INFORMATIONS, PERCEPTION DE LA POLLUTION DE L AIR ET ACTIONS PRÉVENTIVES : LES RAISONS DE DISCOR- DANCES MULTIPLES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFORMATIONS, PERCEPTION DE LA POLLUTION DE L AIR ET ACTIONS PRÉVENTIVES : LES RAISONS DE DISCOR- DANCES MULTIPLES"

Transcription

1 PERCEPTION Christophe CASTANO 1 et Gabriel MOSER 2 INFORMATIONS, PERCEPTION DE LA POLLUTION DE L AIR ET ACTIONS PRÉVENTIVES : LES RAISONS DE DISCOR- DANCES MULTIPLES 1 Chargé d études à l APPA Comité Nord- Pas de Calais, 2 Professeur de Psychologie Environnementale, Laboratoire de Psychologie Environnementale, CNRS, Université Paris 5. RÉSUMÉ On constate couramment dans le public comme chez les acteurs de la prévention de la pollution de l'air des surestimations ou des sous-estimations de nuisances et de risques liés à l'exposition, comparés aux diagnostics des experts. Ces discordances peuvent avoir des conséquences dommageables sur la qualité de vie et la santé des personnes. Elles peuvent aussi altérer la confiance mutuelle entre le public et les acteurs de la prévention. Cet article vise à donner des éléments de compréhension de ces discordances en se centrant préférentiellement sur le point de vue du public. Trois critères d'expression de la gêne et de la perception du risque sont présentés : l'exposition perçue, la capacité perçue de contrôle et la relation au cadre de vie. INTRODUCTION On constate couramment dans le public comme chez les acteurs de la prévention (pouvoirs publics, agences, associations, etc.) des surestimations ou des sous-estimations de nuisances et de risques sur l'exposition, par rapport aux diag- nostics opérés par les experts. En effet, l'information en matière de pollution atmosphérique rencontre des difficultés car la pollution de l'air est multiforme, difficilement détectable, et les effets sur la santé comportent de nombreuses incertitudes spatio-temporelles. Ces discordances peuvent avoir des conséquences dommageables, à la fois sur les comportements adoptés ou non par les personnes exposées, ce qui peut perturber leur qualité de vie et leur santé, mais aussi sur la confiance mutuelle entre le public et les acteurs de la prévention. Dans ces conditions, comment rendre l'information plus compréhensible et utilisable? Cet article vise à donner des éléments de compréhension de ces discordances en se centrant préférentiellement sur le point de vue du public. Ce faisant, il y a lieu de distinguer la capacité de l'individu à traiter l'information et à apprécier son exposition à la pollution de l'air d'une part, et sa perception de l'opportunité et de la capacité à réagir à ces informations et ses réactions ou non réactions, d'autre part. Air Pur N 73 - Deuxième semestre

2 I - DES DISCORDANCES ENTRE L'INFORMATION SUR L'EXPOSI- TION ET LA PERCEPTION DU PUBLIC Il existe deux cas particulièrement emblématiques de discordance. Dans le premier cas, les acteurs de la prévention alertent les populations sur leur exposition à des conditions environnementales nocives sans que toutefois ces dernières n'estiment la situation comme préoccupante, ni qu'elles mettent en pratique les comportements de protection adéquats préconisés. Dans le second cas, les populations estiment subir des nuisances dangereuses et intolérables alors que les mesures de pollution effectuées n'indiquent pas d'exposition à de telles conditions nocives. Autrement dit, la mesure de l'exposition ne coïncide pas toujours avec la gêne ou le risque perçu par les populations. On peut résumer schématiquement ces différents cas à travers la figure suivante : II - LES CRITÈRES D EXPRESSION DE LA GÊNE ET DE LA PERCEPTION DU RISQUE Nous présentons ici trois critères interdépendants qui ont une incidence plus ou moins importante sur l'expression de la gêne et/ou la perception du risque. 1 - La perception de l exposition à des conditions environnementales nocives Il est difficile pour les individus de connaître leur niveau d'exposition à la pollution de l'air. Selon une enquête récente réalisée auprès de 1504 Français représentatifs de la région parisienne, de la région Nord-Pas de Calais et de la communauté urbaine d'angers, environ 88% déclarent ne pas connaître le niveau de la pollution de l'air là où ils habitent (Charles et al., 2007). Mais près d'une personne sur deux a déjà constaté des effets de la pollution de l'air sur sa santé ou celle de ses proches. Et 80% des personnes interrogées estiment que la pollution constitue un facteur de stress, qu'elles habitent en milieu rural ou urbain (Moser et al., 2006). Figure 1 : Relation entre l exposition et l expression de la gêne et/ou le risque perçu (adaptée de Moser, 2007) Alors que dans les cas 1a et 2b, la gêne ressentie et le risque perçu rejoignent les mesures effectuées, c'est-à-dire le degré de pollution constaté, les deux autres cas de figure (1b et 2a) font apparaître des discordances que les acteurs de la prévention doivent non seulement clairement identifier, mais aussi auxquelles ils doivent tenter de proposer des solutions pour y remédier. Quelles sont les difficultés rencontrées pour informer la population sur son niveau d'exposition, sur les causes et les effets de cette exposition, et sur les moyens à mettre en œuvre pour réagir? Tenter de répondre à ces questions nécessiterait de multiples éclairages que l'on ne peut exposer ici de façon exhaustive. Il faut d'une part analyser pourquoi et comment les acteurs de la prévention construisent des outils de mesure et de communication sur l'exposition. Il faut d'autre part considérer les raisons qui amènent les individus à exprimer ou non une gêne et à déterminer le degré de risque associé à l'exposition. C'est ce deuxième aspect que nous allons aborder à présent. Quels liens les individus établissent-ils entre l'exposition et les effets sur la santé? Ils peuvent d'une part déduire leur niveau d'exposition à partir des manifestations physiques ou des risques perçus. Ils peuvent aussi déduire l'existence d'effets sur la santé à partir de leur exposition perçue. Ces deux modes de pensée peuvent parfois s'exprimer conjointement dans certaines plaintes des individus. C'est notamment le cas du syndrome psychogène (voir section 3 sur le syndrome du bâtiment malsain). Ces estimations peuvent se révéler en décalage avec les avis des experts qui ne mesurent en routine que la pollution de l'air extérieur, alors que chaque individu passe 80% de son temps environ chez lui. Par ailleurs, la gêne ou le risque que représente la pollution de l'air peuvent être surévalués ou sous évalués en fonction de l'importance que l'on accorde à la visibilité des effets ou au contraire à leur invisibilité. Les confusions observées s'expliquent par la multiplicité des causes et des effets liés aux conditions d'exposition. Ainsi, un effet de la pollution peut se rapporter à des causes multiples agissant conjointement ou indépendamment l'une de l'autre. De même, une même cause peut entraîner de multiples effets, plus ou moins nocifs, et agissants à différentes échelles spatio-temporelles. 2 - La capacité perçue de contrôle Pour différentes pollutions comme celle de l'air, l'expression de la gêne et/ou la perception du risque est modulée par la perception de la capacité à lui faire face. Si une capacité perçue éle- 6- Air Pur N 73 - Deuxième semestre 2007

3 vée peut parfois entraîner une diminution de la gêne et/ou du risque perçu, une incapacité perçue peut entraîner des effets divers et opposés. Ainsi, selon les contextes et les individus, elle intensifie l'impression de danger (par exemple concernant les risques perçus d'un accident industriel). Ces craintes peuvent alors entraîner un stress additionnel perturbant la qualité de vie des individus. Elle peut aussi au contraire entraîner sur le long terme une minimisation, un oubli ou un déni du risque et/ou de la nuisance. Il peut ainsi s'agir d'un processus de réduction de la dissonance cognitive, consistant à minimiser l'inconfort dû à l'exposition atmosphérique, et à revaloriser le confort procuré par d'autres aspects environnementaux. Par ailleurs, les nouveaux risques atmosphériques placent le public comme les acteurs en face d'un dilemme : agir dans l'incertitude ou ne rien faire, car le temps de la mesure ne correspond pas au temps de l'action. En effet, il existe des menaces dont on ne peut clairement identifier les effets éventuels que rétrospectivement. Face à des risques mal connus, l'expérience ne peut aider à anticiper tous les effets d'une décision, qui de surcroît peuvent s'avérer irréversibles. Dans un schéma inhabituel, l'action précède et détermine la connaissance (Charles, 2007). C'est dans ce contexte que se pose la pertinence du principe de précaution face à ces risques atmosphériques (nanoparticules, champs électromagnétiques, dissémination des OGM...). Comment décider d'agir si l'on ne peut s'appuyer sur des mesures claires et instantanées? L'incertitude des effets place souvent le public comme les acteurs en face d'un choix délicat : agir au risque de s'exposer à des effets irréversibles, ou ne rien faire au risque de se passer d'effets potentiellement bénéfiques pour la qualité de vie. 3 - La place de la pollution de l air dans le cadre de vie De nombreuses études ont montré que l'expression de la gêne et/ou la perception d'un risque dans un environnement familier dépend de la satisfaction que l'on éprouve à évoluer dans cet environnement. Par exemple, un individu insatisfait de son cadre résidentiel peut exprimer cette insatisfaction à travers une nuisance, surtout si celle-ci est reconnue socialement et dont l'origine est une source hautement probable (la pollution en provenance d'une usine ou d'une voie à grande circulation). On peut identifier ainsi une explication au cas 2a de la figure 1. A l'inverse, le cas où l'individu est exposé à une pollution atmosphérique, sans qu'il n'exprime de gêne conséquente (cas 1b) peut s'expliquer par trois différents cas de figure : soit par un défaut de perception de la part du sujet exposé (il n'identifie pas de pollution), soit par un phénomène d'adaptation à la pollution, soit par un dénie dans le cas d'une satisfaction résidentielle élevée, ceci dans un souci de congruence cognitive. L'exposition à la nuisance et/ou au risque est alors, dans l'esprit de l'individu, compensée par d'autres aspects positifs composant l'environnement de résidence (Moser, 2007). Le rôle de la satisfaction par rapport à son lieu de vie prend parfois une importance capitale pour comprendre des situations ambiguës dans lesquelles des individus se plaignent de symptômes somatiques alors qu'aucune preuve scientifique formelle n'est établie. Un exemple est donné à la section suivante. Mais précisons que parfois des doutes subsistent dans certaines situations, notamment au regard d'événements passés où ni le public, ni surtout les autorités compétentes, n'ont reconnus suffisamment tôt les effets néfastes de l'exposition à certaines conditions environnementales (l'affaire de l'amiante, le nuage de Tchernobyl...). III - LE SYNDROME DU BÂTIMENT MALSAIN Il existe des cas où des personnes évoluant dans un même bâtiment souffrent de symptômes somatiques (manifestations allergiques, maux de tête ou de ventre, nausées, etc.) qu'ils attribuent à une mauvaise qualité de l'air, alors que les experts ne peuvent détecter avec certitude une relation avec la qualité de l'air ambiant. Dans certains cas, de possibles facteurs entraînant des effets sur la santé (ventilation défectueuse par exemple) sont isolés, sans que toutefois des seuils de dangerosité soient atteints. Les épisodes ont lieu le plus souvent en milieu scolaire ou professionnel et peuvent toucher de quelques individus à plusieurs centaines. On parle à ce sujet de syndrome psychogène collectif ou d'épidémie de malaises d'étiologie non expliquée (pour une définition et des exemples, voir bulletin épidémiologique de l'invs, 2007). Les populations et lieux concernés étant très diversifiés, il est difficile d'identifier des caractéristiques communes aux populations touchées. On remarque toutefois que les femmes sont plus souvent concernées que les hommes (Jones, 2000; Vandentorren et al., 2007). 1 - La relation au cadre de vie Ces manifestations psychosomatiques illustrent les difficultés à prendre en compte les craintes des individus et à apporter des réponses satisfaisantes. En milieu professionnel, "il n'est pas rare de retrouver des situations de conflits sociaux sous-jacents, des mauvaises conditions de travail, des rapports hiérarchiques problématiques ou des situations de management défectueux" (Vandentorren et al., op. cit.). On retrouve alors l'explication donnée plus haut au cas 2a : les per- Air Pur N 73 - Deuxième semestre

4 sonnes insatisfaites de leur cadre de travail expriment cette insatisfaction à travers une nuisance liée à la pollution de l'air. 2 - Une dynamique collective Une autre difficulté dans la gestion de ces situations concerne le caractère dynamique de ce syndrome. Le nombre d'individus se plaignant de symptômes peut augmenter ou diminuer très rapidement, en fonction notamment des informations circulant dans le bâtiment et de l'importance que l'on accorde aux personnes les diffusant. On est ici en face d'un phénomène de contagion de groupe similaire à celui à l'œuvre dans les rumeurs, et qui remplit des fonctions bien connues : renforcer la cohésion à l'intérieur du groupe, renforcer le sentiment d'appartenance des membres à ce groupe, donner des explications aux aspects inconnus de l'environnement qui les entoure, et enfin renforcer le contrôle sur cet environnement. Lors de certains épisodes, le simple fait de prendre des mesures dans le bâtiment peut légitimer et renforcer la conviction d'un lien entre l'exposition et les manifestations somatiques observées. Cela peut alors aussi multiplier le nombre de personnes se plaignant de symptômes. La gestion de ce type de situation nécessite donc des compétences managériales. Certaines directions sont tentées d'évacuer les préoccupations des employés afin de ne pas amplifier la crise. Toutefois, pendant ou en dehors des moments de crise, la prise en compte de l'environnement de travail, notamment par des interventions sur le bâtiment, entraîne le plus souvent des effets bénéfiques, tant au niveau du bien-être des employés que de leur efficacité au travail, comme l'a montré E. Mayo dans ses recherches (Mousli, 2007). Dans bien des cas, il est donc préférable de surveiller de manière préventive et régulière plutôt que d'attendre l'apparition de telles crises qui peuvent entraîner de lourdes conséquences sur le fonctionnement des établissements. IV - PERSPECTIVES 1 - Renforcer la confiance Qu'il s'agisse de la qualité de l'air ou d'autres aspects environnementaux, une donnée centrale en jeu est la confiance mutuelle entre le public et les acteurs de la prévention, et au premier rang les pouvoirs publics. De nombreuses études indiquent un important déficit de confiance envers les autorités publiques (enquête AFSSET, 2006, par exemple). Il est intéressant de noter à ce propos, que le public accorde moins de confiance aux autorités nationales et européennes qu'à celles plus locales. Une manière d'aborder la question de la confiance mutuelle consiste à s'interroger sur notre modèle de gouvernance, et sur le rôle des pouvoirs publics dans la gestion de la qualité de l'air. Il s'agit notamment de remédier au fait que les pouvoirs publics ne sont pas perçus comme exemplaires, qu'ils sont souvent considérés comme illégitimes car ne représentant pas l'intérêt général mais plutôt leurs intérêts particuliers. Se pose aussi la question des séquences d'intervention des pouvoirs publics. Bien souvent, c'est lors des crises médiatisées que l'action des pouvoirs publics devient visible. Ces crises permettent parfois de restaurer leur légitimité auprès du public, mais elles peuvent aussi au contraire détruire en quelques instants le long travail de confiance instauré sur la durée. Pour prévenir les crises, certaines voix appellent les pouvoirs publics à partager davantage les prises de décisions, notamment en instaurant de nouveaux dispositifs de concertation : forums hybrides, conférences citoyennes, etc. (voir par exemple Callon et al., 2001). Ces dispositifs ont pour objectif d'intégrer les citoyens comme des acteurs à part entière de la prévention, en leur faisant tenir leur rôle d'"usager expert". Ils visent ainsi à faciliter l'acceptation des décisions par l'ensemble des acteurs, et à permettre d'assumer plus collectivement les risques associés à ces décisions. Par ailleurs, ces dispositifs sont une réponse directe au fait que les instances locales proches du public, ont un crédit de confiance plus important. 2 - Diversifier et relativiser les indicateurs Afin d'optimiser les effets informatifs et les incitations comportementales, d'étendre la crédibilité et d'augmenter ainsi la capacité opérationnelle des indicateurs de la qualité de l'air, il nous semble qu'il faille diversifier et relativiser ces derniers. Pour informer le public sur les actions collectives, il pourrait être utile de mettre en avant des indicateurs de degré d'avancement d'objectifs à atteindre pour réduire la pollution atmosphérique. Il serait ainsi possible de mieux faire comprendre les liens complexes entre la connaissance et l'action en matière de gestion de la qualité de l'air. Cela nécessiterait alors d'analyser la pertinence, l'efficacité et la visibilité des objectifs fixés par les autorités locales dans le cadre des nombreux dispositifs publics de prévention de la pollution de l'air (Plan de Protection de l'atmosphère, Plan Régional de la Qualité de l'air, Plan de Déplacements Urbains, Plan Climat, Agenda 21, etc). Par ailleurs, il pourrait être utile non seulement de compléter les indicateurs sur la qualité de l'air extérieur par un indicateur de la qualité de l'air intérieur, mais également par d'autres indicateurs environnementaux pertinents sur un territoire 8- Air Pur N 73 - Deuxième semestre 2007

5 donné, relatifs notamment à l'espace public, aux transports, ou bien encore relatifs aux lieux de travail (niveau sonore, accidentologie ). Cela aiderait à ce que les individus soient plus à même de comprendre la place de la pollution de l'air dans leur cadre de vie, et de saisir les enjeux de leurs expositions aux conditions environnementales et sociales sur un territoire donné. Par ailleurs, la mise au point, dans le cadre des exigences du développement durable, d'indicateurs prenant en compte des aspects plus subjectifs tels que le confort perçu, les inégalités environnementales ressenties ou plus généralement la perception de la qualité de vie, permettraient d'intégrer l'exposition aux nuisances environnementales et les effets conjugués de leur exposition. Ainsi les propositions d'indicateurs de développement durable de l'ifen (2001) intègrent-elles les préférences et insatisfactions déclarées. BIBLIOGRAPHIE AFSSET (2006). Expert et grand public : quelles perceptions face au risque? Recherche "Perplex : étude comparative de la perception des risques par le public et par les experts" du programme "Environnement et Santé" de l'afsset. Callon M., Lascoumes P., Barthe Y. (2001). Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Editions du Seuil, Paris, 358 p. Charles, L. (2007). La pollution atmosphérique, entre individu et collectif : mise en perspective socio-environnementale, In Evaluation et perception de l'exposition à la pollution atmosphérique, La Documentation Française, Paris, p.132. Charles L., Bayet C., Castano C., Rozec V., Roussel, I. (2007). Pollution atmosphérique et santé environnementale. Quels enjeux, quels acteurs, quelles préventions?, Communication présentée pour le séminaire mi-parcours Évaluation et perception de la pollution atmosphérique du programme Primequal-Predit, Lille, 4 avril. IFEN (2001). Propositions d'indicateurs de développement durable pour la France. Institut Français de l'environnement, collection «études et travaux», n 35. Jones, T.F. (2000). Mass Psychogenic Illness: Role of the Individual Physician. American Family Physician, 62, 12, pp Moser G. (2007). Pollution atmosphérique et atteinte à la qualité de la vie, In Evaluation et perception de l'exposition à la pollution atmosphérique, La Documentation Française, Paris, pp Moser G., Robin, M. (2006). Environmental annoyances : a threat to quality of life? European Review of Applied Psychology, 56, 1, pp Mousli, M. (2007). Elton Mayo et l'école des relations humaines. Alternatives Economiques, 256. Vandentorren S., Gomes do Espirito Santo E., Kermarec F. (2007). Les épidémies de malaises d'étiologie non expliquée : savoir poser le diagnostic de "syndrome psychogène", Bulletin de l'invs, 15-16, pp Air Pur N 73 - Deuxième semestre

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

Généralité sur le bruit

Généralité sur le bruit Généralité sur le bruit (Sources : http://www.bruitparif.fr, http://www.sante.gouv.fr et http://www.afsse.fr ) DRASS Rhône Alpes Groupe Régional Bruit 2009 1. Le son Le son est un phénomène physique qui

Plus en détail

POURQUOI SOMMES- NOUS GÊNÉS PAR LES ODEURS? LE RÔLE DE QUELQUES FACTEURS PSYCHOSOCIAUX

POURQUOI SOMMES- NOUS GÊNÉS PAR LES ODEURS? LE RÔLE DE QUELQUES FACTEURS PSYCHOSOCIAUX ODEURS Barbara BONNEFOY 1 POURQUOI SOMMES- NOUS GÊNÉS PAR LES ODEURS? LE RÔLE DE QUELQUES FACTEURS PSYCHOSOCIAUX 1 Maître de Conférences Université Paris 10. Département de Psychologie 200 avenue de la

Plus en détail

La solitude du Manager

La solitude du Manager Dans le cadre d une enquête en ligne plus large intitulée Système et Pratiques relationnelles dans l entreprise Le département Etudes et Sondage de Human Asset s est intéressé à La solitude du Manager

Plus en détail

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470

RECO. Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques R.470 RECO DU COMITE TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITES DE SERVICES 1 Définition des bonnes pratiques de prévention dans les centres d appels téléphoniques Yves Cousson - INRS Pour vous aider à : réduire le bruit

Plus en détail

1 Pourquoi mesurer la satisfaction de vos clients?

1 Pourquoi mesurer la satisfaction de vos clients? A l heure où la compétitivité est exacerbée, conquérir un client représente un investissement, le fidéliser également. L un des objectifs majeurs consiste à bien répartir vos investissements afin de capitaliser

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Stress et Management Droits et devoirs du manager. Inter- Entreprises

Stress et Management Droits et devoirs du manager. Inter- Entreprises Management motivationnel Stress et Management Droits et devoirs du manager CATALOGUE Formations Inter- Entreprises Cabinet de Conseil et de Formation en Motivation et Développement de la Performance CRECI

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL Intro... 1 I. Caractéristiques des différents types de groupe... 1 A. Définitions... 1 B. Définition selon Anzieu et Martin... 2 C. Définition de Fisher...

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Mr Abdeljalil ZERHOUNI SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DU MAROC SUR LA COMMUNICATION DES ASSEMBLÉES PARLEMENTAIRES

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL

Rapport candidat. John Sample. 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL 6 juillet 2012 CONFIDENTIEL Introduction 6 juillet 2012 Introduction Toutes les informations contenues dans ce rapport sont confidentielles et uniquement destinées à la personne ayant rempli le questionnaire.

Plus en détail

Descriptif du dispositif - décembre 2003 -

Descriptif du dispositif - décembre 2003 - www.respiralyon.org Descriptif du dispositif - décembre 2003 - Communiqué de presse du 24 novembre 2003 Lancement du dispositif RESPIRALYON La qualité de l air dans l agglomération lyonnaise est l une

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

RETOUR AU TRAVAIL Stratégies de soutien du superviseur lorsque la santé mentale joue un rôle dans le retour de l employé au travail

RETOUR AU TRAVAIL Stratégies de soutien du superviseur lorsque la santé mentale joue un rôle dans le retour de l employé au travail RÉSUMÉ : Facteurs et stratégies visant à aider les infirmières et infirmiers en santé au travail à appuyer le superviseur dans les cas de retour au travail d'employés qui ont eu des problèmes de santé

Plus en détail

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT

CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE. Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT Edms 335722 CERN CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE A 8 Publié par: Le Directeur général Date de publication: 1993 Original: français PROTECTION CONTRE LE BRUIT Table des matières 1 Base juridique 2 Objet 3

Plus en détail

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. L avocat et la psychologie du risque Juillet 2013

KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE. L avocat et la psychologie du risque Juillet 2013 KBB 16, PLACE LONGEMALLE CH-1204 GENÈVE L avocat et la psychologie du risque Juillet 2013 Résumé : Les conflits juridiques s inscrivent en principe dans une situation d incertitude qui n est pas sans effet

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. confort = équilibre entre l'homme et l'ambiance TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Les stages de sensibilisation à la sécurité routière visent à éviter la réitération des comportements dangereux. Ils sont composés :

Les stages de sensibilisation à la sécurité routière visent à éviter la réitération des comportements dangereux. Ils sont composés : PROGRAMME DE FORMATION DES STAGES DE SENSIBILISATION A LA SECURITE ROUTIERE (ARTICLES L.223-6 ET R 223.5 DU CODE DE LA ROUTE) Les stages de sensibilisation à la sécurité routière visent à éviter la réitération

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements

Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements Recueil d'avis sur le séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements 80 personnes ont participé au séminaire des chargés de mission Développement durable des Départements, qui

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin

Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Des missions reconnues, un agrément ministériel pour la surveillance de l air en Limousin Surveillance de la qualité de l air en région Limousin Mise en oeuvre et gestion des dispositifs techniques adaptés

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

Le diagnostic approfondi du groupe santé

Le diagnostic approfondi du groupe santé Le diagnostic approfondi du groupe santé Axe 1 : La pollution de l air - Prélèvements et analyse bactériologique de l air réalisé par S Prim et les élèves de BTS Dans le cadre des travaux pratiques de

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique

ANNEXE XXIII. Maladies en relation avec la pollution atmosphérique ANNEXE XXIII Maladies en relation avec la pollution atmosphérique Maladies respiratoires 1. Asthme Cette maladie, à composante génétique, est influencée par l'environnement. Le terrain allergique, génétiquement

Plus en détail

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT

Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition. «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» ANACT QVT Sondage pour la Semaine pour la Qualité de Vie au Travail 10 e édition «La Qualité de Vie au Travail, c est quoi?» Julie.coquille@tns-sofres.com / 01 40 92 66 03 Mathilde.tommy-martin@tns-sofres.com 01

Plus en détail

GUIDE POUR L'ÉLABORATION D'UN PLAN D'ÉVACUATION DANS UNE INDUSTRIE

GUIDE POUR L'ÉLABORATION D'UN PLAN D'ÉVACUATION DANS UNE INDUSTRIE Service de protection contre les incendies de Sherbrooke GUIDE POUR L'ÉLABORATION D'UN PLAN D'ÉVACUATION DANS UNE INDUSTRIE Réseau avertisseur incendie à 1 étape (ou bâtiment sans réseau avertisseur incendie)

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE

ET VOUS COMMENT. 900 000 déplacements VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE 900 000 déplacements TOUS LES JOURS DANS LA COMMUNAUTÉ URBAINE ET VOUS COMMENT VOUS DÉPLACEZ-VOUS? FAITES LE TEST CITOYEN DE SA VILLE ET DE SA PLANÈTE évaluez vos comportements Question 1 : pour vous rendre

Plus en détail

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen?

psychologique Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? L'environnement social et psychologique THIERRY QUERE Quels enfants entrent dans le système scolaire européen? Un enfant à l'école européenne est souvent un enfant qui vit à l'étranger, dans un autre pays

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE?

TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? Cat. 2.120-2.8 TRANSPORT EN COMMUN - SERVICE DE DESCENTE ENTRE DEUX ARRÊTS VISANT EN EXCLUSIVITÉ LES FEMMES : DISCRIMINATION FONDÉE SUR LE SEXE? M e Michel Coutu, conseiller juridique Direction de la recherche

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales Code du travail nouveau : TITRE III - PREVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT CHAPITRE Ier Dispositions générales SECTION 1 Définitions Art.

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention

Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr. Attention Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d étudiant, il n a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr. En conséquence croisez vos

Plus en détail

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique.

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. L audit de performance énergé Gérer son patrimoine, c est anticiper, analyser et agir! L immobilier représente

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

La gestion des problèmes

La gestion des problèmes Chapitre 6 La gestion des problèmes Les incidents se succèdent, toujours les mêmes. Des petits désagréments la plupart du temps, mais qui finissent par pourrir la vie. Toute l équipe informatique se mobilise

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

Certains de ces changements peuvent être positifs. Les intervenants humanitaires témoignent souvent de la

Certains de ces changements peuvent être positifs. Les intervenants humanitaires témoignent souvent de la TRAUMATISME PAR PROCURATION CARE République Démocratique du Congo Extrait de «Comprendre et faire face au traumatisme par procuration» du L.A. Pearlman and L. McKay (2008) Headington Institute www.headington-institute.org

Plus en détail

Attentes liées aux prestations

Attentes liées aux prestations Appel à propositions du 26/05/2014 "Diagnostics de Sécurisation des Parcours Professionnels" Attentes liées aux prestations Projet SECURI'PASS 2.0 Cette opération bénéficie du soutien financier de l'etat,

Plus en détail

Les syndromes psycho-sociogéniques et/ou des bâtiments malsains : un diagnostic difficile à faire partager

Les syndromes psycho-sociogéniques et/ou des bâtiments malsains : un diagnostic difficile à faire partager Les syndromes psycho-sociogéniques et/ou des bâtiments malsains : un diagnostic difficile à faire partager Bien que décrits pour la première fois à la fin du 18 e siècle, les syndromes psycho-sociogéniques

Plus en détail

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications FORUM MONDIAL SUR LES RELATIONS PUBLIQUES NOVEMBRE 2012 Le mandat des

Plus en détail

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion!

Identifier les enjeux. de recul car un diagnostic sans enjeux serait un diagnostic sans conclusion! Liens vers d'autres fiches A quel moment de la démarche? Fiche 5 «Structurer le diagnostic» Fiche 6 «Inclure une dimension transversale» Fiche 9 «Mobiliser les acteurs» A la fin du diagnostic, en conclusion

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL - BAPAAT

REFERENTIEL PROFESSIONNEL - BAPAAT REFERENTIEL PROFESSIONNEL - BAPAAT 1. PARTICIPATION (au Fonctionnement de l'entreprise) DOMAINES de COMPETENCE OBJECTIFS GENERAUX OBJECTIFS OPERATIONNELS Appréciation d'un sportif et socioculturel Droit

Plus en détail

ITIL V2. La gestion des incidents

ITIL V2. La gestion des incidents ITIL V2 La gestion des incidents Création : novembre 2004 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL a été réalisé en 2004 et la traduction des

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Santé Environnement PRSE Bretagne

Santé Environnement PRSE Bretagne L influence de l environnement sur la santé est bien réelle En Bretagne > 20 % des décès par cancer du poumon attribuables au radon, gaz radioactif d origine naturelle émis par les sous-sols granitiques

Plus en détail

R A P P O RT. Baromètre IRSN. La perception des risques et de la sécurité par les Français. Résultats d ensemble

R A P P O RT. Baromètre IRSN. La perception des risques et de la sécurité par les Français. Résultats d ensemble R A P P O RT 9 Baromètre IRSN La perception des risques et de la sécurité par les Français Résultats d ensemble Baromètre IRSN 9 Perception des risques et de la sécurité Direction de la stratégie, du développement

Plus en détail

Finlande : chaque élève est important

Finlande : chaque élève est important Finlande : chaque élève est important PHOVOIR Introduction «Chaque élève est important. 1» La Finlande est un petit pays de cinq millions d'habitants fortement engagé dans l'europe. Son école mérite le

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Propreté. dans la ville. Maîtres et chiens Le bon geste Canisachets et canisites

Propreté. dans la ville. Maîtres et chiens Le bon geste Canisachets et canisites Propreté Le chienaction dans la ville Maîtres et chiens Le bon geste Canisachets et canisites Le ramassage Le meilleur geste Les nuisances occasionnées par les déjections canines sont nombreuses et parfois

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

En marge de la ville, au cœur de la société : CES QUARTIERS DONT ON PARLE

En marge de la ville, au cœur de la société : CES QUARTIERS DONT ON PARLE CAFE GEOGRAPHIQUE DU 2 FEVRIER 2000 A TOULOUSE : En marge de la ville, au cœur de la société : CES QUARTIERS DONT ON PARLE Débat introduit et animé par Louis CANIZARES (Architecte-Urbaniste) et Marie-Christine

Plus en détail

La charte de l'a.r.c.h.e.

La charte de l'a.r.c.h.e. La charte de l'a.r.c.h.e. Ethique Conscients de disposer de clefs d'accès efficaces aux ressources de l'inconscient et de la responsabilité de promouvoir une définition et une perception originales des

Plus en détail

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs

Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Octobre 2014 Etude OpinionWay pour Axys Consultants Les Réseaux Sociaux d Entreprise : degré d appropriation & bénéfices perçus par les utilisateurs Méthodologie de l étude Étude réalisée auprès d un échantillon

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE SUR L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE SUR L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE SUR L ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 1055, 116 e Rue Ville Saint-Georges (Québec) G5Y 3G1 La présente politique a

Plus en détail

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents?

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Renato Scariati et Cristina Del Biaggio Département de géographie Université de Genève Version : 02 février 2010 Normes de rédaction 1 Table

Plus en détail

PLUS HEUREUX. Le contrôle des germes contribue à la satisfaction des clients d'un hôtel

PLUS HEUREUX. Le contrôle des germes contribue à la satisfaction des clients d'un hôtel EN MEILLEURE SANTÉ PLUS HEUREUX Le contrôle des germes contribue à la satisfaction des clients d'un hôtel CHAPITRE 1 GERMES : Mauvais pour les personnes. Mauvais pour les affaires. 79 % des clients ayant

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

FORMATION EN PNL (PROGRAMMATION NEUROLINGUISTIQUE)

FORMATION EN PNL (PROGRAMMATION NEUROLINGUISTIQUE) POUR UNE APPROCHE INTEGRALE DU DEVELOPPEMENT DU POTENTIEL HUMAIN INDIVIDUEL ET PROFESSIONNEL FORMATION EN PNL (PROGRAMMATION NEUROLINGUISTIQUE) La PNL c'est quoi? Si nous devions résumer en une phrase

Plus en détail

Etape 4 : AMELIORATION - Réajustement à la situation de l'entreprise de l'information communiquée

Etape 4 : AMELIORATION - Réajustement à la situation de l'entreprise de l'information communiquée Partie V. Guide méthodologique IPAPE Etape 4 : AMELIORATION - Réajustement à la situation de l'entreprise de l'information communiquée Afin d'appliquer le concept d'amélioration continue, les partenaires

Plus en détail

Guide méthodologique

Guide méthodologique Communauté d Agglomération de NIORT du GRAND NANCY PLAN DE DEPLACEMENTS URBAINS Plan de Déplacement Entreprise Guide méthodologique Septembre 2007 m u n i c i p a l i t é s e r v i c e 7 1, a v e n u e

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Bâtir et améliorer son système d appréciation

Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et faire évoluer son système d'appréciation, Se doter de critères pertinents pour son entreprise, Se positionner en tant que conseil dans l'entretien

Plus en détail

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE lu ~~ Référence: DB Objet: Nouvelles fiches de saisine du Comité Technique Paritaire Circulaire sur le stress

Plus en détail

Experts et grand public : quelles perceptions face au risque?

Experts et grand public : quelles perceptions face au risque? F S I Y C N H T E H T E E S E C H N I Q U E Experts et grand public : quelles perceptions face au risque? Février 2007 L objet de cette synthèse est de présenter les principaux résultats de l étude PERPLEX

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail