accord accord Attitude(s)! d intéressement Information destinée au personnel d intéressement le combat est quotidien

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "accord accord Attitude(s)! d intéressement Information destinée au personnel d intéressement le combat est quotidien"

Transcription

1 accord 232 Boulevard Sainte Marguerite B.P Marseille Cedex 9 Tél. : Fax : Service communication - I.P.C - 04/ Imprimé sur du papier recyclé Information destinée au personnel accord Attitude(s)! le combat est quotidien

2 Sommaire t Pourquoi un accord à l IPC?...4 t Qu est-ce que l intéressement?...5 t Quand la prime est-elle versée?...5 t Qui sont les bénéficiaires d une prime?...5 t Quels sont les avantages de l intéressement? Pour le salarié...5 Pour l Institut...5 t Quels sont les critères qui permettent de verser un intéressement collectif?...6/7 t Comment est calculée la somme totale?...8 t L intéressement peut-il être égal à O?...9 t Comment est réparti l intéressement pour les bénéficiaires?...9 t Comment sera payée ma part?...10 t Quelles sont les garanties du dispositif?...10 t Où puis-je obtenir des précisions supplémentaires sur ce dispositif?...11

3 Pourquoi un accord à l IPC? La Convention Collective des Centres de Lutte Contre le Cancer offre la possibilité aux partenaires sociaux et à la Direction de chaque centre d ouvrir des négociations salariales locales et d expérimenter de nouveaux dispositifs collectifs de rémunération. La conclusion en 2001 d un accord à l Institut Paoli-Calmettes, renouvelé le 15 juin 2004, s inscrit dans ces nouvelles opportunités conventionnelles et entend accompagner la poursuite d objectifs propres à l Institut : t développer la motivation, la cohésion et l implication des personnels, t reconnaître certains efforts et résultats collectifs et en partager les bénéfices, t fidéliser les personnels de l Institut, t accompagner et valoriser les objectifs collectifs à l IPC, t compléter les dispositifs salariaux existants, sans substitution, en ouvrant de nouvelles possibilités d arbitrage salarial, t aider les salariés à se constituer une épargne dans des conditions sociales et fiscales favorables, t alimenter de manière dynamique et positive le dialogue social. Ce nouvel accord témoigne enfin de la qualité de la négociation collective et du dialogue social à l Institut. Qu est-ce que l intéressement? L intéressement est un complément collectif de rémunération des salariés, lié aux résultats et aux performances collectives de l entreprise. La mise en place d un système est facultative. L Institut a été le premier Centre de Lutte Contre le Cancer à proposer ce dispositif. Un accord dure 3 ans et le nouvel accord a été signé pour la période. Quand la prime est-elle versée? L intéressement est versé en mai. Qui sont les bénéficiaires d une prime? Tout salarié ayant au moins trois mois de présence dans l Institut peut prétendre à une prime. Quels sont les avantages de l intéressement? Pour le salarié L intéressement constitue une part de rémunération supplémentaire, qui ne se substitue pas à un autre élément de rémunération. Les primes ne sont pas soumises à charges salariales, en dehors de la CSG et de la CRDS. Les primes peuvent être totalement exonérées d impôt sur le revenu si le salarié choisit de les verser sur le Plan d Epargne Entreprise (PEE) de l IPC. Dans ce cas, les sommes sont toutefois bloquées cinq ans. Pour l Institut L intéressement constitue un dispositif permettant de sensibiliser et de motiver ses personnels sur un objectif collectif. Il complète la palette des éléments de rémunération, dans le sens d une reconnaissance d efforts collectifs. Les exonérations de charges patronales sur les primes sont avantageuses pour l Institut, par rapport à d autres formes plus coûteuses de rémunération. 4 5

4 Quels sont les critères qui permettent de verser un intéressement collectif? La loi prévoit que deux types de critères doivent être fixés par l accord : un critère purement économique et des critères techniques ou de performance collective. Tous ces critères combinés doivent avoir un caractère aléatoire. L Institut a choisi de retenir pour le critère économique, le résultat d exploitation de fin d année de l IPC : il doit être suffisamment positif pour permettre le versement de l intéressement. Le résultat figure dans les comptes de l Institut qui font l objet d une présentation aux instances de l établissement (Conseil d Administration, Commission Médicale d Etablissement, Comité d Entreprise). Pour les critères techniques, l intéressement pratiqué à l Institut Paoli-Calmettes doit s inscrire dans les limites d une déontologie de service hospitalier public non lucratif. Ces conditions excluent définitivement et durablement certains indicateurs : t économies sur les charges médicales ou de gestion, t niveau des recettes facturées aux patients, t indicateurs n impliquant qu une catégorie de personnel Pour ce deuxième accord, l assiette de l intéressement comprend 3 critères techniques : 1) L amélioration du taux d absentéisme qui reste un bon critère collectif, en effet : t L absentéisme est générateur de charges importantes pour l Institut Paoli-Calmettes, directement au plan budgétaire, mais aussi indirectement, en terme d impact sur les organisations et sur la qualité des soins et services dispensés aux patients. t Les économies budgétaires réalisées sur la masse salariale sont neutres par rapport au patient et le bénéfice issu d un moindre absentéisme profite au patient et à la structure. t Les statistiques d absentéisme sont faciles et rapides à extraire, publiques et incontestables (bilan social notamment). t La maîtrise de notre budget de prévoyance et la pérennité de notre réduction du travail sont des enjeux très importants qui reposent, pour partie, sur la maîtrise de notre absentéisme. 2) Le taux de satisfaction globale exprimé les patients au travers d une enquête de satisfaction annuelle. Il est retenu car : t La qualité est un objectif collectif et transversal fort du Projet d Etablissement qui engage la collectivité des salariés au profit des patients ; t La source d information (enquête de satisfaction annuelle des patients) est publique et incontestable (réalisée par une structure spécialisée indépendante de l IPC) ; t La qualité est un élément de développement du Centre (de son image, de son activité, de ses budgets ) et génère également des gains économiques ou budgétaires. accord 3) Le développement de l activité qui s inscrit dans l esprit de la politique IPC pour les raisons suivantes : t Le développement de l activité est un objectif collectif affirmé par le Projet d Etablissement ; t La source d information (comptes annuels) est publique et incontestable (vérification par le commissaire aux comptes et les instances) ; Le caractère aléatoire de ces critères ne fait pas de doute ce qui est conforme aux exigences légales. Dans tous les cas il s agit bien là de reconnaître des efforts collectifs cohérents avec la politique de l établissement, faciles à comprendre et à approprier pour le personnel. Les critères peuvent toutefois être rediscutés avec les partenaires sociaux d une année à l autre, suivant l évolution des objectifs de gestion de l Institut. 6 7

5 Comment est calculée la somme totale? Baisse de l absentéisme L intéressement sera calculé sur la base de référence d un taux moyen d absentéisme égal à 5,6%, chaque dixième de point gagné par rapport à ce taux équivaut à Euros. Exemple : pour un absentéisme de 5,4% soit deux dixièmes de moins que le taux cible, le montant à ce titre (M) sera égal à : 5,6%-5,4% = 2 dixièmes de taux d absentéisme M = 2* Euros = Euros Résultat de l enquête de satisfaction annuelle : il est recensé, dans l indicateur de satisfaction globale, les patients satisfaits et très satisfaits, la somme des deux doit être supérieure à 80%. Dans ce cas, l intéressement est égal à Euros plus Euros par point de satisfaction supplémentaire. Exemple : pour un taux de satisfaction globale (SG) de 90% le montant (M) à ce titre s élèvera à : M = Euros + ( Euros *10) = Euros Développement de l activité Une part de notre budget est désormais liée au développement de notre activité (production de séjours ou d actes médicaux). Le 3 ème critère technique de calcul est donc basé sur l augmentation de cette part : t Augmentation comprise entre 0 et 2% = Euros t Augmentation comprise entre 2% et 5% = Euros t Augmentation supérieure à 5% = Euros Exemple pour 2004 : la part de budget allouée "à l activité" en début d année est de Euros si cette part est finalement réajustée à Euros (soit une progression de 2,8 %), le montant de l intéressement sera alors égal à Euros. Ces trois critères se cumulent, dans notre exemple l intéressement global serait de : Euros Euros Euros = Euros L intéressement peut-il être égal à O? L intéressement peut être nul dans deux cas t l Institut constate un résultat de fin d année déficitaire (résultat d exploitation négatif) ou t les trois critères techniques atteignent la même année un seuil qui ne permet pas de distribution à savoir : - le taux d absentéisme est supérieur au taux cible de 5,6%, - l enquête de satisfaction annuelle présente un taux de satisfaction globale inférieur à 80%, - l activité (production de séjours ou d actes médicaux) diminue. Comment est réparti l intéressement pour les bénéficiaires? accord L intéressement sera réparti au prorata du temps réel de présence dans l Institut. Sont décomptées les absences suivantes t arrêts pour maladie, accident de trajet, mi-temps thérapeutiques, t jours enfants malades, t les absences irrégulières, t temps non rémunéré contractuellement, t jours de grève, t absences rémunérées pour motif personnel ou familial, t congé paternité avec une pondération plus forte de ces absences pour le critère de répartition lié à la baisse de l absentéisme. 8 9

6 Comment sera payée ma part? Le versement de l intéressement fait l objet d une note spécifique distincte comportant les informations particulières (nombre de bénéficiaires, montant et calcul de la part ). Après avoir reçu sa fiche chaque agent dispose de 15 jours pour choisir : 1. Soit de percevoir directement l intéressement sur son compte courant. La somme est alors assujettie à l impôt sur le revenu. 2. Soit d en épargner tout ou partie dans le cadre du Plan d Epargne Entreprise (PEE) de l Institut. Dans ce dernier cas, la somme versée sur le PEE est exonérée d impôt sur le revenu, de même que les plus values ou revenus des placements en contrepartie du blocage des sommes épargnées pendant 5 ans et sous réserve des cas de déblocage anticipé. Afin d accompagner les efforts d épargne individuelle, et si sa situation financière le lui permet, l Institut pourra compléter la prime épargnée par un versement supplémentaire sur le PEE, appelé "abondement". Quelles sont les garanties du dispositif? Le Comité d entreprise et les partenaires sociaux sont informés de la mise en œuvre du dispositif. Notamment, toutes les données sur lesquelles s appuient les calculs de l intéressement sont soumises aux partenaires sociaux. En cas de litige individuel sur le montant ou le versement de la prime, chaque agent peut saisir directement le Directeur de l Institut de ses difficultés. Où puis-je obtenir des précisions supplémentaires sur ce dispositif? Le Bureau du Personnel se tient à votre disposition pour tout complément d information Tél. : Retrouvez les informations sur notre site intranet : rubrique "IPC Social". 10

Intéressement. DRDH Copyright 2008 Document confidentiel av du Général Leclerc Boulogne

Intéressement. DRDH Copyright 2008 Document confidentiel av du Général Leclerc Boulogne Intéressement 1 Sommaire Champ d application 3 Critères & Formule de calcul 4 Plafonds & Disponibilité 5 Régime social & Fiscal 6 Mise en place d un accord d intéressement 7 Non substitution au salaire

Plus en détail

LES OPPORTUNITES DE LA LOI «MACRON» EN MATIÈRE DE REMUNERATION EPARGNE SALARIALE, CE QUI CHANGE

LES OPPORTUNITES DE LA LOI «MACRON» EN MATIÈRE DE REMUNERATION EPARGNE SALARIALE, CE QUI CHANGE LES OPPORTUNITES DE LA LOI «MACRON» EN MATIÈRE DE REMUNERATION EPARGNE SALARIALE, CE QUI CHANGE Février 2017 Document non contractuel achevé de rédiger le 02/01/2017. Document réservé exclusivement aux

Plus en détail

L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Janvier 2011

L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Janvier 2011 L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération Janvier 2011 Sommaire Les dispositifs d épargne salariale et leurs principaux avantages Présentation de DEBORY-ERES ERES

Plus en détail

L intéressement. L intéressement. 1. Modalités de mise en place

L intéressement. L intéressement. 1. Modalités de mise en place L intéressement L épargne salariale est un système d'épargne collectif mis en place au sein de certaines entreprises. Il concerne essentiellement : L intéressement collectif aux performances de l entreprise

Plus en détail

La rémunération des cadres Un aperçu statistique

La rémunération des cadres Un aperçu statistique 5 décembre 2014 Observatoire des cadres La rémunération des cadres Un aperçu statistique Frédérique NORTIER-RIBORDY Direction technique Agirc-Arrco Agenda 2 1. Le salaire des cadres en 2012 Salaires par

Plus en détail

Dividende du travail, intéressement, participation et épargne salariale

Dividende du travail, intéressement, participation et épargne salariale Dividende du travail, intéressement, participation et épargne salariale Livre III de la partie III du Code du travail Séminaire «Politiques de l emploi Interactions de l économique et du juridique» du

Plus en détail

Les Indemnités de Licenciement Leur Régime Fiscal Les Indemnités Pôle Emploi

Les Indemnités de Licenciement Leur Régime Fiscal Les Indemnités Pôle Emploi Les Indemnités de Licenciement Leur Régime Fiscal Les Indemnités Pôle Emploi 1. Les Indemnités de Licenciement 1.1. Pour les non cadres Il est alloué au salarié non-cadre licencié avant d avoir atteint

Plus en détail

LE REGIME FISCAL ET SOCIAL DES INDEMNITES DE RUPTURE VERSEES AUX SALARIES ET AUX DIRIGEANTS

LE REGIME FISCAL ET SOCIAL DES INDEMNITES DE RUPTURE VERSEES AUX SALARIES ET AUX DIRIGEANTS 27/05/2016 LE REGIME FISCAL ET SOCIAL DES INDEMNITES DE RUPTURE VERSEES AUX SALARIES ET AUX DIRIGEANTS - CLUB RANDORI - Laurent LAILLET Jean-Marc LE GALLO 60 Boulevard des Dames 13002 MARSEILLE Tél : 04

Plus en détail

LA REMUNERATION. I. La détermination d un système de rémunération

LA REMUNERATION. I. La détermination d un système de rémunération LA REMUNERATION I. La détermination d un système de rémunération L entreprise a le choix entre plusieurs systèmes de rémunération. Elle se déterminera en fonction de ses objectifs et de son environnement.

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV Les principales mesures de la loi du 8 février 2008 pour le pouvoir d achat La loi n 2008-11 du 8 février 2008 pour le pouvoir d achat prévoit trois mesures principales : - le rachat

Plus en détail

Document N 11 Document de travail, n engage pas le Conseil Les primes de partage du profit en France : substituts ou compléments de salaire?

Document N 11 Document de travail, n engage pas le Conseil Les primes de partage du profit en France : substituts ou compléments de salaire? CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 11 Document de travail, n engage pas le Conseil Les

Plus en détail

DÉPART VOLONTAIRE DANS LE CADRE D UN ACCORD GPEC : SUPPRESSION DES EXONÉRATIONS SOCIALES ET FISCALES

DÉPART VOLONTAIRE DANS LE CADRE D UN ACCORD GPEC : SUPPRESSION DES EXONÉRATIONS SOCIALES ET FISCALES N-Nour OCTOBRE 2010 DÉPART VOLONTAIRE DANS LE CADRE D UN ACCORD GPEC : SUPPRESSION DES EXONÉRATIONS SOCIALES ET FISCALES Les indemnités versées à l occasion d une rupture du contrat de travail peuvent

Plus en détail

INTERESSEMENT DES SALARIES AUX PLUS-VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET DE PARTS SOCIALES

INTERESSEMENT DES SALARIES AUX PLUS-VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET DE PARTS SOCIALES INTERESSEMENT DES SALARIES AUX PLUS-VALUES DE CESSION DE VALEURS MOBILIERES ET DE PARTS SOCIALES L Intéressement aux plus-values a pour objet d'associer collectivement les salariés et mandataires sociaux

Plus en détail

Comment mettre en place une politique d'épargne salariale

Comment mettre en place une politique d'épargne salariale Comment mettre en place une politique d'épargne salariale Destinée à toutes les entreprises, quelle que soient leur taille ou leur forme juridique, l'épargne salariale permet aux dirigeants de partager

Plus en détail

Le départ en retraite

Le départ en retraite Le départ en retraite Lois de financement de la Sécurité Sociale pour 2010, 2011 et 2012 Articles L1237-4 à L1237-10 du Code du travail Cette fiche traite du départ en retraite à l initiative du salarié

Plus en détail

PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016

PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016 Infos flash PLAFOND DE SECURITE SOCIALE AU 1 ER JANVIER 2016 Le plafond de sécurité sociale applicable aux rémunérations versées du 1 er janvier au 31 décembre 2016 a été fixé par l arrêté du 17 décembre

Plus en détail

Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite

Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite Cinq situations, cinq scénarios pour préparer sa retraite Cadre dirigeant, entrepreneur, profession libérale, artisan... Les problématiques diffèrent ; les solutions aussi. Pour chacun, les pistes pour

Plus en détail

Régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail à compter du 1 er janvier 2012

Régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail à compter du 1 er janvier 2012 DSI CENTRALE CENTRE DE SOLUTIONS RH PPR - AJR Contact NGUYEN CELINE Tél : 01 58 35 37 18 Fax : E-mail : Destinataires Tous services x C1 Interne C2 Restreint C3 Confidentiel C4 Secret Date de validité

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines. Aide en ligne Base sécurisée Intéressement Participation

Direction des Ressources Humaines. Aide en ligne Base sécurisée Intéressement Participation Direction des Ressources Humaines Aide en ligne Base sécurisée Intéressement Participation SOMMAIRE CONNEION ET NAVIGATION DANS LA BASE SECURISEE... 3 INTERESSEMENT : CHOI... 4 PARTICIPATION : CHOI...

Plus en détail

COMPRENDRE L EPARGNE SALARIALE!

COMPRENDRE L EPARGNE SALARIALE! VADE MECUM COMPRENDRE L EPARGNE SALARIALE! Préambule Comprendre les mécanismes de l'épargne salariale 2 Autre préoccupation des Français : la retraite 2 Les différentes formules d'épargne salariale 2 Participation,

Plus en détail

TEXTES APPLICABLES. Textes codifiés ENTREPRISES ASSUJETTIES. Généralités Liste des entreprises publiques soumises au régime légal de la participation

TEXTES APPLICABLES. Textes codifiés ENTREPRISES ASSUJETTIES. Généralités Liste des entreprises publiques soumises au régime légal de la participation I MAJ.05-2016 SOMMAIRE A - PARTICIPATION TEXTES APPLICABLES Textes codifiés A10 A10 ENTREPRISES ASSUJETTIES Liste des entreprises publiques soumises au régime légal de la participation A20 A20 A21 MODE

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE RETRAITE ET DE PREVOYANCE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE RETRAITE ET DE PREVOYANCE SOCIAL N 121 SOCIAL N 44 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 6 octobre 2006 ISSN 1769-4000 REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE RETRAITE ET DE PREVOYANCE La loi du 21 août 2003 portant

Plus en détail

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES

MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES MODALITES D ACQUISITION DES CHÈQUES-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DE MOINS DE 50 SALARIES Les Chèques-Vacances, institués par l ordonnance n 82-283 du 26 mars 1982, sont des titres, de 10 et 20 euros,

Plus en détail

Le nouveau régime est applicable à partir du 1 er janvier 2013 avec un régime transitoire pour l année 2012.

Le nouveau régime est applicable à partir du 1 er janvier 2013 avec un régime transitoire pour l année 2012. SOCIAL J u i n 2012 C I R C U L A I R E REGIME SOCIAL DES INDEMNITES DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL ET DU MANDAT SOCIAL Alors que les limites d exonération sociale en matière d'indemnités de rupture

Plus en détail

PEE PERCO. Objectif : Système d épargne collectif permettant aux salariés de se constituer une épargne avec l aide financière de l entreprise.

PEE PERCO. Objectif : Système d épargne collectif permettant aux salariés de se constituer une épargne avec l aide financière de l entreprise. PEE PERCO Le plan d épargne entreprise (PEE) et le plan d épargne pour la retraite collective (PERCO) offrent la possibilité aux salariés de se constituer un portefeuille de valeurs mobilières (celles

Plus en détail

Focus sur les salaires

Focus sur les salaires Focus sur les salaires L Insee dresse chaque année en collaboration avec la DARES un panorama complet de l emploi et des salaires. L édition 2012 a été publiée le 22 février. Décryptage des évolutions

Plus en détail

Pourquoi s intéresser de près aux dispositifs Épargne Retraite d Entreprise?

Pourquoi s intéresser de près aux dispositifs Épargne Retraite d Entreprise? LE CONTEXTE Pourquoi s intéresser de près aux dispositifs Épargne Retraite d Entreprise? Un sujet prioritaire pour vos salariés Les Français sont conscients de la nécessité de se constituer un complément

Plus en détail

Les principaux avantages sociaux. Mise à jour : février 2008

Les principaux avantages sociaux. Mise à jour : février 2008 Les principaux avantages sociaux Mise à jour : février 2008 Les principaux avantages sociaux Les avantages sociaux visent à : augmenter les revenus des salariés grâce à l'épargne salariale (PEE et PERCO),

Plus en détail

NOTE SUR LES COTISATIONS SOCIALES 2015

NOTE SUR LES COTISATIONS SOCIALES 2015 Cabinet Pybourdin Brûlé & Associés Société d Expertise Comptable inscrite au Tableau de l Ordre des Experts Comptables de Paris 7, rue Delerue 92120 MONTROUGE - : 01.42.53.59.59 Fax : 01.42.53.87.34 Mail

Plus en détail

LE RÔLE DU COMITÉ D ENTREPRISE DANS LA MISE EN PLACE D UN RÉGIME DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE

LE RÔLE DU COMITÉ D ENTREPRISE DANS LA MISE EN PLACE D UN RÉGIME DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE FICHE PRATIQUE LE RÔLE DU COMITÉ D ENTREPRISE DANS LA MISE EN PLACE D UN RÉGIME DE PROTECTION SOCIALE ET PATRIMONIALE L ESSENTIEL La Loi reconnaît au Comité d Entre prise un rôle important pour toutes

Plus en détail

Comprendre votre nouveau régime frais de santé

Comprendre votre nouveau régime frais de santé Convention Collective Nationale des Détaillants en Chaussures Comprendre votre nouveau régime frais de santé Retraite I Prévoyance I Santé Épargne I Dépendance humanis.com LE RÉGIME FRAIS DE SANTÉ EN QUESTION

Plus en détail

Amundi Epargne Entreprise. Dossier spécial. Juridique et Fiscalité. Avec le PERCO, transformez les jours de congés en épargne retraite.

Amundi Epargne Entreprise. Dossier spécial. Juridique et Fiscalité. Avec le PERCO, transformez les jours de congés en épargne retraite. Amundi Epargne Dossier spécial Juridique et Fiscalité Avec le PERCO, transformez les jours de congés en épargne retraite Novembre 2013 Le PERCO, transformer du temps en argent pour préparer sa retraite

Plus en détail

LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS

LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS LA RETRAITE SURCOMPLEMENTAIRE DES DIRIGEANTS 1 LA RETRAITE Objectif Permettre au bénéficiaire de préserver un niveau de vie pas trop décalé par rapport à la période d' activité Limites des régimes obligatoires

Plus en détail

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises

Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Quelle fiscalité pour les entreprises en 2016? La fiscalité de l épargne salariale des Entreprises Les évolutions fiscales de la loi Macron La loi «Macron» pour la croissance, l activité et l égalité des

Plus en détail

n LETTRE CIRCULAIRE OBJET GRANDE DIFFUSION 19/07/2013 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE

n LETTRE CIRCULAIRE OBJET GRANDE DIFFUSION 19/07/2013 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE n 2013-0000053 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1.010.10 Montreuil, le 19/07/2013 19/07/2013 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE POLE REGLEMENTATION ET SECURISATION

Plus en détail

ABATTEMENT DE LA CSG ET DE LA CRDS AU TITRE DES FRAIS PROFESSIONNELS

ABATTEMENT DE LA CSG ET DE LA CRDS AU TITRE DES FRAIS PROFESSIONNELS DSI CENTRALE CENTRE DE SOLUTIONS RH PPR - AJR Destinataires Tous services Contact NGUYEN CELINE Tél : 01 58 35 37 18 Fax : E-mail : Date de validité Du 01/01/2012 ABATTEMENT DE LA CSG ET DE LA CRDS AU

Plus en détail

SOMMAIRE 3 - INDEMNITE EXCEPTIONNELLE ALLOUEE A CERTAINS FONCTIONNAIRES SUITE AU TRANSFERT DE LA COTISATION MALADIE VERS LA CSG...

SOMMAIRE 3 - INDEMNITE EXCEPTIONNELLE ALLOUEE A CERTAINS FONCTIONNAIRES SUITE AU TRANSFERT DE LA COTISATION MALADIE VERS LA CSG... 1/5 SOMMAIRE 3 - INDEMNITE EXCEPTIONNELLE ALLOUEE A CERTAINS FONCTIONNAIRES SUITE AU TRANSFERT DE LA COTISATION MALADIE VERS LA CSG...2 31 - PRINCIPES... 2 311 - Objet de l indemnité... 2 312 - Personnels

Plus en détail

PLFSS 2013 Les députés adoptent définitivement le budget de la sécurité sociale pour 2013

PLFSS 2013 Les députés adoptent définitivement le budget de la sécurité sociale pour 2013 Diane Patrimoine PLFSS 2013 Les députés adoptent définitivement le budget de la sécurité sociale pour 2013 Lors de sa réunion du lundi 3 décembre 2012, la Commission des affaires sociales a adopté, en

Plus en détail

[ Entreprise & administration ] La CSG. et la CRDS sur les salaires A JOUR AU

[ Entreprise & administration ] La CSG. et la CRDS sur les salaires A JOUR AU [ Entreprise & administration ] La CSG et la CRDS sur les salaires A JOUR AU 1 er janvier 2009 La contribution sociale généralisée (CSG) et la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) sont

Plus en détail

ACCORD NATIONAL RELATIF A L ORGANISATION DU CHEQUE-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DU BTP

ACCORD NATIONAL RELATIF A L ORGANISATION DU CHEQUE-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DU BTP N 110 - SOCIAL n 29 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 août 2011 ISSN 1769-4000 ACCORD NATIONAL RELATIF A L ORGANISATION DU CHEQUE-VACANCES DANS LES ENTREPRISES DU BTP L essentiel L accord

Plus en détail

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Ministère de la santé et des solidarités Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Direction des relations du travail Bureau NC3 Direction de la sécurité sociale Bureau 5B Le ministre

Plus en détail

Pégase 3. Le forfait social. Dernière révision le 12/03/

Pégase 3. Le forfait social. Dernière révision le 12/03/ Pégase 3 Le forfait social Dernière révision le 12/03/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Principe...4 Définition du forfait social...4 Recouvrement...5 Taux de cotisation...5

Plus en détail

CCN DES CABINETS MEDICAUX REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL NON CADRES -

CCN DES CABINETS MEDICAUX REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL NON CADRES - Ancienneté requise : Un an d ancienneté dans le cadre du contrat de travail du participant DECES DECES TOUTES CAUSES En cas de Décès d un participant, il est versé au(x) bénéficiaire(s) un CAPITAL dont

Plus en détail

NOTE D'INFORMATIONS I - MODIFICATIONS SOCIALES Augmentation du SMIC horaire brut : 9,67 A compter du 1 er Janvier 2016

NOTE D'INFORMATIONS I - MODIFICATIONS SOCIALES Augmentation du SMIC horaire brut : 9,67 A compter du 1 er Janvier 2016 NOTE D'INFORMATIONS I - MODIFICATIONS SOCIALES 2016 Augmentation du SMIC horaire brut : 9,67 A compter du 1 er Janvier 2016 Les nouvelles modalités de calcul de la réduction Fillon AU 01/01/2016 Un décret

Plus en détail

CCN ALISFA. Mémento Prestations. Mise à jour Mars 2012

CCN ALISFA. Mémento Prestations. Mise à jour Mars 2012 CCN ALISFA Mémento Prestations Sommaire Rappel des garanties 3 Page Détermination du salaire de référence 5 Constitution et prise en charge des dossiers Arrêts de travail 8 Constitution et prise en charge

Plus en détail

L employeur doit tenir à disposition de l Urssaf les justificatifs permettant d attester que l un des deux critères n est pas rempli.

L employeur doit tenir à disposition de l Urssaf les justificatifs permettant d attester que l un des deux critères n est pas rempli. Accueil> Employeur> Calcul les cotisat...> Les taux de cotisati...> La CSG-CRDS> La CSG-CRDS SOMMAIRE Abattement et déductions La CSG et la CRDS sont dues au titre des revenus d activité et de remplacement

Plus en détail

le calcul des indemnites de licenciement

le calcul des indemnites de licenciement le calcul des indemnites de licenciement Article juridique publié le 11/07/2010, vu 58135 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Conditions du bénéfice de l indemnité minimale légale de licenciement. L indemnité

Plus en détail

FLASH INFO DU 2 OCTOBRE 2007

FLASH INFO DU 2 OCTOBRE 2007 FLASH INFO DU 2 OCTOBRE 2007 Réforme du régime social et fiscal des «heures supplémentaires» La loi n 2007-1223 du 21 août 2007 en faveur du tr avail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (loi «TEPA») comprend,

Plus en détail

Quand? Comment? Combien?

Quand? Comment? Combien? Quand? Comment? Combien? Espérance de vie HOMME FEMME En Moyenne 69 66 63 72 69 65 73 70 67 75 76 72 72 68 68 77 73 69 78 74 70 80 76 71 81 77 73 82 78 74 83 79 75 84 81 77 85 85 82 82 78 78 En 2010 :

Plus en détail

- Participation Projet d accord de participation aux résultats Carrefour France

- Participation Projet d accord de participation aux résultats Carrefour France - Participation 2012 - Projet d accord de participation aux résultats Carrefour France 2013-2015 Support pour la réunion d information et de consultation CCE / CE juin 2013 La formule de calcul de la RSP

Plus en détail

Comment ne pas perdre ses jours de repos? Offrez de la souplesse à vos salariés avec les passerelles temps

Comment ne pas perdre ses jours de repos? Offrez de la souplesse à vos salariés avec les passerelles temps Comment ne pas perdre ses jours de repos? Offrez de la souplesse à vos salariés avec les passerelles temps Mise à jour 26/07/2016 Comprendre les passerelles Temps PERCO Vos salariés peuvent monétiser dans

Plus en détail

PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2013 ET CHARGES SOCIALES 2013 L essentiel

PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2013 ET CHARGES SOCIALES 2013 L essentiel N 6 SOCIAL n 1 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 janvier 2013 ISSN 1769-4000 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE POUR 2013 ET CHARGES SOCIALES 2013 L essentiel Un arrêté du 12 décembre 2012,

Plus en détail

SAGE ASSISTANT DADS-U. Valeurs à déclarer sur la DADS-U Loi TEPA Heures supplémentaires

SAGE ASSISTANT DADS-U. Valeurs à déclarer sur la DADS-U Loi TEPA Heures supplémentaires SAGE ASSISTANT DADS-U Loi TEPA Heures supplémentaires En vue de réduire le coût du travail d une heure supplémentaire ou complémentaire par rapport à celui d une heure normale, la loi du 21 août 2007 en

Plus en détail

Préparation de la retraite de vos clients

Préparation de la retraite de vos clients Préparation de la retraite de vos clients Constitution d un capital mobilier I Retraite individuelle A- PERP B- Assurance vie II Retraite financée au travers d une entreprise A- Article 83 B- Article 39

Plus en détail

Cette circulaire est disponible sur le site htpp://www.securite-sociale.fr/

Cette circulaire est disponible sur le site htpp://www.securite-sociale.fr/ Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique, Ministère du travail, des relations sociales et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports Direction de la

Plus en détail

Le Petit. Paie. Les pratiques clés en 21 fiches. Jean-Pierre Taïeb

Le Petit. Paie. Les pratiques clés en 21 fiches. Jean-Pierre Taïeb Le Petit 2015 Paie Les pratiques clés en 21 fiches Jean-Pierre Taïeb le Petit paie Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ACOSS : Agence centrale des organismes de Sécurité sociale AGFF : Association

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Janvier 2017 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise France métropolitaine, Départements et Régions d Outre-Mer BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE POUR 2011 ACCORD GPEC : SUPPRESSION DE L EXONÉRATION DES INDEMNITÉS DE DÉPART VOLONTAIRE

PROJET DE LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE POUR 2011 ACCORD GPEC : SUPPRESSION DE L EXONÉRATION DES INDEMNITÉS DE DÉPART VOLONTAIRE N-Nour NOVEMBRE 2010 PROJET DE LOI DE FINANCEMENT DE LA SÉCURITE SOCIALE POUR 2011 Le PLFSS (Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale pour 2011) a été adopté par l Assemblée nationale le 2 novembre

Plus en détail

4 dispositifs Épargne salariale : intéressement

4 dispositifs Épargne salariale : intéressement 4 dispositifs Épargne salariale : intéressement L'intéressement est un dispositif d'épargne salariale que toute entreprise peut mettre en place par voie d'accord. Le salarié perçoit une prime dont le montant

Plus en détail

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Thierry Debeneix Epargne salariale, Epargne retraite et Fonds supplémentaires

Plus en détail

Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD D ENTREPRISE SUR L INTERESSEMENT

Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD D ENTREPRISE SUR L INTERESSEMENT Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD D ENTREPRISE SUR L INTERESSEMENT 2015-2017 Entre les Soussignés : La CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE LA TOURAINE

Plus en détail

Changements législatifs au 1 er janvier 2016 et reports

Changements législatifs au 1 er janvier 2016 et reports Changements législatifs au 1 er janvier 2016 et reports D.S.N. Complémentaire santé obligatoire THEMES Vélos : réduction fiscale Augmentation SMIC Augmentation PMSS D.A.D.S. : pénibilité Bulletin de salaire

Plus en détail

Le Compte Epargne-Temps

Le Compte Epargne-Temps Le Compte Epargne-Temps Références : - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique territoriale, modifié par le décret n 2010-531 du 20 mai 2010, - Arrêté

Plus en détail

Loi de Financement de la Sécurité sociale pour / Cotisations et contributions

Loi de Financement de la Sécurité sociale pour / Cotisations et contributions Loi de Financement de la Sécurité sociale pour 2012 1/ Cotisations et contributions 2/ Les dispositions relatives aux dépenses d assurance maladie. 3/ Les dispositions relatives aux travailleurs indépendants.

Plus en détail

Contributions de l employeur et du Comité d entreprise aux régimes de complémentaire santé établis avant le 12 janvier 2012

Contributions de l employeur et du Comité d entreprise aux régimes de complémentaire santé établis avant le 12 janvier 2012 Suite à la circulaire n DSS/5B/2009/32 du 30 janvier 2009 Contributions de l employeur et du Comité d entreprise aux régimes de complémentaire santé établis avant le 12 janvier 2012 Conditions d exonération

Plus en détail

Indicateur n 1-5 : Indicateur sur la neutralité des relations financières de la sécurité sociale et de ses partenaires

Indicateur n 1-5 : Indicateur sur la neutralité des relations financières de la sécurité sociale et de ses partenaires Programme «financement» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 1: Garantir la viabilité financière des régimes de base Indicateur n 1-5 : Indicateur sur la neutralité des relations financières

Plus en détail

NOTE D INFORMATION 2012/25 du 24 décembre 2012

NOTE D INFORMATION 2012/25 du 24 décembre 2012 NOTE D INFORMATION 2012/25 du 24 décembre 2012 Financement de la sécurité sociale pour 2013 : adoption définitive de la loi I. Cotisations et contributions A. Indemnités de rupture Les indemnités de rupture

Plus en détail

Danemark. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites

Danemark. Rémunération du salarié moyen. Dépenses publiques au titre des retraites Danemark Danemark : le système de retraite en 212 Il existe un régime public de base. Une prestation de retraite complémentaire sous conditions de ressources est versée aux retraités les plus défavorisés.

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N Montreuil, le 18/09/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-076 OBJET : Régime social des indemnités versées en cas de rupture conventionnelle

Plus en détail

1. Les modalités de fixation du contingent annuel

1. Les modalités de fixation du contingent annuel LOI DE MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL (20 AOUT 2008) La loi 2008-789 du 20 août 2008 assouplit le régime des heures supplémentaires ou le mécanisme d aménagement du temps de travail mais deux constantes

Plus en détail

Circulaire interministérielle du 22 novembre 2001 et lettre circulaire Acoss n du 30 janvier 2002.

Circulaire interministérielle du 22 novembre 2001 et lettre circulaire Acoss n du 30 janvier 2002. notice d information Pour tout renseignement, contacter : Tél. : 01 44 90 20 62 Fax : 01 44 90 20 68 cotisation@crpcen.fr Intéressement Textes de référence Loi du 12 juillet 1937, article 3. Loi n 2001-152

Plus en détail

LOI SUR LES REVENUS DU TRAVAIL : VOLET EPARGNE SALARIALE

LOI SUR LES REVENUS DU TRAVAIL : VOLET EPARGNE SALARIALE N 20 - SOCIAL n 14 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 23 janvier 2009 ISSN 1769-4000 L essentiel LOI SUR LES REVENUS DU TRAVAIL : VOLET EPARGNE SALARIALE La loi sur les revenus du travail comporte

Plus en détail

entreprises RÉFORME ARRCO/AGIRC : VERS UN REPORT DE L ÂGE LÉGAL Votre lettre d information n 8 - Novembre 2016 RETRAITE

entreprises RÉFORME ARRCO/AGIRC : VERS UN REPORT DE L ÂGE LÉGAL Votre lettre d information n 8 - Novembre 2016 RETRAITE n 8 - Novembre 2016 Votre lettre d information entreprises RÉFORME ARRCO/AGIRC : VERS UN REPORT DE L ÂGE LÉGAL Sachez-le, la réforme ARRCO/AGIRC, applicable en 2016 et en 2019, continuera à dégrader le

Plus en détail

Atelier 1 Régime fiscal et social de la rémunération du dirigeant d association

Atelier 1 Régime fiscal et social de la rémunération du dirigeant d association Atelier 1 Régime fiscal et social de la rémunération du dirigeant d association Objectifs Faire un tour d horizon des possibilités de rémunérer un dirigeant d association Préciser le traitement fiscal

Plus en détail

NOS OFFRES DE SERVICES

NOS OFFRES DE SERVICES K1 Tlse C.A d E NOS OFFRES DE SERVICES AUTOUR DU CONSEIL NOS OFFRES DE SERVICES ACCOMPAGNEMENT DU DIRIGEANT OPTIMISATION DE LA REMUNERATION DU DIRIGEANT Salaires ou dividendes CSG, CRDS, Impôts sur les

Plus en détail

Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires. Année 2017

Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires. Année 2017 Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex Dernière vérification de la fiche : 24/01/2017 Dernière mise à jour de la fiche : 24/01/2017 Tableau

Plus en détail

NOTE. Impact du nouveau CITS (crédit d impôt de taxe sur les salaires) pour le secteur des Ogec

NOTE. Impact du nouveau CITS (crédit d impôt de taxe sur les salaires) pour le secteur des Ogec NOTE Impact du nouveau CITS (crédit d impôt de taxe sur les salaires) pour le secteur des Ogec Sommaire : I. Fonctionnement de la taxe sur les salaires p. 2 II. Abattement de taxe sur les salaires p. 2

Plus en détail

Plan d Epargne Accor 2015

Plan d Epargne Accor 2015 Plan d Epargne Accor 2015 Présentation aux CE / CCE 1 Rappel des Dispositifs applicables en 2014 2 Rappel des dispositifs du Plan d Epargne Accor Plan d Epargne Entreprise Groupe (PEEG) Permet aux salariés

Plus en détail

Modalités d application de :

Modalités d application de : Modalités d application de : L avenant n 6 à l accord sur les dispositions sociales applicables aux salariés des sociétés du groupe THALES Avenant n 1 à l accord sur le Perco Afin de faciliter la mise

Plus en détail

Charges sociales obligatoires sur les salaires

Charges sociales obligatoires sur les salaires Affaires sociales et formation professionnelle Circulaire AS N 04.16 Du 22/01/2016 Charges sociales obligatoires sur les salaires Taux au 1 er janvier 2016 Vous trouverez ci-dessous le tableau des charges

Plus en détail

RÉMUNÉRATION. Versement de la prime d intéressement

RÉMUNÉRATION. Versement de la prime d intéressement RÉMUNÉRATION Versement de la prime d intéressement Ce qui change en 2016 16PE0621_LA POSTE_Prime Interessement_8P_A5.indd 1 11/02/2016 15:45:12 La loi du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l

Plus en détail

Pégase 3 Le droit à l image. Dernière révision le 20/04/

Pégase 3 Le droit à l image. Dernière révision le 20/04/ Pégase 3 Le droit à l image Dernière révision le 20/04/2006 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Population visée... 3 Détermination de la rémunération... 3 Les cotisations de la Sécurité

Plus en détail

Le chômage partiel La convention APLD (Activité partielle de longue durée)

Le chômage partiel La convention APLD (Activité partielle de longue durée) MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Le chômage partiel La convention APLD (Activité partielle de longue durée) Mise à jour au 22 novembre 2012 I. Le

Plus en détail

Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires. Année 2016

Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires. Année 2016 Tableau des cotisations sociales appliquées aux salaires Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex Dernière vérification de la fiche : 31/03/2016 Dernière mise à jour de la fiche : 31/03/2016 Tableau

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE PARTIELLE DU TRAJET DOMICILE TRAVAIL DES AGENTS DE LA FPT

MODALITES DE PRISE EN CHARGE PARTIELLE DU TRAJET DOMICILE TRAVAIL DES AGENTS DE LA FPT Références MODALITES DE PRISE EN CHARGE PARTIELLE DU TRAJET DOMICILE TRAVAIL DES AGENTS DE LA FPT Loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale pour 2009 (notamment son article

Plus en détail

Sommaire 1. Cessation anticipée d activité en faveur des victimes de l amiante

Sommaire 1. Cessation anticipée d activité en faveur des victimes de l amiante Sommaire 1 Cessation anticipée d activité en faveur des victimes de l amiante Sommaire 2 S O M M A I R E PAGES Etablissements concernés 3 Bénéficiaires 4 Marche à suivre 5 Indemnité de départ anticipé

Plus en détail

Focus sur le Tax shift et les réductions de cotisations patronales de sécurité sociale

Focus sur le Tax shift et les réductions de cotisations patronales de sécurité sociale boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Mai 2016 Sujet : Focus sur le Tax shift et les réductions de cotisations patronales

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N

LETTRE CIRCULAIRE N Montreuil, le 29/03/2011 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SECURISATION JURIDIQUE Référence de classement : 1. 010.04; 1.010.10;

Plus en détail

La rupture conventionnelle légale du CDI

La rupture conventionnelle légale du CDI La rupture conventionnelle légale du CDI Lettre circulaire ACOSS n 2008-81 du 16 octobre 2008 Circulaire DGT n 2009-04 du 17 mars 2009 Ce mode de rupture concerne uniquement les contrats à durée indéterminée

Plus en détail

Guide de l employeur

Guide de l employeur Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne Guide de l employeur TRANSMETTRE SAVOIR FORMATION APPRENTISSAGE Guide de l employeur Sommaire Devenir maitre d apprentissage... p 4 L apprentissage...

Plus en détail

Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale?

Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale? Le 8 octobre 2013 Projet de loi de finances 2014 : Qui profite de la pause fiscale? 1. Fiscalité des entreprises Le Projet de Loi de Finances 2014 («PLF 2014»), présenté lors du Conseil des ministres du

Plus en détail

Tour d horizon sur ces dispositifs

Tour d horizon sur ces dispositifs FICHE CONSEIL Rigoureux et Créatif Précis et Imaginatif Epargne salariale Tour d horizon sur ces dispositifs Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions comptables

Plus en détail

Session 2016 Code ECOGEST CORRIGE Economie-gestion Durée : 2 H Coefficient : 1 Page 1/8 CORRIGÉ. Parties Intitulés Nombre de points

Session 2016 Code ECOGEST CORRIGE Economie-gestion Durée : 2 H Coefficient : 1 Page 1/8 CORRIGÉ. Parties Intitulés Nombre de points Economie-gestion Durée : 2 H Coefficient : 1 Page 1/8 CORRIGÉ Parties Intitulés Nombre de points 1 Série de questions 12 Trois sujets au choix : Sujet A : Comment adapter les facteurs de production aux

Plus en détail

épargne salariale PACTEO PRO Accélérez votre épargne projets et retraite

épargne salariale PACTEO PRO Accélérez votre épargne projets et retraite PROFESSIONNELS épargne salariale PACTEO PRO Accélérez votre épargne projets et retraite DEMANDEZ PLUS À VOTRE BANQUE PROFESSIONNELS, ARTISANS, COMMERCANTS Découvrez l efficacité et la simplicité de l épargne

Plus en détail

NICHES SOCIALES COUR DES COMPTES

NICHES SOCIALES COUR DES COMPTES Annexe n VI NICHES SOCIALES COUR DES COMPTES AVERTISSEMENT : Cette fiche n est que la reprise du document de la Cour des Comptes (sans «sélection ni tri» des différents postes). Financement : L assiette

Plus en détail

Sommaire. 1 re partie - Généralités e partie - Les différentes zones du bulletin de paie Remerciements...5 Introduction...

Sommaire. 1 re partie - Généralités e partie - Les différentes zones du bulletin de paie Remerciements...5 Introduction... Sommaire Remerciements...5 Introduction...13 1 re partie - Généralités...15 Chapitre 1 - Règles régissant le bulletin de paie...17 1 - Tous les salariés doivent-ils recevoir un bulletin de paie?...17 2

Plus en détail

SECURISATION DE L EMPLOI : MESURES EN MATIERE DE CONTENTIEUX

SECURISATION DE L EMPLOI : MESURES EN MATIERE DE CONTENTIEUX N 107 - SOCIAL n 53 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 25 octobre 2013 ISSN 1769-4000 SECURISATION DE L EMPLOI : MESURES EN MATIERE DE CONTENTIEUX L essentiel La loi n 2013-504 du 14 juin 2013

Plus en détail

CE QU IL FAUT DÉCLARER

CE QU IL FAUT DÉCLARER CE QU IL FAUT DÉCLARER POUR LES PRINCIPALES REMUNERATIONS, INDEMNITES ET ALLOCATIONS, CE QUI EST A DECLARER, CE QUI N EST PAS A DECLARER Salaires des apprentis munis d un contrat Sommes perçues dans le

Plus en détail

SOCIAL/EMPLOI/ FORMATION

SOCIAL/EMPLOI/ FORMATION Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie SOCIAL/EMPLOI/ FORMATION Date : 22/01/07 N : 04.07 LES PRINCIPAUX CHANGEMENTS AU 1 ER JANVIER 2007 1) Plafond annuel de sécurité sociale Rappel : le

Plus en détail

ABATTEMENT REPRESENTATIF DE FRAIS PROFESSIONNELS POUR LE CALCUL DE LA CSG ET DE LA CRDS ARTICLE L Le plafond à retenir :

ABATTEMENT REPRESENTATIF DE FRAIS PROFESSIONNELS POUR LE CALCUL DE LA CSG ET DE LA CRDS ARTICLE L Le plafond à retenir : ABATTEMENT REPRESENTATIF DE FRAIS PROFESSIONNELS POUR LE CALCUL DE LA CSG ET DE LA CRDS ARTICLE L.136-2 QR 1 : Quelle est la valeur du plafond à prendre en compte pour le calcul de l abattement de 1,75%?

Plus en détail