COMITÉ GERSOIS POUR LE DÉVELOPPEMENT ET LA DÉFENSE DE L HÔPITAL PUBLIC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMITÉ GERSOIS POUR LE DÉVELOPPEMENT ET LA DÉFENSE DE L HÔPITAL PUBLIC"

Transcription

1 COMITÉ GERSOIS POUR LE DÉVELOPPEMENT ET LA DÉFENSE DE L HÔPITAL PUBLIC B.P , AUCH Cedex - - Editorial L ACCES AUX SOINS POUR TOUS, AU CŒUR DES DEBATS Les choix opérés par les Etats pour «résoudre» la crise de la dette publique renforcent les raisons de notre engagement pour le développement, la défense des hôpitaux publics et plus globalement de notre système public de santé. La lecture des exemples contenus dans cette lettre montre combien les mesures d austérité dictées par les choix de nos dirigeants, ont comme conséquences la remise en cause du droit d accès aux soins pour tous. Dans une période politique aussi intense, notre position est claire. Organiser, impulser la résistance contre la casse des hôpitaux publics, construire un fort mouvement citoyen pour le développement et la défense de notre système public de santé restent plus que jamais notre principal objectif. Nous revendiquons la participation à l élaboration démocratique de propositions alternatives, au plus près des réalités et des besoins locaux en matière d organisation et la définition des réponses à apporter aux besoins de santé des gersois. Cette préoccupation est en cohérence avec notre proposition d un observatoire départemental de santé adoptée lors de notre dernière assemblée générale en février Depuis des échanges ont eu lieu avec différents acteurs départementaux et régionaux de la santé. Ceux-ci nous ont permis d affiner, de préciser les objectifs et les modalités concrètes d organisation et de réalisation de ce projet. Nous y reviendrons dans une prochaine lettre. Tout en préservant des rapports de franche collaboration avec les partis politiques, dont certains sont membres du comité, la neutralité du comité ne sous-entend pas son impassibilité devant l actualité, mais au contraire une impartialité assumée. C est pour cela que nous allons prochainement nous adresser aux partis politiques, qui présenteront des candidats aux prochaines élections. Nous rendrons publics leurs engagements sur un certain nombre de nos propositions pour la reconstruction d un véritable service public de santé. Parmi nos premières exigences, l abrogation de la loi Bachelot, la suppression de la T.A.A, qui fondent des choix de démantèlement des hôpitaux publics avec des ARS toutes puissantes. Nous mettrons toute notre énergie pour que la construction d un véritable service public de santé soit au cœur des débats et considéré comme un enjeu central. C est de tout cela et des grandes lignes de notre activité en 2012, que nous débattrons lors de notre assemblée générale annuelle qui se tiendra le 20 janvier 2012 à 18h 30 salle du Mouzon à Auch. (Retenez cette date, elle vous sera confirmée par courrier) A tous, à vos proches, au nom du Comité je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d année dans l affection et l amitié de votre famille et de vos amis, je vous présente à tous mes vœux de réussite et surtout de bonne santé pour Pour le comité Jean Claude Marx PS : Nous vous invitons également à retenir la date du 17 mars pour participer à un débat public salle des Cordeliers à Auch, que nous organiserons sur le thème «le droit d accès aux soins pour tous, un service public de santé, un véritable enjeu de société!»

2 les DATES A RETENIR Vendredi 20 janvier 2012 à partir de 18h Salle du Mouzon à Auch ASSEMBLEE GENERALE DU COMITE Vendredi 17 mars 2012 REUNION PUBLIQUE «LES ENJEUX DE LA SANTE PUBLIQUE» BREVES 19 % DES FRANÇAIS REDOUTENT DE MANQUER DE MOYENS DE SE SOIGNER. Un Français sur cinq craint de ne pas avoir les moyens de se soigner durant ses vieux jours, révèle un baromètre de l institut LH2. 74 % estiment que la qualité de l offre de soins se détériore et 86 % que les dépenses de santé sont de moins en moins bien remboursés. Celles-ci occupent une place importante dans le budget quotidien de 57 % d entre eux. LES MEDECINS HOSPITALIERS DESENCHANTES ET PESSIMISTES! Ils avaient choisi ce métier pour apporter leurs compétences en premier lieu, pour le»dévouement et les valeurs humaines» qu il impliquait, ensuite pour l innovation, l égalité d accès aux soins, et la reconnaissance. Aujourd hui ils déchantent! Les médecins hospitaliers, relève une enquête nationale du SNPHARE (syndicat des anesthésistes réanimateurs hospitaliers), placent désormais «dégradation» en tête des mots qualifiant le mieux l hôpital public actuel. Pire, les «contraintes économiques et financières» arrivent en tête dans l hôpital de demain, suivies de dégradation, appauvrissement, inégalité et concurrence». En cause : l accentuation des injonctions de rentabilité financière, et leur éloignement des instances de décision, accentuées par la loi HPST (2009). LES MUTUELLES TAXEES PAR LE PLAN FILLON. Les députés ont adopté, dans le cadre du plan de rigueur du gouvernement, le durcissement de la fiscalité des complémentaires santé, via le doublement du taux e la taxe spéciale sur les contrats dits responsables. Ce prélèvement doit procurer une recette de 100 millions d euros dès 2011 et 1,1 milliards d euros en année pleine. Mutuelles et syndicats dénoncent une mesure injuste et pénalisante, allant entraîner une hausse des cotisations et un surcoût de la santé. Entre 2088 et 2011, les cotisations des mutuelles ont augmenté en moyenne de 125 euros. Plus de la moitié de cette hausse est due à la répercussion des taxes et du financement de la CMU désormais entièrement pris en charge par les mutuelles. A cela s ajoutent la répercussion de la hausse des dépenses de l assurance maladie vers les complémentaires (2%). Avec l augmentation de la taxe, lorsque les mutuelles vont percevoir 100 euros de cotisations, elles devront verser d emblée 13,72 euros à l Etat. Avec le doublement de cette taxe, ce sont 10,5 points de fiscalité supplémentaire qui depuis 2099 auront été imposés aux mutuelles et donc à leurs adhérents car ces taxes se répercutent sur les contrats mutualistes, ceux-ci ne pouvant pas être gérés en déficit. LE PREFET ET LE DIRECTEUR DE L ARS VISITENT L HOPITAL D AUCH En effet, comme le remarque «la dépêche du Midi» il n y avait pas de banderoles ni de mobilisation des usagers comme des personnels pour les accueillir. Il faut dire, que leurs visites dans les différents établissements ont été entourées d une grande discrétion et les seule fois ou les dates ont été connues, les visite ont été annulées. L annonce de cette visite a été faite au dernier moment, juste le temps pour le comité d envoyer une demande de RDV à laquelle le directeur de l ARS n a jamais répondu. Une simple visite pour le Préfet, une visite et une rencontre pour le directeur de l ARS qui avait consenti à recevoir une délégation du personnel en présence du directeur du CHG. Suite à leurs déclarations et à leur intervention à Toulouse, les médecins reconnaissent avec les personnels qu un climat détestable s est installé au CHG. Si ce climat n est pas vécu n y subit directement par les usagers, il n en demeure pas moins que notre comité n est pas rassuré quant au devenir de l hôpital public. Inquiétudes confirmées par les représentants des personnels à qui le directeur de l ARS a maintenu ses priorités, à savoir la mise en œuvre du plan de retour à l équilibre. La qualité des soins, des prises en charge, les conditions de travail, ça ne le regarde pas. Il a toute confiance au directeur pour régler ces problèmes en mettant en œuvre les exigences de l ARS. Sur les problèmes posés par les médecins, il a demandé une mission de l Inspection Générale des Affaires Sociales sur le management au CHG. Il s étonne de rencontrer des difficultés seulement avec le CHG d Auch sur tout Midi Pyrénées!! Le taux de fuite des malades gersois sur les autres départements est important. Ne donne-t-on pas une mauvaise image de l établissement? Mauvais procès d intention en direction des représentants des personnels. Qui, si ce n est le directeur qui a décidé les différentes fermetures de services, de lits qui ne permettent plus d accueillir certains malades, quand elles n ont pas des conséquences graves pour d autres. Mauvaise image du CHG aussi quand la direction abandonne au privé les lits de soins de suite et de réadaptation de neurologie au profit de l établissement privé de ST Blancard. Désormais une rééducation suite à un accident vasculaire cérébral ne sera plus faite à Auch. Le directeur de l ARS ne voit pas de différence entre le public et le privé. Pour lui ST Blancard va se rapprocher d Auch. Pour les représentants des personnels ST Blancard chercherait plutôt à se rapprocher de Toulouse puisqu il aurait acheté un terrain à Lombez pour une future installation!!! L ARS exige un projet médical de territoire entre tous les établissements de santé du Gers, publics et privés, ainsi qu un projet médical entre le CHG d Auch et la clinique Carlier. Nous considérons que c est une orientation dangereuse pour les usagers quand on regarde l expérience du groupement public et privé avec le scanner et l IRM. Aujourd hui il y a de moins en moins de place réservée au public et de plus en plus d usagers sont obligés de faire l avance de 90 sur le forfait intellectuel. ( l interprétation des images). Autre souci sur les services du CHG, avec le laboratoire de biologie. Les crédits nécessaires pour la mise aux normes, en vue de l accré-

3 ditation, ont été refusés par l ARS. La solution serait le jumelage avec ST Gaudens. Actuellement, une coopération moins onéreuse existe avec le CHU de Toulouse. Comment alors justifier le projet avec St Gaudens? Pour l ARS le plan de retour à l équilibre,... réduction du personnel, fermetures, réductions partielles d activités de service, gel des investissements, blocage des recrutements de médecins, d infirmières, transfert au privé d activités médicales,. sera mis en place en avril Les directions du CHG et du CHS ont obligation de mettre en œuvre rapidement la fusion de leurs services logistiques sous peine d externalisation. Fin du dialogue avec un sourd. QUAND LA DEPECHE NE NOUS VOIT PAS ET NE NOUS ENTEND PAS Dans son compte rendu de la visite des autorités au CHG d Auch, «la dépêche du Midi» commence son article par l absence de mobilisation des syndicats et du comité des usagers. Surprenante intro pour un article qui devait rendre compte d un déplacement de deux autorités de l État dans un établissement de santé dont les signes de faiblesses mobilisent les personnels et les médecins mais également les usagers. La dépêche du midi n a vu de faiblesse que dans les rangs des contestataires par contre l optimisation des moyens du CHG au service d une meilleure prise en charge des victimes d un AVC. Étrange vision des choses qui transforme les réalités en leur contraire. Passons sur la mobilisation pour regarder ce qui nous fait problème, le fonctionnement du CHG et en particulier du service de neurologie. Il y a quelques mois les personnels dénonçaient entre autre la non reconnaissance de lits de SSR de neurologie Quels sont les changements intervenus depuis lors qui font écrire à la dépêche que les personnes seront mieux pris en charge? Aucun si ce n est encore une opération de communication à laquelle se livre régulièrement la direction du CHG au sujet de telle ou telle réorganisation qui devient alors un nouveau service une nouvelle prise en charge. Les AVC ont toujours été bien pris en charge de l admission jusqu au suivi en rééducation...mais aujourd hui cette continuité des soins n est plus assurée, l hôpital n ayant plus de lits de Soins de Suite et de Réadaptation pour les AVC. La direction du CHG a fait le choix de laisser ces lits au privé réorientant autrement ses lits de SSR. Les malades sont obligés de faire leur rééducation au Centre de ST Blancard, établissement privé, seul établissement du département qui possède l autorisation de l ARS pour cette activité. Ce qui éloigne les malades de leurs familles, les transports vers ce coin du département étant plutôt rares. Alors non, pour nous, le service public ne prend pas mieux en charge les AVC, au contraire, et cela est un nouveau coup porté au CHG d Auch. Mais cela «la dépêche du Midi» ne le voit pas et elle ne nous entend pas quand on le dit. La dépêche fait son information. PSYCHIATRIE : LE COMITÉ ÉCRIT AU DIRECTEUR DU CENTRE HOSPITALIER SPÉCIALISÉ M le Directeur Notre comité, ses adhérents, avec de nombreux des praticiens psychiatres, des personnels hospitaliers est sont préoccupés par l évolution sécuritaire de la psychiatrie publique, et notamment le fichage généralisé qui se met en place et qui représente un enjeu danger majeur pour les droits des usagers. Afin de permettre à ces patients de faire valoir tous leurs droits, en conformité aux lois du 6 janvier 1978 et du 4 mars 2002, nous vous demandons de veiller à ce qu une information leur soit faite et que leur consentement soit exigé systématiquement avant toute informatisation d information relative à leur santé. Toutes les personnes accueillies dans votre établissement doivent avoir la possibilité d accepter ou de refuser l informatisation de leurs données personnelles. Cela doit concerner aussi bien les informations sur leur état de santé contenues dans leur dossier, que les analyses de l activité médicale qui en sont extraites. Nos préoccupations sont d autant plus fortes qu aujourd hui la confidentialité et la finalité de ces informations sont loin d être garanties. Nous nous permettons de vous transmettre une plaquette d information à l'intention des patients mais aussi des soignants, et de vous demander l'autorisation qu'elle puisse être distribuée aux patients qui le souhaitent, afin qu'ils puissent faire valoir leurs droits en toute connaissance de cause. Vous comprenez que cette démarche n est à aucun moment animée par une quelconque méfiance envers le corps médical, mais essentiellement dans l objectif citoyen de préservation des droits des patients. Comptant sur votre attention et votre engagement sur cette démarche, je vous prie M le directeur de recevoir mes salutations distinguées. Le Président

4 LA POLITIQUE REGIONALE DE SANTE EN DEPHASAGE AVEC LA REALITE DU TERRAIN. La construction du projet régional de santé suit un long parcours sinueux qui commence avec le Plan Stratégique Régional de Santé qui se décline lui-même en Schémas Régionaux et dont les financements sont fixés par les Programmes Régionaux. Une concertation très large valide chaque étape de cette construction. Ce sont là, les principes et les intentions, car la réalité est toute autre. Sans pour autant remettre en cause la logique politique, une des instances de l ARS, la Commission Régionale de la Santé et de l Autonomie, pointe plusieurs fois dans son avis rendu le 28 octobre dernier, la politique du fait accompli et le caractère décontextualisé du PSRS, tout comme les commissions spécialisées des usagers et de l organisation des soins. La commission dénonce une fausse concertation. La version du projet régional proposée pour avis aux collectivités territoriales n a pas pris en compte l ensemble des remarques et critiques formulées par la commission permanente et les commissions spécialisées, ainsi que les avis des conférences territoriales. La CRSA s interroge sur le déphasage entre ce que dit l ARS et ce qu elle fait. Les restructurations ont été imposées avant la production des schémas, mettant les différents acteurs devant le fait accompli. Quant aux fortes contraintes (financières règlementaires - conventionnelles - politiques) elles n apparaissent pas explicitement alors que l ARS devra bien tenir compte. LA CRSA S INTERROGE : 1/ SUR LES MOYENS PERMETTANT D ATTEIN- DRE LES OBJECTIFS DE LA POLITIQUE DE SANTE EN TERME DE REDUCTION DES INEGA- LITES. L objectif de réduire les inégalités sociales au regard de la santé lui parait illusoire, du fait de la superposition des inégalités de genre, liées à l âge, culturelles, territoriales aux inégalités sociales, notamment dans certains territoire vieillis et précarisés comme l Ariège et le Tarn et Garonne. Souci partagé par la Commission Spécialisée dans le Domaine des Usagers qui note que de plus en plus de personnes qui ne relèvent pas de la CMU complémentaire ont des difficultés pour assumer le paiement d une mutuelle. La future taxe sur les mutuelles risque d accentuer ce phénomène. Difficultés aussi pour les associations comme la ligue contre le cancer qui ne peuvent plus répondre aux demandes d aides financières croissantes. Pour les réseaux de santé la baisse annoncée de leur financement remet en cause les réponses de qualité et de proximité. Les problématiques d accès aux soins émeuvent aussi la Commission Spécialisée de l Organisation des Soins. Comment la population finance-t-elle les prothèses auditives ou dentaires, l optique. Comment financer l entrée des personnes âgées dans un système de prise en charge de la dépendance sans prestation autonomie? Comment assumer l'accès aux soins et des dépassements d honoraires lorsqu il n y aura plus que des secteurs 2 sur un bassin de santé ou un territoire? Comment résoudre les problèmes d accès à une complémentaire santé, lorsque les charges successives imposées aux mutuelles entraînent des augmentations des tarifs amenant bon nombre de personnes à "désadhérer". 2/ SUR LE POSITIONNEMENT DE L USA- GER AU CŒUR DU SYSTEME DE SANTE. Si la CRSA adhère à l objectif de fluidification des parcours de santé, elle s interroge sur les groupes de pathologies et population non prise en compte ( SIDA MST..) dans les 8 parcours retenus - mère-enfant - santé des jeunes - la personne âgée - les personnes en situation de handicap - le patient atteint de cancer - les personnes diabétiques - les personnes souffrant de troubles mentaux - les patients ayant subi un accident vasculaire cérébral. La commission spécialisée des usagers estime que la réponse apportée à l usager doit prendre en compte la personne dans sa globalité, c'est-à-dire son environnement et ses spécificités. La commission spécialisée dans l organisation des soins ( CSOS) s interroge sur le caractère désuet du titre et d autre part sur la mise en place de cet objectif dans chacun des /...

5 ../...33 bassins de santé quand beaucoup d activités sont inexistantes et nécessiteront des moyens notamment humains. De même pour la prise en charge des personnes âgées alors que l Etat s en désengage de plus en plus. 3/ SUR L ADAPTATION DE L OFFRE AUX BESOINS DE SANTE La CRSA pointe les inquiétudes qui se manifestent tous les jours face aux annonces de moratoire sur la création de places médicalisées en EHPAD et la réservation de ces places aux niveaux de dépendance élevés ( GIR 1et 2). Concernant les Soins de Suite et Réadaptation (SSR), l affirmation selon laquelle l ARS entend «privilégier les SSR spécialisés au détriment des polyvalents» pose problème. Les conditions de création de SSR pour personnes âgées poly-pathologiques et à risque de dépendance (PA/PD) sont telles (ratio de personnel, taille de l établissement), que la faisabilité d une transformation de SSR polyvalents en SSR PA/ PD est difficilement envisageable. Dans le contexte actuel de blocage de la création de lits, la réflexion et la concertation s avèrent urgentes. Certaines initiatives concernant d éventuels regroupements hospitaliers ont également déclenché des réactions critiques du terrain. Certaines conceptions, à propos de la masse critique des établissements (de soins et médicosociaux), peuvent se heurter aux réalités locales. Les petits établissements jouent souvent un rôle essentiel dans les Bassins de santé. la CRSA a demandé à plusieurs reprises des éclaircissements sur la politique menée par l ARS. Elle réitère cette demande, considérant que les réseaux de santé représentent un levier d action essentiel pour l organisation et l adaptation de l offre aux besoins (ex. des réseaux de soins palliatifs). L utilisation de la Télémédecine doit être clarifiée (télédiagnostic, télésurveillance ), ainsi que tout ce qui concerne les alternatives à l hospitalisation. Sur le parcours des personnes handicapées, la CSDU juge qu il y a peu d indications à ce stade sur l adéquation de l offre et les besoins des publics concernés. Certains membres de la CSOS font part de leurs inquiétudes sur la définition des territoires : quelles actions sont entreprises pour éviter la création de déserts médicaux? Craintes de la population vis-à-vis du désengagement des hôpitaux de proximité ; quelle articulation entre les territoires et la sectorisation psychiatrique? Tous les représentants de l ARS n ont eu de cesse de réciter leur litanie en réponse aux débats. «Il conviendra de trouver un équilibre entre la baisse globale des ressources au niveau national et le maintien des dispositifs qui ont démontré leur utilité» «le cadre régional de l offre de soins présente certaines contraintes» «au niveau des établissements beaucoup de difficultés sont dues à un mauvais positionnement et à des modalités de gestion interne» «la démographie médicale pose question mais le problème n est pas dans le nombre mais dans celui de la répartition» «8 à 12% de poste médicaux vacants dans les hôpitaux il faudra travailler sur l organisation» «l ARS demandera aux populations de continuer à fréquenter l hôpital de proximité pour pouvoir y conserver effectif médical de qualité» «l ARS note quatre établissements pivots fragiles ( le CHIVA - le CH d Auch RODEZ CAHORS) Il nous est apparu nécessaire de pointer ces critiques que le système de concertation n a pas pu empêcher de s exprimer. Même si ces commissions ne remettent pas en cause le projet, leurs critiques sont autant de point d appui pour faire avancer nos propositions, principalement celle de l observatoire départemental de la Santé pour une réelle évaluation des besoins de santé. Elles confirment que la loi Bachelot est une loi autoritaire purement économique qui détruit tout le lien social qui faisait la force de notre service public de santé. La part belle est faite au privé pour ceux qui auront les moyens les pauvres devront faire avec leur moyen ou s adresser à la charité chrétienne comme autrefois. PLUS QUE JAMAIS L ABROGATION DE LA LOI BACHELOT EST D ACTUALITE.

6 L OBSERVATOIRE DÉPARTEMENTAL DE LA SANTÉ : UNE IDÉE QUI FAIT SON CHEMIN Lors de notre assemblée générale de janvier 2011 notre Comité a fait de la création de l Observatoire Départemental de la Santé un des points forts de son action. Depuis, nous avons mis cette proposition à l épreuve du débat et cette proposition rencontre un écho extrêmement favorable et inspire des développements particuliers en d autres point de la région La coordination nationale, à la direction de laquelle nous participons avec le Président de notre Comité, a repris à son compte l exigence de la création d observatoires départementaux de la santé partout pour définir les besoins sanitaires et les moyens à mettre en œuvre. Le Président du Conseil Général du Gers nous a donné son accord pour poursuivre la réflexion avec nous pour une mise en œuvre concrète de l observatoire sur le Gers. Il en a fait un des points de son programme lors de l ouverture de la nouvelle session du conseil général. Nous lui soumettons une proposition de plan de travail. Nous attendons sa réponse. Le Conseil Général des Hautes Pyrénées a adopté en octobre un vœu revendiquant la mise en place d une structure de même type dont les termes sont assez proches de notre proposition : «Soucieux de créer les conditions d un large débat public et de la nécessaire concertation sur un sujet qui concerne la santé des Haut Pyrénéens, le Conseil Général appelle de ses vœux la mise en place d une instance de concertation réunissant les représentants des comités de défense des hôpitaux et du collectif «Hôpitaux 65», des élus, des médecins, des représentants des salariés et de l ARS. Ce groupe de travail, sous l égide du Conseil Général se propose d être l initiateur de cette démarche ( ). En novembre l assemblée plénière du Conseil Régional a adopté un vœu présenté par les groupes: Front de Gauche : PCF-PG-GU - PS - PRG - EELV qui après avoir dénoncé les méfaits de la politique actuelle indique :Le Conseil Régional réuni en Assemblée plénière demande : (extraits) De permettre que dans chacun des départements de Midi- Pyrénées, soit établi un bilan précis et objectif de l état des structures publiques de santé, et qu une étude objective soit réalisée avec tous les acteurs de santé. La mise en place d une véritable démocratie sanitaire avec l ouverture de lieux de concertations, associant l ensemble des acteurs de santé, l ensemble des représentants des personnels et des usagers. Une idée qui fait son chemin C est ainsi que partout, face aux mesures de réductions des moyens sanitaires, l idée de mobiliser la connaissance des besoins sanitaires pour une meilleure efficacité de l action s impose petit à petit. Il convient juste de préciser qu il ne s agit pas d attendre une hypothétique solution issue d un grand soir à venir pour mettre en place des observatoires de la santé. Cette connaissance des besoins est une arme en soi pour passer, dès aujourd hui de la résistance à une politique régressive à une offensive de coopération pour concevoir ce que doit être notre système de santé pour tous. ASSOCIATION DES FAMILLES DE LA RI- BÈRE, D AIMÉ MAUCO ET DU BOCAGE Collectif de parents et de responsables des personnes âgées résidant dans les 2 EHPAD (Etablissement Hébergeant des Personnes Agées dépendantes) et le «Long Séjour» gérés par l hôpital d Auch. Son but est de veiller au bien-être des résidents et d agir collectivement pour une amélioration de leur prise en charge. Elle peut également intervenir au nom d une famille qui rencontrerait un problème particulier. Plusieurs de ses membres la représentent dans diverses instances : Conseil de surveillance de l Hôpital, Conseil de la vie sociale. Elle fait partie également du Comité de défense de l Hôpital. Depuis plusieurs années nous constatons une dégradation de la prise en charge dans ces structures. L Association avait d ailleurs mené des actions médiatiques notamment en 2008, pour dénoncer cet état de fait. Elles avaient été mal perçues par une partie du personnel et même de certaines familles. Pourtant nous avions obtenu une certaine amélioration notamment pour le «Long Séjour» avec des moyens supplémentaires en personnel. Malheureusement l embellie n a été que de courte durée et force est de constater par les familles et le personnel soignant que cette dégradation a repris, et, toujours pour les mêmes raisons : - les personnes entrent le plus tard possible dans ces structures et sont donc plus âgées et plus dépendantes, - les maisons de retraite ont pris la dénomination d EH- PAD sans que des moyens nouveaux aient été mis en oeuvre pour accueillir ces personnes en état de dépendance physique ou psychique Alzheimer ou assimilé qui constituent actuellement une majorité des résidents. Or une prise en charge satisfaisante passe obligatoirement par un personnel soignant en nombre suffisant et bénéficiant d une formation gériatrique adéquate. Sans cela nous constatons une double souffrance : celle des résidents, trop souvent laissés à eux-mêmes et celle des soignants qui sont débordés et donc se démotivent devant l ampleur de la tâche. L abandon du plan dépendance par l Etat et les contraintes budgétaires passées, présentes et à venir, nous laissent septiques sur la construction du nouvel EHPAD. De nouveaux murs ne résoudront pas les problèmes humains. Il est donc urgent d améliorer les moyens dans les structures actuelles. L Association se mobilise, en associant les familles et les soignants afin d interpeller une fois encore les tutelles (DDASS et Conseil Général) et les mettre en face de leurs responsabilités. Président Mr QUILEZ Tel

7 Budget SECU 2012, aux assurés sociaux et aux malades de payer toujours plus La plupart des mesures contenues dans le budget 2012 de la Sécurité sociale pèseront principalement sur les contribuables. Après le rejet au sénat par la gauche nouvellement majoritaire, du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) de 2012, la droite à l assemblée nationale a intégré les mesures du nouveau plan de rigueur par voie d amendements parlementaires. Le Sénat l a de nouveau rejeté, mais la droite à l Assemblée a eu le dernier mot. Une chose est sûre ce sont encore une fois les salariés, les chômeurs et les retraités à qui l on impose plus de sacrifices, en abaissant le niveau de protection sociale, exemples : Les jours de carence, une mesure ignorante de ce qu est la médecine» La décision d instaurer de nouveaux jours de carence, de diminuer les indemnisations en arrêt de travail est insupportable pour les malades. Les médecins, notamment les généralistes, qui deviennent de plus en plus les exécuteurs d une politique infecte. Ces mesures sont profondément injustes, arbitraires, ignorantes de ce qu est l exercice de la médecine. L indemnisation de l arrêt de travail est un droit fondamental : c est le premier droit de l assurance maladie. L arrêt de travail est surtout une thérapeutique, qui est déterminée en fonction de l histoire de la maladie et de la situation de la personne malade. Pour se justifier le gouvernement empoisonne la société en répondant le mensonge ; que tout bénéficiaire d un droit social serait un fraudeur en puissance, ce qui est faux! Les fraudeurs les profiteurs sont ailleurs (travail non déclaré, dissimulation des accidents du travail, exonérations de cotisations sociales consenties aux entreprises sans contrepartie sur l emploi, les salaires et les conditions de travail ). Taxer les mutuelles, c est taxer les assurés, Mesure fortement contestée, les députés et sénateurs UMP ont voté l augmentation de la taxation des contrats des mutuelles de 3,5% en 2011 à 7 % en C est une ponction de 2,2milliards d euros, payée par les cotisations. Avec la taxe CMU de 5,9% prélevée sur chaque sur chaque cotisation mutualiste, c est plus de 10% que l État prélève, qui sont répercuté entièrement sur les tarifs des mutuelles et autres complémentaires. Le gouvernement utilise les complémentaires santé comme une source de financement pour combler les déficits de l assurance maladie. Il s agit d un choix délibéré de taxation des Français, non pas en fonction de leurs revenus, mais de leurs besoins de santé, tournant ainsi le dos aux principes fondateur de la SS. Rendre les complémentaires plus difficilement accessibles revient à accroître les difficultés d accès aux soins. Moins de moyens pour les hôpitaux publics L évolution de l Ondam (2.5%) est inférieure à l évolution naturelle des dépenses des hôpitaux, évaluées à 3,03%. Cela ne permettra pas de répondre aux besoins en matière de santé, notamment en ce qui concerne les hôpitaux publics. En plus ils devront réaliser 442 millions d économies, contre 15 millions aux cliniques privées. Pour faire face à cette baisse programmée de leurs moyens, les hôpitaux ne pourront pas compter sur une augmentation de leur activité puisque le gouvernement baisse régulièrement les tarifs de la TAA. Il provoque sciemment un déséquilibre des budgets hospitaliers, qui sera ensuite utilisé, comme à Auch et dans les hôpitaux du Gers, par l ARS pour justifier les diminutions de personnel, la fermeture et la réduction d activité des services. Le déficit de la SS sert de prétexte pour justifier l augmentation du coût de la santé pour les patients. La situation est pourtant déjà grave. Nouveau phénomène qui s aggrave, de plus en plus de malades contractent des microcrédits auprès de banques, entrainant une réduction de leur pouvoir d achat, et augmente leur endettement. Ce sont là des conséquences des nombreux forfaits, franchises médicales et autres déremboursements de médicaments qui visent à pénaliser les malades. Mesures compensées Mesures non compensées Les montants sont en milliards d euros Ce graphique montre que depuis 1992 les entreprises ont bénéficié de plus de 316 milliards d euros d exonération de cotisations sociales (30 milliards en 2010). Sur ce montant d exonérations les gouvernements ont pris en charge, à la place des patrons, 275 milliards. Ce sont qui les assistés? Le graphique ci-dessus a été élaboré par l agence centrale des organismes de sécurité Sociale (ACOSS). Il a été publié dans son bulletin d information n 138 de novembre 2011.

8 FRAUDES A LA SECU LES CINQ MENSONGES DE N. SARKOZY Petit pense bête pour ne pas se laisser prendre la tête par les arguments du gouvernements relayés par les «spécialistes es économie et les médias complaisants. 1. Les chiffres tronqués des arrêts maladie Les indemnités journalières représentent 2,5% du budget de la Sécu. En 2009, sur contrôles pour arrêts courts (sur un total de 7 millions), ont été jugés injustifiés, soit 13%. Sur 1,2 million d arrêts longs contrôlés, ont été jugés injustifiés, soit 11%. 2. Le renoncement aux soins explose en France Le renoncement aux soins pour raisons financières est, en 2011, une réalité pour 29% des Français. En 2009, ils n étaient que 11%! Depuis 2006 le coût de la santé (reste à charge avec franchises, forfaits, déremboursement de médicaments, cotisations mutuelles ) est passé de 571 à 665 par an et par Français. Avec la taxe imposée aux mutuelles, ce sont environ 75 de plus par an et par personne. 3. Premier au hit-parade de la fraude, le travail non déclaré La fraude à la Sécu? N en déplaise à M. Sarkozy, les premiers responsables sont les employeurs. Le travail non déclaré est le premier poste de fraude sociale. Selon l Insee, cela représente 4,4% du produit intérieur brut, soit 55milliards d. Le manque à gagner pour la Sécu est évalué entre 9 et 15 milliards d de cotisations sociales. 4. Accidents et maladies du travail : le patronat ne veut pas payer ;Il est une «trahison» que N Sarkozy oublie systématiquement d évoquer : celle des entreprises qui n assument pas, financièrement, les dégâts du travail sur leurs salariés, et qui en font peser le coût sur la branche maladie de la Sécu. Une bonne partie des accidents et maladies professionnelles ne sont pas déclarés comme telles. Le dernier rapport officiel de la Sécu estime que la sous déclaration représente entre 580 millions d et 1,1milliard d de soins et indemnités. 5. Exonérations de cotisations patronales, un trou de 30 milliards L exonération de cotisations sociales patronales, est en hausse de 55% depuis Elle représente près de 30 milliards d de manque à gagner pour la Sécurité sociale, soit bien plus que son déficit (18,6 milliards en 2011). Les allégements de cotisations sur les bas salaires (jusqu à 1,6 fois le Smic) constituent la plus grosse part de ces dispositifs (en hausse de 44% depuis 2002), suivis par exonérations de charges au titre des heures supplémentaires. USAGERS, PERSONNELS DE SANTÉ ET ÉLUS, VOS LUTTENT UNITAIRES PAIENT ET DONNENT DU TONUS À TOUTES ET TOUS. Voici une liste non exhaustive de succès (par ordre alphabétique), même si tous n'ont pas pu être confirmés après les décisions judiciaires - Argenteuil (95) : maintien radiothérapie. - Argenteuil (95) : maintien rythmologie. - Carhaix (29) : maintien chirurgie et maternité, mais fusion avec Brest. - Créteil Mondor (94) : maintien cardiologie. - Decazeville (12) : maternité maintenue pour 5 ans à partir de Épernay (51) : maintien maternité. - Guéret (23) : maintien radiothérapie. - La Seyne sur Mer (83) : réouverture du dossier maternité après le périple cycliste de Lannemezan (65) : succès à plusieurs reprises au tribunal administratif et autres tribunaux mais pas encore réouverture de la maternité. - Lille (59) : succès au tribunal administratif (novembre 2011) : condamnation de l'ars pour l'éviction d'un chef de service en psychiatrie - Luçon (85) : succès à plusieurs reprises au tribunal administratif et autres tribunaux mais pas encore réouverture maternité - Lure-Luxeuil (70) : réouverture d'un SMUR et maintien partiel des urgences dans les deux sites. - Mauvezin (32) : maintien du service de médecine, menacé d'être transformé en SSR. - Paimpol (22) : succès à plusieurs reprises au tribunal administratif et autres tribunaux mais pas encore réouverture maternité. - Paris Tenon (75) : maintien du CIVG. - Saint Gaudens (09) : maintien de la maternité. Chers(es) adhérents(es) Vous pouvez nous adresser sans attendre le montant de votre cotisation Lors de votre envoi n oubliez pas d indiquer l année de cotisation. Vous le savez la lutte paie.mais elle coûte! BULLETIN D ADHESION Joindre à votre chèque libellé au nom de : Comité Gersois pour la Défense de l Hôpital Public : BP AUCH CEDEX NOM et prénom :. Adhésion individuelle Adhésion de soutien Adhésion de soutien Adhésion collective (association, syndicat, parti politique) Adresse Code postal Ville Téléphone Portable Adresse électronique

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE

REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE REGARDS CROISES SUR LA PROTECTION SOCIALE Nous sommes tous conscients des efforts à réaliser dans le contexte économique difficile que nous traversons. Un projet de loi de financement qui a pour ambition

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

Expert. en Protection Sociale Complémentaire

Expert. en Protection Sociale Complémentaire Expert en Protection Sociale Complémentaire Notre métier _Optimiser les régimes de protection sociale dans l intérêt mutuel des employeurs et des salariés. COLLECteam La force d un groupe Filiale du groupe

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I

REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) TITRE I REGLEMENT MUTUALISTE DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC (Article 4 des Statuts) Siège Social : 7/9 Villa de Lourcine 75014 PARIS. TITRE I DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE : LES AXES DE LA RÉFORME

ASSURANCE MALADIE : LES AXES DE LA RÉFORME Danièle Karniewicz karniewicz@cfecgc.fr La réforme de l Assurance maladie est plus que jamais d actualité, à l heure où le gouvernement dévoile son projet et organise des réunions de concertation avec

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ

GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ JEUNES PROFESSIONNELS Pour étudier en toute sérénité, j ai choisi GROUPE PASTEUR MUTUALITÉ PACK SENOÏS* Et aussi des... GARANTIES À LA CARTE Responsabilité Civile et Protection Juridique Professionnelles

Plus en détail

A la loupe. La Sécurité Sociale, pilier fondamental de la PROTECTION SOCIALE FRANCAISE

A la loupe. La Sécurité Sociale, pilier fondamental de la PROTECTION SOCIALE FRANCAISE A la loupe La Sécurité Sociale, pilier fondamental de la PROTECTION SOCIALE FRANCAISE Quand la réponse au désengagement croissant de la sécurité sociale de la prise en charge des frais de santé oriente

Plus en détail

étudiants et jeunes en formation

étudiants et jeunes en formation TARIFS 2015 INCHANGÉS tarifs 2015 étudiants et jeunes en formation Mutuelle fondée en 1880 par les Compagnons du devoir étudiants et jeunes en formation tarifs 2015 1 le ralliement le sens du devoir pour

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 Siège social : 37 Quai d Orsay 75007 PARIS Relevant des Livres I et II du code de la Mutualité RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 SERVICES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE ASSURER LE REMBOURSEMENT DE VOS DÉPENSES PRÉVOIR LE REMBOURSEMENT DE SES DÉPENSES DE

Plus en détail

LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS

LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS LE REGLEMENT MUTUALISTE OBLIGATIONS DE LA MUTUELLE ET DE SES ADHERENTS Le règlement mutualiste établi en conformité avec l article 4 des statuts de la M.F.C., fixe les rapports entre la mutuelle et ses

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

L HÔPITAL PUBLIC COÛTERAIT PLUS CHER QUE LES CLINIQUES PRIVÉES? RÉTABLISSONS LA VÉRITÉ!

L HÔPITAL PUBLIC COÛTERAIT PLUS CHER QUE LES CLINIQUES PRIVÉES? RÉTABLISSONS LA VÉRITÉ! www.fhf.fr L HÔPITAL PUBLIC COÛTERAIT PLUS CHER QUE LES CLINIQUES PRIVÉES? RÉTABLISSONS LA VÉRITÉ! LE MOT DU PRÉSIDENT Les hôpitaux publics occupent en France une place très particulière : service public

Plus en détail

Proyecto Telemedicina

Proyecto Telemedicina Seminario Internacional Desarrollo de Servicios Sociales para Personas Mayores 3-4 octubre 2013 Proyecto Telemedicina Dr Jean-Philippe Flouzat Médico geriatra, Consejero Médico Social de la Agencia Regional

Plus en détail

LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 3 OUVRAGES

LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 3 OUVRAGES LA NEWSLETTER / LIGUE REIN ET SANTÉ / AVRIL 2015 #19 NOUVEAUTÉ 2015 / DES PAGES À PHOTOCOPIER DESTINÉES À VOS PATIENTS LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 2 SITES

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Les Grands Risques Sociaux Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Santé publique 1ere année du 2eme cycle de la Faculté d Odontologie Janvier 2016 Direction

Plus en détail

Débat sur la loi de Santé

Débat sur la loi de Santé Débat sur la loi de Santé TPG Le principe de ce TPG est que le patient n aura plus à avancer les frais pour la consultation. Actuellement, pour une consultation chez le généraliste de 23 : 15,10 e remboursés

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance Introduction historique : de l assistance à l assurance - Moyen-âge : l assistance 1. C est le premier mécanisme de garantie 2. Elle est l héritière de la charité chrétienne : idée morale de générosité.

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

Mutuelle Renault. membre du. Règlement mutualiste

Mutuelle Renault. membre du. Règlement mutualiste Mutuelle Renault membre du Règlement mutualiste Mutuelle Renault membre du Obligations de la Mutuelle et de ses membres participants CHAPITRE 1 COTISATIONS ARTICLE 1 Les membres participants s engagent

Plus en détail

Le PACK Expat CFE. Santé et Prévoyance. Offre individuelle

Le PACK Expat CFE. Santé et Prévoyance. Offre individuelle Le PACK Expat CFE Retraite Prévoyance Santé Épargne Santé et Prévoyance Votre statut d expatrié rend votre protection en santé et prévoyance facultative. Pour conserver les mêmes avantages qu en France,

Plus en détail

Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013

Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013 Unité d enseignement 1.2.S3 Deveaux Sébastien Coordonateur de soins Septembre 2013 Programme Chiffres 2012 Questions Dotation Globale/T2A Sécurité Sociale Les mutuelles Financement et remboursement des

Plus en détail

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE?

QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Séminaire Aristote 12 juin 2013 QUEL RÔLE DONNER À LA TÉLÉMÉDECINE DANS NOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE? Jean-Pierre Blanchère Coordinateur Département «e-santé et domotique» Pôle TES Justifications de la télémédecine

Plus en détail

Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002)

Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002) Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002) V. Halley des Fontaines Psychomotricité oct 2006 Plus un pays est riche, plus il dépense pour la santé de la population

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Organisée par : Délégation des Hautes-Alpes de la Mutualité Française Paca, ADRETS, UDESS05, la CRESS (Chambre Régionale de l Économie Sociale

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise

Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner. Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Accompagner Soigner Accueillir - Accompagner Soigner Accueillir- Accompagner Tous les jours de l année, votre santé nous mobilise Version Février 2011 HARMONIE SOINS & SERVICES Sommaire général Un groupe

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

COIFFEURS NON SALARIÉS

COIFFEURS NON SALARIÉS KIT D ADHÉSION Régime frais de santé des COIFFEURS NON SALARIÉS Siège social : 8 terrasse du Front du Médoc 33054 BORDEAUX Cedex Mutuelle soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité N

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

PLAQUETTE D INFORMATION

PLAQUETTE D INFORMATION Mutuelle du personnel du groupe Société Générale PLAQUETTE D INFORMATION Registre National des Mutuelles N 784 410 805 Juillet 2010 Comment calculer un taux de remboursement de Mutuelle? Les remboursements

Plus en détail

Projet de modification du Règlement Mutualiste DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC

Projet de modification du Règlement Mutualiste DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC 1 Assemblée Générale 2014 Projet de modification du Règlement Mutualiste DE LA MUTUELLE D ARGENSON ET DES FONCTIONNAIRES DE L ENSEIGNEMENT PUBLIC Siège Social : 7/9 Villa de Lourcine 75014 PARIS Les modifications

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social La portabilité de la couverture prévoyance Evolution au 1 er juin 2015 1. Qui sont les bénéficiaires de la portabilité?... 3 2. Quelle est la durée du maintien des garanties?... 3 3. A quel moment cesse

Plus en détail

Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé

Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé Une des mesures phares du projet de loi de santé présenté par Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des

Plus en détail

Transport 100 % Médicaments pris en charge à 65 % et à 30 % par le RO Médicaments pris en charge à 15 %

Transport 100 % Médicaments pris en charge à 65 % et à 30 % par le RO Médicaments pris en charge à 15 % Complémentaire santé 2014 Décerné à pour sa gamme aprévactive Formule Mini + Remboursement Régime Obligatoire + Module Médecine de ville M1 Consultations, visites, actes de chirurgie en cabinet médical,

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde

Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Regards croisés sur la prise en charge de la santé en Europe et dans le monde Perception des systèmes de soins Retours d expérience sur les programmes de santé d Europ Assistance dans le monde 1 er décembre

Plus en détail

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Le Club Jeudi 10 septembre 2015 Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Ouverture Dominique VIENNE, Président Jeudi 10 septembre 2015, Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Aujourd hui : Le Point Expert

Plus en détail

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI»

«AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» «AMICALE DES CADRES DE LA POLICE NATIONALE ET DE LA SECURITE INTERIEURE» «ACPNSI» Mutuelle régie par les dispositions du Livre III du Code de la mutualité et immatriculée au registre national des mutuelles

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

MUTUELLE DE PREVOYANCE DES SALARIES M. P. S. REGLEMENT MUTUALISTE

MUTUELLE DE PREVOYANCE DES SALARIES M. P. S. REGLEMENT MUTUALISTE MUTUELLE DE PREVOYANCE DES SALARIES M. P. S. REGLEMENT MUTUALISTE 13, rue de la Mairie 92324 CHATILLON Cedex Tél : 01 42 31 03 03 R.N.M.432 683 787 JUILLET 2010 2 ARTICLE 1 OBJET DE LA GARANTIE Garantie

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne

FIR. Fonds d Intervention Régional. Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne FIR Fonds d Intervention Régional Le FIR, agir ensemble pour les priorités de santé en Auvergne SOMMAIRE 1 2 3 4 5 6 Les dépenses engagées par thématique L accès aux soins La modernisation, la performance

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail

MUTUELLE DE PREVOYANCE DES SALARIES M. P. S. REGLEMENT MUTUALISTE

MUTUELLE DE PREVOYANCE DES SALARIES M. P. S. REGLEMENT MUTUALISTE MUTUELLE DE PREVOYANCE DES SALARIES M. P. S. REGLEMENT MUTUALISTE 13, rue de la Mairie 92324 CHATILLON Cedex Tél : 01 42 31 03 03 SIREN 432 683 787 Assemblée Générale du 12 MAI 2015 2 ARTICLE 1 OBJET DE

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Droits des personnes malades en fin de vie

Droits des personnes malades en fin de vie R S L S Droits des personnes malades en fin de vie Dr. R. Mislawski Médecin coordonnateur, Docteur en droit Sommaire Introduction 1 Domaine de la loi 2 Conditions de fond de mise en œuvre de la loi 3 Critères

Plus en détail

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé

Vos contacts GUIDE DE L EMPLOYEUR. Régime d assurance complémentaire Santé Vos contacts Pour tous renseignements ou questions relatives : aux cotisations : contacter votre caisse de MSA, pour toute autre question : contacter l ANIPS au 09 69 32 34 27 (numéro non surtaxé). de

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES C6 L aide sociale à l hébergement en établissement Références Code de l Action Sociale et des Familles Art. L 113-1 Art. L 131-1 à L 131-7 Art. L 132-1 et suivants Art. L 231-4 à L 231-6 Art. R 131-1 et

Plus en détail

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales L ÉCHO Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales édito SAVOIR DIRE NON AU RECUL SOCIAL! EDITO : Savoir dire non au recul social! P. 1 OFFICINES : Compte rendu de la paritaire mixte du 2 juillet

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Sommaire Social AGIRC-ARCCO : la clé de répartition des hausses de cotisations 2014-2015 est fixée : L objectif de la loi du 20 janvier 2014

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010.

Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Note opérationnelle sur la réponse des réseaux de santé à l appel d offre NMR Juillet Octobre 2010. Contexte L expérimentation NMR est organisée depuis 2 ans sous l égide de la Direction Générale de la

Plus en détail

Consultation pour une mutuelle santé pour les habitants de Lagord

Consultation pour une mutuelle santé pour les habitants de Lagord 1 Centre Communal d Action Sociale Consultation pour une mutuelle santé pour les habitants de Lagord DOCUMENT UNIQUE VALANT : ACTE D ENGAGEMENT CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES REGLEMENT DE CONSULTATION Date

Plus en détail

Rapport d information. présenté par M. Jean MALLOT

Rapport d information. présenté par M. Jean MALLOT Rapport d information présenté par M. Jean MALLOT établi en conclusion des travaux de la mission d évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale (MECSS) sur «le fonctionnement

Plus en détail