Quand les particules élémentaires font des vagues. Jean-Yves Ollitrault Institut de physique théorique, Saclay 11 mai 2016, journées X-ENS-UPS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand les particules élémentaires font des vagues. Jean-Yves Ollitrault Institut de physique théorique, Saclay 11 mai 2016, journées X-ENS-UPS"

Transcription

1 Quand les particules élémentaires font des vagues Jean-Yves Ollitrault Institut de physique théorique, Saclay 11 mai 2016, journées X-ENS-UPS 1

2 Le grand collisionneur de hadrons (LHC) Le plus grand accélérateur du monde, mis en service en 2008 au CERN, accélère des protons à % de la vitesse de la lumière : collisions p+p. Principalement pour découvrir de nouvelles particules (boson de Higgs en 2012)

3 Le grand collisionneur de hadrons (LHC) Quelques semaines par an, on accélère, au lieu des protons, des noyaux de plomb Pb 82+ : collisions Pb+Pb en 2010, 2011, Aussi des collisions p+pb en septembre 2012 et janvier 2013 Analysées par les 4 grandes collaborations (ci-dessous) dont l expérience spécialisée ALICE (A Large Ion Collider Experiment)

4 Relativistic heavy-ion collider (RHIC) Le seul collisionneur construit spécifiquement pour les collisions noyau-noyau, à Brookhaven (USA), en service depuis Energie par collision nucléon-nucléon: RHIC: jusqu à 200 GeV LHC: 2.76TeV (2010) 5.12 TeV (2015) 4

5 Etapes d une collision noyau-noyau Energie cinétique incidente 3000 x énergie de masse Contraction de Lorentz d un facteur 3000 : les noyaux sont des disques aplatis. L interaction forte transfère une partie de l énergie cinétique incidente en énergie de masse. Jusqu à particules sont créées dans une collision. 5

6 Etapes d une collision noyau-noyau La meilleure description théorique du système formé est macroscopique : une gouttelette de fluide en expansion dans le vide. fluide relativiste dont la vitesse est une fraction (typiquement 60%) de la vitesse de la lumière T 2-3 x K : la température la plus haute jamais produite en laboratoire 6

7 Etapes d une collision noyau-noyau Simulation par Chun Shen, Ohio State University 7

8 Etapes d une collision noyau-noyau Simulation par Chun Shen, Ohio State University 7

9 Plan Ce qu on voit dans ces expériences, et pourquoi ces observations s interprètent naturellement par la production d un petit fluide éphémère. Un peu d analyse dimensionnelle. De quel type de fluide il s agit, quels sont les ingrédients et les étapes de sa modélisation. 8

10 Quelles particules sont produites? Les noyaux sont faits de protons et de neutrons Les protons et les neutrons sont faits de quarks et de gluons, qui ne sont pas observés isolément. En entrant en collision, les quarks et les gluons produisent d autres quarks et gluons par interaction forte (l interaction dominante). On produit donc principalement des hadrons, qui sont les particules faites de quarks et de gluons. 9

11 Quelles particules sont produites? Quelques hadrons connus et leurs masses 10

12 Quelles particules sont produites? Les abondances relatives des hadrons sont déterminées à une bonne approximation par le facteur de Boltzmann, sans oublier E=mc 2 : les plus légers sont les plus abondants. 11

13 Que voit-on? Une collision Pb-Pb vue par le détecteur CMS 12

14 Que voit-on? Trajectoires des particules chargées, à 85% des π + et π - 13

15 Coordonnées Trajectoires des particules chargées: angle polaire θ (ou rapidité η=-ln tan θ/2) angle azimutal φ 14

16 Multiplicité et centralité dn ch /dη ALICE (PRL 106 (2011) ) ATLAS (PLB 710 (2012) ) CMS (JHEP 1108 (2011) 141) 0-5% 5-10% 10-20% 20-30% ALICE symmetrized Double Gaussian fit η ALICE arxiv: Le paramètre d impact b n est pas mesuré, mais une collision produit d autant plus de particules qu elle est plus centrale. Environ particules à b=0. La multiplicité de particules produites est la meilleure mesure de la centralité 15

17 Compter les paires: corrélations Dans chaque collision, on construit toutes les paires de particules possibles. On les compte en fonction des angles relatifs ΔΦ and Δη Moyenne sur un 16 grand nombre de collisions dans un intervalle en centralité

18 Compter les paires: corrélations Les corrélations sont les observables clés qui permettent de mettre en évidence le «petit fluide». Elles sont complexes dans les collisions élémentaires proton+proton Elles deviennent simples dans les collisions noyau+noyau 17

19 Corrélations dans les collisions proton+proton Une structure complexe déterminée par des processus élémentaires 18

20 Corrélations dans les collisions proton+proton Corrélations entre particules de même direction (Δφ, Δη ~ 0) : production d une paire de jets collimatés. Les deux particules viennent du même jet. 19

21 Corrélations dans les collisions proton+proton Corrélation dos-à-dos (Δφ ~ π) une particule dans chaque jet 20

22 Corrélations dans les collisions Pb+Pb More is different: émergence d une structure nouvelle Structure régulière en forme de vague CMS

23 Corrélations dans les collisions Pb+Pb La structure évolue mais reste invariante en Δη CMS

24 Corrélations dans les collisions Pb+Pb Au fur et à mesure que le paramètre d impact augmente, seule la structure azimutale (en Δφ) évolue CMS

25 Corrélations dans les collisions Pb+Pb Au fur et à mesure que le paramètre d impact augmente, seule la structure azimutale (en Δφ) évolue CMS

26 Corrélations dans les collisions Pb+Pb Au fur et à mesure que le paramètre d impact augmente, seule la structure azimutale (en Δφ) évolue CMS

27 Corrélations dans les collisions Pb+Pb Au fur et à mesure que le paramètre d impact augmente, seule la structure azimutale (en Δφ) évolue CMS

28 Corrélations dans les collisions Pb+Pb CMS

29 Corrélations dans les collisions Pb+Pb CMS

30 Corrélations dans les collisions Pb+Pb CMS

31 Corrélations dans les collisions Pb+Pb CMS

32 Corrélations dans les collisions Pb+Pb Dans les collisions périphériques, le pic vu dans les collisions p+p réapparaît CMS

33 Corrélations dans les collisions Pb+Pb Dans les collisions périphériques, le pic vu dans les collisions p+p réapparaît CMS

34 Pourquoi nous comprenons ces vagues dans les corrélations comme la signature de la production d un petit fluide. 33

35 Symétries noyau de Pb=208 nucléons La contraction de Lorentz projette la sphère nucléaire sur le plan transversal Les collisions élémentaires ont lieu là où sont les nucléons Gelis Le profil de densité juste après la collision est uniforme suivant l axe de la collision z, mais avec un profil transversal irrégulier 34

36 Symétries La thermalisation crée un petit fluide qui possède la symétrie de cet état initial : invariant suivant z, avec des fluctuations dans le plan transversal. 35

37 Symétries Une vitesse radiale du fluide est engendrée par l expansion dans le vide (gradients de pression) La vitesse radiale du fluide dépend de la direction azimutale φ 36

38 Du fluide aux particules Lorsque le fluide refroidit, il devient un gaz de particules (hadrons) indépendantes Vitesse d une particule= vitesse du fluide + (petit) mouvement d agitation thermique 37

39 Du fluide aux particules La probabilité d émission d une particule est indépendante de la rapidité η (invariance longitudinale) 38

40 Du fluide aux particules La probabilité d émission d une particule est indépendante de la rapidité η (invariance longitudinale) 38

41 Du fluide aux particules La probabilité d émission d une particule est indépendante de la rapidité η (invariance longitudinale) 38

42 Du fluide aux particules La probabilité d émission d une particule est indépendante de la rapidité η (invariance longitudinale) 38

43 Du fluide aux particules Mais la probabilité dépend de l angle azimutal φ (fluctuations transversales) 39

44 Du fluide aux particules Mais la probabilité dépend de l angle azimutal φ (fluctuations transversales) 39

45 Du fluide aux particules Mais la probabilité dépend de l angle azimutal φ (fluctuations transversales) 39

46 Du fluide aux particules Δη Donc le nombre de paires est indépendant de la rapidité relative Δη (invariance longitudinale) 40

47 Du fluide aux particules Mais il dépend de l azimut relatif Δφ Δφ 41

48 Le modèle de fluide, simple et prédictif Un mécanisme simple mais qui n a été élucidé qu en 2010, alors que la structure de «vague» ou «ridge» dans les collisions centrales était clairement observée depuis 2005 au RHIC, et incomprise 42

49 Le modèle de fluide, simple et prédictif Les particules sont émises indépendamment, avec une probabilité P(φ) qui n est pas isotrope et diffère d une collision à l autre. Décomposition en série de Fourier : P(φ)= n Vn e -inφ v n Vn =flot anisotrope v 2 flot elliptique v 3 flot triangulaire... 43

50 Le modèle de fluide, simple et prédictif Indépendance dans une collision N pairs (φ 1,φ 2 )=P(φ 1 )P(φ 2 ) Après moyenne sur les collisions N paires (Δφ)= n v 2 n cos(nδφ) Les coefficients de Fourier de la distribution de paires sont tous positifs. Une prédiction nontriviale qui peut être vérifiée directement sur les données expérimentales. Implique en particulier : maximum absolu en Δφ=0 44

51 Test du maximum Pb+Pb centrale Oui 45

52 Test du maximum Pb+Pb péripherique Non: superposition de fluide + corrélations traditionnelles (jets). 46

53 Collisions proton+pb La structure observée ressemble aux collisions Pb+Pb. L interprétation via la formation d un fluide tend à s imposer aussi pour ce système, encore plus petit. 47

54 Collisions proton+proton ATLAS ATLAS s=13 TeV 0.5<p a,b T 10 N ch <5.0 GeV rec <30 ATLAS s=13 TeV 0.5<p a,b T rec N ch <5.0 GeV 120 C( η, φ) φ η -2 Une petite bosse ou «ridge» dans les collisions de haute multiplicité, dont l interprétation (fluide ou pas?) est débattue C( η, φ) φ η -2-4

55 La modélisation hydrodynamique Il s agit de modéliser la distribution angulaire des particules, supposées indépendantes. P(φ)= n Vn e -inφ Comment l expansion du fluide donne-t-elle naissance à ces anisotropies azimutales? 49

56 La modélisation hydrodynamique Profil de densité dans le plan (x,y) juste après la collision Expansion Distribution finale Flot elliptique v2 Flot triangulaire v3 En hydrodynamique, l anisotropie de la distribution en impulsion est une réponse à l anisotropie spatiale du profil de densité. Cette image simple explique-t-elle qualitativement les observations? 50

57 Variation avec la centralité v 2 reflète la géométrie elliptique de la zone de recouvrement des noyaux liée au paramètre d impact, et décroit pour les collisions centrales comme prévu v 3 est créé par des fluctuations triangulaires de la géométrie. Pour les collisions centrales, il décroit faiblement: les fluctuations diminuent pour un grand système. Les autres harmoniques sont plus petites. 51

58 Quel fluide? un peu de théorie et d analyse dimensionnelle 52

59 Un fluide relativiste Non seulement la vitesse du fluide, mais les vitesses des particules qui le constituent sont relativistes. Principale modification : ρ (ε+p)/c 2 où ε=densité d énergie interne, comprenant la masse. Autrement dit, l inertie du fluide est la densité d enthalpie 53

60 Nombre de Mach Ma = u / cs cs vitesse du son Ma 1 : écoulement incompressible Ma 1: écoulement compressible Une expansion dans le vide implique un écoulement compressible 54

61 Nombre de Knudsen Kn = λ / L λ libre parcours moyen Kn 1 : validité d une description continue en termes de fluide. 55

62 Nombre de Reynolds Re = u L / ν ν viscosité cinématique Re 1 : écoulement visqueux Re 1 : écoulement idéal 56

63 Relation entre Kn, Re et Ma viscosité ν λ vmicro interactions fortes viscosité faible! vitesse du son cs vmicro donc Kn Re Ma Un fluide compressible vérifie Ma 1 et Kn 1 donc Re 1 : il doit être peu visqueux, ce qui est possible si les interactions sont fortes. 57

64 Viscosité et entropie On ne sait pas calculer la viscosité du plasma de quarks et de gluons, mais son ordre de grandeur est donné par l analyse dimensionnelle viscosité cinématique ν = η/ρ = ηc 2 /(ε+p) E=-PV+TS+μN avec N=0 ε+p = Ts où s=densité d entropie ν = (η/s) c 2 /T η/s a la dimension de ħ/k B. Pour des théories fortement couplées on obtient η/s = ħ/4πk B 58

65 La modélisation hydrodynamique Conditions initiales: un modèle du profil de densité d énergie juste après la collision. L hydrodynamique relativiste décrit l expansion dans le vide Le fluide se découple et donne des particules indépendantes. En particulier, on calcule la distribution azimutale P(φ) et ses coefficients vn. 59

66 Fluide non visqueux La pression accélère le fluide: ρ dv/dt = - P La pression P est reliée à la densité d enthalpie ρ par l équation d état. Par analyse dimensionnelle, le temps caractéristique de l expansion est la taille transversale, soit le rayon du noyau L. 60

67 Equation d état Calculée par chromodynamique quantique sur réseau A haute température, équation d état de corps noir (quarks et gluons de masse nulle sans interaction) P/T 4 =constante 61

68 Corrections visqueuses La viscosité ralentit l expansion Petite correction vue comme un développement en gradients: ρ dv/dt = - P + η v + «2nd ordre» 1/L + 1/L 2 + 1/L 3 + L hydrodynamique s applique seulement si la série converge, c est-à-dire si les corrections visqueuses sont petites. 62

69 Variation avec la centralité Pour les collisions périphériques, v2 and v3 décroissent. L interprétation naturelle: diminution due à la viscosité, dont les effets sont en 1/L et deviennent importants quand le système est petit. 63

70 Le spectre des anisotropies Tentative d extraction de la viscosité à partir des données du LHC: calcul hydrodynamique pour divers modèles de conditions initiales, où la viscosité a été ajustée pour reproduire au mieux les résultats expérimentaux (en vert). Il s agit des collisions les plus centrales (1%) v n Glauber (disks) MC-KLN DIPSY Glauber (points) UrQMD MCrcBK (KNO) n 64

71 Little Bang et Big Bang Dans les deux cas, on mesure le spectre des anisotropies. Elles sont dues à des fluctuations quantiques dans l état initial, que l expansion dans le vide rend visibles. Un petit système a de grandes fluctuations : elles sont d ordre 10-5 dans l univers primordial mais d ordre 1 dans les collisions proton-noyau. 65

72 Conclusions Le système produit dans une collision noyau-noyau au LHC présente de nombreux phénomènes qualitatifs qui s interprètent naturellement par la formation d un fluide L intensité de l interaction forte est telle que la viscosité est suffisamment faible pour que l hydrodynamique soit une description valable, même dans un système minuscule. 66

Physique Subatomique. Techniques Expérimentales de la Physique.

Physique Subatomique. Techniques Expérimentales de la Physique. Université Joseph Fourier Grenoble 1 L3 physique, 2011-2012 Techniques Expérimentales de la Physique Physique Subatomique guillaume.pignol@lpsc.in2p3.fr 1 Chapitre 1 Généralités 1.1 Le monde subatomique

Plus en détail

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction Jean-Marc Sparenberg Université Libre de Bruxelles 2011-2012 1 / 18 1 Fondements microscopiques de la physique 2 Espace-temps et relativité

Plus en détail

Brisure spontanée de symétrie et mécanisme de Higgs dans le modèle standard des interactions électrofaibles

Brisure spontanée de symétrie et mécanisme de Higgs dans le modèle standard des interactions électrofaibles Brisure spontanée de symétrie et mécanisme de Higgs dans le modèle standard des interactions électrofaibles M1 de Physique et Applications - parcours Physique Fondamentale Université Pierre et Marie Curie

Plus en détail

Le modèle standard de la physique des particules et au-delà. 08/03/2017 Masterclasses - Le Modèle Standard 1

Le modèle standard de la physique des particules et au-delà. 08/03/2017 Masterclasses - Le Modèle Standard 1 Le modèle standard de la physique des particules et au-delà 08/03/2017 Masterclasses - Le Modèle Standard 1 Des particules élémentaires? Taille (m) 10-9 10-10 10-15 10-18 Notion qui varie avec l époque

Plus en détail

Qu est-ce que le boson de Higgs et comment le détecter?

Qu est-ce que le boson de Higgs et comment le détecter? Qu est-ce que le boson de Higgs et comment le détecter? 1 Le Modèle Standard de la physique des particules Succès: Observations confirmant la théorie 12 constituants élémentaires observés Bosons vecteurs

Plus en détail

Boson de Higgs chronique d une découverte annoncée. Gautier HAMEL de MONCHENAULT CEA-Saclay Irfu/SPP

Boson de Higgs chronique d une découverte annoncée. Gautier HAMEL de MONCHENAULT CEA-Saclay Irfu/SPP Boson de Higgs chronique d une découverte annoncée Gautier HAMEL de MONCHENAULT CEA-Saclay Irfu/SPP Qu est-ce que le boson de Higgs? Les briques de la matière (=lepton) 1 mm ~10-9 m ~10-10 m ~10-14 m ~10-15

Plus en détail

Chapitre 5: Interaction des neutrons avec la matière

Chapitre 5: Interaction des neutrons avec la matière Chapitre 5: Interaction des neutrons avec la matière 1 Contenu Introduction Mécanismes d interaction Sections efficaces d interaction Modération et parcours des neutrons Pour plus de détails voir cours

Plus en détail

LA DÉCOUVERTE DU BOSON DE HIGGS NATHALIE BESSON. Le 4 juillet 2012 est annoncée la découverte d une nouvelle particule!

LA DÉCOUVERTE DU BOSON DE HIGGS NATHALIE BESSON. Le 4 juillet 2012 est annoncée la découverte d une nouvelle particule! LA DÉCOUVERTE DU BOSON DE HIGGS NATHALIE BESSON Le 4 juillet 2012 est annoncée la découverte d une nouvelle particule! Le boson de Higgs Et la physique des particules élémentaires Le modèle standard de

Plus en détail

Voyage au CERN. Loïc Quertenmont

Voyage au CERN. Loïc Quertenmont Voyage au CERN Loïc Quertenmont Université Catholique de Louvain & FNRS Center for Particle Physics and Phenomenology Voyage au CERN (Bac3) 05 Mars 2008 Introduction Vous êtes ICI 05/03/2009 - UCL - CP3

Plus en détail

Etude des performances du calorimètre électromagnétique d Atlas. Cédric SERFON CPPM-IN2P3 JJC 2003 La Roche en Ardenne

Etude des performances du calorimètre électromagnétique d Atlas. Cédric SERFON CPPM-IN2P3 JJC 2003 La Roche en Ardenne Etude des performances du calorimètre électromagnétique d Atlas Cédric SERFON CPPM-IN2P3 JJC 2003 La Roche en Ardenne Plan Présentation du LHC et d Atlas A quoi sert un calorimètre électromagnétique? Principe

Plus en détail

Introduction à la physique des particules. Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS

Introduction à la physique des particules. Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS Introduction à la physique des particules Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS La Physique avec un grand «P» Science tentant de comprendre, de modéliser

Plus en détail

La Naissance de la Matière

La Naissance de la Matière La Naissance de la Matière Conçue par les particules élémentaires Département de Physique, Université de Genève, le 3 mai 2005 John Ellis L univers jusqu à aujourd hui temps espace La loi d expansion de

Plus en détail

Dans la physique non-relativiste, l impulsion d un objet matériel ponctuel est définie comme:

Dans la physique non-relativiste, l impulsion d un objet matériel ponctuel est définie comme: COURS 7,8. DYNAMIQUE RELATIVISTE. 14. Impulsion, masse, énergie. Dans la physique non-relativiste, l impulsion d un objet matériel ponctuel est définie comme: p n.r. = m 0 v = m 0 d x dt où m 0 est la

Plus en détail

Travaux pratiques des MasterClasses : «Analyse des événements du détecteur DELPHI au LEP» Sylvie Dagoret-Campagne

Travaux pratiques des MasterClasses : «Analyse des événements du détecteur DELPHI au LEP» Sylvie Dagoret-Campagne Travaux pratiques des MasterClasses : «Analyse des événements du détecteur DELPHI au LEP» Sylvie Dagoret-Campagne dagoret@lal.in2p3.fr 1 Objectif Regarder les événements e+e- Z 0 dans le détecteur DELPHI

Plus en détail

La physique des particules et le LHC. Farida Fassi Master de Physique Informatique Rabat, Maroc 24-27th, May, 2010

La physique des particules et le LHC. Farida Fassi Master de Physique Informatique Rabat, Maroc 24-27th, May, 2010 La physique des particules et le LHC Farida Fassi Master de Physique Informatique Rabat, Maroc 24-27th, May, 2010 La physique des particules Comprendre les mécanismes qui permettent aux constituants de

Plus en détail

Ce qu il faut savoir des accélérateurs pour faire un détecteur. Plan. Collisionneur versus cible fixe (2/2) Collisionneur versus cible fixe (1/2)

Ce qu il faut savoir des accélérateurs pour faire un détecteur. Plan. Collisionneur versus cible fixe (2/2) Collisionneur versus cible fixe (1/2) Plan I. Quelques points de physique des hautes énergies II. Quelques notions sur les accélérateurs III. Energie perdue dans la matière IV. Partie active des détecteurs V. Identification des particules

Plus en détail

Le plasma de quarks et de gluons

Le plasma de quarks et de gluons Le plasma de quarks et de gluons À l aube des collisions du LHC Raphaël Granier de Cassagnac* (raphael@in2p3.fr) Laboratoire Leprince-Ringuet, École polytechnique, 91128 Palaiseau Cedex *Membre des expériences

Plus en détail

introduction à la physique des particules

introduction à la physique des particules introduction à la physique des particules masterclasses de Strasbourg février 2010 les particules élémentaires... c est quoi? taille (mètre) 10-10 10-12 10-15 10-18 dépend des moyens expérimentaux pour

Plus en détail

Partie II: Interactions des rayonnements ionisants avec la matière

Partie II: Interactions des rayonnements ionisants avec la matière Partie II: Interactions des rayonnements ionisants avec la matière 1 Chapitre 1: Interaction des particules chargées avec la matière: Considération de base 2 Introduction Différents types de rayonnements

Plus en détail

Conception d'un détecteur 0. Rappel hier 1. Introduction 2. Généralités 3. Détecteurs

Conception d'un détecteur 0. Rappel hier 1. Introduction 2. Généralités 3. Détecteurs 0. Rappel hier 1. Introduction 3. Détecteurs 1 /44 Interaction particule/matière (rappels) Trajectoire d'une particule chargée Voir le cours de P.Puzo http://www.in2p3.fr/actions/formation/phyaudet10/puzo.pdf

Plus en détail

Introduction à la turbulence

Introduction à la turbulence Introduction à la turbulence F. Ravelet Laboratoire DynFluid, Arts et Métiers-ParisTech 31 octobre 2015 Notions importantes sur la turbulence Expérience de Reynolds : écoulement de Poiseuille cylindrique.

Plus en détail

Principes & Techniques de la détection

Principes & Techniques de la détection Ecole IN2P3 Technique de base des Détecteurs Cargèse, 8 au 12 Avril 2013 Principes & Techniques de la détection Joël Pouthas LPC-ENSICAEN (Anciennement IPN Orsay et GANIL) pouthas@lpccaen.in2p3.fr 1 -

Plus en détail

Introduction à la physique des plasmas

Introduction à la physique des plasmas à la physique des plasmas S. Mazevet Laboratoire de Structure Electronique Département de Physique Théorique et Appliquée Commissariat à l Energie Atomique Bruyères-Le-Châtel, France p-1/21 Table of contents

Plus en détail

Observation d'une nouvelle particule au CERN Présentation le 4 Juillet Le boson de Higgs 3/45

Observation d'une nouvelle particule au CERN Présentation le 4 Juillet Le boson de Higgs 3/45 2/45 Observation d'une nouvelle particule au CERN Présentation le 4 Juillet 2012 Le boson de Higgs 3/45 Le bosons de Higgs C'est une particule élémentaire 4/45 Il y a deux catégories de particules élémentaires

Plus en détail

Plan du chapitre «Equations de Maxwell dans le vide - Electromagnétisme»

Plan du chapitre «Equations de Maxwell dans le vide - Electromagnétisme» Plan du chapitre «Equations de Maxwell dans le vide -» 1. Distributions de charges et de courants 2. Equations de Maxwell dans le vide 3. Champ électromagnétique 1. Energie du champ 2. Impulsion du champ

Plus en détail

Rayonnement X dans les accélérateurs de particules

Rayonnement X dans les accélérateurs de particules Rayonnement X dans les accélérateurs de particules A rendre pour le mardi 11 Décembre Dans ce problème, on se propose d étudier certains aspects des accélérateurs de particules circulaires. Au delà de

Plus en détail

COLLE DE PHYSIQUE N 2

COLLE DE PHYSIQUE N 2 ANNEE 2007-2008 FACULTE DE PHARMACIE DATE : COLLE DE PHYSIQUE N 2 DUREE : 2 HEURES NOM : PRENOM : NOTE : / 40 Constantes universelles de physique Constante Valeur exacte Approximation Célérité de la lumière

Plus en détail

Métrologie Nucléaire PHYSH-407. Titulaire: N. Pauly

Métrologie Nucléaire PHYSH-407. Titulaire: N. Pauly Métrologie Nucléaire PHYSH-407 Titulaire: N. Pauly 1 Organisation du cours Théorie: 2 ECTS 4 questions de théorie lors de l examen écrit 60% de la note finale Slides disponibles sur http://metronu.ulb.ac.be/pauly_cours.html

Plus en détail

Chapitre I : Atome d hydrogène et notion de mécanique quantique

Chapitre I : Atome d hydrogène et notion de mécanique quantique Chapitre I : Atome d hydrogène et notion de mécanique quantique Plan : ********************** II- INTRODUCTION DES NOTIONS FONDAMENTALES DE MECANIQUE QUANTIQUE... 3 1- Rappels sur l atome et présentation

Plus en détail

Observation d une nouvelle particule à une masse de 125 GeV

Observation d une nouvelle particule à une masse de 125 GeV Observation d une nouvelle particule à une masse de 125 GeV Expérience CMS, CERN 4 Juillet 2012 Résumé Au cours d un séminaire commun entre le CERN et la conférence ICHEP 2012 [1] à Melbourne, les chercheurs

Plus en détail

Chapitre VI. Introduction. Lois de conservation

Chapitre VI. Introduction. Lois de conservation Chapitre VI COLLISIONS VIA Introduction Nous étudierons au chapitre VII le mouvement de deux points matériels tout au long de leur interaction Dans le cas de deux corps M et M quelconques (p ex deux solides

Plus en détail

Plan. Electronique et système d acquisition. I. Interaction particule-matière. 1) Particules lourdes chargées. 2) Particules légères chargées

Plan. Electronique et système d acquisition. I. Interaction particule-matière. 1) Particules lourdes chargées. 2) Particules légères chargées Plan I. Interaction particule-matière 1) Particules lourdes chargées 2) Particules légères chargées 3) Photons 4) Neutrinos II. Reconstruction des traces chargées III. Détection des photons IV. Identification

Plus en détail

Le modèle standard de la physique des particules et au delà. 08/03/15 Masterclass - Le Modèle Standard 1

Le modèle standard de la physique des particules et au delà. 08/03/15 Masterclass - Le Modèle Standard 1 Le modèle standard de la physique des particules et au delà 08/03/15 Masterclass - Le Modèle Standard 1 Des particules élémentaires? Taille (mètres) 10-9 10-10 10-15 10-18 ª Notion qui varie avec l époque

Plus en détail

Un géant pour l infiniment petit. Bruno Mansoulié, CEA/DAPNIA-SPP Fête de la Science, Oct

Un géant pour l infiniment petit. Bruno Mansoulié, CEA/DAPNIA-SPP Fête de la Science, Oct le LHC Un géant pour l infiniment petit Bruno Mansoulié, CEA/DAPNIA-SPP Fête de la Science, Oct 2007 1 La physique des particules en (très) bref La matière: constituants ( particules ) et interactions.

Plus en détail

Physique des particules

Physique des particules Physique des particules MASTER 1 de physique fondamentale Université Joseph Fourier Grenoble I http://lpsc.in2p3.fr/atlas/bclement/m1particules/ Production et accélération de particules La production de

Plus en détail

Mécanique des fluides en 20 fiches

Mécanique des fluides en 20 fiches Mécanique des fluides en 20 fiches Pascal Bigot Professeur en BTS au lycée Marie Curie (Nogent-sur-Oise) Richard Mauduit Professeur en BTS au lycée Robert Schuman (Le Havre) Eric Wenner Professeur en

Plus en détail

A la recherche du boson de Higgs

A la recherche du boson de Higgs Le carnaval de la physique A la recherche du boson de Higgs Plan Présentation du modèle standard de la physique des particules Qu'est ce qu'un accélérateur de particules? Qu'est ce que le LHC au CERN?

Plus en détail

Électrostatique. E = q E = conséquences V = Force F = q E

Électrostatique. E = q E = conséquences V = Force F = q E Partie V : électromagnétisme Chapitre 1 Électrostatique I Liens entre charges électriques et champ électrique Charges Champ E - ponctuelle q - ρ, σ, λ dq = ρ dv, dq = σ ds, dq = λ dl Symétries, invariances

Plus en détail

Conférence NEPAL donnée aux élèves des classes préparatoires du lycée Rouvière Toulon 25 février 2005 Chafik Benchouk Centre de Physique des

Conférence NEPAL donnée aux élèves des classes préparatoires du lycée Rouvière Toulon 25 février 2005 Chafik Benchouk Centre de Physique des Comment on observe les particules élémentaires Conférence NEPAL donnée aux élèves des classes préparatoires du lycée Rouvière Toulon 25 février 2005 Chafik Benchouk Centre de Physique des Particules de

Plus en détail

Accélérateurs et détecteurs

Accélérateurs et détecteurs Accélérateurs et détecteurs Yann Coadou Centre de physique des particules de Marseille Mars 2013 Pourquoi des accélérateurs de particules? Pour voir des objets plus petits, il faut une énergie plus élevée

Plus en détail

Physique des particules

Physique des particules Physique des particules MASTER 1 de physique fondamentale Université Joseph Fourier Grenoble I http://lpsc.in2p3.fr/atlas/bclement/m1particules/ Reconstruction et Analyse 3 systèmes de coordonnées : -

Plus en détail

Séminaire Philosophie et physique : Relativité restreinte (J.M. Lévy-Leblond)

Séminaire Philosophie et physique : Relativité restreinte (J.M. Lévy-Leblond) Séminaire Philosophie et physique : Relativité restreinte (J.M. Lévy-Leblond) Harold Erbin 1 février 010 Table des matières 1 Introduction 1 Changements de référentiel et transformations 3 Vitesse(s) 3

Plus en détail

TD-PT4 : Fluides en écoulement

TD-PT4 : Fluides en écoulement TD-PT4 : Fluides en écoulement Révisions de cours : Définir une particule de fluide comme un système mésoscopique de masse constante. Décrire le champ eulérien des vitesses par opposition à la description

Plus en détail

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS. Masterclasses IPN Lyon, 2014, Seb. Viret

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS. Masterclasses IPN Lyon, 2014, Seb. Viret Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS Masterclasses IPN Lyon, 2014, Seb. Viret Pourquoi fait-on tout ça? Unification ultime (Big-Bang): 1 interaction Niveau d énergie: 10 19 GeV (on

Plus en détail

Des particules vers la mécanique des fluides

Des particules vers la mécanique des fluides Des particules vers la mécanique des fluides Diogo Arsénio Institut de Mathématiques Université Paris Diderot Mathématiques en mouvement Université Paris Descartes 5 juin 013 Le sixième problème de Hilbert

Plus en détail

Des particules au cosmos: les mystères des deux infinis

Des particules au cosmos: les mystères des deux infinis Des particules au cosmos: les mystères des deux infinis Michel Davier Laboratoire de l Accélérateur Linéaire IN2P3/CNRS et Université Paris-Sud Dessins J. Serreau Élémentaire Voyage aux deux infinis Deux

Plus en détail

Pierre BOUTELOUP. Les paragraphes I, II, et III sont très largement indépendants. I INTERACTION ÉLECTRIQUE DE DEUX ATOMES D HÉLIUM

Pierre BOUTELOUP. Les paragraphes I, II, et III sont très largement indépendants. I INTERACTION ÉLECTRIQUE DE DEUX ATOMES D HÉLIUM Pierre BOUTELOUP Les paragraphes I, II, et III sont très largement indépendants. I INTERACTION ÉLECTRIQUE DE DEUX ATOMES D HÉLIUM Lorsque un atome est soumis à un champ électrique, les fonctions d ondes

Plus en détail

Ce transport se produit dans un système initialement remplis d eau chaude et d eau froide :

Ce transport se produit dans un système initialement remplis d eau chaude et d eau froide : 5 PHÉNOMÈNES DE DIFFUSION 5.1 Diffusion de particules 5.1.1 transport diffusif La diffusion est un phénomène de transport de Mise en évidence expérimentale particules sans mouvement macroscopique. On verse

Plus en détail

CHAPITRE III LE MODELE QUANTIQUE DE L'ATOME

CHAPITRE III LE MODELE QUANTIQUE DE L'ATOME CHAPITRE III LE MODELE QUANTIQUE DE L'ATOME 1 INTRODUCTION Le début de ce siècle a vu la naissance d'une nouvelle mécanique adaptée à ces objets minuscules. Cette nouvelle mécanique à reçut le nom de mécanique

Plus en détail

Particules et interactions

Particules et interactions Particules et interactions ν e e - W + d u La physique des particules recherche et étudie les particules élémentaires qui composent la matière et la manière dont elles interagissent entre elles. "élémentaire"

Plus en détail

3 - Equilibre thermique

3 - Equilibre thermique 3 - Equilibre thermique Le rayonnement du corps noir Lois de Maxwell, Boltzmann et Saha Exemples Equilibres matière-rayonnement Milieu opaque au rayonnement Echanges d énergie Equilibre thermodynamique

Plus en détail

Une voie dans la propulsion électrique : les propulseurs à plasma

Une voie dans la propulsion électrique : les propulseurs à plasma Une voie dans la propulsion électrique : les propulseurs à plasma J.C. Adam Centre de Physique théorique Ecole Polytechnique,Palaiseau X e Congrés de la division plasmas de la société française de physique

Plus en détail

La masse du boson de Higgs

La masse du boson de Higgs La masse du boson de Higgs Jean Zinn-Justin CEA, IRFU (irfu.cea.fr) Centre de Saclay 91191 Gif-sur-Yvette et (Shanghai University) 1 Au début était le Big Bang i r f u Big Bang 2 Transition de phase et

Plus en détail

Mécanique des fluides TD6 TSI

Mécanique des fluides TD6 TSI Mécanique des fluides TD6 TSI215-216 Exercice 1 : Donne-moi ton flux et ta circulation et je te dirai qui tu es! Un expérimentateur a à disposition : Un débitmètre Un «circulomètre» Il indique le volume

Plus en détail

Jeudi 25 février - Concours blanc - type CCP. Étude d un plasma en vue de réaliser la fusion nucléaire

Jeudi 25 février - Concours blanc - type CCP. Étude d un plasma en vue de réaliser la fusion nucléaire PC Dupuy de Lôme 2015-2016 Physique Jeudi 25 février - Concours blanc - type CCP Problème A Composition de Physique - 4 heures Étude d un plasma en vue de réaliser la fusion nucléaire Le plasma étudié

Plus en détail

Le Big-Bang et les constituants élémentaires de la matière

Le Big-Bang et les constituants élémentaires de la matière Le Big-Bang et les constituants élémentaires de la matière L Hypothèse du Big-Bang Les acteurs La chronologie Peut-on remonter jusqu au Big-Bang? L Hypothèse du Big-Bang o L espace-temps : * Nous vivons

Plus en détail

Objectifs d apprentissage du chapitre 1 Physique et mécaniques, analyse dimensionnelle et ordres de grandeur

Objectifs d apprentissage du chapitre 1 Physique et mécaniques, analyse dimensionnelle et ordres de grandeur Objectifs d apprentissage du chapitre 1 Physique et mécaniques, analyse dimensionnelle et ordres de grandeur Principes de la démarche scientifique Cadre d étude de la physique Définition des mécaniques

Plus en détail

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS Masterclasses IPN Lyon, 2016 On a vu le Pourquoi, maintenant on va expliquer le Comment. La physique que l on veut comprendre aujourd hui est

Plus en détail

Table des matières. Table des matières

Table des matières. Table des matières Table des matières Table des matières Introduction... 3 Chapitre 1. La physique des particules et le concept de matière... 13 1.1. La matière selon Descartes, Leibniz et Newton...14 1.2. La matière et

Plus en détail

La Physique des Particules

La Physique des Particules La Physique des Particules David London Université de Montréal PHY1111 PDF: http://wwwlpsumontrealca/ london/londonhtml David London (UdeM) Physique des Particules PHY1111 1 / 15 Forces Fondamentales 1

Plus en détail

3) Précession de Larmor

3) Précession de Larmor M/CFP/Parcours de Physique Théorique Invariances en physique et théorie des groupes Précession de Thomas En 196, Uhlenbeck et Goudsmit ont introduit la notion de spin de l électron et montré que si l électron

Plus en détail

SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1

SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1 SOMMAIRE NOTIONS FONDAMENTALES 1 OBJECTIFS POURSUIVIS 1 NOTION DE TEMPERATURE 2 NOTION DE CHALEUR 3 DÉFINITIONS 3 ECHANGE DE CHALEUR À TRAVERS UNE SURFACE 3 UNITÉS SI ET UNITÉS PRATIQUES 4 EXEMPLES DE

Plus en détail

Université Paris-Dauphine Ceremade. Introduction aux méthodes particulaires. François BOLLEY

Université Paris-Dauphine Ceremade. Introduction aux méthodes particulaires. François BOLLEY Université Paris-Dauphine Ceremade o Introduction aux méthodes particulaires o François BOLLEY I - Les équations d Euler incompressibles : modèle macroscopique, particules déterministes II - L équation

Plus en détail

Et rien ne fut plus comme avant Symétries Brisées

Et rien ne fut plus comme avant Symétries Brisées Et rien ne fut plus comme avant Symétries Brisées Chris Quigg Genève 1 février 2005 X X X????? X X X X X X X X X? désordre, identité, équivalence Symétrie : ressemblance parfaite «sameness» La

Plus en détail

Département de physique TRAVAUX DIRIGES DE PHYSIQUE I

Département de physique TRAVAUX DIRIGES DE PHYSIQUE I INSTITUT POLYTECHNIQUE DES SCIENCES AVANCEES Département de physique TRAVAUX DIRIGES DE PHYSIQUE I (Module Ph 11) Corrigé du T.D N 1 : Dimensions et homogénéité Site http://jam.bouguechal.free.fr Forum

Plus en détail

Mouvement des particules chargées dans les champs électrique et magnétique

Mouvement des particules chargées dans les champs électrique et magnétique Mouvement des particules chargées dans les champs électrique et magnétique I. La force de Lorentz Expression de la force de Lorentz Dans les précédents chapitres d électromagnétisme, nous avons appris

Plus en détail

Introduction à la physique des plasmas cours 6: Diffusion d un plasma

Introduction à la physique des plasmas cours 6: Diffusion d un plasma Introduction à la physique des plasmas cours 6: Diffusion d un plasma S. Mazevet Laboratoire de Structure Electronique Département de Physiqu e Théorique et Appliquée Commissariat à l Energie Atomique

Plus en détail

Cargèse 25 au 31 mars 2007

Cargèse 25 au 31 mars 2007 Cargèse 25 au 31 mars 2007 Ecole des techniques de base des détecteurs Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNHE, Paris 1 Les systèmes de détection 2 Types de détecteurs On peut les classer

Plus en détail

Spectroscopie pour la mécanique. L. Le Moyne

Spectroscopie pour la mécanique. L. Le Moyne Spectroscopie pour la mécanique L. Le Moyne 1 Plan du cours Notions de mécanique quantique Dualité onde corpuscule Relations d incertitude Fonction d onde et opérateurs Cas simples : oscillateur, rotateur,

Plus en détail

Attention. Ne pas confondre. entropie. anthropique

Attention. Ne pas confondre. entropie. anthropique Attention Ne pas confondre entropie Et anthropique Tendance naturelle. Lorsqu elles sont laissées à elle mêmes, les choses ont tendance à se détériorer.. Ordre -> désordre Organisation -> désorganisation

Plus en détail

Le champ et le boson de Higgs : La masse sans masse

Le champ et le boson de Higgs : La masse sans masse Le champ et le boson de Higgs : La masse sans masse Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie de Grenoble CNRS/IN2P3 - Université de Grenoble collot@in2p3.fr http://lpsc.in2p3.fr/collot 1 Ce

Plus en détail

La découverte du boson de Higgs au LHC. Nikola Makovec

La découverte du boson de Higgs au LHC. Nikola Makovec La découverte du boson de Higgs au LHC Nikola Makovec Prix Nobel de Physique 2013 Le Prix Nobel de Physique 2013 a été décerné à François Englert et Peter Higgs pour la découverte théorique du mécanisme

Plus en détail

Physique quantique. Dualité : Onde Particule

Physique quantique. Dualité : Onde Particule Physique quantique Dualité : Onde Particule 1. Aspects corpusculaires des ondes électromagnétiques. Aspects ondulatoires des particules 3. Principe d incertitude de Heisenberg 4. Equation de Schröninger

Plus en détail

Équations de Navier-Stokes

Équations de Navier-Stokes Chapitre 8 Équations de Navier-Stokes O. Thual, 26 mai 2013 Sommaire 1 Fluides newtoniens................... 2 1.1 Rhéologie des fluides newtoniens........... 2 1.2 Conditions aux limites................

Plus en détail

COMPRENDRE L INFINIMENT PETIT. Anne-Isabelle Etienvre

COMPRENDRE L INFINIMENT PETIT. Anne-Isabelle Etienvre COMPRENDRE L INFINIMENT PETIT Anne-Isabelle Etienvre (anne-isabelle.etienvre@cea.fr) Les particules, leurs interactions Mise en évidence expérimentale Les détecteurs de physique des particules L accélérateur

Plus en détail

Atome d hydrogène. comme. Ces trois orbitales sont appelées, et

Atome d hydrogène. comme. Ces trois orbitales sont appelées, et Atome d hydrogène 1) On considère l atome d hydrogène, composé d un noyau de charge Z=1 et d un électron de masse m e. On suppose que le noyau est fixe. Écrire, à l aide de l Annexe I, l équation de Schrödinger

Plus en détail

La Physique des Particules en quelques mots. Riccardo Rattazzi (Laboratoire de Physique Théorique des Particules, EPFL)

La Physique des Particules en quelques mots. Riccardo Rattazzi (Laboratoire de Physique Théorique des Particules, EPFL) La Physique des Particules en quelques mots Riccardo Rattazzi (Laboratoire de Physique Théorique des Particules, EPFL) Phénomènes Lois Applications Phénomènes électromagnétiques Equations de Maxwell E

Plus en détail

Rhéologie des fluides complexes Chapitre 1 Fluides newtoniens USTOMB

Rhéologie des fluides complexes Chapitre 1 Fluides newtoniens USTOMB Définition de la rhéologie La rhéologie vient du grec RHEO :Couler et LOGOS: étude. Donc la rhéologie: Etude du comportement des matériaux fluides soumis à une contrainte ou déformation. 1.1. Mouvement

Plus en détail

Lignes de courant. m = t. m en kg ; t en s ; Q m en kg/s. Il représente la masse de liquide écoulé pendant une unité de temps.

Lignes de courant. m = t. m en kg ; t en s ; Q m en kg/s. Il représente la masse de liquide écoulé pendant une unité de temps. I) Écoulement des fluides DYNAMIQUE DES FLUIDES 1) Lignes de courant Les molécules d un fluide en mouvement suivent des trajectoires appelées lignes de courant. Ces lignes de courant sont représentées

Plus en détail

Le dipôle électrostatique

Le dipôle électrostatique Cours d électromagnétisme 1 Définition, potentiel et champ créés 1.1 Définition du dipôle électrostatique On appelle dipôle électrostatique le système constitué de deux charges ponctuelles opposées et

Plus en détail

Ecoulements multiphasiques

Ecoulements multiphasiques Ecoulements multiphasiques 1. Principes généraux et notions de base 2. Ecoulements gaz-liquide en conduite : approche globale 3. Interfaces : propriétés et évolutions 4. Particules, gouttes et bulles 5.

Plus en détail

Ecoulements multiphasiques

Ecoulements multiphasiques Ecoulements multiphasiques 1. Principes généraux et notions de base 2. Ecoulements gaz-liquide en conduite : approche globale 3. Interfaces : propriétés et évolutions 4. Particules, gouttes et bulles 5.

Plus en détail

Extraction de l echelle d energie du ECAL de CMS

Extraction de l echelle d energie du ECAL de CMS Extraction de l echelle d energie du ECAL de CMS O. Bondu IPN Lyon 2010-11-21 - JJC O. Bondu (IPN Lyon) Extraction de l echelle d energie du ECAL de CMS 2010-11-21 - JJC 1 / 17 Plan 1 Introduction 2 CMS

Plus en détail

Cours Centrale - Raphaël Granier de Cassagnac 1

Cours Centrale - Raphaël Granier de Cassagnac 1 Les particules élémentaires Histoire de leur découverte Cours Centrale - Raphaël Granier de Cassagnac 1 Particules et interactions L histoire de la physique des particules est une succession de : Découverte

Plus en détail

Chap.1 Cinématique du point matériel

Chap.1 Cinématique du point matériel Chap.1 Cinématique du point matériel 1. Point matériel et relativité du mouvement 1.1. Notion de point matériel 1.2. Relativité du mouvement - Notion de référentiel 1.3. Trajectoire dans un référentiel

Plus en détail

Plan. Le principe d équivalence. système de particules. Énoncé du principe. Les forces gravitationnelles

Plan. Le principe d équivalence. système de particules. Énoncé du principe. Les forces gravitationnelles 1 / 34 Plan 2 / 34 Énoncé du principe Le principe d équivalence Erwan Penchèvre 24 mars 2015 Les forces gravitationnelles Relation entre la métrique et la connexion affine Approximation classique Ralentissement

Plus en détail

Univers de particules Espace visiteur du CERN

Univers de particules Espace visiteur du CERN Univers de particules Espace visiteur du CERN Français > Dans l Univers, tout est fait de particules. Mais d où viennent-elles? Quelle est l origine des lois de la nature? Au rez-de-chaussée du Globe de

Plus en détail

Une approche mécanicienne de la gravitation

Une approche mécanicienne de la gravitation Une approche mécanicienne de la gravitation Mayeul Arminjon Laboratoire 3S (Sols, Solides, Structures), Journées des doctorants, Autrans, 6 mai 2004 Une approche mécanicienne de la gravitation 1 Plan Gravitation

Plus en détail

Étude de la fragmentation des jets dans l'expérience ALICE au LHC. Anaïs Bergognon 1ère année de thèse

Étude de la fragmentation des jets dans l'expérience ALICE au LHC. Anaïs Bergognon 1ère année de thèse Étude de la fragmentation des jets dans l'expérience ALICE au LHC Anaïs Bergognon 1ère année de thèse 27 Septembre 2012 Anaïs Bergognon Rencontres QGP France 2012 Plan Introduction Physique L'expérience

Plus en détail

Cours 6. Perte d énergie des électrons et positrons

Cours 6. Perte d énergie des électrons et positrons Cours 6 Perte d énergie des électrons et positrons 1 Les électrons et les positrons sont légers, donc : La formule Bethe-Bloch doit être modifiée masse de la particule incidente = masse de la particule

Plus en détail

Transformation de Lorentz-Poincaré

Transformation de Lorentz-Poincaré Transformation de Lorentz-Poincaré Denis Gialis Dans ce cours, je propose une construction formelle de la transformation de Lorentz-Poincaré à partir des postulats fondamentaux d Einstein. 1 Quelques définitions

Plus en détail

Question de cours. Mouvement circulaire des satellites

Question de cours. Mouvement circulaire des satellites Correction de la maturita bilingue franco-tchèque et franco-slovaque session de mai 006 Question de cours Mouvement circulaire des satellites 1. Forces mises en jeu a. Actions négligées : (1) les forces

Plus en détail

Emergence en physique. Jean-Philippe UZAN

Emergence en physique. Jean-Philippe UZAN Emergence en physique Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. L espace est en expansion et a une histoire Modèle du big bang L observation de l univers et sa représentation

Plus en détail

Particules identiques en mécanique quantique

Particules identiques en mécanique quantique Le cours PH432 7 blocs de mécanique quantique + 11 blocs de physique statistique sondage en ligne cette semaine Particules identiques en mécanique quantique Chapitre 16 http://www.enseignement.polytechnique.fr/physique/

Plus en détail

Les résultats du LHC : du boson de Higgs au Run 2

Les résultats du LHC : du boson de Higgs au Run 2 Les résultats du LHC : du boson de Higgs au Run 2 Gaelle Boudoul IPNL-Lyon, CNRS/IN2P3 Gaelle.Boudoul@cern.ch 1 Les grands enjeux du LHC Projet officiellement approuvé en décembre 1994 Tester vérifier

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE CORRECTION POUR L ÉPREUVE DE PHYSIQUE-CHIMIE (OBLIGATOIRE)

RECOMMANDATIONS DE CORRECTION POUR L ÉPREUVE DE PHYSIQUE-CHIMIE (OBLIGATOIRE) RECMMANDATINS DE CRRECTIN PUR L ÉPREUVE DE PHYSIQUE-CHIMIE (BLIGATIRE) I. LHC II. deur acre III. Voyage interplanétaire Pour la correction de l'écrit et pour l'oral, il est indispensable de respecter le

Plus en détail

Les propulseurs à plasma pour les applications spatiales. N. Lemoine le 24 mai 2013

Les propulseurs à plasma pour les applications spatiales. N. Lemoine le 24 mai 2013 Les propulseurs à plasma pour les applications spatiales Les bases de la propulsion La poussée exercée sur un objet de masse M(t) éjectant de la matière avec un débit ṁ et une vitesse u est F = ṁ u Une

Plus en détail

LHC : 7 Md pour un si petit boson

LHC : 7 Md pour un si petit boson LHC : 7 Md pour un si petit boson 1 1 rlasseri@in2p3.fr Sciences Croustillantes, 15 Décembre 2014 La quête de l'élémentarité The history of atomism is one of reductionism the eort to reduce all the operations

Plus en détail

Le Modèle Standard de la physique des particules

Le Modèle Standard de la physique des particules Le Modèle Standard de la physique des particules 1 Episode 2: La mise en évidence expérimentale (exemple d actualité: le LHC) 2 La course aux hautes énergies Dualité onde-corpuscule Toutes les particules

Plus en détail