LES AUTORISATIONS DE TOURNAGE SUR LA VOIE PUBLIQUE Circulez, on tourne!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES AUTORISATIONS DE TOURNAGE SUR LA VOIE PUBLIQUE Circulez, on tourne!"

Transcription

1 LES AUTORISATIONS DE TOURNAGE SUR LA VOIE PUBLIQUE Circulez, on tourne! Paris, ville Lumière : pas un jour sans que ses ponts, ses monuments, ses immeubles ne se retrouvent sous les feux des projecteurs. L envers du décor, ce sont des véhicules techniques monopolisant les places de stationnement, des rues bloquées à la circulation et des riverains parfois excédés. La mission de la PP : faciliter les conditions de tournage tout en limitant les nuisances. Paris, extérieur nuit, 5 novembre Une nuée de photographes et de badauds s attroupe devant le Gaumont Marignan des Champs-Elysées. Soudain, les flashs crépitent : Catherine Deneuve et Emmanuelle Béart s avancent sur le tapis rouge,sourient à la foule et disparaissent dans le cinéma. Dans quelques instants, elles en ressortiront et s engouffreront dans une somptueuse limousine blanche. Et coupez! Ce n était qu une fausse avant-première tournée pour les besoins du prochain long-métrage de Laetitia Colombani, Mes stars et moi, l histoire d un fan un peu trop envahissant interprété par Kad Merad. Sans la Préfecture de Police, nous n aurions rien pu faire, lance le directeur de production, Olivier Helié. Pour tourner cette scène de trente secondes, il a été nécessaire de neutraliser une partie de la chaussée afin d y stationner véhicules techniques et caméras, d établir un périmètre pour permettre aux piétons de contourner la zone en toute sécurité, de préserver le libre accès aux bouches de métro et d assurer la fluidité du passage sur les trottoirs. Sur les lieux, le commandant Sylvie Barnaud, responsable de la cellule d autorisation des prises de vues sur la voie publique de la Préfecture de Police, donne des instructions aux policiers de l arrondissement présents pour encadrer le tournage. Retour sur image En effet, Paris, ville la plus cinégénique du monde, accueille en moyenne dix tournages par jour; un film français sur deux se tourne à Paris. Elle n en est pas pour autant un plateau à ciel ouvert où tout est permis. Cascades, coupures de circulation, installation de travellings sur rail ne sauraient s improviser : c est là qu intervient la cellule d autorisations Le tournage sur les Champs Elysées de Mes stars et moi de Laetitia Colombani. Sortie le 22 Octobre Liaisons n 91 janvier - février

2 des prises de vue sur la voie publique. Loin du glamour des plateaux, les quatre policiers qui composent cette unité rattachée à l état-major de la Direction de la police urbaine de proximité instruisent les dossiers de demande d autorisation (exhaustifs, ceux-ci indiquent le contenu, l heure, le lieu et le matériel requis pour chaque séquence), examinent avec les régisseurs la faisabilité des scènes, organisent des réunions sur site pour les séquences les plus importantes, le tout en liaison avec la Ville de Paris lorsque les tournages mobilisent plus de dix personnes, la Brigade fluviale pour les séquences en Seine et les commissariats des arrondissements concernés. La RATP est consultée lorsque le tournage nécessite de fermer une voie de bus. C est un travail d équilibriste qui nécessite de concilier la liberté de création et le respect de la tranquillité et de l ordre public, résume Raymonde Colin, conseiller technique au Cabinet du Préfet de Police qui seul, détient le pouvoir de décision final. Mission impossible? La Direction de l ordre public et de la circulation est associée quand les tournages nécessitent des coupures de circulation particulièrement importantes, comme la neutralisation d une partie du périphérique pour le film de Guillaume Canet, Ne le dis à personne. Une telle autorisation a été accordée à titre très exceptionnel : la séquence a été très lourde à organiser et à gérer. Elle a été tournée le dimanche 14 août, en plein week-end prolongé, ce qui a permis de limiter les embouteillages mais a mobilisé énormément de personnels de A SAVOIR Depuis 1996, la Préfecture de Police a instauré un système d autorisations qui vise à faciliter les tournages à Paris. Tous les après-midi, de 13h30 à 16h30, la cellule des autorisations de tournage accueille sans rendez-vous les régisseurs dans ses locaux de la Cité. Tous les tournages sur la voie publique -longs et courts métrages, films publicitaires, clips vidéo- sont soumis à une double déclaration Préfecture de Police (en charge de la sécurité) / Mairie de Paris (propriétaire du domaine public), dès qu ils emploient plus de dix personnes. En dessous de ce chiffre, les procédures sont dites «simplifiées» et sont uniquement instruites par la Préfecture de Police. Documentaires, reportages, émissions de télévision, photographies de mode ou d architecture, étudiants en cinéma n ont pas besoin d autorisation dès que les équipes comptent moins de 10 personnes, utilisent un matériel léger, n emploient ni véhicule militaire ou de police de location, ni comédien déguisé en militaire ou en policier, et n occasionnent aucune gêne à la circulation des véhicules ou des piétons. Tournage de C est l histoire d un mec d Antoine de Caunes, sur la candidature de Coluche au élections présidentielles de Liaisons n 91 janvier - février

3 police. Le service est payant dès lors que des policiers sont mis à disposition pour des coupures de circulation, des escortes, etc. De façon générale, nous n accordons les coupures de circulation que si les scènes le justifient, cascades, courses-poursuite ou films d époque. En effet, le schéma de circulation parisien si particulier, tout de rues entrelacées à l opposé des tracés au cordeau des cités américaines, impose des contraintes particulières, la fermeture d une seule rue étant susceptible de paralyser totalement tout un quartier. De telles exigences sont parfois difficiles à faire comprendre à certains réalisateurs, surtout étrangers : à Paris, le tournage dans la rue est libre de droits. Aux Etats-Unis ou à Prague, haut lieu des délocalisations de tournages, il suffit de payer et tout est autorisé. Cette année, Sylvie Barnaud ira à la rencontre de futurs cinéastes dans deux écoles parisiennes, la Femis et l école Louis Lumière, afin de les sensibiliser. Certaines demandes sont refusées car trop dangereuses (comme suspendre une grue au-dessus des voies sur berges) ou définitivement irréalisables : les Champs-Elysées ou la Place de l Etoile ne seront jamais coupés à la circulation,et le survol de la capitale reste impossible. Mais quand nous refusons une séquence, nous essayons toujours de proposer une solution alternative, en orientant les équipes vers un autre lieu ou un autre créneau horaire, explique Sylvie Barnaud. Riverains au bord de la crise de nerfs Et quand les tournages américains débarquent avec leur énorme logistique, le stationnement devient un vrai casse-tête. Entre les cars-régie, les camions-loges (chaque acteur a le sien) et la tente pour les repas, une trentaine de véhicules, au bas mot, envahissent les rues. Le blockbuster de l été 2007,c était La panthère rose 2, avec Andy Garcia, Steve Martin et Jean Reno, tourné pendant les 15 derniers jours d août, notamment aux abords du Petit Palais. Nous cherchons alors à trouver des places de stationnement dans les parkings ou jardins environnants afin de limiter au maximum les gênes pour les riverains. Mais ce sont surtout les séries télévisées récurrentes, souvent tournées en intérieur, qui cristallisent les mécontentements des Parisiens, n offrant pas même en contrepartie la distraction des stars et des paillettes. D autant que certains arrondissements sont plus sollicités que d autres. Quartier vedettes Si les 5 ème, 8 ème et 16 ème restent les plus prisés, les tournages sont eux aussi sujets aux effets de mode : après le succès international d Amélie Poulain, la cellule a reçu des dizaines de demandes pour filmer à Montmartre. Les ponts Alexandre III et Bir Hakheim, avec leur vue imprenable sur la Tour Eiffel, restent les favoris des publicitaires. En ce moment, c est le secteur de la Bibliothèque Nationale, dans le 13 ème arrondissement, qui a la cote : Cédric Klapisch (L Auberge espagnole) y a récemment tourné des séquences de percussion entre une moto et une voiture pour son dernier film, le secteur ayant l avantage d être encore relativement neuf. Nous pratiquons la politi- Sur le tournage des Temoins d André Techiné avec Michel Blanc devant le 36, quai des Orfèvres (avril 2006). Liaisons n 91 janvier - février

4 que de la jachère en essayant d éviter certains lieux pendant quelques temps ou en sensibilisant les régisseurs dans le cas des tournages en intérieur qui ne sont pas soumis à autorisation. De même, les commissariats, en charge des stationnements, tentent dans la mesure du possible de répartir les véhicules techniques sur plusieurs rues. Clap de fin Les autorisations sont assorties de prescriptions, à charge pour la PP de veiller à leur respect : de façon impromptue, Sylvie Barnaud et son équipe se rendent sur les tournages. Nous veillons à ce que les équipes respectent ce qui était convenu pour que les tournages continuent à être bien accueillis par les riverains. J ai déjà assisté à de petits incidents, comme cette grand-mère qui a jeté un pot de fleurs sur un technicien. Si dans la majorité des cas, les problèmes sont causés par des stationnements anarchiques de véhicules, certains réalisateurs, inconscients des risques qu ils encourent et des impératifs d ordre public (passage de cortèges officiels, manifestations, etc.), n hésitent pas à couper eux-mêmes la circulation avec les moyens du bord : une voiture, une balise, des techniciens, allant jusqu à mettre en péril leur propre sécurité. Nous convoquons alors le régisseur et le directeur de la production pour leur rappeler que l on ne peut pas faire n importe quoi sur la voie publique et leur adressons une mise en garde écrite qui s avère en général suffisante, quitte à les verbaliser si le message n a pas été entendu, rajoute Sylvie Barnaud. Même si elle n attribue pas forcément le beau rôle aux policiers, cette mission de police administrative n exclut pas certaines compensations. C est une source de satisfaction de voir la concrétisation de notre travail sur grand écran. Nous oeuvrons tous pour promouvoir l image de Paris. Rencontre François Pulliat, vice- président de l Association des Régisseurs de France Tourner à Paris, c est facile? Au contraire, c est de plus en plus compliqué. Le nombre de tournages a augmenté de façon exponentielle, et les problèmes avec : la population est devenue très susceptible. Paradoxalement, cela a conduit à une rationalisation du métier : les autorités ont mis en place un système d autorisation plus contraignant qui nous oblige à consacrer davantage de temps à la préparation des scènes. Lorsque j ai débuté, il y a dixhuit ans, nous arrivions sur un lieu, nous procédions nous-mêmes aux coupures de circulation et nous tournions, avec tous les aléas que l on peut imaginer. On peut toujours pester mais la clé des tournages à Paris, aujourd hui, c est le temps de préparation en amont, une plus grande présence de l équipe régie sur le terrain et une collaboration accrue avec la Ville de Paris et la Préfecture de Police pour aplanir les difficultés. Quelles sont vos relations avec la PP? Face à cette complexité des préparations, un vrai dialogue s est noué avec la Préfecture de Police. Nous déposons nos demandes longtemps à l avance et souvent, avant même le dépôt du dossier, nous discutons pour voir ce qu il est possible de faire ou non. Le commandant Barnaud et son équipe, de leur côté, essaient vraiment de comprendre nos besoins, ils ne se contentent pas d apposer une signature au bas d un document administratif. Je ne me suis jamais retrouvé dans une situation où une demande était refusée au dernier moment. Même si l avis est négatif, ce qui arrive d ailleurs très rarement, il est toujours motivé : c est une relation constructive, car le dialogue est possible. Nous sommes entrés dans une phase de plus grande professionnalisation des autorisations de tournage, aussi bien du côté de la Préfecture de Police que des régisseurs. Vous avez bien quelques reproches à faire à la PP? Ce serait formidable, et à mon avis cela va dans le sens de l histoire étant donné l ampleur que prennent les tournages, que la Préfecture de Police créée une unité spécialisée dédiée uniquement à l encadrement des tournages. Aujourd hui, les policiers des commissariats gèrent les coupures de circulation entre deux autres missions, il y a un problème de manque d effectifs et parfois d inexpérience. Ça nous apporterait le petit degré de souplesse dont nous avons inévitablement besoin : en fonction des conditions météo, ou tout simplement de considérations artistiques, il peut être nécessaire de prolonger une séquence ou de changer les horaires. Ils pourraient également exercer une mission de contrôle. A mon avis, ils ne chômeraient pas! Tournage du téléfilm Action-Directe dans le 16 éme arrondissement, avec Jean Hugues Anglade - diffusion en mai 2008 sur TF1. Liaisons n 91 janvier - février

5 Da Vinci Code de Ron Howard avec Tom Hanks, Audrey Tautou Des tournages mémorables! Seuls Two d Eric et Ramzy (sortie prévue en juin 2008) 16 e 17 e Un énorme tournage (trois semaines dans la Capitale), des moyens pharaoniques : trois nuits de suite, le quartier Saint-Georges a été entièrement coupé à la circulation. Afin de limiter au maximum les nuisances occasionnées, la production a payé des places de parking aux riverains et même l hôtel à une famille avec enfants qui habitait en rez-de-chaussée! 8 e 9 e Ronin de John Frankhenheimer, avec Robert de Niro, Jean Reno 1 er Encore un film qui n aurait pu se faire sans la PP. Le pitch : un policier et un malfrat se livrent à une course-poursuite dans un Paris désert. Pratiquement tous les jours, la PP a mis en place des coupures de circulation. La place de la Concorde a notamment été interdite à la circulation par intermittence de 7h à 10h du matin, le dimanche 12 août 2007 : douze policiers, en liaison radio avec les équipes techniques, positionnés dans toutes les rues donnant sur la place, effectuaient des coupures de circulation de quelques minutes, le temps de tourner une prise : un gros travail de synchonisation. Les deux acteurs-réalisateurs ont aussi profité des répétitions du défilé du 14 juillet pour tourner des séquences sur les Champs-Elysées. Les autorisations sont accordées à des horaires qui gênent le moins la circulation : la nuit, pendant les vacances scolaires ou les longs week-end. 15 e 7 e 6 e Pour ce film d action sur fond de terrorisme irlandais et de mafia russe, dont le tournage s est échelonné du 14 novembre 1997 au 12 avril 1998, la PP a aidé à la réalisation de nombreuses cascades spectaculaires, notamment sur les voies sur berges. La production a fait appel à des pilotes professionnels pour réaliser une course-poursuite à plus de 160km/h dans le tunnel des Halles, nécessitant un important dispositif de neutralisation de la circulation. Liaisons n 91 janvier - février

6 18 e s pécial 7 e art mission sécurité Arsène Lupin de Jean-Paul Salomé, avec Romain Duris, Kristin Scott-Thomas 19 e 2 e Les tournages des films d époque sont toujours plus lourds à gérer, puisqu il faut veiller à ce qu aucun élément anachronique ne se glisse dans le champ de la caméra, ce qui implique notamment de déplacer tous les véhicules en stationnement et de couper totalement la circulation. Pour Arsène Lupin, la place de l Opéra a été entièrement neutralisée le 15 août 2005 pour la reconstitution d un décor du 19 ème siècle, la production ayant même recouvert la chaussée de terre battue. 3 e Angel A de Luc Besson avec Jamel Debouze Certains films demandent un très gros travail de préparation en amont. Pour les séquences de son film Angel A, entièrement tourné à Paris, Luc Besson a eu besoin d utiliser une grue de trente mètres devant Notre-Dame : il a fallu vérifier que le sol supportait la charge et mobiliser des motards pour accompagner le convoi exceptionnel. 4 e 11 e Rush hour 3 de Brett Rattner, avec Jacky Chan, Chris Tucker 20 e 5 e 12 e Lors des tournages sur la Seine, la Brigade fluviale étudie la faisabilité des projets et, en cas d avis favorable, assure la sécurité des acteurs et des cascadeurs qui tombent à l eau pour les besoins de la séquence. Elle assure aussi des repérages avec les équipes techniques et, le cas échéant, des acteurs comme ici Jacky Chan, pour le film Rush Hour 3 tourné entièrement à Paris. 13 e Liaisons n 91 janvier - février

7 LA PP ET LES SALLES DE CINÉMA La première séance Avec 88 cinémas, 376 écrans, 450 à 500 films à l affiche chaque semaine et plus de 27 millions de spectateurs par an, Paris est la ville la plus cinéphile du monde. Et si, fatigués par une telle abondance, certains souhaitaient piquer un somme lors d une séance, qu ils dorment sur leurs deux oreilles : la PP veille sur leur sécurité. et plus de 200 blessés L incendie 129morts qui ravagea le Bazar de la Charité, à Paris, le 4 mai 1897, faillit être fatal au cinématographe naissant. Ce jour-là, le tout-paris se pressait à l inauguration de la vente annuelle du Bazar de la Charité, œuvre de bienfaisance fondée par la meilleure société de l époque. Dans une sorte de hangar rectangulaire fait de planches et de poutrelles, à deux pas des Champs- Elysées, une rue du Vieux Paris avait été reconstituée à grand renfort de carton-pâte. Installées derrière vingtdeux comptoirs en bois somptueusement aménagés, des dames patronnesses appartenant à la plus haute aristocratie française proposaient bibelots, tableaux, bijoux provenant de dons. Le clou du spectacle : une projection de cinématographe où, moyennant cinquante centimes, le public allait pouvoir découvrir les images animées des frères Lumière : une sortie d usine, un train qui entre en gare et le film l Arroseur arrosé. Les débuts de la réglementation Vers 16h20, alors qu environ mille deux cents personnes se pressaient dans les lieux, des flammes jaillirent de l appentis où était installé le cinématographe, embrasant aussitôt le fragile décor. La panique fut instantanée. En moins de cinq minutes, il ne restait plus rien du Bazar de la Charité Le nombre et la notoriété des victimes, parmi lesquelles la Duchesse d Alençon, sœur de l impératrice Elizabeth d Autriche, frappèrent les esprits et attirèrent l attention des pouvoirs publics sur les dangers potentiels suscités par les manipulations des divers systèmes de cinématographe : à l époque, les bandes étaient en celluloïd, matériau hautement inflammable dès lors qu il est soumis à une forte lumière. Les projections furent interdites et le cinéma dut se réfugier pour un temps dans les baraques foraines. Il faudra construire des salles pour rassurer le public et effacer l hostilité de l élite cultivée, l activité devenant dès lors très encadrée. Un parc très bien tenu A l ère du tout-numérique, les projections cinématographiques restent soumises à une réglementation très stricte en matière de sécurité contre les risques d incendie et de panique. A Paris, tout cinéma qui ouvre ou prévoit des travaux d aménagement doit préalablement en aviser le bureau des établissements recevant du public, rattaché à la DTPP (Direction des transports et de la protection du public) de la Préfecture de Police. L autorisation est accordée après avis de la Commission de sécurité, composée de représentants de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris, du Laboratoire central et des architectes de sécurité de la PP. En outre, tous les deux à cinq ans, en fonction du nombre de places dont il dispose, chaque cinéma parisien est contrôlé par cette commission qui procède à une batterie de tests : alarme incendie, désenfumage, extincteurs, éclairage de secours, etc. Des multiplexes aux salles d art et d essai, quinze à trente cinémas sont visités chaque année. «Le parc est actuellement très bien tenu», assure l architecte en chef Jean-Marie Bourgoin, adjoint au chef Liaisons n 91 janvier - février

8 du service des architectes de sécurité de la PP. Les grandes chaînes de distribution ont racheté beaucoup de petites salles parisiennes et les cinémas indépendants qui ont survécu ont effectué des travaux. «Le plus problématique, c est de trouver un créneau horaire pour effectuer les visites! Surtout quand nous contrôlions les cinémas pornographiques, aujourd hui disparus : comme les séances s enchaînaient en continu, même en effectuant les visites vers 10 heures du matin, nous étions obligés d interrompre la projection», sourit Jean-Marie Bourgoin. Le cas la Pagode Seule une étrange Pagode chinoise située rue de Babylone, dans le 7 ème arrondissement, a donné du fil à retordre à la PP. Ce magnifique bâtiment fut construit en 1895 par le directeur du Bon Marché pour son épouse (qui, pour la petite histoire, s enfuit par la suite avec le fils de l architecte). Bien des péripéties plus tard, au début des années 30, la Pagode fut reconvertie en cinéma : c est actuellement la seule salle du 7 ème arrondissement, réputée pour la qualité de sa programmation art et essai. Classée monument historique en 1986, elle a été plusieurs fois restaurée. Malheureusement, la toiture, mise à rude épreuve par le climat parisien, présente des infiltrations qui se sont propagées à l intérieur, menaçant stucs et dorures de tomber. Les architectes de sécurité de la PP suivent donc attentivement le bâtiment, cette fois au titre des périls d immeubles. Toutes les mesures nécessaires ont été prises pour que les spectateurs continuent à fréquenter la salle en toute sécurité, notamment grâce à la pose de filets. Une solution toute provisoire, car l avenir de la Pagode est aujourd hui en suspens. Deux projets de restauration sont en concurrence : une simple rénovation qui viserait à garder le bâtiment dans son jus contre une transformation en salle de réception. Un grand chantier, l accessibilité des salles de cinéma D ici à 2015, tous les cinémas devront être accessibles au personnes handicapées, selon les termes de la loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, à charge pour la Direction des Transports et de la Protection du Public de sensibiliser les exploitants parisiens qui n auraient pas encore réalisé les travaux de mise aux normes. Les pickpockets du 7 e art Les salles obscures n attirent pas que des cinéphiles Des pickpockets à la méthode originale ont, un temps, sévi dans les salles de cinéma parisiennes. «Munis d une antenne de voiture qu ils recourbaient, ils repéraient les femmes qui posaient leur sac à main par terre, s installaient derrière elles, attiraient le sac puis le remettaient à sa place après avoir subtilisé porte-monnaie ou cartebleue», explique le commandant Dominique Couppé, chef du groupe «tire» de la BRB (brigade de répression du banditisme-police judiciaire). Ni vu ni connu mais pas pour longtemps. Une campagne de prévention fut mise en place : messages d alerte, sensibilisation des vigiles, planques pour arrêter les voleurs en flagrant délit : «Comme ils opéraient toujours dans les mêmes salles, sur les Champs, à Odéon ou Opéra, ils étaient assez facilement identifiables. Un individu qui sort en milieu de séance plusieurs fois de suite dans une même semaine, c est forcément louche». Les «pickpockets aux antennes» ont vite dû se recycler et les vols dans les cinémas sont devenus très rares, même si certains voleurs à la tire aux méthodes plus classiques continuent à opérer, notamment dans les files d attente ou aux guichets lorsque les spectateurs payent leurs billets par carte-bleue. Liaisons n 91 janvier - février

SAINT-TROPEZ www.saint-tropez.fr

SAINT-TROPEZ www.saint-tropez.fr Demande d autorisation de tournage 2015 www.saint-tropez.fr Informations générales RAPPEL LEGISLATION Rappel des textes et compétences en vertu desquels les autorisations de tournage sont délivrées : Code

Plus en détail

Dans tous les autres cas, les tarifs fixés dans la délibération n 4.15 du 16 mars 2007 sont applicables.

Dans tous les autres cas, les tarifs fixés dans la délibération n 4.15 du 16 mars 2007 sont applicables. Direction du cinéma Tourner à Nice Les personnes morales ou physiques s engageant à mentionner le nom de la Ville de Nice au générique de leur film ou sur leur prise de vue photographique peuvent, sous

Plus en détail

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections

Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections Bibliothèques - Sécurité et accessibilité des personnes - Sécurité des collections 1 Une bibliothèque publique est un Etablissement Recevant du Public (ERP) Les réglementations en vigueur prévoient des

Plus en détail

CHARTE DES TOURNAGES A PARIS ENTRE LA VILLE DE PARIS ET LES PROFESSIONNELS DU CINÉMA

CHARTE DES TOURNAGES A PARIS ENTRE LA VILLE DE PARIS ET LES PROFESSIONNELS DU CINÉMA CHARTE DES TOURNAGES A PARIS ENTRE LA VILLE DE PARIS ET LES PROFESSIONNELS DU CINÉMA MISSION CINÉMA PARIS FILM PREAMBULE Paris, ville porteuse de rêves et de fantasmes,a été et continue d être le sujet

Plus en détail

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP)

Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Exercice de la police spéciale des établissements recevant du public (ERP) Pour éviter qu un incident ne se transforme en tragédie, les commissions pour la sécurité contre les risques d incendie et de

Plus en détail

Ville de Montréal Arrondissement de L Île-Bizard Sainte-Geneviève Sainte-Anne-de-Bellevue RÈGLEMENT NUMÉRO CA01-0016

Ville de Montréal Arrondissement de L Île-Bizard Sainte-Geneviève Sainte-Anne-de-Bellevue RÈGLEMENT NUMÉRO CA01-0016 Ville de Montréal Arrondissement de L Île-Bizard Sainte-Geneviève Sainte-Anne-de-Bellevue RÈGLEMENT CONCERNANT L OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC POUR DES PRODUCTIONS DE FILMS, D ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION ET

Plus en détail

PLAN DU SITE_. 2 STATIONNEMENT_. 3 HORAIRES_. 3 EQUIPEMENT TECHNIQUE_. 3 SECURITE INCENDIE_. 4 EQUIPE TECHNIQUE_. 4 PLANS D ACCES_. 5 ITINERAIRES_.

PLAN DU SITE_. 2 STATIONNEMENT_. 3 HORAIRES_. 3 EQUIPEMENT TECHNIQUE_. 3 SECURITE INCENDIE_. 4 EQUIPE TECHNIQUE_. 4 PLANS D ACCES_. 5 ITINERAIRES_. FICHE TECHNIQUE_ PLAN DU SITE_... 2 STATIONNEMENT_... 3 HORAIRES_... 3 EQUIPEMENT TECHNIQUE_... 3 SECURITE INCENDIE_... 4 EQUIPE TECHNIQUE_... 4 PLANS D ACCES_... 5 ITINERAIRES_... 6 1/6 PLAN DU SITE_

Plus en détail

Accueillir un spectacle à la bibliothèque

Accueillir un spectacle à la bibliothèque Accueillir un spectacle à la bibliothèque Objectifs : Faire découvrir le spectacle vivant. Valoriser un fonds de la bibliothèque en lien avec le spectacle (conte, théâtre, etc ). Valoriser les artistes.

Plus en détail

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P )

ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ( E.R.P ) 1 1 1 I. DEFINITION D UN E R P Article R123-2 du C.C.H (décret 2007-1327 du11.09.2007) Constitue un établissement recevant du public tout bâtiment,

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

OPERATION TRANQUILITE VACANCES. POINT PRESSE le 20 JUILLET 2012. En milieu urbain

OPERATION TRANQUILITE VACANCES. POINT PRESSE le 20 JUILLET 2012. En milieu urbain OPERATION TRANQUILITE VACANCES POINT PRESSE le 20 JUILLET 2012 En milieu urbain DOSSIER DE PRESSE Prévenir les risques de cambriolages Durant votre absence en juillet et/ou en août, les services de police

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

Politique d occupation du domaine public pour des productions de films, d émissions de télévision ou de séances de photographies

Politique d occupation du domaine public pour des productions de films, d émissions de télévision ou de séances de photographies Politique d occupation du domaine public pour des productions de films, d émissions de télévision ou de séances de photographies Juillet 2013 Table des matières 1 POLITIQUE GÉNÉRALE... 1 2 PRINCIPES GÉNÉRAUX...

Plus en détail

POLITIQUE D OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC POUR DES PRODUCTIONS DE FILMS, D ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION OU DE SÉANCES DE PHOTOGRAPHIES.

POLITIQUE D OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC POUR DES PRODUCTIONS DE FILMS, D ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION OU DE SÉANCES DE PHOTOGRAPHIES. SERVICE DES COMMUNICATIONS Titre : POLITIQUE D OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC POUR DES PRODUCTIONS DE FILMS, D ÉMISSIONS DE TÉLÉVISION OU DE SÉANCES DE PHOTOGRAPHIES. Adoptée à la séance du 3 avril 2007

Plus en détail

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS

PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PROJET DE CHARTE D ÉTHIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION À PARIS PRÉAMBULE La Préfecture de Police assure dans la capitale, au quotidien, la sécurité des citoyens et la défense des libertés. Afin de doter ses

Plus en détail

Bonnes pratiques tournage

Bonnes pratiques tournage 2013 Bonnes pratiques tournage Ardeshir Golgolab AAis 6/10/2013 Travail à faire Détail qui Scénario Casting comédien Pré-Repérage des lieux Découpage technique Créer l équipe technique Point de départ

Plus en détail

sur le projet de modification de périmètres de protection d immeubles classés sur le territoire de la commune de Deauville

sur le projet de modification de périmètres de protection d immeubles classés sur le territoire de la commune de Deauville SEJOURNE Hubert Dossier n E 15000070 et 70B/14 Commissaire enquêteur Décision des 22/05 et 3/06/2015 4 rue de Feniton Département du Calvados 14111 LOUVIGNY hmc.sejourne@orange.fr CONCLUSIONS MOTIVEES

Plus en détail

- Communiqué de presse - Présentation par le Préfet de Police de 26 mesures pour la sécurité des touristes à Paris

- Communiqué de presse - Présentation par le Préfet de Police de 26 mesures pour la sécurité des touristes à Paris CABINET DU PREFET Service de la Communication 11 juin 2013 - Communiqué de presse - Présentation par le Préfet de Police de 26 mesures pour la sécurité des touristes à Paris Lors d une réunion de travail

Plus en détail

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public

accessibilité > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public accessibilité l essentiel > Les établissements recevant du public > Les installations ouvertes au public Loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée

ACCESSIBILITÉ VERS UNE. Accès à tout pour tous. généralisée PRÉFET DE LA SARTHE Direction Départementale des Territoires de la Sarthe Sous-Commission Départementale d Accessibilité VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

Présentation de TV RENNES 35

Présentation de TV RENNES 35 Présentation de TV RENNES 35 TV Rennes 35, née en 1987, il y a 20 ans, est l une des premières télévisions locales à avoir défriché le paysage audiovisuel et démontré l intérêt et l attente du public mais

Plus en détail

CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE

CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE CONSEILS SUR LA REALISATION DES EXERCICES INCENDIE DANS LES EPLE DU 1 ER DEGRE Sommaire du document : PROCEDURE D EVACUATION POUR LES EPLE DU 1 er DEGRE... 2 FICHE GUIDE DU DIRECTEUR D ÉCOLE... 3 LA FICHE

Plus en détail

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014

Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Charte d Ethique de la Vidéo Protection à Martigues : Approuvée en Conseil Municipal par Délibération du 17 octobre 2014 Préambule La vidéo protection est un outil de gestion de l espace public au service

Plus en détail

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie)

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie) Mémento Sécurité incendie dans les petits hôtels (de 5 e catégorie) Les grands principes de la prévention incendie Le cadre réglementaire Les contacts utiles Les grands principes de la prévention incendie

Plus en détail

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre

Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Etat des lieux - Actions de lutte contre l isolement - Le Havre Juin 2015 Ce document a pour vocation à recenser les principaux services et aides proposés dans le cadre de la lutte contre l isolement il

Plus en détail

C O M M U N E D E B E S S E S U R I S S O L E REGLEMENT D UTILISATION DE LA SALLE POLYVALENTE ET/OU DU FOYER LOCATIONS

C O M M U N E D E B E S S E S U R I S S O L E REGLEMENT D UTILISATION DE LA SALLE POLYVALENTE ET/OU DU FOYER LOCATIONS C O M M U N E D E B E S S E S U R I S S O L E REGLEMENT D UTILISATION DE LA SALLE POLYVALENTE ET/OU DU FOYER LOCATIONS (Règlement approuvé par délibération du Conseil Municipal N 90/14 en date du 24 septembre

Plus en détail

CCI NANTES ST-NAZAIRE. vers une. accessibilité. généralisée. Accès à tout pour tous

CCI NANTES ST-NAZAIRE. vers une. accessibilité. généralisée. Accès à tout pour tous CCI NANTES ST-NAZAIRE vers une accessibilité généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent

Plus en détail

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent

Avant propos: pour bien connaître les obligations qui nous concernent Préambule La loi du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a renforcé l obligation d aménagement des bâtiments recevant du

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE

FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE Page 1/6 FICHE TECHNIQUE SÛRETÉ LA SALLE DE SPECTACLE Page 2/6 AVERTISSEMENT Le service d information du gouvernement travaille actuellement sur l élaboration d une stratégie de sensibilisation de la population

Plus en détail

MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE

MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE CONVENTION D UTILISATION COMMUNE DES INSTALLATIONS DETECTION-INCENDIE et INTRUSION 2 MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL

Plus en détail

FOIRE D AUTOMNE Du 23 octobre au 1er novembre 2015 Paris Porte de Versailles

FOIRE D AUTOMNE Du 23 octobre au 1er novembre 2015 Paris Porte de Versailles 7 8 Condition d accès Montage Ouverture - Démontage Planning Horaires exposants En dehors des horaires indiqués, le travail dans le pavillon est interdit pour des raisons de sécurité. Dates de MONTAGE

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

FICHE N 2 COMMENT OBTENIR UNE DEROGATION D OUVERTURE TARDIVE FICHE N 3 AUTRES DEROGATIONS D OUVERTURE TARDIVE

FICHE N 2 COMMENT OBTENIR UNE DEROGATION D OUVERTURE TARDIVE FICHE N 3 AUTRES DEROGATIONS D OUVERTURE TARDIVE ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC DEROGATION D OUVERTURE TARDIVE DE DEBITS DE BOISSONS MODE D EMPLOI 1 SOMMAIRE FICHE N 1 - PRESENTATION GENERALE FICHE N 2 COMMENT OBTENIR UNE DEROGATION D OUVERTURE TARDIVE

Plus en détail

C est l affaire de tous

C est l affaire de tous C est l affaire de tous Il appartient aux élus de la mettre en œuvre avec toutes les difficultés que cela comporte. Attentifs aux préoccupations des citoyens en matière de sécurité des personnes et des

Plus en détail

REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013

REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013 REGLEMENTATION INCENDIE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ASSISTANT DE PREVENTION 2013 Introduction Pourquoi? Risques ne sont pas nuls : potentiel calorifique, énergie, air. Extinction n est pas

Plus en détail

Novembre 2009 1. CONTEXTE LIE A L EXERCICE DU METIER DE REGISSEUR SCENE / PLATEAU

Novembre 2009 1. CONTEXTE LIE A L EXERCICE DU METIER DE REGISSEUR SCENE / PLATEAU R E F E R E N T I E L M E T I E R R E G I S S E U R S C E N E / P L A T E A U Novembre 2009 SOMMAIRE 1. CONTEXTE LIE A L EXERCICE DU METIER DE REGISSEUR SCENE / PLATEAU 2. LES ACTIVITES DU REGISSEUR SCENE

Plus en détail

Groupe de travail La Ville la Nuit Lyon 27 et 28 février 2014

Groupe de travail La Ville la Nuit Lyon 27 et 28 février 2014 Groupe de travail La Ville la Nuit Lyon 27 et 28 février 2014 1 Organisation Générale Sommaire 2 Activités du service Tranquillité Publique ( Vie nocturne ) 3 Le contrat Local de Sécurité 4 La Charte de

Plus en détail

Plan de Vidéoprotection pour Paris

Plan de Vidéoprotection pour Paris LA PRÉFECTURE DE POLICE la préfecture de police Plan de Vidéoprotection pour Paris Information sur le dispositif RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Égalité Fraternité À quoi sert la vidéoprotection? Les caméras

Plus en détail

LA REGLEMENTATION INCENDIE

LA REGLEMENTATION INCENDIE LA REGLEMENTATION INCENDIE SOMMAIRE 1/ Les objectifs de la règlementation incendie 2/ Les grandes familles de construction soumises à la règlementation incendie 3/ La règlementation incendie en bref 4/

Plus en détail

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015

BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015 BOURGOGNE - RÈGLEMENTS 2015 Les règlements seront sujets à modifications courant 2015, pour plus d'information, veuillez vous adresser au 03-80-44-37-09 et le site internet de la Région www.regionbourgogne.fr

Plus en détail

Accessibilité des ERP

Accessibilité des ERP Guide pratique Accessibilité des ERP aux personnes handicapées Rappels Il n existe pas de curseur officiel qui déterminerait à quel degré une déficience devient un handicap. Cependant, on estimait en 2005

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Qui sont, en 2008, les voyageurs d affaires? Étude menée en partenariat avec Voyages et Business

Qui sont, en 2008, les voyageurs d affaires? Étude menée en partenariat avec Voyages et Business Qui sont, en 2008, les voyageurs d affaires? Étude menée en partenariat avec Voyages et Business Des données sur l étude 2008 Fiche Technique Étude réalisée du 9 au 27 juillet sur un échantillon final

Plus en détail

Politique - Tournage cinématographique et publicitaire. sur le territoire de la Ville de Blainville

Politique - Tournage cinématographique et publicitaire. sur le territoire de la Ville de Blainville P O L I T I Q U E Tournage cinématographique et publicitaire sur le territoire de la Ville de Blainville Politique adoptée en vertu d une résolution du Conseil municipal Numéro 2014-09-683 Préparée par

Plus en détail

REPÉRER UN DÉCOR POUR LE CINÉMA ET LA TÉLÉVISION

REPÉRER UN DÉCOR POUR LE CINÉMA ET LA TÉLÉVISION Publié le 06/08/2015 Produit n 223250 Code interne : B INFORMATIONS PRATIQUES Du 02/11/2015 au 05/11/2015 Réf. Afdas : 1540059 Durée : 28h Lieu de formation : CENTRE IMAGE LORRAIN (Lorraine) Effectif :

Plus en détail

La sécurité au CIARUS

La sécurité au CIARUS La sécurité au CIARUS Les contrôles légaux Les organes de sécurité L entretien sécurité Formation du personnel La sécurité au quotidien La restauration La santé Le contrat d assurance Divers P2 P3 P3 P4

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

Mise en accessibilité des ERP

Mise en accessibilité des ERP Mise en accessibilité des ERP ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Conception-réalisation : DDT 71 Saône-et-Loire - Février 2014 DOSSIER DE PRESSE 12 février 2014 ACCESSIBILITÉ DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT

Plus en détail

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous

vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous vers une accessibilité généralisée accès à tout pour tous Guide Sommaire La réglementation... 3 A savoir...... 4 Le calendrier... 5 Le coût... 6 Les démarches... 6 Les dérogations... 7 Exemples... 8 Les

Plus en détail

1 - Identification des contraintes régissant l alerte

1 - Identification des contraintes régissant l alerte FICHE N 13 : ÉLABORER UNE CARTOGRAPHIE DE L ALERTE Si le document final du PCS ne contient que le règlement d emploi des moyens d alerte en fonction des cas envisagés (cf. fiche suivante), l obtention

Plus en détail

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées

Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Accessibilité des ERP/IOP * de 5 e catégorie aux personnes handicapées Pourquoi et comment remplir son Agenda d Accessibilité Programmée (Ad AP) SYNOPSIS DE RAPPEL DES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES LES 6

Plus en détail

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1

Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P. 1 OBJECTIFS Assurer la sécurité des personnes et la sécurité incendie des biens. PUBLIC / PRE REQUIS Postulants agents de sécurité incendie en établissement recevant

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1?

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1? Les travaux Il est important de rappeler que la nature des nuisances liées aux travaux du projet sera précisée dans l étude d impact produite en vue de l enquête publique, dans une phase d études ultérieures

Plus en détail

Guide de l étudiant. info@cua.qc.ca

Guide de l étudiant. info@cua.qc.ca Guide de l étudiant Pour nous joindre Saint-Georges : 418 228.8484 Thetford Mines : 418 338.8591 poste 296 Sainte-Marie : 418 386.5541 poste 2760 Sans frais : 1 888 463.8484 info@cua.qc.ca Table des matières

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

Action Expression 15 rue des Montiboeufs 75020 PARIS Tél : 01.42.65.23.47 06.12.23.98.64 contact@actionexpression.com www.actionexpression.

Action Expression 15 rue des Montiboeufs 75020 PARIS Tél : 01.42.65.23.47 06.12.23.98.64 contact@actionexpression.com www.actionexpression. PARIS ARTS SEJOUR! Action Expression 15 rue des Montiboeufs 75020 PARIS Tél : 01.42.65.23.47 06.12.23.98.64 contact@actionexpression.com www.actionexpression.com SITUATION GEOGRAPHIQUE? LE VOYAGE Quelques

Plus en détail

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du

Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles, un magasin, ou vous souhaitez devenir exploitant d un tel établissement, et vous

Plus en détail

ACCESSIBILITÉ DANS LES ÉCOLES : VILLEURBANNE DÉJÀ EN MARCHE

ACCESSIBILITÉ DANS LES ÉCOLES : VILLEURBANNE DÉJÀ EN MARCHE ACCESSIBILITÉ DANS LES ÉCOLES : VILLEURBANNE DÉJÀ EN MARCHE jeudi 4 décembre 2008 CONTACTS PRESSE : direction de la Communication Ville de Villeurbanne CATHY SERRA TÉL. : 04 72 65 80 54 PORTABLE : 06 85

Plus en détail

DOCUMENT à CONSERVER

DOCUMENT à CONSERVER DOCUMENT à CONSERVER Genech Formation situé au 28 rue Victor Hugo, 59810 LESQUIN, accueille en formation des apprenants (jeunes et adultes) ayant conclu un contrat de type particulier ou une convention

Plus en détail

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011

Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 DE 5èmes CATEGORIES Rencontre Chambre des Métiers du 14 Novembre 2011 Cdt JL IMBERT SDIS Esplanade de l Arm l Armée d Afrique d 84018 AVIGNON CEDEX 1 * Tél T l 04.90.81.18.18. 1 / 17 LES DIFFERENTES REGLEMENTATIONS

Plus en détail

LC 21 152.41. vu l article 91 alinéa 6 du Statut du personnel de la Ville de Genève du 29 juin 2010 (ci-après : Statut),

LC 21 152.41. vu l article 91 alinéa 6 du Statut du personnel de la Ville de Genève du 29 juin 2010 (ci-après : Statut), Règlement sur l aménagement du temps de travail pour le personnel du Grand Théâtre de Genève membre du personnel de la Ville de Genève LC. Adopté par le Conseil administratif le août 0 Entrée en vigueur

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION POUR L ORGANISATION D UNE MANIFESTATION SPORTIVE COMPORTANT LA PARTICIPATION DE VÉHICULES TERRESTRES A MOTEUR

DEMANDE D AUTORISATION POUR L ORGANISATION D UNE MANIFESTATION SPORTIVE COMPORTANT LA PARTICIPATION DE VÉHICULES TERRESTRES A MOTEUR DEMANDE D AUTORISATION POUR L ORGANISATION D UNE MANIFESTATION SPORTIVE COMPORTANT LA PARTICIPATION DE VÉHICULES TERRESTRES A MOTEUR - se déroulant sur la voie publique et regroupant plus de 200 véhicules

Plus en détail

Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant

Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant Ajustement normatif : de nouvelles règles pour le cadre bâti existant Commerces, professions libérales, artisanat, collectivités, administrations, établissements de santé, de loisirs, associations : Quelle

Plus en détail

Préfecture du Calvados ACCUEIL

Préfecture du Calvados ACCUEIL Préfecture du Calvados ACCUEIL Personnes à mobilité réduite Edition JUIN 2011 Cette procédure a été rédigée par le groupe de travail Accueil conformément à l engagement 1.1.3 des engagements communs du

Plus en détail

CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION. Le patrimoine communal est le bien de tous : le protéger est de votre responsabilité ASSOCIATIONS BÂTIMENTS COMMUNAUX

CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION. Le patrimoine communal est le bien de tous : le protéger est de votre responsabilité ASSOCIATIONS BÂTIMENTS COMMUNAUX ASSOCIATIONS BÂTIMENTS COMMUNAUX Le patrimoine communal est le bien de tous : le protéger est de votre responsabilité CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION www.groupama.fr 1 Responsabilité des occupants en incendie

Plus en détail

CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE

CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE CHARTE DÉONTOLOGIQUE DE LA VIDÉOPROTECTION DE LA VILLE DE SABLÉ-SUR-SARTHE PRÉAMBULE Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de SABLÉ-SUR-SARTHE

Plus en détail

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises

VIDEO FADA. un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises VIDEO FADA un projet du Cinéma Numérique Ambulant dans les cités françaises Le Cinéma Numérique Ambulant (CNA) est un réseau d associations, basées en Afrique et en Europe, qui a pour objectif d organiser

Plus en détail

LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE DEMAIN

LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE DEMAIN CONSTRUCTION RENOVATION EQUIPEMENTS PUBLICS ARCHITECTURE - SECURITE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 14 février 2010 LA SEM 92 PARTENAIRE DES COLLECTIVITES LOCALES POUR IMAGINER LES EQUIPEMENTS PUBLICS DE

Plus en détail

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP)

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Réunion d information d des maires Le règlement r de sécurits curité contre les risques d incendie d et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Des drames au règlement r 1938 1970 1973

Plus en détail

Projet Mission Pour l Emploi

Projet Mission Pour l Emploi En partenariat avec la Commune de Diego Suarez Projet Mission Pour l Emploi Madagascar - Antsiranana (Diego-Suarez) Rapport Août 2014 Avec le soutien de l Association Internationale des Mairies Francophones

Plus en détail

Accès pour tous Visiteurs en situation de handicap mental

Accès pour tous Visiteurs en situation de handicap mental Accès pour tous Visiteurs en situation de handicap mental Introduction La Fondation Louis Vuitton est accessible à tous. L entrée est gratuite et prioritaire pour toute personne en situation de handicap

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ET INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC

ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ET INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC ET INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC Direction départementale de l'équipement de la Haute-Vienne Pôle constructions publiques SOMMAIRE Les ERP concernés Les Nouvelles exigences

Plus en détail

Service de la sécurité publique 1431, avenue Van Horne Outremont (Québec) H2V 1K9. Les tournages à Outremont, c est ensemble que nous les planifions.

Service de la sécurité publique 1431, avenue Van Horne Outremont (Québec) H2V 1K9. Les tournages à Outremont, c est ensemble que nous les planifions. Les tournages à Outremont, c est ensemble que nous les planifions. Demande de permis de tournage cinématographique Demandeur Production : Maison de production : Adresse : Téléphone : Télécopieur : Responsable

Plus en détail

PROJET DE DÉLIBÉRATION EXPOSÉ DES MOTIFS

PROJET DE DÉLIBÉRATION EXPOSÉ DES MOTIFS DIRECTION DE LA VOIRIE ET DES DÉPLACEMENTS DVD 2009-101 OBJET : Aménagements cyclables éligibles aux subventions de la Région Ile de France : - Autorisation de signer avec la région Ile de France un contrat

Plus en détail

Vélib et la politique de mobilité de la Ville de Paris

Vélib et la politique de mobilité de la Ville de Paris SENSIBILISATION À L ESPACE PUBLIC VIAIRE PARISIEN La DVD au service des Parisiens Vélib et la politique de mobilité de la Ville de Paris Véronique Michaud le Club des Villes cyclables :«Vélib a révélé

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA

Observatoire Orange Terrafemina vague 14. La ville connectée. Sondage de l institut CSA Observatoire Orange Terrafemina vague 14 La ville connectée Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 14 ème vague d un baromètre portant

Plus en détail

CONVENTION DE TOURNAGE. Le centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest, représenté par Monsieur Bernard Dupont, Directeur Général,

CONVENTION DE TOURNAGE. Le centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest, représenté par Monsieur Bernard Dupont, Directeur Général, CONVENTION DE TOURNAGE Entre : Le centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest, représenté par Monsieur Bernard Dupont, Directeur Général, ci-après dénommé «Le CONTRACTANT» d une part. Et : La

Plus en détail

1. Présentation du porteur du projet. 2. Présentation du projet, pourquoi l entreprendre? 3. Moyens techniques, humains etc.

1. Présentation du porteur du projet. 2. Présentation du projet, pourquoi l entreprendre? 3. Moyens techniques, humains etc. Table des matières 1. Présentation du porteur du projet 2. Présentation du projet, pourquoi l entreprendre? 3. Moyens techniques, humains etc. 4. Budget 5. Perspectives P R E S E N T A T I O N Je m'appelle

Plus en détail

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie

L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie L URBANISME COMMERCIAL après la Loi de Modernisation de l Economie Suite à la Loi n 2008-776 du 4 août 2008 de Modernisation de l Economie (plus particulièrement ses articles 102 et 105) qui a modifié

Plus en détail

Dossier d'inscription à l'exposition : Eton'Nantes, 25, 26 & 27 Septembre 2015 Au SOLILAB', Nantes

Dossier d'inscription à l'exposition : Eton'Nantes, 25, 26 & 27 Septembre 2015 Au SOLILAB', Nantes Dossier d'inscription à l'exposition : Eton'Nantes, 25, 26 & 27 Septembre 2015 Au SOLILAB', Nantes REGLEMENT DE L EXPOSITION REGLEMENT DE L EXPOSITION Article 1 : Participation La participation est soumise

Plus en détail

PLAN DE SÉCURITÉ INCENDIE PSI Centre de la petite enfance La Rose des Vents

PLAN DE SÉCURITÉ INCENDIE PSI Centre de la petite enfance La Rose des Vents PLAN DE SÉCURITÉ INCENDIE PSI Centre de la petite enfance La Rose des Vents Un PSI prévoit une série d actions à prendre lorsque des personnes doivent être déplacées vers un lieu sécuritaire, afin de limiter

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

Conditions d accès. Plan du site. Par les transports en communs. Par la route

Conditions d accès. Plan du site. Par les transports en communs. Par la route Conditions d accès Plan du site Par les transports en communs Métro : Ligne 12, station Porte de Versailles Ligne 8, station Balard Bus : Ligne 39, Porte de la Plaine Ligne 42, Balard Ligne 80, Porte de

Plus en détail

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE

EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE EXECUTER DES TRAVAUX SUR UN MONUMENT HISTORIQUE Une précision liminaire : les édifices désignés comme monuments historiques dans la présente fiche sont ceux, inscrits ou classés, protégés par la loi du

Plus en détail

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son

ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son ATELIERS 2015 PÉDAGOGIQUES Projets socioculturels et éducation à l image et au son CIEL! LES NOCTAMBULES Depuis sa création en 1997, Ciel! Les Noctambules milite en faveur du court-métrage et de la création

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Protocole d entente et code de conduite. Les documents à présenter à cette occasion sont les suivants

Protocole d entente et code de conduite. Les documents à présenter à cette occasion sont les suivants Ouverture de dossier Protocole d entente et code de conduite Trois (3) semaines avant le début du tournage, le directeur de production doit prendre rendez-vous avec le Bureau du cinéma et de la télévision

Plus en détail

Projet de Fin d Études Résumé Septembre 2012. Suivi d Affaires en Protection Incendie par SPRINKLER

Projet de Fin d Études Résumé Septembre 2012. Suivi d Affaires en Protection Incendie par SPRINKLER Projet de Fin d Études Résumé Septembre 2012 Suivi d Affaires en Protection Incendie par SPRINKLER Tuteur Entreprise : Mr ESTERMANN Tuteur École : Mr KIEFER Etudiant : Lambert MOLLARD Le stage présenté

Plus en détail

NORMES QUALITE PERSONNES A MOBILITE REDUITE & PERSONNES HANDICAPEES

NORMES QUALITE PERSONNES A MOBILITE REDUITE & PERSONNES HANDICAPEES NORMES QUALITE PERSONNES A MOBILITE REDUITE & PERSONNES HANDICAPEES AEROPORT PERPIGNAN Version N 1 1 Rédaction NOM FONCTION DATE VISA Rédigé par FIANCETTE. M Resp.Qualité 01/10/13 Vérifié par MORAT. S

Plus en détail

Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs

Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs Date : 09-03- 2015 Lieu : Maison des Sports d Aquitaine Ouverture Jean- Claude Labadie, Marc Le Mercier Jean- Claude Labadie tient

Plus en détail

COMMENT ORGANISER UN EVENEMENT

COMMENT ORGANISER UN EVENEMENT COMMENT ORGANISER UN EVENEMENT Evènementiel Nicolas ASTRUC nicolas.astruc@basketly.com Organiser une manifestation nécessite une mise en place méthodique. Plusieurs points sont à respecter scrupuleusement

Plus en détail

CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION

CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION Préambule : CHARTE D'ETHIQUE VIDEO-PROTECTION La vidéo protection est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville de THIERS. Ses objectifs sont de prévenir l'atteinte aux

Plus en détail

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent être les mêmes que celles

Plus en détail

Les établissements recevant du public. Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP

Les établissements recevant du public. Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP Les établissements recevant du public Qu'est ce qu'un ERP? Le cas particulier des églises Les acteurs de la prévention La vie d'un ERP Qu'est ce qu'un ERP? A - Définition Art R 123.2 du CCH Constituent

Plus en détail

COMMUNE DE VILLIERS SUR ORGE

COMMUNE DE VILLIERS SUR ORGE DEPARTEMENT DE L ESSONNE COMMUNE DE VILLIERS SUR ORGE Enquête publique à la modification du Plan Local d Urbanisme de la commune CONCLUSIONS MOTIVÉES Enquête : «Modification du PLU Commune de Villiers

Plus en détail