CODE DE BONNE PRATIQUE RELATIF À L UTILISATION DES TERRES DE COMBLEMENT ET DE REMBLAI

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CODE DE BONNE PRATIQUE RELATIF À L UTILISATION DES TERRES DE COMBLEMENT ET DE REMBLAI"

Transcription

1 CODE DE BONNE PRATIQUE RELATIF À L UTILISATION DES TERRES DE COMBLEMENT ET DE REMBLAI Ce code est d application dans l'attente de l'adoption de l'arrêté fixant les conditions d utilisation, de transport, de dépôt, de traitement et de traçabilité des terres de remblai et de déblai tel que prévu à l'article 72 de l'ordonnance du 5 mars Les conditions ci-dessous sont appliquées par Bruxelles Environnement pour des dossiers ouverts dans le cadre de l ordonnance du 5 mars 2009, pour le remblai des fouilles d assainissement ou de gestion du risque. Ces conditions ne peuvent être appliquées si elles portent préjudice aux conditions émises dans une déclaration de conformité d un projet d assainissement, un projet de gestion de risque, ou aux conditions d un permis de chantier, d urbanisme ou d environnement délivré(s) pour le terrain concerné. 1. PRINCIPE GÉNÉRAL 1.1. Toute terre de comblement 1 apportée ou réutilisée sur une parcelle donnée, dont les concentrations en polluants sont inférieures aux normes d assainissement (NA) 2 peut être utilisée comme comblement des fouilles d assainissement, de gestion du risque, ou de mesures de suivi (gestion de terres) Les terres visées au 1.1. doivent également respecter les conditions suivantes: 1. elles ne peuvent pas contenir de déchets; 2. les terres apportées ne peuvent pas contenir des espèces animales ou végétales invasives reprises à l annexe IV de l ordonnance du 1 mars 2012 relative à la conservation de la nature; 3. afin de respecter les conditions précitées, elles ne peuvent pas être mélangées avec une terre d une meilleure qualité. 1 Dans le cadre de la présente note, il faut comprendre par terre de comblement un matériau composé d argile, limon, sable, gravier ou concassé d origine naturelle et qui est utilisé comme matériau pour remplir les fosses de traitement jusqu au relief initial. Ce même type de matériau qui provient d un centre de traitement de sol autorisé ou qui a subi une séparation physique est également compris dans la notion de terre de comblement. 2 Arrêté du 8/10/2015 déterminant les normes d intervention et les normes d assainissement. PAGE 1 SUR 9 CODE DE BONNE PRATIQUE: UTILISATION DES TERRES 01/01/2017

2 2. PRINCIPES DÉROGATOIRES 2.1. Par dérogation au principe du 1.1., une terre de comblement, provenant de la même parcelle (d où elle a été excavée), dont les concentrations en polluants sont inférieures à 80 % des normes d intervention (NI) 2 les plus strictes 3, peut être utilisée en comblement des fouilles d assainissement, de gestion du risque ou de mesures de suivi (gestion de terres), aux conditions cumulatives suivantes: 1. elle respecte les conditions du 1.2.; 2. elle ne peut pas induire un accroissement de pollution au sens de l article 3 25 de l ordonnance du 5 mars A ce titre, les dépassements des normes d assainissement dans ces terres de comblement doivent exclusivement concerner des (groupes de) 4 composés i) qui dépassent les normes d assainissement dans le sol en place en périphérie immédiate de la fouille et ii) qui ne sont pas des (groupes de) composés à assainir; 3. Les concentrations en polluants ne concernent pas de substances devant être traitées par assainissement Par dérogation au principe du 1.1., tout remblai 5 préexistant faisant l objet d une excavation et qui présente exclusivement une pollution orpheline en HAP ou métaux lourds, peut être réutilisé sur une même parcelle d où il a été excavé aux conditions cumulatives suivantes: 1. il respecte les conditions du 1.2.; 2. les concentrations représentatives 6 en HAP et métaux lourds sont inférieures à 80 % des normes d intervention (NI) les plus strictes 3 3. il est réutilisé dans une zone où du remblai de même nature est présent et à condition de ne pas dépasser les limites horizontales et la profondeur du remblai initialement présent Si une parcelle présente deux classes de sensibilité différentes, il faut choisir les NI correspondant à la plus stricte des deux classes. Ex. 1: partiellement zone d habitat et partiellement zone d intérêt biologique NI zone particulière. Ex. 2: parcelle est en zone de forte mixité ou en ZEMU NI habitat 4 Groupes de composés = métaux lourds (8), HAP (16), HCOV (11+1) 5 Dans la présente note, on entend par remblai des terres qui ont été mises en place par l'homme pour modifier la topographie naturelle en fonction de ses besoins et sont caractérisées par une lithologie hétérogène (limons, sables, argile, briques, débris de maçonnerie, etc...) qu'il est impossible de caractériser par des données géotechniques valables et qui sont principalement polluées par des métaux lourds et/ou des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). 6 La concentration représentative est déterminée sur base du nombre (n) d échantillons analysés. Pour n 5 c est la concentration maximale, pour n > 5 c est la concentration moyenne des échantillons. PAGE 2 SUR 9 CODE DE BONNE PRATIQUE: UTILISATION DES TERRES 01/01/2017

3 2.3. Par dérogation au principe du 1.1., tout remblai préexistant et qui présente exclusivement une pollution orpheline en HAP ou métaux lourds peut être réutilisé sur une même parcelle d où il a été excavé aux conditions cumulatives suivantes: 1. il respecte les conditions du 1.2.; 2. l utilisation de ce remblai ne génère pas de restriction d usage supplémentaire; 3. il ne constitue pas un déchet dangereux en vertu de la législation en vigueur; 4. il est réutilisé dans une zone où du remblai de même nature est présent et à condition de ne pas dépasser les limites horizontales et la profondeur du remblai initialement présent; 5. le(s) propriétaire(s) de la parcelle a(ont) fourni un accord écrit pour la réutilisation de ces remblais, en parfaite connaissance des présentes conditions. 3. CONTRÔLE DES TERRES DE COMBLEMENT ET DE REMBLAI 3.1. Echantillonnage Les échantillons de terres de comblement ou de remblai doivent être prélevés par un expert agréé en pollution du sol et analysés par un laboratoire agréé, ou considéré comme agréé 7, en Région de Bruxelles-Capitale. L expert choisit, de façon motivée, parmi les stratégies d échantillonnage minimales suivantes: 1. pour les terres de comblement ou de remblai pour lesquelles une pollution hétérogène est suspectée 8, un nombre d échantillons non mélangés doit être prélevé, afin d obtenir une image représentative 9 de la qualité chimique de ces terres ou remblais. Le nombre d analyses est déterminé sur base des prescriptions du contenu-type de la reconnaissance de l état du sol 10 ; 2. pour les terres de comblement ou des remblais non suspects, un nombre d échantillons mélangés est déterminé sur base de la stratégie reprise en annexe de la présente note; 3. si des résultats d analyses des échantillons récents et représentatifs sont disponibles dans une étude de sol, ils peuvent être utilisés à cet effet. Si ces stratégies ne permettent pas à obtenir une bonne représentativité de la qualité chimique des terres ou remblais, il devra réaliser des échantillonnages complémentaires. Afin d évaluer les possibilités d une excavation sélective ou des possibilités de réutilisation des terres ou de remblai de différentes qualités, l expert distingue, si pertinent, les différents volumes qu il est prévu de réutiliser, sur base de toutes les 7 Agrément dans une autre région de Belgique et accréditation 8 P.ex. indications organoleptiques de pollution du sol, matériaux provenant d une zone ou d une activité ou d un événement potentiellement polluant, etc. 9 Représentatif signifie que suffisamment d analyses ont été réalisées sur une couche de sol déterminée avec les mêmes propriétés afin de considérer ou non le lot comme (ré)utilisable. 10 Arrêté du 8/07/2010 fixant le contenu-type de la reconnaissance de l état du sol et de l étude détaillée PAGE 3 SUR 9 CODE DE BONNE PRATIQUE: UTILISATION DES TERRES 01/01/2017

4 données disponibles. Toutefois, l expert doit tenir compte de la délimitation des pollutions présentes, des études de sol déjà réalisées, afin de distinguer les différents volumes de terres ou de remblai de différentes qualités à réutiliser ou à éliminer. La réalisation des forages, la prise d échantillons ainsi que la conservation des échantillons doit se faire selon les codes de bonnes pratiques en vigueur en Région de Bruxelles-Capitale, sauf pour la constitution des échantillons mélangés, pour lesquels les règles en annexe doivent être respectées Analyse des échantillons Pour chaque échantillon, il y a lieu de réaliser des analyses sur les paramètres suivants: HAP, Métaux lourds, HM (C10-C40). Les échantillons doivent en plus être analysés sur les paramètres dont l expert suspecte la présence ou dont il a connaissance sur base des études précédentes. Lorsqu il y a des indications de substances volatiles (huiles minérales volatiles, solvants chlorés, etc.), il y a lieu de réaliser une/des analyse(s) de ce/ces substances sur des échantillons non mélangés Amendements et stabilisé Le mélange de sable (< 2 mm) à du ciment ou le mélange des terres à de la chaux ne doivent pas être analysés en tant que mélanges, mais le sable / la terre avant mélange doit l être, pour répondre aux principes généraux (ou dérogatoires) ci-dessus. 4. AUTRES MATÉRIAUX DE REMBLAI 4.1. Des matériaux d origine naturelle d une part (c est-à-dire provenant d une carrière autorisée, de sable, de gravier, etc.) ou d autre part des matériaux provenant d un centre de recyclage de déchets de démolition et de construction dûment autorisé, qui sont utilisés dans des sous-fondations ne doivent pas être analysés pour répondre aux conditions susmentionnées si et seulement si les conditions cumulatives suivantes sont respectées : 1. leur épaisseur est limitée au strict nécessaire dans le cadre du projet de construction (une épaisseur de 30 cm est admise sans analyse, plus de 30 cm nécessite une explication architecturale); 2. il n y a pas de suspicion qu ils sont pollués (pas de suspicion de dépassement de normes d assainissement ou de présence d espèce animale ou végétale invasive) et; 3. ils sont accompagnés d attestations de provenance et/ou des documents de traçabilité conformément à la législation en vigueur. Les mêmes matériaux, qu ils soient utilisés pour remblayer une zone excavée plus profondément ou largement que pour le strict nécessaire architectural, ou pour créer une zone de roulage laissée en place en fin de chantier, doivent être analysés, même s'il faut PAGE 4 SUR 9 CODE DE BONNE PRATIQUE: UTILISATION DES TERRES 01/01/2017

5 les broyer. Pour certains cas (par exemple du calcaire pur avec attestation de provenance), l IBGE pourra également se passer d'analyse La réutilisation sur une parcelle des matériaux inertes provenant du sol de ladite parcelle (excepté les matériaux contenant des déchets tels que des plastiques, des ferrailles, etc.) faisant l objet de travaux de traitement du sol est possible, aux conditions cumulatives suivantes: 1. ils doivent provenir d infrastructures enterrées (fondations, murs, égouts, ) ou être constitutifs de remblais préexistants; 2. ils ne constituent pas des déchets dangereux en vertu de la législation en vigueur; 3. ils doivent être constitués de pierres ou (morceaux de) briques, béton ou mortier; 4. si un traitement leur est appliqué sur place, ce traitement doit être exclusivement physique (criblage par exemple) et non chimique; 5. ils doivent subir une ou plusieurs analyses chimiques selon les mêmes règles que pour les terres (voir point 3 ci-dessus) L apport de déchets sur une parcelle, tels que des déchets de construction, des briquaillons non recyclés, des mâchefers, des cendres volantes, ou des morceaux de plastique, en vue de remblayer des fouilles d assainissement, de gestion du risque, ou de rehausser le terrain, n est pas accepté dans le cadre des autorisations de mesures/travaux prévues par l ordonnance du 5 mars PAGE 5 SUR 9 CODE DE BONNE PRATIQUE: UTILISATION DES TERRES 01/01/2017

6 ANNEXE: STRATEGIE POUR LES ECHANTILLONS MELANGES 1. TERRES ET REMBLAIS NON ENCORE EXCAVES SUR LA PARCELLE DE REEMPLOI 1.1. Nombre d échantillons mélangés à analyser Le nombre d échantillons mélangés à analyser est déterminé sur base de la formule suivante: A = Y / (0.02 x Y + 750) (arrondir à l'unité supérieure) Dont: A = le nombre d échantillons mélangés à analyser, Y = Volume (m³) de l excavation, qu il est prévu de réutiliser Mètres de forages à réaliser Les forages sont équitablement répartis sur les volumes de terres et de remblais à réutiliser, en tenant compte des constatations visuelles et organoleptiques et de la stratification. Le nombre de mètres à forer est déterminé sur base de la formule suivante: B = 3 x Y / (0.02 x Y + 750) (exprimé en mètres) Dont: B = le nombre de mètres courants dans la couche à réutiliser, Y = Volume (m³) de l excavation qu il est prévu de réutiliser. PAGE 6 SUR 9 CODE DE BONNE PRATIQUE: UTILISATION DES TERRES 01/01/2017

7 1.3 Composition des échantillons mélangés Les échantillons mélangés sont composés à partir d échantillons individuels provenant d une même couche de sol. Les échantillons individuels utilisés pour constituer un échantillon mélangé sont prélevés d une telle façon que l échantillon mélangé est représentatif de la couche de sol analysé. Si aucune couche de terre arable ou couche superficielle hétérogène distincte n est constatée, que ce soit en dessous d un revêtement ou non, une couche superficielle distincte de 30 cm doit faire l objet d échantillons mélangés distincts. Tout le trajet du forage qui traverse la couche à réutiliser est échantillonné et analysé. Un échantillon individuel est prélevé par mètre foré et au minimum un échantillon individuel par couche de sol est prélevé. Tous les échantillons prélevés sur base de la stratégie susmentionnée seront analysés, soit dans un échantillon mélangé, soit comme échantillon non mélangé. Les échantillons individuels avec un degré de pollution visuellement différent ne sont jamais mélangés avec d autres échantillons,. Si les fractions suspectes peuvent contenir des substances volatiles, l analyse se fait toujours sur un échantillon non mélangé. En présence d une fine couche de matériau suspect, un échantillon mélangé représentatif de cette couche est prélevé et analysé. En cas d impossibilité d échantillonnage de cette fine couche, l expert peut décider de l excaver à part pendant le chantier pour être échantillonnée et analysée séparément en tas (voir procédure cidessous). PAGE 7 SUR 9 CODE DE BONNE PRATIQUE: UTILISATION DES TERRES 01/01/2017

8 2. TAS DE TERRES Pour la conversion du tonnage des terres stockées, un facteur de conversion de 1,6 est utilisé pour le rapport entre la masse et le volume Tas de terres homogènes 1 L échantillonnage d un tas de terre homogène se fait en prélevant des échantillons superficiels mélangés et des échantillons mélangés provenant des forages réalisés dans le tas de terres. Pour les tas inférieurs à 250 m³, un seul échantillon mélangé doit être analysé. Cet échantillon est composé d un mélange d échantillons individuels prélevés de façon uniforme tous les 25 m³ de terres. Lorsque le tas est supérieur à 250 m³, le nombre d échantillons mélangés à analyser est déterminé comme suit: Echantillons mélangés superficiels A = Y / (0,04 x Y ) (arrondir à l'unité supérieure) Dont: A = nombre d échantillons mélangés superficiels à analyser Y = volume (m³) du lot de terres à contrôler. Chaque échantillon mélangé superficiel est constitué de 25 prélèvements de 10 cm³. Ces prélèvements sont prélevés d une telle façon qu ils sont représentatifs du (ou de la partie du) tas de terres excavées. Echantillons mélangés composés sur base des forages au travers du tas A = Y / (0,035 x Y ) (arrondir à l'unité supérieure) Dont: A = nombre d échantillons mélangés à analyser, A = nombre de forages, Y = volume (m³) du lot de terres à contrôler. Les forages au travers du tas de terres excavées sont réalisés d une telle façon que le tas est échantillonné de façon uniforme. 1 On entend par tas de terres homogène, des terres de comblement ou de remblai excavé présentant les mêmes caractéristiques, par exemple provenant d une même couche de sol, qui sont mises en dépôt et qui ne sont pas mélangés avec des terres ou du remblai présentant d autres caractéristiques ou d une meilleure qualité. PAGE 8 SUR 9 CODE DE BONNE PRATIQUE: UTILISATION DES TERRES 01/01/2017

9 Tout le trajet du forage est échantillonné. Au minimum 1 échantillon individuel est prélevé par mètre de forage. Par forage, les échantillons individuels sont mélangés jusqu à obtenir un échantillon mélangé qui est représentatif de l entièreté du forage Autres tas de terres Un échantillon mélangé par 250 m³ de terres excavées doit être pris. les échantillons individuels, destinés à composer ces échantillons mélangés pour l analyse des tas de terres sont prélevés d une telle façon qu ils sont représentatifs du (ou de la partie du) tas de terres excavées. Un échantillon individuel par 25 m³ de terres excavées est pris. Lors de l échantillonnage, des échantillons superficiels et des échantillons constitués par moyen des forages dans le tas sont prélevés. L échantillonnage est réalisé d une telle façon que les échantillons individuels sont pris de façon uniforme sur le tas de terres excavées. PAGE 9 SUR 9 CODE DE BONNE PRATIQUE: UTILISATION DES TERRES 01/01/2017

INVENTAIRE DECHETS 1. GENERALITE 2. DONNEES CONCERNANT LES DECHETS

INVENTAIRE DECHETS 1. GENERALITE 2. DONNEES CONCERNANT LES DECHETS INVENTAIRE DECHETS 1. GENERALITE 1.1. POURQUOI UN FORMULAIRE INVENTAIRE DES DECHETS DE CONSTRUCTION? La démolition et l enlèvement sélectif des matériaux permettent de stimuler le tri des déchets de construction

Plus en détail

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES

11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES 11. OUTILS TECHNIQUES : IDENTIFICATION ET TRAITEMENT DES SOLS POLLUÉS Cette fiche documentée présente les procédures techniques mises en place pour identifier et caractériser les sols pollués ainsi que

Plus en détail

VERS UNE GESTION OPTIMISEE DU BALLAST EN FIN DE VIE

VERS UNE GESTION OPTIMISEE DU BALLAST EN FIN DE VIE VERS UNE GESTION OPTIMISEE DU BALLAST EN FIN DE VIE Journée technique COTITA "Valorisation des matériaux alternatifs en techniques routières», 23 juin 2015 SNCF INFRA Direction de l Ingénierie Division

Plus en détail

La procédure hydrocarbures DPC Benoît VANEETVELD

La procédure hydrocarbures DPC Benoît VANEETVELD Formation continue experts et laboratoires «sols» La procédure hydrocarbures DPC Benoît VANEETVELD Jambes 25 novembre 2014 1 2 But : permettre une réaction rapide face à une pollution accidentelle qui

Plus en détail

SEDIBEX - VEOLIA PROPRETE

SEDIBEX - VEOLIA PROPRETE Sites et sols pollués SEDIBEX - VEOLIA PROPRETE Diagnostic des sols Route Industrielle Portuaire du Havre Sandouville (76) Version 2 du 21 décembre 2007 Affaire 07T184 suivie par : Sandrine GIRARD / Cyril

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CADRE DU SCHEMA DE L'ORGANISATION ET DU SUIVI DE L'ELIMINATION DES DECHETS (SOSED)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CADRE DU SCHEMA DE L'ORGANISATION ET DU SUIVI DE L'ELIMINATION DES DECHETS (SOSED) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CADRE DU SCHEMA DE L'ORGANISATION ET DU SUIVI DE L'ELIMINATION DES DECHETS (SOSED) Maître de l ouvrage VILLE DE CHAMBLY Objet du marché MIS AMENAGEMENTS DE SECURITE DANS DIFFERENTES

Plus en détail

TITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES

TITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES COMMUNE DE JARRIE PLAN D OCCUPATION DES SOLS UB juillet 2000 TITRE II - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX ZONES URBAINES Chapitre 2 - ZONE UB CARACTERE DE LA ZONE : Il s agit d une zone urbaine équipée où la

Plus en détail

P-22V1 DÉFINITION D UNE MÉTHODOLOGIE D ÉCHANTILLONNAGE DES SOLS À EXCAVER

P-22V1 DÉFINITION D UNE MÉTHODOLOGIE D ÉCHANTILLONNAGE DES SOLS À EXCAVER 1. Objet P-22V1 DÉFINITION D UNE MÉTHODOLOGIE D ÉCHANTILLONNAGE DES SOLS À EXCAVER Cette méthode a pour objet de définir les lignes directrices d une méthodologie d échantillonnage des sols en place à

Plus en détail

LES MATERIAUX UTILISÉS LE RECYCLAGE

LES MATERIAUX UTILISÉS LE RECYCLAGE ème Fiche 5 Ressource N 1 LES MATERIAUX UTILISÉS LE RECYCLAGE I - L'ORIGINE ET LA DISPONIBILITE DES MATIERES PREMIERES Les matières premières ont plusieurs origines. Certaines, issues du vivant, sont renouvelables

Plus en détail

Arrête RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement NOR :

Arrête RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement NOR : Arrêté du relatif aux conditions d admission des déchets inertes dans les installations relevant

Plus en détail

Gestion des terres excavées en France et en Belgique. 1 problématique commune 2 modes de gestions différents

Gestion des terres excavées en France et en Belgique. 1 problématique commune 2 modes de gestions différents Gestion des terres excavées en France et en Belgique 1 problématique commune 2 modes de gestions différents France RAPIDE RAPPEL RÈGLEMENTAIRE SUR LE STATUT DES TERRES EXCAVÉES : DÉCHET OU PAS DÉCHET?

Plus en détail

Dans les matériaux réutilisables, nous pouvons différencier ceux d excavation et ceux de démolition.

Dans les matériaux réutilisables, nous pouvons différencier ceux d excavation et ceux de démolition. Page 1 / 6 Rapport technique / Domaine de l environnement Contenu : Revalorisation des déchets inertes Rédaction : Michael Dell Anna, Mathieu Doutaz, Nicolas Rime / Etudiants ETC 3 ème année Date : 15

Plus en détail

Dérogation des seuils chimiques pour la mise en dépôt des déchets inertes Article 10 de l'arrêté du 28/10/2010

Dérogation des seuils chimiques pour la mise en dépôt des déchets inertes Article 10 de l'arrêté du 28/10/2010 Dérogation des seuils chimiques pour la mise en dépôt des déchets inertes Article 10 de l'arrêté du 28/10/2010 Agathe DENOT et Laurent EISENLOHR CETE de Lyon Département Environnement Territoires Climat

Plus en détail

MESURES DE SUIVI : GESTION DE TERRES ET D EAUX SOUTERRAINES POLLUÉES

MESURES DE SUIVI : GESTION DE TERRES ET D EAUX SOUTERRAINES POLLUÉES MESURES DE SUIVI : GESTION DE TERRES ET D EAUX SOUTERRAINES POLLUÉES 1. GENERALITES ET OBJECTIF Le projet de gestion de terres et d eaux souterraines polluées visent exclusivement - les opérations d excavation

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 2009-2010 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique 1-8 avril 2010 Compactage des remblais ÉTUDE DES REMBLAIS ET DÉBLAIS DU TRACÉ D UN PROJET DE DÉVIATION Un

Plus en détail

(Lg ) Seraing - Flémalle

(Lg ) Seraing - Flémalle «COKERIE FLEMALLE» (Lg3102-001) Seraing - Flémalle ETAT DES CONNAISSANCES BILAN APRES L ETUDE DES FAISABILITES 1. INTRODUCTION Le présent document constitue la synthèse des connaissances du site «Cokerie

Plus en détail

Arrêté du [ ] relatif au stockage des déchets d amiante. La ministre de l écologie, du développement durable, des transports et du logement,

Arrêté du [ ] relatif au stockage des déchets d amiante. La ministre de l écologie, du développement durable, des transports et du logement, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du [ ] relatif au stockage des déchets d amiante NOR : [ ] La ministre de l écologie, du développement

Plus en détail

AMÉNAGEMENTS FICHE. Butte antibruit, aménagement extérieur, parcs et jardins. Remblais. Applications. Dénomination Matériaux

AMÉNAGEMENTS FICHE. Butte antibruit, aménagement extérieur, parcs et jardins. Remblais. Applications. Dénomination Matériaux AMÉNAGEMENTS Applications Dénomination Matériaux habituellement utilisés MATÉRIAUX RECOMMANDÉS PAR ECOMAT pour une gestion durable des ressources naturelles FICHE Butte antibruit, aménagement extérieur,

Plus en détail

Les principaux documents de référence relatifs à la réglementation en vigueur sur l assainissement non collectif sont :

Les principaux documents de référence relatifs à la réglementation en vigueur sur l assainissement non collectif sont : DOSSIER SANITAIRE Demande d autorisation pour l installation d un dispositif en assainissement non collectif Par ce présent document le pétitionnaire s engage à respecter les règles techniques de conception

Plus en détail

JOURNÉES EAU ET ENVIRONNEMENT

JOURNÉES EAU ET ENVIRONNEMENT Vers une meilleure gestion des terres excavées polluées : Exemple d un plan de gestion mis en œuvre dans le cadre de la construction d une infrastructure de transport Laurent Eisenlohr, CETE de Lyon, LRL

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE 5. Projets de construction ou de réfection d infrastructures routières ou de projets linéaires. Contexte

FICHE TECHNIQUE 5. Projets de construction ou de réfection d infrastructures routières ou de projets linéaires. Contexte FICHE TECHNIQUE 5 Projets de construction ou de réfection d infrastructures routières ou de projets linéaires Version 2016-10-14 Contexte Le transport routier ne fait pas partie des catégories d activités

Plus en détail

(Ordonnance sur le Livre des aliments pour animaux, OLALA) Modification du 15 mai 2013

(Ordonnance sur le Livre des aliments pour animaux, OLALA) Modification du 15 mai 2013 Ordonnance du DEFR sur la production et la mise en circulation des aliments pour animaux, des additifs destinés à l alimentation animale et des aliments diététiques pour animaux (Ordonnance sur le Livre

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Dispositions constructives pour une toilette sèche à simple fosse ventilée : exemple de dispositif réalisé en Haïti 2.1.

FICHE TECHNIQUE. Dispositions constructives pour une toilette sèche à simple fosse ventilée : exemple de dispositif réalisé en Haïti 2.1. FICHE TECHNIQUE Dispositions constructives pour une toilette sèche à simple fosse ventilée : exemple de dispositif réalisé en Haïti 2.1.2 FIT1 Date de rédaction de la 1 ière version : vendredi 27 avril

Plus en détail

Directive sur les déblais de voie

Directive sur les déblais de voie Directive sur les déblais de voie Planification des travaux d excavation en voie, évaluation et élimination des déblais de voie Septembre 2002 Office fédéral des transports (OFT) en collaboration avec

Plus en détail

LE RECYCLAGE DES MATERIAUX DE CHANTIER. Paulo LOPES MONTEIRO / SPRIR Midi Aquitaine

LE RECYCLAGE DES MATERIAUX DE CHANTIER. Paulo LOPES MONTEIRO / SPRIR Midi Aquitaine LE RECYCLAGE DES MATERIAUX DE CHANTIER Paulo LOPES MONTEIRO / SPRIR Midi Aquitaine Rappel de la législation Loi du 13 juillet 1992 relative à l élimination des déchets : «valoriser les déchets par réemploi,

Plus en détail

Volet C: Assainissement

Volet C: Assainissement > Volet C: Assainissement 1 Volet C: Assainissement - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Plus en détail

Les obligations environnementales liées aux chantiers de construction et rénovation en région de Bruxelles-Capitale

Les obligations environnementales liées aux chantiers de construction et rénovation en région de Bruxelles-Capitale Les obligations environnementales liées aux chantiers de construction et rénovation en région de Bruxelles-Capitale Céline DE SCHRYVER CELLULE ENERGIE-ENVIRONNEMENT SOMMAIRE 1. Autorisations environnementales

Plus en détail

Suite aux questions fréquemment posées, cette Newsletter entend fournir des informations sur les points suivants:

Suite aux questions fréquemment posées, cette Newsletter entend fournir des informations sur les points suivants: Newsletter n 4 Réponses aux questions fréquemment posées Suite aux questions fréquemment posées, cette Newsletter entend fournir des informations sur les points suivants: Délimitation entre le droit des

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE L ENVIRONNEMENT DIRECTIVE CANTONALE DECHETS DE DEMOLITION DES ROUTES

DIRECTION GENERALE DE L ENVIRONNEMENT DIRECTIVE CANTONALE DECHETS DE DEMOLITION DES ROUTES DÉPARTEMENT DU TERRITOIRE ET DE L ENVIRONNEMENT DIRECTION GENERALE DE L ENVIRONNEMENT DGE - GEODE DCPE 874 JUIN 2014 DIRECTIVE CANTONALE DECHETS DE DEMOLITION DES ROUTES Division Géologie, sols et déchets

Plus en détail

Structure pour tranchées étroites sous chaussée

Structure pour tranchées étroites sous chaussée Structure pour tranchées étroites sous chaussée Le remblayage de la tranchée Type tranchée étroite ainsi ue la réfection définitive de la chaussée, seront réalisés conformément aux prescriptions et au

Plus en détail

CHAPITRE IV ZONE NC. NCa : préservation intégrale de l agriculture ; protections vins / AOC / Lirac

CHAPITRE IV ZONE NC. NCa : préservation intégrale de l agriculture ; protections vins / AOC / Lirac CHAPITRE IV ZONE NC Caractère de la zone Zone naturelle à protéger en raison de la valeur économique réservée à l exploitation agricole des sols ; à l intérieur de cette zone est délimité un secteur NCc,

Plus en détail

RSDE 2éme phase Recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans l eau 2 ème phase. 2 ème vague

RSDE 2éme phase Recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans l eau 2 ème phase. 2 ème vague Recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans l eau 2 ème 2 ème vague Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement (DREAL) PACA Réduction des toxiques Une

Plus en détail

Plan de réhabilitation Secteur Turcot et Ouest. Le 19 avril 2011

Plan de réhabilitation Secteur Turcot et Ouest. Le 19 avril 2011 Plan de réhabilitation Secteur Turcot et Ouest Le 19 avril 2011 1 Contexte Bref historique Achat de la cour Turcot en 2003 Secteur dédié aux activités du chantier pendant la période des travaux cour Turcot

Plus en détail

SPÉCIFICATIONS D ACCEPTATION des colis de déchets radioactifs au Centre de l Aube (I.N.B. n 149)

SPÉCIFICATIONS D ACCEPTATION des colis de déchets radioactifs au Centre de l Aube (I.N.B. n 149) SPÉCIFICATIONS D ACCEPTATION des colis de déchets radioactifs au Centre de l Aube (I.N.B. n 149) Spécifications particulières Spécification technique d acceptation des colis de déchets radioactifs conditionnés

Plus en détail

Déclaration de début des travaux pour un dispositif d assainissement non collectif.

Déclaration de début des travaux pour un dispositif d assainissement non collectif. Déclaration de début des travaux pour un dispositif d assainissement non collectif. IMPORTANT Service Public d Assainissement Non Collectif Cette déclaration, dûment complétée, doit être retournée avant

Plus en détail

SECURISATION & DEPOLLUTION DU SITE DE LANGLADE Futur centre d exploitation et de maintenance pour autobus REHABILITATION DU SITE

SECURISATION & DEPOLLUTION DU SITE DE LANGLADE Futur centre d exploitation et de maintenance pour autobus REHABILITATION DU SITE SECURISATION & DEPOLLUTION DU SITE DE LANGLADE Futur centre d exploitation et de maintenance pour autobus REHABILITATION DU SITE PRESENTATION DU 08 FEVRIER 2007 SPPI / ORDIMIP BILAN DES TRAVAUX REALISES

Plus en détail

Guide de réalisation, exploitation, comblement d un forage

Guide de réalisation, exploitation, comblement d un forage Guide de réalisation, exploitation, comblement d un forage Se reporter dans tous les cas à l arrêté modifié du 11 septembre 2003 fixant les prescriptions générales applicables aux sondages, forages, création

Plus en détail

Sortie du statut de déchet

Sortie du statut de déchet Sortie du statut de déchet Xavier APARICIO Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la qualité de l environnement Département politique de gestion des

Plus en détail

Services Industriels de Genève Ch. du Château-Bloch 2, Le Lignon Case postale Genève 2 POLLUTION DU SITE NAPPE EFFECTUEES EN AVRIL 2003

Services Industriels de Genève Ch. du Château-Bloch 2, Le Lignon Case postale Genève 2 POLLUTION DU SITE NAPPE EFFECTUEES EN AVRIL 2003 Services Industriels de Genève Ch. du Château-Bloch 2, Le Lignon Case postale 2777 1211 Genève 2 Ancien site des Services Industriels de Genève de la Jonction INVESTIGATION DE DETAIL RELATIVE A L ETAT

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES CROQUETTES DE POISSON DE MER ET D EAU DOUCE, CRUSTACÉS ET MOLLUSQUES CODEX STAN

NORME CODEX POUR LES CROQUETTES DE POISSON DE MER ET D EAU DOUCE, CRUSTACÉS ET MOLLUSQUES CODEX STAN CODEX STAN 222-2001 Page 1 de 5 NORME CODEX POUR LES CROQUETTES DE POISSON DE MER ET D EAU DOUCE, CRUSTACÉS ET MOLLUSQUES CODEX STAN 222 2001 1. CHAMP D APPLICATION La présente norme s applique aux croquettes

Plus en détail

Publics concernés : préparateurs de combustibles solides de récupération (CSR)

Publics concernés : préparateurs de combustibles solides de récupération (CSR) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable et de l énergie Arrêté du [ ] relatif à la préparation des combustibles solides de récupération en vue de leur utilisation dans des

Plus en détail

COMMUNE DE MONTANA REGLEMENT COMMUNAL RELATIF AU SERVICE DE LA VOIRIE

COMMUNE DE MONTANA REGLEMENT COMMUNAL RELATIF AU SERVICE DE LA VOIRIE COMMUNE DE MONTANA REGLEMENT COMMUNAL RELATIF AU SERVICE DE LA VOIRIE (RAMASSAGE DES ORDURES ET ELIMINATION DES DECHETS) Art. 1 Dispositions générales Le présent règlement définit le mode d élimination

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-COLOMBAN L'AN DEUX MILLE DOUZE RÈGLEMENT NUMÉRO

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-COLOMBAN L'AN DEUX MILLE DOUZE RÈGLEMENT NUMÉRO CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT-COLOMBAN L'AN DEUX MILLE DOUZE RÈGLEMENT NUMÉRO 513-2012 CONCERNANT L INSTALLATION DE TUYAU D ÉGOUT PLUVIAL EN BORDURE DES RUES PUBLIQUES ABROGEANT ET REMPLAÇANT

Plus en détail

Guide de réutilisation hors site des terres excavées, outils et évolutions futures Après-midi d échanges terres excavées BRGM-EPFN

Guide de réutilisation hors site des terres excavées, outils et évolutions futures Après-midi d échanges terres excavées BRGM-EPFN Guide de réutilisation hors site des terres excavées, outils et évolutions futures Après-midi d échanges terres excavées BRGM-EPFN Samuel Coussy 4 février 2015 Sommaire > La démarche générale de réutilisation

Plus en détail

Plan de réhabilitation Secteur Ville-Marie. 28 mai 2013

Plan de réhabilitation Secteur Ville-Marie. 28 mai 2013 Plan de réhabilitation Secteur Ville-Marie 28 mai 2013 Plan de présentation Présentation du Projet Turcot Secteur de réhabilitation Contexte de réhabilitation Caractérisation environnementale Approche

Plus en détail

La valorisation des terres excavées, une démarche de recyclage

La valorisation des terres excavées, une démarche de recyclage La valorisation des terres excavées, une démarche de recyclage Après-midi «Matières premières, terres excavées et matériaux du BTP» P. Balon, C. Blanc, M. Scamps Nancy, le lundi 8 décembre 2014. BRGM /

Plus en détail

Le guide des matériaux de déconstruction du BTP

Le guide des matériaux de déconstruction du BTP Le guide des matériaux de déconstruction du BTP Jeudi 4 juin 2015 Directrice des Affaires Techniques USIRF- Routes de France Une méthode commune : Vérifications géotechnique et environnementale des déchets

Plus en détail

20 septembre Conseil de l'environnement de la Région de Bruxelles-Capitale. Raad voor het Leefmilieu van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest

20 septembre Conseil de l'environnement de la Région de Bruxelles-Capitale. Raad voor het Leefmilieu van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest Conseil de l'environnement de la Région de Bruxelles-Capitale Raad voor het Leefmilieu van het Brussels Hoofdstedelijk Gewest 20.09.02-01fr Avis du Conseil de l Environnement de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Observation des «déchets et du recyclage» du BTP

Observation des «déchets et du recyclage» du BTP 1 Observation des «déchets et du recyclage» du BTP Etude sur les volumes et les flux de déchets et matériaux recyclés du BTP dans l 1 ère commission 7 novembre 2012 Déroulement de la présentation 2 1.

Plus en détail

ANNEXE 4 : REMBLAYAGE DE TRANCHÉES. 0,10 m 0,10 m

ANNEXE 4 : REMBLAYAGE DE TRANCHÉES. 0,10 m 0,10 m : REMBLAYAGE DE TRANCHÉES 0,10 m 0,10 m Couche de roulement Béton bitumineux semi grenu entre 4 et 8 % de vide Couche de chaussée Base et fondation Grave bitume < 9 ou 11 % de vide ou matériaux granulaires

Plus en détail

La valorisation des terres excavées

La valorisation des terres excavées La valorisation des terres excavées Matinée "Matières premières, terres excavées et matériaux du BTP" Céline Blanc c.blanc@brgm.fr BRGM / Direction Eau, Environnement et Ecotechnologies Contexte et problématique

Plus en détail

Dispositif de traitement. pour installations. de plus de 20 Équivalents Habitants. Avis technique nº17/ /1-AA-154

Dispositif de traitement. pour installations. de plus de 20 Équivalents Habitants. Avis technique nº17/ /1-AA-154 SEPTODIFFUSEUR Dispositif de traitement pour installations de plus de 20 Équivalents Habitants 2/1-AA-154 Avis technique nº17/04-154 Les caractéristiques du SEPTODIFFUSEUR ( 2/1-AA-154 Avis technique nº17/04-154

Plus en détail

TAXE GÉNÉRALE SUR LES ACTIVITÉS POLLUANTES (TGAP) DÉCHETS : TAUX 2015

TAXE GÉNÉRALE SUR LES ACTIVITÉS POLLUANTES (TGAP) DÉCHETS : TAUX 2015 N 42 Développement durable n 7 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 17 mars 2015 ISSN 1769-4000 TAXE GÉNÉRALE SUR LES ACTIVITÉS POLLUANTES (TGAP) DÉCHETS : TAUX 2015 L essentiel La Taxe Générale

Plus en détail

les prise(s) d eau et/ou le traitement des eaux souterraines non potabilisables et non destinées à la consommation humaine

les prise(s) d eau et/ou le traitement des eaux souterraines non potabilisables et non destinées à la consommation humaine Arrêté du Gouvernement wallon du 12 février 2009 déterminant les conditions intégrales relatives aux installations pour la ou les prise(s) d eau et/ou le traitement des eaux souterraines potabilisables

Plus en détail

TEXTE consolidé CONSLEG: 1996D /06/2003. produit par le système CONSLEG. de l Office des publications officielles des Communautés européennes

TEXTE consolidé CONSLEG: 1996D /06/2003. produit par le système CONSLEG. de l Office des publications officielles des Communautés européennes FR TEXTE consolidé produit par le système CONSLEG de l Office des publications officielles des Communautés européennes CONSLEG: 1996D0603 12/06/2003 Nombre de pages: 5 < Office des publications officielles

Plus en détail

Ordonnance sur les produits de construction

Ordonnance sur les produits de construction Ordonnance sur les produits de construction (OPCo) du 27 novembre 2000 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 17 de la loi fédérale du 8 octobre 1999 sur les produits de construction (LPCo) 1, en application

Plus en détail

CODEX STAN Page 1 de 6 NORME CODEX POUR LES FRAISES EN CONSERVE CODEX STAN

CODEX STAN Page 1 de 6 NORME CODEX POUR LES FRAISES EN CONSERVE CODEX STAN CODEX STAN 62-1981 Page 1 de 6 1. DESCRIPTION 1.1 Définition du produit NORME CODEX POUR LES FRAISES EN CONSERVE CODEX STAN 62-1981 La dénomination "fraises en conserve" désigne le produit a) préparé à

Plus en détail

MARCHE D'ENTRETIEN DES VOIRIES EXISTANTES

MARCHE D'ENTRETIEN DES VOIRIES EXISTANTES DEVIS TYPE MARCHE ENTRETIEN N Prix Désignation des ouvrages Unité Quantité 1 TRAVAUX PREPARATOIRES 01. 01 INSTALLATIONS DE CHANTIER 01. 01 a Ce prix rénumère : La fourniture, les frais d'installation et

Plus en détail

ATTENDU la présence d une carrière et/ou d une sablière sur le territoire de la municipalité;

ATTENDU la présence d une carrière et/ou d une sablière sur le territoire de la municipalité; CANADA MRC DE PORTNEUF VILLE DE PORTNEUF RÈGLEMENT N O 084 Règlement concernant la constitution d un fonds local réservé à la réfection et à l entretien de certaines voies publiques ATTENDU les articles

Plus en détail

HAUTEURS 10.1, 10.2, 15, 23.1, 24, 26

HAUTEURS 10.1, 10.2, 15, 23.1, 24, 26 MODIFICATIONS PROPOSÉES AUX RÈGLEMENT D URBANISME DE L ARRONDISSEMENT SUD-OUEST (01-280) THÈMES MODIFICATIONS JUSTIFICATIONS ARTICLES DÉFINITIONS - Modifier et ajouter quelques définitions (toit vert,

Plus en détail

Réunion d information Dépôt sauvages de déchets

Réunion d information Dépôt sauvages de déchets Réunion d information Dépôt sauvages de déchets Zoom sur les installations de stockage de déchets inertes Gautier DEROY DRIEE - UT78 Direction Régionale et Interdépartementale de l'environnement et de

Plus en détail

Révision de l OTD Quel a été notre position?

Révision de l OTD Quel a été notre position? Révision de l OTD Quel a été notre position? AG ASR 2015, Zurich-Aéroport Kurt Morgan, KIBAG RE SA Structure OTD Révision totale OFEV Objectifs et principes Sujets Déchets de chantier Décharges Agenda

Plus en détail

Retours d expériences chantiers Christine Leroy Directrice des Affaires Techniques de l USIRF

Retours d expériences chantiers Christine Leroy Directrice des Affaires Techniques de l USIRF Journée technique des acteurs de la route: «Amiante, HAP: du projet au chantier» Mardi 14 octobre 2014 Retours d expériences chantiers Christine Leroy Directrice des Affaires Techniques de l USIRF Amiante

Plus en détail

Fiches d interprétation des arrêtés du 26 août 2013 et du 24 septembre 2013 relatifs aux installations de combustion relevant de la rubrique n 2910

Fiches d interprétation des arrêtés du 26 août 2013 et du 24 septembre 2013 relatifs aux installations de combustion relevant de la rubrique n 2910 Le 3 juillet 2014 Fiches d interprétation des arrêtés du 26 août 2013 et du 24 septembre 2013 relatifs aux installations de combustion relevant de la rubrique n 2910 Demande de révision de la notion de

Plus en détail

EXERCICES DE PHYSIQUE DES SOLS SERIE 1 PROPRIETES PHYSIQUES DES SOLS

EXERCICES DE PHYSIQUE DES SOLS SERIE 1 PROPRIETES PHYSIQUES DES SOLS EXERCICES DE PHYSIQUE DES SOLS SERIE 1 PROPRIETES PHYSIQUES DES SOLS 1) On a réalisé un sondage de reconnaissance 1 dont la coupe est donnée dans la coupe cidessous. A l arrivée des caisses de carottes

Plus en détail

Plan de l exposé. 1. Contexte réglementaire Lois et le Code de l Environnement Responsabilités Les outils : planification des déchets du BTP

Plan de l exposé. 1. Contexte réglementaire Lois et le Code de l Environnement Responsabilités Les outils : planification des déchets du BTP Plan de l exposé 1. Contexte réglementaire Lois et le Code de l Environnement Responsabilités Les outils : planification des déchets du BTP 2. Déchets et filières Déchets produits sur les chantiers Gestion

Plus en détail

Orientations pour remplir les formulaires requis au titre de l article 3 sur le commerce de mercure

Orientations pour remplir les formulaires requis au titre de l article 3 sur le commerce de mercure pour remplir les formulaires requis au titre de l article 3 sur le commerce de mercure Première partie : orientations sur l utilisation des formulaires A à D A. Contexte 1. Les présentes orientations ont

Plus en détail

REGLEMENT DE VOIRIE INTERCOMMUNAL

REGLEMENT DE VOIRIE INTERCOMMUNAL REGLEMENT DE VOIRIE INTERCOMMUNAL Les dispositions du présent règlement de voirie entreront en vigueur le 13 septembre 2013. PREAMBULE Sauf en cas de force majeure (rupture de conduite, ) aucune ouverture

Plus en détail

Journée COTITA «Gestion et valorisation des déchets dans le BTP» Réemploi de terres excavées sur des chantiers d aménagement de ZAC

Journée COTITA «Gestion et valorisation des déchets dans le BTP» Réemploi de terres excavées sur des chantiers d aménagement de ZAC «Gestion et valorisation des déchets dans le BTP» 15.11.2012 Réemploi de terres excavées sur des chantiers d aménagement de ZAC Emmanuel L HUILLIER Groupe RAZEL-BEC Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

ANNEXE 1 : Implantation parcellaire des installations

ANNEXE 1 : Implantation parcellaire des installations ANNEXE 1 : Implantation parcellaire des installations ANNEXE 2 : Parcelles de la bande d'isolement de 200 m ANNEXE 3 : Schéma des installations ANNEXE 4 : Schéma des mesures compensatoires ANNEXE 5 : Procédures

Plus en détail

L utilisation des Agrégats d enrobés en France

L utilisation des Agrégats d enrobés en France L utilisation des Agrégats d enrobés en France Enjeux et aspect techniques DTer Centre-Est Auteur :S Moreira Recyclage des agrégats d enrobés La loi du 13 Juillet 1992, relative à l élimination des déchets,

Plus en détail

Guide opérationnel Valorisation des sédiments de dragage en technique routière

Guide opérationnel Valorisation des sédiments de dragage en technique routière Guide opérationnel Valorisation des sédiments de dragage en technique routière Guide méthodologique élaboré par l école des Mines de Douai dans le cadre de la démarche SEDIMATERIAUX Yannick MAMINDY-PAJANY

Plus en détail

Guide pratique. Amélioration des sols pour le remblayage des tranchées d égouts et l enrobage des tuyaux. de recherches routières

Guide pratique. Amélioration des sols pour le remblayage des tranchées d égouts et l enrobage des tuyaux. de recherches routières 1 Centre de recherches routières Guide pratique Amélioration des sols pour le remblayage des tranchées d égouts et l enrobage des tuyaux Complément au Code de bonne pratique R 74/04 * Table des matières

Plus en détail

Guide opérationnel Valorisation des sédiments de dragage dans l aménagement paysager

Guide opérationnel Valorisation des sédiments de dragage dans l aménagement paysager Guide opérationnel Valorisation des sédiments de dragage dans l aménagement paysager Guide méthodologique élaboré par l école des Mines de Douai dans le cadre de la démarche SEDIMATERIAUX Yannick MAMINDY-PAJANY

Plus en détail

ASSAINISSEMENT COLLECTIF

ASSAINISSEMENT COLLECTIF MAIRIE D ALEX Place de l'eglise - 74290 ALEX Tél. : 04 50 02 87 05 Fax. : 04 50 02 83 52 E-mail : mairie74@alex-village.com ou accueil@alex-village.com ASSAINISSEMENT COLLECTIF Guide pour la réalisation

Plus en détail

SOSED SCHEMA D ORGANISATION ET DE SUIVI DE L ELIMINATION DES DECHETS DE CHANTIER

SOSED SCHEMA D ORGANISATION ET DE SUIVI DE L ELIMINATION DES DECHETS DE CHANTIER SOSED SCHEMA D ORGANISATION ET DE SUIVI DE L ELIMINATION DES DECHETS DE CHANTIER Délivré par SITA Sud ouest à la société SARL SUD OUEST MONTAGNE 1 chemin de Clémentiade 47 310 LAPLUME Juillet 2008 SCHEMA

Plus en détail

La mise en décharge des déchets inertes

La mise en décharge des déchets inertes La mise en décharge des déchets inertes Nouvelles conditions 1999 Service de l environnement (SEN) Quoi, on ne peut plus enfouir les matériaux inertes dans n importe quel trou? Eh bien non!... La mise

Plus en détail

TECHNIQUE DE DEPOLLUTION DES SOLS

TECHNIQUE DE DEPOLLUTION DES SOLS TECHNIQUE DE DEPOLLUTION DES SOLS CLASSIFICATION DES TECHNIQUES Biologiques Thermique Physico-chimique + Acceptation sociale + Techniques «douces» - Délais de traitement longs - Spectre de polluants restreint

Plus en détail

CHAPITRE IV - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES Ui

CHAPITRE IV - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES Ui 33 CHAPITRE IV - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES Ui NATURE DE L'OCCUPATION ET DE L'UTILISATION DU SOL La zone Ui est destinée aux activités professionnelles, industrielles, commerciales et artisanales de

Plus en détail

Etude de la norme «bétons» ( norme NF EN )

Etude de la norme «bétons» ( norme NF EN ) Etude de la norme «bétons» ( norme NF EN 206-1 ) 1 Domaine d application de la norme NF EN 206-1 - Cette norme s'applique aux bétons destinés aux structures coulées en place, aux structures préfabriquées,

Plus en détail

portant adhésion du canton de Fribourg à l accord intercantonal harmonisant la terminologie dans le domaine des constructions

portant adhésion du canton de Fribourg à l accord intercantonal harmonisant la terminologie dans le domaine des constructions Loi du 2 septembre 2008 Entrée en vigueur : immédiate portant adhésion du canton de Fribourg à l accord intercantonal harmonisant la terminologie dans le domaine des constructions Le Grand Conseil du canton

Plus en détail

E 7329 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE Le 21 mai 2012 Le 21 mai 2012

E 7329 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE Le 21 mai 2012 Le 21 mai 2012 E 7329 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat Le 21 mai 2012 Le 21 mai 2012

Plus en détail

Décret du 5 novembre 1996 relatif à l agrément des rhums bénéficiant d une appellation d origine contrôlée

Décret du 5 novembre 1996 relatif à l agrément des rhums bénéficiant d une appellation d origine contrôlée J.O n 261 du 8 novembre 1996 page 16359 texte n TEXTES GENERAUX MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Décret du 5 novembre 1996 relatif à l agrément des rhums bénéficiant d une appellation d origine

Plus en détail

Voie Romaine F Maizières-lès-Metz Tél : +33 (0) Fax : +33 (

Voie Romaine F Maizières-lès-Metz Tél : +33 (0) Fax : +33 ( Voie Romaine F-57280 Maizières-lès-Metz Tél : +33 (0)3 87 51 11 11 Fax : +33 (0 3 87 51 10 58 DE CLASSEMENT n EFR-14-003307 Résistance au feu des éléments de construction selon l'arrêté modifié du 22 mars

Plus en détail

LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE CE QUI SUIT :

LE CONSEIL MUNICIPAL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : RÈGLEMENT NUMÉRO 300-2007 CONCERNANT LA TARIFICATION DES MATIÈRES RÉSIDUELLES AU LIEU D ENFOUISSEMENT ATTENDU QUE la Ville de Matagami opère son propre site d enfouissement de matières résiduelles; ATTENDU

Plus en détail

TRAVAUX DE REFECTION DE LA VOIRIE COMMUNALE PAR ENROBES OU ENDUITS

TRAVAUX DE REFECTION DE LA VOIRIE COMMUNALE PAR ENROBES OU ENDUITS MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d'ouvrage MAIRIE DE LAPOUTROIE 39 Rue du Général Dufieux 68650 LAPOUTROIE Marché suivi par Services Techniques MAIRIE DE LAPOUTROIE

Plus en détail

AUDIT DES BATIMENTS AVANT DEMOLITION TOTALE OU PARTIELLE 1/8 A remplir par l auditeur, à fournir à la maîtrise d ouvrage (joint à l appel d offres).

AUDIT DES BATIMENTS AVANT DEMOLITION TOTALE OU PARTIELLE 1/8 A remplir par l auditeur, à fournir à la maîtrise d ouvrage (joint à l appel d offres). AUDIT DES BATIMENTS AVANT TOTALE OU PARTIELLE 1/8 A remplir par l auditeur, à fournir à la maîtrise d ouvrage (joint à l appel d offres). 1 - Identité du maître d'ouvrage DONNEES GENERALES Nom... Adresse...

Plus en détail

Comment se réalise l assainissement autonome?

Comment se réalise l assainissement autonome? L assainissement des eaux usées consiste à traiter les eaux en vue de les retourner à l environnement sans danger pour la santé publique et l environnement. L assainissement est qualifié d autonome lorsqu

Plus en détail

Mise en œuvre en zones sismiques des revêtements extérieurs en bois couverts par le DTU 41.2

Mise en œuvre en zones sismiques des revêtements extérieurs en bois couverts par le DTU 41.2 Mise en œuvre en zones sismiques des revêtements extérieurs en bois couverts par le DTU 41.2 1. PREAMBULE La nouvelle réglementation sismique a été mise en place le 22 octobre 2010 au travers des textes

Plus en détail

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain,

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain, Préfecture de l'ain Direction de la réglementation et des libertés publiques Bureau des réglementations Références : ACM PREFET DE L'AIN Arrêté préfectoral fixant des prescriptions complémentaires à l

Plus en détail

PORT DE BAYONNE. Suivi des sédiments portuaires dans le cadre des dragages d entretien. S3PI du 14/05/09. S3PI du 14/05/09

PORT DE BAYONNE. Suivi des sédiments portuaires dans le cadre des dragages d entretien. S3PI du 14/05/09. S3PI du 14/05/09 PORT DE BAYONNE Suivi des sédiments portuaires dans le cadre des dragages d entretien S3PI du 14/05/09 S3PI du 14/05/09 Suivi des sédiments portuaires dans le cadre des dragages d entretien 1 Présentation

Plus en détail

Prise en compte du développement durable Marchés de construction et d entretien de chaussée Cas des matériaux bitumineux

Prise en compte du développement durable Marchés de construction et d entretien de chaussée Cas des matériaux bitumineux Prise en compte du développement durable Marchés de construction et d entretien de chaussée Cas des matériaux bitumineux L EXPERIENCE DU CONSEIL GENERAL DE LA SARTHE www.sarthe.com 1 Les principes «Il

Plus en détail

NOTIONS ET METHODES DE MESURE

NOTIONS ET METHODES DE MESURE ANNEXE 1 NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrain de référence Le terrain de référence équivaut au terrain naturel. S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais

Plus en détail

RÉGLEMENTATION DÉCHETS&&POLLUANTS DECHETS DÉCHETS D ÉQUIPEMENTS ÉLECTRIQUES ET ÉLECTRONIQUES (D3E) NOTRE SAVOIR-FAIRE ANALYTIQUE NOS ÉQUIPEMENTS

RÉGLEMENTATION DÉCHETS&&POLLUANTS DECHETS DÉCHETS D ÉQUIPEMENTS ÉLECTRIQUES ET ÉLECTRONIQUES (D3E) NOTRE SAVOIR-FAIRE ANALYTIQUE NOS ÉQUIPEMENTS && D ÉQUIPEMENTS ÉLECTRIQUES ET ÉLECTRONIQUES (D3E) DECHETS Décret n 2012-617 du 2 mai 2012 relatif à la gestion des déchets de piles et accumulateurs et équipements électriques et électroniques. Analyse

Plus en détail

Note d information relative aux déchets inertes en Haute-Saône

Note d information relative aux déchets inertes en Haute-Saône PRÉFET DE LA HAUTE-SAÔNE Direction départementale des territoires Vesoul, le 18 février 2015 Service environnement risques Cellule crise risques et déchets Note d information relative aux déchets inertes

Plus en détail

RADIOACTIVITÉ DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION EN RHÔNE-ALPES

RADIOACTIVITÉ DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION EN RHÔNE-ALPES RADIOACTIVITE DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION RADIOACTIVITÉ DE MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION EN RHÔNE-ALPES Avec le soutien financier de la Région Rhône-Alpes, le laboratoire de la CRIIRAD a conduit une étude

Plus en détail

Le cadre légal pour la qualité de l eau distribuée par réseau en Région de Bruxelles-Capitale

Le cadre légal pour la qualité de l eau distribuée par réseau en Région de Bruxelles-Capitale Le cadre légal pour la qualité de l eau distribuée par réseau en Région de Bruxelles-Capitale La Directive européenne 98/83/CE du Conseil relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine,

Plus en détail

Confinement d une zone polluée par une paroi étanche en sol bentonite 1. Séance Grands Travaux. titre du masque

Confinement d une zone polluée par une paroi étanche en sol bentonite 1. Séance Grands Travaux. titre du masque Confinement d une zone polluée par une paroi étanche en sol bentonite 1 Réunion technique du C.F.M.S. du 6 décembre 2006 Séance Grands Travaux Confinement d une zone polluée par une paroi Cliquez pour

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. LE SYSTEME STDB.Therm

FICHE TECHNIQUE. LE SYSTEME STDB.Therm FICHE TECHNIQUE LE SYSTEME STDB.Therm C est un système destiné à l isolation thermique & la protection au feu des sous faces de plancher par application en «fond de coffrage» ou «en rapporter sous dalle».

Plus en détail

CONTRÔLE DU COMPACTAGE DES REMBLAIS AU MOYEN DU PENETROMETRE DYNAMIQUE LEGER TYPE PANDA JANSSENS B., DETHY B., THEYS Fr. CRR

CONTRÔLE DU COMPACTAGE DES REMBLAIS AU MOYEN DU PENETROMETRE DYNAMIQUE LEGER TYPE PANDA JANSSENS B., DETHY B., THEYS Fr. CRR CONTRÔLE DU COMPACTAGE DES REMBLAIS AU MOYEN DU PENETROMETRE DYNAMIQUE LEGER TYPE PANDA JANSSENS B., DETHY B., THEYS Fr. CRR 12 septembre 2013 WELTER Ph., JASPAR G. SPW-Division de la Géotechnique Introduction

Plus en détail