I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»"

Transcription

1 Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton du projet. Quelle que sot la méthode d estmaton retenue, la démarche d estmaton des coûts suppose : - D assurer la collecte et le stockage de données hstorques sur les coûts des projets qu vont servr de documentaton de référence ; - D analyser les caractérstques technques et économques du projet à estmer afn de mettre en œuvre la plan de l estmaton (données de références, méthodes retenues, mses à jour nécessares ) ; - D apprécer le degré de précson des chffres obtenus afn de consttuer les provsons nécessares. I. Présentaton générale des méthodes d estmaton des projets de type «unté ndustrelle» L objectf de l estmaton des coûts est de produre, en foncton de la phase d avancement du projet, des nformatons permettant d établr le budget du projet. Les méthodes d estmaton du projet retenues dépendent de la phase d avancement du projet. En conséquence, le chox d une méthode d estmaton dépend du nveau d nformaton dsponble. atégores de budget Méthode d estmaton Nveau de précson Etudes ntales Etudes de fasablté Etudes de base : concepton du projet Budget Développement du projet Budget «ordre de grandeur» Budget «prélmnare» «d objectf» Budget ntal ou contractuel Méthode globale Méthode Méthode semdétallée Méthode ou de smltude modulare ou détallée méthode des facteurs 4 à 5 % 25 à 3 % 15 à 2 % 5 à 1 % Le nveau de précson de l estmaton peut être détermné de manère plus précse par des méthodes statstques telles que la méthode de Monte arlo. Nous verrons l utlsaton du permettant de mettre en œuvre cette méthode. 1. Méthode de smltude ou de prorata de capacté Il s agt d une méthode globale qu permet de fournr un budget de type «ordre de grandeur» et qu a pour avantage de nécesster peu d nformaton et d être rapde à mettre en œuvre. 1

2 Evaluaton des projets et estmaton des coûts Informatons nécessares pour une estmaton «ordre de grandeur» Unté de producton Descrpton sommare ou avant-projet Quantté à produre, nature, spécfcté du produt Ste Talle et fonctons Envronnement (Systèmes, équpements) Produt ndustrel Spécfcaton technque du beson Quantté à produre, nature, spécfcté du produt aractérstques du clent Talle et fonctons Utlsaton / envronnement (systèmes, équpements) ette méthode repose sur l analoge avec le coût d une unté exstante utlsant des procédés dentques, mas ayant une capacté de producton dfférente : I I est r avec : I est, I r : montants des nvestssements estmés et réels ; est, r : capactés estmées et réelles ; f : coeffcent d échelle. est r f En général, f est nféreur à 1 du fat que les coûts d nvestssement crossent mons vte que la capacté. Il est estmé à partr des coûts d untés de producton smlares mas de talles dfférentes. En pratque, l y a deux méthodes pour l obtenr : Sur un graphque, en portant le coût hstorque des nstallatons ou équpements en foncton du paramètre dmensonnant ; le coeffcent d échelle est alors égal à la pente de la courbe qu passe entre les ponts ; En utlsant les coeffcent d échelle publés par le presse spécalsée pour des conceptons standards ; En l absence d nformatons précses, une règle de bonne pratque consste à retenr un coeffcent d échelle égal à,6. En concluson, la méthode de smltude s applque lorsque les untés comparées sont de concepton smlare et de capactés pas trop dfférentes. En partculer, l faut vérfer que la dfférence de capacté ne condut pas à des modfcatons trop mportantes du schéma de l nstallaton (type de ste ndustrel, nfrastructures, facltés...). Elle dot tenr compte de facteurs d ajustements lés à la localsaton et à la date de référence (ndexaton, localsaton ) qu seront présentés par la sute. 2

3 Evaluaton des projets et estmaton des coûts 2. Méthode modulare La mse en œuvre de cette méthode permet d obtenr un budget prélmnare utle pour étuder la fasablté économque du projet et élaborer un plan de fnancement. Elle suppose un nveau d nformaton plus précs que la méthode précédente et s appue sur des études technques suffsantes pour détermner : - Les untés de procédés et leur capacté ans qu un avant-projet sur les éléments dmensonnant des équpements prncpaux ; - Le chox quas-défntf des procédés ; - Les nfrastructures, facltés, utltés et stockages nécessares au projet. Informaton nécessare pour une estmaton modulare Unté de producton Equpements prncpaux Schéma d mplantaton générale Schéma de fonctonnement du processus ndustrel Dmensons et concepton de l ouvrage Localsaton et connassance du ste alendrer prévsonnel de la réalsaton Produt ndustrel Etude de fasablté technque Analyse fonctonnelle aractérstques globales onfguraton géométrque Envronnement Planfcaton générale Le prncpe de la méthode est basé sur l exstence d un rapport entre le coût d un équpement (base du module) et celu de tout ce qu dot lu être assocé. Pour passer du coût de l équpement prncpal au coût d un sous-ensemble, on utlse un facteur modulare qu comprend le coût : Des équpements secondares : tuyautere, électrcté, nstrumentaton. Du transport des équpements et matérels ; Des travaux de montage de l équpement prncpal et des équpements secondares ; De la préparaton du ste, des bâtments. Et des charges ndrectes mputées au budget du projet. Les coûts des équpements prncpaux nécessares à l ouvrage est détermné sur la base de données de coûts ou estmé sur la base d un coeffcent d échelle : M M est r avec : M est, M r : montants des nvestssements estmés et réels ;, : capactés estmées et réelles ; est r est r f 3

4 Evaluaton des projets et estmaton des coûts f : coeffcent d échelle spécfque pour chaque type d équpement ou de matérel prncpal. En supposant que l ouvrage est composé de n équpements prncpaux dont les coûts respectfs sont notés, la méthode des facteurs procède en deux étapes : M Pour chaque équpement prncpal, on estme son coût total ( M + T ) en multplant le coût de l équpement par le facteur modulare : ( M + T ) F M ; Le coût total du projet est obtenu en fasant la somme des ( M + T ) pour l ensemble des équpements prncpaux du projet. n ( F M ) 1 Il faut ensute tenr compte de la localsaton et de la date de référence. Il exste en fat pluseurs varantes de cette méthode comme nous allons le vor mantenant Méthode de Lang est une méthode ancenne et assez sommare. Le coût total à estmer est obtenu en multplant le somme des coûts des équpements prncpaux par un facteur modulare global : n projet M ψ 1 ψ étant le facteur modulare. A ttre d llustraton, quelques facteurs modulares sont ndqués dans le tableau suvant : Types de procédés Procédé tratement des produts soldes Procédés tratant des produts soldes et lqudes Procédé tratant des lqudes Types d untés Fabrcaton de produts Producton d utltés Implantaton des stockages Facteurs 3,1 3,63 4,74 Facteurs 2,3 à 4,2 1,7 à 2,6 2,8 à 4, Méthode de Hand 4

5 Evaluaton des projets et estmaton des coûts ette méthode permettent d estmer les coûts par type d équpement prncpal. Le facteur modulare pour chaque type d équpement prncpal prend en compte : Le coût des matérels secondares : tuyauteres, électrcté, nstrumentaton Le coût des matérels et matéraux de chanters ; Le coût de la man d œuvre de chanters ; Les transports, taxes et assurances ; Les servces d ngénere et coûts ndrects. En conséquence, le coût total du projet est estmé par : n projet ( M ψ ) 1 Hand a proposé les facteurs multplcatfs suvants : 4 pour les réservors, les pompes et l nstrumentaton ; 3,5 pour les échangeurs de chaleur ; 2,5 pour les compresseurs ; 2 pour les chaudères. D autres auteurs ont également proposé des tables de facteurs multplcatfs. 3. Méthodes détallées et sem-détallées 3.1. Prncpes es méthodes reposent sur la défnton des dfférents postes consttuant l nvestssement. ette défnton repose sur l explctaton : de la structure de décomposton des coûts (cost breakdown structure), ellemême basée sur les tâches à accomplr pour réalser le projet et les ressources nécessares (work breakdown structure) ; du «cost code» ou plan des comptes du projet qu est un système de classement des coûts par catégores. La structure de ce «cost code» est basée sur une découpe logque du projet de constructon en éléments contrôlables pour répondre aux deux objectfs suvants : estmaton de l nvestssement ; maîtrse de l nvestssement durant la réalsaton du projet. Les dfférents postes consttuant l nvestssement vont correspondre à toutes les dépenses et à la marge de la socété d ngénere pour réalser le projet. Les prncpaux postes consttuant le coût de l nvestssement sont en général les suvants : 5

6 Evaluaton des projets et estmaton des coûts les équpements prncpaux ; les matérels secondares ; l emballage et le transport jusqu au ste ; les travaux de constructon, ncluant les nstallatons temporares de chanter ; les servces d études d approvsonnement, de supervson de chanter et de démarrage ; les études spécalsées (topographe, sol, hydrométre, brut, polluton ) ; les fras fnancers : cautons et charges fnancères connues ; les révsons de prx ; les assurances de base : responsablté professonnelle, transport du matérel et du personnel, chanter (TR) et démarrage ; les assurances pour les contrats à l exportaton : rsque de fabrcaton et rsque crédt, rsque économque et rsque sur taux de change ; les fras généraux et le bénéfce de la socété. A l ensemble de ces postes, l faut ajouter les provsons technques et mprévus, ans que les provsons nécessares pour couvrr les rsques d nflaton et de change sur la durée du projet. Les méthodes détallées et sem-détallées étant réalsées sur la base de prx contractuels, l n y a pas leu de corrger l évaluaton fnale par un facteur de localsaton Le découpage des coûts et le cost code En premer leu, le découpage des coûts s appue sur la décomposton physque du projet (organgramme technque). Le prncpe de découpage des coûts permettent de meux cerner les éléments essentels et de s assurer de l exhaustvté du chffrage. La démarche est de type bottom-up. On part de l nstallaton prncpale pour arrver à l ensemble de ses composants. Au premer nveau correspondent les nvestssements des untés de fabrcaton et les nvestssements d nstallaton générale. A l ntéreur de ces deux grandes catégores, on dstngue : les fras drects qu comprennent les équpements prncpaux, les matérels banalsés, les matérels complémentares et les marchés de travaux ; les fras ndrects qu comprennent les frs d étude, d ngénere, de formaton du personnel, des assurances et des taxes. Les mprévus technques qu sont ncorporés, s nécessare, dans les deux catégores précédentes. 6

7 Evaluaton des projets et estmaton des coûts 4. Synthèse : nature des nformatons et estmaton Méthodes Globale Modulare Sem-détallée Détallée Nveau de 4/5 % 25/3 % 15/2 % 5/1 % précson oût de l unté Equpement prncpal Matérel secondare Marchés de constructon Servces ngénere E/F E/F F F F - P/E E E/F E/F - P P/E P/E P/E Parts de : P E 2 % 2% 6 % 8 % 2 % F 1 % 8 % 2 % P : prx contractuels E : estmatons de coûts sur base de données hstorques F : approxmatons par ratos, facteurs, formules II. Prse en compte de la localsaton sur le coût des nvestssements La queston se pose souvent de comparer des coûts d nstallatons localsées dans dvers pays. En effet, lors d une estmaton prélmnare ou pour vérfer une estmaton détallée, l est tentant d utlser une référence de coût d un nvestssement exstant, même s celu-c se stue dans un autre pays. Pour autant, les condtons économques entre les dfférents pays n étant pas dentques, on utlse un «facteur de localsaton» qu permet de corrger ces dfférences. La valeur d un «facteur de localsaton» exprme, à un moment donné, le prx relatf des facteurs de producton d un pays par rapport à un autre pays servant de base. Dvers auteurs et nsttutons (par exemple, N.Boyd ou le «Stanford Research Insttute») proposent des valeurs de facteurs de localsaton pour dfférents pays. 1. Eléments composant le facteur de localsaton 7

8 Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le facteur peut se défnr par le rapport du coût d un projet dans un pays donné au coût du même projet dans un pays de référence. En conséquence, ce facteur est composé de multples éléments : Facteurs relatfs à l nvestssement de base Qualtatfs (effet ndrect) - Matéraux dsponbles producton locale ; - Productvté de la man d œuvre ; - ontrantes clmatques ; - ontrantes d accès et de crculaton ; - ontrantes socales ; - Encadrement dsponble ; - Réglementaton locale, certfcaton, spécfcatons du maître d ouvrage et de l ngénere. Quanttatfs (effet drect) - oûts untares matéraux ; - oûts horares de la man d œuvre ; - Transport nternatonal ; - Transport local ; - Indemntés d expatraton, voyages, hébergement ; - Préparaton du ste. Facteurs pouvant être spécfques au projet : - Moyens d accès : routes, ports, aéroports ; - Installatons provsores du ste ; - Bases ntermédares hors ste ; - Télécommuncatons. Facteurs poltco-économques : - Monopoles locaux fournsseurs mposés ; - Taux de change ; - oncurrence locale ; - Taxaton. 2. Méthode de calcul du facteur de localsaton Les prncpales causes de dfférences de coûts entre un pays de référence et un autre sont : Les dfférences de productvté de la man d œuvre ; Les dfférences de coûts des équpements et des matérels ; Les coûts de transport et taxes douanères (pour le matérel mporté) ; La localsaton du ste et les condtons géographques. Une analyse détallée des dfférents coûts d une unté devrat théorquement permettre de détermner le facteur de localsaton. ependant pour des calculs 8

9 Evaluaton des projets et estmaton des coûts relatfs à des projets d nvestssement mportants, le nombre de données à analyser est tel que le facteur est dffcle à calculer. La méthode de calcul que nous allons suvre repose sur un nombre lmté de données. Le projet est tout d abord caractérsé par ses prncpaux éléments ou actvtés. Par exemple : Eléments ou actvtés - Equpements, machnes structures ; - Montage et nstallaton ; - Géne cvl, constructon : matéraux et man d œuvre ; - Bureau d étude, ngénere, supervson oût total oûts De manère plus générale, le coût d une unté dans un pays de référence O sera : O n 1 le coût de l unté dans le pays peut également être caractérsé par le pourcentage de coût des dfférents éléments ou actvtés : ρ Par exemple, pour une unté de type chmque : - Equpements, structures ; - Montage - Géne cvl, constructon ; - Bureau d étude, supervson,47,25,13,15 1 e type d unté est caractérsé par une dstrbuton de coûts où l équpement est l élément domnant. On suppose mantenant que cette unté est construte non plus dans le pays, mas dans le pays X. En conséquence son coût devent : X + Δ O 9

10 Evaluaton des projets et estmaton des coûts 1 avec Δ Δ n O 1 En conséquence, on peut écrre : 1 n O Δ Δ ou n ρ Δ Δ 1 on pose X α, c est à dre le rapport entre le coût d un élément dans le pays X et le coût de ce même élément dans le pays de référence. En conséquence : X β α Δ 1 On peut donc écrre : n O ρ β Δ 1 ρ dépend du type d unté construte et peut donc être connu par l expérence acquse de la constructon d untés dans un pays donné ; β étant foncton des dfférences entre les économes des pays et X (dfférences dans le coût de la man d œuvre, des équpements ) peut être connu à partr des statstques économques. On a donc : O X ρ β + Δ + + Δ 1 1 or : 1 + β α donc X α ρ α ρ. 1) ( 1 + Applcaton : on cherche à calculer le facteur de localsaton dans la cas d une raffnere de pétrole au Ngéra. Lste des éléments de coût Structure du Facteur oût au Ngéra

11 Evaluaton des projets et estmaton des coûts Equpements, matérels, transports sur le ste coût en Europe 54,5 partel de localsaton 1,11 6,85 Montage et nstallaton, géne cvl, constructon 32 2,5 79,95 Bureau d études, ngénere, supervson 13,5 1,2 16,2 Total 1 Facteur de localsaton 1, Facteur de localsaton et part locale dans l ngénere La part locale désgne le nveau de partcpaton d entreprses locales dans la réalsaton du projet. Sute à des études statstques, l s avère qu une relaton exste entre le nveau du facteur de localsaton et le nveau de la part locale : plus le pourcentage de part locale est élevé, plus le facteur de localsaton sera bas et nversement, plus la part locale sera fable et plus le facteur de localsaton sera élevé. Lorsque le facteur de localsaton est supéreur à 1,5, l faut s attendre à ce que la presque totalté du projet sot réalsé par l extéreur. Lorsque le facteur de localsaton est nféreur à 1,5, le pays dspose d une plus grande capacté technologque et est susceptble d exécuter une part mportante du projet. ette part dépend auss de la talle du projet. ependant, cette analyse est purement statstque : les valeurs du facteur de localsaton et du nveau de partcpaton locale sont valables pour un projet donné à un nstant donné. La part locale évolue avec le développement de la capacté technologque du pays. S nous reprenons l exemple de la constructon d une raffnere de pétrole au Ngéra, l augmentaton de la part locale entre 1986 et 1978 a perms de rédure le facteur de localsaton de 1,57 à 1,4. III. Rsques et aléas du projet et provsons L estmaton du coût du projet nécesste de tenr compte des rsques et aléas spécfques au projet. L AFITEP et l AFNOR défnssent le rsque comme étant «la possblté que se produse un événement, généralement défavorable, ayant des conséquences sur le coût ou le déla d une opératon et qu se tradut mathématquement par un degré de dsperson des valeurs possbles autour de la valeur probable quantfant l événement et une probablté pour que la valeur fnale reste dans des lmtes acceptables». 11

12 Evaluaton des projets et estmaton des coûts ette défnton semble restrctve car le rsque n est pas toujours probablsable. On peut donc défnr le rsque (Gard, 1991, page 119) comme : «la possblté qu un projet ne s exécute pas conformément aux prévsons de date d achèvement, de coût et de spécfcatons, ces écarts par rapport aux prévsons étant consdérés comme dffclement acceptables». 1. Identfcaton des rsques d un projet d ngénere Les rsques et aléas du projet peuvent avor pour orgne : Les éléments poltques et économques du pays de constructon : - Inflaton ; - Taux de change et stablté de la monnae ; - Stablté poltque et économque ; - Evolutons de la légslaton. Les éléments spécfques au leu de constructon : - Pénures de man d œuvre ou autres ressources ; - ondtons météorologques. Les éléments lés aux oblgatons du clent ou maître d ouvrage : - Mse à dsposton du ste de constructon et des éléments extéreurs ; - Formaltés auprès des autortés locales ; - Sgnatures des accords de lcence ; - Retards de paement et non paement. Les éléments lés aux oblgatons de l ngénere : - Erreurs ou omssons dans la défnton technque du projet ; - Erreurs ou omssons dans l évaluaton du budget et des éléments de plannng. Rsques lés aux clauses et garantes contractuelles : - Monnae de règlement et termes du paement (rsque de change) ; - Prx ferme et non révsable (rsque d nflaton) ; - Déla garant ; - Garantes sur les matérels et équpements entre la récepton provsore et la récepton défntve ; - Garante décennale sur les ouvrages de géne cvl et bâtments. Eléments lés à la défallance des fournsseurs et des sous-tratants : - Ruptures de stocks des fournsseurs ; - Modfcatons de délas de lvrason ou de réalsaton ; 12

13 Evaluaton des projets et estmaton des coûts - Falltes ; - Incdents durant le transport ou durant le montage et démarrage des matérels et équpements. Autres éléments dffclement prévsbles : - Désastres naturels ; - Actes de guerre et de sabotage ; - Grèves Un des manuels classques d estmaton «Jelen s ost and Optmzaton Engneerng» de K. Keneth propose un tableau des dfférents facteurs pouvant nfluencer le coût d un projet en dstnguant les facteurs nternes et les facteurs externes : Facteurs externes. Système poltque Régme poltque Envronnement poltque: stable/nstable orrupton Atttude vs à vs des affares Imposton, taxaton, légslaton Poltque de change Système jurdque Econome Nveau de développement ondtons de marché Nveau de ve Taux d nflaton Etat du développement technologque Système socal et de traval ulture et coutumes Nombre de langues Relgon Vacances Atttude vs à vs des affares / du gouvernement Système syndcal Temps de traval quotden Durée hebdomadare du traval Nveau d éducaton et de formaton Productvté Drot du traval, pratque Système fnancer oût et dsponblté de l assstance légale système judcare - atttude à l égard des entreprses Pratques contractuelles Voes de recours apacté des fournsseurs apacté des fournsseurs de servces Dsponblté des captaux Fluctuatons des taux de change oût de l argent Moyens de paement oût et dsponblté des assurances Facteurs nternes Localsaton Accessblté aux transports, communcatons, servces et souten technque Dsponblté de la man d oeuvre et des matères aractérstques du ste: ressources naturelles, topographe, état des sols, utlsatons précédentes, condtons météorologques... Espace dsponble: usnes, bureaux. Poltques de management Sécurté Qualté Formaton Avantages aux salarés Relatons Type d ndustre Haute technologe Intensve en traval Servce / Fabrcaton / Industre de process Importance des produts lés et des déchets 13

14 Evaluaton des projets et estmaton des coûts 2. Evaluaton des rsques portant sur les coûts du projet Tout coût, estmé ou mesuré, est de nature statstque. En théore, l est possble de construre une foncton de densté de probablté pour un coût. Un coût peut donc être caractérsé par quelques valeurs caractérstques de sa densté de probablté : la valeur moyenne du coût; la valeur modale du coût, c est à dre la valeur la plus probable; la valeur maxmale et la valeur mnmale; l écart-type du coût. L évaluaton du rsque attaché à l estmaton d un coût global suppose tout d abord d avor estmé les fonctons de dstrbuton des estmatons ndvduelles de coût. A) Détermnaton de la foncton de densté d une estmaton ndvduelle Les données nécessares à l estmaton ndvduelle d un coût sont deux types: sot de données hstorques, sot des jugements d experts. Les données hstorques supposent l exstence de bases de données nternes ou externes à l entreprse. ertanes méthodes, comme les méthodes d estmaton analogque ou paramétrque peuvent utlser à la fos des données hstorques et des jugements d experts. En conséquence, la méthode permettant de détermner la foncton de dstrbuton du coût sera adaptée à la nature des données. a) Estmaton du coût à partr de données hstorques. Dans ce cas, les données observées peuvent être consdérées comme un échantllon aléatore de la dstrbuton de probablté à dentfer. La démarche peut être schématsé en quelques étapes : détermner s la varable dont on cherche à obtenr la dstrbuton est dscrète ou contnue ; utlser les données hstorques pour défnr drectement une dstrbuton emprque ou pour détermner une dstrbuton théorque. Dans ce derner cas, l utlsaton d une foncton de dstrbuton connue, ayant une expresson mathématque, smplfe le problème pusqu l sufft de détermner les paramètres sgnfcatfs ; détermner s la varable statstque représentant l estmaton ndvduelle du coût est ndépendante ou non d autres varables du modèle du coût global. e 14

15 Evaluaton des projets et estmaton des coûts pont est mportant lorsqu on utlse la smulaton pour défnr la foncton de dstrbuton du coût global. ette tâche est grandement facltée par l utlsaton de logcels permettant l ajustement d une dstrbuton observée à une dstrbuton théorque. b) Estmaton du coût à partr de l opnon d experts. Dans ce cas, la lo de probablté du coût est obtenue à partr des opnons des experts qu réalsent l estmaton du coût. L estmaton de la lo de probablté d un coût à partr d opnons d experts est utlsée lorsque les données sur les coûts n ont pas été collectées par le passé ou lorsque les données collectées ne sont plus pertnentes pour estmer les coûts du projet. e derner cas de fgure se produt notamment en cas de changements mportants : utlsaton de technologes entèrement nouvelles, évolutons mportantes dans l envronnement commercal... L ncerttude lée aux estmatons subjectves a deux orgnes : l ncerttude de la varable estmée elle-même ; l ncerttude provenant du manque de connassance de l expert sur la varable. En pratque, l n est pas possble de dfférencer ces deux sources d ncerttude. En conséquence, le processus de détermnaton de probabltés subjectves par des experts n est pas exempt de bas et d erreurs systématques. D. Vose (1996) présente quelques bas tradtonnels lés aux heurstques que les experts emploent pour fournr des estmatons subjectves : l expert utlse sa mémore des occurrences passées de l événement pour fournr l estmaton. En conséquence, la probablté d occurrence de l événement sera sous-estmée lorsqu l est dffcle pour l expert de se souvenr des occurrences passées de l événement. un deuxème type de bas provent du fat que l expert se concentre sur un détal partculer du problème et occulte l ensemble du problème. l expert peut également avor trop confance dans son estmaton de la valeur modale de survenance de l événement et, en conséquence, mésestmer l étendue des valeurs que peut prendre le coût. es bas dovent être complétés par d autres éléments tels que, par exemple, ceux qu relèvent de la culture de l expert ou de l organsaton dans laquelle l se trouve et qu peuvent grandement fausser les estmatons. Les dstrbutons de probablté s obtennent, en pratque, lors d entreten avec des experts. Les dstrbutons statstques utlsées pour modélser l opnon des experts peuvent être de deux types (Gard, 1991) : des dstrbutons statstques emprques : on obtent une foncton de répartton d un coût drectement à partr d entretens. 15

16 Evaluaton des projets et estmaton des coûts des dstrbutons statstques théorques : dans ce cas, l objectf est de détermner à partr des opnons des experts quelques paramètres clés de la dstrbuton théorque prvlégée. Les prncpales dstrbutons théorques retenues, en pratque, sont (Gard, 1991 ou Vose, 1996) : la dstrbuton unforme ; la dstrbuton Bêta ; la dstrbuton trangulare ; et la dstrbuton normale. Le chox d une lo de dstrbuton est lée à la forme générale de sa courbe de dstrbuton qu apparaît acceptable par rapport au degré de connassance des choses par l expert. B) Evaluaton du rsque attaché à l estmaton du coût du projet L évaluaton globale du rsque attaché à l estmaton du coût repose sur des méthodes dfférencées selon la phase du cycle de ve du projet de développement du produt nouveau (Bellut, 199). En phase de concepton prélmnare, la quantfcaton du rsque se base sur l utlsaton de pourcentages: Il s agt d attrbuer une fourchette en pourcentage autour de la valeur centrale pour tenr compte des rsques assocés au projet. ette technque est assocée à la méthode d estmaton par analoge. En phase de concepton détallée, le rsque est quantfé selon la méthode des moments. La méthode des moments remplace chaque varable statstque par sa moyenne et sa varance et utlse les règles suvantes pour estmer la moyenne et la varance du coût global: la moyenne d une somme de varables aléatores est égale à la somme de leur moyenne : l s agt d une proprété générale de la moyenne. ( x+ y) x+ y la moyenne du produt de deux varables aléatores est égal au produt de leur moyenne ; ( x. y) x. y la varance de la somme de deux varables aléatores ndépendantes est égale à la somme de leur varances : Var( x + y) Var( x) + Var( y) de même, le varance du produt de deux varables aléatores ndépendantes est égale au produt des varances : Var( x. y) Var( x). Var( y) 16

17 Evaluaton des projets et estmaton des coûts On estme que le résultat sut une dstrbuton normale, ce qu suppose que le nombre de varables aléatores entrant dans le modèle sot élevé. Les hypothèses mplcte de l estmaton des rsques par la méthode des moments sont donc : que les dfférentes varables composant le coût global du projet sont ndépendantes statstquement ; que le résultat sut approxmatvement une dstrbuton normale, ce qu suppose que, sot les dfférentes varables du modèle soent dstrbuées normalement (la somme ou la dfférence de deux varables aléatores ndépendantes, suvant des los normales, sut elle-même une lo normale), sot le nombre de varables ncertanes est grand ( en pratque, supéreur à trente) et aucune de ces varables n a d mpact sgnfcatf sur le résultat. ette dernère condton résulte du théorème de la lmte centrale. Dans les phases ultéreures du projet, la quantfcaton du rsque assocé au coût global est réalsée par la méthode de Monte-arlo. Le pont de départ de la méthode est la foncton de répartton des coûts élémentares aléatores. Des nombres au hasard sont trés et à chaque nombre est assocé la valeur du coût détermné par la foncton de répartton. Ans, un échantllon aléatore de n valeurs du coût est détermné. La même technque est utlsée pour obtenr un échantllon aléatore de n valeurs de chaque coût élémentare. Le coût global, somme de varables aléatores, est obtenu par applcaton du modèle mathématque ntalement détermné. La méthode ne peut être utlsée que lorsque les varables aléatores élémentares sont statstquement ndépendantes. ependant, certans logcels de smulaton permettent de prendre en compte la dépendance des varables aléatores élémentares (Gard, 199, page 12), en ntrodusant des coeffcents de corrélaton entre des tâches ou des actvtés. e pont condut à certanes dffcultés : le coeffcent de corrélaton entre les coûts respectfs de deux tâches a un caractère symétrque, alors qu en pratque, l y a une relaton de causalté, entre les deux coûts, qu a rarement un caractère symétrque ; en pratque, l estmaton du coeffcent de corrélaton entre les coûts respectfs de deux tâches peut poser des dffcultés d estmaton, notamment en rason des effets de propagaton vers l aval. ) Utlsaton d outls nformatques. ertans logcels généralsent la méthode de Monte-arlo et permettent d obtenr la dstrbuton de probabltés de résultats. La sute de logcels d ade à la décson, PALISADE, utlse la méthode de Monte-arlo pour obtenr des dstrbutons de probabltés de fonctons de varables aléatores sous Mcrosoft Excel. 17

18 Evaluaton des projets et estmaton des est un add-n qu étend les fonctonnaltés de Mcrosoft Excel en permettant d évaluer l mpact du rsque sur une décson à partr de la méthode de Monte-arlo. Le logcel permet notamment de procéder à des analyses de scénaros et des analyses de sensblté des résultats. Grâce aux statstques de smulaton fournes par le logcel, l est possble d obtenr la probablté d attendre un résultat cble (fonctonnalté ntéressante notamment en stuaton de concepton à coûts objectfs, un exemple est dans Gard, 1995) et d dentfer les données qu ont un mpact sur ces valeurs cbles. Le logcel permet également d analyser la sensblté des résultats. Enfn, par rapport à la méthode de Monte-arlo classque, le logcel offre à l utlsateur la possblté d ntrodure des coeffcents de corrélaton entre les dfférentes varables. Il exste également un logcel possédant les mêmes fonctonnaltés adaptées à la geston de projet for Project, qu établt un len Project et Mcrosoft Excel. Il permet certanes analyses de rsques pour les projets en utlsant la méthode de smulaton de Monte-arlo, notamment en termes de délas et de budget. Le logcel Bestft permet de détermner la «melleure» foncton de dstrbuton de probablté applcable à une sére de données. Le logcel content 28 fonctons de dstrbuton théorques. Le logcel utlse un certan nombre de tests pour juger de l adéquaton de la dstrbuton des données à la dstrbuton théorque : h2, Anderson-Darlng et Kolmogorov-Smrnov. L utlsaton de ce type d outl nécesste la consttuton par l entreprse de bases de données fables. 3. ouverture et provsonnement des rsques Il exste tros méthodes pour se couvrr contre les rsques lés à l estmaton des coûts du projet : - Effectuer des études assez précses pour rédure les rsques technques ; - Inclure dans le prx de vente une provson suffsante ; - Prendre une assurance auprès d un organsme hablté (assurances OFAE contre les rsques poltques et les rsques de change, cauton bancare concernant le rsque de non-règlement ). Les tros solutons sont en général utlsées en parallèle et suvant les types de rsques. On dstngue en général deux types de provsons : Les provsons technques, décdées entre l estmateur et chaque servce de réalsaton, couvrant les aléas de défnton et de cotaton par catégore ; 18

19 Evaluaton des projets et estmaton des coûts Les provsons de projet, estmées d un commun accord entre les dfférentes partes prenantes (commercales, admnstratves, fnancères ) en foncton des assurances, du marché, de la poston de l entreprse 3.1. Les provsons technques La détermnaton et le contrôle des provsons technques nécesstent une évaluaton et une affectaton par «cost code». Le nveau des provsons technques sera à étuder pour chaque type de projet : Les nstallatons nouvelles composées d untés connues ; Les nstallatons nouvelles composées d untés construtes pour la premère fos (nouveaux procédés ou projets réalsés dans des condtons nhabtuelles) ; La réhabltaton ou la modfcaton d untés ancennes. L évaluaton des provsons technques repose sur des nformatons hstorques venant de projets équvalents ou sur l expertse des membres de l équpe. Les provsons technques peuvent couvrr les ponts suvants : Aléas au nveau des études en rason de changements qu s avèrent nécessares pour construre l unté et la rendre opératonnelle, la nature de ces changements n étant pas connue au moment de l évaluaton du coût du projet ; Des aléas pour tenr compte de quanttés supplémentares de facteurs dues aux pertes, vols, erreurs d exécuton ou accdents de mse en servce ; Des aléas pouvant résulter d erreurs commses et nécesstant de refare des études, de modfer des équpements ou de refare des travaux ; Des aléas résultant de varatons des prx de certanes ressources. A ttre d exemple, les pourcentages habtuellement rencontrés pour couvrr les provsons technques sont les suvants : Provson sur le coût des équpements prncpaux de 2 à 6 % ; Provsons sur quanttatfs : Tuyauteres 5 à 15 % Instrumentaton, électrcté 1 à 25 % Géne cvl 1 à 2 % 3.2. Les provsons pour rsques Elles sont lées aux aléas résultant d évènements non prévsbles, de postes budgétares dffclement quantfables ou du caractère aléatore de l estmaton. es aléas sont la plupart du temps évalués au nveau de l ensemble du projet. 19

20 Evaluaton des projets et estmaton des coûts est à ce nveau que l utlsaton des méthodes statstques (type smulaton aléatore) est ntéressante. IV. Présentaton générale des méthodes d estmaton des projets de développement de produts nouveaux Phases Objectfs Documents ontrôles Analyse du marché Préconcepton Etudes du marché du futur produt. Dosser de présentaton du projet Etudes de fasablté Etudes du projet sous les aspects technques, calendares et fnancers. aher des charges ommsson d acceptaton du programme de développement oncepton Défnton Industralsaton Qualfcaton et homologaton hox défntf du concept et des exgences fonctonnelles des performances technques et économques attendues. Spécfcatons du produt Revue crtque de concepton Etudes des documents technques et économques répondant à la concepton. Dosser de défnton Revue crtque de défnton Etudes des documents de producton répondant à la défnton. Dosser ndustrel Revue crtque du premer artcle Essas fnaux de qualfcaton. Vérfcatons économques. Homologaton du produt. ertfcats d homologaton ommsson de qualfcaton et d homologaton Les dverses méthodes d estmaton ont en commun l hypothèse mplcte que l expérence passée consttue une base rasonnable pour prévor le futur. ependant, les nformatons dsponbles durant les phases du cycle de ve sont de nature dfférente et, en conséquence, la méthode d estmaton dot être adaptée à l nstant du calcul. Le tableau suvant (Bellut, 199) présente le len entre les phases du projet de concepton et de développement du produt nouveau, les méthodes d estmaton du coût et la quantfcaton des rsques relatfs à la méthode d estmaton. Méthodes d estmaton et phases du cycle de ve Etudes prélmnares Etudes de concepton Développement Industralsaton Producton Défnton du projet par foncton (Structure Hérarchsée des fonctons) par produt (Organgramme technque) par tâche (Structure Hérarchsée des travaux) Méthode d estmaton Méthode analogque Méthode paramétrque Méthode analytque Quantfcaton des rsques attachés à la méthode d estmaton Utlsaton de pourcentages Moments des dstrbutons Smulaton de Monte-arlo La mse en œuvre des méthodes d estmaton des coûts dot se fare à l ntéreur de lmtes précsément défnes, concernant notamment : 2

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

Vous ne visualisez pas correctement cet email

Vous ne visualisez pas correctement cet email Vous ne vsualsez pas correctement cet emal Pluseurs lens qu créent du len sur SFR Busness Team Pour plus d nformaton sur nos offres sfrbusnessteam.fr Consultez les mentons légales et le glossare SFR -

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT

Cette documentation provient du site www.arclim.eu et fait référence au produit suivant : PWRPR0000. Prix unitaire : 1732.77 HT Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Interfaces Windows 8 et Bureau

Interfaces Windows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Interfaces Wndows 8 et Bureau Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître sur son écran la toute

Plus en détail

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone Applcaton de modèles grande échelle à la problématque régonale : cas de l ozone Laboratore Central de Survellance de la Qualté de l Ar Conventon n 115/03 Cécle HONORÉ, Laure MALHERBE Unté Modélsaton et

Plus en détail

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement Scorng sur données d entreprses : nstrument de dagnostc ndvduel et outl d analyse de portefeulle d une clentèle Mrelle Bardos Ancen chef de servce de l Observatore des entreprses de la Banque de France

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

T3 Comfort raccordé a IP Office

T3 Comfort raccordé a IP Office IP Telephony Contact Centers Moblty Servces T3 Comfort raccordé a IP Offce Benutzerhandbuch User's gude Manual de usuaro Manuel utlsateur Manuale d uso Gebrukersdocumentate Sommare Sommare Se famlarser

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l'ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE

RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE régon Provence-Alpes-Côte d Azur RÉNOVATION ET CONSTRUCTION DURABLE BILAN ANNUEL 2013 1 Octobre 2014 Avant-propos Face aux enjeux envronnementaux en len avec notre secteur d actvté, les admnstrateurs de

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Bibliothèque de documents

Bibliothèque de documents Bblothèque de documents Bblothèque de documents SharePont 2010 Vue d ensemble Dans un ste SharePont, les bblothèques permettent de stocker des éléments de types dfférents : des documents, des mages, des

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009 Créer ou reprendre une entreprse, Ou, mas comment? Gude de la créaton 1 er semestre 2009 et de la reprse d entreprse Futurs entrepreneurs, venez nous rencontrer! Chambre de Commerce et d Industre de Rennes

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès ranças d'acoustque Lyon, 1-16 Avrl 010 Imagere acoustque en soufflere SA Arnaud Ménoret 1, Nathale Gorllot, Jean-Luc Adam 3 1 Sgnal Développement, 1 Bld Chassegne, 86000 Poters, a.menoret@sgnal-developpement.com

Plus en détail

L indice suisse des prix de la construction Octobre 2010=100

L indice suisse des prix de la construction Octobre 2010=100 Département fédéral de l ntéreur DFI Offce fédéral de la statstque OFS Actualtés OFS 5 Prx Neuchâtel, jullet 211 L ndce susse des prx de la constructon Octobre 21=1 Aperçu méthodologque Rensegnements:

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE B-P, 12091 NIAMEY NIGER Té1 : 7320-58 Drecton de Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural (DPOR/GER) NIAMEY Té1

Plus en détail

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains :

Comparaison des niveaux des prix et de la consommation dans les pays africains : Comparason des nveaux des prx et de la consommaton dans les pays afrcans : Premers résultats du Programme de comparason nternatonale pour l Afrque RAPPORT PRINCIPAL Mars 2007 Dvson du développement des

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

Conception de l architecture d un système dirigée par un modèle d urbanisme fonctionnel

Conception de l architecture d un système dirigée par un modèle d urbanisme fonctionnel Concepton de l archtecture d un système drgée par un modèle d urbansme fonctonnel Jacques Smonn To cte ths verson: Jacques Smonn. Concepton de l archtecture d un système drgée par un modèle d urbansme

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail