Aspartame ou stévia: le duel

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aspartame ou stévia: le duel"

Transcription

1 Nutri sciences Aspartame ou stévia: le duel L aspartame fait peur, le stévia rassure. L un sort des laboratoires et a une connotation artificielle, l autre est issu des champs de Stevia et cultive une image naturelle. Des tableaux très différents qui ne sont pourtant pas le reflet de ce que la science exprime et de ce que la réglementation autorise... Voici plusieurs années que l aspartame souffle le chaud et le froid: l édulcorant le plus utilisé et qui fait partie des substances les plus étudiées en nutrition est régulièrement accusé de bien des maux, du mystérieux syndrome de la Guerre du Golfe aux tumeurs cérébrales. L arrivée récente sur le Vieux Continent de l édulcorant extrait de Stevia rebaudiana a donné une bouffée d air frais au marché, qui surfe désormais allègrement sur l origine naturelle, végétale et exotique du nouveau venu. Certains fabricants ont même décidé de supprimer l aspartame de leurs formulations, moins pour des raisons de sécurité objective que comme argument marketing, ce qui ne manque pas d entretenir, et même d exacerber les craintes vis-à-vis de l édulcorant. Le «sans aspartame» est devenu aux édulcorants intenses ce que le «sans sucres» est devenu aux denrées avec sucres ajoutés Un demi-siècle de travaux Si bon nombre d utilisateurs ont remplacé des édulcorants de table et des aliments édulcorés à base d aspartame par l édulcorant extrait de Stevia, l aspartame n est pas pour autant mort et enterré. L arrière-goût de réglisse de l édulcorant issu de Stevia est un frein dans un certain nombre de produits. Quant à l aspartame, il vient de faire l objet de la plus grande évaluation jamais menée par l Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA), qui a pris en compte les travaux couvrant pas moins d un demi-siècle de recherche. Dans son projet d avis de 2013, l EFSA a estimé que l aspartame et ses produits de dégradation ne posaient pas de problème de toxicité aux niveaux actuels d exposition. La DJA actuelle est considérée sûre pour l ensemble de la population, et l exposition des consommateurs à l aspartame est inférieure à cette DJA 1. Bref, même si des nuances peuvent être apportées d ici à la publication de l avis final, le travail 16 > Food in action.com - juin 2013

2 DANS CET ARTICLE Le stévia a récemment fait son entrée en Europe, tandis que l aspartame est autorisée depuis près de 10 ans dans tous les pays du Vieux Contient. Coup d envoi du match des édulcorants. titanesque effectué jusqu à présent pour la réévaluation de cet additif demandé par la Commission Européenne, n a pas apporté le moindre signe d une nécessité de modifier son statut. L édulcorant qui se met au vert Le terme «stévia» est entré dans le langage de tous les jours pour désigner ce qui est en réalité un édulcorant à base de glycosides de stéviol, les composants sucrés issus de la plante Stevia rebaudiana. On y trouve le stévioside, le glycoside le plus abondant dans les feuilles, et le Rébaudioside A, celui qui a le goût le plus parfumé. Derrière l image très «verte» du stévia se cachent donc des mélanges de glycosides de stéviol qui ont été brevetés. Comme l aspartame, ils ont le statut d additif alimentaire et doivent franchir la même procédure d approbation. À noter que la plante Stevia rebaudiana n est pas autorisée comme ingrédient dans l Union Européenne, que ce soit sous forme de plante fraîche ou de poudre de feuilles séchées. Cette situation pour le moins étonnante s explique par le fait que pour être autorisée, elle devrait suivre la procédure d approbation Novel Food, puisqu il ne s agit pas d un aliment habituellement consommé par les Européens. Cette procédure, exigée pour tout nouvel aliment à partir de 1997, est longue et coûteuse, et ne présente pas grand intérêt commercial puisque la plante ne peut pas être brevetée La seule façon légale de contourner cet obstacle est de vendre la Stevia telle une plante ornementale. Etiquetage et publicité Pour éviter l amalgame entre la plante Stevia et l édulcorant qui en est issu, le Service Publique Fédéral Santé Publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, conjointement avec le SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie et l Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire, précise un certain nombre de règles à respecter pour l étiquetage et la publicité des denrées alimentaire à base de glycosides de stéviol 2. Les denrées doivent clairement parler d édulcorant, et préciser soit qu il s agit de glycosides de stéviol, soit mentionner le numéro européen E960. Les mentions telles que «avec du stévia», «avec des extraits de Stevia», «avec édulcorants naturels», «édulcorés avec des ingrédients naturels», «sans édulcorants/additifs artificiels» ou «édulcoré naturellement» ne sont pas autorisées. De plus, le graphisme, l image ou la représentation d une feuille de Stevia n est autorisée qu à condition qu il soit mentionné à proximité qu il s agit de glycosides. Ce n est pas l origine naturelle ou non d un composé qui détermine son innocuité, stévia et aspartame ont chacun des avantages et des inconvénients. Pas de boisson sans sucres au stévia! L aspartame, généralement en combinaison avec d autres édulcorants intenses tels que les cyclamates, permet de remplacer complètement les sucres dans les boissons rafraîchissantes light. Ce n est pas le cas des glycosides de stéviol. Car si l histoire nous dit que les Indiens du Paraguay utilisent le stévia depuis des siècles pour édulcorer leurs infusions, la quantité autorisée dans l Union Européenne pour les boissons rafraîchissantes n est pas suffisante pour remplacer complètement le sucre, tout en gardant la même intensité de goût sucré. C est ce qui explique que l édulcorant extrait de la Stevia est utilisé pour la confection de boissons moins sucrées, mais qui ne contiennent généralement que 30% de sucres en moins que la version classique. Food in action.com - juin 2013 > 17

3 Nutri sciences Bref, derrière les images très contrastées véhiculées par ces deux édulcorants, se dissimule une réalité tout autre. Ce n est pas l origine naturelle ou non d un composé qui détermine son innocuité, chacune des substances a des avantages et des inconvénients, et les professionnels de la santé ont du travail pour contribuer à une perception plus objective de ces deux édulcorants. Nicolas Guggenbühl, Diététicien Nutritionniste Nouveau: un site belge sur les édulcorants intenses La recherche d informations crédibles sur les édulcorants intenses se voit désormais facilitée par la naissance d une nouvelle plateforme: Basée sur le site web néerlandais cet espace réalisé à l initiative de la FIEB et dont le contenu a été validé par les associations de diététiciens offre un point de chute fiable pour qui cherche à en savoir plus sur le sujet. On y trouve notamment un outil pratique, l édulcotest, qui permet de se faire une idée de la quantité d aliment édulcoré correspondant à la DJA en fonction de son poids. Coup d envoi mi-juin! Carte d identité Aspartame Stévia Nom officiel Aspartame Glycosides de stéviol ou stéviosides Numéro d additif européen E 951 E 960 Origine Semi-synthétique Extraits de la plante Stevia rebaudiana Date d autorisation en Europe Années 1980 dans certains pays de l UE, 1994 dans toute l UE 2011 Pouvoir sucrant à 300 DJA 40 mg/kg pc 4 mg/kg pc Résistance à la chaleur Non Oui Aliments boissons rafraîchissantes, confitures, desserts, édulcorants de table, poudre cristallisée, pâtisseries et chewing-gums boissons non alcoolisées aromatisées (boissons rafraîchissantes, boissons à base de lait et de soja), bières, crèmes glacées, préparations à base de légumes et de fruits, confitures, chocolats, sucreries, chewinggums, céréales pour petit-déjeuner, desserts, sauces Références: 1. EFSA, Press Release, 8 january Edulcorant glycosides de stéviol Etiquetage et publicité, octobre > Food in action.com - juin 2013

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS

(Actes non législatifs) RÈGLEMENTS 15.1.2011 FR Journal officiel de l Union européenne L 12/1 II (Actes non législatifs) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (UE) N o 10/2011 DE LA COMMISSION du 14 janvier 2011 concernant les matériaux et objets en matière

Plus en détail

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions

Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions Ce document constitue un outil de documentation et n engage pas la responsabilité des institutions DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 30 juin 1994 concernant les édulcorants destinés à être

Plus en détail

MARCHANDISATION EDUCATION PERMANENTE

MARCHANDISATION EDUCATION PERMANENTE MARCHANDISATION Qu'est-ce qu'on nous fait avaler! EDUCATION PERMANENTE Réalisation Service Education permanente Question Santé asbl Texte Sandrine Pequet/Question Santé Graphisme Carine Simon/Question

Plus en détail

MARQUAGE CE POUR MACHINES

MARQUAGE CE POUR MACHINES MARQUAGE CE POUR MACHINES Actualisé suite à la refonte de la Directive machines version 2006/42/CE du 17 mai 2006, paru au Journal officiel de l UE n L 157 du 9 juin 2006. Rectification publiée au Journal

Plus en détail

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 66/16 DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 février 1999 relative au rapprochement des législations des États membres sur les denrées et ingrédients alimentaires traités par ionisation

Plus en détail

RÈGLEMENTS. Journal officiel de l Union européenne L 286/1. (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire)

RÈGLEMENTS. Journal officiel de l Union européenne L 286/1. (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) 31.10.2009 Journal officiel de l Union européenne L 286/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) N o 1005/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ

DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ 1 CAC/GL 23-1997 DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ CAC/GL 23-1997 Les allégations relatives à la nutrition devraient être compatibles avec la politique nationale

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LA CONCEPTION ET LA MISE EN OEUVRE D UN PROGRAMME NATIONAL DE RÉGLEMENTATION D ASSURANCE DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE CONCERNANT LES

DIRECTIVES POUR LA CONCEPTION ET LA MISE EN OEUVRE D UN PROGRAMME NATIONAL DE RÉGLEMENTATION D ASSURANCE DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE CONCERNANT LES DIRECTIVES POUR LA CONCEPTION ET LA MISE EN OEUVRE D UN PROGRAMME NATIONAL DE RÉGLEMENTATION D ASSURANCE DE LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE CONCERNANT LES RISQUES LIÉS À L UTILISATION DE MÉDICAMENTS VÉTÉRINAIRES

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel

Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait au système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER.

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 285/10 Journal officiel de l Union européenne 31.10.2009 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 21 octobre 2009 établissant un cadre pour la fixation d exigences en matière

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Guide pratique: la législation applicable aux travailleurs dans l UE, l EEE et en Suisse. Novembre 2012 2/44

Guide pratique: la législation applicable aux travailleurs dans l UE, l EEE et en Suisse. Novembre 2012 2/44 Novembre 2012 2/44 Table des matières INTRODUCTION 6 Pourquoi avons-nous besoin de ce guide? 6 Aperçu des règles 6 PREMIERE PARTIE: LE DETACHEMENT DE TRAVAILLEURS 7 1. À quel système de sécurité sociale

Plus en détail

L offre d assurance par Internet au Québec

L offre d assurance par Internet au Québec FONDS D INDEMNISATION DES SERVICES FINANCIERS L offre d assurance par Internet au Québec Présentation des résultats de la consultation et des orientations retenues Avril 2015 f xx2015 Le présent rapport

Plus en détail

LES POPULATIONS MODESTES ONT-ELLES UNE ALIMENTATION DESEQUILIBREE?

LES POPULATIONS MODESTES ONT-ELLES UNE ALIMENTATION DESEQUILIBREE? Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES POPULATIO MODESTES ONT-ELLES UNE ALIMENTATION DESEQUILIBREE? Fanette RECOURS Pascale HEBEL Avec la collaboration de Cécile CHAMARET

Plus en détail

Chapitre 14 Le document peut-il être vecteur de coopération?

Chapitre 14 Le document peut-il être vecteur de coopération? RESSOURCES HUMAINES ET COMMUNICATION Thème 4 COOPERATION / COORDINATION Ch 14 Le document peut-il être vecteur de coopération? I. Quels outils permettent la mutualisation des documents? Les technologies

Plus en détail

UNE APPROCHE RENOUVELEE DES ETUDES DE SASTIFACTION

UNE APPROCHE RENOUVELEE DES ETUDES DE SASTIFACTION UNE APPROCHE RENOUVELEE DES ETUDES DE SASTIFACTION Guide pratique pour réaliser son étude de satisfaction pas à pas Ce guide est destiné aux opérationnels souhaitant réaliser une étude de satisfaction

Plus en détail

Acheter social. Un guide sur les appels d offres publics avec clauses de responsabilité sociale

Acheter social. Un guide sur les appels d offres publics avec clauses de responsabilité sociale Acheter social Un guide sur les appels d offres publics avec clauses de responsabilité sociale La présente publication bénéficie du soutien du programme de l UE pour l emploi et la solidarité sociale PROGRESS

Plus en détail

OCTOBRE 2013 -------- -------- DON ALIMENTAIRE. le guide ------------------------------------------------ SOLAAL

OCTOBRE 2013 -------- -------- DON ALIMENTAIRE. le guide ------------------------------------------------ SOLAAL OCTOBRE 2013 DON ALIMENTAIRE -------- -------- le guide ------------------------------------------------ SOLAAL DON ALIMENTAIRE le guide Ce guide est une actualisation du guide réalisé en 2009 par l ANIA

Plus en détail

le guide du végétarien débutant Bases de la nutrition végétarienne, menus, recettes...

le guide du végétarien débutant Bases de la nutrition végétarienne, menus, recettes... le guide du végétarien débutant Bases de la nutrition végétarienne, menus, recettes... 5 Table des matières 2 Avant-propos 4 L alimentation végétarienne Un art de vivre 9 Le mythe des protéines 12 Le fer

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMMISSION DU CODEX ALIMENTARIUS. Trente-troisième session Genève (Suisse), 5-9 juillet 2010

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMMISSION DU CODEX ALIMENTARIUS. Trente-troisième session Genève (Suisse), 5-9 juillet 2010 F ALINORM 10/33/33 PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMMISSION DU CODEX ALIMENTARIUS Trente-troisième session Genève (Suisse), 5-9 juillet 2010 RAPPORT DE LA VINGT-SIXIÈME SESSION DU

Plus en détail

évaluation des activités de développement

évaluation des activités de développement Évaluation des activités de développement 12 leçons du CAD de l OCDE évaluation des activités de développement fonder l apprentissage et la prise de décision sur des résultats éprouvés Évaluation des

Plus en détail

Les médicaments génériques : des médicaments à part entière

Les médicaments génériques : des médicaments à part entière Rapport Les médicaments génériques : des médicaments à part entière Décembre 2012 ansm.sante.fr Ce rapport a été piloté par Antoine Sawaya, chef du pôle qualité pharmaceutique au sein de la direction de

Plus en détail

Exposé-sondage. Novembre 2014. Projet de prise de position conjointe

Exposé-sondage. Novembre 2014. Projet de prise de position conjointe Exposé-sondage Projet de prise de position conjointe Prise de position conjointe sur les communications avec les cabinets d avocats au sujet des réclamations en cours et des réclamations éventuelles lors

Plus en détail

Qu est-ce que l efficacité énergétique?

Qu est-ce que l efficacité énergétique? Qu est-ce que l efficacité énergétique? Vous avez sûrement beaucoup entendu cette expression dernièrement. En général, elle désigne le fait d utiliser moins d énergie qu avant pour fournir des services

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Phase VI (2014-2018) du Réseau européen des Villes-santé de l OMS : objectifs et conditions

Phase VI (2014-2018) du Réseau européen des Villes-santé de l OMS : objectifs et conditions Réseau européen des Villes-santé de l OMS Phase VI (2014-2018) du Réseau européen des Villes-santé de l OMS : objectifs et conditions RÉSEAU EUROPÉEN DES VILLES-SANTÉ DE L OMS Phase VI (2014-2018) du

Plus en détail

Merci à Lynda Sauvé pour sa lecture critique et à Marie-Claude Godin du Secteur Environnement urbain et santé, pour la présentation du rapport.

Merci à Lynda Sauvé pour sa lecture critique et à Marie-Claude Godin du Secteur Environnement urbain et santé, pour la présentation du rapport. Une réalisation du secteur Environnement urbain et santé Direction de santé publique Agence de la santé et des services sociaux de Montréal 1301, rue Sherbrooke Est Montréal (Québec) H2L 1M3 Téléphone

Plus en détail

Académie nationale des finances et de l économie Ministere des Finances. Les finances publiques des Pays-Bas

Académie nationale des finances et de l économie Ministere des Finances. Les finances publiques des Pays-Bas Académie nationale des finances et de l économie Ministere des Finances Les finances publiques des Pays-Bas Les finances publiques des Pays-Bas Mentions légales La présente brochure fournit des informations

Plus en détail

Version septembre 2013 CPAS GUIDE POUR LES USAGERS DU CPAS

Version septembre 2013 CPAS GUIDE POUR LES USAGERS DU CPAS Version septembre 2013 CPAS GUIDE POUR LES USAGERS DU CPAS PREFACE Une solution sur mesure, un pas vers une existence sans misère, le chemin vers l autonomie ou autrement dit : une aide pratique qui vous

Plus en détail