Place des vidéolaryngoscopes dans la gestion d une intubation difficile chez l adulte.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Place des vidéolaryngoscopes dans la gestion d une intubation difficile chez l adulte."

Transcription

1 Place des vidéolaryngoscopes dans la gestion d une intubation difficile chez l adulte. Clément Millet DESAR 3 e semestre Dr Auge Marion Service d anesthésie Antoine Beclere 1

2 TCS 1 M B, 65 ans, doit être opéré d une colectomie droite. Mallampati 4, ouverture de bouche 35mm et une distance thyromentonnière 55mm. Vous choisissez Macintosh et mandrin béquillé à disposition Airtraq Vous apprenez que Cormack 3 AAA> 60 mm En quoi cela modifie t il votre décision initiale

3 SFAR 2006 critères prédictifs intubation difficile grade C grade D grade E antécédents d ID OR=2,8 classe de Mallampati > 2, OR=1,7 distance thyromentonnie re (DTM) < 6 cm un IMC > 35 kg/m2 un syndrome d apnée obstructive du sommeil (SAOS) tour de cou > 45,6 cm une pathologie cervico-faciale mobilité mandibulaire réduite réduction de la mobilité du rachis cervical un état prééclamptique ouverture de bouche < 35 mm 3

4 SFAR 2006 Crite res prédictifs de la VMD L a ge supérieur a 55 ans, OR=2,75 un index de masse corporelle (IMC) > 26 kg/m2, OR=2,75 l absence de dents, OR=2,28 la limitation de la protusion mandibulaire, la présence d un ronflement et d une barbe OR=1,84 (grade C). La présence de deux de ces facteurs est prédictive d une VMD. Le risque d ID difficile est multiplié par 4 chez les patients ayant eu une VMD (grade D). 4

5 Recommandations de la SFAR 2006 Apnée possible Ventilation possible Macintosh +/- mandrin béquillé Intubation Ventilation impossible Fastrach Maintien VS Fibroscope IOT Reveil +/- Fastrach IOT Reveil+/- O2 IOT Reveil, +/- O2 5

6 Présentation des différents vidéolaryngoscopes Laryngoscope avec système vidéo qui permet de visualiser la glotte sans nécessiter l alignement de la cavité buccale, du pharynx et du larynx. 3 catégories de vidéolaryngoscopes, fonction des caractéristiques de la lame. 6

7 Présentation des différents vidéolaryngoscopes Groupe 1: lame non anatomique Mcgrath Truview EVO2 Glidescope Cmac 7

8 Présentation des différents vidéolaryngoscopes Groupe 2: lames anatomiques Airtraq (ATQ) Pentax AWS (AWS) 8

9 Présentation des différents vidéolaryngoscopes Groupe 3: LMA Ctrach 9

10 Présentation des différents vidéolaryngoscopes BJA

11 % patients Vidéolaryngoscope vs laryngoscopie direct et intubation difficile Airtraq n=20++ Macintosh n= p<0,001 IDS =0 IDS [1-4] IDS>4 Anaesthesia 2008 C.H Maharaj % patients Macintosh n=25 Pentaxn=25++ IDS =0 IDS [1-4] IDS>4 BJA 2009 M.A Malik glidescope n=25++ p<0,001 11

12 Vidéolaryngoscope vs laryngoscopie direct et intubation difficile: résultats secondaires Airtraq Macintosh AWS Macintosh Glidescope C.Maharaj anaesthesia 2008 M.A Malik BJA

13 Place dans un algorithme d intubation R. Amathieu Anesthesiology 2011 n=12220 algorithme de l intubation n=12218 Macintosh IOT=11982 mandrin béquillé IOT=236 n=29 Airtraq IOT=24 mandrin béquillé IOT=3 difficile? Patients inclus n=12221 algorithme de l oxygénation n=1 LMA Ctrach n=1 LMA Ctrach IOT =2 13

14 Réponse TCS 1 M B, 65 ans, doit être opéré d une colectomie droite. Mallampati 4, ouverture de bouche 35mm et une distance thyromentonnière 55mm. Vous choisissez Macintosh et mandrin béquillé à disposition Vous apprenez que Cormack 3 En quoi cela modifie t il votre décision initiale Airtraq AAA à 60mm

15 TCS 2 M S fracture de la base de l odontoïde C2 et des arcs postérieurs droit et gauche de C1, pas d autres facteurs prédictifs d IOT difficile. 15

16 TCS 2 Indication à une arthrodèse C1 C2. Vous choisissez Macintosh et MILS Airtraq Vous apprenez que Patient présente une désaturation Fracture du corps C5 avec recul mur postérieur En quoi cela modifie t il votre décision initiale

17 Vidéolaryngoscopes et mouvements cervicaux Anesthesioly 2009 Thimoty P Airtraq diminue les mouvements cervicaux de 66% comparé au macintosh. 17

18 % patients Vidéolaryngoscope vs laryngoscopie classique et immobilisation cervicale? Airtraq n=29 ++ Cmac n=28 Macintosh n=31 p<0,001 0 IDS =0 IDS [1-4] IDS>4 BJA 2011 Mc Elwain % patients Macintosh n=30 Truview EVO2 n=30+ Glidescope n=30++ Pentax AWS n=30++ p<0,001 IDS =0 IDS [1-4] IDS>4 BJA 2008 M.A Malik 18

19 Résultats secondaires BJA 2011 Mc Elwain Cmac airtraq Macintosh BJA 2008 M.A Malik 120 Glidescope AWS Macintosh Truview

20 Analyse du score IDS Validé sur laryngoscope macintosh en Pas d autres études que celle des auteurs confirmant son efficacité. Cotation importante du Cormack, mais mieux voir ne signifie pas mieux intuber en vidéolaryngoscopie. Paramètres Nombre de tentative(s) Nombre d opérateur(s) Nombre de technique alternative Légende 1 point par tentative 1 point par opérateur 1 point par tentative Grade de Cormack Lehane Grade 1=0 2=1 3=2 4=3 Force de traction Normale=0 Elevée=1 Pression sur le Larynx Aucune=0 Oui=1 Position des cordes vocales Abduction=0 Adduction =1 20

21 Réponse TCS 2 Indication à une arthrodèse C1 C2. Vous choisissez Macintosh et MILS Airtraq Vous apprenez que Patient présente une désaturation Fracture du corps C5 avec recul du mur postérieur En quoi cela modifie t il votre décision initiale

22 TCS 3 Vous choisissez Fibroscopie vigile? M V, spondylarthrite ankylosante avec déformation du rachis cervical en flexion, doit être opéré sous AG il est connu non ventilable. Vous apprenez que En quoi cela modifie t il votre décision initiale ouverture de bouche < 2cm Videolaryngoscopie vigile? présente une détresse respiratoire

23 Recommandations SFAR 2006 intubation vigile Recommandations actuelles, SFAR Fibroscope en première intention si : -ouverture de bouche<2,5cm -rachis cervical bloqué en flexion -antécedent d intubation impossible -dysmorphie faciale majeure 23

24 Limites des fibroscopes Couts, important. 200 euros par fibroscopie si fibroscope jetable ou pas pour 45 intubations par an. M.Aïssou AFAR 2013 Maintien des compétences pratique fibro vigile<50 chez 87% des internes en fin de cursus USA et Canada. Leonard M Pott Journal of Clinical anesthesia 2011 Disponibilité. Processus lent peu adapté en situations d urgence. 24

25 Etudes vidéolaryngoscopie vs fibroscopie vigile Mcgrath vs fibroscope pour intubation vigile, 93 patients randomisés. Rosenstock CV. Anesthesiology AL transtrachéale impossible n=45 fibroscopie vigile 93 patients randomisés n=48 vidéolaryngoscopie Mcgrath vigile 5 AL transtrachéale impossible 2 intolérances n=43 analysés n=41 analysés 25

26 Etudes vidéolaryngoscopie vs fibroscopie vigile 62 p>0,05 Mcgrath fibroscope optique 80 79,1 70, ,7 temps en sec mediane taux succès 1er essai % taux succès total % 26

27 Etudes vidéolaryngoscopie vs fibroscopie vigile 2,5 2 1,5 1 0,5 p=1 p=0,55 Mcgrath fibroscope optique 0 VAS facilité anesthesiste VAS inconfort Patients 27

28 Réponses TCS 3 M V, spondylarthrite ankylosante avec déformation du rachis cervicale en flexion, doit être opéré sous AG il est connu non ventilable. Vous choisissez Fibroscopie vigile? Vous apprenez que ouverture de bouche < 2cm En quoi cela modifie t il votre décision initiale Vidéolaryngoscopie vigile? présente une détresse respiratoire

29 Vidéolaryngoscopie et fibroscopie associées mesure d exception. Manuel Angel Gomez-Rios Canadian Journal Anesthesia 2011 Case report: Homme de 48 ans, Thyroïdectomie BMI 52kg/m2, SAS Mallampati 3, macroglossie, test de morsure de lèvre supérieur négatif, cou court, masse cervicale gauche comprimant le larynx. midazolam 1mg IV remifentanil 0,15ug/kg anesthésie locale lidocaïne O2 3L Intubation nasotrachéale fibroscope Echec glotte non visualisée airtraq dans cavité buccale Echec glotte inaccessible fibroscope dans la sonde d intubation de l airtraq Succès 29

30 Vidéolaryngoscopie et fibroscopie associées mesure d exception. 30

31 Vidéolaryngoscopie et fibroscopie associées mesure d exception. Manuel Angel Gomez-Rios Canadian Journal Anesthesia 2011 Facteurs de risques d échecs de la vidéolaryngoscopie et de la fibroscopie macroglossie, obésité, masse cervicale. Airtraq permet de libérer une voie d acce s a proximité de la glotte. Visualisation simultanée par le système optique de l airtraq et par celui du fibroscope. 31

32 Vidéolaryngoscopie finalement? Vidéolaryngoscopie dans les situations difficiles et de lésion cervicale?? Intérêt potentiel dans l intubation vigile Dispositif utile dans des mesures d exception 32

33 Algorithme de l intubation incluant la vidéolaryngoscopie Apnée possible Patient ventilable Macintosh +/- mandrin béquillé IOT Vidéolaryngoscop e Intubation Patient non ventilable Fastrach IOT Reveil +/- O2 Intubation en VS Vidéolaryngoscope IOT fibroscope IOT Reveil +/- O2 IOT Fastrach +/- reveil +/-O2 33

Etude de concordance : examen pré opératoire et constatation per opératoire lors de la ventilation au masque et de l intubation

Etude de concordance : examen pré opératoire et constatation per opératoire lors de la ventilation au masque et de l intubation Etude de concordance : examen pré opératoire et constatation per opératoire lors de la ventilation au masque et de l intubation E Boufflers, N Leroux Bromberg, D Lefebvre Kuntz Bordeaux 215 Fréquence intubation

Plus en détail

CONTRÔLE DES VOIES AERIENNES - INTUBATIONS DIFFICILES. Marc Janssens ULg

CONTRÔLE DES VOIES AERIENNES - INTUBATIONS DIFFICILES. Marc Janssens ULg CONTRÔLE DES VOIES AERIENNES - INTUBATIONS DIFFICILES Marc Janssens ULg Problème d'airway = 30 % des morts pendant l'anesthésie Intubation difficile : INCIDENCES Intubation nécessitant plusieurs essais

Plus en détail

Algorithme «lillois» Intubation Difficile

Algorithme «lillois» Intubation Difficile Algorithme «lillois» Intubation Difficile Construisons l algorithme Pr Eric WIEL, Dr Christian ERB, Dr Hervé MENU Conflit d intérêt Aucun Conférence d experts 2006 ID prévue Évaluer la difficulté prévisible

Plus en détail

Intubation et chirurgie thoracique Carlens et vidéolaryngoscopie Intubation difficile et exclusion pulmonaire. Dr Hervé Rosay Centre Léon Bérard Lyon

Intubation et chirurgie thoracique Carlens et vidéolaryngoscopie Intubation difficile et exclusion pulmonaire. Dr Hervé Rosay Centre Léon Bérard Lyon Intubation et chirurgie thoracique Carlens et vidéolaryngoscopie Intubation difficile et exclusion pulmonaire Dr Hervé Rosay Centre Léon Bérard Lyon Pas de conflit d intérêt Contexte Chirurgie thoracique,

Plus en détail

Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques. Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille

Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques. Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille Particularités de la gestion difficile des voies aériennes pédiatriques Serge Dalmas Clinique d Anesthésie Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille 1 Intubation difficile chez l enfant Plus rare que chez

Plus en détail

Nouvelles Modalités de Prise en Charge de l Intubation Difficile

Nouvelles Modalités de Prise en Charge de l Intubation Difficile Nouvelles Modalités de Prise en Charge de l Intubation Difficile Professeur Gilles Dhonneur CHU APHP Henri Mondor, Créteil Faculté de Médecine Paris 12 Mots clefs Culture «Gestion des Voies Aériennes»

Plus en détail

Intubation. après. Traumatise du

Intubation. après. Traumatise du Intubation après Traumatise du Drs. ESNAULT Pierre et POYET Céline FARU HIA Sainte Anne Rappels anatomiques Rachis cervical: 7 vertèbres La moelle épinière Disques intervertébraux débutant en C2C3 Appareil

Plus en détail

Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation

Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation 25 èmes Journées Nationales sur les Dispositifs Médicaux Atelier Urgence Détresse Respiratoire Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation Y.Walrave, J.Dellamonica, M.Carles

Plus en détail

Dr VINCLAIR, Pôle anesthésie-réanimation

Dr VINCLAIR, Pôle anesthésie-réanimation Intubation difficile non prévue en situation prehospitaliere Dr VINCLAIR, Pôle anesthésie-réanimation Quelle gestion des voies aériennes pour ce patient en préhospitalier? - IOT standard (ISR) - IOT en

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Dernières recommandations conférence d expert SFAR 2006 Olivier Langeron Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Gestion des voies aériennes et nouveaux dispositifs en obstétrique

Gestion des voies aériennes et nouveaux dispositifs en obstétrique Gestion des voies aériennes et nouveaux dispositifs en obstétrique Dr Boutonnet M 1, Pr Keita-Meyer H 2 1 HIA du Val-de-Grâce, Paris. 2 Hôpital Louis Mourier (APHP), Colombes 21 septembre 2011 CARO, SFAR

Plus en détail

Algorithme Intubation Difficile et Médecine d Urgence. Construisons l algorithme

Algorithme Intubation Difficile et Médecine d Urgence. Construisons l algorithme Algorithme Intubation Difficile et Médecine d Urgence Construisons l algorithme Pr Eric WIEL Pôle de l Urgence, CHRU de Lille Remerciements : Dr Christian ERB, Dr Hervé MENU Conflit d intérêt Aucun Conférence

Plus en détail

Quoi de neuf en intubation trachéale difficile? : spécificités pédiatriques

Quoi de neuf en intubation trachéale difficile? : spécificités pédiatriques 1 Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2013 Sfar. Tous droits réservés. Quoi de neuf en intubation trachéale difficile? : spécificités pédiatriques V. Pichenot, C. Longas,

Plus en détail

L INTUBATION CHEZ L ENFANT

L INTUBATION CHEZ L ENFANT L INTUBATION CHEZ L ENFANT PLAN 2 PARTICULARITÉS ANATOMIQUES ENJEUX DE L'INTUBATION PÉDIATRIQUE SONDES STANDARDS AVEC ET SANS BALLONNET SONDES SPÉCIFIQUES (POUR INSTILLATION DE SURFACTANT, AVEC CANAL D'ASPIRATION,

Plus en détail

Préoxygénation du patient obèse sévère. Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS

Préoxygénation du patient obèse sévère. Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS Préoxygénation du patient obèse sévère Elodie MEUNIER IADE-CHU POITIERS Dr Franck PETITPAS Médecin Anesthésiste Réanimateur-CHU POITIERS Les réserves en O₂ chez le sujet normal Total CRF Sang Tissus Campbell,

Plus en détail

Orthèse d Avancée Mandibulaire et Troubles Obstructifs du Sommeil

Orthèse d Avancée Mandibulaire et Troubles Obstructifs du Sommeil Orthèse d Avancée Mandibulaire et Troubles Obstructifs du Sommeil B. Navailles, P. Brogniart Hôpital de Valence L. Baratier, P. Mousselon Laboratoires Narval J.C. Pignat, G. Landry Hôpital de la Croix-Rousse

Plus en détail

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE Réanimation Chirurgicale - CHU Bicêtre Pourquoi intuber? Pour protéger les voies aériennes en cas de troubles de la conscience Pour protéger les voies aériennes et

Plus en détail

ANESTHESIE POUR ENDOSCOPIE DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES. Dr Lopez Carlos SAR 3 Cours EIADE 2012

ANESTHESIE POUR ENDOSCOPIE DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES. Dr Lopez Carlos SAR 3 Cours EIADE 2012 ANESTHESIE POUR ENDOSCOPIE DES VOIES AERIENNES SUPERIEURES Dr Lopez Carlos SAR 3 Cours EIADE 2012 1 Introduction Actes courts, réflexogènes, douloureux Terrain avec patient fragile Risque ID et VD Endoscopies

Plus en détail

ABORD RESPIRATOIRE : INTUBATION TRACHEALE

ABORD RESPIRATOIRE : INTUBATION TRACHEALE ABORD RESPIRATOIRE : INTUBATION TRACHEALE REVUE DES DISPOSITIFS MEDICAUX 12, 13 et 14 octobre 2010 1 ACCES AUX VOIES AERIENNES Canules Lames de laryngoscope Sondes endotrachéales standards Sondes endotrachéales

Plus en détail

Quelle place pour l endoscopie sous sommeil induit?

Quelle place pour l endoscopie sous sommeil induit? Paris, Espace St. Martin 15 juin 2013 Quelle place pour l endoscopie sous sommeil induit? Olivier Gallet de Santerre Clinique Beausoleil et Service du sommeil du CHU - Montpellier Laurent Yona Institut

Plus en détail

Roland Amathieu, Widad Abdi, Anis Adhoum, Wallid Kamoun, Jean-Luc Sebbah, Xavier Combes, Gilles Dhonneur IntRoDuCtIon

Roland Amathieu, Widad Abdi, Anis Adhoum, Wallid Kamoun, Jean-Luc Sebbah, Xavier Combes, Gilles Dhonneur IntRoDuCtIon Les Glottiscopes Roland Amathieu, Widad Abdi, Anis Adhoum, Wallid Kamoun, Jean-Luc Sebbah, Xavier Combes, Gilles Dhonneur Département d Anesthésie et Réanimation CHU Jean Verdier, Avenue du 14 Juillet,

Plus en détail

Les 27 et 28 novembre 2014 LILLE

Les 27 et 28 novembre 2014 LILLE Les 27 et 28 novembre 2014 LILLE Formation Médicale Continue labellisée «Gestion des Risques» INTUBATION DIFFICILE CHEZ L ADULTE Jeudi 27 novembre 2014 8h00 Accueil par Monsieur le Docteur Leclercq Directeur

Plus en détail

INTUBATION EN REANIMATION

INTUBATION EN REANIMATION INTUBATION EN REANIMATION M CHU MONTPELLIER CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Albert PRADES, Claudine GNIADEK, Matthieu CONSEIL Unité de Réanimation et de Transplantation Dr JUNG Département d anesthésie

Plus en détail

Disponible en ligne sur Éditorial

Disponible en ligne sur  Éditorial Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation 27 (2008) 1 2 Éditorial Réactualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile : et après?

Plus en détail

Anesthésie et Endoscopie Digestive

Anesthésie et Endoscopie Digestive Anesthésie et Endoscopie Digestive Dr Jean STEPHANAZZI Département d Anesthésie Réanimation Hôpital Cochin Paris, France Pratique en France Une activité en très forte augmentation > 1 Million d actes/an

Plus en détail

L intubation endotrachéale Facile

L intubation endotrachéale Facile Dr Damien Bedague CHU de Grenoble L intubation endotrachéale Facile CMU 24 mars 2005 Le matériel Les VAS Objectifs et Stratégie Intubation orale Intubation Nasale Causes d échecs et solutions Anesthésie

Plus en détail

SYNDROME D APNÉES DU SOMMEIL DOCTEUR EMMANUELLE MONTAIGNE PNEUMOLOGUE ALLERGOLOGUE 05 OCTOBRE 2015

SYNDROME D APNÉES DU SOMMEIL DOCTEUR EMMANUELLE MONTAIGNE PNEUMOLOGUE ALLERGOLOGUE 05 OCTOBRE 2015 SYNDROME D APNÉES DU SOMMEIL DOCTEUR EMMANUELLE MONTAIGNE PNEUMOLOGUE ALLERGOLOGUE 05 OCTOBRE 2015 PATHOLOGIES DU SOMMEIL Les insomnies Les troubles respiratoires au cours du sommeil : Syndrome d Apnées

Plus en détail

L ORTHESE D AVANCEE MANDIBULAIRE DANS LE TRAITEMENT DU RONFLEMENT ET DES APNEES G BESNAINOU ORL PARIS 17 MARS 2008

L ORTHESE D AVANCEE MANDIBULAIRE DANS LE TRAITEMENT DU RONFLEMENT ET DES APNEES G BESNAINOU ORL PARIS 17 MARS 2008 L ORTHESE D AVANCEE MANDIBULAIRE DANS LE TRAITEMENT DU RONFLEMENT ET DES APNEES G BESNAINOU ORL PARIS 17 MARS 2008 Troubles respiratoires du sommeil Définitions Ronflements: Bruit provoqué au passage de

Plus en détail

Qu est-ce que le syndrome d apnées du sommeil?

Qu est-ce que le syndrome d apnées du sommeil? Qu est-ce que le syndrome d apnées du sommeil? Lorsque vous êtes atteint de SAHOS (syndrome d apnées hypopnées obstructives du sommeil), votre sommeil est caractérisé par des pauses respiratoires répétées

Plus en détail

SAOS et Hypoventilation

SAOS et Hypoventilation SAOS et Hypoventilation Symposium Philips JPRS Septembre 2011 Thibaut Gentina Laboratoire du sommeil Pneumologie Clinique de la Louvière - Lille SAOS et Hypoventilation 1- Hypoventilation : Définition

Plus en détail

Nouveaux dispositifs d accès aux voies aériennes supérieures

Nouveaux dispositifs d accès aux voies aériennes supérieures Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2013 Sfar. Tous droits réservés. Nouveaux dispositifs d accès aux voies aériennes supérieures H. Moussa, J. Pottecher, P. Diemunsch.

Plus en détail

Accès aux voies aériennes

Accès aux voies aériennes Accès aux voies aériennes T. Pottecher Les objectifs de cet enseignement sont les suivants - connaître le contexte anatomique de l accès aux voies aériennes - comprendre les modalités de l évaluation clinique

Plus en détail

Whiplash ou Coup du lapin: Prise en charge dans un service d urgence. Dr LARDEUR Urgences- SAMU CHU Poitiers et CH de Châtellerault

Whiplash ou Coup du lapin: Prise en charge dans un service d urgence. Dr LARDEUR Urgences- SAMU CHU Poitiers et CH de Châtellerault Whiplash ou Coup du lapin: Prise en charge dans un service d urgence Dr LARDEUR Urgences- SAMU CHU Poitiers et CH de Châtellerault Whiplash = problématique Pas de recommandations françaises Les troubles

Plus en détail

INTUBATION DIFFICILE (CONFÉRENCE D EXPERTS)

INTUBATION DIFFICILE (CONFÉRENCE D EXPERTS) INTUBATION DIFFICILE (CONFÉRENCE D EXPERTS) Jean-Louis Bourgain Service d anesthésie, Institut Gustave Roussy, 94800 Villejuif bourgain@igr.fr INTRODUCION Dix ans après la publication des premières recommandations

Plus en détail

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI Pierre Michelet Réanimation des Urgences Objectifs Pédagogiques Ventilation «protectrice» Arguments en faveur de lésions induites par la ventilation

Plus en détail

UE 16 Médecine d urgence Cours du 06/12/2012 Pr Desmard M. Ronéotypeur : Jean-Soria TAN Ronéolecteur : Jonathan. Gestions des voies aériennes

UE 16 Médecine d urgence Cours du 06/12/2012 Pr Desmard M. Ronéotypeur : Jean-Soria TAN Ronéolecteur : Jonathan. Gestions des voies aériennes UE 16 Médecine d urgence Cours du 06/12/2012 Pr Desmard M. Ronéotypeur : Jean-Soria TAN Ronéolecteur : Jonathan Gestions des voies aériennes Plan : I) Rappel anatomique II) But de l intubation III) Les

Plus en détail

REALISATION PRATIQUE D UNE EPP. Contexte. XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence

REALISATION PRATIQUE D UNE EPP. Contexte. XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence REALISATION PRATIQUE D UNE EPP Contexte XVIII e Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence - Johan Dusautois - Ingénieur Qualité et Sécurité des Soins CHRU de Lille L EPP : Définition

Plus en détail

Intubation difficile sous AIVOC pour thyroïdectomie

Intubation difficile sous AIVOC pour thyroïdectomie Intubation difficile sous AIVOC pour thyroïdectomie Fabien GOHIER, IADE Michel CHANDON, anesthésiste réanimateur Service d anesthésie Hôpital Foch 40, rue Worth, 92150 SURESNES gohfab@yahoo.fr mchandon@invivo.edu

Plus en détail

Nouveau vidéo-laryngoscope Avec la vidéo, une nouvelle ère commence. Soyez là!

Nouveau vidéo-laryngoscope Avec la vidéo, une nouvelle ère commence. Soyez là! Polyvalent, le MAC peut être utilisé pour une laryngoscopie directe ou indirecte. Il emploie les toutes nouvelles lames MAC à usage unique en polymère optique. Son châssis interne en alliage renforcé et

Plus en détail

ACTUALITES DANS LA VNI DE L ENFANT

ACTUALITES DANS LA VNI DE L ENFANT ACTUALITES DANS LA VNI DE L ENFANT REVUE DE LA LITTERATURE 2010 DR V HOUDOUIN HÔPITAL ROBERT DEBRÉ Buts: -Prévalence de l hypova -Critères cliniques et fonctionnelles d hypova -Evolution à un an avec et

Plus en détail

Intubation difficile

Intubation difficile Intubation difficile Pr Olivier Langeron Département d Anesthésie-Réanimation Réanimation Chirurgicale Polyvalente Hôpital de la Pitié-Salpêtrière - Paris Evolution de la prise en charge périopératoire

Plus en détail

"L'INFIRMIER(E) ET LES URGENCES VITALES EN SALLE D'ACCUEIL DES URGENCES VITALES (SAUV) ET EN EXTRA HOSPITALIER CAHIER DES CHARGES DE FORMATION

L'INFIRMIER(E) ET LES URGENCES VITALES EN SALLE D'ACCUEIL DES URGENCES VITALES (SAUV) ET EN EXTRA HOSPITALIER CAHIER DES CHARGES DE FORMATION "L'INFIRMIER(E) ET LES URGENCES VITALES EN SALLE D'ACCUEIL DES URGENCES VITALES (SAUV) ET EN EXTRA HOSPITALIER CAHIER DES CHARGES DE FORMATION 1. Objet Formation à la mission d'infirmier(e) de SAUV et

Plus en détail

«Overlap Syndrome» Ateliers d Arcachon 2008

«Overlap Syndrome» Ateliers d Arcachon 2008 «Overlap Syndrome» Ateliers d Arcachon 2008 Flenley 1985 Association d une BPCO et d un syndrome d apnées obstructives du sommeil Plan BPCO définition Hypoxémie nocturne et BPCO Overlap syndrome: population

Plus en détail

SUPPORT THEORIQUE TP-TD «Ventilation Manuelle»

SUPPORT THEORIQUE TP-TD «Ventilation Manuelle» FORMATION DES INFIRMIERS ANESTHESISTES CHU DE BORDEAUX SUPPORT THEORIQUE TP-TD «Ventilation Manuelle» Sylvie TOINARD- Sandrine LAVERGNE N:\P12-14\ENSEIGNEMENTS P1214\UE3 - Fondamentaux de l'anesthésie

Plus en détail

Traumatisme cervical et voies aériennes en anesthésiologie

Traumatisme cervical et voies aériennes en anesthésiologie Traumatisme cervical et voies aériennes en anesthésiologie Professeur agrégé UdM Anesthésiologiste CHUM Plan du cours q Notions anatomiques pertinentes q Épidémiologie du traumatisme cervical q Notions

Plus en détail

VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation

VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation Jean-Pierre LAABAN Hôtel-Dieu, Paris Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Syndrome obésité-hypoventilation (SOH) Défini par l existence d une

Plus en détail

Intubation difficile (conférence d experts)

Intubation difficile (conférence d experts) Intubation difficile (conférence d experts) Bourgain JLService d anesthésie, Institut Gustave Roussy, 94800 Villejuif Dix ans après la publication des premières recommandations de la conférence d experts

Plus en détail

LA VENTILATION NON INVASIVE (VNI) DANS LES PATHOLOGIES NEURO-MUSCULAIRES

LA VENTILATION NON INVASIVE (VNI) DANS LES PATHOLOGIES NEURO-MUSCULAIRES Collège de pathologie respiratoire d Alsace Saverne - 19 novembre 2011 LA VENTILATION NON INVASIVE (VNI) DANS LES PATHOLOGIES NEURO-MUSCULAIRES S. HIRSCHI Service de Pneumologie Nouvel Hôpital Civil HUS

Plus en détail

Anesthésie Gestion des voies aériennes

Anesthésie Gestion des voies aériennes Anesthésie Gestion des voies aériennes Vital View Laryngoscopie Lames nylon Source lumineuse LED RÉFÉRENCES Lames de laryngoscopie à usage unique Vital View sans sachet de protection 4002 : MAC-2 4003

Plus en détail

Le point sur les apnées du sommeil. Sofomec 1er février 2007

Le point sur les apnées du sommeil. Sofomec 1er février 2007 Le point sur les apnées du sommeil Sofomec 1er février 2007 Diagnostic du SAOS Oxymétrie nocturne. se de 31 à 98%, spe de 41 à 100%. (Chest 2001; 120 : 625-33) Mesure de l onde de pouls (Tonométrie) PSG

Plus en détail

*La fumée du tabac augmente les ronflements. *Le tabagisme, associé à une inflammation des. *Le tabagisme, associé au ronflement, est un

*La fumée du tabac augmente les ronflements. *Le tabagisme, associé à une inflammation des. *Le tabagisme, associé au ronflement, est un *La fumée du tabac augmente les ronflements *Le tabagisme, associé à une inflammation des voies respiratoires et un œdème, entraîne une diminution de leurs tailles. *Le tabagisme, associé au ronflement,

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Retentissement pulmonaire de l obésité

Retentissement pulmonaire de l obésité Retentissement pulmonaire de l obésité Dr Laure Belmont Service de Pneumologie Centre hospitalier d Argenteuil 16eme journée des formations de associations du val d Oise 08 février 2015 Poumons et obésité?

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE

PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE PRISE EN CHARGE DU LARYNX DU TRACHEOTOMISE Lise CREVIER BUCHMAN ORL Phoniatre Hôpital Européen G. Pompidou, AP-HP PARIS SOFMER, Paris 2004 Pourquoi une canule? Ventilation assistée Temporaire Pathologie

Plus en détail

Manipulation du coccyx Une étude randomisée contrôlée

Manipulation du coccyx Une étude randomisée contrôlée Manipulation du coccyx Une étude randomisée contrôlée Jean-Yves Maigne, Gilles Chatellier, Michel Le Faou, Marie Archambeau AMR 2005 Données classiques Coccygodynie : Douleur en regard du coccyx Aggravée

Plus en détail

Laurent BENAYOUN CH PERPIGNAN

Laurent BENAYOUN CH PERPIGNAN Laurent BENAYOUN CH PERPIGNAN Obésité de la population, une évolution inéluctable?... Changement de paradigme! 32,3% des Français adultes >18 ans sont en surpoids 15% présentent une obésité (IMC 30 kg/m2).

Plus en détail

Traumatismes externes du larynx

Traumatismes externes du larynx Traumatismes externes du larynx Journées en Traumatologie 15 Décembre 2005 Alexandre FAURE Département Anesthésie Réanimation Hôpital Edouard Herriot Lyon Epidémiologie Rares < 1% traumatismes aigus Incidence

Plus en détail

TEST DE FUITE AU BLOC (F)UTILE?

TEST DE FUITE AU BLOC (F)UTILE? Colloque secteur URO-DIG Mardi 5 décembre 2012 TEST DE FUITE AU BLOC (F)UTILE? Dr Caroline Couchepin DES 3eme annee Extubation et contexte Définitions But recherché, but atteint? - quelques évidences En

Plus en détail

Critères prédictifs et stratégies pour la prise en charge d une ventilation au masque difficile et d une intubation difficile

Critères prédictifs et stratégies pour la prise en charge d une ventilation au masque difficile et d une intubation difficile Critères prédictifs et stratégies pour la prise en charge d une ventilation au masque difficile et d une intubation difficile O. LANGERON, C. IBANEZ-ESTEVE Les difficultés de ventilation et, par conséquent,

Plus en détail

COURS n 3. Gestion des voies aériennes

COURS n 3. Gestion des voies aériennes UE16 Médecine d'urgence Pr Mathieu Desmard Le 12/12/2013 13h30-15h30 Ronéotypeuse : Fanny Krywyk Ronéolectrice : Alice Savey COURS n 3 Gestion des voies aériennes Ronéo n 11 1/12 Plan Introduction I/ Généralités

Plus en détail

Repères historiques. Indications. Indications et Contre. Trachéotomie Percutanée chez le Brûlé. trachéotomie chirurgicale

Repères historiques. Indications. Indications et Contre. Trachéotomie Percutanée chez le Brûlé. trachéotomie chirurgicale Club Club des des Anesthésistes Réanimateurs de de Centres de de Brûlés Septembre 3 Trachéotomie Percutanée chez le Brûlé Repères historiques Dr François RAVAT Centre des brûlés -CH St Joseph et St Luc

Plus en détail

en RéanimationR Cécile Bordenave Cadre supérieur Pole d Anesthésie Réanimation et Réanimation médicale Septembre 2016 Arcachon

en RéanimationR Cécile Bordenave Cadre supérieur Pole d Anesthésie Réanimation et Réanimation médicale Septembre 2016 Arcachon Stratégie de Prévention en RéanimationR Cécile Bordenave Cadre supérieur Pole d Anesthésie Réanimation et Réanimation médicale Arcachon Septembre 2016 Plan Epidémiologie PAVM et sphère buccodentaire Le

Plus en détail

Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS.

Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS. Apnée du sommeil obstructive chez l enfant. Protocole d évaluation et de prise en charge au CHUS. Cas clinique Enfant de 5 ans Apnée du sommeil Cédulé pour Amygdalectomie Retard de croissance Difficultés

Plus en détail

Dispositifs supra-glottiques de ventilation : Utilisation pratique. Michaël l Lemogne. D.A.R. Hôpital SAINT-LOUIS Paris

Dispositifs supra-glottiques de ventilation : Utilisation pratique. Michaël l Lemogne. D.A.R. Hôpital SAINT-LOUIS Paris Dispositifs supra-glottiques de ventilation : Utilisation pratique Michaël l Lemogne D.A.R. Hôpital SAINT-LOUIS Paris Dr Archie Brain de 1981 à 1988 : 200 prototypes 7000 patients le LMA est un compromis

Plus en détail

Courbe d apprentissage du Fastrach. des infirmiers du SDIS du Bas-Rhin

Courbe d apprentissage du Fastrach. des infirmiers du SDIS du Bas-Rhin Courbe d apprentissage du Fastrach des infirmiers du SDIS du Bas-Rhin SDIS 67 JNISP Service de Santé et de Secours Médical Infirmier d encadrement Marc FRANTZ Novembre 2012 INTRODUCTION Indication du Fastrach

Plus en détail

Rôle du chirurgien dentiste dans le traitement des ronflements et des apnées du sommeil G BESNAINOU - T VAIDEANU BICHAT 2007

Rôle du chirurgien dentiste dans le traitement des ronflements et des apnées du sommeil G BESNAINOU - T VAIDEANU BICHAT 2007 Rôle du chirurgien dentiste dans le traitement des ronflements et des apnées du sommeil G BESNAINOU - T VAIDEANU BICHAT 2007 Troubles respiratoires du sommeil Définitions Ronflements: Bruit provoqué au

Plus en détail

UNIVERSITE de NANTES. Faculté de Médecine. Année Thèse pour le diplôme d état de docteur en Médecine. Spécialité : Anesthésie Réanimation

UNIVERSITE de NANTES. Faculté de Médecine. Année Thèse pour le diplôme d état de docteur en Médecine. Spécialité : Anesthésie Réanimation UNIVERSITE de NANTES Faculté de Médecine Année 2016 Thèse pour le diplôme d état de docteur en Médecine Spécialité : Anesthésie Réanimation Par Arthur Bailly Né le 12 Mai 1987 à Sainte Adresse Présentée

Plus en détail

1) intubation endotrachéale:

1) intubation endotrachéale: 1 Contrôle de l air-way: 1) intubation endotrachéale: Buts de l intubation: 1) assurer la perméabilité des voies aériennes 2) assurer la protection des voies respiratoires 3) assurer la fonction ventilatoire

Plus en détail

Troubles respiratoires au cours du sommeil et insuffisance cardiaque

Troubles respiratoires au cours du sommeil et insuffisance cardiaque Troubles respiratoires au cours du sommeil et insuffisance cardiaque Francis MARTIN Unité des pathologies du sommeil Centre Hospitalier de Compiègne France Congrès de pathologie thoracique Dalat Vietnam

Plus en détail

ANESTHESIE ET OBESITE

ANESTHESIE ET OBESITE ANESTHESIE ET OBESITE TROIS CIRCONSTANCES : - CHIRURGIE BARIATRIQUE - CHIRURGIE PROGRAMMEE AUTRE - CHIRURGIE EN URGENCE ANESTHESIE ET OBESITE EVALUATION DES RISQUES CHIRURGIE BARIATRIQUE ET RISQUE ANESTHESIQUE

Plus en détail

Anesthésie en urgence et estomac plein

Anesthésie en urgence et estomac plein Anesthésie en urgence et estomac plein Benoît Plaud Université Paris-Diderot Assistance Publique Hôpitaux de Paris Anesthésie, réanimation chirurgicale GHU Saint-Louis, Lariboisière, Fernand Widal, Paris,

Plus en détail

Le Glidescope : un nouveau dispositif pour les intubations difficiles. Que peut-il apporter aux IADE?

Le Glidescope : un nouveau dispositif pour les intubations difficiles. Que peut-il apporter aux IADE? ECOLE DES INFIRMIERS ANESTHESISTES HOPITAL DE LA PITIE - SALPETRIERE TRAVAIL D INTERET PROFESSIONNEL DIPLOME D ETAT D INFIRMIER ANESTHESISTE Le Glidescope : un nouveau dispositif pour les intubations difficiles.

Plus en détail

Approche systémique des risques d intubation et de ventilation au masque difficiles

Approche systémique des risques d intubation et de ventilation au masque difficiles Approche systémique des risques d intubation et de ventilation au masque difficiles D. Benhamou Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de Bicêtre, Le Kremlin-Bicêtre Les causes directes (liées directement

Plus en détail

INTUBATION TRACHEALE. Dr gilles REZZADORI Service Neurochirurgie CHU NICE

INTUBATION TRACHEALE. Dr gilles REZZADORI Service Neurochirurgie CHU NICE INTUBATION TRACHEALE Dr gilles REZZADORI Service Neurochirurgie CHU NICE Pourquoi INTUBER?? Maintenir liberté voies aériennes Protection du risque d inhalation Permet ventilation mécanique Permet broncho-aspirations

Plus en détail

Traitement du syndrome d apnées du sommeil (SAOS) par pression positive continue (PPC)

Traitement du syndrome d apnées du sommeil (SAOS) par pression positive continue (PPC) Traitement du syndrome d apnées du sommeil (SAOS) par pression positive continue (PPC) Dany Baud CHS pneumologie Chevilly Larue Hanoi Novembre 2008 1 SAOS une cascade pathologique Pendant le sommeil (relâchement

Plus en détail

Madame GAU... née en 1983

Madame GAU... née en 1983 Madame GAU... née en 1983 AFSORL avril 2016 Dr Charles PAOLI C.H.I. André Grégoire 93100 Montreuil charles.paoli@docadoc.com Madame GAU... née en 1983 O adressée pour dépistage de SAHOS en mars 2015 O

Plus en détail

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006

OCCLUSIONS. Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Dominique Concina Juin 2006 OCCLUSIONS Choix du moment de l intervention Induction à séquence rapide CHOIX DU MOMENT DE LA CHIRURGIE Mécanismes de l occlusion Par strangulation souffrance du

Plus en détail

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE Dr Emmanuel Robin Clinique d Anesthésie-Réanimation Cardiothoracique CHU de Lille QUELS SONT LES RECOMMANDATIONS DES SOCIÉTÉS SAVANTES (SFAR,SRLF

Plus en détail

http://portaildoc.univ-lyon1.fr Creative commons : Paternité - Pas d Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr UNIVERSITE CLAUDE BERNARD

Plus en détail

Utilisation de la Gabapentine en prémédication En chirurgie ambulatoire

Utilisation de la Gabapentine en prémédication En chirurgie ambulatoire Utilisation de la Gabapentine en prémédication En chirurgie ambulatoire Léo MIGEON Interne Antoine Beclere Référents : Pr. MERCIER / Dr. LECINQ (Antoine Beclere) Constat La GABAPENTINE est utilisée en

Plus en détail

SET D EXTUBATION PAR ÉTAPES COOK. Ajoutez l extubation par étapes à votre stratégie de prise en charge des voies aériennes.

SET D EXTUBATION PAR ÉTAPES COOK. Ajoutez l extubation par étapes à votre stratégie de prise en charge des voies aériennes. Ajoutez l extubation par étapes à votre stratégie de prise en charge des voies aériennes. «La stratégie d extubation prédéterminée doit envisager ( ) l utilisation à court terme d un dispositif pouvant

Plus en détail

Traumatisme du membre supérieur

Traumatisme du membre supérieur Traumatisme du membre supérieur Dr Marchaland JP Dr Bures - HIA Bégin, Saint Mandé Plan I- Fractures de la clavicule et lésions de l articulation acromio- claviculaire II- Lésions de la coiffe des rotateurs

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS VI MEMOIRE POUR LE DIPLÔME INTER UNIVERSITAIRE DE PEDAGOGIE MEDICALE ÉTUDE DE LA CONNAISSANCE DE L'ALGORITHME

UNIVERSITE PARIS VI MEMOIRE POUR LE DIPLÔME INTER UNIVERSITAIRE DE PEDAGOGIE MEDICALE ÉTUDE DE LA CONNAISSANCE DE L'ALGORITHME UNIVERSITE PARIS VI Année 2009 MEMOIRE POUR LE DIPLÔME INTER UNIVERSITAIRE DE PEDAGOGIE MEDICALE ÉTUDE DE LA CONNAISSANCE DE L'ALGORITHME DE L'INTUBATION DIFFICILE SUR SIMULATEUR HPS DE METI. Dr. Emmanuel

Plus en détail

Ecole d Infirmiers Anesthésistes C.H.U. de Bordeaux. Avoir une dent contre son anesthésiste! JEROME VARLET Promotion

Ecole d Infirmiers Anesthésistes C.H.U. de Bordeaux. Avoir une dent contre son anesthésiste! JEROME VARLET Promotion Ecole d Infirmiers Anesthésistes C.H.U. de Bordeaux Avoir une dent contre son anesthésiste! JEROME VARLET Promotion 2011-2013 Jérôme Varlet T.I.P. 2 ème année. Promotion 2011-2013 Jérôme Varlet T.I.P.

Plus en détail

Disponible en ligne sur Conférence d experts

Disponible en ligne sur  Conférence d experts Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation 27 (2008) 3 14 Conférence d experts Prédiction et définition de la ventilation au masque difficile et de

Plus en détail

Introduction de la vidéo- laryngoscopie à l Hôpital de l Université d État d Haïti :gadget de luxe ou nécessité?

Introduction de la vidéo- laryngoscopie à l Hôpital de l Université d État d Haïti :gadget de luxe ou nécessité? DECEMBRE 2013 Introduction de la vidéo- laryngoscopie à l Hôpital de l Université d État d Haïti :gadget de luxe ou nécessité? Vers l intégration de la laryngoscopie indirecte et la fibroscopie dans la

Plus en détail

Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest

Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Mémoire du DIU de tabacologie et aide au sevrage tabagique de la région Ouest Evaluation de la pertinence et de la faisabilité de la mise en place d une démarche d accompagnement à l arrêt du tabac auprès

Plus en détail

ANATOMIE RADIOLOGIQUE DE LA RÉGION PHARYNGO-LARYNGÉE

ANATOMIE RADIOLOGIQUE DE LA RÉGION PHARYNGO-LARYNGÉE ANATOMIE RADIOLOGIQUE DE LA RÉGION PHARYNGO-LARYNGÉE ITEMS ECN 77. Angine et pharyngite de l'enfant et de l'adulte. 90. Infections naso-sinusiennes de l'enfant et de l'adulte. 145. Tumeurs de la cavité

Plus en détail

Vendredi 18 octobre PV vs PSG / Ambulatoire vs labo

Vendredi 18 octobre PV vs PSG / Ambulatoire vs labo Séminaire du DES de pneumologie Vendredi 18 octobre 2013 Diagnostic du Syndrome d apnées du sommeil (SAS) PV vs PSG / Ambulatoire vs labo V. ATTALI C. PHILIPPE Groupe Hospitalier Universitaire Pitié Salpêtrière

Plus en détail

Le conduit vocal : la voix

Le conduit vocal : la voix ECU E45SL Semestre 2 Approches de l orthophonie Le conduit vocal : la voix Christelle Dodane Permanence : H211, mercredi, de 11h15 à 12h15 - Tel. 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr

Plus en détail

Sevrage ventilatoire. Sandrine Dray Marseille SRLF 2014

Sevrage ventilatoire. Sandrine Dray Marseille SRLF 2014 Sevrage ventilatoire Sandrine Dray Marseille SRLF 2014 Je n ai aucun conflit d intérêt 2001 2007 Définition Procédure de libération du patient du ventilateur et du tube endotrachéal sans reventilation

Plus en détail

CNCHG 21/22 novembre 2008

CNCHG 21/22 novembre 2008 CNCHG 21/22 novembre 2008 Pourquoi changer nos habitudes? Goût du changement Goût de l exotisme Nouveau défit Ou véritable avancée Faisabilité Expérience Européenne 1.457 Patient (43% de la totalité),

Plus en détail

Noëlle BRULÉ née le 9 février 1978 à Rennes

Noëlle BRULÉ née le 9 février 1978 à Rennes UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE Année 2008 N 109 T H E S E pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Qualification en pneumologie par Noëlle BRULÉ née le 9 février 1978 à Rennes Présentée

Plus en détail

Les HBPM. Gestion pendant la grossesse. D. Chassard Hôtel Dieu Lyon

Les HBPM. Gestion pendant la grossesse. D. Chassard Hôtel Dieu Lyon Les HBPM Gestion pendant la grossesse D. Chassard Hôtel Dieu Lyon Modifications coagulation Augmentation Filtration Rénale Augmentation Volume Plasmatique Augmentation poids Gène retour veineux Normalisation

Plus en détail

MATÉRIEL. Canule de Guedel Matériel d aspiration Aspirateur. Canules d aspiration oropharyngée.

MATÉRIEL. Canule de Guedel Matériel d aspiration Aspirateur. Canules d aspiration oropharyngée. Libération et protection des voies aériennes supérieures L.V.A MATÉRIEL Canule de Guedel Matériel d aspiration Aspirateur. Canules d aspiration oropharyngée. Matériel d intubation Laryngoscope. Pince de

Plus en détail

Bloc des Branches du Plexus Brachial

Bloc des Branches du Plexus Brachial Bloc des Branches du Plexus Brachial - au niveau du creux axillaire (BAX) - au niveau du canal huméral (BCH) M.Carles / A.Pulcini Nice DIU ALR 2010 Quelques rappels anatomiques Quelques rappels anatomiques

Plus en détail

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN

Consignes de remplissage - Grille de recueil - Thème DAN Généralisation 2016 d un recueil d indicateurs pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dans les établissements de santé de soins de courte durée Consignes de remplissage - Grille

Plus en détail

Luxations de l épaule

Luxations de l épaule Luxations de l épaule Rappel anatomique Rappel anatomique La glène est plate, sa concavité est augmentée grâce au bourrelet glénoïdien. La stabilité est assurée par la capsule ligamentaire et les muscles

Plus en détail

Vous rêvez de nuits sans ronflement?

Vous rêvez de nuits sans ronflement? Vous rêvez de nuits sans ronflement? Orthèse Equinox Une orthèse innovante pour des patients satisfaits Le ronflement une gêne considérable pour le conjoint Le ronflement est un phénomène très fréquent

Plus en détail