Observatoire du marché des noms de domaine en France. AFNIC - TELECOM & Management SudParis

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Observatoire 2008. du marché des noms de domaine en France. AFNIC - TELECOM & Management SudParis"

Transcription

1 Observatoire 2008 du marché des noms de domaine en France AFNIC - TELECOM & Management SudParis

2

3 Observatoire du marché des noms de domaine en France édition 2008

4 Avant-propos Ce document constitue la seconde édition de l observatoire du marché des noms de domaine en France. Il a été rédigé au cours du mois de septembre Les statistiques présentées ont été obtenues au moyen de différentes sources : extraction d informations non confidentielles de la base AFNIC, sites d information publics, enquêtes d opinion. Les auteurs remercient l ensemble des personnes qui leur ont fourni des informations utiles à la mise en œuvre de cet observatoire. Cette étude a été réalisée dans le cadre d un contrat de recherche entre l AFNIC et TELECOM & Management SudParis, au cours des mois de juillet à septembre Les informations ultérieures n ont pas pu être prises en compte dans cette version de l observatoire

5 Introduction Présentation de l AFNIC L AFNIC est une association loi 1901, créée en décembre 1997 à l initiative des pouvoirs publics pour gérer les extensions.fr et.re. Ces deux extensions Internet de premier niveau correspondent à des territoires français (France et Île de la Réunion). L AFNIC accueille des membres personnes morales et personnes physiques. Son conseil d administration est composé de dix membres dont cinq sont nommés par les pouvoirs publics (deux par l INRIA pour des raisons historiques, deux par le ministère de l Industrie et un par le ministère de la Recherche). Les cinq autres membres sont élus parmi les bureaux d enregistrement (deux), les représentants des utilisateurs (deux) et le Collège international (un). Définies dans un document intitulé «charte de nommage», les conditions d attribution des noms de domaine en.fr ont d abord été assez restrictives. Avec le temps, l AFNIC s est efforcée d assouplir ces règles tout en préservant l extension française de dérives qui marquaient d autres extensions plus ouvertes, notamment en matière d atteinte aux droits des tiers. Les deux principales étapes de ce processus d assouplissement ont été d une part l abandon de l obligation de prouver des droits sur un nom pour pouvoir l enregistrer, tout en conservant l identification du titulaire a posteriori (mai 2004), et d autre part l ouverture aux personnes physiques (juin 2006). En parallèle, l AFNIC s est engagée dans une logique de réduction de ses tarifs qui sont passés de 15 en 2002 à 4,8 en L extension.fr comptait au 1er juillet 2008 plus de noms de domaine dont près de déposés par des titulaires personnes physiques. En tant que registre des extensions.fr et.re, membre de plusieurs organisations professionnelles internationales, l AFNIC occupe une position privilégiée pour saisir et rendre compte des caractéristiques et des grandes tendances du marché des noms de domaine en France comme à l international : c est un organisme neutre et indépendant, son expertise sur ces sujets est reconnue et sa «signature» gage de crédibilité, elle est en prise avec tous les acteurs du marché français, et en relation permanente avec ses homologues à l international. De ce fait, l AFNIC peut légitimement tenir le rôle de maître d œuvre d une plate-forme de veille mutualisée, qui permettra à chacun de bénéficier des résultats d études qu il n aurait pu envisager de faire par lui-même. - -

6 Présentation de TELECOM & Management SudParis TELECOM & Management SudParis (anciennement INT) est un établissement public placé sous la tutelle du ministère de l Économie, des finances et de l industrie, membre de l Institut TELECOM, membre du Chapitre des écoles de management de la Conférence des Grandes Écoles et membre de l EFMD (European Foundation of Management Development). TELECOM & Management SudParis rassemble sur son campus une école de management, TELECOM École de Management et une école d ingénieurs, TELECOM SudParis avec des infrastructures pédagogiques communes pour les étudiants manageurs et ingénieurs, un centre de création d entreprises TELECOM & Management SudParis Entrepreneuriat, un pôle de formation continue et un centre de recherche. TELECOM & Management SudParis représente étudiants, 187 enseignants-chercheurs, 150 doctorants, 20 groupes de recherche et plus de 15 plates-formes de recherche. Partenaire de 5 écoles doctorales, TELECOM & Management SudParis propose 5 diplômes nationaux de Master Recherche, 6 Master of Science, 7 Mastères Spécialisés, 1 Executive MBA et 4 Summer Schools. TELECOM École de Management propose une formation complète au management associée à un enseignement poussé en télécommunications, informatique et systèmes d information. TELECOM SudParis dispense une formation généraliste dans le domaine des technologies de l information et de la communication. Le pôle de formation continue bénéficie de l expertise des deux écoles et du centre de recherche. Cette double compétence, ainsi que les travaux de recherche et les relations étroites et soutenues avec les entreprises, permettent au pôle de formation continue de proposer un éventail de solutions formation répondant au contexte spécifique des entreprises. Le centre de recherche est composé de 11 départements d enseignement-recherche : Systèmes d Information (SI), Électronique et Physique (EPH), Informatique (INF), Langues et Formation Humaine (LFH), Logiciels- Réseaux (LOR), Réseaux et Services de Télécommunications (RST), Communications, Images et Traitement de l Information (CITI), Advanced Research and TEchniques for Multidimensional Imaging Systems (ARTEMIS), Droit, Économie, Finances et Sociologie (DEFIS) et Management, Marketing and Stratégie (MMS). TELECOM & Management SudParis compte également le laboratoire SAMOVAR, Unité Mixte de Recherche CNRS et le laboratoire CEMANTIC. TELECOM & Management SudParis entretient depuis de nombreuses années d étroites relations avec le monde industriel, les opérateurs et les prestataires de services dans le domaine des télécommunications afin de renforcer ses activités de recherche et de développement. Des aides financières extérieures s ajoutent au budget annuel de R&D et proviennent d entreprises aussi diverses que France Telecom, Bouygues Telecom, Cegetel, Nortel, Motorola, Alcatel et EDF, s ajoutant aux programmes de recherche nationaux tels que RNRT, RNTL, RIAM et RNTS. TELECOM & Management SudParis s implique également dans des programmes de recherche européens, notamment sur des programmes IST, ITEA et projets Actions Marie Curie. - -

7 Pourquoi un observatoire du marché des noms de domaine en France? Il existe différents services d information liés aux noms de domaine mais ces organes ont une vision mondiale et généraliste, sans pouvoir accéder aux données propres des registres et sans rechercher l analyse en profondeur des différents marchés. Depuis 2007, l AFNIC a souhaité entreprendre cette démarche de mise en place d un observatoire annuel du marché des noms de domaine en France, qui pourra profiter aux acteurs du marché eux-mêmes, ainsi qu aux pouvoirs publics et aux organismes de développement de l Internet en France. Ainsi, les objectifs généraux de cet observatoire sont de : donner une image fiable du marché et de ses acteurs, donner des clefs d analyse sur les facteurs déterminant le marché et sur les tendances de celui-ci, contribuer à faire connaître et reconnaître ce marché et ses spécificités par les acteurs privés et publics, identifier les forces et faiblesses du marché et proposer des recommandations pour le registre et/ou les bureaux d enregistrement. - -

8 Préambule Ce rapport est structuré en sept sections correspondant aux grands champs d analyse du marché des noms de domaine : Le contexte Les noms de domaine.fr Les titulaires de noms Les bureaux d enregistrement Les technologies Les usages Les tendances et perspectives du marché Chaque section est elle-même composée d un certain nombre de chapitres, qui rendent compte des indicateurs du marché correspondants. Pour chaque chapitre, nous précisons les sources d information et les méthodes d analyse utilisées. De manière générale, les sources d information suivantes ont été prises en compte dans cet observatoire : des données issues de la base de données AFNIC, traitées et agrégées au moyen de différents programmes informatiques ; des informations publiques diffusées par différents organismes (INSEE, ARCEP, sites publics d information ) ; les résultats d enquête d opinion déjà réalisées par l AFNIC. Le rapport se termine avec une table des matières, la liste des tableaux, des figures et des références utilisées ainsi qu un glossaire des acronymes et sigles employés dans ce document. - -

9 Résumé Le.fr extension préférée des Français Avec une croissance nette de 36% en contre 20% pour l ensemble du marché des noms de domaine en France, le.fr semble asseoir sa position d extension préférée des Français. Représentant plus de 50% de la croissance nette de l ensemble du marché, l extension française touche les dividendes des efforts consentis depuis l ouverture aux particuliers de juin 2006, en termes d automatisation, de simplicité et de baisse des tarifs. Cette belle performance s inscrit dans un contexte général de croissance soutenu pour les noms de domaine, l extension générique.com dominant toujours très largement le marché mondial avec plus de 75 millions de noms de domaine déposés. Quelques extensions nationales sont également bien placées du fait de conditions d enregistrement libérales ainsi que d un marché intérieur très actif (Allemagne, Chine et Royaume-Uni). Les perspectives restent prometteuses pour le.fr, qui bénéficie d un potentiel inexploité considérable si l on en juge par le nombre de noms de domaine déposés par habitant, qui situe l extension française assez loin derrière ses homologues européennes. Cette situation est d ailleurs en cours d évolution du fait des modifications récentes de la charte d enregistrement (abandon du droit au nom en 2004 et ouverture aux particuliers en 2006). Aujourd hui, ce sont clairement les deux extensions.com et.fr qui tirent la croissance du parc de noms de domaine déposés en France, la dynamique du.fr dépassant largement celle du.com. Les bureaux d enregistrement sont conscients de cette évolution, mettant de plus en plus en avant le.fr. Les marchés nationaux de noms de domaine sont intimement liés à l utilisation d Internet et donc à l équipement des ménages dans chaque pays. En France, le taux d équipement des ménages en microordinateurs atteint désormais 60% et plus de 6 Français sur 10 se connectent régulièrement à Internet. Cette croissance est essentiellement due au développement des accès ADSL et au dégroupage, cependant l Internet mobile est en plein développement. Quant aux entreprises françaises, si elles sont parmi les mieux connectées à Internet en Europe, elles restent cependant en retrait concernant la mise en place de sites Web. Le Plan France Numérique présenté par M. Eric Besson en octobre 2008 intègre d ailleurs la dimension noms de domaine dans ses lignes d actions au travers du thème lié à la gouvernance de l Internet. Le souci marqué de développement des usages va en outre bénéficier au développement du marché des noms de domaine. Par ailleurs, les études de répartition géographique indiquent que les entreprises et particuliers français détiendraient environ 2% des noms de domaine déposés dans les extensions génériques. - -

10 Une progression régulière de l utilisation du vivier de noms de domaine L extension française comptait en juillet 2008 plus de noms de domaine, enregistrés majoritairement au premier niveau (directement sous le.fr). Les modifications de la charte AFNIC en 2004 et 2006 ont sensiblement accru la demande, faisant ainsi passer le taux de croissance de à nouveaux noms par an. Si les particuliers ne contrôlent pour l instant que le tiers de l ensemble des noms, ils contribuent notablement au développement du marché français en enregistrant un nom de domaine sur deux dans l extension nationale. Les titulaires de noms de domaine.fr détiennent, pour une large majorité d entre eux, uniquement un nom de domaine sous cette extension, qu il s agisse de particuliers ou de personnes morales. Quelques titulaires isolés possèdent cependant plusieurs milliers de noms, essentiellement des «domainers» gérant des portefeuilles de noms destinés à la revente sur le second marché ou à l exploitation du trafic qu ils génèrent. L analyse de la structure des noms déposés indique que la saturation sous l extension.fr a légèrement progressé en un an. Ainsi la longueur moyenne des noms augmente à 11,6 caractères. Le caractère tiret reste très utilisé (un nom sur trois), loin devant les chiffres. Les tirets servent en effet de séparateurs afin de composer des noms de domaine à partir de chaînes de caractères élémentaires, dont les plus utilisées sont «france», «immobilier» ou encore «mairie». On note également que 80% des mots les plus courants du dictionnaire français ont déjà été déposés sous l extension nationale, ainsi que deux tiers des prénoms, un nom de commune sur quatre et 70% des raisons sociales des principales entreprises françaises. Ces ratios sont d ailleurs tous en progression depuis Les titulaires de noms : de plus en plus de jeunes particuliers La localisation géographique des titulaires de noms de domaine.fr fait apparaître de grandes disparités entre les départements. Logiquement, les départements les plus peuplés arrivent en tête : à titre d exemple, Paris détient 20% des noms de domaine déposés en France par des particuliers ou par des entreprises, et l Île-de-France 40%. Inversement, les départements ruraux possèdent les taux les plus faibles de noms de domaine déposés par habitant et par entreprise mais un mouvement de rattrapage est à l œuvre. Il y a en France 4,4 noms enregistrés pour habitants et 220 noms pour entreprises. Enfin, moins de 2% des titulaires personnes morales sont localisés hors de France (titulaires de marques couvrant le territoire français). La pyramide des âges des particuliers détenteurs de noms de domaine.fr présente un âge médian de 35 ans, nettement inférieur à celui de la population générale du fait d une moindre utilisation d Internet par les seniors. On y retrouve également la trace des événements historiques ayant eu des incidences sur le plan démographique (guerre mondiale et baby-boom). On note avec intérêt que l âge moyen des particuliers titulaires de.fr décroît, et ceci malgré le vieillissement d un an des titulaires présent en 2007 : signe qu une forte proportion des nouveaux titulaires est plus jeune que la moyenne. Cette dynamique de la demande émanant des personnes physiques se retrouve dans le poids qu elles représentent dans l ensemble des titulaires de.fr, qui est passé de 28% en juillet 2007 à 34% en juillet

11 La concentration du marché des bureaux d enregistrement se poursuit Il y avait mi-2008 près de 950 bureaux d enregistrement de noms de domaine.fr sous contrat avec l AFNIC. Après une forte croissance jusqu à 2001, puis de manière plus limitée lors de l abandon du droit au nom en 2004, le marché est actuellement en cours de structuration. La localisation géographique des bureaux d enregistrement fait à nouveau apparaître une forte prédominance des départements français les plus peuplés. Par ailleurs, 14% sont situés à l étranger, majoritairement en Europe. Une étude sur les 30 premiers bureaux d enregistrement de noms de domaine.fr a permis de mettre en évidence les services les plus proposés à la vente (nom seul ou pack lié à un hébergement Web), ainsi que la gamme des tarifs pratiqués. L éventail obtenu (de 5 à 90 HT) correspond aux différences observées en termes de marché (particuliers, PME/TPE ou grandes entreprises) et de services à valeur ajoutée. Le tarif moyen s établit à 22,5 HT/an en baisse de 13% sur un an, les bureaux d enregistrement ayant désormais tendance à aligner le prix du.fr sur celui des extensions génériques. L évolution globale du marché français des noms de domaine a connu des évolutions contrastées : après une phase de concentration régulière jusqu en 2003, l abandon du droit au nom a provoqué une déconcentration avec un éparpillement des parts de marché entre les acteurs en présence. L ouverture aux particuliers en 2006 a eu un effet inverse : plusieurs nouveaux acteurs de taille importante ont investi ce nouveau marché, captant des portefeuilles de noms importants et entraînant de fait une reconcentration du marché. Le marché des bureaux d enregistrement de noms de domaine.fr apparaît comme peu concentré sur le secteur des personnes morales, le premier acteur détenant seulement 17% de parts de marché. Il est nettement plus concentré sur le secteur des particuliers (27% pour le premier acteur). On note par ailleurs un mouvement de concentration sur ces deux segments de marché. On observe que sur les deux segments de marché, le phénomène de concentration profite essentiellement à un petit nombre d acteurs très dynamiques engagés dans une logique volontariste de développement de leur portefeuille de.fr, avec pour conséquence un accroissement naturel de leurs parts de marché. La majorité des bureaux d enregistrement possède une clientèle essentiellement professionnelle. Inversement, quelques bureaux d enregistrement parmi les plus importants ont une clientèle exclusivement grand public. Enfin, un nombre très important de bureaux d enregistrement gèrent des portefeuilles très limités (quelques noms seulement). Au niveau mondial, seul 1,5% des bureaux d enregistrement accrédités ICANN est situé en France. En nombre de noms déposés, ces bureaux se situent derrière les principaux acteurs du marché. Par ailleurs, le marché mondial des extensions génériques possède un niveau de concentration entre acteurs comparable à celui du marché français du.fr. Le second marché est de plus en plus dynamique, phénomène encore émergent en France mais participant d une prise de conscience progressive des acteurs de la valeur intrinsèque de certains noms de domaine qui peuvent à bon droit être considérés comme autant d actifs appartenant au patrimoine de leurs titulaires. Le secteur a ainsi bénéficié d une croissance de 50% sur l ensemble des extensions, et même supérieure à 100% sur l extension française. Les records de vente pour 2008 s établissent à 10 millions de dollars toutes extensions confondues et à pour le.fr, dont le prix moyen avoisine désormais les

12 Les serveurs DNS et IPv6 L analyse de la base AFNIC indique qu une large majorité des noms de domaine.fr ne compte que deux serveurs DNS dans leur configuration, qui est souvent celle définie par défaut par leur bureau d enregistrement. Inversement, les serveurs de domaine présents dans la base possèdent des caractéristiques très variées. Ainsi la moitié d entre eux ne gèrent qu un unique nom de domaine, alors qu à l opposé les quelques serveurs DNS des principaux bureaux d enregistrement contiennent plusieurs dizaines de milliers d enregistrements. Ce constat conduit à recommander aux titulaires de veiller à mieux diversifier les serveurs DNS et réseaux dont dépendent techniquement leurs noms de domaine. Enfin, le nombre total de serveurs DNS présents dans la base AFNIC a augmenté de 20% sur un an. Une étude sur la publication des adresses IPv6 dans le DNS concernant la zone.fr montre que le support de ce protocole est encore très faible (0,1 à 0,3% des noms de domaine), la France se situant légèrement en retrait par rapport au Japon sur ce critère. Des usages web encore majoritairement professionnels Une étude basée sur un échantillon aléatoire de noms de domaine.fr a permis de mettre en évidence l usage qui est fait des noms sur le Web. Les sites associés aux noms de domaine français sont majoritairement professionnels (un nom sur deux), alors que les sites personnels se trouvent être dix fois moins nombreux, conséquence de l ouverture plus récente aux particuliers. Certains noms correspondent également à des pages d attente (17%) ou à des pages de liens sponsorisés (6%), les noms proposés à la vente étant d ailleurs en forte croissance sur un an. Les sites professionnels couvrent un vaste ensemble de domaines d activité, parmi lesquelles le tourisme et les loisirs, les services et le conseil, ou encore le commerce et la distribution possèdent des places privilégiées. Enfin, 17% des sites Web de la zone.fr utilisent une redirection HTTP, l adresse de redirection restant localisée dans l extension française pour 40% des cas. En termes de perception des noms de domaine, des enquêtes d opinion effectuées pour le compte de l AFNIC ont pu mettre en évidence un ensemble de points marquants. L extension.fr possède toujours une image particulière pour les citoyens français : ils l associent prioritairement à la francophonie et ont désormais conscience de la possibilité d enregistrer des noms de domaine.fr pour les particuliers. Le tarif reste le premier critère de choix d un prestataire. Cependant, l usage et le bénéfice utilisateur des noms de domaine ne sont toujours pas clairement identifiés par une grande part des répondants. Sur le plan juridique, un ensemble graduel de procédures ont été mises en place par l AFNIC afin de gérer les éventuels litiges sur les noms de domaine.fr, depuis les vérifications de conformité effectuées par le registre lui-même jusqu aux procédures judiciaires classiques, en passant par les procédures d arbitrage et de médiation. Par ailleurs, les demandes de levée d anonymat sont de plus en plus connues et utilisées par les ayants droit. Il est intéressant de noter que la proportion de plaintes émanant de structures françaises auprès de l OMPI pour les extensions génériques est cinq fois supérieure à la proportion de noms génériques déposés en France. Ceci pourrait indiquer que les entreprises françaises ont, plus que leurs consœurs étrangères, opté pour une politique de dépôts limités assortie d actions litigieuses en cas de nuisances

13 Des mutations importantes en perspective Dans un contexte de forte croissance, le marché mondial des noms de domaine devrait subir une mutation importante d ici quelques années, avec la création des nouvelles extensions génériques prévues par l ICANN et le développement de nouvelles technologies (Internet des objets). Bien que le marché des noms de domaine en France pris dans son ensemble soit encore relativement moins développé que dans d autres pays, la tendance lourde semble être à une forte dynamique dans les prochaines années, une dynamique dont le.fr devrait profiter pleinement du fait de son image privilégiée aux yeux des internautes français, qui l associent à la francophonie, à l appartenance à la communauté de l Internet français ou à la proximité de l éditeur du site et de ses visiteurs. Incontournable, devenu très facile d accès et géré dans un souci permanent de protéger les données personnelles des titulaires personnes physiques et les droits des tiers, le.fr devrait logiquement continuer de s imposer en France. Cette tendance devrait s accroître encore du fait de la normalisation en cours des tarifs pratiqués par les bureaux d enregistrement, qui alignent désormais majoritairement les prix des principales extensions. Le.fr dispose d atouts enviables pour poursuivre son développement sur un marché en forte croissance et stimulé par une maturité de plus en plus sensible des utilisateurs. Les réponses à la consultation publique organisée par les pouvoirs publics ont montré que l AFNIC, registre du.fr, travaille dans le bon sens en allant au-devant des besoins de ses clients directs les bureaux d enregistrement et des titulaires les clients finaux. On peut noter comme en 2007 que tout en confortant ses fondements juridiques et organisationnels, les pouvoirs publics ont dans les prochains mois l occasion de renforcer cette dynamique et de donner au.fr et à ses acteurs les moyens d occuper une place de référence dans le cadre mondial de l Internet. L année 2009 pourrait donc bien être l année des appels d offre : appels à candidature pour le.fr et les extensions des DOM-TOM au niveau français, appels à proposition pour de nouveaux gtld au niveau de l ICANN. De nombreux projets, qu on peut espérer innovants, pourront ainsi voir le jour

14 Première partie : le contexte Chapitre 1 Données générales du contexte «Internet» en France Source des données : Médiamétrie, Journal du Net, ARCEP, INSEE, Eurostat. Ce chapitre présente une synthèse de l utilisation d Internet en France : équipement des ménages, nombre d internautes, nombre d accès Internet et équipement des entreprises françaises. Par ailleurs le Plan France Numérique , préparé par le secrétaire d état au Développement de l économie numérique Éric Besson après la tenue des «Assises du numérique» courant juin, a été présenté au public le 20 octobre L objectif visé est le développement de l économie numérique sous toutes ses formes : les accès Internet haut débit fixes et mobiles, la télévision numérique terrestre, les usages du numérique dans le télétravail, l éducation, la santé, l administration électronique, ainsi que les nouveaux modèles de diffusion des contenus dans les domaines de la presse, de l audiovisuel et de la musique. Équipement des ménages Le taux d équipement des ménages en micro-ordinateurs et en accès Internet est en croissance régulière depuis de nombreuses années 2. Selon Médiamétrie, au deuxième trimestre 2008, plus d un foyer français sur deux avait accès à Internet (14,1 millions), en progression de 17% par rapport au deuxième trimestre Selon l INSEE, la consommation de matériel de traitement de l information a progressé de 23,2% en 2007, elle est toujours tirée par les ordinateurs portables. Le taux d équipement des ménages en microordinateurs atteint ainsi 60 % à la fin Les achats de biens et services relevant des technologies de l information et de la communication continuent leur progression mais ont légèrement ralenti en 2007 : 13,7 % de croissance en volume contre 15,4% en Ils sont favorisés par des prix en forte baisse (-7,9% en 2007). Internautes Le nombre d internautes en France continue également à progresser. En juin 2008, 32,3 millions de personnes de 11 ans et plus s étaient connectées à Internet au cours du dernier mois, soit une progression de 5 % en un an et plus de 6 Français sur 10, selon Médiamétrie. Par ailleurs, la France compte de plus en plus de mobinautes : ainsi, entre janvier et mars 2008, 11,3 millions de personnes âgées de 11 ans et plus s étaient connectées à l Internet mobile au cours du dernier mois

15 Concernant le nombre total d abonnés à Internet fixe pour 100 habitants, la France se situait légèrement en retrait à la fin 2005 par rapport à la moyenne des pays de l OCDE : 21,2 abonnés pour 100 habitants contre 24,5. Elle se plaçait ainsi devant les pays du Sud de l Europe (Italie, Espagne, Portugal, Grèce), mais loin derrière les Pays-Bas, l Allemagne et les États-Unis par exemple. Accès Internet Le nombre total d accès Internet en France était de 17,6 millions au premier trimestre 2008 selon l ARCEP 3. Une très large majorité de ces accès repose sur une technologie haut débit (plus de 92%), essentiellement l ADSL. Même s il fléchit depuis fin 2006, le taux de croissance des accès haut débit reste très élevé (18% au deuxième trimestre 2008). Le dégroupage total est désormais l offre la plus souscrite par les internautes. Par ailleurs, un tiers du parc mobile utilise des services multimédia (WAP, i-mode, MMS, ), et 12% des services 3G

16 Utilisation d Internet par les entreprises D après les statistiques Eurostat et INSEE 5, les entreprises françaises font partie des entreprises les plus connectées à l Internet (96% contre 93% en moyenne européenne), ainsi que les plus utilisatrices de connexion à large bande (89 % contre 77%). La situation est radicalement différente lorsqu on observe la mise en place de sites Internet : seules 57% des entreprises françaises disposent d un site Web contre 63% en moyenne européenne, ce qui place la France à la 19ème position de l Union européenne sur ce critère (Figure 1). Cette constatation est à mettre en relation avec la moindre utilisation des noms de domaine en France par rapport à des pays comparables sur le plan du développement économique. Utilisation d'internet par les entreprises européennes en 2007 (selon l'insee et Eurostat) Pourcentage des entreprises d'au moins 10 salariés 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 99% 99% 99% 97% 97% 97% 95% 96% 96% 95% 95% 95% 94% 94% 94% 93% 93% 91% 92% 89% 89% 90% 87% 86% 87% 84% 85% 81% 80% 80% 79% 80% 78% 78% 78% 76% 77% 75% 75% 75% 72% 72% 67% 67% 63% 61% 60% 61% 57% 58% 57% 53% 53% 49% 37% 31% 28% 0% Finlande Islande Pays-Bas Autriche Belgique Danemark France Slovénie Allemagne Malte Suède Espagne Grèce Italie Royaume-Uni Union Européenne Pologne Bulgarie Roumanie Connectées à Internet Avec accès Internet à large bande Disposant d'un site Web Figure 1 Utilisation d Internet par les entreprises européennes

17 Chapitre 2 Données générales du contexte «Noms de domaine» dans le monde Source des données : AFNIC, CIA World Factbook, Zooknic, WebHosting.info, Ipwalk, ISC, Security Space. L objectif de ce chapitre est de fournir des données statistiques sur l usage des noms de domaine dans le monde (ensemble des extensions), ainsi que sur les hôtes Internet et les serveurs Web. Utilisation des différentes extensions dans le monde La figure suivante représente le classement des principales extensions en juillet 2008 (génériques et nationales). Les statistiques utilisées ont été compilées par l AFNIC à partir des sites officiels des registres de ces extensions (Figure 2). L extension générique.com reste très largement en tête du classement avec plus de 76 millions de noms de domaine enregistrés. Loin derrière, trois extensions affichent entre 11,5 et 12 millions de noms :.de (Allemagne),.cn (Chine) et.net (générique). Par rapport à l an dernier, le.cn a légèrement dépassé le.net. L extension française occupe désormais la 16ème place de ce classement avec plus de noms, gagnant ainsi 3 places sur un an

18 Nombre de noms de domaine enregistrés en juillet 2008 par extension (selon l'afnic) Extensions.de (Allemagne); cn (Chine); net; uk (Royaume-Uni); org; info; nl (Pays-Bas); eu (U. européenne); biz; it (Italie); ar (Argentine); ru (Russie); br (Brésil); us (États-Unis); fr (France); au (Australie); ch (Suisse); pl (Pologne); ca (Canada); jp (Japon); es (Espagne); mobi; kr (Corée du Sud); dk (Danemark); be (Belgique); at (Autriche); se (Suède); in (Inde); cz (Rép. tchèque); com; Nombre de noms de domaine Figure 2 Nombre de noms de domaine par extension

19 La figure suivante représente la croissance sur un an du nombre de noms de domaine déposés par extension (Figure 3). Les extensions.cn (Chine),.ru (Russie),.pl (Pologne),.mobi (générique) et.es (Espagne) affichent des croissances supérieures à 50%. L extension française reste bien positionnée depuis l ouverture aux personnes physiques, avec une croissance annuelle de 36%. Croissance sur un an du nombre de noms de domaine enregistrés en juillet 2008 par extension (selon l'afnic).cn (Chine); 94% Extensions.pt (Portugal); 49%.cz (Rép. tchèque); 37%.fr (France); 36%.ie (Irlande); 30%.sk (Slovaquie); 27%.il (Israël); 25%.br (Brésil); 25%.tr (Turquie); 24%.mx (Mexique); 23%.ca (Canada); 23%.nl (Pays-Bas); 22%.fi (Finlande); 22%.hu (Hongrie); 21%.lu (Luxembourg); 20%.in (Inde); 20%.net; 19%.se (Suède); 19%.is (Islande); 18%.it (Italie); 18%.be (Belgique); 18%.cl (Chili); 18%.biz; 17%.no (Norvège); 17%.ar (Argentine); 17%.nz (Nouvelle-Zélande); 16%.pl (Pologne); 66%.mobi; 65%.es (Espagne); 62%.ru (Russie); 87% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Taux de croissance sur un an (juillet juillet 2008) Figure 3 Croissance annuelle du nombre de noms de domaine par extension En ce qui concerne le nombre de noms de domaine enregistrés par habitant, l extension.fr reste en retrait avec moins de 2 noms pour 100 habitants. Ce ratio a cependant doublé depuis l ouverture de l extension française il y a deux ans. Les extensions néerlandaise (.nl), danoise (.dk), suisse (.ch), allemande (.de) et britannique (.uk) tiennent la tête du classement avec plus de 10 noms pour 100 habitants. Les extensions historiques (.com,.net et.org) continuent à progresser, alors que les plus récentes (.info et.biz) connaissent une relative stagnation

20 Répartition géographique des noms de domaine Le site Ipwalk 6 propose des estimations concernant la répartition géographique des noms de domaine génériques dans le monde (Figure 4). Près des deux tiers des noms de domaine seraient ainsi enregistrés aux États-Unis, suivis par l Allemagne, le Royaume-Uni, le Canada et la Chine. Autour de 2% des noms de domaine génériques seraient enregistrés en France. Ces chiffres ont peu évolué depuis Répartition des noms de domaine génériques.com/.net/.org/.info/.biz selon le pays d'enregistrement en janvier 2008 (selon Ipwalk) Espagne; 1,0% Corée du Sud; 1,0% Japon; 1,2% France; 1,9% Royaume-Uni; 2,9% Autres pays; 6,1% Chine; 3,2% Canada; 4,3% Allemagne; 6,1% Pays inconnu; 7,4% États-Unis; 64,9% Figure 4 Répartition des noms de domaine génériques par pays (Ipwalk)

21 Chapitre 3 Données générales du contexte «Noms de domaine» en France Source des données : Zooknic. La figure suivante indique la répartition entre les principales extensions des noms de domaine enregistrés en France en 2008 (Figure 5). Un peu moins d un nom de domaine sur deux déposés en France est un.com et 30% un.fr. La dynamique sur un an est par ailleurs positive pour l extension française (près de quatre points) alors qu elle est négative sur le.com. Le fait que le.fr se détache autant des autres extensions présentes sur son marché national traduit sans ambiguïté la préférence croissante des utilisateurs français pour le.fr depuis l ouverture aux personnes physiques en Répartition entre les principales extensions des noms de domaine enregistrés en France en juillet 2008 (d'après ZookNIC).org 5,2% (+0,2 sur un an).eu 5,5% (+0,6 sur un an).info 3,6% (-1,9 sur un an).biz 1,4% (+0,3 sur un an).net 7,7% (-1,4 sur un an).com 47,2% (-1,4 sur un an).fr 29,2% (+3,6 sur un an) Figure 5 Répartition des noms de domaine enregistrés en France

22 L étude des évolutions dans le temps montre que seules les extensions.com et.fr bénéficient de croissances soutenues en France, les autres extensions génériques connaissant une certaine stabilité. La figure suivante représente l évolution des croissances trimestrielles des différentes extensions en France, en taux de croissance trimestriel (Figure 6). Taux de croissance du nombre de noms de domaine 80% 60% 40% 20% 0% -20% Évolution du taux de croissance trimestriel du nombre de noms de domaine enregistrés en France (d'après ZookNIC).com/.net/.org.fr.eu.info.biz -40% oct-02 janv-03 avr-03 juil-03 oct-03 janv-04 avr-04 juil-04 oct-04 janv-05 avr-05 juil-05 oct-05 janv-06 avr-06 juil-06 oct-06 janv-07 avr-07 juil-07 oct-07 janv-08 avr-08 juil-08 Trimestre Figure 6 Évolution des croissances trimestrielles des extensions en France (en taux de croissance)

23 Chapitre 4 Évolution des noms de domaine.fr Source des données : AFNIC 7. L objectif de ce chapitre est de fournir des données statistiques sur l enregistrement des noms de domaine.fr : évolution du premier niveau et des différents sous-domaines, répartition entre particuliers et personnes morales et mouvements à l intérieur de l extension (taux de renouvellement des noms, transferts d un titulaire à un autre, changements de bureau d enregistrement, etc.). Domaine de premier niveau et sous-domaines La zone de nommage.fr gérée par l AFNIC comprend plusieurs types de domaines : le domaine de premier niveau.fr, correspondant aux noms de domaine situés directement sous la racine (par exemple «afnic.fr»), les domaines de second niveau descriptifs, correspondant aux noms de domaine situés dans un sousdomaine de l extension.fr (par exemple «afnic.asso.fr»). Les sous-domaines descriptifs existants sont asso.fr (associations), com.fr (sous-domaine d usage libre), tm.fr (titulaires de marques), nom.fr (noms patronymiques), presse.fr (publications de presse) et prd.fr (programmes de recherche et de développement), les domaines de second niveau sectoriels, correspondant à une branche d activité ou à un secteur réglementé. Il existe 17 sous-domaines sectoriels : aeroport.fr, assedic.fr, avocat.fr, avoues.fr, cci.fr (chambres de commerce et d industrie), chambragri.fr (chambres d agriculture), chirurgiens-dentistes.fr, experts-comptables.fr, geometre-expert.fr, gouv.fr (ministères), greta.fr (groupement d établissements de l éducation nationale), huissier-justice.fr, medecin.fr, notaires.fr, pharmacien.fr, port.fr et veterinaire.fr. Une très large majorité des noms de domaine sont enregistrés directement sous l extension.fr (98%). Les sous-domaines qui suivent sont asso.fr, com.fr et tm.fr, avec à noms chacun. La courbe d évolution du nombre de domaines situés directement sous l extension.fr montre clairement l incidence des évolutions successives de la charte de dommage (suppression du droit au nom en mai 2004, puis ouverture aux particuliers en juin 2006). La dynamique est ainsi passée de nouveaux noms par an au début des années 2000, à nouveaux noms par an en 2008 (Figure 7). Il y avait, au 1er juillet 2008, noms de premier niveau enregistrés dans la base AFNIC

24 Évolution du nombre de noms de domaine.fr de premier niveau (directement sous l'extension.fr ) Abandon du droit au nom sur le.fr Ouverture du.fr aux particuliers noms/an Nombre de noms de domaine noms/an noms/an 0 oct 1999 avr 2000 oct 2000 avr 2001 oct 2001 avr 2002 oct 2002 avr 2003 oct 2003 avr 2004 oct 2004 avr 2005 oct 2005 avr 2006 oct 2006 avr 2007 oct 2007 avr 2008 Mois Figure 7 Évolution du nombre de noms de domaine.fr de premier niveau La courbe d évolution des noms de domaine de second niveau montre que la plupart des sous-domaines descriptifs stagnent ou perdent des noms de domaine. Seuls les sous-domaines sectoriels connaissent une croissance régulière, supérieure à 20% sur un an. Cette dynamique est essentiellement due aux sous-domaines avocats.fr, chirurgiens-dentistes.fr et notaires.fr. Personnes physiques et personnes morales Les noms de domaine.fr peuvent être déposés à la fois par des personnes physiques (particuliers) et par des personnes morales (entreprises, associations, organismes publics, etc.). Jusqu en juin 2006, les particuliers ne pouvaient enregistrer de noms de domaine.fr que dans les sous-domaines nom.fr et com.fr. Le premier niveau est désormais également ouvert aux personnes physiques majeures ayant une adresse en France. La répartition entre les deux types de titulaires montre qu une majorité d entre eux sont des personnes morales : il y avait en juin 2008 plus de noms de domaine enregistrés par des personnes morales, pour un peu moins de noms déposés par des personnes physiques

25 La part des enregistrements effectués par des particuliers tend cependant à augmenter : depuis l ouverture aux personnes physiques en 2006, les enregistrements de nouveaux noms sont dans la moitié des cas effectués par des personnes physiques. En juin 2008, les particuliers possédaient ainsi 34% des noms de domaine.fr, contre 27% un an plus tôt (Figure 8). Pourcentage des noms de domaine.fr enregistrés par des personnes physiques depuis 2007 (nombre cumulé et créations de nouveaux noms) Pourcentage des noms de domaine.fr enregistrés par des personnes physiques 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% Créations de nouveaux noms de domaine.fr Nombre cumulé de noms de domaine.fr 0% févr 2007 mars 2007 avr 2007 mai 2007 juin 2007 juil 2007 août 2007 sept 2007 oct 2007 nov 2007 déc 2007 janv 2008 févr 2008 mars 2008 avr 2008 mai 2008 juin 2008 Mois Figure 8 Pourcentage des noms de domaine.fr enregistrés par des personnes physiques Opérations sur les noms de domaine.fr Le taux de renouvellement de l extension.fr présente une certaine stabilité dans le temps, il se situe autour de 85%. La baisse ponctuelle observée en juillet 2007 provenait du non renouvellement de noms enregistrés un an plus tôt au moment de l ouverture aux particuliers. Ce phénomène n a d ailleurs pas été observé en juillet 2008 au moment du deuxième anniversaire de l ouverture. Sur la première moitié de l année 2008, la base de données AFNIC a fait l objet en moyenne de créations de nouveaux noms par mois pour suppressions, ainsi que de changements de bureaux d enregistrement et transmissions entre titulaires

26 Deuxième partie : les noms de domaine.fr Chapitre 5 Nombre de noms de domaine par titulaire Source des données : Extraction de la base de données AFNIC au 1er juillet 2008 (distribution du nombre de noms enregistrés par personne physique et par personne morale). L objectif de ce chapitre est de fournir des statistiques sur le nombre de noms de domaine.fr enregistrés par titulaire, pour chaque type de titulaire (particuliers et personnes morales). L AFNIC fait son possible pour identifier de manière unique les titulaires de noms de domaine présents dans sa base de données, en analysant des informations fournies au moment de l enregistrement des noms. Une même personne peut cependant apparaître sous forme de plusieurs titulaires différents dans la base AFNIC, dans le cas où elle a enregistré des noms de domaine chez différents prestataires et fourni des informations différentes lors de chaque enregistrement. Le nombre de titulaires issu de la base AFNIC est ainsi un peu surestimé par rapport au nombre réel de personnes physiques ayant enregistré des noms de domaine.fr. Les statistiques réelles concernant le nombre de noms de domaine par titulaire doivent par conséquent être légèrement supérieures aux valeurs présentées dans ce chapitre. Cet inconvénient a une incidence nettement moindre concernant les personnes morales, qu il est plus facile d identifier de manière unique dans la base de données AFNIC que les personnes physiques. Particuliers Une large majorité des particuliers titulaires de noms de domaine.fr ne possède qu un seul nom sous cette extension (81%). Un petit nombre d entre eux détient 2 noms de domaine.fr (11%), l enregistrement de 3 noms et plus étant beaucoup plus rare. La moyenne du nombre de noms par particulier titulaire est de 1,64 nom contre 1,56 en 2007, mettant en exergue le fait que le nombre moyen de noms par titulaire tend à augmenter (Figure 9). Sur un an, le nombre de particuliers titulaires a augmenté de 57% et celui des noms déposés par des particuliers de 64%. Le nombre de noms déposés par titulaire personne physique a augmenté de 5% environ

27 Nombre de noms de domaine.fr enregistrés par titulaire personne physique en juillet noms; 1,6% 5 noms; 0,8% Plus de 5 noms; 2,4% 3 noms; 3,2% Moyenne : 1,64 nom de domaine.fr 2 noms; 10,8% par titulaire personne physique contre 1,56 en nom; 81,2% Figure 9 Nombre de noms de domaine.fr par titulaire pour les particuliers

28 Personnes morales La distribution du nombre de noms par titulaire pour les personnes morales est très proche de celle obtenue pour les particuliers : la moyenne est de 1,7 nom contre 1,6 et le pourcentage de titulaires ne détenant qu un seul nom de domaine.fr est de 85% contre 81% (Figure 10). Le même phénomène d accroissement du nombre moyen de nom par titulaire est constatable pour les personnes morales. Sur un an, le nombre de titulaires personnes morales a augmenté de 15% et celui des noms déposés par des personnes morales de 21%. Le nombre de noms déposés par titulaire personne morale a augmenté de 5% environ, comme pour les personnes physiques. Nombre de noms de domaine.fr enregistrés par titulaire personne morale en juillet noms; 0,7% 3 noms; 2,5% 2 noms; 7,9% 4 noms; 1,4% Plus de 5 noms; 2,5% Moyenne : 1,72 nom de domaine.fr par titulaire personne morale contre 1,63 en nom; 85,0% Figure 10 Nombre de noms de domaine.fr par titulaire pour les personnes morales Évolution Le nombre de noms déposés par titulaire connaît une croissance régulière, pour les particuliers comme pour les entreprises. Sur l ensemble du marché, le ratio est ainsi passé de 1,6 à 1,7 nom de domaine par titulaire sur un an. La croissance semble cependant ralentir depuis quelques mois

29 Chapitre 6 Structure lexicographique des noms de domaine.fr Source des données : Extraction de la base de données AFNIC au 1er juillet L objectif de ce chapitre est de fournir un ensemble de données statistiques sur la structure lexicographique des noms de domaine.fr présents dans la base de données AFNIC (longueur des noms, présence de tirets et de chiffres, termes les plus utilisés), ainsi que sur la proportion de divers types de noms présents dans la base (combinaisons de caractères de type acronymes, mots de la langue française, prénoms et patronymes français, noms de communes, raisons sociales d entreprises et marques). Longueur des noms de domaine.fr La figure suivante représente la distribution des longueurs des noms de domaine.fr présents dans la base de données AFNIC (premier niveau seulement, sans le suffixe «.fr»). La longueur la plus fréquente est de 8 caractères et la moyenne s établit à 11,6 en 2008 contre 11,3 en 2007 (Figure 11). Cette évolution peut être interprétée comme l effet d une utilisation renforcée de l extension, les noms les plus courts étant déjà pris et les nouveaux venus déposant par voie de conséquence des noms plus longs. La longueur minimale est de 2 caractères. L ensemble des 620 combinaisons de longueur 2 permises par la charte AFNIC («chiffre chiffre», «chiffre lettre» et «lettre chiffre») sont toutes enregistrées en juillet La taille maximale autorisée par la charte est de 63 caractères (hors suffixe). Il y a 4 noms de domaine.fr de cette longueur présents dans la base

30 Distribution des longueurs des noms de domaine.fr en août % Longueur moyenne : 11,6 caractères (contre 11,3 en 2007) 8% Fréquence des noms de longueur donnée 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% Longueur des noms de domaine Figure 11 Longueur des noms de domaine.fr Utilisation des tirets et des chiffres dans les noms de domaine.fr Les tirets sont très utilisés dans les noms de domaine.fr (Figure 12) : plus de 30% des noms en contiennent, souvent un seul (dans 25% des cas environ). Les chiffres sont par contre beaucoup moins utilisés (6% des noms environ), l usage étant équilibré entre un chiffre et deux chiffres par nom

31 Nombre de caractères «tirets» dans les noms de domaine.fr en juillet tirets; 5,4% 3 tirets et plus; 1,3% 1 tiret; 25,5% Aucun tiret; 67,8% Figure 12 Nombre de tirets dans les noms de domaine.fr Les chiffres sont parfois utilisés dans les noms de domaine afin de représenter des années (Tableau 1). L année 2008 est logiquement la plus représentée et celle qui connaît la plus forte croissance, suivie par l année 2000 toujours symbolique. Les années 2007 et 2009 sont bien sûr largement présentes, de même que 2012 (élections présidentielles françaises et jeux olympiques d été à Londres). On peut ainsi évaluer la tendance des utilisateurs à déposer des noms «événementiels» liés à des opérations ponctuelles mais potentiellement récurrentes d une année sur l autre

32 Utilisation des années dans les noms.fr Année Nombre de noms en 2008 Nombre de noms en 2007 Delta sur un an Tableau 1 Utilisation des années dans les noms de domaine.fr Termes utilisés dans les noms de domaine.fr Les termes les plus recherchés sont les chaînes de caractères qui apparaissent comme composantes des noms de domaine.fr, séparées par des tirets : par exemple, «hotel-a-paris.fr» est composé des trois termes «hotel», «a» et «paris». Le classement global fait apparaître à la fois des termes de liaison (articles, conjonctions, prépositions, lettres isolées), des termes génériques («immobilier», «mairie») et des termes géographiques («france», «paris»). En se limitant aux termes génériques, on distingue des domaines d utilisation majeurs des noms de domaine.fr (Figure 13) : les services immobiliers («immobilier», «immo»), les municipalités («mairie», «ville»). Ces termes sont en effet préconisés par les conventions de nommage (non contraignantes) de l AFNIC pour les villes : «mairie-xx.fr», «ville-xx.fr» et «xx.fr», où «xx» est le nom de la ville, le tourisme et les loisirs («hotel», «location», «art», «club», «vacances», «restaurant», «voyage»), les services («services», «conseil», «formation», «service», «design», «consulting»),

33 les services informatiques («web», «informatique», «online», «net»), la vie pratique («auto», «maison», «info», «santé», «annuaire»). On observe aussi l identification des types de sociétés («groupe», «sa», «agence», «pro»). Si la plupart de ces termes sont restés stables depuis 2007, on constate cependant que les expressions «mairie» et «ville» ont toutes deux assez fortement reculé en pourcentage sur un an. Cet état de fait pourrait indiquer que les communes ont de plus en plus tendance à enregistrer leur nom sans lui adjoindre les termes «mairie» ou «ville». Termes génériques les plus utilisés dans les noms de domaine.fr en juillet 2008 ville services conseil location web immo groupe informatique formation online auto maison info art sa agence club service vacances design consulting pro net sante annuaire restaurant voyages hotel mairie immobilier 0,00% 0,05% 0,10% 0,15% 0,20% 0,25% 0,30% Fréquence d'apparition des termes dans les noms de domaine Figure 13 Principaux termes génériques utilisés dans les noms de domaine.fr

Observatoire 2009. du marché des noms de domaine en France. AFNIC - Télécom & Management SudParis

Observatoire 2009. du marché des noms de domaine en France. AFNIC - Télécom & Management SudParis Observatoire 2009 du marché des noms de domaine en France AFNIC - Télécom & Management SudParis Observatoire du marché des noms de domaine en France édition 2009 Sommaire Introduction...6 Pourquoi un

Plus en détail

Observatoire 2007. du marché des noms de domaine en France AFNIC - INT

Observatoire 2007. du marché des noms de domaine en France AFNIC - INT Observatoire 2007 du marché des noms de domaine en France AFNIC - INT Observatoire du marché des noms de domaine en France édition 2007 Avant-propos Ce document constitue la première édition d un observatoire

Plus en détail

Observatoire 2010. du marché des noms de domaine en France. AFNIC - Télécom SudParis

Observatoire 2010. du marché des noms de domaine en France. AFNIC - Télécom SudParis Observatoire 2010 du marché des noms de domaine en France AFNIC - Télécom SudParis Observatoire du marché des noms de domaine en France édition 2010 Sommaire Introduction...6 Pourquoi un observatoire

Plus en détail

Observatoire 2007 du marché des noms de domaine en France

Observatoire 2007 du marché des noms de domaine en France Séminaire Vox Internet «Les noms de domaine, un objet clé de la gouvernance Internet» Jeudi 14 février 2008 Observatoire 2007 du marché des noms de domaine en France Loïc Damilaville AFNIC Patrick Maigron

Plus en détail

Observatoire 2011. du marché des noms de domaine en France. AFNIC - Télécom SudParis

Observatoire 2011. du marché des noms de domaine en France. AFNIC - Télécom SudParis Observatoire 2011 du marché des noms de domaine en France AFNIC - Télécom SudParis Observatoire du marché des noms de domaine en France Édition 2011 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 6 Pourquoi un Observatoire

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

noms de domaine.be & agents d enregistrement

noms de domaine.be & agents d enregistrement noms de domaine.be & agents d enregistrement 2014 2 Nombre de nouveaux enregistrements.be 193.659 222.919 232.746 257.637 267.780 306.341 299.846 264.930 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Evolution

Plus en détail

noms de domaine.be & agents d enregistrement

noms de domaine.be & agents d enregistrement noms de domaine.be & agents d enregistrement 2013 2 Nombre de nouveaux enregistrements.be 147.022 193.659 222.919 232.746 257.637 267.780 306.341 299.846 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Evolution

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne

La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne La profession d architecte à l international, synthèse de l étude du Collège des architectes de Catalogne En 1999, à l occasion de son congrès de Pékin, l UIA adoptait un accord international pour la recommandation

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Inf o r m a t io n s. Nom de domaine. p r a t iq u e s. 1. To u t sa v o ir su r le no m de do m a in e. 2. Gé r e r vo t r e no m de do m a in e

Inf o r m a t io n s. Nom de domaine. p r a t iq u e s. 1. To u t sa v o ir su r le no m de do m a in e. 2. Gé r e r vo t r e no m de do m a in e Inf o r m a t io n s p r a t iq u e s Nom de domaine 1. To u t sa v o ir su r le no m de do m a in e 2. Gé r e r vo t r e no m de do m a in e V2 1. To u t sa v o ir su r l e no m de do m a in e Qu est-ce

Plus en détail

MOUVEMENTS MIGRATOIRES

MOUVEMENTS MIGRATOIRES PARTIE 5 MOUVEMENTS page 363 5 MOUVEMENTS page 364 SOMMAIRE MOUVEMENTS n Répartition par nationalité des travailleurs entrés en France au cours de l année 29 366 n L immigration familiale 367 à 37 n Les

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail

Paiements transfrontaliers

Paiements transfrontaliers Paiements transfrontaliers Transférer rapidement et facilement des fonds à partir de et vers un compte à l étranger Valable à partir du 1 e janvier 2007 Valable à partir du 1 e janvier 2007 La vie actuelle

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE

ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE 14/11/2008 Chaque ordinateur est identifié sur Internet par un numéro dit adresse IP (internet protocol) composé d une série de chiffres. Pour permettre la lisibilité et

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 396 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RÉSUMÉ Terrain : Février - Mars 2013 Publication: Novembre 2013 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

CONNECTONS NOS ÉNERGIES. Le monde change VINCI Energies vous accompagne

CONNECTONS NOS ÉNERGIES. Le monde change VINCI Energies vous accompagne CONNECTONS NOS ÉNERGIES Le monde change VINCI Energies vous accompagne LE GROUPE 2 VINCI EN BREF 1 er GROUPE PRIVÉ MONDIAL DE CONCESSIONS ET CONSTRUCTION 40,3 Mds de chiffre d affaires en 2013 191 000

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RAPPORT Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande?

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? FR J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? A Informations sur le règlement de Dublin pour les demandeurs d une protection internationale en vertu

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010)

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) Les chiffres clés du tourisme 2010 Tourisme en Flandre Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) nuitées % arrivées % Durée moyenne du séjour (nuits) Région Flamande 23.087.944 66% 7.660.540 57%

Plus en détail

L ACEI exploite un DNS sans aucun temps d arrêt. 60 Secondes dans la vie de L ACEI, Rapport annuel 2008-2009

L ACEI exploite un DNS sans aucun temps d arrêt. 60 Secondes dans la vie de L ACEI, Rapport annuel 2008-2009 L ACEI exploite un DNS sans aucun temps d arrêt 60 Secondes dans la vie de L ACEI, Rapport annuel 2008-2009 Plus de quatre cent mille fois par minute, on exécute une transaction en ligne liée à un nom

Plus en détail

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin L OIV: Etats membres 45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin MEMBRES: Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, ARY Macédoine, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-et-Herzégovine,

Plus en détail

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique

Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Département reconnaissance des diplômes Centre ENIC-NARIC France Module 1 première partie Reconnaissance des diplômes étrangers : cadre juridique Projet ERASMUS+ «Appui à l utilisation des outils de mobilité

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1 CPIS ACN 2014 Banque de France DGS - DBDP 1 Points évoqués Objectifs et contenu du CPIS Les limites du CPIS Quelques apports du CPIS sur les interconnections internationales Banque de France DGS - DBDP

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie Consultation Tourisme Questionnaire pour l industrie Identification de l entreprise (choisissez une seule option parmi les questions a f) a) Où se trouve le siège de votre entreprise (pays de résidence)?..

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (OHMI) (marques, dessins et modèles) Notes explicatives concernant le formulaire d opposition 1. Remarques générales 1.1 Utilisation du formulaire Le

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

Délégation Côte d Azur Formation Geslab 203 module dépenses 1

Délégation Côte d Azur Formation Geslab 203 module dépenses 1 Délégation Côte d Azur Formation Geslab 203 module dépenses 1 Déroulement de la journée Tiers Recherches et Couguar Créations et particularités Demandes d achats Principes et création Commandes Informations

Plus en détail

Coût des systèmes de santé

Coût des systèmes de santé santé publique Santé publique Comparaison internationale et positionnement de la Suisse Coût des systèmes de santé Depuis plus de quarante ans, l Organisation de coopération et de développement économiques

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Chypre Géographie Situation générale Chypre est appelée officiellement la République de Chypre et est un pays insulaire eurasien situé au milieu de la mer Méditerranée orientale. Chypre se trouve au sud

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

telecomnews Votre internet professionnel dans un Bizz Pack! gratuites - 12 pendant 6 mois pour indépendants et petites entreprises Voir p.

telecomnews Votre internet professionnel dans un Bizz Pack! gratuites - 12 pendant 6 mois pour indépendants et petites entreprises Voir p. telecomnews pour indépendants et petites entreprises Janvier 2015 Votre internet professionnel dans un Bizz Pack! - 12 Installation et activation gratuites Voir p. 6 * * Offre uniquement valable pour les

Plus en détail

Cartographies de ressources uniques d'internet

Cartographies de ressources uniques d'internet Cartographies de ressources uniques d'internet Patrick Maigron (Télécom SudParis) Cartographies numériques, géographies du numérique Journée d étude 24 janvier 2014 enssib (Lyon) Plan de la présentation

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE RECHERCHE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Chiffres clés de la parité dans l enseignement supérieur et la recherche ÉGALITÉ entre les FEMMES

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE 12 Février 2014 FRÉQUENTATION TOURISTIQUE En février 2014, 12 410 touristes ont visité la Polynésie française, soit une hausse de 11 % par rapport à février 2013. Le nombre de touristes originaires d Asie

Plus en détail

Bilan e-commercee. 24 janvier 2011 - Pershing Hall. En présence de M. Eric BESSON Ministre chargé de l'industrie, de l Energie l

Bilan e-commercee. 24 janvier 2011 - Pershing Hall. En présence de M. Eric BESSON Ministre chargé de l'industrie, de l Energie l Bilan e-commercee En présence de M. Eric BESSON Ministre chargé de l'industrie, de l Energie l et de l Economie l numérique 24 janvier 2011 - Pershing Hall Bilan e-commerce e Bilan du marché e-commerce

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO.

PRESENTATION. Objet : Règlement relatif à la classification d ensemble des diverses catégories de réunions convoquées par l UNESCO. U Conférence générale 32e session, Paris 2003 32 C 32 C/19 10 juillet 2003 Original français Point 6.1 de l'ordre du jour provisoire ADAPTATION AUX BESOINS DE L ORGANISATION DU "REGLEMENT RELATIF A LA

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

Le point sur la situation d emploi des seniors en Europe : analyse comparative des 27 Etats membres de l Union européenne

Le point sur la situation d emploi des seniors en Europe : analyse comparative des 27 Etats membres de l Union européenne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 décembre 2011 à 9 h 30 «Emploi et retraite en Europe : étude de cas» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le point sur la

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories

Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories (Comité des normes des fonds d investissement canadiens) Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories 31 mai 2006 (avec amendements en vigueur au 1 er août 2006) Toutes les

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LEURS LANGUES

LES EUROPEENS ET LEURS LANGUES Eurobaromètre spécial 386 LES EUROPEENS ET LEURS LANGUES RAPPORT Terrain : Février - Mars 2012 Publication : Juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne, Direction générale de l

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Union particulière pour l enregistrement international des marques (Union de Madrid)

Union particulière pour l enregistrement international des marques (Union de Madrid) F MM/A/49/2 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 JUILLET 2015 Union particulière pour l enregistrement international des marques (Union de Madrid) Assemblée Quarante-neuvième session (21 e session ordinaire) Genève,

Plus en détail

OFFRE 24H/24 ET MÉTROPOLE NOUVEAU! APPELS ILLIMITÉS VERS TOUS MOBILES DE LA RÉUNION

OFFRE 24H/24 ET MÉTROPOLE NOUVEAU! APPELS ILLIMITÉS VERS TOUS MOBILES DE LA RÉUNION N O U V E L L E NOUVEAU! OFFRE APPELS ILLIMITÉS 24H/24 VERS TOUS MOBILES DE LA RÉUNION ET MÉTROPOLE www.only.fr Offre soumise à conditions valable à partir 26 avril 2012. Visuels non contractuels. Appels

Plus en détail

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document.

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES - Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. - Pour une demande d admission

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail