Dans une économie ouverte, la capacité d une LES COMPÉTENCES RELATIONNELLES PEUVENT-ELLES DEVENIR STRATÉGIQUES? Le cas de la MAIF

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans une économie ouverte, la capacité d une LES COMPÉTENCES RELATIONNELLES PEUVENT-ELLES DEVENIR STRATÉGIQUES? Le cas de la MAIF"

Transcription

1 LES COMPÉTENCES RELATIONNELLES PEUVENT-ELLES DEVENIR STRATÉGIQUES? Le cas de la MAIF L ÉPREUVE DES FAITS Parce que nombreuses sont aujourd hui les fonctions de l entreprise en interface avec l extérieur, celle-ci doit disposer de solides compétences relationnelles qui lui permettent d exploiter positivement les multiples liens qu elle entretient avec l ensemble des parties prenantes. Se basant sur le cas d une mutuelle issue du secteur de l assurance, l auteur donne un contenu à ce concept et montre le rôle de ces compétences dans le développement de l entreprise sur le long terme. Ce faisant, il propose des éléments de réflexion sur la manière dont se construisent ces compétences, éléments qui guideront les entreprises dans leur démarche de gestion de ces ressources clés. Désormais, dans un contexte d ouverture et d abaissement des frontières organisationnelles, l expertise acquise dans le domaine relationnel constitue un atout dans l univers concurrentiel. PAR ÉRIC PERSAIS, MAÎTRE DE CONFÉRENCES EN SCIENCES DE GESTION MEMBRE DU LABORATOIRE CEREGE (1), UNIVERSITÉ DE POITIERS. Dans une économie ouverte, la capacité d une entreprise à tisser des liens avec l ensemble des parties prenantes [Freeman, 1984] (2) s avère déterminante. Ainsi Mascarenhas et al. [1999] considèrent que la solidité des relations avec des tierces parties correspond à une des trois compétences clés, au même titre que la supériorité technologique et la fiabilité des processus. L entreprise peut notamment, grâce à un partenaire, identifier des opportunités profitables à l un comme à l autre. Les fournisseurs sont susceptibles d apporter des idées sur le développement de produits ou services nouveaux. Les organisations professionnelles synthétisent une quantité d informations dont certaines sont particulièrement utiles pour aborder de nouveaux territoires. Les distributeurs ouvrent l accès à (1) Centre d études et de recherche en gestion. (2) Selon Freeman (1984), une partie prenante est un individu ou un groupe qui possède un ou plusieurs intérêts dans une affaire et qui peut affecter ou être affecté en retour par les actions, décisions, politiques, pratiques et objectifs de l organisation. L auteur propose une liste (non exhaustive) des différentes parties prenantes de l entreprise et qui comprend les actionnaires, les employés, les fournisseurs, les clients, les concurrents, les banques, les assurances, les syndicats, les collectivités locales, l État, les médias, les divers groupes d intérêt, les organisations consuméristes et les associations écologistes. Voir également les classifications proposées par Caroll (1996). 37

2 L ÉPREUVE DES FAITS certains marchés et collectent des informations indispensables sur la clientèle et le contexte économique. Les consommateurs participent, par la diffusion d informations positives ou négatives sur les produits ou l entreprise, à la croissance ou, au contraire, à la diminution du chiffre d affaires. Les administrations et les collectivités locales peuvent accélérer certaines procédures dans le cadre d un développement d activités (ex : autorisation d implantation d une unité). Les diverses organisations issues de la société civile (ex : associations de défense des consommateurs, organisations écologistes, associations de défense des droits de l homme) contribuent, par leurs actions, à l intégration positive ou négative de l entreprise dans son environnement. Autant d exemples qui montrent que les différentes parties prenantes jouent un rôle essentiel tant dans le fonctionnement que dans le devenir de l entreprise [Clarkson, 1995 ; Caroll, 1996]. Bien que ceux-ci ne fassent l objet d aucune valorisation au niveau du bilan, les réseaux de relations tissés avec l extérieur constituent donc un des principaux actifs intangibles [Hall, 1992]. Dès lors, l aptitude d une firme à établir et entretenir des rapports avec les acteurs externes représente un atout dans l univers concurrentiel. Nous nous intéresserons donc à la notion de compétence relationnelle, que nous définissons comme la capacité d une entreprise à tisser et entretenir un lien positif et durable avec un acteur clé de l environnement [Persais, 2001]. Nous souhaitons montrer au travers de l exemple concret d un groupe d assurances du secteur mutualiste, que les entreprises ont tout intérêt à développer ces réseaux de relations qui leur permettent de s insérer positivement dans l espace économique. Le cas de la MAIF (3) nous est apparu particulièrement intéressant parce que cette entreprise a initié, depuis quelque temps, une démarche d ouverture et qu elle s efforce de pérenniser par des formes nouvelles ses liens avec les acteurs qu elle considère comme clés. Les dirigeants de la mutuelle reconnaissent le rôle que ces relations peuvent exercer, non seulement sur son fonctionnement, mais également sur sa croissance à long terme. La continuité de ces liens exige la mise en œuvre de compétences relationnelles. L objet de cet article est double. Nous souhaitons, d une part, en nous appuyant sur l exemple de la MAIF, donner un contenu à ce concept. Nous voulons, d autre part, montrer que ces capacités relationnelles présentent un caractère stratégique parce qu elles ont, de notre point de vue, un effet positif et durable sur la performance de l entreprise. Cette recherche exploratoire (de type empirique-clinique), n a pas pour but de valider une hypothèse, mais vise plutôt à illustrer une conjecture et donner un sens à l idée centrale, celle du caractère stratégique des compétences relationnelles. C est pourquoi nous avons fait le choix d une approche inductive, au travers d une étude de cas [Savall, Zardet, 1996 ; Hlady-Rispal, 2000]. Les informations qui servent à étayer nos propos ont principalement été collectées par le biais d entretiens semi-directifs, réalisés en face-à-face avec trois responsables de la mutuelle (4). La collecte des données s est effectuée au cours de la période allant de la fin de l année 2000 au début de l année Un guide d entretien avait été préalablement mis au point, guide dans lequel étaient répertoriés les principaux thèmes à aborder et les points à approfondir au cours de l interview. L analyse des données a principalement consisté en une analyse thématique dont les résultats sont présentés ciaprès. Certaines données chiffrées ont, par ailleurs, été collectées dans des documents édités par la mutuelle (ex : rapport d activité MAIF et Filia-MAIF), d autres provenant d articles issus de la presse spécialisée (5). LES COMPÉTENCES RELATIONNELLES DE LA MAIF L acquisition de compétences relationnelles repose sur trois points essentiels [Persais, 2001] : une très bonne connaissance des acteurs clés de l environnement (savoir), un savoir-faire reconnu dans la gestion des relations avec ces interlocuteurs et enfin, un savoir-être révélateur d une attitude et d un souci d intégrer les exigences de ces acteurs dans les décisions de l entreprise. Consciente de leur rôle dans un contexte d ouverture des marchés, la MAIF s efforce de consolider cette base de compétences, en agissant sur les trois dimensions qui permettent leur émergence et leur développement. L axe des savoirs est le premier concerné, la difficulté étant pour la mutuelle de parvenir à gérer sa base de connaissances dans un environnement de plus en plus difficile à maîtriser. La gestion de la connaissance des acteurs-clés : un exercice difficile Plus réputée, voici quelques années, pour la qualité de ses prestations que pour son degré d ouverture sur l extérieur, la MAIF reconnaît désormais la nécessité de redynamiser les liens avec ses sociétaires et de nouer des relations permanentes et approfondies avec des partenaires issus du monde mutualiste dans un contexte concurrentiel en pleine évolution. La mutuelle d assurances, dont l accès fut longtemps réservé aux personnels de l éducation nationale, cherche désormais à favoriser les échanges avec l extérieur et à s ouvrir progressivement à de nouveaux publics. La volonté (3) Mutuelle d Assurances des Instituteurs de France. (4) La responsable de la cellule prospective, un chargé d études en stratégie et prospective et un conseiller en organisation chargé du dossier "Identification des ressources clés de la MAIF". (5) L Argus de l assurance, 20 octobre 2000 ; 27 octobre 2000 ; 10 novembre

3 Josef Koudelka / Magnum Photos ERIC PERSAIS La MAIF a su tisser progressivement un certain nombre de liens avec d autres partenaires issus, notamment, du secteur mutualiste et la modification de la représentation des sociétaires dans les assemblées générales montre que la mutuelle souhaite garder le lien qui caractérise historiquement la relation à ses adhérents. d élargir le cercle de ses adhérents s est, par exemple, traduite, en 1988, par la création de Filia-MAIF. Le rôle de cette filiale était, à l origine, d accueillir les proches et les descendants de sociétaires qui ne pouvaient plus bénéficier, compte tenu de leur nouvelle autonomie et de leur statut professionnel, de la possibilité d adhérer à la mutuelle. Cette démarche d ouverture en direction des clients s est intensifiée puisque la décision a été prise, au cours de l année 2000, d accueillir, de manière beaucoup plus large, les différents publics partageant les mêmes valeurs et la même conception de l assurance que celles défendues par le groupe mutualiste (6). Le Groupe MAIF cherche donc à élargir progressivement son public-cible, tout en préservant ce côté militant qui a fait jusqu ici la réussite de la mutuelle. Malgré le bienfondé de ces décisions sur le plan stratégique, cette évolution place l entreprise face à une nouvelle exigence, celle de mieux cerner les attentes d un sociétariat plus difficilement maîtrisable et beaucoup moins homogène quant à ses attentes et son comportement. D où la nécessité pour elle de renforcer ce lien afin, d une part, d améliorer sa base de connaissances et, d autre part, de favoriser l adhésion des anciens sociétaires face à ce qui pourrait être considéré comme une perte de spécificité. Les choix à opérer n étant pas neutres pour l orientation de la mutuelle, il semble de plus en plus nécessaire de connaître l avis de toutes les catégories d affiliés sur un certain nombre de sujets essentiels. C est la raison pour laquelle les dirigeants ont fait adopter, au milieu de l année 2000, un projet visant à modifier la représentation des sociétaires dans les assemblées générales. Précédemment, les adhérents pouvaient participer aux consultations statutaires (AGO, AGE) en donnant pouvoir à des mandataires mutualistes désignés par le Conseil d Administration. En outre, ils pouvaient se rendre personnellement aux AG et voter directement les résolutions. Or, ce système ne garantissait pas la totale représentativité du sociétariat. Avec l adoption de ce dispositif, les membres ont désormais la possibilité d élire eux-mêmes leurs représentants. L objectif de ce système démocratique à deux degrés est, d une part, de disposer d électeurs issus du monde non-enseignant et de la population des associations personnes morales, d autre part, de mieux prendre en compte les aspirations et les besoins de l ensemble des sociétaires, afin de mieux fonder les orientations proposées par le Conseil d Administration. Au-delà du souci de fidélisation de son public et particulièrement de son cœur de cible (7) qui pourrait se laisser tenter par des offres concurrentes, cette décision montre que la MAIF souhaite garder la force du lien qui caractérise historiquement la relation à ses adhérents. (6) Notons, à ce stade, que les adhérents avaient déjà la possibilité, depuis quelques années, de parrainer des assurés potentiels, quelque soit leur statut. (7) Les personnels issus du monde de l éducation. 39

4 L ÉPREUVE DES FAITS Connaître, mais également se faire connaître puisque la mutuelle a décidé de lancer, à la fin de l année 2000, une campagne de communication média afin, non seulement d accroître sa notoriété au-delà du cercle de ses assurés habituels, mais également d élargir sa cible aux publics qui se reconnaissent dans ses valeurs mutualistes et humanistes. L objectif n est pas de devenir un assureur «tout public», mais un assureur «grand public», en affirmant, en dehors du cercle confidentiel, sa différence et en attirant, par là même, les personnes séduites par cet engagement. À l heure où se développe la consommation «citoyenne», la MAIF a choisi d afficher clairement une position militante afin d éviter le décalage entre sa mission et les ambitions d un sociétariat qui serait exclusivement attiré par le rapport qualité/prix des contrats proposés. Bien qu il soit difficile de nier l existence de comportements opportunistes chez certains sociétaires, voire d occulter un intérêt prépondérant du sociétariat moyen pour l aspect économique, le «faire-savoir» vise à permettre une meilleure adéquation entre la MAIF et son public. Au-delà de l objectif commercial, cette campagne de communication peut être qualifiée d institutionnelle puisqu elle s adresse également à l opinion publique. Dans une phase jugée comme pouvant être critique pour l existence du monde mutualiste, le message ainsi délivré cherche à promouvoir la vision d une organisation tournée vers l homme, plutôt que vers le profit. Il s agit de convaincre le grand public de la viabilité du modèle mutualiste et d obtenir finalement son soutien dans un environnement européen qui peut inciter à la démutualisation. Cette campagne de communication, qui s inscrit évidemment dans une démarche relationnelle, contribue à une meilleure insertion de la mutuelle dans son environnement. Savoir et faire savoir s avèrent donc complémentaires et s imposent comme deux aspects incontournables dans une gestion dynamique de la connaissance des sociétaires. La démarche d ouverture initiée depuis quelques années se concrétise également par une intensification des relations institutionnelles. Au travers d une participation croissante aux groupements de représentation professionnelle, la MAIF souhaite non seulement s informer sur les pratiques mises en œuvre dans la profession, mais également, dans le même esprit que précédemment, influer sur l orientation de la législation régissant le domaine de l assurance. Son affiliation au GEMA (Groupement des Entreprises Mutuelles d Assurance) (8), déjà ancienne, répond à cet objectif puisque, par son intermédiaire, elle tente de défendre ses positions auprès des pouvoirs publics dès lors qu un projet menace le monde mutualiste (9). La MAIF fait également partie, depuis 1994, d EURESA, structure qui regroupe des assureurs de l économie sociale, membres de l Union Européenne (10). Sa vocation est de soutenir la coopération et l échange de savoir-faire entre partenaires de diverses nationalités. Ce lieu de rencontre permet à la MAIF de confronter ses pratiques à celles mises en œuvre dans d autres contextes et de s inspirer des expériences de ses partenaires. Par ailleurs, le GEMA est affilié à l ACME (Association of European Cooperative and Mutual Insurers), structure créée en 1978 et qui représente cinquante mutuelles et coopératives européennes. Cette association tient également un rôle de représentation auprès des instances européennes. Par conséquent, les liens tissés au sein des ces différentes structures permettent à la mutuelle de conserver sa bonne compréhension (au sens «intelligence») du milieu de l assurance dans un contexte évolutif. Évidemment, l acquisition de connaissances ne s opère pas exclusivement par un renforcement des liens avec les sociétaires ou par une intensification des relations institutionnelles. L environnement dans son ensemble est concerné et l observation de ses différentes composantes s avère déterminante pour l orientation future de la mutuelle. Par l intermédiaire de sa cellule prospective, la MAIF s efforce de détecter les tendances lourdes qui se dessinent au sein de la société (par exemple, l augmentation du temps consacré aux loisirs, etc.) et tente d évaluer l impact des mutations externes sur le domaine de l assurance des personnes et des biens (par exemple, l augmentation des besoins en matière d assurances de loisirs, etc.). Par ailleurs, il s agit de collecter des renseignements sur des aspects particuliers du contexte externe et d analyser les stratégies concurrentes. Ces différentes études contribuent à alimenter la base de connaissances qui est, elle-même, un des éléments clés dans la construction de compétences relationnelles. Un savoir-faire relationnel réel, mais perfectible Au-delà de sa participation à plusieurs groupements professionnels, la MAIF dispose aujourd hui d une certaine expérience dans la construction d alliances avec des partenaires externes. L exemple de la création d Inter Mutuelle Assistance (IMA), dont le groupe mutualiste a été à l origine, en constitue une parfaite illustration. En 1981, les trois sociétés d assurance que (8) Le GEMA a été créé en Il regroupe treize sociétés d assurances mutualistes françaises et leurs filiales, une société d assistance ainsi qu une des principales mutuelles belges. Il représente seize millions d assurés en Europe. (9) Le Président de la MAIF s est, par exemple, opposé, par l intermédiaire de ce groupement, à un projet sénatorial de démutualisation du secteur de l assurance (Rapport Lambert). Ce projet visait à autoriser les mutuelles, des sociétés de personnes, à se transformer en sociétés de capitaux, en leur permettant de lever des fonds plus facilement pour financer leur croissance et faire face à la concurrence internationale. Ce projet avait pour conséquence la disparition, à plus ou moins brève échéance, de la philosophie mutualiste. (10) EURESA représente 20 millions de sociétaires au travers, outre la MAIF, P&V (Belgique), la MACIF (France), UNIPOL (Italie), la FOLKSAM (Suède), la HUK COBURG (Allemagne), et LB Group (Danemark). (11) Mutuelle d Assurance des Artisans de France, Mutuelle d Assurance des Commerçants et Industriels de France. 40

5 sont la MAAF, la MACIF et la MAIF, ont décidé d unir leurs efforts afin de créer la première société d assistance du domaine mutualiste. Cette initiative prolongeait celle de la MAIF qui avait fait partie des pionniers de l assistance, en créant en 1966, sa filiale : MAIF Assistance. Aujourd hui, cette structure commune, qui s est étendue progressivement à l ensemble du secteur mutualiste français, est à la disposition de plus de trente millions de personnes dans l hexagone et se positionne au premier rang en Europe. Cette coopération réussie a permis à la mutuelle d acquérir un savoir-faire qu elle s efforce d utiliser pour d autres collaborations dans le cadre de sa démarche d ouverture sur l extérieur. Le souci de rompre avec l image d une organisation repliée sur elle-même pousse désormais l entreprise à intensifier ses relations avec d autres organismes à but non lucratif ou partenaires potentiels et notamment ceux qui partagent la même philosophie humaniste. La volonté de peser sur le débat concernant l assurance de personnes (sécurité sociale versus assurance privée) a récemment poussé la MAIF à s aventurer sur ce terrain et à concrétiser un partenariat avec une organisation directement impliquée dans le domaine de la couverture santé (par exemple, la MGEN) (12). Cependant, et bien qu il s agisse d un élément majeur dans la conclusion d alliances, la défense de la philosophie militante n est évidemment pas le seul mobile de la construction de relations avec des partenaires externes. La logique stratégique s impose dans de nombreux cas. Ainsi, les accords conclus avec d autres mutuelles d assurance visent à utiliser les effets de complémentarité entre partenaires, l objectif final du groupe étant de se donner des atouts supplémentaires afin de favoriser son développement. Le partenariat établi récemment avec l AGPM (13) s inscrit tout à fait dans cette démarche puisque l offre de la MAIF dans l assurance véhicules complète parfaitement celle de son nouvel allié. De même, la MAIF et la MACIF, concurrentes dans le secteur de l assurance IARD (Incendie Accident Risques Divers), expérimentent actuellement un réseau commun de prestataires dans le but de favoriser la réparation en nature (14). Au-delà de cette prestation, les deux entités envisagent aussi de partager leurs moyens (informatique, gestion de placements financiers) et, plus généralement, leurs savoir-faire (gestion de sinistres), afin notamment d améliorer les prestations de services rendues aux sociétaires victimes d un sinistre corporel grave. La MACIF et la MAIF se sont également alliées à la Matmut pour créer en avril 2000, une filiale commune (Altima) spécialisée dans l assurance et le courtage et intervenant au sein du réseau Peugeot. Quant au partenariat conclu avec la SMACL (15), au cours de l année 2000, il consistait à offrir aux personnes physiques travaillant au sein d une organisation adhérente à la mutuelle des collectivités (potentiel de 2,2 millions de personnes), la possibilité d accéder à Filia-MAIF. Dans ce prolongement, la MAIF a cherché à étendre sa sphère d influence en prenant certaines initiatives au niveau européen. Ainsi, par exemple, le groupe mutualiste est devenu actionnaire de la société Atlantis, à la suite d une demande de coopérateurs espagnols. Ces multiples réseaux n ont pu se concrétiser que parce que le groupe mutualiste disposait d un certain savoir-faire en matière d alliance stratégique. Afin de faire face à une concurrence de plus en plus forte de la part des compagnies d assurances du secteur privé, la MAIF a estimé qu elle devait mettre à profit les économies d échelle et les effets de synergie provenant de coopérations avec d autres partenaires. De fait, le fonctionnement de la mutuelle s apparente de plus en plus à celui d une entreprise en réseau, l objectif étant de mieux satisfaire les besoins des sociétaires. Néanmoins, ces partenariats ne doivent pas entrer en contradiction avec l esprit de la MAIF, ce qui implique de sélectioner des alliés potentiels, de préférence au sein du monde mutualiste. La participation au GEMA et à EURESA s avère dès lors déterminante, puisque c est au sein de ces structures que les relations entre futurs partenaires peuvent se nouer. Acquisition de savoirs (connaissance des alliés potentiels) et construction de savoir-faire (aptitude à nouer des alliances) résultent, ici, d une seule et même démarche. Paradoxalement, l existence de ce savoir-faire relationnel, finalement très ciblé, dénote les difficultés de la MAIF à mener une véritable politique d ouverture. L absence d accord de grande envergure avec un partenaire distributeur est, de ce point de vue, éloquente et, finalement, symptomatique de la volonté de la MAIF de garder la maîtrise de son propre développement. D autre part, et bien que l on puisse parler d ouverture, celle-ci s avère finalement limitée. Ainsi, l aptitude à nouer des liens ne s exprime qu au travers de relations impliquant des entités du secteur mutualiste. Bien que ceci réponde à une exigence morale, le risque est grand d être progressivement marginalisé dans un secteur où la frontière entre mutualisme et non mutualisme s estompe progressivement (16) (par exemple, l entrée du Crédit Agricole, banque mutualiste, dans le capital du Crédit Lyonnais, banque privée). D autant que de nombreuses entités liées au secteur de l économie sociale ont, plus ou moins ouvertement, choisi de privilégier la dimension économique sur la dimension éthique dans leurs choix de partenaire. Finalement, la mutuelle n a pas voulu prendre ce virage, susceptible de lui donner les (12) Mutuelle Générale de l Éducation Nationale. (13) Assurance Générale de Prévoyance Militaire. (14) Cette prestation en nature peut se substituer à l indemnité financière habituellement versée en cas de sinistre, si l assuré le souhaite. (15) Société Mutuelle d Assurance des Collectivités Locales. (16) Voir à ce sujet l article intitulé «Banques mutualistes : les sirènes du capital», Alternatives Économiques, N 189, février 2001, p ERIC PERSAIS 41

6 L ÉPREUVE DES FAITS moyens d une véritable politique de développement tous publics sur le long terme. Le groupe MAIF, malgré des proximités plus ou moins fortes avec d autres entités (par exemple, la CASDEN-Banque Populaire (17), n a pas souhaité conclure d accords lui permettant d élargir de manière décisive sa sphère d influence. D autres concurrents issus du secteur mutualiste ont choisi de profiter de certaines hésitations pour capter à leur profit les avantages de synergies avec des alliés bancaires (par exemple, l accord MAAF Banque Populaire). Bien que le souci de rester maître de la phase de distribution puisse justifier, a posteriori, l absence de partenariat dans ce domaine, cette attitude risque d avoir, à terme, des conséquences négatives sur sa situation concurrentielle. D autre part, la conclusion d accords eût été un bon moyen, pour la MAIF, de pénétrer un secteur aujourd hui incontournable (la banque), pour tout acteur de l assurance entendant jouer à l avenir un rôle majeur. En revanche, le développement de FILIA-MAIF, certes essentiellement endogène, a constitué une des plus belles réussites de ces dix dernières années dans la branche de l assurance dommages. Par sa démarche de communication, le groupe mutualiste souhaite donner, à l intérieur comme à l extérieur, l image d une entreprise responsable et engagée. Si la MAIF ne bénéficie pas d une véritable expérience en matière de communication-média (sa première campagne télévisuelle a été lancée à l automne 2000), elle a su, de longue date, exprimer ses valeurs, au travers d actions de sponsoring, longtemps jugées plus en phase avec l image du groupe. La MAIF a ainsi établi un certain nombre de partenariats avec des fédérations sportives (par exemple, la Fédération Française d Aviron), des organismes défendant des causes humanitaires ou sociales (par exemple, la Société Nationale de Sauvetage en Mer) ou des organisations liées au monde de l éducation et de la recherche (Cité des Sciences). Le lien avec le monde enseignant n est évidemment pas étranger à ces actions, la dimension éducative apparaissant de manière plus ou moins évidente dans ces partenariats. La mutuelle dispose probablement d aptitudes plus confirmées à communiquer sur ce qu elle est (sa mission, ses valeurs, etc.), que sur ce qu elle fait (ses produits, ses services, etc.). La vague de communication 2000 lui a donné la possibilité de consolider ce dernier savoir-faire, apparemment avec succès, puisque la campagne a reçu le «Grand prix de la presse magazine» pour le secteur banque-assurance, devant la CNP et le GAN et deux cents autres sociétés. Compte tenu de la sensibilité croissante des consommateurs aux démarches éthiques des entreprises (18), cette aptitude à s adresser à des parties prenantes s avère être un atout compétitif. Le développement des sites internet d entreprises démontre le souci qu elles ont d établir une relation plus directe avec leur clientèle. Bien qu elle soit consciente de la fragilité d une quelconque avance dans le domaine, la MAIF s est toujours efforcée, compte tenu des caractéristiques de son sociétariat d origine, d être à la pointe en matière de services en ligne. Elle a notamment fait figure de pionnière en France, en offrant la possibilité à ses adhérents de souscrire des produits par Minitel dès le début des années 90. Le groupe a ouvert son premier site internet en 1998, site qui a d ailleurs été primé en 1999, par le CAPA (19), en tant que meilleur site interactif d assurance en France. La mutuelle dispose donc d une certaine expérience, qu elle s efforce désormais d utiliser pour améliorer la qualité du service offert à ses adhérents. Néanmoins, l impact Internet n est pas neutre sur le secteur de l assurance. En particulier, ces technologies modifient considérablement la donne, non seulement parce qu elles favorisent la remontée d informations, mais également parce qu elles permettent un accès beaucoup plus facile à de nouveaux entrants (diminution des barrières à l entrée). L apparition de sociétés de courtage en ligne accentue, par exemple, les phénomènes de concurrence entre offreurs, en même temps qu elle rend indispensable leur présence sur certains portails. D autre part, elle donne la possibilité aux consommateurs d effectuer des comparaisons en temps réel. Pour la MAIF, la question est donc de savoir s il est opportun d y être référencé, sachant que l on désire également mettre en avant sa philosophie, ses valeurs, ses garanties et services, et non pas ses seuls tarifs. La solution réside inévitablement dans la création de portails spécialisés, portails dans lesquels la variable d entrée serait l approche proposée par l offreur (mutualiste/non mutualiste), les critères «produits et tarifs» n arrivant qu en seconde position. Évidemment, cette solution contribuerait à un regroupement des sociétés mutualistes, regroupement facilité par l existence, au sein de la MAIF, d une aptitude à nouer des alliances. Le savoir-faire acquis par la mutuelle en matière de technologie de l information et de la communication, quant à lui, semble plus fragile. En effet, les NTIC, en tant qu accélérateurs de tendances, modifient très rapidement les règles du jeu concurrentiel. Dès lors, le véritable savoir-faire réside probablement plus dans l aptitude à se renouveler par le biais de ces technologies (savoir-faire dynamique) que dans la capacité à en maîtriser simplement le fonctionnement (savoir-faire statique). (17) Caisse réservée aux personnels de l Éducation nationale. (18) Selon un sondage réalisé au cours de l année 2000, 86 % des consommateurs se disent plus disposés à acheter les produits d une entreprise qui démontre une volonté citoyenne (source Fleishman Hillard-Ipsos). Cette sensibilité est d ailleurs attestée par le développement actuel des fonds éthiques : voir par exemple le dossier Les Échos, 7-8 juillet (19) Centre d Analyse et de Prospective de l Assurance. 42

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020

REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 REPONSE DE LA MACIF A LA CONSULTATION DE LA COMMISSION EUROPEENNE RELATIVE A LA STRATEGIE EUROPE 2020 La MACIF est inscrite au Registre des Représentants d Intérêt de la Commission européenne sous le numéro

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

Stratégie ALPDS 2012 2015

Stratégie ALPDS 2012 2015 VZLS Verband Zahntechnischer Laboratorien der Schweiz ALPDS Association des Laboratoires de Prothèse Dentaire de Suisse ALPDS Associazione dei Laboratori di Protesi Dentaria Svizzeri Stratégie ALPDS 2012

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1 CHAPITRE VII L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I plan du chapitre Diapo 1 L approche intégrée et multisectorielle Niveau I Diapo 2 Deux traditions méthodologiques Niveau II Diapo 3 Le tout

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services LA CFTC VOUS SOUTIENT 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services La CFTC s'engage tous les jours à défendre les intérêts matériels et moraux de tous les salariés, mais

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

Administrateurs de Caisse Locale

Administrateurs de Caisse Locale Administrateurs de Caisse Locale 2015 OUVEAUX ADMIISTRATEURS DE CAISSE LOCALE : LES ESSETIELS Découvrir, se préparer, s investir 2727 2736 Comprendre le rôle de l administrateur et le fonctionnement de

Plus en détail

Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles

Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-13 du 5 février 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de Medical Insurance Company par MMA IARD Assurance Mutuelles L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise

Le management des risques de l entreprise présentent Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Techniques d application COSO II Report Préface de PHILIPPE CHRISTELLE Président de l Institut de l Audit Interne et de SERGE VILLEPELET

Plus en détail

Communiqué de presse. Naissance du groupe Aprionis. Vendredi 9 janvier 2009

Communiqué de presse. Naissance du groupe Aprionis. Vendredi 9 janvier 2009 page 1 Communiqué de presse Vendredi 9 janvier 2009 Naissance du groupe Aprionis Le groupe de protection sociale Aprionis est né le 8 janvier 2009. Les Conseils d administration des organismes membres

Plus en détail

Baromètre Image des Assureurs

Baromètre Image des Assureurs Contacts : Alain RENAUDIN / Frédéric ALBERT Shanghai Paris Toronto Buenos Aires 2005-5 édition www.ifop.com Baromètre Image des Assureurs Introduction 1 Les objectifs et la méthodologie Cette 5ème édition

Plus en détail

DSSEE Déclaration finale conjointe (FEEE/CSEE) sur «la promotion de l auto-évaluation des écoles et des enseignants»

DSSEE Déclaration finale conjointe (FEEE/CSEE) sur «la promotion de l auto-évaluation des écoles et des enseignants» THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS FÉDÉRATION EUROPÉENNE DES EMPLOYEURS DE L ÉDUCATION (FEEE) EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPÉEN DE L ÉDUCATION DSSEE Déclaration

Plus en détail

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT

CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT CHARTE DES PARTENARIATS DE FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT Version actualisée au 18 janvier 2010 Depuis plusieurs années, France Nature Environnement construit des partenariats avec de nombreux acteurs socio-économiques

Plus en détail

Guide de déontologie

Guide de déontologie Guide de déontologie S appuyant sur les valeurs dans lesquelles se reconnaissent l ensemble des collaborateurs et qui ont été exposées dans le cadre de la convention d objectifs et de gestion 2006 2009,

Plus en détail

REGARDS AILANCY SUR LE DIGITAL Le digital au service de l animation du sociétariat. Un point de vue Ailancy Mai 2015

REGARDS AILANCY SUR LE DIGITAL Le digital au service de l animation du sociétariat. Un point de vue Ailancy Mai 2015 1 REGARDS AILANCY SUR LE DIGITAL Le digital au service de l animation du sociétariat Un point de vue Ailancy Mai 2015 SOMMAIRE 2 1. Sociétaire : Véritable acteur du modèle coopératif o o o o Un enjeu croissant

Plus en détail

«L ENSEIGNANT : L économie

«L ENSEIGNANT : L économie Peter Macs-fotolia.com L économie sociale et solidaire vient d être dotée d un ministère. Elle passe, certes, sur le devant de la scène mais reste pourtant bien mystérieuse. Que recouvre-t-elle réellement?

Plus en détail

Cahier des charges pour un appel à projet d études

Cahier des charges pour un appel à projet d études Cahier des charges pour un appel à projet d études Mise en concurrence pour une étude portant sur : L opportunité et la faisabilité de création de 2 CQP dans la Branche de la Mutualité Sociale Agricole

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

L externalisation réglementée

L externalisation réglementée L externalisation réglementée SOMMAIRE 3 LA PLACE FINANCIÈRE LUXEMBOURGEOISE 4 L EXTERNALISATION DANS LE SECTEUR FINANCIER 5 LE STATUT DE PSF DE SUPPORT 7 L OFFRE DE SERVICES 9 POURQUOI TRAVAILLER AVEC

Plus en détail

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise

Mettre en œuvre une politique de formation dans l entreprise Association Régionale pour l Amélioration des Conditions de Travail en Haute-Normandie / sommaire p.2 - Développement des pratiques de formation : l exemple de deux secteurs en pleine mutation économique

Plus en détail

Charte des Partenariats - p1 -

Charte des Partenariats - p1 - Charte des partenariats de Nature & Société Depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix Nature & Société n a cessé de favoriser, en Ile-de-France, l'information du citoyen et l'éducation

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

LA CFTC VOUS SOUTIENT

LA CFTC VOUS SOUTIENT LA CFTC VOUS SOUTIENT 8 fois plus! Être adhérent CFTC, c'est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel www.cftc.fr Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre

Plus en détail

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie!

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! Dossier de Presse Septembre 2015 1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! 2015 Création de la FEDERATION DE COACHING DE VIE! Vivre l accompagnement Coaching de Vie FCV Fédération de Coaching

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 8 bis du 26 octobre 2007 C2007-49 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l emploi du 21 août 2007,

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Code de Bonnes Pratiques des Affaires

Code de Bonnes Pratiques des Affaires LA MISSION DE BEL Apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Des règles à partager Le mot du Président-directeur général Bel est un Groupe familial, qui a développé

Plus en détail

L'union de services, une garantie coopérative en copropriété

L'union de services, une garantie coopérative en copropriété L'union de services, une garantie coopérative en copropriété Article juridique publié le 19/03/2015, vu 754 fois, Auteur : Maître POULICHOT Dès sa rédaction originelle, la loi du 10 juillet 1965 a autorisé

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-20 du 17 février 2014 relative à l affiliation de la Mutuelle Nationale des Personnels Air France à la Société de Groupe d Assurance Mutuelle Macif L Autorité de

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité?

TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité? TPE et PME, construire leur projet d entreprise, luxe ou nécessité? Existe-t-il une relation entre la fragilité économique des TPE et PME françaises et le peu de temps qu elles consacrent à la construction

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015

ADESS Cornouaille. Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 ADESS Cornouaille Forum de l Economie Sociale et Solidaire jeudi 26 novembre 2015 1 L ADESS Cornouaille est un des quinze pôles de développement de l Economie Sociale et Solidaire (ESS) en Bretagne. C

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

ADRÉA Mutuelle protège tous les publics. Quand plusieurs mutuelles ne font qu une. Santé, prévoyance, épargne-retraite

ADRÉA Mutuelle protège tous les publics. Quand plusieurs mutuelles ne font qu une. Santé, prévoyance, épargne-retraite Pour ADRÉA Mutuelle, la proximité est une réalité. Elle entretient un lien durable avec ses adhérents, tant par son réseau d agences que par ses centres d appels téléphoniques et sa présence sur internet

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-12 du 1 er février 2011 relative à la création d une Union Mutualiste de Groupe par les groupes MGEN, MNH, la MNT, la MGET et la MAEE L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie

2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie 2.2.4 La mise en place de la redevabilité dans l administration tunisienne Hamam Abdelatif, Conseiller à la Primature de Tunisie L administration publique assure en Tunisie, depuis l accession à l indépendance

Plus en détail

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance

Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance CENTRE TECHNIQUE DES INSTITUTIONS DE PRÉVOYANCE Recommandation du CTIP sur les critères d analyse relatifs à l évolution du champ d activité d une institution de prévoyance OCTOBRE 2009 Recommandation

Plus en détail

Adhésion CNFR Campagne 2013-2014

Adhésion CNFR Campagne 2013-2014 La CNFR est signataire avec la SMACL, d un contrat de groupe qui couvre un ensemble de garanties précisées ci-dessous : Des garanties dites «de base» : Responsabilité civile Défense Recours Dommages aux

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-36 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 9 août

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Métiers de l'international de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde?

LE COACHING ET LE TEAM BUILDING. Une mode ou une tendance lourde? LE COACHING ET LE TEAM BUILDING Une mode ou une tendance lourde? «Il faudrait en France un coach pour cinquante habitants!» Vincent Lenhardt I. De nouveaux accompagnements pour les mutations actuelles

Plus en détail

Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa

Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-97 du 29 juin 2011 relative à l affiliation de l institution de prévoyance Apgis à la société de groupe d assurance mutuelle Covéa L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

Le marché suisse des assurances

Le marché suisse des assurances 16 Le marché suisse des assurances Le secteur des assurances favorise la croissance et la prospérité Ces dernières années, le secteur des assurances a sans cesse accru sa contribution à la croissance et

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283

Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283 Paris, le 17 décembre 2015 Décision du Défenseur des droits MLD-2015-283 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011

Plus en détail

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable.

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable. CODE D ETHIQUE Groupe DELACHAUX «L engagement du Groupe DELACHAUX» : Respect des lois et Ethique professionnelle Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a

Plus en détail

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN

PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN LES FONDAMENTAUX PERFORMANCE ET RESPONSABILITÉ MICHELIN UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER SOMMAIRE UNE MEILLEURE FAÇON D AVANCER 03 UNE FAÇON DE FAIRE 04 UNE CULTURE UNIQUE 06

Plus en détail

Séminaire Innovation

Séminaire Innovation Séminaire Innovation La garantie Oxygène, une réponse innovante des assureurs aux soucis budgétaires des ménages en temps de crise? 13 mai 2009 Pierre CORDIER Stéphane DÉSERT Nathanaël ORMILLIEN Introduction

Plus en détail

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal

Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Microfinance pour l agriculture : l expérience de la FONG au Sénégal Nassirou Sall, FONGS, en partenariat avec SOS Faim Belgique BIM n - 22 avril 2008 Betty WAMPFLER Nous vous avons présenté dans le BIM

Plus en détail

REFLEXIONS DE LA CGPME

REFLEXIONS DE LA CGPME DROIT DE LA CONSOMMATION REFLEXIONS DE LA CGPME Réponse à la consultation publique sur le Livre Vert relatif à la révision de l acquis communautaire en matière de protection des consommateurs Le 8 février

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française!

Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française! Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française! «Éthique et responsabilité sociale des banques : aux confins de leur responsabilité juridique» (Colloque

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE

CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE CAPITAL INVESTISSEMENT INVESTIR DANS VOTRE CROISSANCE PRÉSERVER VOTRE INDÉPENDANCE Nouvelle phase de développement Recomposition d actionnariat Optimisation de la structure financière Transmission d entreprise

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Cooperation across Europe by non Profit Health Insurers M. Bartomeu VICENS (E) General Manager Mutuelle Générale de Catalogne

Cooperation across Europe by non Profit Health Insurers M. Bartomeu VICENS (E) General Manager Mutuelle Générale de Catalogne Cooperation across Europe by non Profit Health Insurers M. Bartomeu VICENS (E) General Manager Mutuelle Générale de Catalogne Résumé Dans les différents pays de l Union européenne l assurance-maladie s

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS Le terme syndicat, désigne toute organisation ou groupe d organisation de travailleurs ou d employeurs, ayant pour but de promouvoir et de défendre les intérêts

Plus en détail

Technicien territorial principal de 2 e classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY

Technicien territorial principal de 2 e classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY 01/07/13 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale Technicien territorial principal de 2 e classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY Examen professionnel de promotion interne Examen professionnel

Plus en détail

Notre approche pour les investissements en bourse

Notre approche pour les investissements en bourse blt Notre approche pour les investissements en bourse Introduction Ce document présente la troisième version de la stratégie d investissement dans les entreprises cotées en bourse adoptée par Triodos Investment

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail