CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA RITOURNELLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA RITOURNELLE"

Transcription

1 CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA RITOURNELLE * 4.11 Politique pour les enfants présentant des besoins particuliers Adoptée au conseil d administration du 28 mai Révisée et adoptée le 12 novembre

2 INTRODUCTION Le CPE La Ritournelle est un milieu de vie qui offre aux parents et aux enfants qui le fréquentent des services de garde de qualité. Il vise le développement global et optimal de l enfant, en respectant les caractéristiques personnelles et les besoins particuliers de chacun. Il accompagne l enfant dans sa démarche d autonomie, de connaissance de soi et de socialisation. Il est aussi soucieux du bien-être de l enfant. Le CPE vise à offrir un milieu sécuritaire et stimulant à tous ceux qui le fréquentent. Il se préoccupe de créer un climat de confiance, de respect et exige de la part des intervenants des interventions professionnelles. Toutefois, il arrive que certains enfants aient des besoins différents et qu il faille un ajustement du milieu afin de répondre aux besoins particuliers de ces derniers. C est à ce moment qu intervient l intégration d un enfant présentant des besoins particuliers dans notre milieu de garde. L élaboration de la politique des enfants représentant des besoins particuliers a pour objectif de permettre au CPE La Ritournelle, en collaboration avec les parents concernés, de définir les modalités d accueil, de support et de maintien de l enfant dans le milieu de garde. Il est essentiel pour nous de répondre aux besoins de l enfant et à ceux du groupe, et ce, de la meilleure façon possible. La présente politique d intégration définit le processus par lequel le CPE La Ritournelle étudie les conditions nécessaires pour accueillir ou soutenir chacun des enfants présentant des besoins particuliers. Elle comprend entre autres : La définition d intégration Les valeurs du milieu de garde par rapport à l intégration des enfants présentant des besoins particuliers L organisation technique pour l intégration des enfants présentant des besoins particuliers, c'est-à-dire : le bilan; la cueillette de données; 2

3 l aménagement physique; les ressources matérielles; les ressources humaines; la description du rôle des intervenants, des parents, du personnel de service de garde, des ressources externes et du conseil d administration; le suivi et l évaluation; le cheminement de l enfant présentant des besoins particuliers; le cheminement du groupe d enfants; le cheminement du personnel. DÉFINITION DE L INTÉGRATION Considérant que l enfant ayant des besoins particuliers est une personne comme les autres, ayant les mêmes droits et les mêmes besoins que tout individu : La déficience est ainsi vue comme une caractéristique personnelle créant éventuellement certains besoins particuliers mais ne modifiant pas les droits et besoins fondamentaux de la personne. Dans le milieu des centres de la petite enfance, nous utilisons le terme «enfant ayant des besoins particuliers» plutôt que celui d «enfant handicapé» car nous considérons que ce terme définit mieux la réalité des différents enfants. Cependant, le ministère de la Famille utilise le terme d enfant handicapé dans le cadre de ses politiques et demandes de subvention. * Pour plus de précision, voir le document «L intégration d un enfant handicapé en service de garde» émis par le Ministère de la Famille. 3

4 LES VALEURS DU MILIEU DE GARDE PAR RAPPORT À L INTÉGRATION DES ENFANTS PRÉSENTANT DES BESOINS PARTICULIERS Accepter la différence : en tant qu intervenant, il faut être en mesure de fournir aux autres enfants du groupe, ainsi qu à leurs parents, les explications nécessaires à la compréhension de la différence qui mèneront à l acceptation de l enfant ayant des besoins particuliers. Respecter le rythme de développement de l enfant présentant des besoins particuliers : c est-à-dire adapter les activités et les routines, modifier l environnement (si nécessaire et possible) et favoriser les échanges entre les différents intervenants. Favoriser le développement global de l enfant en tenant compte de ses limites : le développement global inclut la motricité globale, la motricité fine, la dimension langagière, la dimension socio-affective et morale ainsi que la dimension intellectuelle. L ORGANISATION TECHNIQUE POUR L INTÉGRATION DES ENFANTS PRÉSENTANT DES BESOINS PARTICULIERS : Une démarche doit être entreprise afin de déterminer si le milieu physique et humain a la possibilité de répondre adéquatement aux besoins particuliers de certains enfants. DÉPISTAGE Dans le cadre régulier de son travail, l éducatrice titulaire du groupe observe les enfants de son groupe. S il advenait le cas qu elle s interroge sur le comportement ou le développement global d un enfant, elle devrait le mentionner à la directrice. L éducatrice spécialisée sera alors consultée sur le sujet. Après discussion entre la directrice, l éducatrice du groupe et l éducatrice spécialisée, il pourra être décidé qu une demande de consultation soit adressée aux parents de l enfant dans le cadre du dépistage de besoins particuliers. À cette étape, l éducatrice titulaire du groupe (ou l éducatrice spécialisée dans certains cas) : 4

5 LE BILAN Rencontre les parents concernant les besoins particuliers de leur enfant. Elle les informe des difficultés vécues et des pistes de solution possibles. Toujours garder en tête qu il faut donner du temps aux parents pour accepter cette situation (temps pour les démarches, etc.) Si les parents décident de consulter, l éducatrice leur remet le «rapport du professionnel du Ministère de la Famille» qui doit être complété par le professionnel de la santé concerné. L éducatrice leur explique qu à la réception du rapport complété, un accompagnement quotidien par une éducatrice spécialisée sera disponible pour leur enfant, au sein du groupe et ce, dans le but de pouvoir maintenir l enfant dans le service de garde. Le bilan permet d identifier les besoins spécifiques de l enfant et d analyser si le service de garde possède les ressources physiques, matérielles et humaines pour répondre à ses besoins. LA CUEILLETTE DES DONNÉES La cueillette des données permet de mieux connaître l enfant, ses besoins, ses forces et ses difficultés. Pour ce faire, le ministère de la Famille a élaboré un «dossier pour l intégration d un enfant handicapé en service de garde». À l intérieur de celui-ci, nous retrouvons la marche à suivre pour l intégration d un enfant handicapé, c est-à-dire : Le plan d intégration (qui doit être rempli par la technicienne en éducation spécialisée) Le rapport du professionnel (orthophoniste, pédopsychiatre ou autre) L évaluation annuelle (le suivi du plan d intégration) L AMÉNAGEMENT PHYSIQUE Le centre de la petite enfance La Ritournelle est aménagé de façon à accueillir la plupart des problématiques rencontrées chez les enfants ayant des besoins particuliers. Par contre, certaines restrictions s imposent parfois 5

6 étant donné les contraintes physiques du milieu. Le CPE La Ritournelle est aménagé dans deux bâtiments centenaires de trois étages chacun et ne possède ni ascenseur, ni monte-charge. Ce n est qu après une évaluation physique des besoins de l enfant qu il est possible de déterminer si le milieu physique du centre convient à l enfant et peut répondre à ses besoins. LES RESSOURCES MATÉRIELLES Le ministère de la Famille met à la disposition des CPE une subvention spécifique pour l intégration d un enfant handicapé. Une partie de cette subvention peut être appliquée à l aménagement physique des lieux ou à l achat de matériel particulier. L autre partie de la subvention est appliquée à la mobilisation de ressources humaines pour l accompagnement de l enfant présentant des besoins particuliers. Une éducatrice spécialisée est engagée pour faire l accompagnement d un enfant ayant des besoins particuliers, et ce, à chaque jour. LES RESSOURCES HUMAINES Les éducatrices peuvent participer à des journées de formation sur diverses problématiques organisées par les différents organismes intervenant en petite enfance. Ces journées offrent un soutien pédagogique important par le biais d une formation continue et toute l équipe peut en profiter puisqu un compte-rendu est fait lors des réunions du personnel. Notre CLSC (Centre de santé Orléans) offre un service d aide à l enfant dans son milieu (SAEM). Lorsqu un enfant est référé par l éducatrice (avec l accord préalable des parents), une évaluation est faite à la fois au CPE et dans la famille par une intervenante SAEM. Suite aux observations faites, un plan d intervention est développé en collaboration avec les parents et le personnel éducateur, si cela s avère nécessaire. La collaboration des parents est obligatoire pour que le CPE puisse utiliser ce service. LA DESCRIPTION DU RÔLE DES INTERVENANTS Cette partie définit l implication de chaque intervenant dans la démarche d intégration. 6

7 LES RESSOURCES EXTERNES Il est possible d obtenir de l aide et des informations du centre local des services communautaires (CLSC). Nous avons également droit aux services d une orthophoniste, de travailleurs sociaux, d une infirmière et du service d aide à l enfant et son milieu (SAEM). Le CLSC peut assurer une disponibilité (soutien) et un suivi (plan d intervention), au besoin, dans le cadre du programme SAEM pour les troubles de comportement. LE PARENT Le parent devrait être en mesure de : Informer le service de garde des besoins particuliers de son enfant; Participer activement au processus d intégration; Participer aux rencontres reliées à l intégration de l enfant; Participer au plan d intervention ou au plan de service individualisé (PSI); Poursuivre à la maison les objectifs établis; Fournir un support à l occasion; Communiquer régulièrement avec les intervenants; Favoriser les rencontres multidisciplinaires (orthophoniste, travailleur social, etc.) Signer l évaluation annuelle. LE PERSONNEL DU SERVICE DE GARDE L intégration d un enfant présentant des besoins particuliers est une démarche qui exige l implication de tous. Il faut sensibiliser et informer le personnel, les parents utilisateurs et les enfants utilisant les services sur l importance du respect des droits de toute personne. L éducatrice titulaire du groupe devrait être en mesure de : 7

8 Observer de façon plus systématique l enfant pendant quelque temps. Lorsque les difficultés persistent, faire part aux parents de ses observations et les inviter à consulter des spécialistes, s il y a lieu; Se préparer à la venue de l enfant ayant des besoins particuliers et sensibiliser les autres enfants du groupe; Initier et impliquer l éducatrice spécialisée dans le groupe; Travailler en étroite collaboration avec les parents et l éducatrice spécialisée; Collaborer à l élaboration et à la mise en œuvre du plan d intervention, s il y a lieu; Agir en conformité avec le document éthique du CPE. L éducatrice spécialisée devrait être en mesure de : Se préparer et s informer de la spécificité de la difficulté de l enfant ayant des besoins particuliers; Informer les parents de l importance d élaborer un plan de service individualisé (PSI) pour l enfant et la famille; Participer aux démarches d identification des besoins de l enfant et au PSI; Élaborer et appliquer le plan d intervention en service de garde afin d assurer une continuité de travail avec les parents, les éducatrices du groupe et les partenaires engagés; Faire le bilan des acquis de l enfant en collaboration avec les parents, l éducatrice titulaire et le(s) représentant(s) d organisme(s), s il y a lieu; Travailler en étroite collaboration avec le parent pour développer des mesures de prévention et de suivi; Établir une relation de confiance avec les parents et échanger avec des personnes-ressources pertinentes à la problématique de l enfant; 8

9 S assurer de la collaboration des parents au moment de développer et de planifier des mesures de prévention; Agir en conformité avec le document d orientation éthique du CPE. Le personnel administratif est responsable de : Face aux parents : Informer tous les parents, lors de l inscription de leur enfant, de l existence de la politique d intégration pour les enfants présentant des besoins particuliers. Informer les parents concernés de la philosophie, de la politique, des buts poursuivis et du processus d intégration. La directrice est responsable de : Face aux parents : Évaluer les besoins et les ressources matérielles, humaines et financières requis ainsi que les possibilités de les satisfaire. Au besoin, entreprendre les démarches nécessaires d intégration en collaboration avec les parents; Préciser les attentes des parents et s assurer qu elles soient réalistes; Présenter clairement les possibilités du CPE et souligner l importance de l implication et de la collaboration des parents. Face à l équipe de travail : Informer l équipe de travail concernée du bilan de l enfant et de la démarche d intégration entreprise pour répondre à ses besoins; Voir à la formation et à l information de l équipe si nécessaire (fournir de la documentation, inviter une personne-ressource, inciter à participer à des cours de formation, etc.); Encourager le support que l équipe peut apporter à l éducatrice responsable; Convoquer des réunions d équipe, au besoin. 9

10 Face à l éducatrice titulaire du groupe : S assurer que l éducatrice responsable connaisse bien la situation de l enfant; Être disponible en temps opportun pour lui assurer un support moral et être attentive aux changements et au suivi; Libérer l éducatrice pour qu elle participe aux étapes du plan d intervention et au plan de service, s il y a lieu; Libérer l éducatrice pour assister à des cours de formation, pour rédiger un rapport d évaluation de l enfant, etc.; Évaluer si les ressources prévues sont adéquates et répondent bien aux besoins. Faire les ajustements qui s imposent; S assurer que la remplaçante possède toute l information nécessaire. Face à l éducatrice spécialisée : S assurer que l éducatrice spécialisée connaisse bien la situation de l enfant et qu elle prépare son accueil; S assurer que le plan d intervention est tenu à jour et que le dossier de l enfant soit complet; Être disponible en temps opportun pour assurer un support moral et être attentive aux changements et au suivi; Libérer l éducatrice spécialisée pour qu elle participe à des cours de formation, pour rédiger le rapport d évaluation, etc.; S assurer que l horaire de travail corresponde aux besoins de l enfant. Face aux organismes extérieurs : Faire une recherche sur les ressources et services existants; Obtenir le support et le soutien des professionnels concernés; Faire respecter le protocole d entente entre l organisme et le CPE, s il y a lieu; 10

11 Participer au plan d intervention et au plan de service, s il y a lieu. LE CONSEIL D ADMINISTRATION OU LA DIRECTION Approuver la politique d intégration des enfants présentant des besoins particuliers et voir à son application, à son évaluation et à sa révision, au besoin ; Autoriser les démarches pour obtenir les ressources matérielles, humaines et financières nécessaires. LE SUIVI ET L ÉVALUATION L évaluation de la démarche d intégration de l enfant en milieu de garde est nécessaire et doit être faite régulièrement. L éducatrice spécialisée est responsable de la réévaluation et du suivi des plans d intervention. Les personnes directement impliquées (personnel du milieu de garde, parents, etc.) doivent pouvoir partager leurs satisfactions et leurs difficultés, examiner ensemble la situation, proposer des changements, modifier les objectifs à atteindre et fixer de nouveaux objectifs. Les personnes impliquées à l extérieur du milieu (personnel spécialisé, personne-ressource) doivent aussi fournir leurs impressions et aider à modifier et à améliorer l intervention. De plus, le milieu de garde doit être à l écoute du vécu du groupe d enfants face à l intégration d un enfant présentant des besoins particuliers parmi eux. LE CHEMINEMENT DE L ENFANT PRÉSENTANT DES BESOINS PARTICULIERS Le service de garde utilise déjà des fiches d évaluation journalière pour les enfants. Cet outil peut servir à l évaluation périodique des progrès de l enfant présentant des besoins particuliers. Il peut également servir de point de repère à l éducatrice et aux parents quant au développement de l enfant. 11

12 LE CHEMINEMENT DU GROUPE D ENFANTS L éducatrice responsable du groupe doit être attentive aux réactions du groupe d enfants et doit répondre (au meilleur de ses connaissances) aux questions soulevées par les enfants. Il est important de souligner que le processus d intégration peut être profitable à tous ceux qui y participent et particulièrement aux enfants du groupe concerné. Les enfants ont ainsi la chance de développer et conserver une ouverture d esprit et d acceptation face aux différences. LE CHEMINEMENT DU PERSONNEL Chaque membre du personnel devra être impliqué directement (éducatrice responsable du groupe, éducatrice spécialisée) ou indirectement (autre membre du personnel). Il faudra sensibiliser le personnel au fait que l intégration est un travail d équipe et qu il pourrait et devrait être perçu comme une démarche positive et enrichissante pour tous. CONCLUSION L élaboration d une politique d intégration est personnelle à chaque milieu de garde. Nous avons donc dû tenir compte des réalités physiques du milieu afin de déterminer de quelle façon il nous serait possible de faire l intégration d un enfant présentant des besoins particuliers. Le CPE La Ritournelle peut répondre à certains besoins et non à tous les besoins d enfants présentant des besoins particuliers. Malheureusement, l intégration des enfants ayant certains handicaps physiques nécessitant un appareillage spécial est impossible dans notre milieu puisque les enfants ont à monter et à descendre les escaliers plusieurs fois par jours. Nous espérons que la présente politique permettra de faciliter l intégration des enfants ayant des besoins particuliers. Il est à noter qu une intégration bien vécue est un enrichissement pour tous les gens concernés. Les personnes acquièrent une plus grande ouverture d esprit et une plus grande connaissance de l humain. Les éducatrices réalisent qu elles ont approfondi un aspect du développement de l enfant. Les parents se sentent moins seuls et l enfant bénéficient d un milieu plus stimulant et adapté tout en étant intégré à un groupe d enfants. L intégration permet d apprivoiser nos peurs. Enfin, peut-être réussirons-nous à briser la barrière des préjugés? 12

SOMMAIRE. Politique d intégration des enfants à besoins particuliers page 2

SOMMAIRE. Politique d intégration des enfants à besoins particuliers page 2 Politique d intégration des enfants à besoins particuliers, adopté par le conseil d administration en novembre 2008 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 PRÉSENTATION DU MILIEU... 4 LES OBJECTIFS GÉNÉRAUX...

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS À DÉFIS PARTICULIERS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE «LE CPE LA DÉCOUVERTE DE L ENFANCE»

POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS À DÉFIS PARTICULIERS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE «LE CPE LA DÉCOUVERTE DE L ENFANCE» POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS À DÉFIS PARTICULIERS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE «LE CPE LA DÉCOUVERTE DE L ENFANCE» Politique adoptée par le conseil d administration en juin 2007, révisé en septembre

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants ayant des besoins particuliers

Politique de soutien à l intégration des enfants ayant des besoins particuliers Mise à jour 13/02/2012 Politique de soutien à l intégration des enfants ayant des besoins particuliers Centre de la petite enfance La Girouette Inc. TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...3 PRÉSENTATION DU

Plus en détail

Procédure d intégration des enfants ayant des besoins particuliers

Procédure d intégration des enfants ayant des besoins particuliers Procédure d intégration des enfants ayant des besoins particuliers Cette procédure est construite de façon à ce que l on puisse rapidement prendre position sur les différentes actions à mener afin de pouvoir

Plus en détail

POLITIQUE D INCLUSION DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS CPE DU PIC OCTOBRE 2009

POLITIQUE D INCLUSION DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS CPE DU PIC OCTOBRE 2009 POLITIQUE D INCLUSION DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS CPE DU PIC OCTOBRE 2009 Adopté au conseil d administration du 29 octobre 2009 1- Présentation du milieu Depuis 1993, le centre de la petite

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE SOUTIEN AUX ENFANTS PRÉSENTANT DES DÉFIS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE SOUTIEN AUX ENFANTS PRÉSENTANT DES DÉFIS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE SOUTIEN AUX ENFANTS PRÉSENTANT DES DÉFIS PARTICULIERS Adoptée le 1 er février 2016 TABLE DES MATIÈRES Présentation de la politique d intégration et de soutien aux enfants

Plus en détail

Du milieu de garde au préscolaire

Du milieu de garde au préscolaire Du milieu de garde au préscolaire Sonia Daigle, conseillère pédagogique en adaptation scolaire, commission scolaire de La Capitale Marie-Josée Veilleux, directrice adjointe à l école primaire des Jeunes-du-Monde,

Plus en détail

POLITIQUE D ACCUEIL D ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D ACCUEIL D ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D ACCUEIL D ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS AU CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA MARELLE DES BOIS- FRANCS Politique d accueil d enfants ayant des besoins particuliers Le centre de la petite

Plus en détail

D-1 Politique de l adaptation scolaire

D-1 Politique de l adaptation scolaire C a h i e r d e s r è g l e m e n t s, p o l i t i q u e s, p r o c é d u r e s e t a u t r e s d i r e c t i v e s d e l a C o m m i s s i o n s c o l a i r e d e s H a u t s - C a n t o n s SECTION D

Plus en détail

Conditions structurelles. pour une mise en œuvre de la bientraitance dans l accompagnement d enfants à besoins particuliers

Conditions structurelles. pour une mise en œuvre de la bientraitance dans l accompagnement d enfants à besoins particuliers Conditions structurelles pour une mise en œuvre de la bientraitance dans l accompagnement d enfants à besoins particuliers 1. Au niveau d une structure Petite Enfance, qu est-ce qui est mis en place d

Plus en détail

d intensité variable : modèle lavallois Implantation d un d Le 17 mai 2007

d intensité variable : modèle lavallois Implantation d un d Le 17 mai 2007 Services régionaux r de soutien d intensité variable : Implantation d un d modèle lavallois Le 17 mai 2007 Plan de présentation du soutien d intensitd intensité variable à Laval Historique du suivi dans

Plus en détail

A. Quels sont les fondements et les buts de la politique B. Qui sont les enfants présentant des besoins particuliers... 1

A. Quels sont les fondements et les buts de la politique B. Qui sont les enfants présentant des besoins particuliers... 1 CENTRE DE LA PETITE ENFANCE PETIT TAMBOUR POLITIQUE DE DÉPISTAGE ET D INTÉGRATION DES ENFANTS PRÉSENTANT DES BESOINS PARTICULIERS VERSION 2010 TABLE DES MATIÈRES A. Quels sont les fondements et les buts

Plus en détail

Techniques d éducation à l enfance 322.A0. Guide de Programme

Techniques d éducation à l enfance 322.A0. Guide de Programme Techniques d éducation à l enfance 322.A0 Guide de Programme Table des matières Type de sanction 1 Nombre d unités et d heures 1 Conditions d admission 1 Buts du programme 2 Perspectives professionnelles

Plus en détail

Modalités de fonctionnement. lors d une visite ou d une hospitalisation. d un usager à l Hôpital du Centre-de-la-Mauricie

Modalités de fonctionnement. lors d une visite ou d une hospitalisation. d un usager à l Hôpital du Centre-de-la-Mauricie Modalités de fonctionnement lors d une visite ou d une hospitalisation d un usager à l Hôpital du Centre-de-la-Mauricie Janvier 2015 But Soutenir le personnel (infirmier et préposé) de l Hôpital du Centre-de-la-Mauricie

Plus en détail

Affichage externe. OUVERTURE DE POSTE Poste temporaire remplacement long terme ÉDUCATRICE SPÉCIALISÉE

Affichage externe. OUVERTURE DE POSTE Poste temporaire remplacement long terme ÉDUCATRICE SPÉCIALISÉE Affichage externe OUVERTURE DE POSTE Poste temporaire remplacement long terme ÉDUCATRICE SPÉCIALISÉE Horaire : 32 heure/semaine, 5 jours par semaine FONCTION Le rôle principal et habituel de la personne

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RESSOURCES INTERMÉDIAIRES ET RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL (RI-RTF)

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RESSOURCES INTERMÉDIAIRES ET RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL (RI-RTF) RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RESSOURCES INTERMÉDIAIRES ET RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL (RI-RTF) Région : Mauricie et du Centre-du-Québec Établissement : Centre de réadaptation

Plus en détail

Les différents intervenants et leurs tâches

Les différents intervenants et leurs tâches Faculté des sciences Département de des sciences de l activité physique Baccalauréat d intervention en activité physique Profil enseignement de l éducation physique et à la santé (7236) Les différents

Plus en détail

Outil d autoévaluation pour améliorer la qualité d un service de garde en milieu scolaire

Outil d autoévaluation pour améliorer la qualité d un service de garde en milieu scolaire Outil d autoévaluation pour améliorer la qualité d un service de garde en milieu scolaire QUESTIONNAIRE TYPE D Jean-Jacques Bernier 418.527.5025 2 Ce questionnaire porte sur des dimensions qui reflètent

Plus en détail

Mélanie Lafrance Conseillère en ressources humaines Tél. : Courriel :

Mélanie Lafrance Conseillère en ressources humaines Tél. : Courriel : OFFRE D EMPLOI POSTE STATUT DURÉE ORTHOPHONISTE Temps complet 3 mois LIEU DE TRAVAIL PERSONNE RESSOURCE Gatineau, Qc (Région de l Outaouais) Mélanie Lafrance Conseillère en ressources humaines Tél. : 819-771-0830

Plus en détail

Région : Mauricie-Centre-du-Québec Établissement : Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec

Région : Mauricie-Centre-du-Québec Établissement : Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RESSOURCES INTERMÉDIAIRES ET RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL (RI-RTF) Région : Mauricie-Centre-du-Québec Établissement : Centre intégré universitaire

Plus en détail

Politique d intégration des enfants handicapés CPE/BC Les Frimousses de la Vallée

Politique d intégration des enfants handicapés CPE/BC Les Frimousses de la Vallée Politique d intégration des enfants handicapés CPE/BC Les Frimousses de la Vallée Préambule La présente politique permet de mettre en place des moyens pour assurer un traitement juste et équitable, sans

Plus en détail

En bref. Loi sur les services de garde éducatifs à l enfance Pour promouvoir et soutenir la qualité des services de garde éducatifs

En bref. Loi sur les services de garde éducatifs à l enfance Pour promouvoir et soutenir la qualité des services de garde éducatifs 16387_couv_4_1 05/04/06 12:24 Page 1 En bref Loi sur les services de garde éducatifs à l enfance Pour promouvoir et soutenir la qualité des services de garde éducatifs POUR PROMOUVOIR ET SOUTENIR LA QUALITÉ

Plus en détail

Sommaire (modules 1, 2 et 3) Programme d encadrement clinique (PEC) Année

Sommaire (modules 1, 2 et 3) Programme d encadrement clinique (PEC) Année Sommaire (modules 1, 2 et 3) Programme d encadrement clinique (PEC) Année 2010-2011 27 avril 2011 PROGRAMME D ENCADREMENT CLINIQUE (PEC) SOMMAIRE MODULES 1, 2 ET 3 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DE LA

Plus en détail

PROCÉDURE INSTITUTIONNELLE DE RÈGLEMENT DES LITIGES DIRECTION DES ÉTUDES. Avril 2013 (révisée en août 2014)

PROCÉDURE INSTITUTIONNELLE DE RÈGLEMENT DES LITIGES DIRECTION DES ÉTUDES. Avril 2013 (révisée en août 2014) PROCÉDURE INSTITUTIONNELLE DE RÈGLEMENT DES LITIGES ENTRE LES MEMBRES DU CORPS PROFESSORAL ET LES ÉTUDIANTES/ÉTUDIANTS DIRECTION DES ÉTUDES Avril 2013 (révisée en août 2014) PRÉSENTATION La, dans sa première

Plus en détail

Code d éthique. Centre-Femmes du Grand-Portage

Code d éthique. Centre-Femmes du Grand-Portage Code d éthique Centre-Femmes du Grand-Portage 2012 Préambule Notre code d éthique vise à énoncer et promouvoir les valeurs et les principales responsabilités que les personnes impliquées au Centre-Femmes

Plus en détail

Faculté de médecine Vice décanat à la recherche et à l innovation scientifique. Exemple. de guide de. mentorat

Faculté de médecine Vice décanat à la recherche et à l innovation scientifique. Exemple. de guide de. mentorat Faculté de médecine Vice décanat à la recherche et à l innovation scientifique Exemple Octobre 2014 Le vice-décanat à la recherche et à l innovation scientifique de la Faculté de médecine de l Université

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1)

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1) 1. DEFINITION DE LA FONCTION Au service du Projet de Vie Institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel, droit

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE ETC CODE DE LA FONCTION

IDENTIFICATION DU POSTE ETC CODE DE LA FONCTION DESCRIPTION DE POSTE Personnel d encadrement IDENTIFICATION DU POSTE ETC CODE DE LA FONCTION Chef d untié de vie 507 Titre : Chef d unité de vie en hébergement Chef de service Direction : SAPA, Direction

Plus en détail

Politique institutionnelle sur la création et le suivi des entités liées

Politique institutionnelle sur la création et le suivi des entités liées Politique institutionnelle sur la création et le suivi des entités liées Approuvée : Modifiée : Conseil d administration (Résolution CA-2010-185) Conseil d administration (Résolution Entrée en vigueur

Plus en détail

STAGES EN ORTHOPHONIE

STAGES EN ORTHOPHONIE Faculté de médecine École d orthophonie et d audiologie STAGES EN ORTHOPHONIE CADRE RÉFÉRENTIEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES DES ÉTUDIANTS ORA 2240 Stage I : Stage de B. Sc. II en orthophonie

Plus en détail

d enfants ayant des besoins particuliers

d enfants ayant des besoins particuliers Louise Morissette asstsas Des enfants ayant des besoins particuliers Douleurs au dos, au cou ou aux épaules, fatigue physique et psychologique, voilà quelques difficultés exprimées par les services de

Plus en détail

La philosophie a d abord été une réflexion scientifique sur la nature et les causes qui font l existence de l entreprise.

La philosophie a d abord été une réflexion scientifique sur la nature et les causes qui font l existence de l entreprise. Familiarisation avec diverses définitions Élaboration d une vision d équipe Déterminer la philosophie du CPE Déterminer les buts et objectifs du programme éducatif Organisation des salles Partage des ressources

Plus en détail

Politique relative à la vie affective, amoureuse et sexuelle de l usager

Politique relative à la vie affective, amoureuse et sexuelle de l usager Politique relative à la vie affective, amoureuse et La direction des services professionnels, de la recherche et de la programmation est responsable de la conception, de la rédaction, de la mise en place,

Plus en détail

AEC TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE (JEE.0K)

AEC TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE (JEE.0K) AEC TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE (JEE.0K) Présentation des cours Mars 2016 450 929-0852 Campus de Varennes 1555, boulevard Lionel-Boulet Varennes (Québec) J3X 1P7 322-704-RL PROFESSION D ÉDUCATEUR

Plus en détail

Commission des partenaires du marché du travail. Document d encadrement des Comités consultatifs

Commission des partenaires du marché du travail. Document d encadrement des Comités consultatifs Commission des partenaires du marché du travail Document d encadrement des Comités consultatifs Commission des partenaires du marché du travail Document d encadrement des Comités consultatifs Rédaction

Plus en détail

Grille de co-évaluation Éducatrice

Grille de co-évaluation Éducatrice Grille de co-évaluation Éducatrice Nom de l éducatrice : Date de la rencontre : Document complété par : Copie de l éducatrice Copie de la direction s d évaluation : A B C D Comportements Comportements

Plus en détail

2. Modèle pour l éducation de l enfance en difficulté

2. Modèle pour l éducation de l enfance en difficulté 2. Modèle pour l éducation de l enfance en difficulté NOTRE DEVISE L enfant au cœur de nos décisions! NOTRE VISION Ensemble, au Conseil scolaire public du Nord-Est, nous visons à former des élèves fiers

Plus en détail

Service de la petite enfance projet de service

Service de la petite enfance projet de service Service de la petite enfance projet de service L engagement de la commune de Meyrin pour l accueil des jeunes enfants C est pendant les premières années de la vie que se situe la phase la plus critique

Plus en détail

Projet éducatif pour les Accueils de Loisirs Sans Hébergement gérés par le Grand Périgueux

Projet éducatif pour les Accueils de Loisirs Sans Hébergement gérés par le Grand Périgueux Projet éducatif 2017-2020 pour les Accueils de Loisirs Sans Hébergement gérés par le Grand Périgueux Préambule Par leur rôle de «loisirs éducatifs», les structures d accueils collectifs de mineurs participent

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RESSOURCES INTERMÉDIAIRES ET RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL (RI-RTF)

RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RESSOURCES INTERMÉDIAIRES ET RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL (RI-RTF) RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RESSOURCES INTERMÉDIAIRES ET RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL (RI-RTF) Région : Outaouais Établissement : Centre intégré de santé et de services

Plus en détail

LETTRE D'ENTENTE NUMÉRO 07

LETTRE D'ENTENTE NUMÉRO 07 LETTRE D'ENTENTE 2010-2015 - NUMÉRO 07 ENTENTE INTERVENUE ENTRE D'UNE PART, LA FÉDÉRATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COLLÈGES (FPPC-CSQ) ET D'AUTRE PART LE COMITÉ PATRONAL DE NÉGOCIATION DES COLLÈGES

Plus en détail

LE BILAN DE STAGE I. Le bilan se compose :

LE BILAN DE STAGE I. Le bilan se compose : LE BILAN DE STAGE I Le bilan de stage est une analyse des apprentissages faits lors de votre expérience de stage. C est aussi une autocritique des interventions faites durant le stage ainsi qu une évaluation

Plus en détail

Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique

Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique Politique institutionnelle sur la sécurité et la santé psychologique et physique Adoptée au Conseil d administration du 1 er octobre 2012 TABLE DES MATIÈRES 1. Le préambule 2 2. Les objectifs 2 3. Le champ

Plus en détail

ENSEMBLE ET PLUS LOIN!

ENSEMBLE ET PLUS LOIN! ÉQUIPE INTERVENTION JEUNESSE ENSEMBLE ET PLUS LOIN! Gilles Lapointe Coordonnateur de l Équipe Intervention Jeunesse CSSS de la Haute-Yamaska Le 10 juin 2005 Qui est-elle?(éij) Une portion du réseau intégré

Plus en détail

Centre de la petite enfance Petit à Petit

Centre de la petite enfance Petit à Petit Centre de la petite enfance Petit à Petit Politique d intégration des enfants handicapés du CPE Petit à Petit Mise à jour : 23 janvier 2008 POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS HANDICAPÉS DU SERVICE DE

Plus en détail

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention Le moniteur-éducateur participe

Plus en détail

Document d orientation éthique. pour le personnel. du Centre de la petite enfance. La Ritournelle

Document d orientation éthique. pour le personnel. du Centre de la petite enfance. La Ritournelle Document d orientation éthique pour le personnel du Centre de la petite enfance La Ritournelle Adopté au conseil d administration Du 14 janvier 2003 Révisé le 16 octobre 2012 Révisé en réunion du personnel

Plus en détail

PREAMBULE BUT OBJECTIFS GÉNÉRAUX POLITIQUE. Plan d intervention et plan de services individualisé (PI PSI) NUMÉRO : DQPPC

PREAMBULE BUT OBJECTIFS GÉNÉRAUX POLITIQUE. Plan d intervention et plan de services individualisé (PI PSI) NUMÉRO : DQPPC POLITIQUE OBJET : Plan d intervention et plan de services individualisé (PI PSI) DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 31 mai 2005 DATE DE RÉVISION : NUMÉRO : DQPPC-2005-300-001 ACCEPTÉ PAR : Conseil d administration

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ POLITIQUE EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ 10 JUIN 2013 La présente Politique a été adoptée par le conseil d administration le 10 juin 2013. 1. Préambule L adoption de la présente Politique permet au

Plus en détail

Mesure Connaître pour accompagner (CPA +) Dépistage et ajustement rapides relié à la pédagogie de 1 re session

Mesure Connaître pour accompagner (CPA +) Dépistage et ajustement rapides relié à la pédagogie de 1 re session Mesure Connaître pour accompagner (CPA +) Dépistage et ajustement rapides relié à la pédagogie de 1 re session Plan de la présentation 1. Origine, objectifs de la mesure et actualisation vers CPA+ 2. Précision

Plus en détail

Guide de déroulement du stage 5 à l intention des étudiants et des superviseurs (2007) Maîtrise en ergothérapie

Guide de déroulement du stage 5 à l intention des étudiants et des superviseurs (2007) Maîtrise en ergothérapie Faculté des sciences de la santé École des sciences de la réadaptation Formation clinique Faculty of Health Sciences School of Rehabilitation Sciences Clinical Education Guide de déroulement du stage 5

Plus en détail

APPROCHE INTÉGRÉE EN MATIÈRE DE RÉINTÉGRATION AU TRAVAIL

APPROCHE INTÉGRÉE EN MATIÈRE DE RÉINTÉGRATION AU TRAVAIL APPROCHE INTÉGRÉE EN MATIÈRE DE RÉINTÉGRATION AU TRAVAIL 29 novembre 2006 Direction de la santé des personnes et des organisations Secrétariat du Conseil du trésor PRÉAMBULE Une recherche portant sur la

Plus en détail

DESCRIPTION DES COURS FORMATION SPÉCIFIQUE TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE

DESCRIPTION DES COURS FORMATION SPÉCIFIQUE TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE DESCRIPTION DES COURS FORMATION SPÉCIFIQUE TECHNIQUES D ÉDUCATION À L ENFANCE 322-KUA-CA L ÉDUCATION À L ENFANCE : UNE PROFESSION 60 heures Pondération 3-1-3 Compétence : Analyser la fonction de travail

Plus en détail

Au niveau de l évaluation et intervention : - Fixer des ateliers de conscience phonologique avec l enseignante où l orthopédagogue porte une attention

Au niveau de l évaluation et intervention : - Fixer des ateliers de conscience phonologique avec l enseignante où l orthopédagogue porte une attention . La contribution spécifique de l orthopédagogue constitue: -Accompagner l élève dans son cheminement et dans sa démarche d orientation scolaire et professionnelle. -Accompagner l élève dans la recherche

Plus en détail

Identité professionnelle

Identité professionnelle 1 Tableau synthèse des compétences professionnelles pour le stagiaire Fondements 1. Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d objets de savoirs ou de culture

Plus en détail

Le service professionnel à la clientèle

Le service professionnel à la clientèle Le service professionnel à la clientèle Par Ngalula Kalunda, MGP, Consultante Pour le Réseau d intégration communautaire Mars 2012 1 Le service professionnel à la clientèle Pour répondre aux besoins de

Plus en détail

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Diététiste / Nutritionniste au soutien à domicile

PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Diététiste / Nutritionniste au soutien à domicile PROFIL DE DIRECTION : POSTE : PROGRAMME-CLIENTÈLE MAINTIEN DE L AUTONOMIE Diététiste / Nutritionniste au soutien à domicile CONNAISSANCES (SAVOIRS) LIÉES À L ORGANISATION LIÉES À LA DIRECTION LIÉES AU

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RESSOURCES INTERMÉDIAIRES ET RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL (RI-RTF)

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RESSOURCES INTERMÉDIAIRES ET RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL (RI-RTF) RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RESSOURCES INTERMÉDIAIRES ET RESSOURCES DE TYPE FAMILIAL (RI-RTF) Région : Chaudière-Appalaches Établissement : Centre de santé et de services

Plus en détail

Procédure de cheminement d une plainte liée à l enseignement

Procédure de cheminement d une plainte liée à l enseignement Cégep de Saint-Jérôme 455, rue Fournier, Saint-Jérôme (Québec) J7Z 4V2 Procédure de cheminement d une plainte liée à l enseignement Direction des études Mars 2006 Version d octobre 2005 révisée Contexte

Plus en détail

Interventions effectuées

Interventions effectuées Sous groupe TES TID Analyse des interventions effectuées par les techniciens en éducation spécialisée et par les techniciens en intervention en délinquance Préparée par : Andrée Lapierre, coordonatrice

Plus en détail

Filière management d établissement

Filière management d établissement 5. Filière management d établissement La filière management d établissement garantit la réalisation de trois grands objectifs : conduire et animer le projet d établissement manager une équipe valoriser

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES FORMATION RSS

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES FORMATION RSS UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES ECOLE DE SANTÉ PUBLIQUE RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES FORMATION RSS Certificat universitaire en initiation à la Recherche pour le renforcement des Systèmes de Santé Option «Economie

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007, Journal Officiel n 168 du 7 juillet 2007. Contexte de l intervention Le moniteur-éducateur

Plus en détail

Programme Camp de jour de la Ville de Lévis

Programme Camp de jour de la Ville de Lévis Programme Camp de jour de la Ville de Lévis 1 Chères Lévisiennes, Chers Lévisiens, Le Camp de jour est le plus important programme d activités de loisirs de la Ville de Lévis. Accueillant plus de 2500

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) RÉGION : Capitale-Nationale

RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) RÉGION : Capitale-Nationale RAPPORT DE VISITE D ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) RÉGION : Capitale-Nationale ÉTABLISSEMENT : CHSLD Saint-Dominique S.E.C. INSTALLATION

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants DE EJE

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants DE EJE Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants DE EJE Annexe de l arrêté du 16 novembre 2005 publié au bulletin officiel du ministère de l'emploi, de la cohésion sociales

Plus en détail

Politique d accueil et d intégration des nouveaux résidents. Adoptée par le conseil de la MRC de L Érable

Politique d accueil et d intégration des nouveaux résidents. Adoptée par le conseil de la MRC de L Érable Politique d accueil et d intégration des nouveaux résidents Adoptée par le conseil de la MRC de L Érable Le 15 janvier 2014 Table des matières Message du préfet et du directeur général... 3 Message du

Plus en détail

POLITIQUE DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL

POLITIQUE DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL POLITIQUE DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Version modifiée adoptée par le conseil d administration le 13 juin 2012 1. PRÉAMBULE La politique de coopération et de développement international

Plus en détail

Politique de traitement des plaintes relatives aux services de garde

Politique de traitement des plaintes relatives aux services de garde Politique de traitement des plaintes relatives aux services de garde ISBN : 978-2-550-70604-5 (PDF) Ministère de la Famille 600, rue Fullum, Montréal (Québec) H2K 4S7 425, rue Saint-Amable, Québec (Québec)

Plus en détail

Code d éthique CLSC. du Csss lucille-teasdale

Code d éthique CLSC. du Csss lucille-teasdale Code d éthique CLSC du Csss lucille-teasdale La mission du CSSS Lucille-Teasdale consiste à dispenser des soins, des services de santé et des services sociaux, soutenir le développement d un réseau local

Plus en détail

ENSEMBLE, AUJOURD HUI POUR DEMAIN

ENSEMBLE, AUJOURD HUI POUR DEMAIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA CAPITALE ÉCOLE SAINT-MALO LE PROJET ÉDUCATIF 2015-2020 ET LE PLAN DE RÉUSSITE 2016 2017 DE L ÉCOLE ENSEMBLE, AUJOURD HUI POUR DEMAIN Projet éducatif adopté par les membres du

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007 relatif au Diplôme d État de Moniteur Éducateur fixant les modalités d accès à la formation,

Plus en détail

Projet d établissement Résidence Emile Gibier «Les Cheveux Blancs» ORVAULT

Projet d établissement Résidence Emile Gibier «Les Cheveux Blancs» ORVAULT Projet d établissement 2012-2017 Résidence Emile Gibier «Les Cheveux Blancs» 44700 ORVAULT Avis favorable du Comité d Entreprise du 25 octobre 2012 Avis favorable de la CRUQPC du 11 octobre 2012 Avis favorable

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE. Présenté et adopté par le conseil d administration le 23 mars 2009

PLAN STRATÉGIQUE. Présenté et adopté par le conseil d administration le 23 mars 2009 PLAN STRATÉGIQUE 2009 à 2012 Présenté et adopté par le conseil d administration le 23 mars 2009 DÉMARCHE DE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Analyse de l évolution de l environnement interne et externe Mission

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR Institut du Travail Social Tours RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007, Journal Officiel n 168 du 7 juillet 2007. Contexte de l intervention

Plus en détail

PROCÉDURE DE RECRUTEMENT DES PERSONNES STAGIAIRES APLEP DE L ÉCOLE POLYTECHNIQUE

PROCÉDURE DE RECRUTEMENT DES PERSONNES STAGIAIRES APLEP DE L ÉCOLE POLYTECHNIQUE PROCÉDURE DE RECRUTEMENT DES PERSONNES STAGIAIRES APLEP DE L ÉCOLE POLYTECHNIQUE Le 12 mai 2009 PROCÉDURE DE RECRUTEMENT DES PERSONNES STAGIAIRES APLEP DE L ÉCOLE POLYTECHNIQUE 1. Définitions Stage : Période

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SÉFM

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SÉFM MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SÉFM La Loi sur la Société d évaluation foncière des municipalités constitue la base du modèle de gouvernance qui établit la Société d évaluation foncière des municipalités

Plus en détail

Direction des services d hébergement Description de fonction

Direction des services d hébergement Description de fonction Direction des services d hébergement Description de fonction ASSISTANT(E)-INFIRMIÈR(E)-CHEF SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : CHEF D UNITÉ ET/OU CHEF D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ QUART DE TRAVAIL:

Plus en détail

1. Processus de consultation et de révision annuelle

1. Processus de consultation et de révision annuelle 1. Processus de consultation et de révision annuelle Le Comité consultatif pour l enfance en difficulté (CCED), le directeur de l éducation, la surintendance, le Chef des services éducatif, l équipe des

Plus en détail

DIRECTION : FAMILLE-ENFANCE-JEUNNESSE-DÉFICIENCE INTELLECTUELLE - TROUBLES ENVAHISSANTS DU DÉVELOPPEMENT POSTE : Diététiste / Nutritionniste

DIRECTION : FAMILLE-ENFANCE-JEUNNESSE-DÉFICIENCE INTELLECTUELLE - TROUBLES ENVAHISSANTS DU DÉVELOPPEMENT POSTE : Diététiste / Nutritionniste PROFIL DE DIRECTION : FAMILLE-ENFANCE-JEUNNESSE-DÉFICIENCE INTELLECTUELLE - TROUBLES ENVAHISSANTS DU DÉVELOPPEMENT POSTE : Diététiste / Nutritionniste CONNAISSANCES (SAVOIRS) LIÉES À L ORGANISATION Population

Plus en détail

GRANDIR EN QUALITÉ Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs

GRANDIR EN QUALITÉ Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs 1200, avenue McGill College, bureau 700 Montréal (Québec) H3B 4J8 GRANDIR EN QUALITÉ Enquête québécoise sur la qualité des services de garde éducatifs Questionnaire téléphonique destiné au gestionnaire

Plus en détail

III. Les compétences visées Page 5

III. Les compétences visées Page 5 REFERENTIEL CBMA DU 19 AVRIL 2013 MODIFIE PAR LA CPNE-FP DU 9 AVRIL 2014 MODIFIE PAR LA CPNE-FP DU 23 OCTOBRE 2014 MODIFIE PAR LA CPNE-FP DU 15 AVRIL 2015 MODIFIE PAR LA CPNE-FP DU 18 FEVRIER 2016 I. Préambule

Plus en détail

RÔLES, ACTIVITÉS CLÉS ET COMPÉTENCES

RÔLES, ACTIVITÉS CLÉS ET COMPÉTENCES Direction de santé publique RÔLES, ACTIVITÉS CLÉS ET COMPÉTENCES DES SUPERVISEURS CLINIQUES DES SIPPE Janvier 2011 Comité aviseur : (par ordre alphabétique) Luce Bordeleau, agente de planification, Christiane

Plus en détail

L association a pour objectifs

L association a pour objectifs LE PROJET EDUCATIF Anim&Tap éducation : www.animettap.fr 24, rue de Constantinople 75008 Paris Tél. : 06 81 08 87 78 Courriel : education@animettap.fr N SIRET : 82491077200014 Code APE 9499Z L association

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

RÔLE DES OFFICES D HABITATION DANS LE CADRE DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET DE L APPROCHE COMMUNAUTAIRE HLM

RÔLE DES OFFICES D HABITATION DANS LE CADRE DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET DE L APPROCHE COMMUNAUTAIRE HLM RÔLE DES OFFICES D HABITATION DANS LE CADRE DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET DE L APPROCHE COMMUNAUTAIRE HLM Document produit par le Comité sur l action communautaire et le développement social (CACDS) Mandat

Plus en détail

Auxiliaire de vie sociale

Auxiliaire de vie sociale Auxiliaire de vie sociale Près de chez vous : www.una.fr fiches metier v10.indd 1 23/02/09 08:46 Auxiliaire de vie sociale L auxiliaire de vie sociale intervient auprès des personnes âgées en perte d autonomie,

Plus en détail

Des partenaires réunis. autour d un projet local. d éducation par le sport. Opération initiée par le Conseil Général de la Moselle

Des partenaires réunis. autour d un projet local. d éducation par le sport. Opération initiée par le Conseil Général de la Moselle Des partenaires réunis autour d un projet local d éducation par le sport Opération initiée par le Conseil Général de la Moselle dans le cadre de sa Politique d Animation Urbaine, Macadam Sport est un outil

Plus en détail

Aide au lien pour l auteur détenu en tant que proche de mineur

Aide au lien pour l auteur détenu en tant que proche de mineur Vade-mecum à l annexe n 15 Aide au lien pour l auteur détenu en tant que proche de mineur 1 Bénéficiaire/Client 2 Mission 3 Prestation (art1.3) Auteur détenu (art 10) Aide au lien (art.11, 2 ) Aide au

Plus en détail

Plan d action. de la politique familiale

Plan d action. de la politique familiale Plan d action 2005 2007 de la politique familiale La Politique familiale de la Ville de Québec tend à faire de Québec un milieu de vie qui soutient activement les familles, facilite leur organisation

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL

POLITIQUE SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL DRH P5 CA 452.16 2010 05 11 POLITIQUE SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL DU CÉGEP DE L OUTAOUAIS Notes chronologiques Politique adoptée en vertu de la : Politique sur la santé et la sécurité au travail

Plus en détail

DESCRIPTION DE FONCTIONS CHEF D ÉQUIPE SI

DESCRIPTION DE FONCTIONS CHEF D ÉQUIPE SI DESCRIPTION DE FONCTIONS CHEF D ÉQUIPE SI Description sommaire La chef d équipe avec la collaboration du psychiatre traitant SI sont responsables de la planification, l organisation, la coordination et

Plus en détail

Services de surveillance. d élèves handicapés âgés de 12 à 21 ans PROGRAMME DE

Services de surveillance. d élèves handicapés âgés de 12 à 21 ans PROGRAMME DE Services de surveillance d élèves handicapés âgés de 12 à 21 ans PROGRAMME DE Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives Canada, 2014 ISBN

Plus en détail

H. SERVICES DE SOUTIEN AUX ÉLÈVES

H. SERVICES DE SOUTIEN AUX ÉLÈVES H. SERVICES DE SOUTIEN AUX ÉLÈVES Lorsque des préoccupations subsistent concernant l apprentissage d un élève après que l école a effectué des interventions, l équipe pédagogique et des spécialistes des

Plus en détail

POLITIQUE DES SERVICES DE GARDE DE LA CSRS 2014

POLITIQUE DES SERVICES DE GARDE DE LA CSRS 2014 POLITIQUE DES SERVICES DE GARDE DE LA CSRS 2014 Politique numéro CSRS-POL-2014-01 Résolution numéro CC 2014-2052 du 25 mars 2014 Entrée en vigueur le 25 mars 2014 Le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

Code de déontologie. Centre de la petite enfance Premier Pas de La Tuque

Code de déontologie. Centre de la petite enfance Premier Pas de La Tuque Code de déontologie Centre de la petite enfance Premier Pas de La Tuque À titre de membre du personnel, de parents utilisateurs et d administrateurs d un centre de la petite enfance, nous occupons une

Plus en détail

Plan stratégique. du Collège de Bois-de-Boulogne

Plan stratégique. du Collège de Bois-de-Boulogne Plan stratégique du Collège de Bois-de-Boulogne Décembre 2005 Introduction Les modifications apportées en 2002 à la Loi sur les collèges d enseignement général et professionnel et à la Loi sur la Commission

Plus en détail

2 / EMPLOI ET HANDICAP : LA POLITIQUE MINISTÉRIELLE

2 / EMPLOI ET HANDICAP : LA POLITIQUE MINISTÉRIELLE 2 / EMPLOI ET HANDICAP : LA POLITIQUE MINISTÉRIELLE EDITO Le plan pluriannuel d insertion professionnelle des personnes handicapées 2008-2012 a défini les grandes orientations et les objectifs de la politique

Plus en détail

Cadre de référence RI-RTF

Cadre de référence RI-RTF Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services sociaux Cadre de référence RI-RTF Conférence congrès ARIHQ Présentatrices : Julie Couture et Pascale Beaupied Mai 2014 Plan

Plus en détail

Centre d Action Médico Sociale Précoce

Centre d Action Médico Sociale Précoce Centre d Action Médico Sociale Précoce (CAMSP) pôle femme-enfant Qu est ce que le Centre d Action Médico-Sociale Précoce? Nos missions Vous avez pris contact avec le CAMSP polyvalent : c est un centre

Plus en détail