Le marché suisse de l immobilier

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le marché suisse de l immobilier"

Transcription

1 Asset Management Real estate research & strategy Pour investisseurs qualifiés Le marché suisse de l immobilier UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy - Switzerland Avril 2013 Les rendements du marché de l immobilier suisse atteignent leur niveau le plus bas. Les principaux facteurs de valorisation restant pour l heure inchangés, une inversion de tendance immédiate n est pas à l ordre du jour.

2 Environnement macroéconomique Les taux d intérêt bas et l'immigration devraient persister dans un avenir proche et contribuer ainsi à maintenir le niveau des prix. Dans un contexte de ralentissement de la croissance, l économie suisse évolue de manière plutôt satisfaisante. Les tendances récessives en Europe ralentissent cependant de plus en plus nettement la conjoncture du pays. En 2011, la Suisse a affiché une solide croissance de 1,9 pourcent malgré les turbulences de la politique financière en Europe. La dynamique de croissance s est essoufflée en 2012, reculant à 1,1 pourcent. En raison de la faiblesse de la demande sur les principaux marchés à l exportation, il faut compter sur un nouveau recul de la croissance du PIB à 0,9 pourcent pour L évolution conjoncturelle prévue ne permet donc pas un équilibre de la croissance, ce qui péjore la situation du marché de l'emploi. Le taux de chômage, qui affichait 2,9 pourcent l'an dernier, devrait atteindre 3,2 pourcent en Une hausse supplémentaire est prévue en 2014, ce taux devant atteindre 3,4 pourcent. La pression inflationniste reste actuellement faible. Après une baisse des prix en 2012 (- 0,7 pourcent), le taux d inflation, toujours très bas, ne devrait pas dépasser 0,2 pourcent en 2013 malgré la présence de nombreuses liquidités sur les marchés. Ce niveau est nettement inférieur à l objectif de stabilité des prix établi par la BNS (2,0 pourcent). Du fait d un franc fort, des incertitudes qui pèsent sur l évolution de la conjoncture et de la faible pression inflationniste, il n est prévu aucun relèvement du niveau des taux d intérêt en Dans ce contexte, le risque de correction des prix lié aux taux d intérêt, pour les immobiliers de placement en Suisse, reste pour l instant faible. Les autres facteurs de valorisation ne permettent pas non plus d envisager actuellement une correction prochaine des prix. A l inverse de l Europe, le marché suisse ne devrait pas rencontrer de difficultés de financement. Le volant anticyclique de fonds propres activé récemment ne devrait renchérir le crédit hypothécaire que de manière très marginale, d'environ 10 points de base. Les biens à usage commercial ne sont pas concernés par cette mesure macro prudentielle. Par ailleurs, la demande en immobilier suisse reste élevée. Même si les investisseurs ont retrouvé pour quelque temps un certain appétit pour le risque, on n assiste pas pour l instant, sur le marché intérieur, à des réallocations d actifs importantes au détriment des obligations ou des placements immobiliers à plus faible rendement. En outre, l immigration nette, principal soutien de la demande sur le marché immobilier, a atteint son plus haut niveau en 2012 avec près de personnes. Face à la vigueur toute relative de l économie suisse, une soudaine inversion de la tendance migratoire positive est improbable. Pour les deux années à venir, nous anticipons un solde migratoire net annuel de personnes. Ces prévisions reposent cependant sur des variables purement macroéconomiques et ne tiennent pas compte des risques politiques. Les deux initiatives populaires «Stop à la surpopulation, pour la garantie des conditions de vie naturelles» et «Contre l immigration de masse» sont en cours d examen au Parlement. En cas de recommandation de vote, il existe un risque de limitation sévère de l'immigration et, par conséquent, de baisse de la demande sur le marché immobilier. Un tel scénario devrait accentuer la tendance excédentaire de l offre qui se dessine actuellement dans certaines régions. Ce risque concerne essentiellement le marché des surfaces de bureau en Suisse alémanique ainsi que l immobilier résidentiel dans les régions où la demande est plus faible. Niveau des taux et immigration 10% 8% 6% 4% 2% 0% -2% 120' '000 80'000 60'000 40'000 20' P 14P 0 Inflation LIBOR à 3 mois Obligations fédérales suisses à 10 ans P Croissance démographique Previsions UBS du solde migratoire Solde migratoire Source : OFS; BNS; Experian; UBS Investment Bank; UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy Switzerland, février 2013 Remarque: Prévisions d immigration ne tenant pas compte des risques politiques 2

3 Perspectives Immeubles de rendement résidentiels Face à la persistance d'une croissance démographique élevée et au faible taux de logements vacants, l offre en constructions neuves reste inférieure à la demande. La construction de logements enregistre à nouveau une phase d expansion. Alors que l on comptait encore logements en construction le trimestre précédent, le nombre a augmenté de 6,3 pourcent au cours du troisième trimestre 2012 pour atteindre logements environ. Le nombre de permis de construire au cours des trois premiers trimestres de 2012 a également enregistré une légère progression de 1,0 pourcent par rapport à la même période de l exercice précédent. Si l'on observe une augmentation de l'offre, il n'y a pourtant guère de risque d excédent sur le marché suisse. En effet, la demande y est fortement stimulée. L'immigration nette s'est chiffrée en 2012 à environ personnes au total, ce qui a permis de conserver un faible taux de logements vacants à 0,94 pourcent. Dans la mesure où la demande de logements est supérieure à l offre notamment dans les agglomérations, la hausse des loyers s est poursuivie en 2012, affichant une progression de 3,1 pourcent. L'économie suisse devrait connaître une évolution relativement positive malgré le ralentissement conjoncturel prévisible dans le contexte européen; il ne faut donc pas s'attendre à un recul de l'immigration. De sorte que la construction de logements ne suffit pas à couvrir l évolution de la demande. D'ici à 2015, nous tablons sur une hausse annuelle des loyers proposés de 1,7 pourcent (taux annualisé). Ce léger fléchissement par rapport à la même période au cours des trois années précédentes n est pas lié uniquement à la baisse du taux d immigration mais aussi au niveau absolu du prix des loyers. Particulièrement dans les agglomérations, les loyers ont atteint ces dernières années un niveau qui ne correspond pas toujours à la capacité financière des locataires. Même si les perspectives globales sont positives, des baisses de prix sont localement possibles. Un accroissement supplémentaire de l offre devrait intervenir dans les régions à faible demande, ce qui risque d entraîner une surabondance des biens immobiliers dans les zones B et C. En outre, la location de grands logements situés dans la fourchette haute des prix devrait être plus difficile car ils sont en concurrence directe avec l acquisition de logements en propriété, plus avantageuse dans le contexte actuel des taux bas. Les loyers existants (loyers résultant de la reconduction des baux) devraient aussi rester globalement stables en raison de la faiblesse du taux de référence pour Affaiblissement de la croissance des loyers Population Taux de croissance (annualisé sur 3 ans, en %) Volume de constructions nouvelles (Total par code postal en millions de CHF) Loyers proposés Taux de croissance Prognose UBS Suisse Région lémanque Berne Nord- ouest Zurich Source: Experian, Baublatt, décembre 2012; WuP, janvier 2013; UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy Switzerland, février 2013 Remarque: Estimation du volume de constructions nouvelles sur la base des permis de construite 3

4 Perspectives Bureaux L essoufflement de la croissance de l emploi ainsi que l accroissement important de l'offre devraient exercer une pression sur les prix proposés. En 2012, le loyer des surfaces de bureau a augmenté de 5,0 pourcent en Suisse. Cette hausse est parfois imputable à des effets statistiques à court terme. Avec l objectif d optimiser leurs surfaces, les sociétés quittent les emplacements en centre-ville pour occuper en périphérie des surfaces de bureau plus modernes et moins coûteuses. De sorte que l offre en surfaces locatives à prix élevés augmente de plus en plus, cela se traduisant temporairement par une hausse des valeurs moyennes des loyers. Face aux difficultés économiques et aux régulations croissantes du secteur financier, la demande pour les surfaces de bureau ne devraient pas connaître au cours des prochaines années de sursaut important. En considérant une faible croissance de l emploi dans le secteur tertiaire et une progression résolument élevée de l offre, nous anticipons au cours des trois prochaines années un recul de 1,5 pourcent par an (taux annualisé) des loyers sur le marché suisse. En raison de la structure du secteur, de l activité dans la nouvelle construction et des taux de vacance, ce fléchissement est principalement limité à l espace économique de la Suisse alémanique. La demande de surfaces de bureau dans le bassin lémanique s'avère indéniablement plus résistante à la crise. Avec la priorité accordée à une activité de gestion de fortune, globale et diversifiée et une forte attractivité exercée sur les entreprises internationales et les sociétés de négoce en matières premières, la demande pour des surfaces de bureau en Suisse romande devraient se maintenir même à moyen terme. L activité dans la construction étant également relativement modérée, un recul du prix des loyers dans le bassin lémanique est improbable. L environnement de plus en plus contraignant sur le marché de la location en Suisse alémanique peut être contourné au moyen d'une politique de gestion immobilière proactive. Les possibilités pour exploiter au mieux les revenus potentiels résident principalement dans le suivi des locataires, des concepts de commercialisation innovants ainsi que dans des modalités de fixation des loyers différenciées. Des loyers proposés en baisse en Suisse alémanique Occupation des bureaux Taux de croissance Volume de constructions nouvelles (Total par code postal en millions de CHF) Loyers proposés Taux de croissance Prognose UBS Suisse Région lémanique Berne Bâle Zurich Source: Experian, Baublatt, décembre 2012; WuP, janvier 2013; UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy Switzerland, février 2013 Remarque: Estimation du volume de constructions nouvelles sur la base des permis de construite 4

5 Perspectives Commerces de détail La baisse des chiffres d affaires enregistrée précédemment et la contraction des marges de ces deux dernières années se répercutent à retardement sur la disposition des commerçants à accepter de payer pour des surfaces de vente. En 2012, les loyers des surfaces de vente au détail ont augmenté de 6,3 pourcent sur l ensemble de la Suisse. La baisse des chiffres d affaires enregistrée dans le secteur du commerce de détail du fait de la revalorisation du franc suisse devrait désormais se répercuter à retardement sur le marché des surfaces de vente. Les baisses de prix parfois très sensibles de ces dernières années ont fortement pesé sur les marges des commerces de détail et, par conséquent, ont limité la disposition à bien vouloir payer pour des surfaces de vente. Pour les trois prochaines années, malgré l amélioration des perspectives relatives au chiffre d affaires des commerces de détail, nous ne prévoyons qu une faible hausse annuelle des loyers estimée à 0,3 pourcent (taux annualisé). Le secteur de la construction contribue également au ralentissement de la croissance des prix des loyers. En avril 2012, dix nouveaux centres commerciaux d une superficie totale de mètres carrés étaient en construction sur l'ensemble du territoire suisse, dont mètres carrés (53 pourcent) attribués à cinq objets dans le canton du Valais. Dix-neuf centres commerciaux supplémentaires d'une superficie totale de mètres carrés sont en projet. Si tous les centres commerciaux actuellement en construction et à l état de projet étaient achevés, cela équivaudrait à une extension des surfaces dans ce secteur de 14 pourcent. A cela s ajoute le fait que des mesures de réhabilitation sont prévues dans un centre sur quatre en Suisse. En raison de l extension de l offre et des mesures de revitalisation attendues, les centres commerciaux souffrant d un mauvais positionnement devraient encore perdre en attractivité. Tendance à la stagnation des loyers proposés Chiffre d affaires des commerces de détail Taux de croissance Volume de constructions nouvelles (Total par code postal en millions de CHF) Loyers proposés Taux de croissance Prognose UBS Suisse Région lémanique Berne Bâle Zurich Source: Experian, Baublatt, décembre 2012; WuP, janvier 2013; UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy Switzerland, février 2013 Remarque: Estimation du volume de constructions nouvelles sur la base des permis de construite, et centre commerciaux en cours de construction ou ayant bénéficié d un permis de construire conformément à l étude GfK sur le commerce de détail de

6 Perspectives Évolution des rendements En raison d un potentiel de valorisation plus faible, nous misons pour 2013 sur des rendements globaux inférieurs au seuil des 6 pourcent (logements 5,7 pourcent ; commerces de détail 5,9 pourcent ; bureaux 5,1 pourcent). A moyen terme et dans tous les secteurs, les rendements globaux se rapprochent des rendements sur le revenus (actuellement 4,4 pourcent pour les logements; 4,3 pourcent pour les commerces de détail; 4,4 pourcent pour les bureaux). La compression des rendements s'est également poursuivie au quatrième trimestre Concernant les immeubles de rendement locatifs, les rendements nets record des immeubles collectifs situés dans la ville de Zurich ont reculé de 3,1 pourcent (4 e trimestre 2011) à 2,7 pourcent (4 e trimestre 2012). Le mouvement de baisse s est poursuivi, y compris pour l'immobilier de bureaux et de commerces de détail. A Zurich, les rendements nets record pour les immeubles de bureaux et de commerces de détail ont baissé à 2,9 pourcent et 3,0 pourcent respectivement (4 e trimestre 2012). Au même trimestre de l année dernière, ces deux secteurs affichaient un rendement net de 3,3 pourcent. A Genève, les rendements nets actuels record des immeubles commerciaux se situent à un niveau légèrement supérieur, à 3,0 pourcent et 3,2 pourcent respectivement (4 e trimestre 2012). À la suite du niveau historiquement bas des rendements obligataires (obligations fédérales à 10 ans au 3 avril 2013: 0,72 pourcent), les primes de risque se situent actuellement entre 200 points de base (segment supérieur: logements à Zurich) et 250 points de base (segment supérieur: commerces de détail à Genève). Une telle différence est considérée comme supérieure à la moyenne aussi bien à l échelle internationale que par rapport à la moyenne à long terme (150 points de base). Les primes de risque actuellement élevées constituent donc une protection opportune si le niveau des taux sur le marché venait à repartir à la hausse. Il faut partir du principe que l écart de rendement retrouvera d abord sa moyenne à long terme et qu à ce moment-là seulement les taux de rendement s ajusteront. Du fait d un potentiel de valorisation plus faible, nous prévoyons pour 2013 des rendements globaux inférieurs au seuil des 6 pourcent (logements 5,7 pourcent ; commerces de détail 5,9 pourcent ; bureaux 5,1 pourcent). Á moyen terme, il faut partir du principe que, dans tous les secteurs, les rendements globaux se rapprocheront du niveau des rendements sur le revenu (actuellement 4,4 pourcent pour les logements; 4,3 pourcent pour les commerces de détail; 4,4 pourcent pour les bureaux). Marcin Paszkowski Real Estate Research & Strategy Switzerland Pour plus d informations, consultez Global Real Estate Research & Strategy Switzerland Marcin Paszkowski

7 7

8 Réservé à des fins d'information et de marketing pour UBS. Réservé aux investisseurs professionnels. L éditeur du présent document est la société de droit suisse UBS SA. La diffusion de ce document n est autorisée qu aux conditions stipulées dans le droit applicable. Le document a été établi indépendamment d objectifs d investissement spécifiques ou futurs, d une situation financière ou fiscale particulière ou des besoins propres à un destinataire particulier. Ce document est destiné à titre d information uniquement et ne constitue pas une invitation à soumettre une offre, à conclure un contrat, ni à acheter ou à vendre des titres ou des instruments financiers apparentés. Il se peut que les produits ou titres décrits dans le présent document soient inadaptés ou interdits à la vente dans diverses juridictions ou pour certains groupes d investisseurs. Les informations collectées et les avis émis dans ce document reposent sur des données dignes de confiance et des sources fiables, sans prétendre toutefois à l exactitude ni à l exhaustivité des indications relatives aux titres, marchés et évolutions dont il est question. Les informations et opinions exprimées dans ce document sont fournies par UBS sans aucune garantie; elles sont destinées à un usage personnel et à des fins informatives uniquement. La performance passée (simulée ou réelle) n offre aucune garantie quant à l évolution future. La performance indiquée ne tient pas compte des éventuels frais et commissions perçus lors de la souscription et du rachat de parts. Les commissions et les frais pénalisent la performance. Dans le cas où un produit financier ou une prestation financière est libellé dans une monnaie autre que la monnaie de référence, il se peut que la performance augmente ou diminue en raison des fluctuations de change. Les informations ou opinions peuvent changer à tout moment, sans notification préalable. UBS SA ainsi que les autres membres du Groupe UBS sont autorisés à prendre des positions d achat et de vente sur les titres et les autres instruments financiers mentionnés dans le document. Toute reproduction, distribution ou réédition du présent document, quel qu en soit l objectif, est interdite sans l autorisation expresse d UBS SA. Ce document contient des hypothèses qui constituent des anticipations et qui comprennent, de manière non exclusive, des hypothèses relatives au développement futur de nos affaires. Si ces anticipations représentent notre appréciation et nos prévisions relatives au développement futur de nos affaires, un certain nombre de risques, d incertitudes et d autres facteurs importants pourraient faire en sorte que l évolution et les résultats réels diffèrent matériellement de nos attentes. Source pour toutes les données et graphiques (en l absence d indication contraire): UBS Global Asset Management. Source photo de couverture: Nicola Pitaro/Tagesanzeiger UBS Le symbole des clés et le nom «UBS» sont des marques déposées et non déposées d UBS. Tous droits réservés. 8

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT)

Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Réservé aux investisseurs professionnels Assemblée générale de la Caisse de Pensions des Interprètes et Traducteurs de Conférence (CPIT) Asset management Stéphane Scherer Client Relationship Manager 18

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Outlook 2H15 Le marché suisse de l immobilier L immigration s essouffle. La baisse des investissements dans le domaine du bâtiment limite cependant le risque d offre excédentaire dans le secteur résidentiel.

Plus en détail

Marché immobilier suisse

Marché immobilier suisse Asset Management Real estate research & strategy Novembre 2014 Marché immobilier suisse UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy Switzerland Novembre 2014 Certains segments du

Plus en détail

Marché immobilier suisse

Marché immobilier suisse Réservé aux investisseurs qualifiés Marché immobilier suisse Dans un contexte de faibles taux d'intérêt, l'immobilier affiche un niveau de rendement attrayant et le rendement total devrait continuer à

Plus en détail

Energies renouvelables et financement d infrastructures Nouvelle solution pour de nouveaux défis

Energies renouvelables et financement d infrastructures Nouvelle solution pour de nouveaux défis Global Asset management Réservé aux investisseurs professionnels Energies renouvelables et financement d infrastructures Nouvelle solution pour de nouveaux défis janvier 2013 Un pont entre des projets

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Restructuration continue

Restructuration continue DTZ Research PROPERTY TIMES Restructuration continue Genève Bureaux 215 15 Avril 215 Sommaire Demande placée & Loyer prime 2 Offre immédiate 4 Taux de vacance 5 Projets de développement 5 Définitions 6

Plus en détail

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013.

DTZ Research. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions. Clés du marché du 4 ème trimestre 2013. Les Clés du Marché ILE-DE-FRANCE T4 2013 Léger mieux côté transactions 7 Janvier 2014 Données Ile-de-France T4 2013 : Demande placée : 1 844 500 m² Loyer moyen de première main : 443 Loyer moyen de seconde

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2007/2008 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation et immeubles commerciaux 5 Généralités concernant le

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement

CHARTE GRAPHIQUE. Réflexion sur les opportunités d investissement CHARTE GRAPHIQUE Réflexion sur les opportunités d investissement AVRIL 2016 L actif «sans risque» entre en hibernation 2 A l introduction de la LPP en 1985, les portefeuilles des caisses de pensions se

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Contexte économique :

Contexte économique : Analyse de Marché Dec 2012 Contexte économique : Au cours des dernières années, la Suisse a remarquablement résisté à la dégradation économique globale et aux effets du franc fort qui pèse sur les exportations.

Plus en détail

Edition Suisse. Fonds immobiliers UBS Suisse Agios faibles rendements attrayants

Edition Suisse. Fonds immobiliers UBS Suisse Agios faibles rendements attrayants Edition Suisse Fonds immobiliers UBS Suisse Agios faibles rendements attrayants Octobre 2008 Les présentes informations sont fournies par UBS à titre commercial et indicatif. Fonds immobilier UBS de droit

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Investir dans une villa Un bon placement

Investir dans une villa Un bon placement Investir dans une villa Un bon placement Considérations générales sur la maison individuelle L'acquisition d'une villa repose en 1 er lieu sur des critères émotionnels La villa sert prioritairement à se

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Etat du marché immobilier suisse

Etat du marché immobilier suisse CB Richard Ellis PI Performance Etat du marché immobilier suisse Novembre 2010 L évolution des prix de ces dernières années semble être cohérente, dans l ensemble, avec celle des facteurs fondamentaux.

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Tableau de bord économique et démographique

Tableau de bord économique et démographique Ville de Lausanne 1er trimestre 2 Service des études générales et des relations extérieures Tableau de bord économique et démographique Données lausannoises et suisses Date d'impression : 26 avril 2 Sommaire

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport EUR / USD Désorienté.

Plus en détail

Property Times Le marché des bureaux à Genève T3 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains

Property Times Le marché des bureaux à Genève T3 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains Property Times Le marché des bureaux à Genève 2011 Des taux d occupation indicatifs incertains Novembre 2011 Sommaire Executive summary 1 Contexte économique 2 Les bureaux 3 Demande placée 3 Loyer prime

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Jean-Pierre Roth Notre évaluation de la situation conjoncturelle et monétaire a changé considérablement depuis notre

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Forte croissance du nombre de clients, stabilité des activités de base, confirmation des perspectives pour 2013

Forte croissance du nombre de clients, stabilité des activités de base, confirmation des perspectives pour 2013 Rapport intermédiaire du premier semestre 2013: Forte croissance du nombre de clients, stabilité des activités de base, confirmation des perspectives pour 2013 1.1.-30.6.2012 1.1.-30.6.2013 Evolution Chiffre

Plus en détail

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015

La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 COMMUNIQUÉ TROISIÈME TRIMESTRE 2015 La Banque Nationale divulgue ses résultats du troisième trimestre de 2015 L information financière contenue dans le présent document est basée sur les états financiers

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

DTZ Research. Property Times Genève Bureaux T2 2013. Regain d activité et ajustement des prix. Eté 2013. Sommaire. Auteur, contact 100'000 80'000

DTZ Research. Property Times Genève Bureaux T2 2013. Regain d activité et ajustement des prix. Eté 2013. Sommaire. Auteur, contact 100'000 80'000 Property Times Genève Bureaux T2 2013 Regain d activité et ajustement des prix Eté 2013 Sommaire Contexte économique Demande placée Loyer prime Taux de vacance Production neuve Projets en développement

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine

CLIENT INVESTISSEUR SCPI. Achète des parts de SCPI. Les locataires payent des LOYERS à la SCPI. Distribution de revenus, valorisation du patrimoine Investir en SCPI Une SCPI ou Société Civile de Placement Immobilier est un produit d investissement collectif non coté investi en immobilier. L acquisition de parts de SCPI permet à l investisseur d effectuer

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2015/2016

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2015/2016 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2015/2016 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation, immeubles commerciaux 4 Modification du règlement de

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Table des matières Caractéristiques 3 Performance économique 4 Performance résidentielle 12 Attractivité 19 Sources 32 Annexe : Glossaire

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Moniteur des caisses de pension au 30.09.2015. Résultats pour le troisième trimestre 2015

Moniteur des caisses de pension au 30.09.2015. Résultats pour le troisième trimestre 2015 Moniteur des caisses de pension au 30.09.2015 Résultats pour le troisième trimestre 2015 Dégradation de la situation en matière de taux de couverture Pour le troisième trimestre 2015, le moniteur Swisscanto

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 Communiqué de presse Résultats du 3 ème trimestre 2015 En ligne avec les objectifs d EBITA et de cash conversion annuels Cergy, le 30 octobre 2015 Chiffres clés Millions d'euros (non audité) T3 2015

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER

RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER RESEARCH TEAM RAPPORT TECHNIQUE JOURNALIER LIMITATION DE RESPONSABILITE & TRANSPARENCE Veuillez lire les clauses de limitation de responsabilite et de transparence en fin de rapport EUR / USD Dynamique

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier Primopierre Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve.

Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Dans vos propres murs. Devenir propriétaire: les clés pour réaliser son rêve. Prêts pour l avenir. Etre propriétaire est un rêve aussi vieux que le monde. Acquérir un logement, ce

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES Octobre 2011 Gabriela TURCATTI Jordi GUILLO SOMMAIRE IMMOBILIER SUISSE 3 CATÉGORIES L immobilier résidentiel 4 L immobilier commercial 5 L immobilier de bureau 5

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève

EBOOK. Francesco Sgroi. OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève EBOOK Francesco Sgroi OctoFinance Sàrl Rue Marignac 9 1206 Genève Table des matières 1.1 Préambule du Conseil Patrimonial 1.2 Principe rendement/risque 1.3 Rendement 1.4 Risque 1.5 Tip 1 2.1 La Fiscalité

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI PRIMOPIERRE Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

IMMOBILIER À MONTRÉAL

IMMOBILIER À MONTRÉAL IMMOBILIER À MONTRÉAL PERSPECTIVES ET TENDANCES DU MARCHÉ DE L IMMOBILIER Automne Une publication de Montréal en statistiques Direction de l urbanisme Service de la mise en valeur du territoire FAITS SAILLANTS

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier abcdefg Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 20 novembre 2009 Patrimoine des ménages en 2008 Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Warrants Un investissement avec effet de levier.

Warrants Un investissement avec effet de levier. Warrants Un investissement avec effet de levier. Protection du capital Optimisation du rendement Certificats Produits à effet de levier Une mise minimum pour un résultat maximum. L acheteur d un warrant

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

PRIMONIAL CAPIMMO LES PERFORMANCES DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

PRIMONIAL CAPIMMO LES PERFORMANCES DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Primonial Capimmo Société Civile Immobilière PRIMONIAL CAPIMMO LES PERFORMANCES DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE Primonial Capimmo est une Société Civile Immobilière dont l objectif est de constituer, de gérer

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2013

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 3 e trimestre 2013 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 2013 (à ce jour): 4,14% : 1,63% Bonne performance en juillet et en septembre Nouvelle augmentation des liquidités Progression de la quote-part du franc

Plus en détail

Regards croisés Lyon-Marseille

Regards croisés Lyon-Marseille JEUDI 28 MAI 2015 Regards croisés Lyon-Marseille Deux territoires face aux tendances récentes REGARDS CROISÉS LYON-MARSEILLE Démographie Zoom sur les dynamiques démographiques des métropoles. Habitat Les

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Province, régions et tendances d avenir

Province, régions et tendances d avenir Province, régions et tendances d avenir Kevin Hughes Économiste régional Marché de l habitation : notre savoir à votre service PLAN Marché de l habitation : notre savoir à votre service I Facteurs qui

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

SCPI Scellier. Renovalor 2

SCPI Scellier. Renovalor 2 Renovalor 1 Historique INTER GESTION, société de gestion de SCI et de SCPI gère depuis plus de 20 ans les SCPI Malraux PIERRE INVESTISSEMENT 1, 2, 3, 4, 5 et 6. Forte de son expérience en opération de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS NAMI-AEW EUROPE Un partenaire solide En choisissant Fructipierre, vous bénéficiez d une véritable expertise. UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE POUR COMPTE DE TIERS NAMI-AEW Europe figure parmi

Plus en détail

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse

Mardi 23 octobre 2007. Séminaire. Schumann-bourse Mardi 23 octobre 2007 Séminaire Schumann-bourse La Bourse : environnement économique et monétaire Définition de la bourse et de son rôle dans l'économie Influence des taux d'intérêts Déterminer les cycles

Plus en détail

Déclaration intermédiaire du Conseil d administration portant sur la période du 1 er janvier 2014 au 31 mars 2014

Déclaration intermédiaire du Conseil d administration portant sur la période du 1 er janvier 2014 au 31 mars 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE INFORMATION RÉGLEMENTÉE EMBARGO 15 mai 2014 17h40 CREATING VALUE IN REAL ESTATE Déclaration intermédiaire du Conseil d administration portant sur la période du 1 er janvier 2014 au

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 4 e trimestre 2013

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 4 e trimestre 2013 Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses 2013 (à ce jour): 5,76% : 1,56% Exigences de la LPP dépassées de plus de 4% Bonne performance essentiellement induite par les actions Légère baisse de

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain

Pictet-Timber. Meilleure visibilité sur l immobilier américain Pictet-Timber Meilleure visibilité sur l immobilier américain Frédéric Rollin Août 2014 L activité immobilière américaine reprend fortement et devrait accélérer en 2015. Dès lors, les prix du bois de construction

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008

ÉCONOMIE Population 1 836 000 habitants (3,0 % de la population française) 2008 42142 CHAPITRE Alsace I. Immobilier d entreprise... 172 A. Construction... 172 B. Zoom sur la ville de Strasbourg... 173 II. Immobilier résidentiel... 176 A. Construction... 176 B. Zoom sur la ville de

Plus en détail

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY 5 Novembre 212 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu France : Kiss 6 France - Croissance du PIB vs.

Plus en détail