La tarification hospitalière : de l enveloppe globale à la concurrence par comparaison

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La tarification hospitalière : de l enveloppe globale à la concurrence par comparaison"

Transcription

1 ANNALES D ÉCONOMIE ET DE STATISTIQUE. N La tarificatio hospitalière : de l eveloppe globale à la cocurrece par comparaiso Michel MOUGEOT * RÉSUMÉ. Cet article cosidère différetes politiques de régulatio du secteur hospitalier lorsque la demade de sois déped de la qualité offerte et lorsque les hôpitaux peuvet réduire leur coût par u effort o observable. La politique socialemet optimale réalise l efficacité productive, l efficacité allocative et coduit à l extractio de la rete. O motre que les politiques d eveloppe globale peuvet coduire à l efficacité allocative et productive pour ue foctio d utilité collective qui est caractérisée. Efi, ous motros qu ue politique de tarificatio par pathologie est préférable à ue politique d eveloppe globale du poit de vue du bie-être collectif pour l objectif défii précédemmet. Hospitals Paymet Policy: From Expediture Caps Policy to Prospective Prices ABSTRACT. This paper aalyses hospitals regulatio whe health care demad is quality resposive ad whe the providers ca reduce their costs by a uobservable effort. Socially optimal policy is characterised. We show that the so-called evelope policy ca imply allocative ad productive efficiecy for a give objective fuctio ad is domiated by a prospective price policy. *M. MOUGEOT : CRESE, Départemet de Scieces Écoomiques, Uiversité de Besaço. Cet article a été rédigé e 1997 das le cadre d ue recherche fiacée par la MIRE (miistère des Affaires Sociales). L auteur remercie F. NAEGELEN pour ses ombreuses suggestios, B. LECLERCQ pour ses iformatios sur la pratique hospitalière et les deux rapporteurs aoymes de la Revue dot les remarques lui ot permis d améliorer la versio iitiale de l article.

2 1 Itroductio La croissace des dépeses de saté a coduit tous les pays occidetaux à predre des mesures afi de les maîtriser. La fixatio des budgets des hôpitaux costitue u des poits essetiels de ces politiques. Depuis le début des aées 1980, la pratique de la tarificatio au prix de jourée a été abadoée das le secteur hospitalier public fraçais au profit de règles de budget global. Comme toute règle de remboursemet du coût, le prix de jourée ecourageait ue productio iefficace et avait coduit à ue iflatio cosidérable des coûts. La pratique du budget global comporte d autres icovéiets. D ue part, l évolutio homothétique das le temps des budgets d hôpitaux différeciés e permet pas de teir compte de leur progrès de productivité. D autre part, cette politique e permet pas d ajuster les eveloppes budgétaires e foctio des différeces de qualité des sois ou des différeces de structures d activité. Le besoi de règles plus fies de détermiatio des budgets est doc deveu ue exigece impérative pour le système de saté fraçais. Cette exigece est d autat plus impérative que le système de saté est caractérisé e Frace par de fortes iégalités. La dotatio budgétaire des établissemets publics de saté par habitat varie e 1997 de F das l Ile de la Réuio à F e Ile-de-Frace pour ue moyee de F. Des régios de populatio équivalete comme la Bourgoge et l Alsace ot des dotatios par habitat variat de plus de 42 %. Selo E. COCA [1995], l écart de dotatio des Cetres Hospitaliers Régioaux (CHR) par habitat varie du simple au triple etre les quatre régios les plus fortemet fiacées et les quatre régios les plus faiblemet fiacées. Au iveau des pathologies, le projet PMSI (Projet de Médicalisatio des Systèmes d Iformatio) a permis ue évaluatio globale de l activité hospitalière e termes de poits ISA (idice sythétique d activité). La divisio du budget par la masse des poits ISA coduit à ue évaluatio du coût du poit ISA par établissemet qui fourit ue idicatio du prix fictif pour l assurace maladie de l uité d activité de l hôpital. Pour u accouchemet ormal sas complicatios (coté 898 poits ISA), la base de doées PMSI pour les CHR fait apparaître u coût de F au CHR de Poitiers et de F à l Assistace Publique (AP) de Paris, soit ue différece de 60 %. Des iégalités beaucoup plus importates peuvet être mises e évidece si l o pred e compte des établissemets de rag iférieur, l écart etre les hôpitaux les mieux dotés et les hôpitaux les mois bie dotés état de l ordre de 1 à 3 pour ue pathologie doée. Ces doées traduisat des disparités cosidérables, o peut s iterroger sur les justificatios de ces écarts et sur les moyes d améliorer cette allocatio das u système cotrôlé par l État. Sur le premier poit, les observatios revoiet à l histoire budgétaire et aux iégalités iterrégioales d offre hospitalière. Elles e permettet pas de défiir ce qui serait justifié par ue qualité des sois supérieure ou ce qui résulterait d ue moidre efficacité ou de plus grads gaspillages de ressources. Sur le secod poit, le législateur a mis e place u cadre juridique permettat d améliorer la tarificatio par pathologie. La loi du 31 juillet 1991, les ordoaces du 24 avril 1996 et la loi orgaique du 22 juillet 1996 ot créé les moyes d ue maîtrise médicalisée des dépeses 196

3 de saté. Le vote par le Parlemet d u objectif atioal des dépeses d assurace maladie, la détermiatio de dotatios globales régioales par le miistère de la Saté et la mise e place d Ageces Régioales d Hospitalisatio (ARH) coduiset celles-ci à répartir ue eveloppe régioale limitative fixée etre les hôpitaux. Selo l article 16 de l ordoace du 24 avril 1996, cette répartitio doit être fodée sur des cotrats etre l ARH et les hôpitaux et peut reposer sur des comparaisos régioales ou atioales. Das l état actuel des procédures budgétaires, les réajustemets e jouet qu à la marge et portet sur des sommes miimes (e 1997, 943 millios ot été réalloués sur ue eveloppe de 234 milliards cosacrée aux dépeses hospitalières). O peut, toutefois, evisager que das u aveir proche l utilisatio des doées PMSI puisse fourir aux ageces régioales les bases d ue politique plus ormative de redéfiitio des budgets ou des prix par pathologie. Deux logiques s affrotet à propos de cette politique. La première est celle de l eveloppe et cosiste à défiir ue valeur régioale du poit ISA et à attribuer les budgets e foctio de cette valeur et de l idice d activité. Il a été motré, par ailleurs, que ces mécaismes d eveloppe qui s appliquet aux actes de laboratoire, qui ot été appliqués aux cliiques privées e 1993 et 1994 et qui ispiret le mode de régulatio de la médecie de ville coduiset à ue cocurrece «à la Courot» (M. MOUGEOT et F. NAEGELEN [1993], M. MOUGEOT [1994]) et doc à ue perte de bie-être collectif. La secode logique est celle de la cocurrece par comparaiso associée au fiacemet par pathologie (SHLEIFER [1985]) : chaque établissemet reçoit u prix fixe par pathologie e foctio de la moyee des coûts observés. Ces deux procédures ot e commu le fait d itroduire u mode d arbitrage qui se substitue à celui que le patiet assuré e réalise pas. Cet article propose ue aalyse théorique de ces politiques e cosidérat que chaque hôpital peut agir sur so coût de productio par u effort de réductio du coût et par u effort d accroissemet de la qualité. Le problème du paiemet des hôpitaux est cosidéré comme u problème de régulatio das u modèle de type «multitask» (HOLMSTROM et MILGROM [1991]). À la suite de MA [1994], CHALKLEY et MALCOMSON [1998], ous supposos que les cosommateurs parfaitemet assurés ot ue demade foctio de la qualité des sois. Ceux-ci sot doc cosidérés comme des bies de recherche (search goods) dot la qualité est observable par les patiets et o vérifiable par l agece de régulatio. Das ce cadre, ous détermios la politique de premier rag e supposat que l agece maximise la somme de l utilité de l hôpital et de l utilité que l agece attribue aux sois compte teu de la demade et du coût social des fods publics. La politique d eveloppe globale fermée est esuite cosidérée das ce cotexte. Nous motros alors quelle est la foctio objectif de l État que l équilibre de Courot-Nash associé à cette politique cocrétise. Il est, e particulier, mis e évidece que cette politique coduit à ue perte de bie-être collectif e raiso de l appropriatio socialemet coûteuse d ue partie du surplus par les producteurs de sois. Nous motros, aussi, que les prix uitaires par pathologie sot supérieurs aux prix uitaires socialemet optimaux. L objectif collectif ayat été révélé, o peut mettre e évidece ue procédure de décetralisatio de l optimum social par ue procédure de tarificatio par pathologie. Nous motros, alors, qu u mécaisme de cocurrece par comparaiso peut réaliser l optimum et améliorer le bie-être collectif e réduisat la rete des offreurs pour u même iveau de qualité de sois. LA TARIFICATION HOSPITALIÈRE 197

4 L article se présete de la maière suivate. La sectio 2 présete le modèle et la solutio de premier rag. La sectio 3 est cosacrée à la cocurrece à la Courot iduite par la politique d eveloppe globale. La sectio 4 caractérise le processus de cocurrece par comparaiso. La sectio 5 présete les coclusios et les extesios evisagées. Elle met aussi e évidece l applicatio à l écoomie fraçaise à partir des doées PMSI. 2 Le modèle O cosidère la régulatio d u hôpital traitat des patiets pour u diagostic doé. L activité de cet établissemet peut être idifféremmet représetée par le ombre de patiets traités ou par u idicateur sythétique tel que la masse de poits ISA. O suppose que le régulateur est ue agece publique (comme l Agece Régioale d Hospitalisatio) et qu il y a trois acteurs das ce système : l hôpital, le régulateur qui passe u cotrat avec l hôpital et les patiets que l o cosidère comme état parfaitemet assurés. Les dépeses de saté état fiacées par des prélèvemets obligatoires géérateurs de distorsios, les trasferts effectués de l agece vers l hôpital doivet être multipliés par (1 + λ) où λ est le coût social des fods publics. Das ces coditios, le régulateur doit : i) assurer l efficacité allocative, c est-à-dire détermier u iveau optimal de quatité de sois et u iveau optimal de qualité, ii) assurer l efficacité productive, c est-à-dire faire e sorte que le coût de productio soit miimisé, iii) miimiser les effets distributifs égatifs résultat du fiacemet de la rete de l hôpital par des prélèvemets obligatoires. Cette problématique est traditioelle das la théorie cotemporaie de la réglemetatio (cf. ARMSTRONG, COWAN et VICKERS [1995], LAFFONT et TIROLE [1993]). Nous supposeros, ici, que les différets acteurs sot eutres vis-à-vis du risque et que le problème de sélectio des risques par l hôpital e se pose pas. Cosidéros, d abord, les comportemets des acteurs avat de défiir l optimum de premier rag das le cas où u seul hôpital est e cause. 2.1 Le comportemet des agets Lorsque les patiets sot parfaitemet assurés, leur demade est iélastique par rapport au prix 1. E revache, le choix de l hôpital par le patiet déped de la qualité des sois offerte par l hôpital. Notos x(q) le ombre de patiets voulat être traités à l hôpital quad il fourit des services de qualité q. Pour simplifier, o supposera que la qualité des sois peut être sythétisée par 1. E Frace 87 % de la populatio bééficie d ue couverture complémetaire ou de l exoératio de ticket modérateur. Pour les 13 % restats, l hypothèse d iélasticité o vérifiée pour les sois ambulatoires reste plausible pour l hospitalisatio. 198

5 ue variable à ue dimesio otée q 0 et telle que q = 0 est le plus bas iveau possible de qualité. Par ailleurs, ous cosidéreros, par hypothèse, que la demade est strictemet croissate et cocave e q. E ce qui cocere l hôpital, o supposera que ses coûts sot edogèes. E accroissat so effort, il peut réduire le coût de productio et accroître la qualité des sois. À la suite de MA [1994], o utilise la même variable pour idiquer le iveau de qualité et l effort d accroissemet de la qualité. Si l o avait oté q la qualité de base et q + q la qualité totale, o aurait pu redéfiir q + q comme ue ouvelle variable et élimier q. Si l o ote c u paramètre de productivité, q l effort d amélioratio de la qualité, e l effort de réductio du coût, et ε la variabilité du coût du traitemet due aux fluctuatios imprévisibles de la gravité des cas, le coût uitaire d u traitemet est c + q e + ε. Si ε est ue variable aléatoire de moyee ulle et si l hôpital est eutre vis-à-vis du risque, sa foctio de coût escompté s écrit : (1) C = (c + q e)x(q) Par ailleurs, si l hôpital réalise u effort e de réductio du coût et u effort q d amélioratio de la qualité, il supporte ue désutilité dot l évaluatio moétaire est ϕ(e + q) que ous supposeros quadratique 2, (c + q e)x(q) + ϕ(e + q) état supposée covexe et strictemet covexe e q et e : (e + q)2 (2) ϕ(e + q) = 2 L objectif d u hôpital public, établissemet à but o lucratif, a fait l objet de ombreuses aalyses das la littérature. La formalisatio la plus simple ous semble celle qui suppose que l hôpital réalise u arbitrage etre so surplus moétaire utilisable pour accroître les réserves ou alimeter u budget discrétioaire et la désutilité de so effort. Quad l hôpital reçoit u paiemet global T, so utilité U est : (3) U = T (c + q e)x(q) ϕ(e + q) d où ue cotraite de ratioalité idividuelle quad l utilité alterative est ormalisée à zéro : (4) T (c + q e)x(q) ϕ(e + q) 0 L agece publique est eutre vis-à-vis du risque et est cesée maximiser la somme du bééfice et des traitemets et de l utilité de l hôpital. Si V (x,q) est l utilité perçue par le régulateur quad x patiets sot traités avec des sois de qualité q, le bééfice et du régulateur est lorsque λ est le coût social des fods publics : V (x,q) (1 + λ)t 2. Cette spécificatio de la désutilité de l effort permet de simplifier la présetatio des résultats. Elle a pas d ifluece sur leur sigificatio écoomique. LA TARIFICATION HOSPITALIÈRE 199

6 Comme x(q) est ue foctio croissate de q, o peut cosidérer seulemet V (q) λt e supposat V (q) strictemet croissate et cocave. Le régulateur état ue agece publique, V (q) peut différer du surplus du cosommateur pour des raisos teat à la politique de saté publique (le cosommateur e cosommerait pas assez) ou de risque moral (le cosommateur cosommerait trop). V (q) exprime doc la foctio tutélaire de l État e matière de saté. Si le régulateur est utilitariste, le bie être collectif s écrit : (5) W (e,q,t) = V (q) (1 + λ)t + T (c + q e)x(q) ϕ(e + q) = V (q) λt (c + q e)x(q) ϕ(e + q) 2.2 L allocatio de premier rag Cosidéros l allocatio de premier rag que le régulateur pourrait réaliser s il pouvait cotrôler le iveau de qualité et le iveau d activité de réductio du coût das u cotrat spécifiat le iveau désiré de x, q et e. Das cette situatio d iformatio complète, l agece coaît c, observe e et q. Elle cherche doc les valeurs e et q maximisat W (e,q,t ) e (5) sous la cotraite de participatio de l hôpital (4). La solutio de ce problème est doée par les coditios de premier ordre de ce programme résumées par la propositio 1 3. PROPOSITION 1 : Le iveau optimal d effort e et q et le trasfert moétaire optimal sot défiis par : (6) x(q ) = ϕ e (q + e ) = e + q si e > 0 (7) V (q ) = (1 + λ)[x(q ) + (c + q e ) x (q ) + ϕ q (q + e )] (8) T = (c + q e )x(q ) + ϕ(q + e ) Soit W le iveau de bie-être collectif réalisé avec cette politique. La coditio (6) implique l efficacité productive : la désutilité margiale de l effort de réductio du coût doit être égale à la réductio margiale du coût. La coditio (7) défiit l efficacité allocative : l utilité margiale de la qualité des sois doit être égale au coût margial social de la qualité perçu par les cotribuables. Efi, e raiso du coût social des fods publics, l hôpital e reçoit aucue rete. Le régulateur se comporte, doc, comme u moopsoe parfaitemet discrimiat e faisat ue offre à predre ou à laisser à l hôpital qui lui permet de s approprier toute la rete. E coséquece, le trasfert moétaire T est égal au remboursemet du coût et de la valeur moétaire de la désutilité des efforts de réductio du coût et d amélioratio de la qualité. (8) détermie aussi u prix uitaire p = T /x(q ) qui a la sigificatio 3. Compte teu de la cocavité de W (.), les coditios de secod ordre sot satisfaites. 200

7 d u prix par pathologie ou d u prix par uité d activité lorsque celle-ci peut être mesurée par u idice sythétique. Par ailleurs, compte teu de (6), (7) peut s écrire lorsque e > 0 : V (q ) (9) 1 + λ 2x(q ) = (c + 2q x(q )) x (q ) Das ue écoomie décetralisée, le choix de q et de e par l hôpital déped du cotrat passé avec l agece. Si q et e e peuvet être spécifiés de faço exécutoire das le cotrat, le régulateur doit défiir ue règle de paiemet qui icite l hôpital à choisir le iveau optimal d effort e et q. Das ue situatio de risque moral, le régulateur peut réduire so hadicap iformatioel e utilisat les iformatios doées par u hôpital j pour défiir le paiemet de i. Nous allos cosidérer, ici, deux règles de cocurrece fictive de ce type. La première est la politique d eveloppe globale. 3 La politique d eveloppe globale fermée La défiitio d eveloppes fermées pour chaque type de dépese médicale est au cetre du dispositif sous-jacet aux ordoaces de Cette politique s applique déjà ou s est appliquée à certaies catégories de dépeses (actes de laboratoires, tarificatio des cliiques) et pourrait à l aveir s appliquer à la défiitio des budgets hospitaliers selo le schéma suivat : 1) Défiitio par l État d ue dotatio régioale E. 2) Détermiatio ex post de l activité x i de l hôpital i e ombre de poits ISA. 3) Calcul par agrégatio de la masse ISA de la régio : x = x i. i 4) Calcul de la valeur du poit ISA : p = E x 5) Défiitio du budget théorique de l hôpital : valeur régioale du poit masse ISA de l hôpital : B i = px i. Cette procédure est pas e vigueur, actuellemet, pour la détermiatio du budget réel des hôpitaux publics. Elle est, cepedat, d ores et déjà mise e œuvre pour la défiitio des budgets théoriques des hôpitaux, les Cetres Hospitaliers Uiversitaires (CHU) format esemble ue régio fictive. Les budgets théoriques servet de référece pour les réallocatios de ressources à la marge 4. La procédure décrite repose sur ue cocurrece fictive. Chaque 4. L aexe 1 idique pour l activité de médecie-chirurgie-obstétrique (MCO), le volume d activité (ISA), le budget effectif, la valeur du poit ISA et le budget théorique qui résulterait de l applicatio à chaque hôpital de la valeur moyee du poit ISA. Les budgets effectifs de l aée suivate sot obteus à partir des budgets précédets affectés d u taux d évolutio idetique corrigé e plus (ou e mois) e foctio des idices de sous dotatio (sur dotatio) de la derière coloe. LA TARIFICATION HOSPITALIÈRE 201

8 hôpital est cofroté à ue demade iverse fictive p(x) = E/x d élasticité égale à 1 (cf. M. MOUGEOT et F. NAEGELEN [1993] pour ue aalyse du cas des dépeses de laboratoires). Ce mécaisme iduit, doc, ue cocurrece par les quatités et u équilibre à la Courot. Il coviet de remarquer que das cette politique l État substitue cette demade à élasticité costate à la demade iélastique des cosommateurs pour réaliser l arbitrage que ceux-ci effectuet pas. Quad la demade effective déped du iveau de qualité, la politique d eveloppe globale coduit aussi à des iterdépedaces etre hôpitaux qui relèvet de l équilibre de Courot-Nash e qualité. Cosidéros, d abord, la caractérisatio de l équilibre avat de motrer quelle est la foctio objectif sous-jacete de l État. 3.1 Équilibre de Courot Supposos pour simplifier l exposé que le paramètre costat c de la foctio de coût est idetique das chaque hôpital. Si l agece régioale doit répartir ue eveloppe doée etre hôpitaux de même catégorie de la régio (par exemple, les cetres hospitaliers gééraux, les CHU état, ici, exclus pour des raisos d homogééité des coûts), u hôpital i se trouve doc rémuéré par u prix uitaire p = E x avec x = x i. Ce prix est u prix par i patiet si la procédure est utilisée pour u acte particulier ou u prix par uité d activité, c est-à-dire ue valeur régioale du poit ISA, lorsque l esemble de l activité est cosidéré. Comme x i = x i (q i,q j ), l utilité de l hôpital i s écrit e présece de cette politique d eveloppe. [ ] E (10) U i = x c + e i q i x i (q i,q j ) ϕ(e i + q i ) i = 1... avec x = i x i (q i,q j ) et 2. Supposos que la demade de sois satisfait aux hypothèses suivates : x i (q i ) = x i (q j ) = x(q) si q i = q j = q x i (q i )>0 et x j (q j ) = 0 j =/ i si q i > q j j =/ i Alors, si chaque hôpital adopte das ce cotexte o coopératif ue stratégie de type Courot, à l équilibre de Nash, o obtiet : [ du i (11) = x i (q i,q j ) 1 Ex i (q ] i,q j ) dq i x 2 [ ] E +x i (q i,q j ) x c + e i q i ϕ q (e i + q i ) = 0 (12) du i de i = x i (q i,q j ) ϕ e (e i + q i ) = 0 si e i > 0 202

9 Comme les hôpitaux ot la même productivité c, à l équilibre symétrique o a, q i = q j = q j =/ i e i = e j = e j =/ i et x i (q i ) = x j (q j ) = x. Compte teu de os hypothèses sur la désutilité de l effort, il viet : (13) 2x i (q i ) + d où la propositio 2. E( 1) 2 x i (q i ) x i (q i ) = x i (q i )(c + 2q i x i (q i )) PROPOSITION 2 : À l équilibre de Courot-Nash, lorsque l effort e est positif, la qualité d équilibre q fourie par chaque hôpital est défiie par : (13 E( 1) x [ (q) ) x(q) 2x(q) = x (q) c + 2q x(q) ] La solutio (13) caractérise l équilibre o coopératif. Comme cela est usuel e théorie de l oligopole (cf. BERGSTRÖM et VARIAN [1985]), o peut chercher quel serait l objectif du régulateur qui adopterait cette politique. 3.2 L objectif implicite du régulateur E adoptat ue politique d eveloppe globale, le régulateur réalise u arbitrage exogèe etre différets types de dépeses, ce qui se traduit par la valeur de E. Il itroduit aussi, implicitemet, u arbitrage etre le gai des producteurs de sois et l évaluatio de la quatité et de la qualité des sois fouris aux usagers compte teu de leur demade exogèe x(q). Quelle est la foctio objectif que cocrétise la politique d eveloppe globale? Pour la mettre e évidece, il suffit de comparer pour u même iveau d effort e et de qualité q, la coditio d équilibre de Courot-Nash (13) associée à la politique d eveloppe et la coditio d optimum (9) qui serait obteue das le cas de hôpitaux, (e adoptat l hypothèse posée au paragraphe précédet pour la demade). Il viet alors : (14) V (q) 1 + λ = E( 1) x (q) x(q) Après itégratio, o obtiet l utilité perçue par l agece qui retiet cette politique : (15) V (q) = d où la propositio 3. E( 1) (1 + λ) l x(q) PROPOSITION 3 : Lorsque le régulateur utilise la politique d eveloppe globale, la quatité et la qualité de sois sot idetiques à celles qu il obtiedrait e maximisat la foctio d utilité collective : LA TARIFICATION HOSPITALIÈRE 203

10 (16) W = E( 1) [ (1 + λ) l x(q) λt (c + q e) x(q) + ou e maximisat pour chaque hôpital : ] (e + q)2 2 (16 ) W i = E( 1) 2 (1 + λ) l x(q) λ T [ (c + q e) x(q) + ] (e + q)2 2 La maximisatio de la foctio d utilité collective (16) sous la cotraite de participatio défiit la même productio de sois, le même iveau de qualité et le même effort de réductio du coût que la solutio de premier rag. L utilité V (q) que le régulateur accorde à la qualité des sois est défiie par (15) qui caractérise e fait l objectif de l État. Cet objectif révélé par le choix de la politique d eveloppe est croissat et cocave e q et e x, croissat e E et e λ, décroissat e. Cette foctio V représete la foctio tutélaire de l État e matière de saté publique. Cette politique appelle évidemmet u certai ombre de commetaires. E premier lieu, la valeur accordée aux sois par la tutelle déped de faço décroissate du ombre d offreurs et, doc, de la desité hospitalière et de la dimesio de la zoe géographique d applicatio de la politique. Si elle est appliquée au pla atioal (ce qui fut le cas pour les cliiques), elle accorde, toutes choses égales par ailleurs, plus d importace à la qualité des sois que si elle est appliquée au pla régioal (ce qui est das la logique des ordoaces de 1996). Lorsqu elle est appliquée au pla régioal, elle accorde, ceteris paribus, plus d importace aux sois fouris aux patiets habitat das des régios à forte desité d offre qu à ceux qui appartieet à des régios à faible desité. Pour corriger cet effet iégalitaire, il serait idispesable de défiir la valeur de E de faço proportioelle à. E secod lieu, cette foctio exprime l attitude que l État accorde à 1 la saté publique. La croissace de V e E exprime le fait que l utilité accordée aux sois par l État est d autat plus grade que le budget E est élevé. E accroissat l eveloppe, l État augmete l importace de la saté pour la collectivité. Cela traduit, aisi, l idée de bie tutélaire selo laquelle les agets, livrés à eux-mêmes, e cosommeraiet pas assez et qu e accroissat le budget des hôpitaux, o les icite à augmeter la qualité et, par voie de coséquece, la cosommatio de sois. Le fait que la demade apparaisse das V par l itermédiaire de so logarithme a l effet iverse. L État réduit la qualité et la quatité des sois pour teir compte du risque moral résultat de l assurace parfaite. Das la pratique fraçaise des politiques d eveloppe, la valeur de E a toujours été détermiée sur ue base historique qu il s agisse de la mise e œuvre du budget global e 1983 ou des eveloppes sectorielles das les aées C est ue variable exogèe qui reflète les arbitrages passés (et, par voie de coséquece, les retes de situatio atérieures). Ue edogééisatio de E supposerait la prise e compte de 204

11 l esemble des actios de l État et l abado de l hypothèse d équilibre partiel qui cosiste, ici, à raisoer pour u budget doé de la saté. À partir de 1997, le vote par le Parlemet de l Objectif Natioal des Dépeses d Assurace Maladie (ONDAM) équivaut à la détermiatio de la valeur de E par les représetats de la populatio. Par ailleurs, la politique d eveloppe globale coduit à la défiitio d ue règle de prix gééralisat la règle de l élasticité iverse au cas d ue demade spotaée iélastique et d ue demade fictive d élasticité uitaire. E effet, compte teu de la défiitio de celle-ci, p (x) = E/( 2 xi 2 ). Par suite, (13) peut s écrire : 2x i (q i ) + p (x)x i (q i )x i (q i ) + p(x) x i (q i ) = (c x i (q i ) + 2q i )x i (q i ) E otat c i (q i ) = (c x i (q i ) + 2q i ) le coût margial de l offreur i, il viet : d où (17) x i (q i )(p(.) c i (.)) = p (x)x i (q i )x i (q i ) + 2x i (q i ) p(x) c i (q) p(x) = 1 + 2x2 (q) Ex (q) ou ecore (18) p = p(x) = 1 c i (q) + 2x(q) ( 1)x (q) D après (17), l idice de Lerer est égal à l iverse du ombre d offreurs (comme das le cas d u oligopole avec ue demade à élasticité uitaire) augmeté d u terme exprimat l impact de la qualité. (18) idique la relatio etre le coût et le prix. Efi, ue coséquece essetielle de la politique d eveloppe globale doit être mise e évidece. Même si l objectif de l État à la forme (15), la politique d eveloppe coduit à la même productio de sois et au même iveau d effort que la solutio de premier rag mais elle implique u iveau de bieêtre collectif W iférieur à W. Par rapport à l objectif V (.), la politique d eveloppe réalise l efficacité productive et allocative mais e coduit pas à l appropriatio de la rete des offreurs à qui elle accorde u pouvoir de marché. E effet, si l État utilise cette politique, l utilité de chaque hôpital est doée par : (19) q [ U(p) = 0 2x(q)+ E( 1)x (q) x(q) ( x (q) c+2q x(q) )] dq>0 Quad q = q, l itégrade est égale à zéro. Compte teu de la cocavité de l utilité, l itégrade est o égative pour q < q. L utilité de l hôpital est doc positive. Or, la foctio d utilité collective peut s écrire W = V (q) (1 + λ)[(c + q e)x(q) + ϕ(e + q)] λu(q,e). LA TARIFICATION HOSPITALIÈRE 205

12 La politique d eveloppe globale se traduit doc par ue perte de bie-être égale à λu(p) qui est la coséquece du coût social de la rete que s approprie l hôpital avec cette politique. Ue implicatio directe de (18) cocere la valeur du prix uitaire d équilibre p. Pour l objectif (15), et u iveau idetique de qualité, p est supérieur à p défii à partir de (8) par T / x(q ). La réductio du bie-être collectif est doc la coséquece du pouvoir de marché que la politique d eveloppe accorde à chaque hôpital. Notos, efi, que l assurace maladie qui retiet cette politique agit das le ses des itérêts des producteurs de sois auxquels elle accorde des prix trop élevés et des retes socialemet coûteuses. Cette captatio de la régulatio (au ses de STIGLER [1971] ou PELTZMAN [1976]) s est effectuée au détrimet des patiets cotribuables et des etrats potetiels (par défiitio même des prix). 4 La tarificatio par pathologie La politique de l eveloppe coduit doc pour ue évaluatio de la qualité des sois défiie par (15) au choix décetralisé de la quatité et de la qualité des sois socialemet optimales. Cepedat, cette politique est socialemet trop coûteuse e raiso du profit qu elle accorde aux offreurs et du coût des prélèvemets obligatoires. Peut-o mettre e évidece ue politique décetralisée coduisat au choix de q et de e avec des prélèvemets plus faibles pour le même objectif (15)? Pour répodre à cette questio, ous allos cosidérer la solutio de premier rag pour V (.) défiie par (15) et chercher le prix paramétrique qui décetralise cet optimum. Das u secod temps, ous allos détermier quel mécaisme istitutioel peut être reteu pour atteidre cette solutio décetralisée e situatio de risque moral et motrer qu ue procédure de tarificatio par pathologie peut coduire à l optimum et à u iveau de bie être collectif supérieur à celui que réalise l eveloppe. 4.1 La décetralisatio de l optimum Cosidéros la solutio de premier rag (6), (7) et (8) pour V (q) défiie par (15). Si q et e sot o observables, l agece doit défiir ue règle de paiemet qui icite l hôpital à réaliser les iveaux d effort e et q. Le Secod Théorème de l Écoomie du Bie-Être (ARROW [1951]) ous fourit ue solutio évidete à ce problème. E effet, le problème résolu par le régulateur est équivalet à la recherche d ue allocatio qui maximise l utilité du régulateur (5) sous la cotraite (4) impliquat que l hôpital obtiee u certai iveau d utilité. C est la défiitio d ue allocatio optimale au ses de Pareto. Agissat comme u moopsoe parfaitemet discrimiat, le régulateur choisit u iveau Pareto-optimal d effort d accroissemet de la qualité et de réductio du coût. Dès lors, par applicatio du Secod Théorème de l Écoomie du Bie-Être, cette allocatio peut être atteite à l équilibre cocurretiel pour ue redistributio forfaitaire des dotatios iitiales. Par suite, il existe u prix paramétrique tel que la maximisatio de l utilité de 206

13 l hôpital coduise à la même allocatio que l optimum de premier rag. Ce résultat est doé das la propositio 4. PROPOSITION 4 : Il existe u prix fixe par pathologie (ou ue valeur fixe du poit ISA) tel que chaque hôpital i choisit l allocatio de premier rag quad il fait face à ce prix et maximise so utilité. La valeur optimale p du prix est égale à : (20) p = V (q ) E( 1) (1 + λ)x (q = ) x(q ) ( ) PREUVE : Soit U i = (p ei + q 2 i c q i + e i ) x i (q i ) l utilité de 2 l hôpital i quad il est rémuéré par u prix fixe p. La maximisatio de l utilité implique que les solutios ei et qi vérifiet : (21) ei + qi = x i (qi ) (22) (p c q i + e i ) x i (q i ) x i (q i ) e i q i = 0 Si le régulateur coaît c et la foctio de demade et s il fixe p égal à (20), à l optimum, chaque hôpital choisit le même iveau d effort e et de qualité q solutios de (21) et (22). Ces solutios sot idetiques aux solutios de premier rag lorsque V (q) = V (q). Les iveaux optimaux d effort de réductio du coût et d amélioratio de la qualité peuvet être doc obteus avec u prix paramétrique. Deux remarques peuvet être effectuées à propos de ce résultat. 1) Le prix paramétrique p est toujours iférieur au prix résultat de l eveloppe quad le ombre d offreurs est fii puisque : (23) p = E( 1) x(q ) < p = E x(q ) 2) La rete de chaque offreur est doc iférieure à la rete d oligopole qui résulte de l eveloppe mais, e raiso de la réallocatio impliquée par le Secod Théorème, est strictemet positive et doc supérieure à la rete de premier rag : (24) (p )= q 0 [ ( ( E( 1) x(q ) x (q) 2x(q)+ c+2q x(q) ) )] x (q) dq>!0 Par suite, la perte de bie-être est égale à λ (p )>0 mais est iférieure à la perte de bie-être λ (p). O peut doc hiérarchiser les mécaismes du poit de vue du bie-être collectif. Comme p < p < p, o a : (25) W (p )>W (p )>W (p) LA TARIFICATION HOSPITALIÈRE 207

14 4.2 La cocurrece par comparaiso Le prix paramétrique peut écessiter des iformatios o dispoibles (comme c est le cas d autres politiques de prix prospectifs, cf. NEWHOUSE [1996]). Cepedat le régulateur peut utiliser u mécaisme de cocurrece par comparaiso pour obteir cette iformatio. Pour cela, cosidéros la procédure suivate, quad chacu des hôpitaux i dessert ue partie de la régio cocerée (ce qui est le cas lorsque l o cosidère les cetres hospitaliers gééraux) e supposat ue demade idetique e chaque lieu. 1) L agece s egage à payer à chaque hôpital i u prix uitaire par patiet : (26) p i = 1 p j 1 j=/i avec (27) p j = E( 1) x j (q j ) 2) Compte teu de cet egagemet, les hôpitaux choisisset leur effort, leur iveau de qualité et traitet les patiets qui demadet les sois correspodat à ce iveau de qualité. 3) Compte teu du ombre de patiets traités, les prix sot calculés et les hôpitaux rémuérés. O obtiet alors la propositio suivate. PROPOSITION 5 : Si l agece régioale utilise ue tarificatio par pathologie (ou par poit ISA) défiie par (26) et (27), les hôpitaux choisisset les iveaux optimaux d effort e et q et sot rémuérés selo le prix paramétrique p. Pour motrer cette propositio, otos, d abord, que chaque hôpital est e situatio de preeur de prix et que le prix qu il reçoit e déped pas du iveau de qualité qu il choisit. Das ce cotexte de cocurrece fictive, chaque hôpital maximise so utilité. U i = E x i (q i ) (c + q i e i )x i (q i ) ϕ(e i + q i ) x j=/i j (q j ) d où e cosidérat x j (q j ) comme ue doée : E x x j=/i j (q j ) i (q i ) (c + q i e i )x i (q i ) e i q i = 0 x i (q i ) = e i + q i 208

15 d où (28) j=/i E x x(qj i ) i (q i ) (c + 2q i x(q i ))x i (q i ) 2x i (q i ) = 0 À l équilibre de Nash symétrique, o a (29) q i = q j = q j,x(q j ) = x(q i ) = x(q) d où : p i = E ( 1) x(q) = p j = p. La coditio d équilibre de Nash (28) est alors équivalete à la coditio (13). Par suite, q i = q j = q et e i = e j = e. Cepedat, cette procédure de cocurrece fictive par comparaiso das laquelle chacu reçoit u prix par patiet égal à la moyee des prix des autres e permet pas d atteidre le iveau de bie-être de premier rag. Pour cela, il faudrait que le régulateur puisse s approprier la rete des hôpitaux e fixat pour chacu u tarif à deux composates par patiet traité : (30) T i = p x i (q) K = E( 1) 2 x(q ) ( ) E( 1) x(q) 2 x(q ) c + 2q x(q ) 2 Ce tarif à deux composates (qui implique ue taxatio forfaitaire des hôpitaux) permet de réaliser l efficacité allocative, l efficacité productive et d élimier la rete socialemet coûteuse. Le graphique suivat représete les différetes solutios cosidérées das cet article. Les courbes d idifférece etre le paiemet T et la quatité de sois pour e = e sot représetées. E A, la courbe d idifférece du régulateur est tagete à la courbe d iso-utilité de l hôpital pour U = 0,W = W et x = x(q ). E B, la droite T = p x(q) représetat le prix paramétrique de la cocurrece par comparaiso est tagete à ue courbe d iso-utilité de l hôpital correspodat à u iveau d utilité plus élevé de l hôpital et à ue plus basse courbe d utilité du régulateur. E C, le poit de tagece correspod aux iveaux d utilité du régulateur et de l hôpital quad la politique d eveloppe est utilisée. Les poits A, B et C ot la même abscisse x(q ) e raiso de la quasi-liéarité des foctios d utilité. A peut aussi être atteit avec le tarif biôme T = p x K. Cette règle de paiemet cocrétise aisi l allocatio de premier rag. LA TARIFICATION HOSPITALIÈRE 209

16 GRAPHIQUE 1 : Cocrétisatio de l allocatio optimale 5 Coclusio Cet article a cosidéré divers modes de régulatio du secteur hospitalier au moye d u modèle simple caractérisat les relatios etre hôpital, le régulateur public et les patiets lorsque ceux-ci sot parfaitemet assurés. Après avoir caractérisé la politique socialemet optimale réalisat l efficacité allocative et productive et permettat d élimier les retes coûteuses, ous avos motré qu ue politique d eveloppe globale coduisait, à l équilibre, à l efficacité productive et allocative si le bééfice perçu par l agece publique était égal au logarithme de la demade multiplié par u terme dépedat du ombre d hôpitaux, de la valeur de l eveloppe et du coût social des fods publics. O peut s iterroger sur les fodemets de cette politique fodée sur ue demade fictive d élasticité uitaire. Elle correspod à l objectif révélé des autorités publiques e Frace. Nous avos, égalemet, mis e évidece le fait que cette politique d eveloppe globale coduit à u iveau de bie-être sous optimal e raiso de la rete qu elle accorde aux hôpitaux et qu elle témoige d u phéomèe de captatio de régulatio. Nous avos, esuite, cherché à mettre e évidece la politique de prix paramétrique qui coduirait à la même allocatio pour la foctio objectif aisi révélée. Nous avos, aisi, motré que la tarificatio par pathologie fodée sur ue cocurrece fictive par les prix était préférable du poit de vue du bie-être collectif à la politique d eveloppe fodée sur ue cocurrece fictive par les quatités. Toutefois, si la tarificatio par pathologie réduit la rete des offreurs par rapport à la politique d eveloppe, elle e coduit pas à l optimum de premier rag qui peut être atteit par u tarif biôme qui est caractérisé par ue taxatio des hôpitaux. 210

17 La supériorité théorique de la cocurrece sur la politique d eveloppe coduit aturellemet à s iterroger sur so applicabilité das le cotexte fraçais. D u poit de vue techique, l admiistratio dispose de tous les moyes de mise e œuvre d ue tarificatio de l activité ou des pathologies. Il existe, e effet, désormais grâce au programme PMSI ue méthode d évaluatio de l activité (permettat ue mesure agrégée de l output), ue classificatio et ue échelle de podératio des pathologies. Il serait doc possible de défiir ue règle de fixatio d u prix paramétrique du poit ISA ou d u tarif paramétrique de chaque pathologie pour des groupes d hôpitaux accrédités et homogèes coformémet à la propositio 4. Deux limites istitutioelles doivet être cepedat souligées. Commet iciter l assurace maladie à mettre e œuvre ue politique allat das le ses de l itérêt de la collectivité et o das celui du secteur aisi réglemeté? Cette questio revoie au délicat problème de la resposabilisatio des caisses de sécurité sociale. La secode limite cocere l itérêt de hôpitaux. Il coviedrait de redre autoome leur gestio pour qu ils soiet itéressés aux résultats de leurs décisios (comme cela a été fait das le NHS aglais). Ue derière difficulté doit, efi, être metioée. E révélat à tous les hôpitaux, la valeur fictive des poits ISA qui les caractérise (et qui varie de 8 F à 26 F e 1996), la directio des hôpitaux a, par avace, compromis la mise e œuvre d ue évetuelle tarificatio par pathologie qui repose précisémet sur le fait que chacu igore le prix des autres (cf. MOUGEOT [1999]). Au pla théorique, le modèle peut être gééralisé de différetes maières. E premier lieu, o peut étedre les résultats au cas d hôpitaux différeciés selo leur paramètre de productivité. E deuxième lieu, o peut cosidérer que la variabilité des coûts par pathologie associée à l aversio des hôpitaux vis-à-vis du risque peut coduire ceux-ci à sélectioer les patiets. Il a été motré, par ailleurs, quelle règle de tarificatio devait être adoptée das cette situatio (HARTMANN et MOUGEOT [2000]). E troisième lieu, o pourrait s iterroger sur les coséqueces de la substitutio de règles de cocurrece orgaisée aux règles de cocurrece fictive. Cocrètemet, la logique de la cocurrece orgaisée est celle de l appel d offres qui coduit à des résultats supérieurs aux politiques de réglemetatios bilatérales. Il reste, cepedat, à mettre e évidece la politique optimale das u cotexte de type «multitask». Ue derière questio doit efi être soulevée. Elle cocere la crédibilité des politiques evisagées. E statique, elles supposet implicitemet que les hôpitaux qui adoptet pas la stratégie de miimisatio du coût et de choix de la qualité optimale fot des pertes et doc doivet être ameés à disparaître. Il est clair que cette coditio maque de crédibilité et qu il coviedrait d itroduire des cotraites de resposabilité limitée das le modèle. E dyamique, ces problèmes se poset de maière plus aiguë e raiso des stratégies e première période qui résultet de l aticipatio par les hôpitaux de l évolutio des budgets e foctio de leur activité. LA TARIFICATION HOSPITALIÈRE 211

18 Référeces bibliographiques ARMSTRONG M., COWAN S. ad VICKERS J. (1995). Regulatory Reform, Cambridge, MIT Press. ARROW K. J. (1951). «A Extesio of the Basic Theorems of Classical Ecoomics», i J. Neyma (ed), Proceedigs of the Secod Berkeley Symposium o Mathematical Statistics ad Probability, Berkeley, Uiversity of Califoria Press, pp BERGSTROM Th., VARIAN H. (1985). «Two Remarks o Courot Equilibrium», Ecoomics Letters, 19, pp 5-8. CHALKLEY M., MALCOMSON J.M. (1998). «Umoitored Quality», Ecoomic Joural, 108, pp COCA E. (1995). Les iégalités etre hôpitaux, Paris, Berger-Levrault. Directio des hôpitaux (1997). Bila de l exécutio du PMSI, documet trasmis au Parlemet coformémet au dispositif prévu par l article 3 de la loi de fiacemet de la sécurité sociale pour 1997, Paris, miistère de l Emploi et de la Solidarité. HARTMANN L., MOUGEOT M. (2000). «Alea moral, partage du risque, écrémage et choix des cotrats das le secteur de l'hospitalisatio privée e Frace», Revue d'écoomie Politique, 4, à paraître. HOLMSTROM B., MILGROM P. (1991). «Multitask Pricipal Aget Aalysis: Icetives Cotracts, Asset Owership ad Job Desig», Joural of Law, Ecoomics ad Orgaizatio, vol. 7, pp LAFFONT J.-J., TIROLE J. (1993). A theory of Icetives i Procuremet ad Regulatio, MIT Press, Cambridge. MA C. t. A. (1994). «Health Care Paymet Systems: Cost ad Quality Icetives», Joural of Ecoomics ad Maagemet Strategy, 3 (1), pp MOUGEOT M., NAEGELEN F. (1993). Politique d eveloppe globale, cocurrece fictive et surplus collectif, mimeo CRESE, X ème Jourées de Microécoomie Appliquée, Sfax. MOUGEOT M. (1994). Systèmes de saté et cocurrece, Ecoomica, Paris. MOUGEOT M. (1999). La régulatio du système de saté, rapport pour le Coseil d Aalyse Écoomique, La Documetatio fraçaise, Paris. NEWHOUSE J.-P. (1996). «Reimbursig Health Plas ad Health Providers: Efficiecy i Productio Versus Selectio», Joural of Ecoomic Literature, vol. XXXIV, pp PELTZMAN S. (1976). «Towards a More Geeral Theory of Regulatio», Joural of Law ad Ecoomics, vol. 14, pp SHLEIFER A. (1985). «A Theory of Yardstick Competitio», Rad Joural of Ecoomics, 16, pp STIGLER G. (1971). «The theory of ecoomic regulatio», Bell Joural of Ecoomics, vol. 2 (1), pp

19 ANNEXE 1 TABLEAU 1 Budgets des Cetres Hospitaliers Uiversitaires e 1996 C.H.U. ISA Total Budget Valeur Poit Budget Sur ou MCO du ISA Théorique sous Poit redressé dotatio ISA Amies ,36 15, ,41 % Agers ,92 16, ,70 % Besaço ,48 16, ,46 % Bordeaux ,16 17, ,26 % Brest ,36 17, ,93 % Cae ,70 20, ,16 % Clermot F ,19 16, ,03 % Dijo ,50 16, ,46 % Greoble ,32 19, ,48 % Lille ,09 17, ,67 % Limoges ,32 15, ,04 % Lyo ,90 19, ,56 % Marseille ,78 19, ,02 % Motpellier ,30 18, ,53 % Nacy ,99 17, ,25 % Nates ,43 15, ,23 % Nice ,88 16, ,99 % Nîmes ,36 15, ,74 % Orléas ,28 16, ,99 % A.P. Paris ,28 20, ,98 % Poitiers ,53 14, ,61 % Reims ,65 17, ,23 % Rees ,20 16, ,92 % Roue ,42 16, ,00 % St Etiee ,68 16, ,25 % Strasbourg ,40 18, ,04 % Toulouse ,38 18, ,06 % Tours ,63 15, ,71 % TOTAL ,04 18, ,40 % (Source : Base de Doées PMSI iter-chu) LA TARIFICATION HOSPITALIÈRE 213

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

Limites des Suites numériques

Limites des Suites numériques Chapitre 2 Limites des Suites umériques Termiale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Limite fiie ou ifiie d ue suite. Limites et comparaiso. Opératios sur les ites. Comportemet

Plus en détail

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1

. (b) Si (u n ) est une suite géométrique de raison q, q 1, on obtient : N N, S N = 1 qn+1. n+1 1 S N = 1 1 Premières propriétés des ombres réels 2 Suites umériques 3 Suites mootoes : à faire 4 Séries umériques 4. Notio de série. Défiitio 4.. Soit (u ) ue suite de ombres réels ou complexes. Pour N N, o ote S

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Aée Uiversitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Aée Études Supérieures Commerciales & Scieces Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 3 Première

Plus en détail

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES

Deuxième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES DEUXIEME PARTIE Deuième partie : LES CONTRATS D ASSURANCE VIE CLASSIQUES Chapitre. L assurace de capital différé Chapitre 2. Les opératios de retes Chapitre 3. Les assuraces décès Chapitre 4. Les assuraces

Plus en détail

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1)

I. Quitte ou double. Pour n = 1 : C 0 + (2p 1) E (M k ) = C 0 + (2p 1) E (M 1 ) = E (C 1 ) d après le 1. Soit n N tel que E (C n ) = C 0 + (2p 1) Corrigé ESSEC III 008 par Pierre Veuillez Das certaies situatios paris sportifs, ivestissemets fiaciers..., o est ameé à miser de l arget de faço répétée sur des paris à espérace favorable. O se propose

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n =

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 juillet 2014 Enoncés 1. Exercice 6 [ 02475 ] [correction] Si n est un entier 2, le rationnel H n = [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 1 juillet 14 Eocés 1 Nombres réels Ratioels et irratioels Exercice 1 [ 9 ] [correctio] Motrer que la somme d u ombre ratioel et d u ombre irratioel est u ombre irratioel.

Plus en détail

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES

STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES STATISTIQUE : TESTS D HYPOTHESES Préparatio à l Agrégatio Bordeaux Aée 203-204 Jea-Jacques Ruch Table des Matières Chapitre I. Gééralités sur les tests 5. Itroductio 5 2. Pricipe des tests 6 2.a. Méthodologie

Plus en détail

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1)

Chapitre 3 : Fonctions d une variable réelle (1) Uiversités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Aalyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 3 : Foctios d ue variable réelle (1) 1 Lagage topologique das R Défiitio 1 Soit a u poit de R. U esemble V R est u voisiage de a s

Plus en détail

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire

HEC. Gilles Mauffrey. METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmation linéaire, programmation dynamique, simulation, statistique élémentaire HEC Gilles Mauffrey METHODES QUANTITATIVES AVEC EXCEL Programmatio liéaire, programmatio dyamique, simulatio, statistique élémetaire La Modélisatio LA MODELISATION Modèle et typologie des modèles. La otio

Plus en détail

Comportement d'une suite

Comportement d'une suite Comportemet d'ue suite I) Approche de "ses de variatio et de ite d'ue suite" : 7 Soit la suite ( ) telle que = 5 ( + ) 2 Représetos graphiquemet la suite das u pla mui d' u repère. Il suffit de placer

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES

2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 2 ième partie : MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES 1. Défiitios L'itérêt est l'idemité que doe au propriétaire d'ue somme d'arget celui qui e a joui pedat u certai temps. Divers élémets itervieet das le calcul

Plus en détail

Statistique descriptive bidimensionnelle

Statistique descriptive bidimensionnelle 1 Statistique descriptive bidimesioelle Statistique descriptive bidimesioelle Résumé Liaisos etre variables quatitatives (corrélatio et uages de poits), qualitatives (cotigece, mosaïque) et de types différets

Plus en détail

1 Mesure et intégrale

1 Mesure et intégrale 1 Mesure et itégrale 1.1 Tribu boréliee et foctios mesurables Soit =[a, b] u itervalle (le cas où b = ou a = est pas exclu) et F ue famille de sous-esembles de. OditqueF est ue tribu sur si les coditios

Plus en détail

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire

Séquence 5. La fonction logarithme népérien. Sommaire Séquece 5 La foctio logarithme épérie Objectifs de la séquece Itroduire ue ouvelle foctio : la foctio logarithme épérie. Coaître les propriétés de cette foctio : sa dérivée, ses variatios, sa courbe, sa

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Inégalités souvent rencontrées

Inégalités souvent rencontrées Iégalités souvet recotrées Recotres Putam 004 Uiversité de Sherbrooke Jea-Philippe Mori Théorie Certaies iégalités sot deveues célèbres e raiso de leur grade utilité Elles sot aussi souvet au coeur de

Plus en détail

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI

FEUILLE D EXERCICES 17 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI FEUILLE D EXERCICES 7 - PROBABILITÉS SUR UN UNIVERS FINI Exercice - Lacer de dés O lace deux dés à 6 faces équilibrés. Calculer la probabilité d obteir : u double ; ue somme des deux dés égale à 8 ; ue

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement ivestir Best Strategy 2012 Le meilleur scéario pour votre ivestissemet U ivestissemet diversifié U coupo uique de 0% à 50% brut* à l échéace Ue courte durée : 4 as et demi Votre capital garati à l échéace

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES

SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES 1 ) POSITION DU PROBLÈME - VOCABULAIRE A ) DÉFINITION SÉRIES STATISTIQUES À DEUX VARIABLES O cosidère deux variables statistiques umériques x et y observées sur ue même populatio de idividus. O ote x 1

Plus en détail

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble.

Le marché du café peut être segmenté en fonction de deux modes de production principaux : la torréfaction et la fabrication de café soluble. II LE MARCHE DU CAFE 1 L attractivité La segmetatio selo le mode de productio Le marché du café peut être segmeté e foctio de deux modes de productio pricipaux : la torréfactio et la fabricatio de café

Plus en détail

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met

trouve jamais dans les concepts généraux que ce qu on y met ,QIRUPDWLTXHQRUPHHWWHPSV,VDEHOOH%R\GHQV Présetatio par Marie-Ae Chabi Réuio PIN 15 javier 2004 /HVEDVHVGHGRQQpHVHPSLULTXHV Collectio fiie et structurée de doées codifiées, textuelles ou multimédia, destiées

Plus en détail

Evaluation de la Délivrance de Méthadone en Belgique

Evaluation de la Délivrance de Méthadone en Belgique 1 SERVICE PUBLIC FEDERAL DE PROGRAMMATIO POLITIQUE SCIETIFIQUE rue de la Sciece 8 B-1000 BRUXELLES Tél. 02 238 34 11 Fax 02 230 59 12 URL : www.belspo.be Evaluatio de la Délivrace de Méthadoe e Belgique

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices

Dénombrement. Chapitre 1. 1.1 Enoncés des exercices Chapitre 1 Déombremet 1.1 Eocés des exercices Exercice 1 L acie système d immatriculatio fraçais était le suivat : chaque plaque avait 4 chiffres, suivis de 2 lettres, puis des 2 uméros du départemet.

Plus en détail

Processus géométrique généralisé et applications en fiabilité

Processus géométrique généralisé et applications en fiabilité Processus géométrique gééralisé et applicatios e fiabilité Lauret Bordes 1 & Sophie Mercier 2 1,2 Uiversité de Pau et des Pays de l Adour Laboratoire de Mathématiques et de leurs Applicatios - Pau UMR

Plus en détail

L Objectif National des Dépenses d Assurance Maladie : d un outil global de régulation à une simple prévision des dépenses.

L Objectif National des Dépenses d Assurance Maladie : d un outil global de régulation à une simple prévision des dépenses. L Objectif Natioal des Dépeses d Assurace Maladie : d u outil global de régulatio à ue simple prévisio des dépeses. Isabelle Hirtzli To cite this versio: Isabelle Hirtzli. L Objectif Natioal des Dépeses

Plus en détail

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1

Statistiques appliquées à la gestion Cours d analyse de donnés Master 1 Aalyse des doées Statistiques appliquées à la gestio Cours d aalyse de doés Master F. SEYTE : Maître de coféreces HDR e scieces écoomiques Uiversité de Motpellier I M. TERRAZA : Professeur de scieces écoomiques

Plus en détail

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil.

LES ÉCLIPSES. Éclipser signifie «cacher». Vus depuis la Terre, deux corps célestes peuvent être éclipsés : la Lune et le Soleil. Qu appelle-t-o éclipse? Éclipser sigifie «cacher». Vus depuis la Terre, deu corps célestes peuvet être éclipsés : la Lue et le Soleil. LES ÉCLIPSES Pour qu il ait éclipse, les cetres de la Terre, de la

Plus en détail

Les Nombres Parfaits.

Les Nombres Parfaits. Les Nombres Parfaits. Agathe CAGE, Matthieu CABAUSSEL, David LABROUSSE (2 de Lycée MONTAIGNE BORDEAUX) et Alexadre DEVERT, Pierre Damie DESSARPS (TS Lycée SUD MEDOC LETAILLAN MEDOC) La première partie

Plus en détail

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES

STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES STATISTIQUE AVANCÉE : MÉTHODES NON-PAAMÉTIQUES Ecole Cetrale de Paris Arak S. DALALYAN Table des matières 1 Itroductio 5 2 Modèle de desité 7 2.1 Estimatio par istogrammes............................

Plus en détail

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction

Chapitre 3 : Transistor bipolaire à jonction Chapitre 3 : Trasistor bipolaire à joctio ELEN075 : Electroique Aalogique ELEN075 : Electroique Aalogique / Trasistor bipolaire U aperçu du chapitre 1. Itroductio 2. Trasistor p e mode actif ormal 3. Courats

Plus en détail

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe

Consolidation. C r é e r un nouveau classeur. Créer un groupe de travail. Saisir des données dans un groupe Cosolidatio La société THEOS, qui commercialise des vis, exerce so activité das trois villes : Paris, Nacy et Nice. Le directeur de la société souhaite cosolider les résultats de ses vetes par ville das

Plus en détail

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire

Intérêt simple CHAPITRE. Sommaire HAPTRE térêt simple Sommaire A B D E F G H J K L Notio d itérêt Formule fodametale de l itérêt simple Durée de placemet exprimée e mois Durée de placemet exprimée e jours alculs sur la formule fodametale

Plus en détail

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9

Convergences 2/2 - le théorème du point fixe - Page 1 sur 9 Au sommaire : Suites extraites Le théorème de Bolzao-Weierstrass La preuve du théorème de Bolzao-Weierstrass3 Foctio K-cotractate4 Le théorème du poit fixe5 La preuve du théorème du poit fixe6 Utilisatios

Plus en détail

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe

14 Chapitre 14. Théorème du point fixe Chapitre 14 Chapitre 14. Théorème du poit fixe Si l o examie de plus près les méthodes de Lagrage et de Newto, étudiées au chapitre précédet, elles revieet das leur pricipe à remplacer la résolutio de

Plus en détail

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement

Augmentation de la demande du produit «P» Prévision d accroître la capacité de production (nécessité d investir) Investissement Augmetatio de la demade du produit «P» Prévisio d accroître la capacité de productio (écessité d ivestir) Ivestissemet Etude de retabilité du produit «P» Jugemet de l opportuité et de la retabilité du

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. Seniors. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O pour toute souscriptio (Offre soumise à coditios) MUTUELLE D&O Copilote de votre saté Seiors AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services

Plus en détail

Séries réelles ou complexes

Séries réelles ou complexes 6 Séries réelles ou complexes Comme pour le chapitre 3, les suites cosidérées sot a priori complexes et les résultats classiques sur les foctios cotiues ou dérivables d ue variable réelle sot supposés

Plus en détail

Ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs

Ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de voyageurs Ouverture à la cocurrece du trasport ferroviaire de voyageurs COMPLÉMENTS Claude Abraham Présidet Thomas Revial Fraçois Vielliard Rapporteurs Domiique Auverlot Christie Rayard Coordiateurs Octobre 2011

Plus en détail

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes

Faites prospérer vos affaires grâce aux solutions d épargne et de gestion des dettes Faites prospérer vos affaires grâce aux solutios d éparge et de gestio des dettes Quelques excelletes raisos d offrir des produits bacaires et de fiducie à vos cliets Vous avez la compétece écessaire pour

Plus en détail

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson

Loi binomiale. Niveau : Première S + SUP (Convergence) Prérequis : Variable aléatoire, espérance, variance, théorème limite central, loi de Poisson 4 L E Ç O N Loi biomiale Niveau : Première S + SUP (Covergece) Prérequis : Variable aléatoire, espérace, variace, théorème limite cetral, loi de Poisso 1 Loi de Beroulli Défiitio 41 Loi de Beroulli Soit

Plus en détail

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 )

TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) RAIRO Operatios Research RAIRO Oper. Res. 34 (2000) 99-129 TRANSFERT DE CHARGE DANS UN RÉSEAU DE PROCESSEURS TOTALEMENT CONNECTÉS (*) par Maryse BÉGUIN ( 1 ) Commuiqué par Berard LEMAIRE Résumé. L étude

Plus en détail

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool

Formation d un ester à partir d un acide et d un alcool CHAPITRE 10 RÉACTINS D ESTÉRIFICATIN ET D HYDRLYSE 1 Formatio d u ester à partir d u acide et d u alcool 1. Nomeclature Acide : R C H Alcool : R H Groupe caractéristique ester : C Formule géérale d u ester

Plus en détail

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau

Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau Lorsque la sécurisatio des paiemets par carte bacaire sur Iteret coduit à ue cocurrece etre les baques et les opérateurs de réseau David Bouie Das cet article, ous ous iterrogeos sur l issue de la cocurrece

Plus en détail

POLITIQUE ECONOMIQUE ET DEVELOPPEMENT

POLITIQUE ECONOMIQUE ET DEVELOPPEMENT POLTQU ONOMQU T DVLOPPMNT TRUTUR DU MAR NATONAL DU AF-AAO T PR AU PRODUTUR MALAN Beïla Beoit osultat PD N 06/008 ellule d Aalyse de Politiques coomiques du R Aée de pulicatio : Avril 009 Résumé e papier

Plus en détail

20. Algorithmique & Mathématiques

20. Algorithmique & Mathématiques L'éditeur L'éditeur permet à l'utilisateur de saisir les liges de codes d'u programme ou de défiir des foctios. Remarque : O peut saisir directemet des istructios das la cosole Scilab, mais il est plus

Plus en détail

Processus et martingales en temps continu

Processus et martingales en temps continu Chapitre 3 Processus et martigales e temps cotiu 1 Quelques rappels sur les martigales e temps discret (voir [4]) O cosidère u espace filtré (Ω, F, (F ) 0, IP). O ote F = 0 F. Défiitio 1.1 Ue suite de

Plus en détail

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X

Exo7. Déterminants. = 4(b + c)(c + a)(a + b). c + a c + b 2c Correction. b + a 2b b + c. Exercice 2 ** X a b c a X c b b c X a c b a X Exo7 Détermiats Exercices de Jea-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-fracefr * très facile ** facile *** difficulté moyee **** difficile ***** très difficile I : Icotourable T : pour

Plus en détail

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB

MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O. Copilote de votre santé. AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyance CRC CRIS CRPB-AFB MUTUELLE D&O MUTUELLE D&O Copilote de votre saté AGECFA-Voyageurs CARCEPT CARCEPT-Prévoyace CRC CRIS CRPB-AFB DOMISSIMO-Assuraces DOMISSIMO-Services FONGECFA-Trasport IPRIAC MUTUELLE D&O OREPA-Prévoyace

Plus en détail

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions.

3.1 Différences entre ESX 3.5 et ESXi 3.5 au niveau du réseau. Solution Cette section récapitule les différences entre les deux versions. 3 Réseau Le réseau costitue u aspect essetiel d u eviroemet virtuel ESX. Il est doc importat de compredre la techologie, y compris ses différets composats et leur coopératio. Das ce chapitre, ous étudios

Plus en détail

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement)

Cours : Le choix des investissements grâce à l actualisation : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Interne de Rendement) Cours : Le choix des ivestissemets grâce à l actualisatio : La VAN (Valeur Actualisée Nette) et le TIR (Taux Itere de Redemet) 1 La VAN, la Valeur Actualisée (ou Actuelle) Nette e aveir certai 11 La comparaiso

Plus en détail

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives

c. Calcul pour une évolution d une proportion entre deux années non consécutives Calcul des itervalles de cofiace our les EPCV 996-004 - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio e oit das la oulatio totale des méages - Cas d u ourcetage ou d ue évolutio das ue sous oulatio das les méages

Plus en détail

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR.

55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. 55 - EXEMPLES D UTILISATION DU TABLEUR. CHANTAL MENINI 1. U pla possible Les exemples qui vot suivre sot des pistes possibles et e aucu cas ue présetatio exhaustive. De même je ai pas fait ue étude systématique

Plus en détail

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3.

x +1 + ln. Donner la valeur exacte affichée par cet algorithme lorsque l utilisateur entre la valeur n =3. EXERCICE 3 (6 poits ) (Commu à tous les cadidats) Il est possible de traiter la partie C sas avoir traité la partie B Partie A O désige par f la foctio défiie sur l itervalle [, + [ par Détermier la limite

Plus en détail

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local

Apprentissage: cours 3a Méthodes par moyennage local Appretissage: cours 3a Méthodes par moyeage local Guillaume Oboziski 1 er mars 2012 Réferece : chap. 6 of [Hastie et al., 2009] ad chap. 6 of [Devroye et al., 1996]. Algorithmes par moyeage local O cosidère

Plus en détail

Bio-Statistique. 1 ère partie. Discipline : Bio-statistique, Bio-mathématique et Sciences de l Information

Bio-Statistique. 1 ère partie. Discipline : Bio-statistique, Bio-mathématique et Sciences de l Information Bio-Statistique 1 ère partie Disciplie : Bio-statistique, Bio-mathématique et Scieces de l Iformatio OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Réaliser l importace du problème de la variabilité ihérete au doées médicales,

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

La maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique La maladie réale chroique Qu est-ce que cela veut dire pour moi? Natioal Kidey Disease Educatio Program La maladie réale chroique: l essetiel Vous avez été iformé(e) que vous êtes atteit(e) de la maladie

Plus en détail

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation Solutios Retraite collectives Liges directrices applicables aux régimes de capitalisatio RÉPONDEZ AUX EXIGENCES ÉNONCÉES DANS LES LIGNES DIRECTRICES GRÂCE AUX EXCELLENTS OUTILS DE LA FINANCIÈRE MANUVIE

Plus en détail

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes.

Polynésie Septembre 2002 - Exercice On peut traiter la question 4 sans avoir traité les questions précédentes. Polyésie Septembre 2 - Exercice O peut traiter la questio 4 sas avoir traité les questios précédetes Pour u achat immobilier, lorsqu ue persoe emprute ue somme de 50 000 euros, remboursable par mesualités

Plus en détail

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions

Dénombrement. Introduction. 1 Cardinaux d'ensembles nis. ECE3 Lycée Carnot. 12 novembre 2010. 1.1 Quelques dénitions Déombremet ECE3 Lycée Carot 12 ovembre 2010 Itroductio La combiatoire, sciece du déombremet, sert comme so om l'idique à compter. Il e s'agit bie etedu pas de reveir au stade du CP et d'appredre à compter

Plus en détail

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1

Exercice I ( non spé ) 1/ u 1 = 3 4. 2 3 u 2 4 + 3 9. 19 4 2/ Soit P la propriété : u n + 4. > 0 pour n 1. P est vraie au rang 1 car u 1 Bac blac TS Correctio Exercice I ( Spé ) / émotros par récurrece que 5x y = pour tout etier aturel 5x y = 5 8 = La propriété est doc vraie au rag = Supposos que la propriété est vraie jusqu au rag, o a

Plus en détail

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France

www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Handling France www.toyota-forklifts.fr SOLUTIONS DE FINANCEMENT 100 % Toyota Material Hadlig Frace SOLUTIONS DE FINANCEMENT TOYOTA MATERIAL HANDLING Parce qu avat tout ous sommes Toyota NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT Coçues

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

Module 3 : Inversion de matrices

Module 3 : Inversion de matrices Math Stat Module : Iversio de matrices M Module : Iversio de matrices Uité. Défiitio O e défiira l iverse d ue matrice que si est carrée. O appelle iverse de la matrice carrée toute matrice B telle que

Plus en détail

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui.

S-PENSION. Constituez-vous un capital retraite complémentaire pour demain tout en bénéficiant d avantages fiscaux dès aujourd hui. S-PENSION Costituez-vous u capital retraite complémetaire pour demai tout e bééficiat d avatages fiscaux dès aujourd hui. Sommaire 1. Il est temps de predre l iitiative 4 2. Profitez dès aujourd hui des

Plus en détail

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé?

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé? Novembre Les sois de saté au Caada, c est capital bulleti o 4 Commet les Caadies classet-ils leur système de sois de saté? Résultats du sodage iteratioal du Fods du Commowealth sur les politiques de saté

Plus en détail

Maîtrise de Mathématiques TER Le bandit manchot à deux bras

Maîtrise de Mathématiques TER Le bandit manchot à deux bras Maîtrise de Mathématiques TER Le badit machot à deux bras Deis Cousieau Sous la directio de Jea-Michel Loubes Septembre 2003 Table des matières 1 Présetatio du problème 2 1.1 Exemple de la machie à sous,

Plus en détail

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012

Mobile Business. Communiquez efficacement avec vos relations commerciales 09/2012 Mobile Busiess Commuiquez efficacemet avec vos relatios commerciales 9040412 09/2012 U choix capital pour mes affaires Pour gérer efficacemet ses affaires, il y a pas de secret : il faut savoir predre

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3...

capital en fin d'année 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1 + T) = C 0 r en posant r = 1 + T 2 C 0 r + C 0 r T = C 0 r (1 + T) = C 0 r 2 3 C 0 r 3... Applicatios des maths Algèbre fiacière 1. Itérêts composés O place u capital C 0 à u taux auel T a pedat aées. Quelle est la valeur fiale C de ce capital? aée capital e fi d'aée 1 C 0 + T C 0 = C 0 (1

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES SOMMAIRE Les visites d etreprises : pourquoi ouvrir ses portes?.... 8 1.1 Des motivatios variées pour les etreprises... 8 1.2 Les freis à l ouverture

Plus en détail

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique

ÉTUDE. SECTEUR Cadre de vie et technique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS. Portrait statistique ÉTUDE SECTEUR Cadre de vie et techique GÉOMÈTRES-EXPERTS, TOPOGRAPHES, PHOTOGRAMMÈTRES, EXPERTS FONCIERS Portrait statistique 02 ÉTUDE - mai 2012 Sommaire 03 Pricipaux eseigemets 04 Sources mobilisées

Plus en détail

LE WMS EXPERT DE LA SUPPLY CHAIN DE DÉTAIL

LE WMS EXPERT DE LA SUPPLY CHAIN DE DÉTAIL LE WMS EXET DE LA SULY HAIN DE DÉTAIL QUELS SNT LES ENJEUX DE LA SULY HAIN? garatir la promesse cliet es derières aées, la distributio coaît ue véritable mutatio avec l évolutio des modes de cosommatio.

Plus en détail

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée

RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée RECHERCHE DE CLIENTS simplifiée Nous ous occupos d accroître votre clietèle avec le compte Avatage d etreprise Pour trouver des cliets potetiels grâce à u simple compte bacaire Vous cherchez des idées

Plus en détail

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé :

Intégration et probabilités ENS Paris, 2012-2013. TD (20)13 Lois des grands nombres, théorème central limite. Corrigé : Itégratio et probabilités EN Paris, 202-203 TD 203 Lois des grads ombres, théorème cetral limite. Corrigé Lois des grads ombres Exercice. Calculer e cet leços Détermier les limites suivates : x +... +

Plus en détail

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique

La fibre optique arrive chez vous Devenez acteur de la révolution numérique 2 e éditio Edité par l Autorité de régulatio des commuicatios électroiques et des postes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉCEMBRE 2010 La fibre optique arrive chez vous Deveez acteur de la révolutio umérique Petit

Plus en détail

Principes et Méthodes Statistiques

Principes et Méthodes Statistiques Esimag - 2ème aée 0 1 2 3 4 5 6 7 0 5 10 15 x y Pricipes et Méthodes Statistiques Notes de cours Olivier Gaudoi 2 Table des matières 1 Itroductio 7 1.1 Défiitio et domaies d applicatio de la statistique............

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME

Université Victor Segalen Bordeaux 2 Institut de Santé Publique, d Épidémiologie et de Développement (ISPED) Campus Numérique SEME Uiversité Victor Segale Bordeaux Istitut de Saté Publique, d Épidémiologie et de Développemet (ISPED) Campus Numérique SEME MODULE Pricipaux outils e statistique Versio du 8 août 008 Écrit par : Relu par

Plus en détail

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009

II LES PROPRIETES DES ESTIMATEURS MCO 1. Rappel : M1 LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 2009 M LA REGRESSION : HYPOTHESES ET TESTS Avril 009 I LES HYPOTHESES DE LA MCO. Hypothèses sur la variable explicative a. est o stochastique. b. a des valeurs xes das les différets échatillos. c. Quad ted

Plus en détail

EXERCICES : DÉNOMBREMENT

EXERCICES : DÉNOMBREMENT Chapitre 7 ECE 1 - Grad Nouméa - 015 EXERCICES : DÉNOMBREMENT LISTES / ARRANGEMENTS Exercice 1 : Le code ativol Pour so vélo, Toto possède u ativol a code. Le code est ue successio de trois chiffres compris

Plus en détail

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9

Sommaire Chapitre 1 - L interface de Windows 7 9 Sommaire Chapitre 1 - L iterface de Widows 7 9 1.1. Utiliser le meu Démarrer et la barre des tâches de Widows 7...11 Démarrer et arrêter des programmes...15 Épigler u programme das la barre des tâches...18

Plus en détail

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT?

Etude Spéciale SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? Etude Spéciale o. 7 Javier 2003 SCORING : UN GRAND PAS EN AVANT POUR LE MICROCRÉDIT? MARK SCHNEIDER Le CGAP vous ivite à lui faire part de vos commetaires, de vos rapports et de toute demade d evoid autres

Plus en détail

Etude de la fonction ζ de Riemann

Etude de la fonction ζ de Riemann Etude de la foctio ζ de Riema ) Défiitio Pour x réel doé, la série de terme gééral,, coverge si et seulemet si x >. x La foctio zeta de Riema est la foctio défiie sur ], [ par : ( x > ), = x. Remarque.

Plus en détail

Création et développement d une fonction audit interne*

Création et développement d une fonction audit interne* Créatio et développemet d ue foctio audit itere* Ue démarche e 10 étapes [ Sommaire] Dix étapes pour réussir... 7 Étapes 1 à 4 Défiitio du cadre d itervetio... 9 1 Idetifier les attetes des parties preates...

Plus en détail

CHAP 2 COMMENT FONCTIONNE UNE ECONOMIE NATIONALE?

CHAP 2 COMMENT FONCTIONNE UNE ECONOMIE NATIONALE? CHAP 2 COMMENT FONCTIONNE UNE ECONOMIE NATIONALE? Itroductio : La comptabilité atioale: ue représetatio de l'écoomie atioale 1. Si le iveau microécoomique s'itéresse aux comportemets des idividus et des

Plus en détail

Statistique Numérique et Analyse des Données

Statistique Numérique et Analyse des Données Statistique Numérique et Aalyse des Doées Arak DALALYAN Septembre 2011 Table des matières 1 Élémets de statistique descriptive 9 1.1 Répartitio d ue série umérique uidimesioelle.............. 9 1.2 Statistiques

Plus en détail

Risque de longévité et détermination du besoin en capital : travaux en cours

Risque de longévité et détermination du besoin en capital : travaux en cours Risque de logévité et détermiatio du besoi e capital : travaux e cours Frédéric PLANCHET ISFA Laboratoire SAF Versio.6 / Septembre 2008 Sommaire La prise e compte de l expériece propre au groupe das l

Plus en détail

Initiation à l analyse factorielle des correspondances

Initiation à l analyse factorielle des correspondances Fiche TD avec le logiciel : tdr620b Iitiatio à l aalyse factorielle des correspodaces A.B. Dufour & M. Royer & J.R. Lobry Das cette fiche, o étudie l Aalyse Factorielle des Correspodaces. Cette techique

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Modèle économétrique sur le choix de véhicules des ménages. n 31. Janvier 2011

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Modèle économétrique sur le choix de véhicules des ménages. n 31. Janvier 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE 31 Javier 2011 TRANSPORT Études & documets Modèle écoométrique sur le choix de véhicules des méages ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Service de l écoomie, de l évaluatio

Plus en détail

LES PROBABILITÉS POUR LES OPTIONS B, C ET D

LES PROBABILITÉS POUR LES OPTIONS B, C ET D LES PROBABILITÉS POUR LES OPTIONS B, C ET D PRÉPARATION À L AGRÉGATION EXTERNE DE MATHÉMATIQUES DE L UNIVERSITÉ RENNES 1 1 ANNÉE 2009/2010 1. ESPACE PROBABILISÉ - VARIABLE ALÉATOIRE 1.1 ESPACE PROBABILISÉ

Plus en détail

Les études. Recommandations applicables aux appareils de levage "anciens" dans les ports. Guide Technique

Les études. Recommandations applicables aux appareils de levage anciens dans les ports. Guide Technique es Cetre d Etudes Techiques Maritimes et Fluviales Les études Recommadatios applicables aux appareils de levage "acies" das les ports Guide Techique PM 03.01 Cetre d Etudes Techiques Maritimes et Fluviales

Plus en détail

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot

Examen final pour Conseiller financier / conseillère financière avec brevet fédéral. Recueil de formules. Auteur: Iwan Brot Exame fial pour Coseiller fiacier / coseillère fiacière avec brevet fédéral Recueil de formules Auteur: Iwa Brot Ce recueil de formules sera mis à dispositio des cadidats, si écessaire. Etat au 1er mars

Plus en détail

Chapitre 13. Statistiques et probabilités. Sommaire

Chapitre 13. Statistiques et probabilités. Sommaire 13 Chapitre Chapitre 13 Statistiques et probabilités Les statistiques et les probabilités occupet ue place importate das l eseigemet de certaies classes préparatoires Les pricipales foctios écessaires

Plus en détail