&Le journal de l Association Jeunesse et Entreprises - Numéro 66-2 e trimestre 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "&Le journal de l Association Jeunesse et Entreprises - Numéro 66-2 e trimestre 2014"

Transcription

1 ENTREPRISES &Le journal de l Association Jeunesse et Entreprises - Numéro 66-2 e trimestre 2014 Dossier P. 04 Semaine école-entreprise : un rendez-vous annuel de découverte mutuelle La semaine école-entreprise 2013 en Ardèche Partenaire P. 03 ASMEP-ETI : un syndicat de convictions et de combats Grand Angle P. 08 Conférences «Goût à 11 d entreprendre, création d entreprise» à la mairie de Saint-Lô et à l Université Montpellier 1 P. 12 Panel de jeunes : Choisir son métier en fonction de ses goûts Focus P. 14 Interview de Christophe de Margerie, président directeur Vendredi 18 octobre 2013 de 9h30 à 12h30 général de Total Réseau P. 16 Club AJE Rhône-Alpes : un trait d union entre l enseignement, les entreprises et les jeunes Outils P. 20 Création d entreprise : la double révolution

2 02 Édito par Yvon GATTAZ L EMPLOI DES JEUNES L emploi de nos jeunes fait couler beaucoup d encre. Parfois des observateurs de bonne foi, apprenant le taux de chômage des jeunes, façon BIT, en déduisent un peu vite qu un jeune Français sur quatre serait au chômage. Extrapolation heureusement erronée. En réalité le taux de chômage défni par le BIT est le rapport entre les chômeurs et la «population active» qui comprend, bien entendu, les actifs ayant un travail, mais aussi les chômeurs euxmêmes, ce qui peut surprendre, mais en excluant les scolarisés. Or, la France est l un des pays européens qui a le plus de jeunes scolarisés. En diminuant notre dénominateur, on augmente notre fraction, alors que nos voisins Allemands ont deux fois moins de scolarisés et que leur formation duale permet de catégoriser les étudiants en apprentissalariés qui sont, eux, comptabilisés. Réjouissons-nous, le chômage des jeunes est moins dramatique qu on nous l apprend, mais il reste préoccupant, tout comme notre chômage général français. Toute la France cherche actuellement les méthodes effcaces pour réduire ce chômage, et personne n ose plus nier que l emploi, cette ardente obligation nationale, résultera d abord de la croissance des entreprises employeuses, croissance qui ne peut être générée que par la compétitivité de ces entreprises qu il est impératif d améliorer par tous les moyens. Parallèlement, comme nous le répétons à AJE, la multiplication des emplois passera par la multiplication des employeurs. C est notre combat permanent pour les jeunes : créer de plus en plus d entreprises nouvelles et surtout des entreprises de croissance, celles qui créeront elles-mêmes des emplois nouveaux. Il faudra pour cela que nos compatriotes abandonnent leur sympathique et désuet «culte de l ourson» pour le transformer en «culte du petit tigre» qui grandira et deviendra puissant. Et puisque nous sommes dans les métaphores animalières, que nos poussins cassent vite leur coquille et deviennent des coqs gaulois triomphants et conquérants. Les jeunes ne seront plus alors considérés tristement comme des variables d ajustement de l emploi national. Les entreprises avec lesquelles AJE signent actuellement des «accords de partenariat à moyen terme» l ont parfaitement compris et militent utilement pour cette nouvelle considération de nos jeunes. Ces entreprises nous aident. Et nous les aiderons. Yvon Gattaz, Président Sommaire Partenaire P. 03 ASMEP-ETI : un syndicat de convictions et de combats Dossier P. 04 La semaine école-entreprise : Un rendez-vous annuel de découverte mutuelle Grand Angle P. 08 Conférence création d entreprise de croissance à Saint-Lô P. 10 Conférence création d entreprise de croissance à Montpellier P. 12 Panel de jeunes : Choisir son métier en fonction de ses goûts : l idéal des jeunes Focus P. 14 Interview de Christophe de Margerie, président directeur général de Total. Parrainage, alternance, création d entreprise : Total donne leur chances aux jeunes! Réseau P. 16 Club AJE Rhône Alpes : Un trait d union entre l enseignement, les entreprises et les jeunes P. 18 Nouvelles des Clubs AJE Outils P. 20 «Création d entreprise : la double révolution», par Yvon Gattaz JEUNESSE & ENTREPRISES n 66 Comité de rédaction : Sabine de BEAULIEU, Jean-Marc CHABANAS, Krystel DIDIER Directeur de la publication : Yvon GATTAZ Coordination : Krystel DIDIER Conception graphique et réalisation : Key Graphic Impression : Maury Imprimeur Cette publication est éditée par l Association JEUNESSE & ENTREPRISES 4, rue Léo Delibes PARIS Tél. : Fax : Courriel :

3 JEUNESSE & ENTREPRISES n 66 ASMEP-ETI Partenaire 03 ASMEP-ETI, un syndicat de convictions et de combats Créé en 1995 par Yvon Gattaz, aujourd hui Président d honneur, ASMEP-ETI est le syndicat des entreprises de taille intermédiaire et des entreprises patrimoniales. Ayant pour principale mission de faire connaître et promouvoir dans le débat public les entreprises de taille intermédiaire françaises (ETI, entre 250 et salariés), ASMEP- ETI porte des mesures concrètes pour garantir la pérennité des ETI et favoriser un écosystème propice à leur développement. Alexandre Montay, délégué général, nous en présente ici les missions et le rôle dans l environnement économique français. QUELLES SONT LES AMBITIONS D ASMEP-ETI? Les combats que nous menons depuis bientôt vingt ans ont permis des avancées décisives : création des «Pactes Dutreil», qui ont considérablement facilité la transmission d entreprises ; création en 2008 de la catégorie ETI, permettant de remédier à ce «no man s land statistique» auquel appartenaient jusqu alors les entreprises comptant entre 250 et salariés et réalisant un chiffre d affaires compris entre 50Me et 1,5Mde. Ces combats sont toujours d actualité : aujourd hui plus que jamais peut-être, nous devons porter l ambition d un Mittelstand français, aux avant-postes de la bataille de la croissance et de l emploi, capable d investir, d innover et de s imposer dans la concurrence internationale. QUEL EST LE RÔLE DES ETI DANS L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE FRANÇAIS? Les ETI constituent un actif stratégique majeur pour notre pays. Fortement implantées dans les territoires, avec les 2/3 de leurs sièges sociaux en province, elles se sont affrmées pendant la crise comme de véritables remparts de l emploi dans les régions : de 2009 à 2013, elles ont créé plus de emplois nets, là où les autres catégories d entreprises affchent un solde négatif ou nul. Mais aujourd hui, les remparts menacent de se fssurer! En cause, un écosystème fortement dégradé : confrontées à une pression fscale sans équivalent en Europe, nos entreprises ont des marges historiquement basses, et leurs capacités à investir et à recruter en sont sérieusement affectées. C est tout le sens du diagnostic posé lors des «Entretiens d ASMEP-ETI», le 11 mars dernier. Nous sommes très attachés à la région, le département, la commune où notre entreprise a grandi, construit des savoir-faire et acquis de l expérience. C est à la fois nos racines et notre tremplin pour la croissance. Mais nous ne pourrons pas continuer à jouer notre rôle en faveur du développement des territoires si la fscalité continue sa fuite en avant. En six ans, les seules «petites taxes» locales ont augmenté de 90%. Elus et chefs d entreprise, nous devons tous être responsables et prendre les mesures qui s imposent pour la croissance et l emploi. QUELLE EST LA POLITIQUE JEUNESSE AU SEIN DES ETI? Les ETI ont toujours eu à cœur de promouvoir le bien-être de leurs salariés. Avec 76% d adhésion, ces derniers les plébiscitent d ailleurs plus qu aucune autre catégorie d entreprises. Cela implique une attention particulière pour la jeunesse. Si nombre de nos entreprises sont aujourd hui centenaires, c est qu elles ont pris le soin d investir dans la jeunesse. C est une constante dans les ETI : les jeunes que nous recrutons sont d abord choisis pour le potentiel qu il y a en eux. L objectif est qu ils gagnent rapidement en savoir-faire et en responsabilités. Transfert de compétences, mobilité, formation continue et, surtout, transmission de la culture et des valeurs de l entreprise sont les fondamentaux de notre politique jeunesse. Le développement de l apprentissage est aussi un point-clé : l Allemagne en a fait un pilier de son Mittelstand. Nous devons nous inspirer de ce qui fonctionne chez nos voisins et ne surtout pas réduire, comme ce fut récemment le cas, les incitations à l apprentissage. Tout le monde gagnera à ce que nos jeunes mettent très tôt un pied dans l entreprise! EN QUOI EST-CE IMPORTANT POUR ASMEP-ETI D ÊTRE PARTENAIRE DE L AJE? Nous menons le même combat : mobiliser autour de l entreprise qui seule pourra nous permettre de gagner la bataille de la croissance et de l emploi. Dans cette bataille, la jeunesse doit être placée aux avant-postes, elle est notre arme la plus affûtée, à même de frapper le plus loin et le plus fort. Mais pour cela, nous devons lui proposer de véritables perspectives. Les ETI lui en offrent assurément : nous sommes des entreprises de croissance, suffsamment grandes pour avoir les moyens de recruter, de former et de transmettre, tout en conservant un mode d organisation à taille humaine, qui permette aux jeunes de se sentir «en famille». C est en ce sens que notre partenariat avec AJE est si précieux : il assure des liens substantiels entre deux des principaux actifs stratégiques de notre pays, les ETI et les jeunes. En savoir plus :

4 JEUNESSE & ENTREPRISES n Dossier SEMAINE ECOLE ENTREPRISE La semaine école entreprise : un rendez-vous annuel de découverte mutuelle Depuis quinze ans, au mois de novembre, la traditionnelle «semaine école-entreprise» ofre aux collégiens et lycéens, de la cinquième à la terminale, ainsi qu à leurs enseignants, l opportunité de mieux connaître l entreprise. Elle se décline ensuite tout au long de l année par des rencontres d information et de découverte mutuelle. Aujourd hui, près de deux cent mille élèves, vingt mille enseignants, six mille établissements et douze mille entreprises animent ces précieux rendez-vous. AJE, partenaire traditionnel, est particulièrement active dans les régions et tout particulièrement en Provence. Les pères de la semaine La «semaine école-entreprise» a été lancée en l an 2000 par Pierre Bellon, à l époque membre du conseil exécutif du MEDEF et Jean-Paul de Gaudemar, à l époque directeur de l enseignement scolaire. Pierre Bellon préside aujourd hui le conseil de surveillance de Sodexo qu il a fondée en On lui doit également la création de l association progrès du management (APM). Jean-Paul de Gaudemar est actuellement conseiller éducation auprès du Premier ministre. Un comité de pilotage Dans le cadre de l accord-cadre signé en 2004 par le Mouvement des entreprises de France (MEDEF) avec le ministère de l Éducation nationale, un comité de pilotage réunit le ministre chargé de l éducation nationale, le MEDEF, l Association Jeunesse et Entreprises (AJE) et le centre des jeunes dirigeants d entreprise (CJD). En juin 2010, un nouvel accord a été signé entre le ministère de l éducation nationale, le ministère de l enseignement supérieur et de la recherche et le MEDEF. Il entre plus largement dans les coopérations au bénéfce de cibles plus étendues et tout au long de l année. L initiative de la «semaine école-entreprise», en l an 2000, revient à Pierre Bellon, alors président de la Sodexo (qui s écrivait Sodexho) et à Jean- Paul de Gaudemar, à l époque directeur de l enseignement scolaire. Elle s inscrit dans une idée ancienne de Jeunesse et Entreprises qui a expérimenté cette action en Haute-Savoie. Depuis l an 2000, elle est régulièrement organisée au mois de novembre : du 18 au 22 novembre en 2013, non encore fxée en Son but reste intangible : permettre aux collégiens, lycéens et leurs enseignants de partir à la découverte de l entreprise, essentiellement au travers de visites d entreprises qui permettent de mieux comprendre le fonctionnement de l entreprise et de son environnement. DES VISITES D ENTREPRISE CONCRÈTES Les visites d entreprise, parfois organisées hors de la semaine, sont fondées sur le concret et permettent avant tout la découverte des métiers et des formations. Quelques exemples empruntés à la «semaine 2013» peuvent être mis en avant. Ils varient selon les régions. En Limousin il s agit de faire découvrir les établissements situés en zone rurale. En Haute-Normandie, comme en Picardie, en Martinique et bien d autres régions, l activité économique locale est mise en avant. A Caen, à Lille ou à Toulouse, c est la SNCF qui est mise à contribution. Visite d entreprise dans le cadre de la semaine école-entreprise Smoby Toys

5 JEUNESSE & ENTREPRISES n DES ACTIONS DE SENSIBILISATION VARIÉES Mais le programme de sensibilisation ne s arrête pas là. Une grande autonomie est laissée aux établissements dans le cadre de leur programme d enseignement et la «semaine» est souvent déclinée tout au long de l année. Avec l aide des partenaires les écoles organisent, par exemple, des concours sur des thèmes techniques ou économiques, des mini-entreprises permettant d appréhender de manière ludique le monde de l entreprise. Des professionnels interviennent dans les classes pour mieux faire comprendre le fonctionnement de l entreprise. Des rencontres sont organisées entre enseignants et chefs d entreprises pour mettre en lumière les enjeux économiques. Citons quelques exemples, également mis en œuvre l an dernier. En Pays de la Loire, soixante professeurs s immergeaient en entreprise pour la semaine. En Rhône-Alpes, deux journées thématiques réunissaient 130 conseillers d éducation. En Champagne-Ardenne, soixante-dix entreprises accueillaient 250 enseignants dans le cadre de stages de découverte du monde économique. En Aquitaine, ce sont des stages d immersion en entreprise de trois à cinq jours qui étaient proposés aux professeurs ou aux conseillers d orientation. INTERVENIR DANS LES ÉTABLISSEMENTS En sens inverse, l intervention de professionnels dans les établissements scolaires est très prisée. Elle est souvent étayée par des outils de présentation préparés par les organisations professionnelles. En voici quelques exemples. La Fédération des travaux publics organise pour les enseignants des réunions d information sur les métiers et des visites de chantiers. Elle distribue des plaquettes sur les formations préparant aux métiers de la profession. La Fédération du bâtiment organise des visites de chantiers, ouvertes également aux collégiens et au grand public. Des interventions par des professionnels du bâtiment sont réalisées en Rhône-Alpes, ainsi qu en Guadeloupe et en Martinique. L Union des industries chimiques invite des étudiants à découvrir les laboratoires de recherche du secteur, dans le cadre du «chemical world tour», lancé en 2010 sur le thème des innovations pour la planète et aujourd hui consacré aux nouvelles technologies. L ESPRIT D ENTREPRENDRE L an dernier, c est la promotion de l entrepreneuriat qui a constitué le thème principal des journées qui se sont tenue du 18 au 22 novembre Ce fut l occasion de mettre en avant les «mini-entreprises», outils pédagogiques pour les enseignants. On en comptait alors 839 concernant élèves, principalement en Nord-Pas de Calais, Champagne-Ardenne, Rhône-Alpes, Lorraine, Picardie, Ile-de-France, Basse-Normandie et Franche-Comté. A la dernière rentrée scolaire, trois collèges et deux lycées professionnels de Corse ont décidé de développer cinq mini-entreprises. Rencontres, table-ronde, concours, flms sur l esprit d entreprendre feurissent désormais dans les différentes régions. Quelques chifres A ses débuts, en l an 2000, la «semaine école-entreprise» a motivé 800 entreprises, 800 enseignants et élèves. Le nombre d entreprises et d enseignants s est accru régulièrement pour atteindre, en 2012, entreprises, enseignants, établissements et élèves. Au total depuis quinze ans, ce sont plus de 1,6 million d élèves qui ont bénéfcié de la semaine. Le concours Batissiel Le concours Batissiel récompense la production collective d une équipe d élèves autour de l analyse fonctionnelle d un ouvrage du bâtiment, des travaux publics ou de l urbanisme à l échelle du quartier. En 2013, élèves ont participé dans 29 académies. Le concours 2014 s adresse plus particulièrement aux élèves de collège (5 e et 3 e ) et de lycées (1 e et terminale STI2D ou S-SI). Il s appuie sur diférents programmes de formation (habitat et ouvrages, confort et domotique, pour les élèves de collège ; bâtiment, travaux publics, architecture et urbanisme, pour les lycéens). Ce concours comporte des sections académiques et une fnale nationale. Au-delà des frontières En 2013, le MEDEF de Lorraine s est associé à des partenaires transfrontaliers en Allemagne, au Luxembourg et en Belgique. LES BOSS INVITENT LES PROFS Depuis 2006, les entrepreneurs du MEDEF d Alsace invitent les professeurs à déjeuner dans le cadre des rencontres dites «Boss-Profs», afn d échanger sur leurs activités respectives et l avenir des jeunes. Le 18 novembre 2013, 290 chefs d entreprise ont accueilli 600 enseignants à l occasion de 250 déjeuners. La formule a fait forès et s est étendue désormais dans les régions Aquitaine, Bourgogne, Bretagne, Centre, Champagne-Ardenne, Corse, Limousin, Lorraine, Nord-Pas de Calais, Pays de la Loire et Provence- Alpes- Côte-d Azur (par ordre alphabétique).

6 JEUNESSE & ENTREPRISES n Dossier ENQUETE ET COLLOQUE AJE DOCUMENTS, CONCOURS ET JEUX De nombreux outils de communication, s appuyant sur les moyens modernes, iphone ou Internet, permettent aux étudiants ou à leur famille, l accès à des guides sur les métiers dans différentes régions (Champagne-Ardenne, Corse, Pays de la Loire). Des flms ont été réalisés, principalement en Bretagne. La «semaine» est également le prétexte au lancement de concours («raconte-moi l entreprise», «créateurs d idées»), parfois en partenariat avec la presse régionale. Différents quizz permettent de partir à la découverte de l entreprise et de ses métiers, ou encore de s interroger sur ses talents de créativité. I La semaine et l AJE I Entreprendre pour apprendre «Entreprendre pour apprendre» est une fédération nationale d associations. Son but est d initier les publics scolaires à la vie économique. Elle contribue principalement à la création de mini-entreprises dans les collèges et les lycées. Elle adhère au réseau européen junior-achievement-young enterprise. AJE, partenaire traditionnel de la «semaine école-entreprise», est particulièrement active dans les régions. Outre la région Provence-Alpes-Côte d Azur, dont les actions sont détaillées ci-après, on peut citer quelques exemples. Les Clubs AJE de Champagne-Ardenne, de Lorraine, du Finistère, de Vendée sont des acteurs essentiels de la semaine. En Champagne-Ardenne est en outre proposée une immersion en entreprise d une demi- journée ou d une journée à des professeurs et conseillers d orientation. En Ile-de-France, un «forum-alternance» est organisé chaque année. En Lorraine, l AJE et le MEDEF sont membres fondateurs de l association «Entreprendre pour apprendre». ENTREPRISE À CŒUR Participation des jeunes au «quizz éco» dans le cadre de l opération «13 à Cœur» animée par le Club AJE Provence. L Association Jeunesse et Entreprises «AJE Provence» anime pour la treizième fois au mois d avril prochain une action intitulée «Entreprise à Cœur». Elle se déroule sur les quatre départements provençaux : les Alpes de Haute-Provence (04), les Hautes-Alpes (05), les Bouches-du-Rhône (13) et le Vaucluse (84). La plus récente a réuni à Marseille, le 3 avril, 40 chefs d entreprise, 500 collégiens et lycéens et 40 membres du corps enseignants. Le temps d une journée, ils se sont retrouvés au Lycée professionnel Saint-Henri, à Marseille, sous l égide d Ali Saïb, recteur de l académie d Aix-Marseille, chancelier des universités, de Jean- Luc Chauvin, président de l Union pour les entreprises (UPE 13) et de Pascal Lacombe, président de l AJE Provence. Les deux points forts de la journée sont la «tchatche» et le «quizz éco». Au cours d une «tchatche», deux chefs d entreprise discutent à bâtons rompus pendant une quinzaine de minutes avec une douzaine de lycéens et collégiens, sur les thèmes les plus divers, allant de l orientation aux salaires. Dix tchatches sont organisées simultanément, matin et après-midi, ce qui permet, au cours de la journée, de faire participer l ensemble des collégiens et lycéens. Entre temps, ceux-ci participent au «quizz éco». Constitués en équipe de deux ou trois, munis d un boitier électronique, face à un écran qui visualise les questions, ils répondent à une quarantaine de questions économiques en une heure. Les quatre équipes gagnantes sont récompensées par des ipod ou des tablettes. Appeler un chat un chat La «tchatche», mot d origine espagnole selon les érudits, est souvent évoquée à Marseille dans le sens de bagou, disposition naturelle des autochtones à parler beaucoup. Ne pas confondre avec le «chat» (qui se prononce tchatte, ou chatte), d origine anglaise, qui désigne des échanges instantanés sur messagerie électronique. Il a donné naissance en français au néologisme «chatter». «Tchatche» entre deux chefs d entreprises et des collégiens.

7 JEUNESSE & ENTREPRISES n Les prochaines journées devaient avoir lieu le 17 avril à Briançon (05), le 18 avril à L Isle sur la Sorgue (84) et le 22 mai à Manosque (04), ces deux dernières se limitant à une demi-journée. «BOSS-PROFS» À LA PROVENÇALE La variante locale de l opération «les boss invitent les profs» (voir plus haut), en est aussi, comme il se doit, à sa treizième édition. A Marseille, est choisi, pour un dîner entre cinquante chefs d entreprises et cinquante représentants de l enseignement, un lieu symbolique : le musée Regard de Provence en 2013 ; le Cercle militaire en Dans les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes, l invitation se déroule le jour de «Entreprise à cœur». Le Vaucluse attend son heure. IMMERSION TOTALE Lancés en 2013 par l UIMM (en abrégé affectueux, la Métallurgie), avec trente professeurs, les stages d immersion d enseignants dans les entreprises viennent de démarrer en 2014 avec la collaboration d AJE Provence et de l UPE 13. Ils se dérouleront d avril à juin. Une cinquantaine d enseignants volontaires étaient inscrits fn mars. En 2015, l opération sera inscrite au «Plan académique de formation», ce qui donnera des facilités plus offcielles aux demandes de participation. A l issue de ces stages, les enseignants rédigent un «rapport d étonnement». Témoignage «Grâce aux quelques heures passées au sein de cette entreprise, j ai découvert le monde de l entreprise et du privé. J ai pu y puiser des informations utiles et plus concrètes pour mon enseignement en histoire géographie. L autonomie encadrée du personnel que j ai pu observer dans cette usine me laisse imaginer une autonomie du travail de l élève intégrée dans un objectif d équipe, avec un projet commun comme on peut le trouver dans certains lycées professionnels et technologiques.» (Témoignage de M. Marret, enseignant d histoire géographie éducation civique au collège Collines Durance, suite à un stage d immersion en entreprise organisé par l UIMM, en collaboration avec l AJE Provence et l UPE 13). LES COULISSES DES MÉTIERS L AJE Provence organise également, en collaboration avec le rectorat de l Académie d Aix-Marseille, «Les coulisses des métiers», sur un thème culturel (la danse, le spectacle, la mer). En 2013, sur le thème de la mer, une centaine de collégiens de la classe de troisième ont conçu un projet, guidés par les professionnels d entreprises locales (le Port de Marseille ; Beuchat, spécialiste de la plongée ; un expert maritime, MSC, un pilote des ports, etc.). Ils en tirent, entre autres, des reportages photo. LES «CLÉE» DU ROYAUME Comme il se doit, ce sont encore treize «Comités locaux école-entreprise», les CLEE, qui donnent lieu en Provence à des échanges réguliers. Le plus récent a réuni le 18 mars dernier, sur le thème des «clichés» concernant l entreprise, une vingtaine de professeurs et quatre dirigeants d entreprise du CLEE de Marseille-Nord. L initiative des CLEE revient à Raymond Vidil, alors président de l Union patronale régionale et Jean-Paul de Gaudemar, déjà cité plus haut. L INTENDANCE SUIT Toutes ces actions ne s organisent pas gratuitement. L AJE Provence dispose d un budget annuel de l ordre de euros, alimenté par les contributions des entreprises au titre de la taxe d apprentissage. Outre l emploi de deux collaborateurs permanents chargés de mettre en place les rencontres et manifestations, ce budget permet de fnancer les diverses opérations : location des salles, montage des stands, transport des enseignants et des élèves, repas et collations, aide aux comités locaux, etc. A titre indicatif, le budget de la journée «entreprise à cœur» de Marseille est de l ordre de euros (une demi-journée plus modeste coûte environ euros). Un comité de sélection AJE choisit au mieux parmi les multiples sollicitations. Dossier rédigé par Jean-Marc Chabanas Pascal Lacombe, président du Club AJE Provence Pascal Lacombe, président d AJE Provence à titre bénévole, dirige l entreprise Syrah. Ainsi baptisée en raison du goût de son président pour l œnologie (la syrah est un cépage réputé des Côtes-du-Rhône), la société est, en fait, spécialisée dans les logiciels de gestion d associations patronales. Comptant sept salariés, elle opère sur la France entière. Agé de 50 ans, père de deux flles entrées dans la vie active, il a pris les rênes d AJE Provence à la fn de l année Il y consacre en moyenne une demi-journée par semaine.

8 08 Grand angle Conférence création - SAINT-LÔ Donner aux jeunes le gožt dõentreprendre et de reprendre JEUNESSE & ENTREPRISES n 65 Mardi 28 janvier 2014, à la mairie de Saint-Lô, plus de 400 lycéens et étudiants ont participé à la conférence organisée par le Club AJE de Caen-Normandie sur le thème «Goût d entreprendre, de reprendre et création d entreprise». Six créateurs et repreneurs d entreprises ont témoigné de leur parcours, leurs inspirations et leurs difcultés, et ont parlé avec passion de leur aventure entrepreneuriale. CRÉATION ET CROISSANCE! «Savoir que, sans être bon à l école et sans beaucoup d argent, on peut quand même réussir à force d énergie et de volonté, c est rassurant. Surtout en ce moment.» Sarah Herve, étudiante en 2 e année à l EGC de Saint-Lô. «Faites des études, obtenez un diplôme, déchirez-le symboliquement et créez votre entreprise» a lancé le Président Yvon Gattaz. Un conseil métaphorique qui en fait sourire plus d un mais qui prend tout son sens pour les jeunes. En effet, ce message leur enseigne que, si faire des études est nécessaire pour faire croitre une entreprise, l acte premier de création est accessible à un très grand nombre d entre eux, quel que soit leur parcours scolaire ou universitaire. Yvon Gattaz a également rappelé aux jeunes qu à force de chercher une idée on la trouve. «La chance sourit à ceux qui cherchent, le plus essentiel étant le couple projet / marché porteur» en précisant aussi : «une fois que vous avez l idée, gardez là pour vous, ne nous demandez surtout pas notre avis!» Yvon Gattaz poursuit ensuite son plaidoyer sur la croissance indispensable qui doit suivre la cržation pour gžnžrer des emplois. Cette thématique est d ailleurs l objet de son dernier ouvrage «Création d entreprise, la double révolution» 1 dans lequel il explique, entre autre, que la France est le premier pays créateur d entreprises mais que ces dernières demeurent trop souvent en panne de croissance. «La première révolution du nombre de créations est réussie puisqu avec créations par an, la France est dans le peloton de tête des créations par habitant en Europe. Mais la seconde révolution attendue n est pas encore réalisée à ce jour. Il s agit de la création de nouvelles entreprises de croissance, ainsi appelées parce qu elles innovent, elles exportent, elles croissent, elles investissent et elles embauchent.» LE RÔLE DES COLLECTIVITÉS Fran ois Digard, maire de Saint-L, est intervenu sur le rôle de «facilitateurs» des collectivités locales pour la création d entreprise. «Avec un chômage important, les créateurs d entreprise sont courtisés et les collectivités doivent faciliter leur accueil dans des pépinières et accompagner les formations de l enseignement supérieur». «L intervention de créateurs d entreprise de la région Saint-Loise prouve qu avec de la volonté et de l engagement nous pourrons écrire nos propres belles histoires. Une conférence riche en couleurs et qui ne peut que nous donner l envie d entreprendre!» Thibaut Lebreton, responsable logistique en formation au Groupe FIM. Il a aussi insisté sur l idée de donner une image positive à la création d entreprise, lançant un appel à tous pour y contribuer : «les parents doivent encourager, les enseignants doivent donner le goût d entreprendre, les banquiers doivent avoir une écoute encourageante, les chefs d entreprises doivent raconter leur aventure. La création d entreprise, c est vivre une passion, alliée à des compétences. Cette aventure permet de s épanouir personnellement et professionnellement.» L ÉDUCATION TOURNÉE VERS L ENTREPRISE «Les jeunes devront changer de métiers plusieurs fois au cours de leur vie et l Education nationale doit leur donner les moyens d évoluer ultérieurement. En ce sens, quelques actions et initiatives ont soulevé mon enthousiasme comme l action de l AJE pour son rôle éducatif avec le souci de collaborer avec l Education nationale et la découverte des mini-entreprises qui permet aux jeunes de se confronter à la réalité», a déclaré Christophe Prochasson, recteur de lõacadžmie de Caen. Le recteur a aussi rappelé la création du campus des métiers de la qualifcation à proximité de Cherbourg, preuve de «la volonté de l Éducation nationale et des entreprises de collaborer pour développer l économie de territoires en y associant la formation des jeunes au plus haut niveau.» PORTRAITS DES CRÉATEURS Disposant d un DUT informatique et d une formation d ingénieur scientifque, Jean-Louis Ber a ts exerce ses talents durant une vingtaine d années 1 «Création d entreprise, la double révolution «par Yvon Gattaz, publié aux édition Eyrolles. Cf. p.20

9 Le président Yvon Gattaz entouré des créateurs d entreprises et des partenaires du Club AJE Caen-Normandie. 09 en Aquitaine dans une entreprise industrielle où il occupe de nombreux postes : chef de projet, pilotage de la recherche/développement, accompagnement de grands comptes à l international etc. En 2005, il change de région et de métier pour reprendre, avec un ami-associé, l entreprise Lemasson basée dans la Manche, à Agneaux. L entreprise conçoit, fabrique et commercialise des pompes à chaleur, emploie 40 personnes et enregistre un chiffre d affaires de 4 millions d euros. Titulaire d un BTS technico-commercial, Catherine Henry travaille plusieurs années dans l agro-alimentaire. Elle saisit l opportunité de se lancer dans la création d entreprise en reprenant une activité de négoce de chocolats belges disposant d un fort potentiel de développement en France. Avec trois associés, elle crée en 2004, Kadodis, spécialisée dans la distribution et l importation de chocolats. Lauréate des Challenges de Jeunesse et Entreprises en 2013, elle dirige une équipe de 12 personnes qui génère un chiffre d affaires de près de 4 millions d euros. Son bac général obtenu, Jean-Michel Lesot travaille quelques années avec ses parents dans la grande distribution. Passionné de musique, il crée en 1990, avec son épouse, une boutique de vente de disques, Planet R. Pour s adapter aux besoins du marché en perpétuelle évolution, il s oriente vers la librairie numérique et s installe à Saint-Lô. Leader des produits culturels en Normandie, il compte 25 collaborateurs. En novembre 2013, la CCI Centre et Sud Manche lui décerne le trophée du meilleur site e-commerce. Après un BEP d électromécanique, Denis Lot entre dans une entreprise agro-alimentaire. Son licenciement l incite à créer Daltoner en Il commence par vendre des cartouches d imprimantes reconditionnées, puis du matériel informatique d occasion. La nécessité de s adapter au marché l amène à proposer aujourd hui un ensemble de solutions pour le bureau : informatique, bureautique, téléphonie, logiciel. Il est aujourd hui à la tête de six magasins et embauche 55 collaborateurs. Après avoir été salariés pendant plusieurs années de l entreprise Leblanc SA, spécialisée dans la mécanique de précision, Arnaud Buret et Nicolas Passaretti, respectivement directeur et chef d atelier, ont racheté leur entreprise à leur patron qui souhaitait passer la main en Dès 2007, ils décident d investir dans des machines innovantes, la formation de leur personnel et le renforcement de leur secteur commercial. L entreprise, d une quinzaine de salariés tous âgés de moins de 35 ans, a dès lors gagné en productivité tout en garantissant un très haut niveau de qualité ce qui lui a permis d obtenir de nouveaux marchés, notamment dans le domaine pétrolier. POURQUOI CRÉER UNE ENTREPRISE? Catherine Henri, gérante de Kadodis : «Ce sont des opportunités. Après un licenciement économique, j ai créé une agence commerciale. Avec le temps, le travail me plaisait moyennement et je voulais changer. Mes anciens associés m ont parlé d une entreprise qui cherchait un importateur en France dans le domaine du chocolat. Le projet m a intéressée car il me permettait de rencontrer des personnes, des clients et de participer à l économie locale et nationale.» QUELLES DIFFICULTÉS AVEZ-VOUS RENCONTRÉES? QUELS CONSEILS DONNERIEZ-VOUS? Arnaud Buret : «Il a fallu faire adhérer l ensemble du personnel au projet de reprise de l entreprise. En cinq Le Club AJE Caen-Normandie et ses partenaires n Les premiers contacts avec AJE ont été établis par Serge Louzier ancien directeur général de la CCI de Granville Saint-Lô et délégué AJE pour la Manche. n Le Club AJE Caen-Normandie, présidé par Pierre de Poncins, a été créé en 2011, et le Groupe FIM apporte sa contribution à son développement. n Depuis 10 ans, l EGC de Saint-Lô est très investie dans le concours national «Les Challenges AJE». En 2013, le Label AJE a été décerné à l EGC de Saint-Lô en récompense pour son engagement sociétal auprès des jeunes. L engagement de l équipe AJE Caen-Normandie La conférence de l AJE Caen-Normandie s est déroulée avec succès grâce au dynamisme de son président Pierre de Poncins, de sa déléguée Maryline Lechef et à la participation effcace de Christophe Drouault, membre du bureau et chargé des relations extérieures du Groupe FIM. Ce dernier déclare : «Depuis mon engagement dans les Challenges AJE, je rêvais de réunir dans un même lieu les lycées publics, privés et des chefs d entreprise pour faire émerger des vocations d entrepreneurs, semer l entrepreneuriat et le goût de l innovation au sein des entreprises tout en donnant une image dynamique de Saint-Lô.» «Les CCI se sont impliquées depuis de nombreuses années dans le développement de l apprentissage, qui est le meilleur moyen de transmettre la passion de l entreprise». Loïc Houssard, président de la CCI Centre et Sud-Manche. ans, nous sommes passés d un chiffre d affaires de euros à euros. Concentrez-vous sur la manière dont vous voulez diriger, et déchargez-vous de la partie administrative et fnancière en la confant à des gens compétents.» «Seulement 15% des femmes sont des chefs d entreprise. Elles ont tendance à s autocensurer alors, si vous avez une idée, n hésitez pas à vous lancer!». Catherine Henri, gérante de Kadodis. AJE Caen-Normandie : Maryline Lechef, déléguée Tél. :

10 JEUNESSE & ENTREPRISES n Grand angle Conférence création - MONTPELLIER Astuces et méthode : les jeunes découvrent les secrets de la création d entreprises Jeudi 13 février dernier, la Maison des Etudiants de l Université Montpellier 1 faisait salle comble en faveur de la création d entreprises. Plus de 300 jeunes ont assisté au débat réunissant cinq créateurs d entreprises - dont Bernard Bismuth, vice-président d AJE venu représenter le président Yvon Gattaz et des acteurs locaux tels que Philippe Augé, président de l Université Montpellier 1, et Bernard Cabiron, représentant le président de la CCI de Montpellier. Loin d être de simples spectateurs, les lycéens et étudiants ont posé de nombreuses questions pour connaitre les clés de la création d entreprise. UNE UNIVERSITÉ EN MUTATION Philippe Augé, président de l Université Montpellier 1, s est réjoui des nombreuses évolutions qu a connu le milieu universitaire ces dernières années. «Le monde de l université est en phase avec l évolution de la société, il professionnalise ses formations et est à l écoute de ses étudiants. Dans notre université, la thématique «entreprendre» est omniprésente de par la Fondation Université Montpellier 1 Entreprendre, les bourses et les chaires en faveur de l entrepreneuriat ainsi que toutes nos actions de sensibilisation à la création d entreprise.» «Avec l AJE, nous sommes là pour aider les jeunes à croire en eux, en leur capacité d être et de faire!» Josiane Rosier, présidente d honneur du Club AJE Languedoc Roussillon. LA RÉUSSITE DE L ENTREPRISE «Le goût d entreprendre et la création d entreprise sont au cœur des préoccupations de la CCI tout comme la volonté de rapprocher le monde de la formation et celui des entreprises,» a déclaré Bernard Cabiron*, chargé de la formation à la Chambre de Commerce et d Industrie de Montpellier, avant d ajouter que «l enthousiasme et l engagement des salariés au quotidien dans leur travail font la richesse et la réussite d une entreprise.» Ce fut au tour de Bernard Bismuth, vice-président de Jeunesse et Entreprises d éclairer les jeunes sur les quatre qualités essentielles d un créateur d entreprise : «avoir constamment des idées et surtout trouver «la» bonne idée, être capable de gérer ses salariés, savoir trouver de l argent et surtout ne pas avoir peur.» Enfn, Martial Hocquart, président du Club AJE Languedoc-Roussillon, leur a transmis un message rempli d humilité sur son parcours professionnel et personnel. «J ai commencé par l apprentissage et exercé de multiples métiers. Puis j ai rencontré un chef d entreprise formidable qui m a donné ma chance en me proposant un emploi si je réussissais mon certifcat d étude. En trois semaines j ai révisé tout ce qui était important, jusqu à apprendre tous les départements de France et les préfectures. Avec la volonté on peut tout faire! Il y a beaucoup d opportunités alors osez! Si vous avez la possibilité de faire des études, allez au-delà, soyez rêveurs et anticipez votre avenir!» DES CRÉATEURS INNOVATEURS Henry Douais, issu d une formation en apprentissage dispensée par la CCI de Nîmes dont il est aujourd hui président, a baigné dans la culture entrepreneuriale familiale. Son bagage en poche, il décide de créer en 1970, Précision Art Dentaire, entreprise spécialisée dans la fabrication de prothèses. Transmise à son fls qui a également reçu une formation en apprentissage, l entreprise bénéfcie aujourd hui de la norme ISO 9001 et emploie 25 salariés. A la tête d une holding familiale, Henry Douais a créé d autres entreprises notamment sur le marché de la matière première dentaire ou du vêtement féminin. Créer une entreprise c est créer un monde tel qu on l imagine.» Pascale Rivière, créatrice de La Jasse Castel. Jeune créateur issu des rangs de l université, Cédric O neill est pharmacien avec une double formation en Accompagnement Entrepreneurial. Alors qu il est encore étudiant, il cofonde le site Internet 1001Pharmacies.com permettant aux pharmacies françaises de vendre leurs produits de santé en ligne. Surfant sur un changement de législation favorable, la société compte après deux ans d existence, 14 salariés et réalisera 800Ke de vente pour l année Après une licence de lettres à Montpellier puis un DESS de commerce international et logistique export à Perpignan, Pascale Rivière développe sa passion pour la viticulture. * Bernard Cabiron est directeur de la production et décoration de l entreprise familiale «Cabiron», traiteur à Montpellier.

11 JEUNESSE & ENTREPRISES n Jacques Thévenon, délégué du Club AJE Languedoc Roussillon, et Bernard Bismuth, vice-président d AJE, entourés d étudiants qui créeront peut-être un jour leur entreprise. Elle crée la première formation en commerce international du vin en Languedoc-Roussillon puis écrit deux livres sur les grands vins et vignerons de la région. Animée d un fort esprit d indépendance, elle s installe à son compte en 1998 et crée le Domaine de la Jasse Castel, à Montpeyroux. Devenue vigneronne, elle pratique la culture biologique et exporte sa production en Europe, aux USA, au Japon et bientôt en Chine. Titulaire d un DESS de l Ecole des Mines d Alès, Rudolph Roucayrol passe quelques années chez un grand constructeur automobile français en tant que chargé des nouvelles technologies. Désireux de conduire son propre projet entrepreneurial et sensibilisé au secteur sanitaire et social, il réalise, durant deux ans une étude de marché. Il crée, en 2005, Vitame30 qui propose des services aux personnes dépendantes et handicapées. Afflié au réseau Vitame organisé autour d un GIE, l agence nîmoise compte 50 salariés et a généré un chiffre d affaires de 1,6 million d euros en BIEN S ENTOURER POUR CRÉER Est-ce plus diffcile de créer un produit ou service encore méconnu? Henry Douais : «Si votre produit n existe pas mais que vous avez des clients potentiels, il n y a pas plus de diffcultés à créer son entreprise. Et il existe des structures qui vous permettent de mettre en couveuse un produit, de vous accompagner, de vous ouvrir les «On ne peut pas créer une entreprise sans passion» Henri Douais, créateur de Précision Art Dentaire. marchés, de faire toutes les études nécessaires et de vous faire fnancer, notamment par les chambres de commerce.» Cédric O neill : «Si votre projet est innovant c est d autant plus intéressant car en déposant un brevet cela vous permettra de prendre des parts de marché et de développer plus rapidement votre entreprise.» Comment vient l idée de devenir entrepreneur? Henri Douais : «Ce qui m a donné envie c est la liberté, l envie de créer et d être indépendant dans mon travail. De plus, entreprendre c est exercer plusieurs métiers et c est passionnant au quotidien.» Pascale Rivière : «L envie de créer c est vraiment un déclic personnel. C était l envie de travailler pour moi et d être libre.» Cédric O neill : «On ne se réveille pas le matin en se disant que l on sera entrepreneur. C est une manière différente de voir son job. Si on a envie de créer un projet, une innovation, on peut le faire que ce soit au sein d une entreprise ou en créant la sienne.» Rudolph Roucayrol : «Créer son entreprise n est pas un métier, c est une vocation! C est un projet qui s est mûri avec le temps mais c est aussi une philosophie de vie et il faut en accepter les contraintes.» Quels sont vos conseils pour éviter les risques de la création d entreprise? Cédric O neill : «La seule erreur c est de ne pas faire d erreur. Il faut se tromper et voir par soi-même ce qu il faut faire ou ne pas faire.»» Rudolph Roucayrol : «Il y a différents risques dans une entreprise : fnancier, commercial, social. La gestion des risques fait partie intégrante de la gestion d une entreprise. Il y a des experts qui peuvent vous accompagner, vous apporter une méthodologie». Bernard Bismuth : «Il faut construire un bon business plan et faire le tour de toutes les personnes qui peuvent investir. Mais, pour réussir à lever des fonds, il faut savoir où l on va. Les réactions de ces différentes personnes face à votre projet sont un excellent indicateur de fabilité.» Cela vaut-il toujours le coup aujourd hui de créer son entreprise? Bernard Bismuth : «Vous n imaginez pas le nombre d entreprises qu il y a à reprendre en France aujourd hui et vous n imaginez pas tout ce que vous pouvez apporter! Vous avez des connaissances dans les nouvelles technologies et ça peut changer beaucoup dans une entreprise qui ne les utilisaient pas jusqu à maintenant. Vous pouvez développer une entreprise à la frontière sans être bloqué par la langue. Vous pouvez construire de grandes choses si votre projet est solide! Quelle est la meilleure stratégie de communication pour vendre son produit? Rudolph Roucayrol : ««Il faut faire une analyse de la clientèle à partir de laquelle on peut dégager une stratégie de communication» Henri Douais : «Un bon chef d entreprise doit avoir conscience de ce qu il sait ou ne sait pas faire. Seul, il ne peut pas tout faire. Si, par exemple, vous vous posez une question sur le marketing, demandez l avis d un spécialiste qui s y connait.» Cédric O neill : «Souvent on ne veut pas parler de son idée de peur de se la faire voler. Mais, dans certains cas, il faut en parler, y compris aux concurrents en leur présentant les synergies possibles entre leur activité et votre projet. Allez voir ceux qui ont créé dans le même domaine car ce sont les meilleurs conseillers. C est ce que j ai fait avec un grand site de vente en ligne qui a mis de l argent dans mon entreprise». «Les bonnes choses arrivent mais il faut les provoquer!» Rudolph Roucayrol, créateur de Vitame30. Contact AJE Languedoc Roussillon : Jacques Thevenon, délégué

12 JEUNESSE & ENTREPRISES n Grand angle PANEL JEUNES DU 6 FEVRIER 2014 Choisir son métier en fonction de ses goûts : l idéal des jeunes Une enquête de l Onisep, réalisée en novembre 2011 auprès de 500 lycéens, révèle que 95% d entre eux ont déjà réféchi à leur orientation et que 58% en ont même une idée assez précise. Ils sont également une majorité à connaître le métier qu ils souhaiteraient exercer (73%)*. Ces faits se ressentent clairement en ce qui concerne le groupe de lycéens réunis par Jeunesse et Entreprises le 6 février sur le sujet : «Les goûts personnels et l identifcation des métiers correspondants, quelles démarches?» Le panel de jeunes nous fait part de quatre indicateurs importants. Les lycéens, et ce malgré leur jeune âge, émettent une opinion assez claire de leur future profession pouvant être remise en cause ou confortée en fonction des stages et des rencontres avec les professionnels. Conscients des diffcultés présentes sur le marché de l emploi, ils imaginent un plan B et sont prêts à revoir leurs exigences à la baisse pour leur premier emploi. Ils se considèrent plutôt bien renseignés sur les formations mais ceci est moins vrai quand il s agit de connaissance des métiers correspondant à des secteurs d activité. Enfn, ils demandent davantage de contacts directs avec des professionnels, une requête à laquelle AJE tente au mieux de répondre en partenariat avec les entreprises et les établissements d enseignement. PASSER DU RÊVE D ENFANT Enfants, nous avons tous eu l envie d exercer un métier qui, en avec l âge, s est éloignée ou au contraire renforcée. Synthia, en seconde Bac pro accueil au lycée Lucien Voilin témoigne : «A l âge de 10 ans, j ai quitté Haiti pour aller vivre en France. C était la première fois que je voyais une hôtesse et j ai tout de suite eu de l admiration pour ce métier». Pour Jordan, en classe de 1ère au lycée François Truffaut, c est aussi un rêve d enfant qui l a porté vers la volonté de devenir un jour militaire. «Depuis que je suis enfant, je veux être militaire. Je n ai pas trouvé de lycée alors j ai postulé dans l accueil pour commencer par là et m engager dans l armée ensuite. Si je ne rentre pas dans le commando je pourrais ainsi continuer dans la branche «accueil» en tant que stewart». Ce témoignage démontre une vraie réfexion en amont de la part des jeunes qui construisent leur parcours par étape pour se préparer à toute éventualité. À LA RÉALITE DU MONDE DU TRAVAIL Les jeunes de ce panel se sont montrés relativement matures dans l analyse de leur situation personnelle. Certes ambitieux, ils n oublient pas pour autant la crise économique, les chiffres du chômage et les diffcultés que cela implique, * Source : Enquête réalisée pour l Onisep par Harris Interactive par Internet du 4 au 14 novembre 2011 après de 500 lycéens. (www.onisep.fr)

13 13 surtout quand on est jeune avec peu d expérience. «Nous serons obligés de commencer en bas de l échelle. Il faut donc être réaliste et se dire qu on pourra évoluer dans l entreprise après avoir fait nos preuves», estime Johanna. De plus, ils savent qu ils devront prévoir un plan de secours dans le cas où ils ne parviendraient pas atteindre leurs objectifs. «Si je n arrive pas à devenir hôtesse, je m acheminerai vers le commerce», confe Anilda. Pour Bruno, si il n est pas envisageable pour l instant de «travailler dans un domaine qu l n aime pas», à charge pour Anilda de lui rappeler que «ce n est pas toujours facile d avoir ce que l on veut». Réalistes, soucieux de réussir mais surtout pragmatiques, tel serait le dernier adjectif pour qualifer les élèves interrogés par AJE. «Je me suis basée sur mon bulletin scolaire pour être sûre de pouvoir réussir», affrme Johanna, en Terminale Bac pro Commerce au lycée Albert de Mun. «Quand on réféchit à ses études, il faut se renseigner sur les matières que cela implique et c est en s investissant vraiment dans notre travail que l on se rend compte du choix que l on veut faire par la suite.» «RENCONTRER DES PROFESSIONNELS, ÇA CHANGE TOUT!» Jeunesse et Entreprises a eu le plaisir d échanger avec des lycéens ouverts d esprit, dynamiques, la tête remplie d idées avec parfois l envie de créer une entreprise. Le premier rôle de notre association est de leur faciliter l accès à l entreprise par des rencontres avec des professionnels. «Rencontrer des professionnels, ça change tout! Lire des brochures ce n est pas pareil», ajoute Johanna. Cette mission d AJE est la clé essentielle pour aider les jeunes à s orienter. «La découverte professionnelle de 3 heures m a donné envie de créer mon entreprise. Un jeu de rôle m a fait entrer dans la peau d un directeur général d entreprise et cela m a beaucoup plus», confe Jordan. Tout comme Niki qui déclare : «Mon choix de métier s est fait lorsque j étais en 3 e, lors d une sortie de classe inter-métier. Je suis bilingue, j adore le contact humain, j étais sûre de vouloir faire de l accueil». BESOIN DE NOUVELLES INFORMATIONS Les jeunes ont tous les outils nécessaires pour se renseigner, ce n est donc pas l information en tant que telle qui leur fait défaut mais plutôt un manque de ciblage de cette information et de concret avec des rencontres de professionnels pour appréhender les métiers. «On nous informe sur les secteurs d activité mais pas suffsamment sur les métiers qui constituent un secteur, en particulier les petits métiers, peu connus mais qui pourraient nous intéresser», regrette Johanna. «Et même si l on est curieux ce n est pas simple», souligne Anilda. Car en effet, les jeunes, loin d être passifs, se renseignent sur les métiers et les études à faire pour y accéder mais ceci est souvent insuffsant. «Je suis allé dans plusieurs salons. L an dernier pour mon changement de flière et cette année pour en savoir plus sur les études je pourrais faire après le bac pour devenir agent d escale. Mais cela ne m a pas vraiment aidé», explique Bruno. Les enseignants jouent aussi un rôle charnière et les élèves s appuient sur leurs conseils. «Les adultes ont plus de recul que nous» pense Johanna. «Grâce à deux de mes professeurs j ai pu trouver le métier que je voulais faire et avoir des conseils sur les écoles.» APPEL AUX ENTREPRISES ET ENSEIGNANTS Jeunesse et Entreprises lance donc un nouvel appel aux responsables d entreprises, aux chefs d établissements et enseignants afn de mener ensemble des actions de rapprochement et de rencontres entre les jeunes et les professionnels. Les jeunes le souhaitent, ils sont motivés et AJE n oublie pas que ce sont eux qui, dans l avenir, répondront aux besoins des entreprises. «Le panel d AJE m a permis de confronter mon point de vue avec d autres personnes du même âge. Je me suis posé des questions importantes sur lesquelles nous n avions jusqu à maintenant pas réféchi à propos de mon parcours.» Bruno, en seconde bac pro accueil au lycée Lucien Voilin (92). Si vous souhaitez participer à nos panels de jeunes, contactez nous à et rejoignez nous sur Facebook! FAIRE UN CHOIX D ORIENTATION À PARTIR DE SES CENTRES D INTÉRÊT Construire un projet professionnel nécessite avant tout de se connaître. C est à cette condition que vous pourrez trouver le métier et l environnement qui vous correspondent. Une meilleure connaissance de soi passe par une réfexion personnelle sur les aspects suivants. Quelles sont vos valeurs sur le plan professionnel? Pour le savoir, réféchissez à : ce qui est important pour vous dans le travail, ce que vous attendez de métier, ce que sont vos centres d intérêt. Pour vous donner un maximum de chances de réussite, il est essentiel que votre projet professionnel corresponde à vos goûts et aptitudes. En faisant le point sur vos centres d intérêt, vous découvrirez peutêtre des métiers auxquels vous n aviez pas pensé. Pensez à sortir du cadre professionnel. Demandez-vous quelles sont les activités de loisirs qui vous passionnent et dans lesquelles vous investissez du temps. Peut-être que certaines d entre elles ont un équivalent dans le monde du travail. Quels sont vos atouts? Certaines compétences, acquises au cours de vos expériences professionnelles ou extra-professionnelles (activités associatives, sportives, vie familiale, etc.), peuvent s avérer précieuses dans le choix d un métier. C est pourquoi, il est essentiel de bien lister tous vos points forts : vos savoir-faire et vos savoir-être. «Source : Fongecif Ile-de-France».

14 JEUNESSE & ENTREPRISES n Focus total Parrainage, alternance, création d entreprise Total donne leur chance aux jeunes! Groupe énergétique de dimension mondiale, Total emploie collaborateurs dans 130 pays. Sa production d hydrocarbures le place au 5 e rang parmi les Majors. Son chifre d afaires consolidé s est élevé à 190 milliards d euros en 2013, son résultat net à 10,75 Mds et ses investissements à 28 Mds $. Ses activités en font un groupe diversifé, présent dans le pétrole, le gaz, les énergies nouvelles, notamment le solaire, et la chimie. «Nos activités ont un fort contenu technologique et d innovation et notre excellence technique est reconnue au plan mondial dans de nombreux domaines comme l offshore profond ou le gaz naturel liquéfé», explique Christophe de Margerie, président directeur général de Total, en introduction de son interview accordée à Jeunesse et Entreprises. TOTAL EN FRANCE En raison de ses origines franco-belges, le groupe a acquis et conservé une forte présence dans le pays. En 2012, il y employait salariés, soit 36,5 % de son effectif mondial. Total compte en France 116 sites industriels et il détient plus de 50% de la capacité française de raffnage. «Nous réalisons en France la moitié de notre effort mondial de recherche-développement», souligne Christophe de Margerie. UNE POLITIQUE DE RECRUTEMENT DIVERSIFIÉE Au cours de l année 2012, Total a procédé à 1400 recrutements (CDI) en France sur un total mondial de % de ces recrutements concernaient des cadres, soit le double de leur proportion en moyenne mondiale. «Nous sommes d abord un groupe d ingénieurs, de techniciens et de scientifques, et une part importante de nos recrutements concerne donc ces types de profls. Mais Total a aussi besoin de gestionnaires, de commerciaux, de juristes, etc. Nous estimons ainsi que les activités des salariés du Groupe rentrent dans 500 métiers différents.» Quelles qualités attend le groupe de ses nouveaux collaborateurs? «Une bonne connaissance de leur discipline technique bien sûr, mais aussi le sens du travail en équipe, la droiture, l esprit d initiative, l intérêt pour l innovation et l ouverture au monde», répond le président directeur général de Total. Pour développer des liens avec les étudiants, Total est très présent dans les forums organisés par les écoles ou universités afn de faire connaître ses activités et pour témoigner de l intérêt des carrières offertes par l industrie. Total est très attentif à la diversité de ses recrutements et a mis en place des politiques pour la promouvoir dans différents domaines : donner à tous les niveaux hiérarchiques plus de place aux femmes dans une industrie traditionnellement très masculine, offrir des postes intéressants et adaptés à des personnes handicapées, promouvoir la diversité sociale par une démarche proactive de soutien des jeunes appartenant à des «minorités visibles». TOTAL, L ÉDUCATION ET LA FORMATION DES JEUNES «La formation est un enjeu fondamental pour Total parce qu elle est à la base de notre excellence opérationnelle. Chaque collaborateur de Total reçoit en moyenne 6 jours de formation par an. Mais nous y attachons aussi de l importance comme acteur local intéressé au développement des pays et des communautés au sein desquels nous exerçons nos activités, parce que l éducation est la clé du progrès économique et social. Beaucoup de nos programmes de développement local ont donc un volet éducation et formation important.» L engagement du groupe en ce domaine est très varié et très large. Il concerne toute la chaîne éducative, de l école à l université, et il s applique dans tous les pays où l entreprise est active. Christophe de Margerie souhaite citer en particulier : Les nombreux partenariats noués avec des universités ou des grandes écoles, en France et à l étranger, qu il s agisse de soutenir des chaires d enseignement et de recherche, de développer des programmes liés à ses métiers, ou au travers de Total Professeurs Associés, de faire participer des collaborateurs du groupe à des programmes d enseignement universitaire ou technologique. Les stages et les formations en alternance que l entreprise propose aux étudiants environ par an au niveau mondial et l accompagnement personnalisé qui leur est apporté à cette occasion. Les programmes de bourses mis en œuvre par le Groupe : «en 2009, nous avons soutenu boursiers dans 50 pays. Nous avons un programme spécifque de niveau Master-

15 JEUNESSE & ENTREPRISES n 65 Christophe de Margerie, président directeur général de Total 15 Né en 1951, Christophe de Margerie a effectué toute sa carrière chez Total qu il a rejoint en 1974, à sa sortie de l Ecole Supérieure de Commerce de Paris. Il a débuté à la Direction Financière du Groupe, puis il est passé à la Direction Exploration & Production (E&P). En 1995, il a été nommé Directeur Général de Total Moyen-Orient. En 1999, il a fait son entrée au Comité Exécutif de Total comme Directeur Général de l E&P. Nommé Directeur Général de Total en 2007, il en est devenu le Président-Directeur Général le 21 mai Christophe de Margerie est Chevalier de la Légion d Honneur et Offcier de l Ordre National du Mérite. MBA-diplôme d ingénieur-doctorat pour envoyer chaque année une centaine d étudiants originaires d une vingtaine de pays dans des établissements français d excellence.» Les actions spécifques de la Fondation Total, en liaison avec des associations spécialisées et avec les pouvoirs publics, pour aider les jeunes appartenant à des milieux défavorisés à réussir dans leurs études et leur insertion professionnelle. Les terrains d action et les moyens mis en œuvre sont variés : lutte contre l illettrisme auprès des jeunes enfants, aide au dialogue entre les enseignants et les parents, soutien scolaire, tutorat, parrainage ou accompagnement individuel pour aider les jeunes à s orienter dans leurs études et dans leur choix d une profession, bourses au mérite, appui apporté à des activités sportives ainsi qu à l éducation culturelle et artistique. Par ailleurs, Total a de nombreuses actions pour faire connaître aux jeunes lycéens les métiers et les problématiques de l énergie via un site internet dédié, la fourniture de matériel pédagogique aux enseignants, des visites d usine ou des interventions de collaborateurs de Total dans les établissements qui le souhaitent. TOTAL ET LA CRÉATION D ENTREPRISE «La création d entreprise est une dimension essentielle de l activité économique, pour permettre à celle-ci de se renouveler par l innovation. C est aussi une aventure exigeante qui séduit beaucoup de français, notamment les jeunes», déclare convaincu Christophe de Margerie. Le président directeur général de Total est d ailleurs intervenu aux côtés du président Yvon Gattaz sur le thème «Esprit d entreprise, goût d entreprendre» dans le cadre d une conférence-débat organisée par l Association Jeunesse et Entreprises sur le campus de Villetaneuse en Seine-Saint- Denis en octobre A cette occasion, plus de 300 jeunes étaient présents pour écouter les conseils de Christophe de Margerie ainsi que les discours passionnés et passionnants de créateurs d entreprise locaux. De plus, au travers de Total Développement Régional, le groupe Total s est engagé depuis 30 ans à aider la création et le développement d entreprises dans les bassins d emploi où le groupe opère. «Au cours des trois dernières années, nous avons aidé à s établir ou à croître 360 entreprises représentant plus de 6000 emplois. Plusieurs de nos programmes cherchent particulièrement à encourager la création d entreprises par les jeunes, et certains collaborateurs du groupe s impliquent dans cette tâche à titre bénévole.» La Fondation Total appuie le programme CréaJeunes lancé par l Association pour le Droit à l Initiative Economique (ADIE) qui aide des entrepreneurs débutants à lancer leurs projets. Total soutient aussi la démarche de l Association Entreprendre pour Apprendre qui fait découvrir l entreprise dans les lycées et collèges en aidant des jeunes à réaliser une micro-entreprise. Stephan Gladieu / TOTAL Atelier «Image et mémoire», dans le cadre de l exposition Ponte city de Mikhael Subotzky et Patrick Waterhouse, LE BAL, Paris 18 ème.

16 16 Réseau CLUB AJE RHONE ALPES JEUNESSE & ENTREPRISES n 66 Club AJE Rhône-Alpes : un trait d union entre l enseignement, les entreprises et les jeunes Créé fn 2012, le Club AJE Rhône-Alpes n a pas tardé à mettre en place une vraie dynamique de terrain en rassemblant autour de lui des chefs d entreprises motivés pour mener des actions vis-à-vis des enseignants et des jeunes. Ses principaux objectifs : jouer le rôle de passerelle pour favoriser les échanges, gommer les clichés et susciter l esprit d entreprendre chez les jeunes. Les premiers résultats sont encourageants. Une convention avec la CCI Nord Isère La qualité de la relation instaurée entre AJE et la CCI a abouti à la signature d une convention dans laquelle AJE RA est partenaire de l ensemble des actions écoles entreprises de la CCI. En effet les deux présidents souhaitent plus que jamais renforcer le lien entre le monde de l éducation nationale et le monde de l entreprise, car comme le rappelle Daniel Paraire, Président de la CCI Nord Isère «l avenir c est les jeunes et il est primordial de créer du lien entre nos deux mondes le plus tôt possible». Pour Benoit Soury, Président de l AJE Rhône-Alpes, «5 sens, 5 métiers, l envie d entreprendre» c est aussi «l occasion de donner aux jeunes les moyens de faire des choix éclairés. C est en leur donnant envie de travailler, que les jeunes auront envie d entreprendre.» UN CLUB JEUNE ET EN PLEIN DEVELOPPEMENT Après une première tentative d implantation d un Club AJE à Lyon en 2006, c est fn 2012 qu AJE Rhône-Alpes prend son réel envol sous l impulsion de Jean-Paul Mauduy, président de la CCI régionale et entrepreneur industriel reconnu. Il est vrai que l absence d un Club AJE actif dans la seconde région économique nationale ne pouvait pas se concevoir. Grâce à une conférence sur l entreprenariat donnée par Yvon Gattaz dans les locaux de Lafarge, une dynamique s est instaurée en 2012 sur le territoire en relation avec la CCI Nord Isère. Dès lors, Benoit Soury, le président, et Jean-Roger Régnier le délégué général, structurent le Club AJE Rhône-Alpes et recrutent rapidement une cinquantaine de chefs d entreprise prêts à s engager pour l avenir des jeunes. Pour choisir ses actions prioritaires, AJE Rhône-Alpes a bénéfcié de l apport et de l expérience de Clubs AJE existants et a été très bien accueilli par le président d AJE Provence, Pascal Lacombe et son équipe. Il s est ensuite mis à l écoute du monde enseignant pour identifer les besoins non couverts par les actions déjà réalisées avec d autres partenaires : organisations patronales et associations. Fort de ces éléments, trois actions phares ont été défnies : «les boss invitent les profs», «reporters en entreprise», «5 sens-5 métiers, l envie d entreprendre» Les premiers résultats sont encourageants car en 2013, 20 établissements, 50 enseignants et 550 jeunes ont été concernés par les actions impliquant AJE Rhône Alpes. La montée en puissance du Club permettra en 2014 de doubler ces chiffres avec comme objectifs : 1000 jeunes, 100 enseignants, 50 établissements scolaires et autant d entreprises. «LES BOSS INVITENT LES PROFS» Benoit Soury et Daniel Paraire, président de la CCI Nord Isère, signent la convention de partenariat. Un chef d entreprise ou dirigeant invite un proviseur, accompagné de 2 ou 3 enseignants, pour un moment d échange autour d un déjeuner. Cette action donne l occasion aux chefs d entreprises et enseignants de discuter librement et faire tomber certaines idées reçues, gommer les clichés pour que les deux mondes se connaissent mieux et se reconnaissent afn d aborder ensemble l avenir des jeunes. Elle s adresse à des établissements d enseignement général (collège et lycée) ou professionnel qui ont peu ou pas de relation avec des entreprises. Après un test très positif en 2013, cette action a été labellisée par le rectorat de l Académie de Lyon qui l a retenue dans son catalogue «boîte à outil» et diffusée largement auprès des établissements. Au premier semestre 2014, 30 établissements ont demandé à participer à cette opération. «REPORTERS EN ENTREPRISE» En visite chez Locabri les élèves prennent les consignes de sécurité Cette action a pour but de sensibiliser les jeunes au fonctionnement d une entreprise tout en valorisant leur expression écrite et orale par l intermédiaire d un reportage réalisé en petits groupes d élèves. L opération pilote a concerné l ensemble des élèves des 5 classes de 4 e du collège Pierre de Ronsard de Mornant

17 JEUNESSE & ENTREPRISES n Benoit Soury fait visiter les locaux de son entreprise La Vie Claire. Benoît Soury, président du Club AJE Rhône-Alpes Benoit Soury, 49 ans, est un entrepreneur dans l âme. Il a exercé des postes de responsabilité dès la fn de ses études de gestion (ISG Paris) avant de devenir associé et Directeur Général de La Vie Claire il y a plus de 10 ans. Passionné par l action, il est aussi Vice-Président du Medef Lyon Rhône pour lequel il exerce plusieurs mandats patronaux. Marié et père de 6 enfants, il adore partager avec sa famille les plaisirs de la montagne comme ceux de la musique et il connait de près les sujets liés à leur avenir. «Je n ai pas hésité à m engager bénévolement pour faire vivre AJE Rhône-Alpes afn de donner aux jeunes et au monde de l enseignement une image positive des entrepreneurs. AJE Rhône-Alpes est un signe tangible du trait d union reliant les mondes de l enseignement, de la jeunesse et des entreprises.» dans le Rhône dans le cadre d un projet pédagogique souhaité par le principal adjoint, Floryan Mayras, en lien avec les professeurs de français et technologie. Cinq entreprises ont accueilli chacune une classe accompagnée par deux enseignants dans leurs locaux au cours d une matinée pendant 2h30. Le programme de la demi-journée préparé par l entreprise a permis de montrer aux élèves les métiers et leur rôle dans le cycle de production et commercialisation des produits et services. De leur côté, les enseignants avaient préparé les élèves à leur rôle de «reporter» comme l ont montré les nombreuses questions que les jeunes ont posé pendant les visites. Lorsque tous les reportages sont réalisés, un concours est organisé pour choisir les meilleurs reportages. Le jury a une représentation diversifée : enseignant, entreprise, journaliste, AJE. Les reportages sont évalués sur trois critères : originalité et attractivité des documents, pertinence et rigueur dans le traitement des informations, qualité de l écriture et des illustrations. «5 SENS -5 METIERS, L ENVIE D ENTREPRENDRE» Le 21 novembre 2013, 320 jeunes et leurs enseignants ont été accueillis dans les locaux de la CCI Nord Isère dans le cadre de la seconde opération «5 sens, 5 métiers, l envie d entreprendre» A travers un parcours sensoriel, lycéens et étudiants du Nord Isère sont allés à la découverte de métiers souvent peu connus. A cette occasion une vingtaine d entrepreneurs, artisans et artistes, ont présenté leurs métiers lors d ateliers regroupés par thématique sensorielle : le goût avec des professionnels de la restauration et de l agriculture, le toucher avec des ostéopathes et des professionnels de l esthétique, la vue avec des designers visuels, des professionnels de l optique et de la vidéo, l odorat avec des créateurs de parfums et des feuristes et l ouïe avec des professionnels du son et des musiciens. Les jeunes ont ainsi pu échanger avec ces chefs d entreprise et débattre avec certains d entre eux au cours d une conférence. Organisée par la CCI Nord Isère et l Association Jeunesse et Entreprises (AJE) Rhône-Alpes, la journée «5 sens, 5 métiers, l envie d entreprendre», en collaboration avec le Rectorat de l Académie de Grenoble et le Conseil Général de l Isère, a été construite avec la volonté commune d aider les jeunes à trouver leur voie, le tout avec une approche originale. PERSPECTIVES DE DEVELOPPEMENT Comme pour toute activité entrepreneuriale AJE Rhône- Alpes souhaite se développer tout en maitrisant sa croissance. Faire ses preuves par l action est la priorité des responsables du club. Pour cela il était nécessaire de se concentrer sur un périmètre restreint autour de Lyon. Désormais le Club AJE prépare son implantation autour de Grenoble, une conférence d Yvon Gattaz en avril 2014 donnant le coup d envoi de ce nouveau challenge pour le Club. Club AJE Rhône-Alpes CCIR Rhône-Alpes 32, quai Perrache CS LYON Cedex 02 Tél. : CONTACTS : Benoît Soury, président Jean-Roger Régnier, délégué Tél. : Laurent Constantin observe un groupe d élèves en visite dans son entreprise ACTI. Laurent Constantin, membre actif du Club AJE Rhône-Alpes Laurent Constantin dirige depuis 2001 la société ACTI, entreprise spécialisée dans les stratégies digitales avec 35 personnes de plusieurs nationalités et dont la moyenne d âge est de 26 ans. Accueillir et travailler avec des jeunes il sait donc ce que c est! Il se rappelle aussi que l on peut être créateur très tôt puisqu il a lancé le «sac à sapin», produit développé avec Handicap International chez qui il a travaillé. Son engagement dans AJE est de la première heure. Lors de l accueil d une classe dans ses locaux il leur a transmis les trois messages suivants : «soyez acteurs de votre devenir professionnel, osez innover en permanence, maitrisez le français et l anglais» précisant que, chez lui, un CV avec des fautes d orthographe était tout de suite écarté.

18 JEUNESSE & ENTREPRISES n Réseau NOUVELLES DES CLUBS AJE Club AJE Essonne Dans le cadre de la Semaine de l industrie, le Club AJE de l Essonne mène plusieurs actions visant à diffuser la connaissance de l entreprise et de l industrie : D une part, en qualité de partenaire et co-organisateur des journées portes ouvertes de la Snecma (site d Évry-Corbeil) ainsi que des journées portes ouvertes du Lycée Alfred Kastler qui se sont tenues les 4 et 5 avril dernier. Ainsi qu au lycée Louis Blériot d Etampes, où l AJE 91 prépare, en partenariat avec Bouygues Construction Ile-de-France, une série d interventions en établissement (métiers du BTP, fonctionnement de l Entreprise, comportement, RSE) et de visites de chantiers à destination des classes de Bac Pro. D autre part, l AJE 91 soutien l action de parrainage de classes menée par le MEDEF/GIM pour laquelle la mise en place des modalités a débuté et diverses rencontres ont déjà eu lieu avec les cinq établissements concernés : les lycées Robert Doisneau de Corbeil, François Truffaut de Bondoufe, Jules Verne de Limours, de l Essouriau des Ulis et Alfred Kastler de Dourdan. Une rencontre préalable avec le corps professoral (enseignants des matières scientifques) étant nécessaire, les actions concrètes de parrainage ne débuteront qu à la rentrée Mais pour pallier cet état de fait, des opérations spécifques ont été menées pour la Semaine de l industrie, dans chacun de ces établissements. Par ailleurs, l AJE 91 est présente au Comité Départemental de Coordination organisé sous l égide de Monsieur le Préfet de l Essonne, et informe, par l intermédiaire de groupements d entrepreneurs du Sud-Essonne et via différents bulletins municipaux et d intercommunalités, les entreprises de la région afn d obtenir leur appui et leur concours. Signature de la convention de partenariat avec Gilles Valade, chef d établissement, Alain Bonnet, président du Club des entreprises de Cenon et Patrick Harand, président du Club AJE Aquitaine. Contact AJE Essonne : Henri Demonceaux, délégué Club AJE Val-de-Marne Développement durable et STI 2D Dans le cadre de la semaine du développement durable, Michel Oudin, président du Club AJE Val-de-Marne a organisé, le mercredi 2 avril, une journée de sensibilisation sur cette thématique et sur la formation correspondante STI 2D (sciences et technologies du développement durable). Destinée aux chefs d établissement scolaires, enseignants, personnels chargés de l orientation, cette journée était aussi ouverte aux habitants de Vincennes et des environs. Ce fut l occasion pour le personnel du monde éducatif de poser leurs questions à des spécialistes sur des sujets comme les économies d énergie et bien sûr la formation préparant au baccalauréat STI 2D et ses quatre spécialités : architecture et construction, énergie et environnement, système d information numérique, innovation technologie et écoconception. AJE Val-de-Marne : Michel Oudin, président - Club AJE Aquitaine Forum des metiers au lycée Sainte-Marie Bastide Le Club Jeunesse-Entreprise d Aquitaine et le Club des Entreprises de Cenon ont été partenaires de l organisation du Forum des métiers qui a eu lieu le 17 janvier 2014 au lycée Sainte-Marie Bastide, dirigé par Monsieur Gilles Valade. Cette année plus de 25 métiers y étais représentés et regroupés par secteurs d activité porteurs d emploi comme la banque, l assurance, le secteur sanitaire et social, le transport etc. Cette manifestation a été inaugurée par Pierre Gaillard, trésorier et administrateur d AJE, qui s est dit «impressionné par le nombre de jeunes présentes et motivés (700)». La journée leur a permis de connaître l entreprise et le monde professionnel et ainsi d appréhender le mieux possible leur avenir en réussissant le passage de l école à l entreprise et à l emploi dans les meilleures conditions. «L expérience nous montre que la rencontre avec les différents acteurs de l entreprise est très fructueuse voire décisive quant au choix de leur orientation professionnelle», déclare Patrick Harand, président du Club AJE Aquitaine. Une convention de partenariat tri-partite A cette occasion le Lycée Sainte Marie Bastide et les deux Clubs ont signé une convention de partenariat décidés à agir ensemble pour la rencontre école/monde professionnel en permettant : aux entreprises de concilier leurs attentes avec celles des jeunes. aux enseignants d être davantage à l écoute des entreprises et ainsi plus à même d orienter leurs étudiants vers le choix de formation et de carrière le plus adapté aux jeunes d être mieux informés, mieux orientés et mieux préparés au monde du travail. Contact AJE Aquitaine : Marie-Catherine Roques, déléguée Intervention des chefs d entreprises au Forum des métiers du lycée Saint-Marie Bastide.

19 Club AJE Auvergne 19 Intervention de professionnels dans les classes Depuis la rentrée 2013, le Club AJE Auvergne est parti à la rencontre de plus de 1400 jeunes (collégiens, lycéens et étudiants) dans 21 établissements. 12 bénévoles du Relais Amical Malakoff Médéric du Puy de Dôme, ainsi que des professionnels détachés d entreprises locales, sont intervenus sur des sujets aussi variés que : Témoignage sur des métiers techniques dont le métier de l ingénieur (en partenariat avec IESF) Fonction de management et comment favoriser la motivation des équipiers Métiers des ressources humaines Métier contrôle de gestion, de la comptabilité ou de la banque Présentation du fonctionnement de l Entreprise et de ses métiers Simulation d entretiens de motivation ou de préparation d examens AJE Auvergne participe aussi à l organisation des concours «Raconte-moi une entreprise» ou «Raconte-moi un métier» en partenariat avec la Fondation Varenne, le Rectorat, L Onisep et le journal La Montagne. Contact AJE Auvergne : Francis Minet, délégué Club AJE Lorraine Plongez dès la 4 e dans le monde de l industrie! De février à avril 2014, Bernard Buffard, délégué du Club AJE Lorraine, est intervenu auprès de classes de 4 e de plusieurs collèges de la région pour leur faire découvrir les métiers de la chimie et de l industrie sous différents aspects. De nombreux points, sur le profl des carrières, ont été mis en avant et les termes innovation technologique, motivation, passion, évolution de carrière ont été au centre des présentations. Une immersion dans un monde inconnu qui a beaucoup plu aux collégiens. Jeunes, osez entreprendre! Mercredi 16 avril, Alain Letullier et Bernard Buffard, respectivement président et délégué du Club AJE Lorraine, organisent une conférence-débat «Osez la création d une entreprise innovante à partir de zéro» avec la participation de Bernard Bismuth, vice-président de Jeunesse et Entreprises et créateur de BdeB Consulting, Eric Kratz, créateur d Amiritel, Emmanuel Worms, cocréateur d Innov habitat, Gilles Raymond, créateur de Otodoo et Murielle Trolong-Bazin, Créatrice de Ladies Hour. Contact AJE Lorraine : Bernard Buffard, délégué LES JEUNES INNOVENT A L ESSCA! L école de management, l ESSCA, partenaire d AJE depuis 2011, a lancé fn 2013 la première édition du concours Digiprize visant à récompenser des concepts innovants dans le domaine du digital proposés par des jeunes âgés de 17 à 25 ans. Le 11 février dernier, plus de 300 personnes, dont de nombreuses personnalités du digital et entreprises du secteur, ont fait le déplacement pour assister à la remise des prix dans les salons d honneur de l Hôtel de ville de Boulogne-Billancourt. Dix prix ont été remis aux étudiants qui ont imaginé et conçu des applications novatrices visant à faciliter le quotidien avec par exemple, «LeBonCab», premier comparateur de voiture avec chauffeur et réservation depuis un smartphone, «Eae-immo.com», plateforme permettant de faciliter les recherches de logements étudiants ou encore «StarT eam», plateforme de mise en relation d étudiants de différentes écoles souhaitant créer leur entreprise. «La première édition du Digiprize a rencontré un vif succès. De nombreuses idées ont été proposées, toutes plus ingénieuses et créatives les unes que les autres! Nous vous donnons rendez-vous pour une deuxième édition dès l automne prochain», déclare Catherine Leblanc, directrice générale du Groupe ESSCA. En savoir plus sur les lauréats sur Standing ovation pour la création d entreprise Accueilli par Hervé Biausser, directeur de l Ecole Centrale de Paris, le président Yvon Gattaz y a tenu une conférence sur le goût d entreprendre au cours de laquelle plus de 400 étudiants sont venus en masse écouter son parcours de créateur et chef d entreprise, ses anecdotes et ses conseils pour entreprendre. Yvon Gattaz y a d ailleurs exposé son théorème : «Le taux de croissance d une nouvelle entreprise est fonction du niveau d instruction du créateur». Raison pour laquelle Jeunesse et Entreprises multiplie ses «conférences création d entreprises de croissance» auprès des lycéens et étudiants dans toute la France car «la multiplication des emplois passera par la multiplication des employeurs». Ovationnée à deux reprises par les jeunes, l intervention d Yvon Gattaz a suscité des vocations jusqu alors méconnues chez certains d entre eux comme le montre le témoignage de deux élèves : «Avant d entendre cette conférence, l idée de créer une entreprise ne me serait jamais venue à l esprit, mais pourquoi pas au fond!»

20 «Création d entreprise : La double révolution» Un guide pour se lancer dans l aventure entrepreneuriale! Dans son nouvel ouvrage, paru en février 2014, Yvon Gattaz décrypte les étapes de la création d entreprise en donnant la parole à 13 entrepreneurs de renom témoignant de leurs parcours et de leur vision entrepreneuriale. Un message important est ici transmis, notamment pour les jeunes diplômés désireux de créer leur entreprise. Si au moment du boom de croissance des Trente Glorieuses la France s est caractérisée par un retard reconnu en matière de création d entreprises, les diplômés des grandes écoles optant dans leur écrasante majorité pour l administration ou les grandes entreprises, elle connaît aujourd hui le taux de création d entreprises par habitant le plus important des pays industrialisés. Une explosion tardive mais bien réelle, remontant à une dizaine d années, et qui trouve une suite dans l actuel engouement des étudiants, familiers des pépinières et incubateurs, pour cette aventure de l entrepreneuriat ex nihilo, leur «Le diplôme est loin d être suffsant pour créer une entreprise. L autre condition sine qua non est encore de trouver l idée qui fera le buzz, tout en s appuyant, si besoin, sur l écosystème existant pour trouver les soutiens et fnancements nécessaires : pépinières, incubateurs, etc.» «J ai voulu écrire ce livre pour donner aux jeunes entrepreneurs cette volonté d avancer avec ténacité, de réaliser leurs rêves coûte que coûte. Et ce, en leur dévoilant les mystères de la création d entreprise en partant de zéro.» tropisme -largement diffusé- pour les initiatives et responsabilités. Yvon Gattaz, lui-même créateur d entreprise, éminente fgure du patronat, infatigable militant de l entrepreneuriat et défenseur des chefs d entreprise, propose une analyse sans complaisance et parfois avec humour de cette «double révolution» étonnante ainsi que des atouts et faiblesses de notre pays dont les jeunes entreprises demeurent trop souvent en panne de croissance. «La France a gagné la bataille des créations ellesmêmes en nombre mais elle a perdu la bataille de la croissance après création, indispensable pour le progrès économique et pour les emplois. Faiblesse grave, nous fabriquons des entreprises naines et qui restent naines» regrette Yvon Gattaz. Parce que la création de nouvelles entreprises performantes est l une des clés de son redressement économique, Yvon Gattaz s emploie à décrypter, à l intention des jeunes -autodidactes de talent et étudiants - qui ont le goût du risque, les mystères de la création d entreprise à partir de zéro, et donne la parole à treize créateurs d entreprise de renom qui témoignent de leur expérience, et notamment de leur fbre entrepreneuriale faite d instinct et d intuition mêlés, de passion, de désir de changer le monde et d innover, d une aspiration à exprimer ses talents et de la volonté d avancer, avec ténacité, de plain-pied dans la compétition d un monde en constante évolution. Un plaidoyer utile et plein d optimisme, élément de persuasion et d exemplarité à l enthousiasme communicatif, à l adresse de tous les candidats entrepreneurs sur le point de se lancer. 13 entrepreneurs interviewés Mohed Altrad (Altrad), Jean-Claude Decaux (JCDecaux), Jacques-Antoine Granjon (Vente-privee.com), Francis Holder (Paul), Louis Le Duff (Le Duff), Grégory Mager (Maesa), Grégory Marciano (Sushi Shop), Véronique Morali (Terrafemina/TFco), Gérard Mulliez (Auchan), Xavier Niel (Free), Augustin Paluel-Marmont et Michel Rovira (Michel et Augustin), John Persenda (Sphère), Jean-Baptiste Rudelle (Criteo). «Création d entreprise, la double révolution», par Yvon Gattaz. Editions Eyrolles. Février 2014.

Orientation Relation école / entreprise. les CCI s engagent! CCI NORMANDIE

Orientation Relation école / entreprise. les CCI s engagent! CCI NORMANDIE Orientation Relation école / entreprise les CCI s engagent! CCI NORMANDIE Les actions en chiffres Au total, 27 000 personnes bénéficient chaque année des actions mises en place par les CCI en Haute-Normandie

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Enquête sur l orientation des étudiants

Enquête sur l orientation des étudiants Enquête sur l orientation des étudiants Les principaux enseignements de l enquête Avril 2015 pour Contact : Laurent Bernelas, Directeur du département Corporate et Management lbernelas@opinion-way.com

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours. Le guide

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours. Le guide Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours à l Université de Cergy-Pontoise Le guide du SCUIO-IP Service commun universitaire d information, d orientation et d insertion professionnelle

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE Strasbourg, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT DE LA 8EME EDITION DE L OPERATION «LES BOSS INVITENT LES PROFS» Monsieur Jacques-Pierre GOUGEON, Recteur de l académie de Strasbourg et Monsieur

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Classe terminale - Série STMG L accompagnement personnalisé Ressources pour le lycée général et technologique S orienter Les supports du scénario Document 1 : la fiche d entretien ENTRETIEN INDIVIDUEL

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Le mardi 19 mai 2015 à Nantes. Les membres des Sup Porteurs de la création 44 :

DOSSIER DE PRESSE. Le mardi 19 mai 2015 à Nantes. Les membres des Sup Porteurs de la création 44 : DOSSIER DE PRESSE Le mardi 19 mai 2015 à Nantes 1 Les membres des Sup Porteurs de la création 44 : Le réseau des Sup'Porteurs de la Création 44 est soutenu par : Contact Presse : Marie Le Saint CCI Nantes

Plus en détail

Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens. Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School

Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens. Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School Louise et Hugo ont choisi d être Iteemiens Et vous? Département de l École Centrale de Lille co-dirigé par SKEMA Business School 2 Bienvenue à l Iteem! Vous êtes curieux, dynamique, ingénieux? Vous avez

Plus en détail

Le guide du parrainage

Le guide du parrainage AGREMENT DU Le guide du parrainage conseiller Partager, encourager et les mini-entrepreneurs bourgogne.entreprendre-pour-apprendre.fr Créer ensemble La Mini Entreprise-EPA est une création d entreprise

Plus en détail

DEVENEZ CONSEILLER BÉNÉVOLE D INJAZ. Permettre aux jeunes de développer leur potentiel et d améliorer leur employabilité,

DEVENEZ CONSEILLER BÉNÉVOLE D INJAZ. Permettre aux jeunes de développer leur potentiel et d améliorer leur employabilité, DEVENEZ CONSEILLER BÉNÉVOLE D INJAZ AGHRIB Pour développer l esprit d entreprise des jeunes et améliorer leur insertion professionnelle 10 BONNES RAISONS DE DEVENIR CONSEILLER BÉNÉVOLE Entrepreneurs, cadres

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE

DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE DOSSIER DE PRESSE PLAN DE RELANCE DE L APPRENTISSAGE Jeudi 25 juin 2015 Centre de Formation d Apprentis (CFA) d ANNONAY CONTACTS PRESSE : Cabinet du préfet Service Départemental de la Communication Interministérielle

Plus en détail

www.les-entrepreneuriales.fr contact@les-entrepreneuriales.fr 09 71 20 38 19

www.les-entrepreneuriales.fr contact@les-entrepreneuriales.fr 09 71 20 38 19 www.les-entrepreneuriales.fr contact@les-entrepreneuriales.fr 09 71 20 38 19 SOMMAIRE Editorial du président de l ANLE La gouvernance nationale : ANLE Le dispositif d apprentissage innovant Notre ambition

Plus en détail

le mois de la création!

le mois de la création! du 1 er Au 30 novembre 2014 7 e édition programme plus de 100 rendez-vous... forums / conférences / formations rendez-vous experts / ateliers le mois de la création! organisateur les CCi, un réseau d appui,

Plus en détail

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours à l Université de Cergy-Pontoise Le guide pour votre orientation et votre insertion professionnelle Service commun universitaire d information,

Plus en détail

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire )

La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Bientôt en Alsace : La meilleure main-d œuvre d Europe pour les métiers de la production en salles blanches (pharma, chimie, agro-alimentaire ) Création d une usine-école unique en Europe L Etat, dans

Plus en détail

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) TOUT SAVOIR SUR LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE LA VAE? > La Validation

Plus en détail

Assemblée Générale 2015 de l AFT :

Assemblée Générale 2015 de l AFT : Assemblée Générale 2015 de l AFT : Développer la formation professionnelle Transport-Logistique, renforcer l attractivité du secteur, accompagner les candidats jusqu à l entreprise, favoriser l intervention

Plus en détail

Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr

Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr Origine : site Internet de la Chambre de Métiers et de l'artisanat : cma-haute-marne.fr OPÉRATION JEUNES-ARTISANAT Spécial entreprises POURQUOI CETTE OPÉRATION? La force économique d un pays, ce sont ses

Plus en détail

DÉVELOPPER LA FORMATION EN ALTERNANCE AVEC LES LYCÉES PROFESSIONNELS

DÉVELOPPER LA FORMATION EN ALTERNANCE AVEC LES LYCÉES PROFESSIONNELS Journées nationales portes ouvertes des lycées professionnels DÉVELOPPER LA FORMATION EN ALTERNANCE AVEC LES LYCÉES PROFESSIONNELS Lycée professionnel Marcel Deprez Métiers de l électricité et de l électrotechnique

Plus en détail

Communiqué de presse Semaine nationale de l apprentissage du 18 au 22 mai 2015

Communiqué de presse Semaine nationale de l apprentissage du 18 au 22 mai 2015 Dossier de presse Mai 2015 Sommaire 1) Communiqué de presse 2) Présentation de l opération semaine nationale de l apprentissage 3) La formation en apprentissage : une priorité pour les CCI 4) Les développeurs

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE PARIS LYON TOULOUSE MONTLUCON AUXERRE NÎMES NANTES BORDEAUX LILLE AMIENS. Contact - Presse

DOSSIER de PRESSE PARIS LYON TOULOUSE MONTLUCON AUXERRE NÎMES NANTES BORDEAUX LILLE AMIENS. Contact - Presse DOSSIER de PRESSE 2014 Contact - Presse Agence MCM Mélissa MAMBERT Tél : 04 91 31 47 37 06 25 53 10 81 m.mambert@agence-mcm.com PARIS LYON TOULOUSE MONTLUCON AUXERRE NÎMES NANTES BORDEAUX LILLE AMIENS

Plus en détail

2h 30 ÉDITO A25. Sommaire. Paris. Chiffres clés atouts du territoire. km 2 CRÉER ET REPRENDRE. Londres. Bruxelles. Lille

2h 30 ÉDITO A25. Sommaire. Paris. Chiffres clés atouts du territoire. km 2 CRÉER ET REPRENDRE. Londres. Bruxelles. Lille ÉDITO CRÉER ET REPRENDRE Les derniers chiffres de l Insee l affirment : la France bat des records de création d entreprises et notamment grâce aux EN auto-entrepreneurs. FLANDRE INTÉRIEURE Sur Agglopole

Plus en détail

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Point d étape n 12.04 Présenté par le groupe de travail «Parrainage Citoyen» du CONSEIL LILLOIS DE LA JEUNESSE à l Assemblée Plénière du 23 JUIN 2012 1- Introduction

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Commercialisation de produits et services inter-entreprises de l Université Lille 2 - Droit et Santé Vague E 2015-2019

Plus en détail

Le Printemps Agile Caennais

Le Printemps Agile Caennais Le Printemps Agile Caennais Professionnels, institutionnel et étudiants se mobilisent pour faire de la Normandie une «Terre d Agilité» Le Club Agile, après deux ans d existence et de succès croissant,

Plus en détail

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles

Baromètre 2015 de l ouverture sociale : une proportion et un accompagnement croissants des jeunes de milieu populaire dans les grandes écoles Baromètre 2015 de l ouverture sociale des grandes écoles, réalisé par la CGE et l association Passeport Avenir, en partenariat avec le cabinet Inergie et le mécénat de compétences des groupes Orange et

Plus en détail

BTS Communication Trilingue

BTS Communication Trilingue BTS Communication Trilingue FranÇais -Anglais- Langue maternelle ou Bilingue Anglais-FranÇais 20/05/2015 BTS Communication Bilingue ou Trilingue Français-Anglais-Langue maternelle 1 20/05/15 BTS COMMUNICATION

Plus en détail

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services

Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Tél +33 (0)4 13 94 04 39 / Fax +33 (0)4 13 94 04 10 2 Lancement de l association D.E.F.I.S Services, Développement des Entreprises et Filières Innovantes de Services Jacques Pfister, Président de la CCI

Plus en détail

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo Livret du professeur Le programme Le site Internet La visite Le concours photo OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS Découverte professionnelle 2010-2011 Découverte professionnelle 2010-2011

Plus en détail

LE SALON DES FORMATIONS SUPERIEURES APRES BAC // 18 ET 19 JANVIER 2013 AU PARC DES EXPOS D AGEN

LE SALON DES FORMATIONS SUPERIEURES APRES BAC // 18 ET 19 JANVIER 2013 AU PARC DES EXPOS D AGEN INFOSUP LE SALON DES FORMATIONS SUPERIEURES APRES BAC // 18 ET 19 JANVIER 2013 AU PARC DES EXPOS D AGEN S informer pour bien choisir 1 SOMMAIRE PRESENTATION INFOSUP 2013 PARTENAIRES PLAN DU SALON NOUVEAUTES

Plus en détail

Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Contribution des CCI

Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Contribution des CCI Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Contribution des CCI Languedoc-Roussillon Pour des jeunes compétents et des entreprises compétitives Octobre 2012 Préambule : La Contribution des

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGRÉE PAR L ge Le guide du parraina F.L. - M. Dufour - EPAHN nseiller co t e r e g ra u co n e r, e Partag rs les mini-entrepreneu www.epa-hautenormandie.fr Créer ensemble La Mini Entreprise-EPA est une

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Bachelor Jeune Entrepreneur EM Strasbourg Learning expedition Le 16 avril 2014

Bachelor Jeune Entrepreneur EM Strasbourg Learning expedition Le 16 avril 2014 Bachelor Jeune Entrepreneur EM Strasbourg Learning expedition Le 16 avril 2014 Déroulé de la journée : Présentation des participants Expression par chacun de son intention d apprentissage Circulation libre

Plus en détail

Dossier de presse. Programme de la manifestation Des initiatives remarquables

Dossier de presse. Programme de la manifestation Des initiatives remarquables Signature de la 1 ère convention régionale de partenariat entre les 3 principaux organismes de financement de la création d entreprise en Provence-Alpes-Côte d Azur Communiqué de presse Dossier de presse

Plus en détail

L Emploi des jeunes dans l ESS Annexes. Questionnaire complet de l enquête en ligne

L Emploi des jeunes dans l ESS Annexes. Questionnaire complet de l enquête en ligne L Emploi des jeunes dans l ESS Annexes Questionnaire complet de l enquête en ligne Texte de présentation Le Conseil National des Chambres Régionales de l Economie Sociale et Solidaire (CNCRES) lance une

Plus en détail

100 Jours 100% Gagnants

100 Jours 100% Gagnants 100 Jours 100% Gagnants Charte et guide du parrainage Le Département du Pas-de-Calais se veut porteur d une ambition et de projets pour la jeunesse. Le 17 décembre 2012, il s est donc doté d un Pacte départemental

Plus en détail

La création d entreprises et l innovation pour développer l économie du territoire

La création d entreprises et l innovation pour développer l économie du territoire DOSSIER DE PRESSE Jeudi 29 novembre 2012 Forum développement économique CREA / Région Haute-Normandie La création d entreprises et l innovation pour développer l économie du territoire La CREA s est dotée

Plus en détail

Règlement du Concours

Règlement du Concours Règlement du Concours UN MODELE PEDAGOGIQUE POUR : DEVELOPPER L ESPRIT D ENTREPRENDRE EN S INITIANT A LA CREATION D ENTREPRISE FACILITER L ORIENTATION ET L INSERTION PROFESSIONNELLE NOUER DES PARTENARIATS

Plus en détail

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER

esi LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER UNIS www.groupe-esi.fr ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER esi ÉCOLE SUPÉRIEURE DE L IMMOBILIER UNIS LA RÉFÉRENCE FORMATION POUR L IMMOBILIER www.groupe-esi.fr PROFIL 1 RE ÉCOLE-ENTREPRISE SPÉCIALISÉE DANS L IMMOBILIER L École Supérieure de l Immobilier (ESI)

Plus en détail

VOUS FAITES QUOI POUR L AVENIR DU BTP? MOI, JE FORME UN APPRENTI!

VOUS FAITES QUOI POUR L AVENIR DU BTP? MOI, JE FORME UN APPRENTI! VOUS FAITES QUOI POUR L AVENIR DU BTP? MOI, JE FORME UN APPRENTI! SON AVENIR C EST AUSSI LE MIEN! www.apprentissage-btp.com www.ccca-btp.fr Une initiative des professionnels du BTP mobilisés avec le CCCA-BTP.

Plus en détail

BTS Communication Trilingue Breton-Anglais-FranÇais

BTS Communication Trilingue Breton-Anglais-FranÇais BTS Communication Trilingue Breton-Anglais-FranÇais 20/05/2015 BTS Communication Trilingue Breton-Anglais-Français 1 20/05/15 BTS COMMUNICATION Trilingue en alternance Breton/Anglais/Français à Vannes

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2014 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance. Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.com Jeudi 6 mai 2010 à 9h30 MEDEF Lyon-Rhône 60 avenue Jean Mermoz 69008

Plus en détail

Fiche structure, porteurs de projets de jeunes de SI

Fiche structure, porteurs de projets de jeunes de SI Fiche structure, porteurs de projets de jeunes de SI 1. Structure: CFAI AQUITAINE Centre de Formation des Apprentis de l Industrie 2. Coordonnées : 05 56 57 48 05 3. Intervenant lors du module : Pascale

Plus en détail

Thierry RIGAUX. Expériences professionnelles. 21 rue St Louis - BP 774 62327 Boulogne Sur Mer

Thierry RIGAUX. Expériences professionnelles. 21 rue St Louis - BP 774 62327 Boulogne Sur Mer Thierry RIGAUX 21 rue St Louis - BP 774 62327 Boulogne Sur Mer Email : thierry.rigaux@univ-littoral.fr Tél. : 0033 321 994 103 Expériences professionnelles Depuis décembre 2010 : Directeur du site universitaire

Plus en détail

Charte pour la promotion des métiers du bâtiment, la connaissance de l entreprise et l évolution des formations

Charte pour la promotion des métiers du bâtiment, la connaissance de l entreprise et l évolution des formations Charte pour la promotion des métiers du bâtiment, la connaissance de l entreprise et l évolution des formations Entre, d'une part : Le rectorat de l académie de Poitiers, Et, d'autre part : La Fédération

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

Qui mieux qu un chef d entreprise peut accompagner un nouvel entrepreneur?

Qui mieux qu un chef d entreprise peut accompagner un nouvel entrepreneur? DOSSIER DE PRESSE Qui mieux qu un chef d entreprise peut accompagner un nouvel entrepreneur? Contact presse : Corinne PRIGENT Directrice 06 73 11 17 85 cprigent@reseau-entreprendre.org Sommaire Sommaire...

Plus en détail

Dossier de Presse : Nuit de l orientation en Champagne Ardenne

Dossier de Presse : Nuit de l orientation en Champagne Ardenne Janvier 2011 Dossier de Presse : Nuit de l orientation en Champagne Ardenne Affaire suivie par Marc Sophys msophys@onisep.fr Le concept Nuit de l Orientation est à l initiative de la CCI de Paris. A Reims,

Plus en détail

Entreprendre au féminin

Entreprendre au féminin DOSSIER DE PRESSE Entreprendre au féminin Un dispositif géré par : SOMMAIRE FGIF : un fond de garantie destiné aux femmes p. 3 Evolution du dispositif p. 4 Profils des bénéficiaires en 2010 p. 5 Caractéristiques

Plus en détail

Le rendez-vous des nouveaux entrepreneurs

Le rendez-vous des nouveaux entrepreneurs Contact presse RP Carrées Benoît Renart Laëtitia Munoz Tél. : 03 28 52 00 57 Communiqué de presse Le xx juillet 2012 6 ème édition du Salon Créer Les 10, 11 et 12 septembre 2012 Le rendez-vous des nouveaux

Plus en détail

Signature de la convention cadre de partenariat CCI Grand Lille/ Université Lille1. Soirées de l étudiant créateur

Signature de la convention cadre de partenariat CCI Grand Lille/ Université Lille1. Soirées de l étudiant créateur DOSSIER DE PRESSE Signature de la convention cadre de partenariat CCI Grand Lille/ Université Lille1 Soirées de l étudiant créateur 7 avril 2014 Contacts Presse : Valérie SOLARCZYK - 03 20 63 78 03 06

Plus en détail

RESSORT. pour prendre de l élan ou pour rebondir. «La politique ce n est pas l art du possible, mais l art de rendre possible ce qui est nécessaire»

RESSORT. pour prendre de l élan ou pour rebondir. «La politique ce n est pas l art du possible, mais l art de rendre possible ce qui est nécessaire» Regroupement de l Enseignement Supérieur en Soutien Opérationnel à la Revitalisation du Territoire Un RESSORT pour prendre de l élan ou pour rebondir «La politique ce n est pas l art du possible, mais

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Le développement durable dans les organisations. Module de base

Le développement durable dans les organisations. Module de base Le développement durable dans les organisations Module de base Quels enjeux pour le développement durable en environnement de travail? Nous allons voir Comment appréhender le thème dans sa globalité Pourquoi

Plus en détail

E d i t o. N e w s l e t t e r n 05 A v r i l 2 0 1 2

E d i t o. N e w s l e t t e r n 05 A v r i l 2 0 1 2 N e w s l e t t e r n 05 A v r i l 2 0 1 2 E d i t o Le championnat régional des mini-entreprises, un événement fédérateur qui est l aboutissement d une année de travail. La possibilité qui m a été offerte

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire)

CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) CONFERENCE DE PRESSE VENDREDI 25 OCTOBRE 2013 11 h 45 à Agneaux (CCI, rue de l Oratoire) Sommaire Journée Créer, reprendre une entreprise en Normandie Une journée consacrée à la création, à la reprise

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Développer l entrepreneuriat féminin. Un plan d action en marche

DOSSIER DE PRESSE. Développer l entrepreneuriat féminin. Un plan d action en marche DOSSIER DE PRESSE Développer l entrepreneuriat féminin Un plan d action en marche Jeudi 6 février 2014 SOMMAIRE Déroulé du déplacement de la ministre au Salon des entrepreneur s... 2 Retour sur le plan

Plus en détail

Donnons l envie d entreprendre!

Donnons l envie d entreprendre! Enseignants et Chefs d entreprise, Donnons l envie d entreprendre! Faites découvrir la vie de l entreprise aux jeunes de notre région Création de Mini-Entreprises Création de Mini-Entreprises Une Mini-Entreprise,

Plus en détail

Management de la distribution

Management de la distribution NOUVELLE FORMATION RENTRÉE 2013 Master 2 Alternance Contrat PRO À LYON Management de la distribution C est quoi l IMMD? 30 130 ans d existence enseignants professionnels 4SITES à Roubaix, Lille, Paris,

Plus en détail

Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008. Rapport d Activité

Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008. Rapport d Activité IRESA Inter Réseau de l Economie Sociale Angevine le 06 03 2008 Mardi 8 avril 2008 Rapport d Activité Depuis son Assemblée Générale du 23 janvier 2007, l IRESA a beaucoup travaillé, s est enrichie de nouveaux

Plus en détail

- Certificat de compétences de citoyens de sécurité civile Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC)

- Certificat de compétences de citoyens de sécurité civile Prévention et secours civiques de niveau 1 (PSC) Réflexion menée par Laurence Martin, chargée de mission, économie et gestion sous le pilotage IEN C. François dans le cadre du parcours professionnel de l élève Issu de l annexe FICHE ENSEIGNANT : COMPARAISON

Plus en détail

Mise à jour le 28 mai 2013

Mise à jour le 28 mai 2013 Mise à jour le 28 mai 2013 Association District-Solidaire Association loi 1901, déclarée à la Préfecture du Rhône Tél. : (33) 670-939-939 coordination@district-solidaire.org www.district-solidaire.org

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

entreprendre pour soi, réussir ensemble

entreprendre pour soi, réussir ensemble entreprendre pour soi, réussir ensemble Une CAE rassemble des professionnels de métiers différents, qui souhaitent développer leur propre activité tout en évoluant dans un cadre collectif et en bénéficiant

Plus en détail

«Développement de l Esprit d entreprendre» Lycée Pierre & Marie Curie

«Développement de l Esprit d entreprendre» Lycée Pierre & Marie Curie Date de remise du rapport : 01 / 2014 «Développement de l Esprit d entreprendre» Lycée Pierre & Marie Curie NOTE DE RESTITUTION FINALE DU PORTEUR DE PROJET Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l Education

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013

Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Cahier des Clauses Techniques Particulières Formation Continue 2013 Objet du Marché Contenus formatifs des prestations Déroulement des actions de formation 1 I OBJET DU MARCHE Le présent marché a pour

Plus en détail

Partenaire du Réseau TALIS Formation en Aquitaine

Partenaire du Réseau TALIS Formation en Aquitaine Madame, Monsieur, À l heure des rentrées, chaque année, l école BERNOM vous sollicite pour l aider à positionner ses derniers candidats à l alternance. Nous avons besoin de vous et de vos réseaux pour

Plus en détail

Semaine Ecole Entreprise 2015

Semaine Ecole Entreprise 2015 Semaine Ecole Entreprise 2015 Du 16 au 21 novembre 2015 Thème : «Développement durable : tous les métiers bougent et innovent» PROGRAMME DE LA SEMAINE Page 1 Journée Rencontre Entreprise Enseignants «L

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS

COMMUNIQUÉ. L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS COMMUNIQUÉ L ameublement : une filière qui a le vent en poupe PÔLE LORRAIN DE L AMEUBLEMENT BOIS L ameublement : une filière qui a LE VENT EN POUPE Riche en opportunités de carrière, le secteur de l ameublement

Plus en détail

Fiche action 1. Information des jeunes sur les métiers de la mutualité

Fiche action 1. Information des jeunes sur les métiers de la mutualité Fiche action 1 Titre de l action: Information des jeunes sur les métiers de la mutualité - Faire connaître et promouvoir les métiers de la mutualité - Répondre aux besoins d embauche futurs - Améliorer

Plus en détail

Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5. Devenez remarquable

Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5. Devenez remarquable Devenez remarquable Programme international Grande École Diplôme Visé Bac+5 Supplément Programme ne peut être remis indépendamment de la brochure IDRAC Paris Lyon Nice Montpellier Nantes TOULOUSE grenoble

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle

Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Contribution pour le développement de l éducation artistique et culturelle Mener une politique culturelle favorisant l éducation artistique pour les jeunes suppose l inscription de cette action en lien

Plus en détail

LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP)

LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP) TOUT SAVOIR SUR LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE (CFP) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LE CONGÉ DE FORMATION PROFESSIONNELLE LE CFP? Les agents de la Fonction

Plus en détail

E.P.L.E.F.P.A. de NIMES-RODILHAN

E.P.L.E.F.P.A. de NIMES-RODILHAN E.P.L.E.F.P.A. de NIMES-RODILHAN ÉTABLISSEMENT PUBLIC LOCAL d ENSEIGNEMENT et de FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES Territoire de réussites Lycée Agricole Marie Durand Niveau IV BACCALAURÉAT SCIENTIFIQUE

Plus en détail

Licence professionnelle Oenotourisme

Licence professionnelle Oenotourisme Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Oenotourisme Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0 SYNAPSE CENTER CHALLENGE Un programme de création d emplois pour les jeunes Synapse Center/IYF Profil du programme Titre du programme : Challenge Composantes : 1. Renforcement de l employabilité des jeunes

Plus en détail

Quelle attractivité auprès des jeunes?

Quelle attractivité auprès des jeunes? 05 scope SYNTHÈSE D ÉTUDE SEPTEMBRE 2009 Métiers des Industries Alimentaires Quelle attractivité auprès des jeunes? www.observia-metiers.fr Les Industries Alimentaires, en tant que second employeur industriel

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

Penser son projet professionnel dès la fin du master

Penser son projet professionnel dès la fin du master 1 Penser son projet professionnel dès la fin du master Réaliser une thèse c est s engager durant 3 ans dans une recherche afin d apporter une connaissance nouvelle sur un sujet spécifique. Au-delà de l

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS CREATION REPRISE DEVELOPPEMENT D ENTREPRISE

CATALOGUE DE FORMATIONS CREATION REPRISE DEVELOPPEMENT D ENTREPRISE 2014 CATALOGUE DE FORMATIONS CREATION REPRISE DEVELOPPEMENT D ENTREPRISE La solution pour ouvrir votre boite BGE Morbihan 02 97 21 25 25 www.bge-morbihan.com Chaque année, plus de 300 entreprises sont

Plus en détail

Direction générale des entreprises ANNEE 2014

Direction générale des entreprises ANNEE 2014 Direction générale des entreprises SERVICE DE L ACTION TERRITORIALE, EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE SOUS DIRECTION DE LA RÉINDUSTIALISATION ET DES RESTRUCTURATIONS D ENTREPRISES BUREAU DE LA FORMATION ET

Plus en détail

Licence Sciences de gestion

Licence Sciences de gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de gestion Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Appel à propositions Actions collectives 2015 23/09/2014 Dossier de candidature Sommaire 1. Objet de l appel à propositions 2 2. Présentation du Fafih 2 3. Présentation du site dédié aux actions collectives

Plus en détail

ASFOREST = FORMATION ET CONSEIL HOTELS CAFES RESTAURANTS TRAITEURS

ASFOREST = FORMATION ET CONSEIL HOTELS CAFES RESTAURANTS TRAITEURS ASFOREST = FORMATION ET CONSEIL HOTELS CAFES RESTAURANTS TRAITEURS OFFRE FORMATION CALENDRIER DE FORMATION INTER ENTREPRISE SOLUTION DE FORMATION SUR MESURE FORMATION CREATION ENTREPRISE PERMIS EXPLOITATION

Plus en détail

La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie

La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie Rencontres Pédagogiques du Kansaï 2008 Hors-Thèmes La pédagogie de projet : un exemple d expérience réussie Thomas LAPEN Centre Franco-Japonais Alliance Française d Osaka tlapen?yahoo.fr Au sein de la

Plus en détail

Le Pépite ozer. (Pôle étudiant pour l innovation, le transfert et l entrepreneuriat)

Le Pépite ozer. (Pôle étudiant pour l innovation, le transfert et l entrepreneuriat) Le Pépite ozer (Pôle étudiant pour l innovation, le transfert et l entrepreneuriat) LE PEPITE OZER Créé en 2002, le Pépite ozer est une structure dynamique, portée par l Université Grenoble Alpes, s adressant

Plus en détail

Dossier de Presse. Contact Presse : Maguy LAGARDE 04 73 43 62 50 Mèl : mlagarde@onisep.fr Site Internet : www.onisep.fr/clermont

Dossier de Presse. Contact Presse : Maguy LAGARDE 04 73 43 62 50 Mèl : mlagarde@onisep.fr Site Internet : www.onisep.fr/clermont Dossier de Presse Communiqué de presse Le Salon régional des formations des métiers après Bac Une politique d égal accès à l information, une préparation minutieuse en établissements L Auvergne... une

Plus en détail

CHARTE de développement durable

CHARTE de développement durable CHARTE de développement durable Nos engagements Politique des Ressources Humaines (GPEC) Depuis 2010, Umanis a nitié une politique de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC). La GPEC

Plus en détail

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT Entre - Dexia Crédit Local dont le siège social est situé 7/11, quai André Citroën - BP 1002-75901 PARIS CEDEX 15 représenté par Gérard BAYOL, Président du Directoire - La Fondation

Plus en détail

L UIMM R/DVous. Focus. Agenda. Votre rendez-vous d information mensuel avec l UIMM Rouen/Dieppe. Avril 2015. Actualité générale et économique

L UIMM R/DVous. Focus. Agenda. Votre rendez-vous d information mensuel avec l UIMM Rouen/Dieppe. Avril 2015. Actualité générale et économique L UIMM RDVous Votre rendez-vous d information mensuel avec l UIMM RouenDieppe Avril 2015 Actualité générale et économique > Point de situation économique et sociale : Numéro 28 Mars 2015 > Bulletin de

Plus en détail

D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I R E

D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I R E D E L T A - C C E N T R E D E F O R M A T I O N E T D AP P U I C O N S E I L P O U R L E D E V E L O P P E M E N T L O C A L F O R M A T I O N U N I V E R S I T A I R E E T P O S T U N I VER S I T A I

Plus en détail