Dans une économie ouverte, la capacité d une LES COMPÉTENCES RELATIONNELLES PEUVENT-ELLES DEVENIR STRATÉGIQUES? Le cas de la MAIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans une économie ouverte, la capacité d une LES COMPÉTENCES RELATIONNELLES PEUVENT-ELLES DEVENIR STRATÉGIQUES? Le cas de la MAIF"

Transcription

1 LES COMPÉTENCES RELATIONNELLES PEUVENT-ELLES DEVENIR STRATÉGIQUES? Le cas de la MAIF L ÉPREUVE DES FAITS Parce que nombreuses sont aujourd hui les fonctions de l entreprise en interface avec l extérieur, celle-ci doit disposer de solides compétences relationnelles qui lui permettent d exploiter positivement les multiples liens qu elle entretient avec l ensemble des parties prenantes. Se basant sur le cas d une mutuelle issue du secteur de l assurance, l auteur donne un contenu à ce concept et montre le rôle de ces compétences dans le développement de l entreprise sur le long terme. Ce faisant, il propose des éléments de réflexion sur la manière dont se construisent ces compétences, éléments qui guideront les entreprises dans leur démarche de gestion de ces ressources clés. Désormais, dans un contexte d ouverture et d abaissement des frontières organisationnelles, l expertise acquise dans le domaine relationnel constitue un atout dans l univers concurrentiel. PAR ÉRIC PERSAIS, MAÎTRE DE CONFÉRENCES EN SCIENCES DE GESTION MEMBRE DU LABORATOIRE CEREGE (1), UNIVERSITÉ DE POITIERS. Dans une économie ouverte, la capacité d une entreprise à tisser des liens avec l ensemble des parties prenantes [Freeman, 1984] (2) s avère déterminante. Ainsi Mascarenhas et al. [1999] considèrent que la solidité des relations avec des tierces parties correspond à une des trois compétences clés, au même titre que la supériorité technologique et la fiabilité des processus. L entreprise peut notamment, grâce à un partenaire, identifier des opportunités profitables à l un comme à l autre. Les fournisseurs sont susceptibles d apporter des idées sur le développement de produits ou services nouveaux. Les organisations professionnelles synthétisent une quantité d informations dont certaines sont particulièrement utiles pour aborder de nouveaux territoires. Les distributeurs ouvrent l accès à (1) Centre d études et de recherche en gestion. (2) Selon Freeman (1984), une partie prenante est un individu ou un groupe qui possède un ou plusieurs intérêts dans une affaire et qui peut affecter ou être affecté en retour par les actions, décisions, politiques, pratiques et objectifs de l organisation. L auteur propose une liste (non exhaustive) des différentes parties prenantes de l entreprise et qui comprend les actionnaires, les employés, les fournisseurs, les clients, les concurrents, les banques, les assurances, les syndicats, les collectivités locales, l État, les médias, les divers groupes d intérêt, les organisations consuméristes et les associations écologistes. Voir également les classifications proposées par Caroll (1996). 37

2 L ÉPREUVE DES FAITS certains marchés et collectent des informations indispensables sur la clientèle et le contexte économique. Les consommateurs participent, par la diffusion d informations positives ou négatives sur les produits ou l entreprise, à la croissance ou, au contraire, à la diminution du chiffre d affaires. Les administrations et les collectivités locales peuvent accélérer certaines procédures dans le cadre d un développement d activités (ex : autorisation d implantation d une unité). Les diverses organisations issues de la société civile (ex : associations de défense des consommateurs, organisations écologistes, associations de défense des droits de l homme) contribuent, par leurs actions, à l intégration positive ou négative de l entreprise dans son environnement. Autant d exemples qui montrent que les différentes parties prenantes jouent un rôle essentiel tant dans le fonctionnement que dans le devenir de l entreprise [Clarkson, 1995 ; Caroll, 1996]. Bien que ceux-ci ne fassent l objet d aucune valorisation au niveau du bilan, les réseaux de relations tissés avec l extérieur constituent donc un des principaux actifs intangibles [Hall, 1992]. Dès lors, l aptitude d une firme à établir et entretenir des rapports avec les acteurs externes représente un atout dans l univers concurrentiel. Nous nous intéresserons donc à la notion de compétence relationnelle, que nous définissons comme la capacité d une entreprise à tisser et entretenir un lien positif et durable avec un acteur clé de l environnement [Persais, 2001]. Nous souhaitons montrer au travers de l exemple concret d un groupe d assurances du secteur mutualiste, que les entreprises ont tout intérêt à développer ces réseaux de relations qui leur permettent de s insérer positivement dans l espace économique. Le cas de la MAIF (3) nous est apparu particulièrement intéressant parce que cette entreprise a initié, depuis quelque temps, une démarche d ouverture et qu elle s efforce de pérenniser par des formes nouvelles ses liens avec les acteurs qu elle considère comme clés. Les dirigeants de la mutuelle reconnaissent le rôle que ces relations peuvent exercer, non seulement sur son fonctionnement, mais également sur sa croissance à long terme. La continuité de ces liens exige la mise en œuvre de compétences relationnelles. L objet de cet article est double. Nous souhaitons, d une part, en nous appuyant sur l exemple de la MAIF, donner un contenu à ce concept. Nous voulons, d autre part, montrer que ces capacités relationnelles présentent un caractère stratégique parce qu elles ont, de notre point de vue, un effet positif et durable sur la performance de l entreprise. Cette recherche exploratoire (de type empirique-clinique), n a pas pour but de valider une hypothèse, mais vise plutôt à illustrer une conjecture et donner un sens à l idée centrale, celle du caractère stratégique des compétences relationnelles. C est pourquoi nous avons fait le choix d une approche inductive, au travers d une étude de cas [Savall, Zardet, 1996 ; Hlady-Rispal, 2000]. Les informations qui servent à étayer nos propos ont principalement été collectées par le biais d entretiens semi-directifs, réalisés en face-à-face avec trois responsables de la mutuelle (4). La collecte des données s est effectuée au cours de la période allant de la fin de l année 2000 au début de l année Un guide d entretien avait été préalablement mis au point, guide dans lequel étaient répertoriés les principaux thèmes à aborder et les points à approfondir au cours de l interview. L analyse des données a principalement consisté en une analyse thématique dont les résultats sont présentés ciaprès. Certaines données chiffrées ont, par ailleurs, été collectées dans des documents édités par la mutuelle (ex : rapport d activité MAIF et Filia-MAIF), d autres provenant d articles issus de la presse spécialisée (5). LES COMPÉTENCES RELATIONNELLES DE LA MAIF L acquisition de compétences relationnelles repose sur trois points essentiels [Persais, 2001] : une très bonne connaissance des acteurs clés de l environnement (savoir), un savoir-faire reconnu dans la gestion des relations avec ces interlocuteurs et enfin, un savoir-être révélateur d une attitude et d un souci d intégrer les exigences de ces acteurs dans les décisions de l entreprise. Consciente de leur rôle dans un contexte d ouverture des marchés, la MAIF s efforce de consolider cette base de compétences, en agissant sur les trois dimensions qui permettent leur émergence et leur développement. L axe des savoirs est le premier concerné, la difficulté étant pour la mutuelle de parvenir à gérer sa base de connaissances dans un environnement de plus en plus difficile à maîtriser. La gestion de la connaissance des acteurs-clés : un exercice difficile Plus réputée, voici quelques années, pour la qualité de ses prestations que pour son degré d ouverture sur l extérieur, la MAIF reconnaît désormais la nécessité de redynamiser les liens avec ses sociétaires et de nouer des relations permanentes et approfondies avec des partenaires issus du monde mutualiste dans un contexte concurrentiel en pleine évolution. La mutuelle d assurances, dont l accès fut longtemps réservé aux personnels de l éducation nationale, cherche désormais à favoriser les échanges avec l extérieur et à s ouvrir progressivement à de nouveaux publics. La volonté (3) Mutuelle d Assurances des Instituteurs de France. (4) La responsable de la cellule prospective, un chargé d études en stratégie et prospective et un conseiller en organisation chargé du dossier "Identification des ressources clés de la MAIF". (5) L Argus de l assurance, 20 octobre 2000 ; 27 octobre 2000 ; 10 novembre

3 Josef Koudelka / Magnum Photos ERIC PERSAIS La MAIF a su tisser progressivement un certain nombre de liens avec d autres partenaires issus, notamment, du secteur mutualiste et la modification de la représentation des sociétaires dans les assemblées générales montre que la mutuelle souhaite garder le lien qui caractérise historiquement la relation à ses adhérents. d élargir le cercle de ses adhérents s est, par exemple, traduite, en 1988, par la création de Filia-MAIF. Le rôle de cette filiale était, à l origine, d accueillir les proches et les descendants de sociétaires qui ne pouvaient plus bénéficier, compte tenu de leur nouvelle autonomie et de leur statut professionnel, de la possibilité d adhérer à la mutuelle. Cette démarche d ouverture en direction des clients s est intensifiée puisque la décision a été prise, au cours de l année 2000, d accueillir, de manière beaucoup plus large, les différents publics partageant les mêmes valeurs et la même conception de l assurance que celles défendues par le groupe mutualiste (6). Le Groupe MAIF cherche donc à élargir progressivement son public-cible, tout en préservant ce côté militant qui a fait jusqu ici la réussite de la mutuelle. Malgré le bienfondé de ces décisions sur le plan stratégique, cette évolution place l entreprise face à une nouvelle exigence, celle de mieux cerner les attentes d un sociétariat plus difficilement maîtrisable et beaucoup moins homogène quant à ses attentes et son comportement. D où la nécessité pour elle de renforcer ce lien afin, d une part, d améliorer sa base de connaissances et, d autre part, de favoriser l adhésion des anciens sociétaires face à ce qui pourrait être considéré comme une perte de spécificité. Les choix à opérer n étant pas neutres pour l orientation de la mutuelle, il semble de plus en plus nécessaire de connaître l avis de toutes les catégories d affiliés sur un certain nombre de sujets essentiels. C est la raison pour laquelle les dirigeants ont fait adopter, au milieu de l année 2000, un projet visant à modifier la représentation des sociétaires dans les assemblées générales. Précédemment, les adhérents pouvaient participer aux consultations statutaires (AGO, AGE) en donnant pouvoir à des mandataires mutualistes désignés par le Conseil d Administration. En outre, ils pouvaient se rendre personnellement aux AG et voter directement les résolutions. Or, ce système ne garantissait pas la totale représentativité du sociétariat. Avec l adoption de ce dispositif, les membres ont désormais la possibilité d élire eux-mêmes leurs représentants. L objectif de ce système démocratique à deux degrés est, d une part, de disposer d électeurs issus du monde non-enseignant et de la population des associations personnes morales, d autre part, de mieux prendre en compte les aspirations et les besoins de l ensemble des sociétaires, afin de mieux fonder les orientations proposées par le Conseil d Administration. Au-delà du souci de fidélisation de son public et particulièrement de son cœur de cible (7) qui pourrait se laisser tenter par des offres concurrentes, cette décision montre que la MAIF souhaite garder la force du lien qui caractérise historiquement la relation à ses adhérents. (6) Notons, à ce stade, que les adhérents avaient déjà la possibilité, depuis quelques années, de parrainer des assurés potentiels, quelque soit leur statut. (7) Les personnels issus du monde de l éducation. 39

4 L ÉPREUVE DES FAITS Connaître, mais également se faire connaître puisque la mutuelle a décidé de lancer, à la fin de l année 2000, une campagne de communication média afin, non seulement d accroître sa notoriété au-delà du cercle de ses assurés habituels, mais également d élargir sa cible aux publics qui se reconnaissent dans ses valeurs mutualistes et humanistes. L objectif n est pas de devenir un assureur «tout public», mais un assureur «grand public», en affirmant, en dehors du cercle confidentiel, sa différence et en attirant, par là même, les personnes séduites par cet engagement. À l heure où se développe la consommation «citoyenne», la MAIF a choisi d afficher clairement une position militante afin d éviter le décalage entre sa mission et les ambitions d un sociétariat qui serait exclusivement attiré par le rapport qualité/prix des contrats proposés. Bien qu il soit difficile de nier l existence de comportements opportunistes chez certains sociétaires, voire d occulter un intérêt prépondérant du sociétariat moyen pour l aspect économique, le «faire-savoir» vise à permettre une meilleure adéquation entre la MAIF et son public. Au-delà de l objectif commercial, cette campagne de communication peut être qualifiée d institutionnelle puisqu elle s adresse également à l opinion publique. Dans une phase jugée comme pouvant être critique pour l existence du monde mutualiste, le message ainsi délivré cherche à promouvoir la vision d une organisation tournée vers l homme, plutôt que vers le profit. Il s agit de convaincre le grand public de la viabilité du modèle mutualiste et d obtenir finalement son soutien dans un environnement européen qui peut inciter à la démutualisation. Cette campagne de communication, qui s inscrit évidemment dans une démarche relationnelle, contribue à une meilleure insertion de la mutuelle dans son environnement. Savoir et faire savoir s avèrent donc complémentaires et s imposent comme deux aspects incontournables dans une gestion dynamique de la connaissance des sociétaires. La démarche d ouverture initiée depuis quelques années se concrétise également par une intensification des relations institutionnelles. Au travers d une participation croissante aux groupements de représentation professionnelle, la MAIF souhaite non seulement s informer sur les pratiques mises en œuvre dans la profession, mais également, dans le même esprit que précédemment, influer sur l orientation de la législation régissant le domaine de l assurance. Son affiliation au GEMA (Groupement des Entreprises Mutuelles d Assurance) (8), déjà ancienne, répond à cet objectif puisque, par son intermédiaire, elle tente de défendre ses positions auprès des pouvoirs publics dès lors qu un projet menace le monde mutualiste (9). La MAIF fait également partie, depuis 1994, d EURESA, structure qui regroupe des assureurs de l économie sociale, membres de l Union Européenne (10). Sa vocation est de soutenir la coopération et l échange de savoir-faire entre partenaires de diverses nationalités. Ce lieu de rencontre permet à la MAIF de confronter ses pratiques à celles mises en œuvre dans d autres contextes et de s inspirer des expériences de ses partenaires. Par ailleurs, le GEMA est affilié à l ACME (Association of European Cooperative and Mutual Insurers), structure créée en 1978 et qui représente cinquante mutuelles et coopératives européennes. Cette association tient également un rôle de représentation auprès des instances européennes. Par conséquent, les liens tissés au sein des ces différentes structures permettent à la mutuelle de conserver sa bonne compréhension (au sens «intelligence») du milieu de l assurance dans un contexte évolutif. Évidemment, l acquisition de connaissances ne s opère pas exclusivement par un renforcement des liens avec les sociétaires ou par une intensification des relations institutionnelles. L environnement dans son ensemble est concerné et l observation de ses différentes composantes s avère déterminante pour l orientation future de la mutuelle. Par l intermédiaire de sa cellule prospective, la MAIF s efforce de détecter les tendances lourdes qui se dessinent au sein de la société (par exemple, l augmentation du temps consacré aux loisirs, etc.) et tente d évaluer l impact des mutations externes sur le domaine de l assurance des personnes et des biens (par exemple, l augmentation des besoins en matière d assurances de loisirs, etc.). Par ailleurs, il s agit de collecter des renseignements sur des aspects particuliers du contexte externe et d analyser les stratégies concurrentes. Ces différentes études contribuent à alimenter la base de connaissances qui est, elle-même, un des éléments clés dans la construction de compétences relationnelles. Un savoir-faire relationnel réel, mais perfectible Au-delà de sa participation à plusieurs groupements professionnels, la MAIF dispose aujourd hui d une certaine expérience dans la construction d alliances avec des partenaires externes. L exemple de la création d Inter Mutuelle Assistance (IMA), dont le groupe mutualiste a été à l origine, en constitue une parfaite illustration. En 1981, les trois sociétés d assurance que (8) Le GEMA a été créé en Il regroupe treize sociétés d assurances mutualistes françaises et leurs filiales, une société d assistance ainsi qu une des principales mutuelles belges. Il représente seize millions d assurés en Europe. (9) Le Président de la MAIF s est, par exemple, opposé, par l intermédiaire de ce groupement, à un projet sénatorial de démutualisation du secteur de l assurance (Rapport Lambert). Ce projet visait à autoriser les mutuelles, des sociétés de personnes, à se transformer en sociétés de capitaux, en leur permettant de lever des fonds plus facilement pour financer leur croissance et faire face à la concurrence internationale. Ce projet avait pour conséquence la disparition, à plus ou moins brève échéance, de la philosophie mutualiste. (10) EURESA représente 20 millions de sociétaires au travers, outre la MAIF, P&V (Belgique), la MACIF (France), UNIPOL (Italie), la FOLKSAM (Suède), la HUK COBURG (Allemagne), et LB Group (Danemark). (11) Mutuelle d Assurance des Artisans de France, Mutuelle d Assurance des Commerçants et Industriels de France. 40

5 sont la MAAF, la MACIF et la MAIF, ont décidé d unir leurs efforts afin de créer la première société d assistance du domaine mutualiste. Cette initiative prolongeait celle de la MAIF qui avait fait partie des pionniers de l assistance, en créant en 1966, sa filiale : MAIF Assistance. Aujourd hui, cette structure commune, qui s est étendue progressivement à l ensemble du secteur mutualiste français, est à la disposition de plus de trente millions de personnes dans l hexagone et se positionne au premier rang en Europe. Cette coopération réussie a permis à la mutuelle d acquérir un savoir-faire qu elle s efforce d utiliser pour d autres collaborations dans le cadre de sa démarche d ouverture sur l extérieur. Le souci de rompre avec l image d une organisation repliée sur elle-même pousse désormais l entreprise à intensifier ses relations avec d autres organismes à but non lucratif ou partenaires potentiels et notamment ceux qui partagent la même philosophie humaniste. La volonté de peser sur le débat concernant l assurance de personnes (sécurité sociale versus assurance privée) a récemment poussé la MAIF à s aventurer sur ce terrain et à concrétiser un partenariat avec une organisation directement impliquée dans le domaine de la couverture santé (par exemple, la MGEN) (12). Cependant, et bien qu il s agisse d un élément majeur dans la conclusion d alliances, la défense de la philosophie militante n est évidemment pas le seul mobile de la construction de relations avec des partenaires externes. La logique stratégique s impose dans de nombreux cas. Ainsi, les accords conclus avec d autres mutuelles d assurance visent à utiliser les effets de complémentarité entre partenaires, l objectif final du groupe étant de se donner des atouts supplémentaires afin de favoriser son développement. Le partenariat établi récemment avec l AGPM (13) s inscrit tout à fait dans cette démarche puisque l offre de la MAIF dans l assurance véhicules complète parfaitement celle de son nouvel allié. De même, la MAIF et la MACIF, concurrentes dans le secteur de l assurance IARD (Incendie Accident Risques Divers), expérimentent actuellement un réseau commun de prestataires dans le but de favoriser la réparation en nature (14). Au-delà de cette prestation, les deux entités envisagent aussi de partager leurs moyens (informatique, gestion de placements financiers) et, plus généralement, leurs savoir-faire (gestion de sinistres), afin notamment d améliorer les prestations de services rendues aux sociétaires victimes d un sinistre corporel grave. La MACIF et la MAIF se sont également alliées à la Matmut pour créer en avril 2000, une filiale commune (Altima) spécialisée dans l assurance et le courtage et intervenant au sein du réseau Peugeot. Quant au partenariat conclu avec la SMACL (15), au cours de l année 2000, il consistait à offrir aux personnes physiques travaillant au sein d une organisation adhérente à la mutuelle des collectivités (potentiel de 2,2 millions de personnes), la possibilité d accéder à Filia-MAIF. Dans ce prolongement, la MAIF a cherché à étendre sa sphère d influence en prenant certaines initiatives au niveau européen. Ainsi, par exemple, le groupe mutualiste est devenu actionnaire de la société Atlantis, à la suite d une demande de coopérateurs espagnols. Ces multiples réseaux n ont pu se concrétiser que parce que le groupe mutualiste disposait d un certain savoir-faire en matière d alliance stratégique. Afin de faire face à une concurrence de plus en plus forte de la part des compagnies d assurances du secteur privé, la MAIF a estimé qu elle devait mettre à profit les économies d échelle et les effets de synergie provenant de coopérations avec d autres partenaires. De fait, le fonctionnement de la mutuelle s apparente de plus en plus à celui d une entreprise en réseau, l objectif étant de mieux satisfaire les besoins des sociétaires. Néanmoins, ces partenariats ne doivent pas entrer en contradiction avec l esprit de la MAIF, ce qui implique de sélectioner des alliés potentiels, de préférence au sein du monde mutualiste. La participation au GEMA et à EURESA s avère dès lors déterminante, puisque c est au sein de ces structures que les relations entre futurs partenaires peuvent se nouer. Acquisition de savoirs (connaissance des alliés potentiels) et construction de savoir-faire (aptitude à nouer des alliances) résultent, ici, d une seule et même démarche. Paradoxalement, l existence de ce savoir-faire relationnel, finalement très ciblé, dénote les difficultés de la MAIF à mener une véritable politique d ouverture. L absence d accord de grande envergure avec un partenaire distributeur est, de ce point de vue, éloquente et, finalement, symptomatique de la volonté de la MAIF de garder la maîtrise de son propre développement. D autre part, et bien que l on puisse parler d ouverture, celle-ci s avère finalement limitée. Ainsi, l aptitude à nouer des liens ne s exprime qu au travers de relations impliquant des entités du secteur mutualiste. Bien que ceci réponde à une exigence morale, le risque est grand d être progressivement marginalisé dans un secteur où la frontière entre mutualisme et non mutualisme s estompe progressivement (16) (par exemple, l entrée du Crédit Agricole, banque mutualiste, dans le capital du Crédit Lyonnais, banque privée). D autant que de nombreuses entités liées au secteur de l économie sociale ont, plus ou moins ouvertement, choisi de privilégier la dimension économique sur la dimension éthique dans leurs choix de partenaire. Finalement, la mutuelle n a pas voulu prendre ce virage, susceptible de lui donner les (12) Mutuelle Générale de l Éducation Nationale. (13) Assurance Générale de Prévoyance Militaire. (14) Cette prestation en nature peut se substituer à l indemnité financière habituellement versée en cas de sinistre, si l assuré le souhaite. (15) Société Mutuelle d Assurance des Collectivités Locales. (16) Voir à ce sujet l article intitulé «Banques mutualistes : les sirènes du capital», Alternatives Économiques, N 189, février 2001, p ERIC PERSAIS 41

6 L ÉPREUVE DES FAITS moyens d une véritable politique de développement tous publics sur le long terme. Le groupe MAIF, malgré des proximités plus ou moins fortes avec d autres entités (par exemple, la CASDEN-Banque Populaire (17), n a pas souhaité conclure d accords lui permettant d élargir de manière décisive sa sphère d influence. D autres concurrents issus du secteur mutualiste ont choisi de profiter de certaines hésitations pour capter à leur profit les avantages de synergies avec des alliés bancaires (par exemple, l accord MAAF Banque Populaire). Bien que le souci de rester maître de la phase de distribution puisse justifier, a posteriori, l absence de partenariat dans ce domaine, cette attitude risque d avoir, à terme, des conséquences négatives sur sa situation concurrentielle. D autre part, la conclusion d accords eût été un bon moyen, pour la MAIF, de pénétrer un secteur aujourd hui incontournable (la banque), pour tout acteur de l assurance entendant jouer à l avenir un rôle majeur. En revanche, le développement de FILIA-MAIF, certes essentiellement endogène, a constitué une des plus belles réussites de ces dix dernières années dans la branche de l assurance dommages. Par sa démarche de communication, le groupe mutualiste souhaite donner, à l intérieur comme à l extérieur, l image d une entreprise responsable et engagée. Si la MAIF ne bénéficie pas d une véritable expérience en matière de communication-média (sa première campagne télévisuelle a été lancée à l automne 2000), elle a su, de longue date, exprimer ses valeurs, au travers d actions de sponsoring, longtemps jugées plus en phase avec l image du groupe. La MAIF a ainsi établi un certain nombre de partenariats avec des fédérations sportives (par exemple, la Fédération Française d Aviron), des organismes défendant des causes humanitaires ou sociales (par exemple, la Société Nationale de Sauvetage en Mer) ou des organisations liées au monde de l éducation et de la recherche (Cité des Sciences). Le lien avec le monde enseignant n est évidemment pas étranger à ces actions, la dimension éducative apparaissant de manière plus ou moins évidente dans ces partenariats. La mutuelle dispose probablement d aptitudes plus confirmées à communiquer sur ce qu elle est (sa mission, ses valeurs, etc.), que sur ce qu elle fait (ses produits, ses services, etc.). La vague de communication 2000 lui a donné la possibilité de consolider ce dernier savoir-faire, apparemment avec succès, puisque la campagne a reçu le «Grand prix de la presse magazine» pour le secteur banque-assurance, devant la CNP et le GAN et deux cents autres sociétés. Compte tenu de la sensibilité croissante des consommateurs aux démarches éthiques des entreprises (18), cette aptitude à s adresser à des parties prenantes s avère être un atout compétitif. Le développement des sites internet d entreprises démontre le souci qu elles ont d établir une relation plus directe avec leur clientèle. Bien qu elle soit consciente de la fragilité d une quelconque avance dans le domaine, la MAIF s est toujours efforcée, compte tenu des caractéristiques de son sociétariat d origine, d être à la pointe en matière de services en ligne. Elle a notamment fait figure de pionnière en France, en offrant la possibilité à ses adhérents de souscrire des produits par Minitel dès le début des années 90. Le groupe a ouvert son premier site internet en 1998, site qui a d ailleurs été primé en 1999, par le CAPA (19), en tant que meilleur site interactif d assurance en France. La mutuelle dispose donc d une certaine expérience, qu elle s efforce désormais d utiliser pour améliorer la qualité du service offert à ses adhérents. Néanmoins, l impact Internet n est pas neutre sur le secteur de l assurance. En particulier, ces technologies modifient considérablement la donne, non seulement parce qu elles favorisent la remontée d informations, mais également parce qu elles permettent un accès beaucoup plus facile à de nouveaux entrants (diminution des barrières à l entrée). L apparition de sociétés de courtage en ligne accentue, par exemple, les phénomènes de concurrence entre offreurs, en même temps qu elle rend indispensable leur présence sur certains portails. D autre part, elle donne la possibilité aux consommateurs d effectuer des comparaisons en temps réel. Pour la MAIF, la question est donc de savoir s il est opportun d y être référencé, sachant que l on désire également mettre en avant sa philosophie, ses valeurs, ses garanties et services, et non pas ses seuls tarifs. La solution réside inévitablement dans la création de portails spécialisés, portails dans lesquels la variable d entrée serait l approche proposée par l offreur (mutualiste/non mutualiste), les critères «produits et tarifs» n arrivant qu en seconde position. Évidemment, cette solution contribuerait à un regroupement des sociétés mutualistes, regroupement facilité par l existence, au sein de la MAIF, d une aptitude à nouer des alliances. Le savoir-faire acquis par la mutuelle en matière de technologie de l information et de la communication, quant à lui, semble plus fragile. En effet, les NTIC, en tant qu accélérateurs de tendances, modifient très rapidement les règles du jeu concurrentiel. Dès lors, le véritable savoir-faire réside probablement plus dans l aptitude à se renouveler par le biais de ces technologies (savoir-faire dynamique) que dans la capacité à en maîtriser simplement le fonctionnement (savoir-faire statique). (17) Caisse réservée aux personnels de l Éducation nationale. (18) Selon un sondage réalisé au cours de l année 2000, 86 % des consommateurs se disent plus disposés à acheter les produits d une entreprise qui démontre une volonté citoyenne (source Fleishman Hillard-Ipsos). Cette sensibilité est d ailleurs attestée par le développement actuel des fonds éthiques : voir par exemple le dossier Les Échos, 7-8 juillet (19) Centre d Analyse et de Prospective de l Assurance. 42

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Tellia. Centre de Relation Client. à votre Relation Client. Donnez de nouvelles dimensions DÉCOUVRIR COMPRENDRE FIDÉLISER

Tellia. Centre de Relation Client. à votre Relation Client. Donnez de nouvelles dimensions DÉCOUVRIR COMPRENDRE FIDÉLISER Tellia Centre de Relation Client DÉCOUVRIR COMPRENDRE FIDÉLISER Donnez de nouvelles dimensions à votre Relation Client Tellia Née de l expertise d Apria, Tellia est une offre de service qui défend une

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable

Klépierre. Nos engagements pour un Développement Durable Klépierre Nos engagements pour un Développement Durable Notre vision Notre métier Nos valeurs Nos 10 engagements Editorial Notre Groupe est porté par une puissante dynamique. Si aujourd hui de solides

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :

Synergie Qualité. Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG : Synergie Qualité Une approche multidimensionnelle définissant les champs de la qualité dans les ONG :. L éthique humanitaire. La gouvernance associative. La gestion des ressources humaines. Le cycle de

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

INOP'S : un modèle prometteur

INOP'S : un modèle prometteur INOP'S : un modèle prometteur Décembre 2012 92 avenue de Wagram 75017 Paris Tel : +33 (0)1 56 56 63 33 info-france@pac-online.com Eric Monnoyer VP Consulting e.monnoyer@pac-online.com Le marché de l expertise

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2013. Contacts Presse Dossier de Presse 2013 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contacts Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Caroline

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10

PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 Enquête de satisfaction pour le Syndicat 10 1 milliards Les courtiers grossistes souscripteurs en assurance : une force économique + de milliards 2 d euros de primes collectées

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Les objectifs du bilan de compétences.

Les objectifs du bilan de compétences. Les objectifs du bilan de compétences. Qu est ce qu un bilan de compétences? Pourquoi faire un bilan de compétences? Comment se déroule un bilan de compétences? Quelle est la méthodologie utilisée? Le

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS NEGOCIATION ET RELATION CLIENT. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Négociation et Relation Client est un diplôme national de l enseignement supérieur qui s inscrit dans un contexte de mutation des métiers

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

expertise complète pour vos projets

expertise complète pour vos projets Choisissez une expertise complète pour vos projets d entrepreneur > Une vision globale pour bien assurer >toute l entreprise et la vie privée. > ASSURANCES DE PERSONNES ASSURANCES DES BIENS Obligations

Plus en détail

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE Marcel Risi, président et directeur général Centre québécois de valorisation de la biomasse, Sainte-Foy, Québec Introduction L expérience accumulée depuis huit

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-84 du 4 juillet 2013 relative à l affiliation de la mutuelle interprofessionnelle SMI à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices.

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices. RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca Compétences. Synergie. Bénéfices. GROUPE SERVICAS 2 Compétences. Le Groupe Servicas a été fondé en 1992. Depuis sa création, le Groupe a toujours revêtu une importance

Plus en détail

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4

Le défi du renforcement des compétences 2. Un partenariat avec l OFPPT 3. Une formation intensive assurée par des professionnels 4 RAPPEL DU CONTEXTE 2 Le défi du renforcement des compétences 2 Un partenariat avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et les besoins de l entreprise 3 UN PLAN DE FORMATION ADAPTE 4 Une

Plus en détail

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN LES FONDAMENTAUX PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER SOMMAIRE UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER 03 UNE FAÇON DE FAIRE 04 UNE CULTURE UNIQUE 06

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

Sponsoring et mécénat

Sponsoring et mécénat Sponsoring et mécénat Sponsoring : association à un événement (retomber commercial) Mécénat : aide (mais pas forcement de retomber médiatique, publique restreint ) Introduction : Il existe un démarche

Plus en détail