clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "clés Les chiffres du commerce Étude réalisée par la Chambre de commerce et d industrie de l Essonne avril 2012 n Repères"

Transcription

1 cés Les chiffres du commerce 0 Étude réaisée par a Chambre de commerce et d industrie de Essonne n Repères n Urbanisme commercia n évoution n bian démographique n consommation des ménages n commerce de proximité n commerces de 00 à 000 m n grande distribution aimentaire n grande distribution spéciaisée n commerce de pus de 00 m n centres commerciaux n commerce non sédentaire n associations de commerçants n empois saariés dans e commerce 0 des CDAC n réforme de urbanisme commercia n Régementation n accessibiité des commerces n TLPE n Conjoncture 0 n enquête de fin d année n e-commerce n créations et défaiances d entreprises commerciaes et artisanaes avri 0

2 Repères L'évoution démographique Source : INSEE 0 Popuation en miiers Année Essonne Ie-de-France France 007 0,0 8, 6 7, , 6, 6,0 Évoution + 0, % + 0, % + 0, % Le potentie de consommation des ménages essonniens On constate que IDC du poste automobie est inférieur à 00, c est-àdire inférieur à a moyenne nationae. On note une corréation très importante entre a densité du réseau de transports en commun et a faibesse de Secteurs IDC : ainsi, Paris totaise un IDC de 7, es Hauts-de-Seine 88, et a Seine et-marne 0. On reève une baisse de ensembe des IDC et des marchés potenéquip. de a personne 60 ties entre 00 et, qui refètent une baisse de a consommation Équip. de a maison 06 8 des ménages. Pour anayser cette baisse, vérifiée sur ensembe de Ie de-france, i est important de rappeer que es IDC varient seon pusieurs facteurs : a région, e type d habitat, a taie des ménages, âge Restauration du chef de famie, e niveau de revenu, de même que a catégorie Services ** socioprofessionnee de a personne de référence. Ainsi, évoution démographique, es nouveaux arbitrages de consommation, ou encore a crise Automobie économique, expiquent a baisse notabe des IDC Enfin, on souigne que es IDC essonniens sont reativement proches de ceux de a Seine-et-Marne, et cea en raison notamment de a structure de offre Source : INSEE 0 commerciae des deux départements qui est assez simiaire. En effet, équipement commercia rentre égaement en igne de compte * Indice de disparité de consommation : IDC ** Services : activités de nettoyage, réparations (hors automobie), coiffure, soins/beauté, dans es IDC, confirmant adage seon eque offre crée sa propre demande. Pour exempe, un département aux offres de restauration abonbanchisseries dantes comme Paris enregistre un IDC de 6 pour e poste restauration, contre seuement pour a Seine-et-Marne. A inverse, à Paris, IDC L indice de disparité de a consommation permet de prendre en compte es spécificités du poste équipement de a maison n est que de 76, contre pour a ocaes en matière de consommation. Ainsi, es essonniens dépensent en aimentaire % de pus que a moyenne nationae Seine-et-Marne, où a densité par habitant d étabissements de ce secteur est pus importante. (qui est de 00). Indice de disparité de consommation* Marché potentie (M ) En nombre Secteur d activité Le commerce de proximité Notre département compte 66 étabissements de commerce et de services de moins de 0 saariés. Le commerce de proximité comprend par définition es commerces aimentaires spéciaisés (bouangeries-pâtisseries, boucheries-charcuteries, poissonneries ), es commerces d aimentation générae, es superettes, es commerces sur éventaires et marchés, es traiteurs, es cafés-tabacs, es commerces de ivres, journaux et papeterie, es pharmacies. Par services de proximité, on entend es coiffeurs, es instituts de beauté... Is proposent des produits et des services quasi quotidiennement achetés ou utiisés par es ménages. Is ont généraement une surface de vente réduite ou moyenne. Un commerce de proximité peut appartenir à un commerçant indépendant (isoé ou organisé) ou faire partie d un commerce intégré (superette par exempe). Restaurants traditionnes Restaurants rapides Équipement de a personne Services (cordonnerie, beauté...) 66 Pharmacies Cafés/tabacs Banques 0 Assurances Agences immobiières Agences de voyages Autres commerces non aimentaires (auto...) Agences de travai temporaire Source : fichier CCI Essonne Part en %

3 Repères Comme e refètent nos centres-vies, e secteur de a banque s est fortement déveoppé (+ 60 % en ans), tout comme ceui des agences de travai temporaire (+ %). En revanche, a restauration, qu ee soit traditionnee ou rapide, connait un éger recu (-,7 %). Seon une étude réaisée en mai 0*, 6 % des moins de ans estiment que e centre-vie est un ieu agréabe pour se promener et 6 % des personnes interrogées, tout âge confondu, pensent que e centre-vie est pratique pour faire ses courses. «La génération hypermarché part à a retraite, a popuation vieiit, es ceues famiiaes écatent La proximité se déveoppe avec évoution démographique et géographique en compément des autres circuits de distribution»**. * Étude réaisée sur une période de deux ans, de mai à 0, par TNS Sofres. ** Source Credoc, mai 0 Les commerces de 00 à 000 m Étabissements Densité (m/ 000 habts) Surfaces en m Équipement de a personne Divers (beauté, auto...) Source : DGCCRF janvier 0 et janvier 0 On recense en Essonne, en 0, 7 commerces dont a surface est comprise entre 00 et 000 m². Avec 7 étabissements de pus qu en, a croissance des commerces de 00 à 000 m² est reativement faibe ( %). C est e secteur de aimentaire qui a connu a progression a pus importante, avec étabissements créés en an. Bien que e nombre d étabissements soit inchangé, on note un éger recu des surfaces de ventes pour es catégories équipement de a personne et divers (vente auto/moto, équipement auto ), dû à a fermeture de certains étabissements et à eur rempacement par des structures pus petites. La répartition de ces étabissements par secteur d activité est assez proche de cee des étabissements de pus de 000 m². L aimentaire arrive en premier, avec 7 étabissements, suivi de équipement de a maison. Viennent ensuite équipement de a personne et e secteur cuture/oisirs. La grande distribution aimentaire 7 Territoires I-d-F Hypermarchés Supermarchés Hard discount Cash&carry Tota GMS GMS en densité (m/ 000 hbts) Source : Panorama/Trade Dimension 0 et 0 Un hypermarché : point de vente dont a surface de vente est supérieure à 00 m² et qui propose un assortiment à dominante aimentaire. Un supermarché : point de vente dont a surface de vente est comprise entre 00 et 00 m² et qui propose un assortiment à dominante aimentaire. Un hard discount : point de vente proposant un assortiment à dominante aimentaire essentieement constitué de produits de base de marque distributeur ou sans marque et à bas prix. GMS : grandes et moyennes surfaces. supermarchés, hard discount et cash&carry, soit 0 magasins au tota, ont vu e jour en 0 en Essonne. On notera que notre département a connu a pus faibe progression en-ie-de France en nombre d ouverture de grandes et moyennes surfaces aimentaires. Cependant, a densité commerciae de Essonne en termes de GMS aimentaires reste supérieure à cee de Ie-de-France. En effet, Essonne est e deuxième département d Ie-de-France en termes de densité commerciae des grandes et moyennes surfaces aimentaires, juste derrière a Seine-et-Marne. D aieurs, e 77, e 78 et e ont une structure de GMS assez proche. Néanmoins, i est important de noter que, comparativement à ses voisins, Essonne compte un nombre moins important de supermarchés mais on y récence pus de hard discount.

4 Repères La grande distribution spéciaisée Étabissements Surfaces en m Densité (m/ 000 habts) dont bricoage dont jardinerie Équipement de a personne Divers Source : DGCCRF janvier 0 - surfaces supérieures à 000 m * L équipement de a maison ne comprend pas uniquement e bricoage et a jardinerie, mais égaement a décoration, es équipements éectroménagers, es meubes Que ce soit en nombre ou en surface de vente, e secteur de équipement de a maison se pace oin devant es secteurs de équipement de a personne et cuture/oisirs, représentant à ui seu pus de a moitié des grandes surfaces spéciaisées, et près de 7 % de a surface de vente. Le commerce de pus de 00 m Source : Panorama Trade Dimension - Niesen 0 Source : CCI Essonne - Direction dééguée déveoppement des territoires - 0 L an dernier, a grande distribution spéciaisée représentait étabissements, soit une croissance de 0,8 %. L ensembe des secteurs ont connu une évoution gobaement simiaire. En Essonne, a densité des étabissements de grande distribution spéciaisée est de m² pour 000 habitants.

5 Repères Les centres commerciaux L Essonne compte 7 centres commerciaux. Pour rappe, est considéré comme centre commercia un ensembe de boutiques regroupées autour d une ou pusieurs ocomotives (grande surfaces aimentaires et spéciaisées) assurant un fux de cientèe ou de prospects. Leur surface GLA* est d au moins 000 m² et/ou is totaisent au moins 0 magasins et services. Les centres commerciaux essonniens totaisent une surface de 0 60 m² GLA aant de 0 m² pour Mouin à vent à Ris-Orangis, jusqu à 8 0 m² pour Evry. Au tota ce sont 77 magasins! Quee que soit eur taie, on constate que es centres commerciaux regroupent généraement e même type d activités. Ainsi, on retrouve e pus souvent un hypermarché, ou supermarché, entouré de manière prédominante par des magasins d équipement de a personne, e pus souvent des enseignes. Les services (coiffeurs, saons de beauté, centres photo ) sont égaement réguièrement présents. Seon a taie des centres commerciaux, offre de restauration est pus ou moins importante. Un centre te qu Évry compte points de restauration. Le taux de vacance moyen en Essonne est de 6 %. Les centres commerciaux essonniens comptabiisant e pus de ocaux vides sont Va d Yerres (7 % de vacance, soit ocaux vides), Grand-Bois à Saint-Miche-sur-Orge (7 % de vacance, soit ocaux vides). En revanche, certains centres commerciaux ne comptent pas un seu oca vide, c est notamment e cas de Maison Neuve à Brétigny-sur-Orge et de Va d Oy à Vigneux-sur-Seine. * La surface commerciae utie, abrégée par es siges SCU ou GLA (pour angais gross easabe area), est a surface destinée à a vente de produits et/ou de services. Ainsi, dans un centre commercia, ee n incut pas es espaces dont es commerçants bénéficient coectivement. Le commerce non sédentaire Les marchés sont un moteur essentie dans a dynamique économique d un territoire. C est un ieu d échange, de conviviaité. Is répondent au besoin de proximité. En 0, notre département comptait 87 marchés répartis sur 6 communes. En ans, e nombre de marchés a augmenté de 0 %. En 006, nous recensions 78 marchés répartis sur vies. Depuis 00, e nombre de marchés s est stabiisé. Près de 80 % d entre eux se situent sur a partie nord de notre territoire (au-dessus de axe est/ouest Dourdan). Pus de a moitié d entre eux se tient au moins deux fois par semaine. En fonction de a taie des vies, du foncier disponibe, des habitudes de consommation, e nombre d exposants peut varier de à 0. Près de % des marchés sont de pein vent, 7 % sont couverts et % se tiennent sous hae. Les commerces non sédentiares sont de petites structures dont % ont moins de saarié. En 0, a CCI Essonne a déivré 677 cartes pour commerces ambuants. Les associations de commerçants En Essonne, i existe associations de commerçants (ou unions commerciaes), pus une fédération départementae. De fait, pus de 00 commerçants sont adhérents à une union commerciae. Si a grande majorité des associations de commerçants représente e com- merce de centre-vie, i existe aussi des unions commerciaes qui prennent pace au sein de centres commerciaux ou zones d activités commerciaes : à a Croix Banche, à Evry, à Viebon L'empoi saarié dans e commerce essonnien En nombre Secteur d activité 88 Restauration 8 8 Bars/tabacs 7 Auto/moto Équipement de a personne 8 Services (coiffure, banchisseries...) 68 Agences de travai temporaire 8 6 Pharmacies 8 Banques/assurances 6 Agences immobiières Agences de voyages Le commerce en Essonne pèse 67 empois saariés, soit % de empoi saarié du département. Le premier secteur empoyeur est aimentaire avec 88 saariés. Une part importante est occupée par es agences de travai temporaire, pus de empois, c est-à-dire pus que e secteur de a restauration. Cea souigne a tendance générae du marché du travai à a précarisation (contrats d intérim, contrats à durée déterminée ), iée à a conjoncture actuee. Entre et 0, et magré une situation économique difficie, empoi saarié dans e commerce essonnien a connu une progression de pus de %, représentant a création d un peu pus de 000 empois. VPC (vente par correspondance) Source : Pôe empoi (provisoire)

6 Urbanisme commercia La réforme de 'urbanisme commercia Le Sénat a adopté e mars 0, en première ecture, a proposition de oi reative à urbanisme commercia. La proposition vise à intégrer urbanisme commercia dans urbanisme de droit commun, mettant ainsi fin aux ois Royer et Raffarin et au système de doube autorisation qui avait ieu jusque à : une autorisation commerciae d un côté, et une autorisation d urbanisme cassique de autre pour e permis de construire. Dans es faits, es autorisations d impantations commerciaes de pus de 000 m² SHON se feront désormais à travers es permis de construire, ces derniers devant respecter des conditions d impantation définies par un document d urbanisme nouveau, e document d aménagement commercia (DAC). C est ce document qui déterminera es ocaisations préférentiees des commerces, en répondant aux exigences d aménagement du territoire en matière de revitaisation des centres-vies, de diversité commerciae, de maintien du commerce de proximité, de desserte en transports... Le DAC constituera e voet «commerce» des schémas de cohérence territoriae, document-maître en matière d urbanisme commercia. Si intercommunaité est dotée d un pan oca d urbanisme (PLU), ceui-ci jouera e rôe du SCOT en matière d urbanisme commercia. Une intercommunaité sans SCOT, ni PLU communautaire, pourra se saisir de a compétence en matière d urbanisme commercia et éaborer un DAC. Enfin, dans e cas où i n y a pas de structure intercommunae ou si intercommunaité n est dotée ni d un SCOT, ni d un PLU, ni d un DAC, es projets seront soumis à a commission régionae d aménagement commercia (CRAC) dès que eur surface hors œuvre nette dépassera 00 m². Ce texte n ayant pas été voté dans es mêmes termes par Assembée nationae et e Sénat, i n est à ce jour toujours pas définitivement adopté. L accessibiité des commerces La oi n 00-0 sur accessibiité, oi pour égaité des droits et des chances, a participation et a citoyenneté des personnes handicapées, a été pubiée e février 00. Ee donne 0 ans à a France pour se rendre accessibe à ensembe des citoyens, quees que soient eurs difficutés à se dépacer, à accéder au cadre bâti ou à eur ogement, ainsi qu à appréhender eur environnement. Cette nouvee régementation impose a remise en accessibiité de ensembe des étabissements recevant du pubic. Ainsi, es commerces ou es étabissements de service comme es agences bancaires, es bureaux de poste, es entreprises artisanaes, etc. (souvent cassés comme ERP* de e catégorie) devront être accessibes à tous au er janvier 0. Is devront avoir engagé des travaux de mise en conformité pour une partie du bâtiment où pourra être déivré ensembe des services dans e respect des artices R -- et. Artice R -- : cheminements extérieurs, stationnement des véhicues, conditions d accès et d accuei dans es bâtiments, es ocaux intérieurs et es sanitaires ouverts au pubic, équipements et mobiiers intérieurs, dispositifs d écairage et information des usagers. Artice R -- : étabissements et instaations comportant des cabines d essayage, d habiage et déshabiage et des caisses de paiement disposées en batterie. * Étabissement recevant du pubic La TLPE : taxe ocae sur a pubicité extérieure contact La TLPE est une taxe facutative qui est entrée en vigueur e er janvier 00. Depuis cette date, es communes ou es étabissements pubics de coopération intercommunae (EPCI) sont habiités à a percevoir sous certaines conditions. La TLPE concerne es supports pubicitaires fixes et visibes de toute voie ouverte à a circuation. Ee concerne toutes es entreprises, quee que soit a nature de eurs activités (commerciaes, industriees ou de services ). Ayez e réfexe CCI! La oi de finances rectificative pour 0, du 8 décembre dernier, a repris pusieurs propositions communes de ACFCI (Assembée des chambres françaises de commerce et d Iindustrie), du CDCF (Consei du commerce de France), du Medef (Mouvement des entreprises de France) et de AMF (Autorité des marchés financiers) et particuièrement : e non cumu de TLPE, droit de voirie et redevance pour occupation du domaine pubic, pour tous es supports (y compris enseignes) a non appication de a TLPE pour es supports pubicitaires situés à intérieur d un point de vente exonération pour pusieurs supports : es supports ou parties de supports prescrits par une disposition égae ou régementaire ou imposés par une convention signée avec État es supports reatifs à a ocaisation de professions régementées es supports excusivement destinés à a signaisation directionnee apposés sur un immeube ou instaés sur un terrain et reatifs à une activité qui s y exerce ou à un service qui y est proposé es supports ou parties de supports dédiés aux horaires ou aux moyens de paiement de activité, ou à ses tarifs, dès ors, dans ce dernier cas, que a superficie cumuée des supports ou parties de supports concernés est inférieure ou égae à un mètre carré Cette oi confirme que pour es communes qui taxaient déjà a pubicité extérieure en 008, a progressivité du tarif appicabe pendant a période transitoire concerne égaement es enseignes (contrairement à a position adoptée par certaines communes, notamment cees ayant eu recours à des prestataires privés pour étabir des reevés des supports taxabes). Ee modifie égaement es conditions dans esquees es communes peuvent transférer a taxe à intercommunaité et prévoit que es communes et es EPCI pourront décider d exonérer de TLPE, totaement ou pour moitié, es dispositifs pubicitaires apposés sur es kiosques à journaux Informations égaes - Mise en page : communication CCI Essonne - Imprimeur : Wiaume Égret, 6 rue Denis Papin, 0 St Miche-sur-Orge - Éditeur : Chambre de commerce et d industrie de Essonne, cours Mgr Roméro, BP, 00 Évry cedex - Représentant éga : Thomas Chaudron - Directeur de a pubication : Bruno Maecamp - Rédaction conception : Éric Lopez, Juie Constant, Vaérie Beenoue - Dépôt éga à parution avri 0. imprimé sur papier recycé Cycus Print Régementation : zoom sur

7 Urbanisme commercia Le bian 0 de a CDAC En 0, dossiers ont été déposés en Commission départementae d aménagement commercia (CDAC). Aors que intégraité des projets présentés en avait été autorisée, seus 87 % des projets ont été acceptés en 0. En refusant projets sur es déposés, a CDAC a, cette année, montré sa voonté de revenir à une croissance pus raisonnée des surfaces de vente. Au fina, 6 66 m² de surface de vente ont été autorisés en 0. Par rapport à année dernière, e nombre de m² autorisés (qui était de 7 66 m²) a diminué de 6 %, mais reste magré tout éevé. Au niveau nationa, a surface autorisée par es CDAC-CNAC est de, miions de m²! L aimentaire et équipement de a maison sont es secteurs es pus présents parmi es projets présentés. 6 % des dossiers présentés portent sur des extensions de magasins ou de pôes commerciaux déjà existants. Un peu pus de 0 % des dossiers sont des créations ex nihio, e pus souvent dans e secteur de aimentaire et de équipement de a maison. Enfin, % des dossiers portent sur des modifications substantiees d autorisations déjà obtenues en CDAC. Les projets refusés portaient sur a création de centres commerciaux, souvent constitués d enseignes d équipement de a personne et d équipement de a maison. Ces centres commerciaux étaient essentieement impantés en périphérie des aggomérations, présentant ainsi un risque trop important de détournement de a cientèe des commerces de centre-vie. Ainsi, es membres de a CDAC affirment eur voonté de préserver e commerce de proximité. Nombre de projets autorisés Composante Surface de vente en m 7 6 Équipement de a personne Services 806 NC Source : préfecture de Essonne - Traitement CCIE Le nombre de composantes (0) est supérieur aux nombres de dossiers autorisés (0) car i peut exister pusieurs composantes dans un projet. Projets acceptés en CDAC en 0 Source : CCI Essonne - Direction dééguée déveoppement des territoires - 0 7

8 Conjoncture 0 L'enquête de fin d'année 0 : une année putôt satisfaisante Seon une enquête réaisée en janvier 0 par a CCI Essonne, 60 % des commerçants interrogés s estiment satisfaits, voire très satisfaits, de eur chiffre d affaires 0, aors qu is étaient seuement % à être satisfaits en. Pour pus de 7 % de notre pane, e CA 0 a connu une hausse significative, et pour % i est resté stabe. Quant à a fréquentation, près de % des commerçants ont noté qu ee avait augmenté par rapport à. 8 % des commerçants considèrent que a crise économique a eu un impact négatif sur e chiffre d affaires généré en 0. Des consommateurs à a recherche de prix toujours pus bas Les commerçants identifient cairement es changements des comportements d achats des ménages. En effet, is sont 6 % à s accorder sur e fait que a recherche de prix toujours pus bas est aujourd hui devenue a priorité de nombreux consommateurs. D aieurs, 66 % des commerçants interrogés reconnaissent que a modification des arbitrages budgétaires des ménages a eu un impact négatif sur eur activité. Le retour à utie et e fait maison deviennent égaement des critères importants pour es consommateurs, soucieux de consommer mieux et de dépenser moins. Des prévisions putôt pessimistes pour 0 Pus de 6 % des commerçants estiment que 0 ne sera pas meieure que 0, et près de % ne savent pas quoi attendre de cette année qui commence. Bien que es résutats enregistrés en 0 ne soient pas aarmants, es commerçants sembent avancer dans une période nébueuse. Beaucoup d entre eux expriment eurs incertitudes et e manque de visibiité. Le e-commerce Seon une étude réaisée par Tns Sofres, en 0, 6 % des personnes interrogées pensent qu Internet et es nouvees technoogies ont fait évouer eur façon de faire des achats. Presqu un quart de ces dernières ( %) s est déjà rendu dans des magasins pour voir ou essayer un produit avant d acheter sur Internet. 6 % de ces personnes interrogées ont moins de 0 ans et % appartiennent à a catégorie CSP+*. Seon Médiamétrie, e nombre de cyber-acheteurs a bondi de, miions sur un an. La France compte désormais 0, miions d acheteurs en igne. En, es dépenses en igne par habitant ont atteint en moyenne 08 euros. Pus de nouveaux sites marchands ont vu e jour au cours des douze derniers mois. Si cette progression se poursuit au même rythme, e e-commerce français devrait compter pus de sites en 0. En, e e-commerce a représenté, % des ventes totaes de détai en Europe. En 0, es sites marchands ont réaisé un chiffre d affaires de 7,7 miiards d euros, en hausse de % par rapport à. Les ventes d habiement sont en hausse de %, es ventes de produits techniques sont en hausse de 7 % en vaeur. Le secteur de e-tourisme affiche quant à ui une croissance de 6 % de janvier à septembre. * CSP+ ou PCS+ : professions et catégories socioprofessionnees Les créations et es défaiances d'entreprises commerciaes et artisanaes en 0 Nombre créations Part en % Nombre radiations Part en % 7,8, Restauration traditionnee 0,7 6,8 Restauration rapide 0 8,,7 Commerces non aimentaires 0,8 8, Services (cordonneries, banchisseries...) 6, 6,8 Pharmacies 0,, Cafés/tabacs,, Banques/assurances,7 0,8 Agences de travai temporaire 0 0,8 0, Agences immobiières 68, 7, Agences de voyages 6 0, 0 0 Secteur d activité VPC (vente par correspondance) 8 7,, Source : fichier étabissements CCIE 6 Au niveau nationa, toutes activités confondues, es créations d entreprises ont recué de % en 0 à 800 contre en. % d entre ees sont des autoentreprises et 8 % des entreprises individuees sont créées par des femmes. En Essonne, 7 commerces ont été à a fois créés et radiés au cours de année. Le nombre de créations réees est donc de 77. En aimentaire, pus de a moitié ( %) représente des créations ex nihio, % se font par des rachats de fonds, et % sont des reprises en ocation gérance ou par transfert. Un zoom sur es bouangeries : / se font par e rachat de fonds et un tiers par création pure. A inverse, 78 % des nouveaux commerçants non sédentaires sont des créations ex nihio. Concernant es CHR (cafés, hôtes, restaurants), % des restaurants dits traditionnes et 8 % des cafés/tabacs ont pour origine e rachat d un fonds aors que 68 % de a restauration rapide se fait de façon ex nihio. En non aimentaire, a tendance est inverse, on trouve une majorité de création ex-nihio (7 %), contre % de rachat de fonds. Un zoom sur équipement de a personne : deux secteurs d activité pèsent à eux seus 7 % des créations : es magasins d optique (8 %) et e commerce d habiement (7 %). I est à noter que es activités iées à automobie (vente, réparation, ocation...) représentent 6 % des créations. Les activités de services sont quant à ees des créations ex nihio à 66 %. On notera que a coiffure/beauté pèse pus de a moitié (7 %).

Dans le cadre de l Accord de libre-échange

Dans le cadre de l Accord de libre-échange Absences du travai en 1998 es écarts seon e secteur Ernest B. Akyeampong Dans e cadre de Accord de ibre-échange nord-américain (ALÉNA), e Canada, es États-Unis et e Mexique ont adopté un nouveau système

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif

l'oiseau Bleu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif 'Oiseau Beu HÉBERGEMENT ET INSERTION Synthèse du Projet Associatif Le projet associatif de Oiseau Beu a été éaboré en 2010 et adopté par e Consei d administration du 20 septembre 2010 Introduction Ce projet

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2011 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010?

Vétérinaires : quelles perspectives d activité en 2010? Vétérinaires : quees perspectives d activité en 2010? Edito Arnaud Duet Docteur Vétérinaire Président d Ergone Ergone, nouvee association pour es vétérinaires qui partagent envie d entreprendre, a vouu

Plus en détail

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOPIERRE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOPIERRE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques Avant d effectuer un investissement en

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2013 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE

CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE 2/03 1 CONSEIL GENERAL DE SEINE ET MARNE Séance du 20 Novembre 2009 Commission n 2 Administration Générae et Personne Commission n 7 Finances DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques

Intégration visuelle des installations de branchement aux bâtiments résidentiels. Guide des bonnes pratiques Intégration visuee des instaations de branchement aux bâtiments résidenties Guide des bonnes pratiques Guide des bonnes pratiques Légende s techniques PRINCIPAUX SYMBOLES UTILISÉS RECOMMANDÉ ACCEPTabe

Plus en détail

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier

PRIMOVIE. Société Civile de Placement Immobilier PRIMOVIE Société Civie de Pacement Immobiier Primonia REIM Septembre 2012 INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI PRIMOVIE est une SCPI qui a pour objectif d accompagner es différentes étapes de a vie

Plus en détail

Politique du patrimoine

Politique du patrimoine Poitique du patrimoine 3025 1807 7407 3025 1807 7407 333, avenue Acadie Dieppe, N.-B. E1A 1G9 tééphone: 877.7900 info@dieppe.ca dieppe.ca PRÉAMBULE Le déveoppement d une Poitique du patrimoine pour a Vie

Plus en détail

La saisonnalité des zones touristiques de Rhône-Alpes

La saisonnalité des zones touristiques de Rhône-Alpes La saisonnaité des zones touristiques de Rhône-Apes Bresse Pays de Gex Haut Chabais Rives du Léman Vaée verte Les Brasses Roanne Pays beaujoais Dombes Bugey Genevois- Abanais-Arve Aravis Bornes Giffre

Plus en détail

Contexte. Aspects réglementaires. Mise en œuvre. Aspects matériels. Recommandation

Contexte. Aspects réglementaires. Mise en œuvre. Aspects matériels. Recommandation * LD : ervice Loca é e c t r i cité DF RÉAU DITRIBUTION - DF GAZ D FRANC DITRIBUTION - FFI - RC - FDLC - UNA3-CAPB - FNCCR - CONUL 1/7 Contexte Les dispositions du décret n 72-1120 du 14 décembre 1972

Plus en détail

DOSSIER DE PRESEntatIOn

DOSSIER DE PRESEntatIOn DOSSIER DE PRESEntatIOn www.ufdi.fr 1 - Historique de association SOmmaIRE 2 - Présentation de association 3 - nos activités 4 - Les missions de UFDI 5 - Les membres du bureau 6 - Présentation des déégués

Plus en détail

La banque publique au service de la croissance des entreprises françaises

La banque publique au service de la croissance des entreprises françaises C D F E 4 JUIN 2015 La banque pubique au service de a croissance des entreprises françaises 2 01. 02. Qui sommes-nous? Réseau Bpifrance 03. Nos missions 06. 07. 08. Garantie Bpifrance Financement Bpifrance

Plus en détail

Création. d Entreprises. Offres immobilières. les opportunités à saisir en ZUS et ZFU. (Vente & Location)

Création. d Entreprises. Offres immobilières. les opportunités à saisir en ZUS et ZFU. (Vente & Location) Création d Entreprises Offres immobiières es opportunités à saisir en ZUS et ZFU (Vente & Location) Location & Vente en Zone Franche Urbaine Quartier du Neuhof Strasbourg Disponibiité : immédiate Activité

Plus en détail

udesté on it ecl Col 1 1

udesté on it ecl Col 1 1 Collection études 1 ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE Evolution démographique 1 550 000 1 434 661 1 450 000 1 350 000 1 287 535 1 250 000 1 213 499 1 150 000 1 127 546 1 050 000 950 000 1 009 390 1 061 480 850 000

Plus en détail

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

2 juillet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest Compte-rendu de a réunion pubique d information dans e cadre de a concertation sur e Pan de Prévention des Risques Technoogiques de Saint-Priest (CREALIS et SDSP) 2 juiet 2014-18h00 Mairie de Saint-Priest

Plus en détail

Le candidat à la création doit pouvoir dégager du temps et des

Le candidat à la création doit pouvoir dégager du temps et des Guide pratique d accompagnement à a création d entreprises comment faire?... pour accompagner et e préparer à s engager dans une VAE L accompagnement vise essentieement à guider e candidat dans a formaisation

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Sommaire. N 12 - Mai 2016

Sommaire. N 12 - Mai 2016 Coueurs Caf La poitique famiiae au N 12 - Mai 2016 de a Haute-Loire Édito Ce nouveau numéro de Coueurs Caf est occasion de mettre en perspective a mise en pace de a Prime d Activité, marquée par un niveau

Plus en détail

Les trophées de l international

Les trophées de l international Les trophées de internationa 2012 La CCI Essonne organise e 22 novembre 2012 Les trophées de internationa qui seront remis au moment du 11e forum de internationa avec, comme pays invité d honneur, a Chine.

Plus en détail

Panorama des mesures gouvernementales en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013

Panorama des mesures gouvernementales en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013 Panorama des mesures gouvernementaes en faveur des entreprises CCI Lozère 18/10/2013 Une mission soutenir a croissance et a compétitivité des entreprises L innovation Accompagnement et financement des

Plus en détail

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr

Rejoignez le. No 1 mondial. de la franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY. www.subwayfrance.fr Rejoignez e No 1 mondia de a franchise *! Créez votre entreprise en Franchise avec SUBWAY www.subwayfrance.fr *SUBWAY est e numéro 1 mondia de a restauration, en nombre de restaurants. 2015 Doctor s Associates

Plus en détail

Une. Centre --------------

Une. Centre -------------- 59 Une Médiathèque Centre Socia (a cuture du ien socia) -------------- Émiie Dauphin Émiie Dauphin est bibiothécaire à a Médiathèque Centre Socia Yves Coppens, une structure hybride, à vocation sociae

Plus en détail

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34

Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014. Service commerce Tel 04 75 75 70 34 Consommateurs & commerces drômois : comment ça fonctionne? Juin 2014 Service commerce Tel 04 75 75 70 34 L observatoire du commerce et de la consommation Objectifs : La connaissance de l offre commerciale

Plus en détail

34. Les activités commerciales

34. Les activités commerciales 66 34. Les activités commerciales Eléments de méthodologie La notion d offre commerciale (nombre, surfaces commerciales, emplois) Depuis 1995, la Chambre de Commerce et d Industrie de Morlaix dispose d

Plus en détail

Devenez Partenaire du Rugby Club Lavallois

Devenez Partenaire du Rugby Club Lavallois Devenez Partenaire du Rugby Cub Lavaois Rugby Cub Lavaois 130 bis, Avenue Pierre de Coubertin 53000 Lava Forian SONNET : 06 20 42 14 40 rugby.ava@orange.fr www.rugby-ava.fr Écoe de rugby abeisée Retrouvez-nous

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

PROFIL COMMERCE DORDOGNE

PROFIL COMMERCE DORDOGNE CCI DORDOGNE Espace Entreprises PROFIL COMMERCE DORDOGNE 15 20 www.dordogne.cci.fr MARCHÉ POTENTIEL 3,2 Milliards d de potentiel de consommation 416 384 habitants en 2012 +2,5% d habitants en 5 ans, soit

Plus en détail

Raccorder votre foyer

Raccorder votre foyer gasnetworks.ie Choisir e gaz nature est une bonne idée Raccorder votre foyer 2 Le gaz nature a révoutionné industrie énergétique et joue un rôe de pus en pus important dans e monde d aujourd hui. En Irande,

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Tous vos déplacements à la carte.

Tous vos déplacements à la carte. Tous vos dépacements à a carte. Qu est-ce que e Pan de Dépacements Urbains? Le Pan de Dépacements Urbains (PDU) définit pour 10 ans es principes d organisation des dépacements, de a circuation et du stationnement

Plus en détail

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV

Edmond de Rothschild Real Estate SICAV Edmond de Rothschid Rea Estate SICAV Assembée Générae Extraordinaire 27 février 2014 www.edr-reaestatesicav.ch Ordre du jour de Assembée générae extraordinaire 1. Approbation du regroupement des compartiments

Plus en détail

Le Conseil général, acteur de l insertion

Le Conseil général, acteur de l insertion Le Consei généra, acteur de insertion éditoria Le Consei généra est e chef de fie des poitiques de soidarités dans e Va d Oise. A ce titre, i est notamment responsabe du revenu de soidarité active (RSA)

Plus en détail

Canadat. Guide d impôt Gains en capital. Guide supplémentaire. ljil impôt. Dans ce guide PLUS

Canadat. Guide d impôt Gains en capital. Guide supplémentaire. ljil impôt. Dans ce guide PLUS Revenu Canada Ji impôt Revenue Canada Taxation Guide suppémentaire Guide d impôt Gains en capita Dans ce guide Principaes modifications pour 1991 Tabe des matières Formues Index PLUS Exempes Tabeaux Conseis

Plus en détail

Guide de référence des ventes du revendeur de copieurs

Guide de référence des ventes du revendeur de copieurs Profitez peinement des offres Lexmark A4 Guide de référence des ventes du revendeur de copieurs Queques rappes importants au sujet des Lexmark A4 Les mutifonctions A4 sont es pus nombreux sur e marché

Plus en détail

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique

TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE 1 Fiche technique Depuis le 1er janvier 2009, la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE) remplace : - la TSA (taxe sur la publicité frappant les affiches,

Plus en détail

Panorama Economique CDC du Pays d Evran. Démographie / Activité économique globale / Commerce

Panorama Economique CDC du Pays d Evran. Démographie / Activité économique globale / Commerce Panorama Economique CDC du Pays d Evran Démographie / Activité économique globale / Commerce 2013 Démographie : population recensement 2009 Population moyenne par EPCI en côtes d Armor : 14 600 / Nombre

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds commun d actions à revenu éevé Impéria Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire

Plus en détail

Commerce Services Recherche et développement Bureaux

Commerce Services Recherche et développement Bureaux Commerce Services Recherche et développement Bureaux L e secteur tertiaire recouvre un vaste champ d activités qui va du commerce, aux services, en passant par la recherche et développement. Au 31 décembre

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

La nouvelle carrière du personnel judiciaire

La nouvelle carrière du personnel judiciaire La nouvee carrière du personne judiciaire 1 2 Avant-propos Cher ecteur, La manière dont es cours et tribunaux sont administrés est en peine évoution. Une poitique moderne du personne est donc d une extrême

Plus en détail

CLASSE PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES

CLASSE PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES SOMMAIRE LES PRÉPAS SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES... 2 LES PRÉPAS ÉCONOMIQUES ET COMMERCIALES... 2 LES PRÉPAS LITTÉRAIRES ET ARTISTIQUES... 3 CLASSE PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES Prépas scientifique

Plus en détail

à des commissions d enquête

à des commissions d enquête Protocoe sur a nomination de juges à des commissions d enquête Adopté par e Consei canadien de a magistrature août 2010 Sa Majesté a Reine du chef du Canada, 2010 Numéro du cataogue : JU14-21/2010 ISBN

Plus en détail

Financement participatif. Euro-méditerranéen

Financement participatif. Euro-méditerranéen Qui n'a pas été à a recherche de financements pour créer ou déveopper son activité et s'est heurté aux critères des financeurs que 'on pourrait au mieux quaifier de rigides au pire de frieux, voire d'inadaptés?

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe

Afrique du Sud Angola Botswana Comores Lesotho Madagascar Malawi Maurice Mozambique Namibie Seychelles Swaziland Zambie Zimbabwe Afrique du Sud Angoa Botswana Comores Lesotho Madagascar Maawi Maurice Mozambique Namibie Seychees Swaziand Zambie Zimbabwe 124 Rapport goba 2010 du HCR Le directeur de écoe d Osire (Namibie), Caros Sukuakueche,

Plus en détail

Lexmark Print Management

Lexmark Print Management Lexmark Print Management Optimisez impression en réseau et accès à vos informations avec une soution fexibe. Impression des documents sûre et pratique Fexibe. Libérez es travaux d impression à partir de

Plus en détail

Constructibilité en zones agricole et naturelle

Constructibilité en zones agricole et naturelle Constructibilité en zones agricole et naturelle La loi pour l accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR) a modifié l article L. 123-1- 5 du code de l urbanisme pour y insérer de nouvelles dispositions

Plus en détail

L E C L U B P O U R Q U O I?

L E C L U B P O U R Q U O I? L E C L U B P O U R Q U O I? Constat et positionnement Magré des atouts et des forces indéniabes, image de a Côte d Azur s essouffe, i faut reancer e "produit" par une poitique de marque basée sur a quaité.

Plus en détail

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public accessibilité l essentiel > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public Loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

SERVICES DE SÉCURITÉ PRIVÉS ET SERVICES DE POLICE PUBLICS AU CANADA

SERVICES DE SÉCURITÉ PRIVÉS ET SERVICES DE POLICE PUBLICS AU CANADA Statistique Canada N o 85-002-XIF Vo. 8 n o 3 au cat. SERVICES DE SÉCURITÉ PRIVÉS ET SERVICES DE POLICE PUBLICS AU CANADA Karen Swo FAITS SAILLANTS n Les agents de sécurité privés étaient pus nombreux

Plus en détail

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris

Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Synthèse de l étude sur le travail de nuit à Paris Novembre 2010 La Nuit à Paris recouvre des enjeux importants pour les pouvoirs publics, notamment en termes d activité économique, d activité culturelle,

Plus en détail

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation

Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans les Métiers de l'alimentation Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. Observatoire Prospectif des Métiers et des

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

Cemont lance SILVER CF une nouvelle gamme de brasures d'argent sans cadmium pour la plomberie, le sanitaire, le froid, la climatisation

Cemont lance SILVER CF une nouvelle gamme de brasures d'argent sans cadmium pour la plomberie, le sanitaire, le froid, la climatisation Saint Ouen 'Aumône, e 19 février 2008 Cemont ance une nouvee gamme de brasures d'argent sans cadmium pour a pomberie, e sanitaire, e froid, a cimatisation Contacts : Direction de a Communication Georges

Plus en détail

REPUBLIQUE ET CANTON DU JURA DEPARTEMENT DE L ECONOMIE ET DE LA COOPERATION

REPUBLIQUE ET CANTON DU JURA DEPARTEMENT DE L ECONOMIE ET DE LA COOPERATION REPUBLIQUE ET CANTON DU JURA DEPARTEMENT DE L ECONOMIE ET DE LA COOPERATION 2, rue du 24-Septembre - 2800 Deémont Té. 032 420.52.00 - Fax: 032 420.52.01 DIRECTIVES RELATIVES A L ORGANISTION DU JEU DE LOTO

Plus en détail

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289

Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE. COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 Chapitre 2 ÉTUDES EMPIRIQUES DES CONVENTIONS DE SERVICES BANCAIRES AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE COMITÉ CONSULTATIF Rapport Exercice 2002 2003 289 1. Les conventions de services bancaires au Royaume-Uni

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds immobiier canadien CIBC Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 30 juin 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf indication contraire Le présent

Plus en détail

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003

OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Agence d Urbanisme et d Aménagement du Territoire Toulouse Aire Urbaine OUTIL DE VEILLE SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE DE L'AGGLOMERATION TOULOUSAINE CONSOMMATION DE L'ESPACE EXERCICE 2003 Décembre 2003

Plus en détail

COMPREnDRE La taxe locale sur

COMPREnDRE La taxe locale sur COMPREnDRE La taxe locale sur la publicité extérieure Votre mairie a mis en place la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE). En tant que commerçant, vous vous interrogez sur les fondements de cette

Plus en détail

Fiche marché. La clientèle néerlandaise en Champagne-Ardenne. Réalisé par l Observatoire Régional du Tourisme

Fiche marché. La clientèle néerlandaise en Champagne-Ardenne. Réalisé par l Observatoire Régional du Tourisme Fiche marché La clientèle néerlandaise en Champagne-Ardenne Réalisé par l Observatoire Régional du Tourisme Données de cadrage Données économiques PPopulation : 16,8 millions d habitants Taux de croissance

Plus en détail

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont N 4

Baromètre local de conjoncture des arrondissements de Bar-sur-Aube et Chaumont  N 4 N 4 Chiffres clés de l arrondissement de Source INSEE RGP 1999 Estimation CCI de Troyes et de l Aube Bar sur Aube Population 2007 : 29 427 hab. 9,8 % de la population auboise Superficie : 1 193 km2 Densité

Plus en détail

Les marchés des sociétés d Hlm

Les marchés des sociétés d Hlm Les marchés s des sociétés s d Hmd LES MARCHES DES SOCIETES D HLM LES PRINCIPES GENERAUX LES EVOLUTIONS LE CHAMP D APPLICATION Les organismes d Hm sont des pouvoirs adjudicateurs - soit soumis au code

Plus en détail

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous Guide Sommaire La réglementation... 3 A savoir...... 4 Le calendrier... 5 Le coût... 6 Les démarches... 6 Les dérogations... 7 Exemples... 8 Les

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

Observatoire des SARL à libre capital à Paris

Observatoire des SARL à libre capital à Paris Observatoire des SARL à libre capital à Paris Bilan de juin 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire, créé au lendemain de la

Plus en détail

Le commerce alimentaire en Val-de-Marne

Le commerce alimentaire en Val-de-Marne n 33 Mai 2013 Le commerce alimentaire en Val-de-Marne Ce Flash Eco est issu de l étude «le tissu commercial du Val-de-Marne : rétrospectives et perspectives «réalisée par la CCI Val-de-Marne. Crise économique,

Plus en détail

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES

LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES LES BESOINS EN FORMATION DES ENTREPRISES ARDENNAISES Enquêtes : AGEFOS-PME, CGPME, CCI des Ardennes Analyse : Observatoire économique - CCI des Ardennes Direction de la formation, des études économiques,

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Loi de modernisation de l économie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008

Loi de modernisation de l économie (LME) n 2008-776 du 4 août 2008 Septembre 2008 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.

GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST. Tél. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mail : info@ceso-gto.com www.ceso-gto. GARDEZ UNE TECHNOLOGIE D AVANCE GROUPE TELECOMS DE L OUEST Té. : 05 46 30 07 30 Fax : 05 46 30 07 37 Mai : info@ceso-gto.com www.ceso-gto.com Votre tééphonie d entreprise : convergence fixe & mobie Depuis

Plus en détail

COMPRENDRE LA TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE

COMPRENDRE LA TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE COMPRENDRE LA TAXE LOCALE SUR LA PUBLICITÉ EXTÉRIEURE Votre mairie a mis en place la taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE). En tant que commerçant, vous vous interrogez sur les fondements de cette

Plus en détail

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo.

JUILLET 2008 PIVADIS PIVADIS SM CONSEIL. 24, Rue de la Bredauche. Tél: 02.38.43.41.38 Fax: 02.38.70.50.95 Email: pivadis@wanadoo. JUILLET 2008 AMIENS -0 PIVADIS SM CONSEIL ETUDE DE POTENTIEL ET DE RESTRUCTURATION DU CENTRE COMMERCIAL «LE COLVERT» AMIENS Proposition de programme commercial PIVADIS 24, Rue de la Bredauche 45380 LA

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 20 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 194 Semaine du 16 au 2 février 215 SOMMAIRE FRANCE 1. Financement des ETI et des grandes entreprises en février 215 : situation de trésorerie d exploitation inchangée 2. Créations d

Plus en détail

Guide des applications Lexmark ESF

Guide des applications Lexmark ESF Guide des appications Lexmark ESF Aidez vos cients à tirer peinement profit du potentie de eurs équipements Lexmark. Les appications Lexmark ont été conçues pour aider es entreprises à capturer et gérer

Plus en détail

Guide Fiscal 2013. Impôt sur le revenu

Guide Fiscal 2013. Impôt sur le revenu Suppément gratuit au Faire Face n 718 d avri 2013. Mis à jour par Juie Charpin, conseière technique au service juridique droit des personnes et des famies, sous a direction de Linda Aouar, directrice juridique

Plus en détail

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent être les mêmes que celles

Plus en détail

REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE

REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE L article 31 de la loi de finances du 29 décembre 2010 a aménagé la redevance pour création de bureaux et de locaux de recherche en région d Ile-de-France.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Bilan 2013 : un marché en forte dépression Perspectives 2014 : malgré des blocages

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée PRÉFET DE LA SARTHE Direction Départementale des Territoires de la Sarthe Sous-Commission Départementale d Accessibilité VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11

Plus en détail

Conception et réalisation d une sectorisation

Conception et réalisation d une sectorisation Conception et réaisation d une sectorisation OBJECTIF : mise en pace d un outi cohérent permettant de mesurer es voumes transitant dans e système de manière fiabe Une attention particuière doit être portée

Plus en détail

Comment s installer aux Canaries

Comment s installer aux Canaries Comment s instaer aux Canaries Aide institutionnee Le gouvernement des Canaries soutient activement es investissements réaisés dans es secteurs stratégiques canariens. Pour ce faire, e département de Investir

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du fonds Fonds d actions américaines de croissance Renaissance Rapport intermédiaire de a direction sur e rendement du fonds pour a période cose e 28 février 2015 Tous es chiffres sont en doars canadiens, sauf

Plus en détail

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011

Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Compte-rendu du Conseil Municipal du 7 novembre 2011 Etaient présents : Mme Alexandre, Mr Carlotti, Mr Champagnat, Mr Guinaudeau, Mme Janssen, Mr Joubert, Mme Pascal-Baujoin, Mme Picault, Mr Pidancier,

Plus en détail

Le géomarketing. Une nouvelle dimension pour le S.I. de l entreprise

Le géomarketing. Une nouvelle dimension pour le S.I. de l entreprise Le géomarketing Une nouvee dimension pour e S.I. de entreprise Dérouement de a présentation Objectifs Le concept de Géomarketing La mise en pace d une brique Géomarketing Une iustration pragmatique : entreprise

Plus en détail

Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie

Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie Baromètre 2014 Energie-Info du médiateur national de l énergie : Les consommateurs et l énergie Vague 8 Principaux enseignements Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au 13 septembre 2014 auprès d un

Plus en détail

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s

shp Nous donnons de la vie à votre prévoyance i n d i v i d u e l. s û r. s o u p l e C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f l é c h i s shp C o n c e p t s d e p r é v o y a n c e r é f é c h i s Nous donnons de a vie à votre prévoyance i n d i v i d u e. s û r. s o u p e Bien pus qu un fournisseur de prestations de prévoyance «SHP est

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi

Chiffres Clés Juin 2015. Les personnes handicapées et l emploi Chiffres Clés Juin 2015 Les personnes handicapées et l emploi L OBLIGATION D EMPLOI En 2012, 100 300 établissements employaient 361 700 travailleurs handicapés. La loi fixe à tout établissement privé ou

Plus en détail

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES

IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Revenu Canada Revenue Canada IMPÔT DE LA PARTIE VI - IMPÔT DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Raison sociae de a société Numéro de compte/numéro d'entreprise Fin d'année d'imposition Jour Mois Année À 'usage

Plus en détail

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS

TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS TOUS À L ÉCOLE MOYEN-ORIENT ET AFRIQUE DU NORD INITIATIVE MONDIALE EN FAVEUR DES ENFANTS NON SCOLARISÉS RÉSUMÉ TUNISIE RAPPORT NATIONAL SUR LES ENFANTS NON SCOLARISÉS OCTOBRE 2014 2015 UNICEF Bureau régiona,

Plus en détail

Rôles du Comité de Jeu Responsable de la Loterie Nationale Belge en matière de prévention et de traitement du jeu excessif.

Rôles du Comité de Jeu Responsable de la Loterie Nationale Belge en matière de prévention et de traitement du jeu excessif. Université de Liège - Hôpita de Jour Universitaire La Cé Rôes du Comité de Jeu Responsabe de a Loterie Nationae Bege en matière de prévention et de traitement du jeu excessif. J-M TRIFFAUX, M.D., Ph.D.

Plus en détail

Analyses commerciales. Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie

Analyses commerciales. Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie Analyses commerciales Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie Avril 2012 Le commerce de détail de la chaussure et de la maroquinerie Définition et méthodologie Cette monographie sectorielle

Plus en détail