Protéinurie et hématurie. Protéinurie. Dépistage. Définition. Glomérulaire. Types. Benoit Duclos Urologue CSSS Gatineau 8 février 2012.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Protéinurie et hématurie. Protéinurie. Dépistage. Définition. Glomérulaire. Types. Benoit Duclos Urologue CSSS Gatineau 8 février 2012."

Transcription

1 Protéinurie et hématurie Protéinurie Benoit Duclos Urologue CSSS Gatineau 8 février 2012 > 150 mg/24h Définition 60 ans Dépistage Isolée: sans Symptôme ❿ créat Sédiment anormal < 60 ans avec facteurs de risque Db HTA Autres maladies néphrosclérogéniques Glomérulaire Tubulaire Regorgement (overflow) Types Glomérulaire De très loin la plus fréquente Seule qui donne dipstick + Db Glomérulopathies Orthostatique Exercice Généralement <2g/j

2 Tubulaire Défaut de réabsorption des protéines a/n tubules Maladies tubulo interstitielles B2 microglobulie Syndrome de Fanconi Malaides du métabolisme des acides aminés Regorgement sévère de production de protéines Dépasse la capacité de filtration/réabsorption Myélome multiple Leucémie Rhabdomyolyse (myoglobine) Hémolyse (hémiglobine) Dipstick - Dipstick - Dipstick Échelle semiquantative: Trace: mg/dl (300 mg/j) 1+: mg/dl 2+: mg/dl 3+: mg/dl 4+: >1000 mg/dl Influencé par hydratation Très spécifique Peu sensible ( - si < 300mg/j) 2 dipsticks + Sédiment urinaire Collectes 24 h x 2 Investigation Calculer le ratio protu/créatu Ajuster les unités Spot urinaire Corrèle la protu quotidienne/1.73m 2 Biochimie Écho rénale Investigation En résumé Sédiment négatif ProtU transitoire (exercice) ProtU orthostatique (rare > 30 ans) Collecte orthostatique protu/créatu orthostatique ProtU persistante Maladie sous-jacente» Rénale» Cardiaque

3 En résumé En résumé Définitions Hématurie Dipstick détecte 1-2 GR/champs. Très sensible, peu spécifique Hématurie significative: > 4 GR/champs à 2 reprises Prévalence: 2% Urines rouges Diagnostique Différentiel

4 Selon âge 40 ou 40 ans Classification Selon l origine anatomique Glomérulaire ou non-glomérulaire Selon la durée Transitoire ou persistante Calculs Selon âge Tout âge 40 ans 40 ans Thin basement membrane Infections Trauma HBP Néphropathie IgA Reins éponges Glomérulonéphrite focale Exercice Néo transitionnel Cancer rein Selon l origine Selon l origine Glomérulaire GR dysmorphiques Cylindres Protéinurie 20% des glomérulonéphrites (bx +) auront hématurie isolée Selon l origine: glomérulaire Glomérulaire 50 ans Néphropathie IgA Thin basement membrane disease Néphrite héréditaire (Alport) Autres glomérulonéphrites focales 50 ans IgA Néphrite héréditaire (Alport) Autres glomérulonéphrites focales

5 Non glomérulaire haute 50 ans Calculs Infection Mx polykystique Reins éponges Hypercalciurie Trauma rénal Nécrose papillaire Malformations AV Anémie falciforme Infarctus rénaux 50 ans Calculs Cancer rein Mx polykystique Infections Cancer bassinet Nécrose papillaire Infarctus rénaux Sténoses urétérales Infections Cystite Urétrites Parasitoses Non glomérulaire basse Cancer vessie Calculs Hbp Sténoses urétrales Exercice Factieuse Idiopathique Histoire Investigation Fréquence, durée Caillots, forme T, brûlements mictionnels Calculs, infection IVRS récente GN post strep, IgA Colique rénale Calculs, infarctus rénal Sx urinaires Hbp Hx gynéco, menstruation Perte poids Médication ATCD familiaux Anémie falciforme Néphrite héréditaire Maladie polykystique du rein Sclérose tubéreuse Von Hippel Lindau Cancer héréditaire du rein

6 Facteurs de risque ca. transitionnel Examen physique Âge 40 ans Tabagisme Exposition occupationnelle Peinture, cuir, caoutchouc, plastiques, solvants Phénacétine Cyclophosphamide Radiothérapie Acide aristolochique (plantes chinoises) Schistosomiase SV Masse abdo Organes génitaux externes TR Labos Urine Analyse microscopique + culture urine Cytologues urinaires si facteurs risque ca. transitionnel Faire 3 prélèvements excluant la 1 ère urine du matin Si origine glomérulaire suspectée Sédiment 24 h si protéinurie 500 mg/l (3+) ou sédiment + Biochimie si risque origine rénale ou HTA Couleur (si macro) Glomérulaire ou non Extraglomérulaire rulaire Glomérulaire Rose ou rouge rouge, brune, coca-cola Caillots peut absents Protéinurie 500 mg/ml 500 mg/ml GR normaux dysmorphiques Cylindres absents présents Pas d examen idéal Imagerie PEV Bonne visualisation de tout le système Écho + PSA Manque lésions endoluminales si non obstructive Ct scan C-: nettement insuffisant Dispendieux Utilise les ressources Facteurs de risques de néphropathie aux contrastes Déshydratation Insuffisance rénale Insuffisance cardiaque Diabète Cesser glucophage 48h post examen si possible Allergie antérieure documentée Doses multiples Hyperuricémie Allergie aux fruits de mer????

7 Cystoscopie Quand référer? De très loin le meilleur test pour le système urinaire bas Obligatoire dans l investigation de l hématurie non-glomérulaire Et si investigation négative? Ajuster le suivi selon les facteurs de risques } Hématurie microscopique Histoire Examen physique (TA) q 6-12 mois x 36 mois A+C+C urines Retour à l urologue si Hématurie micro macroscopique Cytologie + Symptômes irritatifs sans infection CaP Cancer de la prostate In summary, PSA-based screening is associated with detection of more prostate cancers; small to no reduction in prostate cancer specific mortality after about 10 years; and harms related to false-positive test results, subsequent evaluation, and therapy, including overdiagnosis and overtreatment. If screening is effective, optimal screening intervals and PSA thresholds remain uncertain.

8 CaP CaP Schröder FH, Hugosson J, Roobol MJ, Tammela TL, Ciatto S, Nelen V, et al; ERSPC Investigators. Screening and prostate-cancer mortality in a randomized European study. N Engl J Med. 2009;360: Bill-Axelson A, Holmberg L, Ruutu M, Garmo H, Stark JR, Busch C, et al; SPCG-4 Investigators. Radical prostatectomy versus watchful waiting in early prostate cancer. N Engl J Med. 2011;364: Cap Cap Cap

Hématurie. Mise à jour en urologie. Diagnostique Différentiel. Plan. Définitions. Urines rouges. Hématurie. Lithiases.

Hématurie. Mise à jour en urologie. Diagnostique Différentiel. Plan. Définitions. Urines rouges. Hématurie. Lithiases. Mise à jour en urologie Benoît Duclos Urologue CSSS Gatineau 13 nov 2013 Plan Hématurie Définition Diagnostique différentiel Investigation Lithiases Dx différentiel Investigation Traitements Analyse d

Plus en détail

Hématurie. Mise à jour en urologie. Diagnostique Différentiel. Plan. Définitions. Urines rouges. Hématurie. Lithiases.

Hématurie. Mise à jour en urologie. Diagnostique Différentiel. Plan. Définitions. Urines rouges. Hématurie. Lithiases. Mise à jour en urologie Benoît Duclos Urologue CSSS Gatineau 30 mars 2016 Plan Hématurie Définition Diagnostique différentiel Investigation Lithiases Dx différentiel Investigation Traitements Analyse d

Plus en détail

Hématurie : lignes directrices. Le 26 septembre 2014

Hématurie : lignes directrices. Le 26 septembre 2014 Hématurie : lignes directrices Le 26 septembre 2014 À la suite de votre présentation, le participant devra être en mesure de : Discuter de l hématurie chez l adulte et l enfant; Définir les critères de

Plus en détail

I. PHYSIOPATHOLOGIE SOMMAIRE

I. PHYSIOPATHOLOGIE SOMMAIRE CHAPITRE 7 HÉMATURIE OBJECTIF Devant une hématurie microscopique et macroscopique, argumenter les hypothèses diagnostiques et justifier les examens complémentaires pertinents. SOMMAIRE I. PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

HEMATURIES DESC 2015

HEMATURIES DESC 2015 HEMATURIES DESC 2015 Introduction Présence d hématies en nombre anormal dans les urines Symptôme fréquent, inquiétant Causes multiples, néphrologiques (++) ou urologiques, des plus bénignes aux plus graves

Plus en détail

Hématurie microscopique asymptomatique

Hématurie microscopique asymptomatique Hématurie microscopique asymptomatique «Quoi faire avec 3 globules rouges par champ?» j Alvaro Ramirez MD et Fred Saad MD, FRCSC Le cas de Mme Gagnon Une dame de 43 ans vous consulte après avoir découvert

Plus en détail

HEMATURIE. 2-Détection 2-1 Macroscopique: la couleur rouge ; 2-2 Microscopique: la bandelette Note: en terme de signification macro= micro

HEMATURIE. 2-Détection 2-1 Macroscopique: la couleur rouge ; 2-2 Microscopique: la bandelette Note: en terme de signification macro= micro 1-Definition: HEMATURIE présence de sang dans l'urine (d'origine "urinaire!) frequence :1000 sujets / recherche annuelle entre 18 et 33 ans hématurie x 1 fois 39 % hématurie x au moins 2 fois 16 % 2-Détection

Plus en détail

Dr Adil NFIFAKH Chirurgien urologue AMSPT MF 29/09/2016

Dr Adil NFIFAKH Chirurgien urologue AMSPT MF 29/09/2016 Hématurie Dr Adil NFIFAKH Chirurgien urologue AMSPT MF 29/09/2016 Points clés L hématurie correspond à la présence de globules rouges dans les urines émis lors de la miction. L hématurie peut être : macroscopique

Plus en détail

Hématurie microscopique

Hématurie microscopique Primary 2003;3:1023 1027 Hématurie microscopique A. Pechère-Bertschi, H. Stalder Introduction Définition L hématurie isolée est définie par l excrétion d une quantité anormale d érythrocytes dans l urine,

Plus en détail

Reins et connectivites. Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004

Reins et connectivites. Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004 Reins et connectivites Dr Jean-Pierre Venetz Centre de transplantation CHUV 7 octobre 2004 Introduction Les glomérulopathies inflammatoires Les glomérulonéphrites immunes : LED, pauci-immunes, anti-gbm

Plus en détail

Révisions de sémiologie néphrologique

Révisions de sémiologie néphrologique Révisions de sémiologie néphrologique Les 4 points d appel de la maladie rénale Altération de la fonction rénale: insuffisance rénale Présence d une protéinurie Présence d une hématurie Anomalies des reins

Plus en détail

Constituants urinaires pathologiques

Constituants urinaires pathologiques Constituants urinaires pathologiques Constituants pathologiques Constituants urinaires normalement absents ou présents en quantités très faibles Intérêt diagnostique: maladies rénales, maladies qui affectent

Plus en détail

NIA immuno-allergique : infiltrat

NIA immuno-allergique : infiltrat NIA immuno-allergique : infiltrat 27 NIA : Immunoallergique (médicamenteuse +++) Infectieuse : légionnelle, leptospires, streptocoque, brucellose, syphilis, CMV Infiltration tumorale : interstitium envahit

Plus en détail

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Urologie Néphrologie»

Descriptif d une séquence de formation. Plan du cours : «Urologie Néphrologie» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Urologie Néphrologie» 1. Informations de base - Matière d enseignement: Urologie Néphrologie - Public cible : Cinquième année médecine

Plus en détail

Les dépistages (et diagnostics) en néphrologie pédiatrique. Réunion APSQ juin 2012 S. Nathanson Centre Hospitalier Versailles

Les dépistages (et diagnostics) en néphrologie pédiatrique. Réunion APSQ juin 2012 S. Nathanson Centre Hospitalier Versailles Les dépistages (et diagnostics) en néphrologie pédiatrique Réunion APSQ juin 2012 S. Nathanson Centre Hospitalier Versailles Que dépister et pourquoi La plupart des néphropathies évoluent à bas bruit Hématurie,

Plus en détail

SEMIOLOGIE CLINIQUE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE OBJECTIFS DE LA SEQUENCE SEMIOLOGIE URO- NEPHROLOGIQUE

SEMIOLOGIE CLINIQUE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE OBJECTIFS DE LA SEQUENCE SEMIOLOGIE URO- NEPHROLOGIQUE SEMIOLOGIE CLINIQUE EN UROLOGIE ET NEPHROLOGIE 2007/2008 1 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE Etre capable quelle que soit la demande de soin : De repérer les signes objectifs et ou subjectifs évoquant une atteinte

Plus en détail

Cours N 12 Sémiologie : Protéinurie et Hématurie

Cours N 12 Sémiologie : Protéinurie et Hématurie UE4 Ŕ Uro-néphro Jeudi 28/11/2013 10H30-12h30 Professeur Eric DAUGAS RT : Marie Pradier RF : Laurène Plazanic Cours N 12 Sémiologie : Protéinurie et Hématurie Ronéo 9 1 PLAN : Introduction I. Protéinurie

Plus en détail

«Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans. Dr. Luc Radermacher

«Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans. Dr. Luc Radermacher «Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans Dr. Luc Radermacher Plan Les reins sains. Les reins malades. Les symptômes. Les traitements. La prévention de l insuffisance

Plus en détail

l ingestion accidentelle de substance toxique ou

l ingestion accidentelle de substance toxique ou LES NEPHROPATHIES TUBULOINTERSTIELLES SIGNES ET CAUSES Pr Ag. Abdou NIANG UCAD, Dakar OBJECTIFS 1-Définir les néphropathies tubulo-interstitielles (NTI). 2-Citer 5 causes de NTI aiguës. 3-Enumérer les

Plus en détail

L hématurie macroscopique a une prévalence

L hématurie macroscopique a une prévalence La conduite à tenir envers une hématurie macroscopique Jean-Philippe Rioux, MD et François Madore, MD, MSc Présenté dans le cadre de la conférence : La journée annuelle, Université de Montréal, octobre

Plus en détail

Physiopathologie de l insuffisance rénale. Dr Benlaribi

Physiopathologie de l insuffisance rénale. Dr Benlaribi Physiopathologie de l insuffisance rénale Dr Benlaribi I. Rappel physiologique Rôle du Rein Élimination des déchets azotés: urée, créatinine, acide urique Régulation du bilan hydro-électrolytique et acidobasique:

Plus en détail

Conduites à tenir ANOMALIES AUX BANDELETTES URINAIRES SOMMAIRE. microscopique? P.4

Conduites à tenir ANOMALIES AUX BANDELETTES URINAIRES SOMMAIRE. microscopique? P.4 ANOMALIES AUX BANDELETTES URINAIRES Conduites à tenir SOMMAIRE!Protéinurie : diagnostic et orientation P.2!Mais d où vient cette hématurie microscopique? P.4 N 2178 - VENDREDI 22 FÉVRIER 2002 1 Protéinurie

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë

Insuffisance rénale aiguë Insuffisance rénale aiguë L insuffisance rénale aiguë Pathologie grave Mortalité élevée (50% si recours à la dialyse) et fonction de: La cause Le terrain: IRC, diabétique, immunosupprimé, âgé Les complications

Plus en détail

Faculté de Médecine. Programme de cours DCEM 3 / er semestre SALLE 7. Date Cours Enseignant

Faculté de Médecine. Programme de cours DCEM 3 / er semestre SALLE 7. Date Cours Enseignant Faculté de Médecine Programme de cours DCEM 3 / 2014-2015 1 er semestre SALLE 7 Date Cours Enseignant Lundi 27/10/2014 Mardi 28/10/2014 Mercredi 29/10/2014 Jeudi 30/10/2014 Samedi 01/11/2014 8h30-10h00

Plus en détail

Physiopathologie de la glomérulopathie extra- membraneuse

Physiopathologie de la glomérulopathie extra- membraneuse Physiopathologie de la glomérulopathie extra- membraneuse Philippe RIEU Service de Néphrologie, CHU REIMS La glomérulopathie extramembraneuse (GEM) est la cause la plus fréquente de syndrome néphrotique

Plus en détail

On va s intéresser à l aspect macroscopique des urines, à quoi elles ressemblent?

On va s intéresser à l aspect macroscopique des urines, à quoi elles ressemblent? Lemaître Daniel Ronéo du 16 Mars 2012, 16h 17h UE9 Reins et Voies urinaires BUCHLER Matthias Sé dimént urinairé On va s intéresser à l aspect macroscopique des urines, à quoi elles ressemblent? Les urines

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano Insuffisance rénale aigue Dr. L.Albano Insuffisance rénale aiguë (IRA) Définitions Physiopathologie: IRA obstructive IRA fonctionnelle IRA organique Clinique Complications Diagnostic Principes de traitement

Plus en détail

COURS N 12 SEMIOLOGIE : PROTEINURIE HEMATURIE

COURS N 12 SEMIOLOGIE : PROTEINURIE HEMATURIE UE4 URO NEPHRO Cours du mardi 20/11/2012, 10H30-12h30 Professeur Eric DAUGAS Ronéotypeuse : Manon Péran Ronéolectrice : Valentine Pagis COURS N 12 SEMIOLOGIE : PROTEINURIE HEMATURIE 1 PLAN : Introduction

Plus en détail

CAT devant une proteinurie chez l'enfant et l'adolescent (328) Docteur Guylène BOURDAT-MICHEL Mai 2003

CAT devant une proteinurie chez l'enfant et l'adolescent (328) Docteur Guylène BOURDAT-MICHEL Mai 2003 CAT devant une proteinurie chez l'enfant et l'adolescent (328) Docteur Guylène BOURDAT-MICHEL Mai 2003 1. Définitions Il existe une protéinurie physiologique, variable dans le temps chez le nouveau-né,

Plus en détail

Prise en charge d une insuffisance rénale

Prise en charge d une insuffisance rénale Prise en charge d une insuffisance rénale Définition et diagnostic différentiel IRC = évoluant depuis au moins 3 mois Diagnostic différentiel avec IRA: les arguments Cliniques: catégorie à risque, antécédents

Plus en détail

Président de l Association Française d Urologie

Président de l Association Française d Urologie Dépistage du cancer de la prostate Michel Soulié 1, Philippe Beuzeboc 2, Bernard Malavaud, Pierre Plante, Pascal Rischmann 3 Urologie - CHU de Toulouse 1 Responsable du Comité de Cancérologie de l Association

Plus en détail

HEMATURIE DE L ENFANT

HEMATURIE DE L ENFANT INTRODUCTION HEMATURIE DE L ENFANT Symptôme fréquent chez l'enfant, l hématurie peut être présente dans de nombreuses maladies et même en être le mode de révélation. Son diagnostic étiologique oblige donc

Plus en détail

Oncogénétique et cancer du rein : pour qui? pourquoi?

Oncogénétique et cancer du rein : pour qui? pourquoi? Symposium UROMIP Toulouse, 10 janvier 2014 Oncogénétique et cancer du rein : pour qui? pourquoi? Dominique Chauveau Département de Néphrologie & Centre de Référence Maladies Rénales rares, CHU Rangueil

Plus en détail

Pathologie du Rein. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Rein. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Rein Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le rein normal 1700 l de sang > 1 l d urine Homéostasie du milieu liquide Rôle endocrine: Erythropoïétine

Plus en détail

Néphropathies : classification

Néphropathies : classification Out ermedulla S1 Cortex MedullaryRay S2 S1 Acicl Cispl HgCl Amin ACE NSAI ovir atinum oglycosides 2inhibitors D S2 OuterStripeS 3S3 Ische Lithiu mia m Inner InnerMedulla Stripe VulnerabilityofthekidneyImportantbloodflow(1/4c

Plus en détail

Intérêts de la bandelette urinaire au cabinet

Intérêts de la bandelette urinaire au cabinet Intérêts de la bandelette urinaire au cabinet 05 Mars 2015 Dr Romain Troalen 1 Un peu d Histoire Théophile le Byzantin - 7ème siècle av. JC Traité de l Urine Médecin du village 17ème siècle David Teniers

Plus en détail

Faut-il : - dépister le cancer de la prostate? - prescrire un dosage du taux de PSA?

Faut-il : - dépister le cancer de la prostate? - prescrire un dosage du taux de PSA? Faut-il : - dépister le cancer de la prostate? - prescrire un dosage du taux de PSA? Êtes vous un dépisteur mou? Êtes vous un dépisteur dur? Dr François DUMEL 15 Oct 2009 FDUMEL 1 Diagnostic précoce en

Plus en détail

Item 123 (Item 247) Hypertrophie bénigne de la prostate EVALUATIONS

Item 123 (Item 247) Hypertrophie bénigne de la prostate EVALUATIONS Item 123 (Item 247) Hypertrophie bénigne de la prostate EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Quels sont les diagnostics différentiels de l HBP? A - Vessie neurologique B - Cancer de la prostate C - Sténose

Plus en détail

RAPPELS ANATOMIQUES ET PHYSIOLOGIQUES

RAPPELS ANATOMIQUES ET PHYSIOLOGIQUES RAPPELS ANATOMIQUES ET PHYSIOLOGIQUES SÉ MIOLOGIE EN NÉPHROLOGIE I/ Rappel anatomique 1 L'appareil urinaire Haut appareil urinaire (néphrologie): 2 reins (= fonctions de filtration, sécrétion et réabsorption)

Plus en détail

HEMATURIE MICROSCOPIQUE

HEMATURIE MICROSCOPIQUE HEMATURIE MICROSCOPIQUE Auteur : Experts : Relecteurs : Dr J. Dupraz,, HUG Dr T. Ernandez, Service de néphrologie, HUG Dr G. Mayor, Service d urologie, HUG Dr Th. Mach,, HUG Dr I. Guessous,, HUG Algorithmes

Plus en détail

Pathologies Néphro- Urologiques et Radiologie chez l adulte. E Danse, L Annet UCL

Pathologies Néphro- Urologiques et Radiologie chez l adulte. E Danse, L Annet UCL Pathologies Néphro- Urologiques et Radiologie chez l adulte E Danse, L Annet UCL Plan Les modalités techniques et les précautions Quelques questions : du rôle de l imagerie en pratique quotidienne Les

Plus en détail

Mise à jour en urologie. Benoît Duclos Urologue CSSS gatineau 26 mai 2010

Mise à jour en urologie. Benoît Duclos Urologue CSSS gatineau 26 mai 2010 Mise à jour en urologie Benoît Duclos Urologue CSSS gatineau 26 mai 2010 Plan Analyse d urine Hématurie Définition Diagnostique différentiel Investigation Lithiases Dx différentiel Investigation Traitements

Plus en détail

Que peut-on attendre d une analyse des urines en 2011?

Que peut-on attendre d une analyse des urines en 2011? Que peut-on attendre d une analyse des urines en 2011? Dr. Luc Radermacher Service de néphrologie CHR Citadelle Liège Objectifs: L analyse des urines 1 Dépistage primaire d un dysfonctionnement rénal ou

Plus en détail

Item n 252 : Insuffisance rénale aiguë

Item n 252 : Insuffisance rénale aiguë Définition Item n 252 : Insuffisance rénale aiguë Insuffisance rénale aiguë (IRA) = brutale et importante de la filtration glomérulaire Oligurie = diurèse < 500 ml/j Anurie = 0 diurèse Rétention aiguë

Plus en détail

Purpura d Henoch-Schönlein. Dr. Sergio Manzano

Purpura d Henoch-Schönlein. Dr. Sergio Manzano Purpura d Henoch-Schönlein Dr. Sergio Manzano 1 Introduction Epidémiologie Etiologie Diagnostic clinique Diagnostic différentiel Examens complémentaires Définition de cas Complications Traitement Suivi

Plus en détail

VEUILLEZ TÉLÉCOPIER CE FORMULAIRE AU :

VEUILLEZ TÉLÉCOPIER CE FORMULAIRE AU : Hôpital Jean-Talon 1385, rue Jean-Talon Est Montréal (Québec) H2E 1S6 Téléphone : 514 495-6767 *CDI667* CDI667 ADRESSOGRAPHE Numéro de dossier : Nom : RÉFÉRENCE À L ACCUEIL CLINIQUE- Prénom : NAM : Exp.

Plus en détail

Atteinte rénale au cours du myélome Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Atteinte rénale au cours du myélome Collège Français des Pathologistes (CoPath) Atteinte rénale au cours du myélome Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 Table des matières Préambule... 4 1. Néphropathie à cylindres myélomateux ou tubulopathie myélomateuse...5 2. Amylose

Plus en détail

diabétique depuis 10 ans Angine, insuffisance cardiaque, hypertension. Rencontre aux 3 mois

diabétique depuis 10 ans Angine, insuffisance cardiaque, hypertension. Rencontre aux 3 mois Dr Claude Garceau Interniste, IUCPQ Communauté de pratique en diabète (Québec) Cours pour infirmières en GMF en maladies chroniques 63 diabétique depuis 10 ans Angine, insuffisance cardiaque, hypertension

Plus en détail

Analyse d urine de routine: technique, interprétation et pièges. Jean-Daniel Graf, Dr sc

Analyse d urine de routine: technique, interprétation et pièges. Jean-Daniel Graf, Dr sc Analyse d urine de routine: technique, interprétation et pièges. Jean-Daniel Graf, Dr sc Analyse d urine de routine Examen chimique semi-quantitatif multiparamétrique (stix) & examen microscopique des

Plus en détail

Suivi des Cancer Urologiques. Steven P Lapointe MD, FRCSC Urologue Cité de la Santé de Laval 23 février 2013

Suivi des Cancer Urologiques. Steven P Lapointe MD, FRCSC Urologue Cité de la Santé de Laval 23 février 2013 Suivi des Cancer Urologiques Steven P Lapointe MD, FRCSC Urologue Cité de la Santé de Laval 23 février 2013 Conflits d intérêt Comité Consultatif AMGEN ASTELLAS GSK Cancers Urologiques Le suivi des cancers

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue DU Prise en charge des situations d urgences - 2016 Dr Julien Charpentier Praticien hospitalier Réanimation médicale - Cochin julien.charpentier@aphp.fr Merci au Drs Vinsonneau,

Plus en détail

néphrotoxicité des médicaments

néphrotoxicité des médicaments néphrotoxicité des médicaments plan rappels anatomiques et physiologiques généralités sur la néphrotoxicité effets indésirables rénaux des médicaments insuffisance rénale aiguë fnelle (BSRA, AINS...) NTIA

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux

Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux La place de la nutrition dans la prise en charge de la néphropathie diabétique Christian Combe Inserm U889 Université et Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux Les objectifs d'une "bonne" nutrition

Plus en détail

Hématurie microscopique marche à suivre judicieuse dans la pratique quotidienne

Hématurie microscopique marche à suivre judicieuse dans la pratique quotidienne ARTICLE DE REVUE 764 Entre découverte fortuite bénigne et cancer de la vessie Hématurie microscopique marche à suivre judicieuse dans la pratique quotidienne Andreas Pasch Universitätsinstitut für Klinische

Plus en détail

La Lithiase Urinaire

La Lithiase Urinaire La Lithiase Urinaire Notions générales Pathologie ancestrale: 7000 à 3000 ACN 15 % des hommes et 6 % des femmes Facteurs favorisants Déshydratation Régimes hyperprotéinés, exercice physique, médicaments

Plus en détail

Dr Mourad AMMAR Néphrologue -Centre DURIEUX d hémodialyse LE TAMPON - LA REUNION JUIN 2014 REUCARE

Dr Mourad AMMAR Néphrologue -Centre DURIEUX d hémodialyse LE TAMPON - LA REUNION JUIN 2014 REUCARE Dr Mourad AMMAR Néphrologue -Centre DURIEUX d hémodialyse LE TAMPON - LA REUNION JUIN 2014 REUCARE Fonctions et Aperçu épidémiologique Le dépistage et défaillance rénale La prise en charge : les marqueurs

Plus en détail

FAUT-IL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE?

FAUT-IL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE? FAUTIL TRAITER L HYPERURICEMIE ASYMPTOMATIQUE? Cliquez pour modifier le style des soustitres du masque Dr Milicevic Martina Service de néphrologie, dialyse et hypertension CHR Citadelle, Liège Le 26 novembre

Plus en détail

Mettre au nom du médecin référant et du gastro-entérologue

Mettre au nom du médecin référant et du gastro-entérologue Relié à l ordonnance collective no : SUSPICION DE DIVERTICULITE INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Indications : Douleur fosse iliaque gauche persistante Contre-indications : 1. Douleur abdominale intense

Plus en détail

Physiopathologie de la glomérulopathie extramembraneuse

Physiopathologie de la glomérulopathie extramembraneuse Physiopathologie de la glomérulopathie extramembraneuse Philippe RIEU Service de Néphrologie, CHU REIMS [Re Relecteurs E Daugas (Paris) et Bruno Hurault de Ligny (Caen)] I. Tableau clinique 2 I.1. Epidémiologie:...

Plus en détail

APSS CRDS PRÉREQUIS AUX DEMANDES DE SERVICE EN MÉDECINE SPÉCIALISÉE

APSS CRDS PRÉREQUIS AUX DEMANDES DE SERVICE EN MÉDECINE SPÉCIALISÉE APSS CRDS PRÉREQUIS AUX DEMANDES DE SERVICE EN MÉDECINE SPÉCIALISÉE SPÉCIALITÉ RAISON DE CONSULTATION PRÉREQUIS OMNIPRATICIEN CRDS CARDIOLOGIE Palpitations d allure bénigne Holter souhaitable Transmet

Plus en détail

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT

Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Rappel sur la clinique de l infection urinaire et des prostatites et place de la biologie dans le diagnostic de ces infections Dr. Souha Hannachi Service de médecine interne HMPIT Epidémiologie Infections

Plus en détail

P. BOULARD, EVOLAB Thionville, France

P. BOULARD, EVOLAB Thionville, France Urines du matin comme alternative aux urines de 24 heures? Evaluation des lésions rénales, comparaison de la détection du pic monoclonal et de sa quantification P. BOULARD, EVOLAB Thionville, France ACNBH

Plus en détail

Est-ce que notre alimentation peut dégrader notre fonction rénale

Est-ce que notre alimentation peut dégrader notre fonction rénale Est-ce que notre alimentation peut dégrader notre fonction rénale Tim Ulinski Service de Néphrologie Pédiatrique Armand, Cet intervenant : n a pas déclaré ses liens d intérêt Tous les orateurs ont reçu

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement

Informations de l'unité d'enseignement Année Académique 2016-2017 (Version définitive du : 13 Septembre 2016 ) Informations de l'unité d'enseignement Implantation Institut Paul Lambin Cursus de Intitulé Code Bachelier en diététique Pathologies

Plus en détail

JACQUES LE ROUX, INTERNE DE MÉDECINE GÉNÉRALE, PREMIER SEMESTRE

JACQUES LE ROUX, INTERNE DE MÉDECINE GÉNÉRALE, PREMIER SEMESTRE L INSUFFISANCE RÉNALE AIGUE JACQUES LE ROUX, INTERNE DE MÉDECINE GÉNÉRALE, PREMIER SEMESTRE CAS CLINIQUE Homme de 70 ans ATCD: Hémopathie, IRC sur néphropathie diabétique. Adressé aux urgences par le médecin

Plus en détail

H. Uro-génital et surrénales. Sommaire 01 H 02 H 03 H 04 H 05 H 06 H 07 H 08 H 09 H 10 H 11 H 12 H 13 H 14 H 15 H 16 H 17 H 18 H 19 H 20 H 21 H

H. Uro-génital et surrénales. Sommaire 01 H 02 H 03 H 04 H 05 H 06 H 07 H 08 H 09 H 10 H 11 H 12 H 13 H 14 H 15 H 16 H 17 H 18 H 19 H 20 H 21 H H. Uro-génital et surrénales Sommaire 1 H 2 H 3 H 4 H 5 H 6 H 7 H 8 H 9 H 1 H 11 H 12 H 13 H 14 H 15 H 16 H 17 H 18 H 19 H 2 H 21 H Hématurie (macroscopique ou microscopique persistante sans protéinurie

Plus en détail

Néphropathie induite par le BK virus. Cliquez F Glowacki pour modifier le style des sous-titres du masque Sce de Néphrologie, Hôp Huriez.

Néphropathie induite par le BK virus. Cliquez F Glowacki pour modifier le style des sous-titres du masque Sce de Néphrologie, Hôp Huriez. Néphropathie induite par le BK virus Cliquez F Glowacki pour modifier le style des sous-titres du masque Sce de Néphrologie, Hôp Huriez. Polyomavirus Petits virus à ADN. Chez l homme, pathogènes chez les

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE INSUFFISANCE RENALE. Docteur Diamondra AH RAMANAMIDORA Médecin assistant Service hémodialyse

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE INSUFFISANCE RENALE. Docteur Diamondra AH RAMANAMIDORA Médecin assistant Service hémodialyse CONDUITE A TENIR DEVANT UNE INSUFFISANCE RENALE Docteur Diamondra AH RAMANAMIDORA Médecin assistant Service hémodialyse PLAN DÉFINITIONS INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE INSUFFISANCE RÉNALE AIGUË PRISE EN

Plus en détail

Cours URO NEPHRO. Pathologie Infectieuse Pathologie Vasculaire Pathologie Traumatique

Cours URO NEPHRO. Pathologie Infectieuse Pathologie Vasculaire Pathologie Traumatique Cours URO NEPHRO Pathologie Infectieuse Pathologie Vasculaire Pathologie Traumatique Pyélonéphrite aiguë bactérienne Le plus fréquemment : infections ascendantes E Coli et autres Gram négatifs Facteurs

Plus en détail

RVU-AGM Le laboratoire en uro-néphrologie (suite) Le laboratoire en uro-néphrologie (suite)

RVU-AGM Le laboratoire en uro-néphrologie (suite) Le laboratoire en uro-néphrologie (suite) 14/04/2016 CUEFF Clémence L3 (CR : Paul SEISSON) RVU-AGM Professeur BURTEY 8 pages Plan RVU-AGM Le laboratoire en uro-néphrologie (suite) Le laboratoire en uro-néphrologie (suite) A. Evaluation du débit

Plus en détail

FONCTION URINAIRE. Sébastien Kozal. Service d Urologie Pitié-Salpétrière, Paris CCA

FONCTION URINAIRE. Sébastien Kozal. Service d Urologie Pitié-Salpétrière, Paris CCA FONCTION URINAIRE Sébastien Kozal CCA Service d Urologie Pitié-Salpétrière, Paris Cours IFSI S.Kozal -- Mars 2015 Fonction Urinaire Anatomie Physiologie Fonction infirmière : En urgence En post-opératoire

Plus en détail

CANCER DE PROSTATE. Diagnostic. Anapath FDR. Dépistage : recos AFU Modes de révélation PSA. > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans

CANCER DE PROSTATE. Diagnostic. Anapath FDR. Dépistage : recos AFU Modes de révélation PSA. > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans CANCER DE PROSTATE FDR > 50 ans : Premier K de l H > 50 ans Hérédité : 2 parents au 1er degré 1 parent avant 55 ans Ethnie : Afro-antillais +++ Anapath ADK ++++++ (90%) Hormono-dépendant ++ 2 caractéristiques

Plus en détail

Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 311 (ex item 160 bis) Tumeurs vésicales Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie de la paroi vésicale...3 2. Épidémiologie... 3 3. Types histologiques

Plus en détail

Séméiologie radiologique urinaire

Séméiologie radiologique urinaire Session 4 Séméiologie radiologique urinaire Urinaire K Chaumoitre PH Sce Imagerie Hôpital Nord CHU Marseille Cours étudiants session 4 Examens d imagerie Abdomen Sans Préparation Echographie Opacifications

Plus en détail

Examens complémentaires. d'orientation

Examens complémentaires. d'orientation Étiologie Anamnèse et examen clinique Examens complémentaires d'orientation Confirmation diagnostique Insuffisance rénale aiguë pré- rénale IRA fonctionnelle sur hypovolémie Déshydratation, signes de contraction

Plus en détail

QUAND RÉFÉRER EN NÉPHROLOGIE? Dr Louise Corneille Néphrologue

QUAND RÉFÉRER EN NÉPHROLOGIE? Dr Louise Corneille Néphrologue QUAND RÉFÉRER EN NÉPHROLOGIE? Dr Louise Corneille Néphrologue OBJECTIFS: Préciser les critères de référence en néphrologie chez les pts en IRC Identifier les pts qui n ont pas besoin de voir un néphrologue

Plus en détail

Un homme, un pic, 3 possibilités...

Un homme, un pic, 3 possibilités... Un homme, un pic, 3 possibilités... Symposium, 17.10.2015 Dr Bauwens Déborah, Hématologue 1. Définition Plasmocytes malins dans la moelle osseuse (> 10%). Les cellules myélomateuses sécrètent une proteine

Plus en détail

Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage. ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens

Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage. ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens Correspondance des numéros d items traités dans cet ouvrage ITEM n 290 / INTITULE Le médecin préleveur de cellules et/ou de tissus pour des examens d Anatomie et Cytologie Pathologiques : connaitre les

Plus en détail

EPU95 Montmorency Urologie et Néphrologie Mise à jour du 13 Mai 2007*

EPU95 Montmorency Urologie et Néphrologie Mise à jour du 13 Mai 2007* EPU95 Montmorency Urologie et Néphrologie Mise à jour du 13 Mai 2007* LE RISQUE RENAL EN PRATIQUE COURANTE Docteur JJ. Montsenty Chef du service de Néphrologie-Dialyse du CH de Pontoise Vice-Président

Plus en détail

PROCESSUS OBSTRUTIF DE L'APPAREIL RÉNAL ET LITHIASE URINAIRES

PROCESSUS OBSTRUTIF DE L'APPAREIL RÉNAL ET LITHIASE URINAIRES PROCESSUS OBSTRUTIF DE L'APPAREIL RÉNAL ET LITHIASE URINAIRES Pierre Mozer MCU-PH Service d Urologie Processus obstrutif de l'appareil rénal et lithiase urinaires Anatomie Physiologie Comprendre les causes

Plus en détail

MODULE 5 ÉTUDE DE CAS SUR LES REINS

MODULE 5 ÉTUDE DE CAS SUR LES REINS Noms : Foyer MODULE 5 ÉTUDE DE CAS SUR LES REINS Contexte Vous avez déjà exploré les caractéristiques du système circulatoire et identifié le sang comme véhicule des éléments nécessaires à tout l organisme.

Plus en détail

Rein et médicaments. 28 février Pr Y. KITOUNI

Rein et médicaments. 28 février Pr Y. KITOUNI Rein et médicaments 28 février 2016 Pr Y. KITOUNI Introduction Les néphropathies médicamenteuses sont responsables de 20% des insuffisances rénales aiguës (IRA). Plus du quart des malades doit subir une

Plus en détail

SYNDROME PNEUMO-RÉNAL

SYNDROME PNEUMO-RÉNAL SYNDROME PNEUMO-RÉNAL Urgence diagnostique et thérapeutique pour le réanimateur et l interniste Miguel Hié Service de Médecine Interne 2, Pr Amoura Hôpital de La Pitié-Salpêtrière 1918 : EW Goodpasture,

Plus en détail

Le diabète de type % des diabétiques sont atteints de néphropathie diabétique principale cause de recours à la hémodialyse au Canada

Le diabète de type % des diabétiques sont atteints de néphropathie diabétique principale cause de recours à la hémodialyse au Canada Dr Claude Garceau Interniste, IUCPQ Communauté de pratique en diabète (Québec) Cours pour infirmières en GMF en maladies chroniques Le diabète de type 2 6) Hypoglycémie 7) Réflectomètre et la quinquillerie

Plus en détail

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL

Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Pathologies Néphro-Urologiques et Radiologie chez l adulte: «TP» E Danse, L Annet UCL Méthodes d imagerie US, CT, MR Agents de contraste Iode : UIV, CT Toujours faire la balance entre le risque et le bénéfice

Plus en détail

MARQUEURS DE L ATTEINTE RENALE CLASSIFICATION DE L IRC CONDUITE A TENIR DEVANT UNE ASCENSION DE LA CREATININE

MARQUEURS DE L ATTEINTE RENALE CLASSIFICATION DE L IRC CONDUITE A TENIR DEVANT UNE ASCENSION DE LA CREATININE MARQUEURS DE L ATTEINTE RENALE CLASSIFICATION DE L IRC CONDUITE A TENIR DEVANT UNE ASCENSION DE LA CREATININE DIU Hypertension artérielle, risque cardiovasculaire et rénal 24/01/2014 Alexandra Fouconnier

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS. AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2007 CONCLUSIONS

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS. AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2007 CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 07 février 2007 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Indications : CONCLUSIONS IU TEST 5, bandelettes

Plus en détail

Lignes directrices canadiennes pour la prise en charge de l hématurie microscopique asymptomatique chez les adultes

Lignes directrices canadiennes pour la prise en charge de l hématurie microscopique asymptomatique chez les adultes Lignes directrices canadiennes pour la prise en charge de l hématurie microscopique asymptomatique chez les adultes Tim Wollin, MD, FRCSC; * Bruno Laroche, MD; Karen Psooy, MD Introduction L hématurie

Plus en détail

M me Emma Thurie voit rouge!

M me Emma Thurie voit rouge! L hématurie démasquée M me Emma Thurie voit rouge! Nancy Nadeau et Anne-Patricia Prévost 1 Vous recevez M me Emma Thurie,une Sénégalaise de 34 ans immigrée au Québec il y a dix ans.elle vous consulte parce

Plus en détail

Item 257 (Item 315) Hématurie Collège Français des Urologues

Item 257 (Item 315) Hématurie Collège Français des Urologues Item 257 (Item 315) Hématurie Collège Français des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 1.1. Définitions... 3 1.2. Physiopathologie... 4 1.3. Diagnostics positifs et différentiels

Plus en détail

Dépistage du cancer du poumon: Evolution attendue? Marie-Pierre REVEL, Hôpital Cochin

Dépistage du cancer du poumon: Evolution attendue? Marie-Pierre REVEL, Hôpital Cochin Dépistage du cancer du poumon: Evolution attendue? Marie-Pierre REVEL, Hôpital Cochin OBJECTIFS Résultats des deux larges études randomisées (NSLT et Nelson) - scanner faible dose Modalités d acquisition

Plus en détail

URORADIOLOGIE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) : Olivier Helenon

URORADIOLOGIE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) : Olivier Helenon URORADIOLOGIE Rédacteurs : Pour la Société d Imagerie Génito-Urinaire (SIGU) : Olivier Helenon Relecture : Pour le Collège des Enseignants de Radiologie de France (CERF) : Nicolas Grenier, Alain Luciani

Plus en détail

Néphropathies interstitielles héréditaires Du phénotype au génotype

Néphropathies interstitielles héréditaires Du phénotype au génotype Néphropathies interstitielles héréditaires Du phénotype au génotype INSERM UMR U645 / IFR133 / EFS BFC, Besançon, France Service de Néphrologie, CHU Besançon, France CIC Biothérapie Besançon, France Didier

Plus en détail

Artères Rénales -C- Michel Dauzat, Jean-Pierre Laroche, Thierry Puttemans,

Artères Rénales -C- Michel Dauzat, Jean-Pierre Laroche, Thierry Puttemans, Artères Rénales -C- Michel Dauzat, Jean-Pierre Laroche, Thierry Puttemans, Indications Sténose de l artères rénale et HTA Occlusion de l artère rénale Surveillance après traitement Néphropathies Étude

Plus en détail

Quand la maladie est au devant de la difficulté sexuelle

Quand la maladie est au devant de la difficulté sexuelle Quand la maladie est au devant de la difficulté sexuelle Les troubles urinaires du bas appareil chez l homme B Cuzin, Lyon Rappels Ratio des troubles sexuels chez les patients porteurs de TUBA, versus

Plus en détail

ANATOMIE et PHYSIOLOGIE DE L APPAREIL URINAIRE

ANATOMIE et PHYSIOLOGIE DE L APPAREIL URINAIRE ANATOMIE et PHYSIOLOGIE DE L APPAREIL URINAIRE PROCESSUS PATHOLOGIQUE DE L OBSTRUCTION DES ORGANES DE L APPAREIL RENAL et LITHIASE URINAIRE et COLIQUE NEPHRETIQUE 20 septembre 2013 LEE Ji-Wann Urologie

Plus en détail

Rein et Médicament. Iatrogénie et néphrotoxicité. Prescription chez l insuffisant rénal

Rein et Médicament. Iatrogénie et néphrotoxicité. Prescription chez l insuffisant rénal Rein et Médicament Iatrogénie et néphrotoxicité Prescription chez l insuffisant rénal Objectifs Principaux médicaments néphrotoxiques et mécanismes Diagnostiquer une atteinte rénale d origine médicamenteuse

Plus en détail

DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016?

DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016? DÉPISTAGE / DÉTECTION PRÉCOCE DU CANCER DE LA PROSTATE : CHEZ QUI ET COMMENT L ENVISAGER EN 2016? Vincent Flamand APHNEP, le 04.02.2016 Ce que nous savons Ce que nous savons Tendances incidence et mortalité

Plus en détail

Tubulopathie aiguë myélomateuse. Eric DAUGAS Service de Néphrologie CHU Saint-Louis - Paris DEFINITION

Tubulopathie aiguë myélomateuse. Eric DAUGAS Service de Néphrologie CHU Saint-Louis - Paris DEFINITION Tubulopathie aiguë myélomateuse Eric DAUGAS Service de Néphrologie CHU Saint-Louis - Paris DEFINITION 1 précipitation tubulaire distale des chaînes légères d immunoglobulines 2 Kappa Lambda 3 EPIDEMIOLOGIE

Plus en détail