PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS"

Transcription

1 PNF-02-P EUTHANASIE DES POISSONS Justification : Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne qui effectue l euthanasie de poissons dans le cadre d études sur le terrain ou en laboratoire. Autorité : Les personnes (étudiants, techniciens, biologistes, chercheurs) effectueront l euthanasie des poissons sous la supervision directe ou indirecte du chercheur, de l auxiliaire de recherche ou du chargé de projet. Formation préalable des opérateurs : Bonne connaissance de : l anatomie, de la physiologie, du comportement et des besoins de l espèce visée méthodes de contention physiques et chimiques si nécessaire de l'action et des règlements associés aux produits utilisés pour la contention chimique (anesthésiologie/pharmalogie/règlements sur les produits contrôlés). la manipulation des poissons vivants santé et sécurité : o Prévention des blessures o Notions de biosécurité (prévention des morsures/blessures, zoonoses, désinfection et asepsie) o Si applicable (travaux sur le terrain) : formation sur les risques inhérents au travail en mer (navire/petites embarcations) o Si applicable : SIMDUT Principe directeur du CCPA: [ ] On doit disposer des connaissances et du matériel permettant la mise en œuvre d une technique appropriée pour l espèce concernée. On doit également tenter de choisir les techniques qui interfèrent le moins possible sur la nécropsie ou sur l analyse subséquente (CCPA, lignes directrices sur le soin et l utilisation des animaux sauvages, # 43). Autres principes directeurs du CCPA concernant le soin et l utilisation des animaux sauvages Principes directeurs généraux : # 1, 2, 3, 6, 10, 11 et 12 Principes directeurs spécifiques : # 43, 44 Autres principes directeurs du CCPA concernant le soin et l utilisation des poissons en recherche, en enseignement et dans les tests. Principes directeurs généraux : # 1, 2, 3, 4, 5, Principes directeurs spécifiques : # 112 et 113

2 Notes sur les méthodes d euthanasie Le but de cette procédure est de s assurer que la mise à mort des poissons, pour quelque raison que ce soit, sera effectuée de façon la plus décente et la plus respectueuse possible pour le poisson. Toutes les méthodes d euthanasie utilisées doivent résulter en une perte de conscience rapide et irréversible qui durera jusqu à la mort. Tout le personnel affecté à ces opérations doit savoir comment euthanasier un poisson de façon la plus humaine possible. La manipulation des poissons doit se faire de façon respectueuse et sans causer de stress. Les difficultés propres au travail de terrain ne réduisent en rien l obligation éthique de la personne responsable à réduire autant que possible la douleur et la détresse éprouvée par l animal au moment de l euthanasie. L un des principaux critères d acceptation d une méthode d euthanasie du point de vue éthique est l inhibition précoce du système nerveux central, qui assure une insensibilité immédiate à la douleur, et doit être suivi d un arrêt cardiaque et respiratoire. Méthodes d euthanasie acceptées 1- Surdose d anesthésique 2- Coup sur la tête (hémorragie cérébrale) suivi de la décapitation 3- Section de la moelle épinière ou décapitation ou décérébration 4- Congélation immédiate pour les très jeunes stades Une anesthésie préalable à la section de la moelle épinière demeure la méthode la plus rapide et la moins susceptible d engendrer un stress inutile. Les méthodes physiques permettent une action rapide avec un niveau de stress réduit. Elles représentent une solution pratique lorsqu il faut euthanasier des poissons de tailles diverses sur le terrain et elles évitent l introduction de substances dans la chaîne alimentaire ou l environnement. Matériel PNF-03 : nettoyage et désinfection du matériel et le matériel qui s y rapporte PNF-04 : manipulation et contention et le matériel qui s y rapporte PNF-05 : collecte et disposition des poissons morts et le matériel qui s y rapporte PNF-01 : anesthésie d un poisson et le matériel qui s y rapporte si nécessaire Puise ou filet sans nœud adapté à la taille des individus manipulés Surface de travail propre et non abrasive Bac de transport aux parois lisses et sans danger d abrasion pour le poisson si le transfert du poisson de son milieu de prélèvement jusqu au bassin d anesthésie ou surface de travail prend plus de 30 secondes

3 Chronomètre (si nécessaire) Vêtements et matériel de protection Papiers essuie-tout Savon désinfectant Selon la méthode appliquée : o Anesthésiant et bassin d anesthésie aux parois lisses et sans danger d abrasion pour le poisson, équipé d un système de bullage et d un système de maintien de température. o Scalpel ou couteau bien aiguisé o Ciseaux o Gourdin Note : les gants et les vêtements de protection doivent être portés en tout temps durant l euthanasie des poissons ainsi que les lunettes protectrices si des produits chimiques sont utilisés. 1) Surdose d anesthésiant Nettoyer et désinfecter les bassins et le matériel qui seront utilisés (PNF-03) (si nécessaire dans le cadre de l expérience) Déterminer en fonction de l espèce, de la taille et de la condition du poisson la dose d anesthésiant nécessaire pour engendrer une mort rapide et sans douleur. Espèce Produit utilisé Concentration Ex. poisson TMS TM 200 ppm Préparer le bassin d anesthésie et s assurer que les paramètres de l eau (température, salinité et oxygène dissous) sont similaires à ceux du milieu d où provient le poisson (bassin d élevage ou milieu naturel) et que ces derniers sont stables. Si un bac de transport est utilisé pour transporter le poisson jusqu au bassin d anesthésie, s assurer que les paramètres de l eau sont similaires à ceux du milieu d où provient le poisson (bassin d élevage, milieu naturel) Si possible, mettre à jeun les poissons 18 à 72 heures avant l euthanasie Lire et s assurer de comprendre tous les PNF utilisés pour cette manipulation principalement le PNF-01sur l anesthésie des poissons. S assurer que tout le matériel est prêt

4 Procédure Appliquer le protocole d anesthésie (PNF 01) en appliquant la dose létale en une seule fois Le poisson est gardé dans le bassin d anesthésie jusqu à l arrêt du mouvement des opercules (arrêt respiratoire). Si nécessaire, notez le temps minimal requis pour affiner la méthode ainsi que l espèce, les paramètres de l eau et les produits utilisés. S il s agit d un protocole nouveau, faire des essais sur un petit nombre d individus auparavant. Le poisson est sorti du bassin d anesthésie et une des méthodes physiques décrites ciaprès est appliquée (coup sur la tête et décérébration, section de la moelle épinière, décapitation, exsanguination). Si, pour des raisons expérimentales, aucune méthode physique ne peut être appliquée, arrêter le système d oxygénation (bullage) du bassin d anesthésie et laisser le poisson dans le bassin d anesthésie pendant au moins 5 minutes après l arrêt de la respiration. Disposer des carcasses (PNF-05) Nettoyer et désinfecter les surfaces et le matériel ayant servi à l euthanasie (PNF-03) Se laver les mains Disposition du matériel à usage unique et des produits réglementés : Doit être effectué selon les règlements en vigueur à l UQAR. Les produits pharmaceutiques périmés doivent être récupérés et éliminés dans des contenants spécialement prévus à cet effet et selon les normes en vigueur à l UQAR 2) Coup sur la tête (traumatisme crânien) Avant d appliquer cette méthode, on doit s assurer qu elle peut être appliquée avec facilité et succès sur l espèce à euthanasier. Cette méthode est acceptable dans la mesure où la mort du poisson est provoquée par un seul coup sur le crâne afin de minimiser la souffrance et la détresse et si elle est suivie d une décérébration. Si pour certaines raisons, un doute survient quant à la réussite de cette technique, il faut utiliser une méthode alternative. Nettoyer et désinfecter le matériel utilisé (PNF 03) Lire et s assurer de comprendre tous les PNF utilisés pour cette manipulation S assurer que tout le matériel nécessaire est prêt

5 Procédure Appliquer le protocole de contention physique et chimique si nécessaire (PNF 04) Sortir le poisson de l eau et le maintenir fermement par la queue ou à l aide d un filet sans nœud Assener immédiatement un coup dur et franc à la tête. Le coup doit être porté sur le dessus de la tête entre les deux yeux (sauf pour les poissons plats). Le coup doit être sec et rapide et assez puissant pour produire une hémorragie cérébrale. Détruire physiquement le cerveau ou décérébrer le poisson pour s assurer de l arrêt des fonctions cérébrales de manière définitive. Disposer des carcasses (PNF-05) Nettoyer et désinfecter les surfaces et le matériel ayant servi à l euthanasie (PNF-03) Se laver les mains 3) Section de la moelle épinière ou décapitation Le poisson doit être anesthésié ou assommé avant d effectuer cette méthode d euthanasie. Cette méthode s applique à des petits poissons. Procédure Nettoyer et désinfecter les bassins et le matériel qui seront utilisés (PNF-03) (si nécessaire dans le cadre de l expérience) Préparer un bassin d anesthésie et s assurer que les paramètres de l eau (température, salinité et oxygène dissout) sont similaires à ceux du milieu d où provient le poisson (bassin d élevage, milieu naturel) et que ces derniers sont stables. Si un bac de transport est utilisé pour transporter le poisson jusqu au bac d anesthésie ou surface de travail, s assurer que les paramètres de l eau sont similaires à celles du milieu d où provient le poisson (bassin d élevage, milieu naturel). Lire et s assurer de comprendre tous les PNF utilisés pour cette manipulation S assurer que tout le matériel est prêt Une fois le poisson anesthésié ou assommé, sectionner d un seul coup la moelle épinière en arrière de la tête à l aide d un scalpel ou d un couteau. L incision se fait à la jonction du crâne et de la première vertèbre cervicale. Dans le cas d une décapitation, la tête du poisson est complètement détachée du corps. Disposer des carcasses (PNF-05)

6 Nettoyer et désinfecter les surfaces et le matériel ayant servi à l euthanasie (PNF-03) Se laver les mains avec un désinfectant 4) Congélation immédiate pour de très jeunes stades de développement À utiliser uniquement pour de très petits organismes et pour des stades de développement pour lesquels il est impossible de mesurer le niveau de stress (par ex. larves de plies) ou de mesurer l effet physiologique d un anesthésique. Procédure S assurer que tout le matériel est prêt Utiliser de l azote liquide pour une congélation la plus rapide possible Prélever les larves à l aide d une pipette dans les bassins d élevage et placer dans un contenant propre Prélever les larves une à une avec une pipette Pasteur et les transférer dans de l eau salée stérile à la température du milieu d élevage pour rinçage des larves Transférer les larves au fond d un tube à cryocongélation avec un peu d eau Plonger le tube à cryocongélation dans un contenant d azote liquide avec dispositif de récupération des échantillons adéquat Se laver les mains avec un désinfectant Approuvées par la résolution UQAR-CPA du 17 avril 2008 Modifiée par la résolution UQAR-CPA du 20 février 2014

PNF-04-P CONTENTION ET MANIPULATION DES POISSONS

PNF-04-P CONTENTION ET MANIPULATION DES POISSONS PNF-04-P CONTENTION ET MANIPULATION DES POISSONS Justification Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne (= opérateur) qui maîtrise physiquement ou chimiquement des

Plus en détail

PNF-01-P ANESTHÉSIE DES POISSONS

PNF-01-P ANESTHÉSIE DES POISSONS PNF-01-P ANESTHÉSIE DES POISSONS Justification Cette procédure normalisée de fonctionnement doit être connue de toute personne (= opérateur) qui anesthésie des poissons dans le cadre d études sur le terrain

Plus en détail

5.0 Mensuration et pesée des poissons à nageoires. NB : Le genre masculin est utilisé comme générique à seule fin d'alléger le texte.

5.0 Mensuration et pesée des poissons à nageoires. NB : Le genre masculin est utilisé comme générique à seule fin d'alléger le texte. 5.0 Mensuration et pesée des poissons à nageoires NB : Le genre masculin est utilisé comme générique à seule fin d'alléger le texte. 5.1 Introduction Ce modèle est destiné aux personnes chargées de former

Plus en détail

Création de cours. Responsable et Personne de contact : Jean-Paul Dehoux

Création de cours. Responsable et Personne de contact : Jean-Paul Dehoux Création de cours Partie 1 : Données d identification Nom de la faculté : Faculté de médecine N du dossier : 7.18 Classification : A. Organe chargé de l élaboration de la proposition Organe : Faculté de

Plus en détail

Un cadre éthique et pratique pour le soin et l utilisation des poissons

Un cadre éthique et pratique pour le soin et l utilisation des poissons Un cadre éthique et pratique pour le soin et l utilisation des poissons Dr. Jean-Guy Godin Chancellor s Professor Department of Biology Carleton University Ottawa, Ontario Principes de base Les poissons

Plus en détail

Les oiseaux migrateurs en recherche

Les oiseaux migrateurs en recherche Les oiseaux migrateurs en recherche Formation des utilisateurs d animaux Dernière mise à jour : Avril 2008 Objectifs du module Fournir une introduction aux considérations juridiques, éthiques et de sécurité

Plus en détail

(conformément à l article 9, paragraphe 3 de la Convention, cette Recommandation est entrée en vigueur le 5 juin 2006)

(conformément à l article 9, paragraphe 3 de la Convention, cette Recommandation est entrée en vigueur le 5 juin 2006) COMITÉ PERMANENT DE LA CONVENTION EUROPÉENNESUR LA PROTECTION DES ANIMAUX DANS LES ÉLEVAGES (T-AP) RECOMMANDATION CONCERNANT LES POISSONS D'ELEVAGE adoptée par le Comité Permanent le 5 décembre 2005 (conformément

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche.

Vous ne tirerez aucun avantage financier de votre participation au programme de recherche. EXEMPLE D INFORMATION RELATIVE AU CONSENTEMENT PROGRAMME DE RECHERCHE VISANT À OBTENIR DES LIGNÉES DE CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES HUMAINES À PARTIR D EMBRYONS CRYOPRÉSERVÉS La présente invitation à

Plus en détail

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Procédure d urgence pour bris de réfrigérateurs et congélateurs. 4.1.004 Version f1.

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Procédure d urgence pour bris de réfrigérateurs et congélateurs. 4.1.004 Version f1. Numéro de PNF: Remplace: SOP #4.1.004 version f1.0 Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Procédure d urgence pour bris de réfrigérateurs et congélateurs Objet: 4.1.004 Version f1.0 Procédure d

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Page : 1 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 0. Laboratoire PMO Rue de la belle croix 62240 Desvres

Page : 1 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 0. Laboratoire PMO Rue de la belle croix 62240 Desvres Page : 1 SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Nom commercial : 1.2. Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Désignation commerciale : KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Date de création : 29/02/2000 Date de révision : 01/04/2005 FICHE DE DONNEES DE SECURITE

Plus en détail

Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur

Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur SNC2D/SNC2P Réactions chimiques/réactions chimiques Démonstration par l enseignante ou l enseignant/activité par les élèves Le chou rouge comme indicateur Sujets propriétés des acides et des bases échelle

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino.

DOMINO 1,rue de la Faltans Z.I. SUD 25220 ROCHE LES BEAUPRE tel/fax : 03 81 88 02 48 mobile : 06 71 28 85 26 e mail : domino@domino. FICHE DE DONNEES DE SECURITE Selon 91/155/CEE 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Nom du produit : EAU DE CUIVRE BLEUE Version 3 du 12/01/2010 Utilisation : détergent

Plus en détail

Préparation du matériel propre pour les pièces d hébergement

Préparation du matériel propre pour les pièces d hébergement Livret Animalier 1 Préparation du matériel propre pour les pièces d hébergement Réception du matériel sale : Cages : - vider et rincer les cages sales et les disposer dans la machine à laver - sortir les

Plus en détail

Page : 1 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 2. Rue de la belle croix 62240 Desvres

Page : 1 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 2. Rue de la belle croix 62240 Desvres Page : 1 SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Nom commercial : 1.2. Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES

BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES BON ETAT DES TOISONS POUR DES VIANDES SURES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Editeur responsable: Gil Houins Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire WTC III 21

Plus en détail

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance

Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Rapport d hygiène pour le département du service d ambulance Dans le cadre des exigences de qualité posées, l on aimerait savoir dans quelle mesure le nettoyage et la désinfection des ambulances suffisent

Plus en détail

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

Transport sur la route

Transport sur la route Transport sur la route Dans un camion ou un fourgon, il faut garder le poisson et les produits du poisson au froid et éviter la contamination, pendant toute la période de la livraison aux clients. Suivez

Plus en détail

maison-et-compagnie.com

maison-et-compagnie.com FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Nom de la préparation : CREME NETTOYANTE PLAQUES VITROCERAMIQUES ET INDUCTIONS 1 IDENTIFICATION DE LA PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ Nom du produit : CREME NETTOYANTE PLAQUES

Plus en détail

Page : 1 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 3. Rue de la belle croix 62240 Desvres

Page : 1 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Edition révisée n : 3. Rue de la belle croix 62240 Desvres Page : 1 SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1. Identificateur de produit Nom commercial : 1.2. Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du

Plus en détail

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE

ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE ASPIRATION DES SÉCRÉTIONS PAR LA CANULE TRACHÉALE DÉFINITION L aspiration des sécrétions trachéales consiste à aspirer les sécrétions à l aide d un cathéter dans la canule trachéale. BUTS Dégager les voies

Plus en détail

Sergeant s Pretect Brouillard Anti Puces Domestique 70106 Page 1 de 5

Sergeant s Pretect Brouillard Anti Puces Domestique 70106 Page 1 de 5 70106 Page 1 de 5 Section I. Identification et utilisation du produit Nom du produit # d homologation. 26502 Utilisation Insecticide Fournisseur Rolf C. Hagen Inc., 20 500 Aut. Transcanadienne, Baie d

Plus en détail

Point limite éthique ou obligation d intervenir

Point limite éthique ou obligation d intervenir Atelier national 2015 du CCPA Point limite éthique ou obligation d intervenir Christian Demers Coordonnateur CIPA CRCHUM 30 mai 2015 Montréal, QC Lignes directrices du CCPA La déclaration de principes

Plus en détail

Fiche d information sur le mercure

Fiche d information sur le mercure Fiche de sécurité chimique # 18 Fiche d information sur le mercure Le mercure (Hg, CAS [7439-97-6]) est le seul métal à l état liquide à température pièce. Il est très dense, très mobile, modérément volatil,

Plus en détail

FICHE de DONNEES de SECURITE

FICHE de DONNEES de SECURITE Page: 1/5 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE. Nom du produit: Présentation: BOSTIK ENDUIT D'IMPERMEABILISATION Plusieurs couleurs disponibles. Code du produit: 125339 Fournisseur: Nom: Adresse:

Plus en détail

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE INTRODUCTION La réhabilitation respiratoire est un programme personnalisé de prise en charge, dispensé aux patients atteints d une maladie respiratoire chronique, par

Plus en détail

DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE

DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE N 15012*02 DEMANDE D APPROBATION D UNE FORMATION RELATIVE À L EXPÉRIMENTATION ANIMALE ARTICLE R. 214-130 DU CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME ARRÊTÉ DU 1ER FÉVRIER 2013 RELATIF À L ACQUISITION ET À LA

Plus en détail

Réflexions personnelles sur ce que devrait être un programme de surveillance post-approbation

Réflexions personnelles sur ce que devrait être un programme de surveillance post-approbation Réflexions personnelles sur ce que devrait être un programme de surveillance post-approbation Pierre Lachapelle, PhD Université McGill et Centre de recherche de l Hôpital de Montréal pour enfants. DÉFINITION

Plus en détail

Procédé de Nettoyage en Profondeur Microclean

Procédé de Nettoyage en Profondeur Microclean C.difficile, un problème de nettoyage Nouveau Procédé de Nettoyage en Profondeur Vert surpasse la désinfection en éliminant physiquement les super bactéries PCS est fière de vous présenter le Procédé de

Plus en détail

Date : 08 juillet 2013. Date : 1 octobre 2015. Date : 2 octobre 2015. Version 3. Généralités

Date : 08 juillet 2013. Date : 1 octobre 2015. Date : 2 octobre 2015. Version 3. Généralités Direction des services vétérinaires Procédure normalisée de fonctionnement Objet : Administrations et injections chez le chien Numéro : AD-7 Portée : Ceci est une directive de la Direction des services

Plus en détail

E-IV-2.3V1 : PROCEDURE PARTICULIERE RELATIVE AUX PRELEVEMENTS DES EAUX DE PISCINES EN VUE DE LEURS ANALYSES BACTERIOLOGIQUES ET CHIMIQUES

E-IV-2.3V1 : PROCEDURE PARTICULIERE RELATIVE AUX PRELEVEMENTS DES EAUX DE PISCINES EN VUE DE LEURS ANALYSES BACTERIOLOGIQUES ET CHIMIQUES E-IV-2.3V1 : PROCEDURE PARTICULIERE RELATIVE AUX PRELEVEMENTS DES EAUX DE PISCINES EN VUE DE LEURS ANALYSES BACTERIOLOGIQUES ET CHIMIQUES 1. Objet Cette procédure a pour objet d expliciter les modalités

Plus en détail

Légionelles (circuit fermé)

Légionelles (circuit fermé) Légionelles (circuit fermé) 1. Problématique - La mise en évidence de légionelles dans un système de canalisations signifie que le système complet est contaminé. Arrière-plan : Les légionelles se multiplient

Plus en détail

Tout savoir sur : L utilisation de votre flaconnage

Tout savoir sur : L utilisation de votre flaconnage Tout savoir sur : L utilisation de votre flaconnage Sommaire Instructions pour l utilisation de votre flaconnage... 3 Recommandations générales sur les prélèvements... 7 Le protocole de cerclage des glacières...

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

Chlorure de sodium (NaCl)

Chlorure de sodium (NaCl) Fiche de données de sécurité pour Chlorure de sodium (NaCl) Dans le cadre d une information la plus complète possible aux clients, nous avons réalisé, à titre volontaire, une fiche de données de sécurité

Plus en détail

La sécurité au Laboratoire

La sécurité au Laboratoire La sécurité au Laboratoire Symboles de danger Dans notre environnement de travail de chimiste, nous aurons souvent sous les yeux, diverses informations de sécurité sous forme de symboles, d avertissement,

Plus en détail

FICHE SIGNALÉTIQUE. Fluval Trousse de nettoyage de lentilles A3969 Page 1 de 5. Famille chimique. Utilisations

FICHE SIGNALÉTIQUE. Fluval Trousse de nettoyage de lentilles A3969 Page 1 de 5. Famille chimique. Utilisations Page 1 de 5 Section I. Identification et utilisation du produit Nom du produit Trousse de nettoyage de Formule chimique Famille chimique Utilisations Section II. Composition et information sur les composants

Plus en détail

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites structures Circuits et locaux, approche économique Circuit: «La marche en avant» Utilisation Distribution Pré-désinfection Stockage Nettoyage-désinfection

Plus en détail

Fiche de données de sécurité (91/155/CEE)

Fiche de données de sécurité (91/155/CEE) 1.Identification du produit et de la compagnie 1.1 Nom du Produit: Uniglue 1.2 Constructeur / Fournisseur Compagnie: egger Otoplastik+Labortechnik GmbH Aybühlweg 59 87439 Kempten Téléphone: + 49 8 31 5

Plus en détail

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous :

Quatre principaux facteurs qui peuvent faire varier l oxygène dissous : L oxygène dissous Pourquoi l'oxygène dissous est-il important? L air que nous respirons contient de l oxygène (O 2 ), c est bien connu. Il y en a aussi dans les cours d eau, suite au contact entre l air

Plus en détail

Processus d analyse de risques

Processus d analyse de risques Processus d analyse de risques Tel que le rapporte la Loi sur la Santé et la Sécurité du Travail, tout travailleur doit «participer à l'identification et à l'élimination des risques d'accidents du travail

Plus en détail

5316 Assistance à la personne en établissement de santé. Fiches descriptives

5316 Assistance à la personne en établissement de santé. Fiches descriptives Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5316 Assistance à la personne en établissement de santé Fiches descriptives Reconnaissance

Plus en détail

PROCÉDURE VISANT LA CERTIFICATION ÉTHIQUE DES TRAVAUX

PROCÉDURE VISANT LA CERTIFICATION ÉTHIQUE DES TRAVAUX PROCÉDURE VISANT LA CERTIFICATION ÉTHIQUE DES TRAVAUX DE RECHERCHE IMPLIQUANT DES ANIMAUX ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE DE DIRECTION LE 20 DÉCEMBRE 2005 MODIFIÉE PAR L ASSEMBLÉE DE DIRECTION LE 3 JUIN 2008 ET

Plus en détail

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta La relation homme animal peut ainsi être définie comme le degré de proximité ou de distance entre l animal et l homme, c est-à-dire la perception mutuelle qui

Plus en détail

THÉORIE TRONC COMMUN JUIN 2012

THÉORIE TRONC COMMUN JUIN 2012 THÉORIE TRONC COMMUN JUIN 2012 Table des matières 1. L éthique en expérimentation animale... 3 1.1 Généralités... 3 1.2 Conseil canadien de protection des animaux... 4 1.3 Comité de protection des animaux...

Plus en détail

Effets des hormones sur la glycémie du rat

Effets des hormones sur la glycémie du rat UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Effets des hormones sur la glycémie du rat . La glycémie est une

Plus en détail

Fiche de données de Sécurité conforme à la direktive (EU) Nr. 453/2010

Fiche de données de Sécurité conforme à la direktive (EU) Nr. 453/2010 Section 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise 1.1 Identificateur de produit PAVAROOf-K 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations

Plus en détail

Mise en garde... 3. Instructions importantes relatives à la sécurité... 4. Liste des pièces détachées... 8. Instructions de montage...

Mise en garde... 3. Instructions importantes relatives à la sécurité... 4. Liste des pièces détachées... 8. Instructions de montage... Sommaire Mise en garde.................................. 3 Instructions importantes relatives à la sécurité......... 4 Liste des pièces détachées......................... 8 Instructions de montage..........................

Plus en détail

À RETENIR ÉCHANTILLONNAGE À L AIDE D UNE TARIÈRE/CAROTTIER. Méthode

À RETENIR ÉCHANTILLONNAGE À L AIDE D UNE TARIÈRE/CAROTTIER. Méthode Échantillonnage de sol pour la recherche de résidus vierge, crayons taillés, stylos, étiquettes, gomme, feutres marqueurs indélébiles, chaîne d arpenteur, règle de 25 cm, canif, bocaux propres en verre

Plus en détail

LA PERTE DE CONSCIENCE

LA PERTE DE CONSCIENCE CES QUELQUES NOTIONS PEUVENT SAUVER DES VIES. PENSEZ Y SV D URGENCES Pompiers et service médical urgent : 100 Police : 101 L'HEMORRAGIE Comment reconnaître une hémorragie? Le sang s'écoule abondamment

Plus en détail

Fiche technique relative à l entretien manuel de la vaisselle

Fiche technique relative à l entretien manuel de la vaisselle Fiche technique relative à l entretien manuel de la OBJECTIF : Mettre en œuvre une technique de lavage de la en respectant le mode opératoire. N OPERATIONS MATERIELS ET PRODUITS 1 ORGANISATION lavette

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES)

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) Annexe I - MODÈLE DE DOCUMENTATION EXIGÉE PAR LE MANUEL D INSPECTION DES ÉTABLISSEMENTS DE PRODUITS DE L ÉRABLE (MIÉPÉ) PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) NOM DE L ÉTABLISSEMENT D ÉRABLIÈRE : NUMÉRO

Plus en détail

Conseil canadien de protection des animaux

Conseil canadien de protection des animaux Conseil canadien de protection des animaux Données sur l utilisation des animaux Gilles Demers Directeur des évaluations Atelier du CCPA 13 juin 2014 Aperçu But des données sur l utilisation des animaux

Plus en détail

FICHE DE DONNÈES DE SÉCURITÉ. Code produit : CIRE 213 Version : 1 date : 20/05/2007

FICHE DE DONNÈES DE SÉCURITÉ. Code produit : CIRE 213 Version : 1 date : 20/05/2007 Produit CIRE 213 page : 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIÉTÉ Nom du Produit : CIRE 213 Nom : Bibliothèque nationale de France Adresse : Château de Sablé 72300 Sablé sur Sarthe Téléphone :

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Chapitre 12 Pratiques de sécurité standard dans le laboratoire de microbiologie

Chapitre 12 Pratiques de sécurité standard dans le laboratoire de microbiologie Chapitre 12 Pratiques de sécurité standard dans le laboratoire de microbiologie Le personnel de laboratoire travaillant en contact avec des agents infectieux peut contracter des infections par le biais

Plus en détail

Physical Security at Tumour Bank Facilities SOP #4.1.001. 4.1.001 Version F1.0. Catégorie. Peter Geary

Physical Security at Tumour Bank Facilities SOP #4.1.001. 4.1.001 Version F1.0. Catégorie. Peter Geary Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Mesures de sécurité physiques aux installations des banques de tumeurs Numéro de PNF: Remplace: FS 002.001 Objet: 4.1.001 Version F1.0 Mesures de sécurité

Plus en détail

PROTOCOLE ALLAITEMENT

PROTOCOLE ALLAITEMENT PROTOCOLE ALLAITEMENT Vous allaitez votre enfant, sachez que ce n est pas incompatible avec son accueil en crèche ; un lieu spécifique est aménagé pour l allaitement si vous le désirez. Si vous choisissez

Plus en détail

MEDIUM A CRAQUELER. CRAQUELURE base + finition PATINE POUR CRAQUELURES

MEDIUM A CRAQUELER. CRAQUELURE base + finition PATINE POUR CRAQUELURES MEDIUM A CRAQUELER Ce produit reproduit l effet terne, poussiéreux de vieille peinture à l huile en insérant une couche de Médium à Craqueler entre deux couches de peinture acrylique. Si l on utilise des

Plus en détail

5317 Assistance à la personne à domicile. Fiches descriptives

5317 Assistance à la personne à domicile. Fiches descriptives Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5317 Assistance à la personne à domicile Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène.

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène. Les tableaux suivants ont pour objectifs de définir les moyens de maîtrise à chaque étape du processus de l abattage jusqu au conditionnement et à la livraison, en fonction des dangers sanitaires identifiés

Plus en détail

Préparateur en biologie

Préparateur en biologie Préparateur en biologie A5A21 Biologie et recherche médicale - AJT Le préparateur en biologie assure les préparations et interventions courantes, selon des procédures écrites dans le cadre d un protocole

Plus en détail

Procédures à suivre pour tout déversement (2 pages)

Procédures à suivre pour tout déversement (2 pages) Procédures à suivre pour tout déversement (2 pages) Si la substance déversée est connue et le volume de déversement est d un litre et moins, suivre la procédure suivante 1) Alerter les personnes dans le

Plus en détail

Pré-évaluation Echelle à 5 points

Pré-évaluation Echelle à 5 points Pré-évaluation Echelle à 5 points NM Bon nettoyage des mains jamais NM1 Je me lave les mains avec de l eau chaude et du savon pendant au moins 10 secondes, je les rince et les essuie avec une serviette

Plus en détail

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE

CHANGEMENT DE COUCHE ET INSTALLATIONS SANITAIRES CHANGEMENT DE COUCHE ESPACE RÉSERVÉ AU CHANGEMENT DE COUCHE CHAPITRE 4 - PRATIQUES DE BASE ESPACE RÉSERVÉ AU L espace réservé au changement de couche comprend : Une table à langer dédiée au changement de couche. Les surfaces qui servent à d autres usages sont à

Plus en détail

Test d immunofluorescence (IF)

Test d immunofluorescence (IF) Test d immunofluorescence (IF) 1.1 Prélèvement du cerveau et échantillonnage Avant toute manipulation, il est fondamental de s assurer que tout le personnel en contact avec un échantillon suspect soit

Plus en détail

L emploi sécuritaire de distillateurs de solvants. Pubalee Bera Gestionnaire, Santé et sécurité Faculté des sciences pbera@uottawa.

L emploi sécuritaire de distillateurs de solvants. Pubalee Bera Gestionnaire, Santé et sécurité Faculté des sciences pbera@uottawa. L emploi sécuritaire de distillateurs de solvants Pubalee Bera Gestionnaire, Santé et sécurité Faculté des sciences pbera@uottawa.ca poste 6425 Aperçu Matériel d urgence Situations d urgence Incendie,

Plus en détail

INVENTAIRE DES PRODUITS DANGEREUX

INVENTAIRE DES PRODUITS DANGEREUX INVENTAIRE DES PRODUITS DANGEREUX SECOND DEGRÉ Ver 05/2009 Académie de Lille Inspection hygiène et sécurité http://www2.ac-lille.fr/hygiene-securite/ Extraits issus de la législation Code du travail Article

Plus en détail

Le nettoyage du pulvérisateur

Le nettoyage du pulvérisateur Prévenir la contamination de l'eau par des sources ponctuelles Le nettoyage du pulvérisateur Page 1 TOPPS Le projet TOPPS (acronyme de Train the Operators to Prevent Pollution from Point Sources by pesticides),

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : IOC VEHICULE NET

FICHE DE DONNEES DE SECURITE : IOC VEHICULE NET Nom du produit : IOC VEHICULE NET Informations sur la société : 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Institut Œnologique de Champagne Z.I. de Mardeuil BP 25 51201 EPERNAY Cedex Tel : + 33 (0)

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

La protection juridique du bien-être animal dans le monde. Sabine BRELS - Doctorante en droit, Université Laval (Québec)

La protection juridique du bien-être animal dans le monde. Sabine BRELS - Doctorante en droit, Université Laval (Québec) La protection juridique du bien-être animal dans le monde Sabine BRELS - Doctorante en droit, Université Laval (Québec) Parcours et Implications Parcours: - Licence de droit public à Montpellier - Master

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité 4 pages dont cet en tête FICHE DE DONNEES DE SECURITE DE L'ANTI-MOISISSURES 1 L D ate d impression : 11:52 revue le 26/09/03 1. Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise Identification

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Imperméabilisant. Art, terre cuite, carrelage et tradition. Imperméabilisant : Mode d emploi : 1L = ~ 10m²

Imperméabilisant. Art, terre cuite, carrelage et tradition. Imperméabilisant : Mode d emploi : 1L = ~ 10m² Imperméabilisant Art, terre cuite, carrelage et tradition. Imperméabilisant : Bouche pores sur sols poreux : carrelages, tomettes, marbres et pierres naturelles. Protège vos sols des tâches ménagères de

Plus en détail

Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux

Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux Canadian Council on Animal Care Conseil canadien de protection des animaux WEBINAIRE SUR LES INSTRUCTIONS POUR REMPLIR LA FICHE D UTILISATION DES ANIMAUX D EXPÉRIMENTATION (FUAE) QUESTIONS ET RÉPONSES

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

BAP Sciences du vivant. Technicien de Recherche

BAP Sciences du vivant. Technicien de Recherche BAP Sciences du vivant Technicien de Recherche Concours n 33 5 Postes 1 er poste Emploi-type : Technicien en élevage et production animale Affectation : Unité 862, Neurocentre Magendie, Bordeaux Nom du

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE

Fiche de données de sécurité selon 91/155/CEE iche de données de sécurité Page : 1/5 1 IDENTIICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ ENTREPRISE IDENTIICATION DE LA SUBSTANCE OU DE LA PRÉPARATION Producteur/fournisseur: GRACE Produits

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

Contact cutané. Contact avec les yeux. Inhalation. Ingestion.

Contact cutané. Contact avec les yeux. Inhalation. Ingestion. FICHE SIGNALÉTIQUE 995-01 Canutec 1-613-996-6666 (24 heures) 1. PRODUIT CHIMIQUE ET FOURNISSEUR Identification du produit : 995-01 Nom du produit : Graisse montage pneu Famille chimique : Mélange Fournisseur/Fabricant

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression Dissolution des Gaz & Accidents de décompression 1 Plan du cours Introduction Rappels Pression Composition de l air Pression partielle Courbe de sécurité Anatomie Dissolution des Gaz (Loi de Henry) Mise

Plus en détail

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Objectifs Assurer une propreté visuelle Assurer un environnement agréable au patient/résident Prévenir la transmission croisée La classification

Plus en détail