Méthode d évaluation de la transmission thermique de l enveloppe à partir de la mesure en continu et indirect des flux entrant/sortant

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthode d évaluation de la transmission thermique de l enveloppe à partir de la mesure en continu et indirect des flux entrant/sortant"

Transcription

1 Méthode d évaluation de la transmission thermique de l enveloppe à partir de la mesure en continu et indirect des flux entrant/sortant Olivier Bonneau Myriam Humbert

2 Comment déterminer la transmission thermique de l enveloppe? Bilan thermique à partir des mesures U bât (T i T e ) A env = Φ entrant Φ sortant Apports solaires Fourniture du système de chauffage Apports internes techniques par renouvellement d air Déperditions par l enveloppe par infiltration d air Bâtiment instrumenté Déduction de Ubât modulo l occupation

3 Comment déterminer la transmission thermique de l enveloppe? Bilan thermique à partir des mesures U bât (T i T e ) A env = Φ entrant Φ sortant Et l'inertie? Bilan sur une semaine Choix d'une semaine occupée, suivant une semaine occupée Choix de la semaine où les besoins de chauffage totaux sont le plus important pour s'affranchir de l'action des occupants de l'enveloppe : Ouverture des fenêtres Fermetures des volets/protections solaires

4 Mesure des besoins de chauffage Apports solaires Fourniture du système de chauffage Apports internes techniques par renouvellement d air Déperditions par l enveloppe par infiltration d air Bâtiment instrumenté Mesure horaire de l énergie dissipée dans le volume chauffé (W/h)

5 Apports réels au bâtiment Mesure des apports de chaleur Exemple d un bâtiment collectif de 18 logements Mesure des besoins en chauffage sur le circuit de distribution de chauffage en sortie de chaufferie Pas de mesure des pertes de distribution dans les parties communes entre la chaufferie et les logements estimées forfaitairement à 3 % Période d étude : du 01/12/2013 au 22/02/2014 Pour effectuer un suivi au pas de temps horaire, le poids d impulsion des compteurs doit être inférieur à 1/10ème de la puissance nominale du circuit

6 Détermination des apports solaires Apports solaires Fourniture du système de chauffage Apports internes techniques par renouvellement d air Déperditions par l enveloppe par infiltration d air Bâtiment instrumenté

7 Détermination des apports solaires Exemple d un bâtiment collectif de 18 logements 1/ Mesure du rayonnement solaire horizontal global journalier au moyen d un pyranomètre (W/m²)

8 Détermination des apports solaires 2/ Surface équivalente horizontale par façade Albedo Hauteur des masques Dimension des baies, des parois opaques Casquettes, joues Pour chaque façade gestion Surface solaire équivalente Horizontale Façade 1 Situation du bâtiment et son environnent proche Relève des masques solaires Façade sud-ouest Façade sud-est Façade nord-est Façade nord-ouest profil masque profil masque profil masque profil masque pyranomètre hauteur ( ) hauteur ( ) hauteur ( ) hauteur ( ) azimut ( sud) azimut ( sud) azimut ( sud) azimut ( sud) Peu de masques influents au regard de la course du soleil

9 Détermination des apports solaires 2/ Surface équivalente horizontale par façade Gestion des protections solaires : hypothèse prise de 10 % des protections en position fermée Surfaces solaires équivalentes directes et diffuses des différentes façades surface équivalente par jour de l'année toiture Ssedir (y/c albédo) toiture Ssedif (y/c albédo) ouest Ssedir (y/c albédo) ouest Ssedif (y/c albédo) est Ssedir (y/c albédo) est Ssedif (y/c albédo) nord Ssedir (y/c albédo) nord Ssedif (y/c albédo) sud Ssedir (y/c albédo) sud Ssedif (y/c albédo) jour de l'année Présence de joues et casquettes sur une faible partie de la façade sud Sensibilité à la gestion des protections solaires Rayonnement solaire global horizontal journalier W/m² 3/ Apports solaires journaliers

10 Détermination des apports internes Apports solaires Fourniture du système de chauffage Apports internes techniques par renouvellement d air Déperditions par l enveloppe par infiltration d air Bâtiment instrumenté

11 Détermination des apports internes Occupants : Identification des plages d absence à partir de la mesure : analyse des besoins d ECS et des consommations électriques nombre d occupants et heures de présence déterminés par enquête ou statistique Équipements électriques Mesure des consommations d électricité spécifique totales en volume chauffé ou données statitiques Exemple d un bâtiment collectif de 18 logements Enquête d occupation réalisée dans 4 logements sur 18 : manque de représentativité scénario conventionnel Profil d'occupation population adulte(en %) Heure Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche Apports internes sur la semaine kwh Occupants (25 adultes) 362 Équipements électrique 392

12 Mesure des déperditions par renouvellement d air Apports solaires Fourniture du système de chauffage Apports internes techniques par renouvellement d air Déperditions par l enveloppe par infiltration d air Bâtiment instrumenté

13 Mesure des déperditions par renouvellement d air Déduction des pertes aérauliques à partir de la mesure horaire : Débit d extraction Température de l air soufflé de l air sortant P ventilateur =0,34 Débit (T entrant T sortant )/1000 Pour les double flux, prise en compte de l efficacité de l échangeur à déduire des pertes

14 VMC simple flux, hygro B (logements) et CTA double flux (local communal) Débit d extraction : utilisation de la courbe de débit de chaque ventilateur Températures Hygro B : Mesure de la température de l air extérieur (station météo ou sonde sous abri), Température moyenne pondérée des volumes de 4 logements échantillonnés Températures Double flux : gaine air entrant, gaine air repris Date heure Consommation électrique de(s) extracteur(s) (kwh) Mesure des déperditions par renouvellement d air exemple d un bâtiment collectif de 18 logements Débit d'extraction (m3/h) Température entrante ( C) Température sortante ( C) Déperditions par ventilation du bâtiment (kwh) (système 2) 01/12/13 0:00 0, ,6 21,2-0,744 01/12/13 1:00 0, ,6 21,2-0,774 01/12/13 2:00 0, ,6 21,2-0,750 01/12/13 3:00 0, ,5 21,2-0,780

15 Mesure des déperditions par défauts d étanchéité à l air Apports solaires Fourniture du système de chauffage Apports internes techniques par renouvellement d air Déperditions par l enveloppe par infiltration d air Bâtiment instrumenté

16 Données à connaître Mesure des déperditions par défauts d étanchéité à l air Exemple d un bâtiment collectif de 18 logements Données mesurées entrées d air hygro B : module des entrées d air : 791,7 m3/h Hauteur du bâtiment : 13,85 m Logement collectif traversant Surface déperditive Atbat : 1559,33 m² Température intérieure ( C) (moyenne pondérée des locaux) techniques Température extérieure ( C) et vitesse moyenne horaire du vent ( C): station météo sur un toit à 900m Valeur du test d étanchéité à l air de l ensemble du bâtiment (y compris communs en volume chauffé : 1,64 m3/h.m²

17 Bilan thermique Apports et pertes (kwh) Part des apports et pertes énergétiques du bâtiment Semaine de l'étude = semaine 8 Déperditions par ouverture des fenêtres (kwh) Déperditions à travers l'enveloppe (kwh) Déperditions aérauliques par défauts d'étanchéité à l'air (kwh) Besoins de chauffage mesurés (kwh) Apports internes (kwh) Déperditions aérauliques par ventilation (kwh) Apports solaires (kwh) Besoins en chauffage (kwh Comparaison des besoins de chauffage mesurés et calculs pour Ubat = 0,609 W/m².K semaine Besoins de chauffage calculés pour Ubat = 0,609 W/m².K (kwh) Besoins de chauffage mesurés (kwh) Ubat théorique : 0,519 W/m².K Cause des écarts : Défauts d isolation de l enveloppe constatés par thermographie Ponts thermiques non traités Sous estimation possible des ouvertures des fenêtres

18 Une isolation de l enveloppe moins performante que la cible Ponts thermiques non pris en compte ou sous-estimés : ponts thermiques avec le plancher bas ou RDC, balcons, linteaux de fenêtres Liaisons fenêtres/mur et coffres de volet roulants en réhabilitation Ponts thermiques intégrés dûs à la fixation du bardage Défauts de mise en œuvre de l isolation Dégradation de l isolation par la pluie Ouverture des fenêtres Résultats Ubât Prébat

19 Conclusion et perspectives Domaine d application de la méthode : Besoins de chauffage suffisamment important Conditions intérieure relativement homogènes Points délicats de l appréciation de l occupation : gains internes, actions sur les volets, les fenêtres Selon la typologie des bâtiments, il est possible de simplifier l instrumentation Nécessite l expertise de l opérateur Travail en cours sur les incertitudes et la sensibilité aux différents paramètres

Méthodologie de suivi et analyse

Méthodologie de suivi et analyse Direction territoriale Ouest Méthodologie de suivi et analyse Appels à projet Prébat Bretagne 2008 et 2009 Myriam Humbert 2 Sommaire Objectif du suivi Présentation de la méthodologie de suivi Présentation

Plus en détail

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion Sommaire L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES 1 L opération étudiée Situation géographique 34 St Gely Hérault Zone H3 Altitude : 120 m 2 Acteurs

Plus en détail

Garantie de performance énergétique Les difficultés de caractérisation de la performance d'un bâtiment existant

Garantie de performance énergétique Les difficultés de caractérisation de la performance d'un bâtiment existant Les difficultés de caractérisation de la performance d'un bâtiment existant Myriam.Humbert@developpement-durable.gouv.fr Le recueil des caractéristiques initiales Bâti et systèmes Recueil Occupation Site

Plus en détail

PREBAT 31 mars Chambéry

PREBAT 31 mars Chambéry Journée PREBAT vers des bâtiments à énergie positive Mesurer la performance des bâtiments Jean-Alain Bouchet CETE Méditerranée CHAMBERY 31 mars 2010 Mesurer la performance des bâtiments Plan de l exposé

Plus en détail

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion

Sommaire. L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES NOVEMBRE Sommaire L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Analyse du confort Conclusion EXEMPLAIRES NOVEMBRE 2 L opération étudiée Situation géographique 3857 Le cheylas Isère

Plus en détail

Tableaux récapitulatifs des données

Tableaux récapitulatifs des données Tableaux récapitulatifs des données Ce rapport récapitule les données techniques saisies dans le cadre d un projet existant et de projets simulés avec le logiciel Bati-Cube. Vous retrouverez l ensemble

Plus en détail

Crèche de Bellevue Rue de Bellevue, Paris (75)

Crèche de Bellevue Rue de Bellevue, Paris (75) Crèche de Bellevue Rue de Bellevue, Paris (75) ETUDE THERMIQUE RT EXISTANT Maitre d ouvrage : Architecte : Bureau d Etudes : CRESCENDO SEREAU ENR CONCEPT 102, rue Amelot 208 Rue Saint-Maur Parc du Golf

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE

RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE RETOUR D EXPERIENCE SUR UNE MAISON PASSIVE Les ingénieurs conseil d HELIASOL ont fait une visite de 3 jours dans une maison passive dont ils ont fait l étude et l optimisation thermique. L objectif était

Plus en détail

PROTOCOLE DE MONITORING LIVING LABS BRUSSELS RETROFIT

PROTOCOLE DE MONITORING LIVING LABS BRUSSELS RETROFIT PROTOCOLE DE MONITORING LIVING LABS BRUSSELS RETROFIT Introduction L objectif principal de chaque Living Lab est de développer, tester et mettre en œuvre des solutions de rénovation énergétiquement performantes,

Plus en détail

Sommaire. Clima-Win 4.1 build licence : GNAT Ingéniérie

Sommaire. Clima-Win 4.1 build licence : GNAT Ingéniérie Sommaire Titre Page n Extension club house : SAISIE : contrôle de la saisie 2 Extension club house : SAISIE : systèmes de ventilation 3 Extension club house : RÉGLEMENTATION : conformité des baies 4 Extension

Plus en détail

Recensement des mesures de réhabilitation et des incertitudes liées à la caractérisation de la performance énergétique

Recensement des mesures de réhabilitation et des incertitudes liées à la caractérisation de la performance énergétique Tâche n : 2.2 - Conception de l opération et définition de l objectif de performance Recensement des mesures de réhabilitation et des incertitudes liées à la caractérisation de la performance énergétique

Plus en détail

ÉTUDE D OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE ET ENVIRONNEMENTALE MAISON POUR TOUS - VILLEFRANQUE

ÉTUDE D OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE ET ENVIRONNEMENTALE MAISON POUR TOUS - VILLEFRANQUE ÉTUDE D OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE ET ENVIRONNEMENTALE MAISON POUR TOUS - VILLEFRANQUE Mars 2010 Page 1/15 1 - DONNÉES GÉNÉRALES DU PROJET Intervenant Nom des intervenants : Adresse : Dates d'intervention

Plus en détail

La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage

La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage La modélisation thermique confrontée à la mesure : Influence de l imprécision des données d entrées sur le calcul de la consommation de chauffage Centre d'études Techniques de l'équipement de l'ouest Au

Plus en détail

Type Orientation Surface (m²) U (W/(m²K)) Poids (kg/m²) Couleur Teq. ( C) Façade NE Claire 26.6 Façade SE Claire 28.

Type Orientation Surface (m²) U (W/(m²K)) Poids (kg/m²) Couleur Teq. ( C) Façade NE Claire 26.6 Façade SE Claire 28. CHARGE MAXIMALE (LOCAL ISOLÉ) Local Ensemble de locaux 6 (Séjour T3) Logement collectif Conditions de projet Internes Externes Température intérieure = 26.0 C Température extérieure = 29.3 C Humidité relative

Plus en détail

75 POINTS DE VERIFICATION

75 POINTS DE VERIFICATION 75 POINTS DE VERIFICATION DOSSIER TECHNIQUE : 9 points de contrôle ETUDE ENERGETIQUE Vérification des données d entrée pour calcul de C et Créf Perméabilité bâtiment par défaut ou validée par tests sur

Plus en détail

Résultats principaux RT2005

Résultats principaux RT2005 Résultats principaux RT2005 Conformité du bâtiment :NODA Condition Satisfaite Bâtiment Usage SHON Surf. utile Cep

Plus en détail

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex?

Quelle est la différence entre la méthode TH-C-E et TH-C-E ex? Glossaire BBC-Effinergie Qu est-ce que la méthode TH-C-E? La méthode de calcul utilisée par les certificateurs du label BBC-Effinergie, est la méthode réglementaire française TH-C-E établie par le CSTB.

Plus en détail

Généralités Entrées d'air autoréglables Entrées d'air hygroréglables Manchons ENTRÉES D'AIR

Généralités Entrées d'air autoréglables Entrées d'air hygroréglables Manchons ENTRÉES D'AIR Généralités Entrées d'air autoréglables Entrées d'air hygroréglables Manchons ENTRÉES D'AIR Sommaire GÉNÉRALITÉS p. 3 Rôle de l entrée d air p. 4 Environnement réglementaire p. 4 Définition p. 4 Dimensionnement

Plus en détail

Les étapes et les parcours de la RT 2 000

Les étapes et les parcours de la RT 2 000 Christian Cardonnel, Bureau d études Cardonnel, 6, rue Soddy, Créteil parc, 94044 Créteil CEDEX, tél. : 01 45 13 14 00, fax : 01 45 13 14 09, e-mail : chc@cardonnel.fr Les étapes et les parcours de la

Plus en détail

Mise en place d une VMC simple flux en rénovation

Mise en place d une VMC simple flux en rénovation Dispositif REX Bâtiments performants É T U D E D E C A S VMC Mise en place d une VMC simple flux en rénovation Etudes de cas d isolation thermique de l enveloppe 1 Le contexte Suite à un changement de

Plus en détail

Pourquoi une maison passive?

Pourquoi une maison passive? Pourquoi une maison passive? L évolution des réglementations thermiques sous les directives du parlement européen nous amène progressivement vers des bâtiments où les besoins de chauffage sont si faibles

Plus en détail

R. Carrié, CETE Lyon Formation Développement Durable et Constructions Publiques mars 2004

R. Carrié, CETE Lyon Formation Développement Durable et Constructions Publiques mars 2004 Ventilation et énergie R. Carrié, CETE Lyon Formation Développement Durable et Constructions Publiques 24-25 mars 2004 Enjeux - Objectifs Principes généraux Assurer des conditions d hygiène acceptables

Plus en détail

Colloque "Bâtiments BBC neufs ou rénovés,

Colloque Bâtiments BBC neufs ou rénovés, Colloque "Bâtiments BBC neufs ou rénovés, LES CONDITIONS DU DÉPLOIEMENT DE LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE, LES PREMIERS ENSEIGNEMENTS DES CAMPAGNES DE MESURES REHABILITATION THERMIQUE DE 8 LOGEMENTS 288 RUE

Plus en détail

Ventilation un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons

Ventilation un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons un atout pour la performance thermique et la qualité de l air dans nos maisons Marie-Alix VIALLE Partenaires financiers L ASDER Association Savoyarde pour le Développement des Énergies Renouvelables Association

Plus en détail

Etude de la validité du modèle COMFIE dans le cas de bâtiments à très basse consommation : cas d une maison de la plate forme INCAS de Chambéry

Etude de la validité du modèle COMFIE dans le cas de bâtiments à très basse consommation : cas d une maison de la plate forme INCAS de Chambéry Etude de la validité du modèle COMFIE dans le cas de bâtiments à très basse consommation : cas d une maison de la plate forme INCAS de Chambéry 1 Introduction Le secteur du bâtiment doit mettre en œuvre

Plus en détail

Nom Société WORMHOUT - Groupe Scolaire Roger Salengro Adresse 2 Code Postal - Ville Pays LOT 11 CHAUFFAGE - VENTILATION

Nom Société WORMHOUT - Groupe Scolaire Roger Salengro Adresse 2 Code Postal - Ville Pays LOT 11 CHAUFFAGE - VENTILATION Nom Société 678-1002 Adresse 1 WORMHOUT - Groupe Scolaire Roger Salengro Adresse 2 Code Postal - Ville Pays Code Désignation Unité Quantité P.U. P.T. CHAUFFAGE - VENTILATION 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 Consistance

Plus en détail

ANNEXES DU PROJET DE FIN D ETUDES

ANNEXES DU PROJET DE FIN D ETUDES Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE ANNEXES DU PROJET DE FIN D ETUDES RENOVATION ENERGETIQUE D UN LABORATOIRE DU CNRS : Mission d aide à Maîtrise d ouvrage

Plus en détail

Projet ISTHME Méthodologie de comparaison calculs mesures intégrant l analyse de sensibilité et la propagation d incertitudes

Projet ISTHME Méthodologie de comparaison calculs mesures intégrant l analyse de sensibilité et la propagation d incertitudes Projet ISTHME Méthodologie de comparaison calculs mesures intégrant l analyse de sensibilité et la propagation d incertitudes Rofaïda Lahrech CSTB avec la contribution de : Jean Robert Millet et Laurent

Plus en détail

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage

Plateforme Formation et Evaluation. Besoins de chauffage Plateforme Formation et Evaluation Besoins de chauffage 1 Besoins de chauffage Déperditions Apports solaires Apports internes Contenu Méthode simplifiée de calcul des besoins de chauffage 2 1. Les déperditions

Plus en détail

«ma maison ma planète» Construction de 5 maisons labellisées BBC (2 T3 et 3 T4) VOREY S/ARZON «les jardins de Chambeyron»

«ma maison ma planète» Construction de 5 maisons labellisées BBC (2 T3 et 3 T4) VOREY S/ARZON «les jardins de Chambeyron» «ma maison ma planète» Construction de 5 maisons labellisées BBC (2 T3 et 3 T4) VOREY S/ARZON «les jardins de Chambeyron» L OPAC43 en quelques chiffres: 6000 logements 25 structures d accueil spécifique

Plus en détail

AMCO 1901 : exercices de thermique

AMCO 1901 : exercices de thermique AMCO 1901 : exercices de thermique Matériaux [W/mK],e[m] qt= k. (Tint- Text) [w/m2] Parois k = 1/RT [W/K] Ri, Re, Ra, Rvitrages RT = R [K/W] Bâtiment ks = aj kj Aj + ki li [W/K] Aj. niveau d'isolation

Plus en détail

Perméabilité à l air dans les bâtiments

Perméabilité à l air dans les bâtiments Perméabilité à l air dans les bâtiments Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1 +2- perméabilité à l air 1 Impacts de perméabilité à l air Les 3 leviers de la performance FEEBAT Module 1 +2- perméabilité

Plus en détail

PERFORMANCE THERMIQUE DES ENVELOPPES ÉTUDES DE CAS EN RT2012. Vincent BRAIRE Etats généraux du bois, Angers le 11 Octobre 2012

PERFORMANCE THERMIQUE DES ENVELOPPES ÉTUDES DE CAS EN RT2012. Vincent BRAIRE Etats généraux du bois, Angers le 11 Octobre 2012 PERFORMANCE THERMIQUE DES ENVELOPPES ÉTUDES DE CAS EN RT2012 Vincent BRAIRE Etats généraux du bois, Angers le 11 Octobre 2012 SOMMAIRE Les contours de la RT2012 Garantie de résultat VILLAVENIR + Atlantique

Plus en détail

Présentation du logiciel. Kephi 2.2

Présentation du logiciel. Kephi 2.2 Présentation du logiciel Kephi 2.2 Ce logiciel de dimensionnement thermique utilise les algorithmes de calcul du PHI (Passiv Haus Institut) avec de nombreuses fonctionnalités en plus: Adaptation à la réglementation

Plus en détail

La construction passive en action

La construction passive en action LA MAISON PASSIVE La construction passive en action NOVABUILD 18 Novembre 2016 1 SOMMAIRE 1 LA DEMARCHE PASSIVE 1.1 Le passif: 5 mesures 1.2 L isolation 1.3 Les fenêtres «chaudes» 1.4 Pas de ponts thermiques

Plus en détail

COMPRENDRE LES NIVEAUX DE PERFORMANCE

COMPRENDRE LES NIVEAUX DE PERFORMANCE PASSIF, RÈGLEMENTATION THERMIQUE, BEPOS : COMPRENDRE LES NIVEAUX DE PERFORMANCE GUILLAUME MENET PASSIPHILE PAUL LIRET - DIAGOBAT Acteurs du Passif Collectif pour un bâtiment performant et confortable 13

Plus en détail

Garantie de performance énergétique

Garantie de performance énergétique Fondattiion Bâttiimentt--Enerrgiie Garantie de performance énergétique Analyse de campagnes de mesures âcche n 4..1 Prréssenttattiion dess ssiittess rrettenuss JJuul llieenn CCAAI IILLLLEE CCOSSI IICC

Plus en détail

Présentation des résultats graphiques (intermédiaires) de l'étude thermique. Répartition des surfaces vitrées selon les façades 0% 6% 12% 40%

Présentation des résultats graphiques (intermédiaires) de l'étude thermique. Répartition des surfaces vitrées selon les façades 0% 6% 12% 40% RAPPORT Numéro du rapport : # 01 Titre : Présentation des résultats graphiques (intermédiaires) de l'étude thermique La présentation se porte sur la version 0 situation existante : Répartition des surfaces

Plus en détail

Les systèmes de Ventilation(naturelle, mécanique simple flux, mécanique double flux, l absence de système spécifique)

Les systèmes de Ventilation(naturelle, mécanique simple flux, mécanique double flux, l absence de système spécifique) Les systèmes de Ventilation(naturelle, mécanique simple flux, mécanique double flux, l absence de système spécifique) Durée du thème : 60 minutes FEEBAT Module 1 +2 - Ventilation 1 FEEBAT Module 1 +2 -

Plus en détail

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION?

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 1 SOMMAIRE 1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 4. QUELQUES SOLUTIONS POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS

Plus en détail

Influence de l inertie

Influence de l inertie Annexe II Influence de l inertie en immeuble collectif A - Préliminaire B - Hypothèses C - Simulations Étude réalisée pour CIMBÉTON par le cabinet TRIBU Énergie (2007) 53 Sommaire A - Préliminaire 55 1.

Plus en détail

Confort et usages. Jean-Alain Bouchet, Cerema Christophe Beslay, université de Toulouse. 22 janv. 2016

Confort et usages. Jean-Alain Bouchet, Cerema Christophe Beslay, université de Toulouse. 22 janv. 2016 s Jean-Alain Bouchet, Cerema Christophe Beslay, université de Toulouse s 1.Températures intérieures en été 2.Confort thermique adaptatif 3.Confort thermique de mi-saison 4.Comportements 1. Un sujet de

Plus en détail

Projet : Réhabilitation énergétique Guynemer Groupama

Projet : Réhabilitation énergétique Guynemer Groupama Via Positive 7 ZA de Pré Munny 01630 PERON Tel : 04 50 56 33 11 E-mail : contact@viapositive.com Cabinet d ingénieur en énergie. Projet : Réhabilitation énergétique Guynemer Groupama Etude thermique RT

Plus en détail

Les maisons passives : sont elles confortables? écologiques? Bruno Peuportier, Stéphane Thiers

Les maisons passives : sont elles confortables? écologiques? Bruno Peuportier, Stéphane Thiers Les maisons passives : sont elles confortables? écologiques? Bruno Peuportier, Stéphane Thiers Les maisons passives : sont-elles confortables? écologiques? Bruno Peuportier et Stéphane Thiers, MINES ParisTech

Plus en détail

BALADE THERMOGRAPHIQUE

BALADE THERMOGRAPHIQUE BALADE THERMOGRAPHIQUE SEPTÈMES-LES-VALLONS QUARTIER DES GENÊTS Samedi 28 février 2015 Animée par l Espace Info-Energie SOMMAIRE 1. L ALEC, une Agence pour la transition énergétique du territoire 2. Retour

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES

DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES EPREUVE E1 PREPARATION D UNE INTERVENTION SESSION 2017 DOSSIER TECHNIQUE et RESSOURCES «CONSTRUCTION D UNE MAISON INDIVIDUELLE, LOTISSEMENT GAUMET»

Plus en détail

Le comportement thermique du bâti ancien

Le comportement thermique du bâti ancien Le comportement thermique du bâti ancien CAUE de Meurthe et Moselle Le 16 septembre 2009 Julien BURGHOLZER Responsable du groupe Construction au Centre d Études Techniques de l Équipement (CETE) de l Est

Plus en détail

CARNET DE BORD. Système de chauffage de type 2. d un immeuble à appartements. Bâtiment :.

CARNET DE BORD. Système de chauffage de type 2. d un immeuble à appartements. Bâtiment :. CARNET DE BORD Système de chauffage de type 2 d un immeuble à appartements Bâtiment :. CONTEXTE Le carnet de bord est la base documentaire de "référence" des systèmes de chauffage. La tenue d un carnet

Plus en détail

JANVIER Horaire de pleine mer. Accès possible Mercredi h30 06h40 08h20. Mercredi h56 19h10 20h50

JANVIER Horaire de pleine mer. Accès possible Mercredi h30 06h40 08h20. Mercredi h56 19h10 20h50 JANVIER 2015 aux Mercredi 21 103 12.60 07h30 06h40 08h20 Mercredi 21 106 12.55 19h56 19h10 20h50 Jeudi 22 109 13.00 08h16 07H50 08H50 07h20 09h30 Jeudi 22 109 12.75 20h42 20h30 20h50 19h50 21h40 Vendredi

Plus en détail

Enveloppe thermique. Total isolation : 80 mm Bloc Béton Cellulaire. Tourcoing le 28/10/11

Enveloppe thermique. Total isolation : 80 mm Bloc Béton Cellulaire. Tourcoing le 28/10/11 Enveloppe thermique a- Plancher bas : U = 0,25 W/m 2 K - Dalle béton sur pieux, e = 200 mm - Résilient acoustique 20 mm - Complexe plancher chauffant : isolant PSE 60 mm - Complexe plancher chauffant :

Plus en détail

Synthèse de l audit énergétique réalisé par. Assemblée générale du 21 janvier 2016

Synthèse de l audit énergétique réalisé par. Assemblée générale du 21 janvier 2016 Synthèse de l audit énergétique réalisé par Assemblée générale du 21 janvier 2016 Agenda Synthèse du diagnostic Actions d amélioration proposées Scénarios proposés Orientations proposées par le conseil

Plus en détail

INFILTROMETRIE. Maison individuelle ossature bois M.Mme STAIGER Lot. du Côteau du Mont Chevreuil IS SUR TILLE

INFILTROMETRIE. Maison individuelle ossature bois M.Mme STAIGER Lot. du Côteau du Mont Chevreuil IS SUR TILLE INFILTROMETRIE Maison individuelle ossature bois M.Mme STAIGER Lot. du Côteau du Mont Chevreuil 21120 IS SUR TILLE Contrôle effectué le 29/07/2009 EXP AIR 21 Sàrl au capital de 5.000 euros RCS DIJON 509

Plus en détail

Conseil énergétique Thermographie

Conseil énergétique Thermographie Conseil énergétique Thermographie SYNDICAT DEPARTEMENTAL D ENERGIE Janvier 2010 SDE 18 Service Energie Melle Nathalie DUCHET Tél : 02.48.50.85.31 Courriel : n.duchet@sde18.com Le SDE 18 a fait appel au

Plus en détail

Règles Th-U ENVELOPPES LÉGÈRES ET TRANSFERTS Division Hygrothermique des Ouvrages

Règles Th-U ENVELOPPES LÉGÈRES ET TRANSFERTS Division Hygrothermique des Ouvrages Règles Th-U i Règles Th-U ENVELOPPES LÉGÈRES ET TRANSFERTS Division Hygrothermique des Ouvrages Fascicule 1/5 COEFFICIENT U bât SOMMAIRE Chapitre I. Introduction aux règles Th-U...........1 1.1 Objet...................................1

Plus en détail

LA LISIERE. Référence : LA LISIERE. Objet : Certification Reglementation Thermique RT 2005 ************

LA LISIERE. Référence : LA LISIERE. Objet : Certification Reglementation Thermique RT 2005 ************ Le 09-4163 LA LISIERE Référence : 09-4163 LA LISIERE Objet : Certification Reglementation Thermique RT 2005 ************ Etude Réalisée par : NRGYS DOMOTIC 5 Rue du Tertre, Bât B 44470 CARQUEFOU DONNEES

Plus en détail

LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT?

LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT? LA CONSTRUCTION PASSIVE POURQUOI ET COMMENT? Atelier d Architecture Delsinne Concepteur Maisons Passives CEPH www.delsinnearchitecte.fr Acteurs du Passif Collectif pour un bâtiment performant et confortable

Plus en détail

UNE REHABILIATION PASSIVE : LA VENTILATION. Une réhabilitation passive : la ventilation

UNE REHABILIATION PASSIVE : LA VENTILATION. Une réhabilitation passive : la ventilation UNE REHABILIATION PASSIVE : LA VENTILATION Une réhabilitation passive : la ventilation 17 Septembre 2014 1 VENTILATION DF Conception d un système performant Le fonctionnement physique des différents systèmes

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique. 26, rue des Renaudes PARIS 20/02/16

Récapitulatif de l audit énergétique. 26, rue des Renaudes PARIS 20/02/16 Récapitulatif de l audit énergétique 26, rue des Renaudes 75017 PARIS 20/02/16 Récapitulatif de l audit énergétique de la résidence «26,rue des Renaudes 75017 PARIS» 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

Réglementation thermique CAPEB de la Savoie. 23 juin septembre 2010

Réglementation thermique CAPEB de la Savoie. 23 juin septembre 2010 Réglementation thermique 2012 CAPEB de la Savoie 27 septembre 2010 23 juin 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr La feuille

Plus en détail

L étanchéité à l air des bâtiments

L étanchéité à l air des bâtiments L étanchéité à l air des bâtiments COTEBAT 17/11/2016 Charleville-Mézières Rédaction et présentation: Fabien GRABOWECKI Sensibilisation des intervenants sur chantier L étanchéité à l air Pourquoi? L étanchéité

Plus en détail

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires

La maison bioclimatique. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires La maison bioclimatique Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Sommaire Introduction Le Plan Climat Énergie du Grand Nancy et de la ville de

Plus en détail

ETUDE THERMIQUE RT2012

ETUDE THERMIQUE RT2012 2014 ETUDE THERMIQUE RT2012 Ce document comporte : Une copie de l attestation de conformité qui a été jointe au permis de construire La synthèse de l étude thermique réalisée comprenant : - La composition

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. OIKOTECH - Tél.: (+352) ou (+352) Quentin De Man

AUDIT ENERGETIQUE. OIKOTECH - Tél.: (+352) ou (+352) Quentin De Man AUDIT ENERGETIQUE Nom : DE MAN Prénom : QUENTIN Ville : Namur Référence : B5-6 OIKOTECH - Tél.: (+5) 6 66 ou (+5) 6 44 4 - Quentin De Man - 6, rue Xavier Brasseur - L-44 Esch-sur-Alzette Imprimé le 5//

Plus en détail

Température résultante d hiver (d après DTU) [ C]

Température résultante d hiver (d après DTU) [ C] Température résultante d hiver (d après DTU) [ C] Température résultante d été [ C] à titre indicatif Habitation Salle de séjour 18 23 à 25 Salle à manger 18 23 à 25 Cuisine 18 23 à 25 Salon 18 23 à 25

Plus en détail

L'essentiel de la Réglementation thermique RT 2012

L'essentiel de la Réglementation thermique RT 2012 L'essentiel de la Réglementation thermique RT 2012 Ma maison, ma planète - 18/10/2011 CETE de Lyon DLCF Olivier BONNEAU Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement

Plus en détail

MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES

MENTION COMPLEMENTAIRE TECHNICIEN EN ENERGIES RENOUVELABLES Ne rien inscrire Ne rien inscrire Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Epreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms

Plus en détail

Résidences sociales de la SAAHLM Audoise et Ariégeoise

Résidences sociales de la SAAHLM Audoise et Ariégeoise Commission d instruction Phase conception Résidences sociales de la SAAHLM Audoise et Ariégeoise Bâtiment C Bâtiment A Bâtiment B 1 Fiche d identité Maître d Ouvrage Architecte BE thermique AMO QEB SAAHLM

Plus en détail

Rénovation Passive d'un Immeuble des années 1970

Rénovation Passive d'un Immeuble des années 1970 Rénovation Passive d'un Immeuble des années 1970 Relevées de mesures et retour d expériences Vincent COLIATTI Bet TERRANERGIE Contexte Raon L'Etape 88 Vosges Construction 1974 - qualification FPA Composition

Plus en détail

Bilan énergétique global

Bilan énergétique global Bilan énergétique global I - Caractéristiques du projet Rapport 3 juin 2012 à 17:42 Fichier C:\Users\cedric\Desktop\maison natura\productions numériques\archiwizard\simulation BBC avec Archiwizard.awz

Plus en détail

Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA

Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA Emmanuelle BRIERE Responsable technique Ventilation et traitement d air des bâtiments chez UNICLIMA 1 Sommaire - La profession au sein d UNICLIMA - La ventilation en France - Concilier efficacité énergétique

Plus en détail

Catalogue C03. Méthodologie de calcul

Catalogue C03. Méthodologie de calcul Catalogue C03 Méthodologie de calcul Objet du document Méthodologie de calcul Version V1 du 17/01/2017 1 SOMMAIRE A. PREAMBULE... 3 A.1. INTRODUCTION... 3 A.2. ELEMENTS DE CADRAGE... 3 A.3. DESCRIPTION

Plus en détail

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE Evaluation thermique réalisée avec PROJET Mr M 31000 TOULOUSE Date de l'étude : ENTREPRISE 25.02.2013 CLIENT sarl l'avis du menuisier Mr MULLER Richard TESSIER 8 impasse du petit bois 31140 ST LOUP CAMMAS

Plus en détail

ILOT K LYON CONFLUENCE. Construction d un ensemble de logements, bureaux, activités, commerces, parc de stationnement. LYON - 69

ILOT K LYON CONFLUENCE. Construction d un ensemble de logements, bureaux, activités, commerces, parc de stationnement. LYON - 69 Construction d un ensemble de logements, bureaux, activités, commerces, parc de stationnement. LYON - 69 NOTICE SIMULATION THERMIQUE DYNAMIQUE LOT N 18 CHAUFFAGE VENTILATION CLIMATISATION DESENFUMAGE MECANIQUE

Plus en détail

Le dossier comprend :

Le dossier comprend : DOSSIER «ETAT DES REGLAGES DES SYSTEMES ENERGETIQUES» Objet : Le dossier permet au Maître d Ouvrage : d obtenir le versement des subventions de la Région de disposer de la liste des réglages effectués

Plus en détail

Perméabilité à l air des constructions

Perméabilité à l air des constructions Perméabilité à l air des constructions R. Carrié, Responsable du pôle Construction, CETE Lyon M. Kilberger, Chargé de mission, CETE Lyon Contexte Perméabilité à l air de l enveloppe Indéniablement, un

Plus en détail

BALADE THERMOGRAPHIQUE

BALADE THERMOGRAPHIQUE BALADE THERMOGRAPHIQUE CHÂTEAUNEUF-LES-MARTIGUES CENTRE-VILLE Samedi Animée par l Espace Info-Energie SOMMAIRE 1. L ALEC, une Agence pour la transition énergétique du territoire 2. Retour sur les phénomènes

Plus en détail

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES.

Première 1er 2ème 3ème COMPORTEMENT THERMIQUE DES EXERCICES NIVEAU 1 1 / 7. Enseignement transversal LES TRANSFERTS THERMIQUES EXERCICES. 1 / 7 NIVEAU 1 Exercice 1 Soit un vitrage simple d épaisseur 5 mm, de coefficient de conductibilité λ = 1,15 W/m C. La température de surface du vitrage intérieure est 22 C, la température de surface du

Plus en détail

Sommaire Annexe 18 Chauffage ventilation climatisation... 2 Installations de chauffage des locaux... 2 Installations de ventilation...

Sommaire Annexe 18 Chauffage ventilation climatisation... 2 Installations de chauffage des locaux... 2 Installations de ventilation... Sommaire Annexe 18 Chauffage ventilation climatisation... 2 Installations de chauffage des locaux... 2 Exigences relatives aux installations de chauffage... 2 Limitation de la température du chauffage...

Plus en détail

Réglementation Thermique 2005

Réglementation Thermique 2005 Page 1 of 19 Réglementation Thermique 2005 Fichier standardisé des caractéristiques thermiques d'une construction neuve (en vue de la synthèse d'étude thermique, du contrôle et du diagnostic de performance

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

«La Cigale» - Projet de rénovation Chauffage par pompes à chaleur solaires couplées à des stocks à changement de phase - retour d expérience

«La Cigale» - Projet de rénovation Chauffage par pompes à chaleur solaires couplées à des stocks à changement de phase - retour d expérience «La Cigale» - Projet de rénovation Chauffage par pompes à chaleur solaires couplées à des stocks à changement de phase - retour d expérience Avant la rénovation Après la rénovation Les partenaires du projet

Plus en détail

Siège social de Sorea. Société de Régie de L Arc Saint Julien de Montdenis (73) 2010

Siège social de Sorea. Société de Régie de L Arc Saint Julien de Montdenis (73) 2010 Siège social de Sorea Société de Régie de L Arc Saint Julien de Montdenis (73) 2010 Concevoir ensemble Afin d appréhender toutes les dimensions de la performance énergétique et environnementale, cr&on,

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUE. L énergie finale est l énergie dont l utilisateur va se servir pour répondre à ses besoins.

BESOINS ENERGETIQUE. L énergie finale est l énergie dont l utilisateur va se servir pour répondre à ses besoins. I Besoins en énergie finale Etat des lieux L énergie finale est l énergie dont l utilisateur va se servir pour répondre à ses besoins. I.1 Quelle est l énergie finale la plus consommée? Les besoins en

Plus en détail

Atelier d échanges - Qualité de l air intérieur et ventilation

Atelier d échanges - Qualité de l air intérieur et ventilation Atelier d échanges - Qualité de l air intérieur et ventilation Concilier ventilation efficace et économies d énergie Marie Neff 03 juin 2014 Organisme de formation enregistré sous le N 42 68 01972 68.

Plus en détail

Concevoir une ventilation dans ces bâtiments, gérer les flux et surventiler, Aix-les-Bains, 6 octobre 2014

Concevoir une ventilation dans ces bâtiments, gérer les flux et surventiler, Aix-les-Bains, 6 octobre 2014 Concevoir une ventilation dans ces bâtiments, gérer les flux et surventiler, Aix-les-Bains, 6 octobre 2014 Sommaire 1. Pourquoi avoir recours à la surventilation 2. Les étapes de conception 3. Le choix

Plus en détail

PROJET ECOTEC 21 - GESTION DE L ÉNERGIE -

PROJET ECOTEC 21 - GESTION DE L ÉNERGIE - PROJET ECOTEC 21 - GESTION DE L ÉNERGIE - Confort et régulation thermique Résidence Maréchal Juin Plan de la présentation 1. Projet Ecotec 21 2. Objectifs de l étude expérimental (site Maréchal Juin) 3.

Plus en détail

Réglementation Thermique 2005

Réglementation Thermique 2005 Réglementation Thermique 2005 Fichier standardisé des caractéristiques thermiques d'une construction neuve (en vue de la synthèse d'étude thermique, du contrôle et du diagnostic de performance énergétique)

Plus en détail

RESIDENCE LE CLAIR VIVRE

RESIDENCE LE CLAIR VIVRE RESIDENCE LE CLAIR VIVRE 60 LOGEMENTS COLLECTIFS 23 et 25, avenue de Provence & 4 bis et 4 ter, rue de la Liberté 36160 St MARCELLIN HISTORIQUE 1963 : Livraison du bâtiment AB 23/25, av. de Provence 1965

Plus en détail

T E P 2 E S.A. AU CAPITAL DE EUROS. Rue du Stade REILLANNE. N Renseigné par MODIFICATIONS DATE

T E P 2 E S.A. AU CAPITAL DE EUROS. Rue du Stade REILLANNE. N Renseigné par MODIFICATIONS DATE T E P 2 E S.A. AU CAPITAL DE 40 000 EUROS 34 COMMUNAUTE DE HAUTE PROVENCE MAIRIE DE MANE, HOTEL DE VILLE 04 300 MANE Rapport sur les isolations et les prestations prises en compte pour les calculs selon

Plus en détail

Définition de solutions techniques pour la rénovation énergétique des logements collectifs d après 1948 en Alsace Rapport final - Novembre 2013

Définition de solutions techniques pour la rénovation énergétique des logements collectifs d après 1948 en Alsace Rapport final - Novembre 2013 Définition de solutions techniques pour la rénovation énergétique des logements collectifs d après 1948 en Alsace Rapport final - Novembre 2013 Etude réalisée par : Table des matières 1 Résumé de l étude...

Plus en détail

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9

15/05/2012 Etude réalisée sous ABATIA 1/9 Projet Nom Petit collectif Nom de la variante SHON 900 Haut. sous plafond 2.8 Détails du site Latitude 45.57 Longitude 5.91 Station météo Chambéry Catalogue des parois Nom Type Positionnement Composition

Plus en détail

BAHIA COMPACT MICRO-WATT

BAHIA COMPACT MICRO-WATT Notice de montage FR BAHIA COMPACT MICRO-WATT www.aldes.com 1. ENCOMBREMENT (groupe seul) en mm 553 470 Ø 80 Ø 80 Poids (groupe seul) = 3,6 kg. Ø 80 314 Ø 125 Ø 160* 345 437,5 187 180 Ø 80 439 * Rejet

Plus en détail

Équipements. d un fonctionnement perturbé par des bouches condamnées. de la perméabilité à l air de l enveloppe mal maîtrisée.

Équipements. d un fonctionnement perturbé par des bouches condamnées. de la perméabilité à l air de l enveloppe mal maîtrisée. Équipements E.3 1/5 VMC simple flux Domaine d application Cette fiche traite des interfaces rencontrées dans les installations de ventilation mécanique contrôlée (VMC) simple flux en bâtiment tollectif

Plus en détail

Q1) Q2) Q3) Compétences travaillées : Q4) Q5) Q6)

Q1) Q2) Q3) Compétences travaillées :  Q4) Q5) Q6) Q1) En quelle unité exprime-t-on la consommation d énergie dans le DPE? Comment la convertir dans l unité d énergie du système international (usi)? En kilowattheure : 1 kwh = 10 3 Wh et 1 Wh = 3600 J Q2)

Plus en détail

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère)

Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Parois opaques (isolation thermique extérieure, intérieure, répartie lourde ou légère) Durée du thème : 30 minutes FEEBAT Module 1+2 - Isolation thermique 1 Pour réduire les consommations d énergie Pour

Plus en détail

Conception d une installation de ventilation performante et adaptée : les choix et points clés d un projet

Conception d une installation de ventilation performante et adaptée : les choix et points clés d un projet Conception d une installation de ventilation performante et adaptée : les choix et points clés d un projet Historique Source : AIR-H Le rôle de plus en plus prépondérant de la ventilation Cadre réglementaire

Plus en détail

Présentation de l Audit Global Partagé. 14ter à 20 rue G. Lauriau et 27 rue C. Gaillard Montreuil. 2. Etat des lieux de la copropriété

Présentation de l Audit Global Partagé. 14ter à 20 rue G. Lauriau et 27 rue C. Gaillard Montreuil. 2. Etat des lieux de la copropriété Présentation de l Audit Global Partagé 14ter à 20 rue G. Lauriau et 27 rue C. Gaillard 93100 Montreuil Plan de la présentation 1. Introduction 2. Etat des lieux de la copropriété 4. Plan de financement

Plus en détail

Déperditions Bâtiment AGB *+*,#%-%)

Déperditions Bâtiment AGB *+*,#%-%) Déperditions Bâtiment AGB!"#$%&'(%) *+*,#%-%) DEPARTEMENT SELECTIONNE CARACTERISTIQUES DE BASE Numéro du département : 33 Désignation du département : GIRONDE Zône climatique de base : H2 Région de base

Plus en détail

SOLUTION ÉLECTRIQUE. À l heure où les solutions gaz s imposent de plus en plus dans le choix de RT2012 RT2012 DANS LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS NEUFS

SOLUTION ÉLECTRIQUE. À l heure où les solutions gaz s imposent de plus en plus dans le choix de RT2012 RT2012 DANS LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS NEUFS SOLUTION ÉLECTRIQUE DANS LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS NEUFS RT2012 CONSEIL PROF IL ÉNERGÉTIQUE COMPACITÉ À l heure où les solutions gaz s imposent de plus en plus dans le choix de l énergie de chauffage

Plus en détail

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-8 : UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS

AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS FICHE THEMATIQUE 4-8 : UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS AXE 4 SOUTENIR LA TRANSITION VERS UNE ECONOMIE A FAIBLES EMISSIONS EN CO2 DANS L ENSEMBLE DES SECTEURS FICHE THEMATIQUE 4-8 : BATIMENTS PUBLICS LIES A L ENSEIGNEMENT Version adoptée à la CE du 07/12/15

Plus en détail