Développement d un réseau pour la prise en charge de l obésité infantile

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement d un réseau pour la prise en charge de l obésité infantile"

Transcription

1 Développement d un réseau pour la prise en charge de l obésité infantile Dre Nathalie Farpour-Lambert Médecin adjointe agrégée Responsable du programme Contrepoids et de la consultation de médecine du sport pédiatrique Service d enseignement thérapeutique pour maladies chroniques Département de médecine communautaire, de premier recours, et des urgences HUG Genève, le 25 mars 2017

2 Définition de l obésité chez l enfant OMS Surpoids > 90 ème perc. ou + 1 DS Obésité > 97 ème perc. ou +2 DS Obésité sévère > 99.5 perc. ou +3 DS

3 Prévalence de l obésité chez l enfant Source: IASO 2013

4 Surpoids et obésité en Suisse L obésité touche environ 10 % des adultes et 5% des enfants. Source: Office fédéral de la santé publique

5 OBESITE = MALADIE SYSTEMIQUE 03/04/2017 5

6 L obésité est associée au développement précoce des maladies non-transmissibles Hypertension Athérosclérose précoce Apnée du sommeil Anxiété Dépression Exclusion Problèmes orthopédiques Obésité Maladie hépatique Troubles des lipides Résistance à l insuline Diabète 2

7 Traitement de l obésité infantile Seule maladie infantile pour laquelle les parents et/ou le médecin attendent parfois pour proposer un traitement que l enfant soit motivé et lui demandent alors de se donner des soins à lui-même. L absence de motivation (de l enfant) est souvent le motif invoqué pour différer le traitement d une obésité infantile, rarement d une autre maladie. Explique que des parents s abstiennent en toute bonne conscience de donner des soins à leur enfant trop gros bien que la maladie s aggrave. Peut sembler pertinent à 17 ans, moins s il en a 8 et encore moins s il en a 4. Source: V. Boggio, Médecine & Enfance2014 : 34(7),

8 Bases du traitement Alimentation équilibrée: pas de régime restrictif! Activité physique régulière Education thérapeutique: changement de mode de vie de toute la famille Prise en charge psychologique: psychothérapie, thérapie de famille, TCC

9 Objectifs du traitement Augmenter l activité physique et diminuer les activités sédentaires de la famille Améliorer les habitudes alimentaires de la famille Augmenter l estime de soi et l intégration sociale Améliorer la cohésion familiale et diminuer les conflits Créer des règles familiales et renforcer le rôle parental Freiner la prise pondérale pendant la croissance (< 4 kg par an) et diminuer le percentile d IMC. Identifier les situations à risque et développer des stratégies de prévention Maintenir les changements à long-terme

10 Croissance staturopondérale 10

11 Evolution de l IMC avec le traitement EVOLUTION DE L IMC Obésité sévère 11

12 Les parents influencent les comportements des enfants o Achats alimentaires o Planification et préparation des repas o Taille des portions o Lieu pour manger (ex. TV) o Temps d écran (TV, ordinateur) o Transports o Temps passé à l extérieur o Participation au sport, loisirs et vacances Il est donc important d inclure les parents dans les programmes de thérapie Ritchie LD 2005, Sallis J 2000

13 Le rôle des parents Montrer l exemple Encourager Organiser Participer Proposer Ecouter, observer

14 Familles précarisées Accès limité à une alimentation équilibrée (coût, éducation) Sensibles aux promotions alimentaires Manque d opportunité pour l activité physique (coût, manque d information, distance, environnement) Insécurité

15 Norme sociale 15

16 BMI-z score units BMI-z score reduction in lifestyle interventions by age group: mean difference in favour of intervention at last available measure* 0-5yrs vs NI / UC (n=202) NI: no intervention; UC: usual care; CT: concomitant therapy * this was 6-8 post intervention for preschool review parent only (5-11yrs) vs NI (n=136) 6-11yrs NI / UC (n=4006) 12-17yrs NI / UC / CT (n=2003)

17 Thèmes abordés Habitudes familiales L image de soi et le regard des autres L équilibre alimentaire La structure de l alimentation et la gestion des portions Le choix des aliments, trucs et astuces Les grignotages L influence du marketing et de la publicité L activité physique: au quotidien et de loisirs La télévision, les jeux vidéo et l ordinateur Les situations à risque Comprendre et gérer les «rechutes» Les entraves à la réussite 17

18 Thérapies remboursées chez l enfant et l adolescent en Suisse PHASE I. 6 mois thérapie individuelle (méd. 1 er recours ) Au plus: 6 diététique 2 physio PHASE III. *Répétition de II. si pas PHASE II. d amélioration *3-6 mois thérapie individuelle multidisciplinaire 6 psychothérapie 6 diététique 9 physiothérapie OU *1(-2) ans thérapie multidisciplinaire de groupe, patients de 8 à 18 ans (Groupe 4-7 ans, facturation Tarmed) PHASE IV. (1-)5 ans suivi individuel trimestriel Dans certains cas, chirurgie bariatrique si croissance terminée ou thérapie hospitalière? * Si IMC >P99.5 ou présence de co-morbidité, passe tout de suite en phase II. Si après phase I, il persiste une: IMC tour de taille / taille, co-morbidités ou prob. psychosociaux, l enfant passe en phase II ou répète la phase II (phase III)

19 Programmes de thérapie de groupe Contrepoids Multidisciplinaire Enfants et adolescents de 8 à 18 ans obèses ou en surpoids avec complications. Objectifs: motiver, éduquer et soutenir les enfants et leurs parents Durée 12 mois: une phase intensive (4 mois) et une phase de suivi (8 mois) Total heures de thérapie: 112 * 45 min sur un an Remboursé par les caisses maladies (10% à la charge des parents)

20 Importance du travail en réseau Pédiatres/ médecins généralistes Psychologues Diététiciens Physio Maîtres de sport Assistants sociaux Assistants médicaux Monitoring et évaluation Motiver et guider la famille Communication Amélioration de la qualité des soins

21 Retour vers une vie physique autonome Activité physique régulière des dépenses énergétiques Stabilisation / baisse de l IMC capacités physiques Aisance dans la vie quotidienne

22 Entrainement d endurance continu ou à intervalle chez l enfant? ET group performed continuous exercise for minutes at 80% of their respective heart rate. HIT group performed 3-6 sets of 60-second sprints at full-speed, followed by a 3-minute active recovery period that was 50% of the exercise velocity. Corte de Araujo AC, (2012) PLoS ONE 7(8): e doi: /journal.pone

23 Objectifs pour l activité physique Enfants: 60 min. AP modérée à intense/ jour Adultes: > 150 min. AP modérée/ semaine Activités variées à différentes intensités Endurance, renforcement musculaire, vitesse, coordination, équilibre, posture Se déplacer à pied ou à vélo Utiliser les escaliers Profiter des vacances/ jours de congé Limiter le temps devant les écrans

24 Les écrans: un fléau!

25 Comment inciter les enfants en surpoids à bouger plus Dédramatiser la difficulté, rassurer Objectifs réalistes fixés par le patient (faire les petits trajets à pied, escaliers ) Encourager les activités qui procurent du plaisir Commencer doucement et éviter toute forme de contrainte au début D abord intensité modérée = confort Identifier les moments disponibles pendant la semaine pour bouger Avec les amis, la famille, dans un club

26 Fondation Sportsmile Chez les enfants malades et en surpoids: promouvoir l activité physique favoriser la santé, qualité de vie et l intégration sociale encourager une alimentation équilibrée apporter un soutien psychologique aux enfants et à leur famille

27 Groupe clinique Physiogenève contre l'obésité de l'enfant o Création d un groupe d intérêt en mars 2017 o 9 membres o Objectifs: Formation des physiothérapeutes Elaboration d un réseau genevois Standardisation des tests de capacité physique Favoriser l échange entre les professionnels de la santé

28 Obésité infantile : Comment mettre en place une thérapie individuelle multidisciplinaire? Jeudi 27 avril 2017 à l Hôpital de Belle-idée HUG 8h30 Accueil et objectifs de la formation Mme Maude Bessat, diététicienne ASDD, et Dre Nathalie Farpour-Lambert, médecin adjointe agrégée, Programme de soins Contrepoids 8h50 Surpoids chez les enfants : un défi de santé publique! Dr Nathalie farpour-lambert 9h20 Organisation et remboursement de la nouvelle thérapie individuelle multidisciplinaire en Suisse Dr Nathalie Farpour-Lambert 9h45 Quels axes choisir pour l alimentation de l enfant en surpoids? Mme Maude Bessat 10h30 10h45 Pause Evaluation médicale et dépistage des complications associées à l obésité infantile Dr Mirjam Dirlewenger, médecin adjointe spécialiste en endocrinologie et diabétologie pédiatrique 11h30 Mettre en mouvement les enfants en surpoids : un challenge! M. Xavier Martin, maître de sport spécialiste en activité physique adaptée 12h15 Repas à la cafétéria de Belle-idée (non compris dans le prix ) 13h15 Le programme Contrepoids adapté aux ados Dresse C Chamay-Weber, médecin adjointe spécialiste en médecine de l adolescence et Mme Lydia Lanza, psychologue FSP 14h00 Entretien motivationnel: un état d'esprit pour la pratique quotidienne Mme Murielle Reiner, psychologue FSP diplômée en éducation thérapeutique 14h45 16h15 16h30 17h00 Ateliers pratiques: 1. Prendre conscience de son alimentation Mme Maude Bessat-Macchi 2. Comment motiver l enfant et sa famille? Mme Murielle Reiner Pause Discussion et évaluation Clôture de la journée

Dr Vande Weyer M. Pédiatre ULB. 15 mars 2014

Dr Vande Weyer M. Pédiatre ULB. 15 mars 2014 Dr Vande Weyer M. Pédiatre ULB 15 mars 2014 Définition Accumulation excessive de graisse qui peut nuire à la santé IMC Différentes courbes: Prévalence Supérieure en France dans les populations

Plus en détail

OBÉSITÉ DES JEUNES. Tuteurs : Dresse E. Bobionni Harsch Dr Z.Pataky. Iris Domenjoz Vania Meuli Oscar Vazquez Marion Walker

OBÉSITÉ DES JEUNES. Tuteurs : Dresse E. Bobionni Harsch Dr Z.Pataky. Iris Domenjoz Vania Meuli Oscar Vazquez Marion Walker OBÉSITÉ DES JEUNES Tuteurs : Dresse E. Bobionni Harsch Dr Z.Pataky Iris Domenjoz Vania Meuli Oscar Vazquez Marion Walker Programme Introduction : cas clinique 1. Définition de l obésité 2. Le traitement

Plus en détail

Traitement de l obésité par l activité physique. Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen

Traitement de l obésité par l activité physique. Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen Traitement de l obésité par l activité physique Dr Karine Lacombe Assistante spécialisée en Nutrition CH Lisieux - CHU Caen Définition «Tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles squelettiques

Plus en détail

Obésité : suite Approche comportementale et nutritionnelle Des outils pratiques pour le MPR

Obésité : suite Approche comportementale et nutritionnelle Des outils pratiques pour le MPR Obésité : suite Approche comportementale et nutritionnelle Des outils pratiques pour le MPR Delphine Amstutz Diététicienne diplômée HES Service de médecine de premier recours delphine.amstutz@hcuge.ch

Plus en détail

GROSSESSE ET OBÉSITÉ. Contrepoids Maternité, un programme multidisciplinaire de prise en charge

GROSSESSE ET OBÉSITÉ. Contrepoids Maternité, un programme multidisciplinaire de prise en charge GROSSESSE ET OBÉSITÉ Contrepoids Maternité, un programme multidisciplinaire de prise en charge Présentation Le programme Contrepoids Maternité est le fruit d une collaboration entre l unité d obstétrique

Plus en détail

Mise au point de l obésité chez l enfant en Tunisie. Dr Ayadi Imène - Tunisie SIPPS - Novembre 2014 Vérone

Mise au point de l obésité chez l enfant en Tunisie. Dr Ayadi Imène - Tunisie SIPPS - Novembre 2014 Vérone Mise au point de l obésité chez l enfant en Tunisie Dr Ayadi Imène - Tunisie SIPPS - Novembre 2014 Vérone Introduction L obésité infantile en Tunisie Problème de santé publique Facteurs de risque +++ Prévention

Plus en détail

Prise en charge diététique de l obésité. Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne

Prise en charge diététique de l obésité. Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne Prise en charge diététique de l obésité Taminiau Titiana Michel Sandrine CHR Haute Senne Plan Introduction Définition Objectifs de prise en charge Enquête diététique Objectifs de perte de poids Conseils

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES

LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES LA PRISE EN CHARGE DE L OBÉSITÉ AU CHU DE RENNES PÔLE ABDOMEN ET MÉTABOLISME SERVICE D'ENDOCRINOLOGIE, DIABÉTOLOGIE ET NUTRITION CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES INTRODUCTION Vous êtes suivi(e)

Plus en détail

Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité. Les bénéfices attendus. limoges.fr

Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité. Les bénéfices attendus. limoges.fr Les objectifs de prise en charge d un surpoids ou d une obésité Les bénéfices attendus CSO@chu limoges.fr Objectifs généraux Amélioration de la qualité de vie Réduction ou maintien de la perte pondérale

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DE L OBESITE CHEZ LES ADOLESCENTS LIBANAIS FASS Département

EPIDEMIOLOGIE DE L OBESITE CHEZ LES ADOLESCENTS LIBANAIS FASS Département EPIDEMIOLOGIE DE L OBESITE CHEZ LES ADOLESCENTS LIBANAIS FASS Département d éducation physique Dr. Christophe Jacob Présentation Research Council le 25/01/2007 Définition de l obésité C est un excès de

Plus en détail

Sa place et son rôle dans les stratégies de santé publique

Sa place et son rôle dans les stratégies de santé publique Réseau de Prévention et de prise en charge de l Obésité en Pédiatrie sur le Nord de la Réunion Sa place et son rôle dans les stratégies de santé publique Dr SCHLOSSMACHER EMMANUELLE Médecin Coordonnateur

Plus en détail

«Manger mieux et bouger plus: quels effets et contreeffets»

«Manger mieux et bouger plus: quels effets et contreeffets» 3 ème Symposium de la Division d endocrinolgie, diabétologie et obésité pédiatrique CHUV, site Hôpital de l Enfance «Manger mieux et bouger plus: quels effets et contreeffets» Sylvie Borloz Diététicienne

Plus en détail

Formation SFTG 19/11/2015

Formation SFTG 19/11/2015 Formation SFTG 19/11/2015 Obésité = problème majeur de santé publique à l échelle mondiale - prévalence - évolution rapide dans de nombreux pays En France : le % d enfants présentant un excès pondéral

Plus en détail

Sport Santé & Maladies métaboliques. Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014

Sport Santé & Maladies métaboliques. Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014 Sport Santé & Maladies métaboliques Pr Martine Duclos Dr Julien Aucouturier Journée Sport Santé Maison du Sport Français, Paris, 11 juin 2014 Recommandations et Tableaux cliniques Maladies métaboliques

Plus en détail

Indice de masse corporelle en Valais : une composante pédiatrique

Indice de masse corporelle en Valais : une composante pédiatrique Indice de masse corporelle en Valais : une composante pédiatrique Dr Simon Fluri Médecin-chef et responsable du service de pédiatrie/néonatologie Centre Hospitalier du Haut-Valais, Hôpital du Valais Président

Plus en détail

Quelle thérapie pour quel patient?

Quelle thérapie pour quel patient? Journée de formation pour la thérapie individuelle multidisciplinaire de l obésité de l enfant Quelle thérapie pour quel patient? Sylvie Borloz, responsable des programmes Grandir en Forme, DMCP CHUV Symposium

Plus en détail

Mon enfant est en surpoids : quelles activités physiques peut-il pratiquer?

Mon enfant est en surpoids : quelles activités physiques peut-il pratiquer? Mon enfant est en surpoids : quelles activités physiques peut-il pratiquer? Docteur Carlo Quarenghi Adresse du site : www.docvadis.fr/carlo-quarenghi Validé par le Comité Scientifique Endocrinologie La

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE ET PREPARATION MULTIDISCIPLINAIRE A LA CHIRURGIE BARIATRIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE ET PREPARATION MULTIDISCIPLINAIRE A LA CHIRURGIE BARIATRIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE ET PREPARATION MULTIDISCIPLINAIRE A LA CHIRURGIE BARIATRIQUE au sein du Centre Intégré Nord Francilien de Prise en Charge de l'obésité de l'adulte et de l'enfant L exemple du site

Plus en détail

La prise en charge de l obésité de l enfant. Dr V. Sevrin Clinique Ste-Elisabeth Namur

La prise en charge de l obésité de l enfant. Dr V. Sevrin Clinique Ste-Elisabeth Namur La prise en charge de l obésité de l enfant Dr V. Sevrin Clinique Ste-Elisabeth Namur Violaine.Sevrin@cmsenamur.be Epidémiologie Selon un rapport de l International Obesity Task Force (IOTF), 1 enfant

Plus en détail

«Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité»

«Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité» «Première rencontre régionale pour la structuration de la prise en charge de l obésité» Union Régionale des Médecins Libéraux (URML) Pôle technologique La Pardieu 24 Allée Evariste Gallois 63170 Aubière

Plus en détail

L organisation de la médecine générale en Belgique. Luc Maroy 3 juillet 2012

L organisation de la médecine générale en Belgique. Luc Maroy 3 juillet 2012 L organisation de la médecine générale en Belgique Luc Maroy 3 juillet 2012 L organisation de la médecine générale en Belgique L organisation? De la médecine générale? En Belgique? 2 Plan 1. Les cercles

Plus en détail

Y a t'il une place pour la chirurgie bariatrique chez l'enfant et l'adolescent obèse?

Y a t'il une place pour la chirurgie bariatrique chez l'enfant et l'adolescent obèse? Y a t'il une place pour la chirurgie bariatrique chez l'enfant et l'adolescent obèse? Jean-Claude Carel Endocrino-diabéto pédiatrique RDB Nadine Lucidarme Pédiatrie Jean-Verdier Christine Grapin Chirurgie

Plus en détail

Chirurgie de l obésité (Chirurgie bariatrique)

Chirurgie de l obésité (Chirurgie bariatrique) Chirurgie de l obésité (Chirurgie bariatrique) CSO@chu-limoges.fr Ce diaporama peut être imprimé et mis à disposition des patients Quel parcours jusqu à une prise en charge chirurgicale? PATIENT EN DEMANDE

Plus en détail

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi

La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi La dépression et les proches par le Dr Guido Bondolfi 30 avril 2012 Cette conférence a été donnée par le Dr Guido Bondolfi, responsable du Programme spécialisé» Dépression» des HUG, et par plusieurs membres

Plus en détail

Conférence statutaire de Marie GUERIN BROS ; "SURPOIDS ET OBESITE DE L'ENFANT ET DE L'ADOLESCENT" Points de repères

Conférence statutaire de Marie GUERIN BROS ; SURPOIDS ET OBESITE DE L'ENFANT ET DE L'ADOLESCENT Points de repères Conférence statutaire de Marie GUERIN BROS ; "SURPOIDS ET OBESITE DE L'ENFANT ET DE L'ADOLESCENT" Points de repères Le surpoids et l obésité sont définis par l Organisation mondiale de la santé (OMS) comme

Plus en détail

La réadaptation cardiovasculaire à l HFR. Billens : mission et concept. Conférence de presse du 8 janvier 2010

La réadaptation cardiovasculaire à l HFR. Billens : mission et concept. Conférence de presse du 8 janvier 2010 La réadaptation r cardiovasculaire à l HFR Billens : mission et concept Conférence de presse du 8 janvier 2010 Sommaire Présentation de la mission Hubert Schaller, directeur général Prise en charge médicale

Plus en détail

Les problématiques nutritionnelles à l adolescence : du repérage à la prise en charge. Dr Hélène BELLON Guillaume LAPRADE

Les problématiques nutritionnelles à l adolescence : du repérage à la prise en charge. Dr Hélène BELLON Guillaume LAPRADE Les problématiques nutritionnelles à l adolescence : du repérage à la prise en charge Dr Hélène BELLON Guillaume LAPRADE La santé? L OMS définit la santé comme «la perception d un état de complet bien-être

Plus en détail

Obésité chez l enfant et l adolescent: Bases médicales pour une activité physique adaptée. Dr Anne LAUTRIDOU-DERYCKE, Pédiatre, CHU Rouen 25/09/2015

Obésité chez l enfant et l adolescent: Bases médicales pour une activité physique adaptée. Dr Anne LAUTRIDOU-DERYCKE, Pédiatre, CHU Rouen 25/09/2015 Obésité chez l enfant et l adolescent: Bases médicales pour une activité physique adaptée Dr Anne LAUTRIDOU-DERYCKE, Pédiatre, CHU Rouen 25/09/2015 Définitions Obésité et surpoids: accumulation anormale

Plus en détail

PRISE EN CHARGE CLINIQUE D UN ENFANT OBESE. LES OISEAUX - Centre Médical Infantile Nutritionnel Joël SEPULCRE

PRISE EN CHARGE CLINIQUE D UN ENFANT OBESE. LES OISEAUX - Centre Médical Infantile Nutritionnel Joël SEPULCRE PRISE EN CHARGE CLINIQUE D UN ENFANT OBESE PREVALENCE DE L OBESITE 16 % Multipliée par 4.5 en 40 ans Multipliée par 2 tous les 15 ans INTERET DU DEPISTAGE PRECOCE ET DE LA PREVENTION 3 nourrissons obèses

Plus en détail

Activités physiques chez les enfants. Dr Jean Paul GOUËLLO Centre Hospitalier SAINT-MALO -

Activités physiques chez les enfants. Dr Jean Paul GOUËLLO Centre Hospitalier SAINT-MALO - Activités physiques chez les enfants Dr Jean Paul GOUËLLO Centre Hospitalier - 35400 SAINT-MALO - Qui pratique aujourd hui une activité physique? L obésité aujourd hui! Problématiques propres à l enfant

Plus en détail

Activités physiques, activités physiques domestiques?

Activités physiques, activités physiques domestiques? Activités physiques, activités physiques domestiques?, Educatrice thérapeutique, Centre Spécialisé Obésité Aquitaine Nord, CHU de Bordeaux Activité physique, activités physiques domestiques? Définition

Plus en détail

DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES ADOLESCENTS EN SURCHARGE PONDERALE

DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES ADOLESCENTS EN SURCHARGE PONDERALE DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES ADOLESCENTS EN SURCHARGE PONDERALE 14/03/2011 EDUCATION A UNE HYGIENE DE VIE FAVORABLE A LA SANTE ET A L EQUILIBRE PERSONNEL. Accompagnement des adolescents en surcharge

Plus en détail

9/DU «Education Physique Thérapeutique» PARIS VI 27/01/11. Franck. LAUREYNS Président de l Association Nationale des Educateurs Médico-Sportifs

9/DU «Education Physique Thérapeutique» PARIS VI 27/01/11. Franck. LAUREYNS Président de l Association Nationale des Educateurs Médico-Sportifs 9/DU «Education Physique Thérapeutique» PARIS VI 27/01/11 Franck. LAUREYNS Président de l Association Nationale des Educateurs Médico-Sportifs NAISSANCE D UNE PROFESSION Création de 4 postes d EMS en 1999:

Plus en détail

Programme local de lutte contre l'obésité

Programme local de lutte contre l'obésité Programme local de lutte contre l'obésité Ce programme expérimental est une recherche action débutée en Mai 2005 Après une revue de la littérature et contacts avec d autres programmes Agir sur le prévalence

Plus en détail

UNITE BARIATRIQUE MOTIF DE CONSULTATION : obésité grade I, II ou III BILAN : DATE : CS CARDIOLOGUE..

UNITE BARIATRIQUE MOTIF DE CONSULTATION : obésité grade I, II ou III BILAN : DATE : CS CARDIOLOGUE.. www.abcd-chirurgie.fr UNITE BARIATRIQUE NOM : PRENOM: DATE DE NAISSANCE : ADRESSE : N TELEPHONE : MEDECINS CORRESPONDANTS : Médecin traitant : Spécialistes : CONSULTATION EXTERNE : Dr, DATE : MOTIF DE

Plus en détail

La place du diététicien libéral dans le parcours de soin du patient obèse

La place du diététicien libéral dans le parcours de soin du patient obèse La place du diététicien libéral dans le parcours de soin du patient obèse Nelly LEVERT Diététicienne Nutritionniste libérale, Déléguée régionale AFDN Association Française des Diététiciens Nutritionnistes

Plus en détail

Formation continue aux troubles du comportement alimentaire 28 h de formation. Hôpital Lyon Est 59 Bd Pinel BRON

Formation continue aux troubles du comportement alimentaire 28 h de formation. Hôpital Lyon Est 59 Bd Pinel BRON Formation continue aux troubles du comportement alimentaire 28 h de formation 17-18 mars 7-8 avril 2017 Hôpital Lyon Est 59 Bd Pinel 69500 BRON Bât B13 Amphi 1 Site de l hôpital Neurocardio PUBLIC CONCERNÉ

Plus en détail

Chirurgie bariatrique et maternité: est ce compatible?

Chirurgie bariatrique et maternité: est ce compatible? Chirurgie bariatrique et maternité: est ce compatible? Dr Vittorio Giusti, PD & MER Consultation d obésité et des Troubles du Comportement alimentaire Service d Endocrinologie, Diabétologie et Métabolisme

Plus en détail

Association Loi 1901 Création en Juillet 2002 Par un groupe d experts dans le cadre du PNNS1

Association Loi 1901 Création en Juillet 2002 Par un groupe d experts dans le cadre du PNNS1 Association Loi 1901 Création en Juillet 2002 Par un groupe d experts dans le cadre du PNNS1 Promouvoir une approche pluridisciplinaire et coordonnée de la prise en charge de l obésité de l enfant et de

Plus en détail

Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées à la grossesse chez les femmes obèses?

Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées à la grossesse chez les femmes obèses? Obésité et grossesse Immersion en communauté juin 2012 Scapuso J., Dosso M. et Rapin A. Etudiantes Heds 2BSc, filière Nutrition et Diététique Avez-vous déjà entendu parler des possibles complications liées

Plus en détail

LES ENFANTS ET ADOLESCENTS

LES ENFANTS ET ADOLESCENTS LES ENFANTS ET ADOLESCENTS SOUFFRANT DE TOC À GENÈVE Immersion en Communauté 2010 Joëlle Bonin, Clare Fischer, Claudia Martins, Elise Thomet TABLE DES MATIÈRES Axes développés Définition Prévalence et

Plus en détail

Centre de compétence Prader-Willi de Lorraine. Pr Bruno LEHEUP Service de Médecine Infantile III et Génétique Clinique Pôle enfants CHU de Nancy

Centre de compétence Prader-Willi de Lorraine. Pr Bruno LEHEUP Service de Médecine Infantile III et Génétique Clinique Pôle enfants CHU de Nancy Centre de compétence Prader-Willi de Lorraine Pr Bruno LEHEUP Service de Médecine Infantile III et Génétique Clinique Pôle enfants CHU de Nancy Objectifs du Plan Maladies Rares 2005-2008 Mieux connaître

Plus en détail

Educative Program in schools : Hôpital Universitaire Des Enfants Reine Fabiola

Educative Program in schools : Hôpital Universitaire Des Enfants Reine Fabiola Educative Program in schools : «Bon Appétit la Santé! Smakelijk en Gezond!» Isabelle Thiébaut Diététicienne ticienne pédiatriquep Hôpital Universitaire Des Enfants Reine Fabiola PLAN 1. Alimentation de

Plus en détail

Politiques de prévention

Politiques de prévention Politiques de prévention L importance de la consultation médicale autour des habitudes de vie P O L I T I Q U E S DE PRÉVENTION Colloque organisé par la Fondation PiLeJe 19 SEPTEMBRE 2012 Mercredi 19 septembre

Plus en détail

Journées de formation «Mieux vivre avec une BPCO»

Journées de formation «Mieux vivre avec une BPCO» Journées de formation «Mieux vivre avec une BPCO» DU 20 AU 22 AVRIL 2016, À L HÔTEL BEAU-SITE CHEMIN-DESSUS, SUR MARTIGNY Programme définitif www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch ANIMATEURS ET ORATEURS Dr

Plus en détail

Contrepoids Maternité Un suivi spécial pour les femmes enceintes souffrant d obésité ou de surpoids

Contrepoids Maternité Un suivi spécial pour les femmes enceintes souffrant d obésité ou de surpoids Contrepoids Maternité Un suivi spécial pour les femmes enceintes souffrant d obésité ou de surpoids Dossier de presse 20 janvier 2017 Sommaire Communiqué de presse... 3 Obésité et surpoids... 5 Faits et

Plus en détail

Diabète de Type 2 et Exercice physique

Diabète de Type 2 et Exercice physique Diabète de Type 2 et Exercice physique Exercice physique et diabète Quels effets? Quel(s) mécanisme(s) d action? Quel type: résistance ou endurance? Maintien des effets à long terme? En pratique Effets

Plus en détail

Conférence de presse Colloque 26 et Chiffres pour le Luxembourg

Conférence de presse Colloque 26 et Chiffres pour le Luxembourg Conférence de presse Colloque 26 et 27-01-2011 Chiffres pour le Luxembourg Obésité de l adulte: Dans l étude ORISCAV-LUX réalisée par le Centre d Etudes en Santé pour le compte du Ministère de la Santé,

Plus en détail

Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? Les programmes proposés par le service d enseignement thérapeutique pour maladies chroniques

Plus en détail

ANNEXES A LA GRILLE DE RECUEIL DE DONNEES : LE DEPISTAGE ET LE SUIVI DE L OBESITE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ANNEXES A LA GRILLE DE RECUEIL DE DONNEES : LE DEPISTAGE ET LE SUIVI DE L OBESITE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ANNEXES A LA GRILLE DE RECUEIL DE DONNEES : LE DEPISTAGE ET LE SUIVI DE L OBESITE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Facteurs de risques recherchés : Niveau socio-économique des parents Habitation en milieu

Plus en détail

Information pour les patients

Information pour les patients Information pour les patients Vous vous posez des questions concernant votre consommation de tabac, alcool, médicaments ou autres substances? Des réponses adaptées à vos besoins existent Accueil Qui sommes-nous?

Plus en détail

L OBESITE EN PEDIATRIE Prise en charge en ambulatoire Place et rôle du Réseau REPOP- IdF

L OBESITE EN PEDIATRIE Prise en charge en ambulatoire Place et rôle du Réseau REPOP- IdF L OBESITE EN PEDIATRIE Prise en charge en ambulatoire Place et rôle du Réseau REPOP- IdF Amine ARSAN Pédiatre (REPOP IdF) Conflits d intérêt pour le présent travail : AUCUN 1er Constat : Augmentation du

Plus en détail

du suivi médical après

du suivi médical après Je comprends l importance du suivi médical après chirurgie de l obésité Après une chirurgie de l obésité, une surveillance immédiate et sur le long terme est indispensable en raison des carences nutritionnelles

Plus en détail

Obésité Pédiatrique & RéPPOP38

Obésité Pédiatrique & RéPPOP38 Obésité Pédiatrique & RéPPOP38 Dr Anne Lestournelle Médecin coordinateur resp.reppop38@gcsmrsi.fr Marianne Perron Iacovelli Diététicienne coordinatrice Référent Nord-Isère diet2@reppop38.gcsmrsi.fr Obésité

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de VICHY RECRUTE

Le Centre Hospitalier de VICHY RECRUTE Le Centre Hospitalier de VICHY RECRUTE PSYCHOLOGUE UNITE CLINIQUE DE NUTRITION Poste à 50% POLE MEDICO-CHIRURGICAL Pièce jointe : Fiche de Poste Renseignements à : Madame Elisabeth PLANCHE Cadre Supérieur

Plus en détail

Près d un Français sur deux s estime mal informé sur le diabète. 42% pensent présenter un risque de développer un diabète à l avenir

Près d un Français sur deux s estime mal informé sur le diabète. 42% pensent présenter un risque de développer un diabète à l avenir COMMUNIQUE DE PRESSE Près d un Français sur deux s estime mal informé sur le diabète. 42% pensent présenter un risque de développer un diabète à l avenir Paris, le 12 Novembre 2010 pour diffusion immédiate

Plus en détail

Traitements de l obésité et leurs effets sur le rein. Fitsum Guebre-Egziabher CHU Grenoble Alpes INSERM U1042 laboratoire HP2 Grenoble, FRANCE

Traitements de l obésité et leurs effets sur le rein. Fitsum Guebre-Egziabher CHU Grenoble Alpes INSERM U1042 laboratoire HP2 Grenoble, FRANCE Traitements de l obésité et leurs effets sur le rein Fitsum Guebre-Egziabher CHU Grenoble Alpes INSERM U1042 laboratoire HP2 Grenoble, FRANCE Obésité associée avec des facteurs de risque de MRC Diabète

Plus en détail

Dr Guido BONDOLFI. CDS Berne, le2 novembre 2011

Dr Guido BONDOLFI. CDS Berne, le2 novembre 2011 Collaboration entre médecins de premier recours et psychiatres : l exemple de Alliance genevoise contre la dépression Dr Guido BONDOLFI CDS Berne, le2 novembre 2011 Dr. Guido Bondolfi, CC, médecin adjoint

Plus en détail

Des constats Selon l enquête DRESS de juillet 03, 17,6% des enfants alsaciens de 5-6 ans en surcharge pondérale contre 14,4% moyenne nationale Les

Des constats Selon l enquête DRESS de juillet 03, 17,6% des enfants alsaciens de 5-6 ans en surcharge pondérale contre 14,4% moyenne nationale Les Des constats Selon l enquête DRESS de juillet 03, 17,6% des enfants alsaciens de 5-6 ans en surcharge pondérale contre 14,4% moyenne nationale Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de

Plus en détail

L accompagnement néphrologique dans le parcours de santé. Réseau MADO 16/06/2015 Sophie FAVE

L accompagnement néphrologique dans le parcours de santé. Réseau MADO 16/06/2015 Sophie FAVE L accompagnement néphrologique dans le parcours de santé Réseau MADO 16/06/2015 Sophie FAVE Du réseau de soins au réseau de santé «Les réseauxde santé ontpour objet de favoriserl accèsaux soins, la coordination,

Plus en détail

Dr Guy DHOMS MPR / CH Francis Vals Port La Nouvelle CANCER ET SPORT ACTIVITES PHYSIQUES. Médecin Judo Ligue Languedoc Roussillon 19/11/2013 1

Dr Guy DHOMS MPR / CH Francis Vals Port La Nouvelle CANCER ET SPORT ACTIVITES PHYSIQUES. Médecin Judo Ligue Languedoc Roussillon 19/11/2013 1 Dr Guy DHOMS MPR / CH Francis Vals Port La Nouvelle CANCER ET SPORT ACTIVITES PHYSIQUES Médecin Judo Ligue Languedoc Roussillon 19/11/2013 1 Contexte général pour le cancer De plus en plus de cancers.

Plus en détail

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Identifier des conséquences à la présence de comorbidités

Plus en détail

L enfant et l activité physique

L enfant et l activité physique L enfant et l activité physique Contenu La Loi et le Règlement sur les services de garde Le Programme éducatif Les standards de qualité Les recommandations canadiennes L état de la situation Les obstacles

Plus en détail

Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac. Centre d aide aux fumeurs. Traitements médicamenteux disponibles

Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac. Centre d aide aux fumeurs. Traitements médicamenteux disponibles Le tabagisme: Envisagez l arrêt Cédulez vous une date! Défi-Tabac Centre d aide aux fumeurs Traitements médicamenteux disponibles 15 e colloque de Solareh à Mont-Tremblant du 14 au 16 mai 2012 VIN A des

Plus en détail

Eviter l obésité à l âge adulte

Eviter l obésité à l âge adulte cabinet Eviter l obésité à l âge adulte Un partenariat entre divers acteurs pour agir dès la petite enfance René Tabina, Nathalie J. Farpour-Lambertb, Albane Maggiob, Jean-Bernard Moixc, Georges Dupuisd,

Plus en détail

«Activité Physique et Santé» UE d ouverture L3

«Activité Physique et Santé» UE d ouverture L3 «Activité Physique et Santé» UE d ouverture L3 Définitions et concepts, caractéristiques de l activité physique, de la santé et énergétique. S. Joffroy Définitions - Activité physique : tout mouvement

Plus en détail

ACTIVITE PHYSIQUE ET DIABETE DE TYPE 2 : DU NIVEAU DE PREUVE A LA MISE EN PRATIQUE

ACTIVITE PHYSIQUE ET DIABETE DE TYPE 2 : DU NIVEAU DE PREUVE A LA MISE EN PRATIQUE 1 ACTIVITE PHYSIQUE ET DIABETE DE TYPE 2 : DU NIVEAU DE PREUVE A LA MISE EN PRATIQUE Pr Martine Duclos Service de Médecine du Sport et des Explorations Fonctionnelles, CHU Gabriel Montpied; Laboratoire

Plus en détail

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN

LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN LES ACTIVITÉS PHYSIQUES ADAPTÉES ET LA PRISE EN CHARGE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT EN SURPOIDS ET OBÈSES DANS LE CADRE DE L'UNITÉ D'OBÉSITÉ PÉDIATRIQUE HEL - CHUV Alexandra Balz Intervenante en activités

Plus en détail

Le Programme Alimentation Activités Nutrition Santé (PRAANS) Bilan. Réunion du CRALIM du 26 mai 2016 XX/XX/XX 1

Le Programme Alimentation Activités Nutrition Santé (PRAANS) Bilan. Réunion du CRALIM du 26 mai 2016 XX/XX/XX 1 Le Programme Alimentation Activités Nutrition Santé (PRAANS) 2013-2016 Bilan Réunion du CRALIM du 26 mai 2016 XX/XX/XX 1 2 PRAANS 2013-2016 Retour sur Convention cadre d engagement Dispositif contractuel

Plus en détail

Tel : Messagerie : Site :

Tel : Messagerie : Site : Comité régional Sports pour Tous, 34 chemin kerbel, 97425 LES AVIRONS Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Sommaire I - Contexte

Plus en détail

Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE

Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE Dr Michel GUINOT MD PhD CHU de Grenoble AVEC LE SOUTIEN DE Docteur Michel GUINOT Pôle Thorax & Vaisseaux Clinique Physiologie-Sommeil-Exercice UM Sports & Pathologies CHU de Grenoble Laboratoire HP2 Inserm

Plus en détail

Dépistage précoce de l obésité

Dépistage précoce de l obésité Dépistage précoce de l obésité M.L. Frelut, centre thérapeutique pédiatrique, Margency, et service d endocrinologie pédiatrique, hôpital Saint-Vincent-de-Paul, Paris Le dépistage précoce de l obésité est

Plus en détail

RESEAU DIABETE OBESITE 43. «Forme et santé du patient à risque cardio vasculaire: ré entrainement à l effort»

RESEAU DIABETE OBESITE 43. «Forme et santé du patient à risque cardio vasculaire: ré entrainement à l effort» RESEAU DIABETE OBESITE 43 «Forme et santé du patient à risque cardio vasculaire: Présentation du Réseau Diabète Obésité 43 Association loi 1901, regroupe des professionnels de santé libéraux et hospitaliers

Plus en détail

La dépression: Ce qu il faut savoir

La dépression: Ce qu il faut savoir La dépression: Ce qu il faut savoir Une soirée d information ouverte à toutes et tous Une occasion d échanger avec des professionnel-le-s du Réseau fribourgeois de santé mentale Déroulement de la soirée

Plus en détail

Le projet de l Agence Sanitaire et Sociale

Le projet de l Agence Sanitaire et Sociale Le projet de l Agence Sanitaire et Sociale «Manger mieux, bouger plus» L Agence Sanitaire et Sociale de Nouvelle-Calédonie est un établissement public de la Nouvelle-Calédonie, chargée de mettre en œuvre

Plus en détail

«Pratique physique et effets sur le corps : approche physiologique de l exercice» UE d ouverture L3

«Pratique physique et effets sur le corps : approche physiologique de l exercice» UE d ouverture L3 «Pratique physique et effets sur le corps : approche physiologique de l exercice» UE d ouverture L3 Définitions, caractéristiques de l activité physique, différents types d activité physique et fonction

Plus en détail

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie FICHE DE POSTE PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie Localisation Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie d Arpajon (91) CSAPA rattaché à l Etablissement Public de Santé d Etampes.

Plus en détail

LE SYSTÈME DE SANTÉ EN POLOGNE

LE SYSTÈME DE SANTÉ EN POLOGNE LE SYSTÈME DE SANTÉ EN POLOGNE CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES La Pologne se situe en 27 ème position/34 du classement Euro HealthConsumer Index 2012: - l un des systèmes de santé les moins satisfaisants

Plus en détail

Bénéfices du sport à l adolescence vus par le médecin du sport

Bénéfices du sport à l adolescence vus par le médecin du sport Bénéfices du sport à l adolescence vus par le médecin du sport Stéphane Tercier FMH Chirurgie Pédiatrique Médecin du Sport SSMS Macolin 17 novembre 2016 Bénéfices sur la santé physique Appareil locomoteur

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

Réadaptation et Education Thérapeutique des Patients obèses

Réadaptation et Education Thérapeutique des Patients obèses Réadaptation et Education Thérapeutique des Patients obèses Alain Golay et Frédéric Sittarame Service d enseignement thérapeutique pour maladies chroniques Site internet : http://www.hug-ge.ch/education-therapeutique

Plus en détail

Les formations du CDOS

Les formations du CDOS Les formations du CDOS Développer des projets «Sport Santé» Bien Être Notion plurifactorielle qui ne se réduit pas au fait de se sentir bien Etat psychologique qui est la résultante de 4 dimensions : Bien-être

Plus en détail

ROLE PARAMEDICAL EN ADDICTOLOGIE

ROLE PARAMEDICAL EN ADDICTOLOGIE Journée thématique : association IDEES le 17 mars 06 Paris ROLE PARAMEDICAL EN ADDICTOLOGIE Hôpital Universitaire Paul Brousse Villejuif (94) Fédération d Addictologie - PR Boissonnas - PR Reynaud Equipe

Plus en détail

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille

L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L accompagnement psychologique des enfants et adolescents obèses et de leur famille L obésité : un problème de santé publique contemporain Dimension multifactorielle de l obésité : culturelle, sociale,

Plus en détail

De l hôpital à la vie en «milieu ordinaire» l intégration sociale de l enfant DID

De l hôpital à la vie en «milieu ordinaire» l intégration sociale de l enfant DID De l hôpital à la vie en «milieu ordinaire» l intégration sociale de l enfant DID PRIX DAWN 2008 1 er Février 2008 Origine du projet Un programme structuré d'education thérapeutique du patient est une

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE ET/OU SPORTIVE, «outils» de santé publique

L ACTIVITE PHYSIQUE ET/OU SPORTIVE, «outils» de santé publique L ACTIVITE PHYSIQUE ET/OU SPORTIVE, «outils» de santé publique Docteur Jacques Roussel médecin conseiller de la DRJSCS CENTRE BLOIS 14 avril 2015 atelier "activité 1 La santé Etat complet de bien être

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES REGIONAL DES UNITES DE PRISE EN CHARGE DE L OBESITE

CAHIER DES CHARGES REGIONAL DES UNITES DE PRISE EN CHARGE DE L OBESITE CAHIER DES CHARGES REGIONAL DES UNITES DE PRISE EN CHARGE DE L OBESITE Les unités susceptibles d être labellisées sont : les unités hospitalières médicales d évaluation et de prise en charge des enfants

Plus en détail

Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN

Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN Unité Transversale de Nutrition Clinique L expérience de ROUEN Journée des cadres AFDN Paris, le 15/01/2010 Marie Claude CARPENTIER, CSS Diététicien Caroline AMSELLEM, Diététicienne UTNC CHU_ Hôpitaux

Plus en détail

Rôle du comité régional obésité d Ile de France

Rôle du comité régional obésité d Ile de France Rôle du comité régional obésité d Ile de France 1 ère journée régionale de l obésité 13 octobre 2015 XX/XX/XX Agathe Dumas-pôle Ambulatoire appui à la coordination-réseaux Dr Brigitte Homsy-Hubert--pôle

Plus en détail

SPORT OBESITÉ ET SURPOIDS La prévention des risques liés au surpoids et à l obésité Module professionnels de santé

SPORT OBESITÉ ET SURPOIDS La prévention des risques liés au surpoids et à l obésité Module professionnels de santé Conseil & Formation Management-Communication-Santé SPORT OBESITÉ ET SURPOIDS La prévention des risques liés au surpoids et à l obésité Module professionnels de santé Form à IV Compétences Conseil & Formation

Plus en détail

SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE. Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues

SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE. Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues SURPOIDS ET PSYCHOSOMATIQUE Dr Nathalie SECO-FODOUP Caissargues Qu est ce que la psychosomatique? C est un mode de soin GLOBAL qui prend en compte les symptômes dans une unité somato-psychique. C est à

Plus en détail

L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité. F. PAILLE Nancy

L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité. F. PAILLE Nancy L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité F. PAILLE Nancy Risque d usage nocif et de dépendance = Interactions : Produit (P) x Individu (I) x Environnement (E) P = facteurs

Plus en détail

Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique

Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique Laurence Kessler Service d endocrinologie, diabète et maladies métaboliques Hôpitaux universitaires Strasbourg Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG

Plus en détail

Rôle du médecin traitant et du spécialiste dans la prise en charge de l obésité

Rôle du médecin traitant et du spécialiste dans la prise en charge de l obésité Rôle du médecin traitant et du spécialiste dans la prise en charge de l obésité Dr Brigitte ROCHEREAU MG, DESC 1 nutrition Libéral, ANTONY 92 Clinique E.RIST, Paris 16 La réalité de terrain Épidémie d

Plus en détail

Obésité pédiatrique. état des lieux et interet de la prise en charge. R Reynaud

Obésité pédiatrique. état des lieux et interet de la prise en charge. R Reynaud Obésité pédiatrique état des lieux et interet de la prise en charge R Reynaud Définitions Définition française Index de masse corporelle> 97 e percentile Définition internationale ( Cole, IOTF) Surpoids:

Plus en détail

La prise en charge des adolescents porteurs de TCA

La prise en charge des adolescents porteurs de TCA La prise en charge des adolescents porteurs de TCA DES de Pédiatrie Docteur Damien RINGUENET Mode de début Régime restrictif pour un surpoids réel ou imaginaire Circonstance de séparation : Eloignement

Plus en détail

La consommation des enfants et des adolescents. L. Alouane INNTA

La consommation des enfants et des adolescents. L. Alouane INNTA La consommation des enfants et des adolescents. L. Alouane INNTA Mondialisation Nvx Modèles de consommation Évolution économique et sociale accélérée cette étude? TAUX D'URBANISATION EN TUNISIE 50,89 54,59

Plus en détail

Renoncement aux soins de santé pour des raisons économiques Inégalités sociales et de santé : un enjeu pour Genève Mardi 22 mai 2012

Renoncement aux soins de santé pour des raisons économiques Inégalités sociales et de santé : un enjeu pour Genève Mardi 22 mai 2012 Renoncement aux soins de santé pour des raisons économiques Inégalités sociales et de santé : un enjeu pour Genève Mardi 22 mai 2012 Idris Guessous Unité d Epidémiologie Populationnelle, Service de Médecine

Plus en détail

Comparaison avec les activités dans le cadre du Dialogue PNS et les activités CDS-cantons

Comparaison avec les activités dans le cadre du Dialogue PNS et les activités CDS-cantons Secrétariat central 11.5 6.6.2013 / MK/PB Santé2020: les priorités de politique de santé du Conseil fédéral Comparaison avec les activités dans le cadre du Dialogue PNS et les activités -cantons Domaine

Plus en détail

Précarité et parentalité difficile : une aide coordonnée au bénéfice de l enfant

Précarité et parentalité difficile : une aide coordonnée au bénéfice de l enfant Précarité et parentalité difficile : une aide coordonnée au bénéfice de l enfant «Seconde Peau», le projet de maisons médicales et d hôpitaux liégeois Marc Vanmeerbeek CLUB INTERNATIONAL DE PEDIATRIE SOCIALE

Plus en détail