Agir ensemble pour prévenir la violence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Agir ensemble pour prévenir la violence"

Transcription

1 Compte-rendu de la conférence aux parents du 12 février 2009 Agir ensemble pour prévenir la violence Le 12 février dernier, votre école m accueillait comme conférencier, accompagné de ma fidèle Noisette. J ai rencontré toutes les classes. J'ai présenté aux plus jeunes quatre conseils pour développer leur bravoure. Aux plus grands, j'ai discuté des trois bactéries qui entrent dans nos foyers, grâce à des émissions, films et jeux vidéo. C'est après avoir enseigné durant 30 ans que j'ai participé à la création du programme de prévention Edupax. C'est après avoir entendu de ce programme que l'école a retenu mes services à titre de conférencier. Le 12 février en après-midi, j ai rencontré le personnel et en soirée, autour une quarantaine de personnes se sont déplacés pour la conférence publique. Voici un résumé du contenu de ma conférence. A. Ateliers aux plus jeunes Les conseils fournis aux élèves de Maternelle, 1ère, 2 e et 3 e années sont au nombre de quatre. Pour prévenir la violence nous avons besoin des élèves. On ne naît pas brave, on le devient. Pour devenir brave, il y a des exercices à pratiquer. Lorsque votre enfant sera victime ou témoin de violence, je lui ai présenté 4 conseils. 1. Raconter notre peine, notre mal et notre peur à quelqu un au lieu de les cacher ou de les laisser durcir. 2. Consoler, chaque fois qu'on le peut, une personne qui a de la peine, de la douleur ou de la peur. 3. Savoir quoi dire lorsque quelqu un fait mal, fait peur ou se moque de moi ou d un autre. «Aïe, ce que tu fais, ça fait mal (ou ça fait de la peine), c est assez!» 4. Cliquer la télécommande lorsque la peur veut entrer dans ma tête. Plusieurs émissions ou films contiennent des scènes terrifiantes qui causent, tôt ou tard, des cauchemars et finissent par désensibiliser les enfants. B. Ateliers aux plus grands Les élèves de 4 e, 5 e et 6 e année ont appris le nom de la bactérie (ecoli) qui a rendu malades et tué 7 personnes à Walkerton, il y a quelques années. Ils ont aussi reconnu trois bactéries qui entrent dans nos foyers véhiculées par des émissions de télé, des films, des jeux vidéo et l'ordinateur : violence verbale (V V), violence physique (VP) et peur (Pr). Tous n en meurent pas, tous ne sont pas blessés au même degré, mais tous sont touchés. Ces bactéries entrent par les yeux et les oreilles et vont se cacher dans le cerveau. À la longue, ces bactéries s accumulent et finissent par influencer le langage, le comportement, la santé mentale et physique. Certains enfants et ados qui en consomment finissent par penser qu ils peuvent agir et parler grossièrement et violemment, même quand ça fait souffrir leur entourage. Nous savons déjà que la télé et les 12 minutes de publicité par heure influencent l habillement, l alimentation, l obésité, l estime de soi, la qualité de vie, la conduite automobile, la sexualisation précoce, etc. Pourquoi serait-on surpris que le langage soit aussi affecté.

2 Vos enfants n ont eu aucune difficulté à nommer des productions qui contiennent beaucoup de bactéries. Vos enfants ont également déjà vu ou entendu des élèves imiter ce qu ils ont appris à la télé. Les élèves les plus vieux ont ainsi pu améliorer leur sens critique face aux messages entendus dans l'autobus, dans la cour de récréation et les méchancetés lues sur Internet. La compétence du sens critique est fondamentale dans l acquisition de leur liberté d expression et de leur sens des responsabilités. C. Nos écoles doivent réduire la violence verbale et physique Au cours des prochains jours, vos enfants se verront proposer par leur titulaire des exercices pour aiguiser leur sens critique et leur capacité d expression. Ils apporteront des travaux à la maison. Ce sera à votre tour de porter attention. Vos enfants peuvent énumérer les mots blessants les plus fréquemment utilisés autour d eux. Le personnel de l école va tenter de faire diminuer cette violence verbale car c est elle qui fournit le terreau ou fleurissent les disputes et les bagarres. La violence verbale, même juste pour rire, blesse réellement et profondément les victimes. Personne ne devrait se laisser violenter verbalement dans notre école, pas plus que physiquement. Personne n a le droit de violenter les autres. Les insultes et les moqueries humiliantes n ont pas leur place à l école. Voilà pourquoi il importe d enseigner la bravoure aux enfants. D. Le problème de la violence chez les jeunes est connu, les causes aussi Lors de la conférence aux parents, j ai expliqué que le nombre de jeunes aux prises avec des troubles de comportement a triplé entre 1985 et La violence verbale a augmenté, la violence physique aussi. Cette augmentation s est produite dans toute l Amérique du Nord, dans les milieux riches et pauvres, dans les écoles privées et publiques, dans les villes et les campagnes. Étant donné que votre enfant aura à vivre toute sa vie avec des personnes de son groupe d âge, il a besoin de conseils et d entraînement, d'où l'utilité de notre plan d'action. Pourquoi une telle détérioration des comportements en 15 ans? Trois facteurs se sont combinés. Au cours du dernier quart de siècle, dans toute l Amérique du Nord, le «Gouvernement familial» a perdu du pouvoir. Plusieurs enfants ont souffert du manque d encadrement parental en plus de subir les contrecoups d une structure familiale fragilisée. Lorsqu on ajoute à ces deux facteurs l exposition accrue à des divertissements violents, on a réuni les éléments d un cocktail qui crée des dommages profonds et durables au développement psychologique et social de l enfant. Plus de mille études scientifiques ont fait la preuve que la télé, les films et les jeux vidéo violents augmentent l agressivité des jeunes ainsi que leur insécurité. E. La consommation de violence augmente La quantité de violence déversée dans nos foyers par la télévision augmente chaque année depuis Entre 1995 et 2002, des chercheurs ont découvert que les diffuseurs privés ont plus que quadruplé les doses. Les émissions pour enfants en contenaient déjà de 3 à 10 fois plus que les émissions pour adultes. Déjà là, on abuse nos concitoyens les plus vulnérables. 88% des actes d agression sont maintenant présentés avant 21 heures et 85% des actes violents vus à la télé ne sont jamais punis. Dans la presque totalité des films et émissions préférés des jeunes, les héros utilisent eux aussi la violence pour se faire justice et éliminer les méchants. Cette façon de se faire justice soi-même et de se venger de ceux qui nous font souffrir est donnée en exemple et présentée comme désirable, acceptable, audacieuse.

3 C est pour attirer plus de spectateurs, donc à des fins commerciales, qu on utilise la violence à la télé, dans les films et dans les jeux vidéo. La violence rapporte gros, au détriment de la santé mentale et physique des enfants. La télé cherche sans cesse des trucs pour attirer un plus grand nombre d'enfants et tirer profit de leur vulnérabilité. Les défenseurs du pouvoir médiatique prétendent que c est aux parents de protéger leurs enfants et que la santé des enfants ne les concerne pas. Imaginons un pédophile qui utiliserait des bonbons pour attirer des petits et abuser de leur naïveté. Que dirait-on si en se présentant devant le juge, l'abuseur rejetait la responsabilité de ses actes sur les parents qui ne protègent pas suffisamment leur enfant? Cet argument ne tient pas la route. Pendant que les décideurs publics refusent de protéger les enfants, la violence déversée dans les jeunes cerveaux augmente, et le déversement entraîne des dommages réels, profonds et durables. C est prouvé. F. Jeux vidéo violents Au cours des 15 dernières années, un autre divertissement ultraviolent a envahi le marché : les jeux vidéo de type First Person Shooter (FPS). Après la télé, voilà que plusieurs jeux vidéo apprennent aux enfants à gagner des points en frappant des monstres, tuant des gens, écrasant des piétons, assassinant des passants. Les jeux de la catégorie FPS conditionnent les enfants à agir machinalement, sans réfléchir, à ignorer la souffrance d autrui ou même à s en réjouir, à perdre le contrôle de leurs impulsions. Toutes les association professionnelles de psychologues et de pédiatres ont constaté que la pratique de ces jeux les incite à se désintéresser d autrui, à refuser de porter secours à ceux qui souffrent autour d eux. G. Imitation et désensibilisation Certaines émissions, films et jeux vidéo contiennent tellement de violence physique et verbale que plusieurs jeunes (et plusieurs adultes) ne la voient plus, ils perdent contact avec la réalité. De plus en plus d enfants et d ados deviennent incapables de distinguer entre fiction et réalité, une compétence qui se développe normalement entre 7 et 13 ans. Les jeunes désensibilisés tirent plaisir des souffrances infligées à leur entourage et ne ressentent aucun remords. Lorsque des enfants sont maltraités par leurs pairs, la surexposition à la téléviolence les affectent eux aussi. Ils finissent par se sentir coupables de la méchanceté de leurs bourreaux et s imaginent qu ils ne méritent pas d être aimés. Leur estime de soi s use et s écroule. La détresse les guette. Leur conseiller d ignorer les agresseurs ne suffit pas. Que faire? H. Premier remède, trois compétences à développer chez les enfants Pour enrayer la tendance actuelle qui affecte tout le continent, il est impératif que tous se donnent un plan de match et un langage commun; les parents et le personnel de l école doivent collabor plus étroitement. Il faut aider les enfants à construire leur pouvoir d empathie, à développer leur capacité d exprimer des émotions et des opinions, particulièrement chez les petits garçons, cibles préférées des diffuseurs de téléviolence. Il faut également aiguiser leur sens critique. Voilà trois compétences qui aideront les enfants à se responsabiliser, à se protéger, à se défendre. Les enfants ont besoin de l attention de leurs parents. Au lieu de les inonder de cadeaux toujours plus dispendieux, vantés par une publicité toujours plus pressante, les parents doivent consacrer plus de temps à réaliser des activités AVEC leur enfant. Converser avec notre enfant pendant 34 minutes par semaine, comme le font la moyenne des parents nord-américains, c est insuffisant. Laisser les enfants passer plus de 7 heures par semaine devant les écrans, c'est trop. Y

4 compris devant l'ordinateur où le clavardage donne souvent lieu à des rumeurs, des méchancetés, des mensonges, des paroles diffamantes. La diffamation n'est pas une mauvaise habitude, c'est un crime. I. Deuxième remède, valoriser le Gouvernement familial 1. Maman et papa, séparés ou pas, sont présidente et président du «gouvernement familial». L absence (ou l insuffisance) d encadrement insécurise l enfant. Nos enfants ont besoin de règles de vie pour grandir en sécurité. L'encadrement parental est utile à leur santé mentale. Les règles de vie comportent des conséquences. Réservez un repas par semaine pour discuter des règlements en vigueur chez vous et invitez vos enfants à suggérer des moyens pour les faire respecter. 2. Mon enfant ne devrait jamais se laisser violenter physiquement ou verbalement à l école, ni sur le chemin de l école, ni dans l autobus. Pour informer ses parents des mauvais traitements subis ou vus, l enfant doit pouvoir raconter ; lorsqu il raconte, mon enfant pratique sa bravoure. C est aux parents de réserver des occasions et du temps pour converser avec son enfant. L enfant a besoin de parler avec ses parents (sans interférence de la télé) au moins 15 minutes par jour. Les enfants d Amérique du Nord passent en moyenne 25 heures devant le petit écran et parlent avec leurs parents durant 34 minutes par semaine. C'est insuffisant. Comment savoir si mon enfant subit de la violence ou du rejet si je ne parle pas avec lui, si je ne l'écoute pas? 3. Le langage entre enfants est TRÈS important. Le respect n est pas optionnel. Les mots blessants ne devraient pas être tolérés sur votre territoire familial, pas plus qu à l école. La télé (et certains chanteurs) enseigne aux enfants la violence verbale. Plus de 80% des enfants ont été blessés verbalement au cours des derniers jours, certains plusieurs fois par jour. 4. Lorsque je console mon frère ou ma sœur, je développe ma bravoure. Même chose à l école lorsque je console un autre élève. Je n abandonne pas un élève avec sa peine, sa douleur ou sa peur; je parle avec, je console. Rejeter un autre n'est pas un acte de bravoure, au contraire. 5. Les disputes entre parents (ou conjoints) angoissent les enfants. Tenez-les en leur absence. La première source de stress dans un cerveau d'enfant, c'est la relation entre celui et celle qui l'ont mis au monde ou entre les adultes avec qui il vit. 6. Lorsqu on vous rapporte un événement survenu à l école ou dans l'autobus scolaire, communiquez avec un adulte de l école avant de condamner. Évitez de prendre position devant l enfant. École et famille travaillent de concert. Les parents et les enseignants sont des partenaires de l'éducation. 7. Le dénigrement (bitchage) est devenu un véritable sport et l'ordinateur sert de patinoire pour le pratiquer. Les commérages par courriel servent à faire circuler des méchancetés et des rumeurs inadmissibles. Il faut porter attention au clavardage de mon enfant. 8. Vivre une activité avec mon enfant vaut dix fois plus qu une émission de télé et cent fois plus que n importe quel jeu vidéo. C est aux parents de décider le temps alloué au petit écran par leur enfant. De préférence moins de 5 heures par semaine et moins de 30 minutes par jour, sur semaine. 9. Les repas se prennent sans télé. C'est un obstacle à la communication entre les membres de la famille. En sortant la télé et les jeux vidéo de la chambre de l'enfant, ses résultats scolaires s améliorent. Pas de jeux vidéo le matin avant l'école et jamais plus 30 minutes sur la console. 10. Mon enfant consacre au moins 15 minutes de lecture à la lecture, au moins 15 minutes à l'activité physique, et au moins 15 minutes à converser avec ses parents, en plus des travaux scolaires.

5 E. Décision des parents À l issue de la conférence de mardi dernier, on a mentionné comment deux écoles du Québec préparent actuellement leurs élèves à relever le DÉFI de la Dizaine sans télé ni jeux vidéo. Ce DÉFI, le contraire d'une punition, sert à rapprocher les parents de l'école, sert à aiguiser la réticence des enfants à se laisser manipuler par la publicité et à reconnaître les comportements et le langage toxiques utilisés par les médias pour les divertir. Préparer les lèves du Trivent à relever ce DÉFI requiert des exercices et du temps, ce qui rend l'entreprise périlleuse alors que nous sommes rendus à la mi-février. Mieux vaut envisager un projet semblable pour la prochaine année scolaire, si le personnel et le CE le désirent. Le coupon ci-dessous vous sert à acheminer vos commentaires, questions et suggestions sur cette conférence. Ils seront grandement appréciés. Je vous remercie de votre collaboration et saisis l occasion pour exprimer mon appréciation au personnel et à la direction qui m'ont accueilli dans votre école. Jacques Brodeur, Edupax, OBNL avec expertise en prévention de la violence

«Ce n est pas correct!»

«Ce n est pas correct!» Pour de plus amples renseignements Pour vous renseigner sur ce que fait le gouvernement du Canada pour les aînés ou pour trouver des services et des programmes de soutien offerts dans votre province ou

Plus en détail

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Décharge de responsabilité : Le présent document est un guide en langage simple destiné à vous aider à mieux comprendre le Règlement sur les

Plus en détail

Harcèlement psychologique

Harcèlement psychologique Harcèlement psychologique Bienvenue dans la section sur le harcèlement psychologique. Vous trouverez dans cette section toute l information requise pour répondre à vos questions. Du nouveau! Du nouveau!

Plus en détail

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation.

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Chaque Matin... Chaque heure de MIDI... Chaque AprÈs-midi... Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Apprenez comment vous pouvez faire cesser l intimidation. Les communautés et les écoles

Plus en détail

Apprendre l empathie pour prévenir la violence dès la maternelle: le Jeu des Trois Figures

Apprendre l empathie pour prévenir la violence dès la maternelle: le Jeu des Trois Figures Serge TISSERON Psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie HDR à l Université Paris Ouest Nanterre Blog: http://squiggle.be/tisseron Apprendre l empathie pour prévenir la violence dès la maternelle:

Plus en détail

«Jeu des trois figures» en classes maternelles

«Jeu des trois figures» en classes maternelles «Jeu des trois figures» en classes maternelles Prévenir la violence, éduquer aux images, naître à l'empathie Programme mené sous la supervision de Serge Tisseron La violence, notamment scolaire, un problème

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte Paroles et gestes au quotidien Intervenante : Marilyne TEXIER : Educatrice de jeune enfant. Formatrice à L Ecole des Parents 74 + Médiatrice familiale.

Plus en détail

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille L affirmation de soi Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille S affirmer «Communiquer de façon affirmée, c est exprimer ses sentiments et ses façons de voir, par des mots, des gestes,

Plus en détail

De l injonction à l invitation Les défis de l intervention

De l injonction à l invitation Les défis de l intervention De l injonction à l invitation Les défis de l intervention Steven Bélanger Psychologue Coordonnateur clinique Pro-gam Centre d intervention et de recherche en violence conjugale et familiale 1 La nature

Plus en détail

LE MARMOTIN SPECIAL MARMOTS

LE MARMOTIN SPECIAL MARMOTS SPECIAL MARMOTS LE MARMOTIN D agressé, l enfant peut prendre le rôle de l agresseur, et basculer d un rôle passif à celui d un rôle actif. Cela va lui permettre d assimiler et de dépasser les situations

Plus en détail

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 La maltraitance, qu est-ce que c est pour vous? Formation Maltraitance. 19/10/13. Intervenante : Claire Singer, Psychologue & Ph.D La maltraitance, qu est-ce

Plus en détail

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Congrès Enfanter le monde 26 novembre 2010 Claud Bisaillon, Ph.D. Psychologue, professeure Plan de la présentation

Plus en détail

justice dans les affaires impliquant les enfants victimes et témoins Lignes directrices de l Organisation des Nations Unies en matière de

justice dans les affaires impliquant les enfants victimes et témoins Lignes directrices de l Organisation des Nations Unies en matière de Lignes directrices de l Organisation des Nations Unies en matière de justice dans les affaires impliquant les enfants victimes et témoins d actes criminels VERSION POUR ENFANTS Table des matières Commençons

Plus en détail

Voici des exemples de cyberintimidation :

Voici des exemples de cyberintimidation : LEXIQUE COMMUN DÉFINITIONS Cette section est créée dans le but de disposer d un vocabulaire commun à l ensemble des personnes touchées par le plan de prévention et d intervention pour contrer l intimidation

Plus en détail

Répertoire de formations Pour les intervenants

Répertoire de formations Pour les intervenants Nancy Doyon Répertoire de formations Pour les intervenants CPE, écoles, Organismes œuvrant auprès des enfants Nancy Doyon Conférencière, formatrice Coach familial Destinées aux intervenants œuvrant auprès

Plus en détail

Des messages clairs pour prévenir les conflits

Des messages clairs pour prévenir les conflits Apprentissage de la communication : Fiche n 15 Des messages clairs pour prévenir les conflits Objectifs : - Apprendre à exprimer un message qui exprime ce qu un comportement donné éveille comme sentiment

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

LE HARCELEMENT A L ECOLE

LE HARCELEMENT A L ECOLE 1 05/05/2014 LE HARCELEMENT A L ECOLE l'essentiel : Selon une statistique nationale, un élève sur 10 est victime de harcèlement à l'école. Pour la moitié ce sont des cas de harcèlement sévère. Le harcèlement

Plus en détail

Harcèlement : comment puis-je être aidé? Que peux-tu faire? Il faut en parler pour trouver des solutions!

Harcèlement : comment puis-je être aidé? Que peux-tu faire? Il faut en parler pour trouver des solutions! Conseils aux victimes : élèves de l école primaire Harcèlement : comment puis-je être aidé? Si, à l école, tes camarades se moquent de toi, te volent ou abîment tes affaires, te donnent des surnoms méchants,

Plus en détail

La responsabilitié civile... vous connaissez?

La responsabilitié civile... vous connaissez? Fiche d activité FA La responsabilitié civile... vous connaissez? Lorsqu on parle d assurance habitation, le feu et le vol sont les deux sortes de sinistres qui viennent d abord à l esprit. Mais il y en

Plus en détail

Guide à l intention des parents. Ensemble pour prévenir et traiter

Guide à l intention des parents. Ensemble pour prévenir et traiter Guide à l intention des parents Ensemble pour prévenir et traiter Les résultats de recherches démontrent que de 10 à 15 % des élèves fréquentant nos écoles québécoises sont susceptibles d être impliqués

Plus en détail

LES 9 MEILLEURS TRUCS

LES 9 MEILLEURS TRUCS POUR APPRENDRE OU AMÉLIORER MON ANGLAIS DÈS MAINTENANT 6 RAISONS pour lesquelles je devrais parler anglais LA MÉTHODE Par Bob McDuff Le prof d anglais www.bobmcduff.com À PROPOS DE BOB MCDUFF - INTRODUCTION

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

C est quoi l intimidation?

C est quoi l intimidation? C est quoi l intimidation? Définition de l intimidation (Olweus, 1996) : «Un élève est intimidé ou victimisé lorsqu il est exposé de façon répétée et soutenue à des gestes négatifs de la part d un ou de

Plus en détail

Code de franc-jeu. du joueur LE FRANC-JEU, C EST L AFFAIRE DE TOUS

Code de franc-jeu. du joueur LE FRANC-JEU, C EST L AFFAIRE DE TOUS du joueur 1) Je jouerai au hockey de mon plein gré et non pour obéir à mon entourage ou à mes entraîneurs. 2) Je respecterai les règles et l esprit du jeu. 3) Je maîtriserai mon tempérament les bagarres

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Sondage auprès des élèves de la 4 e à la 6 e année sur : l équité et l éducation inclusive l intimidation/harcèlement

Sondage sur le climat. scolaire. Sondage auprès des élèves de la 4 e à la 6 e année sur : l équité et l éducation inclusive l intimidation/harcèlement Sondage sur le climat scolaire Sondage auprès des élèves de la 4 e à la 6 e année sur : l équité et l éducation inclusive l intimidation/harcèlement Nom de l école Numéro d identification de l école Nom

Plus en détail

Elaborer des règles principes généraux

Elaborer des règles principes généraux Elaborer des règles principes généraux ELABORER DES REGLES Elaborer des règles de vie, permettre aux élèves de leur donner du sens, les rendre lisibles par tous, les faire respecter et envisager des sanctions

Plus en détail

L enfant et la télévision

L enfant et la télévision L enfant et la télévision 1 2 L enfant et la télévision La télévision a de bons côtés : elle distrait, informe et documente. Elle peut être un point de départ à la discussion, elle permet de mettre des

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

Document de référence. La dépendance à l alcool

Document de référence. La dépendance à l alcool Document de référence La dépendance à l alcool Table des matières Introduction 2 Définition 2 Signes et symptômes 3 Intervenir auprès d un employé 4 Traitements et ressources disponibles 5 Conclusion 6

Plus en détail

Pour ne plus vivre sur la planète taire. par Jacques Salomé

Pour ne plus vivre sur la planète taire. par Jacques Salomé Pour ne plus vivre sur la planète taire. par Jacques Salomé J'ai divisé mon propos en trois parties 1 Dans un premier temps: Je présente un état de lieux en matière de communication et surtout d incommunication

Plus en détail

N 6 2 e trimestre 2013

N 6 2 e trimestre 2013 SUPPORT DU DÉBAT Faut-il limiter l exposition aux écrans? Aborder ce débat conduit à questionner les effets du temps passé par l être humain devant les écrans, qui ont envahi notre espace quotidien : télévision,

Plus en détail

Vers une écoute des émotions de votre enfant

Vers une écoute des émotions de votre enfant Vers une écoute des émotions de votre enfant A. Solter I.Filliozat Présenté par : Xavier MEIGNEN, Kinésiologue, Consultant en Éducation Kinesthésique Formateur et Directeur du Centre de Formation ECAP

Plus en détail

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre

Délinquance sexuelle. Paraphilies (suivant le DSM-IV) La délinquance sexuelle ne se résume pas à la perversion. Il ne faut pas confondre Délinquance sexuelle Définitions : psychiatrique, légale, taxinomique Histoire psychique Voies thérapeutiques La récidive et sa prévention Attentat à la liberté et à l honneur sexuel. Contrainte sexuelle

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Centre-Femmes La Passerelle du Kamouraska 710, rue Taché St-Pascal (Québec) G0L 3Y0 cflapasserelle@videotron.ca 418-492-1449

Centre-Femmes La Passerelle du Kamouraska 710, rue Taché St-Pascal (Québec) G0L 3Y0 cflapasserelle@videotron.ca 418-492-1449 BANQUE DE FORMATIONS Centre-Femmes La Passerelle du Kamouraska 710, rue Taché St-Pascal (Québec) G0L 3Y0 cflapasserelle@videotron.ca 418-492-1449 BANQUE DE FORMATIONS Le Centre-Femmes La Passerelle du

Plus en détail

Banville Côté, Christine (2014). C tu ça de l abus? Programme d intervention sexologique créé dans le cadre du stage en sexologie (UQAM), réalisé à

Banville Côté, Christine (2014). C tu ça de l abus? Programme d intervention sexologique créé dans le cadre du stage en sexologie (UQAM), réalisé à Banville Côté, Christine (2014). C tu ça de l abus? Programme d intervention sexologique créé dans le cadre du stage en sexologie (UQAM), réalisé à la Direction de santé publique Agence de la santé et

Plus en détail

Chers parents. Divorce ou séparation: un cauchemar pour les parents et les enfants? Une lettre de la CPE Berne

Chers parents. Divorce ou séparation: un cauchemar pour les parents et les enfants? Une lettre de la CPE Berne Chers parents Divorce ou séparation: un cauchemar pour les parents et les enfants? la CPE Berne Chers parents, Bientôt, vous ne serez plus des conjoints, mais vous resterez pourtant les parents de vos

Plus en détail

Stratégie de prévention des dommages causés aux enfants et aux jeunes au Nouveau-Brunswick. Définition des dommages

Stratégie de prévention des dommages causés aux enfants et aux jeunes au Nouveau-Brunswick. Définition des dommages Stratégie de prévention des dommages causés aux enfants et aux jeunes au Nouveau-Brunswick Préambule et contexte Définition des dommages La Stratégie provinciale de prévention des dommages causés aux enfants

Plus en détail

HOSPITALISÉS CONTRE LEUR GRÉ

HOSPITALISÉS CONTRE LEUR GRÉ La Presse+ Édition du 8 juin 2014, section ACTUALITÉS, écran 4 SANTÉ MENTALE HOSPITALISÉS CONTRE LEUR GRÉ GABRIELLE DUCHAINE LA PRESSE Les gens atteints de troubles mentaux, au Québec, sont de plus en

Plus en détail

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU!

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU! INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. Un membre de l équipe doit réfléchir à une façon de résoudre le problème. Les autres membres de l équipe

Plus en détail

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP

CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION POUR LES ORGANISMES ÉDUCATION POPULAIRE CREP 1 CATALOGUE DES ACTIVITÉS DE FORMATION pour les organismes ÉDUCATION POPULAIRE Le catalogue des activités de formation

Plus en détail

Sommaire. Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É.

Sommaire. Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É. Sommaire Projet de recherche sur la violence faite aux femmes et la réaction du système juridique de l Î.-P.-É. L équipe de recherche sur la violence faite aux femmes et le système juridique à l ïle-duprince-édouard

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

La Convention Internationale des Droits de l'enfant

La Convention Internationale des Droits de l'enfant La Convention Internationale des Droits de l'enfant Texte adapté aux enfants dès 10 ans La Convention a été adoptée par les Nations Unies (ONU) le 20 novembre 1989 pour protéger les droits des enfants

Plus en détail

Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres. s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles.

Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres. s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles. 1 Peut-on soigner les pédophiles? Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles. Une prévention est même envisagée.

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*)

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) A travers ce que nous avons pu écouter et échanger au congrès d Oslo, en mai 1995, ainsi que ce que nous

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Violences dans le couple: pour un changement de langage

Violences dans le couple: pour un changement de langage Violences dans le couple: pour un changement de langage VIFA FMP BELLINZONE NOVEMBRE 2010 Prestations : ViFa Objectifs : Programmes volontaires pour hommes ayant recours à la violence pour femmes ayant

Plus en détail

Comprendre et prévenir la violence. Cahier d exercices. pour les jeunes. autochtones. Les réponses aux exercices. www.lessentiersdelaguerison.

Comprendre et prévenir la violence. Cahier d exercices. pour les jeunes. autochtones. Les réponses aux exercices. www.lessentiersdelaguerison. uérison gles sentiers de la Comprendre et prévenir la violence Cahier d exercices pour les jeunes autochtones Les réponses aux exercices Jeu-questionnaire : Les sentiers de la guérison Faites ce jeu-questionnaire!

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Quel est ton sexe? Garçon 72 48% Fille 77 52% Quel est ton niveau scolaire? 6e 0 0% 5e 149 100% 4e 0 0% 3e 0 0%

Quel est ton sexe? Garçon 72 48% Fille 77 52% Quel est ton niveau scolaire? 6e 0 0% 5e 149 100% 4e 0 0% 3e 0 0% 1 sur 9 15/12/2011 15:47 149 responses Résumé Quel est ton sexe? Garçon 72 48% Fille 77 52% Quel est ton niveau scolaire? 6e 0 0% 5e 149 100% 4e 0 0% 3e 0 0% 1- As-tu un téléphone portable? Oui 98 66%

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

q q q q q q q q q q q q reproductible FACTEURS DE PROTECTION RELATIFS À L ENFANT q q

q q q q q q q q q q q q reproductible FACTEURS DE PROTECTION RELATIFS À L ENFANT q q S DE PROTECTION RELATIFS À L ENFANT L enfant a l air sûr de lui l enfant est capable de maîtriser sa colère et de la canaliser facilement l enfant a la protection et le soutien de sa famille immédiate

Plus en détail

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX Comment définir les RPS? Plus simple alors!!!! L agent demande, au travail aussi, à être considéré comme «une personne globale». La socialisation dans les relations

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Mitraillage publicitaire Séance 1

Mitraillage publicitaire Séance 1 Fiche pédagogique Thème : Choix et autonomie Niveau : Ecole (CM 1 et 2), Collège, lycée Durée : 50 Mitraillage publicitaire Séance 1 Personnes ressources : Infirmier scolaire, documentaliste, professeur

Plus en détail

Danièle Lucie Natalie

Danièle Lucie Natalie L'A.F.E.A.S. (Association féminine d'éducation et d'action sociale a choisi comme sujet d'étude au mois d'octobre la "violence". Et, pour faciliter cette démarche, le Ministère de la Justice, dans le cadre

Plus en détail

Se Renseigner sur la Loi

Se Renseigner sur la Loi Se Renseigner sur la Loi Le droit de la famille Les droits de mariage Les droits et les responsabilités Si vous êtes mariés ou si vous êtes dans une relation de conjoint de fait pour deux ans ou plus,

Plus en détail

VIOLENCES. Découvre l exposition à l aide de ce parcours. Prénom. Pour les jeunes de 8 à 11 ans BONNE VISITE!

VIOLENCES. Découvre l exposition à l aide de ce parcours. Prénom. Pour les jeunes de 8 à 11 ans BONNE VISITE! VIOLENCES Découvre l exposition à l aide de ce parcours Pour les jeunes de 8 à 11 ans Nom. Prénom BONNE VISITE! L exposition commence à l étage +1. INTRODUCTION 1. Définition A quoi penses-tu lorsque tu

Plus en détail

LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour. Daniel Lambert. Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par.

LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour. Daniel Lambert. Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par. LE SYNDROME L ENFANT TÉFLON (Travail individuel) Pour Daniel Lambert Développement humain 1 : L enfance (350-183 SH) Par Kim Dupuy Soins infirmiers (groupe 1115) Collège de Sherbrooke 12 mars 2004 Histoire

Plus en détail

Remerciements : Attitudes et recours à la violence physique et psychologique dans l éducation des enfants au Québec de 1999 à 2004

Remerciements : Attitudes et recours à la violence physique et psychologique dans l éducation des enfants au Québec de 1999 à 2004 Attitudes et recours à la violence physique et psychologique dans l éducation des enfants au Québec de 1999 à 2004 Marie-Ève Clément Département de psychoéducation et de psychologie Université du Québec

Plus en détail

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT TU ES ACTIF SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. MAIS CONNAIS-TU TON PROPRE RÉSEAU SOCIAL? QUELLES SONT LES PERSONNES DE TON ENTOURAGE

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

DOSSIER FLASH «ASK.FM»

DOSSIER FLASH «ASK.FM» DOSSIER FLASH «ASK.FM» Les élèves nous parlent de plus en plus de ce réseau social qui se nomme «Ask.fm», à ne pas confondre avec le moteur de recherche «Ask». Selon les dires des jeunes que nous rencontrons,

Plus en détail

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc.

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Un problème de santé publique inquiétant Au Québec: 73 % des femmes veulent maigrir

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

Protocole de traitement des situations de harcèlement dans les écoles

Protocole de traitement des situations de harcèlement dans les écoles Protocole de traitement des situations de harcèlement dans les écoles Protocole de traitement des situations de harcèlement dans les écoles Ce protocole type a pour objectif d aider les directions d école

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B2 : en bref Thème : la jeunesse face à la justice Après avoir fait connaissance avec les personnages du film, les apprenants analyseront

Plus en détail

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes.

Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. 4 Droit pénal et droit de la famille FR 004 LE DROIT DE LA FAMILLE ET LES FEMMES EN ONTARIO Un seul droit de la famille pour toutes les femmes. Renseignez-vous sur vos droits. Droit pénal et droit de la

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Prévention des usages excessifs des technologies numériques. Prévention des usages excessifs des technologies numériques

Prévention des usages excessifs des technologies numériques. Prévention des usages excessifs des technologies numériques Prévention des usages excessifs des technologies numériques Prévention des usages excessifs des technologies numériques Prévention des usages excessifs des technologies numériques Prévention des usages

Plus en détail

Le manque de surveillance parentale: les perspectives des enfants seuls à la maison à Montréal

Le manque de surveillance parentale: les perspectives des enfants seuls à la maison à Montréal Le manque de surveillance parentale: les perspectives des enfants seuls à la maison à Montréal Mónica Ruiz-Casares, Ph.D Département de Psychiatrie et Équipe de Recherche et Intervention Transculturelles

Plus en détail

brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 1 C o n s e i l g é n é r a l d e s j e u n e s

brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 1 C o n s e i l g é n é r a l d e s j e u n e s brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 1 C o n s e i l g é n é r a l d e s j e u n e s brochure_violence:mise en page 1 5/10/09 15:25 Page 2 Sommaire Qu est-ce que la violence?... 4 Pourquoi

Plus en détail

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES

Tu as des droits.. Document original d Annie Simard TES Pourquoi dire non? Savoir dire non est indispensable pour me protéger, poser mes limites face aux autres et éviter de me laisser envahir par des demandes abusives. Quand les autres envahissent mon territoire

Plus en détail

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue «Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue 1. Est-ce que votre enfant sait ce qu est un inconnu? 2. Est-ce que votre enfant connaît la différence entre un bon et un mauvais inconnu? 3.

Plus en détail

Guide pour les jeunes

Guide pour les jeunes Guide pour les jeunes Le Comité sénatorial permanent des droits de la personne This report is also available in English Comité sénatorial permanent des droits de la personne CANADA LA CYBERINTIMIDATION,

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Parents d enfants, parents d ados, parents d élèves différents... Dre Nadia Gagnier Psychologue

Parents d enfants, parents d ados, parents d élèves différents... Dre Nadia Gagnier Psychologue Parents d enfants, parents d ados, parents d élèves différents... Dre Nadia Gagnier Psychologue Enjeux des parents d aujourd hui... Maman travaille Papa s implique Internet et accès à l information Conciliation

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard

IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard IFSI Charles Foix UE 4.2 Isabelle Ménard Un médiateur est habituellement une personne physique qui intervient pour faciliter une communication, une relation, le transfert d'un savoir ou d'une connaissance.

Plus en détail

18 Novembre 2008 CONFERENCE LES JEUX DANGEREUX Animée par magali Duwelz de l association SOS Benjamin

18 Novembre 2008 CONFERENCE LES JEUX DANGEREUX Animée par magali Duwelz de l association SOS Benjamin 18 Novembre 2008 CONFERENCE LES JEUX DANGEREUX Animée par magali Duwelz de l association SOS Benjamin Les jeux dangereux : sur 8 millions de jeunes, 3 millions sont concernés 41 % de primaires 38 % de

Plus en détail

Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile

Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile Les adolescents, leur téléphone portable et l Internet mobile Note de synthèse Action Innocence UNAF Auteurs TNS SOFRES Fabienne SIMON Sarah DUHAUTOIS Octobre 2009 S il est souvent commenté compte tenu

Plus en détail

Association l Enfant Bleu Enfance Maltraitée

Association l Enfant Bleu Enfance Maltraitée L Enfant bleu, Enfance Maltraitée 18 avenue des Mazades 31200 Toulouse Tél : 05.61.53.21.10 lenfantbleutoulouse@wanadoo.fr www.lenfantbleutoulouse.fr SIRET : 441 506 722 000 2 APE : 853 K N Déclaration

Plus en détail

Instrument de mesure du développement de la petite enfance

Instrument de mesure du développement de la petite enfance Instrument de mesure du développement de la petite enfance Québec 2011-2012 Directives Pour tout renseignement supplémentaire, communiquez avec la Direction des stratégies et opérations de collecte de

Plus en détail

Politique. d utilisation de Facebook

Politique. d utilisation de Facebook Politique d utilisation de Facebook Adoptée par le Conseil d administration, le 20 septembre 2012 Table des matières Préambule 3 Ce qui amène la TROCL sur Facebook 4 Qui est sur Facebook actuellement?

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Accompagner l enfant ordinaire à s adapter à l enfant TED

Accompagner l enfant ordinaire à s adapter à l enfant TED Accompagner l enfant ordinaire à s adapter à l enfant TED 1- CONTEXTE SESSAD= Service d Education Spéciale et de Soin A Domicile A Domicile= sur les lieux de vie de l enfant L école est un lieu de vie

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

LE TEMPS samedi 31 janvier 2015

LE TEMPS samedi 31 janvier 2015 LE TEMPS samedi 31 janvier 2015 Abus d écrans, responsabilité de parents Par Rinny Gremaud Les enfants peinent à décoller de leurs tablettes, téléphones ou ordinateurs. Et les adultes? Quel exemple donnent-ils?

Plus en détail