Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS"

Transcription

1 EQUIPEMENT MESURE AUTOMATE MAINTENANCE Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS Nom Fonction Date et Signature Référent Métrologie Maintenance Examens Rédaction Gilles LE MAILLOT de Biologie Médicale Délocalisée 13/09/2013 Validation Damien MATHONNET Biologiste Responsable Qualité 13/09/2013 Approbation Lynda TOUIL Biologiste Responsable Qualité 13/09/ DOMAINE ET CONDITIONS D APPLICATION Cette procédure définit les modalités de gestion des équipements du Service de Biologie Clinique (laboratoire de biologie clinique, LBC, laboratoire d hygiène, LH et dépôt de sang ) nécessaires à la réalisation des analyses et des travaux d essais. Elle est applicable au sein du Service de Biologie Clinique : laboratoire d hygiène (LH) et laboratoire de Biologie Clinique (LBC) et dans le cadre de l activité de délivrance de produits sanguins (dépôt de sang ) Tous les personnels habilités à utiliser et d une manière générale à gérer (commander, réceptionner, qualifier, maintenir ) les équipements du laboratoire sont concernés par ce document. Afin d éviter les surcoûts de maintenance et d étalonnage, et dans un soucis d efficience, le matériel a été classé en 4 types : - Type M = instrument ou équipement de mesure : instrument donnant un résultat exprimé dans le Système international (SI), raccordable aux étalons nationaux et internationaux, ou à des matériaux de référence certifiés. Exemple : thermomètre - Type A = instrument d analyse et d essai : instrument donnant un résultat non raccordable directement à des étalons nationaux et internationaux, ou à des matériaux de référence certifiés. Exemple : automate - Type I = instrument intermédiaire : instrument ne donnant pas de résultat mais indispensable à la réalisation conforme de l analyse ou de l essai. Exemple : centrifugeuse - Type P = petit équipement ou instrument indicateur : équipement fournissant des informations de nature qualitative ou informative sans résultat de mesure proprement dit, ou petit matériel. Exemple : bandelette indicative Cette procédure s applique à tous les types d équipements y compris le matériel de prêt. Page 1 sur 17

2 Dans ce cas, le correspondant qualité et le responsable technique du secteur définissent si nécessaire des critères pertinents de qualification voire de validation de la méthode utilisée en fonction de la criticité de l équipement ou des risques attachés à la méthode. Les biologistes de chaque secteur définissent deux classes d équipements : Les équipements dits «critiques» sont les équipements nécessaires à l exécution des analyses et ayant une influence sur la qualité du résultat. Ils bénéficient d un suivi métrologique, en supplément d un suivi de maintenance. Les fournisseurs de ces équipements ou les prestataires chargés de la maintenance ou de la vérification de ces équipements sont considérés comme des fournisseurs critiques et évalués puis sélectionnés selon la procédure «Achats - Investissements». Le choix des fournisseurs se fait sur la base de critères. Pour les équipements, le marquage CE et pour les prestataires en métrologie, l attestation d accréditation Cofrac sont des critères prioritaires. Une liste des fournisseurs d équipements ou de prestataires critiques associés aux équipements est enregistrée et disponible dans le logiciel ASSET (utilisé par l UDM) selon le mode opératoire «Logiciel ASSET» Sous la responsabilité du Chef de Service (CDS), le référent métrologie maintenance examens de biologie médicale délocaliséé (RMMebmd) assure la gestion des équipements telle que décrite dans cette procédure au sein de l Unité de Maintenance (UDM). Il s assure de l application de cette procédure. Il a pour correspondant dans le secteur technique concerné l expert au poste de travail (selon la matrice des compétences) ou tout collaborateur habilité. La liste des personnes autorisées à utiliser les différents matériels correspond à la liste des personnes habilitées aux différentes activités qui nécessitent l utilisation de ces différents matériels selon la «Matrice des compétences» 2. DOCUMENTS DE REFERENCE Enregistrements externes (versions en vigueur) NF EN ISO/CEI «exigences générales concernant la compétence des laboratoires d étalonnages et d essais» (Laboratoire d hygiène LH) NF EN ISO 9000 NF EN ISO (Laboratoire de Biologie Clinique LBC) NF EN ISO «Système de management de la mesure Exigences pour les processus et les équipements de mesure.» Document Cofrac : SH REF 02 (LBC) Document Cofrac : SH GTA 01 «Guide technique d accréditation en biologie médicale» (LBC) JCGM 200 «Vocabulaire international de métrologie concepts fondamentaux et généraux et termes associés (VIM)» LAB GTA 23 (LH) Constats d étalonnage ou de vérifications effectués par des prestataires externes. Procédures : Page 2 sur 17

3 «Approvisionnements» «Achats - Investissements» «Gestion des ressources, veille règlementaire, communication, protection des données et moralité» «Gestion des non conformités» «MANUEL QUALITE DU LABORATOIRE», version en cours Mode opératoire : «Arrivée d un nouvel équipement» «Logiciel ASSET» «Etalonnages et vérifications des chronomètres et minuteurs» «Etalonnages et vérifications des micropipettes» «Etalonnages et vérifications des centrifugeuses» «Etalonnages et vérifications des sondes de température des enceintes thermostatées, de l environnement et suivi des températures». et spécifiquement pour l activité de dépôt de sang : "Surveillance des enceintes thermostatées et des zones à température dirigée" et "Qualification des enceintes du dépôt de sang" s appliquent. 3. DESCRIPTION Définitions et abréviations : Confirmation métrologique : ensemble d opérations requises pour assurer qu un équipement de mesure est conforme aux exigences pour son utilisation prévue (NF EN ISO 9000). CEQ : contrôle externe de la qualité. CIQ : contrôle interne de la qualité. Erreur maximale tolérée (EMT) ou tolérance : valeur extrême de l erreur de mesure, par rapport à une valeur de référence connue, qui est toléré par les spécifications ou règlements pour un mesurage, un instrument de mesure ou un système de mesure donné (VIM). Etalon : réalisation de la définition d une grandeur donnée, avec une valeur déterminée et une incertitude de mesure associée, utilisée comme référence (VIM). Etalonnage ou calibration : opération qui, dans des conditions spécifiées, établit dans une première étape une relation entre les valeurs et les incertitudes de mesure associées qui sont fournies par des étalons et les indications correspondantes avec les incertitudes associées, puis utilise en une seconde étape cette information pour établir une relation permettant d obtenir un résultat de mesure à partir d une indication (VIM). Fiche de vie : représente l historique d un équipement de mesure, de contrôle et d essai ; elle assure le suivi chronologique des évènements techniques survenus pendant le cycle de vie de cet équipement (NF EN ISO 10012). Page 3 sur 17

4 GMAO : gestion de maintenance assistée par ordinateur. Incertitude de mesure : paramètre non négatif qui caractérise la dispersion des valeurs attribuées à un mesurande, à partir des informations utilisées (VIM). Logiciel ASSET : logiciel de gestion des équipements (à l exception des pipettes) utilisé au laboratoire (géré par le service biomed de l hôpital). Logiciel CALIBRI : logiciel de gestion des pipettes (gestion de l inventaire du parc de pipette, de leur utilisation, maintenance ) et de la maîtrise métrologique de leur vérification. Matériaux de référence : matériau suffisamment homogène et stable en ce qui concerne des propriétés spécifiées, qui a été préparé pour être adapté à son utilisation prévue pour un mesurage ou pour l examen de propriétés qualitatives (VIM). Mesurage : processus consistant à obtenir expérimentalement une ou plusieurs valeurs que l on peut raisonnablement attribuer à une grandeur (VIM). Mesurande : grandeur que l on veut mesurer (VIM). OMP : opérations de maintenances préventives. RQ : responsable qualité. SI : système international. SIH : système informatique de l hôpital. SIL : système informatique du laboratoire. Vérification : fourniture de preuves tangibles qu une entité donnée satisfait à des exigences spécifiées. UDM : unité de maintenance du laboratoire UF : unité fonctionnelle du laboratoire. 3.1 Identification du besoin et choix des équipements Les prévisions d investissements et les commandes des équipements sont sous la responsabilité du chef de service de biologie clinique. L évaluation des besoins en ressources matérielles est défini dans la procédure «Gestion des ressources, veille règlementaire, communication, protection des données et moralité». Page 4 sur 17

5 3.2 Commande Le processus d achat intégrant la sélection et l évaluation du fournisseur et le suivi de la commande sont définis dans la procédure «Achats- Investissements». 3.3 Réception et mise en service des équipements Partie administrative La livraison des équipements se fait au magasin de l hôpital : 39 rue Merlin de Thionville (bât M niveau -6). - vérification de la conformité de la commande (nombre de contenants/intégrité des contenants). En cas de non conformité, l UDM est prévenue et une non-conformité est enregistrée (conférer procédure «Gestion des non conformités»). - Livraison de l équipement au laboratoire par les équipes des services techniques de l établissement ou par le fournisseur lui-même Partie technique (qualification) Cf. Mode Opératoire «Arrivée d un nouvel équipement». 3.4 Inventaire Cf. Mode Opératoire «Arrivée d un nouvel équipement», «Logiciel ASSET» La prise en compte d un nouvel équipement dans la liste des équipements est faite dans le logiciel de GMAO ASSET ou le logiciel CALIBRI pour les pipettes par la saisie d un ensemble de données dans «Liste des équipements» ou équivalent pour CALIBRI. - Enregistrement des données propres à l équipement (y compris la liste des pièces détachées si elle a été communiquée par le fournisseur) dont celles qui apparaîtront sur la «Fiche signalétique» éditée et présente dans chacun des classeurs automates. Cette fiche signalétique reprend en autres (Norme ISO 15189) l identification du matériel le nom du fabricant, le type et le numéro de série ou autre identification univoque le nom de la personne à contacter chez le fabricant et son numéro de téléphone la date de réception et la date de mise en service l emplacement actuel l état à réception (neuf, usagé ou remis en état) Page 5 sur 17

6 - Décision sur sa criticité. - A partir de ce tableau, création de sa «Fiche de vie» dans le logiciel. Cette fiche de vie sert de support aux informations relatives aux maintenances programmées ou non des fournisseurs et à tout événement significatif (changement de version logiciel, remise, rebus ). Les bons d intervention y sont associés. - Etiquetage : Sur tous les équipements critiques. pour les instruments de mesure, centrifugeuses critiques, PSM, une étiquette portant la date de la dernière vérification et/ou étalonnage et la date prévue pour la prochaine vérification et/ou étalonnage est apposée par le RMM ebmd ou par le prestataire sélectionné. pour les automates et autres équipements critiques (station d eau, bain-marie) la date de la prochaine maintenance préventive fournisseur est indiquée sur une étiquette. - Mise en forme du «Dossier Appareil» pour chaque équipement critique (cf. Annexe 5 «Dossier appareil» pour la composition du dossier automate ou instrument de mesure) avec en autres comme éléments : «Cahier des charges fournisseur pour fourniture/équipement/service X» revue pour qualification opérationnelle ( voir mode opératoire «Arrivée d un nouvel équipement») et «Procès verbal de réception technique» (logiciel Asset) éditable si la qualification opérationnelle est validée par les parties Ce dossier peut-être éclaté en plusieurs classeurs à la paillasse. Il est possible d éditer, à partir du logiciel ASSET la liste des équipements attachés à un secteur technique, une méthode ou à la réalisation d un ensemble d examens réalisé sur un automate particulier. Lorsqu un équipement est utilisé de manière provisoire (panne, vérification ), cela est tracé dans le cahier de vie, à la paillasse. 3.5 Suivi des équipements et utilisation Le personnel du laboratoire veille au bon fonctionnement de ses équipements. L entretien de base, les étalonnages, les vérifications et les calibrages réguliers sont réalisés soit par les techniciens du laboratoire ou der l UDM, soit par des sociétés extérieures. Afin de connaître à tout moment l état de maintenance du parc des équipements, une traçabilité est constituée en particulier grâce au logiciel de GMAO (ASSET) et au «Dossier appareil». L utilisation d un équipement s effectue sur la base des notices d utilisation fournisseurs, d une procédure technique ou d un mode opératoire interne au laboratoire qui peuvent faire référence au Manuel ou instructions fournisseurs enregistrés. Page 6 sur 17

7 Lorsque cela est possible, des protections sont mises en oeuvre contre les dérèglements des appareils : affiches d alerte, blocage de consigne de température La manutention des équipements est assurée par des techniciens de laboratoire habilités, des techniciens de l UDM ou des techniciens SAV des fournisseurs. Les conditions de stockage des équipements et des étalons sont définies dans les procédures techniques ou modes opératoires correspondants. Des cartes de contrôles sont mises en place pour assurer la surveillance de certains équipements (prise journalière de la température des enceintes thermostatées sur le formulaire «Relevé mensuel des températures réfrigérateur/congélateur/étuve/environnement») ou pour contrôler la dérive des équipements. Pour les appareil de type A comme les analyseurs, un programme de surveillance régulier est réalisé à travers l utilisation de CIQ et CEQ (selon les modes opératoires ou procédures technique d utilisation des automates). Les enregistrements des CQI et CQE et étalonnages sont conservés. Un «Cahier de vie» enregistré est disponible à la paillasse. C est le recueil d informations relatives à la vie de l automate. gestion de l ouverture de lots de réactifs, calibrants, contrôles (ex :si non disponible sur un autre support) transmissions d informations entre opérateurs signalements d opérations particulières ponctuelles (nettoyage, incident sans conséquences ) Un «Cahier des pannes» enregistré est disponible à la paillasse. Il est réservé à la déclaration des pannes et à leur gestion. Le nom de l opérateur est indiqué et l état de l action en cours ou à mettre en œuvre. Les dates et heures de la panne et de la remise en service sont renseignés pour un suivi par un indicateur si pertinent. Une nonconformité est enregistrée. Elle fera partie des données d entrée de l évaluation des fournisseurs. Lorsque l équipement est mis hors service. Une étiquette «EN PANNE» est apposée. Un «Cahier de maintenance» souvent mis à disposition par le fournisseur est utilisé pour les maintenances de routine du laboratoire. Ce cahier peut aussi être paramétré par l UDM en fonction des préconisations fournisseurs Maintenance des équipements Soumise à une planification annuelle établie conformément aux instructions des fournisseurs les maintenances programmées du fournisseur sont enregistrées dans le logiciel ASSET. Les informations relatives à ces maintenances et notamment leur planification sont obtenues à partir des contrats de maintenance ou des courriers avec tableaux de planning envoyés par les fournisseurs ou prestataires sur demande ou non du laboratoire. Page 7 sur 17

8 Il est possible d extraire du logiciel ASSET la liste des maintenances planifiées et de programmer des alertes permettant d anticiper l intervention des prestataires identifiés. Le RMMebmd appose une étiquette sur l automate avec la date d échéance de la maintenance. Il le fait aussi sur les équipements de mesure dont il maîtrise la vérification. Dans les autres cas, c est le prestataire qui s en charge. Les experts au poste de travail (niveau maximal d habilitation au poste de travail) sont les interlocuteurs privilégiés de l UDM en ce qui concerne le suivi des équipements (transmissions relatives au passage du SAV fournisseur lors des maintenance préventives : rappels d échéances, exécution du contrat) En l absence d information du fournisseur pour la réalisation des maintenances, une période à minima est définie en fonction des équipements. Le laboratoire peut fait appel à des prestataires pour élaborer des programmes de vérifications et maintenances préventives, faisant l objet de contrats spécifiques. Dans le cas particulier d un équipement utilisé dans le cadre de l activité de dépôt de sang (selon inventaire dans la «Liste des équipements»), il est fait appel aux services techniques, au service biomédical de l'hôpital, au fournisseur du matériel ou au prestataire de service sélectionné (précisé dans le mode opératoire ou la procédure technique) Maintenance préventive des équipements Les opérations d entretien spécifique à un équipement sont décrites au niveau de la procédure technique ou du mode opératoire correspondant. Ces opérations visent à maintenir les équipements en bon état de fonctionnement et à éviter les dérives par rapport aux exigences spécifiées du service de biologie clinique. Il est possible d extraire du logiciel ASSET la liste des maintenances planifiées et de programmer des alertes permettant d anticiper l intervention des prestataires identifiés Maintenance curative des équipements Tout équipement critique est concerné. Un équipement de substitution est éventuellement défini dans le tableau de la liste des équipements. S il s agit d un équipement annexe lié à l utilisation d un automate (pipette, centrifugeuse, enceinte ), le détecteur signale cette panne dans le «Cahier des pannes» et trace l événement (date et heure du début d utilisation du nouvel équipement, durée de l utilisation). Cela de manière à permettre, le cas échéant, une étude d impact pertinente. L expert au poste de travail est alors responsable de la communication avec l UDM. Page 8 sur 17

9 Etiquetage : une mention «EN PANNE» est apposée le plus rapidement possible sur l équipement. Lorsque cela est possible, l équipement est retiré de l U.F pour être conservé dans la pièce de l UDM. Saisie de l évènement dans le logiciel ASSET, par un technicien de l UDM sur information de l expert au poste de travail. Déclenchement d une intervention par téléphone, par un technicien au poste de travail ou un technicien de l UDM et suivie à la paillasse avec retour d information à l UDM. Un rapport d intervention est conservé soit sous forme informatisée dans la gestion documentaire attaché à l équipement dans le logiciel ASSET, soit sous forme papier à la paillasse, dans le dossier appareil au poste de travail. Dans le cas d un automate, le cahier de pannes est renseigné («Cahier de pannes»). En cas de panne bloquante d un équipement critique, la liste des équipements de secours des appareils critiques est définie dans la liste des équipements (tableau) du logiciel ASSET. Equipement sous contrat de maintenance - Appel au SAV fournisseur pour une intervention (diagnostic + curatif) dans les délais prévus par le contrat de maintenance. - Réparation de l équipement avant remise en service. Les modalités de la requalification sont définies dans la procédure ou mode opératoire spécifique à l équipement utilisé - Si l équipement est réparé en dehors du laboratoire, un «Bon de sortie» permet de tracer et de suivre les opérations effectuées jusqu à son retour (ou non) au laboratoire Equipement ne bénéficiant pas de contrat de maintenance - Appel à un SAV par un technicien de l UDM pour demande d un devis ou aux services techniques ou biomédical de l hôpital - Après acceptation du devis, réparation de l équipement et requalification si nécessaire avant remise en service. - Si l équipement est réparé en dehors du laboratoire, un «Bon de sortie» permet de tracer et de suivre les opérations effectuées jusqu à son retour (ou non) au laboratoire Equipement non réparable En cas de refus du devis de réparation : réforme. Page 9 sur 17

10 3.5.2 Suivi métrologique des équipements Afin d assurer la traçabilité des résultats de mesure ou d essai, tous les instruments de mesure critiques sont raccordés aux étalons de référence nationaux et/ou internationaux par une chaîne d étalonnage ininterrompue. Le principe du raccordement est décrit dans le mode opératoire de l équipement ou dans la procédure de validation de méthode en ce qui concerne les équipements d analyses. Le raccordement est réalisé soit en interne, soit en externe et donne lieu à des certificats ou constats d étalonnage et/ou de vérification. La périodicité des raccordements des équipements de mesure est définie dans le tableau de donnée de la liste des équipement disponible dans les logiciels ASSET et CALIBRI pour les pipettes. Les RMMebmd sont chargés du suivi métrologique. Les experts au poste de travail peuvent la leur rappeler. C est le biologiste ou le correspondant qualité du secteur qui définissent avec le responsable technique les erreurs maximales tolérables (EMT) des équipements de mesure. Cette valeur est renseignée dans la procédure technique, mode opératoire ou enregistrement spécifique. Les équipements de remplacement doivent avoir la même EMT. Les enceintes font l objet d un «Relevé mensuel des températures réfrigérateur /congélateur /étuve /environnement» adapté à l enceinte concernée ou à l environnement. Dans le cas particulier des analyseurs fermés, la confirmation métrologique de ces appareils est sous la responsabilité du fournisseur de l équipement. Qu elle soit réalisée ou non au laboratoire, la confirmation métrologique est soit effectuée soit gérée par les RMMebmd, techniciens de l UDM, habilités selon les modes opératoires «Etalonnages et vérifications des chronomètres et minuteurs» ; «Etalonnages et vérifications des micropipettes» ; «Etalonnages et vérifications des centrifugeuses»; «Etalonnages et vérifications des sondes de température des enceintes thermostatées, de l environnement et suivi des températures». Dans le cas particulier du dépôt de sang des dispositions particulières décrites dans les modes opératoires "Surveillance des enceintes thermostatées et des zones à température dirigée" et " Qualification des enceintes du dépôt de sang " s appliquent. Objectifs La confirmation métrologique comprend généralement la vérification et l étalonnage, éventuellement un ajustage, la comparaison avec les exigences métrologiques pour l utilisation prévue de l équipement (EMT), l étiquetage (indiquant le statut, comportant la date de la vérification et la date de la prochaine vérification) et la documentation. Cela permet, à la paillasse, une étude d impact en cas de non conformité de l équipement concerné Page 10 sur 17

11 Fréquence Une planification des vérifications métrologiques est établie chaque année et disponible dans le tableau des équipements des logiciels ASSET ou CALIBRI. Des contrôles intermédiaires sont réalisés chaque fois que nécessaire. Les tolérances et EMT pour chaque équipement sont aussi renseignées dans les procédures techniques ou modes opératoires correspondants à l utilisation de l équipement (ou dans des enregistrements spécifiques) y compris lorsqu ils sont rattachés à une activité technique. Exploitation des résultats Lorsque la confirmation métrologique est faite en interne, conformité de l équipement. le RMMebmd statue sur la En cas de non conformité cela est géré comme une non conformité (utilisation du formulaire dans le logiciel Blue Médi). L étude d impact sur les analyses réalisées est capitale pour un équipement critique. Archivage Responsabilité : Techniciens de l UDM sous la responsabilité du R.Q. Liste des documents à archiver : cf.annexe «Dossier appareil», version en cours. Durée : 18 mois au moins après la réforme de l équipement. Lieux : pièce de l UDM Sous-traitance de métrologie La confirmation métrologique de certains équipements critiques peut être confiée à des sociétés extérieures, accréditées Cofrac pour les prestations demandées. Ces entreprises font l objet d une évaluation régulière. 3.6 Réforme - Suite à une panne matériel dont la réparation ne présente pas d intérêt économique. - Suite à une confirmation métrologique qui a échoué. - Pour d autres raisons : renouvellement programmé du parc d équipement, obsolescence de la technique, Dans tous les cas une «Fiche de réforme» est établie et vient clore le «dossier appareil» de l équipement (cf. Logiciel ASSET). 3.7 Manipulation, Désinfection et Elimination Les automates sont obligatoirement manipulés, transportés ou déplacés par le fournisseur ou le prestataire de service lui-même. Page 11 sur 17

12 Les gros matériel (enceintes, PSM, centrifugeuses ) sont manipulés soit par le fournisseur, le prestataire de service ou le personnel de l UDM qui respecte alors les préconisations fournisseur. Le petit matériel est conditionné (avant transport pour maintenance par exemple) de manière appropriée par l unité de maintenance. La manipulation et le transport des équipements de mesure est décrite dans chacun des modes opératoires correspondant. La désinfection est effectuée par les utilisateurs de l équipement selon les instructions du fournisseur. Lorsque le laboratoire ne dispose pas d instructions particulières, se référer au(x) document()s annexé(s) à la procédure «Hygiène et sécurité». 3.8 Informatique Les logiciels des ordinateurs de bureau suivent les procédures du SIH. Les logiciels embarqués dans les équipements sont validés par les fournisseurs du matériel à leur installation puis de manière opérationnelle par le laboratoire. Les données preuves sont intégrées au dossier de validation de méthode de l automate. Les sauvegardes des logiciels, des données y compris interconnexions sont réalisées sur papier, sur CD ou sur le réseau de l hôpital (décrites dans la procédure technique relative à l utilisation de l équipement ou dans les procédures relatives à la gestion du SIL ou du SIH) 4 FORMULAIRES/ENREGISTREMENTS Formulaire d enregistrement: «Cahier des pannes» «Relevé mensuel des températures» «Cahier de vie» «Cahier de maintenance» (fournisseur ou laboratoire)» Ce document est référencé, attaché à cette procédure ou à la procédure technique concernée «Cahier des charges fournisseur pour fourniture/équipement/service X» «Eléments de qualification-requalification d un équipement ou de validation d une méthode» et les formulaires spécifiques du dépôt de sang attachés aux modes opératoires cités ci-dessus Page 12 sur 17

13 Enregistrement interne : «Liste des fournisseurs critiques» extractible de la «Liste des équipements» du logiciel ASSET et éditable «Fiche signalétique» (logiciel Asset) éditable «Fiche de réforme» (logiciel Asset) éditable «Procès verbal de réception technique» (logiciel Asset) éditable «Bon de sortie» (logiciel Asset) éditable «Fiche de vie» informatisée (logiciel Asset) Constats de vérifications délivrés par l UDM si prise en charge de la vérification par l unité «Manuel Qualité» 4 ANNEXES Annexe 1 : Logigramme de classement des équipements Page 13 sur 17

14 Page 14 sur 17

15 Annexe 2 : «Dossier appareil» Page 15 sur 17

16 Page 16 sur 17

17 Page 17 sur 17

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU IX E JOURNÉES PROFESSIONNELLES DE L AFTLM PARIS Informations pré requises Type de flexibilité Méthodes «fournisseurs» (portée flexible standard A), dites

Plus en détail

LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY BIO CR

LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY BIO CR LE PROCESSUS QUALITE DANS UN LABORATOIRE DR TIDIANE SIBY 1 LES SPECIFICITES DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE ISO 15189 ACCREDITATION CERTIFICATION ACCREDITATION AGREMENT RECONNAISSANCE DE LA CONFORMITE

Plus en détail

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013

Sommaire des documents de la base documentaire 15189 v2012 01/11/2013 La base documentaire a été complètement révisée pour être en conformité avec cette version 2012 de l ISO 15189. La cartographie des différents processus du LBM a également été modifiée (suppression du

Plus en détail

Organisation et gestion de la métrologie dans un laboratoire de biologie médicale

Organisation et gestion de la métrologie dans un laboratoire de biologie médicale Organisation et gestion de la métrologie dans un laboratoire de biologie médicale Pôle de Biologie Médicale et Pathologie du groupe hospitalier «Hôpitaux Universitaires Est Parisien» Nelly DA SILVA Sophie

Plus en détail

PROCEDURE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ET/OU DE CONTROLE DES EQUIPEMENTS BIOMEDICAUX DE/EQUI/PT/004/C/1 Version 1 Page : 1/8

PROCEDURE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ET/OU DE CONTROLE DES EQUIPEMENTS BIOMEDICAUX DE/EQUI/PT/004/C/1 Version 1 Page : 1/8 DE/EQUI/PT/004/C/1 Version 1 Page : 1/8 Direction des Equipements Date d'application ELABORATION DES DOCUMENTS Rédaction Validation Approbation Prénom/Nom Hanane CHTIHA Benyounes BELHANINI Mme CARPENTIER

Plus en détail

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne

La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses. Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne La démarche qualité appliquée aux CNR pathologies infectieuses Nathalie Fonsale CHRU de Saint-Etienne Atout majeur : Votre expertise L évaluateur n évalue pas votre expertise Dossier de validation de méthode

Plus en détail

Appareils de mesure Réseaux & Télécoms

Appareils de mesure Réseaux & Télécoms MÉTROLOGIE ET RÉPARATION Appareils de mesure Réseaux & Télécoms ASSISTANCE VÉRIFICATION MAINTENANCE ÉTALONNAGE Développons aujourd hui les réseaux de demain EXPERTISE RÉSEAUX & TÉLÉCOMS A travers une veille

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier 27 ème Colloque CORATA IBS MARSEILLE le 16 Septembre 2010 Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier Professeur Henri PORTUGAL LABORATOIRE CENTRAL Biochimie Hématologie Hôpital Sainte Marguerite

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Expérience d accréditation ISO 22870 en biologie délocalisée

Expérience d accréditation ISO 22870 en biologie délocalisée Expérience d accréditation ISO 22870 en biologie délocalisée Dr Pascal PERNET Dr Bénédicte BÉNÉTEAU-BURNAT Hôpitaux Universitaires Est Parisien, Site Saint-Antoine Pôle de Biologie médicale et Pathologie

Plus en détail

La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP. Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011

La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP. Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011 La norme NF EN ISO/CEI 17025 Mise en œuvre au CTP Michèle BOUCLIER 12 octobre 2011 Centre Technique du Papier CTP Domaine Universitaire - 351, rue de la Papeterie - 38044 Grenoble Cedex 09 - France Tél.

Plus en détail

PROCEDURE MAINTENANCE - METROLOGIE

PROCEDURE MAINTENANCE - METROLOGIE Page 1 sur 7 1. LISTE DE DIFFUSION Fichier informatique d aide en ligne 2. OBJET ET DOMAINE D APPLICATION DE LA La présente procédure a pour objet de déterminer l ensemble des activités et des moyens destinés

Plus en détail

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Relation avec d autres normes de Management de la Qualité Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 Histoire de l ISO/IEC

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

Mise en œuvre de l accréditation dans un laboratoire de biologie médicale public

Mise en œuvre de l accréditation dans un laboratoire de biologie médicale public Mise en œuvre de l accréditation dans un laboratoire de biologie médicale public Dr S. Marion - Biologiste V. Mansuy - Cadre F. Loiseau - Technicienne D. Prudent - Technicien Laboratoire d Hématologie

Plus en détail

Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189. Alain Cœur Conseil - alain.coeur@wanadoo.fr - 06.85.75.12.64

Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189. Alain Cœur Conseil - alain.coeur@wanadoo.fr - 06.85.75.12.64 Accréditation des laboratoires COFRAC ISO15189 SOMMAIRE Biologie et qualité : rapide historique Accréditation COFRAC Norme ISO 15189 Ecarts entre l ISO 15 189 et le GBEA Présentation d une méthodologie

Plus en détail

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence

ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence ECOLE CONDUITE DE PROJET Présenter un dossier compétitif auprès d une agence Paris, le 10-03-2010 Le Plan Qualité et le montage de projet Corinne JUFFROY Ecole Conduite de Projet - Paris - 10 mars 2010

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 2

Tremplins de la Qualité. Tome 2 Tome 2 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANTPROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Designation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 2/11 Contenu 1. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET DEFINITION... 3 1.1 Contexte réglementaire... 3

Plus en détail

CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification DESIGNATION DU METIER OU DES COMPOSANTES DU METIER EN LIEN AVEC LE CQP Le titulaire

Plus en détail

Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9

Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9 Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9 Cahier des prescriptions spéciales 1 SOMMAIRE Article I. Objet de l appel d offre Article II. Engagements du fournisseur Article

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes

Plus en détail

Métrologie dans le cadre des démarches d accréditation COFRAC

Métrologie dans le cadre des démarches d accréditation COFRAC Métrologie dans le cadre des démarches d accréditation COFRAC HOPITECH AMIENS 2012 5 octobre C.LESUEUR O.BURY CHU AMIENS PICARDIE 1 Qu est ce que la métrologie? C est la science de la mesure (VIM 2.2 vocabulaire

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

les fournisseurs de dmdiv et la norme nf en iso 15189

les fournisseurs de dmdiv et la norme nf en iso 15189 les fournisseurs de dmdiv et la norme nf en iso 15189 V E R S I O N 2 0 1 2 POSITION PAPER édition septembre 2013 PRÉAMBULE Le contexte de la «norme NF EN ISO 15189 version 2012» De par l ordonnance du

Plus en détail

La traçabilité Une démarche qualité au service de la chimie Autrans 12 au 15 octobre 2010

La traçabilité Une démarche qualité au service de la chimie Autrans 12 au 15 octobre 2010 La traçabilité Une démarche qualité au service de la chimie Autrans 12 au 15 octobre 2010 Le Service Central d Analyse DIRECTION Processus Responsabilité de la Direction COMPTABILITE MANAGEMENT DE LA QUALITE

Plus en détail

Sommaire II. III. IV. VI.

Sommaire II. III. IV. VI. 1 Sommaire I. II. III. IV. V. VI. Généralités Paramètres métrologiques Etalonnage et vérification Exploitation des résultats ATOL-GPI et la 21 CFR part 11 Les technologies utilisées 2 I. Généralités 1.

Plus en détail

Questions techniques. Document Cofrac d exigences spécifiques Guide technique d accréditation Ecarts

Questions techniques. Document Cofrac d exigences spécifiques Guide technique d accréditation Ecarts Questions techniques Document Cofrac d exigences spécifiques Guide technique d accréditation Ecarts 1 Personnel ( 5.1) 2 1 «Personnel du LBM» points à vérifier Vérification et application des dispositions

Plus en détail

DE LABORATOIRES SUR LA PRINCIPAUX EQUIPEMENTS DE LABORATOIRE

DE LABORATOIRES SUR LA PRINCIPAUX EQUIPEMENTS DE LABORATOIRE FORMATION DES TECHNICIENS DE LABORATOIRES SUR LA MAINTENANCE PREVENTIVE DES PRINCIPAUX EQUIPEMENTS DE LABORATOIRE Pr Niama Diop Sall Niama.sall@ucad.edu.sn Thiès, Février 2013 Introduction (2) Balance

Plus en détail

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 Manuel* réf. : PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 RDT-ISC-0002-2014-Rév 0 3 NOTES DE DOCTRINE *Manuel = Manuel Qualité - PI = Procédure Interne - PE = Procédure Externe RÉDACTION VÉRIFICATION APPROBATION

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC Généralités 3 I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC La multiplicité des acceptations de la notion de Qualité est source de bien de malentendus et de réticences associées

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité

La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité La gestion documentaire les bases d'un système de management de la qualité 8 ème journée professionnelle de l ANTAB - 21 Octobre 2011 Fatima TOUBAIS Ingénieur qualité Accréditation des Laboratoires Direction

Plus en détail

Les systèmes d information

Les systèmes d information Les systèmes d information Retour d expérience d un évaluateur technique Vittel le 20 mai 2015 François CORNU - LORIENT Revue des exigences Documentation de référence ISO 15189 V2012 ISO 22870 SH REF 02

Plus en détail

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE :

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE : Page 1/7 Indice Date Objet Rédigé par Visa Vérifié par Visa Approuvé par Visa B 19/01/2006 Changement de logo S. LE NAGUARD J. ROBERT Ph. EVENAT C 27/10/2006 Distinction fournisseur / sous-traitant. A.

Plus en détail

Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT

Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT Référentiel Qualité INRA ALIMENTATION AGRICULTURE ENVIRONNEMENT Sommaire 1 Domaine d application... 1 1.1 Généralités... 1 1.2 Périmètre d application... 1 2 Management de la Qualité et responsabilité

Plus en détail

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage :

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage : Acquisition d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique

Plus en détail

ISM-ATEX Installation Service Maintenance en ATEX Version 7.0 Décembre 2014 REGLEMENT QUALITE DE CERTIFICATION

ISM-ATEX Installation Service Maintenance en ATEX Version 7.0 Décembre 2014 REGLEMENT QUALITE DE CERTIFICATION REGLEMENT QUALITE DE CERTIFICATION Installation - Service - Maintenance en ATEX VERSION 7.0 Référentiel ISM-ATEX page 1 / 130 PARTIE 2-1 PARTIE 1 Quel est le champ d application de la certification ISM-ATEX?

Plus en détail

Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale

Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale Réforme de la biologie : Impacts sur l informatique des laboratoires de biologie médicale Alain Coeur, Consultant Alain Cœur Conseil PLAN Evolution de la structure des laboratoires de biologie médicale

Plus en détail

DUT Qualité Logistique Industrielle et Organisation Plan formation Semestres 1 et 2

DUT Qualité Logistique Industrielle et Organisation Plan formation Semestres 1 et 2 DUT Qualité Logistique Industrielle et Organisation Plan formation Semestres 1 et 2 A. ENSEIGNEMENTS DE SPECIALITE I. Entreprise (Modules 114 115 116) I.1. Approche économique (M114) a) Entreprise et production

Plus en détail

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21

A N N E X E 1. Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7. Référentiel de certification page 21 A N N E X E 1 Introduction : référentiel d activités professionnelles page 7 Référentiel de certification page 21 - Compétences professionnelles page 21 - Connaissances associées page 55 - Unités constitutives

Plus en détail

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

Devenir auditeur interne du système 17025 des laboratoires d hydrobiologie de l Etat

Devenir auditeur interne du système 17025 des laboratoires d hydrobiologie de l Etat Conseil Qualité - Audit - Formation Devenir auditeur interne du système 17025 des laboratoires d hydrobiologie de l Etat Formation IFORE 1 er, 2 et 3 avril 2014 DREAL Centre par Audit interne dans un laboratoire

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE INFRABEL S.A. SPECIFICATION TECHNIQUE A - 52 QP EXIGENCES REQUISES POUR L ÉTABLISSEMENT D UN PLAN DE CONTRÔLE ET DE QUALITÉ À INFRABEL EDITION : 10/2006 Table des matières. Table des matières...2 1. Objet...3

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS

CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS 20/05/2005 CHARTE QUALITÉ FOURNISSEURS INSTRUCTIONS REF. ISP.10.IN.06 B Etabli par : Vérifié par : Approuvé par : Marie GREGOIRE Marie GREGOIRE Franck SAUVAGEOT Marie GREGOIRE En Rédaction Marie GREGOIRE

Plus en détail

TRANSMISSION D ECHANTILLONS (sous-traitance et contrats de collaboration)

TRANSMISSION D ECHANTILLONS (sous-traitance et contrats de collaboration) Page 1 sur 5 I OBJET : Cette procédure décrit les principes de transmission d échantillons. Elle s applique aux examens transmis dans le cadre soit d une sous-traitance à des laboratoires spécialisés,

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES ARRONDISSEMENT DE BORDEAUX GROUPEMENT D ACHAT MAIRIE DE CESTAS CCAS DE CESTAS COMMUNAUTE DE COMMUNES JALLE EAU BOURDE MAIRIE DE CANEJAN Tél. : 05 56 78 13 00 Fax : 05 57 83 59 64 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT

PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de management de

Plus en détail

Une expérience d accréditation ISO 15189 en virologie

Une expérience d accréditation ISO 15189 en virologie Une expérience d accréditation ISO 15189 en virologie Pr Jacques Izopet Institut Fédératif de Biologie de Purpan Laboratoire de Virologie - CHU de Toulouse 8 ème Journée Association Française de Techniciens

Plus en détail

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble

Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Fiche Contenu 4-1 : Approvisionnement et gestion des stocks Vue d ensemble Rôle dans le système de gestion de la qualité La gestion de l approvisionnement, la gestion des achats et des stocks est une composante

Plus en détail

Métrologie en biologie médicale : apport des laboratoires d étalonnage accrédités. Olivier ERNY Biologiste médical Section Santé Humaine

Métrologie en biologie médicale : apport des laboratoires d étalonnage accrédités. Olivier ERNY Biologiste médical Section Santé Humaine Métrologie en biologie médicale : apport des laboratoires d étalonnage accrédités Olivier ERNY Biologiste médical Section Santé Humaine La section Santé Humaine Accrédite les structures réalisant des examens

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Maintenance Industrielle

Maintenance Industrielle Maintenance Industrielle et Gestion des Risques Industriels Maintenance Industrielle Chapitre 2: Organisation de la fonction maintenance Dr. N.LABJAR Année universitaire 2013-2014 Processus de Production

Plus en détail

Cartes de contrôle. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes. Programme

Cartes de contrôle. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes. Programme Les petits déjeuner du Réunion n 7 du Club de Laboratoires Accrédités Cartes de contrôle Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes Vendredi 21

Plus en détail

Audit interne. Audit interne

Audit interne. Audit interne Définition de l'audit interne L'Audit Interne est une activité indépendante et objective qui donne à une organisation une assurance sur le degré de maîtrise de ses opérations, lui apporte ses conseils

Plus en détail

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10

PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 PR02 Maîtrise des Dysfonctionnements Version G 160315 Page 1/10 Traçabilité des modifications Date Version Objet 13/04/2007 A Création du document. 18/05/2007 B Prise en compte des propositions d améliorations

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION PRINCIPE Une bonne

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE QA SURVEILLANCE DES FOURNISSEURS DISPOSANT D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE EDITION: 02/2003 Index 1. OBJET...3 2. DOMAINE D

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

PRÉFECTURE DU VAL DE MARNE MARCHÉ DE CONTRÔLE, DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ET CURATIVE ET DE DÉPANNAGE

PRÉFECTURE DU VAL DE MARNE MARCHÉ DE CONTRÔLE, DE MAINTENANCE PRÉVENTIVE ET CURATIVE ET DE DÉPANNAGE PRÉFECTURE DU VAL DE MARNE DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DES AFFAIRES FINANCIERES ET IMMOBILIERES BUREAU DE L IMMOBILIER ET DES MOYENS GENERAUX CELLULE MARCHES PUBLICS MARCHÉ DE CONTRÔLE, DE MAINTENANCE

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT CONTROL UNION INSPECTIONS FRANCE 16 rue Pierre Brossolette 76600 Le Havre Tel : 02 35 42 77 22 Processus de Certification de système de management 01

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF 315 NF Petite Enfance PARTIE 2 EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

REACTO-VIGILANCE. gestion des lots, fiches réactifs et enregistrements. Zaïna AIT ARKOUB et Nadia CATAHIER

REACTO-VIGILANCE. gestion des lots, fiches réactifs et enregistrements. Zaïna AIT ARKOUB et Nadia CATAHIER REACTO-VIGILANCE gestion des lots, fiches réactifs et enregistrements Zaïna AIT ARKOUB et Nadia CATAHIER PLAN 1-Qu est-ce que la réacto-vigilance? Enquête Définitions Missions 2-Normes ISO NF 15189 : Historique

Plus en détail

Préparation à l accréditation ISO/CEI 17 025

Préparation à l accréditation ISO/CEI 17 025 Préparation à l accréditation ISO/CEI 17 025 Projet de Fin d Études 2007 PICARD Laetitia Tuteur: Serge TURLAN Plan a) Présentation Générale Le Contexte Le projet b) Étude de la norme Prescriptions relatives

Plus en détail

Les Fournisseurs de DMDIV et la norme NF EN ISO 15189

Les Fournisseurs de DMDIV et la norme NF EN ISO 15189 Les Fournisseurs de DMDIV et la norme NF EN ISO 15189 SFRL 7, rue Mariotte 75017 Paris tél. : 01 40 70 00 12 fax : 01 40 69 66 99 e-mail : accueil@sfrl.fr Ce document a été rédigé par le GT Accréditation

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D INFORMATION

QUESTIONNAIRE D INFORMATION QUESTIONNAIRE D INFORMATION APPROBATION DE SYSTEME QUALITE DES FABRICANTS, REPARATEURS ET INSTALLATEURS D INSTRUMENTS DE MESURE REGLEMENTES Ce questionnaire concerne les entreprises souhaitant l approbation

Plus en détail

Sensibilisation au management de la Qualité

Sensibilisation au management de la Qualité Sensibilisation au management de la Qualité Check Act Do Plan CTHT/CTCP 17 juin 2010 SMQ 1 OBJECTIFS : Connaître les principes du management de la Qualité Identifier les intérêts d une démarche Qualité

Plus en détail

AFSSAPS Direction des Laboratoires et des Contrôles Mise en application de la Norme ISO 17025 : exemple de la DLC

AFSSAPS Direction des Laboratoires et des Contrôles Mise en application de la Norme ISO 17025 : exemple de la DLC AFSSAPS Direction des Laboratoires et des Contrôles Mise en application de la Norme ISO 17025 : exemple de la DLC Pierre-Antoine BONNET Directeur du site de Vendargues pierre-antoine.bonnet@afssaps.sante.fr

Plus en détail

SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...2 2. OBJET...2 3. TEXTES DE RÉFÉRENCE...2

SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...2 2. OBJET...2 3. TEXTES DE RÉFÉRENCE...2 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...2 2. OBJET...2 3. TEXTES DE RÉFÉRENCE...2 4. RÈGLES GÉNÉRALES DE FONCTIONNEMENT...4 4.1. GÉNÉRALITÉS...4 4.2. RÉPARTITION DES RÔLES...4 4.3. IMPARTIALITÉ...4 5. POLITIQUE D AGRÉMENT...5

Plus en détail

Référentiel certification de service SSP demi-journée d information : passage révision 0 à 1

Référentiel certification de service SSP demi-journée d information : passage révision 0 à 1 Prestations de services relatives aux sites et sols pollués 1 Référentiel certification de service SSP demi-journée d information : passage révision 0 à 1 Pour les titulaires et les demandeurs de la certification

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international

FICHE D'IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE. TITRE DE LA QUALIFICATION : Gestionnaire de flux de commandes à l international Commission paritaire nationale de l'emploi de la métallurgie Qualification : MQ 90 12 38 0079 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 6 juin 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D'IDENTITÉ

Plus en détail

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels

INSPECTION HYGIÈNE ET SÉCURITÉ Enseignement supérieur - Recherche. Livre des références. La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Livre des références La prévention des risques professionnels Document d auto-évaluation élaboré par l IHSESR avec le concours de la CPU. Document

Plus en détail

Parlement européen EP/DGPRES/SEC/SER/2013-019 Clauses et Spécifications Techniques Particulières. Documents

Parlement européen EP/DGPRES/SEC/SER/2013-019 Clauses et Spécifications Techniques Particulières. Documents Parlement européen EP/DGPRES/SEC/SER/2013-019 Clauses et Spécifications Techniques Particulières La présente fiche fixe les spécifications techniques particulières minimales concernant les documents dus

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une

Plus en détail

CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Leem. Référentiel de compétences

CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Leem. Référentiel de compétences CQP Maintenance des équipements de production de médicaments Référentiel de compétences Le titulaire du CQP Maintenance des équipements de production de médicaments est capable de : Diagnostiquer les causes

Plus en détail

«MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» MARCHE 15.004 :

«MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE CAHIER DES CHARGES DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» MARCHE 15.004 : MARCHE 15.004 : «MAINTENANCE ET ASSISTANCE TECHNIQUE DU SITE INTERNET WWW.CILGERE.FR» CAHIER DES CHARGES Cahier des Charges - CILGERE Page n 1/7 SOMMAIRE ARTICLE 1 : PREAMBULE 3 1.1 Présentation de CILGERE

Plus en détail

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS

FICHE FONCTION RESPONSABLE SERVICE ENTRETIEN ET TRAVAUX NEUFS POUR CANDIDATER : Mariane.Colmant@dupont.com ETAT SIGNALETIQUE SERVICE : MAINTENANCE SITE : SASSENAGE (38) Intitulé du poste : Responsable Service Entretien et Travaux Neufs Cette fiche fonction sera révisée

Plus en détail

La métrologie au laboratoire. vigitemp 10. centrale de surveillance et de traçabilité vigitemp kit de cartographie vigicart

La métrologie au laboratoire. vigitemp 10. centrale de surveillance et de traçabilité vigitemp kit de cartographie vigicart La métrologie au laboratoire vigitemp 10 centrale de surveillance et de traçabilité vigitemp kit de cartographie vigicart La métrologie au laboratoire vigitemp 10 Base de données Utilisateur Principe général

Plus en détail

GUIDE D AUDIT - LABOROUTE

GUIDE D AUDIT - LABOROUTE GUIDE D AUDIT - LABOROUTE Tableau de validation du document Rédigé par Approuvé par Géré par Nom Eric BLANC Thierry KRETZ Fonction Responsable qualité Président du Comité Opérationnel Eric BLANC Responsable

Plus en détail

La démarche d amélioration AFTLM OCTOBRE 2012

La démarche d amélioration AFTLM OCTOBRE 2012 La démarche d amélioration continue 1 PLAN -L amélioration continue vue par l ISO EN 15 189 -L amélioration continue demandée par le COFRAC -La démarche d amélioration dans son organisation au quotidien

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS

Plus en détail

REFERENTIEL DE QUALIFICATION

REFERENTIEL DE QUALIFICATION REFERENTIEL Pour l attribution et le suivi d une qualification d entreprise 11, rue de la Vistule 75013 PARIS tel 01 43 21 09 27 www.qualipropre.org Date d application : Avril 2013 1/7 SOMMAIRE 1. Objet

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application»

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 4 1.1. Généralités... 4 1.2. Domaine d application...

Plus en détail

Gestion de la qualité,, BPL et BPF. Lncpp/cecomed 2010

Gestion de la qualité,, BPL et BPF. Lncpp/cecomed 2010 Gestion de la qualité,, BPL et BPF Lncpp/cecomed 2010 GESTION DE LA QUALITE La gestion de la qualité est un large concept qui couvre tout ce qui peut, individuellement ou collectivement, influencer la

Plus en détail

Un modèle opérationnel pour la gestion des collections de matériels biologiques en zone tropicale

Un modèle opérationnel pour la gestion des collections de matériels biologiques en zone tropicale LE CRBIP (Centre de Ressources Biologiques de l ) : Un modèle opérationnel pour la gestion des collections de matériels biologiques en zone tropicale Société de Pathologie 7 juin 2006 CIS Exotique 1 Introduction

Plus en détail

FICHE DE POSTE 1 TITULAIRE DU POSTE

FICHE DE POSTE 1 TITULAIRE DU POSTE FICHE DE POSTE 1 N de poste : 2862 Intitulé du poste : Ingénieur en techniques expérimentales Métrologue Catégorie : A Corps : Ingénieur d études IGERF Quotité : 80% ETABLISSEMENT : Université de Lorraine

Plus en détail

Guide de lecture de la révision 06 du document LAB REF 02

Guide de lecture de la révision 06 du document LAB REF 02 Introduction : Le document LAB REF 02 «Exigences pour l accréditation des laboratoires suivant la norme NF EN ISO/CEI 17025» est un document essentiel à la fois pour les laboratoires accrédités et candidats

Plus en détail