Rapport du comité d'experts

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport du comité d'experts"

Transcription

1 Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Département Génie Civil et Bâtiment URA 1652 de l Ecole Nationale des Travaux Publics de l Etat février 2008

2 Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Département Génie Civil et Bâtiment URA 1652 de l Ecole Nationale des Travaux Publics de l Etat février 2008

3 Rapport du comité d'experts L'Unité de recherche : Nom de l'unité : Département Génie Civil et Bâtiment Label demandé : UMR CNRS N si renouvellement : URA 1652 Nom du directeur : G. GUARRACINO Université ou école principale : Ecole Nationale des Travaux Publics de l Etat (ENTPE) Autres établissements et organismes de rattachement : CNRS Date(s) de la visite : 15 février

4 Membres du comité d'évaluation Président : M. Gilles PIJAUDIER-CABOT, Université de Pau Experts : M. René CHAMBON, Université de Grenoble M. Guy LAURIAT, Université de Marne la Vallée M. Christophe PETIT, Université de Limoges M. Claudio Tamagnini, Université de Perrugia Expert(s) représentant des comités d évaluation des personnels (CNU, CoNRS, CSS INSERM, représentant INRA, INRIA, IRD ) : M. Jean-Dominique Polack, section 9 du CoNRS, Université Paris 6 Observateurs Délégué scientifique de l'aeres : Mr Jacques DESRUES, CNRS, Laboratoire 3S-R, Grenoble Représentant de l établissement principal : M. Robert THOMAZEAU, ENTPE Représentant du CNRS : M. Dominique LEGUILLON, CNRS 3

5 Rapport du comité d'experts 1 Présentation succincte de l'unité Effectif 79, dont 24 enseignants-chercheurs et chercheurs (1 DR CNRS), 13 ITA dont 2 ingénieurs (1 CNRS), 36 doctorants Post docs accueillis au moins 6 mois : 6 Nombre de HDR : 11 Nombre de thèses soutenues 36 et durée moyenne 3,5 ans lors des 4 dernières années, nombre de thèses en cours 36, taux d abandon très faible, nombre de doctorants financés : 100 % Nombre de publiants : 75 % de publiants, soit 18 EC/C sur 24 EC/C Taux moyen de publications A : 132 A/24 chp / 4 ans # 1,3 A/chp/an Budget consolidé 2007 : k Surfaces des locaux : m2 pour les plates-formes expérimentales et m2 pour les bureaux 2 Déroulement de l'évaluation L évaluation du Département Génie Civil et Bâtiment (URA 1652) a été organisée en deux temps. Dans un premier temps, les experts du comité de visite ont pris connaissance du rapport d activité. Puis, la visite du laboratoire organisée le 15 février 2008 a permis de préciser le contenu de ce rapport, de mieux connaître les installations et l unité de recherche et enfin de discuter du projet de laboratoire pour les quatre années à venir. Lors de la visite du comité, le directeur de l unité a présenté un bilan synthétique, documenté par la suite par des présentations scientifiques devant les équipements expérimentaux de l unité et en salle de réunion. La visite s est poursuivie avec la présentation du projet de laboratoire pour les quatre années à venir, l audition du conseil de laboratoire et enfin l audition du directeur de l ENTPE. 3 Analyse globale de l unité, de son évolution et de son positionnement local, régional et européen Le département Génie Civil et Bâtiment est une unité de recherche de taille moyenne qui possède trois caractéristiques particulières : Mis à part un directeur de recherche et un ingénieur d études CNRS, les personnels permanents dépendent du ministère en charge de l équipement. Contrairement à une unité de recherche universitaire, les personnels n ont pas une obligation d enseignement individuelle bien définie. Bien qu il manque parfois de clarté pour l évaluation des forces de recherche en présence, ce système offre une grande souplesse de fonctionnement. 4

6 Une deuxième caractéristique est liée au cloisonnement induit par l appartenance des personnels aux corps de l équipement. Le DGCB est naturellement l unité de recherche accueillant des ingénieurs TPE désireux de se consacrer à la recherche. Localisée sur un site universitaire, c est aussi quasiment la seule et, les promotions devant apparemment s'accompagner d une mobilité, il a été fait état durant la visite de difficulté pour le chercheur promu de rester dans une unité de recherche. Pourtant, il a été indiqué dans un second temps au comité que le réseau scientifique et technique du ministère de tutelle est susceptible de permettre de telles mobilités, car il possède en son sein, en particulier pour les domaines abordés par le DGCB, le LCPC (Laboratoire Central des Ponts et Chaussées) le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et l ENPC (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées). Dans ces conditions, une certaine endogamie des recrutements et un certain immobilisme dans la gestion des carrières sont d'autant moins compréhensibles, et doivent impérativement être corrigés. Une troisième caractéristique est liée à la tutelle du laboratoire. Le DGCB jouit, au même titre qu un petit nombre de laboratoires (par exemple dans les ENS) d un bassin de recrutement de docteurs privilégié. Il est de surcroît aidé par une politique d établissement qui tout en se consacrant aux fondamentaux de la formation d ingénieurs a pris la mesure de la nécessaire dimension recherche d une grande école. Le DGCB est le fruit d une histoire rassemblant au début des années 1990 deux laboratoires de recherche sous la bannière d une unité associée au CNRS : le premier dans le domaine de la mécanique des solides et des géomatériaux et le second dans le domaine de la physique du bâtiment. Il faut noter une activité scientifique du laboratoire d un niveau très contrasté. La production scientifique dans des revues internationale est très inégalement répartie. L activité de recherche est structurée en trois axes dont le bilan est plus détaillé au paragraphe suivant. Cependant, il y a des thèmes scientifiques dont le bilan laisse penser qu ils s apparentent plus à du développement technologique qu à de la recherche appliquée en sciences de l ingénieur. Le rapport aurait aussi mérité de resituer les travaux présentés dans un contexte international et de souligner les originalités des travaux entrepris. Le DGCB dispose d installations expérimentales de haut niveau et d un soutien de son établissement principal pour leur développement. Il est un peu surprenant que ces installations ne fassent pas partie de l image des compétences que le DGCB présente à l extérieur de l établissement. Ses relations industrielles sont correctes, avec un équilibre satisfaisant entre les contrats européens, industriels et publics. Bien que cela ne soit pas toujours facile dans le domaine du Génie Civil et bien que la position de l unité, placée au sein du réseau de l équipement, rende de telles relations un peu particulières, le laboratoire gagnerait à s ouvrir encore plus vers le monde industriel. L activité de formation par la recherche est soutenue, à un niveau d encadrement qui est cohérent globalement avec les forces de l unité. L unité est bien intégrée dans le tissu universitaire local. On ne peut qu encourager les échanges et l ouverture au sein du PRES lyonnais. La valorisation des travaux de thèse au travers de publications scientifiques n est pas forcement le souci de tous. Cela nuit à la production globale de l unité et probablement aussi à son attractivité nationale étant donné les critères requis aujourd hui pour un recrutement en tant que chercheur ou enseignant chercheur. 4 Analyse équipe par équipe et par projet Axe : Comportement des géomatériaux L activité scientifique dans le domaine du comportement élastique et visqueux des sables et des mélanges sable-argile est bonne, surtout du point de vue des techniques expérimentales. Des développements théoriques dans le domaine de la liquéfaction sont nécessaires en appui aux expérimentations. Le dernier thème sur la rhéologie des matériaux modèles manque d originalité et mérite une réflexion critique dans le cadre du futur projet du laboratoire. L équipe Rhéologie des milieux granulaires est relativement petite, un seul chercheur pouvant être considéré comme publiant. Globalement, la proportion de thèses soutenues et d articles publiés n est pas bonne. Elle dénote un manque de valorisation de la formation par la recherche. La visibilité nationale et internationale des chercheurs impliqués dans cette équipe est elle aussi très contrastée. 5

7 Le bilan de l équipe matériaux composites est, lui aussi, contrasté : l activité matériaux bitumineux a été soutenue et se solde par une bonne production scientifique notamment dans des revues internationales. De progrès significatifs au plan international concernant la modélisation du comportement viscoélastique des enrobés sont issus de cette équipe : l introduction du coefficient de Poisson complexe et l analyse du comportement à haute fréquence des enrobés sont deux avancés très importantes du domaine. Il reste cependant encore à les valoriser davantage en publiant notamment dans des revues internationales couvrant un domaine plus large que la communauté des routes et chaussées (matériaux polymères notamment). Le thème sols et matériaux reconstitués a fait l objet d une seule publication internationale, comme le thème matériaux innovant. Cette production scientifique insuffisante n est pas compensée pour l instant par des brevets alors que le domaine peut s y prêter. L équipe «phénomènes couplés aborde des thèmes liés au comportement thermomécanique des matériaux et aux couplages hygro-chimio-mécaniques. Au plan scientifique, il s agit d enjeux théoriques forts mais on a le sentiment d un éparpillement des efforts qui est très préjudiciable. La production scientifique est relativement faible, malgré 3 thèses et 2 masters recherche soutenus. Le travail de formation par la recherche n a donc pas été valorisé comme il conviendrait de le faire. Les chercheurs impliqués ne sont pas intégrés dans des structures nationales de recherche sur le thème, leur visibilité reste modeste sur ces thèmes. Axe : Ouvrages et structures du génie civil En ce qui concerne les deux «équipes» Dynamique non linéaires et Méthodes Numériques et Auscultation, le travail scientifique est en tout point remarquable et original. Les résultats sur les systèmes dynamiques qui trouvent leur application dans des expérimentations sur des structures réelles sont extrêmement intéressants. Les études sur la dynamique des structures discrètes et ses applications sont également à poursuivre et amplifier. Globalement les publications sont de très bon niveau en quantité comme en qualité. Toutefois cela cache des disparités inquiétantes. A côté des «locomotives», des chercheurs déclarés comme permanents dans ces équipes n y publient pas du tout. Certains d ailleurs ne publient pas du tout, toutes équipes confondues. Compte tenu de cette disparité importante, il semble que le nombre de doctorants soit très important rapporté aux habilités actifs. Enfin même si la poursuite de la recherche sur ces thématiques constitue une perspective évidente, l ensemble manque d une mise en perspective, de même que le suivi, la valorisation et la maintenance des outils développés au sein de ces équipes. L équipe Conception et dimensionnement aborde des thèmes scientifiques liés aux ouvrages souterrains, aux maconneries, aux matériaux locaux et aux revêtements bitumineux. Le premier thème est original, tant du point de vue des dispositifs expérimentaux développés au DGCB que des transferts de technologie attendus. Ce sujet de recherche gagnerait à être supporté par des approches théoriques et numériques adéquates. Les travaux expérimentaux dans les domaines des maçonneries et de l emploi de matériaux de construction locaux sont intéressants. La aussi, une solide démarche de modélisation permettrait d appuyer des expérimentations parfois uniques. Cela diminuerait la perception d une certaine limitation à un travail de développement technologique que peuvent donner ces activités. L étude des dalles revêtues de matériaux bitumineux pourrait fort bien être rangée sous le premier axe de recherche du laboratoire. Le démarrage d un projet ANR en 2008 sur ce thème est un point positif. Le niveau de publication est relativement faible pour une équipe composée de 4 chercheurs ayant une HDR. Malgré des dispositifs et des expérimentations uniques, la visibilité nationale et internationale des actions de recherche qu ils permettent de mener gagnerait à être accrue. Axe : Physique du bâtiment L axe de recherche «Physique du Bâtiment» a une activité centrée sur les problèmes liés à l acoustique, à l éclairage et aux transferts de chaleur dans les bâtiments. Au sein de cette équipe, le groupe de recherche «Systèmes Thermiques et Aérauliques», composé de quatre chercheurs permanents, effectue des travaux portant sur les performances énergétiques des bâtiments (enveloppe ou composants) en tenant compte des exigences de qualité de l air intérieur et des contraintes architecturales. L activité du groupe de recherche se caractérise principalement par un travail d ingénierie dans lequel l aspect fondamental est souvent trop absent. La présentation des activités de l équipe n est pas suffisamment précise. Par exemple, les phénomènes de condensation dans les enceintes et dans l enveloppe (dans les isolants en particulier) ne sont pas du tout mentionnés alors qu il s agit d un problème extrêmement important en thermique du bâtiment. 6

8 Le bilan, en termes de production scientifique dans des revues reconnues, est très limité. La participation des membres de l équipe à des congrès nationaux ou internationaux portant les transferts de chaleur et de masse (IHMTC, ASME, Eurotherm, SFT ) est trop faible. Le groupe «Acoustique du Bâtiment et de l Environnement» effectue des travaux sur deux thématiques bien séparées : l optimisation des matériaux acoustiques et l évaluation physique et auditive des bruits. Sur la première thématique, les travaux récents ont porté sur la modélisation, la caractérisation et l optimisation de matériaux poreux. Sur la deuxième thématique, les travaux récents ont porté sur la catégorisation auditive des structures vibrantes, l optimisation numérique sous contrainte perceptive et la caractérisation de la gêne sonore. Le groupe est bien inséré dans la communauté nationale et internationale mais, à quelques exceptions près, reste cependant en marge des équipes leader de ces thématiques. Le bilan en termes de production scientifique dans les revues reconnues du domaine est plus que satisfaisant. Ces chiffres cachent cependant une situation préoccupante, car l un des chercheurs permanents vient de quitter le laboratoire, et un autre, au demeurant fort publiant, émarge à plusieurs équipes. Le groupe «Lumière et Vision» effectue des travaux sur l éclairage et la mise au point de nouvelles sources d éclairage en tenant compte du confort visuel. Les travaux récents ont plus particulièrement porté sur la qualification et la métrologie des ambiances lumineuses, le développement de nouvelles techniques d éclairage, leur optimisation et les effets de la lumière sur la santé. Ces travaux sont fortement liés à la valorisation et sont souvent entrepris à la demande de groupes industriels. A noter également un fort essaimage, avec une création récente d entreprise. L activité du groupe se caractérise principalement par un travail d ingénierie, souligné par une forte participation aux instances européennes de normalisation. De plus, le groupe est fortement impliqué comme prestataire de service des projets européens HELIOSAT-3 et MESoR, pour le compte desquels il entretient une base de données et le serveur associé. Le bilan en termes de production scientifique est correct. On note par contre une active participation aux commissions de normalisation et aux congrès associés. 5 Analyse de la vie de l'unité Le fonctionnement interne de l unité ne souffre semble-t-il d aucune difficulté particulière. Les trois axes de recherche, et les chercheurs impliqués, disposent d une lattitude importante dans leur fonctionnement. Par rapport à la moyenne des laboratoires universitaires, le DGCB dispose d une infrastructure et de personnels techniciens et administratifs à un bon niveau. La gestion de l unité, et en particulier la gestion des ressources humaines, souffrent des difficultés liées à l appartenance des personnels au corps de l équipement évoquées au début de ce rapport. Cela crée une instabilité et fragilise les équipes de recherche du laboratoire. Clairement la promotion des individus qui souhaitent rester en contact avec la recherche est une source de difficultés. La direction de l école en est consciente et œuvre pour pallier ces difficultés tout en soulignant l importance du lien nécessaire avec l enseignement et la formation des ingénieurs. 6 Conclusions - Points forts : Les points forts de l unité sont aujourd hui dans les domaines de la dynamique non linéaire, de la mécanique des géomatériaux, de l acoustique physique et de l auscultation. Les activités de normalisation dans le domaine de la vision sont elles aussi un point fort. 7

9 Le DGCB accueille un petit nombre de chercheurs dont la visibilité internationale est affirmée dans les points forts cités ci-dessus. Le devenir du laboratoire et sa visibilité nationale et internationale reposent clairement entre leurs mains. Ils doivent encore plus jouer le rôle de locomotive au sein de l unité et susciter la participation des autres membres de l unité dans des collaborations en France et à l international. Le bilan et le projet scientifique à venir fait état d une bonne implication de l unité dans les programmes de l ANR. - Points à améliorer : La production scientifique doit être mieux répartie et la valorisation des travaux de thèse et de master doit être systématiquement envisagée sous la forme d articles et de communications. L avis du comité d évaluation sur l axe «Physique du Bâtiment» est très contrasté, avec un groupe d acousticiens qui se détache selon presque tous les indicateurs. La survie de ce groupe reste cependant préoccupante pour des raisons de personnels et de positionnement thématique. - Recommandations : Le projet présenté par la direction du laboratoire pour les quatre années à venir reste en droite ligne avec les activités scientifiques de fond de l unité. Bien sur, il est revu à la lumière d enjeux sociétaux qui sont aujourd hui plus aigus qu auparavant : énergie, développement durable et maîtrise des risques. Mais fondamentalement, cela ne remet pas en cause les principaux équilibres de l unité. Ce projet appelle plusieurs recommandations : A la lumière du bilan sur la période passée, il importe de poursuivre le recentrage des activités de chacun sur un petit nombre de thèmes de recherche. Le bilan actuel fait état d un éparpillement très préjudiciable à l unité. Le projet scientifique donne trop l impression d une collection de projets de chaque équipe avec un nombre de thèmes qui reste pléthorique. Après une phase de développement de plus de 15 ans, le DGCB doit atteindre sa majorité scientifique et proposer un projet de recherche qui enrichit ses points forts et qui témoigne d une convergence de pensée scientifique propre à une unité de recherche de réelle qualité. L unité doit inscrire son action dans la politique scientifique menée par ses tutelles. Il importe donc qu elle maintienne et développe une participation active aux programmes et structures collaboratives coordonnées par exemple par le CNRS, comme certaines équipes le font déjà avec le GDR bruit, le groupe d actions thématiques habitat-énergie, ou encore le projet de fédération de recherche Bâtiment-Energétiquement Efficace (BATI 2 E ). D une manière générale, la faible implication des sciences humaines dans des thématiques dont la justification finale est le confort du sujet humain dans son habitat est inquiétante. Dans les travaux de l unité, le sujet humain intervient souvent comme ersatz imparfait de la machine, pour effectuer une «mesure perceptive». C est faire fi des développements récents des sciences humaines et sociales qui montrent que le sujet humain veut garder la maîtrise de son environnement, en particulier pour les questions de gêne et de confort. Des partenariats créés, qu il convient par ailleurs d étayer et de conforter, devraient permettre d'améliorer la prise en compte de l'humain dans la problématique. Il importe enfin que la future équipe de direction de l unité soit identifiée afin de pouvoir devenir opérationnelle dès sa prise de fonction. Le comité d évaluation considère enfin que le contexte dans lequel évolue aujourd hui le DGCB est relativement privilégié. L unité bénéficie d un appui et d une infrastructure importants. Son bassin de recrutement est d un très bon niveau, avec des possibilités de soutien à la formation par la recherche inconnues de bon nombre d équipes de recherche en France. Avec une gestion de proximité des ressources humaines et une flexibilité rendues possibles par le statut actuel de l ENTPE, la tutelle et la future direction de l unité disposent d un environnement de la recherche moderne et adapté. Il reste impératif de poursuivre l ouverture de l unité, dans son activité de recherche et dans ces recrutements. Le PRES pourrait favoriser cette ouverture au plan régional, reste à la concrétiser au plan national. 8

10

11

12

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Pôle de recherche en économie et gestion, UMR 7176 de l'ecole Polytechnique mars 2008 Section des Unités de recherche Rapport

Plus en détail

de l'ecole Supérieure d Electricité

de l'ecole Supérieure d Electricité Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Sécurité des Systèmes d Information et des Réseaux (SSIR) de l'ecole Supérieure d Electricité mars 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Paris 11. Unité de recherche : Centre d'étude et de recherche en droit de l'immatériel

Rapport d'évaluation. de l'université Paris 11. Unité de recherche : Centre d'étude et de recherche en droit de l'immatériel Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Centre d'étude et de recherche en droit de l'immatériel de l'université Paris 11 Mars 2009 Rapport d'évaluation L'Unité de recherche

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en relations internationales de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Paris 4. Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083

Rapport d'évaluation. de l'université Paris 4. Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Civilisations et Littératures d Espagne et d Amérique (CLEA) EA 4083 de l'université Paris 4 Mars 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB)

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : R.I.I. de l'université du Littoral

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : R.I.I. de l'université du Littoral Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : R.I.I. de l'université du Littoral Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche R.I.I. de

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes :

Évaluation du HCERES sur l unité : sous tutelle des établissements et organismes : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre Lyonnais d Histoire du Droit et de la Pensée Politique CLHDPP sous tutelle des établissements et organismes : Université Jean Moulin Lyon

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre d Etudes et de Recherche en Thermique Environnement et Systèmes (CERTES) EA 3481 de l'université Paris 12 février

Plus en détail

FICHE D EVALUATION ANNUELLE

FICHE D EVALUATION ANNUELLE FICHE D EVALUATION ANNUELLE Objectifs de la fiche d évaluation annuelle L évaluation porte sur le travail accompli par le collaborateur. Elle n est pas un jugement, mais une évaluation, pas sur ce qu il

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Nutrition et inflammation intestinale de l'université de Rouen février 2008 Section des Unités de recherche Rapport du comité

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Moteurs thermiques et vibrations acoustiques de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre de recherches sur les poétiques du XIX e siècle EA 3423 de l'université Paris 3 février 2008 Section des Unités de

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Journée contributive n 1 : Croissance, innovation, disruption Junior ESSEC 28/11/2014 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 1ère journée Compte-rendu de l atelier 6 : Nouveaux clusters numériques Journée contributive n 1 : Croissance, innovation,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration économique et sociale (AES) de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Adopté par le conseil associatif de l Agence universitaire de la Francophonie

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Information et communication de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Sécurité informatique de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

de l'université des Antilles et de la Guyane

de l'université des Antilles et de la Guyane Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Fédération de Recherche : Centre Commun en Calcul Intensif (C3I) de l'université des Antilles et de la Guyane Juin 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Master Génie pétrolier

Master Génie pétrolier Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Génie pétrolier Université de Pau et des Pays de l Adour - UPPA Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de la mesure, de l'instrumentation et du contrôle de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Commercialisation de produits et services financiers de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Régulations de la respiration, de la circulation et de la locomotion et applications aux pathologies du développement EA

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Laboratoire de Chimie Moléculaire et Environnement LCME sous tutelle des établissements et organismes : Université Savoie Mont Blanc Campagne d évaluation

Plus en détail

LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET D ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES TOUT AU LONG DU PROJET : SOUTIEN DES ACTEURS DE L ENTREPRISE, PRÉPARATION ET SOUTIEN DES ÉLÈVES 42 Pour mettre en application des programmes d études

Plus en détail

Rapport de l AERES sur l unité :

Rapport de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur l unité : Équipe de droit international et comparé sous tutelle des établissements et organismes : Université Jean Moulin Lyon 3 Juillet 2010 Section

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques de l Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

Réunion Internationale des Laboratoires et Experts des Matériaux, systèmes de construction et ouvrages

Réunion Internationale des Laboratoires et Experts des Matériaux, systèmes de construction et ouvrages Réunion Internationale des Laboratoires et Experts des Matériaux, systèmes de construction et ouvrages Mission et Objectifs de la RILEM L Origine La Réunion Internationale des Laboratoires et Experts des

Plus en détail

Master Comptabilité et contrôle

Master Comptabilité et contrôle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Comptabilité et contrôle Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie économique et statistique de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Rapport d'évaluation. de l'université Paris Descartes. Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516

Rapport d'évaluation. de l'université Paris Descartes. Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516 Section des Unités de recherche Rapport d'évaluation Unité de recherche : Centre de droit des affaires et de gestion (CEDAG) - EA 1516 de l'université Paris Descartes Mars 2009 Section des Unités de recherche

Plus en détail

Lycée polyvalent Langevin-Wallon Champigny sur Marne Val de Marne

Lycée polyvalent Langevin-Wallon Champigny sur Marne Val de Marne Ministère de l éducation nationale Académie de Créteil LW JEAN-MICHEL NICOLAS CHEF DE TRAVAUX : 01 48 81 25 02 : 01 48 81 31 83 jean-michel.nicolas@ac-creteil.fr Version 2015.0 2015-08-23 Lycée polyvalent

Plus en détail

Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu

Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement Contenu Compte rendu de l atelier 2 : Intégrer tablettes et outils nomades à l enseignement... 1 OBJECTIFS :... 2 DEROULEMENT

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre de Recherche en Management CRM sous tutelle des établissements et organismes : Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Centre National de la

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques appliquées et sciences sociales de l Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Livre Blanc : Attentes et recommandations

Livre Blanc : Attentes et recommandations 4.7 ATTENTES ET RECOMMANDATIONS GROUPE F ENSEIGNEMENT FORMATION 4.7.1 Préambule Les pilotes du groupe Enseignement-Formation ont pris en compte une double problématique. D abord analyser et synthétiser

Plus en détail

Licence professionnelle Management du risque dans le BTP

Licence professionnelle Management du risque dans le BTP Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management du risque dans le BTP Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie-Gestion de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Evaluation de l AERES sur l unité :

Evaluation de l AERES sur l unité : Section des Unités de recherche Evaluation de l AERES sur l unité : Centre de droit public comparé sous tutelle des établissements et organismes : Université Panthéon-Assas Janvier 2013 Section des Unités

Plus en détail

Avec le programme d encouragement Hasler Innovation, la Fondation Hasler encourage les. projets d innovation

Avec le programme d encouragement Hasler Innovation, la Fondation Hasler encourage les. projets d innovation Hasler Innovation Un programme d encouragement de la Fondation Hasler pour le soutien dans les procédures préliminaires pour la création d une entreprise dans le domaine des TIC Projets d innovation Avec

Plus en détail

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH)

La Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) Délégation Midi-Pyrénées Handicap et vie professionnelle La loi du 11 février 2005 1 a renforcé les exigences vis-à-vis de l emploi des personnes en situation de handicap. Ainsi, les personnes reconnues

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Assistant projet informatique développement d applications e- business de l Université Montpellier 2 Sciences et

Plus en détail

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5

Section des Unités de recherche. Rapport d évaluation. Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de recherche : Institut Droit et Santé (IDS) de l'université de Paris 5 Mars 2009 Section des Unités de recherche Rapport d évaluation Unité de

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Management de l Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de communication des petites et moyennes organisations de l Université Lille 3 Sciences humaines et sociales

Plus en détail

Rapport d'évaluation n 258 de l'école doctorale

Rapport d'évaluation n 258 de l'école doctorale Section des formations et des diplômes Rapport d'évaluation n 258 de l'école doctorale "Science, technologie, santé" de l'université de Limoges janvier 2008 Rapport d'évaluation n 258 de l'école doctorale

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Tourisme d affaires, festivalier et environnement urbain de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague

Plus en détail

Licence Economie et mathématiques

Licence Economie et mathématiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Economie et mathématiques Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de la paie et du social de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Section des formations et des diplômes

Section des formations et des diplômes Section des formations et des diplômes Rapport d évaluation de l Ecole doctorale 359 «Mathématiques, télécommunications, informatique, signal, systèmes, électronique Matisse» Université de Rennes 1 I-

Plus en détail

Infodoc. n 92. Janvier 2014. Législation/Réglementation. Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Infodoc. n 92. Janvier 2014. Législation/Réglementation. Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP) Infodoc Législation/Réglementation Janvier 2014 n 92 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP) LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION RÉFORME

Plus en détail

Rapport de l AERES sur la structure fédérative :

Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Section des Unités de recherche Rapport de l AERES sur la structure fédérative : Santé et Société de l'établissement : Université Grenoble 2 Août 2010 Section des Unités de recherche Rapport de l AERES

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie - Gestion de l Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis - UVHC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

sous tutelle des établissements et organismes :

sous tutelle des établissements et organismes : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre Universitaire Rouennais d Études Juridiques CUREJ sous tutelle des établissements et organismes : Université de Rouen Campagne d évaluation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Métiers de la route de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

L approche processus c est quoi?

L approche processus c est quoi? L approche processus c est quoi? D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Introduction Termes et définitions

Plus en détail

Rapport du comité d'experts

Rapport du comité d'experts Section des Unités de recherche Rapport du comité d'experts Unité de recherche : Centre de Recherche sur l Espagne Contemporaine (CREC) EA 2292 de l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle février 2008 2

Plus en détail

Objet : POLITIQUE D ACCUEIL DES CHERCHEURS, ÉTUDIANTS ET STAGIAIRES EN RECHERCHE

Objet : POLITIQUE D ACCUEIL DES CHERCHEURS, ÉTUDIANTS ET STAGIAIRES EN RECHERCHE Objet : POLITIQUE D ACCUEIL DES CHERCHEURS, ÉTUDIANTS ET STAGIAIRES EN RECHERCHE Direction émettrice: Qualité, Mission universitaire et Ressources Informationnelles Q-18 Page 1 de 5 Champ d application

Plus en détail

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996)

VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) VI. DOCUMENT PORTANT «PRINCIPES DIRECTEURS DEVANT GUIDER L ENVOI D UNE MISSION D OBSERVATION D ÉLECTIONS» (Marrakech, décembre 1996) Préambule Les chefs d État et de Gouvernement, réunis lors de leur sixième

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

Rapport d évaluation de l'école doctorale n 131

Rapport d évaluation de l'école doctorale n 131 Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de l'école doctorale n 131 Langue, littérature, image : civilisation et sciences humaines (domaines francophone, anglophone et d Asie orientale)

Plus en détail

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides

Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Directives opérationnelles 2013-2015 pour les initiatives régionales dans le cadre de la Convention sur les zones humides Approuvées par le Comité permanent à sa 46 e Réunion (Décision SC46-28), avril

Plus en détail

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité Audit d Impression * Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité SERVICES D EVALUATION * Bien sûr, vous pouvez Améliorer L impression une tâche omniprésente

Plus en détail

Conseil de gestion de la Fondation de l Université Jean- Monnet - 24 février 2015 Bilan moral et financier

Conseil de gestion de la Fondation de l Université Jean- Monnet - 24 février 2015 Bilan moral et financier Conseil de gestion de la Fondation de l Université Jean- Monnet - 24 février 2015 Bilan moral et financier En 2014, la Fondation de l Université Jean- Monnet (UJM) a poursuivi son objectif de rapprochement

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Systèmes informatiques et logiciels pour la santé de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

Le premier. emploi. des. Enquête sur les diplômés 2011

Le premier. emploi. des. Enquête sur les diplômés 2011 Le premier emploi des Supélec Enquête sur les diplômés 2011 La recherche joue un rôle de plus en plus important dans la formation des ingénieurs. Dans les hautes technologies, les délais entre innovation

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion et accompagnement des parcours professionnels et personnels dans les organisations de l Université de Lille1

Plus en détail

Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés?

Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés? by Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés? «Accompagner quelqu un, c est se placer ni devant, ni derrière, ni à la place. C est

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Licence professionnelle Conseiller en produits dermocosmétiques

Licence professionnelle Conseiller en produits dermocosmétiques Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Conseiller en produits dermocosmétiques Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE

OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE OPÉRATEUR EN STRATÉGIE D ENTREPRISE convictions et engagements GRADIAN A ÉTÉ CRÉÉE EN 1978, EN FRANCE ET EN SUISSE, PAR UNE ÉQUIPE D INGÉNIEURS AYANT ACQUIS UNE SOLIDE EXPÉRIENCE, PARTAGEANT UNE FORTE

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie et innovation en images et réseaux de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013

Plus en détail

Évaluation du HCERES sur l unité :

Évaluation du HCERES sur l unité : Entités de recherche Évaluation du HCERES sur l unité : Centre de Recherche en Traduction et Terminologie CRTT sous tutelle des établissements et organismes : Université Lumière Lyon 2 Campagne d évaluation

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de travaux et encadrement de chantier de l Université de Perpignan Via Domitia - UPVD Vague E 2015-2019

Plus en détail

Licence Terre et environnement

Licence Terre et environnement Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Terre et environnement Université Toulouse III Paul Sabatier - UPS Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1

Plus en détail

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications

Master. en sciences et technologies mention mathématiques et applications Master en sciences et technologies mention mathématiques et applications master mathématiques et applications Contacts Nicolas Lerner lerner@math.jussieu.fr www.master.math.upmc.fr Master sciences et technologies

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS Une nouvelle étape à engager Rapport public thématique Synthèse Février 2016 g AVERTISSEMENT Cette synthèse est destinée à

Plus en détail

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office

Livre Blanc. Bureau de Gestion de Projet PMO. Project Management Office Livre Blanc Bureau de Gestion de Projet PMO Project Management Office Rédacteur en chef : Sébastien ROUX 2015 Sommaire Introduction... 3 Définition et contexte... 4 Les généralités des PMO... 7 PMO Dédié

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d affaires en gestion de la production industrielle de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne

Plus en détail

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse

FEDERATION SYNTEC 3, rue Léon Bonnat - 75016 PARIS Tél : 01 44 30 49 00 - Fax : 01 42 88 26 84. Fiche de synthèse Fiche de synthèse Accord national du 27 décembre 2004 sur la formation professionnelle. Le contrat de professionnalisation Titre 3, article 3-1 A quoi sert la professionnalisation? Destinée à remplacer

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences humaines et sociales de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience

La validation des acquis de l expérience Fiche d animation Compétence C2 La validation des acquis de l expérience Objectif Permettre aux élèves de comprendre ce qu est la VAE. Matériel nécessaire Salle informatique avec connexion Internet. Activité

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/COM.2/ISAR/L.4 18 septembre 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Licence professionnelle Management des services sanitaires, sociaux et médico-sociaux

Licence professionnelle Management des services sanitaires, sociaux et médico-sociaux Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management des services sanitaires, sociaux et médico-sociaux Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Plus en détail

Licence professionnelle Coloriste/infographiste

Licence professionnelle Coloriste/infographiste Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Coloriste/infographiste Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des masters de l Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des masters de l Université de Technologie de Belfort-Montbéliard Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l Université de Technologie de Belfort-Montbéliard 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l Université de

Plus en détail

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES Politique de recherche Janvier 2004 Institut canadien de recherche sur les minorités

Plus en détail