SEVRAGE : MODALITES PRATIQUES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SEVRAGE : MODALITES PRATIQUES"

Transcription

1 Ventilation en réanimation 411 SEVRAGE : MODALITES PRATIQUES M. Wysocki, Réanimation polyvalente, Institut Mutualiste Montsouris, 42 Boulevard Jourdan, Paris cedex 14. INTRODUCTION Sevrage : Action de sevrer. Sevrer : priver, désaccoutumer quelqu un de quelque chose. Le sevrage est habituellement considéré comme la séparation durable du malade et du ventilateur. L objectif d un sevrage bien conduit est de réduire au strict minimum la durée de la ventilation mécanique et de l intubation endotrachéale, sans exposer le malade au risque d une extubation a contrario trop précoce et d une éventuelle réintubation. D un point de vue très pratique, les questions que doivent se poser les réanimateurs confrontés au sevrage sont les suivantes : 1- Quand puis-je débuter le sevrage? 2- Comment vais-je sevrer mon malade? Répondre quotidiennement à ces questions doit permettre de sevrer plus rapidement et plus efficacement les malades. Ainsi, Ely et col. [1], dans une étude prospective contrôlée, comparaient deux modalités de prise en charge attribuées de manière aléatoire à 300 malades de réanimation intubés ventilés. Une modalité dite conventionnelle (C) laissait le soin aux médecins traitants de décider du sevrage, l autre modalité proposait une évaluation quotidienne (EQ) des capacités du malade à être sevré du ventilateur. Dans cette dernière, selon des critères préétablis, le médecin traitant était informé que son malade pouvait raisonnablement être sevré avec succès. Les résultats de cette étude étaient spectaculaires et montraient qu avec l EQ, il était possible de réduire la durée du sevrage de plus- de 60 % et la durée de ventilation mécanique de 25 %. De manière parallèle, le nombre de réintubations (échec du sevrage) était moindre avec l EQ, de même que le coût de l hospitalisation en réanimation. 1. QUAND PUIS-JE DEBUTER LE SEVRAGE? La conduite générale du sevrage est schématisée sur la Figure 1. Le sevrage peut débuter lorsque les critères de sevrabilité sont présents. Les critères de sevrabilité sont des critères qui, reposant sur le «bon sens», et lorsqu ils sont présents, laissent penser qu il est possible de débuter le sevrage. Ainsi, il est raisonnablement licite de débuter le sevrage lorsque l épisode aigu justifiant la ventilation mécanique est corrigé. De même, le sevrage peut débuter s il n existe pas de troubles neurologiques centraux (coma,

2 412 MAPAR 2001 agitation, encéphalopathie, sédation), de dénutrition extrême, d instabilité cardiocirculatoire, de désordres métaboliques ni de syndrome inflammatoire majeur. Peu d études se sont spécifiquement intéressées aux critères de sevrabilité, mais les quelques études récentes sur le sevrage utilisaient des critères de sevrabilité à peu près comparables. Ainsi, dans l étude de Ely et col. [1], le sevrage ne débutait que si le rapport PaO 2 était supérieur à 200 mmhg, le niveau de pression expiratoire positive (PEP) inférieur ou égal à 5 cmh 2 O et le rapport fréquence respiratoire sur volume courant (Fr/Vt) inférieur ou égal à 105 c.min -1.L -1 (en ventilation spontanée). De plus, le malade devait avoir une toux lors de l aspiration endobronchique et ne devait plus recevoir de drogues vasoactives ou sédatives. Dans l étude d Esteban et col. [2], les critères de sevrabilité incluaient la guérison de l épisode aigu motivant la ventilation mécanique, un rapport PaO 2 supérieur à 200 mmhg avec une PEP inférieure ou égale à 5 cmh 2 O, une température corporelle inférieure à 38 C, une hémoglobine supérieure à 10 g.dl -1 et l absence de drogues vasoactives ou sédatives. Dans l étude de Brochard et col. [3], les critères de sevrabilité incluaient :la guérison de l épisode aigu motivant la ventilation mécanique, une température corporelle inférieure à 38,5 C, une hémoglobine supérieure à 8 g.dl -1, un traitement à visée cardiologique ajusté, l absence de drogues sédatives ou de sédation résiduelle et une correction des éventuels désordres électrolytiques. Procédure générale du sevrage Ventilation mécanique Critères de Sevrabilité VS-S 2 h bien tolérée Poursuite de la ventilation mécanique Extubation Sevrage VS-S et/ou VSAI Sevrage de la ventilation Sevrage de la prothèse Poursuite du sevrage Extubation Discuter la trachéotomie Figure 1 : Procédure générale de sevrage. VS-S : ventilation spontanée sur sonde. VSAI : Ventilation spontanée en aide inspiratoire.

3 Ventilation en réanimation 413 Pour être synthétique (Tableau I), il est possible de débuter le sevrage lorsque : 1- L épisode aigu qui a justifié la ventilation mécanique est corrigé. Ce point peut faire l objet d un avis consensuel de l équipe soignante lors de la visite quotidienne. 2- Il n y a pas d altération majeure de la commande ventilatoire (absence de coma, pas de drogue sédative). 3- L oxygénation est «suffisante» avec un rapport PaO 2 > 200 mmhg avec une PEP < 5 cmh 2 O. 4- Il n y a pas de désordre extra-respiratoire majeur et non contrôlé (pas de drogue vasoactive, température < 38 C, hémoglobine > 8 g.dl -1, pas de désordre métabolique majeur, traitement d une insuffisance cardiaque, etc ). Tableau I Critères de sevrabilité L épisode aigu qui a justifié la ventilation mécanique est corrigé (avis consensuel de l équipe soignante). Pas d altération majeure de la commande ventilatoire : - absence de coma - pas de drogue sédative. Rapport PaO 2 > 200 mmhg avec une PEP < 5 cmh 2 O. Pas de désordre extra-respiratoire majeur et non contrôlé : - pas de drogue vasoactive - température < 38,5 C - hémoglobine > 8 g.dl -1 - pas de désordre métabolique majeur - traitement d une insuffisance cardiaque. 2. COMMENT VAIS-JE SEVRER MON MALADE DU VENTILATEUR? En termes de sevrage de la ventilation mécanique, il est actuellement classique de considérer deux types de malades : les malades faciles à sevrer et ceux pour lesquels le sevrage sera difficile SEVRAGE FACILE Le sevrage doit être rapide et donc facile chez les malades sans antécédents particuliers, dont le mécanisme qui a conduit à la ventilation mécanique est rapidement réversible. C est ainsi le cas pour les malades postopératoires, pour ceux qui doivent être ventilés en raison d un coma toxique ou pour ceux qui présentent une pathologie respiratoire aiguë survenant sur des poumons antérieurement sains (état de mal asthmatique, œdème pulmonaire cardiogénique par surcharge). Chez de tels malades et sous surveillance continue des fonctions vitales, le sevrage est réalisé par la mise en VS-S, ballonnet dégonflé. Un apport additionnel en oxygène est assuré afin de maintenir la saturation percutanée en oxygène > 95 %. Cette épreuve de VS-S, appelée encore, épreuve de pièce en T lorsqu à l extrémité de la sonde est mise en place une pièce en T laissant passer un mélange gazeux à haut débit, peut être effectuée en maintenant éventuellement le malade connecté au ventilateur afin de bénéficier des alarmes disponibles. Il convient alors de vérifier que la ventilation à travers le ventilateur n induit pas un travail respiratoire supplémentaire tel, qu il pourrait compromettre le résultat de l épreuve. Ainsi, une épreuve de ventilation spontanée en aide inspiratoire (VSAI) à 7 cmh 2 O serait aussi efficace que l épreuve de VS-S pour mettre en évidence les malades qu il est possible de séparer du ventilateur [4]. La durée de cette épreuve n est

4 414 MAPAR 2001 pas standardisée, mais dans les études récentes sur le sevrage [1-3] elle était de 2 heures, bien qu une période de 30 minutes puisse être suffisante [5]. Au terme de cette période le malade est extubé si l épreuve est correctement tolérée. La bonne tolérance est définie par une fréquence respiratoire < 35 cycles.min -1 ou une augmentation de la fréquence respiratoire < 50 % par rapport au début de l épreuve, une PaO 2 > 50 mmhg avec un apport additionnel en oxygène, un ph > 7,32, une stabilité de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle systolique ou une augmentation < 20 % par rapport au début de l épreuve, pas d agitation ou de modification de l état neuro-psychique. Sur un collectif important (n =1115) de malades ventilés plus de 24 heures, les trois études précédentes montrent que 70 à 80 % de ces malades peuvent être simplement extubés au terme de l épreuve [1-3]. A noter que des indices tels que le rapport fréquence respiratoire/volume courant mesurés très précocement (à la première minute de l épreuve de VS-S) permettrait aussi de prédire le succès du sevrage avec une bonne sensibilité (97 %) pour une valeur < à 105 cycles.min -1.L -1 [6]. Mais la spécificité de tels index est faible (64 %), ce qui signifie que, faussement positifs, ils conduisent fréquemment à extuber les malades à tort LE SEVRAGE DIFFICILE Chez 20 à 30 % des malades ventilés plus de 24 heures, l extubation ne pourra se faire facilement, car l épreuve de VS-S est mal tolérée (un des critères cités précédemment est absent). Devant un sevrage qui apparaît comme difficile, il convient alors de vérifier que les critères de sevrabilité sont bien présents et de mettre en place des modalités de sevrage plus complexes. Plusieurs modalités sont actuellement disponibles et l efficacité des différentes modalités a récemment été comparée [2, 3]. La plus simple consiste à répéter, et sur des durées de plus en plus longues, les épreuves de VS-S. Lorsque l épreuve de VS-S est bien tolérée sur une période de 2 heures, le malade peut être sevré du ventilateur. Les autres modalités actuellement utilisées sont la ventilation assistée contrôlée intermittente (VACI) et la VSAI. La VACI consiste à réduire progressivement le nombre de cycles assistés par le ventilateur. Entre les cycles assistés par le ventilateur, le malade respire spontanément. Lorsque la VACI à fréquence basse (4 à 5 cycles par minute) est bien tolérée pendant plusieurs heures (2 à 24 heures selon les études) le malade peut être sevré du ventilateur. La VSAI est une modalité d assistance partielle dans laquelle le ventilateur assiste le malade en délivrant une pression inspiratoire. Le sevrage se fait alors par réduction progressive de la pression d aide. Lorsque la VSAI avec une pression d aide basse (5 à8cmh 2 O) est bien tolérée pendant plusieurs heures (2 à 24 heures selon les études), le malade peut être sevré du ventilateur. Deux études récentes ont comparé ces différentes modalités [2, 3]. Il s agissait d études multicentriques prospectives contrôlées dans lesquelles trois modalités de sevrage étaient comparées chez des malades difficiles à sevrer (échec de l épreuve de VS-S). Les deux études attribuaient, de manière aléatoire, une des trois modalités précédemment décrites (VS-S, VACI, VSAI) et mesuraient le nombre de malades sevrés avec succès, de même que la durée du sevrage. Bien que les modalités de réduction du support ventilatoire différaient entres les deux études, elles concluaient que la VACI était la moins bonne des modalités avec un pourcentage d échec plus élevé et une durée de sevrage plus longue (Figure 2). La première étude [3] montrait que la VSAI était la modalité la plus efficace, réduisant la durée de sevrage de 3 jours par rapport à la VACI et avec une efficacité du sevrage 5 fois plus importante. La seconde [2], montrait que la VS-S était la modalité la plus efficace réduisant la durée de sevrage de 2 jours par rapport à la VACI avec une efficacité du sevrage 3 fois plus importante. Les deux études divergeaient quant à la modalité de sevrage la plus efficace, VS-S pour l une [2],

5 Ventilation en réanimation 415 VSAI pour l autre [3], probablement en raison des modalités de décroissance du support ventilatoire qui étaient différentes d une étude à l autre. Quoi qu il en soit, les deux études montraient qu il était possible selon les modalités de sevrage utilisées d interférer sur l efficacité du sevrage. 80 % d'echecs du sevrage Esteban Brochard VS-S VSAI VACI 9 Durée du sevrage (jours) Esteban Brochard 0 VS-S VSAI VACI Figure 3 : Pourcentage de malades en échec du sevrage et durée du sevrage selon la modalité de sevrage utilisée, VS-S (VS-S), ventilation assistée contrôlée intermittente (VACI) et ventilation spontanée en aide inspiratoire (VSAI), à partir des études de Brochard et col. (3) et d Esteban et col. (2).

6 416 MAPAR L EXTUBATION Lorsque le malade est sevré du ventilateur, reste à le séparer de la prothèse endotrachéale. En effet, après extubation, une proportion non négligeable de malades (20 à 25 % des malades extubés) va devoir être intubé à nouveau [2, 3]. Une étude récente [5] précise les motifs de réintubation qui, dans près de 40 % des cas, étaient en rapport avec des facteurs mécaniques (œdème laryngé, drainage bronchique inefficace, troubles ventilatoires) ou des facteurs neurologiques. Cet aspect du sevrage à savoir le sevrage de la prothèse endotrachéale à proprement parler, reste difficile et peu prévisible par les tests ventilatoires habituellement utilisés LA VENTILATION NON INVASIVE (VNI) La VNI a récemment été proposée afin de réduire la période de ventilation sur sonde endotrachéale ou d éviter la réintubation lors de l échec du sevrage, en particulier chez les malades les plus difficiles à sevrer, à savoir les malades insuffisants respiratoires chroniques ventilés pour une décompensation (IRCd). Ainsi Nava et col. [7] sélectionnaient 50 malades IRCd dont le sevrage s avérait difficile (échec de l épreuve de VS-S) et chez 25 d entre eux, choisis de manière aléatoire, procédaient à l extubation suivie d une ventilation non-invasive. Les 25 autres malades étaient sevrés de manière progressive en VSAI la sonde endotrachéale étant maintenue en place. Alors que les deux groupes de malades étaient parfaitement comparables, ceux sevrés avec la VNI étaient ventilés 6 jours de moins et restaient hospitalisés en réanimation 11 jours de moins que les malades sevrés de manière conventionnelle. Enfin, le succès du sevrage était plus fréquent chez les malades sevrés avec la VNI. Ces résultats étaient confirmés peu de temps plus tard par Girault et col. [8] qui, sur un collectif de 33 malades IRCd, dont 17 extubés et traités par VNI, obtenaient une réduction de 7 jours de la durée de ventilation mécanique. La VNI pourrait donc être une modalité de sevrage efficace chez certains malades difficiles à sevrer. CONCLUSION Le sevrage de la ventilation mécanique est une préoccupation quotidienne du réanimateur. En fonction des malades pris en charge, ce sevrage peut être simple ou difficile. Dans tous les cas, l évaluation quotidienne des possibilités de séparer le malade du ventilateur doit permettre de réduire la durée de la ventilation mécanique et les complications qui lui sont associées. Chez les malades difficiles à sevrer, l utilisation de modalités de sevrage validées (VS-S et/ou VSAI) doit permettre de raccourcir la durée du sevrage. Enfin, sevrage de la ventilation ne veut pas dire sevrage de la sonde endotrachéale qui, dans un nombre de cas non négligeable, doit parfois être remise en place. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES [1] Ely EW, Baker AM, Dunagan DP, Burke HL, Smith AC, Kelly PT, Johnson MM, Browder RW, Bowton DL, Haponik EF. Effect on the duration of mechanical ventilation of identifying patients capable of breathing spontaneously. N Engl J Med 1996;335: [2] Esteban A, Frutos F, Tobin MJ, Alia I, Solsona JF, Valverdu I, Fernandez R, de la Cal MA, Benito S, Tomas R. A comparison of four methods of weaning patients from mechanical ventilation. Spanish Lung Failure Collaborative Group. N Engl J Med 1995;332:345-50

7 Ventilation en réanimation 417 [3] Brochard L, Rauss A, Benito S, Conti G, Mancebo J, Rekik N, Gasparetto A, Lemaire F. Comparison of three methods of gradual withdrawal from ventilatory support during weaning from mechanical ventilation. Am J Respir Crit Care Med 1994;150: [4] Esteban A, Alia I, Gordo F, Fernandez R, Solsona JF, Vallverdu I, Macias S, Allegue JM, Blanco J, Carriedo D, et al. Extubation outcome after spontaneous breathing trials with T-tube or pressure support ventilation. The Spanish Lung Failure Collaborative Group. Am J Respir Crit Care Med 1997;156: [5] Esteban A, Alia I, Tobin MJ, Gil A, Gordo F, Vallverdu I, Blanch L, Bonet A, Vazquez A, de Pablo R, et al. Effect of spontaneous breathing trial duration on outcome of attempts to discontinue mechanical ventilation. Spanish Lung Failure Collaborative Group. Am J Respir Crit Care Med 1999;159:512-8 [6] Yang KL, Tobin MJ. A prospective study of indexes predicting the outcome of trials of weaning from mechanical ventilation. N Engl J Med 1991;324: [7] Nava S, Ambrosino N, Clini E, Prato M, Orlando G, Vitacca M, Brigada P, Fracchia C, Rubini F. Noninvasive mechanical ventilation in the weaning of patients with respiratory failure due to chronic obstructive pulmonary disease. A randomized, controlled trial. Ann Intern Med 1998;128:721-8 [8] Girault C, Daudenthun I, Chevron V, Tamion F, Leroy J, Bonmarchand G. Noninvasive ventilation as a systematic extubation and weaning technique in acute-on-chronic respiratory failure. A prospective, randomized controlled study. Am J Respir Crit Care Med 1999;160:86-92

SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE CHEZ LE PATIENT DIFFICILE

SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE CHEZ LE PATIENT DIFFICILE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE CHEZ LE PATIENT DIFFICILE XXI Conférence de Consensus SRLF 2001 Revue de la littérature. COSTA MAGDA DESC REA Toulouse 2007 DEFINITION (1) Sevrage Respiratoire = Procédure

Plus en détail

Sevrage ventilatoire. Sandrine Dray Marseille SRLF 2014

Sevrage ventilatoire. Sandrine Dray Marseille SRLF 2014 Sevrage ventilatoire Sandrine Dray Marseille SRLF 2014 Je n ai aucun conflit d intérêt 2001 2007 Définition Procédure de libération du patient du ventilateur et du tube endotrachéal sans reventilation

Plus en détail

Valérie Durrand Sevrage de la ventilation mécanique Promotion DU Date d intervention : 21/11/11

Valérie Durrand Sevrage de la ventilation mécanique Promotion DU Date d intervention : 21/11/11 Valérie Durrand Sevrage de la ventilation mécanique Promotion DU 2011-2012 Date d intervention : 21/11/11 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s) respectif(s). Toute reproduction, représentation,

Plus en détail

LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE

LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Session ide Ludovic LESAGE (Service de Réanimation CH Armentières) Quelle prise en charge infirmier en phase de sevrage ventilatoire? Diapositive 1 LE SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE Centre hospitalier

Plus en détail

VENTILATION NON INVASIVE AU COURS DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE (NOUVEAU-NE EXCLU) Jean Paul Viale Hôpital de la Croix Rousse Lyon

VENTILATION NON INVASIVE AU COURS DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE (NOUVEAU-NE EXCLU) Jean Paul Viale Hôpital de la Croix Rousse Lyon VENTILATION NON INVASIVE AU COURS DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE (NOUVEAU-NE EXCLU) 3 ème conférence de consensus commune SFAR/SPLF/SRLF le 12 octobre 2006 Jean Paul Viale Hôpital de la Croix Rousse

Plus en détail

Outils informatiques et sevrage de la ventilation

Outils informatiques et sevrage de la ventilation Outils informatiques et sevrage de la ventilation Dr Jean-Michel Arnal jean-michel@arnal.org Service de réanimation polyvalente Directeur de la recherche médicale Unité de ventilation à domicile Hamilton

Plus en détail

LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003

LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003 LA VENTILATION NON INVASIVE MICHEL SIRODOT SALLANCHES 2003 La ventilation non invasive Technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser de dispositif intratrachéal Ventilation en

Plus en détail

1 Allain.V.02/02/05.

1 Allain.V.02/02/05. 1 La Ventilation Artificielle Et Les Différents Modes Ventilatoires 1 La Ventilation Artificielle Et Les Différents Modes Ventilatoires Présentation et surveillance d un malade intubé ventilé. 1 2 Introduction

Plus en détail

Sevrage de la ventilation mécanique : définitions et épidémiologie

Sevrage de la ventilation mécanique : définitions et épidémiologie Réanimation 2001 ; 10 : 706-11 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001906/FLA COMMUNICATIONS DES EXPERTS Sevrage de la ventilation mécanique : définitions

Plus en détail

Sevrage ventilatoire. Dr. T.Madelaine Réanimation médicale GH Edouard Herriot - Lyon

Sevrage ventilatoire. Dr. T.Madelaine Réanimation médicale GH Edouard Herriot - Lyon Sevrage ventilatoire Dr. T.Madelaine Réanimation médicale GH Edouard Herriot - Lyon Plan Introduction Sevrage ventilatoire Sevrabilité & épreuve de sevrage Protocole de sevrage VNI & sevrage ventilatoire

Plus en détail

Quelle place pour la VNI dans le SDRA? Frédéric Vargas, Gilles Hilbert

Quelle place pour la VNI dans le SDRA? Frédéric Vargas, Gilles Hilbert Quelle place pour la VNI dans le SDRA? Frédéric Vargas, Gilles Hilbert Réanimation Médicale Groupe Hospitalier Pellegrin (Bordeaux) Quelle place pour la ventilation non invasive dans le SDRA? Il s agit

Plus en détail

Les bases de la ventilation mécanique

Les bases de la ventilation mécanique Les bases de la ventilation mécanique JM Constantin, M.D. Ph.D. GRED CNRS 6293 INSERM U1103 Département de Médecine Périopératoire Responsable des Réanimations CHU Clermont-Ferrand ventilation mécanique

Plus en détail

SEVRAGE DE LA VENTILATION MÉCANIQUE

SEVRAGE DE LA VENTILATION MÉCANIQUE SEVRAGE DE LA VENTILATION MÉCANIQUE Arnaud W. Thille, Laurent Brochard Réanimation médicale, Groupe hospitalier Albert Chenevier - Henri Mondor, Université Paris 12 www.reamondor.aphp.fr INTRODUCTION Le

Plus en détail

NAVA et sevrage de la ventilation mécanique Dr PIQUILLOUD Lise

NAVA et sevrage de la ventilation mécanique Dr PIQUILLOUD Lise NAVA et sevrage de la ventilation mécanique Dr PIQUILLOUD Lise Département de Réanimation Médicale et de Médecine Hyperbare, CHU d Angers Lise.PiquilloudImboden@chu angers.fr Conflits d intérêts Matériel

Plus en détail

Principes de la ventilation mécanique

Principes de la ventilation mécanique Principes de la ventilation mécanique Dr Guillaume Carteaux Réanimation médicale, Groupe de recherche CARMAS Hôpitaux universitaires Henri Mondor guillaume.carteaux@hmn.aphp.fr Objectifs Comprendre les

Plus en détail

VENTILATION NON-INVASIVE POST-EXTUBATION?

VENTILATION NON-INVASIVE POST-EXTUBATION? Sevrage de la ventilation 469 VENTILATION NON-INVASIVE POST-EXTUBATION? C. Girault, Service de Réanimation Médicale, Hôpital Charles Nicolle, Centre Hospitalier Universitaire, 76031 Rouen, France. INTRODUCTION

Plus en détail

Ventilation mécanique dans l insuffisance respiratoire aiguë

Ventilation mécanique dans l insuffisance respiratoire aiguë Réanimation 2001 ; 10 : 9-15 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S116467560000089X/EDI ÉDITORIAL Ventilation mécanique dans l insuffisance respiratoire aiguë J.

Plus en détail

Oxygénothérapie. Indication: insuffisance respiratoire chronique grave des BPCO (seule situation où l OLD a été validée)

Oxygénothérapie. Indication: insuffisance respiratoire chronique grave des BPCO (seule situation où l OLD a été validée) Traitement Oxygénothérapie Indication: insuffisance respiratoire chronique grave des BPCO (seule situation où l OLD a été validée) Une OLD est indiquée chez les patients BPCO lorsque: à distance d un épisode

Plus en détail

Ventilation mécanique

Ventilation mécanique Ventilation mécanique en médecine d urgence Modes ventilatoires Indications / Contre-indications Paramètres de surveillance Christelle PALIN, IDE Dr ANDRE, PH et Dr TAKUN, PH Service d Accueil des Urgences,

Plus en détail

NAVA: Nouveautés et place en Réanimation

NAVA: Nouveautés et place en Réanimation NAVA: Nouveautés et place en Réanimation Frederic Vargas Service de Réanimation Bordeaux CRCT- Inserm U1045 Université de Bordeaux 2 Déclaration de liens La société Maquet soutient notre recherche sur

Plus en détail

Index prédictifs de succès et d échec de l extubation

Index prédictifs de succès et d échec de l extubation Réanimation 2001 ; 10 : 728-32 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001864/FLA COMMUNICATIONS DES EXPERTS Index prédictifs de succès et d échec de l extubation

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvée dans le fichier. IDE : E. SIMAN, J.BERTRAND

La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvée dans le fichier. IDE : E. SIMAN, J.BERTRAND La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvée dans le fichier. IDE : E. SIMAN, J.BERTRAND Dr M. SEBBANE LA VNI C EST QUOI? Assistance ventilatoire sous forme de pression positive

Plus en détail

Causes et conséquences des échecs de l extubation

Causes et conséquences des échecs de l extubation Réanimation 2001 ; 10 : 723-7 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S162406930100189X/FLA COMMUNICATIONS DES EXPERTS Causes et conséquences des échecs de l extubation

Plus en détail

Conséquences de l appropriation des VNI par les kinésithérapeutes

Conséquences de l appropriation des VNI par les kinésithérapeutes Conséquences de l appropriation des VNI par les kinésithérapeutes Thierry PONSET Cadre de Santé Kinésithérapeute Réanimation médicale Centre Hospitalier Lyon Sud 69495 PIERRE BENITE cedex UDéfinition :

Plus en détail

BPCO : Dyspnée et Insuffisance Respiratoire

BPCO : Dyspnée et Insuffisance Respiratoire BPCO : Dyspnée et Insuffisance Respiratoire Considérations physio-pathologiques et et cliniques O. REYBET-DEGAT Service de Pneumologie et Réanimation Respiratoire Hôpital du Bocage. CHU Dijon Réhabilitation

Plus en détail

Classification et indications

Classification et indications VENTILATION MECANIQUE Classification et indications DrJAMOUSSI A. DEFINITION La ventilation mécanique (ou artificielle) est destinée à suppléer de façon totale ou partielle une ventilation absente ou inefficace.

Plus en détail

L'aide inspiratoire : intérêts et limites

L'aide inspiratoire : intérêts et limites L'aide inspiratoire : intérêts et limites J.C. RICHARD L'aide inspiratoire (AI) est un mode de ventilation dit assisté qui ne peut s'appliquer que chez des malades qui présentent une activité respiratoire

Plus en détail

Surveillance respiratoire et indication de la ventilation mécanique dans les paralysies aiguës progressives

Surveillance respiratoire et indication de la ventilation mécanique dans les paralysies aiguës progressives Surveillance respiratoire et indication de la ventilation mécanique dans les paralysies aiguës progressives B. Séguy - D.E.S.C Réanimation Médicale- Juin 2008 Introduction : Historiquement épidémies de

Plus en détail

PATIENT ASYNCHRONE SOUS VENTILATION MECANIQUE. DESC Réa, Mars 2007 H.VINOUR

PATIENT ASYNCHRONE SOUS VENTILATION MECANIQUE. DESC Réa, Mars 2007 H.VINOUR PATIENT ASYNCHRONE SOUS VENTILATION MECANIQUE DESC Réa, Mars 2007 H.VINOUR Définition Désynchronisation entre le cycle respiratoire du patient et le cycle du ventilateur Définition Désynchronisation entre

Plus en détail

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP)

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP) Réanimation 2001 ; 10 : 744-9 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001955/FLA COMMUNICATIONS DES EXPERTS Indications, modalités, conduite, et arrêt de

Plus en détail

VENTILATION NON INVASIVE : TEST

VENTILATION NON INVASIVE : TEST VENTILATION NON INVASIVE : TEST DE 3 MASQUES FACIAUX SUR LE RINÇAGE DU CO 2 PAR LA FUITE INTENTIONNELLE. Clément Médrinal Guillaume Prieur CONFLIT D INTÉRÊT Aucun conflit d intérêt en lien avec ce travail.

Plus en détail

Ventilation Non Invasive et Oedeme aigu du poumon. Frédéric ric Vargas Service de Réanimation Bordeaux

Ventilation Non Invasive et Oedeme aigu du poumon. Frédéric ric Vargas Service de Réanimation Bordeaux Ventilation Non Invasive et Oedeme aigu du poumon Frédéric ric Vargas Service de Réanimation R Bordeaux La VNI au cours de l OAPl cardiogénique débute avec.un aspirateur 1936 1936 The «pulmonary plus pressure

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 12 décembre 2001 INOmax 400ppm mole/mole, gaz pour inhalation Bouteille de 10litres

Plus en détail

Asynchronies patient ventilateur: mode NAVA

Asynchronies patient ventilateur: mode NAVA Asynchronies patient ventilateur: mode NAVA F. Vargas Service de Réanimation Médicale 59 ème réunion interrégionale de Réanimation Médicale AJRCCM 2000 Fin d inspiration Retard à l expiration Retard à

Plus en détail

VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation

VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation VNI dans le syndrome obésité-hypoventilation Jean-Pierre LAABAN Hôtel-Dieu, Paris Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Syndrome obésité-hypoventilation (SOH) Défini par l existence d une

Plus en détail

CPAP en pré-hospitalier et aux urgences. 4ème Journée de Réanimation et Urgences Respiratoires

CPAP en pré-hospitalier et aux urgences. 4ème Journée de Réanimation et Urgences Respiratoires CPAP en pré-hospitalier et aux urgences 4ème Journée de Réanimation et Urgences Respiratoires Ventilation Non Invasive (VNI) Définition Ventilation sans intubation trachéale. Par l intermédiaire d un masque

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D OXYGENATION

LES DISPOSITIFS D OXYGENATION LES DISPOSITIFS D OXYGENATION Quoi de neuf? Dr C. Canevet Réanimation CH ARMENTIERES Systèmes actuels d oxygénothérapie Principales caractéristiques. > Lunettes nasales > Masque O2 > Masque à venturi >

Plus en détail

Attitude décubitus ventral SDRA

Attitude décubitus ventral SDRA Attitude décubitus ventral SDRA Auteur(s) : A. Marcovitch, V. Pinto Feliciano Médecin référent : Dr A-P Meert. Documents associés : attitude sédation Date de validation :.2016 Date de mise en application

Plus en détail

VENTILATION NON INVASIVE DANS LES PNEUMOPATHIES AIGUËS

VENTILATION NON INVASIVE DANS LES PNEUMOPATHIES AIGUËS VENTILATION NON INVASIVE DANS LES PNEUMOPATHIES AIGUËS G. HILBERT Département de Réanimation médicale, CHU Bordeaux EA 518-Physiologie, Université Bordeaux 2 Le but des techniques de ventilation non-invasive

Plus en détail

SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE (à l exclusion du nouveau-né et du réveil d anesthésie)

SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE (à l exclusion du nouveau-né et du réveil d anesthésie) Sevrage de la ventilation 463 SEVRAGE DE LA VENTILATION MECANIQUE (à l exclusion du nouveau-né et du réveil d anesthésie) Texte court de la 21 e Conférence de consensus en réanimation et médecine d urgence

Plus en détail

VNI en urgences pour quels malades?

VNI en urgences pour quels malades? VNI en urgences pour quels malades? Dr Laura Laudrin, Urgences-SMUR, CH Chinon - PLAN Définition Avantages Indications Contre-indications Mise en place Effets indésirables et limites Conclusions 2 Définition

Plus en détail

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE

LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE LES MOYENS D OXYGENOTHERAPIE I- LES LUNETTES D OXYGENE - elles sont bien tolérées pour une oxygénothérapie de longue durée - utilisation à faible débit uniquement - le patient peut manger, parler - indolores

Plus en détail

L HARMONIE ENTRE LE PATIENT ET SON VENTILATEUR

L HARMONIE ENTRE LE PATIENT ET SON VENTILATEUR L HARMONIE ENTRE LE PATIENT ET SON VENTILATEUR Jean-Christophe Richard (1), Arnaud Thille (2) (1) Réanimation Médicale, CHU Charles Nicolle, 1 rue de Germont, 76031 Rouen Cedex (2) Réanimation Médicale,

Plus en détail

Troubles respiratoires au cours du sommeil et insuffisance cardiaque

Troubles respiratoires au cours du sommeil et insuffisance cardiaque Troubles respiratoires au cours du sommeil et insuffisance cardiaque Francis MARTIN Unité des pathologies du sommeil Centre Hospitalier de Compiègne France Congrès de pathologie thoracique Dalat Vietnam

Plus en détail

Module Ventilation - Partie 2

Module Ventilation - Partie 2 Dr Amathieu R. Module ventilation partie 2 Promotion DU 2010-2011 Date d intervention : 13/12/10 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s) respectif(s). Toute reproduction, représentation, ti

Plus en détail

VNI ET TRAUMATISMES THORACIQUES

VNI ET TRAUMATISMES THORACIQUES VNI ET TRAUMATISMES THORACIQUES P. Beuret Réanimation polyvalente Lyon 02/06 LESIONS RESPONSABLES D IRA Fractures costales Volet costal Pneumo/hémothorax Contusion pulmonaire Douleur Mouvement paradoxal

Plus en détail

5 ème JOURNEE DE RECHERCHE en KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE SAMEDI 23 JUIN 2012

5 ème JOURNEE DE RECHERCHE en KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE SAMEDI 23 JUIN 2012 Comité contre Les maladies Respiratoires www.lesouffle.org Marius LEBRET Rouen mariuslebret@gmail.com 5 ème JOURNEE DE RECHERCHE en KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE SAMEDI 23 JUIN 2012 EFFETS DE LA STATION

Plus en détail

Mise en place, développement et évolution d un protocole de sevrabilité ventilatoire en service de réanimation polyvalente.

Mise en place, développement et évolution d un protocole de sevrabilité ventilatoire en service de réanimation polyvalente. Mise en place, développement et évolution d un protocole de sevrabilité ventilatoire en service de réanimation polyvalente. Médecin référent : Dr GEORGES Bernard Equipe IDE : VENTURA P., GUIRAL L., HERVIOU

Plus en détail

Orthopédie et Respiration Octobre 2003 J.C. Schabanel Cadre Kinésithérapeute

Orthopédie et Respiration Octobre 2003 J.C. Schabanel Cadre Kinésithérapeute Diapo 1 Prise en charge kinésithérapique des troubles respiratoire par atteinte pariétale Orthopédie et Respiration 10-11 Octobre 2003 J.C. Schabanel Cadre Kinésithérapeute Diapo 2 Généralités sur les

Plus en détail

ventilation spontanée Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval

ventilation spontanée Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval Les modes de ventilation spontanée Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 Ventilation contrôlée vs spontanée Ventilation contrôlée

Plus en détail

Principes de la ventilation mécanique

Principes de la ventilation mécanique Principes de la ventilation mécanique Pr. Vincent Castelain Service de réanimation médicale Hôpital de Hautepierre / Strasbourg Plan Historique Concept et Mécanique Physiopathologie Les différents modes

Plus en détail

Kinésithérapie et réanimation. Guillaume FOSSAT, Réanimation Médicale CHRO

Kinésithérapie et réanimation. Guillaume FOSSAT, Réanimation Médicale CHRO Kinésithérapie et réanimation 1 Cadre légal Organisation des réanimations: Art. D. 712-110 L établissement de santé doit être en mesure de faire intervenir en permanence un masseur-kinésithérapeute justifiant

Plus en détail

Les manœuvres de recrutement alvéolaire au cours du SDRA

Les manœuvres de recrutement alvéolaire au cours du SDRA La controverse Les manœuvres de recrutement alvéolaire au cours du SDRA ou Pourquoi il ne faut pas faire de manœuvres de recrutement dans le SDRA DESC de Réanimation médicale Bordeaux 18 mars 2009 Frédéric

Plus en détail

Caroline SAMIER DESC Réanimation Médicale Bordeaux Mars 2009

Caroline SAMIER DESC Réanimation Médicale Bordeaux Mars 2009 Caroline SAMIER DESC Réanimation Médicale Bordeaux Mars 2009 Ventilation idéale : Contexte Maintien d une pression trans-pulmonaire suffisante pour l oxygénation Minimiser le collapsus alvéolaire Lutter

Plus en détail

Incidence des pneumopathies acquises sous ventilation mécanique en Réanimation Pédiatrique

Incidence des pneumopathies acquises sous ventilation mécanique en Réanimation Pédiatrique CHU Robert Debré Incidence des pneumopathies acquises sous ventilation mécanique en Réanimation Pédiatrique Stéphane DAUGER - Maryline CHOMTON Réanimation et Surveillance Continue Pédiatriques Hôpital

Plus en détail

Prise en charge de l insuffisance respiratoire aiguë hypoxémique ou de novo.

Prise en charge de l insuffisance respiratoire aiguë hypoxémique ou de novo. LI VE Prise en charge de l insuffisance respiratoire aiguë hypoxémique ou de novo. JP FRAT Réanimation médicale CHU Poitiers janvier 2015 Connaître les indications de la ventilation noninvasive dans l

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Syndrome de détresse respiratoire aiguë

Syndrome de détresse respiratoire aiguë Syndrome de détresse respiratoire aiguë I Physiopathologie Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) est un syndrome se manifestant comme une détresse respiratoire aiguë, conséquence d une lésion

Plus en détail

FC 5 Transfert instable Gestion des voies aériennes Drain thoracique

FC 5 Transfert instable Gestion des voies aériennes Drain thoracique Objectifs: Identifier et connaître les points clefs des surveillances lors des transports de patients intubés ainsi que l utilisation du matériel. Savoir détecter et anticiper les problèmes de manière

Plus en détail

PATHOLOGIES RESPIRATOIRES ET OBESITE

PATHOLOGIES RESPIRATOIRES ET OBESITE PATHOLOGIES RESPIRATOIRES ET OBESITE L obésité: un nouveau facteur de risque de l asthme? Le syndrome obésité-hypoventilation ou le syndrome de Pickwick revisté Le syndrome d apnée du sommeil et obésité

Plus en détail

NAVA. Neurally Adjusted Ventilatory Assist. Une meilleure synchronisation machine-patient? M. Gainnier. Marseille. AEV - Bruxelles 2008

NAVA. Neurally Adjusted Ventilatory Assist. Une meilleure synchronisation machine-patient? M. Gainnier. Marseille. AEV - Bruxelles 2008 NAVA Neurally Adjusted Ventilatory Assist Une meilleure synchronisation machine-patient? M. Gainnier Marseille AEV - Bruxelles 2008 Début Insufflation Machine Début Ti neural ASYNCHONIE ASYNCHONIE Fin

Plus en détail

Ventilation Non-Invasive

Ventilation Non-Invasive Ventilation Non-Invasive chez les enfants Indications et contre indications Etienne Javouhey, Emmanuelle Bertholet Hôpital Edouard Herriot, Lyon VNI (en aigu) chez l enfant Aucune étude contrôlée Peu de

Plus en détail

Epidémiologie ICA. ICA fréquente et grave. OAP fréquent et grave : 7% intra-hospitalier, 30-40% à 1 an

Epidémiologie ICA. ICA fréquente et grave. OAP fréquent et grave : 7% intra-hospitalier, 30-40% à 1 an Epidémiologie ICA ICA fréquente et grave mortalité 12-30%, ré-hospitalisations fréquentes la plus importante des dyspnées aiguës aux urgences ICA beaucoup plus grave que le SCA OAP fréquent et grave :

Plus en détail

Principes de la ventilation mécanique: de la VNI à la VI

Principes de la ventilation mécanique: de la VNI à la VI Principes de la ventilation mécanique: de la VNI à la VI Guillaume CARTEAUX Service de Réanimation Médicale, Hôpital Henri Mondor, Créteil guillaume.carteaux@hmn.aphp.fr DES de pneumologie 05-04-2013 Ventilateurs

Plus en détail

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences

Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI. Pierre Michelet Réanimation des Urgences Ventilation Protectrice en dehors du SDRA et de l ALI Pierre Michelet Réanimation des Urgences Objectifs Pédagogiques Ventilation «protectrice» Arguments en faveur de lésions induites par la ventilation

Plus en détail

OVERLAP SYNDROME. IAMANDI Carmen. Service de pneumologie

OVERLAP SYNDROME. IAMANDI Carmen. Service de pneumologie OVERLAP SYNDROME IAMANDI Carmen Service de pneumologie 1 Overlap syndrome Définition Epidémiologie Physiopathologie Clinique Investigations Traitement 2 Définition Flenley (1985) : Association d un syndrome

Plus en détail

Apports des données de l échographie pulmonaire lors du sevrage de la ventilation mécanique en réanimation

Apports des données de l échographie pulmonaire lors du sevrage de la ventilation mécanique en réanimation Mémoire pour l obtention du DES d Anesthésie- Réanimation Coordonnateur : Mr le Professeur Marc SAMAMA par Yannick BURG Présenté et soutenu le 19/10/2010 Apports des données de l échographie pulmonaire

Plus en détail

VENTILATION ARTIFICIELLE PRINCIPES ET TECHNIQUES

VENTILATION ARTIFICIELLE PRINCIPES ET TECHNIQUES VENTILATION ARTIFICIELLE PRINCIPES ET TECHNIQUES GROUPE HOSPITALIER PITIE-SALPETRIERE Dr Matthieu DEBARRE Chef de Clinique des Universités Assistant des Hôpitaux Département d Anesthésie-Réanimation -

Plus en détail

Physiologie des échanges gazeux. A. Mercat

Physiologie des échanges gazeux. A. Mercat Physiologie des échanges gazeux A. Mercat Déterminants de l hypoxémie Le shunt Effet PvO2 Relation shunt-débit Effets de la PEEP PaCO2 espace mort Evaluation de l hypoxémie Déterminants de l hypoxémie

Plus en détail

RESTRICTION HYDRIQUE DANS LE SDRA. BERENGUER Daniel DESC Réanimation 2007

RESTRICTION HYDRIQUE DANS LE SDRA. BERENGUER Daniel DESC Réanimation 2007 RESTRICTION HYDRIQUE DANS LE SDRA BERENGUER Daniel DESC Réanimation 2007 Hyperperméabilité paroi alvéolo-capillaire Fuite plasmatique vers interstitium et alvéoles Œdème pulmonaire lésionnel Altération

Plus en détail

METHODES DE SEVRAGE. P. Moine - Département d'anesthésie-réanimation Chirurgicale, C.H.U. de Bicêtre, France. INTRODUCTION

METHODES DE SEVRAGE. P. Moine - Département d'anesthésie-réanimation Chirurgicale, C.H.U. de Bicêtre, France. INTRODUCTION METHODES DE SEVRAGE P. Moine - Département d'anesthésie-réanimation Chirurgicale, C.H.U. de Bicêtre, France. INTRODUCTION Le sevrage se définit par le passage de la ventilation mécanique à une ventilation

Plus en détail

Les modes de ventilation

Les modes de ventilation Les modes de ventilation Introduction La ventilation artificielle (ou mécanique) est destinée à suppléer ou à remplacer chez un patient une ventilation inefficace ou absente. 2 modalités : ventilation

Plus en détail

Aides Instrumentales: Quels niveaux de preuves?

Aides Instrumentales: Quels niveaux de preuves? Aides Instrumentales: Quels niveaux de preuves? Prêt de matériel: Resmed, Respironics, Philips Inspiration profonde Fermeture glotte compression Expulsion Faiblesse muscles inspiratoires Inspiration insuffisante

Plus en détail

Nouvelles modalités de l oxygénothérapie: Intérêt du haut débit

Nouvelles modalités de l oxygénothérapie: Intérêt du haut débit Nouvelles modalités de l oxygénothérapie: Intérêt du haut débit Jean-Damien RICARD Assistance Publique Hôpitaux de Paris, Hôpital Louis Mourier, Service de Réanimation Médicale, Colombes INSERM U722, Université

Plus en détail

Insuffisance Respiratoire Aigue: IRA

Insuffisance Respiratoire Aigue: IRA Insuffisance Respiratoire Aigue: IRA L IRA est un syndrome lié à l impossibilité pour le système ventilatoire de maintenir des échanges gazeux à un niveau compatible avec la survie autonome de l organisme,

Plus en détail

INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE

INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE Et SYNDROME DE DETRESSE RESPIRATOIRE AIGUE Dr Thanh CAO - HUU 08/08/2016 Empruntés de : Sémiologie Médicale, Loïc GUILLEVIN, Ed. Lavoisier (Médecine Sciences Publications);

Plus en détail

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte

ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE. P.Banwarth K.Tazarourte ATELIER 4 TRAUMATISME THORACIQUE Experts L.Ducros P.Michelet Animateurs P.Banwarth K.Tazarourte Rapporteur E.Querellou Q1 - CRITERES DE GRAVITE ET ORIENTATION d UN TRAUMATISME THORACIQUE Eléments de gravité

Plus en détail

Quelle stratégie pour l épuration extra-rénale chez le patient instable?

Quelle stratégie pour l épuration extra-rénale chez le patient instable? Quelle stratégie pour l épuration extra-rénale chez le patient instable? Nathalie Plichard (IDE) Service de Réanimation Polyvalente Plan de l exposé Introduction Avantages et inconvénients de chaque technique

Plus en détail

LA VENTILATION NON INVASIVE (VNI) DANS LES PATHOLOGIES NEURO-MUSCULAIRES

LA VENTILATION NON INVASIVE (VNI) DANS LES PATHOLOGIES NEURO-MUSCULAIRES Collège de pathologie respiratoire d Alsace Saverne - 19 novembre 2011 LA VENTILATION NON INVASIVE (VNI) DANS LES PATHOLOGIES NEURO-MUSCULAIRES S. HIRSCHI Service de Pneumologie Nouvel Hôpital Civil HUS

Plus en détail

ASSYNCHRONIES PATIENTS VENTILATEURS : Interprétation des courbes

ASSYNCHRONIES PATIENTS VENTILATEURS : Interprétation des courbes ASSYNCHRONIES PATIENTS VENTILATEURS : Interprétation des courbes Jean-Christophe M Richard, MD PhD Emergency and Pre-Hospital divisions SAMU 74 INSERM UMR 955 Eq13 REVA: European Network on Mechanical

Plus en détail

BPCO. EPU du 15/09/2004

BPCO. EPU du 15/09/2004 La BPCO EPU du 15/09/2004 Définition La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) se définit comme une maladie chronique qui est lentement progressive caractérisée par une diminution non complètement

Plus en détail

Guide de sélection des patients EXTRACTION EXTRACORPORELLE DU CO2 AVEC LE SYSTÈME HEMOLUNG RAS

Guide de sélection des patients EXTRACTION EXTRACORPORELLE DU CO2 AVEC LE SYSTÈME HEMOLUNG RAS Guide de sélection des patients EXTRACTION EXTRACORPORELLE DU CO2 AVEC LE SYSTÈME HEMOLUNG RAS ALung Technologies, Inc. 2500 Jane Street, Suite 1 Pittsburgh, PA 15203 États-Unis Tél. : +1 412-697-3370

Plus en détail

Comment ventiler un SDRA en Dr Balick-weber CHU Bordeaux

Comment ventiler un SDRA en Dr Balick-weber CHU Bordeaux Comment ventiler un SDRA en 2009 Dr Balick-weber CHU Bordeaux Définition du SDRA Définition du SDRA 1. Début aigu. 2. Opacités pulmonaires bilatérales à la RP. 3. Absence d'insuffisance cardiaque, d hypervolémie

Plus en détail

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE

INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE INDICATEURS D UNE BONNE VENTILATION MÉCANIQUE AU BLOC OPÉRATOIRE Dr Emmanuel Robin Clinique d Anesthésie-Réanimation Cardiothoracique CHU de Lille QUELS SONT LES RECOMMANDATIONS DES SOCIÉTÉS SAVANTES (SFAR,SRLF

Plus en détail

Ventilateurs Série 800

Ventilateurs Série 800 1 Option BiLevel/ Ventilateurs Série 800 Introduction L option BiLevel (Figure 1) pour les ventilateurs Série 800 est un mode mixte de ventilation qui combine les attributs de la ventilation contrôlée

Plus en détail

Comment (et pourquoi) améliorer la ventilation des patients BPCO à l éveil et pendant le sommeil? Date:

Comment (et pourquoi) améliorer la ventilation des patients BPCO à l éveil et pendant le sommeil? Date: Comment (et pourquoi) améliorer la ventilation des patients BPCO à l éveil et pendant le sommeil? Date: 13 06 2015 Pas de conflits d intérêt Le sommeil est essentiel Il n existe pas de réserve de sommeil

Plus en détail

VNI à domicile chez les patients atteints de BPCO. Mohamed Bousarsar Rania Bouneb Service de Réanimation Médicale,CHU Fhs

VNI à domicile chez les patients atteints de BPCO. Mohamed Bousarsar Rania Bouneb Service de Réanimation Médicale,CHU Fhs VNI à domicile chez les patients atteints de BPCO Mohamed Bousarsar Rania Bouneb Service de Réanimation Médicale,CHU Fhs Définition -La VAD correspond à l utilisation intermittente (au moins 3h/24h), ou

Plus en détail

VNI, comment la régler aux urgences? Dr Sudrial, SAMU 974, Séminaire interrégional DESC MU, Région Sud Ouest Océan Indien, 18 Mars 2016

VNI, comment la régler aux urgences? Dr Sudrial, SAMU 974, Séminaire interrégional DESC MU, Région Sud Ouest Océan Indien, 18 Mars 2016 VNI, comment la régler aux urgences? Dr Sudrial, SAMU 974, Séminaire interrégional DESC MU, Région Sud Ouest Océan Indien, 18 Mars 2016 Plan La mise en place Les modes Les réglages Les problèmes rencontrés

Plus en détail

LA CAPNOGRAPHIE. promotion /Ecole IADE Hopital Salpétrière

LA CAPNOGRAPHIE. promotion /Ecole IADE Hopital Salpétrière LA CAPNOGRAPHIE 1 Définition La capnographie permet de mesurer le contenu en CO 2 du mélange gazeux pendant tout le cycle respiratoire. La concentration de CO 2 dans les gaz inspirés et expirés est représentée

Plus en détail

TEST DE FUITE AU BLOC (F)UTILE?

TEST DE FUITE AU BLOC (F)UTILE? Colloque secteur URO-DIG Mardi 5 décembre 2012 TEST DE FUITE AU BLOC (F)UTILE? Dr Caroline Couchepin DES 3eme annee Extubation et contexte Définitions But recherché, but atteint? - quelques évidences En

Plus en détail

13-14 Novembre Le SDRA aujourd hui. Romain HERNU Service de Réanimation médicale Groupement Hospitalier Édouard Herriot CHU de Lyon

13-14 Novembre Le SDRA aujourd hui. Romain HERNU Service de Réanimation médicale Groupement Hospitalier Édouard Herriot CHU de Lyon 13-14 Novembre 2014 Le SDRA aujourd hui Romain HERNU Service de Réanimation médicale Groupement Hospitalier Édouard Herriot CHU de Lyon Plan 1. Diagnostic 2. Définitions 3. Physiopathologie 4. Evolution-Pronostic

Plus en détail

La sclérose Latérale amyotrophique et la respiration. F Baharloo CHR Citadelle

La sclérose Latérale amyotrophique et la respiration. F Baharloo CHR Citadelle La sclérose Latérale amyotrophique et la respiration F Baharloo CHR Citadelle titres Définition maladies neuromusc Mécanismes d insuffisance respi. Mécanismes dans neuro musc. Hypoventilation. Autres problèmes

Plus en détail

Guide AVAPS. AVAPS Average Volume Assured Pressure Support

Guide AVAPS. AVAPS Average Volume Assured Pressure Support AVAPS Average Volume Assured Pressure Support Guide AVAPS «La bonne pression au bon moment pour un meilleur confort du patient et une ventilation plus efficace» Qu est-ce que l AVAPS? L AVAPS est une fonction

Plus en détail

Anémie isovolémique en médecine d urgence

Anémie isovolémique en médecine d urgence Anémie isovolémique en médecine d urgence LE KHAC EMILIE INTRODUCTION Anémie (OMS) Définition 13 g/dl pour l homme 12 g/dl pour la femme L anémie aux urgences Découverte fréquente Liée directement ou indirectement

Plus en détail

«Overlap Syndrome» Ateliers d Arcachon 2008

«Overlap Syndrome» Ateliers d Arcachon 2008 «Overlap Syndrome» Ateliers d Arcachon 2008 Flenley 1985 Association d une BPCO et d un syndrome d apnées obstructives du sommeil Plan BPCO définition Hypoxémie nocturne et BPCO Overlap syndrome: population

Plus en détail

Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation

Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation 25 èmes Journées Nationales sur les Dispositifs Médicaux Atelier Urgence Détresse Respiratoire Situations critiques aux Urgences au Bloc opératoire et en Réanimation Y.Walrave, J.Dellamonica, M.Carles

Plus en détail

Particularités respiratoires des sportifs

Particularités respiratoires des sportifs Particularités respiratoires des sportifs Patrick Mucci, Pr Ph D Université de Lille 2 EA 7369 Unité de Recherche Pluridisciplinaire Sport, Santé, Société 1 Débit ventilatoire et sportifs d endurance Réponse

Plus en détail

PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRE. Dr Wojciech Trzepizur

PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRE. Dr Wojciech Trzepizur PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRE Dr Wojciech Trzepizur 4 étapes Ventilation : mécanismes permettant le renouvellement de l air dans les alvéoles pulmonaires Etape alvéolaire : diffusion des gaz au travers de

Plus en détail

Pathologies respiratoires obstructives

Pathologies respiratoires obstructives DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail