INFORMATIONS, PERCEPTION DE LA POLLUTION DE L AIR ET ACTIONS PRÉVENTIVES : LES RAISONS DE DISCOR- DANCES MULTIPLES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFORMATIONS, PERCEPTION DE LA POLLUTION DE L AIR ET ACTIONS PRÉVENTIVES : LES RAISONS DE DISCOR- DANCES MULTIPLES"

Transcription

1 PERCEPTION Christophe CASTANO 1 et Gabriel MOSER 2 INFORMATIONS, PERCEPTION DE LA POLLUTION DE L AIR ET ACTIONS PRÉVENTIVES : LES RAISONS DE DISCOR- DANCES MULTIPLES 1 Chargé d études à l APPA Comité Nord- Pas de Calais, 2 Professeur de Psychologie Environnementale, Laboratoire de Psychologie Environnementale, CNRS, Université Paris 5. RÉSUMÉ On constate couramment dans le public comme chez les acteurs de la prévention de la pollution de l'air des surestimations ou des sous-estimations de nuisances et de risques liés à l'exposition, comparés aux diagnostics des experts. Ces discordances peuvent avoir des conséquences dommageables sur la qualité de vie et la santé des personnes. Elles peuvent aussi altérer la confiance mutuelle entre le public et les acteurs de la prévention. Cet article vise à donner des éléments de compréhension de ces discordances en se centrant préférentiellement sur le point de vue du public. Trois critères d'expression de la gêne et de la perception du risque sont présentés : l'exposition perçue, la capacité perçue de contrôle et la relation au cadre de vie. INTRODUCTION On constate couramment dans le public comme chez les acteurs de la prévention (pouvoirs publics, agences, associations, etc.) des surestimations ou des sous-estimations de nuisances et de risques sur l'exposition, par rapport aux diag- nostics opérés par les experts. En effet, l'information en matière de pollution atmosphérique rencontre des difficultés car la pollution de l'air est multiforme, difficilement détectable, et les effets sur la santé comportent de nombreuses incertitudes spatio-temporelles. Ces discordances peuvent avoir des conséquences dommageables, à la fois sur les comportements adoptés ou non par les personnes exposées, ce qui peut perturber leur qualité de vie et leur santé, mais aussi sur la confiance mutuelle entre le public et les acteurs de la prévention. Dans ces conditions, comment rendre l'information plus compréhensible et utilisable? Cet article vise à donner des éléments de compréhension de ces discordances en se centrant préférentiellement sur le point de vue du public. Ce faisant, il y a lieu de distinguer la capacité de l'individu à traiter l'information et à apprécier son exposition à la pollution de l'air d'une part, et sa perception de l'opportunité et de la capacité à réagir à ces informations et ses réactions ou non réactions, d'autre part. Air Pur N 73 - Deuxième semestre

2 I - DES DISCORDANCES ENTRE L'INFORMATION SUR L'EXPOSI- TION ET LA PERCEPTION DU PUBLIC Il existe deux cas particulièrement emblématiques de discordance. Dans le premier cas, les acteurs de la prévention alertent les populations sur leur exposition à des conditions environnementales nocives sans que toutefois ces dernières n'estiment la situation comme préoccupante, ni qu'elles mettent en pratique les comportements de protection adéquats préconisés. Dans le second cas, les populations estiment subir des nuisances dangereuses et intolérables alors que les mesures de pollution effectuées n'indiquent pas d'exposition à de telles conditions nocives. Autrement dit, la mesure de l'exposition ne coïncide pas toujours avec la gêne ou le risque perçu par les populations. On peut résumer schématiquement ces différents cas à travers la figure suivante : II - LES CRITÈRES D EXPRESSION DE LA GÊNE ET DE LA PERCEPTION DU RISQUE Nous présentons ici trois critères interdépendants qui ont une incidence plus ou moins importante sur l'expression de la gêne et/ou la perception du risque. 1 - La perception de l exposition à des conditions environnementales nocives Il est difficile pour les individus de connaître leur niveau d'exposition à la pollution de l'air. Selon une enquête récente réalisée auprès de 1504 Français représentatifs de la région parisienne, de la région Nord-Pas de Calais et de la communauté urbaine d'angers, environ 88% déclarent ne pas connaître le niveau de la pollution de l'air là où ils habitent (Charles et al., 2007). Mais près d'une personne sur deux a déjà constaté des effets de la pollution de l'air sur sa santé ou celle de ses proches. Et 80% des personnes interrogées estiment que la pollution constitue un facteur de stress, qu'elles habitent en milieu rural ou urbain (Moser et al., 2006). Figure 1 : Relation entre l exposition et l expression de la gêne et/ou le risque perçu (adaptée de Moser, 2007) Alors que dans les cas 1a et 2b, la gêne ressentie et le risque perçu rejoignent les mesures effectuées, c'est-à-dire le degré de pollution constaté, les deux autres cas de figure (1b et 2a) font apparaître des discordances que les acteurs de la prévention doivent non seulement clairement identifier, mais aussi auxquelles ils doivent tenter de proposer des solutions pour y remédier. Quelles sont les difficultés rencontrées pour informer la population sur son niveau d'exposition, sur les causes et les effets de cette exposition, et sur les moyens à mettre en œuvre pour réagir? Tenter de répondre à ces questions nécessiterait de multiples éclairages que l'on ne peut exposer ici de façon exhaustive. Il faut d'une part analyser pourquoi et comment les acteurs de la prévention construisent des outils de mesure et de communication sur l'exposition. Il faut d'autre part considérer les raisons qui amènent les individus à exprimer ou non une gêne et à déterminer le degré de risque associé à l'exposition. C'est ce deuxième aspect que nous allons aborder à présent. Quels liens les individus établissent-ils entre l'exposition et les effets sur la santé? Ils peuvent d'une part déduire leur niveau d'exposition à partir des manifestations physiques ou des risques perçus. Ils peuvent aussi déduire l'existence d'effets sur la santé à partir de leur exposition perçue. Ces deux modes de pensée peuvent parfois s'exprimer conjointement dans certaines plaintes des individus. C'est notamment le cas du syndrome psychogène (voir section 3 sur le syndrome du bâtiment malsain). Ces estimations peuvent se révéler en décalage avec les avis des experts qui ne mesurent en routine que la pollution de l'air extérieur, alors que chaque individu passe 80% de son temps environ chez lui. Par ailleurs, la gêne ou le risque que représente la pollution de l'air peuvent être surévalués ou sous évalués en fonction de l'importance que l'on accorde à la visibilité des effets ou au contraire à leur invisibilité. Les confusions observées s'expliquent par la multiplicité des causes et des effets liés aux conditions d'exposition. Ainsi, un effet de la pollution peut se rapporter à des causes multiples agissant conjointement ou indépendamment l'une de l'autre. De même, une même cause peut entraîner de multiples effets, plus ou moins nocifs, et agissants à différentes échelles spatio-temporelles. 2 - La capacité perçue de contrôle Pour différentes pollutions comme celle de l'air, l'expression de la gêne et/ou la perception du risque est modulée par la perception de la capacité à lui faire face. Si une capacité perçue éle- 6- Air Pur N 73 - Deuxième semestre 2007

3 vée peut parfois entraîner une diminution de la gêne et/ou du risque perçu, une incapacité perçue peut entraîner des effets divers et opposés. Ainsi, selon les contextes et les individus, elle intensifie l'impression de danger (par exemple concernant les risques perçus d'un accident industriel). Ces craintes peuvent alors entraîner un stress additionnel perturbant la qualité de vie des individus. Elle peut aussi au contraire entraîner sur le long terme une minimisation, un oubli ou un déni du risque et/ou de la nuisance. Il peut ainsi s'agir d'un processus de réduction de la dissonance cognitive, consistant à minimiser l'inconfort dû à l'exposition atmosphérique, et à revaloriser le confort procuré par d'autres aspects environnementaux. Par ailleurs, les nouveaux risques atmosphériques placent le public comme les acteurs en face d'un dilemme : agir dans l'incertitude ou ne rien faire, car le temps de la mesure ne correspond pas au temps de l'action. En effet, il existe des menaces dont on ne peut clairement identifier les effets éventuels que rétrospectivement. Face à des risques mal connus, l'expérience ne peut aider à anticiper tous les effets d'une décision, qui de surcroît peuvent s'avérer irréversibles. Dans un schéma inhabituel, l'action précède et détermine la connaissance (Charles, 2007). C'est dans ce contexte que se pose la pertinence du principe de précaution face à ces risques atmosphériques (nanoparticules, champs électromagnétiques, dissémination des OGM...). Comment décider d'agir si l'on ne peut s'appuyer sur des mesures claires et instantanées? L'incertitude des effets place souvent le public comme les acteurs en face d'un choix délicat : agir au risque de s'exposer à des effets irréversibles, ou ne rien faire au risque de se passer d'effets potentiellement bénéfiques pour la qualité de vie. 3 - La place de la pollution de l air dans le cadre de vie De nombreuses études ont montré que l'expression de la gêne et/ou la perception d'un risque dans un environnement familier dépend de la satisfaction que l'on éprouve à évoluer dans cet environnement. Par exemple, un individu insatisfait de son cadre résidentiel peut exprimer cette insatisfaction à travers une nuisance, surtout si celle-ci est reconnue socialement et dont l'origine est une source hautement probable (la pollution en provenance d'une usine ou d'une voie à grande circulation). On peut identifier ainsi une explication au cas 2a de la figure 1. A l'inverse, le cas où l'individu est exposé à une pollution atmosphérique, sans qu'il n'exprime de gêne conséquente (cas 1b) peut s'expliquer par trois différents cas de figure : soit par un défaut de perception de la part du sujet exposé (il n'identifie pas de pollution), soit par un phénomène d'adaptation à la pollution, soit par un dénie dans le cas d'une satisfaction résidentielle élevée, ceci dans un souci de congruence cognitive. L'exposition à la nuisance et/ou au risque est alors, dans l'esprit de l'individu, compensée par d'autres aspects positifs composant l'environnement de résidence (Moser, 2007). Le rôle de la satisfaction par rapport à son lieu de vie prend parfois une importance capitale pour comprendre des situations ambiguës dans lesquelles des individus se plaignent de symptômes somatiques alors qu'aucune preuve scientifique formelle n'est établie. Un exemple est donné à la section suivante. Mais précisons que parfois des doutes subsistent dans certaines situations, notamment au regard d'événements passés où ni le public, ni surtout les autorités compétentes, n'ont reconnus suffisamment tôt les effets néfastes de l'exposition à certaines conditions environnementales (l'affaire de l'amiante, le nuage de Tchernobyl...). III - LE SYNDROME DU BÂTIMENT MALSAIN Il existe des cas où des personnes évoluant dans un même bâtiment souffrent de symptômes somatiques (manifestations allergiques, maux de tête ou de ventre, nausées, etc.) qu'ils attribuent à une mauvaise qualité de l'air, alors que les experts ne peuvent détecter avec certitude une relation avec la qualité de l'air ambiant. Dans certains cas, de possibles facteurs entraînant des effets sur la santé (ventilation défectueuse par exemple) sont isolés, sans que toutefois des seuils de dangerosité soient atteints. Les épisodes ont lieu le plus souvent en milieu scolaire ou professionnel et peuvent toucher de quelques individus à plusieurs centaines. On parle à ce sujet de syndrome psychogène collectif ou d'épidémie de malaises d'étiologie non expliquée (pour une définition et des exemples, voir bulletin épidémiologique de l'invs, 2007). Les populations et lieux concernés étant très diversifiés, il est difficile d'identifier des caractéristiques communes aux populations touchées. On remarque toutefois que les femmes sont plus souvent concernées que les hommes (Jones, 2000; Vandentorren et al., 2007). 1 - La relation au cadre de vie Ces manifestations psychosomatiques illustrent les difficultés à prendre en compte les craintes des individus et à apporter des réponses satisfaisantes. En milieu professionnel, "il n'est pas rare de retrouver des situations de conflits sociaux sous-jacents, des mauvaises conditions de travail, des rapports hiérarchiques problématiques ou des situations de management défectueux" (Vandentorren et al., op. cit.). On retrouve alors l'explication donnée plus haut au cas 2a : les per- Air Pur N 73 - Deuxième semestre

4 sonnes insatisfaites de leur cadre de travail expriment cette insatisfaction à travers une nuisance liée à la pollution de l'air. 2 - Une dynamique collective Une autre difficulté dans la gestion de ces situations concerne le caractère dynamique de ce syndrome. Le nombre d'individus se plaignant de symptômes peut augmenter ou diminuer très rapidement, en fonction notamment des informations circulant dans le bâtiment et de l'importance que l'on accorde aux personnes les diffusant. On est ici en face d'un phénomène de contagion de groupe similaire à celui à l'œuvre dans les rumeurs, et qui remplit des fonctions bien connues : renforcer la cohésion à l'intérieur du groupe, renforcer le sentiment d'appartenance des membres à ce groupe, donner des explications aux aspects inconnus de l'environnement qui les entoure, et enfin renforcer le contrôle sur cet environnement. Lors de certains épisodes, le simple fait de prendre des mesures dans le bâtiment peut légitimer et renforcer la conviction d'un lien entre l'exposition et les manifestations somatiques observées. Cela peut alors aussi multiplier le nombre de personnes se plaignant de symptômes. La gestion de ce type de situation nécessite donc des compétences managériales. Certaines directions sont tentées d'évacuer les préoccupations des employés afin de ne pas amplifier la crise. Toutefois, pendant ou en dehors des moments de crise, la prise en compte de l'environnement de travail, notamment par des interventions sur le bâtiment, entraîne le plus souvent des effets bénéfiques, tant au niveau du bien-être des employés que de leur efficacité au travail, comme l'a montré E. Mayo dans ses recherches (Mousli, 2007). Dans bien des cas, il est donc préférable de surveiller de manière préventive et régulière plutôt que d'attendre l'apparition de telles crises qui peuvent entraîner de lourdes conséquences sur le fonctionnement des établissements. IV - PERSPECTIVES 1 - Renforcer la confiance Qu'il s'agisse de la qualité de l'air ou d'autres aspects environnementaux, une donnée centrale en jeu est la confiance mutuelle entre le public et les acteurs de la prévention, et au premier rang les pouvoirs publics. De nombreuses études indiquent un important déficit de confiance envers les autorités publiques (enquête AFSSET, 2006, par exemple). Il est intéressant de noter à ce propos, que le public accorde moins de confiance aux autorités nationales et européennes qu'à celles plus locales. Une manière d'aborder la question de la confiance mutuelle consiste à s'interroger sur notre modèle de gouvernance, et sur le rôle des pouvoirs publics dans la gestion de la qualité de l'air. Il s'agit notamment de remédier au fait que les pouvoirs publics ne sont pas perçus comme exemplaires, qu'ils sont souvent considérés comme illégitimes car ne représentant pas l'intérêt général mais plutôt leurs intérêts particuliers. Se pose aussi la question des séquences d'intervention des pouvoirs publics. Bien souvent, c'est lors des crises médiatisées que l'action des pouvoirs publics devient visible. Ces crises permettent parfois de restaurer leur légitimité auprès du public, mais elles peuvent aussi au contraire détruire en quelques instants le long travail de confiance instauré sur la durée. Pour prévenir les crises, certaines voix appellent les pouvoirs publics à partager davantage les prises de décisions, notamment en instaurant de nouveaux dispositifs de concertation : forums hybrides, conférences citoyennes, etc. (voir par exemple Callon et al., 2001). Ces dispositifs ont pour objectif d'intégrer les citoyens comme des acteurs à part entière de la prévention, en leur faisant tenir leur rôle d'"usager expert". Ils visent ainsi à faciliter l'acceptation des décisions par l'ensemble des acteurs, et à permettre d'assumer plus collectivement les risques associés à ces décisions. Par ailleurs, ces dispositifs sont une réponse directe au fait que les instances locales proches du public, ont un crédit de confiance plus important. 2 - Diversifier et relativiser les indicateurs Afin d'optimiser les effets informatifs et les incitations comportementales, d'étendre la crédibilité et d'augmenter ainsi la capacité opérationnelle des indicateurs de la qualité de l'air, il nous semble qu'il faille diversifier et relativiser ces derniers. Pour informer le public sur les actions collectives, il pourrait être utile de mettre en avant des indicateurs de degré d'avancement d'objectifs à atteindre pour réduire la pollution atmosphérique. Il serait ainsi possible de mieux faire comprendre les liens complexes entre la connaissance et l'action en matière de gestion de la qualité de l'air. Cela nécessiterait alors d'analyser la pertinence, l'efficacité et la visibilité des objectifs fixés par les autorités locales dans le cadre des nombreux dispositifs publics de prévention de la pollution de l'air (Plan de Protection de l'atmosphère, Plan Régional de la Qualité de l'air, Plan de Déplacements Urbains, Plan Climat, Agenda 21, etc). Par ailleurs, il pourrait être utile non seulement de compléter les indicateurs sur la qualité de l'air extérieur par un indicateur de la qualité de l'air intérieur, mais également par d'autres indicateurs environnementaux pertinents sur un territoire 8- Air Pur N 73 - Deuxième semestre 2007

5 donné, relatifs notamment à l'espace public, aux transports, ou bien encore relatifs aux lieux de travail (niveau sonore, accidentologie ). Cela aiderait à ce que les individus soient plus à même de comprendre la place de la pollution de l'air dans leur cadre de vie, et de saisir les enjeux de leurs expositions aux conditions environnementales et sociales sur un territoire donné. Par ailleurs, la mise au point, dans le cadre des exigences du développement durable, d'indicateurs prenant en compte des aspects plus subjectifs tels que le confort perçu, les inégalités environnementales ressenties ou plus généralement la perception de la qualité de vie, permettraient d'intégrer l'exposition aux nuisances environnementales et les effets conjugués de leur exposition. Ainsi les propositions d'indicateurs de développement durable de l'ifen (2001) intègrent-elles les préférences et insatisfactions déclarées. BIBLIOGRAPHIE AFSSET (2006). Expert et grand public : quelles perceptions face au risque? Recherche "Perplex : étude comparative de la perception des risques par le public et par les experts" du programme "Environnement et Santé" de l'afsset. Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. (2001). Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Editions du Seuil, Paris, 358 p. Charles, L. (2007). La pollution atmosphérique, entre individu et collectif : mise en perspective socio-environnementale, In Evaluation et perception de l'exposition à la pollution atmosphérique, La Documentation Française, Paris, p.132. Charles L., Bayet C., Castano C., Rozec V., Roussel, I. (2007). Pollution atmosphérique et santé environnementale. Quels enjeux, quels acteurs, quelles préventions?, Communication présentée pour le séminaire mi-parcours Évaluation et perception de la pollution atmosphérique du programme Primequal-Predit, Lille, 4 avril. IFEN (2001). Propositions d'indicateurs de développement durable pour la France. Institut Français de l'environnement, collection «études et travaux», n 35. Jones, T.F. (2000). Mass Psychogenic Illness: Role of the Individual Physician. American Family Physician, 62, 12, pp Moser G. (2007). Pollution atmosphérique et atteinte à la qualité de la vie, In Evaluation et perception de l'exposition à la pollution atmosphérique, La Documentation Française, Paris, pp Moser G., Robin, M. (2006). Environmental annoyances : a threat to quality of life? European Review of Applied Psychology, 56, 1, pp Mousli, M. (2007). Elton Mayo et l'école des relations humaines. Alternatives Economiques, 256. Vandentorren S., Gomes do Espirito Santo E., Kermarec F. (2007). Les épidémies de malaises d'étiologie non expliquée : savoir poser le diagnostic de "syndrome psychogène", Bulletin de l'invs, 15-16, pp Air Pur N 73 - Deuxième semestre

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

FORUM STRESS 29/10/04

FORUM STRESS 29/10/04 FORUM STRESS 29/10/04 FORUM STRESS F. Hostyn Frank Hostyn ; D.Brouhon 20.10.2004 29.10.2004 Objectifs appliquer la CCT 72 développer une politique de bien-être Méthode recueil d informations via différents

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 La Formation Professionnelle Management Relationnel Les Fondamentaux du Management Animation d équipe, Manager Coach Développer son assertivité Communiquer efficacement avec

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

EVOLUTION DU ROLE ET DE L IMAGE DU CHEF D ETABLISSEMENT DANS LE SYSTÈME EDUCATIF BURKINABE

EVOLUTION DU ROLE ET DE L IMAGE DU CHEF D ETABLISSEMENT DANS LE SYSTÈME EDUCATIF BURKINABE EVOLUTION DU ROLE ET DE L IMAGE DU CHEF D ETABLISSEMENT DANS LE SYSTÈME EDUCATIF BURKINABE PLAN Introduction définition et attributions du chef d établissement selon les textes perception des enseignants,

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE : QUEL OBJET D ÉTUDES POUR LES SCIENCES SOCIALES?

LE CHANGEMENT CLIMATIQUE : QUEL OBJET D ÉTUDES POUR LES SCIENCES SOCIALES? LE CHANGEMENT CLIMATIQUE : QUEL OBJET D ÉTUDES POUR LES SCIENCES SOCIALES? Carole BARTHELEMY Laboratoire Population Environnement Développement URM 151 Université de Provence- IRD Observer et s adapter

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008 Management des situations de crise www.triadis.fr S organiser Communiquer Patrick PIZA LES MISSIONS CONSEIL L ÉQUIPE TRIADIS 5 consultants seniors - 2 assistantes 3 consultants

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Plan de déplacementsd au Cœur de la Stratégie des Entreprises Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. 25 janvier 2006 Document 7ème SenS libre d utilisation sous réserve d en citer la source

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE 900 000 déplacements TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE ET VOUS COMMENT VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST CITOYEN DE SA VILLE ET DE SA PLANÈTE évaluez vos comportements Question 1 : pour vous rendre

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD

SOLUTIONS RESSOURCES HUMAINES SUD «Impacts de la pratique de la reconnaissance au travail sur la santé des salariés» Jean-Marie GOBBI La reconnaissance, une préoccupation actuelle Le contexte social Montée de l individualisme Effritement

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

Canevas concernant la formation individualisée encadrée

Canevas concernant la formation individualisée encadrée Canevas concernant la A Description générale La formation individualisée se déroule en deux temps dans le même groupe. Une période d observation (3 séances) est suivie d une période de co-animation (6

Plus en détail

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport

Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport Position du think tank Sport et Citoyenneté relative à la santé et au sport 1 Juin 2012 Position adoptée à l issue des échanges et travaux du réseau européen «Sport et Santé», créé et animé par Sport et

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT PREFECTURE DE LA REGION AQUITAINE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Santé Sécurité Travail REFERENTIEL DES ACTIVITES & DES COMPETENCES DES MEMBRES DE CHSCT

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement

Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement Agence de Développement Social Vision transversale et action cohérente pour la protection de l Environnement SOMMAIRE 1. vision 2. Mission de l ADS dans le domaine de la Protection de l Environnement,

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région

Agenda 21 Île-de-France. Le référentiel de l Eco-Région Agenda 21 Île-de-France Le référentiel de l Eco-Région Un Agenda 21 pour renforcer l'eco-région 2008 Forum de lancement de l Agenda 21 Île-de-France Le choix d un agenda 21 interne : périmètre de l institution

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions

RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions RPS : du processus de détection des risques à la mise en œuvre des moyens d actions C. Benoist, Chef du personnel FAI D. Pouchard, Chargé de Mission Afpa Transitions Les étapes de la mise en œuvre de la

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Dès le 1er septembre 2014, la nouvelle réglementation concernant les risques psychosociaux sera d application. De récentes modifications ont été apportées

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

Employé administratif et comptable niveau 2

Employé administratif et comptable niveau 2 LA GESTION DU DEVELOPPEMENT INDIVIDUEL Employé administratif et comptable niveau 2 EVALUATION GDI DU SALARIE Employé administratif et comptable niveau 2 NOM : PRENOM : Période d'activité : Matricule :

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition.

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition. Plan Introduction I. Application de la psychologie au domaine professionnel : Apparition de la psychologie du travail 1. définition : la psychologie du travail 2. historique. 3. Les domaines d intervention

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS

ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS VERSION JUIN 2014 COMPRENDRE SON QUARTIER et EXPLORER DES SOLUTIONS ATELIER DE VALIDATION DES SCÉNARIOS Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée à condition

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004

CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004 CONFERENCE SALON PREVENTICA DES 02 & 03 JUIN 2004 ENJEUX DU RISQUE ROUTIER : LES MOYENS POUR Y FAIRE FACE Intervenant : Stéphane DEVELTER Consultant en sécurité routière Faire de la prévention : pourquoi?

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

FICHE D EVALUATION ANNUELLE

FICHE D EVALUATION ANNUELLE FICHE D EVALUATION ANNUELLE Objectifs de la fiche d évaluation annuelle L évaluation porte sur le travail accompli par le collaborateur. Elle n est pas un jugement, mais une évaluation, pas sur ce qu il

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

rentiels Enseignement Bureaux Philippe Duchene Marullaz Département Développement Durable Juin 2004 1

rentiels Enseignement Bureaux Philippe Duchene Marullaz Département Développement Durable Juin 2004 1 Présentation des référentielsr rentiels NF Bâtiments B Tertiaires Démarche HQE Enseignement Bureaux Philippe Duchene Marullaz Département Développement Durable Juin 2004 1 Pourquoi une certification? Rappel

Plus en détail

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise

Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise B I E N - Ê T R E S T R E S S R I S Q U E S P S Y C H O S O C I A U X Établir un diagnostic du climat social de l entreprise Questionnaire de Climat d entreprise 14 échelles fondamentales pour rendre compte

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises

CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite. Action collective inter-entreprises CONDUITE DE CHANGEMENT ET PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Dans le secteur des maisons de retraite Action collective inter-entreprises Fiche méthodologique du groupe de ARACT Bourgogne -2009 1 Étapes

Plus en détail

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec Résultats d enquête Dr Régis MOURIES, Président En partenariat avec L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? Conférence de Presse du 25/11/14 Philippe

Plus en détail

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire

Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire Inspection générale des affaires sociales RM2011-048A Association des parties prenantes à l'expertise sanitaire RAPPORT THEMATIQUE Établi par Françoise BAS-THERON Christine DANIEL Nicolas DURAND Membres

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

L évolution des normes ISO9001 et ISO14001. La forme Le fond

L évolution des normes ISO9001 et ISO14001. La forme Le fond 41 ième rencontre 29 septembre 2014 L évolution des normes ISO9001 et ISO14001 La forme Le fond AllQuality Sept 2014 : évolution ISO9001 et ISO14001 - philippe.barbaza@qualivie.fr - 1 Vers une structure

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

mots pour maux burnout

mots pour maux burnout mots pour maux burnout burnout Définition Le terme de burnout était primairement utilisé pour définir le surchauffement d une fusée résultant de l épuisement de carburant. Puis H. Freudenberg, un psychanalyste

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Note de la CSL Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Luxembourg, le 25.05.2016 1/6 Situation actuelle et constats : Les pays européens assistent depuis une quinzaine d années à une

Plus en détail

Cahier des charges / Formation «Diagnostic technologique d une entreprise»

Cahier des charges / Formation «Diagnostic technologique d une entreprise» Cahier des charges / Formation «Diagnostic technologique d une entreprise» Entité : CARINNA (Agence pour la Recherche et l Innovation en Champagne-Ardenne) Contact : Katia JOSEPH Chargée de mission «Gestion

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les directions juridiques pour développer de nouvelles compétences professionnelles

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

12 e journée d information

12 e journée d information 12 e journée d information des RCCI et desrcsi Jeudi 22 mars 2012 Palais des Congrès - Paris Intervention Arnaud Oseredczuk Secrétaire général adjoint Direction de la gestion d actifs et des marchés Autorité

Plus en détail

Formation MANAGER PREVENTEUR DES Risques Psychosociaux ou RPS

Formation MANAGER PREVENTEUR DES Risques Psychosociaux ou RPS Formation MANAGER PREVENTEUR DES Risques Psychosociaux ou RPS Les dernières découvertes des neurosciences et des outils de prévention au service du manager «La formation donne d abord un tour d horizon

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail