c u lt u r e, h ô p i t a l et te r r i t o i r e s

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "c u lt u r e, h ô p i t a l et te r r i t o i r e s 2000 2010"

Transcription

1 c u lt u r e, h ô p i t a l et te r r i t o i r e s Agence régionale de l hospitalisation Rhône-Alpes, Région Rhône-Alpes et Direction régionale des affaires culturelles

2 i n t r o d u c t i o n i n t r o d u c t i o n C est tout de suite l aventure Il y a bientôt dix ans, les pionniers du développement culturel à l hôpital invitaient les professionnels de la santé et de la culture à passer le pont. C est en effet sous l intitulé cher à Brassens il suffit de passer le pont que la première publication de Culture et Hôpital en Rhône-Alpes a vu le jour en 2001, sous l égide de la Direction régionale des affaires culturelles et de l Agence Régionale de l Hospitalisation. Nombreux sont ceux qui ont, depuis, passé le pont, en tenant ou non un jupon, et qui ont constaté combien Georges Brassens était dans le vrai, cela a été tout de suite l aventure. Des aventures de plus en plus nombreuses pour les patients, les artistes, les porteurs de projet, les professionnels de la santé comme de la culture pour les publics conviés également. Des aventures marquées par la fragilité des initiatives, le militantisme de leurs opérateurs, l extrême sensibilité des interactions. Des aventures émouvantes à vivre, tellement difficiles à communiquer. Depuis presque dix ans, le programme régional Culture et Hôpital s est développé, en particulier grâce à l adhésion en 2006 de la Région Rhône-Alpes, et s est considérablement structuré, six comités locaux le relaient auprès des bassins hospitaliers. Mais c est au cœur des myriades de micro-situations qu il a rendu possibles que se trouve son moteur. Des situations qui ont coûté à leur promoteur pour les faire advenir dans l organisation complexe des espaces de soin. Des situations à teneur maximale d humanité. Des situations à haut risque, indécidables quant à leur coloration finale : cocasse, drôle, émouvante, triste... couverture : chs de savoie les yeux gourmands pâquerettes et cie 2007 // francis helgorsky 4 e d e c o u v e rt u r e : c e n t r e l'a da p t l e s b a u m e s j o u r n é e pa rt i c u l i è r e 2009 // r e n a u d v e z i n Depuis presque dix ans, le programme implique une absolue nécessité de garder vivantes les questions que pose le croisement de l art et de la santé. Il en va de son éthique que les scènes d échange, de controverse

3 restent ouvertes à tous. Forums, journées professionnelles, groupes d auto-analyse, séminaires malgré les contraintes des uns et des autres, cette aventure est ponctuée de rencontres et d échanges avec leurs limites de genre et leur richesse de transversalité. La solitude est un sentiment souvent exprimé par les porteurs de projet Culture et Hôpital au sein des institutions tant hospitalières que culturelles. L accompagnement des professionnels investis dans ces actions et leur institutionnalisation progressive est en conséquence un rôle majeur des pouvoirs publics concernés (drac, arh, Région Rhône-Alpes), relayés pour cela par Hi.culture. Cette aventure recèle de nombreux paradoxes. Il est dans la nature des politiques publiques de normaliser les actions soutenues à travers un cahier des charges commun pour un territoire donné. Or, la diversité des opérations conduites dans le cadre du programme Rhône-Alpes est son premier caractère. Tous les types de territoires, les catégories de pathologies, les typologies de population, les durées d hospitalisation, les disciplines artistiques, les modalités d intervention, les secteurs culturels sont mobilisés et croisés. Malgré tous leurs efforts, les sociologues qui ont conduit des études à ce sujet n ont pas réussi à construire une typologie. Il est dans la logique des programmes d action publique de se référer à une méthodologie et à une professionnalité des acteurs bénéficiaires des subsides publics. Or, malgré des critères d exigence, de très nombreuses expériences sont pilotées par des porteurs de projet dont la qualification est tout à fait dans un autre domaine que celui de l action culturelle. Si cela constitue souvent un frein au développement et à la qualité du projet, il faut constater que nombre d entre elles ont produit des fruits remarquables. Enfin, quelle action publique mobilisant des fonds ne réclame pas aujourd hui son lot d indicateurs et d évaluation. Gilles Herreros et Bruno Milly, sociologues, s y sont essayés sans y croire. Mais le plus important était qu ils s intéressaient et souhaitaient rendre perceptibles la quintessence de ces initiatives et leurs effets attendus ou inattendus. Les résultats de ce travail ne révèlent pas d indicateurs satisfaisants mais un état des lieux, une démarche compréhensive et un point de vue sur les perspectives de la politique régionale Culture et Hôpital. Pour moi qui ai suivi la genèse pas à pas du programme régional Culture et Hôpital en Rhône-Alpes, je garde le goût de caramel de toutes ces rencontres avec des personnalités engagées dans des aventures improbables au pays des orties et des merveilles qui se situe toujours au-delà du pont. Avec cet ouvrage, les porteurs du programme régional souhaitent offrir aux lecteurs un brin de sensible, une fleur d émotion, un bouquet de pensées. carine delanoë -vieux Administrateur Hi.culture Chef de projet Affaires Culturelles, Direction des Instituts de formations, des Écoles et des Affaires Culturelles, Assistance Publique Hôpitaux de Marseille

4 p r é fa c e s Culture et Santé sont à priori deux domaines de l action publique qui n ont pas de raison particulière de se rapprocher. L un a pour objectif de rendre l art et la culture accessibles au plus grand nombre, l autre de soigner les malades pour maintenir un état de bien-être. Alors pourquoi aujourd hui la drac, l arh et le Conseil Régional éprouvent-ils le besoin de conduire une politique commune en rapprochant ces deux domaines d actions? Pourquoi des dizaines d établissements de santé et de structures culturelles s investissent-elles dans ces projets avec dynamisme et conviction? Pourquoi tous ces acteurs tentent-ils de résister à la division du travail, au cloisonnement des politiques et des actions? Est-ce par simple originalité, par goût de l opposition aux stéréotypes ou parce qu ils trouvent, chacun dans leur domaine, leur propre champ d action trop limité? Rien de tout cela a priori, car l initiative première ne résulte pas d une entreprise calculée et préméditée comme on en a l habitude dans le domaine de l action publique avec des objectifs, des moyens et des résultats. La démarche ici, relève plutôt, de l intuition, du sensible, de la nécessité, à un moment donné, de sortir justement du domaine d action traditionnel pour en dépasser les limites. Pour le domaine de la santé, c est redonner aux soins leur dimension première du prendre soin, et pas seulement délivrer des soins. Il y a de fait, dans cette intention, un aspect de résistance ou de désordre, pour reprendre le terme du sociologue évaluateur Gilles Herreros à un système de santé productiviste tourné exclusivement vers la réalisation d actes et de séjours. Mais quelle démarche serait en même temps la mieux à même de donner tout son sens à l objectif d amélioration de la qualité des soins à laquelle nous aspirons tous? C est ce qui a amené récemment la Haute Autorité de Santé à prendre en compte de manière positive dans les évaluations des établissements de santé, le fait de développer une politique d action culturelle. L intention première se trouve ainsi confortée et assurée de sa pérennité. Elle ne doit pas pour autant en perdre le caractère sensible. Cet ouvrage témoigne du contraire. jean-louis bonnet Directeur de l Agence régionale de l hospitalisation

5 p r é fa c e s Culture et Hôpital L intitulé même du programme, encore aujourd hui, intrigue. à l hôpital, on soigne parfois dans l urgence des hommes et des femmes qui souffrent. Quelle place pour la culture, l émotion esthétique, la rêverie dans cet univers voué au geste efficace et salvateur? On sait pourtant, depuis toujours, que la culture n est pas un luxe. Qu elle a partie liée aux questions essentielles de l existence, surtout lorsque celle-ci est menacée. Que dans le ghetto de Varsovie qui agonise, en proie à la famine et aux épidémies, on organise des concerts (le plus difficile est de trouver un quignon de pain pour les instruments à vent : impossible de souffler dans une trompette quand on meurt de faim ). Malraux l a magistralement exprimé, dans une de ces formules saisissantes dont il avait le secret : Et si le mot Culture a un sens, il est ce qui répond au visage qu'a dans la glace un être humain quand il y regarde ce que sera son visage de mort. Ce livre met en lumière, avec beaucoup de poésie, le rôle pilote joué par notre région dans ce domaine sensible, où le succès repose non seulement sur le talent mais aussi sur la détermination des uns et des autres. On ne saurait rêver plus belle illustration du mot d ordre que nous avons fait nôtre : Rhône-Alpes, la citoyenne! Le Président de la Région Rhône-Alpes Si, grâce à l engagement admirable de quelques pionniers, venus du monde culturel comme de celui des soins, la culture est désormais la bienvenue à l hôpital, on oublie souvent d ajouter que les artistes n entreprennent pas eux-mêmes impunément cette aventure en terres hospitalières. Beaucoup y trouvent une inspiration nouvelle et plus authentique, au contact de la souffrance, de la peur, du courage et du dévouement. Tous y nouent des contacts précieux. La Région Rhône-Alpes est signataire, depuis 2006 et aux côtés de l Agence régionale de l hospitalisation et de la DRAC, de la convention Culture à l Hôpital qui vient d être renouvelée pour une nouvelle période de trois ans et enrichie de nouveaux objectifs, qui prennent mieux en compte le partenariat entre les établissements hospitaliers et les structures culturelles, les cultures professionnelles et la mémoire des acteurs, et les communautés hospitalières de territoire.

6 p r é fa c e s Rhône-Alpes est souvent une région pionnière en de nombreux domaines. Elle l est assurément avec le programme Culture et Hôpital. Ce programme se développe autour de l idée selon laquelle se reconstruire ou se reconstituer nécessite une ouverture à l autre et à son environnement, une découverte des univers des possibles au travers de la création, un travail sur soi autour des mémoires et des identités. Cette relation se développe également autour d un dialogue nécessaire entre l hôpital et la cité. En 1999, le ministère de la Culture et de la Communication et le secrétariat d État à la Santé et à l Action sociale signaient une convention Culture à l Hôpital autour de trois axes : les jumelages entre hôpitaux et équipements culturels, le développement des bibliothèques dans les hôpitaux, la création de postes de responsables culturels dans les hôpitaux. Cette convention nationale allait permettre dans les régions de développer des conventions régionales entre les Directions régionales des affaires culturelles et les Agences régionales d hospitalisation. En Rhône-Alpes, une première convention drac/arh était signée pour les années Dès 2006, la région Rhône-Alpes rejoignait la drac et l arh dans ce dispositif mobilisant de nombreux établissements hospitaliers et de nombreuses institutions culturelles. Dans Culture et Hôpital, les objectifs poursuivis sont structurés autour de 3 axes : partenariat entre une structure culturelle et un établissement hospitalier, inscription du projet culturel au sein même du projet de l hôpital, dimension territoriale du projet culturel hospitalier. En Rhône-Alpes, les enjeux du programme Culture et Hôpital sont apparus si importants, qu au sein du Schéma régional d organisation sanitaire (sros 3), la dimension culturelle a été intégrée au travers d un texte abordant le diagnostic et les objectifs généraux et opérationnels. Aujourd hui, des comités locaux Culture et Hôpital se développent dans les territoires, permettant un meilleur accompagnement et une plus forte dynamique des projets culturels au sein des hôpitaux. En Rhône-Alpes, chaque année, ce sont près de 50 établissements hospitaliers qui nouent des partenariats privilégiés avec des structures culturelles, favorisant l ouverture individuelle et collective sur un environnement, la découverte des univers de la création, le travail sur les mémoires et les identités. Le présent ouvrage permet d en saisir la richesse et la diversité. Je tiens ici très chaleureusement à féliciter l ensemble des personnels hospitaliers et des acteurs culturels impliqués dans ces projets. Les nombreux centres hospitaliers rhônalpins engagés dans le programme Culture et Hôpital en ont bien compris les enjeux : prendre en compte dans un processus de soin la globalité de la personne humaine, offrir de nouvelles perspectives pour la place du patient et de l hôpital au sein de la cité. L hôpital doit s ouvrir sur son environnement comme l institution culturelle doit s inscrire sur tout un territoire. Car une ville n existe pleinement que dans l affirmation de toutes ses fonctions, et c est dans leur complémentarité et leur confrontation que résident le mieux être et le mieux vivre. a l a i n l o m b a r d Directeur régional des affaires culturelles

7 du militantismeà l institutionnalisation! Les choses sont entendues, n est-ce pas? L hôpital n est pas une scène artistique, ni un lieu de création esthétique et encore moins un espace d apprentissages et de divertissements autour des pratiques culturelles. À l hôpital, on soigne monsieur! Les malades y sont en souffrance, éloignés de chez eux, aspirant à y retourner au plus vite ; perturbés toujours, inquiets souvent, comment pourraient-ils songer à autre chose qu à leur santé? Quant aux personnels, tout est au moins aussi clair de leur côté : une activité débordante, un manque de moyens et de temps récurrent, une charge physique et mentale considérable Comment, dans ces conditions, imaginer qu ils puissent consacrer de l énergie à une activité aussi périphérique aux soins que celle représentée par une activité culturelle? Quant aux financements d une telle opération, en une période de pénurie et de recherche permanente d économie à un moment où presque tous les chu et ch de France affichent un déficit ils restent hautement improbables. Des initiatives culturelles à l hôpital? Mieux vaut oublier Ces évidences, lapidairement énoncées, ont toutes été mises à mal par l expérience conduite depuis la fin des années quatre-vingt-dix en Rhône-Alpes. Chargés d évaluer à deux reprises (de 2002 à 2004 et de 2007 à ) le programme Culture et Hôpital mis en œuvre par l arh et la drac d abord, rejointes ensuite par la Région, nous avons accumulé un matériau qui contredit en tous points l idée selon laquelle penser le soin et l action culturelle en un même lieu, en un même mouvement, serait une incongruité. Les quelques lignes qui suivent visent à rendre compte de ce constat. 1 Cf : Herreros G., 2004, Variations sur le vital ; les petites liaisons culture-hôpital, Recherche DRAC/ARHRA/Irco, et Herreros G., Milly B., 2009, Culture-Hôpital, de l expérimentation à l institutionnalisation, Rapport de Recherche, ARH, DRAC, Région Rhône-Alpes (consultables en ligne sur les sites de l ARH, de la DRAC et d Hi.culture). Factuellement, les déclinaisons de Culture et Hôpital ont concerné une cinquantaine d établissements et ont donné lieu à des projets très différents portant sur la danse, le théâtre, le chant, l écriture, l art plastique, la photographie, la mémoire, le patrimoine, les sciences... À chaque fois, c est sous la forme d expositions, de représentations, ou bien de travaux d ateliers rassemblant personnels et patients que se sont déroulées ces initiatives. Ici, sur la question de la mémoire, des récits sont recueillis, des objets collectés, des témoignages enregistrés, des productions photographiques ou cinématographiques réalisées, des recherches initiées, des ouvrages publiés. Là, dans un tout autre registre, ce sont des enfants hospitalisés qui produisent un disque, un recueil de textes, ou bien des malades qui réalisent des peintures. Ailleurs encore, c est un spectacle qui est monté avec les personnels de l hôpital, les malades et des artistes professionnels. Si la diversité des projets est patente, au commencement de l action, on trouve toujours un même point de départ : la coopération entre une structure culturelle et un établissement de santé sur la base d une problématisation commune de la situation spécifique dans laquelle se trouve ledit établissement (son histoire, ses projets, son territoire ). À chaque fois, les effets des projets sont profonds ; adaptation, déplacements, détournements, réordonnancement, ces quelques qualificatifs nous y renvoient. L adaptation des projets au lieu est un impératif. N importe quelle action culturelle ne peut se dérouler dans n importe quel établissement. Les projets se profilent et s ajustent selon les caractéristiques des lieux, dans une entre-définition permanente entre le contenu et le contenant (le projet et le contexte) qui se modèlent l un l autre. Ainsi, responsables culturels, artistes, professionnels de l hôpital, patients, riverains se retrouvent dans une interaction continue qui exclut les allant de soi. Cette adaptation entraîne l ajustement des pratiques de chacun : Doit-on aller danser dans la chambre du patient? Moi j ai du mal avec cela... et si oui comment faire? nous dit un artiste ; un soignant exprime le même genre d interrogations : pour la fête de la musique un concert avait

8 lieu sur la terrasse. Fallait voir! C était étonnant. Les malades avec leurs bouteilles de sérum en train d assister au spectacle. Les soignants étaient là, gênés, côte à côte avec les patients... ils ne savaient pas quelle attitude adopter... les malades ne semblaient plus dépendants d eux. Les déplacements provoqués par les projets culturels sont inattendus. Citons quelques exemples. Un réfectoire devient, sans perdre sa fonction première, le lieu d une expo photo. Une salle de kinésithérapie se transforme, l espace de quelques heures par semaine, en atelier danse. Un hall d entrée, une terrasse, un jardin, des salles d attente se mutent en salles de spectacles et de concerts, les couloirs et les étages d un établissement prêtent leurs murs à des parcours muséographiques, un local technique désaffecté devient un endroit de répétition... L autre jour nous explique un responsable culturel, j ai eu une personne au bout du fil qui voulait venir voir le spectacle que nous donnions dans l hôpital dans la grande salle. Elle me demandait des informations sur cette salle de spectacle locale qu elle était surprise de ne pas connaître ; elle avait transformé, l espace d un instant, l hôpital en un équipement culturel nous explique une responsable culturelle. Transformation de l espace, réaffectation symbolique, l hôpital devient, pour un temps, une infrastructure culturelle. Les détournements d images et de sens sont également légions : J ai dû négocier avec les kinés pour utiliser la salle ; au début, j ai senti qu ils ne voyaient pas ça d un bon œil. Maintenant, c est bon, ils ont vu que je faisais attention à leur matériel nous explique un artiste animant un atelier danse. Au début, quatre personnes venaient ici dans ce local technique transformé en lieu de répétition de spectacle. Puis, petit à petit, les malades se sont approchés doucement tournant autour. Aujourd hui, plus de quarante personnes fréquentent régulièrement ce lieu. Il est devenu un point de ralliement. Les lieux, les fonctions, les statuts sont objets de transformations ; un malade peut devenir un cinéphile controversant sur le film à l issue d une projection dans l établissement, un soignant peut donner la réplique à un de ses collègues ou à un patient au cours d une représentation théâtrale, des gestes de l activité quotidienne au sein d un établissement peuvent devenir les objets d une exposition photographique. Un tel brassage peut dérouter ; il n est pas désordre mais réordonnancement. Le réordonné n induit pas la préexistence du désordre mais la création d un autre ordre. La thématique du désordonné-réordonné a une résonance particulière à l hôpital, confronté depuis plusieurs années déjà aux démarches qualité et à la mise en ordre que celles-ci supposent. Lorsque prime le registre du faites ce qui est écrit et écrivez ce que vous faites, quand les personnels sont conviés à donner une image d ordre (le classement des documents, l inventaire des procédures, la traçabilité des pratiques, etc.) les initiatives bouillonnantes de Culture et Hôpital qui introduisent de l incertain, de l aléatoire, peuvent être perçues comme incongrues. Notre lieu, je l appelle le gourbi. La première année, c était un joyeux bordel...! nous dit un artiste intervenant dans un hôpital peu soucieux de renvoyer une image d ordre. Avec le programme Culture et Hôpital nous sommes invités à sortir de la binarité ordre/désordre ; ordre, travail et qualité d un côté, désordre, divertissement et improvisation de l autre. Culture et Hôpital relève du réordonné, c est-à-dire d un déplacement des pratiques habituelles, d une réaffectation des lieux, d un réagencement des relations entre soignants, patients, familles Par là, c est toute l institution soignante qui se trouve interrogée, jusqu au soin lui-même ; peut-il se résumer à de la technique et du nursing? La profondeur de l interrogation que les actions culturelles posent à l hôpital et aux institutions de santé ne suscite évidemment pas une position de soutien unanime. Loin s en faut. Des résistances, même si elles vont en s amenuisant, s expriment haut et fort chez nombre de personnels. Ton rêve, c est le cauchemar du plus grand nombre!. Tu nous fais chier avec ta culture. Ah oui! Des danseuses à l hôpital? Il y a peut-être mieux à faire, non?. On manque de personnel et de matériel et on dépense de l argent pour ces conneries!. Ce type de propos, pas nécessairement majoritaires, mais fréquents tout de même, tranche par sa radicalité, avec l enthousiasme de ceux qui pilotent les projets et avec la satisfaction quasi-unanime

9 des patients qui se déclarent largement acquis (comme en atteste l enquête par questionnaires que nous avons réalisée). Lorsque parfois le sentiment des patients est plus mesuré, c est toujours avec beaucoup de nuances que celui-ci s exprime : Tu sais : ce que tu fais ici, c est bien, c est super même, dit à un danseur une jeune femme clouée depuis des mois sur son fauteuil roulant suite à un accident, mais moi, ce que je veux d abord, c est partir d ici!. C est la même exclamation que formule, ailleurs, une vieille dame, hospitalisée pour des problèmes neurologiques et qui depuis des semaines ne rate pas un seul atelier écriture, si ce n est pour lui préférer, de temps en temps un atelier chant, C est dommage, ils ont lieu en même temps, dit-elle, mais mon plus grand désir est de rentrer chez moi. Le militantisme a largement présidé à l instauration des premières expériences culturelles au sein de l hôpital dans le courant des années 1990 et au début des années Quelques passionnés de la culture se sont mobilisés isolément, puis rassemblés dans le cadre d une convention régionale, pour multiplier les initiatives. Prenant sur leur temps, devant dépenser une énergie folle au sein de leurs établissements respectifs pour convaincre, les directions, les médecins, les soignants, ne disposant que très rarement d une formation de médiateur culturel, manquant souvent de légitimité et de crédibilité pour faire valoir leurs projets, les premiers responsables culturels des établissements hospitaliers étaient à la fois des pionniers et des militants. À la fin de la première décennie des années 2000, si des difficultés persistent pour que les démarches culturelles obtiennent droit de cité dans les établissements de santé, le contexte s est fortement transformé, au point, pensons-nous, de laisser entrevoir un début d institutionnalisation des démarches en cours. aussi au travers de la constitution, sur chaque bassin de santé, d un comité local rassemblant les animateurs des projets sur différents établissements et ayant vocation à fournir à d éventuels promoteurs d actions, les conseils leur permettant le développement d initiatives. Lieux ressources, ces comités locaux fournissent en outre la base à la constitution d un réseau régional qui désormais dépasse largement la seule commission régionale qui assurait, au début de la mise en place de la convention, l animation du dispositif. Ce réseau, composé des médiateurs culturels hospitaliers, de représentants de structures artistiques, s est substitué aux énergies militantes isolées et constituent désormais un socle pouvant favoriser le développement des initiatives culturelles en région. Enfin, sans que la reconnaissance de la fonction de médiateurs culturels d établissement hospitalier n existe encore de façon formelle, se dessine progressivement, grâce à l activité réflexive desdits médiateurs, ce que pourraient être les attendus d une activité culturelle hospitalière. Bien sûr, l institutionnalisation n est pas acquise, mais le processus est en marche et la consolidation des différents canaux que nous venons d évoquer devrait pouvoir permettre d installer cette idée que l administration d un soin, le fonctionnement d une organisation de santé, ne passe pas nécessairement par l oubli de ce qui représente un des éléments non négligeables de l existence : la confrontation aux formes multiples de l art et de la culture. gilles herreros et bruno milly Sociologues, enseignants-chercheurs à l Université Lumière Lyon II, chargés de l évaluation du dispositif Culture et Hôpital en Rhône-Alpes L institutionnalisation qui s amorce de Culture et Hôpital passe par plusieurs canaux. En premier lieu, il convient de souligner l existence d une incitation, inscrite au sros Rhône-Alpes et adressée aux établissements de santé, à inclure dans leurs projets d établissement respectifs un volet culture. Cette institutionnalisation s exprime

10 c h d e va l e n c e d é pa rt e m e n t m é d i c o-c h i ru r g i ca l d e p é d i at r i e 1, 2, 3 s o l e i l, des clowns a l ho pital intervention clownesque 2009 // philippe petiot Bravo pour ce travail à l hôpital auprès des enfants et du personnel hospitalier. Regarder le monde par l autre bout est chaque jour plus intensément urgent. Les clowns qui travaillent à l hôpital apportent à tous ce regard différent qui nous dit : il y a d autres couleurs! Émerveillons-nous! nicolas bernard, cie des nouveaux nez r e n c o n t r e l e s él è v e s d e l é c o l e p r i m a i r e v o i s i n e v i e n n e n t d i n v e s t i r le p a r c d e l hô p i t a l. a v e c le s en s e i g n a n t s et les parents qui ont accepté d accompagner les enfants, une trentaine de personnes se trouvent rassemblées devant l entrée. Bousculades, gesticulations, cris, rires, désordre, ces gamins de ce2 et de cm1 sont venus pour jouer et, pour eux, les festivités ont déjà commencé. Les instituteurs présents semblent avoir renoncé à intervenir passant le relais de la régulation aux clowns. Avec leurs nez rouges, chapeaux enfoncés jusqu aux oreilles, costumes de scène bariolés, Elle et Lui ont réussi à capter l attention de tous. Maintenant il s agit d accueillir les jeunes enfants polyhandicapés qui, un à un, vont sortir de l établissement, poussés, sur leur fauteuil roulant, par les soignants. Une vingtaine d enfants très jeunes et tous très lourdement atteints, ne pouvant souvent ni marcher, ni parler distinctement, vont participer à la fête. L objectif est simple : des équipes mixtes vont être formées afin de réaliser plusieurs épreuves : un parcours d obstacle, un atelier peinture, un autre où l on danse et chante, un château magique gonflable que l on peut utiliser comme une sorte de trampoline. Les enfants de l école primaire pousseront les fauteuils, prendront dans leurs bras, avec l aide des professionnels, leurs compagnons de jeux handicapés et, par-delà les différences, l après-midi constituera pour chacun une opportunité de rassemblement. Observateur de la scène, je suis très impressionné par la sortie des pensionnaires de l établissement ; ces jeunes enfants ont, le plus souvent, des handicaps très déformants, très invalidants. Alors qu une sorte d engourdissement me saisit devant l effroyable situation dans laquelle se trouvent certains des pensionnaires, je reste stupéfait de la décontraction apparente avec laquelle les élèves accueillent ceux qui seront leurs petits camarades de jeux. Caresses, mots affectueux, main dans la main et déjà les équipes se forment ; les enfants valides se saisissent sans hésitation des fauteuils et les voilà qui rejoignent les différents ateliers. Les parents qui accompagnent les classes demeurent légèrement en retrait pendant que tous, les enfants, les clowns et les soignants, se sont lancés dans la ronde des jeux, sautant d atelier en atelier. Lorsqu ici ou là surgit une difficulté, une position délicate,

11 une inquiétude, les clowns désamorcent ; une impertinence, une bouffonnerie et le rythme reprend. Les professionnels de l établissement, qui connaissent les handicaps de leurs jeunes patients et sont habitués à la présence des clowns, semblent parfaitement sereins même lorsqu il est question de faire sauter sur le trampoline un enfant qui ne pouvant, bien évidemment, se mouvoir seul, doit être porté par un adulte. Les cris, les rires des petits visiteurs du jour sont relayés par la lueur qui habite les grands yeux des enfants pensionnaires de l établissement. À cet instant, assurément, on peut dire qu une rencontre a eu lieu. Un monde à part, étrange ch de sainte-marie théâtre de privas 2008 // jean-marie refflé

12 b e r n a de t t e b r e s s ac // Cadre socio-éducatif, CH Pierre Oudot Bourgoin- Jallieu, Hôpital de jour pour enfants, dans le dispositif régional depuis 2004 En 2004, l hôpital de jour pour enfants du secteur de pédopsychiatrie 38I06 et le musée de la ville de Bourgoin-Jallieu décident de tenter l expérience. Tous les parcours artistiques se déroulent dans un lieu culturel public reconnu par l ensemble de la cité : le musée Victor Charreton. La rencontre des enfants avec chaque artiste est singulière, parfois insolite mais combien l alchimie des relations se révèle riche et bénéfique pour chacun. Les différents artistes animant ce travail d exploration et de création guident la trame et soutiennent l inspiration des enfants avec une grande délicatesse relationnelle. Peu à peu, l élan de créativité naît, glisse avec une relative aisance et ajoute un plaisir à une certaine liberté nouvelle. Alors, l existence de chacun peut s éclairer à la lumière de la rencontre. Les soignants, sans qui ces aventures culturelles n auraient pu avoir lieu, montrent une implication professionnelle, émotionnelle, artistique. Ils font preuve de patience, d enthousiasme et ces ateliers les confortent dans leur confiance en l évolution de chaque enfant, quelque soit sa pathologie. L exposition, moment fort, solennel dans la vie de l hôpital de jour symbolise l ouverture de la structure hospitalière sur l extérieur. Les enfants, avec beaucoup d émotion, nous dévoilent leur travail, leurs efforts et une partie de toute leur richesse intérieure qui pourtant reste souvent du domaine de l indicible. Les parents sortent alors d un vécu d enferment lié à la pathologie psychiatrique et portent un autre regard sur leur enfant dans un mouvement de revalorisation mutuelle. Chaque année, la Direction du Centre Hospitalier soutient nos projets, inscrit maintenant Culture et Hôpital dans son projet d établissement et envisage de nommer un référent culturel. De plus le nouveau Centre Hospitalier voit le jour et ce futur déménagement incite à valoriser les Mémoires de l Hôpital. L expérience m a montré combien ce travail artistique potentialise les soins. Le contact avec les artistes ouvre un horizon nouveau aux enfants et créé d autres dimensions fécondes dans le travail des soignants. J ai vécu un réel étonnement face à la qualité des réalisations des enfants et j ai été surprise par leur capacité à s inscrire dans le groupe. Je pense qu au fond de leur solitude et de leur souffrance, la rencontre de l Art pour les patients peut devenir une dynamique ascensionnelle d un devenir de création. Tout simplement,. j ai acquis la conviction que la sensibilité culturelle, la beauté de l Art, s articulent avec une émotion profonde et peuvent aider à soigner Inoubliable et inattendu c h d e b o u r g o i n -ja l l i e u h o p i ta l d e j o u r m u s é e v i c t o r c h a r r e t o n atelier arts plastiques // daniel tellier

13 l e s b a i g n e u r s cm rocheplane compagnie inauguration 2008 // jacqueline ferret Je pense qu au point de vue artistique et esthétique, ça [l intervention en milieu hospitalier] renforce l importance de la réflexion et du projet artistique en lui-même, de sa force, de sa non-force, de sa clairvoyance. a l a i n g o u d a r d, directeur, résonance contemporaine o ù s i n s t a l l e r? l e g u i t a r i s t e e t l a c h a n t e u s e q u il ac c o m pag n e v i e n n e n t d e p é n é t r e r d a n s l a n t r e d e s psychomotriciens ; une petite piscine destinée aux exercices de rééducation. Une dizaine de patients sont dans l eau, bonnet vissé sur la tête, certains accrochés à des flotteurs, d autres tentant de se tenir debout ; tous exécutent scrupuleusement les mouvements que leur dicte la personne chargée de les aider à récupérer leur mobilité. Pour ces patients, souvent polytraumatisés de la route, l exercice est presque quotidien. Les activités dans l eau sont de nature à accélérer ce qu il est convenu de nommer leur réadaptation fonctionnelle : prise d appui et travail de verticalité, mouvements et tonicité, immersion et respiration, relaxation, fluidité du corps, enveloppe sensorielle Bonjour à tous! Nous allons vous jouer quelques chansons de notre composition. Sans autre forme de présentation ou d introduction, les deux artistes se sont installés tout au bord de l eau de chaque côté du bassin. La hauteur de plafond confère une acoustique particulière à ce lieu la guitare occupe l espace, les deux voix s enlacent à la tierce, mélodie et poésie. Les patients, silencieusement, poursuivent leurs exercices. Selon ce qu autorise leur position, les baigneurs saluent chaque chanson de battements de mains ou de sonores Bravo! Bravo! qui ricochent à la surface de l eau. La scène a un côté surréaliste. Le guitariste, debout en équilibre sur le rebord de la piscine, donne le meilleur de lui-même tout en veillant à ne pas basculer dans le bassin, la pointe de ses souliers emmitouflés dans des plastiques dépassant légèrement du rebord. Le psychomotricien, en blouse blanche, mime avec de grands gestes les mouvements attendus ; il semble vouloir compenser le mutisme que lui imposent les artistes par l amplitude de sa gestuelle. À l autre bout, la chanteuse agrippée à une rambarde qui la sépare de l eau donne l impression de livrer un prêche, accrochée à la barre de son autel. Tous trois, le guitariste, le psychomotricien, la chanteuse, sont tournés vers la cohorte des baigneurs ; certains flottent sur des bouées de couleurs vives, esquissant quelques maladroits mouvements de bras ou de pieds, d autres enfouis dans le bassin jusqu à la taille se contorsionnent exécutant de pénibles tentatives d assouplissements. En rythme et en rimes, les patients s appliquent ;

14 leurs visages esquissent alternativement des grimaces d effort et des sourires de satisfaction. La scène semble tirée en droite ligne d un film surréaliste tendance Fellini ou Mikhalkov, lorsque le burlesque se mêle à la gravité. Drôle de public, flottant, trempé, à demi-nu ; curieux artistes, proches du plongeon ; soignant cocasse, gesticulant et muet. Cinq ou six chansons plus tard, les deux musiciens se retirent ; applaudissements et apostrophes fusent : c est. déjà fini?, vous revenez demain?, c est drôlement bien la kiné en musique!. Les deux visiteurs du jour, ravis, adressent un au revoir de la main et se dirigent vers les cuisines de l établissement. Ils ont préparé quelques chansons pour les personnels de la restauration lesquels, s apprêtant à déjeuner, les attendent avec curiosité et gourmandise ; il paraît que le chef cuisinier adore chanter Extraordinairement nécessaire centre l'adapt les baumes journée particulière 2009 // renaud vezin

15 centre l adapt les baumes journée particulière 2009 // renaud vezin p h i l i p p e r ac h e t // Directeur des relations publiques, Comédie de Valence, dans le dispositif régional depuis 2001 La Comédie de Valence est un lieu de création artistique, avec une présence permanente de comédiens, auteurs, metteurs en scène, danseurs. Ces artistes nourrissent les relations publiques au cœur d une cité et de ses différents territoires. Le monde hospitalier en est un, d autant plus intéressant qu il rassemble en un même lieu des personnes d horizons très divers, formant une communauté temporaire potentiellement riche. Pour peu qu il soit sans concession ni adaptation, l artiste peut transcender cette atmosphère, autour d une œuvre forte, intellectuelle, culturelle et émotionnelle. C est cette dimension qui fait sens : arrêter le temps, le charger par un acte fort. Que ce soient un atelier, un spectacle, une lecture, l important est que l engagement de l artiste capte cette attente particulière. Dans notre expérience avec le Centre L ADAPT les Baumes, je suis souvent surpris par la facilité de rencontre avec les œuvres les plus exigeantes, et l écoute d un public pourtant très divers. Cela me conforte dans l idée que tout individu, quelque soit sa culture, peut accéder à n importe quelle œuvre artistique, pour peu qu il la rencontre au bon moment, au bon endroit. Et malgré la maladie, ce lieu se révèle souvent le bon endroit pour découvrir un texte, pour des patients en questionnement, en attente et donc disponibles et ouverts. Enfin plus d'humanité

16 Il y a une question que se pose sans cesse le musicien, c est la notion d utilité de ce qu on peut faire. Quand on va à l hôpital, on ne se pose pas la question, on sait que c est vraiment utile. philippe c o n s ta n t, directeur artistique, Cuivres en Dombes c h l e v i n at i e r l a f e r m e d u v i n at i e r s o u l e y m a n e m b o d j at e l i e r c o n t e 2008 // myriam martin

17 Universel m a i n g a u c h e u n c e n t r e d e r é a d a p t a t i o n f o n c t i o n n e l l e, u n e s a l l e d e rg ot h é r a pi e, u n e pa t i e n t e, d u n e s o i x a n t a i n e d a n n é e s, dans un fauteuil roulant, une jeune ergothérapeute assise à ses côtés. La patiente travaille avec l ergothérapeute la mobilité de sa main gauche. c h l e v i n at i e r l a f e r m e d u v i n at i e r m at r i c e opéra musiques actuelles 2005 // thomas micoulet L ergothérapeute lui masse doucement les doigts et l avant-bras et lui fait faire de petits exercices de motricité. L artiste, un conteur, au seuil de la porte, propose de lire des textes pendant la séance de travail. La patiente accepte, invite l artiste à entrer dans la salle, regarde l ergothérapeute en souriant : Y a relâche pour moi, aujourd hui!. L artiste s installe sur une petite table en face de la patiente, effeuille un classeur avec des textes, s arrête sur l un, le lit. - ça vous a plus, Madame? - Oui! C est le plaisir, le plaisir des oreilles. - Vous voulez un autre texte, court? - Oui! L artiste effeuille ses textes, réfléchit, hésite, lit, à voix lente. - Je vais vous lire un texte d Henri Michaux : Parfois, quand je me sens très bas et je suis toujours seul aussi et je suis au lit, je me fais rendre hommage par ma main gauche. Elle se dresse sur l avant-bras, se tourne vers moi et me salue. Ma main gauche a peu de force et m est fort lointaine. Paresseuse aussi. Pour qu elle bouge, il faut que je la force un peu. Mais dès qu elle a commencé, elle poursuit avec un naturel désir de me plaire. Ce sont des. génuflexions et des gracieusetés à mon adresse et même un tiers en serait ému Silence. La patiente sourit, regarde son bras gauche : - Est-ce qu il deviendrait poétique, mon bras? Il a peut-être honte de son comportement des derniers mois (sourire). Merci

18 c m d e r o c h e p l a n e, c i e 47*49, c i e d e ko n i n g e t l a r e i n e, at e l i e r d a n s e 2005 // maryvonne arnaud Le temps d être là, présent à soi et aux autres farida, clinique villa des roses c h u d e s a i n t-é t i e n n e h o p i ta l s a i n t b o n n e t d é r a i l l e u r m a c h i n e r i e théâtrale dites // mourad haraigue

19 centre l adapt les baumes journée particulière 2009 // renaud vezin v é r o n i q u e c h a t a r d // Metteur en scène, C ie les Yeux Gourmands, en résidence au CHS de la Savoie à Bassens depuis 2004 Trouver un abri au bord de notre monde. Pour guérir, se reposer et pourquoi pas créer. Créer et travailler aux côtés de ceux qui souffrent, ceux qui soignent, ceux qui visitent, ceux qui œuvrent dans les coulisses, des jardins aux cuisines, en passant par le couloir des bureaux. Quotidiennement, venir travailler de l autre côté du mur, aujourd hui, celui d une cour ou d un pavillon dénommé Cerise. Échanger de temps à autre, en bon voisin, une parole autour d un café, un regard, un bonjour, une réflexion. Rêver. Indiquer la route au visiteur perdu un court moment, dans les galeries. Laisser la porte ouverte, laisser sortir les sons des répétitions, la voix des comédiens, les mots des auteurs de Wajdi Mouawad à Anouilh, de l accordéoniste chanteur, laisser entrer celui qui pourrait venir s asseoir sur le fauteuil. Et puis accueillir pour se retrouver ensemble en atelier, ou autour d un travail en chantier de la Compagnie, ou bien descendre à la cave et visiter les dessous de l imaginaire : accessoires, costumes, bouts de décors, vivre une parenthèse dans une caverne d Ali Baba où les trésors ne sont qu objets qui ont vécu une histoire, celle d un spectacle de la compagnie, ou du Centre dramatique national de Savoie, ou d une histoire de famille ressortie d un grenier. Créer un personnage, juste pour ce lieu, parce qu un jour au détour d un chemin dans le parc : un tapis de pâquerettes Et la vision d une cueilleuse et de son musicien. Alors le lieu, les gens deviennent source d inspiration : que vit-on dans ces lieux? Qu est-ce que le soin? L intime? Le collectif? L invisible? Et ce parc dans sa beauté silencieuse? Alors naît le désir de rencontre délicate et étrange, le désir d explorer les chemins du parc, explorer ce que serait un ramassage collectif avec les gens du dedans et ceux du dehors. Construire avec la chargée culturelle, un projet qui lie, les initiatives les unes aux autres. Prendre avec elle des risques, et se serrer les coudes. Questionner au bord des unités de soin, autour du travail nonrentable, du langage en dehors des mots, de l étrange, de la notion de traduction : et ramasser pendant 7 heures, 6 jours de suite des pâquerettes, les offrir au hasard à celui qui voudrait se présenter. Et au bout d une semaine, voir la porte des autres pavillons s ouvrir.

20 Souvenirs : juin 2007 : M.A.S. de Bassens, une patiente prend la main de mon personnage, et m emmène claudicante, m asseoir, un instant pour un face à face au-delà des mots. Autre endroit, pas très loin, manger en silence un gâteau que des patients avaient préparé pour la ramasseuse de pâquerettes. Mars 2009 : générale de Pacamambo dans la salle Fodéré, un dimanche à 17h00, devant tout le public venu de l extérieur, un patient se lève à la fin du spectacle et vient me serrer la main, et celle de tous les comédiens puis part ému. Avril 2009 : répétition du chœur 20/21, ensemble de chant contemporain. Nous sortons dans la cour pour essayer le son en plein air et surtout un espace possible plus grand, un immense cercle avec 25 personnes. Le chant démarre, le Magnificat d Arvo Part, je suis au centre, le chef de chœur, dos au mur que sépare les cours de Cerise et Duclos, et je vois le temps du morceau, cinq patients s approcher, prendre des chaises Leurs têtes dépassaient, à l écoute Moments intenses, qui existent en dehors de toute représentation Et tant d autres instants, infimes, comme ceux de Roger qui a choisi la cour, pour venir régulièrement jouer à la belote. Qui nourrit qui dans la rencontre? Qui rassure qui? Qui trouble qui? Questions qui se reposent dans la marge encore et encore. Liens qui se tissent, entre les murs, et qui se prolongent sur les plateaux de théâtre. Alors je continue de chercher, et peut-être dans un nouveau jour,. une nouvelle aventure pointera son nez, car née du désir, de celui qui est juste à côté, de l autre côté du mur, mon voisin du soin Dépaysement résidence le perron fe te du tabac 2003 // jean-marie reffle

sites.csdraveurs.qc.ca/musique/

sites.csdraveurs.qc.ca/musique/ Guide du chef de choeur THÈME : La bonne chanson «au cœur de notre culture» Le thème des Choralies 2014 vous invite à mettre en valeur un répertoire riche et varié. Plusieurs chants qui nous semblent si

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a Epithète et Person a Marionnettes habitées et déshabitées. Epithète et Person a i!(mouton de vapeur) i! -Jeux de masque sur, dans, avec, contre le masque! -Corps qui «fait face»! -Personnages échappés

Plus en détail

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 J ai pas envie d y aller, à la crèche! Déjà, on a changé de ville et de maison, et je n ai plus ma Nounou, et je suis tout perdu.

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

La danse contemporaine à la maternelle

La danse contemporaine à la maternelle La danse contemporaine à la maternelle «Quand une image présente ne nous fait pas penser à des milliers d images absentes, il n y a pas d imagination» G.Bachelard Danse et Arts visuels-a partir de Matisse-Ecole

Plus en détail

❶ Écris le nom des auteurs de cette histoire. ❷ Écris le nom de l illustratrice. ❸ Comment se prénomme le personnage principal de cette histoire?

❶ Écris le nom des auteurs de cette histoire. ❷ Écris le nom de l illustratrice. ❸ Comment se prénomme le personnage principal de cette histoire? Léo adore sa maitresse. Surtout quand elle lui frotte la tête en disant : Bravo Léo, tu as encore bien travaillé. Il adore. Pour demain, elle a demandé à chacun de ses élèves de rapporter un objet ancien.

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

DE L IMPORTANCE ET DE LA PLACE DU JEU DANS LE CADRE DE L ACCOMPAGNEMENT SCOLAIRE.

DE L IMPORTANCE ET DE LA PLACE DU JEU DANS LE CADRE DE L ACCOMPAGNEMENT SCOLAIRE. DE L IMPORTANCE ET DE LA PLACE DU JEU DANS LE CADRE DE L ACCOMPAGNEMENT SCOLAIRE. 1 Les jeux de confiance. Notre propension à faire confiance aux autre et à soi-même se forme pendant l enfance, mais il

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

SOMMAIRE. PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3. PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5. MS 1 : L odorat en M.S. 1...

SOMMAIRE. PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3. PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5. MS 1 : L odorat en M.S. 1... SOMMAIRE PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3 PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5 MS 1 : L odorat en M.S. 1... 7 MS 2 : La semaine des 5 sens en Moyenne Section... 8 MS 3 : La

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Patrick c est fini! Le Cabaret de l Agonie du Palmier. Photo de Jérémy Paulin

Patrick c est fini! Le Cabaret de l Agonie du Palmier. Photo de Jérémy Paulin Patrick c est fini! Le Cabaret de l Agonie du Palmier Photo de Jérémy Paulin Le sommaire L équipe Conditions techniques Un cabaret pluridisciplinaire Une construction collective L Agonie du Palmier, c

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

u t t o SAISON CULTURELLE accessible à tous FONDETTES

u t t o SAISON CULTURELLE accessible à tous FONDETTES a up lture ccessible ar u t t o SAISON CULTURELLE accessible à tous FONDETTES 2014 Parce que le spectacle est vivant et que le public doit l être aussi! Couv. Confitures et Cie-- Conception graphique Lemon

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour :

Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale. Date de retour : Prénom : J explore l orientation et l organisation spatiale Date de retour : Message aux parents Les fascicules «Mes défis au préscolaire» suggèrent des activités à réaliser avec votre enfant. Le choix

Plus en détail

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004

MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 MEILLEURS AMIS... PEUT-ÊTRE? Producent Gabriella Thinsz Sändningsdatum: 23/11 2004 Salut! Est-ce que tu as un bon copain? Un meilleur ami? Est-ce que tu peux parler avec lui ou avec elle de tout? Est-ce

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

Team building avec les Ateliers Toile blanche lors d'événements et en entreprise

Team building avec les Ateliers Toile blanche lors d'événements et en entreprise Team building avec les Ateliers Toile blanche lors d'événements et en entreprise Les Ateliers Toile blanche Vivre une expérience d artiste peintre permet de prendre contact avec son intériorité. Faire

Plus en détail

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé.

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. L association plaisirs de l eau vous présente le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. http://plaisir-de-leau.wifeo.com 27/09/14 Plaisirs de l eau livret bébé nageur 1 BIENVENUE à l association

Plus en détail

Si c était une machine, ce serait un ordinateur génial pour voyager dans le temps et vers les autres continents.

Si c était une machine, ce serait un ordinateur génial pour voyager dans le temps et vers les autres continents. En classe, nous avons imaginé à quoi ressemblerait l école qui nous apprendrait à grandir heureux. Nous avons joué à «si c était» et improvisé, par ce jeu oral, autour du thème de l école de nos rêves

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Les musiciens : Frédérique REZZE Clarinette. Véronique SOUBRE-LANABERE Violon et chant. Pascale PAULY Accordéon, piano et chant

Les musiciens : Frédérique REZZE Clarinette. Véronique SOUBRE-LANABERE Violon et chant. Pascale PAULY Accordéon, piano et chant Les musiciens : Frédérique REZZE Clarinette Véronique SOUBRE-LANABERE Violon et chant Pascale PAULY Accordéon, piano et chant Bruno PAULY Guitare et piano Spectacle «traces» Myspace yiddishka.htm Création

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

un nouveau livre encore plus magique L aventure continue

un nouveau livre encore plus magique L aventure continue L aventure continue un nouveau livre encore plus magique L association «Magie à l hôpital - Du rêve pour les enfants» fête le 23 octobre 2008 la sortie de son nouvel ouvrage pour les enfants hospitalisés

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 DOSSIER DE PRESSE Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 What is that word known to all men, Huile sur toile, 150 x 90 cm, 2013 17, rue des Filles-du-Calvaire

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

ASSURER DES FORMATIONS DE QUALITE: Quelques pistes l expérience d UPLiFT, partenaire d Inter Aide à Manille, Philippines (anciennement appelé NBA)

ASSURER DES FORMATIONS DE QUALITE: Quelques pistes l expérience d UPLiFT, partenaire d Inter Aide à Manille, Philippines (anciennement appelé NBA) ASSURER DES FORMATIONS DE QUALITE: Quelques pistes l expérience d UPLiFT, partenaire d Inter Aide à Manille, Philippines (anciennement appelé NBA) Paul Hibon * Donner aux bénéficiaires envie d acquérir

Plus en détail

COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy

COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy XTRA LARGE Junior! COMPAGNIE IRENE K. Spectacle de danse de 40 minutes adapté pour les enfants de 7 à 11 ans Sélection 2011 aux Rencontres Théâtre Jeune Public de Huy 27 ancienne Route de Malmedy - 4700

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

CorVest Mise en scène : Tayeb Hassini et Gilles Richard www.lezartikal.com

CorVest Mise en scène : Tayeb Hassini et Gilles Richard www.lezartikal.com présente CorVest Mise en scène : Tayeb Hassini et Gilles Richard www.lezartikal.com Le spectacle CorVest est un personnage nature. Plein de bonne volonté, il doit tout gérer, seul, et tente de s en accommoder.

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10

DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION SUR LA LIBRAIRIE INDÉPENDANTE DOSSIER DE PRESSE Le 21.11.13 1/10 BIENVENUE Chez mon libraire, La librairie est un lieu essentiel de partage, qui valorise la richesse de notre

Plus en détail

Les 15 mots de Rey Évaluation de la capacité d apprentissage à court terme.

Les 15 mots de Rey Évaluation de la capacité d apprentissage à court terme. Les 15 mots de Rey Évaluation de la capacité d apprentissage à court terme. Présentation du test: La méthode consiste à lire et à faire répéter à plusieurs reprises au sujet examiné une série de 15 mots

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand

LBE Ordinateurs et Internet Programme 8. Auteur: Richard Lough Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand LBE Ordinateurs et Internet Programme 8 Auteur: Rédaction: Maja Dreyer Traduction : Yann Durand Personnages: Beatrice (fille adolescente), John (garçon adolescent), Ordinateur (voix électronique off) Clips

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

PAS VU PAS PRIS Hervé Suhubiette

PAS VU PAS PRIS Hervé Suhubiette PAS VU PAS PRIS Hervé Suhubiette Suivant les salles, cette fiche est susceptible d être modifiée, n hésitez pas à nous contacter. CONTACT : Hervé Suhubiette : 06 74 29 27 85 contact@hervesuhubiette.com

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE

PREAMBULE INSCRIPTION AUX SERVICES RESPONSABILITÉ - ASSURANCE HYGIENE ET SANTE LES REGLEMENTS INTERIEURS RESTAURANT SCOLAIRE ACCUEIL PERISCOLAIRE ACTIVITES PERI-EDUCATIVES Délibéré en Conseil Municipal du 05 Juin 2014 PREAMBULE Les services périscolaires sont des prestations volontairement

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

L écoute ritualisée au cycle 3

L écoute ritualisée au cycle 3 L écoute ritualisée au cycle 3 Documents d application des programmes La sensibilité, l imagination, la création Éducation artistique école élémentaire Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale

Plus en détail

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud

PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe PARLEZ-MOI DE VOUS de Pierre Pinaud Thèmes : la famille, les rapports avec les autres. Parcours niveaux B1 : en bref Après une mise en route autour

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

VIVRE ENSEMBLE EN FRANÇAIS

VIVRE ENSEMBLE EN FRANÇAIS VIVRE ENSEMBLE EN FRANÇAIS Le volet Concrétisation et Action développé par Vision Diversité parallèlement à la démarche d écoute et de concertation de l INM a permis d apporter à l approche éducative d

Plus en détail

Comment Réussir sa vie par la PNL

Comment Réussir sa vie par la PNL 1 Comment Réussir sa vie par la PNL Condensé de la conférence de Didier Pénissard 1 Ce compte-rendu à été réalisé par Françoise (membre du club) et au nom du groupe, je la remercie chaleureusement Nous

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3 JANVIER 2008 LIRE C EST GRANDIR DOSSIER PÉDAGOGIQUE SÉLECTION DU MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Sommaire Gabrielle Vincent 2 Résumé 2 AXES D ÉTUDE : 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E Dossier de presse Contact Presse & Publicité : Frédérique Meler 06 61 43 30 95 contactpresse@retrouve-moi.fr pub@retrouve-moi.fr Chef de Projet : Joëlle Le Roch 06 62 98 10 12 La Société des Fées - 3 rue

Plus en détail

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé

Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités. Discours Sous réserve du prononcé Xavier Bertrand Ministre de la Santé et des Solidarités Discours Sous réserve du prononcé IXe journée de l Hospitalisation à domicile Fédération nationale des établissements d hospitalisation à domicile

Plus en détail

Association culturelle Lyon Part-Dieu - CE Fnac - Centre Commercial 17 rue Dr Bouchut, 69003 Lyon 04 72 07 04 81 06 86 28 19 07.

Association culturelle Lyon Part-Dieu - CE Fnac - Centre Commercial 17 rue Dr Bouchut, 69003 Lyon 04 72 07 04 81 06 86 28 19 07. Sommaire I/ Culture et monde du travail 1/ Des liens historiques 2/ Le Centre Commercial de la Part-Dieu comme terrain d expérimentation 3/ Naissance de l Association culturelle Lyon Part-Dieu II/ Les

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)

Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Bureau D Accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE) Février 2008 SOMMAIRE Communiqué de presse de synthèse... 3 1. Le Bureau d accueil des Artistes et Professionnels Etrangers (BAAPE)........

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

PARABOLE. Compagnie du Subterfuge - Laureline Gelas. Création 2014. Solo de danse jeune public et tout public

PARABOLE. Compagnie du Subterfuge - Laureline Gelas. Création 2014. Solo de danse jeune public et tout public Compagnie du Subterfuge - Laureline Gelas Création 2014 PARABOLE Solo de danse jeune public et tout public Accompagnement de la création : École de Cirque de Lyon Scène découvertes La compagnie est soutenue

Plus en détail

L ECOLE DE L ARNAQUE

L ECOLE DE L ARNAQUE L ECOLE DE L ARNAQUE Vous avez tous eu des projets de rénovation ou des projets d améliorations de votre habitation! Voici toutes les techniques de vente, les secrets des commerciaux, les pièges à éviter

Plus en détail

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures

EXAMEN MODULE. «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013. 09h30 11h30. Durée 2 heures Licence Professionnelle d Assurances 2012-2013 EXAMEN MODULE «U4 Le client au cœur de la stratégie des entreprises» Jeudi 5 septembre 2013 09h30 11h30 Durée 2 heures (document non autorisé) calculatrice

Plus en détail

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu :

Organiser l espace dans une classe de maternelle : Quelques idées. I - Les textes officiels : II - Les coins jeux : III - L enfant et le jeu : Organiser l espace dans une classe de maternelle : I - Les textes officiels : Quelques idées «L aménagement des salles de classe doit offrir de multiples occasions d expériences sensorielles et motrices.

Plus en détail

Où en sommes-nous? Dans ce document, le genre masculin est utilisé comme générique, dans le seul but de ne pas alourdir le texte.

Où en sommes-nous? Dans ce document, le genre masculin est utilisé comme générique, dans le seul but de ne pas alourdir le texte. 5 Où en sommes-nous? Dans ce document, le genre masculin est utilisé comme générique, dans le seul but de ne pas alourdir le texte. Ce module explorera la cinquième stratégie de MENTOR : Où en sommes-nous?

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle commence sa crise d éternuements, il faut que je m arrache.

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan.

Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan. Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan. - 1 - SOMMAIRE 1. Définition de l APS acrosport 2. Caractéristiques de l APS 3. Références

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail