Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales"

Transcription

1 Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

2 Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère et du statut de droit privé de ses filiales, ainsi que de ses missions et de sa gouvernance, conduit à préciser les principes de son organisation interne et les modalités de ses interventions, afin d assurer la cohérence de ses actions. L évolution du Groupe, la part croissante des filiales dans la formation du résultat et la réalisation des objectifs stratégiques rendent en effet nécessaire le rappel des valeurs et des principes d action qui le régissent, sur la base d engagements réciproques de l établissement public et de ses filiales, autour d une vision partagée de leurs responsabilités. Tel est l objet de cette charte, document d orientation énonçant les principes et les règles qui gouvernent le Groupe. Dans le cas des entités qui ne sont pas placées sous le contrôle exclusif de la Caisse des Dépôts, cette charte s applique sous réserve, le cas échéant, des dispositions particulières issues des pactes d actionnaires ou des accords particuliers avec l entreprise ou ses actionnaires. Cette charte s applique par ailleurs sans préjudice des dispositions statutaires des diverses entités du Groupe et des prescriptions légales et réglementaires. Lors du renouvellement de ces dernières, les négociations conduites viseront à intégrer les principes de la charte. Des dispositions complémentaires sont prises envers certaines entités en fonction de leurs activités, de la structuration de leur capital ou encore de l admission de leurs titres à un marché réglementé. Elles concernent notamment les opérations intragroupe et les relations avec les autorités de contrôle, tant internes qu externes. 2

3 Sommaire Identité du groupe Caisse des Dépôts > Un groupe public au service de l intérêt général et du développement économique du pays... 4 > Un modèle économique adapté à l objet social du Groupe... 4 Création de valeur financière... 4 Création de valeur immatérielle... 5 Création de valeur sociétale... 5 > Un comportement exemplaire et responsable... 5 Unité du groupe Caisse des Dépôts > Gouvernance du groupe Caisse des Dépôts... 6 > Pilotage et suivi stratégique... 6 Pilotage du Groupe... 6 Pilotage de la création de valeur de chaque filiale... 7 > Mise en commun des savoirs et des compétences au sein du groupe Caisse des Dépôts... 8 Relations contractuelles intragroupe... 8 Cohérence territoriale... 9 Actions de l établissement public pour le Groupe... 9 Réseaux transversaux de réflexion thématique... 9 Ressources humaines... 9 Communication interne Communication externe Marque Caisse des Dépôts Mention du groupe Caisse des Dépôts > Fonctions de surveillance et de contrôle Contrôle interne Relations avec les corps de contrôle externe Commissaires aux comptes Documents de référence, dans leur version en vigueur

4 4

5 Identité du groupe Caisse des Dépôts > Un groupe public au service de l intérêt général et du développement économique du pays Le code monétaire et financier définit le groupe Caisse des Dépôts comme «un groupe public au service de l intérêt général et du développement économique du pays. Ce groupe remplit des missions d intérêt général en appui des politiques publiques conduites par l Etat et les collectivités territoriales et peut exercer des activités concurrentielles. [ ] La Caisse des dépôts et consignations est un investisseur de long terme et contribue, dans le respect de ses intérêts patrimoniaux, au développement des entreprises. La Caisse des dépôts et consignations est placée, de la manière la plus spéciale, sous la surveillance et la garantie de l autorité législative.» Le groupe Caisse des Dépôts présente donc la spécificité de réunir un établissement public et des filiales et participations intervenant dans le champ concurrentiel. Toutes les entités du Groupe contribuent, chacune dans leur domaine, à l intérêt général et au développement économique. Ainsi, dans le respect de leurs intérêts propres et du droit de la concurrence, les filiales du Groupe concourent dans des proportions variables à la mise en œuvre de politiques publiques. Cette spécificité exige, pour le Groupe, de respecter des règles de gouvernance et de transparence que cette charte s emploie à préciser. > Un modèle économique adapté à l objet social du Groupe Le Groupe privilégie pour ses investissements une perspective de long terme et de développement durable. Il accepte certains risques dans l espérance de bénéfices financiers et sociétaux qui peuvent être éloignés dans le temps. L établissement public contribue à faire émerger des activités susceptibles de créer de la valeur à long terme. Il peut décider de les filialiser pour faciliter leur développement. En sa qualité d investisseur avisé, l établissement public apporte à ses filiales les éléments nécessaires à leur stabilité et à leur développement dans le respect des règles de concurrence. Il attend en retour que les filiales contribuent efficacement à la création de valeur pour le Groupe, valeur financière, immatérielle et sociétale. Création de valeur financière Le Groupe concilie trois objectifs financiers stratégiques : la sécurité, un rendement de long terme satisfaisant de son portefeuille d actifs et des revenus récurrents. L établissement public assure, conformément à la loi, le financement d interventions d intérêt général. En l absence d actionnaire, il dépend de ses seuls résultats pour constituer ses fonds propres. Les filiales doivent mettre en œuvre une gestion financière rigoureuse et ambitieuse caractérisée par la recherche d une rentabilité des fonds propres et par une politique de versement de dividendes cohérente avec le modèle économique du Groupe, leur intérêt social et les références de marché. 5

6 Création de valeur immatérielle La création de valeur immatérielle repose sur le renforcement de la confiance que le Groupe inspire. Toutes les entités du Groupe sont dépositaires de ce capital, qui doit être sécurisé par la prévention des risques de toute nature (risques stratégiques, juridiques, financiers, sociaux, d image, etc.). Création de valeur sociétale La valeur sociétale engendrée par le Groupe correspond à son impact sur le bien-être des bénéficiaires de ses activités. Cet impact peut être socio-économique ou environnemental. Cette valeur sociétale est estimée sur la base des contributions des entités aux priorités stratégiques du Groupe, telles que déclinées dans les objectifs et les indicateurs d impact retenus dans le plan stratégique à moyen terme arrêté chaque année par le directeur général, dont la commission de surveillance est informée. > Un comportement exemplaire et responsable L appartenance au Groupe implique le respect de règles déontologiques et de comportements précis. L établissement public veille à la mise en œuvre de ces règles à travers son dispositif de gouvernance et de pilotage. L établissement public et les filiales agissent dans le respect du droit de la concurrence. En vue notamment de prévenir d éventuels conflits d intérêts, le Groupe se dote de doctrines d action et de principes de gouvernance clairs. Les entités du Groupe mettent en œuvre et promeuvent les meilleures pratiques environnementales, sociales et de gouvernance. En tant qu actionnaire, l établissement public s assure que ses filiales mettent en œuvre ces principes. Celles-ci diffuseront les bonnes pratiques au sein de leurs propres filiales et participations. L établissement public intègre les problématiques environnementales, sociales et de gouvernance dans sa gestion de fonds selon des modalités appropriées à chaque classe d actifs. Signataire des principes pour l investissement responsable des Nations Unies, il encourage et accompagne ses filiales ayant une activité d investissement dans la mise en œuvre d une démarche analogue. 6

7 Unité du groupe Caisse des Dépôts Le Groupe fonctionne selon un principe de dialogue régulier entre ses entités. Ce dialogue se situe au niveau du Groupe pour les enjeux transversaux (stratégie, comptes, risques, ressources humaine, ), entre les directions chargées du pilotage et chaque entité pour leur suivi. La mise en commun des savoirs et des compétences et la mise en place des dispositifs de surveillance et de contrôle contribuent également à l unité du Groupe. > Gouvernance du groupe Caisse des Dépôts Le groupe Caisse des Dépôts est dirigé par le directeur général. La Caisse des Dépôts est placée sous la surveillance et la garantie de l Autorité législative, exercées par la commission de surveillance. Cette commission reçoit du directeur général toutes les informations nécessaires à sa mission concernant l établissement public et le Groupe, et, notamment, la teneur des lettres d objectifs des différentes entités du Groupe (directions de l établissement public et filiales). Les dirigeants des filiales sont auditionnés chaque année par la commission de surveillance. Le comité de direction Groupe (CODIR) est l instance principale d information, de concertation stratégique et de pilotage du groupe Caisse des Dépôts. Il a pour objectifs de préparer les décisions du directeur général et d assurer l unité du Groupe. Les membres permanents du CODIR Groupe sont les membres du CODIR de l établissement public, les directeurs des fonctions d appui transversales et les dirigeants des filiales, désignés par le directeur général. > Pilotage et suivi stratégique Pilotage du Groupe Les ambitions du Groupe sont présentées dans un plan stratégique à moyen terme. Ce plan fixe, en tenant compte d un cadrage macro-économique commun, les objectifs stratégiques du Groupe et les indicateurs cibles associés, les grandes lignes en matière d allocation de capital et les perspectives en terme de création de valeur. Un bilan annuel et une revue à mi-année du plan stratégique à moyen terme, d une part, des revues de performance par priorité stratégique, d autre part, sont réalisés pour informer le directeur général et le CODIR de l état d avancement de ce plan et rendre compte deux fois par an à la commission de surveillance de la réalisation des objectifs stratégiques annuels qui lui sont présentés. Tout ou partie des membres du comité de direction Groupe peuvent se réunir en formation spéciale. Les différentes formations du CODIR Groupe - comité stratégique, comité des comptes, comité des risques, comité carrières - traitent des sujets communs à l ensemble des entités. 7

8 Pilotage de la création de valeur de chaque filiale Participation aux organes de gouvernance L ensemble des entités du Groupe respecte strictement les obligations réglementaires et légales 1 et met en œuvre les préconisations et bonnes pratiques en terme de gouvernance d entreprise 2. L établissement public manifeste son intérêt dans chacune des filiales par sa participation, en accord avec les autres parties prenantes, aux organes de gouvernance et aux différents comités spécialisés : comité stratégique, comité de l audit et des comptes, comité des nominations et des rémunérations et comité des risques. A travers sa participation aux organes de gouvernance, il demande aux filiales d appliquer les politiques du Groupe. Les filiales sont tenues d assurer l égalité d information entre leurs actionnaires, d une part, les participants aux différents organes de délibération, d autre part. Elles respectent les textes et bonnes pratiques en vigueur en terme d information des organes de gouvernance. Elles veillent particulièrement à mettre à disposition, dans un délai raisonnable, les informations nécessaires à une prise de décision efficace. Les mandataires désignés par l établissement public au sein des différents organes de gouvernance alimentent un échange constructif et documenté lors des étapes-clés du dialogue stratégique. Ils veillent à la bonne prise en compte des risques et des valeurs du Groupe. Dialogue stratégique La fréquence et l étroitesse des relations entre l établissement public et une filiale sont fonction du niveau de contrôle, du niveau des risques associés à cette filiale et de la contribution à la création de valeur pour le Groupe. Chaque filiale contribue et s intègre au processus stratégique selon des modalités compatibles avec sa propre gouvernance. Les modalités du dialogue avec chaque filiale sont examinées périodiquement en fonction de critères partagés. Elles sont fixées par le directeur général. Les contributions et les projets structurants de chacune des filiales sont identifiés dans le plan stratégique à moyen terme du Groupe. Les souhaits de l établissement public prennent en compte le contexte macroéconomique et la spécificité de chaque secteur d activité. Ils sont exprimés dans la lettre d objectifs annuelle, envoyée aux dirigeants des filiales à 100 %, et dans la lettre d orientation portée à la connaissance des organes de gouvernance des filiales dont la Caisse des Dépôts n est pas l unique actionnaire. Le dialogue stratégique a pour objectif de permettre à la Caisse des Dépôts d exercer son rôle d actionnaire et de développer une logique de Groupe. Il vise plus particulièrement à : identifier les attentes et les besoins financiers et opérationnels de la filiale et de l établissement public, suivre l atteinte des objectifs financiers et extra-financiers, s assurer que les valeurs et règles en vigueur dans le Groupe sont respectées. 1 Notamment les règles de l AMF et le droit de la concurrence 2 Notamment le code de gouvernement d entreprises AFEP-MEDEF 8

9 Les filiales mettent en œuvre les principes de gestion financière du Groupe s agissant notamment des risques bilanciels, de la maîtrise des frais généraux, de l utilisation des instruments financiers, de l endettement, de la couverture de change et du contrôle des risques. Elles s assurent de la mise en place et de l utilisation d outils de suivi budgétaire et financier adéquats. Elles s engagent à fournir au directeur général l ensemble des informations utiles au suivi de leurs objectifs annuels, à moyen terme et à leur pilotage. En particulier, elles participent activement à la consolidation par l établissement public des informations publiées au nom du Groupe. > Mise en commun des savoirs et des compétences au sein du groupe Caisse des Dépôts Relations contractuelles intragroupe L établissement public, pouvoir adjudicateur, est soumis aux règles de la commande publique 3 qui relèvent des autorités nationales et européennes. Lorsqu il engage une procédure de mise en concurrence pour les besoins d une prestation, une filiale peut y participer, pour autant qu elle ne bénéficie d aucun avantage, d aucun privilège d information particulier (ce qui serait par exemple le cas si elle avait participé en amont à la préparation du projet). Il n existe pas de règle de préférence de Groupe. Cette contrainte ne vise que les prestations et n interdit nullement les prises de participation conjointes. La mise en concurrence n est pas requise pour le recours à une filiale totalement contrôlée par l établissement public et dont l activité lui est entièrement dédiée 4. Une attention particulière est apportée à la prévention des pratiques anticoncurrentielles 5. Aussi, une surveillance spécifique est assurée de façon transversale 6, sur la base des informations que les filiales et leurs administrateurs sont tenus de communiquer, afin de prévenir tout risque juridique lié à la conclusion de partenariats entre filiales, ou d accords contractuels pouvant être considérés comme sources de distorsions de concurrence 7. 3 Notamment celles prévues par l ordonnance du 6 juin 2005 et par le décret du 30 décembre Sociétés dites «in house «5 Ententes ou les abus de position dominante (articles 101 et 102 du traité sur le fonctionnement de l Union européenne et L et L du Code de Commerce) 6 Responsabilité confiée à la direction juridique et fiscale du Groupe 7 Exemple : signature d un contrat établissement public / société tierce avec une clause de non concurrence de l activité d une filiale du groupe Caisse des Dépôts. Ce principe s applique également lorsque les acquisitions ou prises de participations par une filiale sont susceptibles de nécessiter une notification aux autorités compétentes, au titre des règles relatives au contrôle des concentrations. 9

10 Cohérence territoriale Le directeur régional est le représentant local du directeur général. A ce titre, il représente le Groupe auprès de l ensemble des collectivités territoriales, des autorités déconcentrées de l Etat et des organismes publics qui leur sont rattachés. Les filiales le tiennent informé de leur activité en région et des démarches entreprises auprès des pouvoirs publics et des organismes publics. Le directeur régional s assure de la cohérence des actions des entités du Groupe dans les territoires, dans le respect de leurs règles de gouvernance et de leur autonomie de gestion. Il rend compte de ses actions au directeur du développement territorial et du réseau, et tient informé, par son intermédiaire, le directeur général des points pouvant impacter la stratégie, les intérêts ou l image du Groupe. Toute filiale peut faire appel au réseau territorial de l établissement public sur la base d une convention attestant qu elle ne bénéficie d aucun avantage concurrentiel. Actions de l établissement public pour le Groupe L établissement public met les experts dont il dispose dans les domaines juridiques, fiscaux, comptables, dans le champ de la communication, des ressources humaines, du développement international ou de la prévention des risques au service du Groupe pour établir et diffuser ses doctrines, et, pour répondre à la demande d assistance d une filiale. Cette expertise peut donner lieu à facturation. Les prestations de l établissement public au service de l identité et de l unité du Groupe sont facturables à l ensemble des filiales. En revanche, sont exclues du périmètre de facturation les prestations liées au pilotage et au suivi stratégiques, à la gouvernance et aux fonctions de surveillance et de contrôle. Réseaux transversaux de réflexion thématique Lorsque la réussite du Groupe sur un secteur ou un théme stratégique donné est conditionnée par la mobilisation de plusieurs de ses métiers, l établissement public anime des réseaux transversaux de réflexion. Les filiales participent à ces réseaux et s associent à leurs travaux. Chaque entité tire ainsi bénéfice de son appartenance au Groupe. Ressources humaines La direction des ressources humaines du Groupe a la responsabilité de fixer les politiques du Groupe en la matière. Les filiales contribuent à l élaboration et à la mise en œuvre de la stratégie ressources humaines du Groupe, soit directement, soit par délégation auprès d une autre entité, et déploient les dispositifs transversaux sur leurs périmètres respectifs. Le Groupe s étant fixé comme objectif de faciliter la mobilité de ses collaborateurs en son sein, ses différentes entités encouragent la mobilité de leurs collaborateurs et accueilleront ceux venant d autres entités. 10

11 L établissement public a mis en œuvre, conformément à la loi 8, un espace de dialogue social (Comité mixte d information et de concertation) au sein duquel s appliquent plusieurs dispositifs communs : bilan social, accords sociaux de niveau Groupe. La participation à ce comité est réglée par un accord collectif. Communication interne Communication externe La direction de la communication du Groupe a la responsabilité de fixer les politiques du Groupe en la matière. Elle dirige le réseau communication. La définition, la mise en place et la cohérence de la stratégie de communication interne et externe du Groupe passent par le dialogue entre la direction de la communication du Groupe et les services de communication de l établissement public et des filiales. Les filiales informent l établissement public des actions de communication qu elles préparent et de tout élément touchant à l image du Groupe. La direction de la communication du Groupe associe les filiales directement concernées aux actions de communication qu elle mène en propre. Marque Caisse des Dépôts - Mention du groupe Caisse des Dépôts La marque «Caisse des Dépôts» contribue à la création de valeur du Groupe. Enregistrée et protégée, elle constitue l identifiant commun des filiales du Groupe. Les conditions de son utilisation font l objet de licences et d une charte graphique. Les normes d affichage de l appartenance au groupe Caisse des Dépôts font l objet de règles précises dont l application est mise en œuvre sous l égide de la direction de la communication du Groupe. 8 Article VI de la loi N du 15 mai

12 > Fonctions de surveillance et de contrôle Contrôle interne Le contrôle des risques du Groupe s exerce en premier lieu par la participation de l établissement public aux instances de gouvernance des filiales, notamment aux comités d audit. En second lieu, l établissement public met en place un dispositif de contrôle interne et de contrôle des risques, financiers et non financiers, qui couvre l ensemble des activités du Groupe. Ce dispositif est adapté à la nature de chaque activité, à sa volumétrie, et au statut juridique des entités qui l exercent. Deux types de contrôle sont effectués : l un permanent, l autre périodique. Risques et contrôle permanent Le contrôle permanent est assuré par la direction transversale en charge du contrôle des risques. Cette dernière assure la veille et la diffusion des textes de référence et des bonnes pratiques applicables au Groupe ; rappelle les normes et procédures applicables au Groupe relatives aux différentes composantes du risque et du contrôle interne ; dispose des documents relatifs aux risques diffusés dans les instances de gouvernance. Elle s appuie sur un réseau de responsables des risques et de responsables de la déontologie et de la lutte anti-blanchiment dans les principales filiales du Groupe, qui déclinent les principes et les mettent en œuvre. Les filiales du Groupe contribuent à l appréciation des risques. Elles transmettent en particulier à la direction des risques et du contrôle interne les informations récurrentes ou ponctuelles nécessaires à sa mission. Le suivi de la mise en œuvre du contrôle interne dans les filiales est assuré au travers de plans de contrôles de conformité. Contrôle périodique Le contrôle périodique est assuré par l audit central du Groupe qui propose au directeur général un programme d audit pluriannuel ; réalise des missions d audit dans le Groupe ; alerte la direction générale du Groupe en cas de dysfonctionnement ou d incident majeur ; élabore et présente un rapport annuel d activité Groupe ; pilote le réseau d audit du Groupe, qu il constitue avec les services d audit interne des filiales. Les services d audit interne des filiales ont des attributions identiques sur leur périmètre d activité, vis-à-vis de leurs instances de gouvernance. Ils sont en particulier chargés de veiller au respect des principes de gouvernance et de gestion du Groupe ; transmettre à l audit central toute information pertinente susceptible d impacter le niveau de risques de la filiale et d induire un risque global accru pour le Groupe ; transmettre périodiquement les différents reportings sur les missions d audit et les suivis des recommandations qui en découlent. 12

13 Relations avec les corps de contrôle externe Les échanges avec les autorités telles que l Autorité de contrôle prudentiel, la Cour des comptes, l AMF ou la CNIL sont pilotés par les directions transversales désignées par le directeur général. La direction transversale concernée doit être informée dès l annonce ou le déclenchement des contrôles directs de certaines filiales, et être systématiquement destinataire d une copie des documents émis et reçus à cette occasion. Ce principe s applique aussi aux autres contrôles externes (contrôles fiscaux, contrôles d autorités de tutelle spécifiques ). L ensemble des productions relatives à la surveillance et au contrôle est présenté périodiquement à la commission de surveillance de la Caisse des Dépôts, conformément à son règlement intérieur qui prévoit que certains dossiers sont préalablement examinés par ses comités spécialisés (comité d examen des comptes et des risques et comité des fonds d épargne). Commissaires aux comptes L ensemble des filiales doit mettre en œuvre le guide relatif aux missions des commissaires aux comptes. Ce guide rappelle le champ des missions légales des commissaires aux comptes et les principes d incompatibilité entre celles-ci et les missions de conseil, précisés par le Code de déontologie de la profession ; les «50 recommandations» proposées par l Institut français des administrateurs (IFA) en matière de bonnes pratiques dans la relation entre l entreprise et les auditeurs externes. Le plan d unification des mandats des commissaires aux comptes doit être mis en application à chaque renouvellement des commissaires au sein des filiales. 13

14 Documents de référence, dans leur version en vigueur Les valeurs du groupe Caisse des Dépôts Doctrines d action du Groupe Charte des administrateurs représentant la Caisse des Dépôts Règles concernant les mandats sociaux détenus en représentation de la Caisse des Dépôts Processus stratégie du groupe Caisse des Dépôts Organisation du comité des engagements (CDE) Principes d organisation du contrôle interne (POCI) Charte de l audit interne du groupe Caisse des Dépôts Plan d unification des mandats des commissaires aux comptes Guide relatif aux missions des commissaires aux comptes Règlement intérieur de la commission de surveillance 14

15 15

16 Caisse des Dépôts 56, rue de Lille Paris 07 SP

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Le 19 avril 2013 - ANGERS

Le 19 avril 2013 - ANGERS Le 19 avril 2013 - ANGERS 2 > Sommaire 1. Cadre réglementaire 2. Cadre de délégation 3. Périmètre d intervention du Comité d'audit 4. Rôle du Comité d Audit 5. Coordination et planification des travaux

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE

INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du 07 mai 2002 relative à la constitution,

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE

CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE CABINET OLIVIER BOSSARD RAPPORT DE TRANSPARENCE PUBLIE SUR LE SITE EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DE L ARTICLE R.823.21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 Mai 2015 1. Présentation du

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE.1 RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE (ARTICLE L. 225-37 DU CODE DE COMMERCE) 156.1.1

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l article R 823-21 du Code de commerce Exercice clos le 30 juin 2015 Axiome Audit & Stratégie

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT Suivant délibération en date du 14 avril 2009 le Conseil d Administration de la société Groupe CRIT a établi son règlement intérieur. Le Conseil

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes :

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014 I PRESENTATION DU CABINET 1.1. - Description des entités CAC L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : - La Société FIDECOMPTA

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec

Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Politique relative à l attribution des contrats et à la gestion contractuelle du Groupe d approvisionnement en commun de l Est du Québec Document diffusé au réseau de la santé et des services sociaux du

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE

Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE Groupe LAVIALE RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31/12/2014 1 SOMMAIRE Préambule... 3 1 Présentation du Cabinet... 3 1.1 Structure juridique et capital... 3 1.2 Description de la Gouvernance...

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES

CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE DE L UDCCAS DES ALPES MARITIMES CHARTE ASSOCIATIVE liant l UNCCAS et les UNIONS Départementales et Régionales de l UNCCAS «le réseau national des solidarités communales» Entre L Union

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

Charte du management des risques du groupe La Poste

Charte du management des risques du groupe La Poste Direction de l'audit et des Risques du Groupe Direction des Risques du Groupe Destinataires Tous services Contact Béatrice MICHEL Tél : 01 55 44 15 06 Fax : E-mail : beatrice.michel@laposte.fr Date de

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION de LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. RÔLE DU CONSEIL Le rôle du conseil est d assumer la responsabilité

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

La gouvernance dans les grandes associations et fondations

La gouvernance dans les grandes associations et fondations La gouvernance dans les grandes associations et fondations Institut Français des Administrateurs Evaluer son Conseil d administration 7 rue Balzac 75008 PARIS Tel. : 01 55 65 81 32 - email : contact@ifa-asso.com

Plus en détail

M A N U E L Q U A L I T É

M A N U E L Q U A L I T É M A N U E L Q U A L I T É 1. CONTEXTE 1.1. Présentation de la Fondation Agropolis Fondation est une Fondation de coopération scientifique créée en février 2007. La Fondation dispose de dotations apportées

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE

2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE Sommaire Introduction... 4 1. Groupe Fourcade... 5 1.1. Organigramme du groupe... 5 1.2. F2A - FOURCADE AUDIT ASSOCIES... 5 1.3. Description de la Gouvernance et de ses modalités

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers de la filiale ACOREX AUDIT, détenue à 100 % par ACOREX CONSEIL.

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers de la filiale ACOREX AUDIT, détenue à 100 % par ACOREX CONSEIL. RAPPORT DE TRANSPARENCE Conformément à l article R823-21 du code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel public à l épargne ou auprès d établissements

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

Lettre d information des contrôleurs qualité

Lettre d information des contrôleurs qualité COMMISSION QUALITÉ 1 ème trimestre 2013 Numéro 6 Lettre d information des contrôleurs qualité René KERAVEL Président Commission Qualité du CSOEC Expert-comptable Commissaire aux comptes Cette année 2012

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 REGLEMENT INTERIEUR DES PROCEDURES ADAPTEES Article 28 du Code

Plus en détail

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Prévention et de Gestion des Conflits d Intérêts 1 POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS 1.1 PRINCIPES Le présent document a pour but d informer les investisseurs des

Plus en détail

Cabinet CAMS B&B ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE

Cabinet CAMS B&B ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE Cabinet CAMS B&B ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 30/09/2014 G:\CAC RAPPORTS PLAN MISSION LETTRE MISSION\Contrôle qualité 2013 H3C\Rapports de transparence\rapport DE TRANSPARENCE CAMS

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides

in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides in 12 slides Le code Buysse II, synthétis tisé en 12 slides 1 Principes de gouvernance Les entrepreneurs n ont pas encore fait évolué leur activité en société. Les entrepreneurs activent un conseil d administration.

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE Mesdames, Messieurs les actionnaires, En application des dispositions de l article L. 225-37, alinéa 6, du Code de commerce,

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014. - Déclaration de la direction relative à l indépendance et la formation

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014. - Déclaration de la direction relative à l indépendance et la formation RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 aout 2014 Sommaire - PRESENTATION DU CABINET - Organigramme juridique - Activité - Chiffre d Affaires et Clientèle - PROCEDURE QUALITE - Indépendance - Contrôle

Plus en détail

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel ASF Formation 10 février 2015 Sommaire 1. Introduction 2. Focus sur le nouvel arrêté relatif au contrôle interne 3. Les principales mesures de transposition

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette

Charte de l audit interne de la Direction Générale de la Dette MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DE LA PROSPECTIVE RÉPUBLIQUE GABONAISE Union-Travail-Justice ------------ -------- SECRETARIAT GENERAL ------------ ------------ DIRECTION DE L AUDIT ET DU CONTROLE ------------

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL

Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL RAPPORT DU PRESIDENT SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) 1. CADRE ET PRINCIPES GÉNÉRAUX Le Comité Audit et Risque (CAR) de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE Publié sur le site www.2aec.fr en application des dispositions de l article R.823-21 du Code de commerce Préambule Conformément à l article R 823-21 du Code de commerce, les commissaires

Plus en détail

CHARTE du COMITE de DIRECTION

CHARTE du COMITE de DIRECTION CHARTE du COMITE de DIRECTION INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 III. COMPOSITION... 3 IV. LE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE DIRECTION & LE CEO... 3 V. FONCTIONNEMENT... 4 1. Planning, ordre

Plus en détail

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS ANNEXE AU RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 24 AVRIL 2007 RELATIVE

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

REGLEMENT MODIFIE. la Vie Associative, à la Jeunesse et à l Action Sociale et Sanitaire

REGLEMENT MODIFIE. la Vie Associative, à la Jeunesse et à l Action Sociale et Sanitaire PREAMBULE La Région Guyane s est engagée dans une stratégie de développement bâtie sur un véritable projet sociétal reposant sur des principes d efficacité économique, de cohésion sociale et d emploi.

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES

Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015. Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES Conférence Salon ELUCEO 11 mars 2015 Animée par Francis MARQUANT EXPERT COMPTABLE et COMMISSAIRE AUX COMPTES FDE / FEPC 19 RUE BEAUREPAIRE 75010 PARIS 1 SOMMAIRE 1. Les rôles et fonctions du commissaire

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire

Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Rapport relatif à la procédure de mobilisation des experts pour la production d expertise dans le champ sanitaire Document soumis au conseil d administration du 19 décembre 2013 En tant qu agence sanitaire

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIETE Mesdames,

Plus en détail

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-3 : pourcentage de contrôle et pourcentage d intérêt II-1 : les missions de l auditeur des comptes consolidés

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE Article 1 : La société (émetteur ou intermédiaire en bourse

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de contrôle interne

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Fiduciaire de Révision Alpha Audit. Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement

Fiduciaire de Révision Alpha Audit. Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement Fiduciaire de Révision Alpha Audit RAPPORT DE TRANSPARENCE 1 Cabinets de commissariat aux comptes 26 rue Victor Schoelcher - BP 31037-68050 MULHOUSE CEDEX 1 Tel : (+33) 03 89 44 55 55 Fax : (+33) 03 89

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION. Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations

LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION. Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations LES ACHATS PUBLICS DE FORMATION Rappel de la réglementation applicable & Présentation de la plateforme d achat de formations SOMMAIRE SOMMAIRE 01 ACHATS PUBLICS: TEXTE DE REFERENCE 02 SEUILS & PROCEDURES

Plus en détail