APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION"

Transcription

1 APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

2 Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des revenus

3 APPROCHE PAR DES PRODUITS Comprendre le processus de la Production Comprendre la mesure du PIB et d autres agrégats importants Comprendre le grand équilibre macro-économique

4 LA PRODUCTION L enjeu de la production n est pas la même dans chaque théorie d économie, c est pourquoi on ne peut la définir sans faire référence à une théorie spécifique. De Quesnay aux économistes classiques, néoclassiques, les problématiques de la P sont nombreuses et contradictoires. Dans le SEC 95, la production est définie comme l activité qui «combine des ressources en main d œuvre, capital et biens et services intermédiaire» pour fabriquer des biens et des services

5 LA PRODUCTION Définition de l INSEE: La production est une activité exercée sous le contrôle et la responsabilité d une unité institutionnelle qui combine des entrées - travail, capital, biens et services - pour fabriquer des biens ou fournir des services P = F (L, K, P intermédiaire)

6 L équilibre Ressource - Emploi - La quantité disponible d un produit ne peuvent provenir que de la production et des importations. - La production et l importation sont des ressources en produit - Les utilisations du produits les emplois peuvent être très variées. La comptabilité nationale les regroupe en cinq grands types selon la destination économique du produit: La consommation intermédiaire, la consommation finale, investissement, variation de stock, exportation.

7 LA PRODUCTION On distingue trois types de production La production marchande (PM) La production pour emploi (usage) final propre (PPEP) La production non marchande (PNM)

8 PRIX DE BASE La production marchande (PM) est évaluée au prix de base Nous savons que le prix retenu pour la CN est celui du marché. Pour la production, il serait possible de retenir le prix reçu par le producteur au moment de la vente. Mais ce prix là n est pas assez significatif pour le producteur : il contient des impôts (TVA) que le producteur doit évidemment reverser à l administration fiscale Il reflète dans certains cas la recette liée à la production en raison des subventions versées notamment par l Etat pour soutenir le revenu de certains producteurs (les agriculteurs et PAC)

9 PRIX DE BASE Le prix de base est la recette effective du producteur par unité produite : montant reçu de l acheteur pour chaque unité impôts sur les produits+ subventions sur les produits P de base = P de vente - IP + SP Pour l importation et l exportation, le mesure est encore plus délicat. Pour comprendre le prix de base, il est nécessaire de comprendre la formation de prix

10 La formation de prix Prix d usine Taxe sur la valeur ajoutée Coût de transportation locale Coût de transportation internationale Assurance

11 Valorisation du commerce extérieur Frontière Frontière FAB (Franco au bord) CAF (Coût, Assurance, Fret)

12 La formation de prix Le prix de base exclut les frais de transport facturés séparément par le producteur, mais il inclut les frais de transport non isolés. Pour les exportations: FAB (Franco Au Bord) (FOB) FAB = Prix de base + coût de transport local Pour les importations: CAF (Coût, Assurance, Fret) (CIF) CAF = Coût + Assurance + Fret

13 Consommation intermédiaire La consommation intermédiaire est égale à la valeur des biens et des services consommés dans le processus de production. Par contre, la perte de valeur subie par les actifs fixes au cours de la production est une consommation de capital fixe. Dans certains cas, la ligne de partage entre la consommation intermédiaire et la formation de capital repose sur des conventions. C est ainsi que font partie de la consommation intermédiaire : les travaux d entretien courants des bâtiments des entreprises, l achat de petit outillage, les dépenses de recherche et développement, la formation du personnel, etc.

14 La consommation finale La dépense de consommation finale est celle qui permet l acquisition de produits utilisés pour la satisfaction directe des besoins individuels des ménages. On suppose toujours que ces produits ne sont pas stockés mais consommés au moment de l achat, même lorsqu ils sont durables Les achats de logements ne sont pas de la DC mais de l investissement

15 Formation brute de capital fixe La formation brute de capital fixe est le solde entre les acquisitions et les cessions d actifs fixes réalisées par les producteurs au cours de la période de référence. Les actifs fixes sont des actifs produits, corporels ou incorporels, utilisés dans un processus de production pendant au moins un an. Ces actifs peuvent être achetés, produits pour compte propre, reçus à titre de transferts en capital ou acquis dans le cadre d un contrat de crédit-bail.

16 Formation brute de capital fixe La notion de FBCF est plus restreinte que celle «d investissement» utilisée en économie ou dans le langage courant. Le terme «d investissement» désigne le plus souvent l investissement productif, correspondant en majeure partie de la FBCF (en machines et bâtiments), mais son contenu est parfois étendu à des actifs non produits, tels que les terrains d assise des bâtiments industriels ou des logements, par exemple Une FBCF est un investissement mais Un investissement n est pas forcement une FBCF

17 Formation nette de capital fixe La FBCF est brute parce qu elle correspond au flux total de l investissement, que celui-ci remplace du capital fixe ou qu il augmente le stock de capital fixe disponible La valeur annuelle de la perte de valeur du capital fixe en raison de l usure physique est appelée la Consommation de capitale fixe (CCF) FNCF = FBCF - CCF

18 Les stocks Les stocks comprennent des matières premières et fournitures destinées à être utilisées dans le processus de production, les travaux en cours, les biens finis et les biens destinés à être revendus. Les variations de stocks sont mesurées par la valeur des entrées en stocks diminuée de la valeur des sorties de stocks. Cette mesure est cohérente avec la mesure de la production qui est aussi en flux

19 Formation de capital La formation de capital recouvre trois composantes : la formation du capital fixe : les variations de stocks les acquisitions, moins les cessions, d objets de valeur Formation de Capital = FBCF + VS

20 Commerce Extérieur De façon générale, les importations et exportations représentent les échanges de biens et de services entre unités résidentes et non résidentes. Les importations/exportations de biens correspondent au changement de propriété des biens entre résidents et non résidents : leur mesure est correctement approchée lors du franchissement physique des frontières douanières. Par ailleurs, il existe des cas de mouvements de biens figurant dans le commerce international sans que les biens franchissent la frontière (ventes de produits pétroliers depuis une installation située dans les eaux internationales)

21 L équilibre de l Économie Nationale P + IM + IP SP = CI + CF + FBCF + VS + EX L équilibre Ressource Emploi vue globale: P + IM = CI + CF + FBCF + VS + EX P = (CI + CF) + (FBCF + VS) + (EX IM) Consommation Formation du capital Solde du Commerce extérieur

22 Produit Intérieur Brut P + IM + IP SP = CI + CF + FBCF + VS + EX (P CI) + IP SP = CF + FBCF + VS + EX - IM VA + (IP SP) = CF + (FBCF + VS) + (EX IM) La VA est mesurée au prix de base. La somme des VA + (IP SP) donne la VA au prix d acquisition égale au PIB par définition PIB = VA + (IP SP) Production totale Production nette Solde du budget d État

23 Résumé La production est évaluée au prix de base P de base = P de vente (IP SP) L équilibre mesuré par le prix de base P + IM + IP SP = CI + CF + FBCF + VS + EX

24 Résumé Le PIB, produit intérieur brut représente le flux de la création de richesse grâce à la production dans une année. Le PIB est exactement la totalité des valeurs ajoutées crées dans les processus de production. PIB = VA = P CI Si on mesure la P au prix de base PIB = VA + (IP SP) = P + (IP SP) - CI

25 Résumé (P CI) = (CF + FBCF + VS) + (EX IM) Le PIB est nécessairement la somme de la demande intérieur (DC + FBCF + VS) et du solde extérieur (EX IM) La somme DC + FBCF + VS est aussi appelée les emplois finals intérieurs de la production.

26

27

28 Évolution en volume du PIB français Prix (2000) (Valeurs en volume, sur la base des prix de 2000, en milliards euros) Prix

29 Vers une comparaison internationale Rank by country Country/US State GDP (millions ) World 54,311,608 European Union 16,905,620 1 United States of America 13,843,825 2 Japan 4,383,762 3 Germany 3,322,147 4 People's Republic of China (mainland only) 3,250,827 5 United Kingdom 2,772,570 6 France 2,560,255 7 Italy 2,104,666 Source: IMF

30

31 TABLEAU ENTREES - SORTIES Le tableau des entrées-sorties ou TES décrit et synthétise les opérations sur biens et services, qu'on appelle aussi les équilibres Ressources - Emplois (ERE) des biens et services. On y visualise les ressources (production et importations) et leurs emplois (consommations intermédiaires et finales)

32 Le TES est une synthèse des opérations sur biens et services, une représentation du système productif. La structure de TES est constituée de 5 tableaux, fondée sur la nomenclature d Activités Françaises NAF.

33 Structure du Tableau des Entrées - Sorties Tableau des Ressources en produits (1) Tableau des entrées intermédiaires (2) Compte de production et d exploitation des branches (4) Passage de la P des branches à la P des produits (5) Tableau des emplois finals (3)

34 Tableau des Ressources en Produits (1) Branches Produits P Imp MC MT IP SP Total 1. Agriculture Industrie Construction Services P.M Services adm Corr.terr TOTAL

35 La correction territoriale Du fait des méthodes d estimation utilisées dans les comptes nationaux, les dépenses de consommation ventilées par produits, ne comprennent pas les dépenses des résidents à l étranger, mais elles comprennent les dépenses des non résidents sur le territoire. La «correction territoriale» est une estimation pour combler le biais dans les dépenses de consommation.

36 P + IM = CI + EF Pour un produit donné, on a l équation comptable Production + importations + marges de commerce et de transport + impôts (nets des subventions) sur les produits = CI + emplois finals P+IM+MC+MT+(IP-SP) = CI + EF Emplois Finals (EF) = CF + FBCF + VS + EX P base + MC + MT + (IP SP) = P vente

37 Tableau des emplois finals (3) Branches Produits 1. Agriculture 2. Industrie 3. Construction 4. Services P.M 5. Services adm Corr.terr TOTAL DC DC DC FBCF VS EX ménage APU ISBLSM , ,

38 TABLEAU DES ENTREES INTERMEDIAIRES (TEI) (2) Branches TOT Produits 1. Agriculture Industrie Construction 0, ,5 4. Services P.M Services adm Corr.terr 0 TOTAL CI 26, ,5

39 TABLEAU DES ENTREES INTERMEDIAIRES (TEI) Le TEI constitue le cœur du tableau des entréessorties (TES) Le TEI est tout d abord une pièce indispensable à la construction et à la validation des comptes nationaux: il assure la cohérence des trois approches permettant de reconstituer la richesse produite l approche demande (somme des emplois finaux hors importations), l approche production (solde entre la production et la CI d une branche) et l approche revenu (calcul du PIB à partir des comptes des secteurs institutionnels ; mesure «directe» de leur valeur ajoutée)

40 TABLEAU DES ENTREES INTERMEDIAIRES (TEI) Le TEI, au croisement des comptes de produits et de branches, fournit : en ligne, une ventilation de la CI totale d un produit par les différentes branches utilisatrices. en colonne, une décomposition de la CI totale d une branche selon les différents produits.

41 TABLEAU DES ENTREES INTERMEDIAIRES (TEI) Par ailleurs, le TEI est un outil de synthèse précieux pour analyser le processus productif national et ses évolutions. Pour suivre ces évolutions, les TEI (ainsi que les TES) sont élaborés en valeur, volume et prix chaînés (c est-à-dire aux prix de l année précédente, chaînés, base 2000)

42 Le TEI est élaboré au niveau Nomenclature Économique de Synthèse (NES) 118, dérivé de la nomenclature d activités française (NAF) (version française de la NACE révision 1) et de la Classification des Produits Français (CPF)

43 Pour aller plus loin L INSEE utilise 3 systèmes de nomenclature pour répertorier les activités économiques nationales (1)La nomenclature des secteurs institutionnels Les multitudes d'agents économiques (ménages, entreprises, administrations, ) (2)La nomenclature d opérations couvre toutes les transactions entre agents économiques (production, consommation, impôts, transferts, ) ainsi que les soldes traditionnels de la comptabilité nationale (valeur ajoutée, revenu disponible, épargne, ). (3)La nomenclature de produit, ou Nomenclature d activités françaises - NAF

44 NAF 17 postes A. Agriculture, chasse, sylviculture B. Pêche, aquaculture, services annexes C. Industries extractives D. Industrie manufacturière E. Production et distribution d'électricité, de gaz et d'eau F. Construction G. Commerce ; réparations automobile et d'articles domestiques H. Hôtels et restaurants I. Transports et communications J. Activités financières K. Immobilier, location et services aux entreprises L. Administration publique M. Éducation N. Santé et action sociale O. Services collectifs, sociaux et personnels P. Activités des ménages Q. Activités extra-territoriales

45

46 Les Coefficients Techniques Dans le tableau des entrées intermédiaires TEI, l intersection de la ligne 2 et de la colonne 1 indique que la branche agriculture absorbe 16 de produits industriels comme CI (Consommation intermédiaire). Le quotient de cette CI par la production de la branche «agriculture» (47, Case P Agriculture Tableau 1) est appelé le coefficient d entrée des produits industriels dans la branche «agriculture». Le coefficient technique d entrée est donc 16/47 = 0,34 indique que l agriculture a consommé en moyenne 34 centimes de produits industriels pour créer une valeur 1 euro de richesse en produit agricole.

47 Les Coefficients Techniques Des coefficients analogues peuvent être calculés pour chacune des cases du tableau des entrées intermédiaires. L ensemble de ces coefficients constitue la matrice structurelle de l économie ou matrice des coefficients techniques.

48 Matrice des Coefficients Techniques Branches Produits 1. Agriculture 0,17 0,039 0, Industrie 0,34 0,486 0,3 0,1 0,13 3. Construction 0,01 0,007 0,13 0,01 0,01 4. Services P.M 0,04 0,135 0,18 0,27 0,13 5. Services adm 0 0, ,01 0

49 Les Coefficients Techniques L évolution d un coefficient technique ne dépend pas seulement de celle des techniques utilisées par la branche et de la déformation des prix relatifs, mais aussi des rendements d échelle et des changements dans la structure de la branche. La matrice coefficients technicoéconomiques permet en premier lieu une description de l interdépendance entre les branches.

50 Équilibre du TES Théoriquement, le P total des branches X doit être égal à P total des produits X puisqu'une branche est l'ensemble de toutes les unités qui produisent le même produit.

51

52 Équilibre du TES En réalité, cette égalité n'est pas toujours vraie en raison des transferts de produits fatals et des ventes résiduelles Un produit fatal: est celui dont la P est techniquement complètement lié à celle d'un autre produit La production du coke donne en même temps des gaz de cokerie qui est un produit consommable. On ne peut pas donc isoler le coût de production du coke de celui de gaz de cokerie P de la branche coke = P du produit coke + P du produit gaz de

53 Équilibre du TES Les ventes résiduelles sont justiciables d un raisonnement voisin. Il s agit de certains biens ou services produits et vendus par les administrations dans des conditions telles qu on ne peut isoler leurs coûts de ceux d autres produits. Ex: les polycopiés vendus par une université aux étudiants font partie de la branche éducation mais sont un produit de l édition.

54 Branches TOTAL Produits 1. Agriculture Industrie Construction 0, ,5 4. Services P.M Services adm Corr.terr 0 TOTAL CI 26, ,5 CI 26, ,5 VA prix de base P des branches 52, ,5 TPF + VR P des produits 46, ,5

55 Récapitulation Approche par les produits représente l économie via l équilibre ressource-emploi P + IM = CI + CF + FBCF + VS + EX P CI = CF + (FBCF + VS) + (EX IM) Valeurs ajoutées = Consommation + Formation du capital + solde extérieur.

56 Le produit intérieur mesure la richesse créée par la production au cours d une année. On l obtient par trois calculs différents: c est la somme des valeurs ajoutées, augmentée des impôts sur les produits (TVA comprise) et diminuée des subventions sur les produits ; le PIB est la somme des emplois finals intérieurs augmentée des exportations et diminuée des importations; le PIB s exprime comme la somme des revenus primaires engendrés directement par la production: rémunération des salariés, excédent d exploitation et revenu mixte, impôts sur la production et les importations nets des subventions

57 Passage de Produit à Revenu Le PIB est la somme de revenus versés par toutes unités résidentes de la France. On peut s intéresser plus aux revenus reçus par ces unités. Pour passer des premiers aux seconds, il suffit de retirer tous les revenus primaires versés à des non-résidents, et d ajouter touts les revenus primaires reçus de ceux-ci. On obtient alors le RNB, revenu national brut.

58 En ajoutant au produit intérieur le montant des salaires et des revenus de la propriété reçus du Reste du monde, et en enlevant de ce total les montants correspondants versés au Reste du monde, ainsi que le solde des subventions et des impôts sur la production et les importations, reçus du - ou versés au - Reste du monde, on obtient le Revenu National Brut. RNB = PIB + Revenus des facteurs reçus du RDM Revenus des facteurs versés au RDM + Subvention reçues du RDM Impôts sur la production

59 Passage de Produit à Revenu La différence entre PIB et RNB de la France est relativement faible. Pour un pays qui accueille de très nombreuses entreprises étrangères sur son sol alors que lui-même exporte peu de capitaux, l écart entre PIB et RNB (PNB) est important et il est évident qu il faut utiliser le RNB pour avoir une image satisfaisante de sa richesse.

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25 : COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 341 II. LISTE DES TABLEAUX... 341 III. PRESENTATION... 342 IV. METHODOLOGIE... 342 V. DÉFINITIONS... 342 VI. SOURCES DE DOCUMENTATION...

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES

Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Tableaux annexes OPTIQUE TRÉSORERIE, ÉLÉMENTS DU COMPTE DE CAPITAL, ASSURANCE-DOMMAGES Le résultat et le revenu agricoles en optique trésorerie Les comptes de l'agriculture se sont alignés, depuis la base

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan général du cours 1 Introduction: présentation de la

Plus en détail

Chapitre 1 La Production et ses transformations. Définition de la production par l Insee. Productions marchande et non marchande

Chapitre 1 La Production et ses transformations. Définition de la production par l Insee. Productions marchande et non marchande Chapitre 1 La et ses transformations 1.Définitions, typologies et évolutions Qu est-ce que produire? s marchande et non marchande s matérielles et immatérielles et productivité 2. Les unités et les facteurs

Plus en détail

ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008

ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008 ATELIER/SEMINAIRE AFRITAC de l OUEST TITRE ELABORATION DES DOCUMENTS METHODOLOGIQUES DES COMPTES NATIONAUX ET PREPARATION AU PASSAGE AU SCN2008 DATES 16 au 20 juin 2014 LIEU Lomé, TOGO COORDINATION AFRITAC

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

Les comptes de patrimoine non financier

Les comptes de patrimoine non financier Les comptes de patrimoine non financier Ronan MAHIEU Département des Comptes Nationaux I) Un compte étroitement articulé avec les comptes de flux L exemple de la machine à laver de la laverie automatique

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

2. MÉTHODOLOGIE. Schéma 2.1: Schéma de compte de patrimoine dans le SEC 1995

2. MÉTHODOLOGIE. Schéma 2.1: Schéma de compte de patrimoine dans le SEC 1995 Version intégrale 2. MÉTHODOLOGIE Le stock de capital (SDC) fait partie intégrante du Système européen des comptes nationaux et régionaux 1995 (SEC 1995). En premier lieu, le SDC est un des éléments des

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

A qui profite le logement cher?

A qui profite le logement cher? A qui profite le logement cher? L envolée des loyers et des prix immobiliers a rendu l accès au logement de plus en plus difficile, avec des coûts fixes qui grèvent fortement le pouvoir d achat des locataires.

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr

Glossaire. Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Extrait de : Panorama des administrations publiques 2009 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264061675-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009), «Glossaire»,

Plus en détail

Résultats comptables des entreprises à La Réunion en 2010

Résultats comptables des entreprises à La Réunion en 2010 Résultats comptables des entreprises à La Réunion en 010 Julie Boé, Chargée d études 05.1.13 Un nouveau dispositif d enquête, Esane Un nouveau dispositif d enquête depuis 008 : Esane Une nouvelle nomenclature

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition

Glossaire. Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Extrait de : La mesure du capital - Manuel de l'ocde 2009 Deuxième édition Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264067752-fr Glossaire Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013.

Ainsi, les utilisateurs auront à leur disposition une série cohérente et complète portant sur la période 1974 à 2013. N 688 Les Tableaux Economiques d Ensemble 2002 à 2013 Introduction Nous mettons à la disposition des divers utilisateurs une nouvelle série de Tableaux Economiques d Ensemble (TEE) pour les années 2002

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE)

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE) 1. LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996 relatif aux statistiques

Plus en détail

Cours de L2 de Comptabilité Nationale premier semestre :

Cours de L2 de Comptabilité Nationale premier semestre : http://eco.um1.free.fr Cours de L2 de Comptabilité Nationale premier semestre : Examen mi semestre le Samedi 26 octobre. Ça sera Introduction + Chapitre 1 + TES + exercices série 1 et 2. Coefficients techniques,

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? F. Lenglart, J. Magniez, A. Vanoli

Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? F. Lenglart, J. Magniez, A. Vanoli Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? F. Lenglart, J. Magniez, A. Vanoli Quelle vision d ensemble pour la comptabilité nationale? Le cadre central des comptes : acquis, innovations et

Plus en détail

Comptabilité nationale

Comptabilité nationale Comptabilité nationale Cours L2 2015-2016 Chapitre 3 signification terme? NOMenclature : nommer pour classer et compter CN = construction CN = photographie de la réalité mais avec un instrument donné et

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Lettre de demande de données pour l Annuaire des SFP 2014 RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Récapitulatif des modifications apportées au système de classification

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Un compte d activité de la banque de détail en France?

Un compte d activité de la banque de détail en France? Suites du rapport«lignes de métiers bancaires» Un compte d activité de la banque de détail en France? Emilie Crété, Direction Générale des Statistiques/SESOF BANQUE DE FRANCE 1 Plan I. Contexte II. Exploitation

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE

ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR COMPTES DE COMMERCE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E ANNEXE À LA LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2015 COMPTES DE COMMERCE NOTE EXPLICATIVE Sont développées dans le présent document les évaluations de recettes et de dépenses

Plus en détail

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE

PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE PARTIE I PRESENTATION DE LA TECHNIQUE ET DE L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE I LES PRINCIPES DE LA LOGIQUE COMPTA SECTION I LE PRINCIPE DE LA COMPTABILITE EN PARTIE DOUBLE I Le fonctionnement de l entreprise

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT - 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Passage des S.I.G. selon le P.C.G. (analyse juridique) aux S.I.G. selon la Centrale de Bilans de la Banque

Plus en détail

mis à jour le 2 juin 2014

mis à jour le 2 juin 2014 mis à jour le 2 juin 2014 Réponses aux questions fréquemment posées sur le passage au 6 ème Manuel de balance des paiements et de la position extérieure globale (BPM6) et sur la disponibilité des données

Plus en détail

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE

DOSSIER N 4: LES COUTS FIXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE BAC PRO LOGISTIQUE: GESTION QUANTITATIVE DOSSIER N 4: LES COUTS IXES ET VARIABLES EN LOGISTIQUE Objectif : Calcul et appréciation des différents coûts logistiques.(rappels) Dans l optique de la réalisation

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan 1 Définitions et mesures Définition 2 la VAN Critère

Plus en détail

Chapitre 2 : Les facteurs de production

Chapitre 2 : Les facteurs de production Chapitre 2 : Les facteurs de production Introduction Introduction (1) Production : Emploi des ressources nécessaires à la création des biens et des services => Combinaison des facteurs de production Travail,

Plus en détail

Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale

Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale La publication des Nations Unies : «Statistiques de comptabilité nationale : principaux agrégats et tableaux détaillés»

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 7 1 Deuxième partie du

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009

NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 NORME IAS 02 STOCKS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 02 : STOCKS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3 1.1.2. Le champ d application

Plus en détail

Le bilan et le compte de résultat

Le bilan et le compte de résultat Le bilan et le compte de résultat L entreprise enregistre un très grand nombre d opérations : cet ensemble considérable d informations doit être résumé et structuré. Deux documents de synthèse sont donc

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

«S.E.S» Sciences économiques et sociales

«S.E.S» Sciences économiques et sociales «S.E.S» Sciences économiques et sociales Qu est-ce qu une entreprise? Partie 1 : Entreprises et Production Qu est-ce qu une entreprise? Partie 1 : Entreprises et Production Qu est-ce qu une entreprise?

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

Les écritures de régularisation Les travaux relatifs aux stocks

Les écritures de régularisation Les travaux relatifs aux stocks Chapitre VI Les écritures de régularisation Les travaux relatifs aux stocks Introduction A la fin d un exercice comptable, la nouvelle situation de l entreprise doit être résumée dans un nouveau bilan.

Plus en détail

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE

CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE CHAPITRE 1 - REVISIONS DES PRE REQUIS L ORGANISATION COMPTABLE La comptabilité financière d une entreprise s organise de la façon suivante : PIECES JUSTIFICATIVES Factures, pièce de caisse, livre de paye,

Plus en détail

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements :

L INVESTISSEMENT. 1-Les différents types d investissements. On distingue 4 types d investissements : L INVESTISSEMENT L investissement est le placement de sommes importantes par rapport à l activité courante d exploitation, dans un but d en retirer des bénéfices ou des économies. L investissement se distingue

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2. - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. -

MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2. - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. - MODE D'EMPLOI DES TABLEAUX 3.1 ET 3.2 - Tableau d'analyse du compte de résultat fiscal - - Sociétés soumises à l I.S. - Ce document reprend les éléments figurant sur les déclarations fiscales de résultats

Plus en détail

Chapitre VII : Les écritures de régularisation

Chapitre VII : Les écritures de régularisation Chapitre VII : Les écritures de régularisation L ajustement des comptes de gestion Dans la pratique, il peut y avoir un décalage dans le temps entre le moment où l entreprise a effectué une opération génératrice

Plus en détail

Comptabilité générale m.ka$h ^^!!

Comptabilité générale m.ka$h ^^!! Journal 1 LE JOURNAL LE JOURNAL, LE GRAND LIVRE, LA BALANCE Au lieu d être présentées dans des comptes schématiques les opérations commerciales sont enregistrées chronologiquement dans un registre appelé

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

SITUATION DE L ABSENTÉISME POUR CAUSE DE MALADIE EN 2009

SITUATION DE L ABSENTÉISME POUR CAUSE DE MALADIE EN 2009 SITUATION DE L ABSENTÉISME POUR CAUSE DE MALADIE EN 2009 SALARIÉS DU SECTEUR PRIVÉ Analyse de l absentéisme Méthodologie 1. Champs étudiés Sont retenues toutes les occupations de tous les salariés du secteur

Plus en détail

Etude de rentabilité de l enseigne DEMO

Etude de rentabilité de l enseigne DEMO Etude de rentabilité de l enseigne DEMO Toutes les données de cette étude sont issues des bilans et comptes de résultat publiés par les sociétés*. Chaque société est identifiée par son n de département

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Les branches d'activité

Les branches d'activité Les branches d'activité Une entreprise qui est une unité institutionnelle peut avoir plusieurs productions de natures différentes. Par exemple, une entreprise de transport routier qui a pour activité principale

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE RÉCAPITULATIF DES DOCUMENTS

DOSSIER TECHNIQUE RÉCAPITULATIF DES DOCUMENTS DOSSIER TECHNIQUE Ce dossier comporte : 6 pages numérotées de 1 à 6 Les documents du dossier technique vous seront indispensables pour réaliser les activités proposées dans le sujet. RÉCAPITULATIF DES

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

La nouvelle version du compte satellite des ISBL

La nouvelle version du compte satellite des ISBL Version intégrale La nouvelle version du compte satellite des ISBL Cette note présente les développements récents apportés au compte satellite des institutions sans but lucratif (ISBL). Le lecteur est

Plus en détail

Thème N 1 Ménages et consommation

Thème N 1 Ménages et consommation Thème N 1 Ménages et consommation Chapitre 1. Comment le revenu et les prix influencent - t - ils les choix des consommateurs? Objectifs Acquisitions de concepts et de méthodes et être capable d analyser

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Table des matières Caractéristiques 3 Performance économique 4 Performance résidentielle 12 Attractivité 19 Sources 32 Annexe : Glossaire

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 1 Objectifs Savoir définir, calculer et interpréter les soldes intermédiaires de gestion. Connaître les principaux retraitements des SIG. Pré-requis Notions sur

Plus en détail

Tableau synoptique - Les stocks

Tableau synoptique - Les stocks Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Tableau synoptique - Les Eléments de comparaison NCT 04 IAS 02 Tableau synoptique - Les Définition Les sont des

Plus en détail

A. Le traitement des charges par la comptabilité analytique de gestion

A. Le traitement des charges par la comptabilité analytique de gestion CHAPITRE 1 : Les Coûts Complets Les coûts peuvent être complets ou partiels, selon qu on y incorpore tout ou une partie des charges de la comptabilité générale. Tout au long de ce chapitre nous allons

Plus en détail