Agir ensemble pour prévenir la violence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Agir ensemble pour prévenir la violence"

Transcription

1 Compte-rendu de la conférence aux parents du 12 février 2009 Agir ensemble pour prévenir la violence Le 12 février dernier, votre école m accueillait comme conférencier, accompagné de ma fidèle Noisette. J ai rencontré toutes les classes. J'ai présenté aux plus jeunes quatre conseils pour développer leur bravoure. Aux plus grands, j'ai discuté des trois bactéries qui entrent dans nos foyers, grâce à des émissions, films et jeux vidéo. C'est après avoir enseigné durant 30 ans que j'ai participé à la création du programme de prévention Edupax. C'est après avoir entendu de ce programme que l'école a retenu mes services à titre de conférencier. Le 12 février en après-midi, j ai rencontré le personnel et en soirée, autour une quarantaine de personnes se sont déplacés pour la conférence publique. Voici un résumé du contenu de ma conférence. A. Ateliers aux plus jeunes Les conseils fournis aux élèves de Maternelle, 1ère, 2 e et 3 e années sont au nombre de quatre. Pour prévenir la violence nous avons besoin des élèves. On ne naît pas brave, on le devient. Pour devenir brave, il y a des exercices à pratiquer. Lorsque votre enfant sera victime ou témoin de violence, je lui ai présenté 4 conseils. 1. Raconter notre peine, notre mal et notre peur à quelqu un au lieu de les cacher ou de les laisser durcir. 2. Consoler, chaque fois qu'on le peut, une personne qui a de la peine, de la douleur ou de la peur. 3. Savoir quoi dire lorsque quelqu un fait mal, fait peur ou se moque de moi ou d un autre. «Aïe, ce que tu fais, ça fait mal (ou ça fait de la peine), c est assez!» 4. Cliquer la télécommande lorsque la peur veut entrer dans ma tête. Plusieurs émissions ou films contiennent des scènes terrifiantes qui causent, tôt ou tard, des cauchemars et finissent par désensibiliser les enfants. B. Ateliers aux plus grands Les élèves de 4 e, 5 e et 6 e année ont appris le nom de la bactérie (ecoli) qui a rendu malades et tué 7 personnes à Walkerton, il y a quelques années. Ils ont aussi reconnu trois bactéries qui entrent dans nos foyers véhiculées par des émissions de télé, des films, des jeux vidéo et l'ordinateur : violence verbale (V V), violence physique (VP) et peur (Pr). Tous n en meurent pas, tous ne sont pas blessés au même degré, mais tous sont touchés. Ces bactéries entrent par les yeux et les oreilles et vont se cacher dans le cerveau. À la longue, ces bactéries s accumulent et finissent par influencer le langage, le comportement, la santé mentale et physique. Certains enfants et ados qui en consomment finissent par penser qu ils peuvent agir et parler grossièrement et violemment, même quand ça fait souffrir leur entourage. Nous savons déjà que la télé et les 12 minutes de publicité par heure influencent l habillement, l alimentation, l obésité, l estime de soi, la qualité de vie, la conduite automobile, la sexualisation précoce, etc. Pourquoi serait-on surpris que le langage soit aussi affecté.

2 Vos enfants n ont eu aucune difficulté à nommer des productions qui contiennent beaucoup de bactéries. Vos enfants ont également déjà vu ou entendu des élèves imiter ce qu ils ont appris à la télé. Les élèves les plus vieux ont ainsi pu améliorer leur sens critique face aux messages entendus dans l'autobus, dans la cour de récréation et les méchancetés lues sur Internet. La compétence du sens critique est fondamentale dans l acquisition de leur liberté d expression et de leur sens des responsabilités. C. Nos écoles doivent réduire la violence verbale et physique Au cours des prochains jours, vos enfants se verront proposer par leur titulaire des exercices pour aiguiser leur sens critique et leur capacité d expression. Ils apporteront des travaux à la maison. Ce sera à votre tour de porter attention. Vos enfants peuvent énumérer les mots blessants les plus fréquemment utilisés autour d eux. Le personnel de l école va tenter de faire diminuer cette violence verbale car c est elle qui fournit le terreau ou fleurissent les disputes et les bagarres. La violence verbale, même juste pour rire, blesse réellement et profondément les victimes. Personne ne devrait se laisser violenter verbalement dans notre école, pas plus que physiquement. Personne n a le droit de violenter les autres. Les insultes et les moqueries humiliantes n ont pas leur place à l école. Voilà pourquoi il importe d enseigner la bravoure aux enfants. D. Le problème de la violence chez les jeunes est connu, les causes aussi Lors de la conférence aux parents, j ai expliqué que le nombre de jeunes aux prises avec des troubles de comportement a triplé entre 1985 et La violence verbale a augmenté, la violence physique aussi. Cette augmentation s est produite dans toute l Amérique du Nord, dans les milieux riches et pauvres, dans les écoles privées et publiques, dans les villes et les campagnes. Étant donné que votre enfant aura à vivre toute sa vie avec des personnes de son groupe d âge, il a besoin de conseils et d entraînement, d'où l'utilité de notre plan d'action. Pourquoi une telle détérioration des comportements en 15 ans? Trois facteurs se sont combinés. Au cours du dernier quart de siècle, dans toute l Amérique du Nord, le «Gouvernement familial» a perdu du pouvoir. Plusieurs enfants ont souffert du manque d encadrement parental en plus de subir les contrecoups d une structure familiale fragilisée. Lorsqu on ajoute à ces deux facteurs l exposition accrue à des divertissements violents, on a réuni les éléments d un cocktail qui crée des dommages profonds et durables au développement psychologique et social de l enfant. Plus de mille études scientifiques ont fait la preuve que la télé, les films et les jeux vidéo violents augmentent l agressivité des jeunes ainsi que leur insécurité. E. La consommation de violence augmente La quantité de violence déversée dans nos foyers par la télévision augmente chaque année depuis Entre 1995 et 2002, des chercheurs ont découvert que les diffuseurs privés ont plus que quadruplé les doses. Les émissions pour enfants en contenaient déjà de 3 à 10 fois plus que les émissions pour adultes. Déjà là, on abuse nos concitoyens les plus vulnérables. 88% des actes d agression sont maintenant présentés avant 21 heures et 85% des actes violents vus à la télé ne sont jamais punis. Dans la presque totalité des films et émissions préférés des jeunes, les héros utilisent eux aussi la violence pour se faire justice et éliminer les méchants. Cette façon de se faire justice soi-même et de se venger de ceux qui nous font souffrir est donnée en exemple et présentée comme désirable, acceptable, audacieuse.

3 C est pour attirer plus de spectateurs, donc à des fins commerciales, qu on utilise la violence à la télé, dans les films et dans les jeux vidéo. La violence rapporte gros, au détriment de la santé mentale et physique des enfants. La télé cherche sans cesse des trucs pour attirer un plus grand nombre d'enfants et tirer profit de leur vulnérabilité. Les défenseurs du pouvoir médiatique prétendent que c est aux parents de protéger leurs enfants et que la santé des enfants ne les concerne pas. Imaginons un pédophile qui utiliserait des bonbons pour attirer des petits et abuser de leur naïveté. Que dirait-on si en se présentant devant le juge, l'abuseur rejetait la responsabilité de ses actes sur les parents qui ne protègent pas suffisamment leur enfant? Cet argument ne tient pas la route. Pendant que les décideurs publics refusent de protéger les enfants, la violence déversée dans les jeunes cerveaux augmente, et le déversement entraîne des dommages réels, profonds et durables. C est prouvé. F. Jeux vidéo violents Au cours des 15 dernières années, un autre divertissement ultraviolent a envahi le marché : les jeux vidéo de type First Person Shooter (FPS). Après la télé, voilà que plusieurs jeux vidéo apprennent aux enfants à gagner des points en frappant des monstres, tuant des gens, écrasant des piétons, assassinant des passants. Les jeux de la catégorie FPS conditionnent les enfants à agir machinalement, sans réfléchir, à ignorer la souffrance d autrui ou même à s en réjouir, à perdre le contrôle de leurs impulsions. Toutes les association professionnelles de psychologues et de pédiatres ont constaté que la pratique de ces jeux les incite à se désintéresser d autrui, à refuser de porter secours à ceux qui souffrent autour d eux. G. Imitation et désensibilisation Certaines émissions, films et jeux vidéo contiennent tellement de violence physique et verbale que plusieurs jeunes (et plusieurs adultes) ne la voient plus, ils perdent contact avec la réalité. De plus en plus d enfants et d ados deviennent incapables de distinguer entre fiction et réalité, une compétence qui se développe normalement entre 7 et 13 ans. Les jeunes désensibilisés tirent plaisir des souffrances infligées à leur entourage et ne ressentent aucun remords. Lorsque des enfants sont maltraités par leurs pairs, la surexposition à la téléviolence les affectent eux aussi. Ils finissent par se sentir coupables de la méchanceté de leurs bourreaux et s imaginent qu ils ne méritent pas d être aimés. Leur estime de soi s use et s écroule. La détresse les guette. Leur conseiller d ignorer les agresseurs ne suffit pas. Que faire? H. Premier remède, trois compétences à développer chez les enfants Pour enrayer la tendance actuelle qui affecte tout le continent, il est impératif que tous se donnent un plan de match et un langage commun; les parents et le personnel de l école doivent collabor plus étroitement. Il faut aider les enfants à construire leur pouvoir d empathie, à développer leur capacité d exprimer des émotions et des opinions, particulièrement chez les petits garçons, cibles préférées des diffuseurs de téléviolence. Il faut également aiguiser leur sens critique. Voilà trois compétences qui aideront les enfants à se responsabiliser, à se protéger, à se défendre. Les enfants ont besoin de l attention de leurs parents. Au lieu de les inonder de cadeaux toujours plus dispendieux, vantés par une publicité toujours plus pressante, les parents doivent consacrer plus de temps à réaliser des activités AVEC leur enfant. Converser avec notre enfant pendant 34 minutes par semaine, comme le font la moyenne des parents nord-américains, c est insuffisant. Laisser les enfants passer plus de 7 heures par semaine devant les écrans, c'est trop. Y

4 compris devant l'ordinateur où le clavardage donne souvent lieu à des rumeurs, des méchancetés, des mensonges, des paroles diffamantes. La diffamation n'est pas une mauvaise habitude, c'est un crime. I. Deuxième remède, valoriser le Gouvernement familial 1. Maman et papa, séparés ou pas, sont présidente et président du «gouvernement familial». L absence (ou l insuffisance) d encadrement insécurise l enfant. Nos enfants ont besoin de règles de vie pour grandir en sécurité. L'encadrement parental est utile à leur santé mentale. Les règles de vie comportent des conséquences. Réservez un repas par semaine pour discuter des règlements en vigueur chez vous et invitez vos enfants à suggérer des moyens pour les faire respecter. 2. Mon enfant ne devrait jamais se laisser violenter physiquement ou verbalement à l école, ni sur le chemin de l école, ni dans l autobus. Pour informer ses parents des mauvais traitements subis ou vus, l enfant doit pouvoir raconter ; lorsqu il raconte, mon enfant pratique sa bravoure. C est aux parents de réserver des occasions et du temps pour converser avec son enfant. L enfant a besoin de parler avec ses parents (sans interférence de la télé) au moins 15 minutes par jour. Les enfants d Amérique du Nord passent en moyenne 25 heures devant le petit écran et parlent avec leurs parents durant 34 minutes par semaine. C'est insuffisant. Comment savoir si mon enfant subit de la violence ou du rejet si je ne parle pas avec lui, si je ne l'écoute pas? 3. Le langage entre enfants est TRÈS important. Le respect n est pas optionnel. Les mots blessants ne devraient pas être tolérés sur votre territoire familial, pas plus qu à l école. La télé (et certains chanteurs) enseigne aux enfants la violence verbale. Plus de 80% des enfants ont été blessés verbalement au cours des derniers jours, certains plusieurs fois par jour. 4. Lorsque je console mon frère ou ma sœur, je développe ma bravoure. Même chose à l école lorsque je console un autre élève. Je n abandonne pas un élève avec sa peine, sa douleur ou sa peur; je parle avec, je console. Rejeter un autre n'est pas un acte de bravoure, au contraire. 5. Les disputes entre parents (ou conjoints) angoissent les enfants. Tenez-les en leur absence. La première source de stress dans un cerveau d'enfant, c'est la relation entre celui et celle qui l'ont mis au monde ou entre les adultes avec qui il vit. 6. Lorsqu on vous rapporte un événement survenu à l école ou dans l'autobus scolaire, communiquez avec un adulte de l école avant de condamner. Évitez de prendre position devant l enfant. École et famille travaillent de concert. Les parents et les enseignants sont des partenaires de l'éducation. 7. Le dénigrement (bitchage) est devenu un véritable sport et l'ordinateur sert de patinoire pour le pratiquer. Les commérages par courriel servent à faire circuler des méchancetés et des rumeurs inadmissibles. Il faut porter attention au clavardage de mon enfant. 8. Vivre une activité avec mon enfant vaut dix fois plus qu une émission de télé et cent fois plus que n importe quel jeu vidéo. C est aux parents de décider le temps alloué au petit écran par leur enfant. De préférence moins de 5 heures par semaine et moins de 30 minutes par jour, sur semaine. 9. Les repas se prennent sans télé. C'est un obstacle à la communication entre les membres de la famille. En sortant la télé et les jeux vidéo de la chambre de l'enfant, ses résultats scolaires s améliorent. Pas de jeux vidéo le matin avant l'école et jamais plus 30 minutes sur la console. 10. Mon enfant consacre au moins 15 minutes de lecture à la lecture, au moins 15 minutes à l'activité physique, et au moins 15 minutes à converser avec ses parents, en plus des travaux scolaires.

5 E. Décision des parents À l issue de la conférence de mardi dernier, on a mentionné comment deux écoles du Québec préparent actuellement leurs élèves à relever le DÉFI de la Dizaine sans télé ni jeux vidéo. Ce DÉFI, le contraire d'une punition, sert à rapprocher les parents de l'école, sert à aiguiser la réticence des enfants à se laisser manipuler par la publicité et à reconnaître les comportements et le langage toxiques utilisés par les médias pour les divertir. Préparer les lèves du Trivent à relever ce DÉFI requiert des exercices et du temps, ce qui rend l'entreprise périlleuse alors que nous sommes rendus à la mi-février. Mieux vaut envisager un projet semblable pour la prochaine année scolaire, si le personnel et le CE le désirent. Le coupon ci-dessous vous sert à acheminer vos commentaires, questions et suggestions sur cette conférence. Ils seront grandement appréciés. Je vous remercie de votre collaboration et saisis l occasion pour exprimer mon appréciation au personnel et à la direction qui m'ont accueilli dans votre école. Jacques Brodeur, Edupax, OBNL avec expertise en prévention de la violence

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation.

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Chaque Matin... Chaque heure de MIDI... Chaque AprÈs-midi... Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Apprenez comment vous pouvez faire cesser l intimidation. Les communautés et les écoles

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Voici des exemples de cyberintimidation :

Voici des exemples de cyberintimidation : LEXIQUE COMMUN DÉFINITIONS Cette section est créée dans le but de disposer d un vocabulaire commun à l ensemble des personnes touchées par le plan de prévention et d intervention pour contrer l intimidation

Plus en détail

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Congrès Enfanter le monde 26 novembre 2010 Claud Bisaillon, Ph.D. Psychologue, professeure Plan de la présentation

Plus en détail

LE HARCELEMENT A L ECOLE

LE HARCELEMENT A L ECOLE 1 05/05/2014 LE HARCELEMENT A L ECOLE l'essentiel : Selon une statistique nationale, un élève sur 10 est victime de harcèlement à l'école. Pour la moitié ce sont des cas de harcèlement sévère. Le harcèlement

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Sondage auprès des élèves de la 4 e à la 6 e année sur : l équité et l éducation inclusive l intimidation/harcèlement

Sondage sur le climat. scolaire. Sondage auprès des élèves de la 4 e à la 6 e année sur : l équité et l éducation inclusive l intimidation/harcèlement Sondage sur le climat scolaire Sondage auprès des élèves de la 4 e à la 6 e année sur : l équité et l éducation inclusive l intimidation/harcèlement Nom de l école Numéro d identification de l école Nom

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

C est quoi l intimidation?

C est quoi l intimidation? C est quoi l intimidation? Définition de l intimidation (Olweus, 1996) : «Un élève est intimidé ou victimisé lorsqu il est exposé de façon répétée et soutenue à des gestes négatifs de la part d un ou de

Plus en détail

La responsabilitié civile... vous connaissez?

La responsabilitié civile... vous connaissez? Fiche d activité FA La responsabilitié civile... vous connaissez? Lorsqu on parle d assurance habitation, le feu et le vol sont les deux sortes de sinistres qui viennent d abord à l esprit. Mais il y en

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Code de franc-jeu. du joueur LE FRANC-JEU, C EST L AFFAIRE DE TOUS

Code de franc-jeu. du joueur LE FRANC-JEU, C EST L AFFAIRE DE TOUS du joueur 1) Je jouerai au hockey de mon plein gré et non pour obéir à mon entourage ou à mes entraîneurs. 2) Je respecterai les règles et l esprit du jeu. 3) Je maîtriserai mon tempérament les bagarres

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

q q q q q q q q q q q q reproductible FACTEURS DE PROTECTION RELATIFS À L ENFANT q q

q q q q q q q q q q q q reproductible FACTEURS DE PROTECTION RELATIFS À L ENFANT q q S DE PROTECTION RELATIFS À L ENFANT L enfant a l air sûr de lui l enfant est capable de maîtriser sa colère et de la canaliser facilement l enfant a la protection et le soutien de sa famille immédiate

Plus en détail

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue «Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue 1. Est-ce que votre enfant sait ce qu est un inconnu? 2. Est-ce que votre enfant connaît la différence entre un bon et un mauvais inconnu? 3.

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Prévention des usages excessifs des technologies numériques. Prévention des usages excessifs des technologies numériques

Prévention des usages excessifs des technologies numériques. Prévention des usages excessifs des technologies numériques Prévention des usages excessifs des technologies numériques Prévention des usages excessifs des technologies numériques Prévention des usages excessifs des technologies numériques Prévention des usages

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres. s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles.

Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres. s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles. 1 Peut-on soigner les pédophiles? Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles. Une prévention est même envisagée.

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Plan de la rencontre

Plan de la rencontre Un modèle novateur pour les élèves en difficulté de comportement Plan de la rencontre 1. L origine des classes kangourou Un résumé dans un classeur Nurture groups Gordon Neufeld 2. Qu est-ce que c est

Plus en détail

Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs

Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs L école Antoine-Balard à Montpellier accueille près de 200 enfants d un quartier défavorisé de la ville. Comme dans la plupart des

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc.

Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme. Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Repenser notre façon d aborder les problèmes de poids : s inspirer d un nouveau paradigme Fannie Dagenais, Dt.P., M.Sc. Un problème de santé publique inquiétant Au Québec: 73 % des femmes veulent maigrir

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2

Agir avec. Intelligence, assuranceetprudence. 5-6 année Leçon 2 Agir avec Intelligence, assuranceetprudence 5-6 année Leçon 2 Leçon 2 Relations saines et relations malsaines Objectifs Comprendre qu une relation saine est une relation basée sur le respect de soi-même

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

LE MARKETING SOCIAL ET

LE MARKETING SOCIAL ET LE MARKETING SOCIAL ET LA PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE MARIE-HÉLÈNE GAGNÉ 6ème Colloque québécois sur la maltraitance envers les enfants et les adolescents Montréal, 29 octobre 2013 LE FARDEAU DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS Droits de l enfant LES JOURS MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS ENFANT / JEUNE N d ordre Consultation des 6/18 ans 2014 MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS B onjour, Sais-tu que tu as des

Plus en détail

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication

Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication Diaporama réalisé à partir des résultats du questionnaire passé par 648 lycéens du Lycée Hector Berlioz Définition des nouvelles technologies

Plus en détail

Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet

Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet Compte Rendu : Rencontre d informations autour des dangers d Internet Autour de l utilisation des téléphones portables Les jeunes ont, de manière générale, leur 1 er portable dès l entrée en 6 ème. 2 risques

Plus en détail

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive note d informationnovembre 13.26 En 2013, 93 % des collégiens se déclarent satisfaits du climat scolaire de leur établissement. C est à peu près autant qu en 2011 lors de la première édition de l enquête.

Plus en détail

European School Brussels II. Avenue Oscar Jespers 75. 1200 Brussels

European School Brussels II. Avenue Oscar Jespers 75. 1200 Brussels European School Brussels II Avenue Oscar Jespers 75 1200 Brussels Toute forme de harcèlement, qu il soit verbal, physique ou psychologique, est absolument inacceptable dans notre école. Ce document de

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école

Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d enfants La démocratie représentative à l école Le conseil d école des enfants est un moment privilégié durant lequel les enfants deviennent acteurs au sein de leur école, en faisant des propositions

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Questionnaire pour le Jumeau B Second né

Questionnaire pour le Jumeau B Second né ETUDE SUR LA QUALITE DES RELATIONS GEMELLAIRES D ENFANTS DE 3 A 5 ANS ET PRATIQUES EDUCATIVES PARENTALES Questionnaire pour le Jumeau B Second né Thèse réalisée dans le cadre d un Doctorat de Psychologie

Plus en détail

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire

Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Devoirs, leçons et TDA/H1 Gaëtan Langlois, psychologue scolaire Pourquoi traiter des devoirs et leçons avec les TDA/H? Parce que c est un des problèmes le plus souvent rencontrés avec les enfants hyperactifs

Plus en détail

PROCÉDURES POUR UNE VIE SCOLAIRE SAINE ET HARMONIEUSE

PROCÉDURES POUR UNE VIE SCOLAIRE SAINE ET HARMONIEUSE SYSTÈME DISCIPLINAIRE DE L ÉCOLE RÈGLES DE VIE DE L ÉCOLE : RESPECT ET SÉCURITÉ Approuvées le 25 mars 2013 (CE 12/13 28) Les manquements à ces règles seront considérés comme majeurs. Ils seront consignés

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Quels sont les droits des enfants?

Quels sont les droits des enfants? Quels sont les droits des enfants? L enfant devrait à tout le moins commencer par bénéficier de l amour, de l affection et de la bienveillance de ses parents, (ainsi que de ses proches et des intervenants

Plus en détail

La cour de récréation

La cour de récréation La cour de récréation La récréation doit être un moment où chacun peut se détendre! LES ELEVES DROITS DEVOIRS : Règles Réparation et/ou Sanctions Toute violence verbale ou physique est strictement interdite

Plus en détail

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE?

COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? 10 504, boulevard Saint-Laurent, local 1 Montréal, (Qc), H3L 2P4; 514.332.9593 www.cliniquebeausoleil.com COMMENT AIDER UN ÉLÈVE QUI BÉGAIE? QU'EST-CE QUE LE BÉGAIEMENT? à Trouble caractérisé par une fréquence

Plus en détail

SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES

SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES OBJECTIFS : Développer des comportements de non-violence et de respect. Amener l élève à développer des habiletés dans la résolution de ses conflits interpersonnels. Assurer

Plus en détail

DOSSIER FLASH «ASK.FM»

DOSSIER FLASH «ASK.FM» DOSSIER FLASH «ASK.FM» Les élèves nous parlent de plus en plus de ce réseau social qui se nomme «Ask.fm», à ne pas confondre avec le moteur de recherche «Ask». Selon les dires des jeunes que nous rencontrons,

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Informations aux parents Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Recherche-action sous la direction du Professeur Willy Lahaye Chercheurs responsables : Bruno Humbeeck, Frédéric

Plus en détail

"Couples séparés mais toujours parents"

Couples séparés mais toujours parents "Couples séparés mais toujours parents" Compte rendu Rencontre à thème Le 31 Janvier 2012 Matin Intervenante : Katell Jouffe, psychologue à l'hôpital de jour pour enfants autistes et psychotiques et médiatrice

Plus en détail

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Numéro : 1. Objet général La présente politique vise à établir les règles applicables

Plus en détail

ÊTRE ADOLESCENT, VIVRE, AIMER, SÉDUIRE À L ÈRE DU NUMÉRIQUE. ADOPTONS LE

ÊTRE ADOLESCENT, VIVRE, AIMER, SÉDUIRE À L ÈRE DU NUMÉRIQUE. ADOPTONS LE ÊTRE ADOLESCENT, VIVRE, AIMER, SÉDUIRE À L ÈRE DU NUMÉRIQUE. ADOPTONS LE SUR LE NET, J AI DES DROITS ET DES DEVOIRS. JE RÉFLÉCHIS AVANT DE CLIQUER. JE ME RESPECTE ET JE RESPECTE LES AUTRES. C EST MON VENGEANCE

Plus en détail

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement B. Charte, règlements, sanctions, encadrement «le futur citoyen n a pas seulement à apprendre à obéir à la loi mais aussi à la faire avec les autres. Dès lors, du coté de l élève, il ne s agit pas de se

Plus en détail

Dossier pédagogique. Septembre 2002. Centre de la petite enfance La trotinette carottée

Dossier pédagogique. Septembre 2002. Centre de la petite enfance La trotinette carottée Dossier pédagogique Septembre 2002 Centre de la petite enfance La trotinette carottée TABLE DES MATIÈRES Page Accueillir un enfant Que pouvez-vous faire pour faciliter l intégration pour tout le monde?

Plus en détail

Surfer Prudent - Tchats. Un pseudo peut cacher n importe qui

Surfer Prudent - Tchats. Un pseudo peut cacher n importe qui Tchat Un tchat est un outil de communication sur Internet qui permet de parler en temps réel avec un ou plusieurs internautes. Un tchat est aussi appelé messagerie instantanée. Un pseudo peut cacher n

Plus en détail

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org Guide à l intention des parents sur 2014 ConnectSafely.org Les adolescents canadiens aiment socialiser en ligne et surtout partager des photos. L étude réalisée par MédiaSmarts en 2014, Jeunes Canadiens

Plus en détail

cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité

cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité cybersécurité Comment puis-je assurer la sécurité de mes enfants en ligne? Un guide pour les parents bellaliant.net/cybersécurité Pour les jeunes, Internet est un excellent merveilleux d apprentissage,

Plus en détail

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS?

QUEL EXEMPLE DONNEZ-VOUS À VOS ENFANTS? manifester d intérêt à l égard de l argent. Vous devez donc faire en sorte que le sujet soit pertinent pour eux, en profitant des moments propices offerts par la vie quotidienne. Vous n avez pas à prévoir

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation 1. Introduction Constat : La cour de récréation est explicitement désignée par la majorité des élèves comme le principal lieu d expression

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE

CONFERENCE DE PRESSE Union nationale des associations familiales CONFERENCE DE PRESSE RESEAUX SOCIAUX : Quelles sont, dès 8 ans, les pratiques de nos enfants? Quel est le rôle des parents? Résultats de l enquête réalisée par

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet

Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Les pratiques des 9-16 ans sur Internet Regards croisés entre parents et enfants! - Principaux résultats -! Décembre 2012! Arnaud ZEGIERMAN Directeur associé az@institut-viavoice.com Aurélien PREUD HOMME

Plus en détail

Le conseil de coopération

Le conseil de coopération Apprentissage des règles - Fiche pédagogique n 02 Le conseil de coopération Objectifs : - Apprendre aux enfants la coopération, la citoyenneté, les principes démocratiques par la pratique du conseil de

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix!

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! Thème 3 - Participer, protéger, partager : des choix de société? Séquence 9 Nos actions sur les réseaux sociaux 9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! à partir de la 5 e comprendre créer

Plus en détail

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents?

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Questions courantes sur la cognition sociale et les capacités des personnes atteintes du SVCF Par le Dr

Plus en détail

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5

Tapori France ATD Quart Monde 2014 1/5 1/5 Les enfants, acteurs essentiels du combat contre les idées reçues. Prendre en compte leur parole et les actes concrets qu ils posent. Réfléchir et débattre ensemble PROPOSER UN DEBAT PHILO Il s'agit

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison D après LES DEVOIRS ET LES LEÇONS de Marie-Claude Béliveau 1 1 Rappels et définitions. Officiellement, les devoirs à la maison sont interdits depuis 1956 2 à l école primaire mais leur pratique reste très

Plus en détail

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire

SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE. Présenté à M. Luc Saint- Hilaire SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE DES 2001- D TRAVAIL 2 - LE TRAVAIL D ANALYSE Présenté à M. Luc Saint- Hilaire Fait par Mélanie Hanley-Boutin 95 114 726 3 octobre 2011 École des arts visuels de l Université

Plus en détail

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3 OFFICE DE PROTECTION DES PERSONNES RECEVANT DES SOINS RAPPORT STATISTIQUE 2007-2008 1 Table des matières 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux

Plus en détail

Les journaux : partout et en tout temps. Février 2012

Les journaux : partout et en tout temps. Février 2012 Les journaux : partout et en tout temps Février 2012 1 Objectifs de l étude Démontrer que l on accède aux journaux à partir de multiples plateformes média Identifier les moments de la journée où l on accède

Plus en détail

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick

Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick Adapté avec la permission du Ministère de l Éducation, Nouveau Brunswick SONDAGE SUR L ATTITUDE DES PARENTS ENVERS L ÉDUCATION EN MATIÈRE DE SANTÉ SEXUELLE Nota : Vous pouvez transmettre ce sondage de

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

PRIMAIRE. 1er cycle, 2e année. Les tâches familiales. Planification des activités

PRIMAIRE. 1er cycle, 2e année. Les tâches familiales. Planification des activités DES OUTILS DE PROMOTION ET DE PRÉVENTION EN MATIÈRE DE SEXUALITÉ JEUNESSE SITUATION D APPRENTISSAGE ET D ÉVALUATION EN MATHÉMATIQUE Les tâches familiales Planification des activités PRIMAIRE 1er cycle,

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution PRENDRE DE MEILLEURES PHOTOS 101 Par Lesley Ouimet Rien de plus facile que de prendre une photo numérique, mais c est un peu plus difficile de prendre une bonne photo numérique. Qu est-ce qui différencie

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail