Formation à l entretien prénatal précoce

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation à l entretien prénatal précoce"

Transcription

1 Formation à l entretien prénatal précoce Session 2013 Vannes

2 L ENTRETIEN PRÉNATAL PRÉCOCE: POUR QUI, POURQUOI, COMMENT?

3 LES TEXTES FONDATEURS Le plan Périnatalité La circulaire DGOS juillet 2005 relative à la promotion de la collaboration médico-psychologique en périnatalité Les recommandations de l HAS

4 MESURE DU PLAN PÉRINATALITÉ Il fait en partie suite au plan périnatalité de 1994 Ensemble de mesures visant à : - Améliorer la sécurité et la qualité des soins, tout en développant une offre plus humaine et plus proche. - Améliorer la connaissance du secteur et reconnaître les professionnels qui y travaillent. 4 grandes lignes: - Humanité - Proximité - Sécurité - Qualité

5 ENTRETIEN PRÉNATAL PRÉCOCE: PLUS D HUMANITÉ Mise en place d entretien individuel et /ou en couple, proposé à toutes les femmes enceintes, aux futurs parents, au cours du 4 ème mois. ( lecture d un extrait du plan p.2) Une prise en charge précoce et globale de la grossesse tant d un point de vue médical, psychologique que social. Par une meilleure prise en compte de l environnement psychologique de la naissance.

6 LA CIRCULAIRE DGOS JUILLET 2005 RELATIVE À LA PROMOTION DE LA COLLABORATION MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE EN PÉRINATALITÉ Favoriser les collaborations Médico-Psycho-Sociales pour améliorer l environnement psychologique et social des parents et de l enfant. Outils: L entretien prénatal précoce, prise en compte de l environnement psychologique de la naissance et le développement des réseaux de périnatalité

7 LES RECOMMANDATIONS DE L HAS En novembre 2005, l HAS publie des recommandations professionnels concernant la préparation à la naissance et à la parentalité. Une partie est dédiée à l Entretien Prénatal Précoce

8 Selon l HAS, L EIPP doit être proposé systématiquement à la femme enceinte par le professionnel qui confirme la grossesse, même si ce dernier n assure pas, par la suite, le suivi médical de la femme enceinte L HAS précise que «cet entretien précoce individuel ou en couple ne se substitue pas aux consultations de suivi médical de grossesse. Il permet de structurer la PNP et de coordonner les actions des professionnels autour de la femme enceinte». L entretien fait partie des 8 séances prénatales prises en charge par l assurance maladie. L EIPP est différent d une consultation classique de la PNP. D une part par sa cotation et d autre part par son contenu.

9 Coordination des professionnels et transmission des informations dès l EIPP EIPP GROSSESSE NAISSANCE RETOUR A DOMICILE Individuel ou en couple. Cotation médecin C2,5, sage femme SF15 Séances prénatales Individuel ou en groupe. Cotation SF 11,60 <3 parturientes et SF 6 >3 parturientes Maternité Soutien et suivi compléme ntaire Évaluation régulière et adaptation du suivi selon les besoins

10 L ENTRETIEN PRÉNATAL PRÉCOCE Objectifs et questionnements

11 LES OBJECTIFS DE L ENTRETIEN - Permettre aux professionnels de connaître la femme ou le couple et leur environnement. - Apprécier la santé globale de la femme enceinte (aspects somatiques, sociaux, affectifs) collaboration Médico-Psycho-Sociale - Expliquer aux futurs parents le déroulement du suivi de grossesse en répondant à leurs attentes et à leurs besoins - Aborder le projet de naissance en expliquant les différentes possibilités de l offre de soins de proximité - Prévenir l apparition de difficultés somatiques, psychologiques et sociales afin d éviter les complications obstétricales pouvant faire suite à un stress

12 POURQUOI UN ENTRETIEN TÔT DANS LA GROSSESSE? Anticiper des difficultés dès le premier trimestre Recueillir les facteurs de stress ou de risques pouvant interférer avec certaines complications obstétricales Veiller à la cohérence et à l ajustement de l environnement professionnel Répondre aux questions sur le suivi médical de grossesse, l accouchement

13 QUI MÈNE L ENTRETIEN? Pourquoi pas un pédiatre, une assistante sociale, un psychologue? L entretien s inscrit dans le cadre d un projet positif, «mettre au monde» un enfant qu il n y a pas lieu de pathologiser. La Sage femme, le médecin et le gynécologue sont «naturellement présent» dans un suivi de grossesse.

14 CE QUE L ENTRETIEN NE DOIT PAS ÊTRE Une consultation classique supplémentaire, un examen médical isolé mais un temps d échange sous le sceau de la disponibilité. L ouverture d un dossier médical mais un apport supplémentaire à ceux qui suivent la grossesse pour mieux cibler leur vigilance. Un dépistage de facteurs de risque mais l occasion d identifier ensemble des vulnérabilités et des potentialités. Un catalogue de conseils mais une information individualisée selon les besoins exprimés ou repérés Un entretien psychothérapeutique ou psychosocial mais l occasion d intégrer la dimension affective dans le suivi de grossesse.

15 ENTRETIEN INDIVIDUEL PRÉNATAL PRÉCOCE Guide pratique

16 PHILOSOPHIE DE L EIPP C est un entretien semi-directif centré sur la patiente pour lui permettre d exprimer ses attentes, son vécu, ses craintes pour rendre la prise en charge par les professionnels mieux adaptée. C est un entretien qui s inspire de la relation d aide décrite par CARL ROGERS dans les années 50 ( Écoute active et empathie)

17 LES TEMPS DE L EIPP ACCUEILLIR ECOUTER REPERER INFORMER TRANSMETTRE ORIENTER

18 ACCUEILLIR 1) La qualité de l accueil: - La durée de l entretien est de 45min à une heure - Le premier contact est essentiel et permet de créer un climat de confiance: «C est de la manière dont les parents ont été accueillis qu ils accueilleront leur enfant» Françoise Molénat - Le lieu calme et intime. Pas de téléphone. Le bureau entre les deux protagonistes est déconseillé. - Le langage: simple et accessible - Les attitudes non verbales: importance du positionnement du corps, du regard, des mimiques

19 2) Faire connaissance Énoncer votre fonction ( sage-femme/médecin/gynécologue) et votre travail en réseau: on travaille ensemble.

20 3) La demande - Évaluer les connaissances de la femme/du couple de l entretien: Comment ont-ils eu connaissance de la possibilité de cet entretien? Qui les a orienté? Qu est-ce qui motive leur venu? Ont-ils une attente particulière par rapport à cet entretien? - Transmettre à la femme/au couple l objectif et le déroulement de cet entretien «C est un temps d échange et d écoute afin d identifier vos besoins et vous transmettre les informations dont vous avez besoin».

21 ECOUTER ET RECUEILLIR Le temps de l écoute Écouter là où ils en sont. L entretien est basée sur l écoute active pour permettre à la femme/couple: De confier leur vécu positif ou négatif de la grossesse Une valorisation de leur compétence D être actif dans les décisions les concernant L écoute active permet à la femme de trouver elle-même des solutions. «J en suis arrivé à croire que seules les connaissances qui puissent influencer le comportement d un individu sont celles qu il découvre lui-même» Carl ROGERS

22 Au fil de l entretien et au travers de cet écoute active, il s agira de permettre à la femme/couple de mettre en mots: «ce qu elle vit et à vécu» Grossesse et accouchement précédent, vécu de cette grossesse, idée que la femme se fait de cette grossesse, de ses éventuels problèmes de santé ou difficultés, inquiétude, motivation, craintes ou sentiments négatifs «ce qu elle ressent» Effet de cette grossesse et conséquences sur son quotidien (changement corporel, changement dans le couple, la famille ) Changements et événements stressants récents et à venir(déménagement, changement de travail etc ) Existence d un soutien social(isolement? Ami, famille)

23 «Ce qu elle fait» Vie quotidienne, profession, temps de transport, activités sociales et de loisirs, hygiène de vie, sexualité «Ce qu elle sait et ce qu elle croit» Représentions de la grossesse,de l accouchement et de l enfant à venir (besoins d un nourrisson, soins à l enfant ) «Se sent elle menacée et par quoi» Relations dans le couple violence, stress, anxiété, troubles du sommeil dépendance ou addiction ( alcool, tabac, drogue médicaments) précarité, risque social ( maladie, chômage, parent isolé) Annonce d un diagnostic prénatal

24 «Ce dont elle a envie» Projet de naissance «Ce qu elle veut connaître et apprendre» Préparation à la naissance et à la parentalité Connaissance, savoir faire «Ce qu elle souhaite et accepte de faire pour mener à bien sa grossesse et accueillir l enfant dans les meilleurs conditions» Perception du besoin d aide et d accompagnement Activation du travail en réseau

25 REPERER ET INFORMER Repérer avec la femme/couple leurs potentialités. Recueillir les éléments apportés lors de l entretien et repérées avec la femme les besoins: Face à cela la femme/le couple a-t-il des ressources? Favoriser la confiance des futurs parents en eux «Cet entretien, c est de l humain, de la vie Bien sûr, il y a des effets de prévention, mais à la base, les parents et particulièrement les femmes doivent surtout retrouver confiance en eux afin de transmettre à leur enfant la sécurité». F.MOLENAT Informer la femme/ le couple en fonction de leur besoin: Sur les ressources de proximité, le suivi de grossesse, la consommation de tabac,ses droits, les émotions liées à la naissance

26 LES TRANSMISSIONS Le temps de la synthèse et les transmissions: Présenter l intérêt du travail en réseau ( prise en charge et accueil) Avec accord de la femme et en présence de celle-ci: transmissions écrites qu elle peut garder vers elle et/ou ajouter au dossier médical ( Feuille de synthése). Au minimum informer le professionnel qui a orienté les futurs parents que l EIPP a eu lieu. Parfois, importance de se mettre en contact avec des professionnels déjà présents dans le suivi de la patiente: médecin généraliste, assistante sociale de secteur, psychiatre etc.l accord de la patiente est pour cela nécessaire.

27 L ORIENTATION Le temps de l orientation: En fonction des besoins repérés une ou des orientations peuvent être proposées: aide sociale, suivi psychologique, diététicienne, cadre de maternité. Intérêt d accompagner la femme/ le couple dans ses démarches: Remise de coordonnées vers le professionnel vers qui on souhaite orienter Prise de RDV par téléphone avec la femme/ le couple Si nécessaire prévoir un autre RDV avec la femme/le couple Si nécessaire et avec accord des futurs parents, présentation en Staff Médico-psycho-social.

28 ENQUETE EIPP ( SOURCE: ENQUÊTE RÉALISÉE ET COORDONNÉE PAR LA FFRSP, B. BRANGER,2012)

29

30

31 L ENTRETIEN PRÉNATAL PRÉCOCE Les outils

32 L ENTRETIEN EN PRATIQUE Durée au moins 45 Qualité d accueil et de disponibilité Écoute active et attitude encourageante Reconnaissance de l expérience et des compétences propres des couples Clarté et simplicité du langage Confiance, assurance que la décision finale appartient à le femme/couple Information et accord de la femme/couple sur la transmission entre professionnelle.

33 L ENTRETIEN N EST PAS UNE FIN EN SOI C est l occasion de: Changer l état d esprit en demandant aux futurs parents de nous aider à ajuster le système Activer le réseau personnalisé avec les professionnels déjà en place Faire l expérience du respect de la différence des places et de la complémentarité des acteurs Organiser continuité et cohérence : fonction de «holding» (qui a pu manquer chez les parents vulnérables) Retrouver confiance dans le système L entretien individuel prénatal précoce s inscrit dans un travail en réseau

34 LES OUTILS ÉLABORÉS PAR LE GROUPE DE TRAVAIL L information Dossier guide support La fiche de synthèse

35

L Ecoute Centrée sur la Personne selon l approche de Carl R. Rogers DANS LA RELATION D AIDE

L Ecoute Centrée sur la Personne selon l approche de Carl R. Rogers DANS LA RELATION D AIDE efmap Ecole Française des Méthodes d Action et de Psychodrame humanistes Soizick Roulinat Responsable du programme de formation L Ecoute Centrée sur la Personne selon l approche de Carl R. Rogers DANS

Plus en détail

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie 1 Le rôle infirmier en pédopsychiatrie Le rôle infirmier prend en compte l enfant et/ou l adolescent dans sa globalité et respecte ses différences

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Allocation maternité: Vécu des femmes enceintes et des parents au Conseil en périnatalité (Vaud)

Allocation maternité: Vécu des femmes enceintes et des parents au Conseil en périnatalité (Vaud) Allocation maternité: Vécu des femmes enceintes et des parents au Conseil en périnatalité (Vaud) Nadia Pasquier, Cheffe de service Véra Huber Simao, assistante sociale en périnatalité responsable PLAN

Plus en détail

LE TEMPS DE LA CONCEPTION. Il arrive d avoir besoin de support, lorsque l on est prêt à fonder une famille

LE TEMPS DE LA CONCEPTION. Il arrive d avoir besoin de support, lorsque l on est prêt à fonder une famille LE TEMPS DE LA CONCEPTION Il arrive d avoir besoin de support, lorsque l on est prêt à fonder une famille Le parcours pour devenir parents peut parfois être éprouvant psychologiquement pour vous et votre

Plus en détail

Grossesse. accueil. de l enfant. Comment accompagner les choix des couples autour de la grossesse et favoriser leur accès à la parentalité?

Grossesse. accueil. de l enfant. Comment accompagner les choix des couples autour de la grossesse et favoriser leur accès à la parentalité? Guide pour le professionnel de santé Grossesse & accueil de l enfant Comment accompagner les choix des couples autour de la grossesse et favoriser leur accès à la parentalité? État des connaissances :

Plus en détail

Le Service d Accompagnement Prénatal en province de Luxembourg

Le Service d Accompagnement Prénatal en province de Luxembourg Le Service d Accompagnement Prénatal en province de Luxembourg Un accompagnement médico-social préventif pour les futures mères en situation de grande vulnérabilité Fonctionnement du SAPrONE en province

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

PLACE DES INFIRMIERS EN TABACOLOGIE

PLACE DES INFIRMIERS EN TABACOLOGIE PLACE DES INFIRMIERS EN TABACOLOGIE PATRICE LEMAIRE, Infirmier tabacologue Centre spécialisé Emile Roux Clermont-Fd Aline LONDAITZBEHERE, Infirmière tabacologue hospitalière CHU Clermont-Fd DIU Tabacologie

Plus en détail

DEMANDE D ADMISSION EN POSTNATAL

DEMANDE D ADMISSION EN POSTNATAL DEMANDE D ADMISSION EN POSTNATAL TRAME DES ELEMENTS MEDICAUX INDISPENSABLES POUR L ADMISSION NOM : Prénom :.. NOM de Jeune Fille :. Date de naissance :... Médecin adresseur :... Motif d hospitalisation

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie Définition Une psychothérapie est un traitement actif par des moyens psychologiques (Senon, 1995) «toute utilisation

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Livret d accueil Maternité

Livret d accueil Maternité Centre Hospitalier Dr RECAMIER BELLEY Livret d accueil Maternité Chef de service : Docteur Yves GALLOT Votre sage-femme ou médecin référent :... Lignes directes : Secrétariats : 04 79 4259 77 ou 04 7942

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Adresse : Ime de la Montagne/ASFA BP 840 97476 La Montagne.

Adresse : Ime de la Montagne/ASFA BP 840 97476 La Montagne. Nom : Association Saint François d Assise. Structure du lieu de stage : Ime de la Montagne. Adresse : Ime de la Montagne/ASFA BP 840 97476 La Montagne. Téléphone : 0262 22 63 64 Site internet : http://www.asfa.re/

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés

Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés Dossier de presse La Ligue contre le cancer publie le quatrième rapport de l Observatoire sociétal des cancers Cancer du sein, mastectomie : les femmes témoignent de leurs difficultés 54% des femmes interrogées

Plus en détail

Consultation Santé Jeunes. Une consultation multidisciplinaire à l écoute des adolescents et jeunes adultes

Consultation Santé Jeunes. Une consultation multidisciplinaire à l écoute des adolescents et jeunes adultes Consultation Santé Jeunes Une consultation multidisciplinaire à l écoute des adolescents et jeunes adultes Pour qui? La consultation ambulatoire s adresse à un large public : Elle reçoit des adolescents

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Guide Pratique Protection de l enfance PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Brochure d information destinée aux parents Bienvenue à Clairival Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Présentation Le service de psychiatrie de l enfant et de l adolescent des Hôpitaux

Plus en détail

Réseau Addictions des Alpes Maritimes i GT.06 Président : Dr Pierre AIRAUDI Médecin-Coordinateur : Dr Jean-Marc COHEN Soirée Scientifique RSN & GT.06 Jeudi 02/12/2010 1 PLAN petit historique R.S.N. + GT.06

Plus en détail

Passeport. Pôle Addictions. et Précarité. Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures

Passeport. Pôle Addictions. et Précarité. Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures Pôle Addictions et Précarité Passeport Au sommaire Présentation du pôle Consultation Hospitalisation Accès aux structures Centre Hospitalier Guillaume Régnier www.ch-guillaumeregnier.fr POLE ADDICTIONS

Plus en détail

Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque régional d orthophonie, 28 février 2014

Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque régional d orthophonie, 28 février 2014 Présentation du Service de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent et du Centre de Référence des Troubles du Langage et des Apprentissages du CHU de Clermont-Ferrand Dr Françoise NOTON-DURAND Colloque

Plus en détail

Unité de guidance infantile. Consultation multidisciplinaire du psycho-développement. Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant

Unité de guidance infantile. Consultation multidisciplinaire du psycho-développement. Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant Unité de guidance infantile Consultation multidisciplinaire du psycho-développement Evaluer, diagnostiquer et traiter l enfant Pour qui? En âge préscolaire La consultation multidisciplinaire du psycho-développement

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION. Votre admission au sein de notre établissement est prévue le : pour une durée de 6 semaines.

DOSSIER D ADMISSION. Votre admission au sein de notre établissement est prévue le : pour une durée de 6 semaines. DOSSIER D ADMISSION Clinique Les Bruyères 53 Rue de Douai 59165 Auberchicourt Tel : 03.27.90.37.37 Fax : 03.27.91.10.62 Finess : 590791109 Catégorie : 129 Ets de soins de suites et de réadaptation Votre

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits.

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. NOTICE EXPLICATIVE Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. écrit. Vous allez être reçu(e) pour relater des faits qui seront

Plus en détail

Dép. 75 «Enfant présent»

Dép. 75 «Enfant présent» Dép. 75 «Enfant présent» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Créée en 1987, l association Enfant Présent, dispositif multi-accueil à caractère préventif, dispose de plusieurs

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811

Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 Severine Acquisto Psychologue clinicienne, sexologue, psychothérapeute severineacquisto@gmail.com 0473/411.811 1)Quelques notions générales 2)La sexualité Masculine (celle de Monsieur tout le monde et

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR

GUIDE DES BONNES PRATIQUES. Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR GUIDE DES BONNES PRATIQUES Fédération Nationale des Centres Mémoire de Ressources et de Recherche F CMRR Ce guide répond à l information mentionnée dans le paragraphe 1 de la circulaire du 20 octobre 2011

Plus en détail

LES FORMATIONS. Transcendis Les formations inter-entreprises. Le catalogue. Nous préparons aujourd hui vos promesses d avenir

LES FORMATIONS. Transcendis Les formations inter-entreprises. Le catalogue. Nous préparons aujourd hui vos promesses d avenir Transcendis Les formations inter-entreprises - Valorisation des compétences Nous préparons aujourd hui vos promesses d avenir LES FORMATIONS Le catalogue Transcendis Formation Valorisation des compétences

Plus en détail

Impact du médico-légal sur les pratiques et les praticiens (appliqué à la pratique obstétricale )

Impact du médico-légal sur les pratiques et les praticiens (appliqué à la pratique obstétricale ) Impact du médico-légal sur les pratiques et les praticiens (appliqué à la pratique obstétricale ) Dr Jean Thévenot Toulouse Grenoble, 20 Juin 2013 «Le principe de précaution» Conflits d intérêt. Gynécologue

Plus en détail

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress

Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress GÉRER LE STRESS DANS L ENTREPRISE OBJECTIFS PEDAGOGIQUES DUREE : 1 JOUR Comprendre les phénomènes biologiques et psychologiques du stress Identifier la notion de risques psychosociaux au titre de la Loi

Plus en détail

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr

Introduction. La consultation préconceptionnelle. http://www.univadis.fr Surveillance d une grossesse en médecine générale Professeur Bruno LANGER Département de Gynéco-Obstétrique - Hôpital de Hautepierre - CHU de Strasbourg Introduction Mesdames, messieurs, Nous allons voir

Plus en détail

LA MATERNITE NOTRE-DAME DE BON SECOURS

LA MATERNITE NOTRE-DAME DE BON SECOURS LA MATERNITE NOTRE-DAME DE BON SECOURS Tradition Réputation Modernité DOSSIER DE PRESSE 2011 www.hpsj.fr Contacts presse : Nadia Nouvion Direction de la communication GHPSJ : 01 44 12 33 10 / nnouvion@hpsj.fr

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1

Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1 Dr Marie Chevret-Méasson Psychiatre-Sexologue Directeur des DIU de Sexologie Clinique et DIU de Sexualité Humaine, Lyon1 !! Période entre la naissance et la sixième semaine. mais remaniements physiques

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Français langue seconde : français de base

Français langue seconde : français de base Français langue seconde : français de base 1 Programme d études et guide d enseignement 2 3 4 Ministère de l Éducation Educational Programs & Services C.P. 6000 2005 Ministère de l Éducation Educational

Plus en détail

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES MOTRICITÉ AFFECTIVITÉ SOCIALISATION COMMUNICATION CONNAISSANCE Agir efficacement sur le plan sensorimoteur

Plus en détail

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010

Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Comment peut-il vous aider? Ludres 20 mars 2010 Les objectifs des réseaux de santé Mettre le patient au centre et non la maladie Améliorer la qualité des soins Optimiser les moyens humains et financiers

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Formations et développement professionnel continu 2015

Formations et développement professionnel continu 2015 Formations et développement professionnel continu 2015 Droit et réglementation Hygiène et prévention des risques Relations Humaines et Communication Situations cliniques et Soins Management-Encadrement-Organisation

Plus en détail

ASSURANCE CANCER FÉMININ DOSSIER DE PRESSE

ASSURANCE CANCER FÉMININ DOSSIER DE PRESSE ASSURANCE CANCER FÉMININ DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE PARTIE 1 CANCER FÉMININ : UN RISQUE À NE PAS NÉGLIGER PARTIE 2 DÉFENSE CANCER FÉMININ, UNE ASSURANCE DÉDIÉE AUX FEMMES PARTIE 3 PLUS QU UNE GARANTIE,

Plus en détail

Plan Local de Santé Publique

Plan Local de Santé Publique Plan Local de Santé Publique Martigues/Port-de-Bouc n 2 2010-2013 Axes et Objectifs prioritaires Atelier Santé Ville Martigues/Port-de-Bouc PLSP2 - Juin 2010 Axes prioritaires (Sont mentionnés en vert

Plus en détail

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation

PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation PACTE : Programme d Amélioration Continue du Travail en Equipe Phase d expérimentation Centre Hospitalier d Argenteuil (95) F. Lémann, PH-coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins Co-facilitateur

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national

Octobre 2010. Ressources. Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Octobre 2010 Ressources Prévention des risques psychosociaux : le plan d actions national Prévention des risques psychosociaux : Le plan d actions national Le diagnostic concernant les risques psychosociaux,

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

GARANTIE D ASSISTANCE 2015

GARANTIE D ASSISTANCE 2015 GARANTIE D ASSISTANCE 2015 DOMAINE D APPLICATION 1. BENEFICIAIRES 2. PRISE D EFFET ET DUREE DES GARANTIES 3. COUVERTURE GEOGRAPHIQUE 4. FAITS GENERATEURS 5. MODALITES DE MISE EN OEUVRE POUR CONTACTER L

Plus en détail

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U²

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U² Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier Evolution vers l U² Docteur F Dravet ICO NANTES Reunion ARS septembre 2013 Intime conviction intérêt pour malades

Plus en détail

2. Présentation de l activité des doulas et des accompagnantes

2. Présentation de l activité des doulas et des accompagnantes AVIS de la Commission nationale de la naissance sur l activité des doulas, des accompagnantes à la naissance et des accompagnantes périnatales à Mme BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la santé, de la jeunesse,

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble

Bien-être et Performance Collective Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Des risques psychosociaux au modèle de management et au bien vivre ensemble Comment concilier «bienêtre» et «performance collective»? Comment aider les opérationnels à assumer leur responsabilité managériale,

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL

DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL DESCRIPTION DE FONCTIONS AGENT D INTERVENTION SOCIO-PROFESSIONNEL Description sommaire Sous l encadrement clinique de la chef d équipe SI et dans un contexte interdisciplinaire, la titulaire du poste assume

Plus en détail

Présentation Concours Infirmiers: L'oral

Présentation Concours Infirmiers: L'oral Présentation Concours Infirmiers: L'oral 1 I II - Rappel: épreuve d'admissibilité (écrit) - Épreuve d'admission (oral) III - Déroulement de l'entretien IV - Connaissances pour l'oral V - Éléments évalués

Plus en détail

Dépistage des agressions sexuelles dans le couple. Détection et prise en charge à la maternité

Dépistage des agressions sexuelles dans le couple. Détection et prise en charge à la maternité Dépistage des agressions sexuelles dans le couple. Détection et prise en charge à la maternité S.-C. Renteria, méd. adjoint, Directrice médicale Policlinique et Unité Psycho-Sociale Prise en charge de

Plus en détail

CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES

CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES CERTIFICATION CONSEILLER - CONSULTANT BILAN DE COMPETENCES CERTIFICATION Durée : 70H00 Public : - Consultant ou conseiller en orientation professionnelle et/ou en insertion professionnelle en activité

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg LA GROSSESSE Consultation préconceptionnelle Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg généralité La déclaration doit être effectuée avant la fin de la 14e

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE

AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE AG2R PREVOYANCE ACTION SOCIALE pour accompagner les entreprises et aider les salariés Depuis sa création en 1977, AG2R Prévoyance a développé une action sociale qui apporte des réponses aux besoins spécifiques

Plus en détail

Petite Enfance. Livret accueil

Petite Enfance. Livret accueil 1 Petite Enfance Livret accueil Les préinscriptions Les préinscriptions à la crèche des rives, à la crèche des Ferrayonnes et à la crèche familiale se font tout au long de l année. Les femmes enceintes

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

la grossesse de la grossesse Ce qui a précédé Les débuts Les conditions de «mise en route» de la grossesse

la grossesse de la grossesse Ce qui a précédé Les débuts Les conditions de «mise en route» de la grossesse FICHE ACTION N o 1 Ce qui a précédé la grossesse Les débuts de la grossesse Comprendre pour agir Les conditions de «mise en route» de la grossesse D après l enquête nationale périnatale 2003 (1), quand

Plus en détail

Proposition de la FNAAFP/CSF

Proposition de la FNAAFP/CSF Sortie précoce de maternité Troubles de la relation mère/enfant Un accompagnement à domicile spécifique par la TISF Proposition de la FNAAFP/CSF avril 2012 1 Propos liminaire : Les associations d aide

Plus en détail

La souffrance au travail. Les risques psychosociaux en entreprise GUIDE PRATIQUE

La souffrance au travail. Les risques psychosociaux en entreprise GUIDE PRATIQUE EMPLOYEURS La souffrance au travail Les risques psychosociaux en entreprise GUIDE PRATIQUE SOMMAIRE - avant-propos page 3 - Textes législatifs page 4 - démarche globale page 5 - j agis en prévention page

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux Livret 5 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 5 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une liste non exhaustive d indicateurs

Plus en détail

C o d e d é t h i q u e

C o d e d é t h i q u e Code d éthique Notre mission Le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Bordeaux- Cartierville Saint-Laurent a pour mission de promouvoir et d améliorer la santé et le bien-être de la population

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison

Sortie de maternité. préparez. votre retour à la maison Sortie de maternité préparez votre retour à la maison Sommaire 1 Préparez votre retour à la maison avant l accouchement 3 2 Qui solliciter pour assurer mon suivi et celui de mon bébé? 3 3 Combien de jours

Plus en détail

CONTENTIEUX ADMINISTRATIF

CONTENTIEUX ADMINISTRATIF TECHNIQUES JURIDIQUES CONTENTIEUX ADMINISTRATIF Dates : 21 22 septembre 2015 Lieu : AMIENS Xavier FURON, responsable des affaires juridiques et règlementaires de l Université de Lille 1. Etre en capacité

Plus en détail

LA CONDUITE ET LE MANAGEMENT DU CHANGEMENT DANS LES PROJETS SIH

LA CONDUITE ET LE MANAGEMENT DU CHANGEMENT DANS LES PROJETS SIH LA CONDUITE ET LE MANAGEMENT DU CHANGEMENT DANS LES PROJETS SIH Pourquoi la conduite du changement? L entreprise avant et après le SIH Ensemble des processus de l hôpital Avant SIH Grande communauté de

Plus en détail

Stages : Ateliers pratiques

Stages : Ateliers pratiques Stages : Ateliers pratiques ***** Pour nous contacter ou pour vous inscrire : Tel : 06 68 65 20 20 ou mail : dforcari@gmail.com Stages Automne/Hiver 2015/2016 1 - Savoir se relaxer, s entraîner au lâcher-prise

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

DE RECLASSEMENT ACCOMPAGNER, CE N EST NI ÊTRE DEVANT LA PERSONNE, NI DERRIÈRE, NI MÊME À SA PLACE, MAIS C EST ÊTRE À CÔTÉ D ELLE.

DE RECLASSEMENT ACCOMPAGNER, CE N EST NI ÊTRE DEVANT LA PERSONNE, NI DERRIÈRE, NI MÊME À SA PLACE, MAIS C EST ÊTRE À CÔTÉ D ELLE. CELLULE DE RECLASSEMENT ACCOMPAGNER, CE N EST NI ÊTRE DEVANT LA PERSONNE, NI DERRIÈRE, NI MÊME À SA PLACE, MAIS C EST ÊTRE À CÔTÉ D ELLE. JOSEPH TEMPLIER La cellule de reclassement facilite la rupture

Plus en détail