Réforme agraire et développement économique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réforme agraire et développement économique"

Transcription

1 Réforme agraire développemt économique Rullière G. Le développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n pages Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : To cite this artic / Pr citer c artic Rullière G. Réforme agraire développemt économique. Le développemt. Paris : CIHEAM, p (Options Méditerranénes; n. 11)

2 RULLIERE Réforme agraire développemt si, dans Jes b développemt économique, ia est svt donnée c'est situation dans quel se pcés pays voie développemt, dont l'économie est dominée l'activité En eff, beaucp que d'm institutions économiques socia qui qui peuvt on est stac s blocages empêchant gênant un Cte vision, plus seu définit ( Angis : nd reform), qui dépasse donc simp d'une s tel que l'visagt s'agit eff aspects : exiguës, s tel'exploitant, s conditions s, système fiscal, un b l'établissemt coopéd'achat vte mise pce,d'institutions l'épagne, ia au notion me n'est pas nvel. En fait, c'est une idée ancine qui a changé passé était suite d'une volte paysanmne d'un mvemt méconttemt spaysans face s conditions peu satisfaisantes féoda. Ces abtissemt avec 1789, 1848 mondia. ces se objectif Vémancipation paysan l'abolition mondia, l'objectifs s'est dépcé. a consisté l'établissemt d'une avec développemt économique s hcés dans mon tine l'eu- (sauf sa se fiait comme objectif plutôt ambitieux développemt économique La cause cte modification dans objectifs tit facilité avec quel se diffuse : madie ne sont plus consicomme inévitab.d'un niveau vie p1.u~ evé vit plus plus L'exigce d'une que masses paysannes déc lieu dû cte situation injustifiab.,cte conscice plus ia seumt d'un tion a modifié contu ne s'agit pas B ceux qui n' ont: pas. moys 'qui dont ils ge. se comme un semb mestinées non seumt amélio mais aussi un La discussion ne donc, d'une cations paysan (sans t 3a s plus efficaces obteun RÉFORME AGRAIRE ET DÉVELOPPEMENT DEL'AGRICULTURE pays ss-développés où l'acct a été mis nécessitéd'ébo constitue sinon seu Un ac absolumt l 42 Options

3 lieu conditions vie : moins 1"- conomie Ca-. pacité stinée capital pvant augmtée dans beaucp pays un mt tête. A c eff, pays ss-développés cssés ux gé- : ceux dans quels disponib co sont popution existante suite ceux dans quels il y a suffisammt est exploitations sont pites inefficites. Avec un évé paysans shaitant que disponibilités sont faib, fonest évés dégagés. tel conditions, méconttemt social l'agitation pditique se développt que l'on puisse beaucp amélio conditions sol, dans ces solution mante satisfaisante développemt s non co s semplois non second dévveloppemt niveau vie, se beaucp plusimp. unités d'exploitation selon s mes satisfaisantes, l'activité économique peuvt mise pce d'une économique socia dont mieux l'exécution d'une pst bi maximum gain. Cte attitc abtit dans beaucp cas d'unités dimsion exiguë constitue un une augmtation co. C'est un auquel beaucp ne savt pas masses paysannes, adhésion politique, p s avec s slogans tels que e La ceux qui cultivt B e ceux qui n' possbnt pas >>. que sont dont dimsion se sit,ue sss l'optimum. s'agit bi svt d'unités s;edmt subsistance. Cte tdance l'autosuffisancepeutfinamt un blocage empêchant tt capitaux peut donc s'une incompatibilité objectifs, exemp,justice socia La conception qu'on peut influe conséqut développemt économique. résulte que sont créées s exploitabions dont dimsion se situe sss Options Méditerranénes LES LES A LA analyse développemt économique, appacomme moy plus moins un d'obstac institutionnel qui s'oppost l'économie tt plus pasticu Nations Unies, dans une pqute publiée 1951 intitulée Q ga obstac au développemt économique estimt que a obstac vit ( institutionnel fait s qui sont liées ux types : s ceux qui définisst ploitation ca). l'exavec mon écono politique fis- La dimsion s exploitations Sans métho utilisée minimum b s exploitations il y a beaucp pays dans quels un d'exploitations sont pites subsistance minimum au sa famil, pin emploi, exemp). Cte situation soit d'une subdivision s exploitations causée popution soit l'inégalité dans, combinaison s ux. L'exsubdivision s exploitations td que pits sont vie :avec teliesexploitations, conséquce vint ttés s qui finamt sol. La nsité popution est évée dans comme.. conditions l'exploitation moyne pite même si tte était Néanmoins, dimsions insuffisantes ne sont pas limités aux zones nsité évée popution. pays où une faib nsité popdation est jointe une technique peu avancée peuvt s bas. occinta cssées comme s pays nsité popution technique développée nus peu évés ; l'asie peut êke consicomme une zone poputation évée, technique peu avancée peu l'am&& que tine 43

4 qu'un but : celui plus possib. sol qu'il cultive son mage, sans effs ' lité sol A Sud, Ca Ceyn dans ta, est dominée domaines, exploités décision unique employant Ce est connue ss tifundia Le.total tel exploitations atteint, tine, 50 % ces ne convint pas ; aussi plus l'a été pdant s A on s pits pays faib popution, technique faib Quel que soit niveau développemt atteint, uno l'exploitation dans s l'exploitation. tation l'exploitation n'est pas associée fon- El s pays hautemt développés, comme l'asie pays causes. El, a été bi svt Jes voyait que dans vilge. ont été divisées popution kt avec lois succession subdivision En Occinta, où ia n'est pas succession ont une influce décisive, tandis qu' Asie, popdation est cipa cause, iois succession. Le exploitants mt d'un pays B En Asie, Jusqu' une.d.ate moitié était exploitée s utilisant quelques lés '44 Afrique. eux s était soit soit s soit s quelques pays, comme données statistiques font défaut, mais l'egypte, Liban où possènt ia égamt dans pays tine, où 60 % s lées s ; au cepdant, n'est pas Le mét.ayage est une c tage donné au d'un pays même d'un pays, un ge inégal étant une Enfin, dans tine, dans, l'asie, cé s Une conditions. métayage dans ia s pays ss-développés. se font une base légal obligations. quelques pays paysan ne peut même pas,même année S que son donne plus aux plus C'est quoi paysan est amé - II - Février 1972 subsistance quelques tive s sans Ce type d'utilisation sol s'oppose tt fait aux conditions aux conditions vallonnées mieux sont intsivemt cultivées s méthos manuel,ce qui cche sol, tandis que fond s vallées qui ba est utilisé bêtes. Si exploitations moyne un dans l'économie, ce qui niveaux vie Le limitant l'expansion s pites moynesexploitations est capitaux qui empêche pit exploitant exploitation. pays, exploitants n'ont.aucun légal justifiant sol qu'ils occupt, qu'il n'existe aucun système d'im sont,ux années dans ce qui finamt se constitue un défaut que l'absce signifie que dans l'exploitation n'est pas d'une Cte situation se quemmt dans tine. pays une situtation plus compliquée se pas accompli que d'utilisation l'eau ne sont pas légamt définis. En comme s su- quel il n'est pas possib un A moins que coûts s justice soit abaissés, l'éta-

5 blissemt pit exploitant je LE un bin Nations- Unies, 16 nations ont puis 1945 tdant s occa sol une sol : vie, Tchécoslovaquie, Egypte, Finn, Almagne, Japon, Espagne, Ygosvie. ces pays pays asiatiques, pa sont a'a statut une combi ' fait si sol pits exploitants Vinvestissemt l'exploitation. En fait, blèmes ss-développemt ne peuvt si un plus l'économie,est visagé. dans ceux quces socia ont été s gains vu 9l'établissemt d'un statut exploitants ne disposant que d'un volume insuffisant sans En tine, L où ont été accompagnées bonification comme Egypte, Finn, Japon, Espagne il est att un ction d'une plus intsive. aspects s ne doivt pas négligés. manque fonds impliqutsvt aux que d'achat l'exploitation a été fixé s niveauxqui.dans une Ce limite évimt possibilités s En un mvemnt spontané a essayé c obstac vos sans 'aucune pays une s que doivt com- ves, consolidation d'exploitations mtées, d'exploitations beaucp mts appliquant une ces s Action types l'instaltion nvel colonisation pays pays. pays économiquemt développés, oìi capitaux sont mt abondants, oscilnt d'instaltion bail payss-développés, il est En se Ainsi exemp, au équivant s conditions pine aux cultiindiviels. (Sdan), ncé 1925, le s aux cè location ces mêmes comme avec cipation aux bénéfices. Le Fonds veloppemt constitue chef logemts, magasins, d'instaltions stockage tion. qu'il caisse une Options Méditerranénes sont affectés s dépses social. Au d'eau limite zone cultivée empêche une plus intsive déj mises En lois colonisation donnt aux condition que soit mise dix ans. quoi, l'exploitant vit mise ss pdant dix ans, ne soit pas aliénée. En s sont Au pine indiviel est ait été Aux diona l'& été uxième mondia afin s dissints s aux zones peuplées Luzon. habituel mises dispositions colons s'élèvt 8 hecta- ; pine est immédiate- Le développemt s sont mis colon. Le sci conditions une plus est loin Cte est selonqu'il s'agit s pays développés s pays ss-développés. pays plus avancés, se pose maintant est évé un taux évé 45

6 l est s effective. Le même existe ce qui s pays avancés, s ges qui façon significative niveau, peut fon ne pas dans l'exploitation l'exploitation sol. Ce peut une ss-exploitation une exploitation inefficace. zones consiste s niveaux En Asie, cinq pays ont éune légistion ; plus il est visagé compsation s Cte Jégistion a été ite comme une choses, légistion a aboli conditions vte ia aux un ; si el sont efficacemt appliquées, el peuvt sé En eff, une plus doit l'exploitant quibénéficieainsi d'un statut social plus évé. El constitut plus s qui peuvt dans mon, antant que cel (qui sont dans ces mêmes pays). L'exécution a été confiée dans ces pays s institutions adspécia, s ces pays une condition Actions conditions Le lé occupe une pce infétant au point vue économique que social dans s activités mé Un effectif ~ l'objectif condition ts ceux qui sont gagés dans doit besoins s se cte dans total ceux gagés pays. famil lés dans pays subsistance, toclte exploitations fa- milia hautemt mécanisées s pays développés comme Etats-Unis, peu lés Options Méditerranénes - l sont employés (1 2 exploitation). s zones cia intsive, néanmoins, 3es lés peuvt majo- pays ss-développés, blème s conditions d'emploi est ntemt celui s pays avancés où bi nisés. svt, i1 existe mvemt syndical. conditions l'em l'exo est tel conditions,qui s conditions font svt défaut dans pays ss-développés. La où il existe un SOUS- emploi chômage plus obteque bonnes conditions En l'absce syndica s insuffisants nt dffici l'application ces plus, dans pays voie développemt, il existe un celui s pays plus avancés, dans dé- veloppemt économique social. exemp, beaucp fixt s minima d'emploi qui ont tte chance peu Evimmt, une tel action besoin accompagnée consistant exemp ce qui beaucp pays, e possibilités d'ac- cession fité aux s exploitations facilitant l'obttion L s ne pas nvel. unités bénéficit dans où fonction économi- que conit inves sol, l'emploi se conditions l'emploi. est caune inégalité dans extsive sol, comme c'est cas dans pays tine a pas, possibilités d'amélioconditions d'emploi statut. stinées plus occasions où s conditions plus combinées å une intsification systèmes comme moys plus man aug conditions Le dévploppemant s emplois non tains l'exécution

7 vilge, l'instaltion tion, aint peuvt ce peut l'emploi s famil ; 2s façon définitive Enfin, s déveappliqués dans pays combinés avec s doivt efficace s conditions s lés. Actions l'atttion ce tt dimsion s exploitations La s dimsions optima, façon constitue une phase politique qui n'est Néanmoins, ce aspects dans beaucp pays où il est moys station d'une socia acceptab, fondée indiviel l'exploitation famili, avec l'exigce économique. quelques pays ce a été une combinaison s économies échel dans domaine k mainti d'une indépdante, comme exemp dans cas exploitations peu a été plutôt inefficace. où il y a peu pas consiste disposant peu conseil s comme au Canada, fin pites exploitations exploitations avec besoins développemt économique, comme pays où popution est dégas di- 1e seul moy s exploitations non-économiques. La di l'économie un développemt économique long me est seu solution La consolidation s exploitations, constitut niveaux vie. En au au Japon consolidation est une active popution. La acitve popution cok sont élémw qsstids #un l'on veut au minimum. cel quels chaque peut intifiée, un ces s sont d'un impliquant s changemts dans sol, s tels sont égamt uti au point vue fiscal (assite l'impôt). plus, ils donnt une aux qui ts ceux qui s sactions L même facilitt font complètemt défaut dans beaucp pays, tandis que dans sont façon peu satisfaisante. pays admtt l'utilité d'un d'un bi établi. Néanmoins, nts. El actions actionsfisca. 1.e s pays ont mis pce s institutions publiques stinées s aux jé tel institutions avec développemt pays. pays Options Février 1972 plus avancés, institutions publiques se s mans qui, ne sont pas convabmt satisfaites vées existantes. En comme dans pays l'asie,. tine, un beaucp plus actif dans dits, soit agissant stues disoit,aidant ces institutions. banques société public sont établies Ainsi, g- Finance- (ACCFA) 1952 légistionspécia, l'activité banques Le but qui a un capital social 100 pesos est el s s s pays, capital s banques publiques s sociétés est gfonds spéciaux affectations. été édictées dans pays s fonds institutions publiques : aceptation fonds bons l'etat, association avec s banques s institutions com- s pays voie développemt ont essayé 47

8 d'exigce : - dépses sai- - (jusqu'k 5 7 ans) l'achat bétail - l'achat sol d'exploitation. disponib, s dififcultés institutionnel léga ont svt obligéces institutions un ux ces types En été négligé. quelques pays, légistion s'est occupée montant s ttes, s taux maximum, s disposi- tions selon quel ne doit pas total d'un montant svt ai substantiel aux dans quelques pays. peu utilisée comme moy une politique se sol. En Egypte, néanmoins, un établi dépassant 100 becpays ont adopté s mefisca tion maines. quelques pays, abstéistes sont taxés plus que Tésints. plus values non gagnées sont smises une imposition taxation s gains capital. LES EFFETS impôts successions peuvt obli- DES PROGRAMMES domaine afin DERÉFORMEAGRAIRE îe montant s ; l& impôts sont aussi bi que impbts suppost son ction dans un un vu s niveaux vie plus évés pays, fis- ainsi que ca ont été l'activité éco nomique. tel hypothèses types Evimgique, exemp, l'exemption s mt, effs d'un sim p cas d'échange est ceux d'un compxe pays s un colonisation même s exo- aux fis- L sti- calité, c. 3e ct bi svt ss-cultivée non cultivée taux Effs immédiats crt terme plus évés ; Le peut nvelmt mises améliol'obj d'une détaxa- tion tdant tion,tota ; même s.déctions exceptionns causes agissant isolémt simultanéadmises au suj il peut y capital investi Quoique l'ob- taux jectif ces soit ta.nt taux s limité ges l'impôt suite assez faib, qu'u.ne Ensuite, que im- peut cas où il pôts popution n'y a pas d'incitation hafait que fiscalité bitus consommation soit stielmt nel, soit faib niveau, consommation (dane, d'ac- ainsi En lieu, cise) exclut aucun Février 1972

9 si ainsidégagé ne peut pas utilisé s bis consommation esstiel. Enfin, l'absce s nveaux s nveaux peut em- soit peut égamt s stas d'application - nveaux : nveaux inmnités aux.ancis s ne moys suffisants pce s ancis d'in- ; - une mages peut affectée consommation non A moins soit taux l'investissemt peut assez longue. Et si nveaux exploitants continut contt qui se dégage, il ne peut pas se un lèvemt taux d'investissemt. La popution donc ne vie se immédiatemt. ne conséqut que si consommation bis esstiels est ction d'un côté, si ne peuvt pas s bis consommation, ils ne pas incités ( consommation). Ceci est zones qui ne sont pas un Aussi, que (ce qui doit se co non il faut que nveaux nveaux puisst s dits, non seumt s capitaux soit accumulés, mais aussi que soit inci.tés li- En d'auil faut qu'une s suite soit capital. ce, il ne faut pas que consommation s'élève Le dans ce ss, s nçant d'aménagemt com- ce domaine, peut s initiatives. effs s peuvt peu atténués : - choix s moys s s d'une s ; - l'adoption techniques fisca ; - actionsécatives, mise pce d'institutions conseilnt s façon fonnation capital ; - fin liant développemt l'économie. Effs long A long ont eu temps effs, tion peuvt Ce peut : - d'une efficice économique plus s exploitations indiviel ; - d'une socia diffés communautés consécutive une s ce qui s effs dit, - d'une plus effi-?i suite d'une utilisation effective s techniques d'écation, tation, Cepdant, dès une ce ne peut que s techniques abtissant soit une son intsification, c'estpas suffisant : que si une popution quitte volume limité. défauts évés, taux d'inévés, exploitations peu b, peuvt annulés manque capital l'of abondante. La mtation vit sans eff. Ce sligne fait que dans pays mt longue pédépd évimmt tion façon que je que. ces l'activité économition peut tive pays, ce qui ne signifie pas que ne doivt pas con excén- popution. est pays où popution sont abondantes mais où capital est s sont innti. Néanmoins, dans tel zones, l'extsion cultivée l'utilisation sol, ne sont pas suffisants développemt s Options - l1 - Février 1972

10 Thaïn exemp, où pas, un système défectueuse avec tt ce que ce économiques d'inégalités socia, s'oppost une augmtation gêne économiquegéné- Enfin, il ne faut pas que l'accontinuel avec un ctivité peuun abaissemt s voie conséquce s débchés notammt dans secson développemt, ce qui doitt bués). Ainsi, solution s s pays ss-développés seumt dans co. En tte doit accompagnée d'un pas s institutionnel si on veut que conftinue mon contempo- na. a une au plus ces signification années, que ces conditions il est évint ne tion l'acnion mts. côté, pas n'est sont appliquées ; el dans Ce suppose que tte doit une intse façon dé t, ce exige institutionnd façon que l'application pemt soit dévelop- Néanmoins, tte me d'obstac. Ceux-ci peuvt sécssés : techniques, politiques sociaux, économiques Au point vue tac Yobsdans l'absce pmsonnel qualifié dans manque données Statistiques tuation si- Au point vue politique, l'.opposition s tte évtuel peut empêque cel-ci soit mise est logique que acquis s'oppost tte ttative En beaucp pays, s économique politique puissante. Le condans communautés est obsta, spéciamt une ne si un minimum d'adhésion'est pas obtu s moins d'em Enfin, obstac écono- miques sont plus ait, ils sont ts. En manque semb plus imposées äux paiemt s inmnités, mise pce nvel institutions s'occupant l'exétion dépses développemt aux l'in- titu s cause manque facilités s constitue obstac Enfin, coûts mt s s schémas colonisation, évés. En ttes qui accompagnt me coûtt égamt Le manque peut limitant plication d'une. En définitive, suppose : - un intse moys développemt ; - une volonté bi d'ac disciplines que exige ; - moys adaptés situation chaque pays ; - une action Février 1972

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu

L'éducation pour certains groupes ou la formation de tout un milieu L'écation pour certains groupes ou formation tout un milieu Foreuil F. Formation Développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 21 1973 pages 77-81 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse

Plus en détail

Le tourisme dans les pays membres de l'ocde en 1969 et au cours des premiers mois de 1970

Le tourisme dans les pays membres de l'ocde en 1969 et au cours des premiers mois de 1970 Le tourisme dans s pays membres l'ocde et au cours s premiers mois 1970 Tourisme et mon rural Paris : CHEAM Options Méditerranénes; n. 3 1970 pages 82-85 Artic avaib on line / Artic disponib ligne à l

Plus en détail

Les causes de l'inégalité de développement du territoire en Yougoslavie avec ses conséquences sur l'environnement

Les causes de l'inégalité de développement du territoire en Yougoslavie avec ses conséquences sur l'environnement Les causes l'inégalité développemt territoire Yougosvie avec ses conséquces sur l'vironnemt Vujanac Borovnica S. Espace développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 23 1973 pages 67-71 Artic avaib

Plus en détail

Informatique et études d'aménagement de l'espace rural

Informatique et études d'aménagement de l'espace rural Informatique étus d'aménagemt l'espace rural Kffman C., Lagache P., Pelissié du Rsas A. Informatique développemt rural Paris : CIHEAM Options Méditerranénes n. 2 1970 pages 108-111 Artic avaib on line

Plus en détail

Le rôle de l'agriculture dans le développement

Le rôle de l'agriculture dans le développement Le rô l'agriculture développemt Bairoch P. Le développemt Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 11 1972 pages 25-29 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010720

Plus en détail

Les diverses formes de groupements agricoles en France

Les diverses formes de groupements agricoles en France Les diverses formes groupemts agrico France Terrier N. Agriculture groupe Paris : CIHEAM Options Méditerranénes n. 6 1971 pages 48-53 Article avaible on line / Article disponible ligne l adresse : http://om.ciheam.org/article.php?idpdf=ci010359

Plus en détail

La production d'amandes en Espagne

La production d'amandes en Espagne La production d'amans Espagne Felipe A.J. L' amandier Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 32 1976 pages 83-91 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

La formation agronomique au Liban

La formation agronomique au Liban La formation agronomique au Liban Hamze M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1987-II 1987 pages

Plus en détail

Qui former et pour quoi faire?

Qui former et pour quoi faire? Qui former pour quoi faire? Brugnot J., Pebon C. Eco forma Paris : CIHEAM Ops Méditerranénes; n. 20 1973 pages 68-72 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : http://om.ciheam.org/artic.php?idpdf=ci010527

Plus en détail

Le marché et la formation des prix

Le marché et la formation des prix Le marché formation s prix Lucchti F. in Alya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988-V 1988 pages 99-105 Article avaible on line / Article disponible

Plus en détail

Le tourisme international : un état de fait colonial

Le tourisme international : un état de fait colonial Le tourisme international : un état fait colonial Zarka C. Tourisme et mon rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 3 1970 pages 26-29 Artic availab on line / Artic disponib en ligne l adresse

Plus en détail

Pour une problématique de l'environnement

Pour une problématique de l'environnement Pr une problématique l'environnement Labattut J.L. La maîtrise s ressrces naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 27-32 Artic avaib on line / Artic disponib en ligne à l adresse

Plus en détail

Communiqué du 16 avril 2007 relatif au départ anticipé et à la majoration de pension des fonctionnaires handicapés

Communiqué du 16 avril 2007 relatif au départ anticipé et à la majoration de pension des fonctionnaires handicapés Communiqué du 16 avril 07 relatif au départ anticipé et à la majoration de psion des fonctionnaires handicapés Ce communiqué remplace celui du 2 janvier 07 qu il complète sur différts points : les modifications

Plus en détail

La formation agricole en Algérie

La formation agricole en Algérie La formation agricole en Algérie Ait Belkacem M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etudes; n. 1987II

Plus en détail

L'étude des projets d'hydraulique agricole à l'aide des calculatrices électroniques

L'étude des projets d'hydraulique agricole à l'aide des calculatrices électroniques L'étu s projs d'hydraulique agrico l'ai s calcutrices éctroniques Labye Y. Informatique développemt rural Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 2 1970 pages 73-83 Artic avaib on line / Artic disponib

Plus en détail

Les services de pointes offerts par Géothermix incluent : 1. La distribution d'équipements; 2. Le service de forages; 3. Le support technique;

Les services de pointes offerts par Géothermix incluent : 1. La distribution d'équipements; 2. Le service de forages; 3. Le support technique; Géothermix est e société canadine faisant exclusivemt distribution s systèmes chffage climatisation thermopompes géothermi s applications résintiels, commercias instriels. La mission fondamta Géothermix

Plus en détail

Notre application permet la lecture des codes et la consultation des fiches sans introuvable, ce qui la rend inutilisable.

Notre application permet la lecture des codes et la consultation des fiches sans introuvable, ce qui la rend inutilisable. SINCERATION ACTUEL Pr U réctes vs vie s vies, compliqut l e s principa Seu Particulièremt ls Cos con primdia rivemt effica Co où,d tel man auc pré-res ni auce concteur ignt dépd étéfmation ncées pr s commt

Plus en détail

CGE Ressources Québec 2011 S.E.C. États financiers. aux 31 décembre 2014 et 2013

CGE Ressources Québec 2011 S.E.C. États financiers. aux 31 décembre 2014 et 2013 CGE Ressources Québec 2011 S.E.C. États financiers États financiers Actif net 2 Résultats d'exploitation 3 Variation de l'actif net 4 Flux de trésorerie 5 Notes complémentaires 6-10 Actif net Aux 31 décembre

Plus en détail

L'amandier en Israël. Spiegel Roy P. L' amandier. Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages 92-95

L'amandier en Israël. Spiegel Roy P. L' amandier. Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n pages 92-95 L'amandier Israël Spiegel Roy P. L' amandier Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 32 1976 pages 92-95 Article available on line / Article disponible ligne à l adresse : http://om.ciheam.org/article.php?idpdf=ci010652

Plus en détail

Article. «Taux de croissance et potentiel de production» Jean Lotte. L'Actualité économique, vol. 41, n 1, 1965, p. 100-104.

Article. «Taux de croissance et potentiel de production» Jean Lotte. L'Actualité économique, vol. 41, n 1, 1965, p. 100-104. Article «et potentiel de production» Jean Lotte L'Actualité économique, vol. 41, n 1, 1965, p. 100-104. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/1002966ar

Plus en détail

Samsung Wave Paiement par facture SFR

Samsung Wave Paiement par facture SFR Paiemt Désormais Désormais disponibs disponibs,, 723, 723, II, II, 575 575 Direction Terminaux- D.LAM & M.MACHADO Jan 2011 1 Qu ce Direct Billing? A Propos du Direct Billing ont ont mis mis pce pce nveau

Plus en détail

Les pollutions bactériennes en Méditerranée

Les pollutions bactériennes en Méditerranée Les pollutions bactérines Méditerranée Gauthier M.J. La mer Méditerranée Paris : CIHEAM Options Méditerranénes; n. 19 1973 pages 100-107 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE DE REPRÉSENTATION LÉGALE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU

AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE DE REPRÉSENTATION LÉGALE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU FICHE V AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER AUTORITÉ PARENTALE, TUTELLE, REPRÉSENTATION LÉGALE 1. A. PRINCIPES Incapacité GÉNÉRAUX B. La représtation juridi s s C. Actes non-

Plus en détail

La recherche agricole en Algérie

La recherche agricole en Algérie La recherche agricole en Algérie Kellou R. in Casas J. (ed.). La recherche agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1988III 1988 pages

Plus en détail

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen

La conception d'une architecture et d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen La conception d'une architecture d'un urbanisme adaptés au milieu méditerranéen Milieu vie, mo vie Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 13 1972 pages 94-102 Artic avaib on line / Artic disponib

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 ACHETER DES SOFICA : QUELLES RÉDUCTIONS D'IMPÔT?

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 ACHETER DES SOFICA : QUELLES RÉDUCTIONS D'IMPÔT? ACHETER DES SOFICA : QUELLES RÉDUCTIONS D'IMPÔT? La réduction d'impôt pour souscription au capital de SOFICA Introduction Lorsque l'etat souhaite inciter l'investissement dans tel ou tel domaine, il choisit

Plus en détail

Madagascar. Où en est l enquête sur les policiers ayant agressé le journaliste Tsirava?

Madagascar. Où en est l enquête sur les policiers ayant agressé le journaliste Tsirava? Madagascar. Où l quête sur policiers ayant agressé journaliste Tsirava? Mercredi, 02 Novembre 2016 09:17 - Mis jour Mercredi, 02 Novembre 2016 11:08 Lors sa 68ème session, 2013, l Assemblée Généra s Unies

Plus en détail

Les éléments du diagnostic financier

Les éléments du diagnostic financier Les éléments du diagnostic financier Plan Introduction Rôle I.Le bilan I.1. L actif du bilan Actif immobilisé Actif circulant I.2. Passif du bilan Ressources propres Ressources étrangères Lecture du bilan

Plus en détail

Madagascar-Inde : Journée Internationale du Yoga 2015 Mercredi, 24 Juin :05 - Mis à jour Mercredi, 24 Juin :36

Madagascar-Inde : Journée Internationale du Yoga 2015 Mercredi, 24 Juin :05 - Mis à jour Mercredi, 24 Juin :36 Madagascar-In : Jrnée Internationa 2015 Suite à man Premier ministre l In décrer date 21 juin comme Jrnée internationa, l Assemblée généra s Nations Unies a adopté, 11 décembre 2014, résolution proposée

Plus en détail

Chapitre V : Les opérations de la gestion

Chapitre V : Les opérations de la gestion Chapitre V : Les opérations de la gestion Contrôler / évaluer = mettre en place un système d'informations. Est-ce qu'on produit ou on détruit? La perspective économique est différente de la perspective

Plus en détail

FORMATION APOGÉE. Introduction au domaine. organisation des épreuves

FORMATION APOGÉE. Introduction au domaine. organisation des épreuves FORMATION APOGÉ MODUL 23 Introduction au domaine organisation SITUATION DU MODUL DANS L PARCOURS MODUL Objectifs gran fonctionnalités d Apogée MODUL 2 Prise contact avec l outil Apogée MODUL 3 Réaliser

Plus en détail

Le système national de formation agricole en Tunisie

Le système national de formation agricole en Tunisie système national formation agrico en Tunisie Tahar El Mili M in Hervieu B (ed) La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus n 1987II

Plus en détail

L arrivée à la majorité

L arrivée à la majorité FICHE VIII AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER L arrivée majorité INTRODUCTION 1. A. LA Quand DEMANDE commt DE PRISE manr EN CHARGE JEUNE prolongation MAJEUR E B. conditions

Plus en détail

Documents officiels Directive sur la rédaction et la diffusion des documents officiels

Documents officiels Directive sur la rédaction et la diffusion des documents officiels Documents officiels Directive sur la rédaction et la diffusion des documents officiels Table des matières 1 - Définition des types de documents et de leurs relations 1.1 - Règlement 1.2 - Politique 1.3

Plus en détail

Plan de l atelier. Le contexte macro-économique actuel Laurent CORNET Eric BORIAS Associés fondateurs Axyne Finance

Plan de l atelier. Le contexte macro-économique actuel Laurent CORNET Eric BORIAS Associés fondateurs Axyne Finance Plan de l atelier Le cabinet Axyne Finance Le contexte macro-économique actuel Laurent CORNET Eric BORIAS Associés fondateurs Axyne Finance Les solutions d investissement immobilier : Panorama des dispositifs

Plus en détail

Jean-Marie Baldo DJCE CES Droit Fiscal Spécialiste en droit Fiscal

Jean-Marie Baldo DJCE CES Droit Fiscal Spécialiste en droit Fiscal Jean-Marie Baldo DJCE CES Droit Fiscal Spécialiste en droit Fiscal Cas BILLBOQUET Exercice de Synthèse (PV, TVA immo, Enr) I. Enoncé 1) Monsieur Bill Monsieur Bill achète un terrain d'un montant de 10000,

Plus en détail

LOI PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL Loi n du 20 Août 2008

LOI PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL Loi n du 20 Août 2008 LOI PORTANT RENOVATION DE LA DEMOCRATIE SOCIALE ET REFORME DU TEMPS DE TRAVAIL Loi n 2008-789 du 20 Août 2008 Textes applicables : Position commune du 9 Avril 2008 sur la représentativité, le développement

Plus en détail

Présentation des comptes 2014 de l'etat de Genève

Présentation des comptes 2014 de l'etat de Genève de la République et canton de Genève Présentation des comptes 2014 de l'etat de Genève Mardi 31 mars 2015 www.ge.ch/finances Comptes individuels Compte de fonctionnement résultat 2014 à l'équilibre Comptes

Plus en détail

L'alimentation du bétail : solutions nouvelles

L'alimentation du bétail : solutions nouvelles L'alimtation bétail solutions nvels Cotte A. L' évage Méditerrannée Paris CIHEAM Options Méditerranénes; n. 7 1971 pages 35-41 Artic avaib on line / Artic disponib ligne l adresse --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

Les principes d'aménagement touristique sur le littoral Languedoc- Roussillon

Les principes d'aménagement touristique sur le littoral Languedoc- Roussillon Les principes d'aménagement touristique sur littoral Languedoc- Roussillon Raynaud P. La maîtrise s ressources naturel Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 17 1973 pages 84-90 Artic avaib on line

Plus en détail

COLLECTIVITÉ DE SAINT- MARTIN

COLLECTIVITÉ DE SAINT- MARTIN N 2048_SM- IMM (07/2012) COLLECTIVITÉ DE SAINT- MARTIN DÉCLARATION DE PLUS-UBLES OU DE DROITS IMMOBILIERS Impôt sur le revenu afférent à la plus-value immobilière (CGI SM, art. 150 U et 150 UC-I) Prélèvement

Plus en détail

NOTE. Impact du nouveau CITS (crédit d impôt de taxe sur les salaires) pour le secteur des Ogec

NOTE. Impact du nouveau CITS (crédit d impôt de taxe sur les salaires) pour le secteur des Ogec NOTE Impact du nouveau CITS (crédit d impôt de taxe sur les salaires) pour le secteur des Ogec Sommaire : I. Fonctionnement de la taxe sur les salaires p. 2 II. Abattement de taxe sur les salaires p. 2

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF Texte adopté par le Sénat. Texte adopté par l Assemblée nationale. Proposition de loi relative à l exploitation

TABLEAU COMPARATIF Texte adopté par le Sénat. Texte adopté par l Assemblée nationale. Proposition de loi relative à l exploitation - 17 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à l exploitation numérique des livres indisponibles du XX e siècle Proposition de loi relative à l exploitation numérique des livres indisponibles

Plus en détail

La Contribution Economique Territoriale. Réunion d information. 29 mars 2010

La Contribution Economique Territoriale. Réunion d information. 29 mars 2010 La Contribution Economique Territoriale Réunion d information 29 mars 2010 Bref rappel historique Applicable depuis le 1 er janvier 1976, la taxe professionnelle est venue se substituer à la patente. Son

Plus en détail

Dépenses de R&D par habitant (en PPA, % des dépenses de R&D financées par: (2000) PPA (2) )

Dépenses de R&D par habitant (en PPA, % des dépenses de R&D financées par: (2000) PPA (2) ) DOCUMENT 1 : lecture PPA La recherche et le développement : quelques indicateurs Dépenses intérieures brutes de R&D (1) - milliards de $ en Dépenses de R&D par habitant (en PPA, Nombre de brevets déposés

Plus en détail

Bien-être des personnes âgées : comparaison internationale

Bien-être des personnes âgées : comparaison internationale Direction de l évaluation, de la statistique et de la révision, volume 9, n 1, décembre 2011 Bien-être des personnes âgées : comparaison internationale Le bien-être des personnes âgées est un des aspects

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la Nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

CONGÉ PARENTAL, CODE CANADIEN DU TRAVAIL, PARTIE III, SECTION VII

CONGÉ PARENTAL, CODE CANADIEN DU TRAVAIL, PARTIE III, SECTION VII CONGÉ PARENTAL, CODE CANADIEN DU TRAVAIL, PARTIE III, SECTION VII N o : 808-IPG-014 Date : 2002-11-20 (révisé) 1. Objet Interprétation Application du congé parental prévu par la section VII de la partie

Plus en détail

Les administrations publiques en comptabilité nationale

Les administrations publiques en comptabilité nationale 2 Les administrations publiques en comptabilité nationale Remarques méthodologiques 2.1 - Les comptes de l'état et des administrations publiques locales en 2004 2.2 - Les administrations publiques locales

Plus en détail

MESURES ECONOMIQUES DU GOUVERNEMENT DEPUIS LE 06 AVRIL 2016

MESURES ECONOMIQUES DU GOUVERNEMENT DEPUIS LE 06 AVRIL 2016 MESURES ECONOMIQUES DU GOUVERNEMENT DEPUIS LE 06 AVRIL 2016 Le Gouvernement, depuis sa prise de fonction en Avril 2016, met en place de façon progressive, des réformes qui touchent plusieurs secteurs à

Plus en détail

ANALYSE DES PERFORMANCES D ACTIVITÉ ETAT DES SOLDES DE GESTION

ANALYSE DES PERFORMANCES D ACTIVITÉ ETAT DES SOLDES DE GESTION ANALYSE DES PERFORMANCES D ACTIVITÉ ETAT DES SOLDES DE GESTION La logique du tableau ESG Charges Charges d exploitation Produits Produits d exploitation Résultat d exploitation Charges financières Résultat

Plus en détail

Gestion marketing et financière

Gestion marketing et financière Gestion marketing et financière I. INTRODUCTION GÉNÉRALE REMARQUE IMPORTANTE POUR LA SUITE : Le bilan et le compte de résultat sont les documents de base de la comptabilité. Economie (grec : oikonomia)

Plus en détail

Présentation harmonisée des comptes. Indicateurs financiers. Salvan

Présentation harmonisée des comptes. Indicateurs financiers. Salvan Présentation harmonisée des comptes Indicateurs financiers Commune Salvan Personne de contact Fonction Comptabilité - Contributions Données Nom et prénom GROSS Pierre-André Validations Adresse CP 43, 1922

Plus en détail

Le rôle de l'olivier en Grèce

Le rôle de l'olivier en Grèce Le rôle l'olivier en Grèce Papageorgiou C.L. in Allaya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988V 1988 pages 4146 Article available on line / Article

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE COMPTE RENDU DE GESTION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (CRG BOP)

NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE COMPTE RENDU DE GESTION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (CRG BOP) NOTICE D UTILISATION DU DOCUMENT DE COMPTE RENDU DE GESTION DU BUDGET OPERATIONNEL DE PROGRAMME (CRG BOP) Rappel des textes : - Articles 64, 65, 71 et 105 du décret relatif à la gestion budgétaire et comptable

Plus en détail

Valeur alimentaire et utilisation des sous-produits des agrumes en alimentation animale

Valeur alimentaire et utilisation des sous-produits des agrumes en alimentation animale Valeur alimtaire utilisation des sous-produits des agrumes alimtation animale Rihani N. in Tisserand J.-L. (ed.), Alibés X. (ed.). Fourrages sous-produits méditerranés Zaragoza CIHEAM Options Méditerranénes

Plus en détail

Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (SARL unipersonnelle)

Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (SARL unipersonnelle) COMPARAISON DES DIFFERENTS STATUTS LES DIFFERENTS STATUTS D UNE ENTREPRISE RL S SU Entreprise Individuelle Entreprise Individuel à Responsabilité Limitée Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée

Plus en détail

Le système de l'enseignement supérieur agronomique au Maroc

Le système de l'enseignement supérieur agronomique au Maroc Le système l'enseignement supérieur agronomique au Maroc Firdawcy L in Hervieu B (ed) La formation agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série

Plus en détail

Les administrations publiques en comptabilité nationale

Les administrations publiques en comptabilité nationale 2 Les administrations publiques en comptabilité nationale Page 2.1 - Les comptes de l'état et des administrations 31 publiques locales en 2006 2.2 - Les administrations publiques locales 32 dans les comptes

Plus en détail

TEMPS DE TRAJET SOCIAL FICHE PRATIQUE MARS 2005 I - DEFINITION DU TEMPS DE TRAJET II - QUALIFICATION JURIDIQUE DU TEMPS DE TRAJET

TEMPS DE TRAJET SOCIAL FICHE PRATIQUE MARS 2005 I - DEFINITION DU TEMPS DE TRAJET II - QUALIFICATION JURIDIQUE DU TEMPS DE TRAJET SOCIAL FICHE PRATIQUE MARS 2005 I - DEFINITION DU TEMPS DE TRAJET TEMPS DE TRAJET L article L 212-4 du code du travail a été complété comme suit par la loi de programmation pr la cohésion sociale du 18

Plus en détail

ERIC WOERTH ET LA BOITE Ä IDEES UNE CRISE

ERIC WOERTH ET LA BOITE Ä IDEES UNE CRISE ERIC WOERTH ET LA BOITE Ä IDEES UNE CRISE DEVENUE FRANQMSE larttipd SOMMAIRE S'adapter au monde qui vient 9 La France est entree dans la crise avec le reste du monde, mais eile compte parmi les derniers

Plus en détail

TITRE 3 ETABLISSEMENT DE LA TAXE PROFESSIONNELLE [DB 6E3]

TITRE 3 ETABLISSEMENT DE LA TAXE PROFESSIONNELLE [DB 6E3] TITRE 3 ETABLISSEMENT DE LA TAXE PROFESSIONNELLE [DB 6E3] Références du document 6E3 Date du document 01/06/95 TITRE 3 ETABLISSEMENT DE LA TAXE PROFESSIONNELLE AVERTISSEMENT La présente documentation tient

Plus en détail

Les aides de l Anah 2017 Rhône et Métropole de Lyon Propriétaires occupants et bailleurs

Les aides de l Anah 2017 Rhône et Métropole de Lyon Propriétaires occupants et bailleurs Les aides de l Anah 2017 et de Propriétaires occupants et bailleurs Fiche réalisée par l ALE Mise à jour RL: 13/01/2017 Les aides de l Agce nationale de l habitat (Anah) vist à réhabiliter les logemts

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 IMPOT SUR LE REVENU : COMMENT SONT IMPOSÉS LES BÉNÉFICES AGRICOLES?

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 IMPOT SUR LE REVENU : COMMENT SONT IMPOSÉS LES BÉNÉFICES AGRICOLES? IMPOT SUR LE REVENU : COMMENT SONT IMPOSÉS LES BÉNÉFICES AGRICOLES? L'impôt sur le revenu : les bénéfices agricoles Introduction Les bénéfices agricoles sont un des revenus catégoriels imposables à l'impôt

Plus en détail

LE COMPTE DE RESULTAT

LE COMPTE DE RESULTAT LE COMPTE DE RESULTAT I. Définition et structure Si le bilan est un état des lieux financier à un moment précis, le compte de résultat présente les résultats de l activité économique durant un exercice.

Plus en détail

Financement des dispositifs de solidarité au régime général. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Financement des dispositifs de solidarité au régime général. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 octobre 2012 à 14 h 30 Groupe de Travail - Séance du 17 octobre 2012-15 h «Réflexions actualisées sur les dispositifs de solidarité en matière

Plus en détail

RÉGIME FISCAL DES MICRO-EXPLOITATIONS (MICRO-BA)

RÉGIME FISCAL DES MICRO-EXPLOITATIONS (MICRO-BA) DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES DIRECTION RÉGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE BOURGOGNE/FRANCHE-COMTÉ ET DE LA CÔTE-D OR 1 bis Place de la Banque 21042 DIJON CEDEX RÉGIME FISCAL DES MICRO-EXPLOITATIONS

Plus en détail

ANNEXE 2. ÉVALUATION DU STAGIAIRE EN ADMINISTRATION DE LA SANTÉ PAR LE MAITRE DE STAGE (Mi-stage et fin de stage)

ANNEXE 2. ÉVALUATION DU STAGIAIRE EN ADMINISTRATION DE LA SANTÉ PAR LE MAITRE DE STAGE (Mi-stage et fin de stage) ANNEXE 2 ÉVALUATION DU STAGIAIRE EN ADMINISTRATION DE LA SANTÉ PAR LE MAITRE DE STAGE (Mi-stage et fin de stage) Nom de l organisation : Maitre de stage : Nom : Fonction : Courriel : Téléphone : Stagiaire

Plus en détail

Les Concessions agricoles françaises au Tonkin de 1884 à 1918

Les Concessions agricoles françaises au Tonkin de 1884 à 1918 TA THI THUY Les Concessions agricoles françaises au Tonkin de 1884 à 1918 " Indes savantes Table des matières Avertissement 9 Table des sigles et abréviations utilisés n Préface "...:..:.." 13 Introduction

Plus en détail

Note commune N 23/2014

Note commune N 23/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 23/2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 47 de

Plus en détail

L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER LA DOUBLE IMPOSITION

L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER LA DOUBLE IMPOSITION REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS ET DES DOMAINES L EXPERIENCE DU SENEGAL EN MATIERE DE CONVENTION VISANT A EVITER

Plus en détail

PRELEVEMENT A LA SOURCE DE L'IMPOT SUR LE REVENU - Présentation du projet de réforme - Septembre 2016

PRELEVEMENT A LA SOURCE DE L'IMPOT SUR LE REVENU - Présentation du projet de réforme - Septembre 2016 PRELEVEMENT A LA SOURCE DE L'IMPOT SUR LE REVENU Présentation du projet de réforme Septembre 2016 1. Sommaire 1 Les objectifs et les principes de la réforme 2 Le champ des revenus concernés 3 Le calcul

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 DECEMBRE B-17-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 DECEMBRE B-17-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 DECEMBRE 2011 5 B-17-11 IMPOT SUR LE REVENU. PLAFONNEMENT DES REDUCTIONS D IMPOT AU TITRE DES INVESTISSEMENTS REALISES OUTRE-MER. COMMENTAIRE

Plus en détail

COTISATION MINIMUM. Code Général des Impôts, article 1647 D

COTISATION MINIMUM. Code Général des Impôts, article 1647 D COTISATION MINIMUM INTÉGRATION FISCALE PROGRESSIVE DES MONTANTS DE BASE MINIMUM Code Général des Impôts, article 1647 D «I.-1. Les redevables de la cotisation foncière des entreprises sont assujettis à

Plus en détail

CFA 116. Les Etats Financiers

CFA 116. Les Etats Financiers CFA 116 Les Etats Financiers FOAD CORRIGES DES EXERCICES D APPLICATION Bernard Dupé Page : 1 SOMMAIRE Pages : Cas Gleizal 3, 4, 5 et 6 Cas Tricallou 7 et 8 Cas Astorg 9, 10 et 11 Cas Perrin 12 et 13 Cas

Plus en détail

Impôts APPLICATION DE LA LOI DÉFINITIONS ET PRÉCISIONS

Impôts APPLICATION DE LA LOI DÉFINITIONS ET PRÉCISIONS BULLETIN D INTERPRÉTATION ET DES PRATIQUES ADMINISTRATIVES CONCERNANT LES LOIS ET LES RÈGLEMENTS Impôts IMP. 130-12/R1 Biens sous prêt-bail : restriction relative à la déduction pour amortissement et règles

Plus en détail

Comptabilisation des opérations relatives aux quotas d émission de gaz à effet de serre

Comptabilisation des opérations relatives aux quotas d émission de gaz à effet de serre Comptabilisation des opérations relatives aux quotas d émission de gaz à effet de serre Afin d atteindre les objectifs fixés par le protocole de Kyoto à la convention-cadre des Nations unies sur les changements

Plus en détail

SECTION 1 DÉTERMINATION DES PRÉLÈVEMENTS AU PROFIT DES FONDS DÉPARTEMENTAUX DE PÉRÉQUATION DE LA TAXE PROFESSIONNELLE [DB 6E711]

SECTION 1 DÉTERMINATION DES PRÉLÈVEMENTS AU PROFIT DES FONDS DÉPARTEMENTAUX DE PÉRÉQUATION DE LA TAXE PROFESSIONNELLE [DB 6E711] SECTION 1 DÉTERMINATION DES PRÉLÈVEMENTS AU PROFIT DES FONDS DÉPARTEMENTAUX DE PÉRÉQUATION DE LA TAXE PROFESSIONNELLE Références du document 6E711 6E7111 Date du document 01/06/95 Annotations SECTION 1

Plus en détail

Des contraintes peuvent exister limitant le choix des valeurs des variables.

Des contraintes peuvent exister limitant le choix des valeurs des variables. Introduction Objet de la programmation mathématique, construction d'un modèle mathématique, problème général de programmation mathématique et classification, algorithme de résolution en programmation mathématique

Plus en détail

Tax-shift : les plus bas revenus doublement pénalisés Service d études du PTB Marco Van Hees

Tax-shift : les plus bas revenus doublement pénalisés Service d études du PTB Marco Van Hees Parti du Travail de Belgique 28/6/2016 Boulevard M. Lemonnier 171 1000 Bruxelles - www.ptb.be Tax-shift : les plus bas revenus doublement pénalisés Service d études du PTB Marco Van Hees Le tax-shift pénalise

Plus en détail

SAISIR EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU

SAISIR EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU FICHE II AU TONO MIE EN PARTENARIAT AVEC LE RÉSEAU MINEUR ISOLÉ ÉTRANGER SAISIR Le/ DES ENFANTS 1. A. LE La RôLE protection DU/ DE s LA mineur e s JUGE DES ENFANTS : mission DANS confiée LA PROTECTION

Plus en détail

Annexe technique au Point «La gestion de l offre appauvrit les plus pauvres»,

Annexe technique au Point «La gestion de l offre appauvrit les plus pauvres», Annexe technique au Point «La gestion de l offre appauvrit les plus pauvres», publié par l IEDM le 31 août 2016 L impact de la gestion de l offre sur la pauvreté au Canada Cette annexe technique présente

Plus en détail

le marché du travail Définition Le marché du travail :

le marché du travail Définition Le marché du travail : L Offre Du Travail I- Introduction II- le marché du travail 1- Les composants du marche tu travail 2- Les mecanismes du marché de travail III- L'offre et la demande 1- L'offre et la demande dans le point

Plus en détail

La formation en sciences agronomiques et vétérinaires en Espagne

La formation en sciences agronomiques et vétérinaires en Espagne La formation en sciences agronomiques et vétérinaires en Espagne Rallo L., Galvez J. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes

Plus en détail

Fiche thématique FONCTIONNAIRES Mise à jour : 19/03/2012

Fiche thématique FONCTIONNAIRES Mise à jour : 19/03/2012 MINIMUM GARANTI ARTICLE L 17 DU CODE DES PENSIONS CIVILES ET MILITAIRES DE RETRAITE MODIFIÉ PAR LES ARTICLES 45 ET 53-V DE LA LOI N 2010-1330 PORTANT RÉFORME DES RETRAITES DÉCRET N 2010-1744 DU 30 DÉCEMBRE

Plus en détail

La construction de logements en résidence en Ile-de-France de 1990 à 2012

La construction de logements en résidence en Ile-de-France de 1990 à 2012 La construction logemts résidce Ile--France 1990 2012 Mai 2013 La construction logemts résidce Ile--France 1990 2012 Sommaire Charges trafic routier heure pointe du matin (GPX 2030, scénario bas) Page

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-BIC-PVMV-10-20-30-20-20130109 DGFIP BIC-Plus-values et moins-values - Règles

Plus en détail

Compte Administratif 2014

Compte Administratif 2014 Compte Administratif 2014 Introduction - Réglementation Le Compte Administratif Le compte administratif est un document de synthèse qui présente les résultats de l'exécution du budget. Il compare, à cette

Plus en détail

Les politiques agricoles et alimentaires en Roumanie

Les politiques agricoles et alimentaires en Roumanie Les politiques agricoles et alimentaires en Roumanie Dumitru D. Etat de l' agriculture en Méditerranée : les politiques agricoles et alimentaires Montpellier : CIHEAM Cahiers Options Méditerranéennes;

Plus en détail

Présentation de vos principaux indicateurs financiers

Présentation de vos principaux indicateurs financiers SARL PLAISANCE Location et entretien de matériel nautique Monsieur Jacques DUFRAINE 12, Avenue du Général de Gaulle ZI Le Yach 44123 PLAISANCE CÉDEX Tél : 02 40 56 32 33 Fax : 02 40 45 67 90 Votre Bilan

Plus en détail

La situation pastorale dans le nord de l'afrique : état d'avancement des données et des travaux

La situation pastorale dans le nord de l'afrique : état d'avancement des données et des travaux La situation pastorale dans le nord l'afrique état d'avancemt s données s travaux Le Houérou H.N. Le développemt s zones aris Paris CHEAM Options Méditerranénes; n. 28 975 pages 7 Article avaible on line

Plus en détail

FONDS DE GARANTIE POUR LES ENTREPRISES DE TRAVAUX FORESTIERS (ETF)

FONDS DE GARANTIE POUR LES ENTREPRISES DE TRAVAUX FORESTIERS (ETF) FONDS DE GARANTIE POUR LES ENTREPRISES DE TRAVAUX FORESTIERS (ETF) Dossier-type de demande Le portail Internet d aides aux entreprises en Auvergne www.regionauvergne.biz DOSSIER DE DEMANDE D INTERVENTION

Plus en détail

Relatif à la comptabilisation des instruments financiers du fonds de réserve pour les retraites modifiant l avis n du 23 juin 2003

Relatif à la comptabilisation des instruments financiers du fonds de réserve pour les retraites modifiant l avis n du 23 juin 2003 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2008-10 DU 5 JUIN 2008 Relatif à la comptabilisation des instruments financiers du fonds de réserve pour les retraites modifiant l avis n 2003-07 du 23 juin 2003

Plus en détail

Les produits et les charges en droit fiscal (cours)

Les produits et les charges en droit fiscal (cours) Les produits et les charges en droit fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - Les produits... 4 Les produits imposables... 4 Les principes de rattachement des produits

Plus en détail

Guide pratique

Guide pratique 6.23 RESPECT DE LA LOI SUR LES NORMES DU TRAVAIL Cette production n'est disponible que pour les organismes qui possèdent la fonction «Gestion des avantages sociaux monnayés». Cette production permet, dans

Plus en détail

L'évolution du pouvoir d'achat des salaires en 2008

L'évolution du pouvoir d'achat des salaires en 2008 INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable (Centre d étude des Amis de la Terre-Belgique) Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-l : idd@iddweb.be

Plus en détail

Au-delà du PIB : le Revenu Equivalent Un nouvel indicateur pour les comparaisons internationales de niveaux de vie

Au-delà du PIB : le Revenu Equivalent Un nouvel indicateur pour les comparaisons internationales de niveaux de vie Au-delà du PIB : le Revenu Equivalent Un nouvel indicateur pour les comparaisons internationales de niveaux de vie Marc Fleurbaey et Guillaume Gaulier CNRS, Paris et CEPII, Paris Colloque «Vers de nouveaux

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE TRAVAIL DU 11 JUILLET 1975 CONCERNANT LE PERSONNEL DES CENTRES EQUESTRES

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE TRAVAIL DU 11 JUILLET 1975 CONCERNANT LE PERSONNEL DES CENTRES EQUESTRES CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE TRAVAIL DU 11 JUILLET 1975 CONCERNANT LE PERSONNEL DES CENTRES EQUESTRES Aspects juridiques de l emploi dans les centres équestres Deust 2 UE 31 B TD 10 h 2010/2011 1

Plus en détail

Les éducateurs de jeunes enfants

Les éducateurs de jeunes enfants Les éducateurs de jeunes enfants Textes de référence : * décret n 95-31 du 10 janvier 1995 portant statut particulier du cadre d emplois des éducateurs territoriaux de jeunes enfants * décret n 2010-329

Plus en détail