits marquants Performance en mathématiques La performance des élèves de 15 ans en mathématiques se situe en France au niveau de la moyenne des pays de l OCDE, avec un score de 495

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015

REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 REPÈRES ÉCONOMIQUES POUR UNE RÉFORME DES RETRAITES JUILLET 2015 2000 2005 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040 2045 2050 2055 2060 en % du PIB UN FINANCEMENT DES RETRAITES TOUJOURS PAS ASSURÉ Solde financier

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE»

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» > PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L INDICE DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE POSITIVE 2014 UNE INITIATIVE DE DÉROULÉ DE LA CONFÉRENCE

Plus en détail

Cette note sur la France s organise autour de trois grands thèmes abordés dans cette édition de Regards

Cette note sur la France s organise autour de trois grands thèmes abordés dans cette édition de Regards Source d informations précises et pertinentes, Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE fait figure de publication de référence sur l état de l éducation dans le monde. Elle fournit des données

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

Perspectives de «l emploi de l OCDE

Perspectives de «l emploi de l OCDE Perspectives de «l emploi de l OCDE Juillet 2002 OCDE, 2002. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés. L OCDE autorise

Plus en détail

Vous allez être. hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir -

Vous allez être. hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir - Vous allez être hospitalisé(e) - Tout ce qu il faut savoir - Vous êtes hospitalisé(e) suite à un accident ou une maladie? > Voici le récapitulatif de la marche à suivre, des frais et remboursements possibles

Plus en détail

Dépenses publiques de soins de santé et de soins de longue durée : une nouvelle série de projections

Dépenses publiques de soins de santé et de soins de longue durée : une nouvelle série de projections n 06 JUIN 2013 Dépenses publiques de soins de santé et de soins de longue durée : une nouvelle série de projections UN RAPPORT «OBJECTIF CROISSANCE» Dépenses publiques de soins de santé et de soins de

Plus en détail

Partie 1 : Introduction et variations internationales

Partie 1 : Introduction et variations internationales UE7 - Santé Société Humanité Economie de la santé Chapitre 3 : Organisation des systèmes de soins Partie 1 : Introduction et variations internationales Professeur Patrice FRANCOIS Année universitaire 2011/2012

Plus en détail

L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE

L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE Conseil d orientation pour l emploi L EMPLOI ET LES POLITIQUES DE L EMPLOI DEPUIS LA CRISE : UNE APPROCHE INTERNATIONALE Mai 2012 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 7 1 Première partie : Des évolutions du chômage

Plus en détail

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Sommaire Qu est-ce que la pension AOW? 2 A qui est destinée la pension AOW? 2 Quand aurez-vous droit à la pension AOW? 4 Résider dans un pays et travailler

Plus en détail

Les enfants laissés pour compte

Les enfants laissés pour compte UNICEF Centre de recherche Innocenti Bilan Innocenti 9 Les enfants laissés pour compte Tableau de classement des inégalités de bien-être entre les enfants des pays riches unissons-nous pour les enfants

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document.

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES - Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. - Pour une demande d admission

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

EVALUATION ET RECOMMANDATIONS

EVALUATION ET RECOMMANDATIONS EVALUATION ET RECOMMANDATIONS Le système de santé suisse est très performant et répond à ses objectifs, mais il est également coûteux La population en Suisse vit plus longtemps que pratiquement partout

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE RECHERCHE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Chiffres clés de la parité dans l enseignement supérieur et la recherche ÉGALITÉ entre les FEMMES

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans les pays de l OCDE

La chirurgie ambulatoire dans les pays de l OCDE La chirurgie ambulatoire dans les pays de l OCDE OCDE OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economique 30 pays membres : Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada,, Communauté Européenne,

Plus en détail

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français?

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? ét udes et résultats N o 866 février 14 Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? Les Français sont plutôt satisfaits de la qualité générale des soins de santé, par rapport

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger Mise à jour : mai 2014 Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger Vous êtes agent RATP,

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants PROGRAMME ERASMUS+ Le programme Erasmus+ concerne les mobilités réalisées dans le cadre d un des accords Erasmus de Sciences Po Grenoble dans les pays suivants : 27 Etats membres de l Union Européenne

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

COMMENT COMMANDER? Par courrier. En ligne sur le site www.quae.com. Par fax. Par email

COMMENT COMMANDER? Par courrier. En ligne sur le site www.quae.com. Par fax. Par email COMMENT COMMANDER? Par courrier Adresser votre commande à l aide du bon de commande proposé en page 4 que vous aurez imprimé ou sur papier libre en mentionnant bien le titre de l ouvrage et la quantité

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Chapitre 1. Les tendances du tourisme dans la zone OCDE et ailleurs

Chapitre 1. Les tendances du tourisme dans la zone OCDE et ailleurs Les tendances et politiques du tourisme de l'ocde 2010 @ OCDE 2010 Chapitre 1. Les tendances du tourisme dans la zone OCDE et ailleurs Depuis 20 ans, le tourisme a contribué de façon significative à la

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre 2006 et 2008

La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre 2006 et 2008 Point d information 22 janvier 2009 La chirurgie ambulatoire dans les établissements de santé français : Une évolution positive entre et Au cours de la dernière décennie, la France, traditionnellement

Plus en détail

Prendre la mesure du travail temporaire

Prendre la mesure du travail temporaire Chapitre 3 Prendre la mesure du travail temporaire Le travail temporaire a progressé, dans un certain nombre de pays de l OCDE, au cours des deux dernières décennies, et cette évolution a amené à craindre

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Les clés de l amélioration des systèmes scolaires

Les clés de l amélioration des systèmes scolaires Education Les clés de l amélioration des systèmes scolaires Comment passer de "bon" à "très bon"? "Les clés de l amélioration des systèmes scolaires" est le titre du nouveau rapport publié par McKinsey

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

isit Assur pour les visiteurs étrangers en France en 2012 2021 international [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS

isit Assur pour les visiteurs étrangers en France en 2012 2021 international [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS isit Assur L assurance complète spéciale des impatriés Visa Schengen temporaires pour les visiteurs étrangers en France en 2012 2021 Suivez-nous sur Facebook et Twitter! www.facebook.com/aprilexpat

Plus en détail

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes?

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Indicateur Dans l enseignement primaire, on compte plus de 21 élèves par classe, en moyenne, dans les pays de l OCDE. La taille des classes varie

Plus en détail

OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés.

OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés. OCDE, 2001. Logiciel, 1987-1996, Acrobat, marque déposée d ADOBE. Tous droits du producteur et du propriétaire de ce produit sont réservés. L OCDE autorise la reproduction d un seul exemplaire de ce programme

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

Comparaison du bien-être des enfants dans les pays de l OCDE

Comparaison du bien-être des enfants dans les pays de l OCDE Assurer le bien-être des enfants OCDE 09 Chapitre 2 Comparaison du bien-être des enfants dans les pays de l OCDE Ce chapitre donne une vue d ensemble du bien-être des enfants dans les pays de l OCDE. Il

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 213 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques FFSA-GEMA et concernent les sociétés d assurances relevant

Plus en détail

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque

Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015. intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque maif.fr Conditions tarifaires des principaux services financiers et bancaires au 1 er février 2015 intermédiaire en opérations de banque de Socram Banque Services financiers et bancaires La MAIF a fondé

Plus en détail