Décembre 2014 LA PROTECTION SOCIALE : UNE DIVERSITÉ D APPROCHES POUR UNE PRIORITÉ CROISSANTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Décembre 2014 LA PROTECTION SOCIALE : UNE DIVERSITÉ D APPROCHES POUR UNE PRIORITÉ CROISSANTE"

Transcription

1 Décembre 2014 LA PROTECTION SOCIALE : UNE DIVERSITÉ D APPROCHES POUR UNE PRIORITÉ CROISSANTE

2 Ce document synthétise les principales conclusions de l étude «Guide pour la configuration d un projet de protection sociale» commanditée par l AFD à Conseil Santé en août 2013 et finalisée en juin Ce travail a été réalisé par Olivier Louis dit Guérin, spécialiste en protection sociale avec l appui de Marc Raynaud, expert en finances publiques. Le cadre de diagnostic a été testé dans des pays à travers six études de cas (Sénégal, Liban, Tchad, Congo, Maroc et Cameroun), auxquelles le texte présent fait parfois référence. L outil détaillant les étapes du diagnostic est présenté dans une autre publication à vocation opérationnelle. Co-auteurs (AFD) : > Direction Exécutive Etudes, Recherches et Savoirs Division Recherche et Développement : Emmanuelle Cathelineau, Sonia Amalric > Département du Développement Humain Division Education, Formation, Emploi : Céline Gratadour Division Santé et Protection Sociale : Julie Baron, Pierre Salignon Couverture : COTE D IVOIRE - FEMMES LUMIERE Cyril le Tourneur d Ison - pour l Agence Française de Développement- Graphisme : Garance Guiraud >2

3 SOMMAIRE INTRODUCTION 4 DÉFINITION ET CHAMP D INTERVENTION DE LA PROTECTION SOCIALE 6 LA PROTECTION SOCIALE : UN SECTEUR ÉMERGENT ET HÉTÉROGÈNE 12 UNE REVUE DES STRATÉGIES DES PARTENAIRES TECHNIQUES ET FINANCIERS 21 DES RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES POUR LES PAYS ET POUR L AFD EN MATIÈRE D AMÉLIORATION DES DISPOSITIFS DE PROTECTION SOCIALE 26 ANNEXES 30

4 INTRODUCTION La protection sociale est une priorité croissante au sein des cadres nationaux de développement, accentuée depuis la crise mondiale de Elle traduit à la fois une demande croissante des populations et un intérêt accru des Etats. De même, elle s est imposée dans l agenda international du développement, notamment avec l adoption en 2009 de l initiative pour un socle de protection sociale par le système des Nations unies. Les systèmes de protection sociale sont aujourd hui unanimement considérés comme des outils importants de réduction de la pauvreté et des inégalités et de stabilisation sociale et économique. Cet intérêt se traduit aujourd hui par une importante diversité d approches et de stratégies mises en place qui visent globalement à renforcer les régimes de sécurité sociale pour les travailleurs de l économie formelle, à étendre la couverture aux travailleurs et à leurs familles au sein de l économie informelle et du monde rural et mettre en œuvre des programmes d aide sociale pour des groupes spécifiques, notamment les plus pauvres et vulnérables. Une revue des expériences des pays à revenus faible et moyen à travers le monde montre la multiplicité des mécanismes mis en œuvre en matière d assurance et d assistance sociale ainsi que de financement des systèmes de protection sociale. En réponse aux défis propres à chaque pays (couverture, cohérence et efficacité, renforcement des capacités, financement durable), les stratégies des partenaires techniques et financiers engagés dans l appui au renforcement et à l extension de la protection sociale sont diverses. Elles s inscrivent dans un agenda international construit autour des Objectifs du millénaire pour le développement et de l initiative pour un socle de protection sociale. Cette initiative rassemble la communauté internationale et promeut la cohérence des stratégies, la coordination, la coopération et le partage des connaissances. Elle fournit un ensemble de recommandations pour la construction progressive de socles de protection sociale dans le respect des structures institutionnelles, des contraintes, de la dynamique politique et des aspirations propres à chaque pays. La première partie de ce travail rappelle le contexte de la protection sociale et présente le cadre de définition et de délimitation du périmètre d intervention de la protection sociale. Dans un second temps, les différents régimes et dispositifs de protection sociale sont passés en revue. La troisième partie s intéresse aux enjeux et défis actuels de la protection sociale dans les pays en développement tandis que la quatrième partie présente les stratégies des partenaires techniques et financiers. Enfin, la dernière partie propose des axes d intervention et formule des recommandations pour l action de l AFD dans le champ de la protection sociale.

5 Joseph MOURA pour l Agence Française de Développement

6 Joseph MOURA pour l Agence Française de Développement DÉFINITION ET CHAMP D INTERVENTION DE LA PROTECTION SOCIALE La protection sociale est aujourd hui un secteur émergent et très hétérogène. Il se caractérise également par une diversité de définitions utilisées au niveau international qui mettent l accent sur différentes dimensions de la protection sociale, avec : > une approche économique qui définit la protection sociale comme un ensemble d instruments de gestion des risques sociaux, économiques, politiques et environnementaux (Banque Mondiale, 2003) ; > une définition basée sur les droits sociaux et insistant sur l universalité et la dimension sociale des droits humains ainsi que les moyens pour améliorer la réalisation de ces droits ; > un accent sur les fonctions de la protection sociale d aide au plus pauvres, de filets de sécurité et de réduction de la pauvreté ; > un accent sur le rôle en matière de promotion de l inclusion sociale, de la justice sociale et sur le fait que la protection sociale permet de garantir la sécurité des revenus, la qualité de l éducation et des soins de santé pour tous. Ainsi, il n existe pas une définition universelle de la protection sociale et la plupart des partenaires techniques et financiers proposent souvent leur propre vision. Durant cette dernière décennie, et avec l adoption du concept de socle de protection sociale, un consensus se dégage cependant entre ces différentes approches pour considérer la protection sociale aujourd hui comme un investissement social pour renforcer le capital social et humain et l intégrer comme l un des éléments clés des politiques de développement. Il est proposé ici d utiliser une définition de la protection sociale se fondant sur : > L approche fonctionnelle de la sécurité sociale formulée dans la Convention 102 de l OIT, > La définition et l approche statistique du manuel SES- PROS (Système européen de statiques intégrées de la protection sociale) développé par Eurostat (Eurostat, 2008). Cette définition est complétée par le concept de socle de protection sociale. Elle offre l avantage de couvrir tout le champ de la protection sociale, de la sécurité sociale 1 aux transferts sociaux, en passant par les mutuelles et autres mécanismes. Les définitions proposées par d autres acteurs tendent souvent à restreindre ce champ à certains régimes ou fonctions de la protection sociale, notamment dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. 1 La sécurité sociale est une composante de la protection sociale qui regroupe généralement les institutions en charge des régimes obligatoires de base pour les salariés du secteur formel privé et public (pour le public, des régimes spéciaux de l Etat peuvent également exister). Le terme sécurité sociale est utilisé dans ce sens dans cette partie. >6

7 LA PROTECTION SOCIALE : UNE DIVERSITÉ D APPROCHES POUR UNE PRIORITÉ CROISSANTE 1.1 DÉFINITION DE LA PROTECTION SOCIALE La définition générale de la protection sociale proposée par le manuel SESPROS est la suivante : «La protection sociale désigne toutes les interventions d organismes publics ou privés destinées à soulager les ménages et les particuliers de la charge d un ensemble défini de risques ou de besoins, à condition qu il n y ait ni contrepartie, ni arrangement individuel en cause.» (Eurostat, 2008). Les risques et les besoins couverts déterminent le champ d intervention de la protection sociale. Le cadre commun de l OIT (Convention 102 et recommandations 67 et 69) et du SESPROS retient les fonctions suivantes de sécurité sociale 2 : > La santé et les soins médicaux : «Cette fonction couvre toutes les prestations fournies qui tendent à préserver, à établir ou à améliorer la santé de la personne protégée, ainsi que son aptitude à travailler et à faire face à des besoins personnels». > Les indemnités de maladie : «Cette fonction couvre les prestations payées au titre de la perte de gain en raison d abstention de travail, nécessitée pour des raisons médicales par une maladie ou blessure à l état aigu, exigeant un traitement médical ou une surveillance médicale». > Les prestations de chômage : «Cette fonction couvre toutes les prestations fournies à une personne protégée qui a perdu son emploi rémunéré». > Les prestations de vieillesse : «Cette fonction couvre toutes les prestations fournies aux personnes qui se sont retirées du marché du travail afin de prendre leur retraite. Les prestations de vieillesse sont payables aux personnes qui remplissent un certain nombre de conditions d octroi». > Les prestations en cas d accidents et de maladies professionnelles : «Cette fonction couvre toutes les prestations payées par un régime d indemnisation des accidents du travail et des maladies professionnelles en cas d accident, maladie, incapacité et décès d une personne protégée. Elle couvre également l accident, la maladie, l incapacité et le décès d une personne protégée même lorsque ces éventualités se réalisent après la cessation de l activité professionnelle qui les a provoquées». > Les prestations aux familles : «Cette fonction couvre les prestations fournies aux familles afin de les aider à payer les coûts et satisfaire les besoins liés à l éducation des enfants et au soutien à apporter aux autres personnes à charge. En général, les prestations familiales sont fournies au titre des enfants dont l âge est inférieur à un certain plafond (lequel est habituellement associé à l âge de la scolarité obligatoire ou à l âge auquel se terminent les études supérieures). Dans de nombreux pays, il n existe pas de limite d âge pour la fourniture des prestations familiales au titre d un enfant handicapé». > Les prestations de maternité : «Cette fonction couvre les prestations fournies avant et après une naissance pendant une période de temps spécifiée et précisée par le fournisseur de la prestation». > Les prestations d invalidité : «Cette fonction couvre toute prestation fournie au titre de l incapacité totale ou partielle d une personne protégée à exercer une activité professionnelle rémunérée du fait d un état chronique dû à un accident ou à une maladie non professionnel, ou du fait de la perte d un membre ou d une fonction avant d avoir atteint l âge légal de la retraite». > Les prestations de survivants : «Cette fonction couvre les prestations fournies du fait du décès d une personne protégée, et servies aux bénéficiaires du fait du lien de parenté». Par extension de la définition de la protection sociale, les fonctions suivantes peuvent être rattachées : > L aide au logement : «Toute prestation fournie sous condition de ressources afin d aider directement un ménage à payer le coût de son logement. Dans cette fonction, le bénéficiaire est un ménage, et non un particulier». > L éducation de base : «Ce sont des prestations en espèces ou en nature fournies afin de subvenir aux besoins d éducation des Patricia WILLOCQ pour l Agence Française de Développement 2 Les définitions des fonctions sont issues du manuel «Enquête du BIT sur la sécurité sociale (ESecSoc)», Département de la sécurité sociale, Genève, <

8 enfants. Les prestations d enseignement de base sont fournies pendant la période d éducation obligatoire. Dans certains pays, l enseignement est obligatoire pour les enfants d âge allant de 6 à 16 ans (même avant d avoir obtenu le premier diplôme scolaire...)». > Lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale : «Prestations en espèces ou en nature fournies aux personnes ou à certains groupes cibles ayant besoin d une assistance spéciale afin d obtenir un niveau de revenu minimum prédéfini et de satisfaire leurs besoins de subsistance minimum. La majorité de ces prestations sont fournies sous condition de ressources aux personnes dont le revenu (qu il provienne de l exercice d une activité professionnelle rémunérée ou d une pension) est inférieur à un certain seuil défini. Ce sont des prestations non classées ailleurs». Cette définition permet d exclure du champ d intervention de la protection sociale certains dispositifs, programmes et mécanismes, tels que la micro finance ainsi que les systèmes informels de transferts d espèces (par exemple des migrants vers leur famille restée au pays) et les tontines. Didier GREBERT pour l Agence Française de Développement 1.2 DIFFÉRENTS TYPES DE RÉGIMES Ces prestations peuvent être fournies par différents régimes contributifs et régimes non contributifs. Les définitions suivantes sont tirées du site GESS (Global Extension of Social Security) du BIT 3. Les régimes contributifs Ils sont financés par les cotisations versées par les bénéficiaires (travailleurs et employeurs dans le cadre des régimes de sécurité sociale, adhérents des mutuelles de santé). Ces régimes permettent d accéder aux soins de santé ainsi qu à d autres services sociaux (comme les soins de longue durée), ou encore de bénéficier de versements réguliers en espèces tout au long de la période couverte (par exemple, la retraite, le chômage, les accidents de travail ou les maladies professionnelles, la maternité ou la maladie). L assurance sociale peut être également en partie financée sur les recettes fiscales ou à partir d autres sources. Dans certains systèmes, ces financements servent à réduire la cotisation de groupes spécifiques d assurés (par exemple pour les travailleurs de l économie informelle), on parle alors de régime semi-contributif. L assurance sociale est la forme la plus connue (les fonds de prévoyance font également partie des régimes contributifs) et la plus fréquente dans les pays africains et du pourtour méditerranéen. L assurance sociale est une forme d assurance entre individus, imposée par l État, pour les protéger par mutualisation des risques contre des coûts financiers ou des pertes de revenus. Dans la plupart des pays, l assurance sociale est rattachée au salariat et se confond ainsi avec la sécurité sociale. Elle est cependant plus large car peut inclure la mutualité, voire les assurances privées lorsqu elles participent à une politique de protection sociale. Les régimes non contributifs Les régimes non contributifs n exigent à l inverse aucune cotisation directe de la part des bénéficiaires ou de leurs employeurs comme condition d ouverture des droits. Ils sont habituellement financés sur les recettes fiscales ou d autres recettes publiques, voire également par des financements internationaux. On distingue deux grands groupes de régimes non contributifs : 3 (http://www.social-protection.org/gimi/gess/showtheme.do?tid=11&ctx=0) (A) Les régimes non orientés vers les plus pauvres : > Les régimes universels qui s adressent à l ensemble de la population, la résidence constituant la seule condition d ouverture des droits. Ces régimes sont principalement destinés à garantir l accès aux soins de santé. Ils sont généralement financés à partir des recettes fiscales, mais il peut arriver qu ils exigent une participation de l usager aux frais des services de santé (ticket modérateur), les plus pauvres en étant parfois exemptés. > Les régimes catégoriels ciblent des groupes spécifiques de la population. Le plus souvent, ceux-ci transfèrent des revenus vers les personnes ayant dépassé un certain âge ou les enfants n ayant pas encore atteint un certain nombre d années. Ils peuvent en outre prévoir d autres types de conditions, comme l accomplissement de certaines tâches. Ils sont souvent qualifiés de régimes «universels» lorsqu ils couvrent l ensemble de la population appartenant à une certaine catégorie (à l image des «pensions de vieillesse universelles», qui couvrent l ensemble des personnes dépassant un certain âge). >8

9 LA PROTECTION SOCIALE : UNE DIVERSITÉ D APPROCHES POUR UNE PRIORITÉ CROISSANTE (B) Les programmes d assistance sociale (ou aide sociale) Ce sont des régimes non contributifs ciblés avec pour objectif d assurer un niveau minimal de ressources aux personnes et aux ménages se situant en dessous d un certain seuil de revenu ou de patrimoine. L aide fournie est généralement soumise à des critères de ressources. Dans certains cas, les critères ne se fondent pas directement sur le revenu du ménage mais sur d autres indicateurs (par exemple : habitat, handicap, moyen de locomotion). Dans d autres cas, des méthodes différentes sont employées, comme le ciblage géographique ou encore par auto sélection (incitation des plus pauvres à participer aux programmes). Les programmes peuvent être axés sur un risque ou une éventualité spécifique (par exemple les pensions sociales pour les familles avec enfants ou les personnes âgées ne disposant pas de ressources suffisantes), ou s adresser à des groupes vulnérables (Filets de sécurité ou filets sociaux de sécurité, voir encadré ci-dessous), ou encore fournir un soutien généralisé du revenu à tous ceux qui en ont besoin. Entrent dans ce cadre également les programmes de gratuité des soins de santé pour certaines catégories de populations telles que les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les indigents, les Joseph MOURA pour l Agence Française de Développement dispenses de frais de scolarité, ainsi que les programmes de transferts. Ces derniers, réunis sous le terme de transferts sociaux, peuvent être en nature ou en espèces et mettent en œuvre différentes pratiques de ciblage et de conditions d ouverture aux droits (transferts conditionnels / non conditionnels Voir tableau cicontre). FILETS DE SÉCURITÉ (OU FILETS SOCIAUX DE SÉCURITÉ) La notion de filets de sécurité est aujourd hui couramment utilisée dans les champs de la protection sociale ainsi que de la lutte contre la pauvreté, les inégalités et les exclusions. Ce concept est essentiellement avancé par la Banque mondiale pour laquelle il s agit de mettre en place des mesures pour aider les personnes «tombées» dans la pauvreté afin qu elles ne la transmettent pas à leurs descendants. Ces mesures doivent permettre de diminuer l exposition au risque des populations, d augmenter leur capacité à faire face à ces risques et en dernier recours de les soulager des conséquences d un risque survenu. Ils ont pour principale fonction d atténuer les effets négatifs de la croissance non inclusive ou de l absence de croissance économique. Le terme de filet de sécurité tend à être utilisé abusivement pour désigner tous les mécanismes de transfert sociaux, voire de protection sociale dont l objectif est réduit par certains acteurs à la seule lutte contre la pauvreté. Ils ne sont pourtant qu un volet de la protection sociale, cette dernière faisant référence aux systèmes qui permettent à l ensemble de la population de sortir de la pauvreté et de prendre part à la croissance économique du pays. De même, on constate souvent une confusion entre les garanties de base du socle de protection sociale et les filets de sécurité. Ces deux approchent diffèrent pourtant considérablement. Les filets de sécurité sont des mécanismes conçus pour soulager les populations pauvres et vulnérables en amortissant les effets des ajustements structurels et, aujourd hui, de la crise économique mondiale ainsi que des chocs climatiques et autres. Ces mesures sont généralement temporaires, fragmentées et ciblées sur les personnes vulnérables et pauvres, en fonction de leurs besoins. L approche du socle de protection sociale est basée sur la garantie de droits sociaux de base et est un élément intégral et permanent de la stratégie de développement pour une croissance inclusive. 9 <

10 Transferts sociaux en espèces Transferts monétaires Transferts sociaux en nature Transferts alimentaires Transferts monétaires non conditionnels Transferts monétaires conditionnels Argent contre travail Travaux publics à haute intensité de main d œuvre Cantines scolaires Rations à emporter Distributions alimentaires ciblées Vivres contre travail / Vivres pour la création d avoirs Vivres pour la formation Alimentation complémentaire Transferts quasi-monétaires Coupons Coupons à valeur monétaire Coupons alimentaires Subventions Transferts d intrant et d avoir Allocations forfaitaires ponctuelles Transferts de petit bétail Transferts d intrant agricole Transferts d avoir Source : EuropeAid, 2012 L action sociale A ces mécanismes s ajoute l action sociale qui recouvre un ensemble très diversifié de prestations en espèces ou en nature, visant à compléter les dispositifs de protection sociale et d assistance sociale A la différence de l assistance sociale, elle ne constitue pas un ensemble homogène et n est pas enfermée dans une définition précise. Ceci découle de la nature et de l objectif particuliers de l action sociale : parce que l action sociale est facultative et vise à élargir les dispositifs de prestations légales, une grande liberté de choix est laissée aux institutions qui mettent en place ces dispositifs. Il existe donc des formes très diverses d action sociale, mises en œuvre par des acteurs eux-mêmes très divers : aides directes (par exemple : financement de l aide à domicile), indirectes (par exemple : aide à l emploi), équipements et services collectifs (crèches, cantines), actions d accompagnement et de suivi social. Celle-ci est mise en œuvre par l Etat, les collectivités locales, les établissements publics, les organismes de sécurité sociale, les associations et les institutions sociales ou médicosociales. Tous ces régimes, contributifs et non contributifs, relèvent de par leur nature de la responsabilité des pouvoirs publics. Leur mise en œuvre peut être réalisée par différents acteurs publics (institutions de sécurité sociale, Etat, collectivités locales) et privés (micro assurances, mutuelles de santé, ONG voire également les assurances commerciales lorsqu elles participent à une stratégie nationale de protection sociale). Enfin, il importe de souligner que rien n est tranché en matière de protection sociale, qu il s agisse de sa définition ou de sa mise en œuvre. Un système de protection sociale peut combiner les logiques d assurance, d assistance et de protection universelle ainsi que différents mécanismes de financement et d administration. Ce point est particulièrement important lorsqu il s agit de mettre en place des régimes de protection sociale pour les travailleurs de l économie informelle et les travailleurs agricoles ruraux, compte tenu du caractère hétérogène de ces groupes en termes d activités, de niveau et de périodicité de revenus, de localisation géographique ou encore de niveau d instruction. Dans le cadre des pays en développement, la mise en œuvre d une politique nationale de protection sociale ne doit pas chercher à reproduire les systèmes occidentaux; elle doit pouvoir innover et sortir des sentiers battus, tout en respectant les principes de bonne gestion et de bonne gouvernance. Aujourd hui, la «protection sociale» ne concerne plus seulement les pays développés, mais s impose comme une nécessité dans le monde entier. Il ne s agit donc pas d un «luxe» que seuls certains pays peuvent s offrir ; la protection sociale peut au contraire être accessible et abordable pour tous les pays, dans une démarche progressive. C est de ce constat qu est né le concept du socle de protection sociale, palier indispensable vers une protection sociale plus complète pour tous. >10

11 LA PROTECTION SOCIALE : UNE DIVERSITÉ D APPROCHES POUR UNE PRIORITÉ CROISSANTE 1.3 LE SOCLE DE PROTECTION SOCIALE Le concept du socle de protection sociale a été développé dans le cadre de la «Campagne mondiale sur la sécurité sociale et la couverture pour tous» de l OIT en vue d assurer une couverture universelle des populations à travers un niveau minimal de protection sociale puis d offrir progressivement des niveaux plus élevés. Ce concept a été retenu, en avril 2009, par le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations unies comme l une des neuf initiatives pour lutter contre les conséquences de la crise économique mondiale. L objectif d une stratégie fondée sur le socle est de construire progressivement des étages «supérieurs», offrant des perspectives plus larges, et de ne pas se contenter de la «base» du socle de protection sociale. L image utilisée pour décrire l extension de la couverture de la sécurité sociale est celle d un «escalier de sécurité sociale». A mesure que les pays dégageront des marges de manœuvre budgétaire plus importantes, les systèmes de protection sociale pourront, et devront, monter «l escalier» en étendant leurs couvertures et en augmentant le niveau et la qualité des prestations et services fournis 4. Le concept du socle de protection sociale se fonde ainsi sur deux dimensions et vise à étendre efficacement la couverture des politiques de sécurité sociale de la manière suivante : La dimension horizontale qui vise à mettre en œuvre rapidement des socles de protection sociale au niveau national, à savoir un ensemble minimum de transferts, de droits et d éligibilité, donnant accès aux soins de santé essentiels et assurant un revenu suffisant à toutes les personnes qui ont besoin de cette protection. Les socles devraient comporter au moins quatre garanties élémentaires : > Accès à un ensemble de biens et services constituant des soins de santé essentiels, > Sécurité élémentaire de revenu pour les enfants, > Sécurité élémentaire de revenu pour les personnes d âge actif dans l incapacité de gagner un revenu suffisant, > Sécurité élémentaire de revenu pour les personnes âgées. La dimension verticale devrait s efforcer d améliorer le niveau de la protection sociale pour le plus grand nombre possible de personnes - au moins conformément aux dispositions relatives à la couverture et aux prestations de la Convention (n 102) concernant la sécurité sociale (norme minimum) de 1952, voire à un niveau supérieur tel que défini dans d autres conventions plus récentes de l OIT. Le socle de protection sociale n est pas une alternative aux institutions de l assurance sociale, lorsqu elles existent, mais est vu comme un élément d un système de protection sociale pluriel et global. Dans les pays à bas revenu qui ne disposent pas d institutions bien établies d assurance sociale, le socle offre le point de départ d un processus de construction d institutions d assurance sociale et permet de faciliter la transition des personnes de l aide sociale vers des formes élargies d assurance 5. LA STRATÉGIE BIDIMENSIONNELLE DU SOCLE DE PROTECTION SOCIALE élevé Dimension verticale : garantir progressivement des niveaux de protection plus élevés, guidés par la C.102 et les normes plus avancées. Niveau de protection Niveau du socle Assurance facultative reglementée par les pouvoirs publics Prestations de sécurité sociale à des niveaux garantis Garanties élémentaires de sécurité sociale : accès à des soins de santé essentiels et sécurité élémentaire de revenu pour tous faible faible revenu individuel / du ménage élevé Les résultats peuvent être atteints par différrents moyens. Il n existe pas de solution unique Dimension horizontale : garantir l accès à des soins de santé essentiels et à une sécurité élémentaire de revenu pour tous, guidés par la recommandation n 202 Source : OIT BIT (2011), op. cit. 5 BIT (2011), op. cit. 11 <

12 Eric Beugnot pour l Agence Française de Développement LA PROTECTION SOCIALE : UN SECTEUR ÉMERGENT ET HÉTÉROGÈNE Une revue de la documentation, confirmée par des études de cas réalisées dans le cadre de cette étude, montre que les stratégies nationales se construisent globalement autour de trois grands objectifs : le renforcement des régimes de sécurité sociale pour les travailleurs de l économie formelle, la couverture des travailleurs et de leurs familles au sein de l économie informelle et du monde rural et la mise en œuvre de programmes d aide sociale pour des groupes spécifiques, notamment les plus pauvres et vulnérables. Pour atteindre ces objectifs, une diversité d approches et de mécanismes sont mis en œuvre et passent par le renforcement et l élargissement des régimes publics de sécurité sociale existants, le développement de l assurance sociale, notamment par les systèmes de micro assurance, parmi lesquels les mutuelles de santé, l instauration de programmes de transferts monétaires ciblés, avec ou sans conditions, ou encore la couverture universelle financée par l espace fiscal. 2.1 DES EXEMPLES D APPROCHES EN MATIÈRE D ASSURANCE SOCIALE Pour de nombreux pays, notamment de l Afrique du Nord et Subsaharienne, les dispositifs de sécurité sociale sont hérités de l époque coloniale. Ces dispositifs ont été bâtis sur le modèle bismarckien 6 et arrimés au salariat, à une période où l économie informelle était considérée comme transitoire. Aujourd hui, ces dispositifs ne couvrent qu une population limitée, les travailleurs du secteur formel privé et public, soit moins de 10% de la population dans les pays de l Afrique Subsaharienne. Face à l essor de l économie informelle, plusieurs pays ont opté pour un élargissement et l adaptation des missions de leurs dispositifs de sécurité sociale afin que ceuxci étendent leur couverture. La couverture du risque maladie et la sécurité de revenus pour les personnes âgées constituent dans la plupart des pays les deux grandes fonctions considérées comme prioritaires dans le cadre du renforcement et de l extension de l assurance sociale. 6 Les systèmes de protection sociale en Europe ont deux origines différentes. Dans les systèmes dits beveridgiens (du nom de Lord Beveridge, père du modèle britannique), les droits (à une protection sociale de base) sont universels et accordés à l individu. Dans les systèmes bismarckiens (sur le modèle du système allemand institué par le chancelier Bismarck), ils sont accordés à celui qui travaille et, par «droits dérivés seulement», à sa femme et à ses enfants. >12

13 LA PROTECTION SOCIALE : UN SECTEUR ÉMERGENT ET HÉTÉROGÈNE Louise Virault pour l Agence Française de Développement LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE POUR TOUS, L EXEMPLE DU GHANA : Le Ghana a entrepris, en 2004, la mise en œuvre d un système d assurance maladie nationale, obligatoire pour tous les résidents. Ce système est décentralisé et s appuie sur trois plans d assurance : Assurance maladie de district (District mutual health insurance schemes - le pays est constitué de 10 régions et de 138 districts administratifs), Mutuelles de santé non gouvernementales (Private mutual healthinsurance schemes) qui peuvent être constituées par différents groupes de personnes, Assurances santé privées commerciales (Private commercial health insurance schemes). L inscription à l un ou l autre de ces trois plans est obligatoire pour tous les résidents. L assurance maladie de district est un régime public non marchand. Il est opérationnel dans tous les districts et est le plus populaire. Il couvre également les indigents et les actifs sans emploi. Les trois plans d assurance offrent le même paquet de soins de base. Le financement du système d assurance maladie nationale provient du paiement des cotisations des travailleurs du secteur formel (hormis ceux cotisant à la sécurité sociale dont une partie de la contribution revient à l assurance santé) ainsi que de l économie informelle (cotisation variable en fonction des revenus estimés) et de l espace fiscal (pourcentage de la TVA et de l impôt sur le revenu), auxquels s ajoutent notamment des financements extérieurs pour soutenir la prise en charge de certaines personnes exemptées de cotisations (indigents, enfants de moins de 18 ans). Un fonds national d assurance maladie centralise toutes ces ressources et les redistribue aux prestataires de santé. Il subventionne le régime public d assurance maladie de district. En revanche les mutuelles de santé ainsi que les assurances privées ne reçoivent aucun financement du Fonds national d assurance maladie. La couverture s étend progressivement ; elle est passée de 17,2%, en 2005, à 47%, en 2007, et 66%, en 2011, de la population, avec un objectif de couverture universelle à terme. Toutefois, les chiffres de couverture souffrent d imprécision et des organisations telles qu OXFAM annoncent une couverture réelle nettement inférieure. L assurance maladie nationale nécessite un renforcement de son système de surveillance et de production d information. L assurance est également confrontée à des mauvaises pratiques des prestataires de soins (Grüb, 2007 ; BIT, 2008). 13 <

14 L EXTENSION DES RÉGIMES DE SÉCURITÉ SOCIALE À L ÉCONOMIE INFORMELLE L Argentine, le Brésil et l Uruguay ont entrepris d étendre la couverture de la sécurité sociale aux travailleurs indépendants par la mise en œuvre de régimes simplifiés et unifiés (Monotributo en espagnol). Ces régimes permettent aux travailleurs autonomes de s acquitter de leurs obligations fiscales et d assurance sociale par un seul paiement mensuel et d une façon simplifiée. Ainsi le Brésil a lancé en 2007 un régime simplifié pour les micro entrepreneurs individuels (MEI) et un autre pour les micro et petites entreprises (SIMPLES) qui facilite l enregistrement des entreprises et unifie le payement de certains impôts et cotisations sociales. MEI et SIMPLES couvrent les branches vieillesse, décès et survivants, maternité et allocation d incapacité temporaire. En Argentine, les travailleurs qui relèvent de la catégorie des petits cotisants peuvent choisir de s affilier au régime simplifié des petits cotisants (Monotributo) depuis Le régime concerne l impôt sur le revenu et les actifs de la société, la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et les cotisations sociales. Ce régime est également applicable à certaines catégories de travailleurs vulnérables qui sont affiliés et qui profitent d une subvention de cotisation sous certaines conditions (Monotributo social). Il existe aussi un régime simplifié pour les travailleurs temporaires (Monotributo eventual). Les branches couvertes sont la vieillesse, décès et survivants et santé. Ce système de régime subventionné se retrouve également en Uruguay pour les travailleurs à faible revenu qui réalisent des activités dans certains domaines (Monotributo social). En Afrique subsaharienne, le Sénégal et le Burkina Faso ont également tenté d élargir, respectivement à la fin des années 1990 et à partir de 2008, les régimes de sécurité sociale aux travailleurs de l économie informelle et du monde rural. L expérience du Sénégal s est soldée par un échec et celle du Burkina Faso connaît des résultats faibles (moins de assurés en 2012). Plusieurs raisons expliquent ces résultats : Dans les deux cas, les régimes reposent sur l adhésion volontaire qui a montré ses limites, ce qui s observe également au niveau des mutuelles de santé dans ces pays. L expérience du Sénégal souffrait d un défaut de conception : la demande des travailleurs portait surtout sur la mise en place d une assurance maladie et d une assurance vieillesse, or le régime ne couvrait que les branches prestations familiales et accidents du travail/maladies professionnelles. Ce décalage entre les besoins exprimés et les prestations offertes a rapidement découragé les groupes cibles. Une faiblesse commune aux deux pays a été l incapacité des caisses de sécurité sociale à adapter leurs mécanismes de gestion technique aux spécificités de l économie informelle. (Louis dit Guérin, 2013). 2.2 DES EXEMPLES D APPROCHES EN MATIÈRE D ASSISTANCE SOCIALE Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, les programmes d assistance sociale connaissent un développement important depuis les années 90, dans le cadre notamment des stratégies de réduction de la pauvreté. Ce développement se traduit en termes de nombre de programmes, de populations couvertes et de diversité des mécanismes mis en œuvre : > Une majorité de programmes visent l accès aux services sociaux (santé, éducation, nutrition, etc.), d autres portent sur l insertion dans le marché du travail, notamment sous la forme de travaux publics à haute intensité de main d œuvre (HIMO). De façon très schématique, la diversité des objectifs s observe entre les régions : > En Amérique latine, les programmes de transferts monétaires sont surtout axés sur les efforts de lutte contre la pauvreté et s attaquent aux causes sous-jacentes de la pauvreté future en améliorant les objectifs de développement humain liés à la santé, l éducation et le travail des enfants. > En Afrique sub-saharienne, les transferts mettent davantage l accent sur les risques portant sur le cycle de vie (par exemple liés à l âge, orphelins), la pauvreté chronique et l insécurité alimentaire. > En Afrique Australe, la fourniture de transferts monétaires a été adaptée au fil du temps pour répondre à la nature changeante de la vulnérabilité, y compris l augmentation de l incidence du VIH / sida. > Les programmes plus récents et en essor en Asie du Sud, comme au Pakistan visent la transformation sociale, y compris l autonomisation des femmes (DFID, 2011). >14

15 LA PROTECTION SOCIALE : UN SECTEUR ÉMERGENT ET HÉTÉROGÈNE DES EXEMPLES DE PROGRAMMES D ASSISTANCE SOCIALE Pays Type et objet du programme Couverture Impact Namibie Source : PNUD, Rapport OMD 2011 Appui nutritionnel aux orphelins et aux enfants vulnérables (OEV) : en 2010, chaque OEV a reçu 30 $N par mois Pensions de vieillesse (pour les 60 ans et plus) : 500 $N par mois OEV en zone rurale. Nombre de bénéficiaires en augmentation d environ en 2004 à en 2008 (82 % du groupe d âge des 60 ans et plus). 4,05 % des dépenses totales du budget national / 1,36 % du PIB. Réduction du taux de mortalité infantile et juvénile / augmentation des taux de scolarisation et d achèvement du primaire Les transferts d espèces ont relevé le revenu des ménages contribuant à réduire la pauvreté et à renforcer l autonomie des femmes (Kaakunga, 2010). Bangladesh Source : Base de données BIT/Banque Mondiale 1 Transferts monétaires pour les personnes les plus vulnérables personnes couvertes en 2009/2010 Le programme permet au plus pauvres de disposer de moyens de subsistance, parmi lesquels : les mères pauvres allaitante, les étudiants orphelins et les victimes de catastrophes Nigeria Source : PNUD, 2011 Programme de transferts monétaires conditionnels (Cash for the People, COPE), ciblant initialement les ménages dirigés par des femmes, les femmes handicapées et les femmes appartenant à des groupes spéciaux, telles que les femmes vivant avec le VIH (toutes avec enfants en âge d aller à l école primaire) ; l accès en est conditionné à l engagement des bénéficiaires de s investir dans le capital humain représenté par leurs enfants ménages individus couverts en 2009 (phase 1 du programme). Amélioration de la consommation des bénéficiaires, Réduction de leur niveau de pauvreté. Impact positif sur l inscription et la fréquentation scolaires des enfants et sur le recours aux services hospitaliers. Ethiopie Sources : PNUD 2011, Union européenne 2010 Dispositif de sécurité productif (PSNP) Transferts en espèces et en nature 7,56 millions de personnes souffrant d insécurité alimentaire chronique dans 8 régions et 290 districts, soit 10 % de la population (2009) Baisse de 30 % du niveau de pauvreté entre 1998 et Amélioration de la sécurité alimentaire (de 11 %), des exploitations d élevage (d environ 7 %) et de la capacité des ménages à faire face aux situations d urgence. Haïti Source : Etude de cas Haiti, Better than Cash Alliance, mars 2014 Transfert monétaire conditionnel (Programme Ti Manman Cheri) pour les mères de familles vivant dans les quartiers précaires et ayant des enfants scolarisés Environ mères de famille couvertes en Maintien de la fréquentation scolaire des enfants vulnérables dans les établissements d enseignement nationaux et communaux. Mise en place d un système accessible pour les femmes grâce aux paiements électronique par téléphone mobile. (1) Le BIT propose une base de données en ligne sur plusieurs programmes de transferts sociaux : (http://www.social-protection.org/gimi/ gess/showwiki.do?wid=59&lang=fr). (2) Le BIT et la Banque mondiale ont produit une base de données qui recense les réponses politiques prises par 77 pays depuis le début de la crise financière et économique : The ILO/World Bank Inventory of policy responses to the global financial and economic crisis of <

16 > Certains programmes s inscrivent dans des plans institutionnalisés à long terme, avec un cadre juridique complet, et sont généralement organisés et financés par l Etat (avec des appuis budgétaires extérieurs éventuels). D autres interviennent sans cadre ni généralement de coordination, et le plus souvent à court terme, à l initiative et avec le financement principal d organismes extérieurs. > Les mécanismes appliqués sont très divers : transferts en nature ou en espèces, conditionnels ou non conditionnels. > L échelle à laquelle interviennent ces transferts peut être localisée géographiquement ou à groupe restreint de bénéficiaires (c est le cas généralement des programmes pilotes) ou couvrir tout le territoire national. Concomitamment, les populations couvertes vont de quelques milliers à plusieurs millions d individus. 2.3 DES APPROCHES UNIVERSELLES Certains pays optent pour une approche universelle, fondée sur le droit pour tous à la protection sociale. Les régimes universels sont contributifs et s adressent à l ensemble de la population, la résidence constituant la seule condition d ouverture des droits (régimes universels). Ils peuvent aussi ne cibler que des groupes spécifiques d individus (régimes catégoriels), à l exemple des «pensions de vieillesse universelles» qui couvrent l ensemble des personnes dépassant un certain âge. L approche universelle repose sur un rôle central de l Etat concernant le financement (à partir essentiellement des recettes fiscales), l administration et la régulation. Les prestations sont versées sans condition de cotisations ni de ressources, le financement provient généralement des recettes fiscales ou d autres recettes publiques, voire également de financements internationaux. Ces régimes universels sont généralement destinés à garantir l accès aux soins de santé ou transférer des revenus vers certaines catégories de population, notamment les personnes âgées. Ils sont également souvent utilisés comme moyens de transferts sociaux vers des familles entières : des études du BIT montrent que les bénéficiaires de pensions universelles redistribuent les espèces au sein de leur foyer, contribuent aux frais de scolarités et aux dépenses de soins de santé. Des exemples sont ainsi relevés en Afrique du Sud, au Brésil, à Maurice, en Namibie, au Népal et en Zambie (BIT, 2006). LE PLAN SÉSAME AU SÉNÉGAL Les personnes âgées de plus de 60 ans représentent environ 7% de la population sénégalaise et ne bénéficient pour 70% d entre elles d aucune forme de protection sociale. Les 30% restant sont des anciens salariés qui bénéficient d une pension de vieillesse assurée par le Fonds National de Retraite (FNR) pour les fonctionnaires de l État et l Institution de prévoyance retraite (IPRES) et pour les salariés du secteur privé. En septembre 2006, l Etat a mis en place un programme de gratuité des soins de santé pour ces personnes âgées, dans les services de santé publics et couvrant les consultations, les médicaments essentiels, les soins médicochirurgicaux et l hospitalisation. Le financement de ce programme est assuré par l Etat et par l IPRES, avec un budget annuel de 1 milliard de FCFA. De 2006 à 2008, le plan a eu un effet positif sur l utilisation des services de santé couverts par les personnes âgées mais s est avéré chroniquement déficitaire. À partir de 2009, le déficit financier atteignait plus de 3 milliards de FCFA en 2009 et face à l absence de remboursements des dépenses des prestations par l Etat, les hôpitaux nationaux ont progressivement restreint certaines prestations du plan, voire stoppé la prise en charge gratuite des personnes âgées. Jusqu en 2013, ce programme a accumulé une dette importante auprès des hôpitaux, en partie comblée régulièrement par l IPRES, sans avoir toutefois réussi à couvrir l ensemble des personnes âgées, notamment en milieu rural. En 2014, dans le cadre du projet national de Couverture maladie universelle, le plan Sésame doit être redynamisé avec une augmentation de son budget annuel, qui devrait passer à 1,7 milliard de FCFA, une révision des prestations couvertes (excluant notamment les soins les plus couteux) et la mise en place d une structure de gestion (source : Plan stratégie de développement de la CMU au Sénégal ). >16

17 LA PROTECTION SOCIALE : UN SECTEUR ÉMERGENT ET HÉTÉROGÈNE LE DÉVELOPPEMENT DES SYSTÈMES DE PENSIONS UNIVERSELLES Les exemples de pensions universelles sont multiples à travers le monde. Le Brésil, le Chili, l île Maurice et l Afrique du Sud ont été parmi les premiers pays à mettre en place des pensions universelles, suivis, à partir des années 2000, par plusieurs pays d Afrique australe (Botswana, Lesotho et Swaziland), d Amérique latine (Bolivie) et d Asie du Sud (Inde, Bangladesh et Népal) qui ont instauré des programmes inspirés du modèle sud-africain. Ce développement résulte d analyses montrant les effets positifs des pensions universelles sur la réduction de la pauvreté ainsi que sur le maintien du lien social. Il a été ainsi montré que les personnes âgées sont souvent celles qui ont en charge les orphelins dans les pays subissant les effets les plus forts de la pandémie de VIH-sida, en particulier en Afrique de l Est et en Afrique australe. La Chine constitue un autre exemple fréquemment cité avec la mise en œuvre en 2009 du «New Rural Pension System» pour les populations rurales et de l «Urban Pension» en 2010 pour la population urbaine non couverte. Ces deux systèmes sont entièrement financés par l Etat et ambitionnent de couvrir la totalité des groupes ciblés d ici A l opposé en terme de taille de population et de superficie, le Cap Vert a instauré un programme de pensions sociales non contributives, administré par une Caisse nationale pour les pensions sociales (CNPS), pour les personnes de plus de 60 ans dont le revenu annuel est inférieur au seuil national de pauvreté fixé à escudos par habitant et par an (441 euros en 2011) (source : BIT, fiches pays, 17 <

18 Nils DEVERNOIS pour l Agence Française de Développement UN ENSEMBLE DE DÉFIS À RELEVER Les défis à relever en matière de protection sociale dans les pays en développement sont multiples et complexes. Ils se traduisent différemment en fonction de la situation économique des pays. Dans ceux à revenu intermédiaire, le principal défi est globalement d élargir et de renforcer la cohérence et l efficacité des systèmes de protection sociale. Les pays à revenu faible sont confrontés à de multiples contraintes, dont la faiblesse des institutions, la dépendance visà-vis des partenaires extérieurs, la fragmentation des approches et globalement la difficulté à bâtir des mécanismes durables. On peut cependant relever un ensemble de défis communs aux pays en développement où il s agit d étendre la couverture, de renforcer les capacités et d assurer un financement durable dans des contextes qui se caractérisent par un secteur informel important, un espace fiscal réduit et une architecture de la protection sociale encore embryonnaire, fragmentée et dont l impact reste difficilement mesurable. 3.1 LE FINANCEMENT DURABLE DE LA PROTECTION SOCIALE Globalement, le défi est double pour les pays en développement où il s agit de mettre en œuvre des programmes capables d étendre la couverture notamment pour les groupes les plus vulnérables et d offrir un niveau de protection face aux risques, tout en assurant un financement durable. Les modes de financement de la protection sociale sont multiples : > Les contributions des assurés aux régimes d assurance : cotisations sociales patronales et salariales permettant de financer les dépenses des régimes légaux de sécurité sociale, cotisations des membres des mutuelles et micro-assurances ; > Les financements nationaux provenant des recettes fiscales : revenus de l exploitation des ressources naturelles, impôts directs, taxes sur les biens et services, l impôt commercial, etc. ; > Les financements internationaux, particulièrement importants dans les pays pauvres dans le domaine de l assistance sociale et qui peuvent prendre plusieurs formes : aide budgétaire générale ou sectorielle, fonds communs, fonds d affectation spéciale multi donateur ou aide aux programmes et aux projets. >18

19 UN ENSEMBLE DE DÉFIS À RELEVER Le financement constitue un défi majeur lors de la mise en place d un système de protection sociale, en particulier dans les pays à faible revenu. Cela est notamment le cas en Afrique où les dépenses en protection sociale restent faibles avec une moyenne régionale de 2,8% du PIB, celle-ci intégrant d importantes variations d un pays à l autre allant de plus de 12% et 8% du PIB aux Seychelles et en Afrique du Sud à moins de 0,5% au Tchad, en Guinée, au Soudan, au Niger, en Ouganda et au Zimbabwe (Banque mondiale, 2012). Cependant, le Bureau international du Travail (BIT), dans le cadre de la Campagne mondiale sur la sécurité sociale et le plaidoyer pour les socles de protection sociale, a montré que l effort financier nécessaire à l extension des prestations sociales à des groupes plus larges est globalement abordable pour les pays pauvres, notamment africains. Des études réalisées par le BIT montrent que le coût brut annuel global des composantes d un ensemble de prestations sociales dans 12 pays à faible revenu en Afrique et en Asie serait de l ordre de 2,3 à 5,7% du PIB de chaque pays en 2010 (projections) si l on excepte l accès aux soins de santé de base qui est déjà dans une certaine mesure financé. L UNICEF, ainsi que le BIT et nombre d autres organisations, plaident pour la création d un espace budgétaire durable (UNICEF, ODI, 2009). Plusieurs pistes de financement sont discutées dans le plaidoyer mondial pour la protection sociale. Tout d abord, il s agit d élargir, en lien avec la croissance économique, l espace fiscal pour l extension de la protection sociale. La réallocation de dépenses au sein du budget national est une autre piste importante. Dans ce sens, l utilité des subventions générales des prix, mises en œuvre dans la plupart des pays face aux crises énergétiques et alimentaires mais qui profitent en grande partie aux non pauvres, est de plus en plus remise en cause. Cette dépense pourrait être réallouée à d autres programmes de protection sociale (Banque mondiale, 2012). L appui externe des donateurs reste essentiel, notamment pour les pays à revenu faible, mais il pose la question de sa volatilité, les bailleurs ne s engageant généralement que sur une aide à court et moyen termes, et de la capacité des pays à programmer ces aides dans des plans à long terme. Enfin, il est important porter une attention particulière à la gestion des risques fiduciaires afin d assurer la transparence et la bonne affectation des ressources, réduire les risques de fraude et de corruption, et globalement, garantir la réussite des programmes et leur pérennité. 3.2 LA CONSTRUCTION D UN CADRE INSTITUTIONNEL ET POLITIQUE L établissement d un cadre institutionnel et politique afin d améliorer la cohérence et la coordination entre les politiques, dispositifs et programmes de protection sociale constitue, avec la question du financement, un autre défi majeur. Les succès observés sont en effet souvent liés à une volonté politique claire, la capacité à bâtir une politique de protection sociale cohérente et fondée sur un minimum de consensus national. La mise en place de systèmes efficaces de protection sociale exige une planification à long terme, une stratégie de longue haleine et une volonté politique sans faille qui s ancrent dans le cadre législatif et/ ou constitutionnel du pays (OCDE, 2009). Il s agit d un processus qui vise à : > prioriser les garanties à mettre en œuvre, surtout pour les pays les plus pauvres ; > identifier les dispositifs et programmes ayant le meilleur potentiel pour assurer ces garanties ; > organiser ces dispositifs et programmes dans une architecture cohérente au sein de laquelle ils sont interdépendants, complémentaires et coordonnés dans leurs objectifs, leurs fonctions et leur financement ; > bâtir un dialogue national et conduire un processus participatif ; > développer une approche multisectorielle combinant notamment les politiques de l emploi, de la santé, de l éducation, de la protection sociale, etc. ; > élaborer un plan institutionnel ainsi qu un cadre budgétaire et juridique à long terme. Le Mozambique est, dans ce sens, un exemple de processus et de dialogue entre le gouvernement et les partenaires de coopération nationaux et internationaux. Ce processus, entamé en 2005, a abouti à l adoption de la loi sur la protection sociale en 2007 et la stratégie nationale pour la sécurité sociale de base en 2010 qui instaurent un ensemble de droits pour les plus pauvres et coordonnent les dispositifs et 19 <

20 programmes (Mausse M., Cunha N., 2010). L Ile Maurice constitue un autre exemple de coordination et de synergies législatives, administratives et budgétaires grâce à une législation et des institutions communes. Ces synergies peuvent améliorer la coordination de la politique, réduire la fragmentation des ins titutions qui fournissent les prestations, et renforcer davantage encore la volonté politique (AISS, 2008). A l inverse, en l absence d une une volonté politique forte exprimée au plus haut niveau et d une direction centrale cohérente, l élaboration des politiques de protection sociale peut être nettement plus chaotique. Ceci a notamment été le cas au Malawi où l incapacité du gouvernement à fournir une orientation précise a été aggravée par la rivalité entre les visions, les intérêts et les exigences des donateurs qui ont fortement compromis la cohérence du projet de cadre politique pour la protection sociale entrepris en 2005 (Future Agricultures, 2008). Force est de constater que cette situation se retrouve dans plusieurs pays ouest africains. 3.3 LA PRODUCTION D INFORMATIONS ET L ÉVALUATION La mise en œuvre de systèmes de suivi et d évaluation des politiques, stratégies et régimes de protection sociale est nécessaire pour la surveillance et le pilotage ainsi que l évolution des programmes. Le suivi et l évaluation peuvent permettre d obtenir des connaissances et des données d observation essentielles pour pouvoir apporter de façon continue aux programmes des améliorations qui permettent de les adapter au mieux à la situation spécifique du pays. Ils doivent également permettre de susciter l adhésion des responsables politiques et de faire croître les ressources disponibles pour étendre la portée des programmes et augmenter les taux de couverture. Ils doivent enfin permettre de constituer un corpus international de données d observation, diffuser les enseignements d ordre pratique et créer le socle nécessaire pour assurer la pérennité de ces programmes (OCDE, 2009). Les actions en matière de protection sociale étant récentes, les lacunes en matière de production d informations, de suivi et d évaluation des programmes d assurance comme d assistance sociale sont encore nombreuses et une majorité de systèmes manquent d informations fondamentales (nombre de personnes couvertes, etc.). Les nouvelles technologies offrent aujourd hui des solutions simples et efficaces en matière de gestion des programmes (enregistrements des bénéficiaires, recouvrements des cotisations, distributions de transferts monétaires, etc.) notamment via la téléphonie mobile et Internet. En Amérique Latine, ces technologies permettent de mettre en réseau différents programmes et dispositifs et de les intégrer dans un schéma cohérent de protection sociale (Kounowski, 2012). >20 Cyril le Tourneur d Ison - pour l Agence Française de Développement

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous

Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Campagne mondiale sur l extension de la sécurité sociale pour tous Luis Frota, Programme STEP Département de la Sécurité Sociale BIT Turin, 26 Novembre 2007 Campagne mondiale sur l extension de la sécurité

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009)

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Intervention de M. Assane Diop Directeur exécutif Secteur de la Protection sociale Bureau

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles

Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple Un but Une foi ----------- Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles SOMMAIRE I- PRESENTATION DES IPM 1. LE

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique

Extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Extension de la couverture

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique

ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique FORMATION SUR LE DEVELOPPEMENT DE L ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE www.coopami.org ATELIER 3 Analyse des différents systèmes de protection sociale en santé en Afrique NIAMEY 12 et 13 juillet 2012 Cellule

Plus en détail

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés JAPON Nomenclature CHIHO-KOMUIN-KYOSAI CHIHO-KOMUIN-ONKYU CHIHO-KOMUIN-SAIGAI HOSYO CHIHO-KOKUMINN-KYOSAI- KYUGYO-KYUFU-TO IZOKU-NENKIN JIDEO-TEATE JIDO-FUYO-TEATE KOKKA-KOMUIN-KYOSAI KOKKA-KOMUIN-ONKYU

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise 2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise La généralisation de la complémentaire santé d entreprise prévue par l accord national interprofessionnel (ANI) à compter du 1 er

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU).

COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). www.coopami.org COOPAMI? Rôle des mutuelles sociales dans les processus de mise en place de Couverture Maladie Universelle (CMU). Abidjan 15 juillet 2014 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Mutuelle

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

La mutuelle de santé, une alternative crédible de couverture du secteur informel?

La mutuelle de santé, une alternative crédible de couverture du secteur informel? Rencontre d échanges d expériences entre acteurs sociopolitiques sur les défis et la portée de la protection sociale dans un contexte de grande pauvreté : cas des pays en développement Bamako, 17 & 18/11/2011

Plus en détail

CONTRIBUTION DU RÉGIME D ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ DE L OFATMA AU FINANCEMENT DE LA SANTÉ EN HAÏTI

CONTRIBUTION DU RÉGIME D ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ DE L OFATMA AU FINANCEMENT DE LA SANTÉ EN HAÏTI CONTRIBUTION DU RÉGIME D ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ DE L OFATMA AU FINANCEMENT DE LA SANTÉ EN HAÏTI Dr. Max Rudolph SAINT-ALBIN Directeur Général Office d Assurance Accidents du Travail, Maladie et Maternité

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

L'extension de la sécurité sociale aux populations non couvertes

L'extension de la sécurité sociale aux populations non couvertes Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 L'extension de la sécurité

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes

INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes INTERPRETER UN RAPPORT ACTUARIEL Sélection des hypothèses actuarielles dans le contexte africain Par Papa Babou NDIAYE, Directeur des Etudes IPRES_SENEGAL Responsabilité d un administrateur Les évaluations

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA)

Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA) Programme financé par l Union Européenne EuropeAid/127025/C/SER/MA) Mixité des sources de financement, diversité des régimes de couverture maladie : l impératif de cohérence 2 ème Conférence nationale

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire)

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire) Assurance Arrêts de travail Cette assurance s appelle aussi l assurance complément de revenus (ou assurance perte de revenus). En cas d arrêt de travail dû à la maladie, à un accident vous conserverez

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

CANADA. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de dollars canadiens (CAD).

CANADA. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de dollars canadiens (CAD). CANADA Nomenclature AC Assurance chômage AE Assurance emploi (remplace l AC depuis le 1 er juillet 1996) RAPC Régime d'assistance publique du Canada RPC et RRQ Régime de pensions du Canada et Régime de

Plus en détail

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants

Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Note aux rédactions La Plaine Saint-Denis, le 29 janvier 2015 Mise au point du RSI au moment de manifestations annoncées de travailleurs indépendants Des manifestations de travailleurs indépendants sont

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre

[LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] Abidjan, le 02 Février 2015. MUGEFCI - TOURE Laciné. MUTREPCI - SERY Jean-Pierre Abidjan, le 02 Février 2015 MUGEFCI - TOURE Laciné MUTREPCI - SERY Jean-Pierre PASS - HUCHET Jean-Philippe [LA PLUS-VALUE DES MUTUELLES DANS LE CADRE DE LA CMU] 1 Des mutuelles pour participer à la réussite

Plus en détail

Système de protection sociale en France. STAFF du 26 janvier 2011

Système de protection sociale en France. STAFF du 26 janvier 2011 Système de protection sociale en France STAFF du 26 janvier 2011 Plan 1. Les deux conceptions historiques de la protection sociale 2. La notion de protection sociale 3. Histoire de la protection sociale

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------

Note Simplifiée. UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- La Commission ------------ PROJET D APPUI A L EXTENSION DE LA COUVERTURE DU RISQUE MALADIE DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA Note Simplifiée

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? Pour suivre le versement de ma pension d invalidité, j ouvre mon compte sur JE SUIS ACCOMPAGNÉ EN CAS D INVALIDITÉ L'ASSURANCE MALADIE EN LIGNE Pour en savoir plus sur l information

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 1 - La sécurité sociale en Belgique et les mutualités. Plan 1- INTRODUCTION 2- GRANDS PRINCIPES DE LA SÉCURITÉ

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS A ET APRES LA CESSATION DE SERVICE COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.16 9 juin 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS RAPPORT INTERIMAIRE SUR LE FINANCEMENT DES PRESTATIONS

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ 39 art om - Fotolia.com Étape 7 > J opte pour le régime social des salariés > J opte pour le régime social de travailleur indépendant > Mon droit aux allocations chômage

Plus en détail

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives

TC12 : Protection sociale et solidarités collectives TC12 : Protection sociale et solidarités collectives 1 Etat providence et protection sociale 11 L apparition de l Etat providence DOC 1 Q1 Qu est-ce que la société libérale? C est une société dans laquelle

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/19/23 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 JUIN 2012 Comité du programme et budget Dix-neuvième session Genève, 10 14 septembre 2012 FINANCEMENT À LONG TERME DE L ASSURANCE-MALADIE APRÈS CESSATION DE

Plus en détail

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire

D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Note Oxfam France juin 2010 D un G8 à l autre : suivi des engagements de l Aquila sur la sécurité alimentaire Analyse de l APD française au secteur agriculture et sécurité alimentaire La crise alimentaire

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

SUISSE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de francs suisses (CHF).

SUISSE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de francs suisses (CHF). SUISSE Nomenclature AA AC AF AI AM APG AVS EPF PC PP Assurance-accidents Assurance-chômage Allocations familiales Assurance-invalidité Assurance-maladie Allocations pour perte de gains Assurance-vieillesse

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Partage des coûts vs gratuité

Partage des coûts vs gratuité Assurance maladie et gratuité des soins en Afrique subsaharienne : quelles bases pour une couverture universelle? Alain Letourmy (CNRS et animateur du réseau RAMUS (Réseau d appui aux mutuelles de santé))

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23

Table des matières. Partie 1 L organisation de la sécurité sociale 21. Chapitre 1 L organisation administrative 23 Introduction La place de sa sécurité sociale dans le système de protection sociale 5 I. La construction du système de protection sociale 5 1. Les influences de Bismarck et de Beveridge 6 2. La structuration

Plus en détail

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL

LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Cellule d Appui à la Couverture maladie Universelle LE SYSTÈME DE PROTECTION SOCIALE EN SANTÉ DU SÉNÉGAL Par:

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail