REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICT DE NYABIHU HÔPITAL DE SHYIRA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICT DE NYABIHU HÔPITAL DE SHYIRA"

Transcription

1 i REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICT DE NYABIHU HÔPITAL DE SHYIRA PLAN STRATÉGIQUE DE L HÔPITAL DE SHYIRA Juin, 2013

2 ii TABLE DE MATIERE LISTE DES FIGURES... v LISTE DES TABLEAUX... vi PREFACE.... Error! Bookmark not defined. Sigles et abréviations... viii RESUME VISION... 3 MISSION CHAPITRE I : ANALYSE DE LA SITUATION... 4 I.2 Présentation de l Hôpital de Shyira... 4 I.2.1 Histoire de l implantation... 4 I.2.2 Historique de l hôpital de shyira... 4 I.3.2 Situation Géographique Démographique et Socio-économique... 5 I.3.3 Autres institutions de sante Secteur privé (dispensaires, cliniques, pharmacies, ) Médecine traditionnelle Secteur ONG... 6 I.4.1 Présentation des unités de prestation et identification des activités (ecart aux normes)... 6 I.4.2 Santé communautaire... 8 I.4.3 Postes de Santé (CELLULE)... 9 Tableau 1 : Liste de Formation sanitaire (poste de santé)... 9 I.4. 5 Centres de Santé (SECTEUR)... 9 Tableau 2 : Liste de Formation sanitaire (Centre de santé)...10 I.4.6 Hôpitaux de District (incl. références vers hôpitaux de référence)...11 I.5 RESSOURCES HUMAINES (ECART AUX NORMES)...11 Stratégies clés :...11

3 iii Tableau 3 : Indicateurs clés des Ressources Humaines (Qualité et Quantité)...11 Tableau 4 : Ressources humaines et écart du personnel...12 I.6. INFRASTRUCTURES ET EQUIPEMENTS...13 I.7 ANALYSE DE LA PERFORMANCE DE L'HÔPITAL...14 I.7.2 Efficacité clinique et sécurité du patient...14 Tableau 5 : Le taux d occupation (période juillet juin 2012)...14 I.7.3 Attention donnée aux patients...15 Tableau 6 : Indicateurs clés de la qualité et la demande des services dans la lutte contre la maladie...15 I.7.4 Analyse du circuit patient Voir annexe 2: circuit du patient...16 I.8 GESTION ET GOUVERNANCE...16 I.9 ANALYSE DES PROBLEMES DE SANTE MAJEURES...18 CHAP III. PLAN STRATEGIQUE...22 III. I LES PRIORITES MEDICALES Evaluation des programmes de sante majeurs...23 Tableau 9 : Mortalité Maternelle et infantile...23 Tableau 10 : Tableau récapitulatif de priorités médicales...25 II.2 PREVENTION DES MALADIES LIEES A L HYGIENE...26 II.2.1 : Activités clés stratégiques de mise en œuvre...26 II.2.2 Des activités stratégiques en matière d hygiène en général...27 II.3 LE SYSTEME DE SUPPORT...29 II.3.1 Ressources humaines (conditions de travail)...29 II.3.2 Equipement (écart aux normes)...29 II.3.3 Infrastructures (écart aux normes)...29 Tableau 11 : Infrastructures et équipements...29 II.3.4 Eau et Electricité...33 II.3.5 : Utilisation des ressources financières...33 Tableau 10: Répartition des sources de financement de juillet 2011-juin

4 iv Tableau 11: Répartition des dépenses par rubrique de juillet 2011-juin II.4.1 Ressources Humaines...35 II.4.2 Ressources Financières...35 II.4.3 Infrastructures et équipements...35 II.4.4 Transport et communications...35 CHAPITRE III: CADRE LOGIQUE (IMPLENTATION FRAMEWORK)...36 CHAPITRE IV : BUDGETISATION...49 CHAP IV: SUIVI ET EVALUATION DU PLAN STRATEGIQUE...51 IV.1 : Indicateurs d appui structurel...51 IV.2 : Indicateurs de rendement...51 IV.3: Indicateurs d impact...52 IV.4 : Le flux de l information de la communauté au niveau du district...53 IV.5 : L EVALUATION DU PRESENT PLAN STRATEGIQUE...54 ANNEXE 55

5 v LISTE DES FIGURES Figure 1: Carte administrative... 2

6 vi LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Indicateurs clés des Ressources Humaines (Qualité et Quantité) Tableau 2 : Ressources humaines et écart du personnel Tableau 3 : Le taux d occupation (période juillet juin 2012) Tableau 4 : Indicateurs clés de la qualité et la demande des services dans la lutte contre la maladie Tableau 5 : Liste de Formation sanitaire (poste de santé)... 9 Tableau 6 : Liste de Formation sanitaire (Centre de santé) Tableau 7 : Mortalité Maternelle et infantile Tableau 8 : Tableau récapitulatif de priorités médicales Tableau 9 : Infrastructures et équipements Tableau 10: Répartition des sources de financement de juillet 2011-juin Tableau 11: Répartition des dépenses par rubrique de juillet 2011-juin

7 vii

8 viii Sigles et abréviations ANC: Anténatal care ARV: Anti Retro Viraux ASC: Animateur de Santé Communautaire ASM: Animatrice de Santé Maternelle CDC: Center for Diseases control CDLS: Comité de District pour la Lutte contre le SIDA CHUK: Centre Hospitalière Universitaire de Kigali CHW: Community Health Workers COGE: Comité de Gestion CPD: Continuos Professional Development CPN 4: 4 Visites standard en Consultation Pré-Natale CPN: Consultation Pré-Natale CS: Centre de Santé CSR: Caisse Sociale du Rwanda DHMT: District Health Management Team DHS: Demography and Health Survey EDPRS: Economic Development and Poverty Reduction Strategy EDS : Enquête Démographique et de la Santé FOSA: Formation Sanitaire FRW: Franc Rwandais

9 ix GF: Global Funds HAMS: Hygiène et Assainissement en Milieux Scolaires HC: Health Center HD: Hôpital de District HMIS: Health Management Information System IVRA : Infections des voies respiratoires aigues ICT: Information and Communication Technology IST: Infections Sexuellements Transmissibles MCH: Maternal and Child Health MCHIP: Mother and Child Health Integrated Program MII: Moustiquaire imprégné d Insecticide MMI: Military medical Insurance MPE: Malnutrition Protéino Energétique MUSA: Mutuelle de Santé ONG : Organisation Non Gouvernementale PBF: Performance based Finance PCA: Paquet Complémentaire des Activités PCIME: Prise en Charge Intégré des Maladies de l Enfant PD: Pharmacie de District PF: Planification Familiale PMA: Paquets Minimum d Activités

10 x PMTCT: Prevention from Mother To Child Transmission PNBC: Programme de Nutrition à base communautaire PSI: Population Service International PVVIH: Personne Vivant avec Le Virus d immunodéficience Humaine RAMA: La Rwandaise d Assurance Maladie RDV: Rendez Vous SMI: Santé Maternelle et Infantile SMIR: Surveillance des Maladies Intégré et Riposte SNV: Netherland Development Organization SONU: Soins Obstétricaux Néonatal d Urgence TB / NTPM: Tuberculose / Nouveau cas Tuberculose Pulmonaire à Microscopie Positive TB/DOTS: Tuberculose / Directly Observed Treatment Short Course UCT / YWCA: Union Chrétienne Feminine / Young Women Christian Association UNICEF: United Nation Children s Fund USD: United States Dollar VAT: Vaccin anti Tétanique VCT: Voluntary Counseling and Testing VIH: Virus d immunodéficience Humaine VIH/SIDA: Virus d immunodéficience Humaine / Syndrome d immunodéficience Acquise WASH: Water, Sanitation and Hygiene

11 RESUME L hopital de EAR-Shyira est un Hôpital agree. Il est le seul hospital du District de Nyabibu borde par les District de Musanze, Gakenke, Muhanga et Ngororero et Rubavu. Il fut construit en 1930 par le Projet d Evangelisation d Action Medicale des Anglicans en Afrique de l Est de remplace actuellement par l Eglise Anglicane au Rwanda. L Hopital n etait alors qu un dispensaire. C est en 1939 apres la visite d inspection du Secretaire Medical que le dispensaire qui comptait alors 43 lits devint un hospital. Progressivement une specialisation de l espace commenca a se produire en fonctions de differentes activites et de la conception sociomedicale des missionnaires. 1 Après le Genocide contre les Tutsi de 1994, l hopital, detruit, redevint un centre de santé supervise par le District Sanitaire de Gatonde. Ce n est qu entre 2003 et 2004 que l Hopital de shyira renaquit grace a une convention entre l EAR representee alors par le Diocese Shyira et le MINISANTE. L Hopital est ensuite passé sous la tutelle du noveau Diocese Kivu de la meme Eglise. Actuellement l Hoptital EAR Shyira dessert quinze centres de santé publics et 4 agrees Il comprend plusieurs service: Le Service de consultations externes reçoit les maladies référées des centres de santés du District De Nyabihu et de certains centres de santé de certains districts voisins. Le service d ophtalmologie Le service ARV Le service d hospitalisation compte 105 lits et a un taux d occupation de 80%. Ce service est represente par la medicine interne, la pediatrie et la gyneco-obstetrique. Les maladies chirurgicaux sont hospitalises dans les services ci-hauts cites. Le bloc opératoire et le service de physiothérapie Le service de dentisterie La pharmacie Le service d encadrement (M&E, supervision des centres de santé) L Hôpital de shyira est géré par deux organes : Le conseil d administration et le Comite de Gestion.

12 2 Il emploie actuellement une centaines d agents dévoués de différentes catégories : médecins generalistes, Infirmiers A1 et A2, accoucheurs A1, Anesthésistes A1,Nutritionistes A1, techniciens de laboratoires A1 et A2, technicien de radio A1, assistants sociaux A0 et A2, personnel administratif A0 et personnel de soutien. Les sources de revenus de l hopital de shyira sont essentiellement representees par les subsides de l Etat, les diverses financement des differents partenaires (Global fund, CDC, Fred Hollows Foundation, ), et les recettes generees par les prestations des services, la vente des medicaments et des imprimes. Plusieurs pathologies y sont prises en charge et La qualite et l efficacite des soins y fournis ne sont pas negligeables. le nombres de consultations externes était proche de patients en En dehors du service nutritionnel, la duree moyenne d hospitalisation pour l hopital serait inferieure a 6 jours. Le taux de mortalite en hospitalisation est de 1,67%. La mortalité maternelle est l une des plus basse du pays. Elle était d environ 25/ les trois dernières années Qu il nous soit aussi permis de dire ici que l Hôpital de Shyira fait face à de nombreux défis aussi bien sur le plan des infrastructures, de l équipements et du matériel, du personnel et de la gestion qui pourraent avoir un impact sur la gamme et la qualité des soins que fournit l hôpital. En effet, l Hôpital de shyira est dépourvu d électricité permanente et il utilise un générateur qui n est allume que pendant environs 5 heures par jour. Il souffre d une faible accessibilité géographique suite a au mauvais etat des routes qui y menent. Ses bâtiments sont tres vieux, insuffisants en nombre et a taille et ne reondent plus aux normes. Les équipements utilisés dans les différents services, en particulier dans les services d Anesthésiologie, dentisterie et Physiothérapie sont soit vieux, en panne ou en nombre insuffisant Le personnel est force à vivre l instabilité par les conditions de travail, de vie et de traitement défavorable a l hôpital de Shyira. Ainsi le personnel est constamment insuffisant en nombre et parfois en qualité (peu expérimenté)

13 3 Le processus d élaboration de ce plan a suivi l approche élargie de concertation de tous les intervenants dans le secteur de la santé notamment: les autorités politico administratives de base, le Conseil d Administration, Comité de Gestion, les intervenants au développement y compris la société civile locale ainsi que les prestataires des soins de santé. La raison d être de cette planification stratégique est de fournir l image claire de l orientation du plan stratégique de l hôpital de Shyira, allant de 2012 à 2018, permettant ainsi de faire des projections en matière de santé, tenant compte des caractéristiques de son environnement écologique, des capacités économiques de la population. Le présent plan stratégique cherche à concilier, l éthique, la déontologie et les principales fonctions de gestion en matière des ressources humaines, financières, équipements et infrastructures répondant aux normes Partant de la politique nationale du secteur santé, notamment sur les grands axes stratégiques prioritaires, l hôpital de Shyira, à travers sa vision et mission pour l horizon 2018, retrace clairement les grands objectifs à atteindre entre autres la réduction de la mortalité maternelle et infantile, la lutte contre la malnutrition, l augmentation du niveau de couverture de vaccination, l utilisation de service de planification familiale et la lutte contre le VIH/SIDA, Malaria et la TB. Les stratégies à mettre en œuvre pour assurer la haute qualité des soins, traitement répondant aux besoins de la population desservie. VISION Améliorer la prise en charge préventive, curative et promotionnelle des problèmes de santé au niveau de l'hôpital et dans les formations sanitaires ainsi que la communauté. MISSION Contribuer à la réduction de la morbidité et de la mortalité dans la zone de rayonnement de l Hôpital Shyira en vue de promouvoir la santé de la population.

14 4 CHAPITRE I : ANALYSE DE LA SITUATION I.2 Présentation de l Hôpital de Shyira I.2.1 Histoire de l implantation L Hôpital de Shyira est le seul hôpital du District de Nyabihu, région située au Nord -ouest du pays, dans la province de l Ouest,, Secteur Shyira, Cellule Mpinga.Iil a été construit en 1930, L Hôpital est situé à l extrême Sud- Est du District de Nyabihu. Le district de Nyabihu est borné au nord par la République Démocratique du Congo et le district de Musanze, à l Est par les Districts de Gakenke et Musanze, au sud par les districts de Ngororero et Rutsiro, à l ouest par les Districts de Rutsiro et Rubavu. Il est voisin de l Hôpital de Ruhengeri au Nord à 27 km et à l Ouest, l hôpital de Kabaya de 30 Km. L Hôpital de Shyira est à 123 km de la ville de KIGALI Le District de Nyabihu se situe dans la région de hautes montagnes à climat doux. I.2.2 Historique de l hôpital de shyira Avant que l Hôpital de Shyira soit réellement un hôpital comme tant d autre c était un dispensaire construit par le projet d Evangélisation d Action Médicale des Anglicans en Afrique de l Est de reconnue aujourd hui sous le nom de l Eglise Episcopale(EER) et remplacer actuellement par l Eglise Anglicane au Rwanda. De cette époque le dispensaire de Shyira était dirigé par un médecin Dr NORMAN James après être précédé par Dr Léon SHARP et Dr Stanley SMITH. Le 12 Octobre 1931 qui avait construit le dit dispensaire. la première opération fut réalisée entre Dr John CHURCH dans une chambre qui est devenue une salle d opération car le dispensaire était encore rudimentaire et etait parallèle a un bâtiment abritant l école, l Eglise et a l habitation des missionnaires. Apres la visite d Inspection du Secrétaire du Comité Médical de cette période de 1939 ; le Dispensaire de Shyira était devenu un Hôpital qui comptait 43lits. Progressivement, une spécialisation des espaces se fit le jour. Les locaux destinés au travail médical furent séparés et compartimentés en fonction des divers aspects des activités et de la conception socio médicale des missionnaires.

15 5 Après le Génocide des tutsi de 1994, l hôpital etait redevenu un centre de santé sous la supervision de District Sanitaire de Gatonde. C est vers les années que l hôpital de Shyira renait de nouveau grace a une convention entre EAR et Ministère de la Santé. Figure 1 : Carte sanitaire du district de Nyabihu I.3.1 Analyse externe de l Hôpital de Shyira I.3.2 Situation Géographique Démographique et Socio-économique L Hôpital de Shyira est le seul hôpital du District de Nyabihu, région située au Nord -Ouest du pays, dans la Province de l Ouest. Il a été fondé en 1931 par la Mission Rwandaise de l Église Anglicane. L Hôpital est situé à l extrême Sud- Est du District de Nyabihu dans le Secteur Shyira, Cellule Mpinga, il est à 123 km de la ville de KIGALI. L hôpital de Shyira est une formation agréée qui a une capacité d accueil de 105 lits avec un taux d occupation de 80%. Il dessert quinze centres de santés dont onze publics et quatre agrées.

16 6 I.3.3 Autres institutions de sante 1 Secteur privé (dispensaires, cliniques, pharmacies, ) Le secteur privé dans le district de Nyabihu est moins développé, il possède un seul dispensaire privé, dans le secteur de Shyira au centre de négoces de Vunga communément appeler Dispensaire Ishema. Il dispense seulement les soins curatifs aux ambulatoires 2 Médecine traditionnelle La médecine traditionnelle dans le district de Nyabihu demeure moins contrôler, néanmoins les tradi-praticiens sont suivsi par les centres de santé pour faciliter le dépistage de la TB et le contrôle des épidémies dans la communauté. L identification des tradi praticiens est en cours, le chiffre réel n est pas jusqu'à présent connu. néanmoins nous avons formé 615 tradi praticiens pour la recherche active des suspects de TB. 3 Secteur ONG Concernant le secteur ONG, L hôpital de Shyira est assisté financièrement par GF et CDC qui sont les majeurs partenaires de sante qui financent les activités de lutte contre le VIH, TB, paludisme ainsi que le salaire de quelques employés. D autres ONG comme JSI, STRIVE, UNICEF interviennent dans le domaine de la sante communautaire. D autres activités comme la lutte contre la cécité sont finance par Fred Hollows Fondation. En outre nous avons d autres ONG qui appuient la sante dans le district notamment Acces project, MCHIP ; PSI, AHF.. I.4 Analyse interne de l Hôpital de shyira I.4.1 Présentation des unités de prestation et identification des activités (ecart aux normes) L hôpital de Shyira possède au total 105 lits répartis en 5 salles d hospitalisation. Il s agit de : 1. Pédiatrie : 26 lits 2. Service de Nutrition : 11 lits 3. Salle des femmes : 13 lits 4. Salle des homes:14 lits

17 7 5. chambres privées : 2 6. Maternité:27lits. La médecine interne possède au total 27 lits. Ces activités font parties du paquet complémentaire des activités. Le service de consultation externe reçoit normalement les cas référés des centres de environnant tels que : le centre de Santé de SHYIRA, le centre de Santé de NYAKIGEZI, le centre de Santé de JOMBA, le centre de Santé de NYAKIRIBA et RUREMBO Il faut noter que l hôpital de Shyira reçoit beaucoup de patients en provenance des District de MUSANZE, RUBAVU,GAKENKE, MUHANGA et NGORORERO 1. Le service de médecine interne : qui est composé de la salle des hommes, de la salle des femmes et de deux chambres d hospitalisation destinées au cas à isoler par exemple la tuberculose. Ce service abrite aussi les cas chirurgicaux adultes. 2. Le service de gynéco-obstétrique qui a été construit en 2006 sous le financement des organisations chrétiennes britanniques. Actuellement, il y a un projet d extension de ces bâtiments. Ce service a deux petites salles d accouchement très étroites et quelques chambres d hospitalisation ou les parturientes se couchent parfois à deux sur un même lit. L extension de ce service est aussi considérée comme une priorité de l hôpital de Shyira 3. La pédiatrie, récemment réhabilité, compte 26 lits. On y trouve aussi des cas de traumatismes physiques sous traction. Il abrite aussi une chambre destiné à l allaitement. C est pour cela que l hôpital a été accrédité pour être appelé «hôpital ami des bébés». 4. Le service des ARVs est opérationnel à l hôpital de SHYIRA et compte plus de 314 personnes sous ARVs. 5. Laboratoire : Le service de laboratoire se localisé dans un espace très restreint et à 2 endroits différents. Il nécessite un aménagement et une réhabilitation. 6. Le service nutritionnel occupe un vieux bâtiment et compte 11 vieux lits et vieux matelas. Tous y necessite un renouvellement.

18 8 7. La nouvelle Salle d Opération Elle déjà achevée, il reste les lampes scialytiques, les équipements médicaux et non médicaux. Cette salle constitue une opportunité pour augmenter le nombre d interventions chirurgicales à l hôpital, et par conséquent elle va contribuer à l augmentation des revenus de l hôpital. 8. Les bureaux de superviseurs Sont logés dans les bâtiments du diocèse à 600m de l hôpital. Ces bureaux sont toujours fermés sauf le lundi. Les autres jours de la semaine sont réserves aux activités d encadrement des centres de santé. 9. Pharmacie : l hôpital dispose d une pharmacie stock et d une pharmacie de distribution qui sont opérationnelles 24h sur 24h. Ce service est doté d un comité pharmaco thérapeutique opérationnel. 10. Le service de dentisterie et de physiothérapie sont offerts chacun dans un petit local étroit et non équipe. 11. Autres activités diverses Le service d urgence fonctionne dans le service de consultation externe. Il n y a pas de salle d hospitalisation pour les cas de chirurgies. Ceux-ci sont hospitalisés dans les services de médecine interne et de pédiatrie. Il y a un appareil de radiographie, deux appareils d échographie, trois couveuses, et un appareil d anesthésie mais l accès a l énergie nécessaire pour faire fonctionner ces appareils est car l Hôpital est alimente en électricité par un groupe électrogène qui ne fonctionne que pendant 3h et demi sur 24h. Outre cette insuffisance d énergie, l utilisation du générateur pèse sur le budget de l hôpital et limite la gamme des soins que l hôpital devrait fournir aux patients. Les services de comptabilité, de maintenance, de gestion de ressources humaines fonctionnent dans un seul bloc étroit ensemble avec la direction de l hôpital. I.4.2 Santé communautaire La sante communautaire dans le district de Nyabihu est assurée par 1419 ASC repartis dans 473 villages. Ils sont composés de 2 binômes et une animatrice de sante maternelle. Les ASC sont

19 9 encadrées par les superviseurs des ASC du niveau du CS, supervisés à leur tour par les superviseurs de l hôpital du district de Shyira. Toutes ces structures sont reparties dans 12 secteurs administratifs ci haut cités, 73 cellules administratives, 473 villages et ménages. L hôpital collabore avec les partenaires communautaires en sante dont 1019 binômes, 473 ASM. I.4.3 Postes de Santé (CELLULE) Pour augmenter l accessibilité de la population aux soins le district de Nyabihu possède 7 postes de sante Tableau 1 : Liste de Formation sanitaire (poste de santé) No Nom du poste de sante Centre de sante cellule 1 Kintobo Rwankeri Nyagisozi 2 Mutaho Rambura Mutaho 3 Jomba Jomba Nyamitanzi 4 Murama Nyakiliba Rurembo 5 Jenda Kareba Kabatezi 6 Gihorwe Kabatwa Gihorwe 7 Mulinga Gakamba Mwiyanike I.4. 5 Centres de Santé (SECTEUR) Selon les normes de la décentralisation le niveau primaire de soins est assuré par les centres de sante dont la gestion émane de l administration du secteur. Le district de Nyabihu compte 12 secteurs et 15 centres de sante reparti comme suit :

20 10 Tableau 2 : Liste de Formation sanitaire (Centre de santé) No Secteurs No Centre de sante 1 Shyira 1 Shyira 2 Jomba 2 Jomba Rurembo 3 Rurembo 4 Karago 4 Mwiyanike 5 Rambura 5 Rambura 6 Birembo 6 Bigogwe 7 Bigogwe 8 Arusha 9 Kora 7 Jenda 10 Kareba 8 Mulinga 11 Gakamba 9 Rugera 12 Nyakigezi 13 Nyakiliba 10 Kabatwa 14 Kabatwa 11 Mukamira 15 Rwankeri 12 Kintobo

21 11 I.4.6 Hôpitaux de District (incl. références vers hôpitaux de référence) Le district de Nyabihu a un seul hôpital de district, l hôpital de Shyira couvre l encadrement des centres de sante tout le district. Il reçoit les références des formations sanitaires surtout environnantes comme Jomba, Nyakigezi, Nyakiliba et Rurembo du district de Nyabihu ; CS Gatonde, Janja et Rusoro du District Gakanke; CS de Nyabinoni du district de Muhanga et les FOSACOM Gashonyi et Kiziguro du district de Ngororero. Les centres de sante lointains référent en préférence a l hôpital de Kabaya comme le CS de Jomba, Gakamba, Birembo et Rambura et le CS de Rwankeri vers l Hôpital de Ruhengeri. Vu la complexité et l inaccessibilité géographique de la région, le centre de sante de Bigogwe joue le rôle du poste secondaire de l hôpital de Shyira avec 2 médecins permanant pour assurer les urgences obstétricales des centres de sante environnants. Concernant les hôpitaux des référence en cas de nécessite, l hôpital de Shyira référent surtout les cas psychiatriques au Centre Neuropsychiatrique de Ndera et pour les cas nécessitant les soins spéciaux à l hôpital Universitaire de Kigali et King Faysal. I.5 RESSOURCES HUMAINES (ECART AUX NORMES) Stratégies clés : 1. Recrutement du personnel qualifié selon les normes 2. Renforcement des compétences du personnel administratif et technique. Tableau 3 : Indicateurs clés des Ressources Humaines (Qualité et Quantité) Indicateur Baseline 2012 Cible 2018 Suppositions (en%) (en %) Ratio infirmière qualifiée /habitant 1/2500 1/1000 Facilitation de la formation d A2 à A1 ou A0 Ratio Médecin/habitant 1/ / Appropriation de cette activité par le MINISANTE

22 12 Ratio Agent de santé publique/habitant 0.42/1000 1/ 1000 Appropriation de cette activité par le MINISANTE Activités clés stratégiques de mise en œuvre 1. Création d une institution supérieure A1 ou A0 favorisant la mise à niveau du grade de A2 au niveau de la province 2. Organisation des sessions de formation et de recyclage du personnel Renforcement institutionnel selon les normes en vigueur. Tableau 4 : Ressources humaines et écart du personnel Profil (Niveau d étude) Personnel disponible Besoins en Personnel Ecart Besoins Disponibles Médecins spécialistes Médecins généralistes Assistantes sociales A Sage-femme A Anesthésiste A Technicien de radio A Laborantin A Laborantin A

23 13 Technicien KinésithérapeuteA Nutritionniste A Infirmier A1 en santé mentale Technicien de santé A Dentiste A Infirmiers (ères) A Infirmiers (ères) A Personnel administratif A Autre personnel de soutien confondu TOTAL I.6. INFRASTRUCTURES ET EQUIPEMENTS L Hôpital de Shyira connait un problème majeur d inaccessibilité géographique suite au manque des bonnes routes. Comme l Hôpital est trop vieux, il rencontre des défis tels que des bâtiments insuffisants qui se démolissent et l insuffisance du personnel alors que le maximum des services est opérationnel.

24 14 L équipement : Pour le moment, l Hôpital fonctionne grâce à quelque équipement rudimentaire permettant la gestion des cas urgents. Il y a un grand problème d équipements de service d anesthésiologie, dentisterie et kinésithérapie. En effet, les structures sanitaires exigent des équipements modernes pour répondre aux normes exigées par les soins de santé actuelles. (Cfr tableau No 9) I.7 ANALYSE DE LA PERFORMANCE DE L'HÔPITAL I.7.2 Efficacité clinique et sécurité du patient La prise en charge des cas a été toujours une préoccupation majeure du personnel de l Hôpital de Shyira. Le PCA a été offert dans l ordre d environ 50% des cas. Les MPE, Affections obstétricales, IVRI constituent les trois premières causes d hospitalisation et 52% de marasme constitue la première cause de consultation curative primaire sans toutefois oublier les parasitoses intestinales causées par le manque de l eau potable dans cette zone de rayonnement. La mortalité maternelle et infantile a été réduite au cours des années écoulées. Le VIH/Sida n y est pas dramatique. La durée moyenne de séjour est de 3 jours pour environ 17% des hospitalisations et ce pourcentage sera réduit à la baisse à 10% d ici fin Tableau 5 : Le taux d occupation (période juillet juin 2012) Taux d'occupation de lits Durée moyenne de en % sejours/jour Medecine interne Pédiatrie 35 6 Chirurgie Gynéco-obstetrique Service nutritionnel Neonatologie Taux de mortalité en hospitalisation= 1.67% Le taux d occupation le plus élevé se trouve dans le service de gynéco-obstétrique, 114%. D où la nécessité d une extension de la maternité. Ensuite vient la chirurgie avec un taux de 101%.

25 15 Le service nutritionnel a le taux d occupation le plus bas et une durée moyenne de séjour très élevée de 32 jours, ce qui explique que le service consomme énormément à l hôpital. I.7.3 Attention donnée aux patients D une façon générale, mieux vaut prévenir que guérir, il est demandé à la population et à tous les intervenants en matières de santé, de mobiliser beaucoup plus la population à se faire soigner à temps et à respecter les mesures préventives notamment la vaccination, utilisation du condom, l hygiène corporelle et vestimentaire et l assainissement du milieu. Le service «Customer Care» est fonctionnel, les droits de patients sont affichés partout dans tous les services, et accessibles à tous. Amélioration de la qualité et la demande de service dans la lutte contre les maladies Stratégies clés : 1. Augmentation du score de qualité des soins 2. Ecoute active 3. Supervision technique 4. Formation des équipes évaluatrices 5. Encadrement médical des prestataires des soins Tableau 6 : Indicateurs clés de la qualité et la demande des services dans la lutte contre la maladie Indicateur Baseline 2012 Cible 2018 Suppositions (en%) (en %) Score de qualité de soins 84,6 95 Tout le personnel formé en qualité des soins Taux d utilisation des services préventifs Activités clés stratégiques de mise en œuvre

26 16 1. Renforcer la mise en place du système de paiement par performance 2. Elaboration des indicateurs d évaluation objective de la qualité des soins 3. Sensibilisation au maintien du score satisfaisant de plus de 80% 4. Feedback des utilisateurs des services à travers les boites à suggestions 5. Renforcement des équipes de l évaluation de la qualité 6. Extension des membres des équipes de l assurance qualité. I.7.4 Analyse du circuit patient Voir annexe 2: circuit du patient Pour les cas des formalités administratives tels que : Certificats médicaux, Rapports médicaux, expertises médicales, autopsie, contreexpertises, certificats de naissance, certificats de décès, Repos médicaux. Il faut payer les frais en rapport selon le tarif et présente la quittance au triage & consultation externe. Les formulaires doivent être exclusivement à la caisse No 1 et être delivrés si seulement s ils ont été payés pour être remplis a la consultation externe. Les cas des services spécialisés : les RDV ne doivent pas dépasser deux semaines. Les différents services doivent avoir le tarif relatif aux activités effectuées. Les frais d achat des médicaments doivent etre payés au guichet de la pharmacie avec le caissier approprié chargé la collecte des frais des médicaments. I.8 GESTION ET GOUVERNANCE I.8.1 Organisation administrative de l hôpital. L Hôpital et les centres de santé représentent le niveau périphérique du système de santé. L Hôpital assure le paquet complémentaire d activités (PCA), liste d activités conçue pour fournir les soins de santé curatifs de façon équitable, efficace et efficiente sur la base des techniques qui ne sont pas disponible au niveau des centres de santé et assure la supervision technique des centres de santé. Les organes administratifs de l Hôpital sont:

Nombre de supervision/formatio n pratique en PF/CS Approvisionner les CS en produits contraceptifs District Stock out 0

Nombre de supervision/formatio n pratique en PF/CS Approvisionner les CS en produits contraceptifs District Stock out 0 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L'EST DISTRICT DE NYAGATARE HOPITAL DE NYAGATARE Pop: 346726 PLAN OPERATIONNEL DE L'HOPITAL DE NYAGATARE DE JUILLET 2010 A JUIN 2011 Objectifs Résultats atendus Activités

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005

ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005 ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005 1 Travail réalisé par : 1. Dr Innocent GAKWAYA : RAMA 2. Dr Charles RUDAKUBANA

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma»

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma» Royaume du Maroc Ministère de la santé Direction de la Population المملكة المغربية وزارة الصحة مديرية السكان Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA

DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS. Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA DEVELOPPEMENT DU SECTEUR DE LA SANTE/PROJETS Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida Hon. Dr. Sabine NTAKARUTIMANA Plan de présentation Introduction Etat des lieux du secteur Stratégies

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

ANALYSE DE LA SITUATION DISTRICT DE NGORORERO HÔPITAL DE KABAYA

ANALYSE DE LA SITUATION DISTRICT DE NGORORERO HÔPITAL DE KABAYA REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICT DE NGORORERO ANALYSE DE LA SITUATION DISTRICT DE NGORORERO HÔPITAL DE KABAYA Plan Stratégique du secteur santé 2012-2018 Juin 2013 1 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

PLAN STRATEGIQUE DE L HOPITAL DE KIBAGABAGA. (Juillet 2012 JUILLET 2018)

PLAN STRATEGIQUE DE L HOPITAL DE KIBAGABAGA. (Juillet 2012 JUILLET 2018) REPUBLIQUE DU RWANDA MAIRIE DE LA VILLE DE KIGALI DISTRICT DE GASABO HOPITAL DE KIBAGABAGA B.P 6260 KIGALI PLAN STRATEGIQUE DE L HOPITAL DE KIBAGABAGA (Juillet 2012 JUILLET 2018) Juin, 2013 1 SOMMAIRE

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION DES ACTEURS MEDICAUX HUMANITAIRES DE LA VIM S CHARGES DES INTERVENTIONS D ASSISTANCES HUMANITAIRE DANS LES SITUATIONS DES URGENCES EPIDEMIOLOGIQUES, DES CATASTROPHES

Plus en détail

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Secrétariat Général PROGRAMME NATIONAL DES COMPTES NATIONAUX DE LA SANTE «PNCNS» Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo Pr ELOKO

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE LE PROGRAMME DE TELEMEDECINE AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT N 4-5-6-8 1 CFAO : Membre

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE VILLE DE KIGALI DISTRICT DE GASABO HOPITAL DE KIBAGABAGA PLAN D'ACTION 2010-2011

REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE VILLE DE KIGALI DISTRICT DE GASABO HOPITAL DE KIBAGABAGA PLAN D'ACTION 2010-2011 REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE VILLE DE KIGALI DISTRICT DE GASABO HOPITAL DE KIBAGABAGA PLAN D'ACTION 2010-2011 N0 Objectif Resultats attendues Intervention stratégique Indicateurs Activités

Plus en détail

REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE HÔPITAL DE KADUHA PLAN STRATÉGIQUE DU SECTEUR SANTE III JUILLET 2012- JUIN 2018

REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE HÔPITAL DE KADUHA PLAN STRATÉGIQUE DU SECTEUR SANTE III JUILLET 2012- JUIN 2018 REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE HÔPITAL DE KADUHA PLAN STRATÉGIQUE DU SECTEUR SANTE III JUILLET 2012- JUIN 2018 Septembre 2012 HOPITAL DE DISTRICT DE KADUHA i TABLE DES MATIERES I. ANALYSE EXTERNE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162

TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 TERMES DE REFERENCE Mission n 14SANIN162 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Appui au Ministère de la Santé dans la

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DU NORD DISTRICT DE GICUMBI HOPITAL DE BYUMBA PLAN STRATÉGIQUE 2012-2018

REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DU NORD DISTRICT DE GICUMBI HOPITAL DE BYUMBA PLAN STRATÉGIQUE 2012-2018 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DU NORD DISTRICT DE GICUMBI HOPITAL DE BYUMBA PLAN STRATÉGIQUE 2012-2018 Byumba, Mai 2013 Ce document a été élaboré à partir des guidelines de planification sectorielle décentralisée,

Plus en détail

République du Rwanda. Ministère de la Santé BP. 84 Kigali

République du Rwanda. Ministère de la Santé BP. 84 Kigali République du Rwanda Ministère de la Santé BP. 84 Kigali PLAN STRATEGIQUE POUR ACCELERER LA REDUCTION DE LA MORBIDITE ET MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE 2005-2015 Kigali, Février 2007 2 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour

Plus en détail

INTEGRATION DES SOINS DE SANTE BUCCO-DENTAIRES PRIMAIRES DANS LES ACTIVITES DES CENTRES DE SANTE ET DE PROMOTION SOCIALE (C.S.P.S.

INTEGRATION DES SOINS DE SANTE BUCCO-DENTAIRES PRIMAIRES DANS LES ACTIVITES DES CENTRES DE SANTE ET DE PROMOTION SOCIALE (C.S.P.S. REGION DES HAUTS-BASSINS BURKINA FASO ----------------------- ---------------- DIRECTION REGIONALE DE LA SANTE Unité - Progrès - Justice ----------------------- Cellule de Santé Bucco-dentaire INTEGRATION

Plus en détail

L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle, néonatale et infantile : l exemple du Rwanda

L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle, néonatale et infantile : l exemple du Rwanda Conférence internationale pour l Afrique de l Ouest et du Centre «Eliminons la transmission du VIH de la mère à l enfant» Paris, 16-17 Novembre 2011 L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle,

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS Colloque Geres/ESTHER/ISSA Lomé, Togo

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE ACTION INTERNATIONALE Novembre 2009 N 3 Accès aux systèmes et soins de santé primaire Emetteur : DROI p.1/6 ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE Un défi pour améliorer l accès à des services de

Plus en détail

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 L expérience en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 Marie Marcelle Deschamps, MD Faculte de Medecine et Pharmacie de UEH 5-6 Mars 2008 Le contexte Haiti est. le pays le plus affecté

Plus en détail

Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau

Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau PARTENARIAT ESTHER en Hygiène Hospitalière Coopération entre le CHU de Rennes et 2 hôpitaux de Bujumbura, Burundi Hôpital Prince Régent Charles Centre Hospitalo-Universitaire Kamenge L. SAUNDERS, F. NIYONKURU

Plus en détail

ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE

ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE REPUBLIQUE DU RWANDA ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE PROVINCE DE CYANGUGU ADVAS/ CYANGUGU BILAN D UNE ANNEE DE FONCTIONNEMENT DES QUATRE MUTUELLES DU DISTRICT DE SANTE

Plus en détail

Les soins de santé primaires au N.-B. selon les expériences des citoyens : vue d ensemble. Le 20 octobre 2011

Les soins de santé primaires au N.-B. selon les expériences des citoyens : vue d ensemble. Le 20 octobre 2011 Les soins de santé primaires au N.-B. selon les expériences des citoyens : vue d ensemble Le 20 octobre 2011 Objectifs Contexte pour le système de santé du Nouveau- Brunswick Révision brève des intrants

Plus en détail

Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé

Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé Ameliorer la Nutrition au Moyen d Approches Multisectorielles Santé Les liens entre la dénutrition et la santé La dénutrition est la cause de mortalité infantile la plus importante dans la plupart des

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

FOSA : C S x _ Plan _d Affaires _FR.doc District : GASABO

FOSA : C S x _ Plan _d Affaires _FR.doc District : GASABO FOSA : C S x _ Plan _d Affaires _FR.doc District : GASABO Pour des centres de santé contractés pour le financement basé sur la performance District GASABO Nom du centre de Santé x. Population de rayonnement

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre Bilan de l expérience UNICEF Pourquoi est-il important de se focaliser sur l éducation, en particulier celles des filles? Bénéfices individuels

Plus en détail

Le système de santé au Cambodge

Le système de santé au Cambodge Le système de santé au Cambodge Actualisation au 3 mai 2006 MINEFI DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 INDICATEURS DE SANTE Les infrastructures sanitaires

Plus en détail

Améliorer l accompagnement des patients, la qualité des soins et la formation des médecins et du personnel soignant.

Améliorer l accompagnement des patients, la qualité des soins et la formation des médecins et du personnel soignant. Garantir l accès aux soins de santé de qualité à 500 000 personnes au Sud-Kivu. Améliorer l accompagnement des patients, la qualité des soins et la formation des médecins et du personnel soignant. Ce projet

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

La région du Centre-Sud en chiffres

La région du Centre-Sud en chiffres MINISTĖRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice La région du Centre-Sud en chiffres Edition 2014 Géographie GÉOGRAPHIE ET ORGANISATION ADMINISTRATIVE 0rganisation administrative

Plus en détail

1 - CENTRE MEDICAL PEDIATRIQUE SANS BUT LUCRATIF CENTRE PERSIS

1 - CENTRE MEDICAL PEDIATRIQUE SANS BUT LUCRATIF CENTRE PERSIS 1 - CENTRE MEDICAL PEDIATRIQUE SANS BUT LUCRATIF CENTRE PERSIS Introduction: Médecin chef du service de pédiatrie depuis 1987 après des études de médecine et de pédiatrie à la faculté de médecine de Reims,

Plus en détail

: Médecins du Monde Belgique (MdM BE) : Coordinateur/trice du programme en Santé Sexuelle et Reproductive. : 12 mois. : 1 er janvier 2015

: Médecins du Monde Belgique (MdM BE) : Coordinateur/trice du programme en Santé Sexuelle et Reproductive. : 12 mois. : 1 er janvier 2015 Descriptif de poste : Coordinateur de projet en santé reproductive HAÏTI (h/f) ORGANISATION TITRE DU POSTE LOCALISATION DU POSTE DUREE DU POSTE DATE D ENTREE EN FONCTION : Médecins du Monde Belgique (MdM

Plus en détail

Pédiatrie Humanitaire Docteur Louis Baraton et Docteur Jean-Marc Dejode Service de Réanimation pédiatrique et néonatale Chu de Nantes

Pédiatrie Humanitaire Docteur Louis Baraton et Docteur Jean-Marc Dejode Service de Réanimation pédiatrique et néonatale Chu de Nantes Pédiatrie Humanitaire Docteur Louis Baraton et Docteur Jean-Marc Dejode Service de Réanimation pédiatrique et néonatale Chu de Nantes Rapport OMS 2005 Notion de partie non déclarée État civil déficient

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Ministère de la Santé Publique et de la Population

Ministère de la Santé Publique et de la Population Ministère de la Santé Publique et de la Population Formation et Insertion au travail des Agents de Santé Communautaire Polyvalents Dr Brunel DELONNAY Directeur de l Unité de Coordination des Programmes

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 Septembre 2013 REMERCIEMENTS Le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

PRESENTATION DU CENTRE DE PROMOTION DE LA SANTE HOPITAL PRIVE DE TOKOMBERE HÔPITAL DE DISTRICT

PRESENTATION DU CENTRE DE PROMOTION DE LA SANTE HOPITAL PRIVE DE TOKOMBERE HÔPITAL DE DISTRICT PRESENTATION DU CENTRE DE PROMOTION DE LA SANTE HOPITAL PRIVE DE TOKOMBERE HÔPITAL DE DISTRICT Document rédigé par le Docteur Jean Pierre ADOUKARA Tokombéré est le nom d un district de santé rural de l

Plus en détail

Stratégies pour la mise en place des tarifs dans les Fosas - Rwanda

Stratégies pour la mise en place des tarifs dans les Fosas - Rwanda H* D* P* asbl HEALTH, DEVELOPMENT & PERFORMANCE Stratégies pour la mise en place des tarifs dans les Fosas - Rwanda Habineza Christian HDP 14/02/2011 Plan Historique : PBF au Rwanda Organisation des fosas

Plus en détail

FEMMES SANTÉ DES. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

FEMMES SANTÉ DES. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr SANTÉ DES FEMMES Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de

Plus en détail

Association ONLUS Savona au coeur de l Afrique

Association ONLUS Savona au coeur de l Afrique Association ONLUS Savona au coeur de l Afrique PROJET DE COOPERATION INTERNATIONALE DE SANTE Mama ti ngo ( Femme enceinte en langue sangho) Création d une mutuelle de santé pour les soins aux femmes en

Plus en détail

PLAN STRATEGIQUE DE L`HOPITAL KIZIGURO 2012-2018

PLAN STRATEGIQUE DE L`HOPITAL KIZIGURO 2012-2018 REPUBLIQUE DU RWANDA DISTRICT DE GATSIBO HOPITAL KIZIGURO E-mail : hopitalkiziguro@yahoo.fr PLAN STRATEGIQUE DE L`HOPITAL KIZIGURO 2012-2018 JUIN 2012-JUIN 2018 Avril 2013 NOTE: Ce document a été élaboré

Plus en détail

Rapport Principal Enquête à Indicateurs Multiples (MICS) au Cameroun 2000

Rapport Principal Enquête à Indicateurs Multiples (MICS) au Cameroun 2000 Rapport Principal Enquête à Indicateurs Multiples (MICS) au Cameroun 2000 Ministère de l Economie et des Finances Gouvernement du Cameroun UNICEF 28/05/02 1 TABLES DE MATIERES Avant-propos et remerciements

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section Q Division 86

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section Q Division 86 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section Q Division 86 Section Q : SANTÉ HUMAINE ET ACTION SOCIALE Cette section comprend les activités liées à

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Modèle SAA de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux

Modèle SAA de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux Modèle de l USAID, Cadre des résultats et Indicateurs mondiaux et nationaux COMPOSANTES CENTRALES DU MODÈLE DE L USAID Le concept original des soins après avortement a été articulé pour la première fois

Plus en détail

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011.

ANNEXE 1 2011-2015 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL. Bujumbura, 19 mai 2011. ANNEXE 1 PLAN OPERATIONNEL LA POLITIQUE NATIONALE DE LUTTE CONTRE LE VIH ET LE SIDA DANS LE MONDE DU TRAVAIL 211-215 Bujumbura, 19 mai 211. . Introduction Le Burundi s est doté d une politique lutte contre

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition

Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments. Direction de la Nutrition Les principaux types de malnutrition et les déficiences en micronutriments Direction de la Nutrition PLAN Les causes de la malnutrition Les différents types de malnutrition Les déficiences en micronutriments

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE

RAPPORT D ACTIVITE MEDECINS DU MONDE - BELGIQUE Allemagne Argentine Belgique Canada Espagne Grèce Italie Japon Pays-Bas Portugal Royaume-Uni Suède Suisse France RAPPORT D ACTIVITE DE LA RIPOSTE A L EPIDEMIE DE ROUGEOLE MENEE DU 11 AU 15 DECEMBRE 2012

Plus en détail

Contrat de prestation de soins et services de santé

Contrat de prestation de soins et services de santé MUTUELLE DE SANTE DITE DAMA DE TCHAOUDJO S/C ONG ADESCO BP 322 Sokodé- Togo Tél : 550 09 90 Contrat de prestation de soins et services de santé Entre La mutuelle de santé DITE-DAMA de Tchaoudjo Et L USP

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : Bulletin Officiel n 4862 DU 9 Chaoual 1421 (4-1-2001)

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : Bulletin Officiel n 4862 DU 9 Chaoual 1421 (4-1-2001) REFERENCE : Bulletin Officiel n 4862 DU 9 Chaoual 1421 (4-1-2001) Arrêté du Ministre de la santé n 1693-00 du 5 chaabane 1421 (2 novembre 2000) fixant les normes techniques des cliniques LE MINISTRE DE

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda

Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda Swiss Centre for International Health Les mutuelles de santé dans les districts de Karongi et de Rutsiro au Rwanda Capitalisation des expériences du Programme de Renforcement de la Santé Publique de la

Plus en détail

resultats EVALUATION PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle Elaborée en Octobre 2014 Les 6 Sous-Objectifs

resultats EVALUATION PLANIFICATION FAMILIALE Plan stratégique national à vision multisectorielle Elaborée en Octobre 2014 Les 6 Sous-Objectifs EVALUATION EVALUATION DU PLAN DU PLAN DES DES RESULTATS 2014 POUR LA LA MISE MISE EN EN OEUVRE OEUVRE DU PNSPF DU PNSPF 2014-2020 2014-2020 Elaborée en Octobre 2014 Design by Grace NZOLO REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE

Plus en détail

Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance

Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance Commission 2.7 - Africa Santé et nutrition de l enfant en Afrique: Enjeux et défis dans le contexte du Développement de la Petite Enfance Professor M. Guelaya Sall World Conference on Early Childhood Care

Plus en détail

Population 2001 (en millions): 31.0. Densité au mile carré: 34. Taux brut de natalité, naissances pour 1000 habitants: 25

Population 2001 (en millions): 31.0. Densité au mile carré: 34. Taux brut de natalité, naissances pour 1000 habitants: 25 A lgérie PROFIL DÉMOGRAPHIQUE Capitale: Alger Superficie, en miles carrés: 919,591 Revenu national brut par habitant, 1999 (US$): 4,840 Population 2001 (en millions): 31.0 Densité au mile carré: 34 Taux

Plus en détail

Note : Situation sanitaire et système de santé au Vietnam, un pays en pleine transition.

Note : Situation sanitaire et système de santé au Vietnam, un pays en pleine transition. Note : Situation sanitaire et système de santé au Vietnam, un pays en pleine transition. 1 Contexte et grands indicateurs de santé publique Le Vietnam, dont la population estimée en 2010 approche les 89

Plus en détail

Termes de références Mission TCHAD Demandeur I. Contexte HCNC FOSAP UNAD AMASOT La composante VIH/Sida vise les objectifs suivants

Termes de références Mission TCHAD Demandeur I. Contexte HCNC FOSAP UNAD AMASOT La composante VIH/Sida vise les objectifs suivants Termes de références Mission n 12INI145 TCHAD / Mission d expertise technique auprès de l Unité de Gestion du FOSAP, en matière de gestion financière et d appui comptable. Demandeur : FOSAP-HCNC I. Contexte

Plus en détail

PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO.

PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO. PHASE II. PROJET D APPUI A L AUTO-PROMOTION DES ENFANTS CHEFS DES MENAGES, DISTRICT DE BIRENGA, PROVINCE DE KIBUNGO. Juillet 2003- Juin 2004 Financement : Croix-Rouge Britannique. Karamagapenabir03 Révision

Plus en détail

La situation du Rwanda

La situation du Rwanda L ASSURANCE - MALADIE OBLIGATOIRE La situation du Rwanda Par : Dr Innocent GAKWAYA : RAMA Mme Gisèle GATARIKI : Ministère des Finances et de la Planification Economique Mr Hertilan INYARUBUGA : Ministère

Plus en détail

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris

Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris Colloque COMORESPOIR 11 juin 2003 à Paris DOCUMENT DE REFLEXION SUR UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT SANITAIRE AUX COMORES Intervention de Monsieur MOHAMED Adame Cadre Supérieur de Santé Diplômé en Management

Plus en détail

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif CONTEXTE - EPIDEMIOLOGIQUE Pires paramètres épidémiologiques de l hémisphère occidental Mortalité infantile 0-5ans: 73 décès /1000 naissances vivantes

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 LA SITUATION DE LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE Par le Professeur Pierre Chaulet Alger 29 Novembre 2009 LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 En millions Taux Population mondiale 6.668 100% Personnes

Plus en détail

Activités sanitaires- région de Kidal

Activités sanitaires- région de Kidal Mission Mali 1 Activités sanitaires- région de Kidal 1 S1 à S20 Année 2013 Médecins du Monde - Belgique 2 Plan de l exposé» Contexte» Réponse à l Urgence Sanitaire» Etat des lieux» Paquet d activités mené

Plus en détail

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse

Bénin. Enquête Démographique et de Santé 2006. Rapport de synthèse Bénin Enquête Démographique et de Santé 2006 Rapport de synthèse Ce rapport résume les principaux résultats de l Enquête Démographique et de Santé (EDSB-III), réalisée au Bénin du 3 août au 18 novembre

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte

Un nouveau cadre d investissement pour la riposte ONUSIDA Note d information 2011 Un nouveau cadre d investissement pour la riposte mondiale au VIH Version originale anglaise, UNAIDS / JC2244F, novembre 2011 : A new investment framework for the global

Plus en détail

Le Fonds mondial et le renforcement des systèmes de santé. Quels sont les arguments à apporter à l appui d une proposition des Séries 8, 9 et 10?

Le Fonds mondial et le renforcement des systèmes de santé. Quels sont les arguments à apporter à l appui d une proposition des Séries 8, 9 et 10? Le Fonds mondial et le renforcement des systèmes de santé Quels sont les arguments à apporter à l appui d une proposition des Séries 8, 9 et 10? Document de travail Cette note a été préparée par l OMS

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

PROJET DE MISE EN PLACE DE MUTUELLE DE SANTE & AMELIORATION DE LA QUALITE DES SOINS DANS LA ZONE SANITAIRE DE MAKISO KISANGANI (Octobre 2013)

PROJET DE MISE EN PLACE DE MUTUELLE DE SANTE & AMELIORATION DE LA QUALITE DES SOINS DANS LA ZONE SANITAIRE DE MAKISO KISANGANI (Octobre 2013) PROJET DE MISE EN PLACE DE MUTUELLE DE SANTE & AMELIORATION DE LA QUALITE DES SOINS DANS LA ZONE SANITAIRE DE MAKISO KISANGANI (Octobre 2013) Dr Aimé- EYANE KENGETOLOMBO, MD, MPH,SP-QSGSS Médecin Chef

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

SÉNÉGAL. Enquête Continue sur la Prestation des Services de Soins de Santé (ECPSS)

SÉNÉGAL. Enquête Continue sur la Prestation des Services de Soins de Santé (ECPSS) SÉNÉGAL Enquête Continue sur la Prestation des Services de Soins de Santé (ECPSS) 2014 RÉPUBLIQUE DU SÉNÉGAL SÉNÉGAL : ENQUÊTE CONTINUE SUR LA PRESTATION DES SERVICES DE SOINS DE SANTÉ (ECPSS) 2014 Agence

Plus en détail

Fòk pèp la jwenn! ÉNONCÉ DE POLITIQUE GÉNÉRALE DU PREMIER MINISTRE S.E.M. LAURENT SALVADOR LAMOTHE - CHAMBRE DES DÉPUTÉS LUNDI 14 MAI 2012

Fòk pèp la jwenn! ÉNONCÉ DE POLITIQUE GÉNÉRALE DU PREMIER MINISTRE S.E.M. LAURENT SALVADOR LAMOTHE - CHAMBRE DES DÉPUTÉS LUNDI 14 MAI 2012 Fòk pèp la jwenn! Les modèles de contractualisation relative à la gestion des maternités: Achats de services Atelier national de santé de la reproduction/ planification familiale, 12-14 décembre 2012 Plan

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail