Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007"

Transcription

1 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas Ocobre 2010 Bernadee Biaour, e Chanal Kegels, Absrac Afin de mieux comprendre la faible croissance de la producivié du ravail en Belgique, sur la période , ce working paper fourni pour ce pays e ses rois voisins, d abord une analyse des niveaux de producivié e, ensuie, une décomposiion de la croissance de la producivié selon la méhode de la compabilié de la croissance pour les principales branches d acivié de l économie marchande. Cee décomposiion perme de souligner la conribuion relaivemen imporane de l inensificaion en capial de la producion dans la plupar des branches d acivié an de l indusrie manufacurière que des services marchands. Cee augmenaion du capial par heure presée es principalemen une augmenaion en quanié dans l indusrie manufacurière e en qualié (effe de composiion des invesissemens) dans les services marchands. Parallèlemen, la décomposiion de la croissance de la producivié du ravail perme aussi de souligner la faiblesse relaive de la croissance de la producivié oale des faceurs, c es à dire de l efficacié dans la combinaison des faceurs de producion, dans la majorié des branches d acivié de l économie marchande belge. Jel Classificaion C82, D24, E22, E32, F43. Keywords Producivié du ravail, compabilié de la croissance, Producivié Toale des Faceurs. Reproducion auorisée, sauf à des fins commerciales, moyennan menion de la source. Dépô légal D/2010/7433/33 Edieur responsable Henri Bogaer

2

3 Execuive Summary Des analyses précédenes on monré que la Belgique connaî, par rappor à la moyenne des rois pays voisins, l Allemagne, la France e les Pays Bas, une déérioraion des coûs uniaires du ravail sur la période , expliquée principalemen par une croissance rop faible de la producivié du ravail. Quels son les faceurs qui peuven expliquer une elle évoluion? L analyse des niveaux de producivié du ravail monre que, conformémen à l idée rès répandue, la Belgique rese un pays rès producif affichan le niveau de producivié le plus élevé des pays de comparaison an pour l indusrie manufacurière que pour les services marchands. Mais l analyse secorielle monre aussi qu enre 1996 e 2007, des changemens se son progressivemen opérés. Alors qu en 1996, la Belgique dominai, souven largemen, ses parenaires européens dans la majorié des branches d acivié de l économie marchande, elle a, en 2007, perdu sa place de leader dans plusieurs branches imporanes de l économie. C es le cas pour les Caouchouc e plasics, la Fabricaion non méallique, la Fabricaion d appareils élecriques e élecroniques, la Fabricaion de véhicules, le Commerce e les Transpors e Communicaions. L analyse secorielle des aux de croissance de la producivié du ravail révèle que la faiblesse relaive de la croissance de la producivié de l économie marchande belge n es cependan pas une caracérisique commune à oues les branches d acivié. En effe, l Indusrie du papier e l édiion, la Méallurgie e les Aures indusries manufacurières au sein de l indusrie manufacurière, les Aciviés financières au sein des services marchands e la Consrucion enregisren les aux de croissance de la producivié les plus élevés des pays de comparaison. A l opposé, la Fabricaion méallique, la Fabricaion de véhicules, la Chimie e les aures branches des services marchands (à l excepion de la Locaion e services aux enreprises) affichen les aux de croissance les plus faibles des pays de comparaison. Afin d idenifier les faceurs expliquan cee faiblesse relaive des performances belges dans ceraines branches d acivié, une décomposiion de la croissance de la producivié es réalisée pour chaque pays au niveau secoriel. La compabilié de la croissance perme, en effe, d esimer la conribuion des faceurs de producions (conribuion du «capial deepening» ou évoluion du capial par heure ravaillée e effe de composiion du ravail) e de la producivié oale des faceurs (PTF) à la croissance de la producivié du ravail. Cee dernière mesure l efficacié avec laquelle les faceurs de producion son combinés dans le processus de producion e es liée, enre aure, au progrès echnique e aux amélioraions de l organisaion des marchés e des enreprises. La comparaison des résulas de cee décomposiion avec les rois pays voisins perme de dresser une ypologie des branches d acivié.

4 Au sein de l indusrie manufacurière, rois groupes d indusries se disinguen : les mauvais performeurs, les performeurs faibles e les bons performeurs. Le premier groupe se caracérise par une rès faible progression de la producivié s expliquan par une conracion de la PTF. Trois branches se rouven dans ce groupe : la Chimie, la Fabricaion non méallique e la Fabricaion de véhicules. Le second groupe ne conien que deux branches, Texile, habillemen e cuir e Fabricaion d appareils élecriques e élecroniques, qui connaissen une faible progression de leur producivié à cause d une PTF posiive mais rop faible au regard des performances des pays voisins. Le roisième groupe qui conien le plus de branches es consiué des bons performeurs, la croissance de la producivié es fore au regard des pays voisins. Cee croissance es souenue soi par un capial deepening plus imporan accompagné d une PTF relaivemen faible (Indusrie alimenaire e Papier e édiion) soi par une fore conribuion de la PTF accompagnée d un capial deepening relaivemen faible (Indusrie du bois, Caouchouc e plasics, Méallurgie, Fabricaion de machines). Une seule branche de ce groupe, Aures indusries manufacurières qui couvren esseniellemen la fabricaion de meubles e les aciviés de recyclage, parvien à enregisrer une fore croissance du capial deepening e de la PTF. Au sein des services marchands, seules les Aciviés financières appariennen au groupe des bons performeurs bénéfician à la fois d un capial deepening e d une conribuion de la PTF relaivemen élevés. Toues les aures branches enregisren les moins bonnes performances des pays de comparaison en ermes de croissance de la producivié. Elles se caracérisen par un capial deepening e un effe de composiion de la main d œuvre relaivemen élevé mais insuffisan pour compenser la conribuion négaive de la PTF. Enfin, le capial deepening, imporan pour la majorié des branches d acivié belges, peu aussi êre décomposé en deux élémens : un effe «quanié» lié à l évoluion physique du sock oal de capial e en un effe «qualié» lié à la composiion du sock en ermes d acifs présenan des caracérisiques e donc des produciviés différenes. La Belgique se disingue de ses voisins par une conribuion plus imporane du capial deepening en quanié dans l indusrie manufacurière principalemen, e en qualié dans oue l économie marchande, e plus pariculièremen, dans les services marchands.

5 Table des maières 1. Inroducion Les niveaux de producivié horaire La croissance de la producivié horaire La décomposiion de la croissance de la producivié La conribuion de l inensificaion en capial La conribuion de la composiion de la main-d œuvre La conribuion de la PTF Synhèse des résulas secoriels Conclusion Bibliographie Annexes Annexe 1 : Dispersion des niveaux de producivié enre les branches d acivié des quare pays 26 Annexe 2 : Evoluion du différeniel de niveaux de producivié secoriels enre 1996 e Annexe 3 : Branches d acivié présenan une convergence de leur producivié 28 Annexe 4 : Conribuion du capial deepening TIC 32 Annexe 5 : Imporance relaive des branches d acivié en Belgique 33

6 Lise des ableaux Tableau 1 Résumé chiffré de l analyse réalisée dans le WP 14-10, évoluion cumulée , % 1 Tableau 2 Niveaux de producivié du ravail par branche d acivié, 1996, euros par heure 4 Tableau 3 Niveaux de producivié du ravail par branches d acivié, 2007, euros par heure 5 Tableau 4 Taux de croissance annuel moyen de la producivié horaire du ravail, , % 7 Tableau 5 Taux de croissance annuel moyen des heures ravaillées, , % 8 Tableau 6 Tableau 7 Différeniel de niveau e de aux de croissance de la producivié enre la Belgique e la moyenne pondérée des rois pays voisins, % 10 Décomposiion de la croissance de la producivié du ravail en Belgique e dans les rois pays voisins sur la période , aux de croissance annuel moyen e écar cumulé sur la période, % 13 Tableau 8 Conribuion oale du capial deepening, , % 14 Tableau 9 Conribuion «quanié» du capial deepening, , % 15 Tableau 10 Conribuion de la composiion du capial, , % 16 Tableau 11 Conribuion de la composiion de la main-d œuvre, , % 18 Tableau 12 Conribuion de la PTF, , % 19 Tableau 13 Conribuion de la PTF filrée par Hodrick-Presco, , % 20 Tableau 14 Niveau de la producivié, 1996, euros par heure e aux de croissance annuel moyen, , % 22 Tableau 15 Ecar-ype des niveaux de producivié secoriels Economie marchande, % 26 Tableau 16 Ecar-ype des niveaux de producivié secoriels Indusrie manufacurière, % 26 Tableau 17 Ecar-ype des niveaux de producivié secoriels Services marchands, % 26 Tableau 18 Différeniel de niveaux de producivié en 1996 e en 2007, euros par heure 27 Tableau 19 Conribuion du capial deepening TIC, , % 32 Tableau 20 Par dans les heures ravaillées de l économie oale e dans la VA en volume, % 33

7 Lise des graphiques Graphique 1 Niveau de producivié en 1996 e aux de croissance annuel moyen enre 1996 e 2007, Texile, habillemen e cuir 28 Graphique 2 Niveau de producivié en 1996 e aux de croissance annuel moyen enre 1996 e 2007, Fabricaion de machines 28 Graphique 3 Niveau de producivié en 1996 e aux de croissance annuel moyen enre 1996 e 2007, Fabricaion de véhicules 29 Graphique 4 Niveau de producivié en 1996 e aux de croissance annuel moyen enre 1996 e 2007, Eau, gaz e élecricié 29 Graphique 5 Niveau de producivié en 1996 e aux de croissance annuel moyen enre 1996 e 2007, Commerce 30 Graphique 6 Niveau de producivié en 1996 e aux de croissance annuel moyen enre 1996 e 2007, Horeca 30 Graphique 7 Niveau de producivié en 1996 e aux de croissance annuel moyen enre 1996 e 2007, Transpors e communicaions 31 Graphique 8 Niveau de producivié en 1996 e aux de croissance annuel moyen enre 1996 e 2007, Locaion e services aux enreprises 31

8

9 1. Inroducion L évoluion macro économique des coûs uniaires du ravail (CUT), c es à dire des coûs du ravail par unié de valeur ajouée produie, que l on peu mesurer par le rappor enre la rémunéraion horaire e la producivié horaire du ravail, es un déerminan imporan de la compéiivié prix de l économie. Des ravaux précédens 1 on monré que cee évoluion influence non seulemen les performances du pays en ermes de commerce inernaional e donc le solde de la balance courane, mais influence aussi l imporance relaive de l économie en ermes de valeur ajouée, de revenu e de producion. Or, le dernier working paper 2 sur le suje a monré que la Belgique connaî, par rappor à la moyenne des rois pays voisins, l Allemagne, la France e les Pays Bas, une déérioraion des CUT au niveau agrégé sur la période , expliquée principalemen par une faible croissance de la producivié du ravail. Cee faiblesse relaive rouve son origine aussi bien dans l indusrie manufacurière que dans les services marchands. Dans le cas des services marchands, en conreparie, la fore croissance des heures ravaillées en Belgique place nore pays, dans ce domaine, en êe des pays de comparaison. Le ableau 1 résume les principaux résulas de cee analyse. Tableau 1 Résumé chiffré de l analyse réalisée dans le WP 14-10, évoluion cumulée , % Allemagne France Pays-Bas Belgique Ecar de la variable belge avec la moyenne des 3 voisins Economie marchande 3 CUT -0,5 13,4 19,1 13,2 6,1 Producivié horaire 20,4 25,8 27,5 19,0-3,3 Salaire horaire 19,8 42,6 51,9 34,8 2,7 Heures ravaillées -1,5 6,0 9,9 11,8 9,2 VA en volume 18,6 33,3 40,1 33,1 5,7 don : Indusrie manufacurière 4 CUT -9,3-4,4 3,4 1,8 8,2 Producivié horaire 41,3 49,9 43,6 36,0-5,8 Salaire horaire 28,1 43,4 48,5 38,4 1,9 Heures ravaillées -10,8-17,4-11,1-12,2 1,4 VA en volume 26,1 23,9 27,7 19,5-4,5 don : Services marchands 5 CUT 4,5 16,9 14,8 19,2 8,1 Producivié horaire 13,5 20,5 34,5 13,6-3,9 Salaire horaire 18,7 40,9 54,4 35,4 3,9 Heures ravaillées 11,1 17,1 18,2 23,9 8,7 VA en volume 26,0 41,2 58,9 40,8 4,5 Remarque : L écar des performances belges es mesuré par rappor à la moyenne pondérée des rois pays voisins. La pondéraion es basée sur l imporance relaive des PIB els que publiés par l OCDE. 1 Alernaive assessmen of Belgian compeiiveness, WP 9 09, Bureau fédéral du Plan. 2 L évoluion des coûs uniaires du ravail en Belgique de 1996 à 2008, WP 14 10, Bureau fédéral du Plan. 3 L économie marchande elle que définie dans la base de données EUKLEMS comprend l ensemble des branches d acivié de codes NACE de A à K ainsi que O e P mais sans la branche 70, aciviés immobilières. 4 L indusrie manufacurière se défini comme l ensemble des branches reprises sous le code NACE D. 5 Les services marchands comprennen les branches d acivié de codes NACE de G à K (sans le seceur 70). Cee définiion diffère légèremen de celle de la base de données EUKLEMS. 1

10 Afin de mieux comprendre la faible croissance de la producivié belge sur la période , ce working paper fourni, pour la Belgique e ses rois pays voisins, une décomposiion de la croissance de la producivié du ravail par la compabilié de la croissance réalisée pour les principales branches d acivié de l économie marchande. La compabilié de la croissance perme d esimer la conribuion des faceurs de producion e de la producivié oale des faceurs (PTF) à la croissance de la producivié du ravail. Cee décomposiion es précédée, dans la secion 2, d une analyse des niveaux de producivié horaire des quare pays, les aux de croissance de la producivié peuven, en effe, êre condiionnés par les niveaux déjà aeins au débu de la période considérée, en l occurrence Il es, en effe, plus facile d améliorer la producivié lorsque le rendemen marginal du capial es plus élevé ou par des ransfers de echnologies exisanes que de l améliorer lorsqu on es leader par la concepion de nouvelles echnologies ou de nouvelles organisaions de la producion. La période d analyse, , correspond à celle de l éude précédene e es jusifiée par la loi belge de 1996 relaive à la promoion de l emploi e de la sauvegarde prévenive de la compéiivié qui fai débuer le conrôle de l évoluion relaive des salaires par le Conseil Cenral de l Economie à cee dae. Comme dans la première parie du WP 14 10, ce son les données EUKLEMS qui on éé uilisées pour permere la comparaison enre les pays 6. 6 Données provenan du sie pour l Allemagne, la France e les Pays Bas e du sie (rubrique : daa) pour la Belgique. 2

11 2. Les niveaux de producivié horaire La croissance de la producivié horaire du ravail doi êre analysée à la lumière des niveaux déjà aeins par cee producivié. En effe, il es héoriquemen plus facile pour un pays d afficher des aux de croissance élevés si le niveau de la producivié es plus faible que dans les aures pays. C es l effe de rarapage (caching up) largemen éudié dans la liéraure économique 7. Sous les hypohèses néoclassiques, Solow (1956) monre, dans son modèle de croissance, que chaque économie possède un équilibre de long erme vers lequel elle converge. En effe, la croissance de la producivié es déerminée par l accumulaion de capial par unié de ravail (raio K/L) qui converge à long erme vers un éa saionnaire, conséquence qui découle des rendemens décroissans du capial. Si les caracérisiques exogènes déerminan l équilibre dans ce modèle (aux d épargne, croissance de la populaion, aux de dépréciaion du capial, progrès de la echnologie, ) son similaires dans plusieurs pays, une convergence pourra s observer enre ces pays : les pays avec un raio K/L plus faible connaîron une croissance plus fore. A l équilibre de long erme, seul le progrès echnologique, exogène au modèle, peu avoir un impac sur la croissance de la producivié. Les modèles de croissance endogène on conribué au déba e on permis de mere en évidence l impac possible de l innovaion e du progrès echnique sur la producivié des faceurs e sur leur accumulaion. La héorie de la croissance endogène inrodui les rendemens croissans ou consans dans la foncion de producion pour déerminer de façon endogène un aux de croissance à long erme. Plusieurs modèles exisen. Cerains inroduisen le capial humain dans la foncion de producion qui dépend du niveau de la recherche, de l éducaion (Barro (1991)) ou de l «apprenissage par la praique» (Lucas (1988)). Ces faceurs peuven expliquer que les écars enre les pays persisen. Romer (1986) inrodui le concep d exernaliés posiives de la connaissance permean une foncion de producion agrégée présenan des rendemens d échelle croissans. Des modèles plus récens 8 proposen une héorie de la croissance, reposan principalemen sur le modèle schumpéérien de desrucion créarice, qui perme une croissance de long erme basée sur l innovaion amélioran la qualié des produis. Dans cee héorie qui prend en compe le processus de ransfer de la echnologie, la croissance es condiionnée par la disance du pays (ou de la branche d acivié) par rappor à la fronière echnologique mondiale. La croissance d un pays pourra êre d auan plus rapide que ce dernier es éloigné de la fronière echnologique, à condiion que les insiuions e les poliiques du pays soien favorables au processus de rarapage e permeen donc au pays de bénéficier d un ransfer de echnologies 7 Barro e Sala i Marin (1995), Hall e Jones (1999); Klenow e Rodriguez Clare (1997), Young e Higgins e Levy (2007). 8 Aghion e Howi (2006). 3

12 exisanes dans d aures enreprises ou d aures pays. Si, par conre, le pays se siue déjà à la fronière echnologique, il aura besoin pour coninuer à croîre d aures ypes d insiuions e de poliiques, davanage axées sur la promoion de l innovaion à parir de ses ressources. La Belgique es généralemen considérée comme un pays rès producif. Il es inéressan de vérifier dans quelle mesure cee image correspond aux performances des principales branches d acivié de l économie marchande e commen ces performances on évolué au cours de la période éudiée. Le ableau 2 présene les niveaux de producivié du ravail au débu de la période pour la Belgique e les rois pays de comparaison 9. En 1996, dans la majorié des branches d acivié de l économie marchande, la Belgique domine, souven largemen, ses parenaires européens en ermes de niveau de producivié. Les seules excepions son l Indusrie alimenaire pour laquelle la Belgique es dépassée par les Pays Bas, la Chimie pour laquelle les Pays Bas e la France affichen des niveaux supérieurs au niveau belge, la Fabricaion de machines dominée de peu par l Allemagne, les Aures indusries manufacurières 10 dominées de peu par la France e la Locaion e services aux enreprises dominés par l Allemagne e la France. Tableau 2 Niveaux de producivié du ravail par branche d acivié, 1996, euros par heure Allemagne France Pays-Bas Belgique Economie marchande 27,0 26,0 24,8 32,4 don : Indusrie manufacurière 30,0 28,9 30,0 36,4 Services marchands 26,9 27,7 23,3 31,4 Indusrie alimenaire 21,3 25,4 37,2 33,9 Texile, habillemen e cuir 20,3 19,8 22,4 26,6 Indusrie du bois 20,2 20,4 n.d. 23,0 Papier e édiion 29,7 29,4 28,3 35,9 Chimie 49,1 67,1 69,7 63,0 Caouchouc e plasics 31,1 33,1 28,8 33,9 Fabricaion non-méallique 31,1 29,5 24,2 37,4 Méallurgie 29,5 26,5 27,0 32,0 Fabricaion de machines 31,8 25,3 26,5 31,4 Fabricaion d appareils élecriques e élecroniques 29,5 29,6 24,8 35,0 Fabricaion de véhicules 36,4 32,3 24,7 37,1 Aures indusries manufacurières 20,3 22,4 20,9 21,1 Eau, gaz e élecricié 73,6 80,4 84,4 125,2 Consrucion 20,8 21,0 20,3 27,3 Commerce 20,9 22,8 20,2 27,5 Horeca 10,4 16,5 13,8 18,3 Transpors e communicaions 27,8 30,9 27,9 33,5 Aciviés financières 40,5 44,9 48,6 59,0 Locaion e services aux enreprises 39,5 30,7 20,9 29,0 Source : données EUKLEMS, calculs BFP. 9 Une branche d acivié, Cokéfacion, raffinage pérolier e énergie nucléaire (code NACE 23), n es pas déaillée dans le ableau éan donné son comporemen erraique dû à la difficulé d appréhender saisiquemen ses aciviés. 10 Les principales aciviés regroupées dans la branche Aures indusries manufacurières son la fabricaion de meubles e la récupéraion de maériel méallique recyclable. 4

13 Le même ableau éabli pour l année 2007 monre que des changemens se son progressivemen opérés. Si, globalemen pour l économie marchande, les niveaux de producivié belges coninuen à êre supérieurs à ceux des pays voisins, la Belgique a perdu sa place de leader dans plusieurs branches d acivié relaivemen imporanes an de l indusrie manufacurière que des services marchands 11. C es le cas pour l indusrie du Caouchouc e plasics largemen dominée par la France, la Fabricaion non méallique pour laquelle l Allemagne e la France son désormais devan la Belgique, la Fabricaion d appareils élecriques e élecroniques où la France e l Allemagne son les leaders, la Fabricaion de véhicules avec les rois pays dépassan mainenan le niveau belge, le Commerce pour lequel les Pays Bas son passés en êe e les Transpors e Communicaions qui permeen aux rois voisins d afficher un niveau de producivié supérieur à celui de la Belgique. La Belgique n es parvenue à améliorer son posiionnemen que dans la Fabricaion de machines où elle passe devan l Allemagne. Par conre, sa posiion relaive se dégrade en ce qui concerne la Chimie pour laquelle le niveau belge es mainenan inférieur à celui des rois pays voisins. Enfin, la posiion relaive de la Belgique dans l Indusrie alimenaire e dans la Locaion e services aux enreprises rese sable. Tableau 3 Niveaux de producivié du ravail par branches d acivié, 2007, euros par heure Allemagne France Pays-Bas Belgique Economie marchande 32,5 32,7 31,6 38,5 don : Indusrie manufacurière 42,5 43,3 43,1 49,5 Services marchands 30,5 33,3 31,3 35,7 Indusrie alimenaire 22,9 28,4 50,0 39,0 Texile, habillemen e cuir 31,8 34,4 37,6 41,9 Indusrie du bois 28,6 38,3 n,d, 39,2 Papier e édiion 34,9 41,2 39,4 52,8 Chimie 86,1 96,1 129,6 80,1 Caouchouc e plasics 43,0 83,0 38,6 57,7 Fabricaion non-méallique 44,7 43,5 26,7 40,7 Méallurgie 34,9 31,6 35,0 41,8 Fabricaion de machines 39,0 44,6 37,5 48,0 Fabricaion d insrumens élecriques e élecroniques 59,6 62,0 37,7 56,0 Fabricaion de véhicules 58,4 44,5 44,6 42,7 Aures indusries manufacurières 21,0 27,6 26,8 27,9 Eau, gaz e élecricié 102,9 123,6 130,4 159,3 Consrucion 21,0 20,6 21,1 33,5 Commerce 26,4 28,0 30,9 30,3 Horeca 11,2 17,2 14,9 18,5 Transpors e communicaions 42,3 49,9 47,3 41,1 Aciviés financières 45,5 61,4 64,6 98,0 Locaion e services aux enreprises 33,0 30,8 22,5 29,6 Source : données EUKLEMS, calculs BFP. Ce ableau monre aussi qu au sein de chaque pays, la dispersion des niveaux de producivié enre branches d acivié es relaivemen imporane. La mesure de la dispersion par l écar 11 L imporance relaive en ermes d heures ravaillées des branches d acivié es fournie à l annexe 5. 5

14 ype des niveaux de producivié es la plus élevée, en moyenne sur la période , pour la Belgique lorsque l ensemble des branches d acivié composan l économie marchande es pris en considéraion. Par conre, la Belgique présene la dispersion la plus faible lorsque seules les branches d acivié de l indusrie manufacurière son prises en compe (voir annexe 1). Au sein d une même branche d acivié, les niveaux de producivié varien aussi foremen d un pays à l aure. Sur l ensemble de la période, l évoluion de l écar des niveaux de producivié enre la Belgique e ses voisins s es surou rédui vis à vis de la France avec un différeniel de producivié qui se rédui pour 11 des 19 branches éudiées alors qu une elle réducion n es observable que dans seulemen 7 branches pour l Allemagne e 8 branches pour les Pays Bas (voir annexe 2). 6

15 3. La croissance de la producivié horaire Si la Belgique rese un des pays les plus producifs, le aux de croissance de la producivié enregisré au cours la période es neemen plus faible que celui des rois pays voisins que ce soi pour l économie marchande dans son ensemble ou pour l indusrie manufacurière e les services marchands (ableau 4). La faiblesse relaive de la croissance de la producivié n es cependan pas une caracérisique commune à oues les branches d acivié de l économie marchande belge. Au niveau de l indusrie manufacurière, l Indusrie du papier e l édiion, la Méallurgie e les Aures indusries manufacurières enregisren les aux de croissance de la producivié les plus élevés des pays de comparaison. Cee performance es d auan plus inéressane que leur niveau de producivié éai déjà comparaivemen élevé en 1996 (ableau 2). A l opposé, la Fabricaion non méallique, la Fabricaion de véhicules e la Chimie enregisren les aux de croissance les plus faibles des pays de comparaison. Mais les deux premières branches affichaien, en 1996, le niveau de producivié le plus élevé des pays de comparaison, ce qui n es pas le cas de la Chimie. Tableau 4 Taux de croissance annuel moyen de la producivié horaire du ravail, , % Allemagne France Pays-Bas Belgique Economie marchande 1,69 2,09 2,21 1,59 don : Indusrie manufacurière 3,15 3,68 3,29 2,80 Services marchands 1,15 1,70 2,69 1,16 Indusrie alimenaire 0,65 1,03 2,70 1,27 Texile, habillemen e cuir 4,08 5,04 4,70 4,13 Indusrie du bois 3,13 5,72 1,12 4,82 Papier e édiion 1,45 3,06 3,02 3,50 Chimie 5,11 3,26 5,64 2,18 Caouchouc e plasics 2,94 8,36 2,65 4,83 Fabricaion non-méallique 3,29 3,55 0,88 0,77 Méallurgie 1,53 1,62 2,37 2,43 Fabricaion de machines 1,86 5,16 3,17 3,86 Fabricaion d insrumens élecriques e élecroniques 6,40 6,72 3,82 4,27 Fabricaion de véhicules 4,30 2,91 5,36 1,27 Aures indusries manufacurières 0,34 1,89 2,26 2,54 Eau, gaz e élecricié 3,05 3,90 3,96 2,19 Consrucion 0,09-0,18 0,33 1,85 Commerce 2,11 1,84 3,86 0,90 Horeca 0,67 0,41 0,71 0,10 Transpors e communicaions 3,79 4,37 4,82 1,86 Aciviés financières 1,05 2,85 2,58 4,62 Locaion e services aux enreprises -1,64 0,01 0,66 0,19 7

16 Les branches des services marchands, à l excepion des aciviés financières e de la Locaion e services aux enreprises, affichen par conre les aux de croissance les plus faibles des pays de comparaison. Ils possédaien, en 1996, les niveaux de producivié les plus élevés. Enfin, la Consrucion enregisre un aux de croissance de la producivié supérieur à celui observé dans les rois pays voisins, alors qu elle affichai, en 1996, un niveau de producivié supérieur aux rois pays. Ce ableau monre que pour chaque branche d acivié, les aux de croissance de la producivié peuven varier foremen d un pays à l aure, e parfois indépendammen du niveau de producivié observé au débu de la période dans chaque pays. Hui branches d acivié (Texile, habillemen e cuir, Fabricaion de machines e Fabricaion de véhicules dans l indusrie manufacurière, Commerce, Horeca, Transpors e communicaion, Locaion e services aux enreprises dans les services marchands, Eau, gaz e élecricié) semblen confirmer la présence d une convergence enre les pays, cʹes à dire d une corrélaion négaive enre le aux de croissance de la producivié du ravail e le niveau de la producivié du ravail au débu de la période (voir annexe 3). L appréciaion des aux de croissance de la producivié doi aussi prendre en compe l évoluion du volume horaire du ravail. Il es, en effe, possible que les bonnes performances de producivié reposen esseniellemen sur une conracion du volume horaire du ravail comme l a monré le WP dans le cas de l indusrie manufacurière française. Tableau 5 Taux de croissance annuel moyen des heures ravaillées, , % Allemagne France Pays-Bas Belgique Economie marchande -0,13 0,53 0,86 1,02 don : Indusrie manufacurière -1,04-1,73-1,07-1,18 Services marchands 0,95 1,44 1,52 1,95 Indusrie alimenaire -1,04-0,60-1,46-0,58 Texile, habillemen e cuir -5,72-7,26-4,85-4,59 Indusrie du bois -4,19-2,12-0,30 0,39 Papier e édiion -1,48-2,29-2,24-1,32 Chimie -2,05-1,46-1,19-0,25 Caouchouc e plasics 0,08-0,04 0,06 0,48 Fabricaion non-méallique -3,19-2,37-0,30-1,22 Méallurgie 0,12-1,19-0,62-0,41 Fabricaion de machines -0,20-1,58 0,70-0,35 Fabricaion d insrumens élecriques e élecroniques -1,16-1,87-2,10-2,51 Fabricaion de véhicules 0,22-0,90-1,28-1,91 Aures indusries manufacurières -1,98-1,90-0,30-2,41 Eau, gaz e élecricié -2,68-1,33-2,29-0,92 Consrucion -2,92 1,67 1,20 0,95 Commerce -0,40 0,60 0,66 0,56 Horeca 1,12 1,20 0,73 0,49 Transpors e communicaions -0,44 0,73 0,72 0,37 Aciviés financières -0,95 0,13 1,27-0,62 Locaion e services aux enreprises 4,28 3,06 2,99 5,13 8

17 Il ressor du ableau 5 que les bonnes performances en ermes de croissance de la producivié de l Indusrie du papier e de l édiion e de la Méallurgie ne s accompagnen pas d une desrucion plus rapide du volume horaire du ravail puisque le aux de décroissance des heures ravaillées y es moins for que dans les aures pays de comparaison. Par conre, cee appréciaion n es plus valable pour la performance des Aures indusries manufacurières puisque cee branche connaî la conracion la plus rapide du volume horaire du ravail des pays de comparaison. A l opposé, la Chimie e les Fabricaions non méalliques voien leur mauvaise performance en ermes de croissance de la producivié nuancée par un ryhme de desrucion des heures presées moins imporan que dans les aures pays. Cee nuance ne peu, par conre, pas êre apporée à la mauvaise performance de la Fabricaion de véhicules puisque la conracion du volume horaire du ravail y es plus rapide que dans les aures pays. Il es aussi inéressan de noer que l Indusrie du bois, celle du Caouchouc e plasics e la Locaion e services aux enreprises affichen des aux de croissance des heures ravaillées relaivemen élevés ou en occupan la deuxième posiion du classemen des pays en ermes de aux de croissance de la producivié. De même, l Indusrie alimenaire e Texile, habillemen e cuir présenen des aux de décroissance du volume du ravail relaivemen faibles ou en mainenan de relaivemen bonnes performances de croissance de producivié. Le ableau 5 perme aussi de consaer que les aux de croissance relaivemen faibles de la producivié observés dans Commerce, Horeca e Transpors e communicaion au sein des services marchands, ne viennen pas d un aux de croissance des heures ravaillées supérieur à celui des pays de comparaison. En effe, la Belgique connaî, dans ces branches, un aux de croissance des heures ravaillées plus faible que celui de 2 à 3 pays voisins. Le ableau 6 synhéise l analyse en présenan l écar en pour cen des niveaux de producivié enre la Belgique e la moyenne pondérée des rois pays voisins, au débu e à la fin de la période considérée, c es à dire en 1996 e en 2007, e l écar enre le aux de croissance annuel moyen de la producivié de la Belgique e de la moyenne pondérée des rois pays voisins sur la période Il ressor de ce ableau que même si pour l économie marchande, l indusrie manufacurière e les services marchands dans leur ensemble, le aux de croissance de la producivié du ravail es relaivemen faible, la supériorié en ermes de niveau de producivié permera à la Belgique de reser encore plusieurs années un des pays les plus producifs. En effe, si le aux de croissance annuel moyen enregisré sur la période rese idenique pour chacun des pays dans les années à venir, ce ne sera qu en 2023 que l indusrie manufacurière française affichera un niveau de producivié supérieur à celui de la Belgique e qu en 2039 que l économie marchande hollandaise dépassera l économie marchande belge en ermes de niveaux de producivié 12. Mais l analyse monre aussi des changemens beaucoup plus rapides 12 Si par conre, le aux de croissance annuel moyen sur la période es pris en considéraion, le niveau de producivié de l indusrie manufacurière allemande dépassera celui de la Belgique dès Le niveau de la producivié de l économie marchande belge ne sera ouefois dépassé par celui des Pays Bas qu après

18 au niveau des branches d acivié pour lesquelles la faiblesse relaive du aux de croissance de la producivié a déjà amené ceraines d enre elles à des niveaux de producivié inférieurs à ceux des pays de comparaison. Ce ableau perme, en effe, de mere en évidence les cinq branches manufacurières e la branche des services marchands don le niveau de producivié es devenu, sur la période considérée, inférieur au niveau moyen des rois pays voisins. Il s agi de la Chimie, Caouchouc e plasics, Fabricaion non méallique, Fabricaion d insrumens élecriques e élecroniques, Fabricaion de véhicules e Transpors e communicaions. A l opposé, une seule branche, Aures indusries manufacurières, es parvenue à passer d un niveau de producivié inférieur à la moyenne des rois voisins en débu de période à un niveau supérieur en fin de période. Tableau 6 Différeniel de niveau e de aux de croissance de la producivié enre la Belgique e la moyenne pondérée des rois pays voisins, % Différeniel niveau 1996 Différeniel niveau 2007 Différeniel aux de croissance annuel moyen Economie marchande 22,53 18,73-0,30 don : Indusrie manufacurière 22,75 15,43-0,55 Services marchands 17,22 12,70-0,36 Indusrie alimenaire 39,76 38,32 0,23 Texile, habillemen e cuir 30,91 25,06-0,36 Indusrie du bois 19,85 29,75 0,96 Papier e édiion 21,90 39,58 1,29 Chimie 9,69-15,68-2,31 Caouchouc e plasics 7,28-0,53-0,05 Fabricaion non-méallique 25,10-3,52-2,35 Méallurgie 13,80 24,45 0,77 Fabricaion de machines 8,50 17,19 0,63 Fabricaion d insrumens élecriques e élecroniques 20,26-3,56-1,92 Fabricaion de véhicules 9,76-16,94-2,56 Aures indusries manufacurières -0,05 14,89 1,40 Eau, gaz e élecricié 62,53 39,57-1,31 Consrucion 31,24 60,63 1,82 Commerce 27,34 10,00-1,30 Horeca 41,93 32,50-0,44 Transpors e communicaions 15,84-10,27-2,26 Aciviés financières 37,72 81,99 2,73 Locaion e services aux enreprises -16,27-4,24 0,97 Remarque : L écar des performances belges es mesuré par rappor à la moyenne des rois pays voisins. La pondéraion es basée sur l imporance relaive des PIB els que publiés par l OCDE. Le différeniel de niveau es exprimé en % selon la formule : (Niveau belge-niveau moyen 3 voisins)/niveau moyen 3 voisins. Pour mieux comprendre ces évoluions, le cadre d analyse de la compabilié de la croissance peu êre appliqué pour calculer la conribuion des faceurs de producion, ravail e capial, à la croissance de la producivié. Cee décomposiion, réalisée pour chaque pays au niveau des branches d acivié, es l obje de la secion suivane. 10

19 4. La décomposiion de la croissance de la producivié La compabilié de la croissance 13 perme, à parir d une foncion de producion Cobb Douglas, de décomposer la croissance de la valeur ajouée en conribuion du faceur capial (K) e conribuion du faceur ravail (L). Le résidu de la décomposiion, c es à dire la parie de la variaion de la VA qui ne peu êre expliquée ni par le ravail ni par le capial es appelé, producivié oale des faceurs (PTF). Celle ci mesure l efficacié avec laquelle le ravail e le capial son combinés dans le processus de producion. L évoluion de la PTF 14 es liée au progrès echnique e aux changemens organisaionnels, mais inclu aussi, noammen, les erreurs de mesure des inpus e de l oupu, l impac de changemens dans les rendemens d échelle, les effes de l absence de concurrence parfaie, K L Δ lnv = q ΔlnK + q ΔlnL + Δ lna avec q K la par du capial dans la VA e q L la par du ravail dans la VA (q K + q L = 1). Dans la base de données EUKLEMS, une par moyenne pondérée sur deux périodes es uilisée. Pour mesurer la croissance de l inpu ravail, la base de données EUKLEMS uilise un indice de volume des services du ravail (Tornqvis) afin de enir compe des différenes caracérisiques (sexe, âge, qualificiaion) de la main d œuvre. l l Δ ln L = vδ ln H avec l v l = w H l l l l w H l l l où H es le nombre d heures presées au emps par un ravailleur de caracérisiques l, v es la moyenne pondérée sur deux périodes de la par du ravail de caégorie l dans la l rémunéraion oale du ravail oues caégories confondues e w es la rémunéraion au emps d une heure de ravail de caégorie l. La croissance de l inpu capial es mesurée égalemen à l aide d un indice de volume des services du capial (Tornqvis) prenan en compe les caracérisiques des produis consiuan le sock oal de capial 15. i i Δ ln K = v Δ ln S avec i v i = uc S i i i i uc S i 13 La compabilié de la croissance uilise une foncion de producion néo classique caracérisée par des rendemens d échelle consans, une producivié marginale décroissane des inpus e une concurrence parfaie sur les marchés des faceurs e des produis. Ces hypohèses impliquen une rémunéraion des faceurs égale à leur producivié marginale. 14 Le aux de croissance de la PTF es approximé par la variaion du logarihme népérien de la PTF. 15 En ce qui concerne la branche Locaion e services aux enreprises (code NACE K sans branche 70, Immobilier) en Belgique, le sock de capial a éé esimé, faue de donnée disponible, uniquemen sans le produi Pi4, Logemens, qui ne consiue qu une parie du capial de la branche

20 i i où S correspond au sock de capial producif de l acif i au emps, v à la par moyenne pondérée sur deux périodes de l acif i dans la rémunéraion oale du capial oues caégories i d acifs confondues e uc au coû d usage de l acif i au emps. La conribuion du faceur ravail (L) es radiionnellemen décomposée en deux paries : l accroissemen des heures oales presées (H) (effe «quanié») e la composiion de la main d œuvre ayan presé ces heures e ayan différenes caracérisiques correspondan à des produciviés e donc des salaires différens 16 (effe «qualié»). Selon le même raisonnemen, la conribuion du capial peu égalemen êre décomposée en deux élémens : l augmenaion du sock oal de biens en capial (S) (effe «quanié») e la composiion du sock consiuan ce accroissemen e ayan différenes caracérisiques e donc des produciviés e des rémunéraions du capial différenes 17 (effe «qualié»). Δ lnv = q K ( Δ ln K Δ ln S ) + q Δ ln S + q ( Δ ln L Δ ln H ) + q Δ ln H K L L + Δ ln A L effe de composiion du ravail (ECL) es égal à la différence enre la croissance de l indice de volume des services du ravail e la croissance des heures ravaillées, oues caégories de ravail confondues. Un effe de composiion posiif signifie donc une croissance plus imporane des heures chez les ravailleurs ayan un salaire e donc une producivié marginale supérieure. ECL = Δ ln L Δ ln H L effe de composiion du capial (ECK) es égal à la différence enre la croissance de l indice de volume des services du capial e la croissance du sock oal de capial, oues caégories de produis confondus. Un effe de composiion posiif signifie donc une croissance plus imporane du sock de produis ayan une rémunéraion e donc une producivié marginale supérieure. ECK = Δ ln K Δ lns La compabilié de la croissance peu égalemen êre uilisée pour décomposer la croissance de la producivié du ravail (V/H) lorsque les variables son exprimées par heure ravaillée. V Δ ln H = Δ lnv Δ ln H = q K K K = q Δ ln H L ( Δ ln K Δ ln H ) + q ( Δ ln L Δ ln H ) + Δ ln A L + q ECL + Δ ln A 16 Dans la base de données EUKLEMS, les caracérisiques prises en compe couvren rois classes de qualificaions, deux classes de genre e rois classes d âge. 17 Dans la base de données EUKLEMS, rois ypes d acif TIC (logiciels, équipemens IT e équipemens de communicaions) e 5 acifs non TIC (équipemens de ranspor, aures machines e équipemens, consrucions résidenielles, aures consrucions e aures produis) son disingués. La Belgique disingue en plus les produis de l agriculure, sylviculure e pêche. 12

21 La croissance de la producivié du ravail peu donc êre décomposée en rois élémens : le capial deepening ou accroissemen de l inensié en capial, qui mesure l effe d une augmenaion en quanié ou en qualié du capial par heure ravaillée (K/H), l effe de composiion du ravail e la conribuion de la PTF. Enfin, le capial deepening peu êre décomposé, comme dans le cas de la décomposiion de la VA, en deux élémens : un capial deepening «quanié» qui mesure l effe de la croissance du sock oal de capial par heure ravaillée e un effe de composiion du capial qui ien compe de la producivié de chaque ype de biens de capial. V Δ ln H K S = q Δ ln H + q K L ECK + q ECL + Δ ln A Le ableau 7 présene cee décomposiion de la croissance de la producivié horaire du ravail sur la période en Belgique e dans les rois pays voisins pour l économie marchande, l indusrie manufacurière e les services marchands ainsi que l écar enre la Belgique e la moyenne pondérée des rois pays voisins. Tableau 7 Décomposiion de la croissance de la producivié du ravail en Belgique e dans les rois pays voisins sur la période , aux de croissance annuel moyen e écar cumulé sur la période, % Allemagne France Pays-Bas Belgique Ecar de la variable belge avec la moyenne des 3 voisins Annuel moyen Cumul sur Economie marchande Producivié horaire 1,69 2,09 2,21 1,59-0,30-3,27 Capial deepening 0,97 0,75 0,59 1,28 0,47 5,28 don effe quanié 0,68 0,45 0,46 0,59 0,02 0,26 Composiion du ravail 0,00 0,37 0,38 0,29 0,11 1,25 PTF 0,72 0,96 1,23 0,01-0,89-9,31 don Indusrie manufacurière Producivié horaire 3,15 3,68 3,29 2,80-0,55-5,84 Capial deepening 0,57 1,01 0,82 1,48 0,72 8,25 don effe quanié 0,51 0,76 0,67 1,06 0,44 4,99 Composiion du ravail 0,27 0,55 0,39 0,43 0,04 0,44 PTF 2,31 2,13 2,09 0,90-1,31-13,40 don Services marchands Producivié horaire 1,15 1,70 2,69 1,16-0,36-3,87 Capial deepening 1,36 0,80 0,71 1,39 0,35 3,94 don effe quanié 0,98 0,56 0,62 0,50-0,28-3,02 Composiion du ravail -0,08 0,32 0,36 0,32 0,20 2,26 PTF -0,13 0,57 1,63-0,55-0,93-9,74 Remarque : Les aux de croissance annuels moyens e l écar annuel moyen son calculés comme les différences en logarihme népérien alors que l écar cumulé sur la période es calculé comme un aux de croissance classique pour êre compaible avec le Tableau 1. 13

22 Il y apparaî clairemen que la faiblesse relaive de la croissance de la producivié belge par rappor à celle des pays voisins es expliquée par la faiblesse relaive de la croissance de la PTF an dans l économie marchande que dans l indusrie manufacurière e dans les services marchands. Cee faiblesse relaive de la PTF n es que pariellemen compensée par un capial deepening relaivemen imporan. Ce dernier vien esseniellemen d un effe quanié dans l indusrie manufacurière belge alors que c es davanage l effe de composiion du capial qui impore dans les services marchands La conribuion de l inensificaion en capial Comme l indique le ableau 8, en comparaison avec les rois pays voisins, l économie marchande belge se disingue des rois pays de comparaison par l imporance de la conribuion de l accroissemen de l inensié en capial de la foncion de producion à la croissance de la producivié du ravail. Ce consa es aussi valable pour la majorié des branches d acivié éudiées. Tableau 8 Conribuion oale du capial deepening, , % Allemagne France Pays-Bas Belgique Economie marchande 0,97 0,75 0,59 1,28 don : Indusrie manufacurière 0,57 1,01 0,82 1,48 Services marchands 1,36 0,80 0,71 1,39 Indusrie alimenaire 0,18 0,36 1,10 0,97 Texile, habillemen e cuir 0,77 1,54 0,91 1,10 Indusrie du bois 0,88 1,11 1,09 0,59 Papier e édiion 1,47 0,96 1,09 1,99 Chimie 1,12 1,52 1,18 2,72 Caouchouc e plasics 0,45 0,96 0,46 0,28 Fabricaion non-méallique 0,44 1,79 0,30 0,95 Méallurgie 0,15 0,52 0,73 0,50 Fabricaion de machines 0,31 0,65 0,84 0,60 Fabricaion d insrumens élecriques e élecroniques 0,57 1,53 0,90 1,09 Fabricaion de véhicules 0,62 0,62 0,46 1,16 Aures indusries manufacurières 0,13 0,69 0,31 0,98 Eau, gaz e élecricié 2,42 0,26 1,40 1,37 Consrucion 0,05 0,32 0,33 0,97 Commerce 0,59 0,57 0,57 1,81 Horeca 0,02 0,07 0,29 0,64 Transpors e communicaions 1,06 0,75 1,18 1,65 Aciviés financières 0,83 1,99 0,67 1,74 Locaion e services aux enreprises 1,70 0,78 0,97 1,46 Dans l indusrie manufacurière, la Chimie, le Papier e édiion, la Fabricaion de véhicules e les Aures indusries manufacurières possèden un capial deepening supérieur à celui observé dans les rois pays voisins. Une seule branche de l indusrie manufacurière présene un capial 14

23 deepening inférieur à celui des rois pays voisins : Caouchouc e plasics. Au sein des services marchands, oues les branches belges bénéficien aussi d un capial deepening plus imporan que celui de leurs voisins européens à l excepion de deux branches : les Aciviés financières pour lesquelles la France enregisre un capial deepening plus élevé e la Locaion e services aux enreprises où la Belgique es précédée par l Allemagne. Cee consaaion es en accord avec l hypohèse d une économie belge relaivemen inensive en capial e es liée à l évoluion du coû relaif des faceurs de producion. Comme déaillé précédemmen, le capial deepening peu êre dû à une accumulaion de biens en capial par heure presée, ous niveaux de producivié des biens confondus (aspec quanié) e/ou à une accumulaion de biens en capial présenan des produciviés élevées (aspec qualié). Il es donc possible d idenifier un effe «quanié» e un effe «qualié» dans le processus d accumulaion du capial. Le ableau 9 fourni la conribuion à la croissance de la producivié du ravail de l aspec «quanié» du capial deepening. Si l indusrie manufacurière belge arrive oujours largemen en êe du classemen, ce n es plus le cas des services marchands qui son dépassés par les rois pays voisins. L économie marchande dans son ensemble es siuée en deuxième posiion après l Allemagne. Tableau 9 Conribuion «quanié» du capial deepening, , % Allemagne France Pays-Bas Belgique Economie marchande 0,68 0,45 0,46 0,59 don : Indusrie manufacurière 0,51 0,76 0,67 1,06 Services marchands 0,98 0,56 0,62 0,50 Indusrie alimenaire 0,16 0,26 1,03 0,78 Texile, habillemen e cuir 0,79 1,50 0,80 1,03 Indusrie du bois 0,88 1,03 1,00 0,32 Papier e édiion 1,47 0,83 0,90 1,52 Chimie 1,06 1,37 1,14 2,40 Caouchouc e plasics 0,42 0,86 0,39 0,18 Fabricaion non-méallique 0,50 1,56 0,20 0,84 Méallurgie 0,11 0,41 0,55 0,27 Fabricaion de machines 0,27 0,53 0,72 0,42 Fabricaion d insrumens élecriques e élecroniques 0,50 0,74 0,33 0,79 Fabricaion de véhicules 0,46 0,41 0,31 0,93 Aures indusries manufacurières 0,08 0,59 0,14 0,79 Eau, gaz e élecricié 2,42 0,49 1,29 0,80 Consrucion 0,11 0,27 0,30 0,90 Commerce 0,61 0,38 0,68 1,41 Horeca -0,01 0,02 0,29 0,30 Transpors e communicaions 1,04 0,62 0,97 0,67 Aciviés financières 0,69 1,87 0,32 0,91 Locaion e services aux enreprises 1,97 0,64 0,89 0,43 15

24 Au niveau des branches d acivié de l indusrie manufacurière, les mêmes branches que celles ciées au ableau précédan peuven êre idenifiées. S y ajoue la branche Fabricaion d insrumens élecriques e élecroniques qui accumule plus de capial par heure presée que ses homologues allemands, français e hollandais. Au niveau des branches d acivié des services marchands, rois branches sur cinq affichen un un capial deepening puremen «quanié» inférieur à deux ou rois pays voisins. Il s agi des Transpors e communicaions, des Aciviés financières e de la Locaion e services aux enreprises. Enfin, la branche Eau, gaz e élecricié se siue égalemen derrière deux des rois pays voisins. Le ableau 10 fourni la conribuion à la croissance de la producivié du ravail de la composiion du capial (aspec «qualié»). Il perme de monrer que non seulemen les branches d acivié belges invesissen comparaivemen beaucoup mais qu elles le fon dans les biens de capial présenan une producivié élevée. Tableau 10 Conribuion de la composiion du capial, , % Allemagne France Pays-Bas Belgique Economie marchande 0,29 0,30 0,13 0,69 don : Indusrie manufacurière 0,06 0,24 0,15 0,42 Services marchands 0,39 0,24 0,09 0,89 Indusrie alimenaire 0,02 0,10 0,06 0,18 Texile, habillemen e cuir -0,02 0,03 0,10 0,07 Indusrie du bois 0,00 0,08 0,09 0,27 Papier e édiion 0,01 0,14 0,19 0,47 Chimie 0,07 0,15 0,04 0,32 Caouchouc e plasics 0,03 0,11 0,08 0,10 Fabricaion non-méallique -0,06 0,23 0,10 0,11 Méallurgie 0,04 0,11 0,18 0,23 Fabricaion de machines 0,04 0,12 0,12 0,18 Fabricaion d insrumens élecriques e élecroniques 0,06 0,79 0,56 0,30 Fabricaion de véhicules 0,16 0,20 0,15 0,23 Aures indusries manufacurières 0,05 0,10 0,17 0,19 Eau, gaz e élecricié -0,01-0,23 0,10 0,57 Consrucion -0,06 0,05 0,03 0,07 Commerce -0,02 0,19-0,11 0,40 Horeca 0,03 0,05 0,00 0,33 Transpors e communicaions 0,02 0,13 0,20 0,98 Aciviés financières 0,15 0,11 0,35 0,83 Locaion e services aux enreprises -0,27 0,14 0,08 1,03 Toues les branches belges enregisren un effe de composiion du capial supérieur à ce qui es observable dans les rois aures pays à l excepion de quare branches de l Indusrie manufacurière (Texile, habillemen e cuir, Caouchouc e Plasics, Fabricaion non méallique e Fabricaion d insrumens élecriques e élecroniques) qui son dominées par un ou deux 16

25 pays. L effe de composiion du capial es, en Belgique comparaivemen aux aures pays, pariculièremen imporan dans les branches des services marchands. Par rappor aux pays voisins, la rémunéraion du capial ou coû d usage e donc la producivié marginale serai, en moyenne sur la période , plus élevée en Belgique dans la majorié des branches d acivié pour les équipemens IT, les équipemens de ranspor, les consrucions non résidenielles e principalemen dans les services marchands, pour les aures machines e équipemens 18. Pour conribuer le plus à la croissance de la producivié du ravail, la croissance du sock de capial doi êre imporane pour les acifs présenan une producivié e donc une rémunéraion élevée. Par rappor aux pays voisins, le produi de la rémunéraion moyenne du capial par la croissance du sock es, en Belgique, supérieur dans la majorié des branches pour les équipemens IT, les consrucions non résidenielles e les aures machines e équipemens, ce dernier acif connaissan une fore croissance en Belgique comparaivemen aux aures pays. Une aure indicaion de cee orienaion des invesissemens belges vers les biens les plus producifs es donnée par l imporance du capial deepening en echnologies de l informaion e de la communicaion en comparaison avec les rois pays voisins. Sur les 19 branches d acivié éudiées, 10 branches belges présenen le capial deepening TIC le plus élevé des pays de comparaison (voir annexe 4) La conribuion de la composiion de la main-d œuvre Le ableau 11 déaille la conribuion à la croissance de la producivié du ravail de la composiion de la main d œuvre en Belgique e dans les rois pays voisins. Dans l ensemble de l économie marchande, l effe de composiion de la main d œuvre conribue moins en Belgique qu aux Pays Bas e en France alors que dans l indusrie manufacurière, seule la France présene une conribuion supérieure à celle observée en Belgique. Dans les services marchands, ce effe es comparable à celui de la France e inférieur à celui des Pays Bas. Concernan les branches d acivié composan l indusrie manufacurière, l effe de composiion de la main d œuvre es, en Belgique, proche de celui de la France e des Pays Bas mais rese oujours inférieur à au moins un de ces deux pays. Il es, par conre, oujours supérieur à celui de l Allemagne qui affiche un effe de composiion de la main d œuvre relaivemen faible quelle que soi la branche de l indusrie manufacurière considérée. Concernan les services marchands, l effe de composiion de la main d œuvre es, en Belgique, supérieur à celui observé dans les pays voisins dans l Horeca e les Transpors e communicaion. L effe de composiion es équivalen à celui observé en France dans le Commerce. 18 Iniulé Produis méalliques e machines dans la compabilié naionale belge. 17

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002)

Productivité Globale des Facteurs et Croissance dans un contexte de Changement Institutionnel : Le cas du Venezuela (1942-2002) Producivié Globale des Faceurs e Croissance dans un conexe de Changemen Insiuionnel : Alejandro Quijada * Aoû 2004 Résumé Le Venezuela es le dixième produceur e le sixième exporaeur mondial de pérole.

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Macroéconomie. La croissance économique

Macroéconomie. La croissance économique Macroéconomie La croissance économique Plan du chapire La croissance économique en chiffres Le modèle de Solow : modèle de croissance exogène rôle de l accumulaion du capial, de l épargne e du progrès

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Économie internationale

Économie internationale ECOLE POLYTECHNIQUE Recueil Programme d approfondissemen Économie Économie inernaionale Texes de conrôles des connaissances proposés les années anérieures Déparemen d Économie Promoion 006 Année 3 Période

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca L'inensié énergéique du seceur manufacurier de 1976 à 1996 Québec, Onario, Albera e Colombie-Briannique Par Jean-Thomas Bernard jber@ecn.ulaval.ca e Bruno Côé bruno.coe@finances.gouv.qc.ca Chaire en économique

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

L effet richesse en France et aux États-Unis

L effet richesse en France et aux États-Unis L effe richesse en France e aux Éas-Unis Cécile CHATAIGNAULT David THESMAR Division Synhèse conjoncurelle Pierre-Olivier BEFFY Brieuc MONFORT Division Croissance e poliiques macroéconomiques Enre ocobre

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes

L effet des activités hors bilan sur la rentabilité et la volatilité des revenus des banques canadiennes L effe des aciviés hors bilan sur la renabilié e la volailié des revenus des banques canadiennes Nicolas Pellerin * Déparemen des Sciences Adminisraives Universié du Québec en Ouaouais Essai du D.E.S.S.

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada Les reombées économiques de l Accord de libre-échange canada-chili Bureau de l économise en chef Affaires érangères e Commerce inernaional Canada Le 30 mai 2013 Table des maières Sommaire... 1 1. Inroducion...

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT PRIVE AU SENEGAL : Une Approche V.A.R Structurel

LES DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT PRIVE AU SENEGAL : Une Approche V.A.R Structurel REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue Redressemen non commandé sur charge RL en conducion coninue SI 9- I. Conversion alernaif-coninu, exemples d applicaions liés à la racion Figure : Locomoive BB5 Réseau de disribuion Redresseur saique monophasé

Plus en détail

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise

France : la consommation privée bridée par la faiblesse des revenus en sortie de crise N 150 21 juille 2010 France : la consommaion privée bridée par la faiblesse des revenus en sorie de crise La consommaion des ménages en France a neemen freiné depuis la crise financière. La récession qui

Plus en détail

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français

L évaluation du prix des actions par les fondamentaux : analyse du marché français L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché français Dominique epin To cie his version: Dominique epin. L évaluaion du prix des acions par les fondamenaux : analyse du marché

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière*

Une mesure financière de l importance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Une mesure financière de l imporance de la prime de risque de change dans la prime de risque boursière* Salem Boubakri Janvier 2009 Résumé Cee éude ese une exension inernaionale du Modèle d Evaluaion des

Plus en détail

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 CHAPITRE 23 LA CROISSACE ECOOMIQUE Ce chapire consiue une inroducion aux héories de la croissance économique. Après un bref exposé des fais sylisés de la croissance

Plus en détail

Écart de production et inflation en France

Écart de production et inflation en France L obje de la présene éude es d apprécier l incidence sur l inflaion d une modificaion de l écar de PIB. Les qualiés explicaives e prédicives des six indicaeurs d écar de producion calculés pour la France

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES DT 07/2002 Ressources Humaines e Libéralisaion : une approche sraégique Cas du seceur élecrique en Afrique subsaharienne Samuel AMBAPOUR

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

Gérard Roland, Economie Politique Chapitre 23 CHAPITRE 23 LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1. INTRODUCTION : LES CHIFFRES CLES DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE Gérard Roland, Economie Poliique Chapire 23 CHAPITRE 23 LA CROISSACE ECOOMIQUE Ce chapire consiue une inroducion aux héories de la croissance économique. Après un bref exposé des fais sylisés de la croissance

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005

DOCUMENT DE TRAVAIL FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51. novembre 2005 DOCUMENT DE TRAVAIL LA QUALITÉ DE L EMPLOI L EN FRANCE : TENDANCE ET CYCLE FLORENT FREMIGACCI YANNICK L HORTY N 51 novembre 2005 «LE DESCARTES I» 29, PROMENADE MICHEL SIMON 93166 NOISY-LE-GRAND CEDEX TÉL.

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Efficience et Productivité des Banques Commerciales Marocaines: Approche non Paramétrique. Touhami Abdelkhalek and Sanae Solhi

Efficience et Productivité des Banques Commerciales Marocaines: Approche non Paramétrique. Touhami Abdelkhalek and Sanae Solhi Efficience e Producivié des Banques Commerciales Marocaines: Approche non Paramérique Touhami Abdelkhalek and Sanae Solhi ERF 5TH CONFERENCE 23-25h November 2008 Efficience e producivié des banques commerciales

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

GDR d'économie et finance internationale quantitative "ouverture économique et développement" Tunis Juin 2000

GDR d'économie et finance internationale quantitative ouverture économique et développement Tunis Juin 2000 1 GDR d'économie e finance inernaionale quaniaive "ouverure économique e développemen" Tunis Juin 2000 Ineracion enre IDE, capial humain e croissance dans les pays émergens M. Ben Abdallah* e R.Meddeb**

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Quesion 1: Analyse e évaluaion des obligaions (31 poins) Vous ravaillez dans le déparemen des invesissemens obligaaires pour une compagnie d assurance-vie. Vous avez créé le ableau ci-dessous conenan des

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Incidence du commerce international sur les salaires des Canadiens

Incidence du commerce international sur les salaires des Canadiens Incidence du commerce inernaional sur les salaires des Canadiens par Omar Zakhilwal N o 156 11F0019MPF N o 156 ISSN: 1200-5231 ISBN: 0-660-96431-7 Prix : 5 $ le numéro, 25 $ annuellemen Éudes de la Famille

Plus en détail

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle

Impact budgétaire de l immigration en France : une étude de comptabilité générationnelle Impac budgéaire de l immigraion en France : une éude de compabilié généraionnelle Xavier Chojnicki Equippe (Universié de Lille 2) e Cepii L'objecif es ici d'éudier, en comparan les effes découlan d un

Plus en détail

Rideaux pare-flammes et coupe-feu

Rideaux pare-flammes et coupe-feu Rideaux pare-flammes e coupe-feu Rideaux flexibles pare-flammes e coupe-feu Fibershield-P Fibershield-E Fibershield-H Fibershield-S Fibershield-F Fibershield-W Fibershield-Fix Concep e objecif de proecion

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

Four à arc double cuve à courant continu à économie d énergie pour ferrailles de qualité médiocre

Four à arc double cuve à courant continu à économie d énergie pour ferrailles de qualité médiocre Four à arc double cuve à couran coninu à économie d énergie pour ferrailles de qualié médiocre Le four à arc double cuve à couran coninu opimisé énergéiquemen d ABB fourni à chaque aciérise un agréga de

Plus en détail

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET

MODELES DE LA COURBE DES TAUX D INTERET. UNIVERSITE d EVRY Séance 4. Philippe PRIAULET MODELES DE LA COURBE DES AUX D INERE UNIVERSIE d EVRY Séance 4 Philippe PRIAULE Plan de la Séance Les modèles sochasiques de déformaion de la courbe des aux: Approche déaillée Le modèle de Black: référence

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail