VERIFICATION DES PRESTATIONS FOURNIES PAR LES FORMATIONS SANITAIRES AUX MUTUELLES DE SANTE DE SA A, OBALA, ESEKA & FOUMBAN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VERIFICATION DES PRESTATIONS FOURNIES PAR LES FORMATIONS SANITAIRES AUX MUTUELLES DE SANTE DE SA A, OBALA, ESEKA & FOUMBAN"

Transcription

1 Programme Germano Camerounais de Santé SIDA (PGCSS) Volet Micro Assurance et Mutuelles de Santé (MAMS) N du projet: Dossier n Projet : PGCSS/MAMS N du contrat: 020/2009 VERIFICATION DES PRESTATIONS FOURNIES PAR LES FORMATIONS SANITAIRES AUX MUTUELLES DE SANTE DE SA A, OBALA, ESEKA & FOUMBAN Niveau de l activité : Rapport final Auteur : Njoh Njoh, P.Kopnang & G.Eppel Niveau de l activité : Rapport final CONSULTANT Dr Njoh Njoh Médecin Conseil fr. Tél :

2 SOMMAIRE RESUME I- INTRODUCTION- CONTEXTE & JUSTIFICATION DE LA MISSION II- ORGANISATION DE LA MISSION.15 III- METHODOLOGIE de travail IV-DEROULEMENT de la MISSION A- Mutuelle de santé d Obala B- Mutuelle de santé de Sa a C- Mutuelle de santé d Eséka D- Mutuelle de santé de Foumban V- CONSTATS GENERAUX VI- COUT GLOBAL MOYEN DES SOINS VII-COMPARAISON GERALE DES PRATIQUES AUX NORMES & STANDARDS..52 VIII-RECOMMANDATIONS IX-ORIENTATIONS EN VUE D AIDER LES MUTUALISTES DANS LES NEGOCIATIONS AVEC LES FS X-CONCLUSION GENERALE 54 Page 2 sur 54

3 RESUME 1 Introduction Afin de réduire l effet de la barrière financière sur l accès aux soins de qualité des populations vulnérables, la stratégie sectorielle de santé dès son élaboration (2001) prévoyait déjà de couvrir par des mutuelles de santé 40% de la population en 10 ans. Lors de l adoption du plan stratégique du développement des mutuelles de santé, l échéance a été décalée à 2015, en raison du retard pris par le processus. Les mutuelles sont confrontées à un problème d asymétrie de l information qui les empêche de bien négocier avec les formations sanitaires, la qualité des prestations offertes. Pour y remédier, elles doivent avoir recours aux services du conseiller médical. Ce dernier, en sa qualité de professionnel de la santé appréhende mieux les comportements des prestataires et peut déceler les anomalies dans les soins offerts et dans les coûts pratiqués. Ainsi du 11 mai au 16 mai 2009, une consultation de contrôle des prestations fournies par les formations sanitaires est organisée pour rechercher des informations sur l utilisation des services par les PVVIH & les mutualistes à la MS. Dans un deuxième temps mettre ces informations à la disposition des prestataires de soins et du volet MAMS, pour améliorer les comportements de recours et la qualité des services. Pour notre part l impossibilité d accéder aux documents cliniques limite quelque peu le champ d investigation permettant d apporter des réponses fermes à la plupart des questions. Par ailleurs l absence de certaines fiches de soins, (en grand nombre surtout pour les factures des soins aux PVVIH) n a pas permis une évaluation des coûts de soins par rubrique aux PVVIH. A titre d illustration 122 factures des PVVIH (HD de Sa a) ne sont pas accompagnées de fiches de soins! Enfin le mélange de factures non concernées par l analyse (factures avant mai 2008) venait ajouter à la confusion! En effet concernant particulièrement le VIH/SIDA, l accès aux dossiers des malades est d un apport crucial car le PGCSS prenant en charge la totalité des frais des soins des mutualistes, le mignon penchant à la surfacturation doit être recherché sans relâche. Enfin l arrivée dans l univers des MS de nouvelles unités nécessite un accompagnement assidu, si l on voudrait leur éviter les déboires de jeunesse connus hélas par leurs aînées. Page 3 sur 54

4 2 La méthodologie de travail Elle comprend deux grandes étapes : Première étape : -Lecture des contrats de prestations (disponibles) entre les mutuelles de santé (MS) concernées et les formations sanitaires (FS). -Lecture des rapports des médecins conseils locaux. -Regroupement des pièces (factures, fiches de soins & autres reçus de caisse, etc.) par MS puis par FS. -Elimination systématique des pièces ne relevant pas de la période d étude inscrite dans les termes de référence. Deuxième étape : -Analyse proprement dite par sondage des pièces de chaque MS. Stratégie de recherche d informations: Nous réaliserons simultanément : 1. Analyse des informations disponibles dans les documents fournis par les mutuelles. 2. Evaluation du coût des soins offerts aux mutualistes par les FS avec dans la mesure du possible : -Etablissement de moyennes de coûts global par FS et par MS. -Etablissement de moyennes de soins par rubrique par FS et par MS. A chaque étape une représentation est faite pour bien illustrer les données recueillies. 3. Comparaison des pratiques aux normes & standards en vigueur sur le plan national pour les soins non liés au VIH/SIDA et les soins aux PVVIH. 4. Proposition d orientations pour l appui des mutualistes lors des négociations avec les FS en cas de réclamations ou de renégociations des conventions. 5. Feed-back aux responsables du volet MAMS de la GTZ. Au total 613 factures + fiches de soins disponibles & autres reçus de caisse sont analysés. -Globalement, les factures se répartissent de la manière suivante : ~factures pour soins non liés au VIH/SIDA : 433 factures. ~factures pour le suivi des PVVIH : 180 factures. Page 4 sur 54

5 Répartition des factures par mutuelle de santé Mutuelle Nombre de factures Soins non liés au Soins aux PVVIH Total VIH/SIDA Obala 14 / 14 Sa a Eséka Foumban 05 / 05 Grand total But du sondage : Recherche des comportements de recours & appréciation de la qualité des prestations. 3 Constats Généraux D une manière générale les constats suivants reviennent très fréquemment dans le sondage des documents disponibles : -la Variation de la tarification des actes selon la FS : Cette situation impose l importance de disposer de la grille des prix des actes pour un bon suivi du coût des soins offerts. Ce n est malheureusement pas toujours le cas. -la non-signature par le bénéficiaire de la fiche de soins : Cette signature n est pas encore ressentie comme importante par les responsables des FS; pourtant elle permet d établir la confirmation éclairée du bénéficiaire du coût des soins. Ex : CSI de Leka (MS d Obala). Au total, le remplissage des documents fait problème dans presque tous les sites, même si c est à des degrés divers. -l absence de certains codes de bénéficiaires sur la liste des membres à jour: Ex : Mutuelle de santé de Sa a. Ce constat est préoccupant et soulève deux questions: -la MS prend-elle en charge des personnes non en règle? -ou alors, ces personnes étaient-elles à jour au moment des soins et la liste en notre possession ne couvre pas cette période ; dans ce cas il est indispensable de disposer de la liste de bénéficiaires à jour au moment de l offre des soins. -la Prise en charge parfois de pathologie chronique des bénéficiaires : Ex : Diabète au CSI de Polo-.Bénéficiaire n CESA 0655/01. -l absence de la liste des prix des actes de certaines FS : Ceci ne facilite pas la lisibilité dans la tarification Page 5 sur 54

6 Ex : Formations sanitaires de la mutuelle de Sa a (excepté HD Sa a). -L application d un partage des coûts quasi équitable par certaines FS: ~environ 47% pour le bénéficiaire contre 53% environ pour la MS. Ex : CS privé protestant d Elig Zogo. Cette pratique élève les coûts de soins surtout lorsque ce site fait de la chirurgie sans aucune information sur sa tarification. 4 Coût moyen global des soins dans les formations sanitaires liés aux MS : Il convient de distinguer deux types de soins : ~les soins non liés au VIH/SIDA. ~les soins de suivi offerts aux PVVIH, financés à 100%, par le PGCSS. 4.1 Soins non liés au VIH/SIDA Coût global : o A la charge de la MS pour les soins non liés au VIH/SIDA Coûts moyens à la charge de la MS Montant Obala Sa'a Eséka Foumban Notre constat : *Ces coûts ne sont qu une moyenne, et comme toujours dans ces cas ils masquent des disparités. Ainsi la MS d Obala a les coûts de soins non liés au VIH/SIDA les plus élevés soit FCFA en valeur absolue. Il convient cependant de relativiser le fait en raison du faible nombre de factures : 14. Page 6 sur 54

7 .le centre de santé d Elig Zogo (MS de Sa a) est le site le plus cher au vu des moyennes de coûts :.Moyenne à la charge de la MS= 7510 FCFA. A la charge du bénéficiaire Moyenne des coûts à la charge du bénéficiaire dans les MS Montant Obala 6690 Sa'a 1955 Eséka 2520 Foumban 2245 *La MS la plus chère est celle d Obala. -En observant la moyenne, les soins les moins chers sont offerts à Foumban. *En tenant compte du site, Elig Zogo (MS de Sa a) est parmi les sites les plus chers :.Moyenne de coût à la charge du bénéficiaire= FCFA..Moyenne de coût à la charge de la MS= FCFA. Coûts par rubrique de soins dans les mutuelles de santé : Mutuelle de Santé d Obala *Coûts moyens des soins par rubrique et par membre à la MS d Obala: -Soins non liés au VIH/SIDA : Rubrique Nombre de Coût total Moyenne FCFA factures FCFA Consultation Laboratoire Pharmacie Chirurgie Hospitalisation Soins (Injections, pose de perfusion, etc.). Page 7 sur 54

8 -Coût moyen de la consultation : 1310 FCFA. -Coût moyen des médicaments : FCFA. -Coût moyen des examens de laboratoire : 7645 FCFA. -Coût des soins : 750 FCFA. Diagramme sectoriel du coût des soins par rubrique à la MS d Obala : Mutuelle de Santé de Sa a : *Coûts moyens des soins par rubrique et par membre à la MS de Sa a : -Soins non liés au VIH/SIDA : -Coût global des global soins= FCFA. Rubrique Nombre de Coût total FCFA Moyenne FCFA factures Consultation Laboratoire Pharmacie radiographie Hospitalisation Soins (Injections, pose de perfusion, etc.). Accouchement Chirurgie Consultation : 395 FCFA. -Médicaments : 3910 FCFA. -Laboratoire : 1730 FCFA. -Soins (injections, perfusion, etc.) : 130 FCFA. -Chirurgie : 1400 FCFA. -Accouchement : 90 FCFA. Page 8 sur 54

9 Diagramme des moyens des soins par rubrique et par membre à la MS de Sa a : Mutuelle de Santé d Eséka : *Coûts moyens des soins par rubrique et par membre à la MS d Eséka: -Soins non liés au VIH/SIDA : Rubrique Coût total FCFA Nombre total de Moyenne FCFA factures Consultation Laboratoire Radiographie /Echographie Pharmacie Chirurgie Hospitalisation Soins Accouchement Consultation externe= 600 FCFA. -Coût moyen des dépenses en médicaments : 6115 FCFA. -Coût moyen des dépenses en laboratoire : 1665 FCFA. -Coût moyen concernant l accouchement : 165 FCFA. -Coût de l accouchement : 6000 FCFA (Norme respectée). -Coût moyen de la chirurgie : 415 FCFA. -Coût moyen de soins : 675 FCFA. -Coût moyen de l hospitalisation : 180 FCFA. Page 9 sur 54

10 Diagramme du coût des soins par rubrique à la MS d Eséka Mutuelle Santé de Foumban *Coûts moyens des soins par rubrique et par membre à la MS de Foumban: -Soins non liés au VIH/SIDA : Rubrique Nombre Coût total Moyenne FCFA factures FCFA Consultation Laboratoire Pharmacie Soins Coût moyen de la consultation = 600 FCFA. -Coût moyen des dépenses en médicaments : 6930 FCFA. -Coût moyen des dépenses en laboratoire : 630 FCFA. -Coût moyen des dépenses en soins : 810 FCFA. Diagramme du coût des soins par rubrique à la MS de Foumban Page 10 sur 54

11 4.2 Soins des PVVIH o Mutuelles Soins liés au VIH/SIDA : Mutuelle de Santé de Sa a ~Nombre total de factures PVVIH à la MS de Sa a : 173 dont 122 fiches de soins non disponibles au niveau de HD Sa a! ~Coût total des soins aux PVVIH : FCFA. ~Moyenne du coût du suivi d une PVVIH : FCFA. *L absence d une grande partie de fiches de soins des PVVIH ne permet pas un calcul des coûts par rubrique. -Coût total des soins aux PVVIH= FCFA pour 180 factures. -Coût moyen des soins aux PVVIH= FCFA. -Moyenne la plus forte de coût des soins aux PVVIH = FCFA (HD Ngog Mapubi). Les soins aux PVVIH sont plus chers que les soins non liés au VIH/SIDA. Soins aux PVVIH à la MS d Eséka : Formation Nombre de Coût sanitaire factures FCFA global Coût moyen dans la FS HD Eséka / HD Ngog Mapubi / Total / Coût moyen dans la MS FCFA Constats : Les soins aux PVVIH sont chers à la MS d Eséka et HD Ngog Mapubi semble être le site le plus cher. Bilan des soins aux PPVIH dans les mutuelles de consultation : Mutuelle de Santé Nombre de Coût global FCFA Coût moyen dans la MS factures Obala / / / Sa a Eséka Foumban / / / Total Constats : Les soins aux PVVIH sont chers à la MS d Eséka et HD Ngog Mapubi est le site le plus cher. Page 11 sur 54

12 5- Comparaison Générale des pratiques aux normes Bien que les éléments à notre disposition soient limités pour une bonne appréciation des pratiques, d une manière générale les normes & standards en vigueur semblent respectés (sous réserve de vérification plus approfondie). Enfin il convient d éviter de laisser beaucoup de place à la médecine basée essentiellement sur les symptômes. Pour soigner une maladie il faut un diagnostic, et pas uniquement les plaintes du patient. Ex : une fièvre peut relever de plusieurs diagnostics (Paludisme, fièvre typhoïde, etc.), même s il est exact qu il faut privilégier l environnement endémoépidémiologique et penser en premier lieu à un accès palustre devant une fièvre. 6- Recommandations -Au volet MAMS.Etablir une périodicité claire du contrôle des prestations fournies. Ainsi les pièces de soins devraient être analysées tous les trois mois pour un travail plus serein et un suivi en phase constante avec la réalité..envisager un recyclage des médecins conseils..obliger les FS et les MS à accompagner toujours les factures des fiches de soins, surtout pour les soins aux PVVIH..Accompagner les MS pour mettre en place des activités génératrices de revenus afin de réduire au strict minimum les sauvetages financiers devenus la règle opérés par le PGCSS, pour la survie des MS..Harmoniser les formulaires de facturation en retenant le modèle comportant une case pour chaque coût total. -Aux mutuelles de santé :.Accorder une place incontournable au conseil médical dont l action vise la survie de la mutuelle..associer le conseil médical lors des négociations ou redéfinitions des contenus des conventions ou en cas de litiges avec les formations sanitaires..insister auprès des FS pour l établissement de fiches de soins lors des soins en général et notamment aux PVVIH. -Aux médecins conseils.tenir compte de l aspect formatif du conseil médical, en raison de la persistance des lacunes observées dans la tenue des pièces disponibles..etre plus appliqué lors du conseil médical (surtout dans le respect des clauses sur le partage des coûts) et ne pas hésiter à bloquer le paiement des factures non conformes. Page 12 sur 54

13 -Aux prestataires & responsables des formations sanitaires : -Etre plus appliqué dans le remplissage des outils et ne pas hésiter à saisir la hiérarchie du volet MAMS lorsqu il persiste des incompréhensions. -Respecter rigoureusement les termes des conventions pour le partage des coûts sur les factures ; surtout ne pas oublier que des anomalies (surfacturation, autre fraude manifeste) peuvent entraîner le rejet de la facture. -Jouer impérativement le jeu de la transparence car il y va de la survie de la MS, partenaire solvable à sauvegarder qui participe à la bonne santé financière de la formation sanitaire. -Aux patients experts : -Etre plus motivé dans le suivi des PVVIH car,.votre rôle psycho-social est de très grande importance pour : ~l adhésion des PVVIH aux soins et surtout la réduction de la fréquence des infections opportunistes ~la conviction et la ferme détermination des PVVIH de s en sortir! 7- Orientations en vue d aider les mutualistes dans les négociations avec les FS : Renforcer l accompagnement systématique par un médecin conseil : La complexité des informations en matière de santé est telle qu une structure composée de non professionnels du domaine ne devrait pas s aventurer dans les négociations avec les responsables des FS sans être assisté par des compétences avérées de cet environnement. De ce fait les MS doivent systématiquement se faire accompagner d un conseiller médical lors des négociations ou de règlement de litiges avec les FS. De même la recherche de nouveaux partenaires peut s avérer plus porteuse en intégrant le conseiller médical dans l équipe et surtout la démarche préconisée. 8- CONCLUSION GENERALE Au terme de ce travail nous pensons avoir atteint les objectifs assignés au début de l étude. Nous avons strictement collé aux termes de référence. Quelques suggestions s imposent cependant: -Pour les prochaines échéances, tenir compte de la densité réelle du travail avant d en arrêter la durée. -Prévoir une enquête de terrain pour la réalisation de l analyse des pathologies rencontrées tant dans les soins non liés au VIH/SIDA que pour les soins aux PVVIH. Page 13 sur 54

14 I-Introduction- Contexte & justification de la mission Dans le but de contribuer à l accès financier et à l offre de soins de qualité aux populations peu nanties, le Programme Germano-Camerounais de Santé SIDA (PGCSS), à travers son volet MAMS appuie de manière déterminée le développement des mutuelles de santé. Cet effort, bien louable, exige cependant l accompagnement par certaines dispositions telles que la mise en place d outils de gestion régulièrement actualisés et surtout le développement du conseil médical dans l optique de réduire au strict minimum, les comportements de recours qui représentent une véritable menace pour la survie-même des mutuelles de santé. Les missions à l instar de cette consultation participent au souci de pérennisation des acquis déjà en place. Dans ce contexte l analyse des documents (factures et fiches de soins, et autres reçus de caisse, etc.) vise la recherche constante de la lisibilité dans la facturation et du perfectionnement des procédures en cours. Le Dr NJOH NJOH médecin conseil est requis pour le contrôle de la qualité des prestations offertes à travers l analyse documentaire et la recherche de propositions pour une amélioration du processus, telles que définies dans les termes de référence. 2-Objectifs de la consultation 2.1-Objectif général : Fournir sur la base de l analyse de l utilisation des services par les bénéficiaires, une information rationnelle sur l utilisation des services par les PVVIH et les mutualistes à la mutuelle, aux prestataires des soins de santé et au volet MAMS en vue de l amélioration des comportements de recours et de la qualité des soins. 2.2-Objectifs spécifiques 1. Analyser toutes les pièces (factures, fiches de soins des malades, conventions, autres reçus de caisse) déposées auprès du volet MAMS pour remboursement à la mutuelle de santé. 2. Relever toutes les anomalies dans les documents. 3. Formuler des recommandations aux personnels prescripteurs et aux mutuelles pour la modification de leurs comportements. 4. Donner des orientations pour aider les mutualistes dans la négociation avec les formations sanitaires lors d éventuelles réclamations ou renégociation des conventions. 3-Activités Examiner les factures détaillées et les fiches de soins des mutualistes soignés. Comparer les pratiques aux normes et standards retenus au niveau national pour le traitement des infections opportunistes et les autres maladies ; Page 14 sur 54

15 Faire le feed-back de la mission aux responsables du volet MAMS de la GTZ. 4-Principaux résultats attendus : A la fin de la mission le consultant devra : Apprécier la pertinence des prestations offertes par les formations sanitaires dans le cadre de la prise en charge des infections opportunistes, du suivi biologique chez les PVVIH mutualistes et les autres pathologies. Faire le feed-back sur les prestations offertes par les formations sanitaires puis des recommandations aux médecins conseils des mutuelles, aux mutuelles de santé, aux patients experts et aux formations sanitaires. II-Organisation de la mission : Lieu de la mission : La mission se déroule à Yaoundé et concerne les mutuelles d Obala, Sa a, Eséka et Foumban. Période de l étude: du 11 au 16 mai Période des documents à analyser, selon les sites : ~Sa a : Documents de mai 2008 à mars ~Les autres sites : Documents de soins depuis le démarrage. Répartition du travail : ~Un jour de préparation ; ~Quatre (04) jours d analyse ; ~Un jour de rapport. III-METHODOLOGIE DE TRAVAIL: Elle comprend deux grandes étapes : Première étape : -Lecture des contrats de prestations (disponibles) entre les mutuelles de santé (MS) concernées et les formations sanitaires (FS). -Lecture des rapports des médecins conseils locaux. -Regroupement des pièces (factures, fiches de soins & autres reçus de caisse, etc.) par MS puis par FS. -Elimination systématique des pièces ne relevant pas de la période d étude inscrite dans les termes de référence. Deuxième étape : -Analyse proprement dite par sondage des pièces de chaque MS. Stratégie de recherche d informations: Nous réaliserons simultanément : 1. Analyse des informations disponibles dans les documents fournis par les mutuelles. Page 15 sur 54

16 2. Evaluation du coût des soins offerts aux mutualistes par les FS avec dans la mesure du possible : -Etablissement de moyennes de coûts global par FS et par MS. -Etablissement de moyennes de soins par rubrique par FS et par MS. A chaque étape une représentation est faite pour bien illustrer les données recueillies. 3. Comparaison des pratiques aux normes & standards en vigueur sur le plan national pour les soins non liés au VIH/SIDA et les soins aux PVVIH. 4. Proposition d orientations pour l appui des mutualistes lors des négociations avec les FS en cas de réclamations ou de renégociations des conventions. 5. Feed-back aux responsables du volet MAMS de la GTZ. IV-DEROULEMENT de la MISSION La mission se déroule dans le strict respect des termes de référence: -Sondage des pièces disponibles: -Globalement, les factures se répartissent de la manière suivante : ~factures pour soins non liés au VIH/SIDA : 433 factures. ~factures pour suivi des PVVIH : 180 factures. Au total 613 factures sont sondées! But du sondage : Recherche des comportements de recours & appréciation de la qualité des prestations. Répartition des factures par mutuelle de santé : Mutuelle Nombre de factures Soins non liés au VIH/SIDA Soins aux PVVIH Total Obala 14 / 14 Sa a Foumban 05 / 05 Eséka Grand total L analyse se fait mutuelle par mutuelle et par formation sanitaire. Page 16 sur 54

17 A- Mutuelle de santé d Obala Le choix de ce site pour le démarrage de l étude s explique tout simplement par la disponibilité du plus grand nombre de pièces demandées pour le travail, soit donc un excellent niveau de complétude des pièces ; seule la liste des bénéficiaires est absente. 1- Contrats de HDO & CSI catholique de Nkometou : Leur lecture permet de faire les constats suivants : Clauses Interprétation Risques FS concernées -Absence de date Aucune contrainte de -Acheminement -HDO limite d envoi des date butoir pour l envoi fantaisiste des pièces -CSI catholique factures à la MS. des factures et fiches de à la MS! soins à la MS. de Nkometou -Bonus prévu pour les FS ou prestataires offrant des soins de qualité, reconnues par la MS et la FS. Absence de date limite pour le paiement des factures par la MS -Document y relatif introuvable. -Aucune contrainte de délai limite pour le paiement des factures et fiches de soins par la MS. -Pourtant dédommagement prévu pour les FS en cas de non règlement des factures dans les délais. -Frustration des personnels en charge des mutualistes, pour qui il s agit d un marché de dupe! -Déstabilisation des finances des FS -HDO -CSI catholique de Nkometou -HDO -CSI catholique de Nkometou -Période concernée : depuis le démarrage des prestations. Nombre total de factures = 14 factures issues de deux FS : Hôpital de district d Obala (HDO) et le Centre de santé intégré (CSI) catholique de Nkometou. 2 Hôpital de district d Obala (HDO) : 08 factures et 08 fiches de soins. 2.1 Constats & suggestions sur les factures & fiches soins: Constats Suggestions -Impression de demande Prescrire systématiquement un antihelminthique systématique de certains examens, polyvalent nous semble plus logique. tel que l examen de selles. -Régulièrement les factures et les -Signer et faire signer les pièces comme prévu! fiches de soins ne sont signées ni par les responsables ni les bénéficiaires Page 17 sur 54

18 -Pas de précision sur la forme du paludisme : Accès simple ou grave? -Ajout de la Cimétidine dans le traitement de l accès palustre (par ailleurs aucune précision sur la forme de l accès) [Bénéficiaire n ]. -L exploration para clinique ne tient pas toujours compte du motif de consultation ; Ex : Pour une hypocalcémie dont le diagnostic est beaucoup plus biologique, il n apparaît nulle part une demande de calcémie ou de magnésémie -Pourtant un bilan biologique (NFS, Glycémie, urée/ créatininémie, et ionogramme sanguin) a été fait. [Bénéficiaire n : CEOB ]. -Le traitement de ce bénéficiaire, n-a pas de supplémentation en calcium ou en magnésium ; mais plutôt : Ibuprofène, complexe vitaminique B, etc. -la place prévue sur le reçu d achat des médicaments (achetés dans les pharmacies des FS publiques), étroite et ne permet pas d arrêter les montants en lettres. -Cette précision est importante en raison de l incidence sur le coût. -Elle respecte par ailleurs les prescriptions de l algorithme. Exemple : ~le paludisme simple se traite en externe et pendant 03 jours. ~le paludisme grave impose une hospitalisation et un traitement fait de perfusion de Quinine base- Durée totale du traitement 07 jours, sans oublier la consolidation du traitement en externe. -Le respect de l algorithme est essentiel pour une conduite thérapeutique conforme aux normes & standards (Bénéficiaire n COB ). -Il est important de tenir compte du motif de consultation, surtout lorsque les plaintes suggèrent la demande de bilan biologique. Penser à une supplémentation en calcium en cas de suspicion du déficit calcique. -Revoir la conception des reçus de caisses pour permettre l inscription en lettres des montants des produits achetés. Page 18 sur 54

19 2.2 Coût moyen global des soins à l hôpital de district d Obala (HDO) : Montant (FCFA) Nombre de factures Moyenne (FCFA) Montant brut= Moyenne Brute= Montant à la charge des bénéficiaires (25%)= Moyenne à la charge du bénéficiaire= Montant part MS (75%)= Moyenne à la charge de la MS= *Moyenne du coût à la charge de la MS= FCFA. *Moyenne du coût à la charge du membre = FCFA. 2.3 Coût moyen des soins par rubrique à HD Obala : Rubrique Nombre de Coût total Moyenne FCFA factures FCFA Consultation Laboratoire Pharmacie Hospitalisation Chirurgie Coût moyen de la consultation : 640 FCFA. -Coût moyen des médicaments : FCFA. -Coût moyen des examens de laboratoire : FCFA. -Coût de la chirurgie : FCFA. 2.4 Conclusion: -Les soins semblent chers dans cette FS, au regard de la moyenne du coût à la charge de la MS. -Le calcul du coût des soins par rubrique confirme le constat établi sur une base plus globale. -La demande systématique des examens tel que Selles peut être évitée grâce à une prescription systématique d antihelminthiques. 3 Centre de Santé Intégré catholique de Nkometou (CSI catholique): Nombre de factures : 06 factures et 06 fiches de soins. Période de contrôle : 03 au 17/02/ Constats sur les fiches de soins : Constats Suggestions ~Remplissage incorrect : Maladie au lieu des rubriques conventionnelles : Ex : Consultation, labo, etc. -Fiche de soins non signée. [Bénéficiaire n CEOB ]- Motif : Accouchement]. -Se conformer au remplissage des rubriques tel que prévu. -Il est important de ne pas oublier de faire signer cette pièce au bénéficiaire. Ce geste représente la caution du Page 19 sur 54

20 -Demande d examen de selles quasi systématique. -Forme d accès palustre non précisé. bénéficiaire sur preuve d l acceptation -La suggestion faite pour HDO est également pour ce site. -La précision de la forme d accès palustre conformément à l algorithme est u n respect des normes de la prise en charge du paludisme. 3.2 Coût moyen des soins au CSI catholique de Nkometou : Montant (FCFA) Nombre de factures Moyenne (FCFA) Montant brut= Moyenne Brute= Montant à la charge des bénéficiaires (25%)= Moyenne à la charge du bénéficiaire= Montant part MS (75%)= Moyenne à la charge de la MS= *Moyenne du coût à la charge de la MS : FCFA. 3.3 Coût moyen des soins par rubrique au CSI catholique de Nkometou : Rubrique Nombre de Coût total Moyenne FCFA factures FCFA Consultation laboratoire Pharmacie Hospitalisation Soins (Injections, pose de perfusion, etc.). -Coût moyen de la consultation : FCFA. -Coût moyen des médicaments : FCFA. -Coût moyen des examens de laboratoire : 6925 FCFA. -Coût moyen des soins : 1750 FCFA. 3.4 Comparaison des pratiques aux normes D une manière générale les normes semblent appliquées en matière de prise en charge, sans doute une retombée heureuse du conseil médical local. 3.5 Conclusion : Au terme de cette analyse nous tirons les conclusions suivantes : -la signature des pièces par le responsable de la FS et les bénéficiaires (factures et fiches de soins) n est pas systématique ; ceci constitue une préoccupation sérieuse. Et lorsque la fiche de soins est signée, c est beaucoup plus un gribouillis qu une signature, mettant en doute l authenticité-même de la paraphe! Ex : Bénéficiaires n CEOB & CEOB ]. Page 20 sur 54

21 Un minimum de sérieux est requis pour la gestion de ces documents. -certains examens, (Examen des selles) sont demandés quasi systématiquement alors qu une prescription d antihelminthique polyvalent permettrait d éviter cette dépense! -Le rapport de conseil médical local (du Dr NJIGNO) signalait : -des erreurs de report de certains codes des clients. -motif de consultation parfois non précisé. Nous osons croire qu il s agit vraiment d erreurs involontaires. *Enfin le coût des soins semble élevé. 3.6 Coûts moyens des soins à La Mutuelle Santé d Obala : -Moyenne des coûts à la charge de la MS : FCFA. -Moyenne des coûts à la charge du bénéficiaire : FCFA. 3.7 Coût moyen des soins par rubrique à la MS d Obala Rubrique Nombre de Coût total Moyenne FCFA factures FCFA Consultation Laboratoire Pharmacie Chirurgie Hospitalisation Soins (Injections, pose de perfusion, etc.). -Coût moyen de la consultation : FCFA. -Coût moyen des médicaments : FCFA. -Coût moyen des examens de laboratoire : FCFA. -Coût des soins : 750 FCFA. Page 21 sur 54

GUIDE D UTILISATION DU TABLEAU DE BORD DE SUIVI DES MUTUELLES DE SANTE AU CAMEROUN

GUIDE D UTILISATION DU TABLEAU DE BORD DE SUIVI DES MUTUELLES DE SANTE AU CAMEROUN PROGRAMME GERMANO CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE ET MUTUELLES DE SANTE (MAMS) B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN / TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 / 221 91 18 / FAX ( 00237 ) 2221 91 18

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 610 CIDR Tous droits de reproduction réservés Grille méthodologique d un audit médical - Mutuelles de santé Ismaïlou YACOUBOU Février

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

FORMATION EN CONSEIL MEDICAL DES ACTEURS MUTUELLES DE SANTE

FORMATION EN CONSEIL MEDICAL DES ACTEURS MUTUELLES DE SANTE Programme Germano Camerounais de Santé SIDA (PGCSS) Volet Micro Assurance et Mutuelles de Santé (MAMS) Partner Für Perspektiven. Weltweit. N du projet : 08.2149.6001.00 N du contrat : 001/2010 FORMATION

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

Contrat de prestation de soins et services de santé

Contrat de prestation de soins et services de santé MUTUELLE DE SANTE DITE DAMA DE TCHAOUDJO S/C ONG ADESCO BP 322 Sokodé- Togo Tél : 550 09 90 Contrat de prestation de soins et services de santé Entre La mutuelle de santé DITE-DAMA de Tchaoudjo Et L USP

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE (INAM) DU TOGO. Genèse - Défis - Perspectives

INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE (INAM) DU TOGO. Genèse - Défis - Perspectives INSTITUT NATIONAL D ASSURANCE MALADIE (INAM) DU TOGO Genèse - Défis - Perspectives 1 PLAN INTRODUCTION 1. GENÈSE 2. PROCESSUS DE MISE EN PLACE 3. BILAN DES PRESTATIONS: POINTS FORTS ET DIFFICULTÉS (POINTS

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

La Recherche partenariale et la planification locale des services de santé

La Recherche partenariale et la planification locale des services de santé LABORATOIRE DE RECHERCHE SUR LES TRANSFORMATIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES (LARTES) La Recherche partenariale et la planification locale des services de santé Abdou Salam FALL (PH D.) Sociologue fallabdousalam@gmail.com

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

Etude de cas des mutuelles d assurance maladie du Sud Borgou et du Nord Zou au Bénin

Etude de cas des mutuelles d assurance maladie du Sud Borgou et du Nord Zou au Bénin 1-20 Etude de cas des mutuelles d assurance maladie du Sud Borgou et du Nord Zou au Bénin Programme appuyé par le CIDR, Centre International de développement et de Recherche BP1 : 60350 Autrêches Tel :

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 652 CIDR Tous droits de reproduction réservés Eléments de réflexion pour la contractualisation entre une mutuelle de santé et un

Plus en détail

Section des Assurances Sociales

Section des Assurances Sociales CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS Section des Assurances Sociales Affaire Mme A Décision n 908-D Décision rendue publique par affichage dans les locaux du Conseil national de l Ordre des pharmaciens

Plus en détail

CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE Entre D une part : L Union Technique de la Mutualité Malienne, dont le siège est à Badalabougou SEMA II rue 134 porte 772, représentée par Monsieur Babassa

Plus en détail

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie Rapport de l Académie nationale de Pharmacie La préparation des doses à administrer - PDA : la nécessaire évolution des pratiques de dispensation du médicament INTRODUCTION Il est généralement admis que

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique

PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique EuropeAid/120804/C/G/Multi Rapport de formation du personnel sanitaire des formations ayant signé une convention avec la mutuelle de santé communautaire

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 760 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche Conception d un produit d assurance maladie Bruno Galland Juin 2009 Thème 2-2 La conception

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

L AIDE MÉDICALE URGENTE

L AIDE MÉDICALE URGENTE L AIDE MÉDICALE URGENTE L aide médicale urgente s applique uniquement aux personnes en séjour illégal c est-à-dire celles qui ne disposent d aucune autorisation de séjour, même temporaire, qui ne sont

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Proposition de contrat de prestation des soins et services de santé

Proposition de contrat de prestation des soins et services de santé MUTUELLE DE SANTE DITE DAMA DE TCHAOUDJO S/C ONG ADESCO BP 322 Sokodé- Togo Tél : 550 09 90 Proposition de contrat de prestation des soins et services de santé entre La mutuelle de santé «DITE-DAMA» de

Plus en détail

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions

Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions ASSURANCE COLLECTIVE Simulateur de coûts de médicaments Foire aux questions Pour une vue détaillée de l outil, consultez l aide-mémoire qui est accessible à partir de la section «Liens utiles» du simulateur.

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p.

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p. Sommaire Présentation de la Clinique... p.2 L équipe médicale... p.3 L hospitalisation... p.3 Le séjour... p.4 La sortie... p.5 La Démarche Qualité... p.6 La Charte de la personne hospitalisée... p.7/8

Plus en détail

Quelles sont les observations des rapporteurs? Paris, 2 février 2011

Quelles sont les observations des rapporteurs? Paris, 2 février 2011 Paris, 2 février 2011 Principaux enseignements du rapport IGAS-IGF, «Analyse de l évolution des dépenses au titre de l Aide Médicale d Etat» daté du 24 novembre 2010, rendu public le 30 décembre 2010 En

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale.

TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale. TITRE DU PROJET : Étude de faisabilité concernant la mise en place d une mutuelle de santé communale. District Sanitaire de : Boboye Commune de : Falmey Département de : Falmey (nouveau département, se

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal?

2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? 2. Comment se déclenche un contrôle fiscal? Qui ne s est pas un jour posé la question de savoir à quel moment son entreprise fera l objet d un contrôle? Voilà une question à laquelle il est bien difficile

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Stratégies pour la mise en place des tarifs dans les Fosas - Rwanda

Stratégies pour la mise en place des tarifs dans les Fosas - Rwanda H* D* P* asbl HEALTH, DEVELOPMENT & PERFORMANCE Stratégies pour la mise en place des tarifs dans les Fosas - Rwanda Habineza Christian HDP 14/02/2011 Plan Historique : PBF au Rwanda Organisation des fosas

Plus en détail

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments

Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation de médicaments 144 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 4 : Renforcer l efficience du système de soins et développer la maîtrise médicalisée des dépenses Indicateur n 4-2 : Indicateur de suivi de la consommation

Plus en détail

ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE

ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE REPUBLIQUE DU RWANDA ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE PROVINCE DE CYANGUGU ADVAS/ CYANGUGU BILAN D UNE ANNEE DE FONCTIONNEMENT DES QUATRE MUTUELLES DU DISTRICT DE SANTE

Plus en détail

Suivi du risque : l analyse des fréquences de recours dans les mutuelles des Comores. I. Causes des niveaux élevés de fréquence

Suivi du risque : l analyse des fréquences de recours dans les mutuelles des Comores. I. Causes des niveaux élevés de fréquence Suivi du risque : l analyse des fréquences de recours dans les mutuelles des Comores I. Causes des niveaux élevés de fréquence Le niveau de fréquence observée dans la plupart des mutuelles est supérieur

Plus en détail

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon

Focus. Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Focus Un baromètre de la santé en Brabant wallon, une initiative de la Mutualité chrétienne Premier tour d horizon de la santé en Brabant wallon Nous ne pouvons commencer sans une présentation sommaire

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE

LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Continuité des traitements médicamenteux : LE POINT DE VUE DES PHARMACIENS D OFFICINE Coraline Claeys Pharmacien au Cercle Royal Pharmaceutique de l Arrondissement de Nivelles et en officine Faculté de

Plus en détail

ENQUÊTE DE SANTÉ 2013

ENQUÊTE DE SANTÉ 2013 ENQUÊTE DE SANTÉ 2013 RAPPORT 3 : UTILISATION DES SERVICES DE SOINS DE SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Sabine Drieskens, Lydia Gisle (éd.) Institut Scientifique de Santé Publique Direction Opérationnelle

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Ordre du jour. Kurt Salmon Confidentiel, distribution interdite. ARS Bretagne. Page 25

Ordre du jour. Kurt Salmon Confidentiel, distribution interdite. ARS Bretagne. Page 25 Ordre du jour Présentation de la démarche Retour d'expérience de la démarche La gestion d une refonte de la chaîne de facturation Les problématiques rencontrées Le panel des actions mises en œuvre Quelques

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique

Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique septembre 2003 Pour plus d information voir le site internet de l Assurance Maladie en ligne : www. ameli.fr Contact presse : Cnamts Patrick

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) A remplir par l enquêteur. Nom de l enquêteur.

QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) A remplir par l enquêteur. Nom de l enquêteur. MUTUELLE de SANTE COMMUNALE QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) (s entretenir avec les conseillers chacun dans son village d origine) A remplir par l enquêteur Identifiant

Plus en détail

Discriminations et violations de la protection des données en relation avec le VIH/sida de mai 2011 à novembre 2011

Discriminations et violations de la protection des données en relation avec le VIH/sida de mai 2011 à novembre 2011 Discriminations et violations de la protection des données en relation avec le VIH/sida de mai 2011 à novembre 2011 Total 44 cas Activité lucrative 3 2 1 Assurances sociales 2 4 10 22 Assurances vie Violations

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

Programme préélectoral

Programme préélectoral ASSOCIATION DES PHARMACIENS DU CANADA Programme préélectoral Les pharmaciens : Les intervenants en matière de santé les plus accessibles au Canada Le système de soins de santé du Canada subit à l heure

Plus en détail

TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE

TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE TRAVAILLEURS DE L ECONOMIE INFORMELLE ET DES PME POUR RENDRE ACCESSIBLE UN PRODUIT DE MICRO ASSURANCE SANTE : Cas de la Mutuelle de Sécurité Sociale du Bénin (MSSB)

Plus en détail

Une politique du médicament au service de la sécurité sociale

Une politique du médicament au service de la sécurité sociale MÉDICAMENT Une politique du médicament au service de la sécurité sociale Thierry Wathelet, secrétaire adjoint de la Fédération des maisons médicales, médecin généraliste à la maison médicale Espace santé

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances.

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances Avril 2005 n o 132 ISSN 1141-4685 Prix 1,14 Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant et parcours de soins. page 4 Réforme de l assurance maladie : médecin

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION ENTRE

CONVENTION DE COLLABORATION ENTRE CONVENTION DE COLLABORATION ENTRE Le Centre Public d'action Sociale de LA LOUVIERE, par abréviation C.P.A.S., ayant son siège à 7100 La Louvière, Place de la Concorde, 15, représenté par sa Présidente,

Plus en détail

Djibouti. Système d Assurance Maladie Universelle

Djibouti. Système d Assurance Maladie Universelle Système d Assurance Maladie Universelle Loi n 24/AN/14/7ème du 5 février 2014 [NB - Loi n 24/AN/14/7ème du 5 février 2014 portant mise en place d un système d Assurance Maladie Universelle] Titre 1 - Principes

Plus en détail

La situation du Rwanda

La situation du Rwanda L ASSURANCE - MALADIE OBLIGATOIRE La situation du Rwanda Par : Dr Innocent GAKWAYA : RAMA Mme Gisèle GATARIKI : Ministère des Finances et de la Planification Economique Mr Hertilan INYARUBUGA : Ministère

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES. Transports sanitaires

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES. Transports sanitaires Marché de service CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES Transports sanitaires - Etablissement contractant : CENTRE HOSPITALIER 858 rue des Drs. Devillers 02120 GUISE 03.23.51.55.55 03.23.51.55.35 Procédure

Plus en détail

Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février 2011-RM.

Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février 2011-RM. Une mutuelle nationale de santé peut-elle devenir une stratégie globale de financement du système de santé, intégrant d autres stratégies comme le FBP??? Séminaire régional FBP-Bujumbura- Burundi-février

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME EVALUATION RAPPORT REPORT D ÉVALUATION ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME R a p p o r t f i n a l Vo l u m e I MARCH

Plus en détail

Études de cas sur les disparités dans l accès aux soins au Maroc: Synthèse des principaux résultats

Études de cas sur les disparités dans l accès aux soins au Maroc: Synthèse des principaux résultats Études de cas sur les disparités dans l accès aux soins au Maroc: Synthèse des principaux résultats Groupe de travail Diversité, disparités socio territoriales et accessibilité aux biens et services de

Plus en détail

PROPOSITION pour la protection sociale des volontaires du service civique en mission à l étranger. (loi n 2010-241 du 10 mars 2010)

PROPOSITION pour la protection sociale des volontaires du service civique en mission à l étranger. (loi n 2010-241 du 10 mars 2010) PROPOSITION pour la protection sociale des volontaires du service civique en mission à l étranger (loi n 2010-241 du 10 mars 2010) Sommaire PRÉAMBULE... 3 PRÉSENTATION DES ACTEURS La CFE... 4 WELCARE...

Plus en détail

6 ème Congrès 18 19 octobre 2007 St Denis

6 ème Congrès 18 19 octobre 2007 St Denis 1 Le Dossier Patient : Définitions Définition du «dossier» / dictionnaire Ensemble de documents relatifs à une même affaire, à une même personne, et classés dans une chemise de carton au dos de laquelle

Plus en détail

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique

PROTOCOLE. Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique PROTOCOLE Prise en charge Contraception - IVG (Confidentielle et gratuite) Réseau Sexualité Martinique 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte Les objectifs Les bénéficiaires Les étapes de la prise

Plus en détail

Promotion de Mutuelles de Santé dans les départements du Sud Borgou des Collines au Bénin

Promotion de Mutuelles de Santé dans les départements du Sud Borgou des Collines au Bénin Promotion de Mutuelles de Santé dans les départements du Sud Borgou des Collines au Bénin Programme initié et réalisé par le Centre International de Développement et de Recherche Financement : DDC Suisse

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr Surveillance d une grossesse en médecine générale Professeur Bruno LANGER Département de Gynéco-Obstétrique - Hôpital de Hautepierre - CHU de Strasbourg Introduction Mesdames, messieurs, Nous allons voir

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES OBJECTIFS ET MÉTHODES L évaluation de l action a pour objectif de mesurer l efficacité de la campagne en termes de santé, l intérêt financier à engager une telle action, d appréhender le degré de compréhension

Plus en détail

Régime Elite. Adhérents CFE - États-Unis Tableau des prestations

Régime Elite. Adhérents CFE - États-Unis Tableau des prestations Régime Elite Adhérents CFE - États-Unis Tableau des prestations Détails du régime Réseau Conventionné Réseau non-conventionné Barème CFE aux États-Unis Zone de couverture États-Unis États-Unis Monde Montant

Plus en détail

Tout savoir sur l'assurance santé

Tout savoir sur l'assurance santé Tout savoir sur l'assurance santé Protéger votre santé avec Generali Il est important que vous ayez les moyens de rester en bonne santé. Or les frais de santé en France sont de plus en plus élevés. Disposer

Plus en détail

des outils et une méthode m pédagogiquep les activités s pharmaceutiques des Carinne Bruneton

des outils et une méthode m pédagogiquep les activités s pharmaceutiques des Carinne Bruneton ien développer d les activités s pharmaceutiques des centres de santé et des hôpitaux h : des outils et une méthode m pédagogiquep Séminaire pour les Consultants Francophones dans la Gestion des Achats

Plus en détail

CONVENTION de COLLABORATION. La Mutuelle de Santé de KPAOLE, La communauté du District de KPAOLE, L hôpital préfectoral de YOMOU et

CONVENTION de COLLABORATION. La Mutuelle de Santé de KPAOLE, La communauté du District de KPAOLE, L hôpital préfectoral de YOMOU et CONVENTION de COLLABORATION entre La Mutuelle de Santé de KPAOLE, La communauté du District de KPAOLE, L hôpital préfectoral de YOMOU et Le Poste de Santé de KPAOLE La Mutuelle de Santé, et la communauté

Plus en détail

livret d accueil Frais de santé

livret d accueil Frais de santé www.verspieren.com livret d accueil Frais de santé Santé Prévoyance Ce document n a pas de valeur contractuelle. Télétransmission, tiers-payant, décompte frais de santé un langage parfois compliqué pour

Plus en détail

Le système de protection sociale au Sénégal, étroitement lié à l emploi, comprend :

Le système de protection sociale au Sénégal, étroitement lié à l emploi, comprend : LA PROTECTION SOCIALE A DAKAR : QUELLES POSSIBILITES DE PRISE EN CHARGE DES COUTS LIES AU VIH/SIDA? Gabrièle Laborde-Balen *, Bernard Taverne * * IRD, UR 36 «Prise en charge du sida en Afrique», BP 1386,

Plus en détail

La protection sociale en santé au Togo. BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014

La protection sociale en santé au Togo. BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014 La protection sociale en santé au Togo BIGNANDI Palakimyém Directeur Général de la Protection Sociale Kpalimé, 07 mai 2014 Plan Introduction Structures de gestion du risque maladie Mode d adhésion Cadre

Plus en détail

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace

assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace assurance collective Assurance médicaments Des solutions intégrées pour une gestion efficace Notre vision Desjardins Assurances est un acteur canadien important en assurance collective, reconnu pour son

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion

Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments. Présenté par Pierre Marion Vers une nouvelle génération de programmes d assurance médicaments Présenté par Pierre Marion AGENDA Évolution des régimes d assurance médicaments La tendance actuelle Statistiques sur l utilisation des

Plus en détail

Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective

Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective ASSURANCE COLLECTIVE Comprendre les conséquences de la fraude et de l abus sur votre régime d assurance collective Travaillons ensemble pour les prévenir La fraude et l abus ont une forte incidence sur

Plus en détail

Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013

Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013 Unité d enseignement 1.2.S3 Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013 Programme Chiffres 2012 Questions Dotation Globale/T2A Sécurité Sociale Les mutuelles Financement et remboursement des

Plus en détail

PROGRAMME ANNUEL 2014

PROGRAMME ANNUEL 2014 CONTROLE MEDICAL UNIFIE PROGRAMME ANNUEL 2014 Le programme annuel du Contrôle Médical Unifié est prévu par la délibération modifiée n 214/CP du 15 octobre 1997. Chaque année, les actions retenues portent

Plus en détail

Remboursement de l oxygénothérapie à partir du 1 er juillet 2012

Remboursement de l oxygénothérapie à partir du 1 er juillet 2012 1 Remboursement de l oxygénothérapie à partir du 1 er juillet 2012 La règlementation relative au remboursement de l oxygénothérapie sera modifiée en profondeur à partir du 1 er juillet 2012. Les nouvelles

Plus en détail

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé

Questions/Réponses. Selfassurance Santé. 1. Souscrire une assurance santé Selfassurance Santé Questions/Réponses 1. Souscrire une assurance santé Les différents Régimes Obligatoires Le Régime Obligatoire d assurance maladie de Sécurité sociale française dont relève l assuré

Plus en détail