Ama1ia Mo Issa, PlL Do. Amalia Issa est actuellement chercheuse boursiere du Fonds de la recherche en

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ama1ia Mo Issa, PlL Do. Amalia Issa est actuellement chercheuse boursiere du Fonds de la recherche en"

Transcription

1 c '"- s,, Ama1ia Mo Issa, PlL Do Amalia Issa est actuellement chercheuse boursiere du Fonds de la recherche en sante du Quebec au Departement d'ethique biomedicale de l'universite McGill, et agit comme bioethicienne au sein du Comite des essais cliniques de l'hopital general de Montreal. L'automne demier, elle a egalement ete associee invitee au Centre d'ethique clinique de l'hopital St. Michael's et au Centre hospitalier St-]oseph, affilies a l'universite de Toronto. Ses champs d'interet sont la genetique humaine, la recherche pharmacologique, la maladie d'alzheimer et autres desordres neurodegenerescents, ainsi que le travail de consultante en ethique de la sante

2 Val. 28, NQ SOMMAiRE lj o systenle de sante du Canada traverse actuellement line periode e profond changement. Le moment est donc bien choisi pour reexaminer l'apport de la tradition catholique aux valeurs et aux principes inspirant notre systeme de sante passe et actuel. Cet article souligne certains principes catholiques cles et leur pertinence pour le secteur contemporain de la sante au Canada. L'auteure est d'avis qu'il faut maintenir des etablissements religieux dans le secteur de la sante pour avoir line societe pluraliste veritablement ouverte a la diversite. Elie fait valoir egalement que les principe.s catholiques en matiere de.sante ont leur place dans le debat public actuel sur la politique de la sante, et offrent deux domaines de reflexion dans lesquels le secteur catholique de la sante peut etre appele a grandement contribuer, et plus particulierement la notion du bien commun qui fournit un cadre ethique precieux pour l'amelioration du systeme de sante a l'aube du nouveau millenaire. INTROduCTioN La majorite des Canadiens sont au courant du debat actuel sur la reforme de la sante au Canada. Engages dans ces discussions, les etablissements de sante confessionnels sont amenes a reflechir sur leur identite et leur avenir dans notre societe. Nous devons donc nous demander quelle est la pertinence de la contribution des principes catholiques en matiere de sante dans la culture canadienne contemporaine. De plus en plus, les etablissements de sante catholiques et la pensee catholique sur la sante sont remis en question par ceux qui pretendent que les communautes religieuses ne sont plus necessaires dans les services de sante et n'ont donc plus a intervenir dans l'arene publique. Cette tendance a eliminer l'element religieux, et particulierement les opinions catholiques, du discours public sur la sante semble s'appuyer sur certains postulats, Un des plus importants porte sur le particularisme catholique, ou sa mentalite exclusive, ce qui fait que les opinions catholiques en matiere de sante ou d'administration d'un hopital ne peuvent pas etre considerees comme ayant le moindre.terrain commun» ou consensus avec l'ensemble de la societe pretendument.pluraliste et seculiere», OuEllE CONTRibuTioN EST la des EN MATiERE de SANTE? Dans ce contexte, je demande : " Qu'est-ce que la tradition et l'enseignement social catholique apportent au secteur de la sante et au debat public sur ce sujet au Canada ". Vous me permettrez de commencer par un examen et une analyse de certains principes et certaines valeurs de l'enseignement social catholique qui ont contribue a forger le caractere de notre secteur de la sante. ]'espere demontrer que " la tradition catholique possede des idees, des habitudes d'esprit et de creur, des preferences ainsi qu'une histoire qui ont une portee sur pratiquement tous les aspects de la sante!. ]'aimerais montrer aussi que les principes catholiques demeurent pertinents au debat public actuel sur la politique de la sante, et ouvrent a deux domaines de reflexion auxquels le secteur catholique peut apporter d'importantes contributions. PRiNCipES CATItoLiQUES EN MATiERE de SANTE Depuis sa creation par les congregations religieuses de notre pays, le secteur catholique de la sante a ete marque par certains principes et certaines valeurs qui lui ont donne un caractere particulier. Ces principes et valeurs cles sont clairement articules dans l'ouvrage recemment revise par l'association catholique canadienne de la sante (ACCS), le Guide d'ethique de la sante2. On y ttouve ce qui suit : 1. Au ccrur du secteur catholique de la sante, il existe un engagement profond en faveur du respect de la dignite humaine qui se traduit en compassion, en integrite et en un traitement confidentiel des renseignements personnels. Sur le plan theologique, la notion de dignite de I'individu decoule de la croyance selon laquelle chaque humain est fait ii I'image et ii la res semblance de Dieu (Genese 1,26) et du fait que I'action redemptrice du Christ s'applique ii chacun (Ephesiens 1,10).3 Cet appel au respect de la dignite se traduit par la protection et la promotion de la vie humaine depuis le moment de la conception jusqu'ii la maladie aigue ou chronique et jusqu'ii I'article de la mort. L'idee des soins holistiques repondant ii tous les aspects de la personne, dans les hopitaux catholiques, prend sa source dans cette valeur fondamentale. Dans Pacem in Terris, le pape Jean XXIII fait appel a cette notion essentielle de la dignite humaine :.Tout etre humain a droit a la vie, a l'integrite physique et aux moyens necessaires et suffisants pour une existence decente, notamment en ce qui concerne l'alimentation, le vetement, l'habitation, le repos, les soins medicaux, les services sociaux. Par consequent, l'homme a droit a la securite en cas de maladie, d'invalidite, de veuvage, de vieillesse, de chomage et chaque fois qu'il est prive de ses moyens de subsistance par suite de circonstances independantes de sa volonte.4.

3 Val. 28, N SYSTEME DE SANTE et vision catholique dans la societe canadienne d 'aujourd 'hui Le domaine des soins de sante actuel est fortement axe sur. l'imperatif technologique.et n'est donc pas d'emblee attentif a ce que suppose la dignite humaine ou la valeur intrinseque de l'individu. Dans ce contexte, les etablissements de sante catholiques servent a rappeler a l'ensemble de la collectivite qu'une reflexion morale doit guider la medecine contemporaine quel que soit son immense potentiel sur le plan technologique. 2. Le secteur de la sante est enrichi par lienseignement social de l'eglise sur le" bien commun '. En effet, selon le Catechisme de l'eglise catholique, " par bien commun, il faut entendre l'ensemble des conditions sociales qui permettent tant aux groupes quia chacun de leurs membres d'atteindre la perfection diune fa<;:on plus totale et plus aisee... Le bien commun est toujours oriente vers le progres des personnes's. Dans une resolution. Sur la reforme du secteur de la sante. adoptee par les eveques catholiques des Etats- Unis, on retrouve l'essence de cette assise de l'enseignement social catholique :.Plus que toute autre chose, la notion de bien commun nous sert un rappel: quelles que soient nos differences de race, de sexe, d'appartenance ethnique ou de situation economique, nous ne formons qu'une seule famille humaine. Dans notre vision du bien commun, un des tests moraux les plus importants s'appuie sur la fa<;:on dont les plus faibles sont traites. Nous croyons qu'il faut accorder une priorite speciale aux pauvres et aux vulnerables, car ce sont eux qui montrent les plus grands be so ins et souffrent des plus grandes difficultes et doivent donc etre les premiers a jouir des fruits de nos efforts communs. En protegeant la vie et en favorisant la dignite des pauvres et des vulnerables, c'est toute la societe que nous renfor<;:ons nous faut noter que de fac;:on generale, dans les divers encycliques et documents traitant de l'importance de la dignite humaine et des droits de la personne, le fait que l'individu existe toujours au sein d'une collectivite est tres souvent signale. Ainsi, le concept du bien commun peut etre considere comme etablissant l'equilibre necessaire entre la dignite individuelle et l'interdependance sociale. Il FAUT ACCORdER UNE pauvres VUlNERAblES. ET AUX 3. Le secteur catholique de la sante se distingue par la place prioritaire qu'il accorde a l'option preferentielle pour les pauvres et les personnes vulnerables. Dans le passe, les hopitaux catholiques se sont toujours fait un devoir de desservir les personnes desavantagees aux plans economique et social. Cette option preferentielle est consideree en effet comme line application pratique des principes presentes plus haul; les droits des individus decoulant d'un profond respect pour leur dignite humaine, et line appreciation positive des rapports sociaux telle qu'exprimee dans la notion de bien commun. Ces dernieres annees, deux importants courants de pensee sur la sante ont pris la vedette, a cause du secteur de la bioethique; ils rappellent a leur tour l'enseignement social catholique sur le bien commun, et l'attention a donner a ceux qui sont les plus vulnerables dans notre societe. Le premier suppose une sensibilite accrue et un solide engagement envers l'integration de l'ethique de l'individu a l'ethique des institutions sociales.' Quant au second, il amene a reconnaitre que les personnes marginalisees et exclues de la societe meritent notre attention et nos soins.8 4. Une autre des valeurs importantes est celle de l'intendance. Sachant que toute la creation appartient a Dieu, les organismes catholiques de la sante sont conscients de la necessite d'une utilisation judicieuse des ressources. Sur ce sujet, l'accs a publie l'ouvrage La repartition des ressources dans le secteur de la sante: Un instrument de travail pour la prise de decision ethique qui traite de la re partition des ressources et propose huit criteres ethiques a appliquer a la rationalisation des ressources limitees du secteur de la sante et des services sociaux.9 11 est particulierement important de rappeler ces criteres a l'heure actuelle, surtout a ceux qui soutiennent que le systeme de sante canadien est appele a devenir plus ouvertement un systeme a deux niveaux.1o Ces criteres s'inspirent des valeurs catholiques fondamentales correspondant au bien commun et a la justice sociale, et tout en fournissant des elements equilibres de prise de decision pour la repartition des ressources, ils peuvent servir a mettre en echec les hypotheses courantes sur le systeme de sante a deux niveaux. Nous n'avons rappele ici que quelques-uns des principes et des valeurs inspirant le secteur catholique de la sante. Mais les principes et les valeurs ne sont pas faits pour exister dans le vide; la societe a besoin d'etablissements voues a la promotion et a l'application de ces principes. Je soutiens donc que l'elimination des etablisse. ments catholiques contribuerait eventuellement a donner un <;:aractere monolithique a notre systeme de sante. PERTiNENCE MORALE du SECTEUR CATJtoLioUE de LA SANTE Permettez-moi d'examiner deux domaines dans lesquels, a man avis, la pensee catholique sur les sains de sante pourrait apporter d'importantes contributions au plan de la politique et ses applications.

4 YoL. 28, N 1 ont ete con<;:us et appliques, p. ex. la directive prealable et la procuration subsistant a l'incapacite. De fa<;:on generale, il s'agit d'un developpement positif de la bioethique et des so ins de sante, mais cette fa<;:on de considerer l'autonomie a egalement contribue a la creation d'une mentalite de " consommateur.pour les services medicaux et les soins de sante.14 Changement social, sante mentale et vieillissement Les resultats d'une recherche compiles dans l'etude canadienne sur la sante et le vieillissement montrent que si la tendance actuelle se poursuit, plus d'un demi-million de Canadiens souffriront de demence, surtout de la maladie d'alzheimer, en l'an Le soin des personnes.1gees, particulierement celles atteintes de maladies chroniques, constituera le defi socio-economique le plus important du XXI" siecle. La societe nord-americaine a tendance ii se montrer " hypercognitive», evaluant les personnes drapres leurs competences et capacites intellectuelles plutot que leur valeur intrinseque. Les etablissements de sante et la voix de la tradition catholiques doivent etre entendus en vue de la creation drune societe qui reconnait une valeur egale ii toutes les personnes, independamment de leur age au de leurs aptitudes cognilives. En effet, les realites sacioeconomiques courantes touchant la repartition des ressources tendent deja, par exemple aux Etats-Unis, ii faire instaurer une " palitique saciale ageiste " batie sur l'idee du rationnement des sains en fanction de lrage.12 Dans une allocution aux membres de la Federation italienne des bureaux de conseillers familiaux d'inspiration chretienne, le pape Jean PaulIl a fait part de ses inquietudes concernant la juste protection des personnes igees : «Ainsi notre societe est forcee de se demander avec quelles ressources et de quelles fac;:ons il sera possible de promouvoir et de recueillir des contributions suffisantes en vue d'une assistance reelle aux personnes igees, de maniere a leur garantir un style de vie acceptable et approprie, en accord avec leur dignite et leurs besoins affectifs, culturels et sociaux, et en evitant autant que possible les formes anonymes et massives d'assistance ;3. Les etablissements de sante catholiques ont l'occasion d'ouvrir le chemin a des soins attentifs pour les personnes agees en poursuivant leur longue tradition de soins holistiques et compatissants, sans oublier le soin et le soutien des prestateurs de soins eux-memes. Le bien commun et la pensee communautaire Au cours des deux demieres decennies, la norme ethique de l'autonomie de la personne a ete graduellement inscrite dans les codes d'ethique et les reglements. En application pratique de ce principe, le concept du consentement eclaire a ete elabore et divers instruments L'eminent bioethicien, Daniel Callahan, nous rappelle que" les services de sante deviennent de plus en plus une tache communautaire. Nous sommes devenus medicalement et economiquement interdependants. Nous avons donc besoin d'une image du moi qui soit compatible avec cette dependance mutuelle,,15. Danis et Churchill elargissent encore ce concept en proposant de considerer le" patient comme un citoyen ", plutot que comme un consommateur.16 Dans cette perspective, les patients, de meme que les employes du secteur de la sante, pourront etre traites non seulement comme des individus isoles, mais egalement comme les membres d'une famille et d'une communaute particuliere. A cet egard, la Declaration conjointe recente de l'association medicale canadienne sur la prevention et la resolution des conflits ethiques engageant les prestateurs de soins de sante et les personnes recevant les soins prend un caractere visionnaire et nous fournit plusieurs recommandations pratiques en vue d'obtenir et de maintenir cette mutualite entre les prestateurs de soins et les patients.17 Ces concepts du bien commun et de l'interdependance peuvent egalement s'appliquer a notre approche en matiere de soins de fin de vie, d'utilisation des ressources et de decisions sur les traitements a appliquer. LA TRAdiTioN CATItoLioUE ET LA societe CANAdiENNE Permettez-moi de rappeler brievement trois caracteristiques de la tradition catholique romaine qui la rendent ouverte et utile a toute societe pluraliste et multiculturelle. 0

5 Val. 28, N SYSTEME DE SANTE et vision cutholique duns la societe cunudienne d'uujourd'hui Premierement, cette tradition est et a toujours ete alimentee par une pensee philosophique, ce qui en a fait une tradition bien fondee au niveau intellectuel. Dans sa plus recente encyclique, Fides et Ratio (La foi et la raison), le pape Jean Paul II declare" Les croyants sont aussi des penseurs : en croyant, ils pensent et en pensant, ils croient...si la foi ne pense pas, elle n'est rien ;8. Deuxiemement, la tradition catholique rapproche et integre l'epistemologie et l'ethique, fournissant ainsi un fondement moral solide. Elle repousse donc la notion, populaire chez un certain nombre de penseurs et universitaires, que les faits eux-memes sont depourvus de valeurs. Ainsi, qu'il s'agisse d'elaboration de politiques ou de prise de decision medicale, les faits aussi bien que les valeurs gardent leur importance, et leur integration constitue une importante contribution en matiere de sante a la societe Troisiemement, la tradition catholique pousse la societe a resister au reductionnisme, ce qui se manifeste surtout par la tendance des catholiques a rejeter les interpretations purement fondamentalistes des Saintes Ecritures, et aussi a proner un equilibre entre le fait que la personne humaine doit etre respectee dans ses droits comme individu, mais qu'en meme temps, elle vit dans un milieu social donne et qu'elle a des responsabilites envers sa communaute. LES ETAblisSEMENTS de SANTE ET la voix de la TRAdiTioN CAT~oliQUES ETRE ENTENdus. doivent Ces trois caracteristiques constituent, a mon avis, une partie de ce qui rend la voix catholique pertinente sur la scene contemporaine de la sante au Canada, dans une culture qui a de plus en plus tendance a faire de la vie humaine une denree. Bien plus, les travailleurs et les etablissements de sante catholiques possedent l'experience et l'expertise pratiques qui leur permet vraiment d'enrichir le debat public. Ce que le repute theologien Richard Neuhaus a declare au sujet de l'universite chretienne s'applique fort bien au role de l'etablissement catholique dans la societe:.une universite chretienne contribue au plus grand bien du pluralisme. Elle ne transmet pas le faux pluralisme d'une culture qui pretend que les differences les plus profondes ne font aucune difference, mais au contraire, dans les limites de la civilite, adopte les differences qui font le plus de difference... Le pluralisme authentique n'est pas le resultat d'un compromis, mais il est rendu imperieux par le caractere chretien meme de l'universite ;9. CoNclusioN Le secteur catholique de la sante contribue a l'elaboration de la politique de la sante et des services sociaux du Canada en suscitant une reflexion, entre autres, sur l'equilibre a rechercher entre l'accent actuellement place sur les " droits individuels, et la poursuite du bien commun de la societe, et sur le sens de nos obligations et ce que nous nous devons les uns aux autres ainsi qu'aux generations futures. En effet, comme le fait remarquer Kevin Wildes : "...la sphere publique de la societe seculiere s'est appauvrie au plan d'une vision large de la vie morale. La richesse de la societe seculiere reside en effet dans la variete des points de vue moraux qui se rencontrent et se soutiennent les uns les autres dans le domaine public,20. Comme partie integrante du secteur canadien de la sante, les etablissements catholiques offrent tout un eventail de valeurs essentielles et de principes fondamentaux, une tradition de longue date, une solide competence et une vaste experien-.

6 Vol. 28, N ce.!1 contribue donc largement au spectre d'ensemble des soins de sante et aide a repondre aux besoins aux milles facettes des individus et de Ja societe. L'erosion ou la marginalisation des etablissements de sante catholiques comporterait une reduction fondamentale du pluralisme et de la diversite si ardemment recherches dans l'ethique contemporaine. Ceux qui pronent l'elimination graduelle des etablissements catholiques du systeme public de la sante favorisent a leur insu un avenir plus morne, plus monolithique et moins interessant pour l'ensemble du secteur de la sante du Canada.. REMERCiEMENTS L'auteur remercie le D' Daniel Cere de sa lecture critique de cet article, RENVois 1 NEALF" A " (;atholic identity realizeti in conversation ", dans Health Progre.l's, mars avri11997, p 1-6 z Association catholique canadienne ( sante. Guide d'ethique de la sante. A paraitre 3 La.)'ainte Bible AP E.JEAN AAIII ~dition de 'I"llsalem Pacem in Tem'i Lettre '1ique. Paris et Ottawa, 11 avrii19(j3, ::atechisme de 11~gli.se mference des e\ reques mada, Ottawa. ~veque des Etatsealth Care Refofll ), p WlLl)F integrity Efhic5.f catholique catholiqu " Resolution on la ms Origins, 1993, WK " Institutional identity, and conscience " dans Kenn, In,t 1997, 7, p GERVAIS, K.(; " Changing society, changing medicine, changing bioethics " dans DEVRIE.S R, SUI3EDI J, editeurs, Bioethics and,)()cie~v G'()rl.\1rncting the E'thical EnlelPriS(!, Upper Saddle Il.iver, NJ., Prentice-Hall Inc., 1998, p l{OCHE, J. La repal1ition des re.\'sources dans le -)ecteur de la -)ante Un instrument de travail pour la prise de decision ethique, A,5sociation catholique canadienne de la sante, I DECOSTER C.A. BROWNELL M.D...Private health care in Canada. Savior or siren? ' dans Public Health Reports, 1997, 112, p " Canadian Study of Health and Aging. study metllod,; and prevalence of dementia, dans C:'11A], 1994, 150, p THOMASMA, D.C. Stewardship of the aged. meeting the ethical challenge of ageism 0, dans Cambridge Qual1erly of Healthcare Ethics, 1999,8, p pAPE JEAN PAUL II...Protecting tile elderly The Pope Speaks " dans 1be Church Documents Qual1erly, 1987, 32, p DOUGHER1Y, C.J. " Ethical values at stake in health care refoffij., clans ]A'11A 1992, 2(;8, p IS CALLAIIAN,I) The Troubled Dream (, Lije In St~arch of a Peaceful Death New York, Simon and Schuster, DANIS M., CHURCHIU" LR " Autonomy ancl the common weal ", clans Hasting.l" CenterI(eport, 1991,21, p A.. I. I.,5soclatloll calla< lenne c es SO1llS d e sante, Association medicale du Canada, Association calladiellne des illfinnieres infirmiers et Association catholique canadiellne de la sante" et Declaration conjoint sur la prevention et la resolution des conflits ellgageant les prestateurs de soins de,5ante et le,5 per,5ollnes recevant les soins ", dans G:~/, 1999, 160, p pAPEJEAN PAUL II. ' fides et l~atio Lettre encyclique ", dans Origin." 1998, 28, p NEUHAUS, RJ. " The Christian university eleven theses " dans The Georgetoum Academy, fevrier 1997, vol. VIII (5), 15. zo W1LDES, W.K. " Institutional integrity. Approval toleration and holy war or alway true to you in my fashion ", dans J Med. Phi[, 1991, 16, p L ' Association catholique canadienne de la sante (ACCS) est un organisme a but non lucratif qui est la voix nationale des soins de sante catholiques. Elle fait la promotion de la sante sous tous ses aspects : physique, emotif, spirituel et social. Si vous souhaitez vous joindre a un groupe dynamique, devenez membre de l'accs des aujourd'hui. Formulaire (veuillez imprimer) Nom Organisation Adresse Signature Je souhaite : D devenir membre personnel de I'ACCS -adhesion a titre de membre personnel pour une annee : 50 $ (60 $ pour les adresses a I'exterieur du Canada) D etre informe(e) des prochains evenements organises par I'ACCS D obtenir de I'information sur toutes les publications interessantes de I'ACCS. ACCS 1247, place Kilborn Ottawa (Ont.) K1H 6K9 Telec. : (613)

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 E/CN/16/2013/CRP.2 Distr: 30 mai 2013 Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 Le secrétariat de la Commission pour le développement

Plus en détail

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX e des matières CODE D ÉTHIQUE Table des matières JANVIER 2013 TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE 3 Pourquoi un code d éthique? 3 À qui s adresse le code d éthique? 3 LA

Plus en détail

2 FONDEMENTS ET PRATIQUES DE L'ÉDUCATION À LA PETITE ENFANCE

2 FONDEMENTS ET PRATIQUES DE L'ÉDUCATION À LA PETITE ENFANCE Introduction En 1997, par sa politique familiale, le gouvernement du Québec fait de la petite enfance une de ses priorités. Il crée les centres de la petite enfance (CPE) regroupant sous la responsabilité

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU (I) INTRODUCTION 1. Les présentes Directives ont pour but d assurer que chaque lieu de travail dispose d une politique axée sur

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS

CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS CODE D ÉTHIQUE DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE EN SANTÉ MENTALE DOUGLAS Note au lecteur : le premier document concernant les droits et responsabilités des patients a été adopté par le Conseil d administration

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État

L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État L importance de réaffirmer et de renforcer le rôle social de l État Avis présenté dans le cadre des consultations de la Commission de révision permanente des programmes Par la Fédération de la santé du

Plus en détail

CHARTE INTERNATIONALE DU TOURISME CULTUREL La Gestion du Tourisme aux Sites de Patrimoine Significatif (1999)

CHARTE INTERNATIONALE DU TOURISME CULTUREL La Gestion du Tourisme aux Sites de Patrimoine Significatif (1999) CHARTE INTERNATIONALE DU TOURISME CULTUREL La Gestion du Tourisme aux Sites de Patrimoine Significatif (1999) Adoptée par ICOMOS à la 12è Assemblée Générale au Mexique, Octobre 1999. INTRODUCTION Principes

Plus en détail

Un guide «Comment faire» pour organiser un panel de chefs religieux

Un guide «Comment faire» pour organiser un panel de chefs religieux Un guide «Comment faire» pour organiser un panel de chefs religieux Pourquoi organiser un panel de chefs religieux? Dans leur enseignement de cours de premier cycle sur la sociologie de la religion à l'université

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE. 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan

QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE. 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan QUESTION D ETHIQUE APPROCHE ENVIRONNEMENT- SANTE 10ème cours d été 2006 Bamako SIFEE Pr HOUENOU AGBO Yveline UFR Sciences Médicales d Abidjan INTRODUCTION Environnement et Santé Évaluation environnementale

Plus en détail

DIRECTIVES D APPLICATION DU RÈGLEMENT 10.23 SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

DIRECTIVES D APPLICATION DU RÈGLEMENT 10.23 SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DIRECTIVES D APPLICATION DU RÈGLEMENT 10.23 SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Pour mener à bien sa mission d enseignement, de recherche et de saine gestion administrative, l Université

Plus en détail

Adopté à l automne 2006

Adopté à l automne 2006 Adopté à l automne 2006 PRÉAMBULE Un code d éthique pour l AQEM Notre mission Mise en perspectives Nos principales valeurs Application du code d éthique Chapitre 1 : Deux valeurs fondatrices de l AQEM

Plus en détail

Module 1 Définitions et concepts

Module 1 Définitions et concepts Module 1 Définitions et concepts Introduction Module 1 présente la promotion de la santé et donne un aperçu des définitions et concepts principaux. Ce module souligne les sujets et outils qui seront explorés

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 68 DU 16 JUIN 1998 RELATIVE A LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE DES TRAVAILLEURS A L'EGARD DE LA SURVEILLANCE PAR CAMERAS SUR LE LIEU DE TRAVAIL -----------------------

Plus en détail

La FARFO visera à ce que ses activités concernant les commandites et le financement correspondent à sa mission, à ses valeurs et à ses objectifs.

La FARFO visera à ce que ses activités concernant les commandites et le financement correspondent à sa mission, à ses valeurs et à ses objectifs. Politique : Dons et commandites (Administrative) Code numérique : PA-030 Article du procès-verbal : 15-CA-17 Entrée en vigueur le : 19 août 2015 Dernière révision le : s/o Prochaine révision prévue en

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE D'ÉVALUATION DES CADRES (PO-09) Adoptée par le Conseil d'administration le 14 février 1985

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives "La Mesnie"

Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives La Mesnie Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes de Saint Pierre Sur Dives "La Mesnie" PROJET DE VIE ASSOCIATIF ALAPA 2014-2019 Projet approuvé en Conseil de Vie Sociale le Projet approuvé

Plus en détail

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL

ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL ALLOCUTION D'ALAIN ANQUETIL À L OCCASION DE LA REMISE DE SON TROPHEE DE L ENSEIGNEMENT DE L ÉTHIQUE LE 17 JUIN 2010 AU CNAM, PARIS Je tiens d'abord à vous dire combien je suis ravi et fier d'être le lauréat

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

Directives canadiennes sur la formation clinique en ergothérapie (DCFCE)

Directives canadiennes sur la formation clinique en ergothérapie (DCFCE) Comité des coordonnateurs universitaires de la formation clinique de l Association canadienne des programmes universitaires en ergothérapie Directives canadiennes sur la formation clinique en ergothérapie

Plus en détail

DECLARATION AMERICAINE DES DROITS ET DEVOIRS DE L'HOMME. (Adopté à la Neuvième Conférence Internationale Américaine, Bogota, Colombia 1948)

DECLARATION AMERICAINE DES DROITS ET DEVOIRS DE L'HOMME. (Adopté à la Neuvième Conférence Internationale Américaine, Bogota, Colombia 1948) DECLARATION AMERICAINE DES DROITS ET DEVOIRS DE L'HOMME (Adopté à la Neuvième Conférence Internationale Américaine, Bogota, Colombia 1948) La IXème Conférence Internationale Américaine, CONSIDERANT: Que

Plus en détail

Société canadienne de psychologie

Société canadienne de psychologie Société canadienne de psychologie LIGNES DIRECTRICES CONCERNANT LA PRATIQUE NON DISCRIMINATOIRE Sharon Crozier, Ph.D., Susan Harris, B. Sc. O.T. Carolyn Larse, Ph.D., Jean Pettifor, Ph.D. Lynn Sloane,

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

Vers de nouveaux sommets, ensemble

Vers de nouveaux sommets, ensemble Vers de nouveaux sommets, ensemble 1904 Le Département de médecine dentaire de McGill ouvre ses portes, d abord sous l égide de la Faculté de médecine. 1908 La formation clinique déménage à l Hôpital général

Plus en détail

Projet de loi n 2. Loi sur la gestion de l information génétique. Adoption finale REJETÉ

Projet de loi n 2. Loi sur la gestion de l information génétique. Adoption finale REJETÉ SEPTIÈME SÉANCE SOIXANTE-QUATRIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n 2 Loi sur la gestion de l information génétique Adoption finale REJETÉ Présenté par M. Étienne Crevier Ministre de la Santé et des Services

Plus en détail

L ÉTHIQUE PÔLE DE COMPÉTENCES À L UNIVERSITÉ DE FRIBOURG

L ÉTHIQUE PÔLE DE COMPÉTENCES À L UNIVERSITÉ DE FRIBOURG L ÉTHIQUE PÔLE DE COMPÉTENCES À L UNIVERSITÉ DE FRIBOURG POURQUOI L ÉTHIQUE? La Loi sur l Université du 19 novembre 1997 pose comme principe que l Université de Fribourg a pour mission de «promouvoir chez

Plus en détail

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle

Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Déclaration de Jakarta sur la Promotion de la Santé au XXIème Siècle Préambule La quatrième conférence internationale sur la promotion de la santé : "A ère nouvelle, acteurs nouveaux : adapter la promotion

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ

CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ CADRE DE RÉFÉRENCE SUR LE PARTENARIAT DE FINANCEMENT PUBLIC, PARAPUBLIC ET PRIVÉ Adopté par le conseil d administration de l ASPQ Le 11 octobre 2013, et amendée le 12 avril 2014, version finale Dans le

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE. Le patient est notre raison d être et nous nous engageons à :

CODE D ÉTHIQUE. Le patient est notre raison d être et nous nous engageons à : CODE D ÉTHIQUE CODE D ÉTHIQUE RÉSEAU DE SANTÉ VITALITÉ Avant-propos Ce code d éthique définit les droits et les responsabilités des patients ainsi que les responsabilités des intervenants. Nous nous engageons

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet. 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013

Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet. 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013 Me Johanne Denis, Me Annie Gaudreault, Mme Sylvie Thibaudeau, Mme Suzanne Drolet 36 e Congrès de la Société de criminologie du Québec Novembre 2013 1 VILLE DE QUÉBEC Cour municipale de la Ville de Québec

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN Il existe des périodes dans l histoire où les peuples sont appelés à faire des choix décisifs. Pour nous Européens, le début du XXI ème siècle en est une. Nous

Plus en détail

Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC)

Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) pour l obtention d un diplôme d études collégiales (DEC) en Techniques d éducation spécialisée 351.A0 QU'EST-CE QU'UNE DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Bosma H. Johnston, M, Cadell S, Wainwright, W, Abernathy N, Feron, A, Kelley ML, Nelson, F.

Bosma H. Johnston, M, Cadell S, Wainwright, W, Abernathy N, Feron, A, Kelley ML, Nelson, F. Compétences en travail social pour la pratique des soins palliatifs au Canada : cadre de travail pour guider la formation et la pratique des généralistes et des spécialistes 2008 Bosma H. Johnston, M,

Plus en détail

Evaluation de l organisation interne

Evaluation de l organisation interne Module 1 Module Evaluation de l organisation interne Table des matières SECTION 1 Mission et valeurs 34 SECTION 2 Gestion 1 40 SECTION 3 Gestion 2 46 T E A R F U N D 2 0 0 3 33 Module 1 Section 1 Mission

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Gestion éthique des banques de recherche

Gestion éthique des banques de recherche Gestion éthique des banques de recherche Jean-Marie Therrien, Ph.D. Président du Comité d éthique de la recherche, CHU Sainte-Justine 30 octobre 2012 Plan Justification éthique et scientifique Principes

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées QUESTIONNAIRE DE SONDAGE Le droit et les personnes âgées À PROPOS DU SONDAGE La Commission du droit de l Ontario (CDO) et son projet sur le droit touchant les personnes âgées La CDO, un organisme public

Plus en détail

LE MODE DE GOUVERNANCE SOCIOCRATIQUE La force du groupe, un facteur de rétablissement individuel et collectif

LE MODE DE GOUVERNANCE SOCIOCRATIQUE La force du groupe, un facteur de rétablissement individuel et collectif LE MODE DE GOUVERNANCE SOCIOCRATIQUE La force du groupe, un facteur de rétablissement individuel et collectif Barbara Zbinden et Gilles Charest Les symptômes Les symptômes de nos dysfonctionnements psychologiques,

Plus en détail

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications FORUM MONDIAL SUR LES RELATIONS PUBLIQUES NOVEMBRE 2012 Le mandat des

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

Programmes publics de médicaments de l Ontario. Bureau de l administratrice en chef et sous-ministre adjointe

Programmes publics de médicaments de l Ontario. Bureau de l administratrice en chef et sous-ministre adjointe Ministry of Health and Long-Term Care Ontario Public Drug Programs Office of the Executive Officer and Assistant Deputy Minister Hepburn Block, 9 th Floor 80 Grosvenor Street Queen s Park Toronto ON M7A

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 BIENVENUE A L ECOLE SECONDAIRE DES PATRIOTES GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 1 re année du 1 er cycle du secondaire ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 1 re secondaire Informations École secondaire des Patriotes

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

CŒUR ÉNERGÉTIQUE Core Energetics. Modalités de paiement et engagement

CŒUR ÉNERGÉTIQUE Core Energetics. Modalités de paiement et engagement CŒUR ÉNERGÉTIQUE Core Energetics Modalités de paiement et engagement Programme de transformation personnelle et de développement professionnel 2015-2016 1 CŒUR ÉNERGÉTIQUE «CORE ENERGETICS» Programme de

Plus en détail

Carrières. Une carrière au Service correctionnel du Canada : Joignez-vous à nous! Descriptif. Objectifs d apprentissage

Carrières. Une carrière au Service correctionnel du Canada : Joignez-vous à nous! Descriptif. Objectifs d apprentissage Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Carrières Une carrière au Service correctionnel du Canada : Joignez-vous à nous! Descriptif Le Service correctionnel du Canada (SCC) offre une grande

Plus en détail

DOCUMENT DE DISCUSSION PRÉSENTATION

DOCUMENT DE DISCUSSION PRÉSENTATION 37 e session, Paris 2013 37 C 37 C/61 7 novembre 2013 Original anglais Point 5.22 de l ordre du jour QUESTIONS RELATIVES À L INTERNET Y COMPRIS L ACCÈS À L INFORMATION ET AU SAVOIR, LA LIBERTÉ D EXPRESSION,

Plus en détail

Le PACI connaît les modes d'utilisation des méthodes et des outils financiers pour la conduite fructueuse d'opérations commerciales internationales.

Le PACI connaît les modes d'utilisation des méthodes et des outils financiers pour la conduite fructueuse d'opérations commerciales internationales. CATÉGORIE 1. MILIEU MONDIAL DES AFFAIRES COMPÉTENCE PRINCIPALE Le PACI connaît le contexte du commerce international ainsi que les occasions et les défis qu'il représente pour les affaires. Le PACI applique

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Comment présenter une candidature pour devenir membre de la Fédération? Contenu

Comment présenter une candidature pour devenir membre de la Fédération? Contenu Comment présenter une candidature pour devenir membre de la Fédération? Contenu Extraits des Statuts relatifs à la présentation d une candidature....p.2 Formulaire de Présentation d une candidature p.3

Plus en détail

POUR UNE DÉFINITION EUROPÉENNE DE LA MÉDIATION

POUR UNE DÉFINITION EUROPÉENNE DE LA MÉDIATION UNIVERSITÉ DE PARIS XI MASTER DIPLOMATIE ET NÉGOCIATIONS STRATÉGIQUES (CEI) POUR UNE DÉFINITION EUROPÉENNE DE LA MÉDIATION La médiation au cœur du dialogue entre les cultures Avec le soutien de: Page

Plus en détail

DÉONTOLOGIE PROFESSIONNELLE ET FORMATION DE L'ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

DÉONTOLOGIE PROFESSIONNELLE ET FORMATION DE L'ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL DÉONTOLOGIE PROFESSIONNELLE ET FORMATION DE L'ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL 1/ Définition du travail social 2/ Les valeurs qui guident l'intervention de l'assistant de service social 3/ La déontologie professionnelle

Plus en détail

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Société : Les Violons du Roy et La Chapelle de Québec Date du profil : janvier 2011 Mandat de la

Plus en détail

LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL

LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL German Alfonso Lopez Daza 1 Les facultés de droit dont la mission est de former les futurs avocats,

Plus en détail

32 questions pour une réflexion plus large sur le développement durable

32 questions pour une réflexion plus large sur le développement durable 32 questions pour une réflexion plus large sur le développement durable Claude Villeneuve Olivier Riffon Chaire de recherche et d intervention en éco-conseil Département des Sciences Fondamentales Université

Plus en détail

POLITIQUE INTERCULTURELLE

POLITIQUE INTERCULTURELLE POLITIQUE INTERCULTURELLE Adoptée à la 269 e réunion du conseil d administration du 21 septembre 2009 Politique interculturelle Préambule Le Collège de Maisonneuve évolue dans un contexte interculturel

Plus en détail

ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE

ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE ASSOCIATION DES GROUPES DE RESSOURCES TECHNIQUES DU QUÉBEC (AGRTQ) CODE D'ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE Adopté le 23 avril 1999 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 DÉFINITION... 4 SECTION 1. Le membre et l'organisme

Plus en détail

Les travaux parlementaires

Les travaux parlementaires Les travaux parlementaires Journal des débats Assemblée nationale Le mardi 7 novembre 2006, 15 h 00 (révisé) Le Vice-Président (M. Cusano): Adopté. Je reconnais maintenant Mme la députée d'hochelaga-maisonneuve.

Plus en détail

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES

LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES Article premier : Les États membres de l'organisation de l'unité africaine, parties à la présente Charte, reconnaissent les droits, devoirs et libertés

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE

DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO Paris, 2 novembre 2001 DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE

Plus en détail

Assurer la compétence des juristes

Assurer la compétence des juristes BARREAU DU HAUT -CANADA Assurer la compétence des juristes The Law Society of Upper Canada LET RIGHT PREVAIL Barreau du Haut-Canada La Loi sur le Barreau exige du Barreau qu il veille à ce que la population

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

Une méthode constructive et dynamique : le cercle de dialogue réflexif

Une méthode constructive et dynamique : le cercle de dialogue réflexif Congrès annuel de l Ordre des infirmières et infirmiers du Québec Atelier A 16 Une méthode constructive et dynamique : le cercle de dialogue réflexif Par : Danielle Poirier, inf., Ph. D. 29 octobre Objectif

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Politique de production et de publication Au fil de La Boyer

Politique de production et de publication Au fil de La Boyer Politique de production et de publication Au fil de La Boyer Mandat 1. «Au fil de La Boyer» est un organisme sans but lucratif qui a pour objectif de publier, 10 fois l an, un journal communautaire de

Plus en détail

INFORMATION DE BASE PILIER 1 DÉVELOPPER ET METTRE EN OEUVRE UN SYSTÈME DE GESTION DE LA SÉCURITÉ (SGS)

INFORMATION DE BASE PILIER 1 DÉVELOPPER ET METTRE EN OEUVRE UN SYSTÈME DE GESTION DE LA SÉCURITÉ (SGS) INFORMATION DE BASE PILIER 1 DÉVELOPPER ET METTRE EN OEUVRE UN SYSTÈME DE GESTION DE LA SÉCURITÉ (SGS) 1. QU ENTEND-T- ON PAR GESTION DE LA SECURITE ET SYSTEME DE GESTION DE LA SECURITE? La gestion de

Plus en détail

Rapport concernant les programmes canadiens sur les moyens de transport alternatifs

Rapport concernant les programmes canadiens sur les moyens de transport alternatifs Rapport concernant les programmes canadiens sur les moyens de transport alternatifs VERSION DÉFINITIVE Février 2005 Division de l analyse et de la planification Direction des systèmes de transport Environnement

Plus en détail

LA SOCIETE POLITIQUE

LA SOCIETE POLITIQUE LA SOCIETE POLITIQUE PLAN : I) L Homme est un Animal social II) Définition de la société politique par les 4 causes III) Le but et la fin de la société politique I) L Homme est un Animal social L expérience

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir.

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. La solidarité : UNE RICHESSE POUR LE QUÉBEC Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. Depuis la Révolution tranquille, l État québécois a grandement contribué à bâtir une

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail