dossier : UN IPAD3 n 58 page 12/ Les appareils dentaires à quoi ça sert? combien ça coûte? page 3/ page 10/ P. 11 JEU-CONCOURS JOUEZ & GAGNEZ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "dossier : UN IPAD3 n 58 page 12/ Les appareils dentaires à quoi ça sert? combien ça coûte? page 3/ page 10/ P. 11 JEU-CONCOURS JOUEZ & GAGNEZ"

Transcription

1 n 58 juillet 2012 À l échelle cosmique, l eau liquide est plus rare que l or. Hubert Reeves dossier : eau secours! page 3/ Pour une interdiction des dépassements d honoraires page 10/ Bricoler en toute sécurité page 12/ Les appareils dentaires à quoi ça sert? combien ça coûte? Retrouvez toutes les actualités mutuelles de vos régions pages 6 & 7 région Rhône-Alpes page 8 région Auvergne page 9 régions Picardie & Bretagne P. 11 JEU-CONCOURS JOUEZ & GAGNEZ UN IPAD3

2 par Marie-Louise Benoit administratrice de la MFHS Agir pour protéger l eau L eau présente un lien fort avec la santé humaine et la protection des écosystèmes. S il est juste d affirmer que l eau c est la vie, il ne faut pas oublier que l eau non ou mal assainie est source de dangers. Pour contribuer à l amélioration de l espérance de vie et maintenir un environnement sain, l eau doit être d une qualité sanitaire irréprochable. Les activités humaines agricoles et industrielles sont à l origine du rejet d un grand nombre de substances chimiques et de radioactivité dans les milieux hydriques, qui compromettent la qualité de l eau et nuisent à notre santé. La directive cadre sur l eau (DCE) n inclut qu un faible nombre de substances et ne tient pas compte des cumuls de contaminations appelés «effets cocktails». Pour améliorer le «cocktail» la direction générale de la santé a multiplié par cinq les quantités de pesticides autorisées en février Dès lors, on peut affirmer que les autorités publiques ont renoncé à améliorer la situation en changeant les pratiques agricoles. Parallèlement, les services déconcentrés de l État, telle la «police de l eau», sont réduits, réduisant ainsi la vigilance nécessaire pour garantir la qualité de l eau que nous consommons si naturellement. Dès lors, on peut affirmer que les autorités publiques ont renoncé à améliorer la situation Les progrès réalisés dans le domaine analytique montrent que la présence de résidus médicamenteux (consommés par les humains et les animaux), dans certaines ressources destinées à fournir des eaux de distribution, est aujourd hui un fait avéré. Ce dossier vous apportera des éléments de réflexion sur des aspects de la pollution de l eau. Il a surtout pour objectif de vous inviter à vous mobiliser pour éviter une crise de santé publique. Rien ne peut remplacer une action volontaire des politiques poussée par les citoyens préoccupés de leur santé et de celle des générations à venir. Élections présidentielles et législatives. Un nouveau Président et une nouvelle majorité parlementaire viennent d être élus Nous souhaitons que notre protection sociale dans sa globalité - santé, famille, retraite, chômage, perte d autonomie, prévention - soit au cœur des débats et constitue la ligne directrice du nouveau gouvernement et de sa majorité parlementaire, afin de remettre l humain au centre de toutes décisions. Atteindre cet objectif doit passer par une nouvelle répartition des richesses. La récupération des 9 points de PIB, qui en 30 ans ont glissé en faveur du capital, nous permettrait de disposer de 186 milliards d euros supplémentaires pour financer un système de protection sociale humaniste et solidaire. Ces nouvelles ressources contribueraient entre autres choses à restituer à l hôpital public sa primauté dans l accès aux soins. Cela passe également par l abrogation de la loi Bachelot et la suppression de la tarification à l acte. La gestion de ces nouveaux moyens, ne pourrait alors se faire que dans une démocratie retrouvée de la sphère sanitaire et sociale par ses légitimes représentants. Il est parfaitement évident que pour permettre un accès aux soins à toutes et tous, il convient de supprimer tout dépassement d honoraire, toutes les taxes et contraintes règlementaires et financières Glossaire à l usage des adhérents Bonne santé Mutualiste vous présente les défi nitions de termes usuels dans le secteur de la protection sociale en général et de la mutualité en particulier. Vous pouvez nous soumettre des termes à expliquer à l adresse internet suivante : > Aide à la Complémentaire Santé (ACS) Si vous avez de faibles ressources, vous pouvez bénéficier d une aide au financement de votre complémentaire santé. Vous recevrez par la Caisse Primaire d Assurance Maladie (CPAM) une attestation-chèque, qu il vous suffit de présenter à la complémentaire de votre choix. Cette aide concerne toutes les personnes dont les ressources sont faibles, mais légèrement supérieures au plafond ouvrant droit à la CMU Complémentaire. > Certificat de radiation Le certificat de radiation est établi par votre ancienne mutuelle : il atteste du paiement de vos cotisations auprès de cette dernière. Il peut permettre de réduire le délai de carence imposé par votre nouvelle mutuelle. qui participent à faire de la santé une marchandise et un collecteur d impôts. Dans ce sens, la CMU doit faire partie intégrante du budget de la Sécurité sociale et ne plus être financée par les complémentaires santé. La fiscalité ne doit pas être appliquée à nos ensembles mutualistes, qu ils soient acteurs de la complémentaire santé et prévoyance Nos mutuelles se mettront en mouvement pour œuvrer à la reconstruction d un système humaniste et solidaire. et/ou intervenants dans le domaine sanitaire. En effet, notre rôle social doit être reconnu, tout comme le statut particulier mutualiste, qui contrairement aux sociétés de capitaux ne rémunère pas des actionnaires, mais sont des regroupements de personnes à but non lucratif. Fortes de leurs convictions, nos mutuelles se mettront en mouvement pour œuvrer à la reconstruction d un système humaniste et solidaire. Elles sont prêtes à travailler dans ce sens avec les élu(e)s, les forces sociales, sanitaires et syndicales de la nation. > Délai de carence ou de stage Délai variable fixé par la mutuelle pendant lequel l assuré ne peut bénéficier de certains remboursements. Ils concernent généralement l optique, le dentaire ou la maternité. Ces délais ont pour but de réduire les adhésions préméditées en cas de grosses dépenses de santé. > Protocole de soins Le comité de rédaction Le protocole de soins contient des informations sur la prise en charge de votre affection. Il est rédigé par votre médecin traitant, mais c est le médecin conseil de la Sécurité sociale qui, après concertation avec votre médecin traitant, valide les différents éléments de votre prise en charge. Pour bien comprendre ce protocole, informez-vous sur les éléments qui y figurent. Santé publique Pour une interdiction des dépassements d honoraires Le gouvernement Sarkozy, en publiant au Journal offi ciel du 22 mars 2012, le décret instaurant l option de coordination renforcée, c est-à-dire le secteur optionnel pour certaines spécialités médicales de secteur 2 (honoraires libres) a porté un nouveau coup à notre système de santé en légalisant une pratique scandaleuse. Si les praticiens concernés (chirurgie, anesthésie et obstétrique) s engagent à pratiquer au moins 30 % de leurs actes au tarif de la sécurité sociale, et pour le reste à limiter leurs dépassements à 50 % du tarif remboursé par l assurance maladie, les complémentaires santé seront contraintes de rembourser ces derniers et l assurance maladie prendra en charge les cotisations sociales de ces spécialistes sur leurs actes au tarif opposable. Pierre Zilber, le directeur de la MFCA, critique cette décision. «Cette réforme est inutile car les médecins qui pratiquent déjà des dépassements d honoraires excessifs pourront continuer à le faire en n entrant pas dans le dispositif. En revanche, tous ceux qui pratiquaient des dépassements inférieurs à 50 % se verront légitimer à les augmenter. De plus, quel sera l intérêt à terme de rester en secteur 1 (secteur conventionné)? Cette réforme est injuste, car elle va frapper en premier lieu les populations les moins favorisées et va augmenter encore plus les inégalités d accès aux soins. Même si l impact de ce décret est limité dans un premier temps, il y a fort à craindre que la boîte de Pandore ait été ouverte et que l on se dirige dans un proche avenir vers une généralisation des dépassements d honoraires et un transfert massif de ceux-ci vers les mutuelles. Il y a également un risque que cette solution soit utilisée lors des négociations tarifaires avec les syndicats de médecins. En effet, dans ce cas, cela ne coûtera pas un sou à l État et ce sont les mutualistes qui mettront alors la main à la poche. Aujourd hui estimés dans leur globalité à 2,5 milliards d euros, les dépassements d honoraires impacteraient les cotisations des mutualistes d environ 7 %! Alors que de plus en plus d assurés sociaux se démutualisent, que le renoncement aux soins concerne plus de 20 % de nos concitoyens, que selon l Observatoire National de la Pauvreté et de l Exclusion Sociale (ONPES) dans son rapport , sans les minimas sociaux, la proportion des personnes vivant sous le seuil de pauvreté, c est-à-dire avec moins de 60 % du revenu médian (954 euros mensuels pour une personne isolée), dépasserait les 21 % de notre population soit 13 millions de personnes, la solution n est pas dans un encadrement des dépassements d honoraires mais dans leur interdiction totale.» Loi Kouchner 10 ans après Il y a fort à craindre que la boîte de Pandore ait été ouverte et que l on se dirige dans un proche avenir vers une généralisation des dépassements d honoraires et un transfert massif de ceux-ci vers les mutuelles. Les cliniques Vitalia inventent l impôt privé! Après les forfaits et les franchises voici le «forfait administratif». C est la trouvaille de Vitalia, deuxième groupe d hospitalisation privé en France avec une cinquantaine de cliniques. Ce forfait est affiché, à la date du 1 er février 2012, au tarif de 9 euros sur les sites des différentes cliniques du groupe Vitalia. Il correspond aux démarches administratives effectuées par la clinique pour le compte du patient. Mais son coût semble en fait pouvoir varier de façon importante puisqu en novembre 2011 il était par exemple facturé 6 euros : soit une augmentation de 50 % en seulement quelques mois. Sur le fond, le groupe Vitalia justifie l application d un tel «forfait» en indiquant que les prestations qu il couvre ne sont pas financées par l Assurance maladie dans le cadre de la tarification à l activité (T2A). Il s agit de services administratifs simples : mise à jour de la Carte Vitale, lien avec l assureur complémentaire, mise en place du tiers-payant etc. La loi prévoit déjà le forfait hospitalier, le supplément pour chambre individuelle et les dépassements d honoraires. La direction du groupe Vitalia a jugé bon de lever un impôt privé, une sorte de droit de péage pour accéder aux soins. Ce n'est pas acceptable. Source : Communiqué du Collectif interassociatif sur la santé du 27 mars 2012 D après une étude réalisée par LH2, pour le Collectif inter-associatif sur la santé (CISS), 88 % des Français s estiment bien informés (et même très bien informés pour 58 %) sur la qualité des soins reçus de la part des professionnels de santé. Déjà très bonnes, les relations des Français envers leurs médecins s améliorent encore. Ainsi, 88 % des Français ont le sentiment que leurs demandes et leurs attentes sont suffisamment prise en compte (dont 51 % tout à fait). L étude réalisée à l occasion de l anniversaire de la loi Kouchner sur le droit des patients montre aussi que le niveau d information sur les actions à mener en cas de problèmes au décours d un acte de soin progresse. En 2011, ils étaient 66 % à se déclarer bien informés sur ce point. Ils sont 74 % en

3 eau secours! On a coutume de dire «à votre santé!» avant de boire, mais ne serait-il pas plus juste de se souhaiter bonne chance, compte-tenu des diverses et nombreuses pollutions de l eau dans notre pays? Ainsi, des pesticides ont été décelés en 2010 sur 63 % des points de mesure en France métropolitaine (eau souterraine). Pour ce numéro d été, Bonne Santé consacre son dossier à l information et la réfl exion sur certains aspects de la pollution de l eau. Nous reviendrons sur ce sujet, afi n d approfondir la réfl exion et compléter l information, un préalable indispensable à l action des citoyens préoccupés de leur santé et de celles des générations à venir. dossier : Pour vivre dignement, d après l OMS1, chaque être humain a besoin de près de 50 litres d eau par jour (boisson, nourriture et hygiène). Dans les années 1960, la France a mis en place un système de gestion de l eau autour des Agences de l eau. Ces dernières ont notamment pour mission de contrôler la qualité des eaux douces présentes dans les cours d eau et les nappes phréatiques. Pour commencer, il semble utile de poser la question de la pertinence et de la fiabilité des instruments de mesure des polluants. Pollution des eaux par les nitrates : la France poursuivie par l UE Martin Guespereau, le directeur général de l Agence de l eau Rhône-Méditerranée-Corse, estime l eau mieux surveillée que les sols, l air ou la mer, même s il reste encore des marges de progression. Il est en effet certainement possible et même nécessaire d améliorer la surveillance de la qualité des eaux chez nous, puisque le 27 février dernier, la Commission européenne, à la demande du commissaire à l environnement, Janez Potocnik, a annoncé qu elle allait traduire la France devant la Cour de justice de l Union européenne «pour n avoir pas pris les mesures efficaces contre la pollution des eaux par les nitrates». Marc Laimé, journaliste et auteur de nombreux ouvrages sur les problèmes de l eau, dénonce quant à lui le bidouillage des normes. Ces pratiques consistent, de fait, à relever les limites de qualité, plutôt que de chercher à obtenir une eau conforme aux normes officielles de 0,1 µg/l 2 par substance pesticide individuelle et de 0,5 µg/l pour le total des pesticides. Un exemple : En février 2011, le ministère de la Santé a rendu plus simple la distribution d une eau davantage polluée qu auparavant. Résultat : «Une quantité cinq fois plus importante de pesticides a été autorisée dans l eau du robinet! En toute discrétion» Une autre limite de la gestion de la qualité des eaux est qu elle ne prend en compte ni 1 - Organisation Mondiale de la Santé 2 - Microgramme par litre l effet «cocktail», c est-à-dire la synergie entre les polluants, ni l impact des perturbateurs endocriniens, ni la longue cohorte des produits de dégradation des polluants, ni, pour finir, le fait que l eau du robinet et les eaux brutes contiennent des bactéries certes non pathogènes, mais porteuses de gènes résistants aux antibiotiques. L enjeu majeur de toutes politiques pour une bonne qualité de l eau est la santé publique. Pasteur évoquait le lien fort entre l eau et la santé humaine, lorsqu il disait que ses contemporains «buvaient 90 % de leurs maladies», une situation qui perdure dans nombre de pays du sud. «Mettre les moyens pour préserver la ressource eau» Indiscutablement, limiter la pollution des eaux de surface et souterraines épargne le budget de la Sécurité sociale. «Dépolluer coûte deux fois et demi plus cher que d agir en direction des agriculteurs, explique Martin Guespereau. Des actions de prévention peuvent les encourager à diminuer l'utilisation des pesticides.» L année dernière, l Agence de l eau Rhône-Méditerranée-Corse a distribué 17 millions d euros de subvention pour encourager les agriculteurs à protéger les zones de captage d eau souterraine en mettant en herbe d anciennes zones de culture et par l arrêt de l utilisation de pesticides. «Il existe un rapport de un à dix entre le prix payé par un agriculteur et un usager pour le traitement de l eau», ajoute Martin Guespereau, qui constate néanmoins une réelle avancée depuis trois ans dans l attitude des agriculteurs vis-à-vis de l environnement. «Mettre les moyens pour préserver la ressource eau permet qu une eau saine soit accessible à tous», conclut-il. Une nouvelle hydrosolidarité Marc Laimé juge le modèle français de gestion de l eau «à bout de souffle». Il estime que les gouvernements ont trop tardé à prendre la mesure des pollutions d origine agricole et à lutter contre le productivisme. «C est l usager S il n y a plus d eau, on ne peut pas se laver, on ne peut pas boire, la Terre ne tourne plus et après, on est tous mort! Nolwenn Socquet-Clerc, 8 ans et demi, écolière extrait du livre d Arnaud Baumann Eau secours domestique qui paye quasiment tout le coût du traitement de la pollution des eaux d origine agricole» et il termine par nous mettre en garde : «Nous allons au-devant d une réelle crise de santé publique, car les processus d assainissement sont de plus en plus sophistiqués et toutes les collectivités locales (notamment celles qui sont situées dans des massifs montagneux et des régions rurales) n auront pas les moyens de payer et on risque d aboutir à une balkanisation des territoires.» Actuellement, en France, 7 millions d habitants reçoivent, au moins une fois par an, une eau non conforme à l un ou l autre des seuils de qualité des eaux de nitrates ou pesticides. Dès lors, Marc Laimé appelle de ses vœux la refonte du système en vigueur. Il propose de réinventer une nouvelle hydrosolidarité, en redéfinissant les nouveaux usages de l eau en fonction de chaque acteur Refroidissement des centrales nucléaires, tourisme, etc. et faire payer la ressource en fonction de ce qui en est fait. photo Arnaud Baumann. Droits réservés Critères éditions Parole à Gilles Nalbone «Je m intéresse à l impact sur la santé des polluants, en particulier les perturbateurs endocriniens (PE). Ces molécules produites par l industrie chimique sont capables de perturber notre système hormonal en activant de manière illicite des processus cellulaires en lieu et place des hormones qui devraient agir naturellement. Les PE ont envahi notre environnement depuis 50 ans (on en dénombre plus de 500), en particulier l alimentation et l air intérieur et on commence à en retrouver dans l eau de boisson. Les plus courants sont le bisphénol A, les perfluorés, les phtalates, les parabènes, les PCB, les pesticides... Ils ont trois propriétés toxiques majeures sur le corps humain, ce qui impose un changement de paradigme sur la toxicité de ces molécules : L effet faible dose, la période d exposition et l effet cocktail. La première indique qu il n y a pas d effet de seuil avec un PE. Ce n est pas la dose qui fait le poison, puisqu on peut observer un effet biologique plus fort à faible dose qu à forte dose. La DJA 1 n est donc pas une notion pertinente pour ce type de molécules. La deuxième est la période d exposition. L exposition aux PE pendant la période de gestation provoque des modifications biochimiques épigénétiques sur certains gènes du fœtus. L épigénétique s intéresse aux modifications biochimiques normales qui, sans changer le code génétique, modulent l activité des gènes. Le problème est que ces modifications sont influencées par les facteurs environnementaux (stress, nutrition déséquilibrée, polluants, 3 - Dose journalière admissible S engager pour un accès de tous à une eau saine Individuellement, vous pouvez vous informer sur les pollutions de l eau, notamment les perturbateurs endocriniens (PE), et limiter votre exposition au jour le jour. Si vous ne buvez pas l eau du robinet, préférez une eau en bouteille de verre, car le verre est recyclable et les composants du plastique risquent de migrer dans le liquide contenu. Collectivement, il nous faut trouver les moyens de substituer si possible l ensemble des molécules chimiques dangereuses pour notre santé par d autres molécules inoffensives. Il faut poursuivre les encouragements aux agriculteurs et aux industriels, afin qu ils Notre eau potable menacée par l action sournoise des perturbateurs endocriniens Gilles Nalbone est biologiste cellulaire, directeur de recherche émérite de l Inserm à Marseille et membre du Réseau Environnement Santé. changent certaines pratiques dommageables pour l environnement. Enfin, il est vital de former les citoyens et surtout les médecins, afin qu ils s informent sur les liens entre l eau, la santé et les polluants auprès de sources fiables indépendantes. Après l éducation et l organisation, vient le temps de l action. Si vous souhaitez participer à des évènements sur le thème de l eau potable, vous pouvez apporter votre concours aux associations et aux mutuelles membres d ENTIS, les Mutuelles de l être pour que tout le monde puisse avoir accès à une eau de qualité correspondant aux normes officielles. etc.), ce qui peut affecter notre état de santé. Si ces transformations touchent les gènes du fœtus, elles peuvent se révéler plus tard dans sa vie future, lors de mauvaises conditions environnementales, sous forme d une pathologie comme certains cancers, des troubles du développement, de la reproduction, des troubles neurologiques et métaboliques comme l obésité et le diabète. C est ce que les scientifiques appellent les origines développementales de la santé et des maladies chez l enfant et l adulte. On dispose de plus en plus d arguments expérimentaux et épidémiologiques montrant que les PE peuvent affecter de cette manière la santé, en agissant un peu comme de véritables bombes à retardement. L exemple le plus significatif est celui du distilbène prescrits aux femmes enceintes dans les années Il a occasionné certains types de cancers parmi la descendance féminine. La dernière caractéristique des PE est l effet cocktail. Notre organisme est imprégné par plusieurs dizaines de polluants. Nous ne savons quasirien des interactions entre ces polluants et de la toxicité qui en résulte, ce qui rend de nouveau obsolète la notion de norme maximale pour un polluant donné. Le problème est que les moyens pour détecter les polluants dans l eau de boisson sont très onéreux et incomplets. Dès lors, il est préférable pour des raisons de coût et de bon sens de limiter voire supprimer la pollution à la source, plutôt que de mettre en place des systèmes de dépollution extrêmement coûteux. Face au risque sanitaire sournois que constitue les PE, on peut raisonnablement se poser la question de savoir si notre espérance de vie en bonne santé va continuer à augmenter? Mettre enfin l environnement au cœur de la politique de santé s impose.» 9 pays possèdent 60 % des ressources mondiales en eau. Le Brésil, la Russie, l Inde, la Chine, le Canada, l Indonésie, les États-Unis, la Colombie et le Congo-Kinshasa. Le temps de renouvellement total des eaux souterraines est de ans en moyenne et de 300 ans pour les nappes superficielles. 96 % des cours d eau français sont souillés par les pesticides. POUR EN SAVOIR PLUS, ALLEZ AUX SOURCES eauxglacees.com : Le blog du journaliste et sociologue Marc Laimé. Marc Laimé Le dossier de l eau. Pénurie, pollution, corruption, Seuil, mars Mohammed Larbi-Boughera Les Batailles de l eau. Pour un bien commun de l humanité, éd. Charles Léopold Mayer en collaboration avec onze autres éditeurs francophones, coll. Enjeux Planète, Ricardo Petrella L eau : Res publica ou marchandise?, Editions La Dispute, Paris,

4 Région : Rhône-Alpes Assemblée générale de la MUFTI L assemblée générale de la mutuelle grenobloise s est déroulée le 1 er juin, au sein du célèbre club de rugby du FCG qui évoluera la saison prochaine dans le Top 14. Là, dans le lodge du club, auquel la Mufti apporte son soutien fidèle depuis dix ans, les participants ont pu approuver le rapport de gestion que le conseil d administration leur soumettait. Plus de soixante délégués ont remarqué la maîtrise des frais de gestion de la Mufti, et ce malgré le cumul imposé aux mutuelles des taxations complémentaires et des transferts de charges de la sécurité sociale, entraînant une cherté des cotisations. La Mufti en partenariat avec la Mutuelle familiale des Alpes (Chambéry) s unissent sur de nouvelles garanties (génération Omega) accessibles aux adhérents dès cet automne. Conjointement les deux organisations mutualiseront également leur informatique pour un meilleur service. Les participants ont ensuite, comme de coutume après l assemblée, partagé un pot amical. Des heureux gagnants! Une nouvelle dynamique politique et sociale pour l Union des Mutuelles de France Mont-Blanc Les assemblées générales qui se sont tenues les 5 mars et 12 juin 2012 à Meythet ont validé, dans un climat serein et apaisé, l'ensemble du projet de gouvernance politique par le renouvellement des deux-tiers du conseil d'administration et l'élection aux fonctions de président de Bernard Desaire. Dans cette nouvelle posture politique, notre projet mutualiste donne la priorité à la mise en œuvre des valeurs fondamentales issues des fondateurs de notre Union. Nous comptons prochainement proposer une offre mutualiste adaptée et solidaire favorisant l'accès aux soins, notamment en direction des populations fragilisées par la crise dont les financiers et les politiques ultra-libérales sont les responsables Mais également, la défense de notre système de protection sociale et de santé dont les nouveaux dirigeants du pays, François Hollande et Jean Marc Herault, veulent donner du sens et des moyens dans le cadre des politiques publiques encadrées par l'europe et les marchés financiers. Soyons vigilants et exigeons de vrais engagements solidaires et justes. Nous voulons être au cœur des mutuelles de progrès pour qu'elles ne soient plus des collectrices d'impôts, mais des mutuelles solidaires et responsables. Notre Union s'inscrit pleinement dans le mouvement social en cours et Sébastien Pommaret directeur de l'umfmb à venir, qui travaille notamment sur la redistribution des richesses. Ces richesses sont aujourd'hui uniquement perçues par les gros actionnaires et les financiers. Le nouveau directeur général, monsieur Sébastien Pommaret, a pris ses fonctions le 21 mai Il a 42 ans et travaille dans des mutuelles du livre 3 depuis 2006, notamment dans le développement des activités dentaires, orthodontiques, implantologie, médecine, ophtalmologie et soins infirmiers. C'est un point important pour la construction de notre projet mutualiste, important pour la stabilité du personnel, de ses représentants et des élus. C'est dans ce sens que nous participerons activemment à l'animation des comités d'actions mutualistes initiés par la Mutuelle de Haute-Savoie (MFHS) pour répondre, dans la proximité, aux besoins croissants sanitaires et sociaux des populations des assurés sociaux et de nos mutualistes. Ensemble dessinons ces nouveaux espaces mutualistes au service de l'homme et du progrès social. Plus que tout, notre vocation est de permettre aux mutualistes de trouver au plus près de chez eux une réponse de qualité, car il s agit de leur santé et que rien n est plus précieux. L'Unam au Sénat MOBILISER POUR DIRE NON À L'IMPÔT SUR LA SANTÉ Le 6 mars, l'union nationale alternative mutualiste (Unam) organisait un rassemblement devant le Sénat. Plus d'une centaine de personnes ont répondu présents. Des mutualistes venus de toute la France ont déployé des banderoles et scandé des slogans pour se faire voir et entendre. Le but était de faire passer le message de l'unam pour une protection sociale solidaire et universelle et contre la mise en place de la Taxe sur les complémentaires agréées (TCA), qui accentue les inégalités sociales. Les participants aux rassemblements ont affirmé leur refus «que les Mutuelles et par là même la population, supportent une fois de plus le financement de la Sécurité sociale par le De gauche à droite : Dominique Duine, directrice de la Mutuelle de France de l Aube, Viviane Krynicki, directrice Mutuelle Familiale de France, Sylvie Dubois, vice-présidente de l Unam, Jean-Jacques Verchay, président de l Unam, Dominique Lebeau, président de la Mutuelle de France de Roanne. biais de cette taxe ou encore par une augmentation généralisée de la CSG comme le propose la Fédération nationale de la mutualité française. Cela suffit! Le gouvernement a délibérément choisi de faire peser sur les usagers de la santé une très grande partie de l effort budgétaire, alors que des secteurs entiers de l économie en sont totalement exemptés, comme la richesse issue de la spéculation financière. Tous ensemble, il est possible d imposer une autre politique de santé, où chaque personne paie en fonction de ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins. Il est également possible d exiger la suppression de toutes les taxes, des dépassements d honoraires, du forfait hospitalier, de tous les transferts de charges du régime obligatoire vers les mutuelles et de mettre en place une véritable politique de prévention et du médicament. Le seul moyen pour trouver les ressources et financer notre protection sociale de façon pérenne nécessite une autre répartition des richesses.» Un sénateur socialiste du Loiret et une délégation des Verts sont venus rencontrer les participants au rassemblement devant le Sénat et échanger sur les revendications. Une délégation de six responsables de mutuelles, conduite par Jean- Jacques Verchay, le président de l Unam et Sylvie Dubois, sa vice-présidente, a été reçue par les élus du groupe communiste et républicain. Ses membres leur ont remis en mains propres des milliers de pétitions contre la TCA collectées auprès des adhérents, ainsi qu une déclaration sur les positions de l Unam sur la protection sociale et les conséquences des dispositions gouvernementales. Des garanties prévoyance sur mesure Laure Damis est responsable de la relation adhérent. Elle vous conseille sur les garanties prévoyance que vous pouvez souscrire en complément de votre contrat santé : «Chers adhérents, vous nous faites confiance pour vos garanties santé et nous vous en remercions. Jour après jour, nous nous efforçons de mériter cette confiance en vous proposant des solutions de protection sur mesure. Nous vous connaissons bien! Nous sommes donc les mieux placés pour vous offrir les garanties prévoyance adaptées à vos besoins, à vos attentes et votre budget. Comme pour vos contrats santé, nous ne pratiquons pas de sélection. Pour souscrire une garantie de notre gamme prévoyance, vous n avez pas de questionnaire médical à remplir et les cotisations sont adaptées à votre budget.» Près de 14 millions de personnes sont hospitalisées chaque année et doivent faire face à des frais imprévus. Inutile d ajouter des soucis matériels aux problèmes de santé! La garantie Mut Hospit+ vous protège des dépenses liées à l hospitalisation en vous versant une allocation dès le premier jour. Près de 4 millions de personnes sont victimes d un accident qui les conduit à l hôpital chaque année. La garantie Mut Accident vous protège en vous procurant une allocation et une assistance technique en cas d accident. La garantie Mut ualité Obsèques prévoit le règlement de vos frais funéraires grâce à une allocation remise à vos proches, tandis que la garantie Mut Décès permet le versement d un capital en cas de décès ou d invalidité. Pour connaître la garantie la mieux adaptée à votre profil, contactez-nous! Tél. : ou Vous aussi devenez, Relais de solidarité L œil au volant Le Relais des solidarités a été créé en décembre Le service déjà mis en place apporte aide, conseil et soutien dans les démarches administratives. Afin de conserver un lien de proximité avec nos adhérents, il se déplace et va à leur rencontre dans les agences du département. Différents sujets sont traités par le Relais : la CMU/Chèque Santé (exemple : bilan chèque santé) ; la complémentaire santé ; aide administrative (exemple : démarches suite à un décès, aide pour l attribution 100 % par la sécurité sociale ). La conférence débat du 22 mars 2012 sur le thème «Travail, enjeu du salaire et protection sociale», avec la participation de Bernard Friot - économiste et chercheur-, a remporté un franc succès. En cette période de crise économique et sociale, où se joue l avenir du financement de notre protection sociale, les réponses claires et argumentées de Bernard Friot ont permis de mieux cerner le passage de la théorie économique à un projet social réaliste et équilibré. À l issue de la conférence, une tombola a été organisée par la dynamique équipe du développement d ENTIS Mutuelles de France sous la houlette d Alain Visa. Elle a bénéficié d une forte participation des représentants des entreprises et des collectivités territoriales de Haute-Savoie qui ont répondu favorablement à notre invitation. Après tirage au sort, la remise des lots aux heureux gagnants s est faite autour d un apéritif de bienvenue au siège d ENTIS Mutuelles de France. Notre volonté est d aller plus loin pour que les valeurs de solidarité deviennent encore plus une réalité. Votre mutuelle recherche des bénévoles pour apporter une aide aux adhérents dans leur vie quotidienne : temps d échange, accompagnement chez le médecin, le kiné, démarches et courriers administratifs, promenades, etc. Vous avez le sens du contact et l envie d aider. Vous pouvez nous consacrer quelques heures par mois selon vos disponibilités. Rejoignez-nous pour qu ensemble nous proposions une aide ponctuelle aux adhérents confrontés à des difficultés sociales lors d un retour d hospitalisation, face à un isolement, un problème de santé... Un peu de temps pour vous, un grand geste pour eux. Informez-vous en contactant Véronique Salaman au ou par mail : Cette action, à la fois très utile pour les adhérents et formatrice pour les bénévoles, est une belle illustration de ce que la Mutuelle doit être, humaine et solidaire. Vous pouvez comptez sur votre mutuelle, votre mutuelle compte aussi sur vous! Crédit photo : IKO - Fotolia.com nouveau Crédit photo : Stéphane Barbato - Ne pas jeter sur la voie publique. Relais le des solidarités Votre mutuelle vous accompagne dans vos démarches administratives Organisme régi par le Code de la Mutualité 90% * des décisions et des gestes dépendent des yeux! Faites contrôler votre vue. *Source ASNAV (Association Nationale pour l Amélioration de la Vue). Offre disponible auprès des mutuelles diffusant les garanties de la Mutuelle d'assurance Solidaire Nouveau service d Action Sociale mutualiste : Votre mutuelle vous apporte aide, conseil et soutien grâce à des permanences dédiées dans ses agences (Annecy, Annemasse, Cluses, Cran-Gevrier, Faverges, Rumilly & Thonon). Gratuit et confidentiel, prenez rendez-vous au Rendez-vous dans nos centres optiques 7 ou par mail

5 Région : Auvergne /// Mutuelle Familiale Centre Auvergne Région : Bretagne /// Mutuelle Familiale de France Regard d un ancien président Se battre pour une Sécu à 100 % n est pas une utopie!» Entretien Agriculteur au début de sa vie professionnelle, Raymond Bongrain rejoindra ensuite la Manurhin qu il quittera 30 ans plus tard comme ouvrier qualifié. Administrateur de la Sécurité sociale pendant 3 décennies, il a été président de la Mutuelle de 1978 à Raymond, quelle différence vois-tu entre la mutualité d hier et celle d aujourd hui? La première chose qui me saute aux yeux, c est qu à l époque, il n y avait pas de reste à charge. Il ne faut pas oublier que par exemple, tous les médicaments étaient remboursés à 90 ou 60% par la «Sécu». On mesure bien le recul aujourd hui où de plus en plus de gens ne peuvent plus se soigner. Les mutuelles intervenaient peu car la plus grosse part était du ressort de la «Sécu». C est beaucoup moins vrai aujourd hui, ce qui se ressent très fortement sur le montant des cotisations mutualistes Les franchises, les déremboursements, les dépassements d honoraires connaissent une dérive inimaginable à l époque. Enfin, jadis, la quasi-totalité des cotisations servait aux adhérents. Il n y avait pas toutes ces taxes qui ont fait des mutuelles de vraies «pompes à fric» pour l État. De quand date cette rupture? Je la situe principalement au début des années 90. Cette régression est à mettre en parallèle avec la disparition progressive du tissu industriel de notre pays, avec toutes les conséquences que cela a engendré sur le monde ouvrier avec l explosion de la pauvreté, le chômage Rien que sur Vichy, combien de milliers d emplois ont disparu en 30 ans? C est aussi à cette période que la marchandisation de la santé s est développée avec les directives européennes de 1992 qui ont parachevé le marché unique de l assurance, mettant ainsi dans le même sac mutuelles, assurances privées et institutions de prévoyance. Pourquoi cette morosité aujourd hui devant la destruction progressive de notre système solidaire? Il faut toujours avoir à l esprit les difficultés importantes d un nombre croissant d entre nous. Pas facile de se mobiliser quand les fins de mois sont difficiles Et puis, toutes ces entreprises qui ont disparu, cela a grandement affaibli les organisations syndicales et leur capacité de riposte. Ces quelques raisons expliquent, selon moi, qu on constate un certain repli sur soi, un individualisme montant et une baisse des valeurs de solidarité. Pourtant, la solidarité, c est la seule solution juste et équitable? C est vrai. Jadis considérées comme un outil au service des travailleurs et gérées par eux, les mutuelles ont souvent fait l objet d une lutte sociale, d où l implication des salariés de l époque. Ce n est plus le cas aujourd hui où l on fait trop souvent l erreur d e penser que l acquis ne peut être supprimé. Pour eux, la Sécurité sociale fait désormais partie du paysage, un peu comme la télévision. Elle ne peut disparaître. Ils se trompent gravement et ne comprennent pas qu il faut la défendre. De toute manière, la plus belle des mutuelles, la plus solidaire, c est la Sécurité sociale et se battre pour une «Sécu» à 100% n est pas une utopie. Mais le «trou»? Redonnons à la France une industrie digne de ce nom ; à chaque emploi créé ce sont des cotisations en plus pour la «Sécu». Faisons participer à son financement l ensemble des revenus, y compris ceux des capitaux, et redonnons lui toutes les recettes initialement prévues, vous verrez, cela ira déjà beaucoup mieux! D ailleurs, pourquoi entend-t-on si peu parler du régime Alsace-Moselle? Il rembourse pourtant les médicaments à 90% et n est pas en déficit Les années passent, et tu es toujours combatif Raymond Oui, quand je vois ce qui a été conquis par la Résistance dans une période très difficile et glorieuse de notre histoire au sortir de la dernière guerre mondiale, j ai envie de témoigner face au gâchis auquel je suis en train d assister et dire que jamais les valeurs humanistes et solidaires de l époque n ont été aussi actuelles que maintenant. Le Comité d actions mutualistes de Bretagne demeure à votre écoute pour mener à bien la défense de notre protection sociale, de façon à ce qu elle soit de haut niveau et pour tous. Un comité d actions mutualistes de Bretagne et son comité de pilotage ont été créés à la Mutuelle Familiale de France Qu est-ce que le comité d actions mutualistes de Bretagne? C est un groupe composé de plus de cinquante personnes issues du milieu mutualiste, associatif, syndical : en bref de toutes les structures du mouvement social. Pourquoi créer un Comité d actions mutualistes en Bretagne? La Mutuelle Familiale de France a décidé de créer ce comité le 31 janvier dernier, afin de donner de la voix à notre Mutuelle, de porter haut et fort nos valeurs de solidarité dans lesquelles l Humain est au centre de nos préoccupations. Ce comité sera le lien entre nos adhérents, les associations, les organisations syndicales et les partis politiques. Dans quel but? Conduire des actions de prévention, promouvoir la santé et l éducation populaire, engager une réflexion politique de l action sociale, organiser des débats à thème (protection sociale, santé au travail, stress, politique du médicament ). Il a été mis en place à partir de ce Comité d actions mutualistes de Bretagne, un comité de pilotage 21 personnes pour mener à bien les décisions qui ont été ou seront prises. Depuis sa création, le comité de pilotage n a pas chômé : il faut dire que l actualité politique était dense! Et nous en avons profité pour écrire à tous les parlementaires, tous les députés et à tous les candidats à l élection présidentielle pour demander notamment : La suppression de toutes les mesures mises en place, mettant à mal le devenir de notre protection sociale, tels que les déremboursements, les dépassements d honoraires, afin que les mutuelles ne se substituent pas à la Sécurité sociale. L annulation de toutes les taxes qui pèsent sur le budget des mutualistes. Le libre choix pour les assurés sociaux d adhérer là où ils le désirent. Le réexamen du montant des réserves obligatoires pour les organismes dont le risque est au maximum d un an. Les candidats se sont contentés de constater la situation de notre protection sociale, excepté de François Hollande et de Jean-Luc Melenchon, qui nous ont répondu. Monsieur Hollande est aujourd hui notre président de la République. Il a fait des promesses, notamment la suppression de certaines taxes. Il s est engagé pour une véritable politique de santé publique. Le comité de pilotage a rencontré le 13 juin dernier Monsieur le député Gwendal Rouillard. Nous profitons de cet article pour le remercier de nous avoir reçus et pour son accueil chaleureux. Il a été à notre écoute, partage notre analyse sur la dégradation de notre protection sociale et se présente comme un député de terrain accessible et nous le confirmons. Nous sommes ressortis de l entretien satisfaits. Nous avons confiance en ses engagements et nous sommes persuadés qu il interviendra dans toutes les instances pour appuyer nos revendications. Toutes les personnes qui constituent le Comité d actions mutualistes de Bretagne nous permettent de porter nos valeurs, nos revendications. Un grand merci à toutes et à tous pour leur disponibilité et leur efficacité. Le Comité va mener des actions de prévention et un débat sur notre protection sociale, le thème n est pas encore défini. Dès qu il le sera, vous serez informés et invités à y participer. En bref & en chiffres Retour sur l assemblée générale de la MFF, le 3 juin dernier La MFF au Sénat. Quand les administrateurs se forment Répondant aux exigences du code de la Mutualité, les administrateurs de la MFCA et de la MIRFT ont poursuivi leur cycle de formation. Près de 70 personnes étaient présentes, en tant que délégués et invités. L actualité était dense, car elle s est tenue pendant la période des élections présidentielles et législatives. Les échanges ont porté sur le devenir de notre système de santé. Des témoignages ont été apportés. Des décisions ont été prises, notamment celle d aller à la rencontre des représentants politiques de notre région. Une motion a été votée pour demander la suppression de toutes les taxes, et enjoindre notre nouveau président de la République et tous les parlementaires à analyser d urgence la situation critique de notre système de protection sociale qui se dégrade. Il a été remis, en mars dernier, toutes les pétitions. Nous avons demandé entre autre : Le retrait de toutes les taxes, qui représentent % du montant des cotisations de nos mutualistes, qui est un très mauvais coup porté à l accès aux soins de l ensemble de la population, quand on sait que les complémentaires financent aujourd hui 50 % des soins de premier recours. Réalisée en commun avec la Mutuelle Familiale du Loir et Cher, ils étaient 25 à se retrouver à Bourges le 21 mars autour de Bernard Teper, économiste, co-animateur du Réseau éducation populaire et auteur avec Catherine Jousse et Christophe Prudhomme du livre «Contre les prédateurs de la santé». Le thème de cette journée était «Les mutuelles dans la tourmente». Après avoir retracé brièvement l histoire de la mutualité, le conférencier s est longuement attardé sur les conséquences des directives européennes de 1992 pour les mutuelles. Cela s est traduit en 2001 par l arrivée du nouveau code de la Mutualité qui, de solidaire, devient assuranciel avec toutes les conséquences néfastes qui en ont découlé. Enfin, les participants ont débattu du marché de la protection sociale complémentaire avant d évoquer un certain nombre de pistes alternatives notamment pour les mutuelles de proximité. La parole et les actes. Le 29 mars dernier avait lieu une journée d action pour la reconquête de la protection sociale et un grand service public de santé et d action sociale. Avec pour mot d ordre bien connu «la Santé ne doit pas être une marchandise», usagers, professionnels de santé et acteurs de la protection sociale étaient donc réunis devant la CPAM de Moulins. Il était donc tout à fait naturel pour la MFCA de participer à cette journée afin que chacun «paye selon ses moyens et reçoit selon ses besoins». Échanges autour des décrets des territoriaux Le 26 avril dernier, la Mutuelle Familiale de France a organisé une rencontre-débat sur les décrets des territoriaux, avec les élus, les responsables des mairies, des comité d'activités sociales et culturelles et des comité d'œuvre sociale : cette rencontre a représenté un moment fort d échanges, avec la participation d une trentaine de personnes. Nous y avons apporté tous les éléments concernant les décrets. Une autre politique de santé, où chaque personne paie en fonction de ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins. La suppression des dépassements d honoraires, du forfait hospitalier, de tous les transferts de charges du régime obligatoire sur les mutuelles, de mettre en place une véritable politique de prévention et du médicament. Une autre répartition des richesses, seul moyen pour trouver les ressources et financer notre protection sociale. 9

6 Prévention Bricoler en toute sécurité Jeunes & engagés Prenons soin de la Planète! Protégez les enfants des rayons du soleil Vacances au soleil : attention danger! 80 % des cancers de la peau chez l adulte sont dus à une exposition excessive ou mal protégée avant l âge de 14 ans. D où l importance d habituer les enfants dès leur plus jeune âge à adopter des comportements responsables face au soleil. Avant l'âge de 18 ans nous sommes nombreux à avoir déjà reçu en moyenne 60 à 80 % de la dose d'ensoleillement à laquelle nous avons droit pour le restant de nos jours! Cela s'explique par la durée plus importante d'exposition des enfants au soleil, en comparaison aux adultes, plus souvent enfermés. Le bronzage sert à nous protéger des rayons solaires nocifs. Ce sont eux qui provoquent la fabrication de la mélanine. Ce pigment va ensuite produire des mélanocytes. Il s'agit de cellules en forme d'étoile. Les grains de mélanine vont migrer ensuite dans les kératinocytes et se placer au-dessus de leur noyau. Ce petit chapeau brun protège l'adn et empêche les mutations génétiques dues aux rayons du soleil. LA PEAU EN DANGER! Mais entre le moment où la fabrication de la mélanine commence et celui où elle est en place, la peau est en danger. Celle des plus jeunes est plus fine et leur système pigmentaire est encore immature, ce qui les rend particulièrement sensibles aux effets nocifs des rayonnements ultraviolets. Pour exemple, deux méchants coups de soleil, avec pelade, avant l'âge de 12 ans multiplient par dix le risque d'être touché par le mélanome. Ce cancer de la peau est responsable de décès par an en France. Et son incidence double tous les dix ans en Europe. C'est pourquoi il faut acquérir très tôt les bonnes habitudes : les enfants doivent toujours porter au moins un tee-shirt foncé, un chapeau et des lunettes de soleil à la plage, et ne pas oublier la crème solaire d'indice 30 minimum! Et bien sûr, durant les heures pendant lesquelles le soleil est le plus haut (entre midi et 16 h), mieux vaut rester à l'ombre ou à l'intérieur. Chute, brûlure, coupure, intoxication ou électrocution... Les accidents domestiques sont quatre fois plus fréquents que les accidents de la route. Comment les éviter? Un accident domestique sur quatre se produit dans le garage et le jardin. Chaque année, près de personnes doivent en effet se rendre aux urgences à la suite d'une séance de bricolage. Au hit-parade des accidents les plus fréquents, on trouve les chutes. Pour les éviter, assurez-vous de la stabilité des échelles et faites-vous aider par une tierce personne. En cas de chute grave et si la personne a perdu connaissance, il faut la mettre en position latérale de sécurité et appeler les secours. Accident : le bon réflexe Dans le cas d'un doigt sectionné, il faut surtout le récupérer et le protéger dans un sac en plastique fermé de façon hermétique. Le sac doit ensuite être déposé sur un lit de glaçons. Ne le placez jamais directement sur les glaçons, les tissus risqueraient d'être abîmés. L'extrémité amputée doit être enveloppée dans un pansement compressif. Ne faites pas de garrot qui comprimerait les vaisseaux, et bien sûr, appelez d'urgence le 15 ou le SAMU pour un transport dans un centre de SOS Mains. Pour éviter les traumatismes en tout genre, comme les coupures et les brûlures : portez des équipements de protection adaptés, comme des gants, des lunettes, un casque. Et travaillez dans un endroit dégagé et éclairé. Si ce sont les murs ou les parquets que vous souhaitez rafraîchir, rappelez vous que tous les produits de bricolage, même les plus anodins, contiennent des substances chimiques : peintures, colles, solvants, vernis, vitrifiant, cires, décapant, diluant, laques... Certains ne dégagent aucune odeur et peuvent pourtant provoquer des intoxications par inhalation ou au contact de la peau. Dès lors, ne dépassez jamais la dose de produit recommandée par le fabriquant et ne mélangez pas les produits entre eux. Enfin, certains sont inflammables, prenez garde aux pictogrammes et apprenez à connaître leur sens. En ce qui concerne les électrocutions, pensez à couper le courant quand vous travaillez sur les circuits électriques. Débranchez vos machines entre chaque utilisation et attendez l'arrêt de vos outils avant de les ranger. Environnement Pollution intérieure : 3 élèves sur 10 affectés L air de nos écoles est-il pollué? La réponse à cette question se trouve dans le travail qu une équipe de l INSERM a publié en avril. Il en ressort que «3 enfants sur 10 sont exposés à des niveaux de polluants atmosphériques supérieurs aux valeurs recommandées par l OMS et l'anses 1». Plus de élèves d une centaine d écoles primaires ont été suivis pendant toute une année scolaire par une équipe de l Inserm, l Institut national de la santé et de la recherche médicale. L étude a été menée dans six villes de France. Les chercheurs ont analysé les concentrations de particules fines de taille inférieure à 2,5 micromètres (environ 25 fois moins que l épaisseur d un cheveu) et de dioxyde d azote, surtout émis par la circulation automobile et qui entrent par exemple par les fenêtres. Mais aussi trois polluants intérieurs : formaldéhyde, acétaldéhyde et acroléine. Ils proviennent généralement, selon l étude, des «produits de combustion (cigarettes, bougies, encens, cheminées, cuisinières à gaz), de construction et de décoration (bois, parquets stratifiés, colles de moquettes, papiers peints, vernis, mousses isolantes), d entretien (détergents, désinfectants, lingettes) et de traitement (insecticides).» RHINITES ET ASTHME Résultat : environ 30 % des enfants suivis, âgés de 10 ans en moyenne, «sont exposés à des niveaux des principaux polluants atmosphériques supérieurs aux valeurs guides recommandées» par l OMS et l ANSES. Les chercheurs soulignent en outre un lien entre la qualité de l air des classes, l asthme et les rhinites développés par les enfants. Ils indiquent que «les enfants sont plus sensibles aux effets de la pollution de l air que les adultes. La pollution de l air intérieur peut entrainer chez eux des problèmes de santé à court et long terme tels que la congestion nasale, des maux de tête, de la fatigue, des vertiges, des nausées.» Pour améliorer la situation, il est nécessaire de travailler dès la conception des bâtiments scolaires, en veillant à leur emplacement (loin des routes), d utiliser des matériaux de construction étiquetés A+ et prévoir des ventilations adéquates. Leslie Goovaerts a 27 ans. Elle travaille depuis trois ans pour Monde Pluriel, qui fédère les initiatives de lycéens et de collégiens en faveur d un développement durable. L association grenobloise organise une conférence locale dans chaque établissement scolaire qui participe au projet Prenons soin de la Planète!. Des représentants, élus par les jeunes, prennent part à la conférence nationale, à Autrans dans le Vercors, et à la conférence européenne, à Bruxelles. «Après des études de langues, j'ai effectué un master spécialisé en coopération internationale, afin de travailler dans le secteur associatif. Je pense que c'est là que je peux être la plus utile pour contribuer à améliorer la société. Par ailleurs, j'apprécie l'atmosphère d'entraide et de convivialité qui règne au sein de l'équipe de Monde Pluriel. Nous partageons tous les mêmes valeurs de solidarité, de citoyenneté, de responsabilité, d'engagement et d'ouverture aux autres. Travailler dans une telle association est une façon de faire de la politique sans se présenter aux élections. Dans la cadre de mon activité, j'interviens dans des classes. Monde Pluriel privilégie l'organisation d'ateliers, où l'on peut apprendre en s'amusant. Le but est d'éviter la posture moralisatrice ou d'apparaître comme des donneurs de leçons, car cela compromettrait nos chances d'arriver à sensibiliser les jeunes aux enjeux du développement durable. "Le réchauffement climatique dans les Alpes" On peut citer l'exemple d'une classe de seconde du lycée Charles Beaudelaire d'annecy. Leur projet intitulé Le réchauffement climatique dans les Alpes est encadré par leurs professeurs de mathématique, de SVT 1 et de physique. Les élèves sont incités à réfléchir et agir pour limiter l'impact du changement climatique sur l'environnementles lycéens ont ensuite élaboré un projet par équipe pour rendre compte des conséquences du réchauffement sur certains aspects de l'écosystème ou sur l'augmentation de la part du CO2 dans l'atmosphère. Nous les aidons à se forger une conscience politique et écologique. > Leslie Goovaerts Même dans le cas où ce type d interventions n accroissait l éthique de responsabilité que parmi une poignée de jeunes, je trouverais tout de même très gratifiant de les voir améliorer leurs comportements quotidiens par rapport à l environnement. En bref & en chiffres Troubles du sommeil 12 millions de Français souffrent d insomnie, et un tiers d entre eux d insomnie sévère. 34 % des personnes interrogées dans le cadre d une enquête de l Institut de veille sanitaire (Invs) déclarent être touchées par des troubles du sommeil au moins trois fois par semaine. Les femmes (39 %) sont plus concernées que les hommes (29 %). Ces problèmes de sommeil amènent dans 22 % des cas la personne qui en souffre à prendre habituellement des anxiolytiques ou des hypnotiques. Chez les plus de 75 ans, près de la moitié des personnes ayant des problèmes de sommeil en consomment. Cette enquête, menée depuis 2008 a porté sur plus de personnes âgées d'au moins 16 ans. Important! Rapportez vos médicaments non utilisés en pharmacie Votre pharmacien est tenu de récupérer les médicaments non utilisés. Ces médicaments sont incinérés, afin d'éviter les intoxications dues à une utilisation détournée de ces produits. «Nous n'envoyons plus de médicaments dans les pays en voie de développement, pour empêcher le trafic», explique Pierre Gavid, trésorier de la section des officines du Conseil de l'ordre des pharmaciens. Selon une étude récente menée en France par LH2, trois personnes sur quatre déclarent rapporter leurs médicaments non utilisés à leur pharmacien. Les rai- sons évoquées sont, en premier lieu, la protection de l'environnement (91%) et la sécurité domestique (85%). 1 - Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l' environnement et du travail JOUEZ & GAGNEZ UN IPAD3 16 GIGA - WIFI Nom : Prénom : Adresse : CP : Ville : Numéro d adhér ent : 1) En france, d après l Inserm, combien d enfants scolarisés en primairen seraient exposés à des niveaux de polluants atmosphériques supérieurs aux valeurs recommandées par l OMS? 3 enfants sur 10 7 enfants sur 10 1 enfant sur 10 2) Combien de Français souffrent d insomnie? 4 millions 12 millions 21 millions 1 - Sciences de la Vie et de la Terre 3) À quelle hauteur la Sécurité sociale prend en charge les remboursements de soins d orthodonthie? 193 par semestre 800 par semestre 439 par semestre 4) Au hit-parade des accidents de bricolage les plus frénquents on trouve? les chutes les électrocutions les intoxications 5) question sur l'eau 40 % 25 % 12 % JEU CONCOURS BONNE SANTÉ 57 Avez-vous bien lu votre magazine? Répondez à ce questionnaire pour le vérifier. Un tirage au sort parmi les bonnes réponses vous fera peut-être remporter un IPAD 16 giga! Pour participer, retournez le coupon avant le 15 septembre 2012 inclus à l adresse suivante : Jeu concours Bonne Santé n 58 - Entis, les mutuelles de l être 39, rue du Jourdil - Cran-Gevrier BP Annecy Cedex 9 Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses. JEU CONCOURS BONNE SANTÉ 58 11

7 Ta santé t appartient! Ta sant artient! Les appareils dentaires à quoi ça sert? combien ça coûte? Selon l Union française pour la santé bucco-dentaire, 60 % des enfants de moins de 16 ans ont besoin d un traitement d orthodontie. Quelles sont les fi nalités d une pose de bagues dentaires ou d un appareil de nuit? L objectif d'un traitement d'orthodontie est de rétablir ou d'atteindre un bon fonctionnement de la dentition. On en retient souvent uniquement le but esthétique, mais l'essentiel est que l'occlusion, c'est-à-dire contact entre les dents du haut et du bas, se fasse le mieux possible pour conserver la dentition. Les traitements orthodontiques jouent également un rôle pour permettre une bonne élocution. Quelle prise en charge de ces traitements? Il faut savoir que le coût d'un traitement est très variable d'un praticien à l'autre. Dans une grande ville, il se situe en moyenne autour de 600 ou 800 euros par semestre. Sachez également que la Sécurité sociale rembourse en partie l'orthodontie, mais seulement lorsqu'une entente préalable a été conclue avant les 16 ans du patient. La Sécurité sociale prend en charge les frais à hauteur de 193 euros par semestre, soit trois fois moins que le prix du traitement... Le remboursement de la CPAM du semestre de traitement d'orthodontie (TO 90) est figé depuis 25 ans! Quelles avantages y a-t-il à aller dans un centre mutualiste pour son traitement d'orthodontie? Tous les centres dentaires de l'union des Mutuelles de France Mont-Blanc sont engagés dans une démarche d'amélioration de la qualité. Vous pourrez y bénéficier du tiers-payant sur la part du régime obligatoire et du régime complémentaire. Enfin, le prix payé se retrouve dans la qualité du service. Dernière précision, l'umfmb est aussi gestionnaire de centres dentaires en Savoie (Union des Mutuelles de France Savoie). 60 % des enfants de moins de 16 ans ont besoin d un traitement d orthodontie en France. Le Kiosque à infos La fertilité humaine est-elle en danger? Par Bernard Jégou, biologiste et toxicologue de la reproduction à l Université de Rennes 1, Pierre Jouannet, médecin, et Alfred Spira, médecin épidémiologiste. Éditions La Découverte Cette question alimente un vif débat, aussi bien dans la communauté scientifique qu auprès du grand public, des médias, du monde industriel et des décideurs politiques. Que les activités humaines, industrielles, agricoles ou même individuelles puissent constituer de graves menaces pour le climat et la biodiversité est un constat désormais largement partagé. Mais qu elles puissent nuire à la capacité des individus à se reproduire, cela est encore largement débattu par les chercheurs. Cette hypothèse suscite de nombreuses inquiétudes dans le grand public, car il s agit, symboliquement, de la perpétuation de l espèce humaine, qui est en jeu. Dès les années 1990, les auteurs de ce livre, spécialistes de renommée internationale, se sont trouvés associés autour d une préoccupation commune quant à l évolution de la santé reproductive humaine. Aujourd hui, dans cet ouvrage qui constitue la synthèse la plus actuelle des connaissances sur le sujet, ils dressent un état des lieux clair et accessible au plus grand nombre, avec le désir d alimenter le débat et d aider à faire des choix collectifs raisonnés en matière de développement et de santé publique. Le corps à petits pas Serge Montagnat, Actes Sud, dès 8 ans, documentaire Comment le corps fonctionne (respiration, circulation sanguine, digestion...), comment il communique avec le monde qui l'entoure, et comment il change au moment de la puberté. Un livre pour apprendre à grandir et à trouver sa place. La vie en gros Mikaël Ollivier, Folio, Gallimard, dès 9 ans, Roman Pour Benjamin, l'existence est lourde, de plus en plus lourde. Quand à l'occasion d'une visite médicale, l'infirmière scolaire informe la mère de l'obésité galopante de son fils, les choses se compliquent. Comment se mettre au régime quand on adore manger et que l'on caresse en plus le rêve d'ouvrir un restaurant plus tard? Comment affronter le regard des autres? Malgré l'aide des nutritionnistes, des acupuncteurs et des Lire en vacances psychologues, le mal de vivre pointe son nez. Et si l'amour n'était que le seul moyen de freiner un trop grand appétit? C'est l'histoire d'un jeune garçon qui découvre qu'il est obèse. À la façon d'un témoignage, le narrateur raconte sa vie quotidienne, gâchée par les kilos en trop. Puis l'amour s'en mêle, avec ses joies et ses déceptions... La déprime des opprimés Patrick Coupechoux, Seuil Des millions de personnes souffrent aujourd'hui d'anxiété, de phobies, de dépression. La souffrance psychique est devenue massive en France et elle touche toutes les catégories de population. Au-delà des chiffres, quelles sont les causes de ce nomène? Que dit-il du fonction- phénement de notre société? Pour répondre à ces questions, Patrick Coupechoux a mené une enquête auprès de ceux qui souffrent et de ceux qui soignent. Une sélection de lectures estivales pour enfants et pour adultes, disponibles partout en France, vous sont ici proposée par la librairie Jean-Jacques Rousseau à Chambéry LES MUTUELLES DE L'ÊTRE Bonne Santé est la revue trimestrielle d Entis, les mutuelles de l Être - 39, rue du Jourdil - Cran-Gevrier - BP Annecy Cedex 9 juillet 2012 n 58 Directeur de la publication : Lucien Carette Directeur de la rédaction : Damien Fortun Conseil éditorial : Didier Levallois Rédaction : Robin Assous Conception et réalisation : Critères Photographies : Critères, Fotolia. com (Laurent hamels, Rynio Productions, Anton Gvozdikov, Alexander Raths, Marcin Sadlowski, Pressmaster, Yannik Labbe, Yuri Arcurs, Julien Rousset, kameel, Mytro Konstantynov) Imprimé sur papier recyclé. numéro de CPPAP : 0910 M LES MUTUELLES DE L'ÊTRE

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

«Après le vote de la Loi de financement de

«Après le vote de la Loi de financement de À la veille du grand débat sur la protection sociale, annoncé par le premier ministre, beaucoup d interrogations demeurent. Dans une société de plus en plus individualiste, maintenir un système de protection

Plus en détail

BRICOLAGE. Les précautions à prendre

BRICOLAGE. Les précautions à prendre BRICOLAGE Les précautions à prendre Chaque année, près de 300 000 personnes arrivent aux Urgences à la suite d un accident de bricolage et/ou de jardinage. Respecter quelques règles simples de prévention

Plus en détail

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin!

Santé ET Prévoyance. Complémen ter vous accompagne vraiment plus loin! Santé ET Prévoyance vous accompagne vraiment plus loin! 3 offres labellisées pour bien accompagner votre démarche de protection sociale La participation financière de votre collectivité fait avancer la

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) A remplir par l enquêteur. Nom de l enquêteur.

QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) A remplir par l enquêteur. Nom de l enquêteur. MUTUELLE de SANTE COMMUNALE QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) (s entretenir avec les conseillers chacun dans son village d origine) A remplir par l enquêteur Identifiant

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous.

CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE. En France. 10 millions. de personnes ne peuvent pas se soigner. Débattonsen. www.unemutuel lepourtous. 1 9 S E P T E M B R E 2 0 1 3 CAMPAGNE NATIONALE MUTUELLES DE FRANCE En France 10 millions de personnes ne peuvent pas se soigner. www.unemutuel lepourtous.com Débattonsen! Affiche40x60.indd 1 10/09/13

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE RÉFÉRENCÉE LA SEULE OFFRE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE RÉFÉRENCÉE LA SEULE OFFRE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE LA SEULE OFFRE RÉFÉRENCÉE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE LA SANTÉ DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET s engage pour tous les agents du ministère du Développement

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008

Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Intervention de Gilles LEPROUST, Maire d Allonnes Inauguration du lieu d écoute santé «Escale» Le lundi 6 octobre 2008 Ce soir, nous inaugurons un nouveau lieu pour un nouveau service mis à la disposition

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

Complémentaire Santé. MCDef MELODY SANTE. Préservez votre capital santé

Complémentaire Santé. MCDef MELODY SANTE. Préservez votre capital santé 1 Complémentaire Santé MCDef MELODY SANTE Préservez votre capital santé 2 MCDEF MELODY SANTE À partir de 46,93 / mois* pour un assuré de 60 ans en formule ECO * département 79 Au fil du temps, les besoins

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Organisée par : Délégation des Hautes-Alpes de la Mutualité Française Paca, ADRETS, UDESS05, la CRESS (Chambre Régionale de l Économie Sociale

Plus en détail

CARCEPT ÉVOLUTION SANTÉ PRÉSERVEZ VOTRE CAPITAL SANTÉ MUTUELLE CARCEPT PREV COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

CARCEPT ÉVOLUTION SANTÉ PRÉSERVEZ VOTRE CAPITAL SANTÉ MUTUELLE CARCEPT PREV COMPLÉMENTAIRE SANTÉ CARCEPT ÉVOLUTION SANTÉ PRÉSERVEZ VOTRE CAPITAL SANTÉ MUTUELLE CARCEPT PREV COMPLÉMENTAIRE SANTÉ * Département 79 2 À partir de 46,93 / mois* pour un assuré de 60 ans en formule ECO Au fil du temps, les

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

de Mutex Les Brèves VŒUX À VOTRE SERVICE Partenaires sociaux Une équipe renforcée pour vous servir

de Mutex Les Brèves VŒUX À VOTRE SERVICE Partenaires sociaux Une équipe renforcée pour vous servir Les Brèves Lettre d information à destination des Partenaires Sociaux #7 JANVIER 2014 de Mutex VŒUX Les équipes de Mutex et de ses mutuelles partenaires, vous adressent ainsi qu à vos familles et vos amis,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS Sexe : Age : 1. Soins de ville : Consultez-vous un médecin généraliste : Jamais Pour des vaccinations ou certificats médicaux Pour des visites de prévention Uniquement

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR

Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Fiche documentaire FAIRE LES PRODUITS D USAGE DOMESTIQUE SANS DANGER POUR L AIR Les produits d usage domestique comprennent les produits de nettoyage (p. ex., les nettoie-vitres et les produits de nettoyage

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

Assurance Arrêt de Travail

Assurance Arrêt de Travail Solutions Assurances Agriculteurs Arrêt de Travail Assurance Arrêt de Travail des Agriculteurs Pour vous aider à ajuster vos garanties à votre situation et à votre type d activité, n hésitez pas à faire

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS

LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS T R A N S P O R T S LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS DU SECTEUR DES TRANSPORTS ROUTIERS R O U T I E R S Votre interlocuteur : Nicolas SAINT-ETIENNE Conseiller Mutualiste Entreprises Tél : 03 84 45

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Economie Sociale et Solidaire : Réflexions et propositions pour aller plus loin

Economie Sociale et Solidaire : Réflexions et propositions pour aller plus loin CONFERENCE NATIONALE ENTREPRISE Colloque du 15 novembre 2014 Merci pour cette invitation au dialogue Economie Sociale et Solidaire : Réflexions et propositions pour aller plus loin Ap2e.info - Vigilancecitoyenne.fr

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat Les intervenants : Véronique ROSETTI Responsable département association Cabinet Aliantis- Lyon Benoît PARIS Expert Comptable Diplômé Responsable

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

Mutuelle Renault. membre du. Règlement mutualiste

Mutuelle Renault. membre du. Règlement mutualiste Mutuelle Renault membre du Règlement mutualiste Mutuelle Renault membre du Obligations de la Mutuelle et de ses membres participants CHAPITRE 1 COTISATIONS ARTICLE 1 Les membres participants s engagent

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE

ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE ETUDIER À L ÉTRANGER BELGIQUE BIENVENUE EN BELGIQUE Vous avez décidé de venir étudier en Belgique, félicitations! Notre pays est reconnu pour la qualité de son accueil, son sens de l'humour, ses bières,

Plus en détail

Convention de Participation SANTE

Convention de Participation SANTE Convention de Participation SANTE Communauté de Communes Bretagne Romantique Version 03.10.2013 Sommaire 1. La MNT en chiffres 2. La participation employeur 3. Les garanties du contrat collectif santé

Plus en détail

MOI PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE

MOI PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE MOI PRÉVENTION PRÉVOYANCE LA DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET s engage pour tous, sur les terrains de la santé, de la prévoyance mais aussi de la prévention innovante et de l action sociale.

Plus en détail

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

LIVRe BLANC. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! LIVRe BLANC www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! MUTUELLE LMP LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE, UN ENJEU MAJEUR DÈS MAINTENANT. CONTRAT COLLECTIF ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11

Plus en détail

les garanties santé une solution globale pour vos salariés

les garanties santé une solution globale pour vos salariés les garanties santé formules ESSENTIELLES une solution globale pour vos salariés LES GARANTIES peps ECO ACTIVE - les essentielles DES SERVICES PERFORMANTS Une solution globale pour la santé de vos salariés

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) Siège Social : 7/9 Villa de Lourcine 75014 PARIS. TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

PENSIONNES MARINE MARCHANDE. Catégorie de personnel : Retraités 06/12/2013

PENSIONNES MARINE MARCHANDE. Catégorie de personnel : Retraités 06/12/2013 PENSIONNES MARINE MARCHANDE Catégorie de personnel : Retraités Adhésion à caractère facultatif 06/12/2013 Votre conseiller : KARL THIERRY Tel : 0296016057 - Fax : 0296016099 E-mail : thierry.karl@harmonie-mutuelle.fr

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir!

La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! La complémentaire santé pour tous : chef d entreprise, ce que vous devez savoir! AGAMY 25/06/15 Par Philippe BARRAUD, Inspecteur Collectives AXA ENTREPRISES & Dominique THIERY, Agent AXA Patrimoine & Prévoyance

Plus en détail

les garanties santé formules

les garanties santé formules les garanties santé formules RENFORCÉES une solution globale pour vos salariés LES GARANTIES peps Eco active DES SERVICES PERFORMANTS Une solution globale pour la santé de vos salariés Malakoff Médéric

Plus en détail

Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS. Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants.

Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS. Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants. Project Nr. 543248-LLP-1-2013-1-IT-KA2-KA2MP Citizenship Language Pack For Migrants in Europe - Extended FRANÇAIS Cours m ultim édia de langue et de culture pour m igrants Niveau A2 Pour com m uniquer

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! EXCLUSIVITÉ APICIL APICILPARTICULIERS MA PROTECTION SOCIALE Pour MON couple, une BONNE couverture sociale, c est Me garantir

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE

DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE DOSSIER DE PRESSE NOUVELLES GARANTIES PRÉVOYANCE Protection ACCIDENT Protection HOSPI Capital ÉQUIPEMENT HANDICAP / DÉPENDANCE Contact presse : Stéphanie ARREGROS Responsable Communication Tél. : 01 64

Plus en détail

Créez votre protection santé au rythme de votre budget

Créez votre protection santé au rythme de votre budget Radiance Humanis Santé Créez votre protection santé au rythme de votre budget Santé I Prévoyance I Retraite I Épargne radiancehumanis.com Ensemble, faisons sourire votre santé! Célibataire, jeune actif,

Plus en détail

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Le Club Jeudi 10 septembre 2015 Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Ouverture Dominique VIENNE, Président Jeudi 10 septembre 2015, Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Aujourd hui : Le Point Expert

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

QUIZ 260-81512-B SE PROTÉGER DU SOLEIL, C EST PROTÉGER SA SANTÉ

QUIZ 260-81512-B SE PROTÉGER DU SOLEIL, C EST PROTÉGER SA SANTÉ QUIZ? 260-81512-B SE PROTÉGER DU SOLEIL, C EST PROTÉGER SA SANTÉ Testez vos enfants 10 questions pour jouer avec vos enfants 2. Nous sommes tous sensibles au soleil. VRAI! Le soleil est dangereux pour

Plus en détail

La protection sociale complémentaire des agents

La protection sociale complémentaire des agents CIRCULAIRE N 2012-22 Châlons-en-Champagne, le 10 mai 2012 Le Président du Centre de Gestion à Mesdames et Messieurs les Maires Mesdames et Messieurs les Présidents d Etablissements Publics Communaux La

Plus en détail

SANTÉ ET PRÉVOYANCE MODULAIRE

SANTÉ ET PRÉVOYANCE MODULAIRE SANTÉ ET PRÉVOYANCE MODULAIRE LA SOLUTION SANTÉ ET PRÉVOYANCE AUX ENTREPRISES DE 1 À 100 SALARIÉS SANTÉ ET PRÉVOYANCE MODULAIRE DEUX OFFRES CONFORMES À VOS OBLIGATIONS MINIMALES VOS OBLIGATIONS EN SANTÉ

Plus en détail

Pour un bronzage sage. Guide pour un utilisateur averti de banc solaire

Pour un bronzage sage. Guide pour un utilisateur averti de banc solaire Pour un bronzage sage Guide pour un utilisateur averti de banc solaire -18 C est surtout durant les longs mois d hiver que le manque de soleil incite les amateurs de soleil à aller le chercher ailleurs

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014

Contrat Responsable Panier de soins ANI. Novembre 2014 1 Contrat Responsable Panier de soins ANI Novembre 2014 2 Sommaire 2 Qu est-ce qu un contrat solidaire et responsable? Contrat responsable : Pourquoi une réforme? Contrat responsable : Nouvelles obligations

Plus en détail

PLURIELLE. Une solution sur-mesure, pour protéger la santé de vos salariés et les performances de votre entreprise

PLURIELLE. Une solution sur-mesure, pour protéger la santé de vos salariés et les performances de votre entreprise PLURIELLE Une solution sur-mesure, pour protéger la santé de vos salariés et les performances de votre entreprise COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ENTREPRISE Une formule de complémentaire santé collective souple,

Plus en détail

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord :

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord : Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Date de création : 31/03/2014 Date de mise à jour : 25/09/2014 SOMMAIRE : Questions sur la négociation de l accord : LEGENDE : rouge : question

Plus en détail

CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE

CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE Salarié-es de droit privé CONTRAT COLLECTIF OBLIGATOIRE Complémentaire : frais de santé invalidité/arrêt de travail décès Sommaire Page 2-3 : présentation de l accord Page 4-5 : arrêt maladie/invalidité

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

Information sur l Assurance SANTÉ

Information sur l Assurance SANTÉ group Information sur l Assurance SANTÉ Avec AssurOne group, l assurance Santé devient simple. Notre rôle est de vous proposer un contrat avec toutes les garanties dont vous avez besoin pour rouler en

Plus en détail

Formation du Niveau II d Habilitation à la Capacité Professionnelle en Assurance

Formation du Niveau II d Habilitation à la Capacité Professionnelle en Assurance 2012 Formation du Niveau II d Habilitation à la Capacité Professionnelle en Assurance E.V.A.CO 01/07/2012 18/06/2012 LES COMPLEMENTAIRES SANTE Page 2 sur 12 Bonjour Suivez-moi au fil des pages de cette

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

Santé Offre collective. une couverture santé adaptée aux besoins de votre entreprise et de vos salariés

Santé Offre collective. une couverture santé adaptée aux besoins de votre entreprise et de vos salariés Santé Offre collective une couverture santé adaptée aux besoins de votre entreprise et de vos salariés La Mutuelle Audiens de la presse, du spectacle et de la communication Née de la fusion de la MNPLC,

Plus en détail

Comment on le demande

Comment on le demande LE CRÉDIT POUR LA SOLIDARITÉ C est pour tout le monde! Un outil du Collectif pour un Québec sans pauvreté Mai 2011 Le crédit pour la solidarité a été annoncé par le ministre des Finances en mars 2010.

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013

Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013 Unité d enseignement 1.2.S3 Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013 Programme Chiffres 2012 Questions Dotation Globale/T2A Sécurité Sociale Les mutuelles Financement et remboursement des

Plus en détail

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 A effet du 1 er janvier 2007 Le Syndicat REUSSIR. 21 BOULEVARD POISSONNIERE 75002 PARIS souscrit auprès d AXA France Vie,

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES SERVICES DE L AUTOMOBILE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES SERVICES DE L AUTOMOBILE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES SERVICES DE L AUTOMOBILE Accord Paritaire National instituant un Régime Professionnel Complémentaire de Santé (RPCS) 1 SERVICE COLLECTIF Veille sociale, juridique et

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail