Table ronde La protection sociale dans les entreprises Forum Convergences, 18 septembre 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table ronde La protection sociale dans les entreprises Forum Convergences, 18 septembre 2013"

Transcription

1 Page1 Table ronde La protection sociale dans les entreprises Forum Convergences, 18 septembre 2013 Ref : Dans le cadre de l association du GIP SPSI aux réflexions menées sur l extension de la protection sociale à l internationale par les entreprises, le Président du GIP, Jean-Marie Spaeth, a été convié à intervenir lors d une table ronde organisée par l ORSE (Observatoire sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises) sur «la protection sociale dans les entreprises». Cette table-ronde s est tenue à l occasion du Forum Convergences - 17,18 et 19 septembre - visant à explorer les potentielles solutions conjointes aux grands enjeux sociaux, économiques et environnementaux de demain (Note ). Selon la Recommandation 202 sur les socles nationaux de protection sociale, adoptée par l OIT en juin 2012, la protection sociale est «un outil important pour prévenir et réduire la pauvreté, les inégalités, l exclusion sociale ( ), pour promouvoir l égalité des chances». Alors que la crise tend à creuser encore davantage les inégalités, les entrepreneurs sociaux et les modèles qu ils portent constituent de véritables vecteurs de solutions aux enjeux sociaux d aujourd hui et de demain. Quelle responsabilité les grandes entreprises dont l activité s étend au-delà des frontières, ontelles vis-à-vis de la protection sociale de leurs employés de par le monde? Les entreprises semblent s interroger de plus en plus sur ce point et les multinationales ayant leur siège en France ont déjà mis en œuvres des initiatives innovantes en la matière. A l occasion du Forum «Convergences», l Observatoire sur la RSE (ORSE) a organisé une table ronde réunissant certaines de ces entreprises. Cette table-ronde a été l occasion de comprendre les démarches de ces dernières : leurs motivations, leurs outils de diagnostic, les garanties couvertes pour leurs salariés, ainsi que les plans d actions qu elles ont déployés, compte tenu des disparités locales. Modératrice : Lydie RECORBET, Chargée de projet, ORSE Jean-Marie SPAETH, Président, GIP SPSI Sandra FOUCART, Directrice Long Term Incentives Audrey BABOURAM, Responsable protection sociale internationale, Sanofi Alain GUEGUEN, Directeur rétribution Groupe, Orange Lydie Recorbet : Comment les entreprises peuvent-elles s engager dans la protection sociale de leurs salariés locaux? Les motivations et stratégies adoptées par les entreprises varient mais l on retrouve généralement des raisons allant dans le même sens, propres au cœur de métier de l entreprise pour commencer (industrie lourde, santé, etc) induisant un accent porté sur l amélioration des 1

2 Page2 politiques de santé-sécurité au travail, sur une couverture de santé de base, ou encore sur une couverture prévoyance. Viennent ensuite l image véhiculée par l entreprise et les motivations propres aux Directions des Ressources Humaines telles que l attrait compétitif de l entreprise (entreprise innovante), la fidélisation des salariés, le souci d équité entre les salariés et enfin la volonté d asseoir l ancrage territorial de l entreprise dans les pays d implantation. A la lecture des accords-cadres internationaux conclus entre les entreprises et les fédérations syndicales internationales, les entreprises françaises semblent les plus avancées dans le domaine de la protection sociale à l international, sans doute pour des raisons historiques propres à la culture de la protection sociale d une part et du syndicalisme d autre part (voir l étude réalisée par l ORSE et le Département de la Sécurité sociale du BIT en février 2013 «Extension de la sécurité sociale et responsabilité sociale des entreprises multinationales : étude exploratoire», auprès de 15 entreprises multinationales françaises : Note ). Jean-Marie Spaeth a présenté le regard du GIP SPSI quant à la possibilité d étendre la protection sociale via le vecteur des entreprises. Il a fait remarquer au préalable que l on retrouve une caractéristique commune à la grande majorité des pays : l armée et la fonction publique sont toujours couvertes, mais quid des autres? Depuis le début des années 2000, on constate une accélération de la prise de conscience internationale de la nécessité de faire une place plus grande à la protection sociale face aux effets de la mondialisation. L extension de la protection sociale constitue un puissant moyen dans le débat onusien de lutter contre la pauvreté. Il ne s agit néanmoins pas que d une question «humaniste» ou de dignité de la personne. La protection sociale constitue également un élément fondamental du développement économique et du développement des entreprises, ainsi qu un amortisseur des crises et un outil de répartition des richesses et de régulation de la mondialisation. La thématique des socles de protection sociale a été à l honneur lors du G20 de Cannes, et en amont dans la déclaration commune des B20 et L20. Elle a fait l objet d une Recommandation par le BIT en juin Recommandation 202 sur les socles nationaux de protection sociale - et se décline aujourd hui plus précisément à travers la promotion de la couverture sanitaire universelle. La dernière Convention de l OIT concernant la protection sociale remontait à Le thème abordé est aussi vieux que l ère industrielle notamment car les risques inhérents à la vie sont immuables. Les entreprises ont compris que la protection sociale contribue à leur propre dynamisme car en libérant les salariés de la peur du lendemain, elle libère les imaginations et les dynamiques individuelles et collectives. C est un sujet qui reste complètement d actualité. La protection sociale constitue également un facteur de fidélisation des salariés comme cela était le cas dans les grandes entreprises de main d œuvre françaises et européennes de textile, minières, sidérurgiques, etc. et constitue finalement un outil remarquable de la cohésion d un groupe. 2

3 Page3 Le défi auquel doivent répondre les entreprises est aujourd hui de deux ordres : - D ordre conceptuel d une part (ou philosophique, idéologique) Le rapport à la protection sociale a évolué ces 10 dernières années au sein des entreprises avec la mondialisation et la financiarisation de l économie ; alors qu elle était annexée à la production des richesses, la couverture sociale a été reléguée à la sphère du privé. Il faut renverser la tendance. Encore une fois, la protection sociale constitue un élément fondamental du développement économique et de la répartition des richesses, de même que la responsabilité sociale des entreprises de manière plus générale constitue un élément fondamental de la régulation de la mondialisation ; - D ordre technique d autre part Comment mettre en place une assurance santé quand il n y a pas d offre de soins ou dont la qualité laisse à redire? Comment étendre la protection sociale aux familles des salariés quand il n ya pas de définition universelle de la famille? Le dialogue avec les acteurs locaux est donc essentiel, notamment pour pouvoir s adapter aux spécificités des pays : la culture assurantielle n existe pas partout par exemple. Il faut prolonger la prise de conscience collective et faire émerger les bonnes pratiques. Il faudra également veiller à contribuer à une couverture sociale pour les salariés autochtones des grandes entreprises industrielles, sans pour autant déséquilibrer les rapports au sein des pays d implantation entre les personnes employées par les groupes internationaux et le reste de la population, appartenant souvent à l économie informelle. Les trois représentants d entreprises ont présenté la stratégie de leur Groupe en matière d extension de la protection sociale de leurs salariés ainsi que les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de cette stratégie. 1- Etat des lieux et motivations Orange : Orange est implantée dans 35 pays et est présente dans plus de 200 pays en ce qui concerne les services professionnels. Elle compte collaborateurs. Orange se situe encore au stade de la phase de diagnostic quant à la situation du Groupe en matière de protection sociale. Ainsi, la Direction des rétributions a une approche quantitative de la couverture des salariés du Groupe mais les sujets étant techniques, la vision au niveau corporate n est pas encore très claire et la Direction n est pas encore en mesure d apprécier pleinement la qualité de la couverture. Orange a lancé son programme d entreprise «Conquête 2015», coconstruit avec les «pays d Orange» (= pays d implantation) et a fait des hommes et des femmes qui travaillent dans ces pays, une priorité du Groupe. L objectif est d être reconnu comme un employeur de référence (marketing) mais pour cela le Groupe a besoin de connaître la situation des salariés dans chaque filiale car toutes n ont pas la même réputation. 3

4 Page4 Au-delà des questions de santé et de couverture assurantielle, la protection sociale des salariés constitue également une question de pouvoir d achat. Il s agit pour le Groupe d être compétitif et pour se faire d équilibrer les performances économiques et sociales. Sanofi : Sanofi est présente dans une centaine de pays et compte collaborateurs. Industrie de la santé, assurer une couverture maladie à ses salariés allait de soi pour le Groupe. C est la raison pour laquelle Sanofi a entrepris il y a plus de 20 ans, une réflexion quant à la couverture santé de ses salariés et offre depuis 10 ans une couverture santé de base à tous ses salariés sans exception, ainsi qu à leurs enfants ou époux (se) dans certains cas. Le Groupe a adopté une démarche progressive et a commencé, en 1993, par créer une structure spécifique dédiée à la couverture des enfants des salariés (Association «Enfants de Sanofi») pour se substituer à l offre locale manquante ou incomplète lorsque les enfants étaient atteints de lourdes maladies nécessitant des opérations. Cela a permis de voir que la couverture des salariés n était pas optimale et a enclenché une réflexion plus large quant à l extension de la prévoyance et de la couverture maladie de l ensemble des salariés. Le Groupe s est attaché à adapter sa politique au gré de ses évolutions (croissance interne et externe via des rachats d entreprises), selon une culture de l harmonisation, de la qualité et de la visibilité. La dernière acquisition, ENSAM et EURIAL, a poussé le Groupe à une évolution optimum. Qui dit couverture universelle à l échelle du Groupe ne signifie par contre pas couverture uniforme entre tous les pays. La fidélisation des salariés et l image véhiculée par le Groupe en tant qu industrie de la santé ont été les principales motivations du Groupe. Sanofi mène de nombreux projets sur le sujet. Danone : Danone représente quant à elle collaborateurs dans 50 pays, dont 60% se situent dans des pays émergents où l accès à une couverture sanitaire est faible, voire inexistant. A l heure actuelle 60% des salariés sont couverts ; ce nombre doit passer à 80% d ici la fin Prendre en charge les avantages sociaux ou «benefits» de ses salariés est un sujet important pour le Groupe et qui fait sens au vu de sa mission : assurer la santé par l alimentation au plus grand nombre. En 2008, Danone a entrepris une réflexion sur la santé dans l activité du Groupe, pour les consommateurs de ses produits, ainsi que pour ses propres salariés. Le Groupe a alors fait le constat d une grande disparité selon les pays d implantation, notamment suite à une importante acquisition par le Groupe en Danone a ainsi mis en place un plan d action Dan Cares lancé en 2009, visant à garantir une couverture santé minimale à l ensemble des collaborateurs du Groupe (= les Danoners) avant la fin Cette initiative dont la mise en œuvre est progressive et décentralisée, repose sur une mobilisation managériale et s inscrit dans le double projet socio-économique du Groupe. 4

5 Page5 2- Couverture et mise en œuvre Lydie Recorbet a expliqué que l on retrouve 2 grands schémas de stratégie selon les entreprises : - Une stratégie centralisée fondée sur une décision de la Direction générale du Groupe priorisant en amont un «socle de garanties minimum» de couverture devant s appliquer à toutes les filiales ; ces dernières ayant ensuite plus ou moins de liberté dans l application ; - Une stratégie décentralisée fondée sur un état des lieux de la couverture mise en place, suivie d une harmonisation au gré des opportunités (échéance d un contrat d assurance par exemple). Danone : L objectif de Dan Cares est d assurer aux collaborateurs de Danone avant la fin 2013, le bénéfice d une couverture santé de base couvrant ce que le Groupe considère majeur dans le risque maladie et identifie comme «des soins fondamentaux» ou «risques prioritaires» à savoir l hospitalisation et la chirurgie, la maternité ainsi que l accès aux soins (ambulatoire incluant les dépenses pharmaceutiques). Ce socle sanitaire vient compléter la couverture prévoyance (invalidité et décès) déjà en œuvre dans l ensemble des sociétés du Groupe et permet de mettre davantage l accent sur la situation des salariés dans les filiales. La Direction de Danone a volontairement restreint sa démarche dans un premier temps à un socle sanitaire de base défini selon des indicateurs simples, applicables dans l ensemble des filiales et «business models» (=modèles d affaire), afin de permettre d une part aux filiales de s auto-auditer sur des éléments comparables et d assurer rapidement d autre part une couverture de base à l ensemble de ses salariés. Trois critères sont mis en avant par le Groupe afin d assurer cette couverture de base à l ensemble des salariés: la qualité des soins et des équipements médicaux, leur accessibilité matérielle, réelle et géographique (délais d attente, distances géographiques) et le reste à charge des salariés. L objectif est de limiter ce dernier à 20% des frais. La mise en œuvre du plan Dan Cares a été précédée d un audit conduit en 2010 dans 15 pays clés (représentant à l époque 56 filiales et 85 % des effectifs). Cet audit a permis de comparer dans un première temps la situation du Groupe et de ses différentes catégories de salariés à celle des autres grandes entreprises, et d identifier ainsi les pays où il y avait un «décrochage». La seconde phase de l audit a consisté à évaluer la couverture santé locale des salariés des filiales implantées dans ces 15 pays, ainsi que sa pertinence au regard des 3 critères précités. Le plan d action Dan Cares est depuis déployé progressivement dans les filiales. La protection sociale étant un domaine extrêmement pointu, elle nécessite une analyse dans le détail et ainsi la mobilisation d un personnel compétent. Le Groupe s est donc doté de l aide de spécialistes tels que Deloitte afin de conduire les audits. Le Groupe a choisi d adopter une démarche progressive, misant sur le partage d expériences entre les filiales et volontairement limitée au départ à quelques pays cibles afin d établir rapidement des diagnostics pays sur l accès des salariés à ce qui existe déjà et une cartographie de la situation des filiales à partir d une autoévaluation de celles-ci. A l issu de cet état des lieux, 5

6 Page6 le constat a été fait que danoners étaient insuffisamment couverts. Pour Danone, la primauté porte sur les salariés même si certaines familles sont également couvertes. Orange : Orange a mené un sondage auprès de toutes ses sociétés de plus de 100 personnes, ce qui représente 67 sociétés dans 32 pays. Parmi ces 67 filiales, 64 ont répondu, démontrant ainsi l intérêt que ces dernières portent au sujet contrairement à ce que pensait la Direction générale. Comme Danone, le Groupe a décidé de ne pas rentrer trop dans les détails dans un premier temps afin de pouvoir avancer et s est accompagné du même cabinet de conseil, Deloitte, pour effectuer son diagnostic initial. Ce dernier visait la santé, la prévoyance, la retraite mais aussi les bénéfices offerts aux salariés de manière plus générale (prise en charge des transports, examens médicaux, services disponibles sur le site, etc.). Cette initiative a été co-portée par les Directions des Ressources Humaines et RSE, qui ce sont fixées les mêmes cibles, et co-construit avec les filiales. Alain Gueguen a expliqué qu il ne s agit pas d imposer une vision corporate du sujet aux filiales mais au contraire, comme Danone, de permettre l appropriation du sujet par ces dernières et de stimuler un dialogue et un échange de bonnes pratiques entre les filiales. Le questionnaire établi par le siège a dans un premier temps, été testé auprès de quelques filiales afin de s assurer de sa compréhension malgré les diversités locales. Le questionnaire a été envoyé aux Directions RH de ces filiales afin de faire un état des lieux de la situation de leurs salariés. Il visait plus précisément à percevoir, du point de vue des Directions, l environnement de travail des salariés, les attentes des salariés et les priorités d action à mener. L idée était d instaurer ensuite un questionnaire annuel de satisfaction, pas trop détaillé afin de pouvoir être comparable et compréhensible selon les diversités locales de chaque filiale ; la diversité constitue un vrai challenge. Un temps d analyse et de discussion s est tenu en amont de l envoi du questionnaire, de façon à impulser une dynamique de «navette» entre le siège et les filiales et de fiabiliser les réponses de ces dernières. Le Groupe reste ouvert à d autres domaines que celui de la santé car selon les cultures, certaines filiales sont plus avancées sur d autres sujets et peuvent avoir entrepris des démarches innovantes. L objectif est d essayer de récupérer des pratiques qui font sens, largement utilisées dans certaines filiales et de les étendre aux autres. Alain Gueguen estime qu en termes de besoin social, la garantie contre le risque décès représente sans doute une priorité partout, or toutes les religions ne permettent pas d assurer la mort. Aux vues des résultats des questionnaires, la quasi-totalité des salariés bénéficient d une couverture et le groupe a aujourd hui connaissances de la couverture complémentaire offerte aux salariés mais pas de l offre de soins disponible dans les pays. Pour l instant, les résultats des questionnaires n ont pas alimenté le Rapport RSE du Groupe. Orange attend d avoir plus de recul sur le sujet avant de les diffuser et avant même de les communiquer aux filiales. 6

7 Page7 Sanofi : Sanofi a effectué l un des premiers diagnostics relatif à la protection sociale des salariés du Groupe en Le projet interne a été impulsé par la Direction Général et suivi par la Direction des Ressources Humaines. Il visait un nombre limité de risques qui paraissaient primordiaux pour le Groupe: santé, décès, incapacité-invalidité, retraite. Le Groupe a pris en compte les systèmes légaux locaux dans l analyse et a élargi le «package» en fonction des besoins des pays (ex : accidents de la route). L enquête a été réalisée à chaque fois auprès de l ensemble des filiales. Une enquête sur les coûts a également été réalisée afin de réfléchir à la meilleure manière de maintenir une couverture de qualité tout en minimisant l impact en termes de coûts pour le Groupe. La Direction des RH travaille ainsi avec les Directions Financière et Achats. La stratégie globale de Sanofi a été officialisée en Elle couvre l ensemble des salariés (toutes activités et tous types de contrats confondus) selon les modalités suivantes: - couverture décès toutes causes, dans toutes les filiales (au minimum 2 ans de salaire) ; - la famille est limitée aux conjoints et enfants néanmoins toutes les familles ne sont pas couvertes car cela a un coût conséquent et il n y a en outre pas toujours d offre locale ; - couverture santé pour tous (panier de soins couvrant l hospitalisation, la maternité, l ambulatoire et les prescriptions médicales) ; - congés maladie dans certaines filiales ; - couverture invalidité mais pas partout et pas au sens où on l entend en France. Sanofi s attache à des critères qualitatifs au-delà de la couverture, ainsi qu au respect de la personne : il n y a par exemple pas d examen ou d expertise médicale des salariés. Il est prévu dans le cadre de la couverture maladie offerte aux salariés, que ces derniers puissent aller se faire soigner ailleurs s il n y a pas d offre de soin sur place. La gestion de la couverture dépend ensuite des filiales et de leur taille ; en fonction elles auront recours ou non à des prestataires. Un groupe de travail est créé pour chaque projet avec la Direction des RH locale, afin d avoir recours aux meilleurs prestataires au niveau local (surtout pour ne pas avoir de problème de qualité ou de défaut de service). Des entreprises comme Total, Lafarge ou l AFD ont monté des structures de soins à part entière dans certains endroits mais les implantations de Sanofi ne sont pas assez importantes pour pouvoir monter de telles structures. En outre une question d entretien se pose dans le cas de la construction d infrastructures, de même que celle du maintien de la structure sur le long terme si elle est ouverte aux populations. Une enquête est actuellement réalisée auprès de 16 multinationales pharmaceutiques (représentant la moitié des grands Groupes dans ce domaine et à laquelle l ensemble de leurs filiales participent) permettant ainsi une comparaison mutuelle entre les entreprises. 7

8 Page8 3- Difficultés de mise en œuvre et suivi Les entreprises se rejoignent pour dire qu aujourd hui la priorité reste l emploi, en France et dans le monde. Cela amène à repenser les priorités de l entreprise. Il ne s agit pas de créer des tensions au sein des filiales qui n ont pas beaucoup de moyens et il faut rester vigilent quant aux besoins, réticences des filiales : on ne peut faire du «forcing» lorsqu une entreprise compte 20% de son effectif qui n est pas favorable au projet. Les volontés humanistes sont contrebalancées par les contraintes légales et économiques. Les entreprises ont par ailleurs fait valoir que si la protection sociale est source de dynamisme de l entreprise, localement cela peut-être perçu différemment. Il faut un certain temps pour que l approche s ancre dans les mentalités locales car certains vont voir des dépenses superflues là où nous voyons un investissement. Il s agit d un travail progressif et de longue haleine auprès des Directions locales. Il faut parfois 3 ans pour qu une filiale réalise l apport d une couverture sociale pour les salariés. Il ne faut surtout pas brusquer les choses, ni que la démarche soit perçue par les filiales comme une politique imposée par la Direction, d autant plus que les filiales doivent financer leur projet seules : dans le Groupe Sanofi elles ont ainsi besoin de l aval du siège qui juge de la pérennité du projet. On observe néanmoins un phénomène de mimétisme entre les filiales. Sanofi mène même des projets d amélioration de nouvelles garanties à l initiative des filiales. Danone n a pas assorti sa stratégie d une méthode de pooling ou d optimisation des coûts. Les aspects techniques de la mise en œuvre sont entièrement délégués aux filiales dans le respect de la tradition de décentralisation propre au Groupe. Danone encourage néanmoins à travailler avec le même assureur pour une question de facilité. Le Groupe s appuie pour ce faire sur ses partenaires locaux et son réseau de courtage. Pour inciter les filiales à agir rapidement, Danone a mis en place en 2011, un fonds corporate d accélération d aide aux filiales pour 3 ans. Il finance 1/3 du surcoût entrainé par l instauration de la protection sociale dans les filiales la 1 ère année, puis de manière dégressive 25% la seconde année, etc. La stratégie de la Direction vise à ce que chaque unité prenne conscience du coût du programme et en mesure l impact. Orange a instauré un processus de définition des politiques salariales annuelles : choix d investissements et choix du budget alloué. Selon les pays, investir dans la protection sociale peut être mieux que d augmenter les salaires Orange part néanmoins du principe que le salarié doit conserver à sa charge une partie des frais : il y a donc un partage des frais et la détermination du reste à charge est à la libre appréciation des filiales. L absence d indicateurs constitue un véritable frein au suivi et au reporting relatif à la couverture des salariés des Groupes. Audrey Babouram a expliqué que chez Sanofi, le suivi est plus ou moins présent selon les filiales. Le Groupe possède une base de données avec des indicateurs afin de faire remonter les informations mais le suivi est assuré pays par pays sans qu il n y ait de comparaison ; il est donc 8

9 Page9 difficile de parler d indicateur, surtout si l on prend en compte les régimes légaux. Une comparaison détaillée n est pas possible. Des questionnaires locaux concernant les attentes des salariés sont en outre distribués dans les filiales mais ils ne sont pas consolidés au niveau global. Danone privilégie la qualité mais Sandra Foucart explique qu il est difficile d avoir des indicateurs satisfaisants et simples. Danone a réalisé le 1 er baromètre de Dan Cares mais le Groupe ne possède pas encore suffisamment de recul quant aux résultats pour pouvoir communiquer dessus. Orange ne dispose pas encore d indicateurs relatif à la protection sociale mais s interroge : combien? Et comment? Alain Gueguen a fait valoir les difficultés qu un travail de reporting intégré sur ces questions représente. En l occurrence, il a expliqué comme Audrey Babouram, que la diversité des situations amène à avoir un tableau spécifique par pays. Depuis 3 ans Orange dispose néanmoins d un indicateur de performance sociale et d un indicateur de satisfaction : cela permet de donner des «input». En 2010, 4 000/ salariés ont été sondés par un organisme indépendant sur les mêmes questions afin d avoir un indicateur d évolution. Le nombre de salariés interrogés a été élargi depuis la fin En conclusion Lydie Recorbet a rappelé que les questionnaires adressés aux salariés ne contiennent généralement pas de questions relatives au caractère déterminant ou non de la protection sociale pour ces derniers. En outre, les entreprises ne demandent pas à leurs prestataires de s aligner sur leur politique, ce qui pourrait leur être opposable juridiquement, mais elles sont vigilantes à ce qu ils soient en conformité avec les législations locales en termes de cotisations aux régimes de Sécurité Sociale en vigueur. Elle a insisté sur la pertinence de s intéresser à la question des indicateurs alors que l article 225 de la loi Grenelle 2 impose désormais à certaines entreprises d'inclure dans leur rapport de gestion notamment des informations à caractère social. L ORSE a réalisé une étude cosignée par le GIP SPSI, sur «les indicateurs de reporting pour les entreprises en matière de couverture sociale à l international». Il ressort de cette étude que : - il existe peu d outils de reporting sur le sujet. Les instruments internationaux de reporting en matière de RSE ne prévoient pas, à la seule exception de la Global Reporting Initiative (GRI), d indicateur spécifique relatif à la couverture sociale des salariés et les entreprises utilisant le référentiel de la GRI renseignent très rarement les deux indicateurs afférents à la protection sociale. - il est extrêmement difficile d avoir des indicateurs permettant de rendre compte de la démarche des entreprises de manière consolidée, tant les disparités locales peuvent être importantes et les plans d actions pour y remédier différents. - Il est quasiment impossible pour les entreprises de mesurer l impact de leurs programmes de couverture sociale auprès des familles des salariés et des populations locales le cas échéant. L étude conclut sur la nécessité de construire de véritables indicateurs relatifs à la protection sociale, à destination des entreprises. 9

Synthèses et transcriptions des entretiens des huit entreprises interrogées

Synthèses et transcriptions des entretiens des huit entreprises interrogées Annexe du document : «Extension de la sécurité sociale et responsabilité sociale des entreprises multinationales: étude exploratoire», Lou Tessier, Helmut Schwarzer, ESS Document N 35 Synthèses et transcriptions

Plus en détail

évaluer et suivre ses performances ESG? Avec quels outils? Ethicity-Groupe Greenflex pour AGRION Le 7 décembre 2012

évaluer et suivre ses performances ESG? Avec quels outils? Ethicity-Groupe Greenflex pour AGRION Le 7 décembre 2012 Reporting extrafinancier : comment évaluer et suivre ses performances ESG? Avec quels outils? Ethicity-Groupe Greenflex pour AGRION Le 7 décembre 2012 Ethicity - Groupe Greenflex - Document Confidentiel

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes

DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes DOSSIER DE CANDIDATURE Emploi et développement des Hommes Date limite de renvoi des dossiers complétés : 6 novembre 2013, par mail à l adresse contact@grandprix-distributionresponsable.com Nom de l initiative:

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

LA RSE, levier d action syndicale

LA RSE, levier d action syndicale Confédération Française de l Encadrement - CGC LA RSE, levier d action syndicale Dialogue social Gouvernance Développement humain Respect de l écosystème de l entreprise Nouvelle boussole pour la performance

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate

News From Aon. Les 3 principaux enseignements : Pour diffusion immédiate News From Aon Contact Presse : Agence Ketchum Pleon Pierre Ananou / Laurène Wale / Elsa Portal Tél : 01 56 02 35 04 / 01 53 32 56 30 / 01 53 32 64 66 Mail : pierre.ananou@pleon.com / laurene.wale@ketchum.fr

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence.

Assurance Santé et Prévoyance. PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. Assurance Santé et Prévoyance PACK PRO ENTREPRISE Exigez la référence. CIPRÉS vie Pack Pro Entreprise TNS Les solutions Prévoyance et Santé à la hauteur de vos ambitions. Ne choisissez plus entre performance

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014

RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION. INC - 27 janvier 2014 RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION INC - 27 janvier 2014 DIAGNOSTIC DU RÉSEAU INSTITUTIONNEL DE FORMATION SOMMAIRE La formation et le RIF : constats Les engagements de la COG Ucanss 2013-2016 La création

Plus en détail

PROPOSITION pour la protection sociale des volontaires du service civique en mission à l étranger. (loi n 2010-241 du 10 mars 2010)

PROPOSITION pour la protection sociale des volontaires du service civique en mission à l étranger. (loi n 2010-241 du 10 mars 2010) PROPOSITION pour la protection sociale des volontaires du service civique en mission à l étranger (loi n 2010-241 du 10 mars 2010) Sommaire PRÉAMBULE... 3 PRÉSENTATION DES ACTEURS La CFE... 4 WELCARE...

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES

CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES CONSULTATION DE PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Mise en place de démarches d appui conseil «gestion des âges» dans le cadre du contrat de génération CADRAGE Cet appel à propositions a pour objet l identification

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Traduction non officielle du texte diffusé fin avril 2014 par le Conseil du Développement Durable (Allemagne) dans le cadre de la consultation

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION

LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION LA POLITIQUE DE RÉMUNÉRATION DE L ÉQUIPE COMMERCIALE La rémunération est un poste de dépense important dans l activité tertiaire, en matière de service ou de négoce. Toutefois, gérer la rémunération ne

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

ARTICULATION STRATEGIQUE CNOPS ET MUTUELLES : «Pour une destinée commune» -Cas de la MODEP- Présenté par : M. Mohammed Faidi

ARTICULATION STRATEGIQUE CNOPS ET MUTUELLES : «Pour une destinée commune» -Cas de la MODEP- Présenté par : M. Mohammed Faidi ARTICULATION STRATEGIQUE CNOPS ET MUTUELLES : «Pour une destinée commune» Présenté par : -Cas de la MODEP- M. Mohammed Faidi Transformation du paysage de la couverture médicale au Maroc grâce à: Une meilleure

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Executive summary Dans un contexte concurrentiel croissant, une situation

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

La protection sociale complémentaire des agents

La protection sociale complémentaire des agents CIRCULAIRE N 2012-22 Châlons-en-Champagne, le 10 mai 2012 Le Président du Centre de Gestion à Mesdames et Messieurs les Maires Mesdames et Messieurs les Présidents d Etablissements Publics Communaux La

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

L entreprise idéale de demain Entre idéalisme et pragmatisme. 23 avril 2013 Hédiard Madeleine Petit-déjeuner Presse

L entreprise idéale de demain Entre idéalisme et pragmatisme. 23 avril 2013 Hédiard Madeleine Petit-déjeuner Presse L entreprise idéale de demain Entre idéalisme et pragmatisme 23 avril 2013 Hédiard Madeleine Petit-déjeuner Presse Méthodologie Etude réalisée du 11 mars au 7 avril 2013, au travers d un sondage en ligne.

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT

COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT COMMUNICATION SUR LE PROGRES GLOBAL COMPACT NOVEMBRE 2013 2 Le mot de la direction Lorsque nous avons fondé NEXEO, nous avions déjà une expérience significative du métier de la prestation intellectuelle

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

Accord Cohésion Sociale

Accord Cohésion Sociale Accord Cohésion Sociale Entre l Unité Economique et Sociale MACIF, représentée par Monsieur Roger ISELI, Directeur Général de la MUTUELLE ASSURANCE DES COMMERCANTS ET INDUSTRIELS DE FRANCE, Société d'assurance

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Par accord en date du 24 Mai 2011, les partenaires sociaux sont convenus de créer une obligation conventionnelle

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

PROPOSITION POUR LA PROTECTION SOCIALE DES VOLONTAIRES DU SERVICE CIVIQUE EN MISSION A L ETRANGER. (Loi n 2010-241 du 10 mars 2010)

PROPOSITION POUR LA PROTECTION SOCIALE DES VOLONTAIRES DU SERVICE CIVIQUE EN MISSION A L ETRANGER. (Loi n 2010-241 du 10 mars 2010) PROPOSITION POUR LA PROTECTION SOCIALE DES VOLONTAIRES DU SERVICE CIVIQUE EN MISSION A L ETRANGER (Loi n 2010-241 du 10 mars 2010) SOMMAIRE PREAMBULE... 3 PRESENTATION DES ACTEURS LA CFE... 4 WELCARE...

Plus en détail

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Juin 2014. Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain

Juin 2014. Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain Juin 2014 Fonction consolidation A la recherche des frontières de demain Intervenants Caroline MARROT Associée Deloitte José BAGHDAD Directeur Deloitte Vincent Michelet SODEXO Hervé Cardelli SANOFI Stéphane

Plus en détail

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir!

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! AGAMY 25/06/15 Par Philippe BARRAUD, Inspecteur Collectives AXA ENTREPRISES & Dominique THIERY, Agent AXA Patrimoine & Prévoyance

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

Universités des maires 2014

Universités des maires 2014 Universités des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation d une

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010

SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010 Paris, le 31 août 2010 SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010 Avant la réforme FILLON (votée fin 2003), un retraité de la fonction publique (ISPV,

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE

TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE TROPHEE RSE DE LA PROFESSION COMPTABLE 2014 CATEGORIE MEILLEURE DEMARCHE RSE Nom de la société : Adresse : INFORMATIONS GÉNÉRALES N téléphone : Adresse de messagerie : Etablissement(s) secondaire(s) ou

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. LE SRM : SOCLE D UN SI ACHATS PERFORMANT Le référentiel fournisseurs ou

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Deloitte Acteur de référence des services professionnels. Août 2014

Deloitte Acteur de référence des services professionnels. Août 2014 Deloitte Acteur de référence des services professionnels Août 2014 Un réseau mondial de premier plan Une couverture géographique équilibrée Deloitte fournit des services d Audit, de Conseil, de Fiscalité,

Plus en détail

La protection sociale complémentaire C.C.A.S

La protection sociale complémentaire C.C.A.S La protection sociale complémentaire C.C.A.S 1 SOMMAIRE 1. Analyse du questionnaire 2. Orientations dégagées suite au comité préalable du 30 mai 2.1 Risque Santé Point sur la labellisation 2.2 Risque Santé

Plus en détail

Voies d engagements en matière de RHS BENIN

Voies d engagements en matière de RHS BENIN Voies d engagements en matière de RHS BENIN 1) Quelles sont les actions voies en matière de ressources humaines pour la santé (RHS) sur lesquels votre pays/institution peut s engager? Les femmes au Bénin

Plus en détail

Bien entendu, je ne rentrerai pas dans le détail, sachant qu un dossier vous sera prochainement remis.

Bien entendu, je ne rentrerai pas dans le détail, sachant qu un dossier vous sera prochainement remis. COLLOQUE MFP - Allocution de clôture Par Alain ARNAUD, Président de la Mutualité Fonction Publique devant Madame Marylise Lebranchu Ministre de la Réforme de l Etat, de la Décentralisation et de la Fonction

Plus en détail

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! Mondialisation Nouvelles technologies Guerre des talents Course à la performance Cadre réglementaire Génération Y Nathalie LELONG Directrice du cabinet CO

Plus en détail

SOUFFRANCE AU TRAVAIL

SOUFFRANCE AU TRAVAIL Page 1 sur 8 SOUFFRANCE AU TRAVAIL «Un état de stress survient lorsqu il y a déséquilibre entre la perception qu une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu elle

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie U.M.I.H.

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie U.M.I.H. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie U.M.I.H. 34 GUIDE PRATIQUE MISE EN PLACE D UN REGIME DU FRAIS DE SANTE DANS LA BRANCHE DES HCR A

Plus en détail

Débat sur la loi de Santé

Débat sur la loi de Santé Débat sur la loi de Santé TPG Le principe de ce TPG est que le patient n aura plus à avancer les frais pour la consultation. Actuellement, pour une consultation chez le généraliste de 23 : 15,10 e remboursés

Plus en détail

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU).

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). www.coopami.org COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). Abidjan 15 juillet 2014 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Mutuelle

Plus en détail

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé FICHE PRATIQUE La généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé A partir du 1 er janvier 2016, toutes les entreprises seront dans l'obligation de proposer une couverture santé minimale

Plus en détail

Protéger. Ce qui tient à cœur. humanis.com. Protéger c est s engager. Retraite I Prévoyance I Santé I Épargne I Dépendance

Protéger. Ce qui tient à cœur. humanis.com. Protéger c est s engager. Retraite I Prévoyance I Santé I Épargne I Dépendance Protéger Ce qui tient à cœur Retraite I Prévoyance I Santé I Épargne I Dépendance Protéger c est s engager humanis.com Protéger et accompagner chaque personne, Chaque jour Un groupe paritaire et mutualiste

Plus en détail

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements

Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Charte Investissement Responsable des acteurs de la Place de Paris: Actions menées par les signataires pour répondre à leurs engagements Bilan 2009-2011 Mars 2012 1 Les signataires Depuis juillet 2009

Plus en détail

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité

Le règlement REACH. Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Le règlement REACH Transparence des entreprises au sujet de leur mise en conformité Impacts économiques, risques extra-financiers et opportunités pour les entreprises Résumé de l étude réalisée par EthiFinance,

Plus en détail

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité

Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité Contribution à la Consultation nationale des acteurs du soutien à la parentalité dans le cadre de la «Mobilisation pour la petite enfance et la parentalité», menée par le Ministère délégué chargé de la

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES

LES ASSURANCES DE PERSONNES LES ASSURANCES DE PERSONNES 2 LES ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCE VIE, ÉPARGNE RETRAITE, SANTÉ, DÉPENDANCE : SUR TOUS CES SUJETS DE SOCIÉTÉ, LES ASSUREURS ONT PARTICIPÉ ACTIVEMENT AUX DÉBATS, EN FAISANT

Plus en détail