Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation Bâtiment Durable : ENERGIE"

Transcription

1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Assurer une bonne étanchéité à l air de l enveloppe dans les bâtiments neufs et en rénovation Aline Branders PLATE-FORME MAISON PASSIVE asbl

2 Objectifs de la présentation Présenter la logique de mise en œuvre de l étanchéité a l air d un ba timent. Passer en revue les différents points d attention lors de la conception et mise en œuvre de l étanchéité a l air d un ba timent 2

3 Plan de l exposé Principes De la conception au chantier Enveloppe du bâtiment Installations techniques Ce qu il faut retenir de l exposé Aller plus loin 3

4 Plan de l exposé Principes De la conception au chantier Enveloppe du bâtiment Installations techniques Ce qu il faut retenir de l exposé Aller plus loin 4

5 Principes Echelle du bâtiment Isolation Echelle du détail Etanchéité À l air Ventilation Ponts thermiques Transferts de vapeur d eau 5

6 Principes 20 C 4 C Vp : 1650 Pa Vp : 800 Pa 6

7 Principes Pourquoi rendre étanche? (rappel) 4 raisons principales Limiter les pertes d énergie Protéger la construction Favoriser le bon fonctionnement de la ventilation Augmenter le confort 7

8 Principes Mesure de l étanchéité à l air (rappel) L étanchéité a l air ne se calcule pas, elle se mesure. Méthode : Test de pressurisation ou d infiltrométrie ou encore Test Blower Door. Ce test est le seul moyen pour déterminer avec précision les pertes par in/exfiltration Source : 8

9 14 cm 1m Fente de 1 mm U = 0.3 W/m²K > U = 1.44 W/m²K! Soit 4.8 x plus mauvais 3 cm 1m

10 Principes Détections des fuites (rappel) Thermographie infrarouge Anémomètre Fumée artificielle (surpression et dépression) 10

11 Principes Valeurs de mesure (rappel) V 50 [m 3 /h] Débit de fuite a travers l enveloppe du ba timent (différence de pression de 50 Pa) v 50 [m 3 /h.m 2 ] Perméabilité de l enveloppe = débit de fuite rapporté a la surface d enveloppe (différence de pression de 50 Pa) Encodage dans le logiciel PEB (Valeur par défaut : 12) n 50 [m 3 /h.m 3 ou 1/h] Taux de renouvellement = débit de fuite rapporté au volume intérieur du ba timent = nombre de volumes d air renouvelés par heure (différence de pression de 50 Pa) Encodage dans le logiciel PHPP (Valeur max : 0,6) 11

12 Principes Définition du volume étanche Sur chaque plan et coupe du bâtiment, pouvoir faire un trait continu indiquant la limite d étanchéité a l air Volume isolé = volume étanche a l air 12

13 Principes Choix des matériaux pour l étanchéité Dépend du système constructif : Construction traditionnelle Enduit = barrière étanche Attention a la composition et mise en œuvre de l enduit pour éviter les risques de fissures Membrane ad-hoc aux raccords 13

14 Source : info-fiches ENE10 - IBGE Principes Choix des matériaux pour l étanchéité Dépend du système constructif : Construction ossature bois ANTICIPATION! OSB (!) + membrane ad-hoc Pare- ou freine-vapeur = barrière étanche Prévoir contre-cloison 14

15 Plan de l exposé Principes De la conception au chantier Enveloppe du bâtiment Installations techniques Ce qu il faut retenir de l exposé Aller plus loin 15

16 De la conception au chantier Bonne communication Tous les intervenants doivent être conscients de l enjeu (réunion le plus tôt possible) Encourager le dialogue entrepreneur-architecte et entre corps de métier Comprendre et expliquer pour ne pas se tromper Signaler les modifications par rapport aux prescriptions La réalisation du test en présence des ouvriers est une bonne chose pour les aider a identifier et ne pas reproduire les erreurs. 16

17 De la conception au chantier Conception Réfléchir systématiquement à tous les raccords, si possible en partenariat avec l entrepreneur Réaliser un carnet de détails Définir précisément «qui fait quoi quand» 17

18

19 De la conception au chantier Cahier des charges Ne pas se contenter de prescrire une performance à atteindre Décrire l ensemble des moyens mis en œuvre Ne pas écrire : «Le raccord entre la baie et le châssis doit être étanche». Mais: «Des bandes d étanchéité autocollantes doivent être appliquées entre le châssis et la maçonnerie ; la colle de cette bande soit compatible avec les matériaux mis en œuvre ; les bandes doivent être appliquées avant la pose du châssis». Ne pas avoir peur de se répéter 19

20 20

21 De la conception au chantier Chantier Mise en œuvre rigoureuse et soignée, selon prescription du fabricant Contrôle de chantier adapté Coordination importante! Test Blower Door intermédiaire + à la réception de chaque lot. 21

22 De la conception au chantier Réception et mise en service Réception conditionnée par le test Blower Door S assurer de la conformité des détails qui figureront dans le DIU en vue d éviter tout percement de la barrière étanche a l avenir Guide d utilisateur (exemple : projet l Espoir) 22

23

24

25 Plan de l exposé Principes De la conception au chantier Enveloppe du bâtiment Installations techniques Ce qu il faut retenir de l exposé Aller plus loin 25

26 Enveloppe du bâtiment Raccord toiture / mur extérieur Raccord sec Raccord humide Source : isoproc Source : isoproc 26

27 Enveloppe du bâtiment Raccord toiture / mur intérieur Raccord sec Raccord humide Source : cstc Source : cstc 27

28 Enveloppe du bâtiment Raccord au niveau de la charpente Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) 28

29 Enveloppe du bâtiment Raccord toiture plate Source : cstc 29

30 Enveloppe du bâtiment Percements Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) 30

31 Enveloppe du bâtiment Percements Application d un produit liquide d étanchéité à l air 31

32 Enveloppe du bâtiment Raccord mur/fenêtre Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) 32

33 Enveloppe du bâtiment Raccord mur/fenêtre Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) 33

34 Enveloppe du bâtiment Raccord mur/fenêtre Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) 34

35 Enveloppe du bâtiment Raccord mur/fenêtre Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) 35

36 Enveloppe du bâtiment Châssis en lui-même Minimum double frappe Classe 4 très large Attention aux coulissants Attention châssis trop hauts 36 Source : cstc

37 37

38 Jonctions chassis 38

39 39

40 40

41 Enveloppe du bâtiment Châssis en lui-même En rénovation «classée» 41 Source : A2M dans fiche-info ENE10-IBGE

42

43 Enveloppe du bâtiment Raccord porte d entrée Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) 43

44 Enveloppe du bâtiment Raccord plancher / mur Illustration : contact 2012/1 CSTC 44

45 Enveloppe du bâtiment Raccord plancher / mur

46 Enveloppe du bâtiment Raccord dalle/mur Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) 46

47 Enveloppe du bâtiment Raccordements électriques Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) Source : info-fiche ENE10 - IBGE 47

48 Enveloppe du bâtiment Continuité (maçonnerie) Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) 48

49 Enveloppe du bâtiment Continuité (maçonnerie) Porte intérieure à proximité d une façade Source : cstc Source : cstc 49

50 Enveloppe du bâtiment Continuité (ossature) Source : guide pour la conception des maisons neuves durables (arch. et climat) Source : pmp 50

51 Enveloppe du bâtiment Cas particulier : points d attention Garage : A priori pas dans le volume protégé! Mais possibilité de ventiler via la VMC Locaux nécessitant une ventilation : Poubelles Compteurs gaz Accès aux espaces adjacents non chauffés Comble, garage, etc. Attention a ne pas oublier l étanchéité a l air! 51

52 Enveloppe du bâtiment Cas particulier : points d attention Hotte Sans rejet vers l extérieur (a charbon pour le logement ou à compensation pour les plus gros systèmes) Cassette à bois et autres systèmes de chauffage Etanches a l air Ascenseur Clapet de ventilation automatique Boites aux lettres Au-delà de la barrière étanche! Chatière Pas possible ;-) 52

53 Enveloppe du bâtiment Cas particulier : boite aux lettres Maison unifamiliale : Au-delà de la barrière étanche! (ou dispositif particulier) Grands ensembles : Sas accessible au facteur (dans ou hors de l espace chauffé) 53

54 Enveloppe du bâtiment Cas particulier : chatière Chatière classique pas étanche Il existe des systèmes à fermeture magnétique Source : Source : 54

55 Plan de l exposé Principes De la conception au chantier Enveloppe du bâtiment Installations techniques Ce qu il faut retenir de l exposé Aller plus loin 55

56 Installations techniques Chauffage central En général : emplacement de la chaudière de manière à limiter les percements Idéal : Si chaudière étanche (type C) et puissance nominale < à 70 kw, alors la placer a l intérieur du volume protégé. Si pas, la placer hors du volume protégé. 56 Source :

57 Installations techniques Appareil au gaz (type A) Type A = chambre de combustion ouverte Exemple : chauffe-eau À placer hors du volume protégé Problème de la cuisinière au gaz! 57

58 Installations techniques Chauffage individuel Les poêles, insert, feux ouverts, etc. avec chambre de combustion ouverte difficilement compatibles avec l obtention d une performance d étanchéité élevée Il existe des cassettes au bois ou pellets étanches a l air. Prise extérieure et rejet vers l extérieur. 58

59 Installations techniques Réseaux divers Ventilation Groupe dans ou hors du volume protégé Principe : Limiter le nombre de percements et la distance entre le groupe et la barrière étanche Electricité Gaz Tableau général dans l espace chauffé (moins de percement en amont) Compteur a l extérieur du volume protégé 59

60 Installations techniques Hotte La mise en route d une hotte peut conduire a des dysfonctionnements Forts débits dans les pièces principales à des moments où on n en a pas besoin (-> pertes d énergie) Inversion des débits en sdb et wc (! Qualité de l air) Dépression élevée dans l ensemble du logement Mauvais fonctionnement du tirage de la hotte Solutions : Petites installations : hotte à filtre à charbon sans rejet vers l extérieur (! Entretien) Grandes installations : hotte à compensation (amenée d air équivalente a la quantité d air extrait) Dans tous les cas : ne pas raccorder la hotte sur le système de ventilation hygiénique! 60

61 Installations techniques Gaines techniques et d ascenseur Prévention incendie : ventilation naturelle suffisante >< performances élevées étanchéité à l air Idéal : sortir les gaines techniques et les ascenseurs du volume protégé Si pas possible, l AR propose des solutions de compartimentage (cf CSTC contact 2012/1) Ascenseur : ouverture munie d un clapet motorisé 61

62 Installations techniques Gaines techniques et d ascenseur 62

63 Plan de l exposé Principes De la conception au chantier Enveloppe du bâtiment Installations techniques Ce qu il faut retenir de l exposé Aller plus loin 63

64 Ce qu il faut retenir de l exposé Le besoin de chauffage dépend fortement de l étanchéité a l air du ba timent L étanchéité est a prendre en compte dès la conception (pas seulement une question de chantier!) L implication de tous les intervenants est cruciale et conditionne le succès Il existe des solutions techniques pour tous les cas de figure, mais la simplicité du détail favorise sa bonne exécution et son étanchéité a l air. 64

65 Plan de l exposé Principes De la conception au chantier Enveloppe du bâtiment Installations techniques Ce qu il faut retenir de l exposé Aller plus loin 65

66 Outils, sites internets, etc. intéressants : Guide pratique pour la construction et la rénovation durables de petits bâtiments (fiche ENE10) ble Fiches bâtiments exemplaires (fiches 1.1. et 1.2.) ers/informer.aspx?id=4640 Guide pour la conception de maisons neuves durables 66

67 Outils, sites internet, etc. intéressants : CSTC contact 2012/01 : Spécial étanchéité a l air ntact&doc=contact_fr_01_2012.pdf&lang=fr Memento étanchéité (ADEME / CETE Lyon) 67

68 Contact Aline Branders architecte A2M pmp asbl 071 / (permanence technique de 9h à 12h les lu-ma-je-ve) ou 68

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement ETANCHEITE A L AIR : INTRODUCTION THEORIQUE Aline Branders A 2 M Objectifs de la présentation Définir les notions relatives à l étanchéité Montrer

Plus en détail

Les secrets d une bonne étanchéité à l air

Les secrets d une bonne étanchéité à l air Les secrets d une bonne étanchéité à l air 18/03/2014 Cycle énergie CCW-CSTC 18/03/2014 - Page 1 Partie 1: Généralités - Qu est-ce que l étanchéité à l air? - Intérêts à rendre un bâtiment étanche à l

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie

Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie (Responsable Energie) Bruxelles Environnement Diagnostic de l étanchéité à l air Pierre Demesmaeker ICEDD Objectif(s) de la présentation Attirer l attention

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable. Bruxelles Environnement. Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey. De VROEY s.p.r.l.

Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable. Bruxelles Environnement. Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey. De VROEY s.p.r.l. 1 Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable Bruxelles Environnement Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey De VROEY s.p.r.l. 1 Objectif(s) de la présentation Donner un sens à l étanchéité

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments

Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments Formation CCBC Etanchéité à l air des bâtiments Session: Rénovation Clarisse Mees, Ir. Arch. CSTC - Division Energie et Bâtiment Clarisse.mees@bbri.be 1 er février 2012 1 Préambule: Qu est-ce que l étanchéité

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace, Bois et Habitat Namur Mars 2011 André BAIVIER isoproc le principe

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

Les 5 à 7 de l éco-construction

Les 5 à 7 de l éco-construction Les 5 à 7 de l éco-construction Retrouvez les conférences sur www.ifb42.com La RT2012 Le confort d été Performances des menuiseries extérieures Humidité et transfert de vapeur d eau dans les parois Les

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC 1 Le LABEL BBC «effinergie» en MI Passe par 2 obligations Choix constructif et technique Structure Isolation Ventilation Source de chauffage Production

Plus en détail

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre Coordination du lot transversal d étanchéité à l air : l ingénierie concourante Quelques astuces chantier : Chaque interface entre les lots ou interruption de la continuité d étanchéité, doivent être recueillis

Plus en détail

pmp pmp Les principes d une maison passive

pmp pmp Les principes d une maison passive Les principes d une maison passive Le 29 novembre 2010 Energie & Habitat Namur Adeline Guerriat Plate-forme Maison Passive 1.Le standard passif 2. Aspect technique 3. Aspect financier 4. Aspect architectural

Plus en détail

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES TOITS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

Maîtrise de l étanchéité à l air - le rôle d un bureau d études -

Maîtrise de l étanchéité à l air - le rôle d un bureau d études - Maîtrise de l étanchéité à l air - le rôle d un bureau d études - Mardi 20 Novembre 2012 EURECA sprl Matthieu BOURGEOIS www.eureca-net.be info@eureca-net.be 0478 96 86 07 / 0486 90 80 07 Rue Petit Babin,

Plus en détail

Votre assistant en. maîtrise de l énergie

Votre assistant en. maîtrise de l énergie Votre assistant en maîtrise de l énergie Pour nous contacter Siège Social : 40 rue du Général de Gaulle - 53800 Renazé 02 43 06 38 55 Agence Laval : Bd de la Communication 53950 Louverné 02 43 49 81 52

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail

Fiche 1.2 : L'étanchéité à l air

Fiche 1.2 : L'étanchéité à l air Rapport technique - Bâtiments exemplaires Architectes et professionnels du secteur de la construction Fiche 1.2 : L'étanchéité à l air L'étanchéité à l'air : qui fait quoi? Plus d infos : http://www.bruxellesenvironnement.be/batimentsexemplaires

Plus en détail

Comment construire une maison en béton économiquement BBC?

Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Réalisation du second œuvre, des équipements et du test de perméabilité à l air (4/4) Réalisation du second œuvre Pose des menuiseries Menuiseries

Plus en détail

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Général niveau 2. Introduction. Comment construire étanche

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Général niveau 2. Introduction. Comment construire étanche Étanchéité à l air Sessions d information pratiques Général niveau 2 Laurent Lassoie CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 2012 Introduction Comment construire étanche 2012 Etanchéité

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement ISOLATION DE L ENVELOPPE Gauthier KEUTGEN ICEDD asbl Objectif(s) de la présentation Attirer l attention sur

Plus en détail

Evolution des exigences réglementaires de consommation énergétique des bâtiments neufs : une rupture opérée par le Grenelle Environnement

Evolution des exigences réglementaires de consommation énergétique des bâtiments neufs : une rupture opérée par le Grenelle Environnement SEMIN TECHNIC, étanchéité à l air ] Étanchéité à l air Les murs extérieurs, plancher, toiture, portes et fenêtres constituent l enveloppe d un bâtiment. C est elle qui sépare le milieu intérieur du milieu

Plus en détail

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur

Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur Rénovation d une maison ouvrière bruxelloise Laurent Collignon David Dardenne 1040 Bruxelles 1 Situation Maison ouvrière bruxelloise de la fin du 19e siècle, située au coeur d E t t e r b e e k. Sa localisation

Plus en détail

Newsletter Label Promotelec Performance

Newsletter Label Promotelec Performance OCTOBRE 2013 Certification, visites sur site et écarts récurrents sur les installations de VMC 1. Certification, visites sur site et écarts récurrents Fort de 130000 logements neufs visités à ce jour,

Plus en détail

Etape n 10 : Test d étanchéité à l air

Etape n 10 : Test d étanchéité à l air Etape n 10 : Test d étanchéité à l air Le test d étanchéité à l air Les travaux de gros œuvre et une grande partie du second œuvre sont terminés. Avant de s attaquer aux finitions, un test d étanchéité

Plus en détail

Etanchéité à l air. Conséquences d une mauvaise étanchéité

Etanchéité à l air. Conséquences d une mauvaise étanchéité Etanchéité à l air La transposition de la directive européenne PEB dans le droit belge a donné lieu à de nouvelles réglementations. Un des principaux volets est l obligation, dès 2020, que tous les nouveaux

Plus en détail

FAITES VITE! VOTRE LOGEMENT FUIT!

FAITES VITE! VOTRE LOGEMENT FUIT! L'étanchéité à l'air des logements FAITES VITE! VOTRE LOGEMENT FUIT! Alain DEZELUT, Chargé de mission bâtiment Grenelle DDT du Val-d'Oise 1 L'étanchéité à l'air des logements SOMMAIRE -7 raisons de s'intéresser

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Bâtiment isolé thermiquement Bâtiment étanche à l air La chaleur est conservée Bâtiment avec ventilation efficace Objectif

Plus en détail

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 24330 Saint Laurent-sur-Manoire, Dordogne web : www.odetec.fr Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 Sources des illustrations : Réglementation thermique «Grenelle

Plus en détail

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Dans le numéro précédent, nous avons approfondi la problématique de l étanchéité à l air en parcourant les raisons pour lesquelles il était tout aussi

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes Étanchéité à l air Sessions d information pratiques Électriciens, sanitaristes, chauffagistes Lassoie Laurent CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 2012 Introduction Mesure de l étanchéité

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Le secteur de la construction face aux défis climatiques

Le secteur de la construction face aux défis climatiques Isolation thermique: étape préliminaire dans tout projet de production de chaleur Agenda O. Vandooren (CSTC) Le secteur de la construction face aux défis climatiques Isolation renforcée des bâtiments:

Plus en détail

Règlementation Thermique 2012

Règlementation Thermique 2012 Mme COSSET M. TREMELET M. OLAGNIER Règlementation Thermique 2012 Connaître ses limites pour mieux l appliquer RT 2012 : pour quels bâtiments? Application pratique difficile pour l instant! Cas des restructurations

Plus en détail

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air 1 Nouvelles exigences 2 Nouvelles exigences 50 KWh/an/m² BEPOS (Bat Energie positive) Bâtiment passif RT 2012 (ex niveau BBC) RT 2005 Moyenne

Plus en détail

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien

Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Ventilation mécanique : Mesure et réglage des débits; Hygiène, encrassement et entretien Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Mesure des débits 1 Kitchen Toilet

Plus en détail

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Depuis de nombreux mois, nous avons parcouru ensemble pas à pas les différents aspects qui permettent d isoler au mieux un bâtiment. Nous avons ainsi analysé

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

Votre spécialiste ventilation

Votre spécialiste ventilation Votre spécialiste ventilation Séance d information Energie & Construction Le 7 octobre 2014 Bonjour Je me présente Serge Hermans, Gérant de SHS Ventilation sprl, petite entreprise spécialisée dans l installation

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Blower Door. Cette formation s'adresse aux gérants d entreprise, gestionnaires de chantiers et conducteurs de travaux actifs dans le bâtiment.

Blower Door. Cette formation s'adresse aux gérants d entreprise, gestionnaires de chantiers et conducteurs de travaux actifs dans le bâtiment. Blower Door Dans cette formation de 2 jours, les entrepreneurs apprendront à contrôler l étanchéité à l air durant les travaux afin d assurer un bon résultat final. Les explications théoriques approfondies

Plus en détail

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix Les P r o d u i t s facilité d intégration facilité d installation gains énergétiques renforcés : rendement stable quelle que soit la température

Plus en détail

Bilan d exploitation

Bilan d exploitation Rénovation Energétique du Bâtiment Municipal à UGINE 21/01/2009 Bilan d exploitation Réalisé le 19 Mars 2012 à Saint Etienne 14/10/2010 Période réalisation des travaux : du 15 Avril 2010 au 21 Octobre

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich Assurance qualité Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS C Analyse thermographique 3 Analyse thermographique

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Mesure de l étanchéité à l air des bâtiment

Mesure de l étanchéité à l air des bâtiment Mesure de l étanchéité à l air des bâtiment Décembre 2011 Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Préparation du bâtiment

Plus en détail

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E Charline Boyer 02 545 58 35 charline.boyer@confederationconstruction.be M O D U L E S G É N É R A U X I N I T I A T I O N S 1. E CO-

Plus en détail

Etanchéité à l air et au vent en rénovation

Etanchéité à l air et au vent en rénovation Etanchéité à l air et au vent en rénovation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 20 novembre 2012 Gembloux Triangle inséparable Isolation Etanchéité à l air Ventilation 1 étanchéité à l air du côté intérieur

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Qui sommes nous? Un spécialiste du diagnostic post construction Diagnostic Performance Energétique Obligatoire pour toutes

Plus en détail

Table des matières générale 1

Table des matières générale 1 Table des matières générale page 1 Table des matières générale 1 0 - Clauses communes Chap. 1 - Clauses générales pour opérations à lot unique 1/1 Définition de l opération Réglementations Lots 1/2 Spécifications

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 Etanchéité à l air RT 2012 rappel Objectif de la RT 2012 Réduire les consommations d énergie et les émissions de gaz à effet de serre Cep < 50 kwh/m 2 /an

Plus en détail

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous!

LA RT 2012. Marre. Énergie trop chère Isolons. nous! d avoir froid. nous! Remboursez nous! Marre d avoir froid Énergie trop chère Isolons nous! Isoler plus pour dépenser moins LA RT 2012 OU COMMENT RÉDUIRE MES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES EN CONSTRUISANT MA MAISON DANS LE RESPECT DE

Plus en détail

ALLIANCE & CONFORT+ DOSSIER DE PRESSE. Augmenter le rendement de l appareil de chauffage au bois et diminuer la facture énergétique

ALLIANCE & CONFORT+ DOSSIER DE PRESSE. Augmenter le rendement de l appareil de chauffage au bois et diminuer la facture énergétique DOSSIER DE PRESSE MARS 2015 ALLIANCE & CONFORT+ Augmenter le rendement de l appareil de chauffage au bois et diminuer la facture énergétique www.fcba.fr Cheminées Poujoulat, leader européen des systèmes

Plus en détail

Quelles solutions de ventilation pour la rénovation des bâtiments résidentiels? Pourquoi? Comment? Quels retours d expérience?

Quelles solutions de ventilation pour la rénovation des bâtiments résidentiels? Pourquoi? Comment? Quels retours d expérience? 1 Quelles solutions de ventilation pour la rénovation des bâtiments résidentiels? Pourquoi? Comment? Quels retours d expérience? Bruxelles Environnement Conception et entretien des systèmes de ventilation

Plus en détail

DESCRIPTIF DES TRAVAUX

DESCRIPTIF DES TRAVAUX DESCRIPTIF DES TRAVAUX MAISON BASSE ENERGIE 27-02-2012 I. Gros-oeuvre fermé I.1. Gros-oeuvre Terrassement, fondations, maçonnerie, plancher et seuils Citerne eau de pluie de 6000 litres I.2. Ossature Ossature

Plus en détail

Diagnostic du logement

Diagnostic du logement Diagnostic du logement Mise à jour novembre 2014 Fiche réalisée par Héliose Les 5 clés de la basse consommation ❶ Isolation de l enveloppe ❺ Energies renouvelables ❷ Ventilation et étanchéité à l air ❹

Plus en détail

Etanchéité à l air, fondamentale mais souvent négligé

Etanchéité à l air, fondamentale mais souvent négligé Isoler pour demain Une bonne isolation: plus qu une question d épaisseur! Historique 2001: Paul Eykens lance isoproc: 2004: Croissance annuelle avec doublement du chiffre d affaires Etanchéité à l air,

Plus en détail

Performance Energétique du Bâtiment et RT2012

Performance Energétique du Bâtiment et RT2012 Performance Energétique du Bâtiment et RT2012 5 juin 2012 ORLEANS Opération réalisée avec le soutien financier de l Union Européenne, de l Etat et de la Région Centre : Programme La Règlementation Thermique

Plus en détail

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires

RT2012. News. News. www.samse.fr. Ensemble pour la. Ensemble pour la. www.samse.fr. Avec SAMSE et ses partenaires Vous devez fournir les attestations de PC et de fin de travaux Attestation au depôt de pc : 1 Votre extension doit respecter les exigences de la élément par élément Attestation fin de travaux : Cette attestation

Plus en détail

OZEO. L éco-fl exibilité Nouvelle VMC Hygroréglable -80% Créateur-Par tenaire en Ventilation SYSTÈME BREVETÉ. À partir de 7,9 Watts ThC.

OZEO. L éco-fl exibilité Nouvelle VMC Hygroréglable -80% Créateur-Par tenaire en Ventilation SYSTÈME BREVETÉ. À partir de 7,9 Watts ThC. Créateur-Par tenaire en Ventilation À partir de 7,9 Watts ThC Économie Jusqu à -80% Consommation SYSTÈME BREVETÉ OZEO L éco-fl exibilité Nouvelle VMC Hygroréglable Soler&Palau Ventilation Group Ventilation

Plus en détail

Jeudi de L ALEL. Enjeux. Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1

Jeudi de L ALEL. Enjeux. Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1 Jeudi de L ALEL L étanchéité à l air des bâtiments Enjeux Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1 Sommaire 1. Contexte Exigence de confort Crise énergétique Crise climatique Des bâtiments performants 2. Perméabilité

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts»

Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts» Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts» Secteur Construction Ir. Aymé ARGELES Conseiller CCW Historiques des réglementations «énergie» en Belgique 1985 (1/5) : Région wallonne:

Plus en détail

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Bruxelles Environnement A la recherche des meilleures combinaisons techniques pour réduire les coûts des bâtiments HPE Antoine HUPIN

Plus en détail

Se chauffer aux granulés de bois

Se chauffer aux granulés de bois Se chauffer aux granulés de bois Réglementation et règles de l art pour la mise en œuvre des poêles & chaudières à granulés www.propellet.fr CADRE GENERAL Se chauffer aux granulés de bois DEBOUCHE DU CONDUIT

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables

Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Formation Bâtiment Durable : Suivi et monitoring des bâtiments durables Bruxelles Environnement DEMARCHE ET ACTIONS D OPTIMISATION DE LA GESTION Anne-Laure MAERCKX Cenergie cvba Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE

POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE 1 POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE L installation d une porte étanche ne doit pas perturber le renouvellement de l air. Dans de rares cas (ex : petits volumes, autres ouvrants trop petits), la forte

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

RENOUVELER L AIR DES BÂTIMENTS Qualité de mise en œuvre des systèmes de ventilation en résidentiel et tertiaire - Constat et analyse

RENOUVELER L AIR DES BÂTIMENTS Qualité de mise en œuvre des systèmes de ventilation en résidentiel et tertiaire - Constat et analyse RENOUVELER L AIR DES BÂTIMENTS Qualité de mise en œuvre des systèmes de ventilation en résidentiel et tertiaire - Constat et analyse Fabrice RICHIERI - CETE du Sud-Ouest Rappel du contexte réglementaire

Plus en détail

Home Passive Home. La rénovation passive, basse et très basse énergie des maisons bruxelloises Bruxelles Environnement

Home Passive Home. La rénovation passive, basse et très basse énergie des maisons bruxelloises Bruxelles Environnement 1 Home Passive Home La rénovation passive, basse et très basse énergie des maisons bruxelloises Bruxelles Environnement Les valeurs patrimoniales des maisons bruxelloises Atouts et contraintes pour une

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

ISOPROTECT. Le panneau en fibres de bois ISOVER.

ISOPROTECT. Le panneau en fibres de bois ISOVER. ISOPROTECT. Le panneau en fibres de bois ISOVER. Une combinaison intelligente de matériaux. Depuis près de 80 ans, Saint-Gobain ISOVER SA produit des isolants à hautes performances en laine de verre dans

Plus en détail

BTS. Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe :

BTS. Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe : BTS Réglementation des chaufferies de plus de 70kW. Implantation des ventilations et conduits de cheminée. Nom : Prénom : Classe : 1 le local chaufferie : Implantation : Différents types d Implantation

Plus en détail

Soutiens offerts en Région de Bruxelles-Capitale Primes énergie pour le secteur résidentiel-particuliers

Soutiens offerts en Région de Bruxelles-Capitale Primes énergie pour le secteur résidentiel-particuliers Soutiens offerts en Région de Bruxelles-Capitale Primes énergie pour le secteur résidentiel-particuliers Guillaume Amand Agence Bruxelloise de l Energie ABEA Confédération Construction Bruxelles-Capitale

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS

COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS COEFFICIENTS THERMIQUES/MODULES MURS COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS Panneaux de murs extérieurs avec isolation thermique de 300mm et coefficient U=0,140 W/m²K 1. Crépis décoratif 2. L entoilage en fibre

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Energie & Habitat 2010 Rénovation d une maison unifamiliale en maison passive Rue des Archives 28 1170 BOITSFORT low-a.be

Energie & Habitat 2010 Rénovation d une maison unifamiliale en maison passive Rue des Archives 28 1170 BOITSFORT low-a.be Archives 28 Rénovation d une maison unifamiliale Une maison passive en ville? Logique Raphaël Tilman architecte maître de l ouvrage Low-a.be Implantation Situation existante Choix énergétiques isolation

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Les étapes à respecter pour récupérer un immeuble ancien

Les étapes à respecter pour récupérer un immeuble ancien détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 L immeuble neuf pour un syndic La préparation à la mise en route d un immeuble neuf La réception d un ouvrage neuf...22310.0369 7 La livraison de l ouvrage neuf....22310.0370

Plus en détail

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Jean-Louis CAPOU Président de Syneole 93 Rue Jean Jaurès 33500 Libourne

Plus en détail

ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE

ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE L ATELIER DE LA GRANGE EN QUELQUES MOTS L Atelier de la Grange est une équipe de 12 personnes, implantée en zone rurale, à Daverdisse,

Plus en détail

Le passif et le bois. Etienne Vekemans, président La Maison Passive France. Contact : postmaster@lamaisonpassive.fr. La Maison Passive Service

Le passif et le bois. Etienne Vekemans, président La Maison Passive France. Contact : postmaster@lamaisonpassive.fr. La Maison Passive Service Le passif et le bois Etienne Vekemans, président La Maison Passive France La Maison Passive Service 1 Contact : postmaster@lamaisonpassive.fr Sommaire: le passif et le bois, un matériau et un concept faits

Plus en détail