Rémunération des propriétaires dirigeants Troisième partie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rémunération des propriétaires dirigeants Troisième partie"

Transcription

1 Rémunération des propriétaires dirigeants Troisième partie Par DON GOODISON, CFP, FCGA Cotisations de membre non déductibles Automobile fournie par la société Prêts sans intérêt et autres prêts Allocations de retraite Régimes de revenus différés Conclusion Dans les première et deuxième parties de la présente série d articles, nous avons traité des formes de rémunération des propriétaires dirigeants les plus courantes, soit les salaires et traitements ainsi que les dividendes. Le présent article porte sur plusieurs autres mécanismes de rémunération des propriétaires dirigeants; certains sont assez connus, d autres moins. Cotisations de membre non déductibles L une des conséquences de la refonte en profondeur de la Loi de l impôt sur le revenu (Loi) en 1972 a été l élimination des déductions au titre de l utilisation d installations récréatives comme les terrains de golf et les pavillons. La déduction des dépenses liées à l utilisation d un bateau de plaisance a également été interdite dans le calcul du revenu. Ces changements ont été mis en œuvre au moyen de l ajout de l alinéa 18(1)l), qui précise ce qui suit : Dans le calcul du revenu du contribuable tiré d une entreprise ou d un bien, les éléments suivants ne sont pas déductibles : une dépense engagée ou effectuée par le contribuable après 1971 : i) soit pour l usage ou l entretien d un bien qui est un bateau de plaisance, un pavillon, un chalet-hôtel ou un terrain ou une installation de golf, sauf si le contribuable a engagé ou effectué cette dépense dans le cours normal des activités de son entreprise qui consiste à fournir ce bien contre loyer ou récompense; ii) soit à titre de cotisation (droit d inscription ou autre) à une association dont l objet principal consiste à fournir à ses membres des installations pour les loisirs, le sport ou les repas. Quel que soit le raisonnement du législateur, la déduction de ces dépenses a été considérée comme étant un abus du régime fiscal. Sans vouloir trop insister sur la question, mentionnons toutefois que, comme pour toute autre dépense, les dépenses liées à ces activités «condamnables» sont parfois réellement engagées à des fins commerciales. Depuis 1971, de nombreuses sociétés ont pour pratique courante d imputer à titre de prêt à un actionnaire les dépenses effectuées au profit d un actionnaire, ou à titre d avantage imposable, les dépenses effectuées au profit d un employé. Le raisonnement est le suivant : si la dépense n est pas déductible, c est que l entreprise ne l a pas engagée. Toutefois, une dépense non déductible aux fins fiscales peut très bien constituer une dépense légitime de l entreprise. Cette dépense devra toutefois être rajoutée dans le revenu de l entreprise, dans le formulaire T2S(1), au moment du calcul du revenu imposable. Il pourrait d ailleurs en découler des économies d impôt pour le propriétaire dirigeant qui, par le fait même, aura plus d argent dans ses poches. La situation peut être illustrée au moyen de l exemple ciaprès.

2 Exemple Marc Couture, propriétaire d une petite entreprise prospère, est un fanatique du golf. Il invite souvent ses clients, actuels et potentiels, à une partie de golf et à un repas au club de golf. La société adhère au club de golf local et paie tous les frais associés à l adhésion. Lorsque Marc utilise l adhésion de la société à des fins autres que professionnelles, la société lui impute une charge. La cotisation annuelle est de $. Le revenu imposable de Marc s établit à $, compte non tenu de l ajustement au titre de la cotisation au club de golf. Le revenu net de la société est de $, compte non tenu de l ajustement au titre de la cotisation au club de golf. Pour les fins du présent exemple, nous utiliserons les taux d imposition en vigueur en Ontario pour * Imputation au compte de prêt à l actionnaire et ajout au salaire Revenu de la société $ Plus : Cotisation au club de golf Moins : Salaire supplémentaire de l actionnaire (5 000) Revenu imposable $ Impôt exigible de la société $ Revenu imposable du particulier $ Salaire supplémentaire au titre de la cotisation au club de golf Revenu imposable $ Impôt exigible du particulier $ Impôt combiné du particulier et de la société $ Rajout au revenu de la société Revenu de la société $ Plus : Cotisation au club de golf Revenu imposable $ Impôt exigible de la société $ Revenu imposable du particulier $ Impôt exigible du particulier $ Impôt combiné du particulier et de la société $ Économie d impôt découlant du rajout au revenu de la société = $ $ $ * Les résultats varieront selon la province ou le territoire de résidence. La décision de rajouter la dépense au revenu de la société doit découler d une analyse approfondie. Il convient de maintenir une documentation minutieuse, précisant les noms des personnes visées par les dépenses, les dates et les lieux, afin de pouvoir justifier la déduction des dépenses à titre de frais professionnels. S il est établi que les dépenses n ont pas été engagées à des fins commerciales, on considérera que le particulier s est approprié les fonds de la société, et ces dépenses devront être ajoutées au revenu du particulier. En outre, ces dépenses ne seront pas admissibles à titre de déduction par la société. Si les revenus de la société et du particulier se trouvent tous deux dans les fourchettes d imposition les plus élevées, le montant de l impôt combiné pourrait être supérieur au montant de la dépense. En revanche, s il peut être établi que des dépenses comme les cotisations à un club de golf, les droits de jeu, les cotisations à un club social ou sportif profitent davantage à la société qu au particulier, elles ne seront pas considérées comme étant un avantage imposable pour le particulier. Rémunération des propriétaires dirigeants Troisième partie 2

3 Selon certaines études, les employés en bonne forme physique sont plus productifs que les autres. Au cours des dernières années, les sociétés ont commencé à offrir, sur les lieux de travail, des salles d exercice destinées à leur personnel. L Agence des douanes et du revenu du Canada (ADRC) a signalé que, si ces salles sont à la disposition de tous les employés, les avantages qui en découlent ne sont pas imposables. Automobile fournie par la société Aujourd hui encore, certaines sociétés fournissent une automobile à leurs actionnaires et aux membres de leur équipe de direction, estimant ainsi leur offrir un incitatif avantageux sur le plan fiscal. Or, bien que ce soit le cas lorsque l automobile est fournie à un employé qui n est pas un actionnaire de la société, il en est tout autrement lorsque l employé est également propriétaire de l entreprise. Lorsqu une société met une automobile à la disposition d un employé, pour son usage personnel, l employé doit payer l impôt sur les «frais pour droit d usage». Ces frais varient selon que la société loue l automobile ou en est propriétaire. Si la société est propriétaire de l automobile, le taux minimum des frais pour droit d usage correspond à 2 % du coût de l automobile multiplié par le nombre de périodes de 30 jours durant lesquelles l automobile était à la disposition de l employé. Si l automobile est louée, le taux minimum des frais pour droit d usage correspond aux deux tiers des frais de location. À ces montants, la société doit ajouter les frais de fonctionnement applicables, déduction faite de tout remboursement fait à l employé, plus la TPS sur les frais pour droit d usage et les frais de fonctionnement. Il existe une «disposition d allègement» (récemment modifiée et entrant en vigueur pour 2003) selon laquelle le taux minimum des frais pour droit d usage peut être réduit si l automobile est principalement utilisée à des fins professionnelles, c est-à-dire lorsque au moins 50 % de la distance totale (auparavant 90 %) a été parcourue à des fins professionnelles et si l employé a parcouru moins de kilomètres (auparavant 1 000) par mois à des fins personnelles (ou kilomètres par année). Pour se prévaloir de cette disposition d allègement, l employé doit satisfaire aux deux conditions. L employé doit tenir un registre du nombre de kilomètres parcourus afin d être en mesure d étayer la déduction demandée. Les calculs relatifs aux avantages liés à l utilisation d une automobile sont complexes et peuvent être établis au moyen du formulaire intitulé Feuille de travail Calcul de l avantage relatif à une automobile pour 2003 et les années d imposition suivantes. En outre, le Bulletin d interprétation IT-63R5 présente une analyse approfondie des aspects techniques des règles. Les expressions «minimum» et «à la disposition» sont particulièrement importantes lorsqu il s agit d établir les frais pour droit d usage. D abord, comme l expression l indique, les frais pour droit d usage minimum représentent le montant qui, sous réserve des dispositions d allègement susmentionnées, sera ajouté au revenu de l employé, quelle que soit l étendue de l utilisation de l automobile à des fins personnelles. Ensuite, l expression «à la disposition» est également explicite : si l automobile est mise à la disposition de l employé, celui-ci devra inclure un avantage relatif aux frais pour droit d usage dans sa déclaration de revenus même s il n a pas utilisé l automobile. Cependant, pour un dirigeant qui n est pas actionnaire de la société, l utilisation d une automobile mise à sa disposition par la société peut constituer un mécanisme de rémunération avantageux sur le plan fiscal, comme l illustre l exemple ci-après. Rémunération des propriétaires dirigeants Troisième partie 3

4 Exemple Automobile Automobile appartenant appartenant au particulier à la société Coût du véhicule $ $ Emprunt $ s.o. Taux d intérêt du concessionnaire 3,90 % s.o. Durée de l emprunt 5 s.o. Versements mensuels 316,91 $ s.o. Frais de fonctionnement annuels, y compris les assurances $ $ Taux d imposition marginal du particulier s.o. 40,44 Année 1 Versement initial $ s.o. Total des versements mensuels $ s.o. Total des frais de fonctionnement $ $ Frais pour droit d usage minimum s.o $ Total des frais pour droit d usage s.o $ Taux d imposition marginal s.o $ Total des dépenses de l employé pour l année $ $ L employé doit débourser $ de moins la première année si la société est propriétaire de l automobile. De la deuxième à la cinquième année, les économies annuelles sont de $. En fait, le total des économies est supérieur au coût de l automobile sur la durée de l emprunt de cinq ans. Les résultats sont cependant moins spectaculaires lorsque le revenu du particulier se trouve dans une fourchette d imposition moins élevée. Ce mécanisme n est pas aussi avantageux pour les propriétaires dirigeants, car il faut tenir compte des incidences fiscales combinées du particulier et de la société. Il faudrait donc ajouter le coût de l automobile aux dépenses de la société pour la première année, ce qui ferait grimper le montant net des dépenses à $ pour l année 1. Sur une période de cinq ans, les dépenses totaliseraient $ si le particulier achetait lui-même l automobile et $ s il utilisait l automobile fournie par la société. L un des principaux inconvénients de l utilisation d une automobile fournie par la société est le plafond de la déduction pour amortissement (DPA) de la société. En effet, les automobiles dont le coût est supérieur à $ font partie de la catégorie 10.1 aux fins de l établissement de la DPA, soit une catégorie dont le plafond de la DPA est calculé sur un coût de $, plus les taxes applicables. Malheureusement, lorsque des automobiles classées dans la catégorie 10.1 sont mises à la disposition des employés, pour leur usage personnel, les frais pour droit d usage sont calculés en fonction du coût réel de l automobile et non pas du plafond de la DPA de la société. En outre, il ne se révèle pas avantageux de fournir à un employé une automobile appartenant déjà à la société, car les frais pour droit d usage sont alors fondés sur le coût initial de l automobile et non pas sur sa valeur marchande actuelle. Par exemple, si la société fournit à un employé, pour son usage personnel, une automobile acquise il y a cinq ans au coût de $ et dont la juste valeur marchande s établit actuellement à $, les frais pour droit d usage seront calculés en fonction du coût d origine de $ et non pas de la juste valeur marchande de $. Essentiellement, les résultats sont les mêmes que l automobile soit louée ou achetée. Les tribunaux ont toutefois établi que les frais pour droit d usage relatifs à la location d une automobile d occasion doivent être calculés en fonction du prix de détail original du fabricant, et non pas de la juste valeur marchande actuelle de l automobile. Il serait donc Rémunération des propriétaires dirigeants Troisième partie 4

5 plus judicieux de louer une automobile neuve plutôt qu une automobile d occasion lorsque que les frais pour droit d usage doivent être calculés. Les allocations pour usage d une automobile pourraient bien constituer le moyen le plus efficace de transférer des fonds au propriétaire dirigeant lorsque l automobile est utilisée à des fins professionnelles. Une allocation raisonnable ne sera pas imposable pour le particulier, mais elle sera déductible dans le calcul du revenu imposable de la société. L ADRC prévoit les allocations suivantes pour 2003 : 0,42 $ le kilomètre pour les premiers kilomètres; 0,36 $ le kilomètre pour tous les autres kilomètres; un supplément de 0,04 $ le kilomètre pour les déplacements dans les Territoires du Nord- Ouest, au Yukon et au Nunavut. Compte tenu de ce qui précède, un propriétaire dirigeant qui parcourt kilomètres à des fins professionnelles durant l année peut obtenir une allocation de $ de la société. Les avantages liés aux automobiles peuvent s avérer une forme de rémunération intéressante pour les propriétaires dirigeants. Il faut toutefois évaluer chaque situation individuellement pour déterminer s il est plus avantageux que le particulier utilise une automobile fournie par la société ou qu il achète lui-même une automobile. Prêts sans intérêt et autres prêts En vertu du paragraphe 15(2) de la Loi, les particuliers doivent inclure dans leur revenu le montant des fonds reçus d une société dont ils sont actionnaires. Toutefois, il n est pas obligatoire d inclure certains prêts et avances dans le revenu si certaines conditions sont remplies. Ces exemptions, qui sont décrites en détail aux paragraphes 15(2.3), 15(2.4) et 15(2.6), s établissent comme suit : prêts consentis dans le cours normal des activités de l entreprise habituelle de prêt d argent du prêteur 15(2.3); prêts ayant pour objet de permettre à l employé d acquérir une habitation destinée à son propre usage 15(2.4)b); prêts ayant pour objet de permettre à l employé d acquérir, auprès de la société ou d une société liée à celle-ci, des actions non émises antérieurement, entièrement libérées de son capital-actions 15(2.4)c); prêts ayant pour objet de permettre à l employé d acquérir un véhicule à moteur pour son usage dans l exercice des fonctions de sa charge ou de son emploi 15(2.4)d); prêts remboursés dans un délai d un an suivant la fin de l année d imposition du prêteur au cours de laquelle ils ont été consentis. Dans tous les cas, les modalités de remboursement doivent avoir été établies de bonne foi. Malheureusement, toute disposition fiscale avantageuse a ses limites. En effet, les exemptions précédentes portent toutes sur les prêts consentis à des employés et non pas à des actionnaires. Ils doivent donc être consentis au propriétaire dirigeant en sa qualité d employé et non pas d actionnaire. Lorsque le propriétaire dirigeant est le seul employé et le seul actionnaire de la société, il est impossible de savoir si l ADRC considérera le prêt comme un prêt accordé à un employé ou un prêt consenti à un actionnaire. Il est fortement recommandé de préciser, dans le procès-verbal faisant état de l autorisation du prêt, que le prêt a été consenti à un employé. Rien ne garantit que l ADRC en tiendra compte, mais cela ne pourra certainement pas nuire. Il n est pas nécessaire d exiger des intérêts sur les prêts consentis à des employés ou à des actionnaires. En fait, il est plutôt recommandé de ne pas en exiger. Selon l article 80.4 de la Loi, si aucun intérêt n est exigé sur le prêt, l emprunteur sera réputé avoir reçu un avantage Rémunération des propriétaires dirigeants Troisième partie 5

6 imposable calculé en fonction d un taux d intérêt prescrit. Ce taux est établi chaque trimestre par l ADRC. Le taux utilisé pour établir l avantage imposable (sauf certaines exceptions) ne peut jamais être supérieur au taux prescrit en vigueur au moment où le prêt a été obtenu. Il peut cependant être inférieur si le taux prescrit est réduit par la suite. Par exemple, le taux prescrit pour les avantages reçus au cours de la période allant du 1 er juillet 2003 au 30 septembre 2003 est de 4 % par an. L avantage imposable sur un prêt obtenu au cours de cette période sera donc calculé au taux de 4 %. Si le taux est porté à 5 % pour le trimestre, l avantage demeurera à 4 %. En revanche, si le taux est ramené à 2 % pour ce trimestre, l avantage sera calculé au taux réduit de 2 %. En ce qui concerne les prêts à l habitation, le taux doit être ajusté tous les cinq ans, comme la plupart des hypothèques commerciales. Si aucun intérêt n est exigé, tous les versements seront affectés au remboursement du principal du prêt, ce qui se traduira par une réduction de la période de remboursement du prêt ou du montant des versements. En outre, le montant des dépenses du propriétaire dirigeant au titre des intérêts se limitera au montant de l impôt au taux prescrit. Par exemple, si un prêt hypothécaire commercial de $ porte intérêt au taux de 4,75 % sur une période de remboursement de 25 ans, les versements mensuels s établiront à $. Si aucun intérêt n est exigé, les versements mensuels seront ramenés à 667 $. Après cinq ans, le total des versements sur le prêt hypothécaire commercial s établira à $. Si le taux d imposition marginal du propriétaire dirigeant est de 44,5 %, le total combiné des versements effectués, majoré de l impôt au taux prescrit de 3 %, sera de $, soit une économie réelle de $ pour le propriétaire dirigeant. Après cinq ans, le solde du prêt hypothécaire commercial s établira à $, tandis que le solde du prêt sans intérêt s établira à $. L article 80.5 de la Loi précise que, lorsqu un avantage est réputé avoir été reçu en vertu de l article 80.4 au cours d une année d imposition, le montant de l avantage est réputé, conformément au sous-alinéa 8(1)j)i) et à l alinéa 20(1)c), représenter des intérêts payés au cours de l année et payables à l égard de l année par un débiteur conformément à une obligation légale de payer des intérêts sur de l argent emprunté. Par conséquent, si le prêt a été obtenu en vue de l acquisition d une automobile ou d actions d une société ou d une société liée à celle-ci, ou à toute autre fin déductible, l avantage sous forme d intérêts peut être déductible si les exigences du sous-alinéa 8(1)j)i) et de l alinéa 20(1)c) sont autrement satisfaites. Dans pareil cas, l incidence fiscale nette de l avantage serait nulle. Allocations de retraite Avant 1996, les allocations de retraite versées aux employés étaient admissibles à titre de cotisations à un régime enregistré d épargne-retraite (REER), sous réserve de certains plafonds. Le montant admissible correspondait à $ pour chaque année au cours de laquelle le particulier était un employé de l employeur ou d une personne liée à l employeur, plus $ pour chaque année avant 1989 pour laquelle l employeur n a pas versé de cotisation à un régime de participation différée aux bénéfices ou à un régime de pension agréé. Malgré son abrogation pour les années postérieures à 1995, cette disposition continue de s appliquer aux années antérieures à Ainsi, un propriétaire dirigeant qui est entré en fonction en 1980 et qui prend sa retraite en 2003 pourrait transférer à son REER une allocation de retraite s établissant entre $ et $ si aucune cotisation n a été effectuée par l employeur à un régime de pension agréé (RPA) ou à un régime de participation différée aux bénéfices (RPDB). Régimes de revenus différés Le versement, par la société, de cotisations à des régimes de revenus différés constitue un autre mécanisme de rémunération des propriétaires dirigeants. Les types de régimes suivants peuvent être utilisés : Rémunération des propriétaires dirigeants Troisième partie 6

7 Conclusion les régimes enregistrés d épargne-retraite (REER); les régimes de pension agréés (RPA); les régimes de participation différée aux bénéfices (RPDB). Ces régimes se présentent sous diverses formes, mais ils visent essentiellement à assurer un revenu de retraite au propriétaire dirigeant, moyennant un minimum de déboursés. Comme ces régimes sont «subventionnés» sur le plan fiscal, ils sont moins onéreux pour la société et pour le propriétaire dirigeant. Les cotisations de l employeur aux REER et aux RPDB constituent des avantages imposables pour l employé. Toutefois, comme nous l avons souligné, si l employé n a qu à payer l impôt sur l avantage, cette option demeure nettement plus économique que le fait de cotiser personnellement. Les cotisations aux REER et aux RPDB sont assujetties aux plafonds des cotisations prescrits pour les particuliers. Les RPA s avèrent plus complexes selon qu ils revêtent la forme de régimes à prestations déterminées (RPD) ou de régimes à cotisations déterminées (RCD). Les deux types de régimes présentent des avantages et des inconvénients, et leur gestion peut être coûteuse. En outre, les RPD peuvent avoir de lourdes conséquences pour la société si les placements n affichent pas les rendements prévus. Bien qu il ne faille pas les écarter d emblée, les RPA doivent être utilisés avec circonspection. Dans cette série de trois articles, nous avons passé en revue un certain nombre de mécanismes de rémunération des propriétaires dirigeants. Évidemment, nous n avons abordé qu une partie des nombreux mécanismes offerts. Il existe, par exemple, plusieurs avantages qui ne sont pas inclus dans le revenu des employés (ou des actionnaires actifs) et dont nous n avons pas traité dans la présente série d articles, notamment : les régimes d assurance collective contre la maladie ou les accidents; les régimes privés d assurance-maladie; les régimes de prestations supplémentaires de chômage; les conventions de retraite; les régimes de prestations aux employés ou les fiducies d employés; les services-conseils visant : a) soit la santé mentale ou physique du particulier ou d une personne liée à celui-ci, autre qu un avantage attribuable à une dépense visée par l alinéa 18(1)l), b) soit le réengagement ou la retraite du contribuable; les ententes d échelonnement du traitement, sauf si l avantage est inclus dans le revenu en vertu de l alinéa 6(1)a) conformément au paragraphe 6(11). Les options précédentes valent toutes la peine d être explorées. Il existe sans aucun doute d autres mécanismes actuellement en usage ou qui ne demandent qu à d être découverts. Don Goodison, CFP, FCGA, est expert-comptable depuis 1968 et est associé du cabinet de CGA Kemp Harvey Group, à Vancouver. Il possède une solide réputation comme fiscaliste, spécialement dans le domaine des réorganisations des sociétés. Animateur de séminaires de fiscalité hautement respecté, il offre, chaque année, en Colombie-Britannique, plusieurs séminaires aux membres et aux étudiants de CGA-Canada. En 2000, M. Goodison a été nommé membre à vie de CGA-Colombie-Britannique. Rémunération des propriétaires dirigeants Troisième partie 7

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail

LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE

LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE BULLETIN n O HE 002 Publié en juin 2000 Révisé en août 2014 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE RÉMUNÉRATION Le présent bulletin aidera les employeurs à déterminer

Plus en détail

Rémunération des propriétaires dirigeants Deuxième partie

Rémunération des propriétaires dirigeants Deuxième partie Introduction En quoi consistent les dividendes? Les avantages fiscaux de la rémunération sous forme de dividendes Rémunération des propriétaires dirigeants Deuxième partie Par DON GOODISON, CFP, FCGA Introduction

Plus en détail

RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES

RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES BULLETIN C+G Janvier 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils

Plus en détail

CORPORATIONS ASSOCIÉES

CORPORATIONS ASSOCIÉES BULLETIN N o HE 003 Publié en avril 2001 Révisé en janvier 2008 LOI SUR L IMPÔT DESTINÉ AUX SERVICES DE SANTÉ ET À L ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CORPORATIONS ASSOCIÉES Le but de ce bulletin est d aider

Plus en détail

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE

Bulletin fiscal. Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Bulletin fiscal Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois, peu de

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-119

BULLETIN FISCAL 2011-119 BULLETIN FISCAL 2011-119 Mai 2011 EMPRUNT D UN REER HYPOTHÈQUE Lors de l achat d une résidence, plusieurs personnes ont emprunté de leur REER par le biais du Régime d accession à la propriété. Toutefois,

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers

Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers Planification de la relève Troisième partie : La vente de l entreprise à un tiers par LORI MATHISON Voici le dernier d une série de trois articles rédigés par Lori Mathison et publiés sur le Reper portant

Plus en détail

La détention de voitures de collection par une société est-elle à privilégier?

La détention de voitures de collection par une société est-elle à privilégier? 1 La relève La détention de voitures de collection par une société est-elle à privilégier? Valérie Ménard CA, LL.M. fisc. Hardy, Normand & Associés s.e.n.c.r.l. vmenard@hardynormand.com Des collections,

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable William Francis Morneau, c.p., député Décembre 2015 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

Dans un monde trépidant d aujourd hui, les propriétaires d entreprise passent

Dans un monde trépidant d aujourd hui, les propriétaires d entreprise passent NUMÉRO 2013-09 WWW.BDO.CA LE FACTEUR FISCAL GUIDER LE PROPRIÉTAIRE OU GESTIONNAIRE D ENTREPRISE À PRENDRE UNE DÉCISION CONCERNANT L ACQUISITION D UN VÉHICULE Dans un monde trépidant d aujourd hui, les

Plus en détail

Régime d accession à la propriété (RAP)

Régime d accession à la propriété (RAP) Régime d accession à la propriété (RAP) Introduction Les fonds retirés d un REER sont habituellement imposables l année du retrait. Toutefois, dans le cadre de certains programmes, le retrait n entraîne

Plus en détail

Taxes à la consommation

Taxes à la consommation Revenu Québec 3800, rue de Marly Québec (Québec) G1X 4A5 Page : 1de 7 Loi(s) : Loi sur la taxe de vente du Québec (RLRQ, c. T-0.1), articles 199, 201, 202, 203, 206, 206.1 1,211, 212, 386 et 457.1 Loi

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

MARC ST-ROCH, CA, M. FISC. Service de Comptabilité et de Fiscalité de l UPA. Colloque AGRIcarrières 15 mars 2012

MARC ST-ROCH, CA, M. FISC. Service de Comptabilité et de Fiscalité de l UPA. Colloque AGRIcarrières 15 mars 2012 MARC ST-ROCH, CA, M. FISC. Service de Comptabilité et de Fiscalité de l UPA Colloque AGRIcarrières 15 mars 2012 Plan de la présentation A. Avantages imposables et non imposables B. Employé ou travailleur

Plus en détail

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL

MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES Pré PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL Le 12 novembre 2014 Préparé par : TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt sur le revenu des particuliers Mesures visant

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu

Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Notes explicatives relatives à la Loi et au Règlement de l impôt sur le revenu Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député Août 2012 Préface Les présentes notes explicatives

Plus en détail

Août 2013. Plus précisément, la partie exonérée du gain sera égale à :

Août 2013. Plus précisément, la partie exonérée du gain sera égale à : Août 2013 LOUER VOTRE LOGEMENT INCIDENCE SUR L'EXONÉRATION DE RÉSIDENCE PRINCIPALE La plupart de nos lecteurs connaissent probablement l'exonération de résidence principale, qui fait que la totalité ou

Plus en détail

Démystifiez votre comptabilité et fiscalité

Démystifiez votre comptabilité et fiscalité Démystifiez votre comptabilité et fiscalité PRÉSENTÉ AUX MEMBRES DE MON RÉSEAU PLUS Présenté par Diane Fortin 23 septembre 2014 Qui sommes-nous? Cabinet de comptables professionnels agréés (CPA) Fondé

Plus en détail

Cours 4 Régimes d épargne (I2001IP- 3-915-85)

Cours 4 Régimes d épargne (I2001IP- 3-915-85) Régimes fiscaux Impôt sur le revenu Cours 4 Régimes d épargne (I2001IP- 3-915-85) Michel Maher Copyright Université Ottawa, 2007 Touts droits réservés pour tous pays. Toute traduction ou reproduction sous

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES

PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES PROJET DE MODIFICATION RÉVISÉ CONCERNANT LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT HYPOTHÉCAIRE ET LES SOCIÉTÉS DE PLACEMENT NOTES EXPLICATIVES Article 1 Sociétés de placement hypothécaire Paragraphe 1(1) Définition de

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-127

BULLETIN FISCAL 2013-127 BULLETIN FISCAL 2013-127 Janvier 2013 RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES Pour 2013, les plafonds des déductions relatives aux frais d automobile et les taux servant au calcul de l avantage imposable

Plus en détail

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu, à la Loi sur la taxe d accise et à des lois et règlements connexes

Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu, à la Loi sur la taxe d accise et à des lois et règlements connexes Notes explicatives relatives à la Loi de l impôt sur le revenu, à la Loi sur la taxe d accise et à des lois et règlements connexes Publiées par le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p.,

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2014 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2014 1 non remboursables pour 2014 1 non remboursables pour 2014 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb. Sask. Man. 2 Taux d imposition

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013 BULLETIN FISCAL 2013-131 Novembre 2013 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1

Taux et montants des crédits d impôt fédéraux et provinciaux non remboursables pour 2015 1 non remboursables pour 2015 1 indépendants affiliés à KPMG non remboursables pour 2015 1 Voir les notes aux pages suivantes. Remb. = crédit remboursable (voir note correspondante). 6 / Fédéral C.-B. Alb.

Plus en détail

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc.

Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux. Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. Aide-mémoire 2012 Ajustements de divers taux Par : Bruno Lacasse, M.Sc., CGA, D. Fisc. L arrivée de 2012 nous apporte plusieurs ajustements de taux aux fins fiscales. Voici les principaux ajustements à

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-121

BULLETIN FISCAL 2011-121 BULLETIN FISCAL 2011-121 Novembre 2011 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES

FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES FÉDÉRAL MISE À JOUR DES PROJECTIONS ÉCONOMIQUES ET BUDGÉTAIRES Le 12 novembre 2014 Mise à jour des projections économiques et budgétaires Fédéral LP TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures visant l impôt

Plus en détail

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES Pour 2014, les plafonds des déductions relatives aux frais d automobile et les taux servant au calcul de l avantage imposable pour les frais de fonctionnement

Plus en détail

budget fédéral09 A n a l y s e d u

budget fédéral09 A n a l y s e d u fédéral09 A n a l y s e d u budget Budget fédéral de 2009 Résumé rédigé par Invesco Trimark Chef de file de la préparation opportune d information fiscale approfondie sur un éventail de sujets, Invesco

Plus en détail

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant

ALERT U.S. TAX. Juin 2015. Partager maintenant Cet article est le deuxième d une série de quatre visant à examiner les implications fiscales canadiennes et états-uniennes dans le cadre d une affectation temporaire d un employé du Canada aux États-Unis.

Plus en détail

Table des matières. Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE

Table des matières. Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE Abréviations utilisées: (C) Cas (P) Problème (Q) Question théorique CHAPITRE 1 CADRE FISCAL DU CONTRIBUABLE 1.1 Résidence et assises juridiques de l impôt (Q)...................... 1 1.2 Textes fiscaux

Plus en détail

SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC

SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC PRÉFACE... vii LISTE DES ABRÉVIATIONS... ix SECTION 1 PRÉPARATION À L EFC...1 1.1 LA GRILLE DE COMPÉTENCES SECTION FISCALITÉ : VUE D ENSEMBLE...1 1.2 EXEMPLE DE CONNAISSANCES ATTENDUES À CHAQUE NIVEAU

Plus en détail

Déclarations de revenus 2008

Déclarations de revenus 2008 1 Déclarations de revenus 2008 Guide de référence Cueilleurs de bleuets Mars 2009 Table des matières Objectif Fournir des renseignements simplifiés et pratiques Un document de référence plus élaboré est

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité

MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009. Les automobiles et la fiscalité MINIMISEZ VOS IMPÔTS Juillet 2009 À propos de l auteur Guillaume Charron, CA, M. Fisc. est Comptable Agréé et détient une Maitrise en Fiscalité de l Université de Sherbrooke. M. Charron est chargé de cours

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR

Bulletin fiscal. Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR Bulletin fiscal Septembre 2011 PLACEMENTS EFFECTUÉS DANS UN REER OU UN FERR À certaines conditions, un particulier peut utiliser les fonds de son REER autogéré ou de son FERR autogéré pour investir sous

Plus en détail

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009

MINIMISEZ VOS IMPÔTS. À propos de l auteur 50743939%52723549 3465074393954823294 253465074393954 264185027% 409745. Chronique fiscale Juillet 2009 52%86 264185027452867253 3294097452 264185%02272354926418 548232940927%2 4%3939548$2329272354926 2723%549264185027 850%27452867253%46507 %5272354$9264185%02272 0227235492%641850 452867253465%074%39395

Plus en détail

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6 Table des matières 1 À noter... 3 2 Demande de prêt REER... 3 3 But du produit... 4 4 Le produit en bref... 5 5 Les principaux avantages... 6 6 Utilisation du prêt REER... 6 6.1 Taux d intérêt... 6 7 Modalités

Plus en détail

Info TPS/TVH. Taxe de vente harmonisée Reventes d habitations neuves en Ontario et en Colombie-Britannique

Info TPS/TVH. Taxe de vente harmonisée Reventes d habitations neuves en Ontario et en Colombie-Britannique Info TPS/TVH GI-098 Mai 2011 Taxe de vente harmonisée Reventes d habitations neuves en Ontario et en Colombie-Britannique NOTE : Cette version remplace celle datée du mois d août 2010. Les gouvernements

Plus en détail

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires

Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Commission des pensions Mise à jour #16.1 Révisé Août 2004 Saisie-arrêt des Crédits de Prestations de Pension aux Fins d Exécution des Ordonnances Alimentaires Source: Loi sur les prestations de pension,

Plus en détail

Table des schémas et tableaux...xxv. Liste des sigles et acronymes... xxvii. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois... 1

Table des schémas et tableaux...xxv. Liste des sigles et acronymes... xxvii. Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois... 1 Table des matières xv Table des matières Table des schémas et tableaux...xxv Liste des sigles et acronymes... xxvii Chapitre 1 Le cadre fiscal canadien et québécois... 1 1. Le cadre fiscal canadien et

Plus en détail

Quel service puis-je racheter?

Quel service puis-je racheter? PARLONS VOLUME 1, NUMÉRO 4 JUILLET 2000 Combien cela coûte-t-il? Voir page 4 Quel service puis-je racheter? Voir page 3 Pourquoi est-ce une bonne idée de racheter du service? Voir page 2 Comment décider

Plus en détail

3 Les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés indéfiniment

3 Les droits de cotisation inutilisés peuvent être reportés indéfiniment Le Compte d épargne libre d impôt (CELI) donne aux Canadiens un nouveau moyen d épargner en franchise d impôt. Lorsque vous cotisez à un CELI, votre placement fructifie à l abri de l impôt et vous n aurez

Plus en détail

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Demande de participation au régime de retraite simplifié (Québec) et police y afférente

Demande de participation au régime de retraite simplifié (Québec) et police y afférente Demande de participation au régime de retraite simplifié (Québec) et police y afférente Langue d expression Anglais Français Nouvelle police Changement d émetteur Enregistrement N o Police/Régime numéro

Plus en détail

Les mains sur le volant*

Les mains sur le volant* Les mains sur le volant* Guide fiscal (2010) sur l utilisation d une automobile *penserinteractif Utilisation d une automobile Guide fiscal i Au sujet de la brochure Le fait, pour un employeur, de mettre

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Régime d imposition du gain en capital Régime d imposition

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur

Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives LIR 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur Modifications touchant le compte d épargne libre d impôt Notes explicatives 12(1)z.5) Selon le nouvel alinéa 12(1)z.5) de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi), les sommes découlant de l application

Plus en détail

Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés

Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés Facteur d équivalence et facteur d équivalence pour services passés Objectifs du présent article : Établir la différence entre le facteur d équivalence (FE) et le facteur d équivalence pour services passés

Plus en détail

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies

Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances. Protégez vos employés tout en réalisant des économies Régime d indemnités pour perte de salaire de RBC Assurances Protégez vos employés tout en réalisant des économies Table des matières Protégez vos employés tout en réalisant des économies 1 Qu est-ce qu

Plus en détail

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE

FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE (Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien, L.N.-B. 2002, c.i-12.05, art.5(2)e), 9(1)b)(ii), 23(2)f) et 27(1)b)(ii)) Je suis le demandeur

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

Résumé du budget du Québec 2013-2014

Résumé du budget du Québec 2013-2014 Résumé du budget du Québec 2013-2014 Le 20 novembre 2012 INTRODUCTION Le ministre des Finances et de l Économie, M. Nicolas Marceau, a déposé aujourd hui le budget du Québec pour 2013-2014. Voici les grandes

Plus en détail

Info TPS/TVH GI-119 Juillet 2011 Taxe de vente harmonisée Nouvelle règle sur le lieu de fourniture pour les ventes de véhicules à moteur déterminés

Info TPS/TVH GI-119 Juillet 2011 Taxe de vente harmonisée Nouvelle règle sur le lieu de fourniture pour les ventes de véhicules à moteur déterminés Info TPS/TVH GI-119 Juillet 2011 Taxe de vente harmonisée Nouvelle règle sur le lieu de fourniture pour les ventes de véhicules à moteur déterminés La présente publication explique une nouvelle règle sur

Plus en détail

Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers

Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers C Le traitement fiscal des fonds communs de placement pour les particuliers e feuillet de renseignement porte sur le traitement fiscal des revenus reçus de fonds communs de placement canadiens. Il explique

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ

BULLETIN DE FISCALITÉ BULLETIN DE FISCALITÉ MAI 2010 CRÉDIT D IMPÔT À L INVESTISSEMENT REMBOURSABLE DU QUÉBEC POUR LES BIENS DE FABRICATION ET DE TRANSFORMATION PRÊTS ET AVANCES AUX ACTIONNAIRES DÉMOLITION D UN BÂTIMENT SAVIEZ-VOUS

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Contenu. Application BULLETIN D INTERPRÉTATION EN MATIÈRE D IMPÔT SUR LE REVENU. LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU Allocations de retraite

Contenu. Application BULLETIN D INTERPRÉTATION EN MATIÈRE D IMPÔT SUR LE REVENU. LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU Allocations de retraite BULLETIN D INTERPRÉTATION EN MATIÈRE D IMPÔT SUR LE REVENU N o : IT-337R4 (Consolidé) DATE : le 1 er février 2006 OBJET : RENVOI : LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU Allocations de retraite L alinéa 60j.1),

Plus en détail

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO)

PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) PROGRAMME DES PRESTATIONS D AIDE AU TRAVAIL INDÉPENDANT DE L ONTARIO (PATIO) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ POUR LA PÉRIODE ALLANT DU 1ER AVRIL 2015 AU 31 MARS 2016 1 PROGRAMME

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11

Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11 Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE Je suis le demandeur / requérant / défendeur de cette demande pour l obtention ou

Plus en détail

PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT

PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT PROGRAMME DE PROTECTION CONTRE LA HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT Version du 18 septembre 2015 NOTE AU LECTEUR Le Programme de protection contre est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113).

Plus en détail

L AUTOMOBILE ET LES TAXES À LA CONSOMMATION. A - Acquisition d une automobile

L AUTOMOBILE ET LES TAXES À LA CONSOMMATION. A - Acquisition d une automobile L AUTOMOBILE ET LES TAXES À LA CONSOMMATION Nous tenons à vous rappeler que plusieurs règles existent quant aux taxes à la consommation et aux véhicules. Nous vous présentons ici les règles touchant le

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

DÉJEUNER- CONFÉRENCE FISCALITÉ 24 SEPTEMBRE

DÉJEUNER- CONFÉRENCE FISCALITÉ 24 SEPTEMBRE DÉJEUNER- CONFÉRENCE FISCALITÉ 24 SEPTEMBRE DOCUMENT EXPLICATIF Par : Service de fiscalité 1. DÉDUCTIBILITÉ DES FRAIS DE REPRÉSENTATION 1.1 RÈGLE GÉNÉRALE Les frais de représentation se définissent comme

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Produits d épargne-retraite collective

Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Produits d épargne-retraite collective Une nouvelle vision de l épargne-retraite collective ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Produits d épargne-retraite collective Comment choisir votre régime d épargne-retraite collective? Si vous êtes à l étape

Plus en détail

Frais de déplacement. de la construction

Frais de déplacement. de la construction Frais de déplacement pour les employés de l industrie de la construction Par : Jean-François Thuot, CGA, MFi M.Fisc. Associé en fiscalité 28 septembre 2011 AVERTISSEMENT 2 La présente conférence traite

Plus en détail

Utilisation d une automobile

Utilisation d une automobile www.pwc.com/ca/automobile Utilisation d une automobile Guide fiscal Guide les conducteurs et les dirigeants d entreprise dans le labyrinthe des règles fiscales canadiennes sur les avantages et les dépenses

Plus en détail

L E T A C T I C I E N

L E T A C T I C I E N L E T A C T I C I E N Groupe Lanoue Taillefer Audet Mai 2006 Volume 5 - numéro 2 Jean Lanoue, CA Michel Taillefer Jean-Marie Audet, CA La baisse du taux de la TPS de 1 % Un été chaud pour les notaires!

Plus en détail

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation Luc Godbout 2 Suzie St-Cerny Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

Fractionnement du revenu. Les faits

Fractionnement du revenu. Les faits Fractionnement du revenu Les faits Le fractionnement du revenu sert à réduire le fardeau fiscal d une famille. Une personne imposée à un taux élevé transfère une partie de son revenu à un autre membre

Plus en détail

Bulletin fiscal. Janvier 2010 AMORTISSEMENT FISCAL

Bulletin fiscal. Janvier 2010 AMORTISSEMENT FISCAL Bulletin fiscal Janvier 2010 AMORTISSEMENT FISCAL Au cours des dernières années, des modifications ont été apportées à certaines catégories de biens amortissables. Nous allons examiner certaines de ces

Plus en détail

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES Le 12 septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES LA SOCIÉTÉ...1 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES...2 1.1 Prix...4 1.2 Avantages pour les participants

Plus en détail

Sociétés professionnelles Quels en sont les avantages pour vous?

Sociétés professionnelles Quels en sont les avantages pour vous? Sociétés professionnelles Quels en sont les avantages pour vous? Introduction Vous exercez une profession libérale et devez prendre différentes décisions, notamment en ce qui a trait au cadre dans lequel

Plus en détail

Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise

Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise Notes explicatives concernant la Loi de l impôt sur le revenu, la Loi de 2001 sur l accise et la Loi sur la taxe d accise Publiées par L honorable James M. Flaherty, c.p., député Ministre des Finances

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Par : Service de fiscalité PRÉSENTATION Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis

Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis Modifications prévues aux options d achat d actions Le gouvernement fédéral annonce le maintien des droits acquis 20 novembre 2015 Au cours d une conférence de presse aujourd hui, le ministre des Finances,

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Mallette SENCRL Comptables agréés

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail

LE FRACTIONNEMENT DU REVENU DE PENSION

LE FRACTIONNEMENT DU REVENU DE PENSION MC Retraiteréfléchie PRÉSERVATION DU CAPITAL FISCALEMENT AVANTAGEUSE LE FRACTIONNEMENT DU REVENU DE PENSION Le fractionnement du revenu de pension constitue l une des modifications les plus importantes

Plus en détail

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 Afin d atteindre une plus grande harmonisation du régime de

Plus en détail

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant.

ET ATTENDU QUE le FRVR comprend une demande, une déclaration de fiducie et des addenda, le cas échéant. DE PLACEMENTS NORDOUEST & ETHIQUES S.E.C. FONDS DE REVENU DE RETRAITE, FRR 1503 ENTENTE EN VERTU DE LA Loi de 1985 sur les normes de prestation de pension concernant les transferts de FONDS DE PENSION

Plus en détail

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE

À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE À L INTENTION DE VOTRE FAMILLE Votre conjoint ou vos proches auront de nombreuses décisions à prendre au moment de votre décès. Nous espérons que la présente brochure leur facilitera la tâche lorsque

Plus en détail