Table ronde La protection sociale dans les entreprises Forum Convergences, 18 septembre 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table ronde La protection sociale dans les entreprises Forum Convergences, 18 septembre 2013"

Transcription

1 Page1 Table ronde La protection sociale dans les entreprises Forum Convergences, 18 septembre 2013 Ref : Dans le cadre de l association du GIP SPSI aux réflexions menées sur l extension de la protection sociale à l internationale par les entreprises, le Président du GIP, Jean-Marie Spaeth, a été convié à intervenir lors d une table ronde organisée par l ORSE (Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises) sur «la protection sociale dans les entreprises». Cette table-ronde s est tenue à l occasion du Forum Convergences - 17,18 et 19 septembre - visant à explorer les potentielles solutions conjointes aux grands enjeux sociaux, économiques et environnementaux de demain (Note ). Selon la Recommandation 202 sur les socles nationaux de protection sociale, adoptée par l OIT en juin 2012, la protection sociale est «un outil important pour prévenir et réduire la pauvreté, les inégalités, l exclusion sociale ( ), pour promouvoir l égalité des chances». Alors que la crise tend à creuser encore davantage les inégalités, les entrepreneurs sociaux et les modèles qu ils portent constituent de véritables vecteurs de solutions aux enjeux sociaux d aujourd hui et de demain. Quelle responsabilité les grandes entreprises dont l activité s étend au-delà des frontières, ontelles vis-à-vis de la protection sociale de leurs employés de par le monde? Les entreprises semblent s interroger de plus en plus sur ce point et les multinationales ayant leur siège en France ont déjà mis en œuvres des initiatives innovantes en la matière. A l occasion du Forum «Convergences», l Observatoire sur la RSE (ORSE) a organisé une table ronde réunissant certaines de ces entreprises. Cette table-ronde a été l occasion de comprendre les démarches de ces dernières : leurs motivations, leurs outils de diagnostic, les garanties couvertes pour leurs salariés, ainsi que les plans d actions qu elles ont déployés, compte tenu des disparités locales. Modératrice : Lydie RECORBET, Chargée de projet, ORSE Jean-Marie SPAETH, Président, GIP SPSI Sandra FOUCART, Directrice Long Term Incentives Audrey BABOURAM, Responsable protection sociale internationale, Sanofi Alain GUEGUEN, Directeur rétribution Groupe, Orange Lydie Recorbet : Comment les entreprises peuvent-elles s engager dans la protection sociale de leurs salariés locaux? Les motivations et stratégies adoptées par les entreprises varient mais l on retrouve généralement des raisons allant dans le même sens, propres au cœur de métier de l entreprise pour commencer (industrie lourde, santé, etc) induisant un accent porté sur l amélioration des 1

2 Page2 politiques de santé-sécurité au travail, sur une couverture de santé de base, ou encore sur une couverture prévoyance. Viennent ensuite l image véhiculée par l entreprise et les motivations propres aux Directions des Ressources Humaines telles que l attrait compétitif de l entreprise (entreprise innovante), la fidélisation des salariés, le souci d équité entre les salariés et enfin la volonté d asseoir l ancrage territorial de l entreprise dans les pays d implantation. A la lecture des accords-cadres internationaux conclus entre les entreprises et les fédérations syndicales internationales, les entreprises françaises semblent les plus avancées dans le domaine de la protection sociale à l international, sans doute pour des raisons historiques propres à la culture de la protection sociale d une part et du syndicalisme d autre part (voir l étude réalisée par l ORSE et le Département de la Sécurité sociale du BIT en février 2013 «Extension de la sécurité sociale et responsabilité sociale des entreprises multinationales : étude exploratoire», auprès de 15 entreprises multinationales françaises : Note ). Jean-Marie Spaeth a présenté le regard du GIP SPSI quant à la possibilité d étendre la protection sociale via le vecteur des entreprises. Il a fait remarquer au préalable que l on retrouve une caractéristique commune à la grande majorité des pays : l armée et la fonction publique sont toujours couvertes, mais quid des autres? Depuis le début des années 2000, on constate une accélération de la prise de conscience internationale de la nécessité de faire une place plus grande à la protection sociale face aux effets de la mondialisation. L extension de la protection sociale constitue un puissant moyen dans le débat onusien de lutter contre la pauvreté. Il ne s agit néanmoins pas que d une question «humaniste» ou de dignité de la personne. La protection sociale constitue également un élément fondamental du développement économique et du développement des entreprises, ainsi qu un amortisseur des crises et un outil de répartition des richesses et de régulation de la mondialisation. La thématique des socles de protection sociale a été à l honneur lors du G20 de Cannes, et en amont dans la déclaration commune des B20 et L20. Elle a fait l objet d une Recommandation par le BIT en juin Recommandation 202 sur les socles nationaux de protection sociale - et se décline aujourd hui plus précisément à travers la promotion de la couverture sanitaire universelle. La dernière Convention de l OIT concernant la protection sociale remontait à Le thème abordé est aussi vieux que l ère industrielle notamment car les risques inhérents à la vie sont immuables. Les entreprises ont compris que la protection sociale contribue à leur propre dynamisme car en libérant les salariés de la peur du lendemain, elle libère les imaginations et les dynamiques individuelles et collectives. C est un sujet qui reste complètement d actualité. La protection sociale constitue également un facteur de fidélisation des salariés comme cela était le cas dans les grandes entreprises de main d œuvre françaises et européennes de textile, minières, sidérurgiques, etc. et constitue finalement un outil remarquable de la cohésion d un groupe. 2

3 Page3 Le défi auquel doivent répondre les entreprises est aujourd hui de deux ordres : - D ordre conceptuel d une part (ou philosophique, idéologique) Le rapport à la protection sociale a évolué ces 10 dernières années au sein des entreprises avec la mondialisation et la financiarisation de l économie ; alors qu elle était annexée à la production des richesses, la couverture sociale a été reléguée à la sphère du privé. Il faut renverser la tendance. Encore une fois, la protection sociale constitue un élément fondamental du développement économique et de la répartition des richesses, de même que la responsabilité sociale des entreprises de manière plus générale constitue un élément fondamental de la régulation de la mondialisation ; - D ordre technique d autre part Comment mettre en place une assurance santé quand il n y a pas d offre de soins ou dont la qualité laisse à redire? Comment étendre la protection sociale aux familles des salariés quand il n ya pas de définition universelle de la famille? Le dialogue avec les acteurs locaux est donc essentiel, notamment pour pouvoir s adapter aux spécificités des pays : la culture assurantielle n existe pas partout par exemple. Il faut prolonger la prise de conscience collective et faire émerger les bonnes pratiques. Il faudra également veiller à contribuer à une couverture sociale pour les salariés autochtones des grandes entreprises industrielles, sans pour autant déséquilibrer les rapports au sein des pays d implantation entre les personnes employées par les groupes internationaux et le reste de la population, appartenant souvent à l économie informelle. Les trois représentants d entreprises ont présenté la stratégie de leur Groupe en matière d extension de la protection sociale de leurs salariés ainsi que les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de cette stratégie. 1- Etat des lieux et motivations Orange : Orange est implantée dans 35 pays et est présente dans plus de 200 pays en ce qui concerne les services professionnels. Elle compte collaborateurs. Orange se situe encore au stade de la phase de diagnostic quant à la situation du Groupe en matière de protection sociale. Ainsi, la Direction des rétributions a une approche quantitative de la couverture des salariés du Groupe mais les sujets étant techniques, la vision au niveau corporate n est pas encore très claire et la Direction n est pas encore en mesure d apprécier pleinement la qualité de la couverture. Orange a lancé son programme d entreprise «Conquête 2015», coconstruit avec les «pays d Orange» (= pays d implantation) et a fait des hommes et des femmes qui travaillent dans ces pays, une priorité du Groupe. L objectif est d être reconnu comme un employeur de référence (marketing) mais pour cela le Groupe a besoin de connaître la situation des salariés dans chaque filiale car toutes n ont pas la même réputation. 3

4 Page4 Au-delà des questions de santé et de couverture assurantielle, la protection sociale des salariés constitue également une question de pouvoir d achat. Il s agit pour le Groupe d être compétitif et pour se faire d équilibrer les performances économiques et sociales. Sanofi : Sanofi est présente dans une centaine de pays et compte collaborateurs. Industrie de la santé, assurer une couverture maladie à ses salariés allait de soi pour le Groupe. C est la raison pour laquelle Sanofi a entrepris il y a plus de 20 ans, une réflexion quant à la couverture santé de ses salariés et offre depuis 10 ans une couverture santé de base à tous ses salariés sans exception, ainsi qu à leurs enfants ou époux (se) dans certains cas. Le Groupe a adopté une démarche progressive et a commencé, en 1993, par créer une structure spécifique dédiée à la couverture des enfants des salariés (Association «Enfants de Sanofi») pour se substituer à l offre locale manquante ou incomplète lorsque les enfants étaient atteints de lourdes maladies nécessitant des opérations. Cela a permis de voir que la couverture des salariés n était pas optimale et a enclenché une réflexion plus large quant à l extension de la prévoyance et de la couverture maladie de l ensemble des salariés. Le Groupe s est attaché à adapter sa politique au gré de ses évolutions (croissance interne et externe via des rachats d entreprises), selon une culture de l harmonisation, de la qualité et de la visibilité. La dernière acquisition, ENSAM et EURIAL, a poussé le Groupe à une évolution optimum. Qui dit couverture universelle à l échelle du Groupe ne signifie par contre pas couverture uniforme entre tous les pays. La fidélisation des salariés et l image véhiculée par le Groupe en tant qu industrie de la santé ont été les principales motivations du Groupe. Sanofi mène de nombreux projets sur le sujet. Danone : Danone représente quant à elle collaborateurs dans 50 pays, dont 60% se situent dans des pays émergents où l accès à une couverture sanitaire est faible, voire inexistant. A l heure actuelle 60% des salariés sont couverts ; ce nombre doit passer à 80% d ici la fin Prendre en charge les avantages sociaux ou «benefits» de ses salariés est un sujet important pour le Groupe et qui fait sens au vu de sa mission : assurer la santé par l alimentation au plus grand nombre. En 2008, Danone a entrepris une réflexion sur la santé dans l activité du Groupe, pour les consommateurs de ses produits, ainsi que pour ses propres salariés. Le Groupe a alors fait le constat d une grande disparité selon les pays d implantation, notamment suite à une importante acquisition par le Groupe en Danone a ainsi mis en place un plan d action Dan Cares lancé en 2009, visant à garantir une couverture santé minimale à l ensemble des collaborateurs du Groupe (= les Danoners) avant la fin Cette initiative dont la mise en œuvre est progressive et décentralisée, repose sur une mobilisation managériale et s inscrit dans le double projet socio-économique du Groupe. 4

5 Page5 2- Couverture et mise en œuvre Lydie Recorbet a expliqué que l on retrouve 2 grands schémas de stratégie selon les entreprises : - Une stratégie centralisée fondée sur une décision de la Direction générale du Groupe priorisant en amont un «socle de garanties minimum» de couverture devant s appliquer à toutes les filiales ; ces dernières ayant ensuite plus ou moins de liberté dans l application ; - Une stratégie décentralisée fondée sur un état des lieux de la couverture mise en place, suivie d une harmonisation au gré des opportunités (échéance d un contrat d assurance par exemple). Danone : L objectif de Dan Cares est d assurer aux collaborateurs de Danone avant la fin 2013, le bénéfice d une couverture santé de base couvrant ce que le Groupe considère majeur dans le risque maladie et identifie comme «des soins fondamentaux» ou «risques prioritaires» à savoir l hospitalisation et la chirurgie, la maternité ainsi que l accès aux soins (ambulatoire incluant les dépenses pharmaceutiques). Ce socle sanitaire vient compléter la couverture prévoyance (invalidité et décès) déjà en œuvre dans l ensemble des sociétés du Groupe et permet de mettre davantage l accent sur la situation des salariés dans les filiales. La Direction de Danone a volontairement restreint sa démarche dans un premier temps à un socle sanitaire de base défini selon des indicateurs simples, applicables dans l ensemble des filiales et «business models» (=modèles d affaire), afin de permettre d une part aux filiales de s auto-auditer sur des éléments comparables et d assurer rapidement d autre part une couverture de base à l ensemble de ses salariés. Trois critères sont mis en avant par le Groupe afin d assurer cette couverture de base à l ensemble des salariés: la qualité des soins et des équipements médicaux, leur accessibilité matérielle, réelle et géographique (délais d attente, distances géographiques) et le reste à charge des salariés. L objectif est de limiter ce dernier à 20% des frais. La mise en œuvre du plan Dan Cares a été précédée d un audit conduit en 2010 dans 15 pays clés (représentant à l époque 56 filiales et 85 % des effectifs). Cet audit a permis de comparer dans un première temps la situation du Groupe et de ses différentes catégories de salariés à celle des autres grandes entreprises, et d identifier ainsi les pays où il y avait un «décrochage». La seconde phase de l audit a consisté à évaluer la couverture santé locale des salariés des filiales implantées dans ces 15 pays, ainsi que sa pertinence au regard des 3 critères précités. Le plan d action Dan Cares est depuis déployé progressivement dans les filiales. La protection sociale étant un domaine extrêmement pointu, elle nécessite une analyse dans le détail et ainsi la mobilisation d un personnel compétent. Le Groupe s est donc doté de l aide de spécialistes tels que Deloitte afin de conduire les audits. Le Groupe a choisi d adopter une démarche progressive, misant sur le partage d expériences entre les filiales et volontairement limitée au départ à quelques pays cibles afin d établir rapidement des diagnostics pays sur l accès des salariés à ce qui existe déjà et une cartographie de la situation des filiales à partir d une autoévaluation de celles-ci. A l issu de cet état des lieux, 5

6 Page6 le constat a été fait que danoners étaient insuffisamment couverts. Pour Danone, la primauté porte sur les salariés même si certaines familles sont également couvertes. Orange : Orange a mené un sondage auprès de toutes ses sociétés de plus de 100 personnes, ce qui représente 67 sociétés dans 32 pays. Parmi ces 67 filiales, 64 ont répondu, démontrant ainsi l intérêt que ces dernières portent au sujet contrairement à ce que pensait la Direction générale. Comme Danone, le Groupe a décidé de ne pas rentrer trop dans les détails dans un premier temps afin de pouvoir avancer et s est accompagné du même cabinet de conseil, Deloitte, pour effectuer son diagnostic initial. Ce dernier visait la santé, la prévoyance, la retraite mais aussi les bénéfices offerts aux salariés de manière plus générale (prise en charge des transports, examens médicaux, services disponibles sur le site, etc.). Cette initiative a été co-portée par les Directions des Ressources Humaines et RSE, qui ce sont fixées les mêmes cibles, et co-construit avec les filiales. Alain Gueguen a expliqué qu il ne s agit pas d imposer une vision corporate du sujet aux filiales mais au contraire, comme Danone, de permettre l appropriation du sujet par ces dernières et de stimuler un dialogue et un échange de bonnes pratiques entre les filiales. Le questionnaire établi par le siège a dans un premier temps, été testé auprès de quelques filiales afin de s assurer de sa compréhension malgré les diversités locales. Le questionnaire a été envoyé aux Directions RH de ces filiales afin de faire un état des lieux de la situation de leurs salariés. Il visait plus précisément à percevoir, du point de vue des Directions, l environnement de travail des salariés, les attentes des salariés et les priorités d action à mener. L idée était d instaurer ensuite un questionnaire annuel de satisfaction, pas trop détaillé afin de pouvoir être comparable et compréhensible selon les diversités locales de chaque filiale ; la diversité constitue un vrai challenge. Un temps d analyse et de discussion s est tenu en amont de l envoi du questionnaire, de façon à impulser une dynamique de «navette» entre le siège et les filiales et de fiabiliser les réponses de ces dernières. Le Groupe reste ouvert à d autres domaines que celui de la santé car selon les cultures, certaines filiales sont plus avancées sur d autres sujets et peuvent avoir entrepris des démarches innovantes. L objectif est d essayer de récupérer des pratiques qui font sens, largement utilisées dans certaines filiales et de les étendre aux autres. Alain Gueguen estime qu en termes de besoin social, la garantie contre le risque décès représente sans doute une priorité partout, or toutes les religions ne permettent pas d assurer la mort. Aux vues des résultats des questionnaires, la quasi-totalité des salariés bénéficient d une couverture et le groupe a aujourd hui connaissances de la couverture complémentaire offerte aux salariés mais pas de l offre de soins disponible dans les pays. Pour l instant, les résultats des questionnaires n ont pas alimenté le Rapport RSE du Groupe. Orange attend d avoir plus de recul sur le sujet avant de les diffuser et avant même de les communiquer aux filiales. 6

7 Page7 Sanofi : Sanofi a effectué l un des premiers diagnostics relatif à la protection sociale des salariés du Groupe en Le projet interne a été impulsé par la Direction Général et suivi par la Direction des Ressources Humaines. Il visait un nombre limité de risques qui paraissaient primordiaux pour le Groupe: santé, décès, incapacité-invalidité, retraite. Le Groupe a pris en compte les systèmes légaux locaux dans l analyse et a élargi le «package» en fonction des besoins des pays (ex : accidents de la route). L enquête a été réalisée à chaque fois auprès de l ensemble des filiales. Une enquête sur les coûts a également été réalisée afin de réfléchir à la meilleure manière de maintenir une couverture de qualité tout en minimisant l impact en termes de coûts pour le Groupe. La Direction des RH travaille ainsi avec les Directions Financière et Achats. La stratégie globale de Sanofi a été officialisée en Elle couvre l ensemble des salariés (toutes activités et tous types de contrats confondus) selon les modalités suivantes: - couverture décès toutes causes, dans toutes les filiales (au minimum 2 ans de salaire) ; - la famille est limitée aux conjoints et enfants néanmoins toutes les familles ne sont pas couvertes car cela a un coût conséquent et il n y a en outre pas toujours d offre locale ; - couverture santé pour tous (panier de soins couvrant l hospitalisation, la maternité, l ambulatoire et les prescriptions médicales) ; - congés maladie dans certaines filiales ; - couverture invalidité mais pas partout et pas au sens où on l entend en France. Sanofi s attache à des critères qualitatifs au-delà de la couverture, ainsi qu au respect de la personne : il n y a par exemple pas d examen ou d expertise médicale des salariés. Il est prévu dans le cadre de la couverture maladie offerte aux salariés, que ces derniers puissent aller se faire soigner ailleurs s il n y a pas d offre de soin sur place. La gestion de la couverture dépend ensuite des filiales et de leur taille ; en fonction elles auront recours ou non à des prestataires. Un groupe de travail est créé pour chaque projet avec la Direction des RH locale, afin d avoir recours aux meilleurs prestataires au niveau local (surtout pour ne pas avoir de problème de qualité ou de défaut de service). Des entreprises comme Total, Lafarge ou l AFD ont monté des structures de soins à part entière dans certains endroits mais les implantations de Sanofi ne sont pas assez importantes pour pouvoir monter de telles structures. En outre une question d entretien se pose dans le cas de la construction d infrastructures, de même que celle du maintien de la structure sur le long terme si elle est ouverte aux populations. Une enquête est actuellement réalisée auprès de 16 multinationales pharmaceutiques (représentant la moitié des grands Groupes dans ce domaine et à laquelle l ensemble de leurs filiales participent) permettant ainsi une comparaison mutuelle entre les entreprises. 7

8 Page8 3- Difficultés de mise en œuvre et suivi Les entreprises se rejoignent pour dire qu aujourd hui la priorité reste l emploi, en France et dans le monde. Cela amène à repenser les priorités de l entreprise. Il ne s agit pas de créer des tensions au sein des filiales qui n ont pas beaucoup de moyens et il faut rester vigilent quant aux besoins, réticences des filiales : on ne peut faire du «forcing» lorsqu une entreprise compte 20% de son effectif qui n est pas favorable au projet. Les volontés humanistes sont contrebalancées par les contraintes légales et économiques. Les entreprises ont par ailleurs fait valoir que si la protection sociale est source de dynamisme de l entreprise, localement cela peut-être perçu différemment. Il faut un certain temps pour que l approche s ancre dans les mentalités locales car certains vont voir des dépenses superflues là où nous voyons un investissement. Il s agit d un travail progressif et de longue haleine auprès des Directions locales. Il faut parfois 3 ans pour qu une filiale réalise l apport d une couverture sociale pour les salariés. Il ne faut surtout pas brusquer les choses, ni que la démarche soit perçue par les filiales comme une politique imposée par la Direction, d autant plus que les filiales doivent financer leur projet seules : dans le Groupe Sanofi elles ont ainsi besoin de l aval du siège qui juge de la pérennité du projet. On observe néanmoins un phénomène de mimétisme entre les filiales. Sanofi mène même des projets d amélioration de nouvelles garanties à l initiative des filiales. Danone n a pas assorti sa stratégie d une méthode de pooling ou d optimisation des coûts. Les aspects techniques de la mise en œuvre sont entièrement délégués aux filiales dans le respect de la tradition de décentralisation propre au Groupe. Danone encourage néanmoins à travailler avec le même assureur pour une question de facilité. Le Groupe s appuie pour ce faire sur ses partenaires locaux et son réseau de courtage. Pour inciter les filiales à agir rapidement, Danone a mis en place en 2011, un fonds corporate d accélération d aide aux filiales pour 3 ans. Il finance 1/3 du surcoût entrainé par l instauration de la protection sociale dans les filiales la 1 ère année, puis de manière dégressive 25% la seconde année, etc. La stratégie de la Direction vise à ce que chaque unité prenne conscience du coût du programme et en mesure l impact. Orange a instauré un processus de définition des politiques salariales annuelles : choix d investissements et choix du budget alloué. Selon les pays, investir dans la protection sociale peut être mieux que d augmenter les salaires Orange part néanmoins du principe que le salarié doit conserver à sa charge une partie des frais : il y a donc un partage des frais et la détermination du reste à charge est à la libre appréciation des filiales. L absence d indicateurs constitue un véritable frein au suivi et au reporting relatif à la couverture des salariés des Groupes. Audrey Babouram a expliqué que chez Sanofi, le suivi est plus ou moins présent selon les filiales. Le Groupe possède une base de données avec des indicateurs afin de faire remonter les informations mais le suivi est assuré pays par pays sans qu il n y ait de comparaison ; il est donc 8

9 Page9 difficile de parler d indicateur, surtout si l on prend en compte les régimes légaux. Une comparaison détaillée n est pas possible. Des questionnaires locaux concernant les attentes des salariés sont en outre distribués dans les filiales mais ils ne sont pas consolidés au niveau global. Danone privilégie la qualité mais Sandra Foucart explique qu il est difficile d avoir des indicateurs satisfaisants et simples. Danone a réalisé le 1 er baromètre de Dan Cares mais le Groupe ne possède pas encore suffisamment de recul quant aux résultats pour pouvoir communiquer dessus. Orange ne dispose pas encore d indicateurs relatif à la protection sociale mais s interroge : combien? Et comment? Alain Gueguen a fait valoir les difficultés qu un travail de reporting intégré sur ces questions représente. En l occurrence, il a expliqué comme Audrey Babouram, que la diversité des situations amène à avoir un tableau spécifique par pays. Depuis 3 ans Orange dispose néanmoins d un indicateur de performance sociale et d un indicateur de satisfaction : cela permet de donner des «input». En 2010, 4 000/ salariés ont été sondés par un organisme indépendant sur les mêmes questions afin d avoir un indicateur d évolution. Le nombre de salariés interrogés a été élargi depuis la fin En conclusion Lydie Recorbet a rappelé que les questionnaires adressés aux salariés ne contiennent généralement pas de questions relatives au caractère déterminant ou non de la protection sociale pour ces derniers. En outre, les entreprises ne demandent pas à leurs prestataires de s aligner sur leur politique, ce qui pourrait leur être opposable juridiquement, mais elles sont vigilantes à ce qu ils soient en conformité avec les législations locales en termes de cotisations aux régimes de Sécurité Sociale en vigueur. Elle a insisté sur la pertinence de s intéresser à la question des indicateurs alors que l article 225 de la loi Grenelle 2 impose désormais à certaines entreprises d'inclure dans leur rapport de gestion notamment des informations à caractère social. L ORSE a réalisé une étude cosignée par le GIP SPSI, sur «les indicateurs de reporting pour les entreprises en matière de couverture sociale à l international». Il ressort de cette étude que : - il existe peu d outils de reporting sur le sujet. Les instruments internationaux de reporting en matière de RSE ne prévoient pas, à la seule exception de la Global Reporting Initiative (GRI), d indicateur spécifique relatif à la couverture sociale des salariés et les entreprises utilisant le référentiel de la GRI renseignent très rarement les deux indicateurs afférents à la protection sociale. - il est extrêmement difficile d avoir des indicateurs permettant de rendre compte de la démarche des entreprises de manière consolidée, tant les disparités locales peuvent être importantes et les plans d actions pour y remédier différents. - Il est quasiment impossible pour les entreprises de mesurer l impact de leurs programmes de couverture sociale auprès des familles des salariés et des populations locales le cas échéant. L étude conclut sur la nécessité de construire de véritables indicateurs relatifs à la protection sociale, à destination des entreprises. 9

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Indicateurs de reporting pour les entreprises en matière de couverture sociale à l international

Indicateurs de reporting pour les entreprises en matière de couverture sociale à l international Indicateurs de reporting pour les entreprises en matière de couverture sociale à l international En collaboration avec Septembre 2013 Observatoire de la Responsabilité Sociétale des Entreprises 25 rue

Plus en détail

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application

TELE TRAVAIL. . L employeur propose aux organisations syndicales les dispositions suivantes : -Le champ d application COMMISSIONS PARITAIRES DES 14 et 28 janvier 2014 TELE TRAVAIL Constatant un développement anarchique de l application du télé travail dans le réseau Sécurité Sociale, la CFTC a été à l initiative de la

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

I - HR Access en bref

I - HR Access en bref I - HR Access en bref Fort de 40 ans d innovation dans le secteur privé et public, HR Access accompagne la fonction RH et Paie dans la mise en œuvre et la production de ses solutions de gestion. Spécialiste

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI!

Forum Développement Durable 2015. Ayez le réflexe CCI! Forum Développement Durable 2015 Ayez le réflexe CCI! Nouvelles normes Comment se préparer à la mise en oeuvre des nouvelles normes ISO 9001 et 14001? Nouvelles normes Des évolutions majeures, sans pour

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

La GPEC : Une opportunité en temps de crise

La GPEC : Une opportunité en temps de crise La GPEC : Une opportunité en temps de crise Présentation issue de l atelier Campus merlane du 28/03/2013 Petit historique Un effet de mode Une connotation PSE Une volonté d exhaustivité des outils Un exercice

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012

L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 L externalisation de la formation Résultats de l enquête 2011-2012 20 juin 2012 Bénédicte Bailleul Directrice de l activité Externalisation 1 Agenda Présentation de Demos Outsourcing Méthodologie d enquête

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Décembre 2014 Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Travaux d amélioration de la mesure mis en œuvre suite à l audit mené en 2013 par le cabinet Ernst

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes.

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes. POLITIQUE N O : DSA-RH-219-13-11 Page 1 TITRE Politique cadre relative à la santé globale et au mieux-être au travail. Cette politique réfère aux processus organisationnels du CQA : nos 8 et 9 : Titre

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

Programme de formation «CAP RSEA»

Programme de formation «CAP RSEA» Programme de formation «CAP RSEA» Amélioration et mesure de la performance économique, sociale, sociétale et environnementale des Entreprises Adaptées Contexte La RSE se définit comme la responsabilité

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable

ACTIONS GLOBALES. Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES. Mise en place d ambassadeurs développement durable FICHE ACTIONS Logica ACTIONS GLOBALES Réduction des émissions de CO 2 ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Mise en place d ambassadeurs développement durable ACTIONS ENVIRONNEMENTALES Favorise l utilisation

Plus en détail

- FÉDÉRATION NATIONALE DES INDUSTRIES CHIMIQUES CGT, 263, rue de Paris, 93514 Montreuil,

- FÉDÉRATION NATIONALE DES INDUSTRIES CHIMIQUES CGT, 263, rue de Paris, 93514 Montreuil, Entre ACCORD COLLECTIF PORTANT SUR LA COUVERTURE PRÉVOYANCE DANS LES INDUSTRIES PÉTROLIÈRES l'union FRANÇAISE DES INDUSTRIES PÉTROLIÈRES (UFIP), 4, avenue Hoche, 75008 Paris, représentée par : d'une part,

Plus en détail

ADEME : Colloque Produits Verts. Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat

ADEME : Colloque Produits Verts. Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat ADEME : Colloque Produits Verts Intégrer les préoccupations RSE (responsabilité environnementale et sociale d entreprise) dans le processus achat Juin 2008 Une solution dédiée à vos achats responsables

Plus en détail

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés

Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés É V A L U A T I O N C E R T I F I C A T I O N Qualité, Sécurité, Environnement Systèmes de Management Intégrés Systèmes de Management de la Qualité selon la norme ISO 9001 Obtenir la reconnaissance de

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010

Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010 Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010 Mise en ligne début novembre au moment du lancement du site Internet du Labo ESS, le sondage sur l identité et l avenir de l ESS a connu un vif succès.

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr Stratégie des risques Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 La stratégie du risque... 2 I.0 Une démarche d entreprise... 2 I.1 Appétit pour le risque... 3 I.2 La tolérance

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Les partenariats associations & entreprises

Les partenariats associations & entreprises Les partenariats associations & entreprises Initier ou renforcer une politique de partenariats avec les entreprises Novembre 2011 Référentiel réalisé en partenariat avec et Edito Avec leurs 1,9 millions

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

ACTIONS COLLECTIVES OPCALIA 2015 PROGRAMME DE FORMATION

ACTIONS COLLECTIVES OPCALIA 2015 PROGRAMME DE FORMATION ACTIONS COLLECTIVES OPCALIA 2015 PROGRAMME DE FORMATION PREPARER ET CONDUIRE UN ENTRETIEN PROFESSIONNEL Formation accessible à toutes les entreprises de la région Languedoc Roussillon, adhérentes ou non

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES

CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES CONVENTION AMILOR ACORIS MUTUELLES La présente convention est conclue entre : AMILOR Association des Missions Locales de Lorraine 10 rue Mazagran BP 10676 54063 Nancy Cedex Représentée par Gilles DEVRET

Plus en détail

WS26 La protection des salariés

WS26 La protection des salariés WS26 La protection des salariés Session 1 La vision chinoise Les populations de travailleurs migrants/paysans s étant déplacées dans les villes pour travailler ont des droits très réduits. Comme ils n

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014

Atelier Communication Managériale Entreprises & Médias 7 février 2014 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Atelier Communication Managériale Entreprises

Plus en détail

PROFESSIONNALISATION DE LA FILIERE RESSOURCES HUMAINES DE GAZ DE FRANCE

PROFESSIONNALISATION DE LA FILIERE RESSOURCES HUMAINES DE GAZ DE FRANCE PROFESSIONNALISATION DE LA FILIERE RESSOURCES HUMAINES DE GAZ DE FRANCE Le Groupe Gaz de France Une ambition : être un leader de l énergie en Europe Une stratégie : développer ses activités sur l ensemble

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique.

Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Le CRISA est une instance de concertation de la Direction régionale de santé publique. Mandats Conseiller l Agence sur les orientations et les actions à privilégier en sécurité alimentaire; Planifier,

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS PROTECTION SOCIALE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles

Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Communication sur le Progrès 2014 du Groupe EDF Energies Nouvelles Lancée en 2000 par l Organisation des Nations Unies, le Pacte Mondial est une initiative destinée à rassembler les entreprises, les organismes

Plus en détail

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011

Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Le renoncement aux soins pour raisons financières Étude CETAF / Fonds CMU 2010 / 2011 Les bénéficiaires de la CMU-C doivent normalement accéder aux soins sans participation financière, sauf exigence particulière.

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail