Commission de Suivi de Site 31 octobre 2013 BILAN DES ENTRÉES / SORTIES - BILAN MATIERE 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commission de Suivi de Site 31 octobre 2013 BILAN DES ENTRÉES / SORTIES - BILAN MATIERE 2012"

Transcription

1 Commission de Suivi de Site 31 octobre 213 BILAN DES ENTRÉES / SORTIES - BILAN MATIERE 212

2 Réception des déchets Boues de STEP OMR 1 5 janv.-12 févr.-12 mars-12 avr.-12 mai-12 juin-12 juil.-12 août-12 sept.-12 oct.-12 nov.-12 déc.-12 Tonnages mensuels de déchets reçus en 212 (en tonnes) Tonnages de déchets globalement stables au long de l année. Légères variations saisonnières, identiques à celles de 211. Total OMR reçues : t Total boues de STEP reçues : t Total déchets reçus : t

3 Réception des déchets Boues de STEP OMR 1 5 janv.-13 févr.-13 mars-13 avr.-13 mai-13 juin-13 juil.-13 août-13 sept.-13 oct.-13 nov.-13 déc.-13 Tonnages mensuels de déchets reçus de janv. à sept. 213 (en tonnes) Evolution des tonnages de déchets plus marquée. Arrivée des OMR de l Est de la CUMPM début 213, d où augmentation des tonnages. Total OMR reçues (janv. sept.) : t Total boues de STEP reçues (janv. sept.) : t Total déchets reçus (janv. sept.) : t

4 Centre de tri primaire des OMR janv.-12 févr.-12 mars-12 avr.-12 mai-12 juin-12 juil.-12 août-12 sept.-12 oct.-12 nov.-12 déc.-12 Tonnages mensuels d OMR en entrée du centre de tri primaire en 212 (en tonnes) Augmentation marquée des tonnages, résultat des travaux d amélioration et d adaptation du centre de tri primaire réalisés en 211 et 1 er semestre 212. Total OMR en entrée du centre de tri primaire : t

5 Centre de tri primaire des OMR % 1% 9% 8% 7% 6% Seuil de 9 % imposé, en moyenne annuelle, par l AP d EveRé du 28/6/12 jan fev mars avril mai juin juil août sept oct nov dec Evolution du ratio «OMR passées par le centre de tri / OMR reçues» en 212 Nette augmentation du ratio suite aux travaux d amélioration et d adaptation du centre de tri. Ratio de 98 % obtenu de juillet à décembre 212. Ratio minimum de 9 % en moyenne annuelle fixé par l AP du 28/6/12 respecté.

6 Centre de tri primaire des OMR Arrêt technique annuel Lignes 2 & 3 pour maintenance préventive janv.-13 févr.-13 mars-13 avr.-13 mai-13 juin-13 juil.-13 août-13 sept.-13 oct.-13 nov.-13 déc.-13 Tonnages mensuels d OMR en entrée du centre de tri primaire de janv. à sept. 213 (en tonnes) Continuité des résultats obtenus au second semestre 212. Total OMR en entrée du centre de tri primaire (janv. sept.) : t

7 Centre de tri primaire des OMR % 1% 9% 8% 7% Arrêt technique annuel Lignes 2 & 3 pour maintenance préventive Seuil de 9 % imposé, en moyenne annuelle, par l AP d EveRé du 28/6/12 6% jan fev mars avril mai juin juil août sept oct nov dec Ratio de 97 % obtenu de janvier à septembre 213 Ratio minimum de 9 % en moyenne annuelle fixé par l AP du 28/6/12 respecté.

8 Unité de Valorisation Energétique Arrêt technique annuel Ligne Arrêt technique annuel Ligne Boues de STEP OMR 5 janv.-12 févr.-12 mars-12 avr.-12 mai-12 juin-12 juil.-12 août-12 sept.-12 oct.-12 nov.-12 déc.-12 Tonnages mensuels de déchets en entrée de l Unité de Valorisation Energétique en 212 (en tonnes) Evolution des tonnages en fonction des arrêts techniques annuels programmés pour maintenance préventive. Total déchets en entrée UVE : t (pour une capacité autorisée 212 de t).

9 Unité de Valorisation Energétique Arrêt technique annuel Ligne Indisponibilité Groupe Turbo- Alternateur janv.-12 févr.-12 mars-12 avr.-12 mai-12 juin-12 juil.-12 août-12 sept.-12 oct.-12 nov.-12 déc.-12 Electricité produite Electricité vendue Production et vente mensuelles d électricité de l Unité de Valorisation Energétique en 212 (en MWh) Excepté sur le dernier trimestre 212 (avarie technique GTA et indisponibilité de l équipement), la production électrique suit l évolution des tonnages incinérés. Total production électricité : MWh Total vente électricité : MWh

10 Unité de Valorisation Energétique Arrêt technique annuel Ligne Boues de STEP OMR 5 janv.-13 févr.-13 mars-13 avr.-13 mai-13 juin-13 juil.-13 août-13 sept.-13 oct.-13 nov.-13 déc.-13 Tonnages mensuels de déchets en entrée de l Unité de Valorisation Energétique de janv. à sept. 213 (en tonnes) Total déchets en entrée UVE (janv. sept.) : t NB : Arrêt technique annuel sur Ligne 1 réalisé en octobre.

11 Unité de Valorisation Energétique Indisponibilité Groupe Turbo- Alternateur, suite avarie d oct. 212 janv.-13 févr.-13 mars-13 avr.-13 mai-13 juin-13 juil.-13 août-13 sept.-13 oct.-13 nov.-13 déc Electricité produite Electricité vendue Production et vente mensuelles d électricité de l Unité de Valorisation Energétique de janv. à sept. 213 (en MWh) Fin des travaux de réparation du GTA au premier semestre 213, et redémarrage le 7 juillet. Amélioration du rendement énergétique du GTA constatée suite à ces travaux. Total production électricité (janv. sept.) : MWh Total vente électricité (janv. sept.) : MWh

12 Unité de Valorisation Organique janv.-12 févr.-12 mars-12 avr.-12 mai-12 juin-12 juil.-12 août-12 sept.-12 oct.-12 nov.-12 déc.-12 Entrées mensuelles dans l Unité de Valorisation Organique en 212 (en tonnes) Le fonctionnement de l UVO étant directement dépendant du fonctionnement du centre de tri primaire, on constate nettement, sur le second semestre 212, les effets positifs des travaux d amélioration et d adaptation du centre de tri réalisés au premier semestre. Total déchets en entrée UVO : t

13 Unité de Valorisation Organique janv.-12 févr.-12 mars-12 avr.-12 mai-12 juin-12 juil.-12 août-12 sept.-12 oct.-12 nov.-12 déc.-12 Electricité produite et vendue Chaleur produite et autoconsommée Production mensuelle d énergie de l Unité de Valorisation Organique en 212 (en MWh) La totalité de l électricité produite par l Unité de Valorisation Organique est mise sur le réseau. La chaleur produite est, elle, utilisée en interne essentiellement pour le séchage du digestat. Evolution de la production énergétique à corréler avec les entrées dans l unité et les interventions de maintenance sur les outils de production d énergie. Total production électricité : MWh Total production chaleur : MWh

14 Unité de Valorisation Organique Arrêt technique programmé UVO janv.-13 févr.-13 mars-13 avr.-13 mai-13 juin-13 juil.-13 août-13 sept.-13 oct.-13 nov.-13 déc.-13 Entrées mensuelles dans l Unité de Valorisation Organique de janv. à sept. 213 (en tonnes) Globalement, stabilité des tonnages entrant dans l UVO. Tonnage particulier plus faible en juin du fait de l arrêt technique programmé de l UVO pour maintenance préventive. Total déchets en entrée UVO (janv. sept.) : t

15 Unité de Valorisation Organique janv.-13 févr.-13 mars-13 avr.-13 mai-13 juin-13 juil.-13 août-13 sept.-13 oct.-13 nov.-13 déc.-13 Electricité produite et vendue Chaleur produite et autoconsommée Production mensuelle d énergie de l Unité de Valorisation Organique de janv. à sept. 213 (en MWh) La totalité de l électricité produite par l Unité de Valorisation Organique est mise sur le réseau. La chaleur produite est, elle, utilisée en interne essentiellement pour le séchage du digestat. Evolution de la production énergétique à corréler avec les entrées dans l unité et les interventions de maintenance sur les outils de production d énergie. Total production électricité (janv. sept.) : MWh Total production chaleur (janv. sept.) : MWh

16 Bilan matière 212 Métaux : 3 15 t Plastiques : 21 t Encombrants : 121 t Pneus usagés : 72 t Bouteilles gaz : 1 t TOTAL : 3 5 t Pertes fosses t 3 5 t t OMR t Tri primaire t t t Evacuation OMR 992 t Boues t Pertes tubes 1 23 t TFR t (capacité max : 111 t) t UVE t (capacité max. limite : t) Non entrés UVE t Var. stock fosse t Refus Tri 2aire 3 t Tri secondaire 8 59 t Digesteurs t REFIOM 17 t Mâchefers t Mâchefers 68 6 t Compost t Refus tri mâch t Compost valorisé 4 73 t Compost éliminé t Variation stock t Métaux 7 85 t Variation stock t

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Le centre sera fermé du 20 au 31 juillet 2015

Le centre sera fermé du 20 au 31 juillet 2015 Calendrier officiel des 2015-2016 Date des 2 premières Cours de jour : Mercredi 26 août 2015 Mardi 8 septembre 2015 du 1 e juin au 8 juillet ET du 3 au 5 août 2015 Cours de soir : Inscriptions les lundis

Plus en détail

UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE

UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE Le réseau Société Générale UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE Alain Brunet Journée Société Générale - 20 juin 2000 1 Sommaire Une utilisation massive et un impact important sur notre exploitation Une

Plus en détail

Tableau de bord. 1 janv. 2011-31 déc. 2011 Comparaison avec : 1 janv. 2010-31 déc. 2010. 19 628 Visites. 37,26 % Taux de rebond

Tableau de bord. 1 janv. 2011-31 déc. 2011 Comparaison avec : 1 janv. 2010-31 déc. 2010. 19 628 Visites. 37,26 % Taux de rebond www.cnaop.gouv.fr Tableau de bord 1 janv. 211-31 déc. 211 Comparaison avec : 1 janv. 21-31 déc. 21 Précédente : Visites Visites 2 2 1 1 3 janv. 5 févr. 1 mars 12 avr. 15 mai 17 juin 2 juil. 22 août 24

Plus en détail

Point sur la fraude VAD Etat des lieux sur le déploiement de 3D secure

Point sur la fraude VAD Etat des lieux sur le déploiement de 3D secure Point sur la fraude VAD Etat des lieux sur le déploiement de 3D secure Salon e-commerce - Mercredi 22 septembre Communication, diffusion, reproduction, utilisation, exécution ou représentation de ce document,

Plus en détail

groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010

groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010 groupe Sonatel résultats 1 er semestre 2010 août 2010 1 sommaire 1 faits marquants 2 résultats opérationnels 3 résultats financiers 4 perspectives 5 annexes 2 1 faits marquants 3 1 faits marquants S1 2010

Plus en détail

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16 9. Revue des Marchés Charles Gagné 2015-04-16 Les faits saillants 1. Inventaires de porcs aux É.-U. ( Hogs & Pigs) Croissance de 2 % du troupeau reproducteur 2. Baisse des exportations américaines Valeur

Plus en détail

Indicateurs des marché de gros du gaz mars 2011

Indicateurs des marché de gros du gaz mars 2011 Indicateurs des marché de gros du gaz mars 2011 Cahiers des indicateurs gaz Evolution des prix du gaz Développement du négoce en France Indicateurs relatifs aux infrastructures 2 Prix Day-ahead en France

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2011. Paris - 21 juillet 2011

Résultats du premier semestre 2011. Paris - 21 juillet 2011 Résultats du premier semestre 2011 Paris - 21 juillet 2011 Données de gestion et indicateurs d activité Zoom sur le 1 er semestre 2011 Compte d exploitation Indicateurs de marché Croissance organique Bilan

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

! " # " $ % "!&'( ) ** "!&'!* "! * $! %! +,-.//( 0!"1*! * " 2 *3 4 4 ' " " #! (

!  #  $ % !&'( ) ** !&'!* ! * $! %! +,-.//( 0!1*! *  2 *3 4 4 '   #! ( ! "#$%$"&! " # " $ % "!&'( ) ** "!&'!* "! * $! %! +,-.//(!"1*! * " 2 *3 4 4 ' " " #! ( 5! * " " ( 5 *6 $ 6! 6 (! *6 6 ( " #!$ 6 * " ( 5 "!&' # 7* (8( #! 3 ( '()* +$" $+%,-)./%! +) $ % * $%!) *!&1!) **1!

Plus en détail

In t r o d u c t i o n

In t r o d u c t i o n In t r o d u c t i o n Qu allez-vous trouver dans ce livre? Ce livre présente une méthode en six étapes pour élaborer votre plan de formation. Son objectif est de vous permettre de concevoir un plan qui

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd ÉTUDE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Février 2010 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports Ltd 231 avenue Jean Jaurès 2 Hilliards Court 69007

Plus en détail

CAMPUS de MARSEILLE & TOULON PLANNING DES PERIODES DE STAGES 2015-2016. Cycle Bachelor. Cycle Master KEDGE BS. www.kedgebs.com 1/2

CAMPUS de MARSEILLE & TOULON PLANNING DES PERIODES DE STAGES 2015-2016. Cycle Bachelor. Cycle Master KEDGE BS. www.kedgebs.com 1/2 Bachelor KEDGE - Euromed Bachelor Campus Marseille et Toulon Sept 14. Oct Nov Dec Janv 15 Févr Mars Avril Mai Juin juil. Août. 1e année 2 mois minimum 2e année Obligatoire 4 à 6 mois à partir janvier Stage

Plus en détail

Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011

Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011 Indicateurs des marchés de gros de l électricité Mars 2011 Cahier des indicateurs électricité Evolution des prix de l électricité Développement du négoce en France Indicateurs relatifs aux fondamentaux

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation 1 2 3 4 5 6 Résultats Avancement de l'intégration Banque de Financement et d investissement Banque Privée et Gestion d'actifs Banque de Détail La révolution Internet 1 Une nouvelle

Plus en détail

Dossier de presse. Octobre 2015. Les tarifs réglementés du gaz naturel en France

Dossier de presse. Octobre 2015. Les tarifs réglementés du gaz naturel en France Dossier de presse Octobre 2015 Les tarifs réglementés du gaz naturel en France En France, les marchés de l électricité et du gaz naturel pour les particuliers sont ouverts à la concurrence depuis 2007.

Plus en détail

L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI

L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI L2 A.E.S. Cours de M. Didier KLODAWSKI COMPTABILITÉ DE GESTION Méthode du coût variable Cas n 1 : une association décide de faire un voyage. La compagnie d autocars demande 400 par car quel que soit le

Plus en détail

Département Econome. Indicateur de Conjoncture

Département Econome. Indicateur de Conjoncture Département Econome Indicateur de Conjoncture Septembre 211 Conjoncture Economique Sommaire SOMMAIRE... 2 1. CREATIONS D ENTREPRISES... 4 2. CONSOMMATION... 4 3. TOURISME... 5 4. BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS...

Plus en détail

Marchés de détail. Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel

Marchés de détail. Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel Marchés de détail Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel 3 e trimestre 2014 SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de détail de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Les segments

Plus en détail

Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non

Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non Disparition des tarifs réglementés de vente pour : - les clients ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kva en électricité - les clients non domestiques ayant une consommation supérieure à 30 000

Plus en détail

RESULTATS SEMESTRIELS 2011. 27 juillet 2011

RESULTATS SEMESTRIELS 2011. 27 juillet 2011 RESULTATS SEMESTRIELS 2011 27 juillet 2011 Sommaire 1. Chiffres clés Nicolas Schimel 2. Faits marquants du semestre Nicolas Schimel 3. Un réseau stable, une activité affectée par l environnement, Nicolas

Plus en détail

Les principales similitudes. Les principales différences

Les principales similitudes. Les principales différences BTS technico- rénové versus BTS technico- actuel Les principales similitudes Les principales différences Rénovation du BTS Technico- Les principales similitudes Cycle d études de 2 ans Heures hebdomadaires

Plus en détail

Janvier 2015 11 2 16 7

Janvier 2015 11 2 16 7 TABLEAU DE BORD DE LA SECURITE ROUTIERE DANS L YONNE - JANVIER Accidents Corporels Tués Blessés dont Hospitalisés Janvier 6 7 Janvier 4 6 6 Evolution Janvier / 4 YONNE - 4 % - 66,7 % % - 4,7 % Évolution

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

Commission de Suivi de Site 21 novembre 2013 POINT SUR L INCENDIE DU 2 NOVEMBRE 2013

Commission de Suivi de Site 21 novembre 2013 POINT SUR L INCENDIE DU 2 NOVEMBRE 2013 Commission de Suivi de Site 21 novembre 2013 POINT SUR L INCENDIE DU 2 NOVEMBRE 2013 Déroulé de l incendie du 2 novembre Entre 2H et 2H30 : départ de feu dans le bâtiment de tri secondaire 2H38 : déclenchement

Plus en détail

TOURISME... 3 FREQUENTATION TOURISTIQUE... 3 PREVISIONS... 8 CROISIERE... 9 TRANSPORTEURS INTERNATIONAUX... 10 TRANSPORTEURS DOMESTIQUES...

TOURISME... 3 FREQUENTATION TOURISTIQUE... 3 PREVISIONS... 8 CROISIERE... 9 TRANSPORTEURS INTERNATIONAUX... 10 TRANSPORTEURS DOMESTIQUES... TABLEAU DE BORD DU 4 ème TRIMESTRE 28 TOURISME... 3 FREQUENTATION TOURISTIQUE... 3 ACTIVITE DE L HOTELLERIE INTERNATIONALE... 6 PREVISIONS... 8 CROISIERE... 9 TRANSPORTEURS INTERNATIONAUX... 1 TRANSPORTEURS

Plus en détail

Rencontre sur le développement de la carte bancaire maghrébine. Acceptation, ti relations contractuelles t avec les commerçants et élargissement du

Rencontre sur le développement de la carte bancaire maghrébine. Acceptation, ti relations contractuelles t avec les commerçants et élargissement du Rencontre sur le développement de la carte bancaire maghrébine le 08 Février 2007 Acceptation, ti relations contractuelles t avec les commerçants et élargissement du réseau des accepteurs au Maroc Plan

Plus en détail

Marchés de détail. Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel

Marchés de détail. Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel Marchés de détail Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel 2 e trimestre 2015 SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de détail de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Les segments

Plus en détail

12 mois pour un budget

12 mois pour un budget 12 mois pour un budget Mode d'emploi L'échéancier prévisionnel annuel Le budget mensuel avec sa feuille de route (janvier à décembre) Le bilan annuel La maîtrise du budget est indispensable pour réaliser

Plus en détail

Marchés de détail. Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel

Marchés de détail. Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel Marchés de détail Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel 2 e trimestre 2014 SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de détail de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Les segments

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1 La crise actuelle est caractéris risée e par le grand nombre de marchés affectés s et par la diversité des canaux de contagion Les principaux canaux de contagion pour l ECE: Canal informationnel (sentiment

Plus en détail

L Atelier RegionsJob Des formations RH innovantes

L Atelier RegionsJob Des formations RH innovantes L Atelier RegionsJob Des formations RH innovantes DES FORMATIONS RH INNOVANTES Développer ses compétences RH DÉVELOPPER VOS COMPÉTENCES RH, management, web 2.0, l atelier RegionsJob propose des formations

Plus en détail

Marchés de détail. Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel

Marchés de détail. Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel Marchés de détail Observatoire des marchés de l électricité et du gaz naturel 1 er trimestre 2014 SOMMAIRE Introduction... 3 Le marché de détail de l électricité... 4 1. Introduction... 4 2. Les segments

Plus en détail

Cumul annuel mobile Fromages (1) 3,8% 0,8% 0,9% Décembre 2013 Cumul 2013. Lait de consommation -2,9% 0,1% 2,5% Ultra-frais -0,9% -2,0% -1,3%

Cumul annuel mobile Fromages (1) 3,8% 0,8% 0,9% Décembre 2013 Cumul 2013. Lait de consommation -2,9% 0,1% 2,5% Ultra-frais -0,9% -2,0% -1,3% France 2014 n 08 Tableau de bord hebdomadaire Collecte brute Collecte de la semaine 07 Collecte hebdomadaire des dernières campagnes Du 10 au 16 février 2014 évol. % n-1 6,2 % évol. % s-1 0,2 % évol. %

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

EOLE TRADING INTEGRALE

EOLE TRADING INTEGRALE EOLE TRADING INTEGRALE Formation 100% en ligne Coaching Live d un an Accès à nos outils exclusifs 1- PRESENTATION Eole Trading Intégrale est une formation d une année composée en 3 phases. Elle est accessible

Plus en détail

Risques Psychosociaux dans les Centres d Appels

Risques Psychosociaux dans les Centres d Appels Risques Psychosociaux dans les Centres d Appels Retour d expérience des expertises demandées par les CHSCT François COCHET - SECAFI François COCHET Directeur des activités Santé au Travail - SECAFI 04.78.63.60.63

Plus en détail

LES FINANCES COMMUNAUTAIRES. Le fonctionnement financier d une communauté de communes. Les ressources fiscales votées par l assemblée chaque année

LES FINANCES COMMUNAUTAIRES. Le fonctionnement financier d une communauté de communes. Les ressources fiscales votées par l assemblée chaque année 1 LES FINANCES COMMUNAUTAIRES Le fonctionnement financier d une communauté de communes Le cycle budgétaire de la collectivité est le même que pour une commune, il est rythmé par la prise de nombreuses

Plus en détail

Cloud Computing, archivage électronique et valeur probante

Cloud Computing, archivage électronique et valeur probante 1 Cloud Computing, archivage électronique et valeur probante Jean-Marc Rietsch, Président de FedISA Mission / Objectifs / Actions Mission: «Garant de l état de l art dans le domaine du management des données

Plus en détail

La gestion des documents administratifs à la Bibliothèque nationale de France

La gestion des documents administratifs à la Bibliothèque nationale de France La gestion des documents administratifs à la Bibliothèque nationale de France en 12 diapos 1 La Bibliothèque nationale de France Missions Collecte du dépôt légal (livres, revues et Internet français) Valorisation

Plus en détail

Mike Manning, Directeur général, Société financière de l industrie de l électricité de l Ontario

Mike Manning, Directeur général, Société financière de l industrie de l électricité de l Ontario 333, rue Bay Bureau 1250 Toronto ON M5H 2R2 416 927-1641 téléphone 416 927-0541 télécopieur Note de service Destinataire : Mike Manning, Directeur général, Société financière de l industrie de l électricité

Plus en détail

Autonomie des systèmes

Autonomie des systèmes Autonomie des systèmes Bilan énergétique et optimisation Julien Werly, ingénieur R&D électronique Le CRT CRESITT est soutenu par Autonomie des systèmes Définition : Un module autonome en énergie et en

Plus en détail

Guinée - Epidémie de la Maladie à virus Ebola Rapport de la Situation Epidémiologique Maladie a Virus Ebola en Guinée 07 Juin 2015

Guinée - Epidémie de la Maladie à virus Ebola Rapport de la Situation Epidémiologique Maladie a Virus Ebola en Guinée 07 Juin 2015 Rapport de la Situation Epidémiologique Maladie a Virus Ebola en Guinée 7 Juin 215 I. Points saillants Deux (2) nouveaux cas confirmés ont été notifié ce jour dans les préfectures de Forécariah et de Kindia

Plus en détail

Le rsa au régime agricole : montée en charge et effet sur les bas revenus

Le rsa au régime agricole : montée en charge et effet sur les bas revenus Le rsa au régime agricole : montée en charge et effet sur les bas revenus Alain Pelc www.ccmsa.msanet Rappel du dispositif Le revenu de solidarité active (rsa) est entré en vigueur le 1er juin 2009 en

Plus en détail

Financer son propre logement

Financer son propre logement Financer son propre logement Plan de la présentation : fonds propres fonds propres Page 2 Comment devenir Quelles sont les étapes du d un logement? fonds propres 1. Etablissement d un budget (quel loyer

Plus en détail

Activité au 30 septembre 2009

Activité au 30 septembre 2009 Séch ché Environnement Activité au 30 septembre 2009 Conférence téléphonique du 28 octobre 2009 1 Faits marquants du trimestre Séché : confirmation des tendances du 1 er semestre (CA : 91,9 soit -2,5%

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

LBPoker. Barrière BarrierePoker.fr est un site de poker en ligne agréé par l Arjel sous le numéro 0023-PO-2010-07-26

LBPoker. Barrière BarrierePoker.fr est un site de poker en ligne agréé par l Arjel sous le numéro 0023-PO-2010-07-26 SAISON 2012 LBPoker. Barrière BarrierePoker.fr est un site de poker en ligne agréé par l Arjel sous le numéro 0023-PO-2010-07-26 CASINO BARRIERE DE CASSIS PROGRAMME TOURNOIS RÉGULIERS TEXAS HOLD'EM POKER

Plus en détail

1/ La place du référencement dans la gestion de trafic sur un site web

1/ La place du référencement dans la gestion de trafic sur un site web Rapport réalisée par JULIEN GUYOT, société Au Cœur de la Toile LA GESTION DE TRAFIC DES SITES EN LIGNE Thème : La place du référencement dans la gestion de trafic d un site. 2003-2004 Société Au Cœur de

Plus en détail

Ages des bateaux vendus au cours des 12 derniers mois : Bretagne - Total Transaction Moteur Voile

Ages des bateaux vendus au cours des 12 derniers mois : Bretagne - Total Transaction Moteur Voile En complément avec l enquête de conjoncture biannuelle Printemps et Automne, vous trouverez ci-après la dernière édition des immatriculations de bateaux neufs et d occasions à la fin Avril 2013. Ages des

Plus en détail

Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière

Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière Direction des Services du Cabinet de la Préfecture Direction Départementale de l Équipement et de l Agriculture Aveyron P Observatoire départemental interministériel de la sécurité routière Bilan décembre

Plus en détail

Les Français, entre la peur de l autre et l envie d autre chose

Les Français, entre la peur de l autre et l envie d autre chose Les Français, entre la peur de l autre et l envie d autre chose Déjeuner du 5 mai 2015 Emmanuel Rivière Directeur de l unité Stratégies d Opinion TNS Sofres Pour mal commencer 2 Optimisme et pessimisme

Plus en détail

III - Financement d une entreprise ou d une activité

III - Financement d une entreprise ou d une activité Cterrier.com 1/9 02/03/2007 Initiation à la gestion Quantitative d une entreprise Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des

Plus en détail

Bilan du marché organisé du gaz. 8 mars 2012

Bilan du marché organisé du gaz. 8 mars 2012 Bilan du marché organisé du gaz 8 mars 2012 Bilan du marché organisé du gaz Modèle de marché Références de prix Membres Liquidité Panorama européen Service Système Equilibrage Couplage Afgaz 8 mars 2012

Plus en détail

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour permettre un accès à des soins de qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Abdou Diagne, DG mutuelle sociale TransVie 5 ème Conférence

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître.

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître. ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Prêt Logement 92 05/08 Dans le cadre de sa politique en faveur de l accession à la propriété, le Conseil Général des Hauts de Seine a mis en place depuis novembre

Plus en détail

Pas d'infos sur le groupe 3 ; Le groupe 2 n'a pas encore détaillé les thèmes traités par journée

Pas d'infos sur le groupe 3 ; Le groupe 2 n'a pas encore détaillé les thèmes traités par journée 10-juil 13-juil. 16-juil 17-juil 18-juil 1/7 20-juil 20-août 21-août 22-août tés par Pas journée d'infos sur le groupe 3 ; Le groupe 2 n'a pas encore détaillé les thèmes traités par journée Pasteur Le

Plus en détail

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement

Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement 11/2007 ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Les obligations du bailleur relatives aux diagnostics immobiliers lors de la mise en location d un logement Jusqu alors réservée aux cas de vente d un

Plus en détail

Valoriser les déchets organiques en énergie et engrais dans les pays en développement

Valoriser les déchets organiques en énergie et engrais dans les pays en développement Association loi 1901 Valoriser les déchets organiques en énergie et engrais dans les pays en développement Sensibilisation des élèves du 93 Développement durable Aide au développement économique Conseil,

Plus en détail

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température.

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Maison des années 80 moyennement isolée Surface chauffée de 150m2 Consommation 2700 litres/an Distribution par radiateurs

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB Séminaire Bâtiment Durable : Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LES EXIGENCES CHAUFFAGE PEB EGALEMENT AU SERVICE DE MES INSTALLATIONS

Plus en détail

Présentation du programme CHIP OEM

Présentation du programme CHIP OEM Présentation du programme CHIP pr Revendeurs, Revendeur Rebates Marketing Document confidentiel Microsoft Distribué ss NDA . C est quoi? Achetez de l et soyez récompensé Définition du Programme Le est

Plus en détail

LA BANQUE POSTALE LES ECHOS Baromètre Epargne - vague 14

LA BANQUE POSTALE LES ECHOS Baromètre Epargne - vague 14 LA BANQUE POSTALE LES ECHOS Baromètre Epargne - vague 14 Sommaire 1. Les Français et l épargne 2. Les Français et la préparation de la retraite 3. Les Français et leurs investissements, placements financiers

Plus en détail

AUTORISATION DE PRELEVEMENT

AUTORISATION DE PRELEVEMENT Numéro national d émetteur :. AUTORISATION DE PRELEVEMENT J autorise l établissement teneur de mon compte à prélever sur ce dernier, si sa situation le permet, tous les prélèvements* ordonnés par Adoma

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

Gestion des déchets Projet de mandat du Grand Besançon. Présentation à l ADGCF Vitre, le 17 décembre 2010

Gestion des déchets Projet de mandat du Grand Besançon. Présentation à l ADGCF Vitre, le 17 décembre 2010 Gestion des déchets Projet de mandat du Grand Besançon Présentation à l ADGCF Vitre, le 17 décembre 2010 Points abordés Présentation du contexte local Retour sur la REOM de Besançon en 1999 Enseignements

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports sarl

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports sarl ÉTUDE CONSTRUCTION EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Avril 2011 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports sarl 231 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon France Tel : +33 (0)4 74

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

Le RSA : état des lieux et perspectives

Le RSA : état des lieux et perspectives CIRAC - lundi 7 février «Journée d étude franco-allemande» Le RSA : état des lieux et perspectives Céline EMOND Yannick L HORTY FR CNRS n 3126 WWWbbb 1 Introduction Du RMI au RSA : enjeux et barèmes Une

Plus en détail

LISTE DE TOUS LES CONTRATS

LISTE DE TOUS LES CONTRATS LISTE DE TOUS LES CONTRATS COMPORTANT UNE DÉPENSE DE PLUS DE 25 000 $ ou COMPORTANT UNE DÉPENSE DE PLUS DE 2 000 $ CONCLUS AVEC UN MÊME COCONTRACTANT LORSQUE L ENSEMBLE DE CES CONTRATS COMPORTE UNE DÉPENSE

Plus en détail

La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité

La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité La baisse tendancielle des rentes réduitelle la demande d épargne retraite? Leçons tirées d une réforme des tables de mortalité Alexis DIRER LEO, Université d Orléans Co-écrit avec Rim Ennajar-Sayadi Journée

Plus en détail

L ALTERNANCE à la MIAGE DE TOULOUSE

L ALTERNANCE à la MIAGE DE TOULOUSE Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion des Entreprises L ALTERNANCE à la MIAGE DE TOULOUSE Contrats d Apprentissage Contrats de Professionnalisation Périodes de Professionnalisation L'alternance

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

Les placements LES ASSURANCES MARTINEZ JOURNAL GÉNÉRAL

Les placements LES ASSURANCES MARTINEZ JOURNAL GÉNÉRAL CHAPITRE 5 Les placements chap. 5, n o 1 a) LES ASSURANCES MARTINEZ 20X4 Févr. 01 Placements temporaires obligations 100 000 Banque opérations 100 000 (pour enregistrer l acquisition de 1 000 certificats

Plus en détail

48,5 Bcf RAPPORT T1 2015 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JAN MAR 2015 PÉTROLE ET GAZ NATUREL. Infrastructure de transport du gaz naturel

48,5 Bcf RAPPORT T1 2015 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JAN MAR 2015 PÉTROLE ET GAZ NATUREL. Infrastructure de transport du gaz naturel RAPPORT T1 SUR L'ÉNERGIE DE L ONTARIO JAN MAR PÉTROLE ET GAZ NATUREL Prix au détail moyens de l essence ordinaire et du diesel à l'échelle provinciale ($/L) Prix du gaz naturel en vigueur pour le commerce

Plus en détail

FAITS MARQUANTS RÉSULTATS STRATÉGIE ET PERSPECTIVES

FAITS MARQUANTS RÉSULTATS STRATÉGIE ET PERSPECTIVES 1 Le groupe a progressé dans une année contrastée CA Cegid Group 264 M +5,7 % UN PREMIER SEMESTRE AVEC DES PERSPECTIVES FAVORABLES UN SECOND SEMESTRE MARQUÉ PAR UNE NOUVELLE CRISE 2 Les principales tendances

Plus en détail

Stockages Serpaize et Villette de Vienne

Stockages Serpaize et Villette de Vienne Stockages Serpaize et Villette de Vienne Serpaize : Au cœur d un réseau souterrain de pipelines relié à : La raffinerie de Feyzin Au pipe OTAN à Oytier Stocker les produits intermédiaires en provenance

Plus en détail

Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique

Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique Présentation de la situation actuelle et projetée au niveau législatif, économique, incitant financier et imposition technique Salon Best 19 octobre 2013 Situation en Région wallonne Coût d achat du courant

Plus en détail

Titre Certifié de Niveau II

Titre Certifié de Niveau II Former des Managers aptes À valoriser les métiers des services à l environnement Titre Certifié de Niveau II Responsable de service Hygiène Propreté Titre certifié de Niveau II - Code NSF 343p Arrêté du

Plus en détail

... 11... 13... 16... 17...17...17...19...20...23...23...24...25...26...27... 30...30...34 35 36...36...37...40...40...41...42...42...46...47...47...48...49...49...49...53...53...57...66...72...74...76

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 15, 13 avril 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La crise redémarre en Europe Création des OAT futures, le 16 avril Profitez

Plus en détail

DOCUMENTS : LES RAPPORTS LOCATIFS

DOCUMENTS : LES RAPPORTS LOCATIFS DOCUMENTS : LES RAPPORTS LOCATIFS la fin du bail : renouveler le bail, quitter le logement le loyer : fixation, augmentation, paiement du loyer un bail écrit pour quoi faire? Un contrat écrit clarifie

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires UNAIDS/PCB(8)/99. 3 mai 1999 3 mai 1999 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Huitième réunion Genève, 27-28 juin 1999 Point.2 à l ordre du jour provisoire Questions financières et budgétaires Fonds de

Plus en détail

Pas d essoufflement des ventes pour les propriétés de 500 000 $ et plus

Pas d essoufflement des ventes pour les propriétés de 500 000 $ et plus Pas d essoufflement des ventes pour les propriétés de Alors que les ventes résidentielles effectuées par les courtiers immobiliers au Québec ont affiché presque autant de baisses que de hausses mensuelles

Plus en détail

Fédération Française des Echecs www.echecs.asso.fr

Fédération Française des Echecs www.echecs.asso.fr Fédération Française des Echecs www.echecs.asso.fr Fondée en 1921 et reconnue comme fédération sportive, cette association compte 54 000 licenciés regroupés dans 1 000 clubs. Le site web echecs.asso.fr

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ÉCONOMIQUE N 20

TABLEAU DE BORD ÉCONOMIQUE N 20 - - Madagascar R E P O B L I K A N I M A D A G A S I K A R A FITIAVANA TANINDRAZANA FANDROSOANA MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DE LA PLANIFICATION SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Juillet 215 Étude Nationale Publication

Plus en détail

CIRCUIT DE SÉLECTION EN VUE DES CHAMPIONNATS JUNIORS CANADIENS

CIRCUIT DE SÉLECTION EN VUE DES CHAMPIONNATS JUNIORS CANADIENS CIRCUIT DE SÉLECTION EN VUE DES CHAMPIONNATS JUNIORS CANADIENS Qu est-ce que le de sélection? Le junior de compétition de Tennis Québec comporte deux séquences annuelles dont les deux championnats canadiens

Plus en détail

L EXEMPLE DU SENEGAL «FACILITATION DES ECHANGES ET COOPERATION SUD SUD»

L EXEMPLE DU SENEGAL «FACILITATION DES ECHANGES ET COOPERATION SUD SUD» L EXEMPLE DU SENEGAL «FACILITATION DES ECHANGES ET COOPERATION SUD SUD» PLAN 1. GUICHET UNIQUE: une solution pour la facilitation des échanges? 2. L EXEMPLE DU SENEGAL 3. SENEGAL- KENYA: Un exemple de

Plus en détail

Allianz Assurance Emprunteur

Allianz Assurance Emprunteur Allianz Assurance Emprunteur Loi HAMON Allianz Courtage L objectif de la loi Hamon Quel est le besoin des assurés? Comparer les offres d assurance, faire jouer la concurrence La réponse apportée par la

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENT. ÉTATS FINANCIERS VÉRIFIÉS et RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES SUR LES FONDS DE PLACEMENT

FONDS DE PLACEMENT. ÉTATS FINANCIERS VÉRIFIÉS et RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES SUR LES FONDS DE PLACEMENT FONDS DE PLACEMENT ÉTATS FINANCIERS VÉRIFIÉS et RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES SUR LES FONDS DE PLACEMENT au 31 décembre 2006 TABLE DES MATIÈRES DONNÉES SUPPLÉMENTAIRES (non vérifiées)... 187 Frais de

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIÈRE

COMMUNICATION FINANCIÈRE Titre 1 COMMUNICATION FINANCIÈRE B O U R S E D E S V A L E U R S M O B I L I È R E S D E T U N I S M e r c r e d i 0 7 / 0 5 / 2 0 1 4 1 Retour sur L année 2013 Contexte National et International Réalisations

Plus en détail

BILAN D ACTIVITÉD PLAN PARI 2008

BILAN D ACTIVITÉD PLAN PARI 2008 BILAN D ACTIVITÉD PLAN PARI 2008 Rédacteur : Coordinateur plan pari Hervé Vizioz 1 INTRODUCTION Ce bilan présente les résultats du plan PARI pour l année 2008 sur :! L accidentologie globale du réseau!

Plus en détail

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011

La saisonnalité de l emploi au. Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 La saisonnalité de l emploi au Québec Normand Roy Directeur Analyse et information sur le marché du travail (DAIMT) Janvier 2011 Plan de la présentation: Définition Mesure, causes et conséquences Certaines

Plus en détail

Colloque Interbev Sommet de l Elevage

Colloque Interbev Sommet de l Elevage Colloque Interbev Sommet de l Elevage Au-delà des marchés historiques, quels débouchés alternatifs pour nos broutards? 3 octobre 2013 Cournon d Auvergne Thèmes abordés Animaux vivants : peu d acteurs sur

Plus en détail

Cas pratique simplifié Le plan financier

Cas pratique simplifié Le plan financier Cas pratique simplifié Le plan financier Le budget d exploitation (ou budget des résultats), le budget d investissements, le budget de trésorerie, les bilans prévisionnels permettront, lorsqu ils sont

Plus en détail