Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau"

Transcription

1 Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

2 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme?

3 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme?

4 Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Cet acteur boit de l eau.

5 2. DVP : Quel constat fait-il?

6 Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Cet acteur boit de l eau. Jean-Claude Van Damme pense que l eau est une ressource qui tend à disparaître.

7 3. DVP : Que peut-on en conclure?

8 Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Cet acteur boit de l eau. Jean-Claude Van Damme pense que l eau est une ressource qui tend à disparaître. L eau potable doit être une ressource qui doit être gérée pour les générations à venir. Problématique : Est-il possible de garantir de façon égale et durable un accès à tous à l eau? I. Comment la Tunisie gère-t-elle sa ressource en eau? 1. L eau : un problème en Tunisie?

9 1. DVP : Où se trouvent Tozeur et la Tunisie? Place Tozeur sur le doc. 1 par un point rouge.

10 1. DVP : Où se trouvent Tozeur et la Tunisie? Place Tozeur sur le doc. 1 par une point rouge. Doc. 1. Répartition de la population et ressource en eau Tozeur

11 I. Comment la Tunisie gère-t-elle sa ressource en eau? 1. L eau : un problème en Tunisie? 1. Tozeur, ville touristique, se trouve en Tunisie en Afrique du Nord.

12 2. DVP et doc. 1. Dans quel domaine climatique se situe Tozeur? DVP. Précipitations et zones irriguées

13 2. DVP et doc. 1. Dans quel domaine climatique se Doc. 1. Répartition de la situe Tozeur? population et ressource en eau Tozeur

14 Complète l organigramme sur la question de l eau en Tunisie Réchauffement climatique Sécheresse

15 I. Comment la Tunisie gère-t-elle sa ressource en eau? 1. L eau : un problème en Tunisie? 1. Tozeur, ville touristique, se trouve en Tunisie en Afrique du Nord. 2. Voir organigramme.

16 3. Doc. 2 : Souligne dans le texte en vert l extrait qui montre que ce système d irrigation est ancien et était équitable ; en rouge les conséquences du développement touristique. Doc. 2. Les conséquences du développement touristique Depuis des générations, l organisation agricole, centrée sur une utilisation raisonnable de l eau, permettait une production vivrière importante. Depuis le XIV e siècle, le plan d irrigation d origine arabe assurait une répartition de l eau mesurée par le «gadous», ou sablier hydraulique. Chacun avait alors accès gratuitement à l eau qui circulait dans toutes les parcelles grâce à un ingénieux réseau d irrigation. [ ]. Or ce fragile équilibre économique et social va être fortement remis en question au début des années 1990, période durant laquelle le gouvernement donne la priorité au tourisme international. Il finance la construction d un aéroport international à Tozeur pour désengorger la côte surpeuplée de la Méditerranée. Une douzaine d hôtels de grand standing apparaissent pour attirer des touristes du monde entier. [ ] Les visiteurs consomment l eau sans retenue. [ ] Forages pour l irrigation, les jardins et les pelouses, et canalisations d eau potable assurent l approvisionnement des réserves à touristes. Couplée à une fragilisation du régime des pluies et à une montée générale de la moyenne des températures annuelles, la situation des agriculteurs de la palmeraie s est ainsi fortement dégradée. Gérée historiquement de manière raisonnable, l eau est devenue un bien comme les autres. «Celui qui peut payer obtient le produit.». Progressivement, les travailleurs de l oasis quittent le travail des champs pour se consacrer aux activités touristiques. Les légumes arrivent tous les dimanches de l extérieur [ ] avec des coûts de production inférieurs à ceux de la palmeraie. De plus, depuis l année dernière, un chantier pharaonique de construction de golf en plein désert défigure les abords de la palmeraie. Comment faire pousser du gazon avec 50 C à l ombre durant la moitié de l année? [Le golf devrait être arrosé par de l'eau provenant du recyclage des eaux usées des établissements hôteliers ].» Source : Claude Llena, «Tozeur ravagée par le tourisme», Le Monde diplomatique, juillet 2004

17 3. Doc. 2 : Souligne dans le texte en vert l extrait qui montre que ce système d irrigation est ancien et était équitable ; en rouge les conséquences du développement touristique. Doc. 2. Les conséquences du développement touristique Depuis des générations, l organisation agricole, centrée sur une utilisation raisonnable de l eau, permettait une production vivrière importante. Depuis le XIV e siècle, le plan d irrigation d origine arabe assurait une répartition de l eau mesurée par le «gadous», ou sablier hydraulique. Chacun avait alors accès gratuitement à l eau qui circulait dans toutes les parcelles grâce à un ingénieux réseau d irrigation [ ]. Or ce fragile équilibre économique et social va être fortement remis en question au début des années 1990, période durant laquelle le gouvernement donne la priorité au tourisme international. Il finance la construction d un aéroport international à Tozeur pour désengorger la côte surpeuplée de la Méditerranée. Une douzaine d hôtels de grand standing apparaissent pour attirer des touristes du monde entier. [ ] Les visiteurs consomment l eau sans retenue. [ ] Forages pour l irrigation, les jardins et les pelouses, et canalisations d eau potable assurent l approvisionnement des réserves à touristes. Couplée à une fragilisation du régime des pluies et à une montée générale de la moyenne des températures annuelles, la situation des agriculteurs de la palmeraie s est ainsi fortement dégradée. Gérée historiquement de manière raisonnable, l eau est devenue un bien comme les autres. «Celui qui peut payer obtient le produit.». Progressivement, les travailleurs de l oasis quittent le travail des champs pour se consacrer aux activités touristiques. Les légumes arrivent tous les dimanches de l extérieur [ ] avec des coûts de production inférieurs à ceux de la palmeraie. De plus, depuis l année dernière, un chantier pharaonique de construction de golf en plein désert défigure les abords de la palmeraie. Comment faire pousser du gazon avec 50 C à l ombre durant la moitié de l année? [Le golf devrait être arrosé par de l'eau provenant du recyclage des eaux usées des établissements hôteliers ].» Source : Claude Llena, «Tozeur ravagée par le tourisme», Le Monde diplomatique, juillet 2004

18 3. Doc. 2 : Souligne dans le texte en vert l extrait qui montre que ce système d irrigation est ancien et était équitable ; en rouge les conséquences du développement touristique. Doc. 2. Les conséquences du développement touristique Depuis des générations, l organisation agricole, centrée sur une utilisation raisonnable de l eau, permettait une production vivrière importante. Depuis le XIV e siècle, le plan d irrigation d origine arabe assurait une répartition de l eau mesurée par le «gadous», ou sablier hydraulique. Chacun avait alors accès gratuitement à l eau qui circulait dans toutes les parcelles grâce à un ingénieux réseau d irrigation [ ]. Or ce fragile équilibre économique et social va être fortement remis en question au début des années 1990, période durant laquelle le gouvernement donne la priorité au tourisme international. Il finance la construction d un aéroport international à Tozeur pour désengorger la côte surpeuplée de la Méditerranée. Une douzaine d hôtels de grand standing apparaissent pour attirer des touristes du monde entier. [ ] Les visiteurs consomment l eau sans retenue. [ ] Forages pour l irrigation, les jardins et les pelouses, et canalisations d eau potable assurent l approvisionnement des réserves à touristes. Couplée à une fragilisation du régime des pluies et à une montée générale de la moyenne des températures annuelles, la situation des agriculteurs de la palmeraie s est ainsi fortement dégradée. Gérée historiquement de manière raisonnable, l eau est devenue un bien comme les autres. «Celui qui peut payer obtient le produit.». Progressivement, les travailleurs de l oasis quittent le travail des champs pour se consacrer aux activités touristiques. Les légumes arrivent tous les dimanches de l extérieur [ ] avec des coûts de production inférieurs à ceux de la palmeraie. De plus, depuis l année dernière, un chantier pharaonique de construction de golf en plein désert défigure les abords de la palmeraie. Comment faire pousser du gazon avec 50 C à l ombre durant la moitié de l année? [Le golf devrait être arrosé par de l'eau provenant du recyclage des eaux usées des établissements hôteliers ].» Source : Claude Llena, «Tozeur ravagée par le tourisme», Le Monde diplomatique, juillet 2004

19 Complète l organigramme sur la question de l eau en Tunisie Augmentation de la population avec l arrivée des touristes Réchauffement climatique Forte consommation d eau dans cet oasis Sécheresse - Agriculture traditionnelle et innovante (pollution de l eau) - Développement du tourisme = activité consommatrice d eau - Ménages

20 I. Comment la Tunisie gère-t-elle sa ressource en eau? 1. L eau : un problème en Tunisie? 1. Tozeur, ville touristique, se trouve en Tunisie en Afrique du Nord. 2. Voir organigramme 3. Voir organigramme. 2. Quels conflits d usage l eau entraine-t-elle?

21 4. Doc. 2 : Quelles sont les activités économiques en concurrence pour la consommation d eau? Doc. 2. Les conséquences du développement touristique Depuis des générations, l organisation agricole, centrée sur une utilisation raisonnable de l eau, permettait une production vivrière importante. Depuis le XIV e siècle, le plan d irrigation d origine arabe assurait une répartition de l eau mesurée par le «gadous», ou sablier hydraulique. Chacun avait alors accès gratuitement à l eau qui circulait dans toutes les parcelles grâce à un ingénieux réseau d irrigation [ ]. Or ce fragile équilibre économique et social va être fortement remis en question au début des années 1990, période durant laquelle le gouvernement donne la priorité au tourisme international. Il finance la construction d un aéroport international à Tozeur pour désengorger la côte surpeuplée de la Méditerranée. Une douzaine d hôtels de grand standing apparaissent pour attirer des touristes du monde entier. [ ] Les visiteurs consomment l eau sans retenue. [ ] Forages pour l irrigation, les jardins et les pelouses, et canalisations d eau potable assurent l approvisionnement des réserves à touristes. Couplée à une fragilisation du régime des pluies et à une montée générale de la moyenne des températures annuelles, la situation des agriculteurs de la palmeraie s est ainsi fortement dégradée. Gérée historiquement de manière raisonnable, l eau est devenue un bien comme les autres. «Celui qui peut payer obtient le produit.». Progressivement, les travailleurs de l oasis quittent le travail des champs pour se consacrer aux activités touristiques. Les légumes arrivent tous les dimanches de l extérieur [ ] avec des coûts de production inférieurs à ceux de la palmeraie. De plus, depuis l année dernière, un chantier pharaonique de construction de golf en plein désert défigure les abords de la palmeraie. Comment faire pousser du gazon avec 50 C à l ombre durant la moitié de l année? [Le golf devrait être arrosé par de l'eau provenant du recyclage des eaux usées des établissements hôteliers ].» Source : Claude Llena, «Tozeur ravagée par le tourisme», Le Monde diplomatique, juillet 2004

22 Complète l organigramme sur la question de l eau en Tunisie Augmentation de la population avec l arrivée des touristes Réchauffement climatique Forte consommation d eau dans cet oasis Sécheresse - Agriculture traditionnelle et innovante (pollution de l eau) - Développement du tourisme = activité consommatrice d eau Ménages Réduction de l eau potable Pénurie d eau Conflit d usages

23 I. Comment la Tunisie gère-t-elle sa ressource en eau? 1. L eau : un problème en Tunisie? 1. Tozeur, ville touristique, se trouve en Tunisie en Afrique du Nord. 2. Voir organigramme. 3. Voir organigramme. 2. Quels conflits d usage l eau entraine-t-elle? 4. Voir organigramme.

24 5. DVP: Quelle est la part de l eau potable dans la consommation de l eau en Tunisie? DVP. Consommation de l eau en Tunisie 1% 5% 11% 10% 83% Tourisme Industrie Eau potable Agriculture 74% 16% Tourisme Industrie Usage

25 I. Comment la Tunisie gère-t-elle sa ressource en eau? 1. L eau : un problème en Tunisie? 1. Tozeur, ville touristique, se trouve en Tunisie en Afrique du Nord. 2. Voir organigramme. 3. Voir organigramme. 2. Quels conflits d usage l eau entraine-t-elle? 4. Voir organigramme. 5. L eau potable représente 11 % de l eau consommée.

26 6. DVP : Quelle activité consomme le plus d eau? Justifie ta réponse. DVP. Consommation de l eau en Tunisie 1% 5% 11% 10% 83% Tourisme Industrie Eau potable Agriculture 74% 16% Tourisme Industrie Usage

27 I. Comment la Tunisie gère-t-elle sa ressource en eau? 1. L eau : un problème en Tunisie? 1. Tozeur, ville touristique, se trouve en Tunisie en Afrique du Nord. 2. Voir organigramme. 3. Voir organigramme. 2. Quels conflits d usage l eau entraine-t-elle? 4. Voir organigramme. 5. L eau potable représente 11 % de l eau consommée. 6. L agriculture consomme 83 % de l eau en Tunisie.

28 7. DVP : Quelle activité consomme le moins d eau? DVP. Consommation de l eau en Tunisie 1% 5% 11% 10% 83% Tourisme Industrie Eau potable Agriculture 74% 16% Tourisme Industrie Usage

29 I. Comment la Tunisie gère-t-elle sa ressource en eau? 1. L eau : un problème en Tunisie? 1. Tozeur, ville touristique, se trouve en Tunisie en Afrique du Nord. 2. Voir organigramme. 3. Voir organigramme. 2. Quels conflits d usage l eau entraine-t-elle? 4. Voir organigramme. 5. L eau potable représente 11 % de l eau consommée. 6. L agriculture consomme 83 % de l eau en Tunisie. 7. C est le tourisme avec 1 % de l eau consommée. Toutefois, il faut y ajouter une partie de l eau potable.

30 8. Doc. 4 : Quelle est la principale source d eaux usées? DVP. Consommation de l eau en Tunisie 1% 5% 11% 10% 83% Tourisme Industrie Eau potable Agriculture 74% 16% Tourisme Industrie Usage

31 I. Comment la Tunisie gère-t-elle sa ressource en eau? 1. L eau : un problème en Tunisie? 1. Tozeur, ville touristique, se trouve en Tunisie en Afrique du Nord. 2. Voir organigramme. 3. Voir organigramme. 2. Quels conflits d usage l eau entraine-t-elle? 4. Voir organigramme. 5. L eau potable représente 11 % de l eau consommée. 6. L agriculture consomme 83 % de l eau en Tunisie. 7. C est le tourisme avec 1 % de l eau consommée. Toutefois, il faut y ajouter une partie de l eau potable. 8. Avec 74 % des eaux usées, l usage domestique est la principale source. Toutefois, ce sont surtout les villes qui sont équipées de stations d épuration. Seulement 25 % des besoins sont couverts.

32 9. Doc. 4 : Quelle activité a disparu sur le second graphique circulaire? Pourquoi? DVP. Consommation de l eau en Tunisie 1% 5% 11% 10% 83% Tourisme Industrie Eau potable Agriculture 74% 16% Tourisme Industrie Usage

33 9. L agriculture disparaît car les eaux d irrigation s infiltrent dans le sol. 3. Comment garantir l accès à l eau pour tous les usagers?

34 10. Doc. 3 : Est-ce que toute la population tunisienne a-t-elle accès à l eau potable? Prouve ta réponse. Doc. 3. La Tunisie se distingue en matière de gestion de l eau La Tunisie dispose d environ 4,6 milliards de m 3 d eau mobilisable : 60 % en surface et 40% sont des eaux souterraines avec près de 80% des ressources en eau concentrées dans le Nord du pays. 70% des eaux souterraines se trouvent dans le Sud tunisien. Le ratio de l eau par habitant est théoriquement de 450m 3 /an, un seuil bien en dessous du «stress hydrique», fixé communément à l international à 500m 3 /an/hab. Pourtant, en dépit de ce déficit hydraulique structurel, 100 % de la population urbaine et 90 % de la population rurale ont accès à l eau potable. Ces résultats ont amené la Banque mondiale à retenir la Tunisie comme modèle à suivre au double plan régional et international dans le domaine de la gestion efficace des ressources hydrauliques ( ). En fait cette gestion de l eau passe essentiellement par un réseau de 29 barrages classiques, 221 autres barrages d appoint et 741 lacs collinaires, de 5200 forages profonds et plus de forages de surface. La Tunisie s appuie également sur plusieurs usines de dessalement d eau de mer (îles Kerkennah, Zarzis ou Gabès) ; mais si le coût au m 3 reste élevé (1$ le m 3 ), ce type d installation couvre 4% des besoins nationaux en eaux. Néanmoins, la meilleure mesure qui aura permis d éviter le gaspillage des ressources en eau dans le pays reste la tarification de l eau qui a permis de réduire les gaspillages et de financer le traitement des eaux usées qui couvrent 25% des besoins environ et dont la proportion pourrait être plus grande. Le prix de l'eau destinée à l agriculture a pour sa part sensiblement augmenté permettant une meilleure rationalisation des ressources. Le secteur touristique, grand consommateur d eau, a vu pour sa part les taxes pesant sur l eau touristique doublées (voire 4 fois plus élevées) que celles pesant sur le secteur de l agriculture. Des politiques concertées, des installations et des aménagements qui ont sans doute valu à la Tunisie d être le meilleur pays maghrébin et arabe en matière de gestion de l eau. Source : (29/10/2009)

35 9. L agriculture disparaît car les eaux d irrigation s infiltrent dans le sol ou s évaporent 3. Comment garantir l accès à l eau pour tous les usagers? 10. La majorité de la population en Tunisie a accès à l eau potable : «100% de la population urbaine et 90% de la population rurale ont accès à l eau potable».

36 11. Doc. 3 : Souligne en bleu la phrase qui montre qu en Tunisie l eau est une ressource rare. Doc. 3. La Tunisie se distingue en matière de gestion de l eau La Tunisie dispose d environ 4,6 milliards de m 3 d eau mobilisable : 60 % en surface et 40% sont des eaux souterraines avec près de 80% des ressources en eau concentrées dans le Nord du pays. 70% des eaux souterraines se trouvent dans le Sud tunisien. Le ratio de l eau par habitant est théoriquement de 450m 3 /an, un seuil bien en dessous du «stress hydrique», fixé communément à l international à 500m 3 /an/hab. Pourtant, en dépit de ce déficit hydraulique structurel, 100 % de la population urbaine et 90 % de la population rurale ont accès à l eau potable. Ces résultats ont amené la Banque mondiale à retenir la Tunisie comme modèle à suivre au double plan régional et international dans le domaine de la gestion efficace des ressources hydrauliques ( ). En fait cette gestion de l eau passe essentiellement par un réseau de 29 barrages classiques, 221 autres barrages d appoint et 741 lacs collinaires, de 5200 forages profonds et plus de forages de surface. La Tunisie s appuie également sur plusieurs usines de dessalement d eau de mer (îles Kerkennah, Zarzis ou Gabès) ; mais si le coût au m 3 reste élevé (1$ le m 3 ), ce type d installation couvre 4% des besoins nationaux en eaux. Néanmoins, la meilleure mesure qui aura permis d éviter le gaspillage des ressources en eau dans le pays reste la tarification de l eau qui a permis de réduire les gaspillages et de financer le traitement des eaux usées qui couvrent 25% des besoins environ et dont la proportion pourrait être plus grande. Le prix de l'eau destinée à l agriculture a pour sa part sensiblement augmenté permettant une meilleure rationalisation des ressources. Le secteur touristique, grand consommateur d eau, a vu pour sa part les taxes pesant sur l eau touristique doublées (voire 4 fois plus élevées) que celles pesant sur le secteur de l agriculture. Des politiques concertées, des installations et des aménagements qui ont sans doute valu à la Tunisie d être le meilleur pays maghrébin et arabe en matière de gestion de l eau. Source : (29/10/2009)

37 11. Doc. 3 : Souligne en rouge les aménagements mis en place par la Tunisie pour assurer l accès à l eau.. Doc. 3. La Tunisie se distingue en matière de gestion de l eau La Tunisie dispose d environ 4,6 milliards de m 3 d eau mobilisable : 60 % en surface et 40% sont des eaux souterraines avec près de 80% des ressources en eau concentrées dans le Nord du pays. 70% des eaux souterraines se trouvent dans le Sud tunisien. Le ratio de l eau par habitant est théoriquement de 450m 3 /an, un seuil bien en dessous du «stress hydrique», fixé communément à l international à 500m 3 /an/hab. Pourtant, en dépit de ce déficit hydraulique structurel, 100 % de la population urbaine et 90 % de la population rurale ont accès à l eau potable. Ces résultats ont amené la Banque mondiale à retenir la Tunisie comme modèle à suivre au double plan régional et international dans le domaine de la gestion efficace des ressources hydrauliques ( ). En fait cette gestion de l eau passe essentiellement par un réseau de 29 barrages classiques, 221 autres barrages d appoint et 741 lacs collinaires, de 5200 forages profonds et plus de forages de surface. La Tunisie s appuie également sur plusieurs usines de dessalement d eau de mer (îles Kerkennah, Zarzis ou Gabès) ; mais si le coût au m 3 reste élevé (1$ le m 3 ), ce type d installation couvre 4% des besoins nationaux en eaux. Néanmoins, la meilleure mesure qui aura permis d éviter le gaspillage des ressources en eau dans le pays reste la tarification de l eau qui a permis de réduire les gaspillages et de financer le traitement des eaux usées qui couvrent 25% des besoins environ et dont la proportion pourrait être plus grande. Le prix de l'eau destinée à l agriculture a pour sa part sensiblement augmenté permettant une meilleure rationalisation des ressources. Le secteur touristique, grand consommateur d eau, a vu pour sa part les taxes pesant sur l eau touristique doublées (voire 4 fois plus élevées) que celles pesant sur le secteur de l agriculture. Des politiques concertées, des installations et des aménagements qui ont sans doute valu à la Tunisie d être le meilleur pays maghrébin et arabe en matière de gestion de l eau. Source : (29/10/2009)

38 11. Doc. 3 : Souligne en noir les mesures prises par la Tunisie pour préserver cette ressource. Doc. 3. La Tunisie se distingue en matière de gestion de l eau La Tunisie dispose d environ 4,6 milliards de m 3 d eau mobilisable : 60 % en surface et 40% sont des eaux souterraines avec près de 80% des ressources en eau concentrées dans le Nord du pays. 70% des eaux souterraines se trouvent dans le Sud tunisien. Le ratio de l eau par habitant est théoriquement de 450m 3 /an, un seuil bien en dessous du «stress hydrique», fixé communément à l international à 500m 3 /an/hab. Pourtant, en dépit de ce déficit hydraulique structurel, 100 % de la population urbaine et 90 % de la population rurale ont accès à l eau potable. Ces résultats ont amené la Banque mondiale à retenir la Tunisie comme modèle à suivre au double plan régional et international dans le domaine de la gestion efficace des ressources hydrauliques ( ). En fait cette gestion de l eau passe essentiellement par un réseau de 29 barrages classiques, 221 autres barrages d appoint et 741 lacs collinaires, de 5200 forages profonds et plus de forages de surface. La Tunisie s appuie également sur plusieurs usines de dessalement d eau de mer (îles Kerkennah, Zarzis ou Gabès) ; mais si le coût au m 3 reste élevé (1$ le m 3 ), ce type d installation couvre 4% des besoins nationaux en eaux. Néanmoins, la meilleure mesure qui aura permis d éviter le gaspillage des ressources en eau dans le pays reste la tarification de l eau qui a permis de réduire les gaspillages et de financer le traitement des eaux usées qui couvrent 25% des besoins environ et dont la proportion pourrait être plus grande. Le prix de l'eau destinée à l agriculture a pour sa part sensiblement augmenté permettant une meilleure rationalisation des ressources. Le secteur touristique, grand consommateur d eau, a vu pour sa part les taxes pesant sur l eau touristique doublées (voire 4 fois plus élevées) que celles pesant sur le secteur de l agriculture. Des politiques concertées, des installations et des aménagements qui ont sans doute valu à la Tunisie d être le meilleur pays maghrébin et arabe en matière de gestion de l eau. Source : (29/10/2009)

39 Complète l organigramme sur la question de l eau en Tunisie Augmentation de la population avec l arrivée des touristes Réchauffement climatique Forte consommation d eau dans cet oasis Sécheresse - Agriculture traditionnelle et innovante (pollution de l eau) - Développement du tourisme = activité consommatrice d eau Ménages Réduction de l eau potable Pénurie d eau Conflit d usages Solution : Gestion de la ressource eau par la création de barrage, de lacs, usine de dessalement et station d épuration

40 9. L agriculture disparaît car les eaux d irrigation s infiltrent dans le sol ou s évaporent 3. Comment garantir l accès à l eau pour tous les usagers? 10. La majorité de la population en Tunisie a accès à l eau potable : «100% de la population urbaine et 90% de la population rurale ont accès à l eau potable». 11. Voir organigramme.

41 12. Récit : Je suis un responsable de l ONU et j explique dans un rapport les difficultés relations qu entretient la Tunisie avec l eau. 12. a. Je montre qu en Tunisie, l eau est un bien disponible mais en quantité limitée. 12. b. Puis j explique la concurrence entre les différentes activités économiques pour le partage de l eau. 12. c. Enfin, indique quels aménagements et quelles mesures ont été prises par la Tunisie pour garantir son accès à cette ressource rare.

La ressource en eau dans le monde

La ressource en eau dans le monde La ressource en eau dans le monde Template Lake Alexandrina www.flickr.com Gif Murray Darling Basin Commission www2.mdbc.gov.au Une eau rare et inégalement répartie Prends connaissance de ce document Volume

Plus en détail

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU

PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU PLANIFICATION ET ADAPTATION DES RESSOURCES EN EAU M. KOUASSI Jules Venance Assistant au PCCI (Côte d Ivoire) kouassjv2003@yahoo.fr ATELIER REGIONAL SUR L ADAPTATION ACCRA 21 au 23 septembre 2006 INTRODUCTION

Plus en détail

Géographie. Chapitre n. L accès à l eau

Géographie. Chapitre n. L accès à l eau Géographie Chapitre n. L accès à l eau I) Les ressources en eau en Australie Problématiques : Pourquoi les habitants d Aldinga ont-ils adopté une telle attitude face à l eau? Comment l eau est-elle utilisée

Plus en détail

AQUA DOMITIA LES GOLFS

AQUA DOMITIA LES GOLFS AQUA DOMITIA LES GOLFS ARROSAGE D'UN GOLF Les 520 Golfs affiliés et 657 terrains homologués par la Fédération française de golf (FFGolf) font l objet d une polémique liée au contexte de pénurie d eau.

Plus en détail

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable

Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation alimentaire durable Innovation technologique dans l agriculture en Arabie Saoudite: enjeux et stratégies pour une sécurisation durable Présenté par : CHALHOUB Habib Directeur de thèse : P. BELOT Robert Co-encadrante : Mme

Plus en détail

L Agence Française de Développement L EAU EN TUNISIE. Rendre l eau accessible à tous, durablement. Château d eau en Tunisie : nouveau modèle

L Agence Française de Développement L EAU EN TUNISIE. Rendre l eau accessible à tous, durablement. Château d eau en Tunisie : nouveau modèle L Agence Française de Développement ET L EAU EN TUNISIE Rendre l eau accessible à tous, durablement Château d eau en Tunisie : nouveau modèle L'eau est vitale pour tous : rendons-la accessible, durablement!

Plus en détail

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie

La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie La contribution du dessalement dans la mobilisation des ressources en eau en Tunisie Journée de l Ingénieur 2012 RESSOURCES EN EAU EN TUNISIE: REALITES ET PERSPECTIVES 10 novembre 2012, Sfax, Tunisie Préparée

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

Exercice 1. Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une liste de tous les endroits où l on trouve de l eau dans la nature.

Exercice 1. Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une liste de tous les endroits où l on trouve de l eau dans la nature. La planète bleue Exercice Fiche n / Élève A l aide des documents que tu as consultés, réponds aux Où trouve-t-on de l eau dans l Univers? Qu est-ce qui a permis l apparition de la vie sur Terre? Fais une

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC. MISE AU POINT SCIENTIFIQUE L EAU AU MAROC : ATOUTS ET CONTRAINTES. Le Maroc se trouve dans une situation singulière : c est { la fois le pays

Plus en détail

Communication pour le colloque du 11 et 12 juin 2009 à Aix-en-Provence : «Le Développement Durable dans l espace méditerranéen»

Communication pour le colloque du 11 et 12 juin 2009 à Aix-en-Provence : «Le Développement Durable dans l espace méditerranéen» Communication pour le colloque du 11 et 12 juin 2009 à Aix-en-Provence : «Le Développement Durable dans l espace méditerranéen» Les alternatives développées par les acteurs locaux pour une gestion intégrée

Plus en détail

Dialogue OCDE-GWP : Perspective de la Banque Européenne d Investissement

Dialogue OCDE-GWP : Perspective de la Banque Européenne d Investissement Dialogue OCDE-GWP : Perspective de la Dr. Edouard Perard Economiste Division Eau et Gestion des Dechets 29/10/2014 1 Le dialogue en perspective I. Le contexte du dialogue pour la BEI : exemple de la relation

Plus en détail

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa et Draa. Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA. Octobre 2011

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa et Draa. Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA. Octobre 2011 Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA Octobre 2011 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DE SOUSS MASSA ET DRAA AVENUE PRINCE MOULAY ABDELLAH - VILLE NOUVELLE - BP 432 - AGADIR Secrétariat/ 05-28-84-25-51*Standard/

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

3. Des hommes et des ressources.

3. Des hommes et des ressources. CLASSE DE 5ème 3. Des hommes et des ressources. Christophe LEON Collège Max Bramerie, La Force (24) Académie de Bordeaux (http://lalettredulundi.fr/ oneclick_uploads/2011/05/terre_citron.jpg) 3.1. La question

Plus en détail

Eau - Assainissement

Eau - Assainissement PRÉSERVER LA BIODIVERSITÉ ET LES RESSOURCES NATURELLES La préservation des milieux humides est l un des points clefs d une politique de développement durable ; tant en raison des intérêts biologiques que

Plus en détail

Approvisionnement en eau et assainissement au niveau local

Approvisionnement en eau et assainissement au niveau local Approvisionnement en eau et assainissement au niveau local Rapport par pays Tunisie Novembre 2005 "This report has been produced with the assistance of the European Union. The contents of this document

Plus en détail

La gestion de l eau en Afrique subsaharienne : exemple du bassin de la Volta

La gestion de l eau en Afrique subsaharienne : exemple du bassin de la Volta La gestion de l eau en Afrique subsaharienne : exemple du bassin de la Volta L ensemble des documents, sauf mention contraire, est issu de l IRD (Institut pour la Recherche et le Développement) Doc. 1

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices 1 Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices Les constats sont les suivants : Une eau globalement abondante à l échelle de la Région mais très inégalement répartie

Plus en détail

Eléments indicatifs pour un modèle de gestion et de suivi de la vulnérabilité du secteur de l électricité aux risques de catastrophes au Burkina Faso

Eléments indicatifs pour un modèle de gestion et de suivi de la vulnérabilité du secteur de l électricité aux risques de catastrophes au Burkina Faso Cahier Institut d'application et de vulgarisation en sciences de l'eau et 1444444444444 2444444444444 3 Email: iavsmail@gmail.com; Edition,N 1,Octobre2013 Site web: l'energie http://www.iavs-bf.org Eléments

Plus en détail

domaine public hydraulique.

domaine public hydraulique. Expérience de l association Agrotechnologies dans le Renforcement de la Coopération et de la Solidarité dans le Domaine de Gestion et de Développement des Ressources Hydriques dans la Région de Souss Massa

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE

SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE 1 SECTEUR DE L EAU AU MAROC ET STRATEGIE DE L ONEE Mohammed Serraj Directeur de la Planification Branche Eau Lisbonne, le 06/06/2013 PLAN 1. CONTEXTE DU SECTEUR DE L EAU 2. MISSIONS ET PRINCIPAUX INDICATEURS

Plus en détail

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU

IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU 2-4, Allée de Lodz 69363 LYON CEDEX 07 Lyon, octobre 2002 IMPACT DE LA PRODUCTION DE NEIGE DE CULTURE SUR LA RESSOURCE EN EAU Elise DUGLEUX Sous-Direction de la Ressource en Eau elise.dugleux@eaurmc.fr

Plus en détail

Table des matières - I - Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15

Table des matières - I - Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15 Table des matières - I - Table des matières Avant-propos...3 Introduction...9 Problématique...13 Choix du thème de recherche 13 Les objectifs 14 Question principale 14 Les hypothèses 15 Méthodologie...17

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE.

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE CRDA DE KEBILI CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE DESSALEMENT D EAU PAR LES ÉNERGIES RENOUVELABLES EN TUNISIE. LE PROJET DE DESSALEMENT DE L EAU PAR L ÉNERGIE

Plus en détail

GEOGRAPHIE : La France

GEOGRAPHIE : La France GEOGRAPHIE : La France [La France : ce territoire qui représente une nation et qui a ses frontières est : un ETAT 22 régions, 95 départements et 60 millions d habitants + les DOM-TOM qui ont changé de

Plus en détail

La Régie en 10 Questions

La Régie en 10 Questions La Régie en 10 Questions l eau d aujourd hui d 1 Le choix de la gestion directe. Pourquoi? Une dynamique engagée Municipaliser la gestion de l eau s inscrit dans une volonté affirmée de redonner un sens

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Ministère de l Industrie, de l Energie et des Mines. Bilan des premiers 100 jours - Conférence de Presse

Ministère de l Industrie, de l Energie et des Mines. Bilan des premiers 100 jours - Conférence de Presse Bilan des premiers 100 jours - Conférence de Presse Siège du Ministère le 22 Mai 2014 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Principaux objectifs et priorités du ministère pour l année 2014... 3 3. Bilan des

Plus en détail

La ressource en eau en Australie

La ressource en eau en Australie La ressource en eau en Australie Template Lake Alexandrina www.flickr.com Gif Murray Darling Basin Commission www2.mdbc.gov.au Observe ce reportage diffusé sur Arte en mars 2009 : où a-t-il été tourné?

Plus en détail

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Billy Troy, Fondation FARM Partage du savoir en Méditerranée (7) Tunis, 19 mai 2012 Sécurité hydrique et sécurité alimentaire

Plus en détail

La démarche pédagogique. Présentation générale du dossier pédagogique. Présentation du dossier : «Eau rare, eau précieuse»

La démarche pédagogique. Présentation générale du dossier pédagogique. Présentation du dossier : «Eau rare, eau précieuse» Présentation du dossier : «Eau rare, eau précieuse» Présentation générale du dossier pédagogique L Unicef vous propose un dossier pédagogique : «Eau rare, eau précieuse» pour sensibiliser les élèves à

Plus en détail

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère

Collecte et dépollution des eaux usées. points de repère Collecte et dépollution des eaux usées points de repère coûts environnement assainissement Toute eau utilisée pour l activité humaine devient eau usée En France, un habitant consomme en moyenne 150 litres

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Fiche : L'ESPAGNE : un territoire en mutation

Fiche : L'ESPAGNE : un territoire en mutation Fiche : L'ESPAGNE : un territoire en mutation Pourquoi et en quoi le territoire espagnol est-il en mutation? Quelles en sont les limites? PARTIE 1 : QUESTIONNAIRE Consignes : - Les questions ont pour finalité

Plus en détail

Délibération no 01.26 du 15 novembre 2001

Délibération no 01.26 du 15 novembre 2001 AGENCE DE L'EAU SEINE NORMANDIE CONSEIL D'ADMINISTRATION Réunion du 15 novembre 2001 Délibération no 01.26 du 15 novembre 2001 PORTANT APPROBATION DU VII ème PROGRAMME ETENDU A L'ANNEE 2002 Le Conseil

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

TARIFICATION ÉCO-SOLIDAIRE DE L EAU

TARIFICATION ÉCO-SOLIDAIRE DE L EAU Apporter au territoire l eau de qualité répondant à ses besoins Préserver la ressource en eau Garantir l accès à l eau pour tous Inciter à une consommation responsable Réduire l impact des eaux usées sur

Plus en détail

INTERSESSION 2 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU TENSIFT. 26-27 Avril 2010

INTERSESSION 2 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU TENSIFT. 26-27 Avril 2010 INTERSESSION 2 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DU TENSIFT 26-27 Avril 2010 ANALYSE SWOT FORCES Vision bien définie et claire : «Gestion intégrée des RE pour un développement durable de la Région MTAH» Engagement

Plus en détail

Ministère des Infrastructures Economiques. REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail

Ministère des Infrastructures Economiques. REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail Ministère des Infrastructures Economiques REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail INTRODUCTION I. POURQUOI L EAU POTABLE A UN COUT? II. LES OBJECTIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR DE L EAU POTABLE

Plus en détail

MUNICIPALES 2014 BILAN EAU ET ASSAINISSEMENT

MUNICIPALES 2014 BILAN EAU ET ASSAINISSEMENT MUNICIPALES 2014 BILAN EAU ET ASSAINISSEMENT Dénonciation du contrat de l eau : Le groupe des Verts a dénoncé à l époque les excès de profits réalisés par la Lyonnaise des eaux, et avait demandé d intégrer

Plus en détail

DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE»

DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE» DOMAINES DE COOPÉRATION PROPOSÉS PAR L AGENCE NATIONALE DE GESTION INTÉGRÉE DES RESSOURCES EN EAU «AGIRE» DERAMCHI Mohamed Directeur général de l AGIRE. International Integrated Basin Management Workshop

Plus en détail

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau

Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau ROYAUME DU MAROC Secrétariat d État chargé de l Eau et de l Environnement Agences de Bassins Hydrauliques & Gouvernance de l eau Mohamed HACHIMI Du 08 au 09/07/2009 à Tunis Gouvernance au niveau des Agences

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 1 : LA QUESTION DE L ACCÈS A L EAU EN AUSTRALIE. LE BASSIN DE LA MURRAY- DARLING

ÉTUDE DE CAS N 1 : LA QUESTION DE L ACCÈS A L EAU EN AUSTRALIE. LE BASSIN DE LA MURRAY- DARLING ÉTUDE DE CAS N 1 : LA QUESTION DE L ACCÈS A L EAU EN AUSTRALIE. LE BASSIN DE LA MURRAY- DARLING MISE AU POINT SCIENTIFIQUE. INTRODUCTION : L Australie constitue aujourd hui un cas d école concernant tous

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE

Dr. Fadi Georges Comair Directeur Général des Ressources Hydrauliques et Electriques MEE SÉMINAIRE INTERNATIONAL SUR LA GESTION DES BASSINS ET LA COOPÉRATION DANS LA RÉGION EURO - MÉDITÉRRANÉENNE ET ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU RÉSEAU MÉDITERRANÉEN DES ORGANISMES DE BASSIN (REMOB) BEYROUTH (LIBAN)

Plus en détail

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin

Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin Conf Hôtel de Ville, Grand Salon Conférence «La Chine, puissance mondiale» par Zongxia Caï, Professeur, Académie des Sciences de Chine, Pékin La Chine est un pays très étendu : 5 000 km du Nord au Sud,

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) Les principes essentiels pour la période allant de 2010 à 2013 sont alignés sur le XI Plan National de Développement avec

Plus en détail

I. Quelle est la répartition de la population à l échelle du monde?

I. Quelle est la répartition de la population à l échelle du monde? G2 Où sont les hommes sur la terre? Image satellite de l illumination du globe par les activités humaines Pourquoi observe-t-on une illumination non homogène (partout de la même manière) du globe? 9 mers

Plus en détail

Plan. PROJET ENERGIE SOLAIRE A NEFTA: Soleil de Nefta. 1. La ville de Nefta. 1. La ville de Nefta. 2. Environnement riche et écologiquement diversifié

Plan. PROJET ENERGIE SOLAIRE A NEFTA: Soleil de Nefta. 1. La ville de Nefta. 1. La ville de Nefta. 2. Environnement riche et écologiquement diversifié PROJET ENERGIE SOLAIRE A NEFTA: Soleil de Nefta 1. La ville de Nefta Plan 2. Environnement riche et écologiquement diversifié 3. CONSTAT SEVERE: L oasis ne permet plus une variété de production, le tourisme

Plus en détail

GICRESAIT PRODUCTION ET REALISATION D UN FILM DOCUMENTAIRE «EAUX SOUTERRAINES, UNE MANNE COMMUNE A PROTEGER»

GICRESAIT PRODUCTION ET REALISATION D UN FILM DOCUMENTAIRE «EAUX SOUTERRAINES, UNE MANNE COMMUNE A PROTEGER» PRODUCTION ET REALISATION D UN FILM DOCUMENTAIRE GICRESAIT «EAUX SOUTERRAINES, UNE MANNE COMMUNE A PROTEGER» AU SERVICE DE LA GESTION DURABLE ET CONCERTEE DES RESSOURCES EN EAU DE L IULLEMEDEN ET DU TAOUDENI

Plus en détail

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests

Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Améliorations de l outil d aide à la décision STRATEAU et implémentations de bassins tests Dans le cadre de la convention signée entre l Ambassade de l Eau et l ensemble des Agences de Bassin françaises,

Plus en détail

Le circuit de l eau domestique

Le circuit de l eau domestique 7 Le circuit de l eau domestique L approvisionnement en eau, autrefois et aujourd hui On pourra utiliser les ressources documentaires du CDI ou celles d internet 1. Réalisation de dossiers documentaires

Plus en détail

La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie

La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie Tunisie : la triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» 65 La triade «eau bleue, eau verte, eau virtuelle» et la sécurité alimentaire en Tunisie par Monsieur Abdelkader Hamdane Ancien directeur général

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Etude de cas : La gestion de l'eau du bassin de la Murray River en Australie

Etude de cas : La gestion de l'eau du bassin de la Murray River en Australie Proposition d'étude de cas en géographie (5ème) Thème 2 : la question de l'accès à l'eau (intitulé pour les élèves : «L inégal accès des hommes à l eau» Etude de cas : La gestion de l'eau du bassin de

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 1/2003 R E S U M E

NOTE COMMUNE N 1/2003 R E S U M E REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 1/2003 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 43 et 44 de la loi n

Plus en détail

AMELIORER LA GESTION DE L EAU : EXPERIENCE RECENTE DES PAYS DE L OCDE

AMELIORER LA GESTION DE L EAU : EXPERIENCE RECENTE DES PAYS DE L OCDE AMELIORER LA GESTION DE L EAU : EXPERIENCE RECENTE DES PAYS DE L OCDE RESUME La crainte qu une mauvaise gestion de l eau ne devienne l un des principaux freins à un Une mauvaise gestion de développement

Plus en détail

Les politiques d efficacité énergétique en Chine, notamment dans le secteur du bâtiment

Les politiques d efficacité énergétique en Chine, notamment dans le secteur du bâtiment Développement durable et villes chinoises: l efficacité énergétique dans le bâtiment Les politiques d efficacité énergétique en Chine, notamment dans le secteur du bâtiment 5 e Symposium de Recherche Urbaine

Plus en détail

L eau ne tombe pas du ciel!

L eau ne tombe pas du ciel! DOSSIER2 L eau ne tombe pas du ciel! L eau douce, entre rareté et inégale répartition. DÉCOUPAGE DE LA FICHE Chaque fiche pédagogique «dossier» est structurée en deux parties : Première partie : documents

Plus en détail

Avenir de l environnement mondial 5 (GEO-5): synthèse pour l Asie occidentale

Avenir de l environnement mondial 5 (GEO-5): synthèse pour l Asie occidentale UNDER STRICT EMBARGO: 6 June 2012, 15:30 CET Avenir de l environnement mondial 5 (GEO-5): synthèse pour l Asie occidentale à la veille de Rio+20 Des politiques intégrées sont nécessaires pour affronter

Plus en détail

La construction sociale du statut juridique de l eau l du Nord

La construction sociale du statut juridique de l eau l du Nord La construction sociale du statut juridique de l eau l en Amérique du Nord Disponibilité réelle de l eaul 0,25 % d eau d douce accessible sur terre Inégale répartition: r 60% de l eau l douce se retrouve

Plus en détail

PROGRAMME D ACTION 2013-2018

PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 PROGRAMME D ACTION 2013-2018 > L eau, cette ressource vitale que l on pensait renouvelable à l infini, n est pas inépuisable. 40 % des territoires sur lesquels intervient l

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

Le tourisme durable dans l espace francophone

Le tourisme durable dans l espace francophone Le tourisme durable dans l espace francophone De la valorisation des patrimoines culturels et naturels vers une économie verte I. Contexte et justification Le tourisme, en plein essor, est reconnu comme

Plus en détail

Qui doit payer? Déclinaison des principes généraux aux services d eau potable et d assainissement

Qui doit payer? Déclinaison des principes généraux aux services d eau potable et d assainissement 24 juin 2014 Qui doit payer? Déclinaison des principes généraux aux services d eau potable et d assainissement Le financement des services publics en Amérique Latine Maurice Bernard Mais pourquoi payer?

Plus en détail

LES ALPES VADÉMÉCUM. Hommes et défis en montagne : brefs instantanés SOMMAIRE CARTES

LES ALPES VADÉMÉCUM. Hommes et défis en montagne : brefs instantanés SOMMAIRE CARTES LES ALPES Hommes et défis en montagne : brefs instantanés VADÉMÉCUM SOMMAIRE Introduction Les Alpes en bref Les Alpes sans frontières L empreinte de l Homme La diversité alpine L évolution de la population

Plus en détail

Les origines du SDAEP

Les origines du SDAEP Les origines du SDAEP Syndicat créé en 1983 avec 2 vocations : Eviter la disparité des prix de l eau Un prix unique de vente d eau aux abonnés pour toutes les collectivités adhérentes (collège distribution)

Plus en détail

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat»

SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX. «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» SEMINAIRE DES ANIMATEURS TERRITORIAUX (du 6 au 8 octobre 2010 à Angerville l Orcher) «Témoignage d un animateur sur l application d un contrat» Intervenant : Katy Carville Animatrice du Contrat Global

Plus en détail

Risque climatique et accès à l eau en Méditerranée

Risque climatique et accès à l eau en Méditerranée présente Risque climatique et accès à l eau en Méditerranée Un séminaire organisé par le Réseau Euromed France Jeudi 17 septembre 2015 (14h-17h) Salle Jacques Alliot à l Afd (Paris) En partenariat avec

Plus en détail

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique.

Je commencerai donc par quelques chiffres clés concernant nos relations avec l Afrique. Mesdames, Messieurs, C est pour moi un grand plaisir de pouvoir présenter aujourd hui la coopération japonaise en Afrique aux différents partenaires qui ont répondu à mon invitation à cette soirée de rencontre.

Plus en détail

La mutualisation du stationnement

La mutualisation du stationnement La mutualisation du stationnement Eric GANTELET, Président SARECO SARECO est un bureau d études spécialisé sur les questions de stationnement qui conseille les collectivités territoriales depuis la définition

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

LE CYCLE DE L EAU DE LA NATURE A LA NATURE EN PASSANT PAR CHEZ VOUS

LE CYCLE DE L EAU DE LA NATURE A LA NATURE EN PASSANT PAR CHEZ VOUS l essentiel sur... LE CYCLE DE L EAU DE LA NATURE A LA NATURE EN PASSANT PAR CHEZ VOUS Sommaire 1. L EAU SUR LA PLANÈTE Mais où se trouve l eau? Y a-t-il beaucoup d eau douce disponible? Pourquoi certains

Plus en détail

TARIFS. L eau à. au 1 er AOUT 2014. Comprendre pour mieux consommer. L eau c est la ville!

TARIFS. L eau à. au 1 er AOUT 2014. Comprendre pour mieux consommer. L eau c est la ville! L eau à Comprendre pour mieux consommer TARIFS des usagers domestiques au 1 er AOUT 2014 L eau c est la ville! Privilégier l environnement, mettre en place une tarification différenciée privilégiant l

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Maîtrise de l énergie à la SONEDE : État des lieux et perspectives d actions

Maîtrise de l énergie à la SONEDE : État des lieux et perspectives d actions REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L AGRICULTURE SOCIETE NATIONALE D EXPLOITATION ET DE DISTRIBUTION DES EAUX WASSER BERLIN INTERNATIONAL 2013 Arab Day Allemagne, Berlin, 25 Avril 2013 Maîtrise de l énergie

Plus en détail

LES GRANDS PROJETS. ENERGIE 6 projets Coût: 2063.1 millions de dollars

LES GRANDS PROJETS. ENERGIE 6 projets Coût: 2063.1 millions de dollars LES GRANDS PROJETS INFRASTRUCTURES 9 projets Coût: 3775.5 millions de dollars Secteurs: Modernisation des autoroutes / Aménagement des zones industrielles / Intégration des quartiers populaires ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Opportunités et défis de l utilisation des énergies renouvelables en Agriculture : Cas de la Tunisie

Opportunités et défis de l utilisation des énergies renouvelables en Agriculture : Cas de la Tunisie République Tunisienne Ministère de l Agriculture Opportunités et défis de l utilisation des énergies renouvelables en Agriculture : Cas de la Tunisie Dr. Ali RHOUMA Maitre de Recherche Directeur de la

Plus en détail

Comment gérer l eau dans mon entreprise?

Comment gérer l eau dans mon entreprise? Comment gérer l eau dans mon entreprise? Déroulement de la matinée 9h30 : «L Eau, l Or bleu de notre région» Madame Sophie BREMS Journaliste, RTBF, La première 10h15 : «L assainissement des eaux usées

Plus en détail

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2)

Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Projet de Gestion des Ressources Naturelles phase II (PGRN2) Unité de Coordination Centrale (UCC) Direction Générale du Financement, des Investissements et des Organismes Professionnels Ministère de l

Plus en détail

La sécurité alimentaire dans le monde

La sécurité alimentaire dans le monde Séquence 1 Nourrir les hommes Lancement : Reportage : Journal télévisé de TF1 et émission de Y.A.Bertrand «Vu du ciel» Problématiques générales : 1). 2). Séance 1 La sécurité alimentaire dans le monde

Plus en détail

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région

TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies cultivées 2002 Région TABLEAU 1 Distribution régionale des superficies cultivables et cultivées Superficies Superficies cultivées 2002 cultivables Superficie en % des superficies cultivables () () (%) Nord 65 320 000 28 028

Plus en détail

Le programme d intervention révisé de l agence de l eau Rhin-Meuse, pour les années 2016 à 2018, adopté à l unanimité

Le programme d intervention révisé de l agence de l eau Rhin-Meuse, pour les années 2016 à 2018, adopté à l unanimité Rozérieulles, le 15 octobre 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE CONSEIL D ADMINISTRATION COMITÉ DE BASSIN Mardi 13 octobre 2015 Le programme d intervention révisé de l agence de l eau Rhin-Meuse, pour les années

Plus en détail

OASIS ou île du désert Présenté par Bénoudji Colette. Rôle Environnemental Rôle Economique et social Rôle patrimonial Les grands défis

OASIS ou île du désert Présenté par Bénoudji Colette. Rôle Environnemental Rôle Economique et social Rôle patrimonial Les grands défis OASIS ou île du désert Présenté par Bénoudji Colette Introduction Rôle Environnemental Lead Tchad Rôle Economique et social Rôle patrimonial Les grands défis 1 Photo 1: Ecosystème type Palmeraie 2 Introduction

Plus en détail

Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE

Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE Document de référence relatif à la consultation publique sur les options politiques pour optimiser la réutilisation des eaux dans l UE 1. Situation actuelle et tendances futures pour la réutilisation des

Plus en détail

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE (clients domestiques) Soumis à une «révolution» sans égale depuis l électrification de notre pays, le marché de l électricité est en train de se métamorphoser : ouverture

Plus en détail

Répondre aux besoins des populations Transformations effectuées principes mis s en place. des populations Transformations

Répondre aux besoins des populations Transformations effectuées principes mis s en place. des populations Transformations Domaine Protection de l environnement Développement économique Répondre aux besoins des populations Transformations effectuées ou principes mis s en place. Domaine Protection de l environnement Développement

Plus en détail

APPROVISIONNEMENT EN EAU

APPROVISIONNEMENT EN EAU APPROVISIONNEMENT EN EAU Pourquoi est-ce un problème prioritaire? Deux raisons principales font de l approvisionnement en eau un enjeu important pour le territoire du COBAMIL. D abord, l eau brute destinée

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

LA TARIFICATION DE L EAU EN RÉGION WALLONNE. Exposé de M. Jean-Luc MARTIN Président du Comité de direction de la SPGE

LA TARIFICATION DE L EAU EN RÉGION WALLONNE. Exposé de M. Jean-Luc MARTIN Président du Comité de direction de la SPGE LA TARIFICATION DE L EAU EN RÉGION WALLONNE Exposé de M. Jean-Luc MARTIN Président du Comité de direction de la SPGE I. LE PRIX DE L EAU EN WALLONIE application du coût-vérité de l eau Directive européenne

Plus en détail

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN?

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? Si je vous posais la question suivante: Etes-vous partisans de l Eau Bien Commun? J obtiendrais une réponse positive unanime. Mais si je vous posais ensuite la question

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Plan de déplacementsd au Cœur de la Stratégie des Entreprises Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. 25 janvier 2006 Document 7ème SenS libre d utilisation sous réserve d en citer la source

Plus en détail

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective

L eau souterraine. point au 18 mai 2006. Jacques VARET Direction de la Prospective L eau souterraine point au 18 mai 2006 Jacques VARET Direction de la Prospective Les ressources en eau et la demande de l humanité > Planète terre : 97% d eau salée 3 % d eau douce dont : 77,2 % : glaciers

Plus en détail

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013

DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE. Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Vendredi 5 avril 2013 DEBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ENERGETIQUE Le protocole de Kyoto: (1997) Réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le Facteur

Plus en détail

L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne. 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé

L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne. 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé L accès à l eau et à l assainissement en Afrique subsaharienne 14 février 2013 Collège Les Petits Sentiers, Lucé SEVES L ASSOCIATION Systèmes Economiquement Viables pour l Eau aux Suds Association loi

Plus en détail

Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com

Téléchargé gratuitement sur http://orpheecole.com G3 Séquence 3 Séance 2 : Les espaces agricoles en France 1 Observe les photos suivantes, et réponds aux questions : Document 1 : Quels outils ces agriculteurs utilisaient-ils? Pourquoi les rendements étaient-ils

Plus en détail