Le Courtage d'assurances aujourd'hui et demain

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Courtage d'assurances aujourd'hui et demain"

Transcription

1 Le Courtage d'assurances aujourd'hui et demain 1) Portrait robot du courtier d assurances Effectifs L âge moyen des dirigeants de cabinets de courtage d assurances est de 53 ans, les seniors dominent donc largement la profession. Les dirigeants de moins de 0 ans ne représentent que 7 % des effectifs. En 2013, 0 % des cabinets de courtage d assurances sont des structures comptant d une à deux personnes et encore 21,5 % des courtiers travaillent seuls. Un peu moins d un tiers des cabinets compte un effectif de 3 à 5 personnes. Enfin, 27 % des structures rassemblent plus de 6 personnes. L évolution entre 2008 et 2013 montre un renforcement des équipes de front-office. Implantation territoriale La plus forte concentration de cabinets de courtage d assurances (de toutes tailles) se situe dans la région Île-de-France (36 %), avec une part toujours en augmentation et ceci, depuis Dans les autres régions à forte place de courtage, le nombre de courtiers tend à se réduire légèrement (13 % en Rhône-Alpes-Auvergne, 9 % en PACA et 5 % en Aquitaine). Forme juridique et pérennité La majorité des cabinets de courtage d assurances ont une forme juridique SARL ou SNC. 66 % d entre eux sont composés de structures à actionnariat exclusivement familial. En 2013, l âge moyen des cabinets est de 22 ans et plus de 6 % ont plus de 15 ans d existence, prouvant une certaine solidité. Cependant, le renouvellement des cabinets déjà anciens est insuffisant et pourrait peser sur la future structuration du secteur et sur sa part de marché.

2 Activité L activité des cabinets de courtage français reste généraliste, bien que 58 % d entre eux indiquent travailler sur un secteur spécifique. Par ordre d importance : l Assurance de personnes, les Entreprises (PME/PMI), la Santé, la Construction et le Transport. Pour ce qui concerne le niveau de chiffre d affaires sur l exercice 2012, 7 % du total provient des Assurances de Biens et responsabilités, 32 % des Assurances de Personnes contrats individuels, 19 % Personnes Collectives. Enfin, 5 % des courtiers travaillent (occasionnellement ou régulièrement) par prescription en 2013, avec les experts-comptables (23 %), les avocats (13 %), les particuliers (12 %), les notaires (11 %) et enfin, les agents immobiliers (9 %). Les courtiers d assurances exercent parfois une autre fonction : 28 % sont CGPI et 10 % agents immobiliers ou agents d assurances Clientèle et fournisseurs En 2013, les cabinets de courtage ont en moyenne clients (et 9 % plus de 5 000). 9 % de ces clients sont des particuliers, 1 % des entreprises PME et 10 % des chefs d entreprises, artisans et commerçants. Le nombre moyen de fournisseurs de produits se situe entre 2 et 3,6 fournisseurs. 5 % des courtiers déclarent avoir au moins un fournisseur de produits d assurance principal représentant au moins 0 % du chiffre d affaires. Les 5 premiers fournisseurs 2013, en IARD : Allianz, AXA, Generali, Swiss Life et Covéa Risks ; en Santé : Swiss Life, April, Generali, Allianz, AXA ; en Retraite : Generali, Swiss Life, AXA, April, Aviva ; en Prévoyance : Generali, April, Swiss Life, Axa, Alptis ; en Assurance emprunteur : April, Metlife, Generali, Cardif, Alptis et enfin en Assurance Vie : Generali, AXA, Allianz, Swiss Life et April. Près de 100 % des courtiers d assurances déclarent être couverts par une RC Pro (38 % CGPA, 11 % Allianz et 10 % QBE) et une Garantie financière (39 % CGPA, 11 % Allianz et 10 % QBE). * Ces données 2013 sont issues du Livre bleu Aprédia, une étude réalisée à partir d informations recueillies auprès de cabinets de toutes tailles.

3 2) Résultats 201 sur l exercice 2013 Pour notre confrère La Tribune de l Assurance, «En dépit d un contexte économique atone et d un environnement réglementaire adverse, le top100 des courtiers d assurances progresse à bon rythme». Avec un CA de, Mds, en hausse de 5,1 % les principaux courtiers français réitèrent sur l exercice 2013, les croissances enregistrées lors des deux exercices précédents (+ 5,6 % en 2012 et + 5,1 % en 2011). TOP 10 des courtiers français sur les exercices 2013 et 2012 Classement La Tribune de l Assurance* de l Assurance* Classement L Argus Groupes CA Brut 2013 consolidé en M Evolution CA brut 2013/2012 Groupes CA consolidé 2012 en M Variation 2012 / 2011 Gras Savoye 53-1,3 % Gras Savoye 551-0,9 % April 501-0,% Marsh & McL ,7 % Marsh & McL ,8 % AON France , % Verspieren % Verspieren , % AON ,8% Siaci St Honoré ,7 % Siaci St Honoré ,5 % DIOT ,3 % SPB ,5 % Filhet Allard ,9 % Henner ,7% Groupe ASSU ,2 %

4 DIOT ,9 % Verlingue % Filhet-Allard 125 +,8 % Béssé Assurances % Sources : La Tribune de l Assurance, L Argus de L Assurance, juin 201 et juillet 2013 *(Les deux titres de presse n utilisent pas la même grille d analyse : CA brut consolidé pour LTA et CA consolidé pour L Argus) Analyse Sur leur marché de prédilection des Assurances de Biens et Responsabilités, les principaux courtiers ne progressent que de 1,5 % sur l exercice Une contreperformance relative pour le courtage qui fait moins bien que la profession dans son ensemble (+ 2 %, à 50 Mds ). L assurance transports maritime et routier marque un recul significatif encore cette année et ce sont tous les courtiers spécialisés du marché qui en sont pénalisés. En 2013, l épargne retraite a retrouvé des couleurs et la branche Santé/prévoyance a poursuivi sa forte croissance en dépit de la déferlante réglementaire qui a bousculé les modèles en place (ANI). Répartition par branche (en M ) du CA du Top 10 IARD : 1 99 M, soit 7,97 % Santé / Prévoyance : 1 60 M, soit 35,92 % Vie / Epargne : 112 M, soit 2,75 % Transport : 377 M, soit 9,29 % Autre :,07 % Pour L Argus de l Assurance, dans un contexte persistant de crise, «les courtiers français ont encore réalisé une année 2012 prospère, affichant, pour la plupart, des exercices en croissance». En effet, les courtiers des trois familles (généralistes, spécialistes ou grossistes) ont réalisé mis à part quelques exceptions un exercice 2012 tout à fait honorable. 62 % des cabinets étudiés ont enregistré une hausse de leur chiffre d affaires sur les trois dernières années et 1/3 d entre eux envisage de recruter de nouveaux collaborateurs dans les 12 prochains mois, essentiellement pour des fonctions commerciales (32 %) Toujours selon L Argus, quatre types de courtiers ont su optimiser leurs affaires en Les «globetrotteurs» (Gras Savoye, Siaci Saint-Honoré, Verspieren, etc.) se sont particulièrement démarqués en matière de mobilité internationale, de développement à

5 l export et de renforcement des réseaux. Les «prévoyants» (Ageo, Assurone, Santiane, etc.) se sont investis dans les nouveaux partenariats, le multicanal et la diversification des produits. Les «communicants» (April, Assu 2000, Filhet-Allard) ont fait le choix d une marque chapeau ou d une identité propre à chaque filiale. Enfin, les «acquéreurs» (Axelliance, Finaxy et Ovatio) ont pris l option de compléter leur palette de services ou d atteindre la taille critique. Plus généralement, certains courtiers spécialisés (tel Eyssautier) ont repris leur indépendance. Un autre facteur déterminant pour le secteur du courtage d assurances est l orientation du marché de la Santé après l ANI. Des courtiers grossistes comme Neoliane (groupe Santiane) ou Solly Azar misent déjà sur la prévoyance ou les TNS pour développer leur portefeuille. La Tribune de l Assurance (LTA) prévient : «les courtiers s inquiètent de l assèchement programmé de la santé individuelle, un segment particulièrement rentable, notamment pour les grossistes et leurs milliers d apporteurs. L individuelle tire en effet, presque à lui seul la croissance des 100 premiers courtiers français ces dernières années, jusqu à rattraper l IARD». De plus, les courtiers ont dépensé ces dernières années, d énormes sommes pour investir massivement dans le marketing, les RH et les SI. «Ils apparaissent donc aujourd hui comme les grands perdants de la reconfiguration d un marché appelé à ne laisser qu une portion congrue des affaires aux intermédiaires», conclut LTA. Quelles pistes suivre alors pour le développement? La cession pure et simple ou l adhésion à des réseaux? 3) Spécificités du métier Les courtiers de proximité Selon le 3 ème Baromètre des courtiers de proximité**, le courtier de proximité est à la tête d une TPE réalisant un CA médian de Positionnés historiquement sur le marché du dommage, les courtiers de proximité ont su résister à la montée en puissance de la bancassurance en se développant sur des marchés de niches, sur la santé et la prévoyance et en diversifiant leur clientèle. En 2013, les courtiers se sont concentrés sur le travail de leur portefeuille. 60 % d entre eux déclarent la fidélisation de leurs clients comme le principal facteur ayant favorisé la hausse de leur CA. La prospection (37 %) et l augmentation des cotisations (23 %) sont deux autres facteurs principaux. Malgré la crise économique et les nouvelles réglementations européennes et françaises, les courtiers restent majoritairement optimistes : 68 % pensent que la profession se porte bien. Environ 1 courtier sur 2 (6 %) déclare avoir connu une augmentation de son CA en % des courtiers interrogés déclarent même une augmentation de leur CA supérieure à 20%. Sur le marché des particuliers, les courtiers désignent toutefois la bancassurance (61 %) et l Internet (56 %) comme les principales menaces. Les instituts de prévoyance étant les principaux concurrents sur l entreprise (8 %).

6 **3ème baromètre APRIL/OpinionWay réalisé en 2013 auprès de 500 entreprises Les courtiers grossistes Selon le top20 des courtiers grossistes paru dans l hebdomadaire de notre confrère L Argus de l Assurance en juin 201, face aux nouvelles contraintes réglementaires et à une concurrence très active, le courtage en gros est dans l obligation de prendre le virage du digital et de penser à de nouvelles opportunités de croissance y compris en Europe. Les marchés de niches qu ils occupaient historiquement sont devenus de véritables places de marché où se retrouvent aujourd hui les bancassureurs, les agents généraux et les courtiers de proximité. D autre part, une étude réalisée par le Syndicat 10 (S10) de la CSCA en 201 avec l institut CSA, auprès de 97 intermédiaires présents en France et quelque 60 dirigeants et cadres d organismes d assurance. Sur l utilité du courtage en gros. Au total, 79 % des courtiers de proximité et 77 % des assureurs jugent que les courtiers grossistes représentent un maillon important de la chaîne de distribution des contrats d assurance. Les courtiers grossistes membres du Syndicat 10 sont attendus dans un rôle d animation et de réflexion sur les enjeux de la profession par 83 % des courtiers de proximité interrogés. De leur côté, 92% des assureurs interrogés mettent en exergue leur force de proposition face aux évolutions du marché. Selon Karim Irouche, PDG d ECA Assurances, ce succès d estime s explique probablement grâce «aux fortes compétences des courtiers grossistes en matière de marketing, en quelque sorte gravées dans leur ADN». En effet, la plupart de leurs courtiers de proximité partenaires préfèrent privilégier leur investissement dans le commercial et la gestion et n ont, pour la plupart, pas les moyens financiers et humains de développer des sites internet. De fait, les interfaces proposées par les courtiers grossistes leur sont très utiles dans leur relation client (front et back office). Il en est de même pour la veille réglementaire (DIA2 Solvabilité 2, contrôles ACP, etc.), aussi cet apport de la CSCA et des courtiers grossistes est-il très apprécié d eux. TOP 10 des courtiers grossistes (sur l exercice 2013) Société Effectif CA 2012 en Variation % v/s 2012 APRIL (Lyon) , Alptis Assurances (Lyon) ,5 Solly Azar (Paris) ,7 SMAM Assurances ,7 (La Rochelle) Ciprès Vie (gr. Molitor) Levallois-Perret Groupe Zéphir , , (Châteaubriand) Cegema Novélia (Rennes)

7 ECA Assurances ,9 Maxance (Assu 2000) ,7 Monaco Source L Argus de L Assurance, juin 201 Cependant, l étude du S10 conclue que pour perdurer dans leur formule gagntant, les courtiers grossistes devront suivre de près leurs S/P (sinistres sur primes) qu ils amènent aux porteurs de risques qui, par retour, font monter la pression sur les premiers quant à leur capacité à livrer de bons résultats. L autre défi à relever réside dans le maintien de la qualité de service. *** cabinets de courtage de proximité ont été interrogés sur leur vision des courtiers grossistes et 1 79 ont répondu au questionnaire en ligne, ce qui représente un échantillon tout-à-fait représentatif de la cible. ) Prospective : une profession lucide et combative La profession de courtier est chahutée par la crise et les évolutions réglementaires mais reste optimiste sur l avenir. L Accord National Interprofessionnel est une menace clairement identifiée par la profession (81 %). Pour autant, déterminés, les courtiers se disent prêts à s adapter et à modifier leur stratégie pour mieux faire face à l ANI et se recentrer sur le marché des TNS/Professionnels (52 %), des séniors (39 %), le dommage TNS et entreprise (28 %) et le collectif (23 %). Dans cette optique, les TNS/TPE apparaissent comme le marché le plus important et le plus prometteur à investir. En effet, 89 % des courtiers pensent que le développement du courtage se fera principalement sur le professionnel et l entreprise (76 %), tant sur le dommage que sur la santé/prévoyance. 55 % d entre eux prévoient une croissance du marché sur les trois années à venir, 65 % pour ceux positionnés sur le marché des professionnels. Les courtiers sont prêts à se diversifier sur les marchés porteurs et notamment sur celui des TNS/TPE où ils sont légitimes, selon les résultats de l enquête, pour «faire valoir leur savoir-faire de conseil et d accompagnement de proximité».

8 Manque de fournisseurs et déficit de notoriété Comme nous l avons vu plus haut, les courtiers jouent pleinement leur rôle de mandataires de leurs clients et travaillent en moyenne avec 5 fournisseurs sur le particulier et fournisseurs sur le marché des entreprises/professionnels. Cependant, ils sont moins nombreux en 2012 qu en 2013 à avoir changé de fournisseurs (25 % contre 33 %). 51 % des courtiers de proximité rencontrent des difficultés pour accéder aux offres des fournisseurs (7 % en 2012). Sur le dommage du professionnel plus particulièrement % des courtiers rencontrent de réelles difficultés à trouver des fournisseurs, en particulier sur la RC et les risques Hors Normes. Question notoriété : si les courtiers sont conscients d être peu connus du grand public (28 % 2012), ils ont conscience de l être un peu plus des chefs d entreprises. Les courtiers arrivent toutefois seulement en 5 ème position derrière les mutuelles, les agents généraux, les réseaux de banques et les institutions de prévoyance. Cependant, 5 % des entreprises ont une bonne image de la profession, un chiffre qui monte à 75 % quand les entreprises «travaillent» avec un courtier Mieux : 70 % des chefs d entreprises sont prêts à recommander à leur entourage les services de leur courtier. Les principaux canaux de connaissance des courtiers sont, selon eux, le bouche-à-oreille, la prospection, la recommandation par les expertscomptables (d un cabinet d assurance ou des chambres consulaires, la prospection, internet et la publicité). Le bouche-à-oreille est aujourd hui encore le premier moyen pour les courtiers de se faire connaitre auprès des TNS/TPE (6 %) et du grand public (86 % en 2012). Au-delà du travail de notoriété et d un effort de fidélisation de leur portefeuille, les courtiers doivent se mobiliser pour investir le marché de l assurance collective auprès des TPE et professionnels. En effet, 83 % des entreprises déclarent attendre 2016 pour souscrire une complémentaire santé Un délai suffisamment important pour permettre à la profession de mener des actions auprès de ces entreprises et de gagner des parts de marchés, tandis que les offres des porteurs de risques et souscripteurs se multiplient. **3ème baromètre APRIL/OpinionWay réalisé en 2013 auprès de 500 entreprises Concurrence entre les réseaux Le Baromètre April-Opinion Way fait remonter les nouvelles menaces ressenties par la profession. 71 % des courtiers d assurances interrogés pointent la volatilité des consommateurs, 6 %, la montée en puissance de la bancassurance, d Internet (57 %), et 56 %, la réglementation européenne. L ensemble de ces facteurs rendant aujourd hui plus difficile l installation en tant que courtier. Cependant, la profession reste attractive : les créateurs représentent aujourd hui 25 % des courtiers et plus d un tiers d entre eux ont recruté de nouveaux collaborateurs sur les 3 dernières années. La concurrence s avère donc toujours plus vive entre les différents types d intermédiaires. L Observatoire du courtage 2013 révèle qu outre les agents généraux, les MSI et les bancassureurs, les courtiers d assurances doivent aujourd hui compter avec les assauts de la Banque Postale et les politiques de développement des offres sur Internet par tous ces acteurs. De plus, les agents généraux se tournent à présent vers les TNS et les PME, et viennent donc concurrencer le pré-carré traditionnel des courtiers d assurances. En effet, en cette période de redistribution des participations sociales, la prévoyance devient la nouvelle cible des acteurs du marché.

9 Fidélisation, TIC & réseaux sociaux L Observatoire du courtage de proximité pointe le nouvel intérêt des courtiers d assurances pour les réseaux sociaux, perçus comme une nouvelle arme de prospection, de conseil et de suivi, mais qui cependant ne touchent pas encore l ensemble de la profession (selon seulement 15 % d entre eux y sont présents), certainement une question de génération Pour sa part, le Baromètre April-Opinion Way confirme que les nouveaux enjeux de la profession sont la fidélisation clients et le développement de l usage des nouvelles technologies. En effet, pour conserver leur dynamisme et faire face à la concurrence accrue, les courtiers de proximité savent qu ils doivent aujourd hui faire évoluer leur stratégie commerciale. La fidélisation de leur portefeuille devient une priorité. Ils sont désormais 82 % à vouloir travailler leur portefeuille et notamment le multi-équipement de leurs clients. Les courtiers d assurances développent également l usage des nouvelles technologies : site internet, réseaux sociaux, blogs, tablettes numériques, etc. Ils sont désormais 5 % à avoir un site Internet et 23 % exploitent les réseaux sociaux. L usage du numérique est particulièrement marqué auprès des jeunes générations : 63 % des 18-3 ans ont un site. Les créateurs de cabinets (35 ans et plus) se distinguent par une plus forte présence sur Internet que la moyenne des cabinets de courtage. Vision métier et leviers pour les jeunes courtiers Sur un secteur de l assurance se complexifiant du fait de l intervention de nouveaux entrants (Internet, grande distribution, etc.) et des tensions sur les marchés financiers, le métier de courtier ne cesse d évoluer pour s adapter à cette dynamique. Il doit notamment s ouvrir à un écosystème qui voit arriver des jeunes, porteurs de ce changement. Quelle est leur place dans cet univers? Le courtage en assurances ne bénéficie pas d une bonne image auprès des jeunes de part le fait que ces derniers ont souvent du mal à y démarrer. Cependant, le regard que portent les jeunes sur le marché du courtage d assurances peut être antagoniste : considéré comme une branche conservatrice par beaucoup, ce métier constitue pour d autres un terrain d expression de talents et d enthousiasme. Le marché du courtage reste attractif pour beaucoup de jeunes qui le découvrent parfois au hasard de circonstances favorables et ont espoir de développer un courtage d un genre nouveau : celui qui privilégie l environnement Internet. Quels leviers pour les marchés saturés? Pour les élèves de l ESA, il y a un véritable créneau à prendre avec l explosion des réseaux sociaux comme Twitter par exemple. La génération «Y» voit donc la transformation de l intermédiaire en une espèce de «courtier 2.0»... PATRICK SCHINDLER, CHARGÉ DE COMMUNICATION ET DES REVUES DE LA CSCA SOURCES 2013 : BAROMÈTRE APRIL /OPINIONWAY, APRÉDIA, XERFI, LA REVUE DU COURTAGE, LA TRIBUNE DE L ASSURANCE, L ARGUS DE L ASSURANCE, PROJETS COURTAGE, ETC. Copyright 2013

10

Le Courtage d assurances aujourd hui et demain

Le Courtage d assurances aujourd hui et demain Le Courtage d assurances aujourd hui et demain 1) Portrait robot du courtier d assurances Effectifs L âge moyen des dirigeants de cabinets de courtage d assurances est de 53 ans, les seniors dominent donc

Plus en détail

Observatoire des courtiers d assurance. Point 0 - Avril 2011

Observatoire des courtiers d assurance. Point 0 - Avril 2011 Observatoire des courtiers d assurance Point 0 - Avril 2011 APRIL Courtage Un réseau de 11 sociétés grossistes spécialistes. Une large gamme de plus de 140 produits sur tous les segments de marché et toutes

Plus en détail

PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10

PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 Enquête de satisfaction pour le Syndicat 10 1 milliards Les courtiers grossistes souscripteurs en assurance : une force économique + de milliards 2 d euros de primes collectées

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité

Baromètre des courtiers de proximité Edition 2013 Baromètre des courtiers de proximité Une profession qui ressent la crise mais fait preuve d adaptabilité courtiers restent optimistes malgré la crise Diriez-vous que la profession de courtier

Plus en détail

Enquête de l Institut CSA pour le S10 auprès des courtiers de proximité sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes souscripteurs

Enquête de l Institut CSA pour le S10 auprès des courtiers de proximité sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes souscripteurs Enquête de l Institut CSA pour le S10 auprès des courtiers de proximité sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes souscripteurs Du 28/01 au 22/02/2013 Pourquoi cette enquête? Les membres

Plus en détail

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes ENQUÊTE Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes INTRODUCTION Jean-Paul Babey Président du Syndicat 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 : LES MEMBRES Enquête

Plus en détail

LE PORTRAIT-ROBOT DU COURTIER D ASSURANCES ET LES STRUCTURES DE COURTAGE D ASSURANCES

LE PORTRAIT-ROBOT DU COURTIER D ASSURANCES ET LES STRUCTURES DE COURTAGE D ASSURANCES LE PORTRAIT-ROBOT DU COURTIER D ASSURANCES ET LES STRUCTURES DE COURTAGE D ASSURANCES Profil du dirigeant En 2015, 22 812 inscriptions «ORIAS» dans la catégorie «courtiers d assurances» dont 9 192 courtiers

Plus en détail

Courtage d assurances aujourd hui et perspectives 2013 2014

Courtage d assurances aujourd hui et perspectives 2013 2014 Courtage d assurances aujourd hui et perspectives 2013 2014 SOMMAIRE : 1) Portrait robot des courtiers d assurances page 2 2) Classement des courtiers d assurances 2012 2013 page 7 3) Prospective : forte

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Dossier de presse. 2 ème enquête d opinion du Syndicat 10 auprès des courtiers et des assureurs : Quelle représentation? Quelle valeur ajoutée?

Dossier de presse. 2 ème enquête d opinion du Syndicat 10 auprès des courtiers et des assureurs : Quelle représentation? Quelle valeur ajoutée? Dossier de presse 2 ème enquête d opinion du Syndicat 10 auprès des courtiers et des assureurs : Quelle représentation? Quelle valeur ajoutée? Juin 2014 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai?

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Paris, le 22 novembre 2010 3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Ciel, n 1 en France des logiciels de gestion et des

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

Rencontres. Diversification en assurance de personnes: panorama du marché et résultats obtenus

Rencontres. Diversification en assurance de personnes: panorama du marché et résultats obtenus Animation des débats : Benoît MARTIN Rédacteur en chef News Assurances Pro Diversification en assurance de personnes: panorama du marché et résultats obtenus Caroline ALBANET-SAROCCHI Associée Directeur

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances

Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances Société Eurocaribéenne de Conseils et d Organisation BP 382 97288 Lamentin Cédex (Martinique) Sommaire

Plus en détail

Développer son activité Courtage grâce à la communauté AssurDeal

Développer son activité Courtage grâce à la communauté AssurDeal Développer son activité Courtage grâce à la communauté AssurDeal Offre de services AssurDeal aux Assureurs et Grossistes Octobre 2014 NetAdvise 2014 Objectifs de l offre AssurDeal L offre AssurDeal aux

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 2 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

Présentation du cabinet

Présentation du cabinet Présentation du cabinet Depuis 2005, Selenis intervient aux côtés d acteurs de référence de l assurance. Ce qui nous caractérise fait aussi notre différence : Conseil métier, nous sommes spécialistes de

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Un début de contraction du marché de l emploi

Un début de contraction du marché de l emploi COMMUNIQUE DE PRESSE Baromètre RH AFDEL-Apollo Un début de contraction du marché de l emploi, le 28 novembre 2012 - L Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet (AFDEL) et Apollo

Plus en détail

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 %

Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Communiqué de presse Paris, le 1 er juillet 2015 Malakoff Médéric poursuit sa dynamique de croissance en 2014 et affiche un chiffre d affaires de 3,6 Mds, en hausse de 3,7 % Malakoff Médéric réalise une

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

2 e édition. Etude réalisée en partenariat avec

2 e édition. Etude réalisée en partenariat avec 2 e édition M A R S 2 0 0 9 Etude réalisée en partenariat avec En 2008, Ciel, N 1 français des logiciels de gestion pour petites entreprises, innovait en créant le Baromètre Ciel de l Informatisation des

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives

3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives 4 ème édition Paris, le 27 janvier 2012 3 ans d existence, 1 million d auto-entrepreneurs inscrits! Bilan et perspectives Les points clés Le régime de l auto-entrepreneur, un potentiel énorme de croissance

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation

Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Mercredi 2 mars 2016 Groupe APRIL : Résultats annuels 2015 conformes aux attentes dans un environnement en mutation Chiffre d affaires consolidé de 798,0 M, en progression de 4,1 % en publié et 4,6 % en

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

«Les fortes évolutions de notre environnement constituent un réel défi pour Covéa.»

«Les fortes évolutions de notre environnement constituent un réel défi pour Covéa.» L essentiel 2013 «Les fortes évolutions de notre environnement constituent un réel défi pour Covéa.» Comment caractérisez-vous l année 2013 pour Covéa? Commercialement, 2013 a été plutôt satisfaisante

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE 2014 ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est

Plus en détail

Rencontres. Pourquoi l ANI va contraindre les mutuelles à se diversifier? Animation des débats : Benoît MARTIN Rédacteur en chef News Assurances Pro

Rencontres. Pourquoi l ANI va contraindre les mutuelles à se diversifier? Animation des débats : Benoît MARTIN Rédacteur en chef News Assurances Pro Rencontres Animation des débats : Benoît MARTIN Rédacteur en chef News Assurances Pro Pourquoi l ANI va contraindre les mutuelles à se diversifier? Michel COLLOMBET Associé Eurogroup Consulting 2013 Les

Plus en détail

Baromètre Eurosearch & Associés Optimisation des ressources de management

Baromètre Eurosearch & Associés Optimisation des ressources de management Paris, le 4 septembre 2014 Baromètre Eurosearch & Associés Optimisation des ressources de management Eurosearch & Associés, société spécialisée dans le Conseil en Ressources de Management, dévoile la deuxième

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Le Rôle du Courtier de Réassurance Jeudi 25 septembre 2014 Auditorium de la F.F.S.A.

Le Rôle du Courtier de Réassurance Jeudi 25 septembre 2014 Auditorium de la F.F.S.A. Conférence Sup de Ré 2014 Le Rôle du Courtier de Réassurance Jeudi 25 septembre 2014 Auditorium de la F.F.S.A. SUP DE RE septembre 2014 «Le rôle du courtier de réassurance» - le point de vue de la cédante

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Contacts CSA Pôle Opinion-Corporate : Jean-Bernard LAINÉ Co-Directeur du Pôle Banque Assurances Services Industrie / jean-bernard.laine@csa.eu / 01 44 94 59 43 Yves-Marie CANN Directeur d études au Pôle

Plus en détail

Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie

Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie Vague 8 Principaux enseignements Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au 13 septembre 2014 auprès d un

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Sommaire Préambule - Kickstarter dépasse le milliard de dollars collectés - Mouvement de fonds ou épiphénomène? - Un ensemble d opportunités et d enjeux pour les différents acteurs

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

INNOVATIOn, COMPETITIVITÉ, ADAPTABILITÉ... ET SI L ASSURANCE GARANTISSAIT à MES CLIENTS, TOUT CELA à LA FOIS. www.sollyazarpro.com

INNOVATIOn, COMPETITIVITÉ, ADAPTABILITÉ... ET SI L ASSURANCE GARANTISSAIT à MES CLIENTS, TOUT CELA à LA FOIS. www.sollyazarpro.com INNOVATIOn, COMPETITIVITÉ, GARANTISSAIT à MES CLIENTS, TOUT CELA à LA FOIS Risques professionnels & assurance de personnes TNS, TPE et PME ASSURANCES COLLECTIVES Des offres santé et prévoyance conçues

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FIDELITY PERCO Conférence de presse 22 mai 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres Fiche technique Échantillon : Cible : DRH et DAF en entreprises d au moins 200 salariés Échantillon

Plus en détail

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4

Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire. FISAC : Action n 4 Transmission / Reprise d entreprises et valorisation des savoir-faire FISAC : Action n 4 L Artisanat en Maurienne Quelques chiffres 1 152 entreprises artisanales (11,5% des entreprises artisanales de Savoie)

Plus en détail

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce

L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce L emploi dans les activités de vente à distance et d e-commerce Etude réalisée pour le compte de la Fédération des Entreprises de Vente A Distance (FEVAD) Synthèse des résultats L emploi dans la VAD et

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS SOCIAL CLUB la rencontre des expertises le social club, partenaire des expertscomptables Votre ambition : fournir le meilleur conseil social et patrimonial à vos clients.

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 22 novembre 2014 Quelle réalité pour les artistes chrétiens en France? AUXi150 et La Mutuelle Saint Christophe présentent le 2ème volet de leur enquête menée avec l IFOP sur la scène

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 INVENTONS ENSEMBLE LA SANTÉ DE DEMAIN Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Quels impacts anticiper sur le marché de l assurance de personnes? 21 février 2013 ANI 2013 Quels impacts prévisibles

Plus en détail

Exclusive Restaurant se lance en franchise

Exclusive Restaurant se lance en franchise Dossier de Presse / Décembre 2012 Exclusive Restaurant se lance en franchise Parce qu un bon moment peut faire toute la différence. Ex c l usi ve R esta u ran ts - SAS au capital de 44 560 - RCS Par i

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3%

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3% La place de l assurance chez les bancassureurs Depuis de nombreuses années, on sait que les bancassureurs se sont accaparés plus de 60 % du marché de l assurance vie. Cette part de marché est maintenant

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

Entreprises de La filière numérique

Entreprises de La filière numérique Observatoire économique Entreprises de La filière numérique Bilan 2013 et anticipations 2014 L Espace Économie Emploi du Bergeracois a pour mission de développer des actions en faveur de l économie et

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté Juillet 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 371 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

Conférence de Presse Groupama Banque

Conférence de Presse Groupama Banque Conférence de Presse Groupama Banque 22 mai 2014 Intervenants 2 Michel Lungart, Directeur Assurances, Banque et Services de Groupama Bernard Pouy, Directeur général de Groupama Banque Sommaire 3 Introduction

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE

LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE Paris, le 19 avril 2012 LA CONFIANCE DES DIRIGEANTS DE PME/ETI PROGRESSE ENCORE LA CAMPAGNE ELECTORALE A UN IMPACT LIMITE SUR L ACTIVITE La Banque Palatine, Banque des moyennes entreprises et des ETI au

Plus en détail

Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise

Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise Concilier vie privée et vie professionnelle, un enjeu pour tous les acteurs de l entreprise Stabilité de la confiance des dirigeants de PME-ETI Paris, 17 octobre 2013 La Banque Palatine, banque des moyennes

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Assurance-vie Prévoyance. Santé IARD L ASSURANCE À LA BANQUE POSTALE

Assurance-vie Prévoyance. Santé IARD L ASSURANCE À LA BANQUE POSTALE Assurance-vie Prévoyance Santé IARD L ASSURANCE À LA BANQUE POSTALE BIEN PLUS QU UNE BANQUE Dans chaque métier, pour chaque projet, La Banque Postale fait de l Assurance comme elle fait de la Banque, en

Plus en détail

Revue de presse. Juin 2010

Revue de presse. Juin 2010 Revue de presse Juin 2010 Chaque mois, le service communication répertorie les articles, interviews et citations dans lesquels Verspieren et ses filiales sont cités. Retrouvez ici le détail de ces parutions.

Plus en détail

L assurance face aux défis Internet :

L assurance face aux défis Internet : Conférence du 27 septembre 2007 Par Sabine Gräfe sgrafe@xerfi.fr L assurance face aux défis Internet : Quel modèle économique performant? Les dispositifs Internet des groupes présents sur le marché de

Plus en détail

Les Instants E-Commerce

Les Instants E-Commerce Les Instants E-Commerce TPE/PME, Commerçants, Artisans ou Auto-Entrepreneurs : VOUS êtes concernés par le E-Commerce! Présentation Le E-Commerce 1 Introduction 2 Le marché Paysage du E-Commerce 3 - Profil

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Le contexte du marché algérien Les motifs d une bonne gestion de la relation client Les principes structurels de l Entreprise Les objectifs

Plus en détail

SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT

SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT LA LETTRE N 2 DE LA CPNEF DU SPORT COMMISSION PARITAIRE NATIONALE EMPLOI FORMATION OBSERVATOIRE DES MéTIERS DU SPORT SYNThèSE DE LA 2 e ENQUÊTE AUPRèS DES ENTREPRISES DE LA BRANChE DU SPORT Décembre 2010

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 2 - Juin 2009 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 402 dirigeants d entreprise, représentatif

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entreprises et cabinets d affaires : assistance juridique de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des réponses au questionnaire 2013 sur la préparation des organismes d assurance. 18 mars 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des réponses au questionnaire sur la préparation des organismes d assurance 18 mars 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Principaux résultats... 3 3 Ce que

Plus en détail

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Comment assurer le développement de vos activités aux Etats-Unis? Vous pouvez développer vos activités

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Divergences sectorielles

Divergences sectorielles Octobre 2015 Méthodologie Les résultats présentés sont issus du panel de conjoncture «suivi de la situation économique» CCIR / CCIT de Rhône-Alpes. 373 TPE-PME représentatives de l industrie, du BTP, du

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires?

La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires? La fin de l âge d or des réseaux d agences bancaires? Les réseaux d agences des banques de détail en Europe vont être confrontés à de profonds changements, à une pression accrue sur leur modèle économique

Plus en détail

2008 : CHRONIQUE d une croissance annoncée

2008 : CHRONIQUE d une croissance annoncée 2008 : CHRONIQUE d une croissance annoncée DIGITAS FRANCE : Synergie des métiers Research / UBE Website test Pré-test de campagne Post-test de campagne Profiling / Typologie Scoring Ateliers utilisateurs

Plus en détail

Décision n 11-DCC-186 du 14 décembre 2011 relative à l affiliation de la Mutuelle Civile de la Défense à l union mutualiste de groupe Istya

Décision n 11-DCC-186 du 14 décembre 2011 relative à l affiliation de la Mutuelle Civile de la Défense à l union mutualiste de groupe Istya RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-186 du 14 décembre 2011 relative à l affiliation de la Mutuelle Civile de la Défense à l union mutualiste de groupe Istya L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail