Prise en charge spécialisée des refus scolaires anxieux en TCC en hôpital de jour : résultats et devenir

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge spécialisée des refus scolaires anxieux en TCC en hôpital de jour : résultats et devenir"

Transcription

1 Prise en charge spécialisée des refus scolaires anxieux en TCC en hôpital de jour : résultats et devenir Dr Hélène DENIS Cécile ARRIBAT CHU Montpellier

2 Refus scolaire anxieux Spectre des pathologies anxieuses 1% des enfants en âge scolaire 5% des patients suivis en milieu hospitalier 5 à 28 % des enfants ou adolescents à une période de leur scolarité Filles = garçons Age de début : 5 à 7 ans 10 à 11 ans 12 à 15 ans

3 Diagnostic selon les critères de Berg : 1- Refus d aller à l école conduisant à une absence prolongée 2- Détresse émotionnelle anticipatoire se traduisant par une peur excessive, des crises de colère, une tristesse ou des symptômes physiques inexpliqués 3- Le fait pour les enfants de rester au domicile parental pendant le temps scolaire 4- Une absence de comportements anti-sociaux significatifs 5- Les efforts parentaux significatifs pour pousser leurs enfants à fréquenter l école

4 Diagnostics associés: Trouble de l humeur : Dépression par épuisement Troubles somatoformes TADAH TOP

5 Handicap majeur et souffrance pour l enfant et l entourage Interfère avec trajectoire développementale, éducative, scolaire et sociale

6 Pronostic Sévère si absence de prise en charge : Maintien de l absentéisme Aggravation des troubles émotionnels Décrochage scolaire Troubles de la socialisation Apparition d autres pathologies psychiatriques Trouble de l équilibre familial

7 Traitement Le plus rapide possible après la début de la déscolarisation Littérature : Consultations TCC 1 à 2 x /semaine Traitements médicamenteux En France: Anxiolytiques ISRS ou tricycliques Consultations libérales ou hospitalières Hospitalisation temps complet

8 Notre programme Triple objectif : aider au retour à l école réduire l anxiété prévenir les complications Approche multidimensionnelle: collaboration indispensable de la famille Des établissements scolaires

9 Guidance des parents : Notre programme Liens téléphoniques: soignants/parents Entretiens mensuels : Psychoéducation sur le refus scolaire anxieux Reprise des situations problèmes à domicile Attentes et anxiété des parents Place des parents avec l ado anxieux, parfois tyrannique, parfois oisif

10 Notre programme Groupe de parents Médecin et soignants 3x dans l année Psychoéducation Partage des leurs difficultés communes Préparation à la réintégration Prévention de la rechute

11 Protocole Consultation initiale : Diagnostics, indications Evaluations à l arrivée Protocole de soins standardisé, personnalisé Réévaluation en juillet Réévaluations à 6 mois

12 Résultats 18 patients entre septembre 2014 et juillet 2016 : Diagnostics présents parmi les 18 patients Anxiété de séparation 4 Anxiété sociale 7 Anxiété de performance 9 Trouble panique 5 Agoraphobie 2 TAG 1 Trouble somatoforme 2 TADAH 1 TOP 2 Constipation, encoprésie 1

13 Résultats Diagnostics parfois difficiles à poser : Patients verbalisent peu Émotions très fortes Anxiété dans tous les domaines Anxiété sociale source d inhibition intense Auto évaluation impossible au début Troubles anxieux sont associés entre eux Dépression souvent fugace, résolutive rapidement après intégration sur notre unité Anxiété de performance logiquement majoritaire, directement travaillée en classe sur notre unité

14 Résultats Les 18 patients ont fait leur rentrée scolaire l année suivante Ils sont tous restés en scolarité Aucun perdu de vue 2 patients sortis de l unité spécialisée après 1 mois : Dépression mélancolique : hospitalisation temps complet Mise en échec du travail scolaire en classe

15 Résultats Échelles CGI : Évaluation par l équipe de prise en charge Gravité de la maladie : En fonction de votre expérience clinique avec ce type de patient, quel est le niveau de gravité des troubles mentaux actuels du patient 3 légèrement malade 4 modérément malade 5 manifestement malade 6 gravement malade 7 parmi les patients les plus malades Echelle CGI 4,9 Amélioration globale : 1 très fortement amélioré 2 2 fortement amélioré 3 légèrement amélioré Gravité initiale amélioration

16 Résultats C GAS p=0,0002 Soit une augmentation de 44,5%

17 Délais de réintégration en scolarité nombre de semaines nombre de semaines Moyenne = 17 semaines soit 4 mois (écart type 7 semaines)

18 Résultats moyenne initiale moyenne finale

19 Evolution à 6 mois T0 T1 T2 84,3 88,6 57,1 23,3 18,6 15,4 RCMAS C-GAS

20 Devenir Étude à 6 mois (8 patients) : Maintien de la scolarité à temps plein Quelques rechutes ponctuelles (0,4 jours /semaine de cours sur 6 mois en moyenne ET 0,6) Après week-end prolongés ou vacances scolaires Après altercations avec pairs Poursuite de l amélioration des troubles anxieux Poursuite de l amélioration de leur fonctionnement global Pas de répercussion académique

21 Points forts Implication de l équipe soignante Motivation des jeunes Innovation dans les prises en charge Soutien en direct puis à distance Soutien et guidance des parents Liens étroits avec les familles Coordination avec les collèges

22 Points forts TCC : Mise en place intensive (4x/semaine), en groupe et en individuel Séances répétées, très progressives Différents angles de l anxiété Relaxation, respiration Affirmation de soi, estime de soi Exposition aux performances scolaires, aux relations aux autres, puis au collège

23 Conclusion Programme efficace Évolution des scores moyens aux échelles est significatif Aucune interruption dans le programme : bonne adhésion du jeune et de sa famille

24 Le traitement du Refus scolaire anxieux : c est possible! Merci pour votre attention!

La phobie scolaire Quand l école fait peur

La phobie scolaire Quand l école fait peur La phobie scolaire Quand l école fait peur Crises d'angoisse, maux de ventre, vomissements Submergés par la peur, la détresse, certains enfants et adolescents se rendent complètement malades à la simple

Plus en détail

L Annonce diagnostique en psychiatrie

L Annonce diagnostique en psychiatrie L Annonce diagnostique en psychiatrie 1 Dr DOMINIQUE JANUEL Chef de pole 93 G03 EPS DE VILLE EVRARD À ST DENIS 5 rue du Dr Delafontaine Saint Denis Définition Diagnostic : Identification d une maladie

Plus en détail

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer

Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Fatigue et dépression chez le patient atteint d un cancer Anne Brédart Unité de Psycho-Oncologie Institut Curie, Paris Régionales de Cancérologie, Paris, 24 novembre 2004 L expérience de la fatigue en

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Identifier des conséquences à la présence de comorbidités

Plus en détail

Phobies. GIORDANA Bruno Hôpital Pasteur, CHU de Nice, Psychiatrie Adulte, 2010/2011

Phobies. GIORDANA Bruno Hôpital Pasteur, CHU de Nice, Psychiatrie Adulte, 2010/2011 Phobies GIORDANA Bruno Hôpital Pasteur, CHU de Nice, Psychiatrie Adulte, 2010/2011 1 Généralités & Définitions (1) «phobos» (grec) : crainte, effroi; Peur irréfléchie et irrationnelle déclenchée par un

Plus en détail

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Recommandations professionnelles HAS Octobre 2007. Cycle recommandations AMMPPU - Les patients concernés patients âgés

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge A l initiative de la Direction Générale de la Santé Mise en œuvre: Société Française de Gériatrie et Gérontologie

Plus en détail

Education thérapeutique du patient

Education thérapeutique du patient Présentation du dispositif de réhabilitation Rhône Alpes Centre 2 juin 2016 Education thérapeutique du patient S.MANGIN (IDE) Dr M.BONAÏTI Département de réhabilitation psychosociale Définitions - Objectifs

Plus en détail

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire

L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire L approche systémique dans l étude de la maladie et de la prise en charge interdisciplinaire Définition de l approche systémique générale Champ interdisciplinaire relatif à l étude d objets, de phénomènes

Plus en détail

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS Trouble bipolaire module 2 Toulouse 2008 Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé 75014 PARIS Partie 1 Les programmes TCC spécifiques au trouble bipolaire TABLEAU COMPARATIF

Plus en détail

Pr Marie Rose MORO

Pr Marie Rose MORO Pr Marie Rose MORO www.mda.aphp.fr Absenteisme scolaire - 2 avril 2015 L absentéisme scolaire Dr Jean- Pierre BENOIT Psychiatre Déclaration d intérêt: Déclaration d intérêt : Aucun Pourquoi l absentéisme

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine

L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine L Education Thérapeutique du Patient atteint de BPCO: Pour qui? Pourquoi? Quand? Réseau Insuffisance Respiratoire Lorraine Anne GUILLAUMOT 26 Septembre 2009 L Education Thérapeutique du Patient atteint

Plus en détail

Problèmes spécifiques des malades jeunes atteints de pathologies neurodégénératives

Problèmes spécifiques des malades jeunes atteints de pathologies neurodégénératives Problèmes spécifiques des malades jeunes atteints de pathologies neurodégénératives Valérie CERASE IMA (Institut de la Maladie d Alzheimer) éléments de contexte épidémiologie peu connue 8000 ALD 15 32000

Plus en détail

La dépression: Ce qu il faut savoir

La dépression: Ce qu il faut savoir La dépression: Ce qu il faut savoir Une soirée d information ouverte à toutes et tous Une occasion d échanger avec des professionnel-le-s du Réseau fribourgeois de santé mentale Déroulement de la soirée

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

PSYCHOTRAUMATISMES ET ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE CHEZ L ENFANT. PSYCHOMOTRICITE 2ème ANNEE PSYCHIATRIE andy paul - Interne 05/03/2015

PSYCHOTRAUMATISMES ET ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE CHEZ L ENFANT. PSYCHOMOTRICITE 2ème ANNEE PSYCHIATRIE andy paul - Interne 05/03/2015 PSYCHOTRAUMATISMES ET ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE CHEZ L ENFANT PSYCHOMOTRICITE 2ème ANNEE PSYCHIATRIE andy paul - Interne 05/03/2015 INTRODUCTION Troubles anxieux sentiments intenses et persistants

Plus en détail

Que faire devant un enfant hyperactif?

Que faire devant un enfant hyperactif? Que faire devant un enfant hyperactif? J. BELEMBERT-MALNOU, PÉDOPSYCHIATRE UNITÉ UNIVERSITAIRE DE PSYCHIATRIE DE L ENFANT ET L ADOLESCENT, HÔPITAL MÈRE-ENFANT DE NANTES, SERVICE DU PR. BONNOT Congrès Preuves

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

Le traitement des troubles bipolaires

Le traitement des troubles bipolaires Le traitement des troubles bipolaires Annecy, le 7 avril 2012 Dr Niculescu Dan dr.niculescudan@gmail.com Objectifs de la présentation connaître les différentes types d interventions thérapeutiques dans

Plus en détail

L enfant et le cancer d un parent

L enfant et le cancer d un parent L enfant et le cancer d un parent Le cancer : ses répercussions sur la cellule familiale - Le cancer : une maladie grave au risque létal - La cellule familiale à prendre en compte dans sa globalité - L

Plus en détail

Dépression autour de la grossesse

Dépression autour de la grossesse Dépression autour de la grossesse Dr Michel Maron Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Clinique de Psychiatrie, rue André Verhaeghe 59037 Lille D ÉPRESSIO N AUTO UR DE LA G RO SSESSE Dépression

Plus en détail

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016 Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière 22 septembre 2016 1 La démarche HAS depuis 2013 Souhait d organiser une démarche prenant en compte les enjeux de la qualité et

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES

LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES PÔLE ABDOMEN ET MÉTABOLISME SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE, DIABÉTOLOGIE ET NUTRITION CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES INTRODUCTION Vous êtes suivi(e)

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires

INTRODUCTION GENERALITES DEFINITION. Difficultés dans les apprentissages scolaires Apprendre au collège Quelles souffrances? Quelles solutions? TROUBLES PSYCHOAFFECTIFS DANS LES TROUBLES DES APPRENTISSAGES. Le point de vue du pédopsychiatre. Dr S. SERRET Pédopsychiatre Service de Psychiatrie

Plus en détail

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques.

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. INSIGHT Intérêts d un programme d éducation thérapeutique chez les patients schizophrènes Equipe de l hôpital de jour CMPB CHU Clermont-Ferrand Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. Symptômes positifs

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT)

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT) DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE EME NORD Médecin référent : Dr Pinganaud A adresser au : Cadre de santé : Mme Perroy Service de court séjour gériatrique

Plus en détail

Hospitalisation pour sevrage tabagique : une expérience

Hospitalisation pour sevrage tabagique : une expérience 8ème Congrès de la SFT, Paris, le 7 Novembre 2014 Hospitalisation pour sevrage tabagique : une expérience CHU Louis Mourier, Colombes, HUPNVS, APHP Dr Délia Cozzolino Marion Cadranel Dr Yann Lestrat Intérêt

Plus en détail

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L obésité : un problème de santé publique contemporain Dimension multifactorielle de l obésité : culturelle, sociale,

Plus en détail

Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant. H. Toure Pellen, M. Chevignard

Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant. H. Toure Pellen, M. Chevignard Procédure de reprise de la scolarité après traumatisme crânien léger chez l enfant H. Toure Pellen, M. Chevignard Service de rééducation des pathologies neurologiques acquises de l enfant et l adolescent

Plus en détail

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique

Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Rôle du réseau de santé et difficultés dans les prises en charge psycho gériatrique Dr Arielle ATTAL, Gériatre Médecin coordinateur 4 juin 2015 Avec le soutien de «Réseau de santé»: missions Article L6321-1

Plus en détail

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire Le handicap psychique : complémentarité des approches médicale et médico-sociale Jean-Marie Danion Plan Définition de la notion de handicap psychique Contexte historique de l émergence de cette notion

Plus en détail

LA MALADIE DE PARKINSON

LA MALADIE DE PARKINSON LA MALADE DE PARKNSON L expérience de l ETP de la maladie de Parkinson Clinique de Provence Bourbonne Aubagne Loïc BANCLHON, Directeur Expérience ETP malafdie de Parkinson 11.03.12 Qu est ce que la maladie

Plus en détail

Douleurs chroniques invalidantes de l'adolescent : intérêt d'une hospitalisation en service de SSR pédiatrique (étude de 34 cas)

Douleurs chroniques invalidantes de l'adolescent : intérêt d'une hospitalisation en service de SSR pédiatrique (étude de 34 cas) Douleurs chroniques invalidantes de l'adolescent : intérêt d'une hospitalisation en service de SSR pédiatrique (étude de 34 cas) Dr C Charbonnier, médecin MPR Dr V Tsimba, médecin MPR I Godefroy, kinésithérapeute

Plus en détail

Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations?

Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations? Soins palliatifs pédiatriques à domicile : Quelles anticipations? Clémence Bouffay, IDE coordination et Matthias Schell médecin coordinateur ESPPéRA, Lyon Équipe de soins de support, soins palliatifs pédiatriques,

Plus en détail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE

Plus en détail

CAS CLINIQUES. Dr LAFAYE Praticien Hospitalier CERTA Responsable de l unité Adolescents Jeunes Adultes

CAS CLINIQUES. Dr LAFAYE Praticien Hospitalier CERTA Responsable de l unité Adolescents Jeunes Adultes CAS CLINIQUES Dr LAFAYE Praticien Hospitalier CERTA Responsable de l unité Adolescents Jeunes Adultes Julien, 16 ans Julien, 16 ans, vient en consultation accompagné de ses parents pour «un problème» d

Plus en détail

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi 30 avril 2012 Cette conférence a été donnée par le Dr Guido Bondolfi, responsable du Programme spécialisé» Dépression» des HUG, et par plusieurs membres

Plus en détail

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur

PEC d'un Patient doulour eux -J. CERUETTO Prise en charge multidisciplinaire de la Douleur Prise en charge multidisciplinaire Auprès de certains patients douloureux chroniques, tout soignant peut éprouver des difficultés de nature diverse, face à ces difficultés certains soignants ont trouvé

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (juillet 2007) SEROPLEX, toutes formes SIPRALEX, toutes formes INTRODUCTION Le 13 juillet 2007 une extension d indication aux Troubles obsessionnels compulsifs chez l adulte

Plus en détail

TCC et les Jeunes? Le cas d'une jeune boulimique

TCC et les Jeunes? Le cas d'une jeune boulimique TCC et les Jeunes? Le cas d'une jeune boulimique Anne-Lise Schwing, Inês Ramos, Stéphane Billard & François Lang Département Universitaire de psychiatrie CHU Saint-Etienne Les auteurs déclarent ne pas

Plus en détail

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Pour un autre regard sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues 1 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES PASS Mobile Santé Mentale et Précarité 10 rue du petit tour 87000 Limoges 05

Plus en détail

Education Thérapeutique du Patient. Expériences en Psychiatrie

Education Thérapeutique du Patient. Expériences en Psychiatrie Education Thérapeutique du Patient Expériences en Psychiatrie Edgar TISSOT EPSM Novillars - Besançon Introduction Tour de table Présentation expérience des participants en ETP PHOTOLANGAGE : Groupes de

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

Comment mesurer le Stress au travail? Bilan de 5 années de pratique au CHU de Clermont-Ferrand.

Comment mesurer le Stress au travail? Bilan de 5 années de pratique au CHU de Clermont-Ferrand. Comment mesurer le Stress au travail? Bilan de 5 années de pratique au CHU de Clermont-Ferrand. Professeur Alain CHAMOUX Chef du Service Santé Travail Environnement, CHU Clermont-Ferrand 18 septembre 2008

Plus en détail

Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité?

Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité? Intérêt d une prise en charge conjointe somatique et psychiatrique chez l adolescent : pluridisciplinarité ou interdisciplinarité? Dr Clara MOTTEAU Médecin généraliste Clinique de Saumery Contexte d exercice

Plus en détail

DEUX DIAGNOSTICS INFIRMIERS PREVALENTS EN ONCOGERIATRIE. Caroline BERBON, Gilles BOURGADE, infirmiers, casselardit secteur B, comité IDE UCOG.

DEUX DIAGNOSTICS INFIRMIERS PREVALENTS EN ONCOGERIATRIE. Caroline BERBON, Gilles BOURGADE, infirmiers, casselardit secteur B, comité IDE UCOG. DEUX DIAGNOSTICS INFIRMIERS PREVALENTS EN ONCOGERIATRIE Caroline BERBON, Gilles BOURGADE, infirmiers, casselardit secteur B, comité IDE UCOG. ALTERATION DE LA MOBILITE DEFINITION Limitation de la capacité

Plus en détail

Trois idées 1 Indication des thérapies comportementales et cognitives selon la pathologie. 2 Place des thérapies comportementales et cognitives par ra

Trois idées 1 Indication des thérapies comportementales et cognitives selon la pathologie. 2 Place des thérapies comportementales et cognitives par ra INDICATIONS DES THERAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES 37EME FORUM MEDICAL LYONNAIS 25 SEPTEMBRE 2010 DR FREDERIC FANGET - LYON Trois idées 1 Indication des thérapies comportementales et cognitives selon

Plus en détail

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE

Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Question 286 TROUBLES DE LA PERSONNALITE Objectifs généraux Diagnostiquer un trouble de la personnalité et apprécier son retentissement sur la vie sociale du sujet Identifier les situations d'urgence et

Plus en détail

THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ACTUELLES

THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ACTUELLES THERAPEUTIQUES MEDICAMENTEUSES ACTUELLES 1 TRAITEMENTS PHARMACOLOGIQUES SPÉCIFIQUES (06/2009) Indications: Diagnostic de MA, quel que soit l âge et le stade (sauf MMSE

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME PSYCHO- EDUCATIF POUR PATIENTS BIPOLAIRES ET LEUR FAMILLE

PRESENTATION DU PROGRAMME PSYCHO- EDUCATIF POUR PATIENTS BIPOLAIRES ET LEUR FAMILLE PRESENTATION DU PROGRAMME PSYCHO- EDUCATIF POUR PATIENTS BIPOLAIRES ET LEUR FAMILLE Melle O. ELGRABLI (Psychologue clinicienne) e Clinique (Pr. Kahn) CHU de Nancy NOTIONS GENERALES Qu est ce que le trouble

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Attaque de panique. TRIADE symptômes. Durée. Etiologies. Éliminer patho organique PEC. Début BRUTAL, rapidement maximale Durée < 1h

TROUBLES ANXIEUX. Attaque de panique. TRIADE symptômes. Durée. Etiologies. Éliminer patho organique PEC. Début BRUTAL, rapidement maximale Durée < 1h TROUBLES ANXIEUX Attaque de panique TRIADE symptômes Physiques : 1er plan +++ : Sueurs, tremblements CV : palpitations, tachycardie, lipothymie, angor Respi : dyspnée, polypnée Dig : trouble déglutition,

Plus en détail

Refus scolaire anxieux

Refus scolaire anxieux Refus scolaire anxieux Guide de repérage et d accompagnement Juin 2014 Promotion santé Indre et Loire 2014 1 RSA: Généralités Le RSA se définit par ses symptômes : retrait de l école avec anxiété évidente

Plus en détail

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Delphine VIARD PLAN INTRODUCTION METHODE RESULTATS Représentations des soignants Représentations des

Plus en détail

Item n 41 : Troubles anxieux et troubles de lʼadaptation. Généralité

Item n 41 : Troubles anxieux et troubles de lʼadaptation. Généralité Bilan initial Item n 41 : Troubles anxieux et troubles de lʼadaptation Généralité Éliminer une pathologie organique : hyperthyroïdie, troubles cardiaque, troubles neurologiques,... Diagnostiquer le trouble

Plus en détail

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006

Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux. Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Dr Nathalie Nisenbaum 7 décembre 2006 Place des professionnels libéraux dans le parcours du patient cancéreux Prévention et dépistage

Plus en détail

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun

EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON. Un projet commun EDUCATION THÉRAPEUTIQUE À DESTINATION DU PATIENT ATTEINT DE LA MALADIE DE PARKINSON Un projet commun Genèse du projet Rencontre de professionnels de la santé CHRU de Lille / Santélys Souhait fort des deux

Plus en détail

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes

La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour. Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes La personne âgée fragile : entre hôpital de jour et accueil de jour Dr Denise Strubel Dr Martine Lapierre Gérontologie CHU Nîmes Introduction Bénéfice pour les HdJ du développement important des AcJ (Plans

Plus en détail

Diagnostic et prise en charge de la dépression en EHPAD. Dr Christophe Arbus CHU Toulouse

Diagnostic et prise en charge de la dépression en EHPAD. Dr Christophe Arbus CHU Toulouse Diagnostic et prise en charge de la dépression en EHPAD Dr Christophe Arbus CHU Toulouse Les différentes situations Antécédents dépressifs (maladie bipolaire ou unipolaire) Dépression tardive (>65-70 ans)

Plus en détail

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT

HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT HOPITAL DE JOUR POUR PERSONNES HANDICAPEES CENTRE HOSPITALIER DE CHATELLERAULT ORIGINALITES D UNE PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE Docteur Agnès MICHON 12 décembre 2016 Vivre ensemble l autisme CRA Limousin

Plus en détail

CONGRES FHP ARCACHON La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier

CONGRES FHP ARCACHON La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier CONGRES FHP ARCACHON 2016 La fibromyalgie: expérience des grands chênes P.Middleton-N.Munier LES PRINCIPES Prise en charge pluri disciplinaire de patients douloureux chroniques. De la lombalgie. à la fibromyalgie.

Plus en détail

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL

École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL École de la SEP PRO 2013 Mme SANCHEZ Ariane, Psychologue clinicienne RRASEP, HCL Troubles psychocomportementaux et SEP Une intrication complexe entre: Des phénomènes neuropsychobiologiques (troubles cognitifs

Plus en détail

9 ième journée des réseaux de périnatalité en Ile de France 9 octobre 2014

9 ième journée des réseaux de périnatalité en Ile de France 9 octobre 2014 9 ième journée des réseaux de périnatalité en Ile de France 9 octobre 2014 Dr Michèle Granier Laurence Leloup Réseau Pédiatrique Sud et Ouest Francilien Les troubles neuropsychologiques des grands prématurés

Plus en détail

LA NEVROSE D ANGOISSE

LA NEVROSE D ANGOISSE 19.01.09 Dr Lagier Psychiatrie LA NEVROSE D ANGOISSE I)L anxiété et l angoisse : définition II)Les différentes formes d anxiété (= angoisse) A)Crise d angoisse aiguë 1)Les manifestations de la crise d

Plus en détail

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal

Retentissement psychique de la maladie grave. Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Retentissement psychique de la maladie grave Dr Vianney Mourman EMSP GH Lariboisière Fernand Widal Définition de la souffrance psychique : se sentir mal Sentiment pénible, désagréable de la pensée Expression

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : suivi médical des aidants naturels

Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : suivi médical des aidants naturels Maladie d Alzheimer et maladies apparentées : suivi médical des aidants naturels Février 2010 Définition des aidants naturels Contenu de la consultation annuelle Proposition d une consultation annuelle

Plus en détail

Sommeil et Parkinson

Sommeil et Parkinson Sommeil et Parkinson Jean-François Gagnon Professeur Département de psychologie Université du Québec à Montréal Chercheur Centre d Études Avancées en Médecine du Sommeil Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

Plus en détail

LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE

LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE Véronique Wilson, ergothérapeute-hôpital Maisonneuve- Rosemont, candidate

Plus en détail

LIVRET POUR LES STAGES de M1 et M2 DU MASTER DE THERAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES

LIVRET POUR LES STAGES de M1 et M2 DU MASTER DE THERAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES LIVRET POUR LES STAGES de M1 et M2 DU MASTER DE THERAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES NOM et prénom de l étudiant : Master de Thérapies Comportementales et Cognitives Faculté de Psychologie, 12 rue

Plus en détail

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys

Plus en détail

Qu attendre d un stage de réhabilitation à court et moyen terme? Dr Pascale SURPAS CHARNAY

Qu attendre d un stage de réhabilitation à court et moyen terme? Dr Pascale SURPAS CHARNAY Qu attendre d un stage de réhabilitation à court et moyen terme? Dr Pascale SURPAS CHARNAY EFFETS ATTENDUS DES TRT DANS LA BPCO DEFINITION ERS/ATS 2013 Se mettre d accord sur les mots la rééducation est

Plus en détail

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers

Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers Ateliers «Retours d expériences» GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital de Poitiers GCS Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers Le Réseau Gérontologique Ville-Hôpital du Grand Poitiers :

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

Psycho oncologie et sujet âgé

Psycho oncologie et sujet âgé Psycho oncologie et sujet âgé Dr Julie Rieu Psychiatre Institut Universitaire du Cancer Oncopôle 22/01/2015 1 Plan Introduction Vulnérabilité et spécificité psychologiques du sujet âgé Troubles psychopathologiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 17 octobre Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 17 octobre Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 17 octobre 2001 Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 14 janvier 1999 - (J.O. du 22 janvier 1999) SEROPRAM 20 mg,

Plus en détail

LE BURN OUT DES PROFESSIONNELS

LE BURN OUT DES PROFESSIONNELS LE BURN OUT DES PROFESSIONNELS Animateur : Dr Thierry RESSEL, Responsable de la commission santé mentale de l URML-Alsace Dr Marc WILLARD, Psychiatre URML-Alsace Dr Denis REISS, Vice-Président du Conseil

Plus en détail

CENTRE EXPERT RÉGIONAL PARKINSON. Service de neurologie Coordonnateur : Dr Fréderic Torny

CENTRE EXPERT RÉGIONAL PARKINSON. Service de neurologie Coordonnateur : Dr Fréderic Torny CENTRE EXPERT RÉGIONAL PARKINSON Service de neurologie Coordonnateur : Dr Fréderic Torny CENTRE EXPERT PARKINSON Le service de neurologie du CHU de Limoges est impliqué depuis plusieurs années dans la

Plus en détail

Association ISATIS Association pour l Intégration, le Soutien, l Accompagnement au Travail et l Insertion Sociale

Association ISATIS Association pour l Intégration, le Soutien, l Accompagnement au Travail et l Insertion Sociale Association ISATIS Association pour l Intégration, le Soutien, l Accompagnement au Travail et l Insertion Sociale Direction Territoriale Var/Corse Centre d Affaires Europe Tour Arlatan 50 Voie Aurélienne

Plus en détail

LES ENFANTS ET ADOLESCENTS

LES ENFANTS ET ADOLESCENTS LES ENFANTS ET ADOLESCENTS SOUFFRANT DE TOC À GENÈVE Immersion en Communauté 2010 Joëlle Bonin, Clare Fischer, Claudia Martins, Elise Thomet TABLE DES MATIÈRES Axes développés Définition Prévalence et

Plus en détail

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support

4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support 4 ème Journée régionale des soins oncologiques de support L. KALUZINSKI 19/06/2015 ASTHENIE DEFINITION DIAGNOSTIC ETIOLOGIES PRISE EN CHARGE Sensation subjective en dehors d un effort récent, et cliniquement

Plus en détail

Prévenir la dépression à l adolescence. Laure Mesquida, Jean-Philippe Raynaud

Prévenir la dépression à l adolescence. Laure Mesquida, Jean-Philippe Raynaud Prévenir la dépression à l adolescence Laure Mesquida, Jean-Philippe Raynaud Cours intensif de psychiatrie, 28 février 2015 Plan de la présentation Introduction Spécificité de la dépression à l adolescence

Plus en détail

Schiz ose : une approche globale pour mieux vivre la schizophrénie

Schiz ose : une approche globale pour mieux vivre la schizophrénie Communiqué de presse Schiz ose : une approche globale pour mieux vivre la schizophrénie Lundi 15 mars 2010 «La schizophrénie peut faire peur, c est une maladie difficile à aborder avec un patient et son

Plus en détail

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA Les facteurs de risque des céphalées A. Belaid EHS CHERAGA Introduction Les céphalées font partie des dix causes les plus fréquentes de consultation dans une pratique de médecine générale. Les céphalées

Plus en détail

Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE. Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé

Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE. Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé Dr M. PASCAUD, Psychiatre Mme P. DÉSANNAUX, DSSI Mme C. WELMANT, IDE Clinique Notre-Dame de Pritz, Changé 4 DIMENSIONS DE LA DOULEUR SENSORIELLE : décodage du message sensitif EMOTIONNELLE : angoisse et

Plus en détail

Anorexie mentale du sujet prépubère : actualités sur le diagnostic et la prise en charge

Anorexie mentale du sujet prépubère : actualités sur le diagnostic et la prise en charge Anorexie mentale du sujet prépubère : actualités sur le diagnostic et la prise en charge Anne BARGIACCHI Service de Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent, Hôpital Robert Debré, Paris JPP 2014 Définitions

Plus en détail

Soins de support. en cancérologie Un soutien pour une meilleure qualité de vie

Soins de support. en cancérologie Un soutien pour une meilleure qualité de vie SOINS SUPPORT SEPT 2016_Mise en page 1 27/09/2016 11:32 Page 1 Espace de Rencontres et d Information 01 41 70 86 66 Ouvert mardi et jeudi 8h30-13h 14h-17h Hall de l hôpital - sans rendez-vous L Espace

Plus en détail

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession

INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015. Spécificités en soins palliatifs par profession 1 INTERVENTION PEDAGOGIQUE DU 5/03/2015 Spécificités en soins palliatifs par profession OBJECTIFS : Appréhender la spécificité en fonction de l exercice professionnel et le lieu (en Institution, en EMSP,

Plus en détail

INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES

INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES. Chrystelle LECAILLE Joëlle PERENNES INFIRMIERE REFERENTE EN NEURO-ONCOLOGIE ONCOLOGIE Fédération de Neurologie Mazarin Service du Pr. Delattre GH Pitié-Salpêtrière ORIGINES DU PROJET 2000 : Visite du Brain Tumor Center à London, Ontario

Plus en détail

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP

Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Exemples de questions ouvertes pour l auto-évaluation d un programme d ETP Cette fiche propose des exemples de questions qui sont adaptables et modifiables par chaque équipe dans sa démarche d auto-évaluation.

Plus en détail

PMSI PSYCHIATRIE PRESENTATION GENERALE

PMSI PSYCHIATRIE PRESENTATION GENERALE PMSI PSYCHIATRIE PRESENTATION GENERALE Form. PMSI-psychiatrie -Ministère de l'emploi et de la solidarité - janv 2002- Généralités PMSI psy 1 PLAN Champ d application du PMSI psychiatrie et conditions de

Plus en détail

BERTHERAT ALEXIE. Psychologue clinicienne et de la santé. Spécialisée dans les troubles neuro-développementaux et la prévention des inadaptations

BERTHERAT ALEXIE. Psychologue clinicienne et de la santé. Spécialisée dans les troubles neuro-développementaux et la prévention des inadaptations BERTHERAT ALEXIE Psychologue clinicienne et de la santé Spécialisée dans les troubles neuro-développementaux et la prévention des inadaptations M2 professionnel à l université Toulouse 2 le Mirail sous

Plus en détail

Prise en charge d une personne âgée qui présente un délire aigu. Dr Hélène DE BRUCQ, psychiatre de la personne âgée DU Oncogériatrie 25 novembre 2009

Prise en charge d une personne âgée qui présente un délire aigu. Dr Hélène DE BRUCQ, psychiatre de la personne âgée DU Oncogériatrie 25 novembre 2009 Prise en charge d une personne âgée qui présente un délire aigu Dr Hélène DE BRUCQ, psychiatre de la personne âgée DU Oncogériatrie 25 novembre 2009 1 PLAN I. Présentation d un cas clinique II. III. IV.

Plus en détail

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni

Plan. I Définition II Cognition et douleur III Facteurs associés. Douleur et Cognition. Christine Moroni Plan Douleur et Cognition Christine Moroni http://nca.recherche.univ-lille3.fr/ Douleur : expérience émotionnelle et sensorielle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle ou décrite

Plus en détail

Déclaration d intérêts. 0 Les auteurs déclarent n avoir aucun conflit d intérêt en rapport avec le thème abordé

Déclaration d intérêts. 0 Les auteurs déclarent n avoir aucun conflit d intérêt en rapport avec le thème abordé Déclaration d intérêts 0 Les auteurs déclarent n avoir aucun conflit d intérêt en rapport avec le thème abordé Hôpital général Trois secteurs de psychiatrie adulte 250 000 habitants Consultations spécialisées

Plus en détail

Consultation Infirmière spécialisée en Thérapie Comportementales et Cognitives Meyer Marie-Astrid Infirmière au SHU de l Hôpital Sainte Anne

Consultation Infirmière spécialisée en Thérapie Comportementales et Cognitives Meyer Marie-Astrid Infirmière au SHU de l Hôpital Sainte Anne Consultation Infirmière spécialisée en Thérapie Comportementales et Cognitives Meyer Marie-Astrid Infirmière au SHU de l Hôpital Sainte Anne Déclaration de liens d intérêts Je n ai pas de conflits d intérêts

Plus en détail

Diagnostic Educatif en réadaptation fonctionnelle cardiaque.

Diagnostic Educatif en réadaptation fonctionnelle cardiaque. Diagnostic Educatif en réadaptation r fonctionnelle cardiaque. Dr Françoise COURTALHAC Médecin coordinateur Pôle d Education du Patient Centre Hospitalier de Compiègne (Oise) DU Education Thérapeutique

Plus en détail

L équipe santé mentale jeunesse du CSSSAM-N

L équipe santé mentale jeunesse du CSSSAM-N L équipe santé mentale jeunesse du CSSSAM-N Soins infirmiers en santé mentale jeunesse Présentation du guichet d accès SMJ Elvira Gallant inf.b.sc. 8 Mai 2008 1 Plan de la présentation 1. Plan d action

Plus en détail

Nous allons ainsi d abord définir la crise, puis apporter des éclaircissements aux questions suivantes :

Nous allons ainsi d abord définir la crise, puis apporter des éclaircissements aux questions suivantes : La Crise Dr Anjali Mathur, Dr Carlos Ochoa-Torres, Dr Christine Sarramon- Bacquié, Dr Etienne Very Centre de Thérapie Brève et Service Universitaire des Urgences Psychiatrique CHU Toulouse Purpan Introduction

Plus en détail

Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux

Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux Céphalées chroniques Quotidiennes par abus médicamenteux Un problème de santé publique méconnu Dr. Christian Lucas Dr Francine Hirszowski Framig III. - 2010/2015 Lanteri-Minet Valade Géraud Chauttard Radat

Plus en détail

Comprendre et surmonter l anxiété et les inquiétudes. Introduction sur l anxiété

Comprendre et surmonter l anxiété et les inquiétudes. Introduction sur l anxiété Comprendre et surmonter l anxiété et les inquiétudes Plan de la conférence Anxiété normale ou excessive Facteur de maintien Départager les troubles d anxiété Ex: Trouble d anxiété généralisée Des outils

Plus en détail