Mutuelle et Santé. La réforme du médicament à l épreuve du Parlement LA REVUE DE LA MTRL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mutuelle et Santé. La réforme du médicament à l épreuve du Parlement LA REVUE DE LA MTRL"

Transcription

1 Mutuelle et Santé REVUE TRIMESTRIELLE D INFORMATION DE LA MTRL N 71 SEPTEMBRE LA REVUE DE LA MTRL La réforme du médicament à l épreuve du Parlement

2 La Revue de la MTRL Mutuelle et Santé n 71 ÉDITORIAL VIE DE LA MTRL Participez aux conférences du «mieux-être» Brèves 3 DÉCOUVRIR Docteur, j ai mal partout! ou tout savoir sur la fibromyalgie 8 SOINS ET SANTÉ La puberté : l homéopathie pour aider à passer ce cap hormonal 10 ÉCONOMIE DE LA SANTÉ Quinze propositions pour l Assurance maladie 12 SAVOIR Infertilité, procréation assistée et prévention (2 e partie) 16 CONNAÎTRE Probiotiques : de la physiologie à la thérapie 18 INTERVIEW SANTÉ Entretien avec de jeunes pharmaciens 20 ZOOM Les herpès 21 La Revue de la MTRL - Mutuelle et Santé est la publication officielle de la Mutuelle de la région lyonnaise, , rue Pierre-Corneille Lyon Cedex 03 Tél. : Fax : N Vert : Internet : mtrl.fr et reflexe-prevention-sante.mtrl.fr et N de CPPAP : 0412M e année trimestriel septembre 2011 n 71 Le numéro : 1, dans tous les bureaux et agences de la MTRL. Abonnement annuel : 4. Directeur de la publication : Romain Migliorini. Administrateur : Thierry Thévenet. Éditeur délégué : Les Éditions du Chaland. ISSN : X Impression : IMAYE Graphic, Laval. Un prélèvement obligatoire qui ne dit pas son nom I IL Y A TOUT JUSTE UN AN, nous déplorions, ici même, la taxation de 3,5 % sur les conventions d assurance que les pouvoirs publics avaient décidé d appliquer aux mutuelles, au mépris d engagements qui les en avaient exonérées jusqu alors pour distinguer leurs contrats dits responsables d autres qui l étaient un peu moins! La décision du gouvernement, votée ce mois-ci par les parlementaires, d augmenter d encore 3,5 % la TCA sur les mutuelles, fait passer à 7 %, en à peine une année, la pression fiscale que les organismes complémentaires sont invités à gérer sans, bien sûr, la répercuter sur les cotisations de leurs adhérents, comme le suggère le ministre de la Santé. Ce dernier comme celle qui l a précédé à ce poste est probablement persuadé que les mutuelles disposent d un trésor caché leur permettant ce genre d acrobatie financière à plus d un milliard d euros, recette escomptée à l année. Malheureusement, la prestidigitation n est pas un art auquel elles excellent, et elles ne savent faire sortir le lapin du chapeau qu à la condition de l y avoir fourré auparavant. C est ce qui les différencie des autorités politiques actuelles, soucieuses, prétendentelles, de ne pas vouloir augmenter les impôts : par un tour de magie qui leur est propre, elles vont réussir à taxer indirectement et indistinctement des millions de Français, sans considération de leur niveau de revenus, en pouvant se targuer de n avoir pas touché au barème fiscal. C est un jeu dangereux en période électorale car, depuis trois ans maintenant, l acharnement sur les mutuelles dépasse les 10 % de taxations diverses sans que cela ait résolu en quoi que ce soit les problèmes financiers de l Assurance maladie. Le rapport de la Cour des comptes, à cet égard, a de quoi plomber le moral des plus optimistes : près de 30 milliards d euros de déficit pour l année 2010, record historique! et plus de 136 milliards de déficits cumulés! Dans le même temps, l Inspection générale des finances publie un lourd rapport dans lequel elle juge que, sur les 538 niches fiscales qui existent actuellement en France, 19 % sont inefficaces et 47 % inutiles, lesquelles coûtent quelque 40 milliards d euros à l Etat. En ciblant ainsi les mutuelles, on sait maintenant dans quelle catégorie le gouvernement les a rangées. Le président, Romain Migliorini

3 Vie de la MTRL Participez aux conférences du «mieux-être» Nos adhérents savent l attachement de la MTRL à la promotion de la qualité de santé et du bien-être. Dans le cadre de notre programme d information, cinq conférences de santé ont été programmées en fin d été et début d automne autour de notre réseau d agences de l agglomération lyonnaise. Ces conférences sont ouvertes à tous et ont toutes été annoncées par courriers d invitation aux LE CREUSOT «ACCIDENT CARDIO-VASCULAIRE ET PRÉVENTION : DU STATUT DE PATIENT À CELUI D ACTEUR» lundi 12 septembre 2011 de 18 h 30 à 19 h 30 «Club House» à l entrée de la foire du Creusot se déroulant du 10 au 18 septembre, Promenade du Midi. Conférence animée par le Dr Christian Gérard, cardiologue et Delphine Dumay, diététicienne. adhérents MTRL, presse et affichage. SAINT-PRIEST «LA NUTRITION : ALIMENTATION - BIEN-ÊTRE» mardi 20 septembre 2011 de 18 h 30 à 19 h 30 «Le Concorde», 10 avenue de la Gare. Conférence animée par le Dr Christiane Ricard-Meille, Rhumatologie - Nutrition. MEYZIEU «HOMÉOPATHIE : LE RESPECT DE VOTRE SANTÉ» vendredi 23 septembre 2011 de 18 h 30 à 19 h 30 Salle Pierre-Labrosse, Maison des Associations. Conférence animée par le Dr Christelle Charvet, gynécologue. LYON «GÉRER SON SOMMEIL POUR PROTÉGER SON CERVEAU» mardi 4 octobre 2011 de 18 h 30 à 19 h 30 Espace Jean-Couty, 56 rue Sergent-Michel-Berthet. Conférence animée par le Dr Jean-Claude Barthélémy, maître de conférence des Universités, praticien hospitalier. VÉNISSIEUX «L OSTÉOPATHIE : UNE THÉRAPEUTIQUE ADAPTÉE À TOUS LES ÂGES» jeudi 6 octobre 2011 de 18 h 30 à 19 h 30 6 rue Jeanne-Labourde, quartier Parilly. Conférence animée par Loïc Fournet, ostéopathe diplômé. VILLEURBANNE «NUTRITION, QUALITÉ DE SANTÉ ET ENVIRONNEMENT» jeudi 13 octobre 2011 de 18 h 30 à 19 h 30 Salle Bal CCVA, 234 cours Emile-Zola. Conférence animée par le Dr Philippe Fievet, médecin nutritionniste, maître en sciences et biologie médicales. Auteur du livre L intestin carrefour de mon destin. Pour vous inscrire aux conférences restant à venir : MTRL N Azur (appel local d un poste fixe) ou par Consultez le site internet de la MTRL : mtrl.fr 3

4 Vie de la MTRL INTEGRAL OPTIC : UN NOUVEAU SERVICE MTRL 0! C est le reste à charge pour nos adhérents choisissant Integral Optic, le nouveau service de la MTRL mis en place pour permettre un accès pour tous aux équipements optiques nécessaires et quels que soient les besoins (verres simples, spéciaux ou progressifs). Une innovation mutualiste très appréciable pour des lunettes accessibles à tous. Ce service est disponible dans tout le réseau Optic 2000 (plus de opticiens en France) et les opticiens UMGOS Optique Mutualiste de l agglomération lyonnaise. Pour en bénéficier, l adhérent doit présenter sa carte CB Avance Santé à l un des opticiens partenaires. Celui-ci prend directement contact avec notre plate-forme Telsanté qui renseigne le professionnel sur votre niveau de garanties. L opticien proposera l offre la plus adaptée en fonction des besoins et du contrat de l adhérent. Un large choix d équipements est possible. Quel que soit son contrat collectif et son besoin optique (notamment en presbytie pour laquelle les équipements sont coûteux), l adhérent n aura aucun reste à charge s il choisit une offre attachée au service Integral Optic. Dans le plus grand nombre de cas, les adhérents bénéficieront même de verres Essilor Varilux, une garantie de haute qualité. Pour en savoir plus ou connaître l opticien partenaire proche de chez vous, vous pouvez contacter Telsanté MTRL au POSEZ VOS QUESTIONS PRATIQUES PAR MAIL Afin de vous permettre de nous adresser directement des documents et de nous poser toutes questions concernant votre adhésion, des dossiers ou remboursements en cours et pour toute information, la MTRL met à votre disposition 2 boîtes spécialement réservées aux adhérents. Notez-les bien! Nos équipes les prendront en compte et vous répondront : Les adhérents de Saône-et-Loire peuvent également utiliser BILAN PERSONNALISÉ RÉALISÉ PAR LES PHARMACIENS : UNE ACTION TEST POUR LES ADHÉRENTS DU RHÔNE Le bilan personnalisé réalisé par les pharmaciens. Une idée originale à l initiative des ACM et de la MTRL, qui entend valoriser les missions de conseil du pharmacien. Il s agit d une prestation individualisée et d un temps consacré par le pharmacien à l adhérent MTRL. Sans se substituer bien sûr au rôle pivot et essentiel du médecin. C est une démarche complémentaire. Avec le bilan personnalisé, faites le point avec votre pharmacien pour votre observance des traitements prescrits, mais aussi pour une automédication en toute sécurité. En partenariat avec les pharmaciens du Rhône et afin de favoriser son développement, la MTRL a lancé une grande action test sur le bilan personnalisé. Ainsi tout adhérent porteur d une CB Avance Santé pourra se voir proposer un bilan personnalisé avec son pharmacien dans les prochaines semaines et jusqu à fin Le bilan devra être réglé au pharmacien avec la Carte Avance Santé et sera intégralement pris en charge par la MTRL (23 ). 500 officines sont partenaires de cette opération, à laquelle tous nos adhérents rhodaniens sont invités à participer. Naturellement, cette action pourra ensuite être plus largement étendue. CARTE BANCAIRE AVANCE SANTÉ : POUR LE CONJOINT ET LES ENFANTS ÉTUDIANTS Service très apprécié et largement utilisé par les adhérents MTRL, la Carte Bancaire Avance Santé vous permet la dispense d avance des frais chez tous les professionnels de santé acceptant le paiement par carte bancaire (laboratoires, radiologues, opticiens, dentistes ). Le débit intervient après remboursement des parts Sécurité sociale et MTRL. La carte est automatiquement délivrée à chaque adhérent, mais vous pouvez également, sur demande, solliciter d autres cartes : la carte conjoint ou la carte pour vos enfants étudiants. Pour adapter l utilisation de la carte aux besoins de votre famille. Pour toute information : MTRL N Vert :

5 Vie de la MTRL LE 8 OCTOBRE 2011 À LYON, LA MTRL ORGANISE SON 1 ER COLLOQUE SUR L ÉCONOMIE DE LA SANTÉ ENFANTS ÉTUDIANTS OU APPRENTIS En cette période de rentrée, si vos enfants étudiants ou apprentis sont couverts par votre contrat, n oubliez pas d adresser à la MTRL (qui vous en fait la demande) un nouveau certificat de scolarité ou d apprentissage pour votre(vos) enfant(s) concerné(s). Cette formalité est nécessaire pour confirmer leur statut d ayant droit de votre contrat. Pour toute La MTRL est un acteur de santé très attentif à l évolution de l offre de soins qui est au cœur des enjeux de l économie de la santé. C est dans cette perspective qu à l initiative du conseil d administration, la MTRL a décidé d organiser un colloque, premier du genre, réunissant d éminents professionnels pour débattre et réfléchir ensemble sur deux sujets essentiels et déterminants : le devenir de la médecine générale et les difficultés de l hôpital public. Ce colloque, qui se déroulera le 8 octobre prochain au musée Gadagne de Lyon, accueillera un public à forte tonalité professionnelle et de nombreux interlocuteurs de la MTRL. Plusieurs intervenants seront présents parmi lesquels Jean de Kervasdoué, professeur au CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), ancien directeur général des hôpitaux, le Dr Martial Olivier-Koehret, médecin généraliste et ancien président du syndicat MG France, Jean Matouk, économiste et professeur des universités honoraire, Claude Le Pen, économiste et professeur des universités, le professeur Sylvie Négrier, cancérologue et directrice générale du Centre Léon-Bérard, le professeur Jean-Louis Touraine, chef de service hospitalier, député du Rhône et 1 er adjoint au maire de Lyon Un compte rendu détaillé de ce colloque sera présenté dans la revue Mutuelle et Santé de fin d année. Et les temps forts seront également proposés sur le site Internet de la MTRL (www.mtrl.fr). SENIOR ASSISTANCE : UNE NOUVELLE OFFRE MTRL information : MTRL N Vert : Senior Assistance est un service «Loi Borloo» destiné à sécuriser les personnes âgées ou seules chez elles. Ce service donne droit à des avantages fiscaux mais doit respecter des contraintes réglementaires précises. L offre intègre un service d alerte active. Grâce à une montre pendentif, l abonné peut alerter à tout moment un centre de téléassistance en cas de malaise et être pris en charge humainement et médicalement si nécessaire. Grâce à un service technique performant qui peut couvrir la téléassistance mais également la télésurveillance pour la protection des biens. Pour en savoir plus et être bien informé, rendez-vous dans votre agence MTRL ou contacter notre N Azur :

6 Vie de la MTRL LA MTRL À LA FOIRE DU CREUSOT La MTRL est partenaire de Creusot Initiatives, qui organise notamment la foire biennale du Creusot. Cette foire est une importante initiative économique et un temps fort de l activité régionale visiteurs sont attendus. Nous étions déjà présents en 2009 et nous animerons à nouveau un stand MTRL cette année, présentant toute la gamme de nos produits et contrats. La foire du Creusot débute le 10 septembre et s achève le 18 septembre. Un événement qui contribue également à promouvoir nos agences du Creusot et Inauguration de la foire du Creusot de Montceau-les-Mines. Une conférence de santé et de prévention MTRL se déroulera le 12 septembre dans le cadre des animations de la Foire. BON À SAVOIR : PRÉVISIONS 2011 SUR L ASSURANCE MALADIE Selon les estimations de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, le montant du déficit de l Assurance maladie devrait être de 10,3 milliards d euros en Ce serait une amélioration légère par rapport à 2010 (- 11,6 milliards). Le déficit du régime général de la Sécurité sociale (qui comprend la branche maladie, accidents du travail, retraite et famille) est prévu également en baisse. Il atteindrait - 19,5 milliards d euros contre - 23,9 milliards l année dernière. Cette amélioration est notamment due à une augmentation de la masse salariale depuis 2010 et son évolution est essentielle pour les recettes de la Sécurité sociale (base des cotisations). Elle suit la reprise d activité avec un léger décalage. Cela précisé, la croissance des recettes reste nettement inférieure à celle des dépenses. Enfin, conformément aux objectifs votés par le Parlement, la hausse des dépenses de santé devrait être assez proche des données AGENCE MTRL DE MONTCEAU-LES-MINES : NOUVELLE ADRESSE La MTRL dispose de cinq agences en Saône-et-Loire (Le Creusot, Montceau-les-Mines, Louhans, Cuiseaux et Mâcon). Afin de disposer d un espace plus accueillant, plus fonctionnel et mieux adapté, l agence de Montceau est désormais installée au 44, rue Carnot (tout proche de l ancien bureau), au cœur de la ville. Le numéro de téléphone reste inchangé : Nos conseillers mutualistes, Céline Martin et Frédéric Badey, sont à votre écoute et à votre service. 6

7 Santé publique Programmer la fin de l épidémie du sida Aujourd hui encore, de nouvelles contaminations par le virus VIH surviennent en grand nombre. Pourtant, bien que l on ne dispose pas encore de vaccin, prévenir la plupart de ces contaminations est devenu possible. Cela suppose, bien sûr, une forte volonté politique, s appuyant sur deux notions récentes : 1. Dépister les personnes porteuses du virus VIH est d un double intérêt, pour la santé publique et pour le bénéfice individuel, car le traitement antirétroviral prescrit précocement au patient et poursuivi indéfiniment est très efficace et bien supporté. 2. Ce même traitement, lorsqu il est bien contrôlé, réduit la quantité de virus dans l organisme si considérablement que le porteur du VIH devient très peu susceptible de contaminer une autre personne par des relations sexuelles (d autant plus d ailleurs que, se sachant porteur, le sujet utilise des préservatifs). Un modèle mathématique rigoureux ainsi qu une étude expérimentale ont confirmé, au niveau international, la validité des espoirs d un arrêt de l épidémie par un dépistage généralisé suivi d un traitement de toutes les personnes infectées. Dépister tous les porteurs du virus et les traiter Il y a urgence. En France uniquement, il existe personnes qui ignorent qu elles sont porteuses du virus, qui ne se traitent pas, ont de grandes quantités de VIH et transmettent celui-ci à de nouveaux sujets. Ainsi, chaque année, s ajoutent 5 % de plus de patients infectés. Le Conseil national du sida, la Conférence nationale de santé et plusieurs d entre nous disons qu il faut agir vite et bloquer, grâce à ces moyens nouveaux, le développement de l épidémie. Dépister tous les porteurs et les traiter efficacement, voilà l objectif à atteindre rapidement. Le paradigme des années est révolu : à l époque, le dépistage systématique était écarté car n apportant pas de bénéfice aux patients (en l absence de traitement efficace), ni à la santé publique ; il était même redouté car susceptible de provoquer des stigmatisations et même des discriminations. Le développement de traitements efficaces, pour protéger la santé des patients et pour enrayer la progression de l épidémie, change radicalement les bases de la réflexion, d autant plus que le traitement à son effet bénéfique maximum lorsqu il est introduit précocement. Il importe donc d organiser ce dépistage général et gratuit. Il convient de le faire en impliquant l ensemble de la chaîne des professionnels de santé, au premier rang desquels les généralistes et les biologistes (pour ne pas renouveler l erreur de la vaccination mal programmée contre la grippe A H1N1). Il faut aussi solliciter des membres de la société civile perçus positivement par la population française. Ne pas réduire les moyens à mettre en œuvre Surtout, il est nécessaire de prévoir des moyens humains et budgétaires adaptés. Programmer 200 millions d euros par an pendant cinq ans ne fait pas le compte. Le coût sera en effet celui de la diffusion des messages, de la réalisation des examens de dépistage, puis de la prise en charge et du traitement de plusieurs dizaines de milliers de patients supplémentaires. Suivre régulièrement sujets infectés en plus suppose des budgets, des médecins, des infirmières, etc. Cela n est pas compatible avec les regrettables mesures actuelles de réduction dans les capacités de prise en charge des patients. Le nombre de services hospitaliers spécialisés dans l infection à VIH ne doit plus être menacé d attrition. Il n est pas raisonnable non plus de diminuer les moyens financiers de soutien à des associations qui vont devoir accueillir un effectif de plus en plus élevé de séropositifs et de malades. Etendre cet effort à d autres pays sera souhaitable, et il n est sûrement pas opportun que la France perde sa place de choix, après les Etats-Unis, dans la lutte mondiale contre le sida. De plus, il serait totalement inhumain et incompréhensible que l on cesse de soigner des malades du sida en France sous prétexte qu ils sont étrangers. Au devoir d humanité s ajoute l impératif d efficacité : ne pas soigner en France ces malades étrangers impliquerait d accepter qu ils participent à la chaîne de propagation du VIH, ce qui est une ineptie en termes de santé publique. Une possibilité très réelle de faire régresser l épidémie du sida, à moyen terme, existe maintenant. Laisser passer cette chance serait coupable. La saisir demande une volonté, une organisation, une adhésion de la population et surtout quelques moyens additionnels. Est-ce trop demander, quand on pense au considérable bénéfice humain qu il en résultera? Pr Jean-Louis Touraine député du Rhône, vice-président du groupe d étude sida à l Assemblée nationale 7

8 Découvrir Docteur, j ai mal partout! ou tout savoir sur la fibromyalgie Cette plainte émane de plus de 2 % de la population française, dont environ 80 % de femmes, ce qui revient à estimer à près de le nombre de patients affectés par cette maladie en France (données de 2009). Une maladie répandue et enfin mieux reconnue La fibromyalgie, appelée dans les années 1980 syndrome polyalgique diffus (SPID), a suscité de nombreuses hypothèses et controverses ces dernières années. En 1992, l OMS a reconnu officiellement la maladie. En 1995 s est créée en France la première association de malades. La Haute Autorité de santé a consacré un rapport de 120 pages sur le sujet en Quelles sont les plaintes des patients? Le tableau clinique associe des douleurs musculo-tendineuses et articulaires diffuses avec présence d au moins 11 points typiques sur 18 (critères de l American College of Rheumatology en 1990), existant depuis au moins 3 mois. Ces douleurs sont accompagnées de grande fatigue générale ou de fatigabilité, de troubles du sommeil (sommeil non réparateur avec réveils multiples), de troubles digestifs à type de colopathie fonctionnelle, d un syndrome anxiodépressif fréquent. Il existe des formes localisées pour lesquelles la plainte douloureuse porte souvent sur la colonne. D autres symptômes sont rapportés : enraidissement matinal, fourmillements des extrémités, troubles cognitifs, difficultés d apprentissage, troubles de la mémoire, troubles vasomoteurs, instabilité tensionnelle, syndrome des jambes sans repos, maux de tête, syndrome de Raynaud, palpitations, prurit chronique. La douleur et la fatigue chroniques peuvent être à l origine d un handicap important avec fort retentissement socioprofessionnel. Le diagnostic Il est difficile à poser en l absence de signes biologiques (dans la prise de sang) et radiologiques spécifiques, et cela en fait un diagnostic d élimination. L examen clinique met en évidence la douleur sur 18 sites d attaches tendineuses, mais ne trouve rien d autre sur le plan articulaire ou viscéral. Toute une série de pathologies, occasionnant des douleurs chroniques, doivent être éliminées : polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante, pseudo-polyarthrite rhizomélique, hypothyroïdie, hyperparathyroïdie (hyperactivité de la parathyroïde qui régule le métabolisme du calcium, du phosphore et de la vitamine D), maladies infectieuses (SIDA, hépatites B et C), maladie de Lyme (transmise par la piqûre de tique), effets secondaires de médicaments (hypocholestérolémiants, certains antibiotiques) ; la liste n est pas exhaustive. En résumé, tous les examens sont normaux, mais les examens d imagerie peuvent cependant mettre en évidence de l arthrose, des tendinites, des calcifications, qui ne sont pas directement la cause des douleurs (autrement dit, l arbre qui cache la forêt!). Quelles sont les causes de la fibromyalgie? Les mécanismes sont très discutés et vraisemblablement multifactoriels. Il est admis maintenant que les douleurs diffuses qui caractérisent la fibromyalgie semblent traduire une 8

9 Découvrir perturbation de la transmission de la douleur de la périphérie au système nerveux central avec la mise en jeu de neurotransmetteurs, notamment la sérotonine qui est diminuée, et d autres substances (substance P, Nerve Growth Factor) dont la concentration est augmentée dans le liquide céphalorachidien. Pour l exprimer différemment, il y a abaissement du seuil douloureux chez les fibromyalgiques, comme s ils percevaient leur corps comme douloureux en permanence. Des études du cerveau en PET Scan (nouvelle imagerie) ont mis en évidence une diminution d activité des récepteurs mu-opioïdes (notre cerveau contient des récepteurs à la morphine que l on appelle opioïdes). Des études en IRM fonctionnelle montrent l existence d un dysfonctionnement global des processus centraux de la douleur. On met assez souvent en évidence un facteur déclenchant : un traumatisme, soit physique comme un accident de la circulation ou une intervention chirurgicale, un choc affectif ou une série de situations stressantes, une période de surmenage, une infection virale ou bactérienne, en particulier la maladie de Lyme (transmise par les tiques). Il peut y avoir également association avec un rhumatisme inflammatoire. Les violences subies dans l enfance seraient un facteur de risque de la fibromyalgie. Des théories variées Plusieurs arguments vont dans le sens d un facteur génétique, la prévalence familiale atteignant 26 %. La théorie auto-immune n est pas écartée. Des études ont mis en évidence dans la fibromyalgie une fréquence particulière de certains autoanticorps et des taux anormalement élevés de cytokines pro-inflammatoires (ces mêmes protéines impliquées dans les rhumatismes inflammatoires). La théorie microbienne a été étudiée, spécialement à Lyon. Deux immunologues ont mis en évidence une réactivité anormale aux antigènes microbiens comme le Candida albicans (une levure qui colonise souvent notre tube digestif) ou le staphylocoque doré, cela par le biais d une hyperperméabilité intestinale ; la paroi intestinale (normalement étanche), devenue poreuse secondairement à une perturbation de la flore intestinale, laisse passer dans notre organisme des invités indésirables, tels que ces antigènes microbiens qui vont activer le système immunitaire et inflammatoire, localement dans l intestin et à distance dans tout l organisme. La théorie hormonale a été également évoquée : déficit en hormone de croissance, et perturbations de la régulation de la sécrétion de cortisol, notre cortisone naturelle, hormone du stress. Pour terminer, est-ce que la fibromyalgie est une affection psychiatrique? Actuellement, on a plutôt tendance à penser que l état dépressif est secondaire à la douleur chronique, et qu il existe un terrain anxieux prédisposant et aggravé par la maladie. Traitements Il n y a pas de traitement spécifique, et il est nécessaire d envisager une prise en charge multidisciplinaire. Parmi les médicaments, le paracétamol, les anti-inflammatoires, les corticoïdes, la morphine sont réputés peu efficaces. L antalgique le plus utilisé est le tramadol. Les antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la noradrénaline (nous avons parlé plus haut de la sérotonine) donnent des résultats variables. Il en va de même pour les antiépileptiques (eh oui, ils ont un effet antalgique!) mais il faut utiliser de fortes doses, au prix d une somnolence et de vertiges. Les anxiolytiques peuvent être utilisés, mais attention à la dépendance aux benzodiazépines, ainsi que les somnifères. Des études prometteuses ont été faites avec l hormone de croissance, mais on se heurte à un problème de coût. Thérapeutiques non médicamenteuses L éducation thérapeutique est un concept récent : c est à la fois une information et une aide à la prise en charge personnelle de la douleur. L exercice physique avec reconditionnement à l effort est très important. Les cures thermales peuvent être bénéfiques. Les thérapies cognitives et comportementales ou TCC permettent au patient d être acteur de son traitement, avec comme objectif d apprendre à «gérer» la douleur. L hypnose, avec apprentissage de l autohypnose, et la relaxation peuvent être utilisées avec succès, avec une efficacité reconnue surtout pour les troubles du sommeil. L acupuncture a un effet discret significatif sur la douleur. Les traitements à visée intestinale utilisent les probiotiques, les extraits de pépin de pamplemousse (réputés pour avoir une action anti-candida), associés à des modifications alimentaires : suppression des aliments qui pourraient nourrir le Candida albicans, en particulier les aliments riches en sucre et en féculents raffinés. En cas de portage nasal de staphylocoque doré, mis en évidence par un prélèvement, on propose un traitement antibiotique local. Enfin les résultats de la stimulation magnétique transcrânienne, partant du principe de l existence d un dysfonctionnement des centres de la douleur au niveau cérébral, sont encourageants. Alors affaire à suivre Il existe de nombreuses nouvelles pistes intéressantes concernant les mécanismes de cette pathologie, et de nouveaux espoirs thérapeutiques. Pour l heure, l essentiel est de reconnaître la maladie et le malade dans sa souffrance. Dr Christiane Ricard-Meille Rhumatologue 9

10 Soins et santé La puberté : l homéopathie pour La puberté représente une étape de transition entre l enfance et l âge adulte. Tous les parents d adolescents ont bien noté les variations comportementales brutales oscillant entre un âge mental voisin de celui d un enfant de 4 ans et des revendications d adulte. Ces changements accompagnent des modifications hormonales chez le garçon comme chez la fille. Nous nous intéresserons ici aux troubles hormonaux d installation de la puberté chez la jeune fille Munch (Edvard), Puberty, National Gallery, Oslo. L âge moyen de la puberté en France est de 13 ans. Les premières règles surviennent 2 à 3 ans après l apparition des caractères sexuels secondaires que sont la pilosité pubienne et la poussée des glandes mammaires ; ces premières règles correspondent au premier cycle ovulatoire. Il faut savoir que, souvent, la maturité de l axe entre l hypothalamus, l hypophyse et les ovaires, axe qui contrôle la qualité du fonctionnement des ovaires, n est atteinte que deux ans après les premières règles. Cette mauvaise qualité ovulatoire, voire même l absence d ovulation dans ces premières années, explique les troubles d installation des règles, cycles irréguliers, saignements en dehors des règles, règles longues et abondantes, douleurs de seins, douleurs de règles. La majorité de ces troubles sont donc fonctionnels, justifiant une prise en charge régulatrice par un traitement homéopathique. Le retard pubertaire Au-delà de 15 ans, un bilan complet clinique et paraclinique doit être réalisé pour s assurer de l absence d anomalies des organes génitaux (absence d utérus ou d ovaire), de l absence d anomalies chromosomiques ou de l absence d anomalie endocrinienne grave. Avant 15 ans, si les caractères sexuels secondaires (pilosité pubienne et développement des glandes mammaires) sont présents, des traitements homéopathiques peuvent être prescrits. Nous faisons souvent appel à des médicaments de terrain qui tiennent compte de la morphologie (aspect constitutionnel) et des antécédents (mode réactionnel). Pour illustrer cette démarche, voici quelques exemples de traitements qui font suite à une consultation chez un homéopathe : Pulsatilla 15 CH : une dose par semaine jusqu à l apparition des règles correspond à la prescription chez une jeune fille timide, à peau claire, manquant de confiance en elle, antécédents de rhinopharyngites, otites, troubles du transit. Calcarea carbonica 15 CH : une dose par semaine jusqu à l apparition des règles, chez une jeune fille ronde, sensible, frileuse, aux seins bien développés voire hypertrophiés, antécédents ORL, cutanés (eczéma). Calcarea phosphorica 15 CH : une dose par semaine jusqu à l apparition des règles, chez une jeune fille longiligne, d aspect fragile, qui a une croissance très rapide, anxieuse, hypersensible, hyperactive mais fatigable, indépendante, antécédents ORL, douleurs dorsales. Les troubles d installation des règles Ils se traduisent par des irrégularités de cycle. Attention à ne pas méconnaître une grossesse chez ces jeunes filles. Le test de grossesse reste le premier test à imposer en cas de retard de règles, l existence de relations sexuelles n étant pas toujours avouée. La prise en charge allopathique consiste à prescrire un traitement par progestérone ; ce traitement est souvent bien toléré mais contraignant (10 jours par cycle) ; il peut engendrer des prises de poids mal vécues à cet âge. La deuxième ressource allopathique est la mise sous pilule. En cas de désir 10

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C LA CMU-C EST VALABLE CHEZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ. En cas de refus de soins, contactez : votre organisme d assurance maladie ; le conseil départemental de l Ordre des médecins : www.conseil-national.medecin.fr

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C Juillet 2015 VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous avez de faibles ressources et à ce

Plus en détail

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME COLLECTIVE

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME COLLECTIVE 1 GAMME COLLECTIVE Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 2 NOTRE EXPERIENCE A VOTRE SERVICE Plus de 65 ans d expérience dans la protection sociale de l enseignement privé.

Plus en détail

PLAN SALARIÉS - Entreprise. particuliers PROFESSIONNELS entreprises. Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés

PLAN SALARIÉS - Entreprise. particuliers PROFESSIONNELS entreprises. Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés particuliers PROFESSIONNELS entreprises Des garanties de prévoyance complètes pour vos salariés Vous êtes dirigeant d entreprise. Vous choisissez dans le cadre de votre politique sociale de souscrire un

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins»

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Deuxième édition Septembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Générale de Santé Echantillon : 967 personnes,

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ KLESIA MUTUELLE KLESIA RYTHMA SANTÉ. Préservez votre capital santé

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ KLESIA MUTUELLE KLESIA RYTHMA SANTÉ. Préservez votre capital santé COMPLÉMENTAIRE SANTÉ KLESIA MUTUELLE 1 KLESIA RYTHMA SANTÉ Préservez votre capital santé 2 KLESIA RYTHMA SANTÉ À partir de 46,93 / mois* pour un assuré de 60 ans en formule ECO * département 79 Au fil

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 SERVICE SOCIAL (Circ. 7908) Le 20 novembre 2014 N 21/2014 COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 Le décret daté du 18 novembre 2014 définissant le nouveau

Plus en détail

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament

Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Le circuit économique et l évaluation médico-économique du médicament Présenté par Hans-Martin Späth Département pharmaceutique de Santé Publique, ISPB, Université Lyon 1 Plan L Autorisation de Mise sur

Plus en détail

Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire

Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire Unité de Distribution Unité de Distribution Direction Formation-Département Conception 150218 Direction Formation-Département Conception 1 Le

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL

SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE. MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! APICILPARTICULIERS EXCLUSIVITÉ APICIL SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE MON COUPLE MA Protection Sociale ESSENTIELLE ET DURABLE! EXCLUSIVITÉ APICIL APICILPARTICULIERS MA PROTECTION SOCIALE Pour MON couple, une BONNE couverture sociale, c est Me garantir

Plus en détail

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative

La maladie d Alzheimer est une maladie neurodégénérative CENTRE HOSPITALIER BÉZIERS dossier de presse janvier 2014 le dispositif alzheimer au centre hospitalier de béziers Contacts presse Françoise PERIDONT Directrice Communication Anne-Claire ITIé Chargée de

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe 13 juin 2014 Point de vue de la Mutualité Française sur les réseaux de soins Marylène Ogé-Jammet Directrice adjointe -Direction Santé de la

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

CONTEXTE LEGISLATIF 1

CONTEXTE LEGISLATIF 1 CONTEXTE LEGISLATIF 1 L envol des taxes en assurance santé depuis 2006 2 LA PORTABILITE Mécanisme de maintien temporaire des garanties santé et prévoyance pour les chômeurs qui bénéficiaient de ces couvertures

Plus en détail

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME INDIVIDUELLE

Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 GAMME INDIVIDUELLE 1 GAMME INDIVIDUELLE Au service exclusif des Personnels de l Enseignement Privé depuis 1945 2 NOTRE EXPERIENCE A VOTRE SERVICE Plus de 65 ans d expérience dans la protection sociale de l enseignement privé.

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts.

Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts. Bonjour et bienvenue sur le module «complémentaire santé» des ateliers d arts. La chambre a négocié pour vous des tarifs préférentiels avec le cabinet Jadis pour vous proposer 4 niveaux de garantie. -

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

Fiche n 22 : Droit à la santé

Fiche n 22 : Droit à la santé Fiche n 22 : Droit à la santé Repères revendicatifs La CGT propose Le droit à la santé tout au long de la vie. La santé est un droit fondamental qui doit être garanti à tous. La santé est un concept large,

Plus en détail

SPÉCIAL ESEF NOV ESEF. Vous êtes un employeur étranger européen : choisissez en France, un partenaire unique pour votre protection sociale

SPÉCIAL ESEF NOV ESEF. Vous êtes un employeur étranger européen : choisissez en France, un partenaire unique pour votre protection sociale SPÉCIAL ESEF NOV ESEF Vous êtes un employeur étranger européen : choisissez en France, un partenaire unique pour votre protection sociale PRÉVOYANCE SANTÉ Parce que nous sommes déjà votre point d entrée

Plus en détail

Assurance santé. Votre santé en toute sérénité! Swiss santé. Frontaliers Suisses - Jeunes

Assurance santé. Votre santé en toute sérénité! Swiss santé. Frontaliers Suisses - Jeunes Assurance santé Votre santé en toute sérénité! Swiss santé Frontaliers Suisses - Jeunes Des formules adaptées à tous vos besoins de santé. Soins dentaires, hospitalisation, ou encore remplacement de lunettes

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

Dossier de presse. Salon des seniors. du 24 au 26 mars 2011 Paris - Porte de Versailles

Dossier de presse. Salon des seniors. du 24 au 26 mars 2011 Paris - Porte de Versailles Dossier de presse Salon des seniors du 24 au 26 mars 2011 Paris - Porte de Versailles Mutuelle LMP, la santé et le bien-être en tout sérénité dès 50 ans Retrouvez nous sur notre stand Mutuelle santé LMP

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

CHOISISSEZ ILLICO VOTRE COUVERTURE SANTÉ. ILLICO SANTÉ Entreprise > ENTREPRISES, SALARIÉS. Vous protéger, c est notre priorité

CHOISISSEZ ILLICO VOTRE COUVERTURE SANTÉ. ILLICO SANTÉ Entreprise > ENTREPRISES, SALARIÉS. Vous protéger, c est notre priorité Vous protéger, c est notre priorité SANTÉ Entreprise > ENTREPRISES, SALARIÉS CHOISISSEZ VOTRE COUVERTURE SANTÉ Pour nous, l essentiel c est vous SANTÉ Entreprise La solution clé en main des entreprises...

Plus en détail

Sécurité sociale Assurance maladie. Clés s et pistes

Sécurité sociale Assurance maladie. Clés s et pistes Sécurité sociale Assurance maladie Clés s et pistes L organisation du système français ais La couverture de base La Sécurité sociale Le régime assurance chômage La couverture complémentaire La Mutualité

Plus en détail

Bienvenue chez votre pharmacien

Bienvenue chez votre pharmacien Bienvenue chez votre pharmacien En première ligne Le pharmacien Prestataire de soins à part entière, le pharmacien occupe aujourd hui une place centrale au cœur de notre système de santé. Disponible sans

Plus en détail

o santé Le secret d une complémentaire moins chère : des garanties essentielles, pas de superflu, 100% en ligne [ Santé ] [ Prévoyance profession

o santé Le secret d une complémentaire moins chère : des garanties essentielles, pas de superflu, 100% en ligne [ Santé ] [ Prévoyance profession PERSONNES [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS [ Santé ] [ Prévoyance profession [ Prévoyance particulier o santé [ Mobilité ] [ Assurance de prêt ] [ Patrimoine ] Le secret d une complémentaire moins

Plus en détail

Mutuelle Les Ménages Prévoyants. Dossier de presse. Salon des seniors 11, 12, 13 avril 2013 Paris, Porte de Versailles

Mutuelle Les Ménages Prévoyants. Dossier de presse. Salon des seniors 11, 12, 13 avril 2013 Paris, Porte de Versailles Retrouveznous sur le stand E11 Mutuelle Les Ménages Prévoyants Dossier de presse Salon des seniors 11, 12, 13 avril 2013 Paris, Porte de Versailles CONTACT PRESSE Valerie Charodie charodie@menages-prevoyants.fr

Plus en détail

ENTREPRISES. Rayonnez de santé! COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISE 1 À 99 SALARIÉS

ENTREPRISES. Rayonnez de santé! COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISE 1 À 99 SALARIÉS ENTREPRISES Rayonnez de santé! COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ENTREPRISE 1 À 99 SALARIÉS La protection santé en entreprise Une nécessité... Les évolutions réglementaires récentes (accord national interprofessionnel,

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances.

Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant. et parcours de soins coordonnés. DossIER. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances. Revue de la Mutuelle Centrale des Finances Avril 2005 n o 132 ISSN 1141-4685 Prix 1,14 Réforme de l'assurance maladie : Médecin traitant et parcours de soins. page 4 Réforme de l assurance maladie : médecin

Plus en détail

Les avantages d être assuré chez MMA

Les avantages d être assuré chez MMA Les avantages d être assuré chez MMA Avec votre Assurance Santé MMA, vous bénéficiez de services qui vous rendent la vie plus simple tout en préservant votre budget. GPS Santé (1) : informations, conseils,

Plus en détail

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie

Polyarthrite Rhumatoïde. & Rémission. qualité de vie Polyarthrite Rhumatoïde & Rémission qualité de vie Rémission : Contrôle des symptômes Contrôle de la douleur et de l inflammation articulaire Rémission stable dans le temps Préservation des articulations

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

go santé Le secret d une complémentaire moins chère : des garanties essentielles, pas de superflu, 100% en ligne [ Santé ] [ Prévoyance profession

go santé Le secret d une complémentaire moins chère : des garanties essentielles, pas de superflu, 100% en ligne [ Santé ] [ Prévoyance profession PERSONNES [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS [ Santé ] [ Prévoyance profession [ Prévoyance particulier go santé [ Mobilité ] [ Assurance de prêt ] [ Patrimoine ] Le secret d une complémentaire moins

Plus en détail

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015

Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Communiqué de presse Lyon, le 30 septembre 2015 Malakoff Médéric analyse les déterminants de la santé et du bien-être des salariés en Rhône-Alpes et évalue leur impact sur la performance des entreprises.

Plus en détail

Hyperplasie Congénitale des. Glandes Surrénales. Livret N 6

Hyperplasie Congénitale des. Glandes Surrénales. Livret N 6 Hyperplasie Congénitale des Glandes Surrénales Livret N 6 Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 23/04/2009 1 Hyperplasie Congénitale des Glandes Surrénales Livret N 6 Cette brochure

Plus en détail

Salon des seniors. du 29 au 31 mars 2012 Paris - Porte de Versailles. Mutuelle santé LMP - 11 rue Albert Sarraut - 78000 Versailles

Salon des seniors. du 29 au 31 mars 2012 Paris - Porte de Versailles. Mutuelle santé LMP - 11 rue Albert Sarraut - 78000 Versailles Salon des seniors du 29 au 31 mars 2012 Paris - Porte de Versailles Mutuelle LMP, santé et bien-être en toute sérénité dès 50 ans Dossier de presse Mutuelle santé LMP - 11 rue Albert Sarraut - 78000 Versailles

Plus en détail

santé CHOISIR D'AVANTAGER

santé CHOISIR D'AVANTAGER santé CHOISIR D'AVANTAGER BIEN S ÉQUIPER Le groupe AG2R LA MONDIALE, c est : Près de 7 000 collaborateurs à votre service Un réseau de proximité avec des implantations régionales Une qualité de gestion

Plus en détail

Résultats détaillés. La personne est capable de donner un coût pour sa santé? Oui... 49%... 49% Non... 51%... 51%

Résultats détaillés. La personne est capable de donner un coût pour sa santé? Oui... 49%... 49% Non... 51%... 51% Résultats détaillés Pour l ensemble des questions traitées, on trouvera deux colonnes de pourcentages : - la première est sur la base des effectifs totaux (total inférieur à 100% pour les questions filtrées)

Plus en détail

Vous accueille et vous informe

Vous accueille et vous informe L équipe de soins Vous accueille et vous informe Endocrinologie, Maladies Osseuses, Génétique et Gynécologie Médicale Professeur Jean-Pierre Salles, Responsable d Equipe Médicale Professeur Maïthé Tauber

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

Sommaire. Calendrier : règlementation pour le 1 er janvier 2016

Sommaire. Calendrier : règlementation pour le 1 er janvier 2016 - Santé Collective Sommaire 1. L offre du Crédit Mutuel 2. Mise en place du dispositif santé 3. Le remboursement des prestations 4. Les services associés aux contrats santé ACM Calendrier : règlementation

Plus en détail

QUELS DANGERS POUR LES

QUELS DANGERS POUR LES RÉUNION D INFORMATION SUR LA LOI DE SANTÉ : QUELS DANGERS POUR LES MÉDECINS LIBÉRAUX? Mercredi 17 décembre 2014 Titre I : Renforcer la prévention et la promotion de la santé Chapitre I Art. 2 à 5 : Soutenir

Plus en détail

LA COMPLEMENTAIRE SANTE DEVIENT OBLIGATOIRE

LA COMPLEMENTAIRE SANTE DEVIENT OBLIGATOIRE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DEVIENT OBLIGATOIRE Aux termes de la loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi, tous les salariés doivent bénéficier d une complémentaire santé. L employeur devra,

Plus en détail

NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS "RESPONSABLES"

NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS RESPONSABLES NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS "RESPONSABLES" Entrée en vigueur de la nouvelle réglementation pour les contrats santé individuels et collectifs bénéficiant d aides fiscales et sociales. Contrats

Plus en détail

Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002)

Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002) Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002) V. Halley des Fontaines Psychomotricité oct 2006 Plus un pays est riche, plus il dépense pour la santé de la population

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

tarifs 2016 entreprises TARIFS 2016 INCHANGÉS leralliement.fr Mutuelle fondée en 1880 par les Compagnons du devoir

tarifs 2016 entreprises TARIFS 2016 INCHANGÉS leralliement.fr Mutuelle fondée en 1880 par les Compagnons du devoir tarifs 2016 entreprises TARIFS 2016 INCHANGÉS Mutuelle fondée en 1880 par les Compagnons du devoir Le Ralliement, le sens du devoir pour votre santé Une équipe attentive pour une gestion individualisée

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

Les avantages d être assuré chez MMA

Les avantages d être assuré chez MMA Les avantages d être assuré chez MMA Avec votre Assurance Santé MMA, vous bénéficiez de services qui vous rendent la vie plus simple tout en préservant votre budget. GPS Santé (1) : informations, conseils,

Plus en détail

ANNEXE N 1 TABLEAUX DES MONTANTS OU TAUX DES COTISATIONS ET PRESTATIONS CHAPITRE PREMIER COTISATIONS

ANNEXE N 1 TABLEAUX DES MONTANTS OU TAUX DES COTISATIONS ET PRESTATIONS CHAPITRE PREMIER COTISATIONS ÉTRANGER FRANCE et MONACO ANNEXE N 1 TABLEAUX DES MONTANTS OU TAUX DES COTISATIONS ET PRESTATIONS CHAPITRE PREMIER COTISATIONS I. MEMBRES PARTICIPANTS CATÉGORIES ASSIETTE DE LA COTISATION DE BASE TAUX

Plus en détail

Forum International de l Assurance

Forum International de l Assurance Forum International de l Assurance La dématérialisation des échanges en assurance santé Enjeux Retours d expériences Perspectives Antoine AIZPURU Président Cegedim Assurances 19 Avril 2013 Introduction

Plus en détail

pour tous les salariés de votre entreprise Mornay Entreprise santé Prenez soin de vos salariés

pour tous les salariés de votre entreprise Mornay Entreprise santé Prenez soin de vos salariés pour tous les salariés de votre entreprise Mornay Entreprise santé Prenez soin de vos salariés Laurie Maillard Directeur général du Groupe Mornay Madame, Monsieur, Vous êtes dirigeant de PME-PMI et l évolution

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

Brochure d information

Brochure d information Brochure d information La Néoplasie Endocrinienne Multiple de type 1 1 Question 1 : qu est-ce que la néoplasie endocrinienne multiple de type 1? Pour répondre à cette question, il faut d abord connaître

Plus en détail

CHOISISSEZ ILLICO VOTRE COUVERTURE SANTÉ. ILLICO SANTÉ Entreprise > ENTREPRISES, SALARIÉS. Vous protéger, c est notre priorité

CHOISISSEZ ILLICO VOTRE COUVERTURE SANTÉ. ILLICO SANTÉ Entreprise > ENTREPRISES, SALARIÉS. Vous protéger, c est notre priorité Vous protéger, c est notre priorité SANTÉ Entreprise > ENTREPRISES, SALARIÉS CHOISISSEZ VOTRE COUVERTURE SANTÉ Pour nous, l essentiel c est vous SANTÉ Entreprise La solution clé en main des entreprises...

Plus en détail

Choississez le niveau de vos remboursements le mieux adaptés à vos besoins

Choississez le niveau de vos remboursements le mieux adaptés à vos besoins MES GARANTIES Choississez le niveau de vos remboursements le mieux adaptés à vos besoins Les garanties de base PRESTATIONS 2011 à compter du 1 er janvier 2011 Equilibre Confort Excellence Optimum MES REMBOURSEMENTS

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

COORDINATION & ADMINISTRATIF

COORDINATION & ADMINISTRATIF NUTRITION ARTIFICIELLE GUIDE DES TRANSITIONS VERS L ÂGE ADULTE 1 COORDINATION & ADMINISTRATIF Vous trouvez ci-après de nombreuses informations sur les aspects très pratiques et formalistes du passage vers

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» Qui prévoit cette nouvelle expérimentation? Cette expérimentation figure à l article 70 de

Plus en détail

Dossier de presse. Salon du bien-être. médecine douce et thalasso. 3 > 7 février 2011 Paris - Porte de Versailles

Dossier de presse. Salon du bien-être. médecine douce et thalasso. 3 > 7 février 2011 Paris - Porte de Versailles Dossier de presse Salon du bien-être médecine douce et thalasso 3 > 7 février 2011 Paris - Porte de Versailles Mutuelle LMP, la santé et le bien-être en toute sérénité Retrouvez nous sur notre stand Mutuelle

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

Assurance obligatoire, assurance volontaire en santé. Seminaris 27 juin 2003 Christine Meyer

Assurance obligatoire, assurance volontaire en santé. Seminaris 27 juin 2003 Christine Meyer Assurance obligatoire, assurance volontaire en santé Seminaris 27 juin 2003 Christine Meyer Questions de vocabulaire : Assurance de base : assurance maladie obligatoire Couverture complémentaire : Contrats

Plus en détail

Être aux petits soins

Être aux petits soins L offre AG2R LA MONDIALE pour les PROFESSIONNELS Partout en France un acteur de référence de l assurance de protection sociale et patrimoniale santé Complémentaire santé Prévoyance Incapacité et invalidité

Plus en détail

Actif. Actif. Actif. Protégez-vous en toutes circonstances Santé. Retraite GAMME. Prévoyance Prévoyance Madelin

Actif. Actif. Actif. Protégez-vous en toutes circonstances Santé. Retraite GAMME. Prévoyance Prévoyance Madelin GAMME PRÉVOYANCE Document à caractère publicitaire Prévoyance Prévoyance Madelin Retraite Protégez-vous en toutes circonstances Santé ENTRE NOUS, C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Prévoyance Prévoyance Madelin

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

SPVIE SANTÉ PARTICULIER

SPVIE SANTÉ PARTICULIER SPVIE SANTÉ PARTICULIER Brochure Valable à compter du 1 er Décembre 2013 1 Vos AVANTAGES SPVIE SANTÉ PARTICULIER. Aucune sélection médicale à l entrée.. Une couverture immédiate à la souscription, sans

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

La franchise médicale en pratique

La franchise médicale en pratique Information presse le 26 décembre 2007 La franchise médicale en pratique La franchise médicale s applique à partir du 1 er janvier 2008 sur les boîtes de médicaments, les actes paramédicaux et les transports

Plus en détail