8. Tenue à la mer des talus en enrochements

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "8. Tenue à la mer des talus en enrochements"

Transcription

1 8. Tenue à la mer de talu en enrochement 8.1. Introduction Le talu en enrochement prennent une place de plu en plu importante dan la contruction de ouvrage maritime défenif. Cela tient à pluieur raion qui ont leur facilité de contruction et d'entretien, leur bonne tenue à la mer, et leur coût ouvent plu faible que celui de autre type de contruction. Ce chapitre et conacré à l'étude de la tenue à la mer de talu en enrochement en profondeur contante. 8.. Section de la digue La digue en enrochement et implantée dan une profondeur d'eau de 1 mètre. Sa cote d'araée et établie à mètre au deu du fond. Pour de raion de contruction, le ommet du noyau doit être praticable en camion. Sa largeur minimale et donc de 3.5 mètre. La figure 8.1 préente le chéma de principe. La pente extérieure et de /1 tandi que le talu intérieur et un peu plu raide, de 4/3. Figure 8.1 : Schéma de principe de la ection d'une digue en enrochement. Le caractéritique générale adoptée pour la digue en enrochement (figure 8.1) ont donnée dan le tableau 8.1. Jean Bougi - Ingénieur Coneil Opio Page 08-1 / 7

2 Cote d'araée m Profondeur moyenne 1.00 m Dalle de circulation en béton armé largeur 3.50 m épaieur 0.30 m Noyau en tout venant 0 à 500 kg Filtre carapace extérieure mae de bloc 0.5 à 1 t pente /1 épaieur ( couche) 1.40 m Carapace extérieure mae de bloc à 4 t pente /1 épaieur ( couche).30 m Carapace du môle mae de bloc à 4 t pente /1 épaieur ( couche).30 m Carapace intérieure mae de bloc 1 à t pente 4/3 épaieur 1.80 m Tableau 8.1 : Caractéritique générale de la digue Echantillonnage de la carapace Pour évaluer la tabilité de talu de digue en enrochement, il exite de nombreue formule empirique fondée ur l'analye dimenionnelle. La plu utiliée d'entre elle et, an doute, la formule de Hudon, ce qui lui confère l'un de meilleur retour d'expérience. En déignant par : M la mae minimale de enrochement de la carapace, H la hauteur crête à creux de la houle incidente, 650 kg/m 3 la mae volumique du matériau de enrochement, e 108 kg/m 3 la mae volumique de l'eau, cotg α la pente du talu (longueur ur hauteur), K d un coefficient adimenionnel iu de l'expérience. elle 'écrit : (8.1) M = K d e H cotgα Le eai ur modèle réduit qui ont permi d'obtenir le coefficient K d ont généralement été réalié avec une houle régulière. Aini, i dan le ca d'une houle régulière, la hauteur de la houle à prendre en compte dan la formule de Hudon et évidente, il n'en va pa de même dan le ca d'une houle irrégulière. Jean Bougi - Ingénieur Coneil Opio Page 08 - / 7

3 Il et d'uage de prendre la hauteur ignificative H = H 1/ 3 qui et la moyenne de hauteur du tier de plu haute vague, et de faire le eai en houle régulière avec la hauteur correpondante. Certain auteur préfèrent prendre la hauteur H 1/ H qui et la moyenne de hauteur du dixième de plu haute vague. Cela revient à doubler le poid de bloc! A noter que peronne ne onge à utilier la hauteur maximale H max qui ne correpond pa à un concept périodique. Dan on ouvrage, René Bonnefille précie : "Pratiquement, pour de carapace en enrochement naturel dipoé en vrac ur deux couche, on retiendra le valeur uivante : K d =3.5 : la carapace et table, K d =5 : la carapace commence à être culptée et à prendre un profil à troi pente avec raidiement de partie haute et bae du talu, K d =10 : quelque bloc de la carapace ont remanié ; le dommage ont acceptable à condition de pouvoir le réparer avant la tempête uivante. Ceci montre qu'entre une carapace uceptible d'être légèrement endommagée et une carapace offrant toute écurité, oit le rapport de poid de bloc et 4, oit la hauteur de la houle diminue de 35%." Type de bloc n Poroité Mie en Houle déferlante Houle non déferlante Pente % place Corp Muoir Corp Muoir Enrochement Bloc arrondi 38 En Vrac /1-3/ >3 En Vrac /1-3/ Bloc anguleux En Vrac / " 1.6 ".8 /1 " 1.3 ".3 3/1 >3 En Vrac Rangé Parallélépipède 7 Rangé Cube béton 7.5 Cube américain 47 En Vrac Tétrapode et 50 En Vrac / Quadripode 49 " 4.5 " 5.5 /1 " 3.0 " 4.0 3/1 Acropode 1 Rangé Hexapode 47 En Vrac Tribar 1 54 Rangé En vrac / En vrac " 7.8 " 8.5 /1 En vrac " 6.0 " 6.5 3/1 Dolo 56 En Vrac /1 " 7.0 " /1 Tableau 8. : Coefficient de Hudon pour différent type de bloc. Le tableau 8. préente le coefficient de Hudon à prendre en compte pour différent type de bloc naturel ou artificiel. Jean Bougi - Ingénieur Coneil Opio Page 08-3 / 7

4 Dan ce condition, pour de bloc d'enrochement naturel anguleux en vrac ur au moin deux couche, lorque la houle ne déferle pa avant d'arriver ur l'ouvrage, il et d'uage de prendre le coefficient K d égal à 4 pour le corp de la digue et à 3. pour le muoir. En appliquant cette formule avec une hauteur ignificative de la houle de 3 mètre, la mae minimale de enrochement doit être de.1 tonne ur le corp de la digue et de.6 tonne ur on muoir. Pour une hauteur ignificative de la houle de 3.5 mètre, ce valeur deviennent repectivement 3.3 tonne et 4.1 tonne. Il apparaît donc convenable d'adopter pour la carapace extérieure et le muoir de enrochement de à 4 tonne. Par ailleur, de bloc de 1 à tonne paraient uffiant ur le face interne de la digue. Naturellement, la tenue de enrochement et également liée à la période de la houle incidente. La période la plu défavorable peut être identifiée à partir du nombre d'irribaren-battje critique qui 'écrit : (8.) Ir crit = Ir 0 1 B Avec, d'aprè le travaux effectué par l'équipe de J. Feuillet & all. au LNH, pour de enrochement naturel et une pente de digue /1 : I r0 =1.33 et B= D'où, en déignant par λ 0 la longueur d'onde de la houle incidente en grande profondeur : tg α (8.3) I r crit = = H / λ0 Il en réulte que la période la plu défavorable pour la tabilité de enrochement eront comprie entre 7.7 et 8.45 uivant que la hauteur ignificative conidérée et de 3.0 mètre ou de 3.5 mètre. A noter que pour de période ignificative de pectre dimenionnant ont ouvent inférieure à 6 pour le houle courte et upérieure à 10 pour le houle longue océanique. Dan le ca préent, le effet du à la période de la houle ne ont pa critique pour le dimenionnement de bloc. Il en réulte que la formule de Hudon, qui intègre ce phénomène ou forme d'enveloppe, n'et pa appliquée dan le condition le plu évère, ce qui jutifie de ne pa urdimenionner le bloc. Le tableau 8.3 raemble le réultat de la formule de Hudon obtenu pour troi valeur de la pente et pour troi coefficient. Sur fond vert le réultat concernant le bloc de à 4 tonne.. 8 Jean Bougi - Ingénieur Coneil Opio Page 08-4 / 7

5 Cotg α = 1.6 cotg α =. cotg α =.5 H K d =4 K d =5 K d =10 K d =4 K d =5 K d =10 K d =4 K d =5 K d = m.8 t.3 t 1.1 t.1 t 1.7 t 0.8 t 1.8 t 1.5 t 0.7 t 3.5 m 3.6 t.9 t 1.4 t.6 t.1 t 1.1 t.3 t 1.9 t 0.9 t 3.50 m 4.5 t 3.6 t 1.8 t 3.3 t.6 t 1.3 t.9 t.3 t 1. t 3.75 m 5.6 t 4.4 t. t 4.0 t 3. t 1.6 t 3.6 t.8 t 1.4 t 4.00 m 6.7 t 5.4 t.7 t 4.9 t 3.9 t.0 t 4.3 t 3.5 t 1.7 t 4.5 m 8.1 t 6.5 t 3. t 5.9 t 4.7 t.4 t 5. t 4.1 t.1 t 4.50 m 9.6 t 7.7 t 3.8 t 7.0 t 5.6 t.8 t 6.1 t 4.9 t.5 t 4.75 m 11.3 t 9.0 t 4.5 t 8. t 6.6 t 3.3 t 7. t 5.8 t.9 t 5.00 m 13. t 10.5 t 5.3 t 9.6 t 7.7 t 3.8 t 8.4 t 6.7 t 3.4 t 5.5 m 15.3 t 1. t 6.1 t 11.1 t 8.9 t 4.4 t 9.8 t 7.8 t 3.9 t 5.50 m 17.5 t 14.0 t 7.0 t 1.8 t 10. t 5.1 t 11. t 9.0 t 4.5 t 5.75 m 0.0 t 16.0 t 8.0 t 14.6 t 11.7 t 5.8 t 1.8 t 10.3 t 5.1 t 6.00 m.8 t 18. t 9.1 t 16.6 t 13. t 6.6 t 14.6 t 11.7 t 5.8 t 6.5 m 5.7 t 0.6 t 10.3 t 18.7 t 15.0 t 7.5 t 16.5 t 13. t 6.6 t 6.50 m 8.9 t 3. t 11.6 t 1.1 t 16.8 t 8.4 t 18.5 t 14.8 t 7.4 t Tableau 8.3 : Mae de bloc d'enrochement en fonction de la hauteur de la houle pour troi pente caractéritique et troi coefficient de Hudon Caractéritique de couche d'enrochement En déignant par : M moy (kg) la mae moyenne de enrochement de la couche d'enrochement, n le nombre de bloc dan l'épaieur de la couche, k un coefficient empirique, (kg/m 3 ) la mae volumique du matériau de enrochement, P (%) La poroité moyenne de la couche d'enrochement, l'épaieur d'une couche de bloc d'enrochement et déterminée par la formule uivante : (8.4) e = nk M moy 1 3 Le nombre N de bloc néceaire pour couvrir une urface A donnée 'écrit alor : (8.5) N A P M = nk moy Le tableau 8.4 indique pour différent type de bloc d'enrochement naturel ou artificiel le valeur de coefficient à prendre en compte. Jean Bougi - Ingénieur Coneil Opio Page 08-5 / 7

6 Type de bloc n Placement k P(%) Enrochement arrondi En vrac Enrochement anguleux - 3 En vrac Enrochement parallélépipédique Spécial -- 7 Cube rainuré En vrac Cube américain En vrac Tétrapode En vrac Quadripode En vrac Hexapode En vrac Tribar En vrac Dolo En vrac Tableau 8.4 : Caractéritique de différent bloc d'enrochement Caractéritique de couche interne Contrairement à la carapace qui doit être compoée de bloc homogène afin d'obtenir une forte poroité detinée à conommer l'énergie de la houle et à limiter le ou preion, le couche de tranition doivent préenter une granulométrie aez étendue pour participer à l'étanchéité de la digue. La première ou couche de la digue, ituée jute ou la carapace, doit avoir une épaieur d'au moin deux bloc (n=) dont la mae doit être au moin du 1/10 ème de celle de bloc de la carapace dont le coefficient de Hudon K d <1 (enrochement naturel et certain bloc artificiel) et au moin 1/5 ème de celle de bloc artificiel de la carapace dont le coefficient de Hudon K d >1. La ou couche uivante doit avoir une épaieur minimale équivalente à celle de deux bloc de la couche précédente, et la mae de e bloc doit être au moin de 1/0 ème de celle de bloc de la couche précédente. Pour de enrochement de granulométrie mélangée, ou du tout-venant de carrière, le diamètre de deux couche ucceive doivent repecter la relation (8.6) appelée règle de filtre de Terzaghi : (8.6) 4d ( deou) < d ( deu) < 4d ( deou) Franchiement de talu en enrochement Le franchiement frontal d'une digue à talu et caractérié par la hauteur au deu du niveau d'eau moyen que peut atteindre l'eau de vague qui e brient ur la digue. L'étude de cette hauteur, appelée runup et notée R u 'effectue à partir du paramètre adimenionnel R u /H qui et fonction du nombre d'irribaren-battje : (8.7) Ru H. = f ( I ) = I 0 51 r r Jean Bougi - Ingénieur Coneil Opio Page 08-6 / 7

7 D'aprè la méthode propoée par Ahren et Oorchoot et préconiée par le CERC et par le LNH, dan le ca d'une houle irrégulière, le rique de franchiement frontal d'une digue à talu peut être évalué à partir de l'expreion : (8.8) 0.51 Ru ( p) ln p =. tgα 0 67 H πh / g T p dan laquelle le différent ymbole déignent repectivement : p=prob[r u >R u (p)] : la probabilité que R u oit upérieur à R u (p), R u (m) : la hauteur au deu de la urface libre atteinte par l'eau, H (m) : la hauteur ignificative de la houle, cotg a=/1 : la pente de la digue, T () : la période ignificative de la houle. T p 1.05 T () : la période de pic du pectre de la houle d'aprè Goda. Soit en introduiant la période ignificative de la houle : (8.9) Ru ( p) ln p =. tgα 0 67 H H / 17. T 0.51 Le tableau 8.5 préente le run-up et le débit de franchiement aocié à une probabilité donnée pour H S =1.5 mètre et T P =7. Le débit a été évalué avec la formule de Saville, avec α de l'ordre de 0.05 et Q 0 de l'ordre de 0.0. P R u (m) Q (m 3 //m) Tableau 8.5 : Franchiement aocié à une probabilité d'occurrence. Jean Bougi - Ingénieur Coneil Opio Page 08-7 / 7

8. Prévision des houles de tempêtes

8. Prévision des houles de tempêtes Le état de mer naturel 08 - Préviion de houle de tempête 8. Préviion de houle de tempête 8.1. Méthodologie Il n'exite pa de méthode théorique trè atifaiante pour prédire le état de mer et le houle de tempête

Plus en détail

Rock Manual Utilisation des enrochements dans les ouvrages maritimes

Rock Manual Utilisation des enrochements dans les ouvrages maritimes 1 Rock Manual Utilisation des enrochements dans les ouvrages maritimes --- Céline TRMAL DPMVN Division Ouvrages Portuaires Maritimes 03 44 92 60 83 celine.trmal@equipement.gouv.fr Plan de l exposé 2 Les

Plus en détail

Utilisation des enrochements dans les ouvrages maritimes Journée «enrochements» du CFBR CFGI CFMR - CFMS 2 février 2006

Utilisation des enrochements dans les ouvrages maritimes Journée «enrochements» du CFBR CFGI CFMR - CFMS 2 février 2006 1 Rock Manual Utilisation des dans les ouvrages maritimes --- Céline TRMAL DPMVN Division Ouvrages Portuaires Maritimes 03 44 92 60 83 celine.trmal@equipement.gouv.fr Plan de l exposé 2 Les différents

Plus en détail

TPn 2 : Pertes de charges dans une conduite de petit diamètre

TPn 2 : Pertes de charges dans une conduite de petit diamètre Cyril COUERC /03/006 Fabien FONTN Compte Rendu T Mécanique de Fluide : Tn : erte de care dan une conduite de petit diamètre IU Génie Mécanique 005/006 Univerité de ordeaux Science et Tecnoloie ae ur 5

Plus en détail

MURS SERIES 125 (L=1,25m) 125+ (L=2,50m)

MURS SERIES 125 (L=1,25m) 125+ (L=2,50m) DIMENSIONS & POIDS PROFIL EN L PROFIL EN T MURS 5+ (L=m) LONGUEUR = 5m (érie 5) ou LONGUEUR = m (érie 5+) en L ou T PAREMENT BROSSÉ AUTRES PAREMENTS SUR DEMANDE DIMENSIONS ET POIDS MODELES H H 1 B B 1

Plus en détail

6. Plages artificielles

6. Plages artificielles 6. Plages artificielles Le développement du tourisme a généré une importante croissance du besoin en terme de superficie de plages disponibles pour les activités ludiques. Sur des secteurs du littoral

Plus en détail

BRLi : NFR Indice Date Modifications Redac. Verif. Valid. Maitre d Ouvrage

BRLi : NFR Indice Date Modifications Redac. Verif. Valid. Maitre d Ouvrage Littoral SALY Page : 1/7 Echelle Format : A4 Folio : 1 21/01/13 Première diffusion BRLi : RDA BRLi : NFR BRLi : NFR Indice Date Modifications Redac. Verif. Valid. Maitre d Ouvrage Maître d Ouvrage délégué

Plus en détail

RÉSISTANCES DES RENFORCEMENTS MÉTALLIQUES DES REMBLAIS RENFORCÉS EN FONCTION DE LEUR FORME

RÉSISTANCES DES RENFORCEMENTS MÉTALLIQUES DES REMBLAIS RENFORCÉS EN FONCTION DE LEUR FORME RÉSISTANCES DES RENFORCEMENTS MÉTALLIQUES DES REMBLAIS RENFORCÉS EN FONCTION DE LEUR FORME RESISTANCES OF METALLIC REINFORCEMENTS FOR REINFORCED FILLS AS A FUNCTION OF THEIR SHAPE Michali CHIKARAS 1, Benoit

Plus en détail

Ouvrages de protection des ports

Ouvrages de protection des ports Université Hassiba-Benbouali Faculté de Génie Civil et d Architecture Département de Génie Civil INFRASTRUCTURES MARITIMES Ouvrages de protection des ports Les digues Chargée du module: Mme Z. Boutaraa

Plus en détail

XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. Poutre bi-articulée sous charge uniforme

XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. XI. Les poutres. Poutre bi-articulée sous charge uniforme Ecole Nationale Supérieure d rchitecture de Mareille S2CE1 Cour de Structure Fonction de la poutre : franchir Poutre ur 2 appui (bi-articulée) : moment fléchiant et effort tranchant lexandre de la Foye

Plus en détail

Notions sur la théorie statistique de l estimation

Notions sur la théorie statistique de l estimation Notion ur la théorie tatitique de l etimation L etimation déigne le procédé par lequel on détermine le valeur inconnue de paramètre d une population à partir de donnée d un échantillon. Pour cela, il faut

Plus en détail

Les redresseurs. I. Le redressement non commandé.

Les redresseurs. I. Le redressement non commandé. Le redreeur Nou avon vu que, la plupart du temp, l'énergie électrique était fournie par le réeau, et donc par l'intermédiaire d'une tenion inuoïdale. Or, dan de nombreue application (une bonne partie de

Plus en détail

Aménagements de cours d eau

Aménagements de cours d eau Mesures de protection des rives Eléments linéaires Eléments décomposés Murs de protection Mur de soutènement aval Mur-poids Mur plié Mur en blocs Paroi moulée Enrochements Empierrements Epis Epis en blocs

Plus en détail

Exercice 1 : Etude d un drone

Exercice 1 : Etude d un drone Terminale S Partie : Oberer. D n : JASON BOURNE Agite le onde /35 pt. On croyait tout connaître de l'hitoire de Jaon Bourne et de on paé d agent tueur malgré lui. Mai l eentiel retait à décourir. Le programme

Plus en détail

TP1: ETUDE PRATIQUE DE CIRCUITS LOGIQUES

TP1: ETUDE PRATIQUE DE CIRCUITS LOGIQUES TP1: ETUDE PRATIQUE DE CIRCUITS LOGIQUES Préentation du Banc de câblage: Zone de câblage: La barrette du haut et numérotée : Le ligne de câblage 1 à 4 ont relié au +5V interne 56 à 59, relié au GND (0V)

Plus en détail

d essai au plan incline pour déterminer les propriétés de frottement résiduel aux interfaces

d essai au plan incline pour déterminer les propriétés de frottement résiduel aux interfaces Procédure d eai au plan incline pour déterminer le propriété de frottement réiduel aux interface géoynthétique Guillaume Stoltz, D. Poulain, E. Lohea, R. Gallo, Nathalie Touze-Foltz To cite thi verion:

Plus en détail

Devoir n 3 - Le 19 septembre - 4H

Devoir n 3 - Le 19 septembre - 4H Phyique PC Dupuy de Lôme 2016-2017 Devoir Devoir n 3 - Le 19 eptembre - 4H Le calculatrice ont interdite. **** N.B. : Le candidat attachera la plu grande importance à la clarté, à la préciion et à la conciion

Plus en détail

Chapitre 6. Effort tranchant (source : Calcrete : the Concrete Centre)

Chapitre 6. Effort tranchant (source : Calcrete : the Concrete Centre) Dr. Ir. P. Boeraeve Cour de Béton Armé 6-1 Chapitre 6. Effort tranchant (ource : Calcrete : the Concrete Centre) 6.1 Rupture par effort tranchant Nou avon vu juqu à préent le comportement du béton en flexion

Plus en détail

Calcul de la taille d un échantillon

Calcul de la taille d un échantillon Calcul de la taille d un échantillon Pr. A. ILIADIS LaboratoiredePharmacocinétique U.F.R. de Pharmacie, Univerité de la Méditerranée iliadi@pharmacie.univ-mr.fr http://pharmapk.pharmacie.univ-mr.fr/ Réumé

Plus en détail

5 Phénomènes physiques et outils de dimensionnement

5 Phénomènes physiques et outils de dimensionnement 5 Phénomènes physiques et outils de dimensionnement 1 4 5 6 7 8 9 10 CETMEF 495 SOMMAIRE du Chapitre 5 5.1 Performance hydraulique...............................................................50 5.1.1

Plus en détail

Chapitre Contrôleur proportionnel (P)

Chapitre Contrôleur proportionnel (P) Chapitre 7 Contrôleur On a vu dan le chapitre précédent le différent type de ytème aini que le paramètre qui le définient. Souvent, pour de ytème ou étude, il y a quelque paramètre dont on déire améliorer,

Plus en détail

6. Distillation, Séparation, Filtration Filtration/Papier filtre, qualitatif

6. Distillation, Séparation, Filtration Filtration/Papier filtre, qualitatif 6. Ditillation, Séparation, Filtration GENERAL CATALOGUE 00/ Papier filtre qualitatif Papier filtre contitué de pâte raffinée et de linter contenant plu de 95% d'alpha celluloe. La teneur en cendre de

Plus en détail

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire Chapitre : La mécaniue ondulatoire Exercice E. On peut aocier le expreion claiue du module de la uantité de mouvement et de l énergie cinétiue au moyen de l expreion Puiue la longueur d onde de Broglie

Plus en détail

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent.

Il existe plusieurs coefficients qui permettent de mieux évaluer une distribution. Nous en examinons les principaux dans les lignes qui suivent. Le coefficient Il exite pluieur coefficient qui permettent de mieux évaluer une ditribution. Nou en examinon le principaux dan le ligne qui uivent. Le coefficient de variation (CV) Le coefficient de variation

Plus en détail

R. À N. MATHÉMATIQUES

R. À N. MATHÉMATIQUES R. À N. MATHÉMATIQUES Equation aux dienion Quelque rappel / coneil : TOUS LES CALCULS SUR LES UNITÉS SONT LES MÊMES QUE SUR LES NOMBRES! CALCULER SANS MACHINES PRENDRE LE TEMPS DE BIEN LIRE L ÉNONCÉ! SI

Plus en détail

CHAPITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS

CHAPITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS CHAITRE 11 CORRECTION DES SYSTEMES ASSERVIS Le ytème peuvent préenter une préciion inuffiante, de l intabilité, un temp de répone trop lent, un dépaement trop important, de vibration, une grande enibilité

Plus en détail

Enseignement. Stéphane Mathé et Jean-Noël Foussard. Principe. La constante de solubilité. La solubilité dans l eau pure. Les travaux pratiques.

Enseignement. Stéphane Mathé et Jean-Noël Foussard. Principe. La constante de solubilité. La solubilité dans l eau pure. Les travaux pratiques. Étude de la olubilité de l acide benzoïque dan l eau en fonction de la température et de la alinité Introduction expérimentale du coefficient d activité et de la relation de Van t Hoff Stéphane Mathé et

Plus en détail

A l origine des dates, le condensateur est totalement décharger, on ferme l interrupteur K et on mesure pour différentes date la tension Uc

A l origine des dates, le condensateur est totalement décharger, on ferme l interrupteur K et on mesure pour différentes date la tension Uc Série phyique : condenateur Exercice N 1 On charge un condenateur a l aide d un générateur de courant débitant un courant d intenité I = 0,01 ma. A l origine de date, le condenateur et totalement décharger,

Plus en détail

Protection des installations photovoltaïques contre la foudre et les surtensions

Protection des installations photovoltaïques contre la foudre et les surtensions Protection de intallation photovoltaïque NIT 7.12 Protection de intallation photovoltaïque SEV 4022 1 2 Onduleur 3 E IIE 01.01.2013 Protection de intallation photovoltaïque Protection optimale de l intallation

Plus en détail

ÉDUCATION, FORMATION ET CROISSANCE

ÉDUCATION, FORMATION ET CROISSANCE ÉDUCATION, FORMATION ET CROISSANCE CORRECTION DU PARTIEL Le 16 juillet 2017 à 0:35 Soient kt) le tock de capital phyique d une économie à l intant t, Lt) la population qui croît au taux contant n > 0,

Plus en détail

Exercice sur les tubulaires

Exercice sur les tubulaires Exercice ur le tubulaire Dominique Proudhon, IREM d Aix-Mareille dominique.proudhon@ac-aix-mareille.fr 11 Mai 211 Table de matière 1 Introduction 2 1.1 Poition du problème.....................................

Plus en détail

EPI ET SECURITE THERMIQUE

EPI ET SECURITE THERMIQUE EPI ET SECURITE THERMIQUE 1 Sommaire bilan Thermique EPI et Flux thermique pertinence de eai normatif notion d effet de doe concluion 2 Impact ur le pompier CAISSON : EPI : Q rad (Fl) Qconv ec-humide Q

Plus en détail

Surveillance de câbles. Principes techniques de base et exemples. ESN Bahngeräte GmbH

Surveillance de câbles. Principes techniques de base et exemples. ESN Bahngeräte GmbH 4402990358742002564069801245703106897025025410256975410210003069763456619874526003803063049662112023800544029903587420025640698012457031068970250254102569754102100030697634566198745260038030630496621120238005440299035874200256406980124570310689702502541

Plus en détail

Chapitre 44. Seuil de rentabilité Marge 44contributive

Chapitre 44. Seuil de rentabilité Marge 44contributive Chapitre 44 Seuil de rentabilité Marge 44contributive Chapitre 44 Table de matière Objectif évaluateur... 2 1. Définition... 3 1.1. Seuil de rentabilité ou chiffre d affaire au point mort... 3 1.2. Marge

Plus en détail

Correction du TD de rappels d analogique

Correction du TD de rappels d analogique Correction du TD de rappel d analogique Florent Nageotte 27 eptembre 2016 1 Rappel d automatique analogique 1.1 Exercice 1 Pour calculer la fonction de tranfert totale, le plu imple et d appliquer la tranformée

Plus en détail

Amélioration de la commande directe du couple

Amélioration de la commande directe du couple Chapitre III Amélioration de la commande directe du couple Introduction Améliorer le performance de la DTC claique revient urtout à maîtrier la variation de la fréquence de commutation et réduire le ondulation

Plus en détail

Machines asynchrones : éléments de correction

Machines asynchrones : éléments de correction Machine aynchrone : élément de correction I.Préentation... 1.Contitution et principe de fonctionnement....moteur ou génératrice... 3.Le gliement... II.Le chéma équivalent... 1.Mie en place pour une phae....simplification

Plus en détail

Moquettes tissées pour les mosquées Tissages axminster ou TISSAGE wilton - dossier jute ou polypro velours 80% laine et 20% nylon ou 100% LAINE

Moquettes tissées pour les mosquées Tissages axminster ou TISSAGE wilton - dossier jute ou polypro velours 80% laine et 20% nylon ou 100% LAINE Moquette tiée pour le moquée Tiage axminter ou TISSAGE wilton - doier jute ou polypro velour 80% laine et 20% nylon ou 100% LAINE Viitez notre ite pécialié : http://www.moquette-moquee.com/ Et aui : http://www.moquette-a3c.fr/moquette

Plus en détail

André THIAVILLE CNRS-Université Paris-sud, Laboratoire de physique des solides, Orsay, France. , (2), (3) avec en surface r r r r r r r r r

André THIAVILLE CNRS-Université Paris-sud, Laboratoire de physique des solides, Orsay, France. , (2), (3) avec en surface r r r r r r r r r Ecole Franco-Roumaine : Magnétime de ytème nanocopique et tructure hybride - Braov, 003 STRUCTURE EN DOMAINES DANS LES SYSTEMES DE BASSE DIMENSIONNALITE André THIAVILLE CNRS-Univerité Pari-ud, Laboratoire

Plus en détail

Réalisation d un grand aimant permanent pour l étude spectrographique des rayons β

Réalisation d un grand aimant permanent pour l étude spectrographique des rayons β Réaliation d un grand aimant permanent pour l étude pectrographique de rayon β J. Surugue To cite thi verion: J. Surugue. Réaliation d un grand aimant permanent pour l étude pectrographique de rayon β.

Plus en détail

PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE

PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE PARAMÈTRES STATISTIQUES DE BASE En analye chimique comme dan beaucoup d autre cience, le méthode tatitique ont incontournable. Le tracé de chaque droite d étalonnage en contitue une application de tou

Plus en détail

Synthèse des systèmes séquentiels synchrones

Synthèse des systèmes séquentiels synchrones Chapitre 9 Synthèe de ytème équentiel ynchrone Ce chapitre et conacré à la préentation de la méthode d'huffman-mealy pour la ynthèe de ytème équentiel ynchrone. Cette méthode permet de paer du cahier de

Plus en détail

CARACTERISTIQUES D UN ECHANGEUR :

CARACTERISTIQUES D UN ECHANGEUR : CARACTERISTIQUES De échangeurv CARACTERISTIQUES D UN ECHANGEUR : Pour l enemble de l étude, nou partiron d un échangeur alimenté à contre courant (ca le plu courant dan l indutrie. Nou prendron comme référence

Plus en détail

Guirec PREVOT Centre d'etudes Techniques Maritmes et Fluviales Division Ouvrages Portuaires Maritimes Guirec.Prevot@developpement-durable.gouv.

Guirec PREVOT Centre d'etudes Techniques Maritmes et Fluviales Division Ouvrages Portuaires Maritimes Guirec.Prevot@developpement-durable.gouv. Projet SAO POLO Stratégies d Adaptation des Ouvrages de Protection marine ou des modes d Occupation du Littoral vis-à-vis de la montée du niveau des mers et des Océans Guirec PREVOT Centre d'etudes Techniques

Plus en détail

. Comparaison d un résultat de mesure à un étalon. Validation de l exactitude d une méthode de mesure. Validation d un équipement.

. Comparaison d un résultat de mesure à un étalon. Validation de l exactitude d une méthode de mesure. Validation d un équipement. 48 III LES TESTS D EGALITE. Comparaion 'un paramètre e poition à une valeur fixe a) But u tet On veut comparer un paramètre e poition, généralement une moyenne e n meure à une valeur fixe M. Cette valeur

Plus en détail

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling IV.) la technologie électronique numérique. 4.) Introduction: Deux technologie électronique cohabitent : l'analogique et le numérique ou technologie digitale. Le numérique et plu récent, on développement

Plus en détail

Physique Statistique

Physique Statistique Phyique Statitique Chapitre 1 : Etat Quantique Stationnaire d un Sytème de Particule 1 Etat tationnaire d un ytème à particule En mécanique quantique, chaque particule et caractériée par a fonction d onde

Plus en détail

Eléments de mathématiques nécessaires en macroéconomie et en croissance

Eléments de mathématiques nécessaires en macroéconomie et en croissance Elément de mathématique néceaire en macroéconomie et en croiance Francoi Fontaine (francoi.fontaine@univ-pari1.fr) Ce polycopié n et en rien un préci de mathématique. Il n en a ni l exactitude, ni la préentation

Plus en détail

Systèmes linéaires asservis : analyse de la stabilité

Systèmes linéaires asservis : analyse de la stabilité 1 UV Cour 4 Sytème linéaire aervi : analye de la tabilité ASI 3 Contenu! Introduction " Élément d'une tructure d'aerviement! Sytème en boucle fermée "Fonction de tranfert en boucle ouverte notion de chaîne

Plus en détail

BARRES. Barres en cuivre et aluminium

BARRES. Barres en cuivre et aluminium On utilie actuellement deux métaux comme conducteur dan le tableaux électrique: le cuivre et l'aluminium. En particulier, i on veut déterminer une ditribution de puiance à l'intérieur d'un tableau électrique,

Plus en détail

mathématiques - S3 probabilités et statistiques : corrigé département Mesures Physiques - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilités élémentaires

mathématiques - S3 probabilités et statistiques : corrigé département Mesures Physiques - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilités élémentaires mathématique - S3 probabilité et tatitique : corrigé département Meure Phyique - IUT1 - Grenoble dénombrement et probabilité élémentaire 1. Le reponable de l entretien d un immeuble doit remplacer deux

Plus en détail

4 Machines simples. 4.1 Poulies. 3BC - LRSL Mécanique 18

4 Machines simples. 4.1 Poulies. 3BC - LRSL Mécanique 18 3BC - LRSL Mécanique 18 4 Macine imple Une macine imple et un dipoitif mécanique qui ert à implifier l accompliement d un travail pyique, par exemple le levage d une carge. Elle et contituée d élément

Plus en détail

Extraction des routes à partir d images LANDSAT ETM+ par contour actif

Extraction des routes à partir d images LANDSAT ETM+ par contour actif SETIT 007 4 th International Conference: Science of Electronic, Technologie of Information and Telecommunication March 5-9, 007 TUNISIA Extraction de route à partir d image LANDSAT ETM+ par contour actif

Plus en détail

Produits de Billetterie

Produits de Billetterie Produit de Billetterie 1. Quel type de Billet ont propoé au grand public? Il exite troi type de Billet diponible pour la Coupe du Monde de la FIFA 201. Billet de Match Individuel : Ce Billet ont valable

Plus en détail

Physique Statistique. Chapitre 3 Distribution de Boltzmann : distribution canonique

Physique Statistique. Chapitre 3 Distribution de Boltzmann : distribution canonique Phyique Statitique Chapitre Ditribution de Boltzmann : ditribution canonique Facteur de Boltzmann Soit un ytème S en contact thermique avec un trè gro ytème R appelé réervoir. Le ytème S a une énergie

Plus en détail

Théorie des dalles : Calcul par la méthode des bandes

Théorie des dalles : Calcul par la méthode des bandes ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE INSTITUT DE STRUCTURES LABORATOIRE DE CONSTRUCTION EN BETON Dr Olivier Buret, Aitant : S. Plumey, E. Har, D. Reaelli EXERCICES 4 ème / 6 ème SEESTRE 005 Corrigé

Plus en détail

[ ] [ ] Krigeage dual. Avantages et désavantages du krigeage dual. k F. = f. = f. k f. avec

[ ] [ ] Krigeage dual. Avantages et désavantages du krigeage dual. k F. = f. = f. k f. avec rigeage dual et rigeage avec dérive externe rigeage dual Il et intéreant de reormuler le rigeage ou une orme diérente que l on appelle rigeage dual. Conidéron le ytème de rigeage habituel ou orme matricielle

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

MODULE 1 Lecture d images; Visualisation d images. François Cavayas GEO2522 TÉLÉDÉTECTION NUMÉRIQUE

MODULE 1 Lecture d images; Visualisation d images. François Cavayas GEO2522 TÉLÉDÉTECTION NUMÉRIQUE MODULE 1 Lecture d image; Viualiation d image TÉLÉDÉTECTION Françoi Cavaya GEO2522 NUMÉRIQUE LECTURE ET VISULALISATION DES IMAGES 1. Lecture de fichier image Depui pluieur année maintenant le fournieur

Plus en détail

Amplificateur opérationnel

Amplificateur opérationnel lycée Ibn Taymia Année 009-010 PSI A.BADI Amplificateur opérationnel 8 1 5 Table de matiere 1 aractéritique 1.1 Préentation.......................................... 1. Polariation..........................................

Plus en détail

NORI Ref : version 1 - mars 2013

NORI Ref : version 1 - mars 2013 NORI Ref : 628264 verion 1 - mar 2013 Aa Vou aurez beoin de : x1 B1 x2 B2 10 Ca x1 x4 13 19 Ø3 mm 8H De Da Db x1 x1 Df x2 x1 355 x 30 x 12 mm Cc x10 415 x 30 x 12 mm Cd x8 Dd x1 Dc x1 1422 x 110 x 12 mm

Plus en détail

EFFET DE L'ECOULEMENT DE LA NAPPE SUR LA PERFORMANCE THERMIQUE DES PAROIS MOULÉES GÉOTHERMIQUES

EFFET DE L'ECOULEMENT DE LA NAPPE SUR LA PERFORMANCE THERMIQUE DES PAROIS MOULÉES GÉOTHERMIQUES EFFET DE L'ECOULEMENT DE LA NAPPE SUR LA PERFORMANCE THERMIQUE DES PAROIS MOULÉES GÉOTHERMIQUES ACCOUNTING FOR THE UNDEGROUND WATER FLOW ON THE THERMAL PERFORMANCE OF GEOTHERMAL DIAPHWAGM WALLS Dina RAMMAL

Plus en détail

Chapitre XXI : Equilibres de Solubilité/précipitation

Chapitre XXI : Equilibres de Solubilité/précipitation Chapitre XXI : Equilibre de Solubilité/précipitation Plan : ********************** I- Généralité 1- Solubilité et contante de olubilité a- Définition b- Mie en olution aqueue d un oluté moléculaire an

Plus en détail

Mouvement de rotation d un solide autour d un axe fixe

Mouvement de rotation d un solide autour d un axe fixe Mouvement de rotation d un olide autour d un axe fixe Exercice 1 : Un dique effectue 45 tour par minute. Son diamètre et d = 17 cm. 1- Calculer la fréquence du mouvement aini que la période. 2- Calculer

Plus en détail

Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames de bâtiments hospitaliers courants.

Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames de bâtiments hospitaliers courants. Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg Mémoire de soutenance de Diplôme d Ingénieur INSA Spécialité Génie Civil Etude structurelle de l impact des règles PS 92 et Eurocode 8 sur des trames

Plus en détail

Chapitre IV: Transformateur monophasé

Chapitre IV: Transformateur monophasé . réentation : Un tranformateur et un convertieur tatique, alternatif/alternatif, de l énergie électrique. l permet d adapter une ource à une charge. l et contitué de deux bobinage enroulé ur le même circuit

Plus en détail

Cours d électrochimie Pour Master 2, Option : Chimie de la Matière Condensée

Cours d électrochimie Pour Master 2, Option : Chimie de la Matière Condensée Pr. A. BENCHETTARA USTHB/Fac. CHIMIE/CPMI/LECMCM Mater 2 : MMM REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Minitère de l Eneignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Univerité de Science et

Plus en détail

1. Quel type de modulation a produit ce signal? 2. Quelle est la séquence de bits qu il représente? Exercice 2 (Modulation) Soit le signal suivant :

1. Quel type de modulation a produit ce signal? 2. Quelle est la séquence de bits qu il représente? Exercice 2 (Modulation) Soit le signal suivant : Univerité Kadi Merbah Ouargla Département d Informatique et de Technologie de l Information 1 ère mater informatique RCS et Fondamentale Module PCSD/Tec_IP Mar 2014 TD1 Couche Phyique Exercice 1 (Vitee

Plus en détail

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire Capitre : a mécaniue ondulatoire Eercice E. On peut aocier le epreion claiue du module de la uantité de mouvement et de l énergie cinétiue au moyen de l epreion p m. Puiue la longueur d onde de Broglie

Plus en détail

Il existe depuis longtemps dans nos sociétés une tendance à utiliser des sigles pour abréger des

Il existe depuis longtemps dans nos sociétés une tendance à utiliser des sigles pour abréger des ghhhf hhfhhj gbbj bghh hfhh bbb bbghhhf ;y dpi L'IDENTIFICATION DES SYMBOLES Chapitre 3 CHAPITRE 3 L IDENTIFICATION DES SYMBOLES Il exite depui longtemp dan no ociété une tendance à utilier de igle pour

Plus en détail

Les moteurs électriques industriels sont responsables pour

Les moteurs électriques industriels sont responsables pour 1 Dimenionnement d un moteur ynchrone à aimant permanent démarrant ur le réeau pour pompe immergée Juliette Soulard, Sébatien Cadeau-Belliard*, Katrin Wand* Electrical Machine and Power Electronic Royal

Plus en détail

Contrôle continu : Test N 2

Contrôle continu : Test N 2 Nom : rénom : N SCIER : Section : Contrôle continu : Tet N 2 1. EXERCICE «ORIENTATION ET LEVER OLAIRE» (27 / 70 pt) On déire contrôler l implantation d un bâtiment carré. our cela on effectue un lever

Plus en détail

STATIQUE. I) Généralité sur la Mécanique classique : 1) Définition :

STATIQUE. I) Généralité sur la Mécanique classique : 1) Définition : STTIQUE I) énéralité ur la Mécanique claique : 1) Définition : - La Mécanique claique et une cience aant pour objet l étude du mouvement de corp compte tenu de caue qui entretiennent ce mouvement, en admettant

Plus en détail

SOUS AVIS TECHNIQUE. L isolation haute performance des bardages double peau

SOUS AVIS TECHNIQUE. L isolation haute performance des bardages double peau SOUS AVIS TECHNIQUE L iolation haute performance de bardage double peau i o l a n t & y t è m e Iolation à haute performance de Iolation thermique avec plateaux plein Poteau Plateau intérieur (de forme

Plus en détail

CH IX) Relations métriques du triangle rectangle

CH IX) Relations métriques du triangle rectangle CH IX) Relation métrique du triangle rectangle I) Propriété de Pythagore : Le carré de la meure de l hypoténue d un triangle rectangle et égal à la omme de carré de meure de côté de l angle droit. 1) Démontration

Plus en détail

C orrigé Panorama 4. 4) Les segments de droite tracés pour relier les sommets homologues sont parallèles et isométriques.

C orrigé Panorama 4. 4) Les segments de droite tracés pour relier les sommets homologues sont parallèles et isométriques. C orrigé Panorama 4 1. La rotation 1) La rotation, déignée par le ymbole r et une tranformation géométrique qui aocie une figure image iométrique à une figure initiale elon un centre, un angle et un en

Plus en détail

BACCALAUREAT BLANC MATHEMATIQUES. SERIE S - obligatoire. Durée : 4 heures. Coefficient 7

BACCALAUREAT BLANC MATHEMATIQUES. SERIE S - obligatoire. Durée : 4 heures. Coefficient 7 BACCALAUREAT BLANC Février 04 - Lycée de la côtière- La Boie MATHEMATIQUES SERIE S - obligatoire Durée : 4 heure Coefficient 7 Le calculatrice électronique de poche ont autoriée conformément à la légilation

Plus en détail

REMKO ATR-6 G. Module de commande de groupes pour 1 à 30 appareils GPM avec régulation électronique de la température. Commande Technique

REMKO ATR-6 G. Module de commande de groupes pour 1 à 30 appareils GPM avec régulation électronique de la température. Commande Technique REMKO ATR-6 G Module de commande de groupe pour 1 à 30 appareil GPM avec régulation électronique de la température Commande Technique Édition F-B02 Sommaire Protection de l environnement et recyclage

Plus en détail

MERCI DE COMPLÉTER CE DOCUMENT EN LETTRES MAJUSCULES

MERCI DE COMPLÉTER CE DOCUMENT EN LETTRES MAJUSCULES RECUEIL DE VOS EXIGENCES ET DE VOS BESOINS En application de article du Code de aurance Code barre Le préent document et à remplir préalablement à la concluion d un contrat d'aurance vie ou de capitaliation

Plus en détail

WAKAME. Ref :

WAKAME. Ref : WAKAME Ref : 648620 verion 2 - décembre 2014 Vou aurez beoin de : Ø3 mm 10 13 19 Procédez à l'identification de vo pièce avant de débuter le montage. Y11 8H M3 T10 x1 Z8 x1 X2 x1 X12 x1 Q2 x1 P4 x4 1592

Plus en détail

Méthode de référence pour le contrôle à la source : Mesure des émissions de matières particulaires fines à partir de sources fixes

Méthode de référence pour le contrôle à la source : Mesure des émissions de matières particulaires fines à partir de sources fixes Méthode de référence pour le contrôle à la ource : Meure de émiion de matière particulaire fine à partir de ource fixe Source fixe Diviion de la recherche et de la meure de émiion Direction générale de

Plus en détail

Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06

Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06 CROISSANCE (CORRECTION DE LA FICHE DE TD N 2) Stéphane Adjemian Le 27 juin 2016 à 15:06 EXERCICE 1 (1) Nou avon déjà montré dan la fiche de travaux dirigé n 1 que la dynamique du tock de capital par tête

Plus en détail

e point en recherche CONDITIONS DE LOGEMENT DES IMMIGRANTS Introduction Terminologie courante Résultats

e point en recherche CONDITIONS DE LOGEMENT DES IMMIGRANTS Introduction Terminologie courante Résultats l e point en recherche études SPéCIALES SUR LES DONNéES DU RECENSEMENT DE 96 : CONDITIONS DE LOGEMENT DES IMMIGRANTS Série ocio-économique 55-3 Introduction La SCHL et reponable du uivi de condition de

Plus en détail

Emmanuel HOANG, Gilles FELD Ecole Normale Supérieure de Cachan, département E.E.A. ;

Emmanuel HOANG, Gilles FELD Ecole Normale Supérieure de Cachan, département E.E.A. ; Etude du couple dan le machine ynchrone. Où ont le champ tournant? Emmanuel HOANG, Gille FELD Ecole Normale Supérieure de Cachan, département E.E.A. hoang@atie.en-cachan.fr ; feld@eea.en-cachan.fr Réumé

Plus en détail

RAPPORT UIT-R SA Moyens permettant de calculer les caractéristiques statistiques de visibilité des satellites en orbite basse

RAPPORT UIT-R SA Moyens permettant de calculer les caractéristiques statistiques de visibilité des satellites en orbite basse Rap. UIT-R SA.066 1 RAPPORT UIT-R SA.066 Moyen permettant de calculer le caractéritique tatitique de viibilité de atellite en orbite bae (006) TABLE DES MATIÈRES Page 1 Introduction... Pourcentage de temp

Plus en détail

STT-4600 STT-6220 CHAPITRE 2 Section 2.2 Échantillonnage probabiliste.

STT-4600 STT-6220 CHAPITRE 2 Section 2.2 Échantillonnage probabiliste. STT-4600 STT-60 CHAPITRE Section. Échantillonnage probabilite. Un plan de ondage aléatoire et une fonction de probabilité définie dan l enemble de ouenemble de la population U. Définir un plan de ondage

Plus en détail

Filtrage des signaux déterministes à temps continu

Filtrage des signaux déterministes à temps continu Chapitre 3 : La tormée de Laplace Filtrage de ignaux déterminite à temp continu I. Introduction En électronique, on a beoin de traiter de ignaux provenant de diérente ource (capteur de température, ignaux

Plus en détail

Convention pour la prise en charge financière du parcours VAE

Convention pour la prise en charge financière du parcours VAE Convention pour la prie en charge financière du parcour VAE Pretation d accompagnement à la VAE ENTRE : La Région Picardie, domiciliée en l'hôtel de Région, 15 mail Albert 1er, 80026 Amien cedex, ci-aprè

Plus en détail

Table des matières. 01 Les circuits. 02 Les hébergements. 03 Les services. 04 L information

Table des matières. 01 Les circuits. 02 Les hébergements. 03 Les services. 04 L information le référentiel Référentiel Table de matière préalable... 3 objectif... 3 quel ont le territoire concerné?... 3 qui omme-nou?... 4 préentation du référentiel... 4 01 Le circuit 1 - nombre de circuit ur

Plus en détail

Chapitre 4. Cours de physique appliquée -I- PRESENTATION Utilisation Constitution Conventions

Chapitre 4. Cours de physique appliquée -I- PRESENTATION Utilisation Constitution Conventions Cour de phyique appliquée Chapitre 4 LE TRANFORMATER MONOPHAE -- PREENTATON -- tiliation - obtention de trè bae tenion - iolation galvanique de deux circuit - production de fort courant ou faible tenion

Plus en détail

Suite de cours 11. Figure III.16. Schéma de principe avec couplage direct. est bloqué, le condensateur C se charge par R

Suite de cours 11. Figure III.16. Schéma de principe avec couplage direct. est bloqué, le condensateur C se charge par R Suite de cour cour e chéma de commande, comme le ignaux fourni ont trè varié et dépendent du type de convertieur. Il ont claé uivant: - la forme du courant: commande en courant continu ou par impulion;

Plus en détail

Simulation des propriétés thermodynamiques du fluide R134a

Simulation des propriétés thermodynamiques du fluide R134a Revue de Energie Renouvelable Vol. 10 N 1 (007) 101 108 Simulation de propriété thermodynamique du fluide R1a D. Diaf et A. Malek Diviion Energie Solaire Photovoltaïque Centre de Développement de Energie

Plus en détail

Printed in Germany Postfach D Regensburg Téléphone: Téléfax: Télex: 65881

Printed in Germany Postfach D Regensburg Téléphone: Téléfax: Télex: 65881 BA B03/02 fr - 1197/500 Machinenfabrik Reinhauen GmbH Printed in Germany Potfach 12 03 60 D-93025 Regenburg Téléphone: +49 9 41 40 90-0 Téléfax: +49 9 41 40 90-1 11 Télex: 65881 REGULATEUR DE TENSION ELECTRONIQUE

Plus en détail

Les codes convolutifs

Les codes convolutifs Codae de canal et turbo-code 3// / Le code convolutif Table de matière Table de matière... Table de fiure.... Introduction.... Structure de code convolutif..... Code convolutif de rendement /n..... Code

Plus en détail

Renforcement de sols compressibles par inclusions rigides :

Renforcement de sols compressibles par inclusions rigides : Renforcement de ol compreible par incluion rigide : dipoitif pour la modéliation en centrifugeue d une maille élémentaire Gaëlle Baudouin, Luc Thorel, Gérard Rault, Jacque Garnier Laboratoire de Pont et

Plus en détail

Ouvrages de protection contre la houle

Ouvrages de protection contre la houle Ouvrages de protection contre la houle par Daniel CAMINADE Ingénieur civil des Ponts et Chaussées. Docteur en Génie civil Maître de conférences et Responsable de la Maîtrise de Génie civil à l Université

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION 2017

LIVRET D INFORMATION 2017 LIVRET D INFORMATION 2017 nouvelle aquitaine Vou trouverez dan ce document une préentation uccincte de no différente miion mie au ervice de votre évolution profeionnelle, aini que de condition de prie

Plus en détail

Panneaux coupe feu TRIMOTERM GAMME DE PRODUIT

Panneaux coupe feu TRIMOTERM GAMME DE PRODUIT Panneaux coupe feu TRIMOTERM GAMME DE PRODUIT Panneaux de façade coupe feu TRIMOTERM Trimoterm FTV EN 149 Le panneaux Trimoterm FTV utilient pour la réaliation de façade, de paroi de éparation et de plafond,

Plus en détail

Réponses : les protéines

Réponses : les protéines épone : le protéine e répone ne ont pa de corrigé type : elle ont de indication pour formuler de répone correcte. Enoncé 1 - Donnez la définition d'un acide α-aminé et un exemple. Le aminoacide ont de

Plus en détail

Phénomène de séparation pour l équation de Prandtl stationnaire

Phénomène de séparation pour l équation de Prandtl stationnaire Phénomène de éparation pour l équation de Prandtl tationnaire Anne-Laure Dalibard Nader Mamoudi 5 novembre 215 Réumé Cet article et le réumé d un expoé donné au éminaire Laurent Schwartz en décembre 214.

Plus en détail