Ressources géothermiques du département de l Essonne (91)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ressources géothermiques du département de l Essonne (91)"

Transcription

1 , ou encore Ressources géothermiques du département de l Essonne (91) Rapport de synthèse BRGM/RP FR décembre 2008

2

3 Ressources géothermiques du département de l Essonne (91) Rapport de synthèse BRGM/RP FR décembre 2008 Étude réalisée dans le cadre des projets de Service public du BRGM M. Le Nir, S. Bézelgues, C. Ranquet, A.L. Szymanski G. Darricau, J. Lemale Vérificateur : Nom : A. Desplan Date : Signature : Approbateur : Nom : M. Le Nir Date : Signature : En l absence de signature, notamment pour les rapports diffusés en version numérique, l original signé est disponible aux Archives du BRGM. Le système de management de la qualité du BRGM est certifié AFAQ ISO 9001:2000. I M AVRIL 05

4 Mots clés : Essonne, Géothermie, Pompes à chaleur, Sondes géothermiques, Potentiel géothermique, Urbanisme, Chauffage urbain, Aquifères superficiels, Aquifères profonds. En bibliographie, ce rapport sera cité de la façon suivante : Le Nir M., Bézelgues S., Ranquet C., Szymanski A.L., Darricau G., Lemale J. (2009) - Ressources géothermiques du département de l Essonne(91). Rapport de synthèse. Rapport BRGM/RP FR, 51 p., 9 fig., 2 ann. BRGM, 2009, ce document ne peut être reproduit en totalité ou en partie sans l autorisation expresse du BRGM.

5 Synthèse L e Conseil général de l Essonne et le BRGM ont souhaité mener une évaluation du potentiel géothermique en Essonne en fonction des projets d urbanisme à venir sur le territoire. L objectif de cette étude est de : - promouvoir cette énergie ; - aider et informer les collectivités essonniennes des techniques et des possibilités d utilisation de la géothermie sur le département de l Essonne. Le Conseil régional d Île-de-France et l ADEME ont souhaité être associés à cette étude et à son financement. Le BRGM s est porté maître d ouvrage. Trois conventions distinctes ont donc été signées : - une convention Conseil général de l Essonne / BRGM ; - une convention Conseil régional et le BRGM ; - une convention entre l ADEME et le BRGM. Ce rapport est la synthèse de l étude réalisée. Le potentiel géothermique des aquifères superficiels de l Essonne est exploitable par pompe à chaleur. Il concerne, en Essonne, les aquifères superficiels de température d environ 12 C, Oligocène, Éocène supérieur, Éocène moyen et inférieur et Crétacé supérieur (Craie). Il est globalement favorable sur l ensemble de département, à l exception de deux zones au nord et au centre du département. Le sud et l ouest du département présentent des potentiels géothermiques forts. Le potentiel géothermique des aquifères profonds de l Essonne est exploitable par pompe à chaleur pour les aquifères les moins profonds de l Albien (température C), Néocomien/Barrémien (température C) et par échange direct de chaleur pour les aquifères plus profonds et plus chauds du Dogger (température C) et du Trias (température C). Le potentiel de l aquifère de l Albien-Néocomien- Barrémien est favorable dans les deux tiers est du département. Le potentiel de l aquifère Dogger est favorable dans la moitié est du département. Le Trias, plus profond et plus chaud, reste inconnu sur le plan de l exploitabilité. Le croisement du potentiel géothermique de chaque aquifère, avec les zones urbanisables, a permis d obtenir le potentiel géothermique exploitable sur le département de l Essonne, étant entendu que la géothermie ne se développera que de façon très marginale dans l habitat ancien par difficulté d adaptation de l existant, ou en milieu rural par manque de demande. Un regard particulier a été porté sur l utilisation de la géothermie en milieu rural pour des applications agricoles (serres). BRGM/RP FR Rapport de synthèse 3

6 Les surfaces urbanisables à examiner ont été fournies par le Conseil général sur la base des secteurs urbanisables inscrits au SDRIF. Cela a permis d évaluer le nombre maximum d équivalents logements de chacune de ces surfaces pouvant être techniquement chauffés par géothermie. La géothermie sur les aquifères superficiels de l Essonne permettrait d exploiter, sur les surfaces urbanisables, une puissance thermique de MW capable de fournir MWh pour environ 65 % des logements potentiellement constructibles sur l ensemble des communes du département de l Essonne, soit environ 50 % des besoins thermiques des secteurs urbanisables inscrits au SDRIF. Les ressources géothermiques sont excédentaires vis-à-vis des besoins pour 60 communes sur 180 ayant des projets d urbanisation. Ces puissances thermiques potentielles représentent une économie annuelle d émission de CO 2 d environ tonnes par rapport à une solution gaz naturel (GN). Sous les aquifères superficiels, plusieurs aquifères profonds sont également disponibles. Le coût d accès à ces ressources profondes les réserve à des projets de tailles importantes qui seuls pourront exploiter et rentabiliser le potentiel thermique d un captage. En complément de cette évaluation générale du potentiel essonnien, dix fiches projets et six possibilités de géothermie profonde au Dogger donnent des exemples de conditions économiques de réalisation de chauffage par géothermie pour différentes situations d urbanisme. Ces fiches projets présentent des typologies d aménagement variées. Elles ont pour objectif de fournir aux maîtres d ouvrages et aux aménageurs des exemples concrets d utilisation de la géothermie pouvant les aider dans leur décision de choix énergétique en amont de leur projet.. 4 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

7 Sommaire 1. Géothermie. Notion de potentiel géothermique DÉFINITION DE LA GÉOTHERMIE Émissions de CO 2 évitées par la géothermie sur pompe à chaleur Émissions de CO 2 évitées par la géothermie par échange direct (géothermie profonde) NOTION DE POTENTIEL GÉOTHERMIQUE Très basse énergie : aquifères superficiels (de 0 à 600 m) Basse énergie : aquifères profonds Avertissement concernant la lecture des cartes du rapport Types de géothermies et techniques correspondantes GÉOTHERMIE TRÈS BASSE ÉNERGIE GÉOTHERMIE BASSE ÉNERGIE GÉOTHERMIE MOYENNE ET HAUTE ÉNERGIE DIFFÉRENTES TECHNOLOGIES D EXPLOITATION GÉOTHERMIQUE Pompes à chaleur (PAC) Échange direct de chaleur Installations terminales de chauffage Potentiel des nappes superficielles Potentiel des nappes profondes EXPLOITABILITÉ CONDITIONS D EXPLOITATION DES NAPPES PROFONDES Taille des équipements utilisateurs Prise en compte de la salinité des aquifères Gestion de la réinjection Synthèse du potentiel essonnien Méthodologie des dix fiches projets et fiches géothermie profonde...27 BRGM/RP FR Rapport de synthèse 5

8 7. Boîte à outils PROCÉDURES TECHNIQUES AIDES TECHNIQUES ET FINANCIÈRES DÉMARCHES ADMINISTRATIVES ET RÉGLEMENTAIRES Conclusion Liste des illustrations Figure 1 : Schéma hydrogéologique du bassin de Paris Figure 2 : Doublets géothermiques avec différentes technologies de forage. Source BRGM 14 Figure 3 : Schéma de fonctionnement d'une pompe à chaleur à compression (cas de la production de chaleur). Source : d après BRGM 15 Figure 4 : Schéma d installations avec capteurs verticaux. Source : d après BRGM 17 Figure 5 : Schéma de principe du fonctionnement de la PAC réversible avec un puits de production. Source : d après BRGM 18 Figure 6 : Principe de l échange direct de chaleur. Source : d après BRGM 19 Figure 7 : Récapitulatif des différents types d exploitation et des usages associés Figure 8 : Couverture géothermique par aquifère et surfaces de serres potentiellement couvertes Figure 9 : Besoins thermiques couverts par la géothermie Liste des annexes Annexe 1 - Index Annexe 2 - Contacts des quatre partenaires BRGM/RP FR Rapport de synthèse

9 1. Géothermie. Notion de potentiel géothermique 1.1. DÉFINITION DE LA GÉOTHERMIE La géothermie se définit comme l exploitation de la chaleur stockée dans l écorce terrestre ayant pour origine à la fois le refroidissement du noyau terrestre et surtout la désintégration naturelle des éléments radioactifs contenus dans les roches profondes 1. L énergie géothermique est présente partout à la surface du globe ; elle se manifeste par le gradient géothermique (élévation de la température avec la profondeur) qui est en moyenne de 3,3 C. Des variations locales de gradient géothermique sont néanmoins observées ; elles sont reliées à l âge des formations géologiques et à leur composition. L énergie géothermique peut être utilisée pour le chauffage, la climatisation ou la production d électricité par le biais de différentes technologies. La possibilité de mettre en œuvre chacune de ces technologies dépend du contexte géologique et hydrogéologique. Figure 1 : Schéma hydrogéologique du bassin de Paris. Source : d'après Mégnien C., Synthèse géologique du bassin de Paris, ISBN , Editions du BRGM, 3 volumes. La géologie du bassin de Paris fait apparaître deux grandes entités différentes : - le socle antétriasique ; - le bassin sédimentaire, qui renferme les différents aquifères exploitables par la géothermie? 1 Varet J. (1982) - Géothermie basse énergie : usage direct de la chaleur. Masson. BRGM/RP FR Rapport de synthèse 7

10 L essentiel de la ressource en eau du Bassin parisien et notamment de l Essonne, provient des formations sédimentaires, du Tertiaire (Éocène et Oligocène) et de l ère secondaire (Trias, Jurassique et Crétacé, cf. Figure 1) et parfois du Quaternaire (Alluvions). La géologie et la morphologie de ces différents ensembles géologiques permettent de délimiter les différentes entités hydrogéologiques du bassin. L exploitation de la chaleur se fait par échange entre la chaleur du sous-sol et un fluide caloporteur qui véhiculera la chaleur dans les installations de surface. Un des moyens les plus répandus est l échange de chaleur avec les ressources en eau souterraine, qui sont à la température de leur profondeur. Un autre moyen est l échange direct avec le sous-sol lui-même. La connaissance de la géologie et des aquifères, qui sont exploitables en un lieu donné, est donc fondamentale pour le dimensionnement d une installation géothermique. Le sol se recharge thermiquement de manière continue par la circulation d eau de la nappe, les apports solaires dans la partie très superficielle et en cas d exploitation thermique alternée (chauffage/climatisation), quand la chaleur prélevée en période de chauffage est compensée par la chaleur réinjectée en mode rafraîchissement/ climatisation. Dans le cas d une utilisation exclusive de chaud, ou dans le cas d une utilisation chaud/froid déséquilibrée sur le plan du bilan thermique pluriannuel, la nappe peut également être rechargée thermiquement volontairement par l énergie solaire (via des capteurs solaires sur les toits des bâtiments à chauffer), pour limiter l impact thermique en aval hydraulique de l installation. Le gradient géothermique ne suffit pas en effet à assurer cette recharge Émissions de CO 2 évitées par la géothermie sur pompe à chaleur On estime qu un MWh produit par une PAC émet en moyenne trois fois moins de CO 2 qu un MWh produit par une chaudière à gaz. L utilisation d une PAC (géothermie sur permet d éviter de l ordre de 130 kg de CO 2 /MWh fourni Émissions de CO 2 évitées par la géothermie par échange direct (géothermie profonde) Le tableau suivant permet de voir que la géothermie profonde, quant à elle, a un rapport encore plus favorable, émettant entre 98 fois à 5 fois moins de CO 2 qu une chaudière gaz, selon la part de l énergie d appoint dans la conception du projet. Énergie CO 2 (en kg / MWh) C (en kg / MWh) Gaz (PCI) (*) ,55 Fioul lourd ,36 Fioul domestique ,64 Charbon 350 5,45 Électricité usage hivers ,65 8 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

11 Électricité usage permanent 90 24,55 Géothermie profonde 1 3 à 40 0,8 à 10 Bois 27 7, NOTION DE POTENTIEL GÉOTHERMIQUE Le potentiel géothermique d un territoire correspond au croisement des aptitudes du sous-sol à fournir de l énergie géothermique, avec la capacité de ce territoire et de ses équipements à exploiter cette ressource. L'évaluation du potentiel géothermique d une zone géographique vise à délimiter les zones les plus favorables au développement d installations géothermiques à partir d une analyse multicritères. Les critères permettant d évaluer ce potentiel sont différents selon le type de géothermie attendu : basse ou très basse énergie dans le cas de l Essonne (défini ci-dessous). Après l évaluation du potentiel de chaque aquifère sur le territoire de l Essonne, l évaluation de son potentiel géothermique a été appréciée pour les limites géographiques des zones nouvellement urbanisables ou sur lesquelles portent des projets de réhabilitation urbaine importants, étant entendu que la géothermie ne se développera que de façon très marginale dans l habitat ancien par difficulté d adaptation de l existant ou en milieu rural par manque de demande. Un regard particulier a été porté sur l utilisation de la géothermie en milieu rural pour des applications agricoles (serres) Très basse énergie : aquifères superficiels (de 0 à 600 m) Les aquifères superficiels, dont la profondeur est comprise entre 0 et 600 m, sont habituellement exploités par des installations géothermiques de très basse énergie associées à une pompe à chaleur (PAC). La définition des paramètres du potentiel géothermique de ces aquifères s appuie sur la méthodologie détaillée dans le Guide d aide à la décision pour l installation de pompes à chaleur sur nappe en Île-de- France 2. Le potentiel géothermique de chaque aquifère est obtenu par croisement géographique de quatre critères, en affectant à chacun d eux un coefficient de pondération. Les critères retenus sont l épaisseur saturée de l aquifère, la transmissivité 3 de l aquifère, la profondeur de la nappe, et l hydrochimie des eaux souterraines : 1 Géothermie par échange de chaleur directe, sans pompe à chaleur 2 Schomburgk S., Goyénèche O. et al. (2004) - Guide d aide à la décision pour l installation de pompes à chaleur sur nappe aquifère en région Ile-de-France Atlas hydrogéologique. BRGM/RP FR, 94 p., 10 fig., 28 cartes, 31 pl. h.t. 3 Voir Index BRGM/RP FR Rapport de synthèse 9

12 - l épaisseur de l aquifère et sa transmissivité sont retenues pour leur représentativité des débits potentiellement exploitables. Il s agit de critères de rendement de l exploitation ; - le critère profondeur de la nappe est retenu pour rendre compte de l accessibilité de la ressource en eau souterraine. Il s agit d un critère d investissement et de coût d exploitation qui intervient au niveau du coût de foration, du coût d équipement (type de pompe), du coût de fonctionnement (électricité pour faire fonctionner la pompe) ; - l hydrochimie des eaux souterraine est retenue car elle conditionne les équipements à mettre en place en fonction du pouvoir corrosif de l eau. Il s agit d un critère de coût des équipements (type de matériaux à utiliser pour éviter les problèmes de corrosion, de colmatage et d encroûtement) et de coût d exploitation (maintenance préventive et curative). Sur les aquifères superficiels, il a été remarqué, par l intermédiaire d une étude statistique, qu au-delà de 10 m de profondeur, et quelle que soit la profondeur jusqu à 100 m, les températures sont comprises entre 10,5 et 13 C. Il a donc été admis que la température moyenne est de l ordre de 12 C de façon constante et qu elle ne constitue pas un critère de sélection pour les aquifères situés entre 0 et 100 m Basse énergie : aquifères profonds Pour les aquifères plus profonds comme l Albien-Néocomien et le Dogger, les paramètres définissant le potentiel géothermique peuvent être légèrement différents de ce qui a été présenté précédemment. a) Piézométrie 1 Les aquifères profonds de l Albien, du Néocomien, du Dogger et du Trias sont captifs : ils sont contenus entre deux couches strictement imperméables et sont en charge. Les débits des nappes sont artésiens en Île-de-France, ce qui signifie qu en tout point de la nappe, la pression exercée par la nappe d eau sur la couverture imperméable de l aquifère est supérieure à la pression atmosphérique et l eau remonte dans le forage et présente naturellement en surface un débit de débordement. b) Température Nappes de l Albien et du Néocomien La température rencontrée dans les eaux des aquifères de l Albien et du Néocomien détermine le type d installation géothermique à mettre en place. Dans les zones où la température est trop faible (< 30 C ou < 60 C selon le type d émetteur de chaleur), un système associé à une PAC sur nappe sera nécessaire. Dans les zones où la 1 Voir Index 10 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

13 température est élevée (> 60 C), les systèmes de PAC pour la climatisation se révèleront peu efficaces, et des systèmes d échange direct pour le chauffage pourront être utilisés. Nappes du Dogger et du Trias Les températures rencontrées dans le Dogger en Île-de-France peuvent présenter de fortes variations, entre 55 et 80 C. Pour le Trias, les températures sont plus élevées, sans toutefois dépasser les 100 C en Essonne. D une manière générale, les eaux à cette température ne sont utilisables que pour des systèmes de chauffage par échange direct. La température détermine alors la puissance énergétique qui pourra être soutirée à l aquifère souterrain et conditionne ainsi l efficacité de l installation géothermique. Il s agit d un critère de rendement d exploitation important pour le dimensionnement des installations Avertissement concernant la lecture des cartes du rapport La notion d exploitabilité très faible sur une zone déterminée ne signifie pas que la réalisation d un forage ayant pour cible l aquifère considéré conduira à un débit nul. Il est possible d obtenir de faibles débits (entre 1 et 5 m 3 /h) qui seront peut-être suffisants pour des projets de taille individuelle. De plus, les cartes proviennent d études préexistantes réalisées à l échelle 1/ pour couvrir la région Île-de-France. Le présent rapport présente des agrandissements de ces cartes à l échelle du département de l Essonne, qui peuvent donner une fausse impression de détail. Tout projet de géothermie devra faire l objet d une étude de faisabilité détaillée avant le lancement de sa réalisation, ce qui permettra de déterminer les caractéristiques du sous-sol au droit du projet. BRGM/RP FR Rapport de synthèse 11

14

15 2. Types de géothermies et techniques correspondantes On distingue la géothermie très basse énergie, la géothermie basse énergie, la géothermie moyenne énergie et la géothermie haute énergie GÉOTHERMIE TRÈS BASSE ÉNERGIE La géothermie très basse énergie correspond à l utilisation des ressources thermiques dont la température est inférieure à 30 C. À cette température, l exploitation de la ressource nécessite la mise en place d une pompe à chaleur (PAC) qui prélève l énergie de la source de chaleur à basse température (roche, nappe aquifère) pour augmenter la température d un fluide secondaire jusqu à une température compatible avec l usage. La ressource géothermique de très basse énergie correspond à l énergie naturellement présente dans le proche sous-sol ou dans les aquifères peu profonds. Elle est fréquemment exploitée en Île-de-France, particulièrement bien pourvue en nappes aquifères à faible profondeur. En Essonne, cette ressource géothermique concerne les aquifères superficiels, Oligocène, Éocène supérieur, Éocène moyen et inférieur, Crétacé supérieur (Craie) et l aquifère profond de l Albien GÉOTHERMIE BASSE ÉNERGIE La géothermie basse énergie correspond à l utilisation des ressources thermiques dont la température est comprise entre 30 et 90 C. Ces ressources sont exploitables de plusieurs manières, en fonction de la température de la ressource : soit par échange direct de chaleur, soit par l intermédiaire d une pompe à chaleur (PAC). Dans l Essonne, ces températures peuvent être atteintes à partir de 900 m de profondeur. On y trouve les aquifères du Néocomien-Barrémien pour l extrême nordest du département, du Lusitanien exploitable dans le nord-est du département, et du Dogger, exploitable dans le nord et la partie est du département. Le Trias, plus profond et plus chaud, reste inconnu sur le plan de l exploitabilité GÉOTHERMIE MOYENNE ET HAUTE ÉNERGIE Ces types d énergie géothermique correspondent à l utilisation des ressources thermiques (eau et vapeur) dont la température est comprise entre 90 et 150 C (moyenne énergie) ou supérieure à 150 C (haute énergie). Ces ressources sont BRGM/RP FR Rapport de synthèse 13

16 inconnues en Essonne où il faudrait descendre au-delà de m de profondeur pour espérer atteindre une température de 100 C DIFFÉRENTES TECHNOLOGIES D EXPLOITATION GÉOTHERMIQUE Selon la température de la ressource et l existence ou pas d un aquifère au droit du site visé, plusieurs technologies d exploitation sont envisageables : les technologies par échange de chaleur direct ou assistées par PAC par prélèvement sur nappes ou par échange sur sous-sol. Pour les dispositifs équipés de PAC, selon les besoins, il est possible de fournir du chaud, du froid ou les deux alternativement ou simultanément. Pour des raisons de protection quantitative de la ressource en eau souterraine, il est recommandé de pratiquer la réinjection de l eau géothermale dans l aquifère d origine. Cette technique permet de maintenir les pressions au sein du réservoir aquifère. Aussi, les dispositifs de pompage sans réinjection ne sont pas évoqués dans la présente étude. Sur le plan thermique, ce dispositif entraîne la création d une zone froide en mode chauffage ou d une zone chaude en mode climatisation, d extension progressivement croissante autour du forage d injection, sauf en cas de fonctionnement mixte chauffage/climatisation, qui est le mode de fonctionnement recommandé car permettant à la fois la plus grande densité des exploitations et le minimum d impact thermique dans le sous-sol. Figure 2 : Doublets géothermiques avec différentes technologies de forage. Source BRGM Dans le cas de l aquifère de l Albien, classé réserve stratégique d eau potable pour l Île-de-France l exploitation géothermique fonctionnant en doublet permet la réalisation de forages de secours à l Albien, directement opérationnel sans exploitation quantitative de l aquifère du fait de la réinjection. Un tel système peut être couplé rapidement à un système d Alimentation en Eau Potable (AEP) en cas de crise majeure, sans porter atteinte à la ressource le reste du temps. 14 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

17 Enfin, quelle que soit la technologie utilisée pour produire de la chaleur ou du rafraîchissement, les dispositifs terminaux doivent être compatibles avec le niveau de température de la chaleur fournie Pompes à chaleur (PAC) Si la température naturelle de la ressource en eau souterraine n'est pas suffisamment élevée pour mettre en pratique l échange direct de chaleur, le recours aux pompes à chaleur permet de produire de la chaleur et/ou de la fraîcheur. Figure 3 : Schéma de fonctionnement d'une pompe à chaleur à compression (cas de la production de chaleur). Source : d après BRGM Ce système fonctionne grâce à un apport extérieur d énergie mécanique : le compresseur est entraîné par un moteur électrique. La performance énergétique de la pompe à chaleur se traduit par le rapport entre la quantité de chaleur produite par celle-ci et l'énergie électrique consommée par le compresseur. Ce rapport est le coefficient de performance (COP) de la pompe à chaleur. Variable suivant les marques, il est d environ 3,5 pour la production de chaleur et de 3 pour la production de froid. PAC sur aquifère Le principe des pompes à chaleur sur nappe repose sur le prélèvement et le transfert des calories contenues dans les eaux souterraines. Il existe donc une infrastructure souterraine destinée à assurer le flux d eau depuis la nappe jusqu à son point de rejet, en passant par la PAC. BRGM/RP FR Rapport de synthèse 15

18 Le principe de fonctionnement est le même que dans le cas des échanges directs de chaleurs, mais ici, la boucle est complétée par la PAC : - prélèvement d eau souterraine ; Boucle géothermale - production de chaleur au niveau de la PAC ; - réinjection dans l aquifère d origine. Le dispositif de doublet géothermique est conservé et les mêmes précautions de dimensionnement et de réalisation doivent être prises (éviter les interférences hydrauliques et thermiques entre puits d injections et puits de production et entre doublet géothermiques et forages environnants, réalisation des forages conformément aux règles de l art ). Le fonctionnement en mode alterné chauffage/climatisation limite l impact thermique dans le sous-sol. PAC sur le sous-sol Dans ce cas, l énergie du sous-sol est directement exploitée et non la chaleur de l eau d un aquifère. Les PAC sur sol sont préférentiellement adaptées aux zones dépourvues de nappe d eau souterraine exploitable. Il existe deux types de capteurs, les sondes verticales et les capteurs horizontaux. Sondes verticales ou géothermiques Les sondes géothermiques correspondent à des capteurs géothermiques verticaux qui descendent à une profondeur généralement inférieure à 100 m, mais qui pourrait être supérieure. Elles sont également appelées «géosondes» ou «sondes sèches». Elles présentent l avantage d avoir une faible emprise foncière et sont donc adaptées aux projets où la surface disponible est limitée. La sonde correspond à deux tubes en U en matériau synthétique placés dans le forage. Le contact entre ce capteur et le sous-sol se fait par l intermédiaire d un mélange de ciment et de bentonite. Le système est parcouru par un liquide antigel a priori de qualité alimentaire qui est ensuite mené à la PAC en surface au moyen d une simple pompe de circulation (cf. Figure 4). La capacité de prélèvement de chaleur dépend du contexte géologique et de la nature des roches traversées (conductivité thermique ). Elle est de l ordre de 50 W/m. Pour assurer des puissances comparables à celles prélevées sur aquifère, il est nécessaire d utiliser plusieurs sondes dont l implantation doit respecter certaines dispositions. On constitue alors un «champ de sondes». 16 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

19 Champ de sondes Figure 4 : Schéma d installations avec capteurs verticaux. Source : d après BRGM Capteurs horizontaux Les capteurs horizontaux permettent d exploiter la chaleur géothermique à très faible profondeur. Ces capteurs sont organisés en réseau de tubes horizontaux installés en boucles et enterrés à une profondeur allant de 60 cm à 1,20 m qui vont permettre le prélèvement de l énergie contenue dans le proche sous-sol. Généralement, la surface de terrain à mobiliser pour installer le capteur doit correspondre à 1,5 à 2 fois la surface habitable à chauffer. Installations mixtes Pompe à chaleur réversible Il est également possible d utiliser des installations mixtes, PAC réversibles, qui assurent la production de chaleur en hiver et la production de froid en été. Pour ce faire, il convient d inverser le sens de circulation du fluide frigorigène dans la PAC grâce à une vanne. Pour les dispositifs sur nappe souterraine qui fonctionnent en doublet, il existe deux configurations possibles. La configuration qui a le moins d impact thermique sur le sous-sol, par l alternance d injection refroidie et réchauffée au même point, est celle où seul le puits de production est équipé d une pompe d exhaure (cf. Figure 5). Le sens d écoulement de la nappe doit être pris en compte pour l implantation des forages. Thermofrigopompe Une pompe à chaleur produit simultanément du chaud et du froid. Certains bâtiments du tertiaire ont des besoins de froid et de chaud toute l année (cliniques, hypermarchés ). BRGM/RP FR Rapport de synthèse 17

20 Figure 5 : Schéma de principe du fonctionnement de la PAC réversible avec un puits de production. Source : d après BRGM Échange direct de chaleur Les installations fonctionnant par échange direct de chaleur utilisent les eaux géothermales et s intéressent donc aux nappes d eau souterraine dont la température est naturellement élevée (géothermie basse énergie). En Île-de-France, c est le cas des installations qui exploitent les eaux de l aquifère dit du Dogger. 18 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

21 Figure 6 : Principe de l échange direct de chaleur. Source : d après BRGM Installations terminales de chauffage L efficacité d un système géothermique est conditionné par les températures aller et retour des émetteurs de chauffage. Le dispositif sera d autant plus performant que les températures de ces émetteurs seront basses. On distingue généralement deux modes d émission de chaleur ou de froid : le mode hydraulique (radiateurs à eau, planchers chauffants et plafonds chauffants) ou aéraulique (ventilo-convecteurs, plafonds diffusant et poreux). Chacun de ces systèmes présente une plage d utilisation optimum, soit vis-à-vis des températures de fonctionnement, soit si l utilisation prédominante est le chauffage ou la climatisation. BRGM/RP FR Rapport de synthèse 19

22

23 3. Potentiel des nappes superficielles Les informations présentées dans ce chapitre sont issues pour parties de l étude du potentiel géothermique des aquifères superficiels d Île-de-France qui a servi à créer l outil d aide à la décision «Potentiel géothermique des aquifères superficiels en région Île-de- France» accessible sur Internet à l adresse : Trois nappes superficielles sont exploitables en Essonne : OLIGOCÈNE : Aquifère multicouche du Calcaire de Beauce, des Sables de Fontainebleau et du Calcaire de Brie Température : 12 C Profondeur : 0-60 m Débit : m 3 /h Puissance thermique maximum par forage de kw ÉOCÈNE SUPÉRIEUR : Aquifère multicouche du Calcaire de Champigny Température : 12 C Profondeur : m Débit : m 3 /h Puissance thermique maximum par forage de kw BRGM/RP FR Rapport de synthèse 21

24 ÉOCÈNE MOYEN ET INFÉRIEUR : Aquifère multicouche des Sables du Soissonnais et du Calcaire grossier Température : 12 C Profondeur : m Débit : m 3 /h Puissance thermique maximum par forage de kw Une quatrième nappe, à la perméabilité très variable, est insuffisamment connue à ce jour pour en garantir l exploitabilité : CRÉTACÉ SUPÉRIEUR : Aquifère de la Craie Température : 12 C Profondeur : m (vallée de l Orge et de la Renarde, où son exploitabilité a été prouvée) Débit : m 3 /h Puissance thermique maximum par forage de kw 22 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

25 4. Potentiel des nappes profondes 4.1. EXPLOITABILITÉ Deux nappes profondes sont exploitables en Essonne : CRÉTACÉ INFÉRIEUR : Aquifères multicouches de l Albien et du Néocomien-Barrémien Température : C Albien C Néocomien Profondeur : m Albien m Néocomien Débit (maxi testé de réinjection) : 120 m 3 /h Puissance thermique maximum par forage de à kw JURASSIQUE MOYEN : Aquifère du Dogger Température : C Profondeur : m Débit : m 3 /h dans la partie exploitable Puissance thermique maximum par forage de à kw Une troisième nappe, plus profonde et plus chaude, mais dont l exploitabilité n est pas encore connue, se trouve sous les nappes précédentes. Il s agit du TRIAS : Aquifère du Keuper, température espérée : C, profondeur : m, débit inconnu. BRGM/RP FR Rapport de synthèse 23

26 4.2. CONDITIONS D EXPLOITATION DES NAPPES PROFONDES Taille des équipements utilisateurs Une exploitation géothermique de ces ressources n est envisageable que pour des projets de grande envergure, en rapport avec les puissances thermiques pouvant être délivrés par un doublet de forage dans ces horizons (habitat collectif, équipements publics, etc.), qui seuls pourront permettre l amortissement de l investissement des forages profonds d exploitation et de réinjection Prise en compte de la salinité des aquifères Si les nappes de l Albien, du Néocomien et du Barrémien, ressources stratégiques en eau potable pour le bassin de Paris, ne posent aucun problème particulier de qualité des eaux, les nappes du Dogger et du Trias contiennent des eaux très chargées en sels et pouvant interagir avec les tubages métalliques des forages. Ce caractère nécessite une prise en compte spécifique dans la conception des installations, leur exploitation et leur maintenance Gestion de la réinjection La réinjection dans l Albien peut être source de difficultés. Si les débits exploitables sont de l ordre de 100 à 150 m 3 /h, la réinjection est peu connue. À ce jour, une seule exploitation à l Albien pratique la réinjection. Il s agit de la Tour Mirabeau à Paris (quai de Javel), où l exploitation et la réinjection se font actuellement à 80 m 3 /h. Le débit d exploitation et de réinjection initiaux étaient de 120 m 3 /h, puis le projet à été transformé avec une diminution des besoins thermiques. Un nouveau projet à l Albien devra vérifier la capacité de réinjection au droit du site. La réinjection dans le Néocomien-Barrémien n est pas connue. L exploitabilité de la nappe du Néocomien-Barrémien n est connue que par l exploitation de l ouvrage du CEA à Bruyères-le-Châtel (débit maximum autorisé : 150 m 3 /h) qui fonctionne sans réinjection. Tout projet au Néocomien-Barrémien devra être accompagné par un programme spécifique d étude de la réinjection à partir d un forage d essai. La réinjection dans le Dogger ne présente aucune difficulté. Il existe à ce jour en Essonne cinq exploitations du Dogger avec réinjection. 24 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

27 5. Synthèse du potentiel essonnien Potentiel géothermique du meilleur aquifère Aquifères superficiels Oligocène Éocène supérieur Éocène moyen et inférieur Craie Le potentiel géothermique des aquifères superficiels de l Essonne est globalement favorable sur l ensemble de département, à l exception de deux zones au nord et au centre du département, où le potentiel est faible (en jaune sur la carte). Le sud et l ouest du département présentent des potentiels géothermiques forts (en bleu sur la carte). L outil d aide à la décision «Potentiel géothermique des aquifères superficiels en région Île-de-France» accessible sur Internet à l adresse : permet en tout point d avoir une valeur approchée du débit d exploitation, du niveau de la nappe, de la profondeur et l épaisseur de celle-ci. Le potentiel de l aquifère de l Albien-Néocomien-Barrémien est favorable dans les deux tiers Est du département. Le potentiel de l aquifère Dogger est favorable dans la moitié Est du département. BRGM/RP FR Rapport de synthèse 25

28 Potentiel géothermique du meilleur aquifère Aquifères Profonds Albien Néocomien Barrémien Dogger 26 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

29 6. Méthodologie des dix fiches projets et fiches géothermie profonde Dix pré-études ont été réalisées à titre d exemple, pour fournir des ordres de grandeurs permettant de statuer sur l intérêt d une solution géothermique. Elles représentant une typologie de projets variée et ont été sélectionnées sur la base de projets identifiés en Essonne. Elles ne se substituent pas à une étude de faisabilité, qui demeure indispensable pour la bonne réalisation des projets. Chaque pré-étude se fait en plusieurs phases : - phase de recensement ou d évaluation des besoins (chauffage refroidissement eau dhaude sanitaire) à partir de l inventaire des caractéristiques du/des bâtiment(s) concernés. Les besoins de chauffage sont caractérisés par une puissance à fournir en kw pour la température la plus froide (-7 C dans l Essonne) et par des besoins à satisfaire sur une année en kwh, en fonction des DJU (degrés jours unifiés) du site ; - phase de détermination des hypothèses des principaux paramètres de la ressource (contexte géologique, caractéristiques prévisionnelles de la ressource : débit, profondeur, température, minéralisation, surface d implantation disponible pour les sondes verticales, emplacement du(des) site(s) de forage, conductivité thermique, puissance d extraction) ; - phase d analyse de l adéquation besoins-ressource en fonction des besoins évalués et des hypothèses de ressource établies dans les deux premières phases : dimensionnement des équipements, en fonction de la couverture totale ou partielle des besoins par la PAC 1, et bilan énergétique (TEP d hydrocarbures substituées, TEP économisées) et environnemental (émissions de CO 2 évitées) ; - phase de détermination des principes sommaires de distribution et d émission pour la(les) solution(s) retenues : principes de distribution (niveau de température), nature des émetteurs de chauffage (lois de régulation), systèmes d émission de froid (plancher, ventilo-convecteurs, Centrale de Traitement de l Air (CTA)), et nature de l appoint si nécessaire ; - phase de définition du système de production : implantation du site de forage (prise en compte des contraintes de forage), conditions de rejet, écartement des forages (production et réinjection) et contraintes réglementaires spécifiques. - phase d évaluation des investissements : équipements nécessaires pour la(les) solution(s) retenue(s) ; 1 Une configuration avec 50 % de la puissance nécessaire a été envisagée, car cela peut suffire à fournir 80 % des besoins et donc conduire à une réduction significative de l investissement de production (par exemple, un seul doublet au lieu de deux nécessaires). Cette variante s avère systématiquement intéressante pour les champs de sondes. BRGM/RP FR Rapport de synthèse 27

30 - phase d évaluation des coûts d exploitation : coûts liés à l énergie (électricité de pompage, électricité de distribution, appoint), coûts liés à la conduite et à l entretien courant des installations, au gros entretien et/ou au renouvellement, aux visites périodiques (réglementaires), à la gestion, aux assurances (responsabilité civile et garantie SAF), aux taxes, etc. ; - phase d étude des premiers éléments économiques : surcoût d investissement et économie d exploitation par rapport à une solution au gaz naturel, temps de retour brut et temps de retour net (avec subvention). Sauf cas contraire stipulé, le gaz naturel sera l énergie de référence. Compte tenu des évolutions du système d aides (fonds chaleur), en cours de finalisation à la date de rédaction de ce rapport, l ADEME et la région Île-de-France ont recommandé de prendre comme hypothèse un taux d aide de 30 % de l investissement ; - phase de synthèse-conclusion : bilans énergétiques, environnementaux et économiques (choix d une solution optimale, éventuelles solutions alternatives en cas d insuffisance de la ressource). Chauffage Froid Observations Immeubles de bureaux xx x /xx Selon région et conception architecturale Hôpitaux et cliniques xxx xxx Fonctionnement en thermofrigopompe Besoins de froid négatif ; fonctionnement en Hypermarchés, x xxx thermofrigopompe possible (régulation commerces complexe) Immeubles de logements xxx x Rafraîchissement pour conditions particulières (petits collectifs) Piscines Patinoires xxx xxx Efficace si synergie des besoins Serres agricoles xxx x Possibilité de stockage saisonnier Maisons individuelles en lotissement xx xx Réseau d eau de nappe + PAC individuelle Bien adapté : xxx ; Recommandé si indispensable : xx ; Amélioration du confort : x Figure 7 : Récapitulatif des différents types d exploitation et des usages associés. Dans les calculs, les ratios techniques et environnementaux couramment relevés sont : - COP global chaud : 3,5 / COP froid : 3 ; - débit nécessaire pour 1 kw chaud : 0,1 m 3 /h (ΔT = 6 C) ; - débit nécessaire pour 1 kw froid : 0,08 m 3 /h (ΔT = 13 C). Remarques générales Le rafraîchissement de locaux peut très souvent être obtenu par échange direct sans utiliser la PAC. Dans cette configuration, le débit nécessaire pour 1 kw froid est de 0,12 m 3 /h (ΔT = 6 C). On estime qu un MWh produit par une PAC émet en moyenne 3 fois moins de CO 2 qu un MWh produit par une chaudière à gaz, et ainsi que l utilisation d une PAC permet d éviter de l ordre de 130 kg de CO 2 /MWh fourni. 28 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

31 Pour les systèmes par échange direct, on déterminera la température de retour au puits de rejet, de façon à obtenir un ΔT le plus élevé possible, la température de la ressource étant fixée. Pour les systèmes utilisant les PAC, la performance sera d autant meilleure que l écart de température entre la source et le milieu à chauffer sera faible. Il faut noter également que la majorité des PAC permettent d assurer à leur sortie une température maximale de 55 à 60 C. Pour l exploitation par sondes, il a été considéré un prélèvement moyen égal à 50 W/ml de sonde. La valeur exacte n est connue qu à l issue du test réalisé sur la première sonde du champ. La puissance (chauffage et eau chaude sanitaire) d un logement neuf standard a été fixée à 2,2 kw pour le chauffage, à 0,5 kw pour l eau chaude sanitaire, et sa consommation annuelle a été estimée à 7,7 MWh, dont 3 MWh pour l eau chaude sanitaire. Ces valeurs prennent en compte la surpuissance des installations. Les tableaux ci-après récapitulent les pré-études réalisées pour les dix projets d urbanisation sélectionnés en Essonne, ainsi que les six opérations réalisables au Dogger. Les caractéristiques du sous-sol du département de l Essonne (91) sont globalement favorables à des applications géothermiques sur l ensemble du territoire. Les cas étudiés recouvrent une grande diversité de nature et d importance de besoins thermiques à satisfaire, qu il est essentiel de mettre en adéquation avec la ressource disponible. Aucun des cas étudiés dans ce chapitre ne présente des besoins thermiques suffisamment importants pour amortir l investissement d un doublet exploitant l aquifère du Dogger (10 M ). Néanmoins, il existe dans le département de l Essonne de nouveaux projets d envergure pouvant justifier une exploitation de cet aquifère, ainsi que des extensions d opérations existantes au Dogger, qui n ont pas fait l objet d études de cas. Les aquifères «intermédiaires» de l Albien et du Néocomien, aquifères en principe réservés à l alimentation en eau potable, ont également du mal à trouver leur rentabilité pour les seuls usages thermiques des cas étudiés ; ces aquifères s adressent à des projets suffisamment importants pour exploiter toute la capacité thermique des doublets que l on peut y réaliser. En revanche, les aquifères superficiels assistés par pompes à chaleur offrent de nombreuses possibilités pour les cas étudiés. Ils présentent des débits importants au droit des sites. On estime qu un débit de 100 m 3 /h d une ressource à 12 C permet d assurer le chauffage de 400 à 500 logements, dans la mesure où les précautions suivantes sont prises : - les émetteurs de chaleur doivent être basse température (planchers chauffants pour les logements, ventilo-convecteurs pour les bureaux et équipements de type supermarché, gymnase) ; BRGM/RP FR Rapport de synthèse 29

32 - il suffit généralement d assurer 50 % de la puissance de la PAC pour couvrir 80 % des besoins thermiques, les 20 % restants étant assurés par une production d appoint, ce qui améliore de façon non négligeable la rentabilité des investissements ; - une exploitation alternée de production de chaleur et de froid permet une meilleure rentabilité. Cette utilisation peut être envisagée pour des bureaux, crèches, maisons de retraites ou supermarchés (dans le cas d un supermarché, la production simultanée de chaleur et de froid est possible, via l utilisation d une thermofrigopompe). L utilisation de la ressource pour les deux usages est également recommandée pour la gestion thermique du sous-sol. Il est possible de climatiser avec la même machine thermodynamique que celle qui assure le chauffage. Dans certaines configurations, on peut rafraîchir directement sans utiliser la PAC, ce qui diminue de manière significative l énergie dépensée (c est une configuration étudiée sur le supermarché). Les aides financières des pouvoirs publiques, qui devraient évoluer favorablement (fonds chaleur), peuvent permettre d abaisser de manière substantielle le surcoût par rapport à une solution traditionnelle et donc générer un temps de retour très court. Les sondes géothermiques présentent à l heure actuelle des coûts relativement élevés qui exigent un dimensionnement à 50 % de la puissance de la PAC pour assurer une rentabilité acceptable des projets. Elles sont plus simples d entretien, celui-ci étant limité à la partie hors sol. En ce qui concerne les serres agricoles, les aquifères superficiels peuvent assurer les besoins de chauffage via une PAC dans des conditions économiques compétitives par rapport aux autres solutions de chauffage disponibles en milieu rural pour des surfaces de serres comprises entre 0,5 et 12 ha. 30 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

33 PAC SUR NAPPES Caractéristiques des ensembles raccordés Type d aménagement Création SITE 1 (1) SITE 3 SITE 4 P PAC = 100 % Pt P PAC = 50 % Pt Création Création Création Nature des locaux Hypermarché logements logements logements Nb équlogt, surface (m 2 ) Débit (m 3 /h) Sous-sol 290,0 175,0 531,0 354,0 Surface 544,0 189, ,6 628,8 Total 834,0 364, ,6 982, m P chaud (chauffage+ ECS) (kw c) Consommation annuelle (MWh c) P froid (kw f) Consommation annuelle froid (MWh f) Exploitation de la ressource géothermale Aquifère Éocène moyen et inférieur Éocène moyen et inférieur Éocène moyen et inférieur Éocène moyen et inférieur Nombre de doublet Température ( C) Profondeur forage (mètres) Distance entre puits (mètres) > 80 > 80 > 80 > 80 Bilan énergétique et environnemental Taux de couverture géothermique (%) Puissance PAC (kw) 615 chaud froid COP et EER de la PAC 3,5 chaud 3,0 froid 3,5 3,5 3,5 Hydrocarbures substitués (tep/an) Economie en énergie primaire (tep/an) CO 2 évitée (tonnes/an) Bilan économique Coûts d investissements (k ) Surcoût / Solution GN 283,0 305, ,9 627,2 Économie d exploitation (k ) 29,5 32,8 154,4 156,1 TRB 9,6 9,3 8,3 4,0 TRN 9,6 6,0 5,1 2,1 Montant subvention (k ) 0 109,3 491,6 294,8 Solution de référence Chaudière GN et groupe frigorifique Chaudière GN Chaudière GN Chaudière GN (1) Ce projet ne peut bénéficier de subvention, car il est réalisé par une entité privée et la puissance de l installation est inférieure à 4 MW. BRGM/RP FR Rapport de synthèse 31

34 PAC SUR NAPPES SITE : Site A 6.2 : site B SITE 7 SITE 11 Caractéristiques des ensembles raccordés Type d aménagement Réhabilitation Réhabilitation Création Création Nature des locaux Groupe scolaire, COSEC Groupe scolaire, Centre de loisirs Bureaux 750 logts, m 2 bureaux, Nb équlogt, surface (m 2 ) m m m 2 un groupe scolaire P chaud (chauffage+ ECS) (kw c) Consommation annuelle (MWh c) 995 (après réhabilitation) 730 (après réhabilitation) P froid (kw f) Consommation annuelle froid (MWh f) 472 Exploitation de la ressource géothermale Aquifère Éocène moyen et inférieur Éocène moyen et inférieur Éocène moyen et inférieur Néocomien Nombre de doublet Température ( C) Profondeur forage (mètres) Débit (m 3 /h) m 3 /h chacun 73 Distance entre puits (mètres) > 80 > 80 > Bilan énergétique et environnemental Taux de couverture géothermique (%) Puissance PAC (kw) au total COP et EER de la PAC 3,5 3,5 3,5 / 3,0 3,5 Hydrocarbures substitués (tep/an) Économie en énergie primaire (tep/an) CO 2 évitée (tonnes/an) Bilan économique Coûts d investissements (k ) Surcoût / Solution GN 377,2 332,9 677, ,8 Économie d exploitation (k ) 31,1 20,8 101,4 226,4 TRB 12,1 16,0 6,7 28,0 TRN 7,7 10,4 3,8 17,7 Montant subvention (k ) 137,8 116,3 294, ,5 (2) Solution de référence Chaudière GN Chaudière GN Chaudière GN et groupe frigorifique Chaudière GN et groupe frigorifique (2) Une rentrée financière voisine de k ramène le coût du MWh géothermique identique à celui du GN. 32 BRGM/RP FR Rapport de synthèse

35 PAC SUR NAPPES SITE 10 P PAC = 100 % Pt P PAC = 50 % Pt Caractéristiques des ensembles raccordés Type d aménagement Création Création Nature des locaux Habitat collectif Habitat collectif Nb équlogt, surface (m 2 ) P chaud (chauffage+ ECS) (kw c) Consommation annuelle (MWh c) P froid (kw f) Consommation annuelle froid (MWh f) Exploitation de la ressource géothermale Aquifère Éocène moyen et inférieur Éocène moyen et inférieur Nombre de doublet 3 2 Température ( C) Profondeur forage (mètres) Débit (m 3 /h) Distance entre puits (mètres) > 80 > 80 Bilan énergétique et environnemental Taux de couverture géothermique (%) Puissance PAC (kw) COP et EER de la PAC 3,5 3,5 Hydrocarbures substitués (tep/an) Économie en énergie primaire (tep/an) CO 2 évitée (tonnes/an) Bilan économique Coûts d investissements (k ) Sous-sol 522,0 348,0 Surface 912,2 531,1 Total 1 434,2 879,1 Surcoût / Solution GN 1 172,4 617,3 Économie d exploitation (k ) 83,1 81,2 TRB 14,1 7,6 TRN 8,9 4,4 Montant subvention (k ) 430,3 263,7 Solution de référence Chaudière GN Chaudière GN BRGM/RP FR Rapport de synthèse 33

GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR)

GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR) GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR) 1 RENSEIGNEMENTS SUR LE COMMANDITAIRE DE L ETUDE - Raison sociale du demandeur et statut juridique,

Plus en détail

Séance technique du CFGI

Séance technique du CFGI Séance technique du CFGI La géothermie de minime importance du 21 mai 2015 Xavier du CHAYLA Directeur de GEOTHER 2/20 rue Salvador Allende 92 000 Nanterre Tel : 01 55 17 16 10 Document protégés par Copyright.

Plus en détail

ÉVALUATION DU POTENTIEL GÉOTHERMIQUE DE L ESSONNE

ÉVALUATION DU POTENTIEL GÉOTHERMIQUE DE L ESSONNE ÉVALUATION DU POTENTIEL GÉOTHERMIQUE DE L ESSONNE Synthèse de l étude Ressources géothermiques dudépartement de l Essonne Réalisée en 2009, en partenariat avec : CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENJEUX ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

Fonds Régional d Excellence Environnementale (FREE) 2015. Opération de géothermie intermédiaire avec Pompe à Chaleur Hors Particuliers -

Fonds Régional d Excellence Environnementale (FREE) 2015. Opération de géothermie intermédiaire avec Pompe à Chaleur Hors Particuliers - Fonds Régional d Excellence Environnementale (FREE) 2015 Opération de géothermie intermédiaire avec ompe à Chaleur Hors articuliers - Cette procédure concerne uniquement les opérations de géothermie intermédiaire

Plus en détail

FICHE D ORIENTATION SRCAE RHÔNE ALPES

FICHE D ORIENTATION SRCAE RHÔNE ALPES Thème : Géothermie PAC réversibles et thermofrigopompes Titre : Favoriser les systèmes de production énergétique par géothermie réverversibles (production de chaud et de froid alternativement) ou les thermofrigopompes

Plus en détail

Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris. S. Lopez, V. Hamm

Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris. S. Lopez, V. Hamm Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris S. Lopez, V. Hamm le BRGM > le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) est le service géologique national

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Figure 1. Schéma de fonctionnement d une pompe à chaleur à compression

Figure 1. Schéma de fonctionnement d une pompe à chaleur à compression TECHNOLOGIE UTILISEE POMPE A CHALEUR EN GENERAL ET PLUS PARTICULIEREMENT AQUIFERE OU GENERIQUE Type d'usage Collectif Les pompes à chaleur (PAC) utilisant comme source froide les nappes d eau souterraine,

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

Potentiel de géothermie sur le Pays Sologne Val Sud. Xavier MOCH : xavier.moch-s2e2-ext@st.com

Potentiel de géothermie sur le Pays Sologne Val Sud. Xavier MOCH : xavier.moch-s2e2-ext@st.com Potentiel de géothermie sur le Pays Sologne Val Sud Xavier MOCH : xavier.moch-s2e2-ext@st.com LA GÉOTHERMIE : POUR QUOI FAIRE? 2 Utilisations de la géothermie Chauffer le bâtiment Produire l eau chaude

Plus en détail

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories Les pompes à chaleur ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds Elles valorisent les calories du sol ou de l eau des. nappes par le biais de réseaux de capteurs, de sondes ou de forages d eau.

Plus en détail

Géothermie dans les Ardennes

Géothermie dans les Ardennes Géothermie dans les Ardennes Comment initier et monter efficacement son projet 26 septembre 2013 Poix- Terron / Charleville- Mézières La géothermie adaptée au contexte ardennais Principes, éléments constitutifs

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

Géothermie dans les Ardennes

Géothermie dans les Ardennes Géothermie dans les Ardennes Comment initier et monter efficacement son projet 26 septembre 2013 Poix- Terron / Charleville- Mézières Méthodologie d un projet Choix des systèmes, outils d aide à la décision,

Plus en détail

La Géothermie en Région-Centre

La Géothermie en Région-Centre La Géothermie en Région-Centre Contexte régional de développement de l exploitation des ressources géothermales Division Géothermie du BRGM Orléans - www.transition-energetique.gouv.fr www.geothermie-perspectives.fr

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com LA POMPE A CHALEUR Les pompes à chaleur ou PAC sont capables d'assurer seules, c'est-à-dire sans autre générateur d'appoint, la totalité du chauffage et de la production d'eau chaude d'un bâtiment. Elles

Plus en détail

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Philosophie Constat : Les eaux usées recèlent de grandes quantités d'énergie. La source de chaleur se trouve à proximité

Plus en détail

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT 1 - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. - DESCRIPTION DU SITE. - BILAN DES MESURES DEPUIS

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement

La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement Qu est-ce que la géothermie? Définition La géothermie est l exploitation de l énergie thermique du sous-sol. Le gradient de la Terre est de 3

Plus en détail

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier

> Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier > Conseils - Etudes Thermiques - Coordination et suivi de chantier Conseil Le conseil auprès : - Des investisseurs - Des installateurs - Des architectes et bâtisseurs Etude Une étude personnalisée pour

Plus en détail

Synthèse de l étude préalable à l élaboration du schéma de développement de la géothermie en Île-de-France

Synthèse de l étude préalable à l élaboration du schéma de développement de la géothermie en Île-de-France Synthèse de l étude préalable à l élaboration du schéma de développement de la géothermie en Île-de-France Rapport final BRGM/RP-61325-FR Janvier 2012 A. Bel, A. Poux, O. Goyénèche, D. Allier, G. Darricau,

Plus en détail

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel»

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DE L ENERGIE SOLAIRE LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» Contexte : La

Plus en détail

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux.

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. veau de boucherie 2008-200200 Consommations d énergie en bâtiment veaux de boucherie Comité veau de boucherie FranceAgriMer Montreuil sous Bois Mardi 5 avril 20 Christophe Martineau Institut de l Elevage

Plus en détail

La filière géothermie très basse énergie en France

La filière géothermie très basse énergie en France La filière géothermie très basse énergie en France F Boissier, A Desplan, BRGM Le contexte : Enjeu croissant autour du changement climatique : Kyoto Les décisions politiques sont prises à tous les niveaux

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

l expert de la géothermie au service des villes durables

l expert de la géothermie au service des villes durables l expert de la géothermie au service des villes durables ÊTRE UTILE AUX HOMMES La géothermie : décryptage La géothermie constitue une formidable ressource énergétique disponible et locale, au plus près

Plus en détail

l offre économie d énergie France Air

l offre économie d énergie France Air l offre économie d énergie France Air les solutions à énergie renouvelable Le secteur du bâtiment est le premier consommateur d énergie en France. Il représente 43 % de l énergie consommée, et 25 % des

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments

Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments Utilisation de l eau de nappe pour le traitement thermique des bâtiments Christian GERINTE BARBANEL 26, villa Baudran 94742 Arcueil Cedex cgerinte@barbanel.fr Les nappes d eaux souterraines sont fréquemment

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Critères d éligibilité 1) CADRE DE L OPERATION 2) DESCRIPTION DU PROJET

Critères d éligibilité 1) CADRE DE L OPERATION 2) DESCRIPTION DU PROJET Appel à projet chaleur renouvelable Secteur Géothermie / Fiche d instruction Critères d éligibilité - Puissance délivrée par la d'au moins 50 kw, - COP machine égal ou supérieur à 3,7 et 4,0 respectivement

Plus en détail

Mercredi de l Info. Présentation du 16 avril 2014. Eau Géothermie Energie Environnement

Mercredi de l Info. Présentation du 16 avril 2014. Eau Géothermie Energie Environnement Mercredi de l Info Présentation du 16 avril 2014 Eau Géothermie Energie Environnement 1 SOMMAIRE 1. LES GRANDS PRINCIPES LES DIFFÉRENTES GÉOTHERMIES 2. LES ATOUTS 3. LES PROCÉDÉS 4. LES DOMAINES D APPLICATION

Plus en détail

La pompe à chaleur : comment ça marche?

La pompe à chaleur : comment ça marche? La pompe à chaleur : comment ça marche? Le principe d une pompe à chaleur est relativement simple : une pompe à chaleur, composée d un évaporateur, d un générateur à compresseur et d un condensateur, remplace

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS Fiche d intégration dans le logiciel RT 2012 : U22win de PERRENOUD 26/08/2013 Version 5.0.26 du 30/07/2013 La procédure suivante décrit la saisie

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

La PAC fonctionnement, Usages, dimensionnement

La PAC fonctionnement, Usages, dimensionnement La PAC fonctionnement, Usages, dimensionnement Journée de sensibilisation à la géothermie en Languedoc Roussillon 12 novembre 2013 - Espace Capdeville, Conseil Régional à Montpellier Jean-Marc Percebois

Plus en détail

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES Séminaire organisé par les étudiants du master Expertise et Traitement en Environnement GESTION DE L ÉNERGIE DANS L HABITAT : LES ÉNERGIES RENOUVELABLES SYLVAIN DELENCLOS 29 JANVIER 2015 Présentation téléchargeable

Plus en détail

Commune de La Ville Aux Clercs. Demande d autorisation d ouverture de travaux miniers (DODT) sur sondes géothermiques profondes

Commune de La Ville Aux Clercs. Demande d autorisation d ouverture de travaux miniers (DODT) sur sondes géothermiques profondes Demande de permis exclusif d exploitation géothermique (PEX) Demande d autorisation d ouverture de travaux miniers (DODT) sur sondes géothermiques profondes au titre de la Géothermie Basse Température

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

Les géothermies en France

Les géothermies en France Les géothermies en France Christian BOISSAVY Président de l Association Française des Professionnels de la géothermie CAP 15 - Paris - Mercredi 30 Avril 2014 La géothermie et la perception du public Des

Plus en détail

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Sommaire 1: géothermie et ENR 2: la sonde géothermique 3: dimensionnement d une sonde simple 4: dimensionnement d un champ de sondes 5: TRT Source: EED

Plus en détail

Fiche explicative détaillée #6 Appoints

Fiche explicative détaillée #6 Appoints Fiche explicative détaillée #6 Appoints 1 Objet et limites du document Ce document est intimement lié au CCTP type (cahier des clauses techniques particulières), spécifique aux systèmes de climatisation

Plus en détail

Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement

Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement Une expérience réussie de géothermie en région Rhône-Alpes : la CAF de Lyon Bilan des neuf années de fonctionnement José NAVETEUR (1), Christian BRUSS (2) (1) EDF Département EnerBat - BP 46-77818 Moret-sur-Loing

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

La géothermie très basse température assistée par PAC

La géothermie très basse température assistée par PAC La géothermie très basse température assistée par PAC Olivier GRIERE Paris, juin 2012 assistée par pompe à chaleur Olivier GRIERE Définition L ENERGIE GEOTHERMIQUE énergie emmagasinée sous forme de chaleur

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

Panneaux solaires thermiques

Panneaux solaires thermiques NOUVEAU Panneaux solaires thermiques Une solution chauffage 100 % fiable pour économiser l énergie. Ne choisissez plus entre confort et performance énergétique. Avec les solutions de capteurs solaires

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois

GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois LE GUIDE DU CHAUFFAGE GÉOTHERMIQUE Jean-Marc Percebois Deuxième édition 2011 2009, 2011 pour la présente édition, Groupe Eyrolles, ISBN : 978-2-212-13242-7 SOMMAIRE Z SOMMAIRE AVANT-PROPOS 5 ÉLÉMENTS DE

Plus en détail

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase Energie Solaire SA Version 16.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-solaire.com 1/29 Energie Solaire SA: Fondée

Plus en détail

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie.

Introduction. Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. Introduction Depuis tout temps, les hommes cherchent une énergie propre, viable ; cette énergie c est la géothermie. La géothermie par captage horizontal DÉFINITION La géothermie, du grec géo (la terre)

Plus en détail

GEOTWIN 2 LE BIEN-ÊTRE D UNE CHALEUR NATURELLE GEOTHERMIE. Fabricant français

GEOTWIN 2 LE BIEN-ÊTRE D UNE CHALEUR NATURELLE GEOTHERMIE. Fabricant français Fabricant français GEOTWIN 2 GEOTHERMIE Accessoires hydrauliques intégrés Une gamme complète de 45 à 65 C Mono et Bi-compresseurs LE BIEN-ÊTRE D UNE CHALEUR NATURELLE 30/35 C 40/45 C 47/55 C 55/65 C Mono-compresseur

Plus en détail

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE

La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE La chaleur qui vient du froid LE SYSTEME INTEGRAL DE CHAUFFAGE L ORIGINE C est dans les pays où il fait froid que l on sait mieux qu ailleurs produire et conserver la chaleur. Depuis plus de vingt ans

Plus en détail

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014

Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Les réseaux de chaleur en Île-de-France Marguerite MUHLHAUS DRIEE/SECV 13/06/2014 Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de l'énergie d'île-de-france www.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction

Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction Géothermie de moyenne profondeur et standards de construction Renaud Marcelpoix Fabrice Rognon www.csd.ch Février 2014 Sommaire Nouveaux standards de construction : l intérêt de la géothermie de moyenne

Plus en détail

GUIDE LES POMPES A CHALEUR AEROTHERMIE ET GEOTHERMIE. Les pompes à chaleur, le principe

GUIDE LES POMPES A CHALEUR AEROTHERMIE ET GEOTHERMIE. Les pompes à chaleur, le principe GUIDE LES POMPES A CHALEUR AEROTHERMIE ET GEOTHERMIE Les pompes à chaleur, le principe Les deux technologies de pompes à chaleur : aérothermie et géothermie Comment fonctionne une pompe à chaleur? LES

Plus en détail

TOUTE LA PUISSANCE DE LA GÉOTHERMIE

TOUTE LA PUISSANCE DE LA GÉOTHERMIE produc t ion d'eau chauffage aux énergies concep ts de chauffage chaude sani ta ire renouvel ables élec tr ique TOUTE LA PUISSANCE DE LA GÉOTHERMIE pompes À chaleur eau glycolée/eau ou eau/eau puissances

Plus en détail

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD

Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains. Valentin TRILLAT-BERDAL, Bernard SOUYRI, Gilbert ACHARD Les rencontres du PREBAT 20-22 mars 2007, Aix-les-Bains Synthèse du projet GEOSOL: Intégration énergétique dans les bâtiments par l utilisation combinée de l énergie solaire et de la géothermie basse température

Plus en détail

Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de

Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de Energies renouvelables en Nord-Pas de Calais : Quel gisement et quels modèles de développement? Contexte Depuis le début des années 1990, l Etat, l ADEME et la Région travaillent sur le développement des

Plus en détail

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils

Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie. Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Rehabilitation de la Maison de Radio France Création d une nouvelle géothermie Alexandre Teixera Maison de Radio France Olivier Grière G2HConseils Un pari architectural et une rénovation HQE - La mise

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Ecolane SE. Pompes à chaleur géothermique. www.geminox.fr. CRÉDIT D IMPÔT Selon la Loi de Finances en vigueur

Ecolane SE. Pompes à chaleur géothermique. www.geminox.fr. CRÉDIT D IMPÔT Selon la Loi de Finances en vigueur Ecolane SE Pompes à chaleur géothermique www.geminox.fr CRÉDIT D IMPÔT Selon la Loi de Finances en vigueur 0 modèles de pompes à chaleur géothermique Sol eau de 5, à 5,8 kw Avec ou sans production d eau

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude Les énergies Comment ça fonctionne Avantages Inconvénients Chauffage central - la chaleur est produite en un seul endroit : par une chaudière, des capteurs

Plus en détail

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné l: CLER Propositions géothermie - SRCAE Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie La géothermie, un potentiel insoupçonné Association CLER 2-Bât-B rue Jules Ferry 93100 Montreuil Tél : 01 55

Plus en détail

Comment mener à bien un projet de géothermie? De l importance de la collaboration entre bureau d études et entreprise spécialisée

Comment mener à bien un projet de géothermie? De l importance de la collaboration entre bureau d études et entreprise spécialisée Comment mener à bien un projet de géothermie? De l importance de la collaboration entre bureau d études et entreprise spécialisée 17 Novembre 2015 Bureau d études écorce Constance UYTTEBROUCK Entreprise

Plus en détail

GEOTHERMIE - SYSTEMES RAUGEO LA TERRE, SOURCE ÉCOLOGIQUE D ÉNERGIE. * Des solutions polymères à l infini www.rehau.fr. Bâtiment Automobile Industrie

GEOTHERMIE - SYSTEMES RAUGEO LA TERRE, SOURCE ÉCOLOGIQUE D ÉNERGIE. * Des solutions polymères à l infini www.rehau.fr. Bâtiment Automobile Industrie GEOTHERMIE - SYSTEMES RAUGEO LA TERRE, SOURCE ÉCOLOGIQUE D ÉNERGIE LE CHOIX DU BON SYSTÈME LA GEOTHERMIE SUR BOUCLE FERMEE est à ce jour le système utilisant les Énergies renouvelables pour le chauffage

Plus en détail

Le confort toute l année

Le confort toute l année Le confort toute l année Altherma de Daikin, c est une solution performante pour le chauffage de votre maison, mais pas seulement! C est aussi votre source d eau chaude sanitaire, ainsi que votre système

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

Le BRGM et l ADEME : les acteurs du développement de la géothermie

Le BRGM et l ADEME : les acteurs du développement de la géothermie Direction de la Communication et des Editions Attachée de Presse Laurence Guillemain : 02 38 64 39 76 l.guillemain@brgm.fr Le BRGM et l ADEME : les acteurs du développement de la géothermie Salon International

Plus en détail

LA GÉOTHERMIE SUR CHAMP DE SGV

LA GÉOTHERMIE SUR CHAMP DE SGV LA GÉOTHERMIE SUR CHAMP DE SGV Réalisation d une installation de PAC Géothermiques décentralisées sur boucle d eau froide couplées à un champ de 141 SGV de 205m de profondeur sur un site de 5 hectares

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE

RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE RÉSIDENTIEL COLLECTIF ET TERTIAIRE Production combinée de chaleur et d électricité SOLUTION POUR L INDUSTRIE Récupération de chaleur-rejets thermiques La ligne de produits ENEFCOGEN GREEN est conçue pour

Plus en détail

Géothermie : des techniques au service du développement durable

Géothermie : des techniques au service du développement durable Géothermie : des techniques au service du développement durable Dans le cadre du Grenelle de l Environnement, la France a confirmé ses engagements de diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase ENERGIE SOLAIRE SA, Bernard Thissen www.energie- solaire.com JPPAC 15, Lausanne 10.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-

Plus en détail

Le PROJET MICROGEO. Marc Altazin Directeur R et I

Le PROJET MICROGEO. Marc Altazin Directeur R et I Le PROJET MICROGEO Marc Altazin Directeur R et I ELÉMENTS DE CONTEXTE LE MARCHE EUROPEEN Le Marché des PAC Géothermale Marchés europeens marché très mature Filière du forage, très organisée Pas d intégration

Plus en détail

AMO pour la réalisation d études Energies Renouvelables (ENR)

AMO pour la réalisation d études Energies Renouvelables (ENR) Ensemble des missions AMO pour la réalisation d études Energies Renouvelables (ENR) Réaliser les études techniques nécessaires à la mise en oeuvre de nouveaux projets ENR ou à la réhabilitation d installations

Plus en détail

La géothermie. Hôpital Rivière-des-Prairies. Colloque-exposition SAN-TECH 2008. Avril 2008 EN PARTENARIAT AVEC

La géothermie. Hôpital Rivière-des-Prairies. Colloque-exposition SAN-TECH 2008. Avril 2008 EN PARTENARIAT AVEC La géothermie Hôpital Rivière-des-Prairies Colloque-exposition SAN-TECH 2008 EN PARTENARIAT AVEC 1 Participants André Rochette Ecosystem Yvette Fortier HRDP Michel Lapointe HRDP 2 L Hôpital Rivière-des-

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

CALIANE, TECHNOLOGIE SOL/EAU TERMEO, TECHNOLOGIE EAU/EAU 2 Nouvelles PAC géothermie : un concept modulable aux performances renforcées

CALIANE, TECHNOLOGIE SOL/EAU TERMEO, TECHNOLOGIE EAU/EAU 2 Nouvelles PAC géothermie : un concept modulable aux performances renforcées Communiqué de presse - JUIN 201 CALIANE, TECHNOLOGIE SOL/EAU TERMEO, TECHNOLOGIE EAU/EAU 2 Nouvelles PAC géothermie : un concept modulable aux performances renforcées S appuyant sur plus de 30 ans de savoir-faire

Plus en détail

ALFéA HYBRID DUO GAZ. HAUTE TEMPéRATURE 80 c

ALFéA HYBRID DUO GAZ. HAUTE TEMPéRATURE 80 c ALFéA HYBRID DUO GAZ Pompe à chaleur Hybride Avec appoint gaz condensation intégré HAUTE TEMPéRATURE 80 c Solution rénovation en remplacement de chaudière Faites connaissance avec... Alféa Hybrid Duo Gaz

Plus en détail

Pompes à chaleur Haute Performance. Air / Eau. Aquarea Haute Performance pour les nouvelles installations et les maisons basse consommation

Pompes à chaleur Haute Performance. Air / Eau. Aquarea Haute Performance pour les nouvelles installations et les maisons basse consommation Pompes à chaleur Haute Performance Air / Eau Aquarea Haute Performance pour les nouvelles installations et les maisons basse consommation Pompes à chaleur Haute Performance Nouvelle pompe à chaleur Aquarea

Plus en détail

HRC. 4,5 selon la norme EN 14511 COP POMPE À CHALEUR MODULANTE HAUTE TEMPÉRATURE 70 C. L'innovation certifiée depuis 1892. Jusqu à

HRC. 4,5 selon la norme EN 14511 COP POMPE À CHALEUR MODULANTE HAUTE TEMPÉRATURE 70 C. L'innovation certifiée depuis 1892. Jusqu à L'innovation certifiée depuis 1892 HRC 70 POMPE À CHALEUR MODULANTE HAUTE TEMPÉRATURE 70 C FLUIDE Le chauffage garanti même par grands froids! COP ÉCO BREVET Technologie protégée EXCLUSIF! Bénéficiez d

Plus en détail

LA POMPE À CHALEUR AU CŒUR DE VOTRE CONFORT. Association Française pour les Pompes A Chaleur

LA POMPE À CHALEUR AU CŒUR DE VOTRE CONFORT. Association Française pour les Pompes A Chaleur LA POMPE À CHALEUR AU CŒUR DE VOTRE CONFORT 1 UTILISONS L ÉNERGIE RENOUVELABLE DISPONIBLE À TOUT INSTANT DANS L EAU, L AIR ET LA TERRE UN PANEL REPRÉSENTATIF DE MEMBRES QUI SOMMES NOUS? L association regroupe

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse :

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : Valable jusqu au : Type de bâtiment : Année de construction : Surface habitable : Adresse : Diagnostic pour les logements à chauffage individuel ------------------------------------------------------------------------------ Les consommations sont établies à partir d un calcul conventionnel Diagnostic

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Géothermie & Aquathermie

Géothermie & Aquathermie Mardi 19 Juin 2012 en LORRAINE Géothermie & Aquathermie Espace INFO ÉNERGIE Centre&Ouest Vosges Pierre Pellégrini Conseiller énergie Quelles sont nos missions? Sensibiliser, informer, conseiller de façon

Plus en détail

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX.

PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. PUITS CANADIEN ET VMC DOUBLE FLUX. source Helios Le puits canadien ou provençal, comme la ventilation mécanique double flux, s inscrivent dans la nouvelle politique de construction. Le premier est très

Plus en détail

Les pompes à chaleur (PAC)

Les pompes à chaleur (PAC) Les pompes à chaleur (PAC) Principes de fonctionnement La pompe à chaleur fonctionne comme un réfrigérateur, machine thermodynamique composée d un circuit fermé dans lequel circule un fluide frigorigène

Plus en détail