RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE"

Transcription

1 RAPPORT ANNUEL 2010 SUR LA POLITIQUE DE REMUNERATION DE LA SOCIETE EUROLAND FINANCE Préambule Le présent document a été établi en application des articles 43.1 et 43.2 du règlement n relatif au contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement, tel qu amendé par l arrêté du 13 décembre 2010 modifiant diverses dispositions réglementaires relatives au contrôle des rémunérations des personnels exerçant des activités susceptibles d avoir une incidence sur le profil de risque des établissements de crédit et entreprises d investissement.. Art Chaque année, les entreprises assujetties élaborent un rapport transmis à l Autorité de contrôle prudentiel présentant les informations suivantes relatives à la politique et aux pratiques de rémunération des membres de l organe exécutif ainsi que des personnes dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de l entreprise : 1. Le processus décisionnel mis en oeuvre pour définir la politique de rémunération de l entreprise, y compris la composition et le mandat du comité spécialisé en matière de rémunérations ainsi, le cas échéant, que l identité des consultants externes dont les services ont été utilisés pour définir la politique de rémunération ; 2. Les principales caractéristiques de la politique de rémunération, notamment les critères utilisés pour mesurer les performances et ajuster la rémunération au risque, le lien entre rémunération et performance, la politique en matière d étalement des rémunérations et de rémunérations garanties, ainsi que les critères utilisés pour déterminer la proportion des montants en espèces par rapport à d autres formes de rémunération ; 3. Des informations quantitatives consolidées sur la rémunération, d une part, des membres de l organe exécutif ainsi que, d autre part, des personnes dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de l entreprise, en indiquant pour chacune de ces deux catégories : a) Les montants des rémunérations correspondant à l exercice, répartis entre part fixe et part variable, et le nombre de bénéficiaires. Cette information est également communiquée par domaine d activité ; b) Les montants et la forme des rémunérations variables, répartis entre paiements en espèces, en actions et titres adossés à des actions, et autres ; c) Les montants des encours de rémunérations différées, réparties entre rémunérations acquises et non acquises ; d) Les montants des encours de rémunérations différées attribués au cours de l exercice, versés ou réduits, après ajustements en fonction des résultats ; e) Les paiements au titre de nouvelles embauches ou d indemnités de licenciement effectués au cours de l exercice, et le nombre de bénéficiaires de tels paiements ; f) Les garanties d indemnités de licenciement accordées au cours de l exercice, le nombre de bénéficiaires et la somme la plus élevée accordée à ce titre à un seul bénéficiaire. Art Les entreprises assujetties publient une fois par an les informations mentionnées aux 1 à 3 de l article 43-1, d une manière et dans une mesure qui est adaptée à leur taille et à leur organisation interne ainsi qu à la nature, la portée et la complexité de leurs activités.[ ] EUROLAND FINANCE, entreprise adhérente de l AMAFI, met en œuvre la norme professionnelle de l AMAFI prise en application du règlement CRBF n 97-02, de façon adaptée à la taille de l entreprise. En particulier, il n existe pas de comité des rémunérations au sein du Conseil d administration, qui assume donc collectivement les missions dévolues à ce comité en application de la norme AMAFI.

2 I. Rappel des agréments et des activités exercées EUROLAND FINANCE est agréée comme entreprise d investissement et habilitée à offrir les services suivants : la réception, transmission d ordres pour le compte de tiers ; l'exécution d ordres pour le compte de tiers ; la négociation pour compte propre, et ; le conseil en investissement ; le placement non garanti. EUROLAND FINANCE fournit en outre un certain nombre de services connexes, et plus particulièrement : La fourniture de conseil aux entreprises en matière de structure de capital, de stratégie industrielle et de questions connexes ainsi que la fourniture de conseil et de services en matière de fusions et de rachat d'entreprises ; La recherche en investissements et l'analyse financière ou toute autre forme de recommandation générale concernant les transactions sur instruments financiers. EUROLAND FINANCE est membre d Euronext Paris. EUROLAND FINANCE dispose du statut d'apporteur de liquidité sur ALTERNEXT. L exercice par EUROLAND FINANCE du service de négociation pour compte propre s entend dans le cadre de l activité de teneur de marché ou d'apporteur de liquidité de certaines valeurs cotées sur ALTERNEXT, pour lesquelles EUROLAND FINANCE ne sera pas Listing Sponsor et uniquement pour un volume limité à 10% des fonds propres de la société. Néanmoins EUROLAND FINANCE, bien qu agréée, n entend pas exercer cette activité pour compte propre. Les activités réglementées d EUROLAND FINANCE s articulent autour de trois axes distincts : - L intermédiation sur les valeurs mobilières françaises et européennes pour le compte d'une clientèle privée et institutionnelle ; - L intermédiation sur les futures et options sur les marchés français et étrangers (américain notamment) avec une clientèle exclusivement constituée d institutionnels ; - Le service de négociation et d exécution d ordre pour une clientèle privée et institutionnelle. EUROLAND FINANCE tire la majeure partie de ses revenus de son activité dans les domaines de l'ingénierie financière. Ces activités sont essentiellement orientées vers les petites valeurs cotées, ce qui permet à EUROLAND FINANCE d entretenir avec ces sociétés une relation globale, la conduisant à leur proposer des

3 services tels que l assistance à des introductions en bourse, à des placements privés, à des fusions et acquisitions ou encore à des animations et promotions de titres. L activité d intermédiation tant sur valeurs mobilières françaises et européennes que sur les futures et options ne représente qu une part non significative du chiffre d affaires d EUROLAND FINANCE. II. La gouvernance au sein d EUROLAND FINANCE en matière de rémunération La politique de rémunération est définie par la Direction Générale, sur proposition du responsable des fonctions administratives et du contrôle interne. Elle est validée par le Conseil d Administration. Compte tenu de la taille de la Société, des activités exercées et du nombre de salariés exposés aux dispositions règlementaires relatives au contrôle des rémunérations des personnels exerçant des activités susceptibles d avoir une incidence sur le profil de risque des établissements de crédit et entreprises d investissement, la présente politique de rémunération ne s appuie pas sur des analyses ou des enquêtes de rémunérations. 2.1 Révision de la politique de rémunération par le Conseil d Administration Le Conseil d Administration, sur avis de la Direction Générale, revoit et arrête les principes de la politique de rémunération applicables au sein d EUROLAND FINANCE, notamment en ce qui concerne les professionnels des marchés financiers, et fixe la rémunération des mandataires sociaux. Il s assure que les dispositifs de contrôle interne permettent de vérifier que ces principes sont conformes à la réglementation et aux normes professionnelles et sont en adéquation avec les objectifs de maîtrise des risques. La Direction Générale (i) propose au Conseil les principes de la politique de rémunération des mandataires sociaux, et notamment les critères de détermination, la structure et le montant de cette rémunération, y compris les avantages en nature, de prévoyance et de retraite, (ii) revoit les budgets proposés au titre des augmentations de salaire fixe et des rémunérations variables, (iii) propose au Conseil la politique d'attribution d instruments à long terme (options et actions) destinée à fidéliser les collaborateurs clés, et les conditions de performance permettant leur attribution, (iv) prépare les décisions du Conseil relatives à l épargne salariale le cas échéant. La Direction Générale d EUROLAND FINANCE est composée de deux membres, Marc Fiorentino, Président Directeur Général, et Yves-Alain Thomas, Directeur Général Adjoint et, depuis avrill 2011, en charge de la Direction des risques et du contrôle interne.

4 Le Conseil d Administration est composé de quatre membres dont deux administrateurs indépendants, qui ne sont ni mandataire social, ni lié à l'entreprise ou l'une de ses filiales par un contrat de travail, ni membre du Comité d audit, de contrôle interne et des risques. Il est renforcé par la présence du RCSI qui assure le lien avec la filière risques. - Marc Fiorentino, Président du Conseil d Administration d EUROLAND FINANCE - Cyril Temin, Responsable de l Origination d EUROLAND FINANCE - Gilda Privat de Fressenel, Administrateur Indépendant - Christophe Lalo, Administrateur Indépendant. 2.2 le rôle du Conseil d Administration Le rôle du Conseil d Administration en matière de rémunération est d assurer que la politique de rémunération d EUROLAND FINANCE ne conduise pas à une prise de risques excessive. Le Conseil d Administration s assure auprès de la Direction générale que la mise en œuvre de la politique de rémunération est cohérente avec les principes et dispositions de la norme AMAFI (structure, modalités de paiement, conditions de performance) et que le rapport qui lui est fait est conforme aux dispositions du règlement Il s assure que la concertation prévue par la norme AMAFI entre, d une part, la Direction des Risques et du contrôle interne, indépendante des directions opérationnelles, et, d autre part, la Direction Générale pour la définition et la mise en oeuvre de cette politique de rémunération a bien. Il revoit les montants individuels de rémunération des salariés «professionnels de marché» clés. Il reçoit toute information nécessaire à sa mission et notamment tout élément reçu ou fourni aux régulateurs et en particulier à l Autorité de contrôle prudentiel. Il s appuie en tant que de besoin sur les services de contrôle interne ou des experts extérieurs pour la revue de la mise en œuvre de cette politique. Lors d une réunion du Conseil, il fait part à la Direction Générale de ses remarques et lui soumet son avis sur le dispositif de rémunération des professionnels des marchés financiers, qui est approuvé ensuite par le Conseil. 2.3 Processus structuré des rémunérations au sein d EUROLAND FINANCE La Direction générale a défini un processus annuel de révision des situations individuelles (salaire fixe, le cas échéant, rémunération variable et intéressement long terme), coordonné et documenté par le responsable des fonctions administratives et du contrôle interne.

5 Le détail du calcul des enveloppes de rémunération fixe, variable ou discrétionnaire est formalisé par la Direction Générale, qui le revoit annuellement après les entretiens individuels avec chaque salarié. Le processus décisionnel comporte différentes étapes de validation au niveau des Responsable Métiers, de la Direction des risques et du contrôle interne et de la Direction générale et enfin du Conseil d Administration pour les mandataires sociaux et salariés «professionnels des marchés financiers». En outre, la Direction Générale s assure que le montant total des rémunérations n est pas susceptible d impacter de façon déraisonnée les fonds propres d EUROLAND FINANCE. Ces validations portent tant sur la politique et les budgets que sur les allocations individuelles, la Direction des risques et du contrôle interne assurant la cohérence et la documentation des étapes de validation. 2.4 Le rôle des fonctions de contrôle au sein d EUROLAND FINANCE La Direction des Risques et du contrôle interne est impliquée dans le processus de revue des rémunérations variables de la population régulée. Depuis 2010, en conformité avec les nouvelles règles concernant les politiques et pratiques des banques en matière de rémunération issues de la directive européenne 2010/76/UE du 24 novembre 2010 (directive dite «CRD III»), son périmètre d intervention porte sur l ensemble des catégories de personnel dont les activités ont une incidence significative sur le profil de risque d EUROLAND FINANCE. La Direction des risques et du contrôle interne contribue à documenter le processus décisionnel par l établissement d une cartographie des risques par activité et de rapports annuels d évaluation, respectivement sur la gestion des risques et le respect des règles de déontologie, et contribue à l identification des populations visées par les nouvelles règles. L indépendance de ces fonctions de contrôle est garantie par un rattachement hiérarchique direct à la Direction Générale. En outre, comme toutes les fonctions support, ces fonctions sont rétribuées sur des enveloppes de rémunération discrétionnaire déterminées sur la réalisation d objectifs propres à leur fonction et la performance globale de la Société, indépendamment des résultats des activités qu elles contrôlent. Ce processus permet d assurer l indépendance et l objectivité des décisions prises en matière de rémunération. Ce processus organisationnel permet d assurer l indépendance et l objectivité des décisions prises en matière de rémunération. Le processus fait l objet d une revue a posteriori par le contrôle périodique.

6 III. La politique au sein d EUROLAND FINANCE en matière de rémunération La politique de rémunération d EUROLAND FINANCE vise à faire de la rémunération un des leviers efficaces d attraction et de fidélisation des collaborateurs contribuant à la réussite de l entreprise. Cette politique suit les principes définis par le régulateur et détaillés dans la norme AMAFI et respecte les législations sociales, juridiques et fiscales. 3.1 La politique de rémunération des salariés Elle permet de motiver les salariés à l atteinte des objectifs de l entreprise. Elle prend différentes formes selon les métiers, au delà du salaire fixe avec des éléments variables et/ou discrétionnaires. Elle est cohérente avec la logique de la politique sociale menée de l'entreprise. communauté d'intérêts entre l'entreprise et ses salariés, reconnaissance de la performance collective, nécessité de l'effort collectif indispensable au développement ou au maintien de la compétitivité, etc. L attribution des éléments de rémunération variable et/ou discrétionnaire n est pas contractuelle, elle est fonction de la performance individuelle et collective et est révisable annuellement. Elle prend également en compte le contexte économique, social et concurrentiel. Les allocations individuelles des parts variables et/ou discrétionnaires des salariés d EUROLAND FINANCE sont corrélées à une évaluation individuelle annuelle formalisée qui prend en compte la réalisation d objectifs quantitatifs et qualitatifs. Il n existe donc pas de lien direct et automatique entre le niveau des résultats financiers d un salarié et son niveau de rémunération variable dans la mesure où un salarié est évalué globalement, y compris sur la manière dont ses résultats ont été atteints. Les objectifs sont précisément identifiés et que leur réalisation est observable au travers d indicateurs connus du salarié. Les critères sont les plus proches possibles d'éléments significatifs portants sur les résultats et sur lesquels l'activité des salariés a un impact. objectivement mesurable, compréhensible par tous, sans inertie, dans l'axe stratégique. Ainsi, le niveau de la rémunération est individualisé, liée à l activité professionnelle, adaptée au contenu du poste et fonction :

7 - des qualités professionnelles du salarié, évaluée sur les connaissances et l efficacité professionnelles, l esprit d équipe et le travail en groupe ; - de l ancienneté du salarié dans l entreprise ; - des résultats de l activité dans laquelle exerce le salarié ; - de la performance individuelle, évaluée sur la base d objectifs annuels qualitatifs et quantitatifs; - de la manière dont ce niveau de performance a été atteint : gestion prudentielle des risques (dont risques de marché, risques de contrepartie et risques opérationnels), respect des règles de déontologie et qualité de la collaboration en interne. La rémunération des salariés d EUROLAND FINANCE est complétée éventuellement par un dispositif d intéressement à long terme sous la forme d attribution d actions gratuites. 3.2 Le périmètre de la population des salariés «professionnels des marchés financiers» Conformément aux nouvelles dispositions du règlement 97-02, le périmètre de salariés soumis à une réglementation spécifique a été élargi pour couvrir, outre les professionnels des marchés financiers comme en 2009, l ensemble des personnels dont les activités professionnelles ont potentiellement une incidence significative sur le profil de risque d EUROLAND FINANCE. Ainsi, 9 personnes sont comprises dans le périmètre «professionnels des marchés financiers» en 2010 contre 2 en La méthodologie retenue pour déterminer le périmètre de la population régulée a été une approche d identification par activité et par poste, en retenant ceux ayant un impact significatif en terme de risque à l intérieur de ces activités. Ces travaux ont rejoint ceux réalisés depuis 2007 par la Direction des risques et du contrôle dans l élaboration d une cartographie des risques par activité ayant potentiellement un impact significatif sur les résultats d EUROLAND FINANCE. Annuellement le Conseil d administration revoit cette cartographie qui évolue au fil de l eau. A l intérieur de chaque activité identifiée, l impact des postes sur le profil de risque d EUROLAND FINANCE a été évalué par la Direction des risques et du contrôle de façon à définir la population identifiée dans le périmètre de la population des salariés ayant individuellement ou collectivement un impact significatif sur le profil de risques d EUROLAND FINANCE. Outre le périmètre concerné par les dispositions précitées, le périmètre 2010 a été élargi aux deux dirigeants d EUROLAND FINANCE ainsi qu au responsable de la Direction des risques et du contrôle. La liste complète des personnels concernée est présentée au point 4.1 infra.

8 Dans la continuité d une politique engagée depuis plusieurs années, EUROLAND FINANCE a fait évolué son dispositif de rémunération en élargissant la population identifiée, en ayant une approche globale de la rémunération variable qui intègre la rémunération variable immédiate et l intéressement à long terme, en réduisant très fortement voir complètement la part de la rémunération variable contractuelle pour la remplacer par du variable discrétionnaire. Conformément à la réglementation, le Conseil d administration a validé les composantes variables et fixes de la rémunération des salariés concernés. 3.3 La politique de rémunération variable et/ou discrétionnaire des salariés «professionnels des marchés financiers» Les rémunérations variables et/ou discrétionnaires attribuées au titre de l exercice 2010 ont été et seront versées selon les modalités de paiement suivantes : - une partie immédiate contractuelle versée en 2010 et une partie discrétionnaire versée entre juin et septembre 2011 ; - une partie différée investie sous forme d actions gratuites, dont l attribution définitive est soumise à la présence du salarié au terme d une période de 2 ans et, conformément à la réglementation française, à laquelle s ajoute une période de 2 ans d incessibilité, ce qui porte à 4 ans la durée moyenne d indisponibilité de cette rémunération différée. Cette fraction de rémunération variable différée est intégralement soumise au respect de conditions de performance et d ajustement aux risques décrites plus en amont. Ainsi, pour l exercice 2010, les rémunérations variables différées représentent près de 36 % du total des rémunérations variables des salariés «professionnels des marchés financiers», et les rémunérations variables différées sous conditions représentent près de 16% du total des rémunérations variables des salariés «professionnels des marchés financiers». Le cas échéant, si il y avait lieu d appliquer la «taxe bonus» décidée par les gouvernements français et britannique, elle serait déduite de l enveloppe de rémunération variable. L acquisition de la rémunération différée sous conditions est intégralement acquise à la triple condition de présence effective, de performance et de gestion appropriée des risques et des règles déontologiques. Ainsi, la partie variable de performance différée sous forme d attribution gratuite d actions sera versée en juin 2013 dans sa totalité uniquement si le résultat net après impôt d EUROLAND FINANCE de l exercice clos le 31 décembre 2012 est supérieur ou égal à 10% du total des produits ht, à 50% si le résultat net après impôt d EUROLAND FINANCE est compris entre 5% et 10% du total des produits ht et à 25% si le résultat net après impôt d EUROLAND FINANCE est compris entre 0 et 5% du total des produits ht.

9 Par ailleurs, toute prise de risque excessive, toute faute professionnelle ou plus généralement tout comportement jugé inacceptable par la Direction Générale jusqu à juin 2013 peut entraîner une diminution partielle ou totale du versement de la rémunération différée. 3.4 Politique en matière de rémunérations garanties L attribution d une rémunération variable garantie dans le contexte d une embauche est strictement limitée à un an et soumise aux modalités du plan de rémunération différée applicable sur l exercice. 3.5 Conclusion Ainsi, la politique de rémunération mise en place depuis 2008 au sein d EUROLAND FINANCE, respecte les principes édictées depuis le sommet du G20, notamment celles applicables consécutivement à l entrée en vigueur de la directive européenne 2010/76/UE du 24 novembre 2010, mais va plus loin dans les exigences vis-à-vis des professionnels des marchés susceptibles d avoir une incidence significative sur l exposition aux risques de la Société en élargissant la population visée par les dispositions réglementaires, en remplaçant le versement d une rémunération variable «contractuelle» par une rémunération variable «discrétionnaire» et en mettant en place une rémunération variable différée. ***************************************** Fait à Paris, le Monsieur Yves-Alain THOMAS Directeur Général Adjoint

10 IV. Rémunérations attribuées au titre de l exercice 2010 aux membres de l organe exécutif et aux salariés «professionnels des marchés financiers» 4.1 Salariés «professionnels des marchés financiers» Le périmètre des salariés «professionnels des marchés financiers» au titre de l exercice 2010 est constitué de : Département intermédiation financière : - Responsable sales institutionnel, rémunération variable discrétionnaire - Négociateur, rémunération variable discrétionnaire Département Ingénierie financière : - Responsable Origination, rémunération variable contractuelle et discrétionnaire - Responsable Montage, rémunération variable discrétionnaire - Responsable Analyse Financière, rémunération discrétionnaire - Responsable Relations Emetteurs, rémunération variable contractuelle et discrétionnaire Département Risques et Contrôle - RCSI Direction Générale - Président Directeur Général - Directeur Général Délégué

11 Rémunérations attribuées au titre de l'exercice: Nombre de personnes Total rémunération en Keuros Montant total de la part fixe en Keuros Montant total de la part variable acquise en Keuros* *Dont paiement différé en 2010 au titre de l'exercice 2009: 68 Keuros Dont paiement en 2010 au titre de l'exercice 2010: 220 Keuros Dont paiement différé en 2011 au titre de l'exercice 2010: 54 Keuros Variable différé sous conditions en actions gratuites en Keuros Encours de rémunération variables différées sous conditions L'arrêté ministériel et les normes professionnelles ne s'appliquequ'à partir des rémunérations attribuées au titre de l'exercice Montant des rémunérations différées sous conditions en Keuros Au titre de l'exercice 2010 Au titre de l'exercice Rémunérations variables différées versées ou réduites du fait des résultats de l'exercice: L'arrêté ministériel et les normes professionnelles ne s'appliquequ'à partir des rémunérations attribuées au titre de l'exercice Année d'attribution Montant des rémunérations différées versées en Keuros Sommes versées au titre des embauches et des ruptures Montant des réductions effectuées sur les rémunérations Montant des indemnités de licenciement versées et nombre de bénéficiaires Sommes versées en Keuros Nombre bénéficiaires Montants des sommes payées à l'embauche et nombre de Sommes versées Nombre en Keuros bénéficiaires Garanties d'indemnités de licenciement accordées au cours de l'exercice: Aucune garantie d'indemnités de licenciement n'a été accordée au cours de l'exercice 2010.

12 4.2 Mandataires sociaux Le périmètre des mandataires sociaux au titre de l exercice 2010 est constitué de Messieurs Marc Fiorentino et Yves-Alain Thomas. Rémunérations attribuées au titre de l'exercice: Nombre de personnes Total rémunération en Keuros Montant total de la part fixe en Keuros Montant total de la part variable acquise en Keuros* *Dont paiement différé en 2010 au titre de l'exercice 2009: 10 Keuros Dont paiement en 2010 au titre de l'exercice 2010: 8 Keuros Dont paiement différé en 2011 au titre de l'exercice 2010: 10 Keuros Variable différé sous conditions en actions gratuites en Keuros Encours de rémunération variables différées sous conditions L'arrêté ministériel et les normes professionnelles ne s'appliquequ'à partir des rémunérations attribuées au titre de l'exercice Montant des rémunérations différées sous conditions en Keuros Au titre de l'exercice 2010 Au titre de l'exercice Rémunérations variables différées versées ou réduites du fait des résultats de l'exercice: L'arrêté ministériel et les normes professionnelles ne s'appliquequ'à partir des rémunérations attribuées au titre de l'exercice Année d'attribution Montant des rémunérations différées versées en Keuros Sommes versées au titre des embauches et des ruptures Montant des réductions effectuées sur les rémunérations Montant des indemnités de licenciement versées et nombre de bénéficiaires Sommes versées en Keuros Nombre bénéficiaires Montants des sommes payées à l'embauche et nombre de Sommes versées Nombre en Keuros bénéficiaire Garanties d'indemnités de licenciement accordées au cours de l'exercice: Aucune garantie d'indemnités de licenciement n'a été accordée au cours de l'exercice 2010.

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit.

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Politique et pratiques de rémunération des collaborateurs dont les activités

Plus en détail

Politique de Rémunération

Politique de Rémunération Rémunération au titre de l exercice 2011 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de Natixis Le présent document a été établi en application

Plus en détail

Politique de Rémunération

Politique de Rémunération Rémunération au titre de l exercice 2013 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de Natixis Le présent document a été établi en application

Plus en détail

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité.

Ce processus décisionnel ainsi que les principes présentés sont documentés afin d en assurer l auditabilité. REMUNERATION DES PROFESSIONNELS DES MARCHES FINANCIERS 1 - Processus décisionnel mis en œuvre pour définir la politique de rémunération de l'entreprise, y compris la composition et le mandat du comité

Plus en détail

I - Normes de gouvernance de la politique de rémunération de la population régulée

I - Normes de gouvernance de la politique de rémunération de la population régulée MARS 2011 Normes professionnelles concernant la gouvernance et les rémunérations variables des personnels dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque de

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA POLITIQUE ET LES PRATIQUES EN TERMES DE REMUNERATION (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) EXTRAIT DU RAPPORT CONSOLIDE DU GROUPE

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013.

Crédit Agricole CIB. Année 2014. Le présent rapport est établi conformément à l'article 450 du règlement (UE) N 575/2013 du 26 juin 2013. Crédit Agricole CIB Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques rémunération s personnes définies à l article L. 511-71 du co monétaire et financier et en application du règlement délégué (UE)

Plus en détail

1. L incorporation des dispositions de la directive européenne CRDIII

1. L incorporation des dispositions de la directive européenne CRDIII Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques en termes de rémunération (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) 1. L incorporation des dispositions de

Plus en détail

Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit

Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit Le 16 mai 2012 Rapport prévu à l article 43-1 du Règlement 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit Politique et pratiques de rémunération (membres de l organe exécutif et

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Les principes de rémunération du Groupe BNP Paribas et la politique de rémunération des collaborateurs dont les

Les principes de rémunération du Groupe BNP Paribas et la politique de rémunération des collaborateurs dont les Rémunération au titre de l exercice 2011 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien. Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Objet Restaurant Brands International Inc. Compagnie constituée en vertu du droit canadien Charte du comité de rémunération Adoptée le 11 décembre 2014 Le comité de rémunération est créé par le Conseil

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION de LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. RÔLE DU CONSEIL Le rôle du conseil est d assumer la responsabilité

Plus en détail

DANONE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10 FEVRIER 2010 STATUT DES MANDATAIRES SOCIAUX

DANONE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10 FEVRIER 2010 STATUT DES MANDATAIRES SOCIAUX DANONE EXTRAIT DU PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10 FEVRIER 2010 STATUT DES MANDATAIRES SOCIAUX II. STATUT DE MONSIEUR EMMANUEL FABER, DIRECTEUR GENERAL DELEGUE 1. Modification

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Formation du Comité des ressources humaines Un Comité des ressources humaines (le «comité») du conseil d administration (le «conseil»)

Plus en détail

RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2012

RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2012 RAPPORT SUR LES POLITIQUES ET PRATIQUES DE RÉMUNÉRATION 2012 SYNTHESE La politique de rémunération menée par le Groupe a pour objectif de garantir l attraction, l engagement et la fidélisation sur le long

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

1/10. 1 European Banking Authority, Autorité Bancaire Européenne 2 Regulatory Technical Standards

1/10. 1 European Banking Authority, Autorité Bancaire Européenne 2 Regulatory Technical Standards Rémunération au titre de l exercice 2013 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel

Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel Contrôle interne Le nouveau cadre prudentiel ASF Formation 10 février 2015 Sommaire 1. Introduction 2. Focus sur le nouvel arrêté relatif au contrôle interne 3. Les principales mesures de transposition

Plus en détail

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3)

Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) Renseignements sur la rémunération de 2011 et 2012 (conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3) La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

exigences de Bâle II Pilier 3

exigences de Bâle II Pilier 3 Renseignements ents sur la rémunération de 23 et 24 conformément aux exigences de Bâle II Pilier 3 La Banque Laurentienne a préparé la présente publication conformément aux exigences de Bâle II Pilier

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Gouvernance et contrôle interne Table ronde

Gouvernance et contrôle interne Table ronde Gouvernance et contrôle interne Table ronde Conférence ASSFOR 10 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE Le présent règlement intérieur a pour objectif de fixer les modalités d organisation et de fonctionnement du fonds français pour l

Plus en détail

Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière

Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière Sommaire : 1 Avant propos... 2 1.1 Objet de la Charte... 2 1.2 Le cadre règlementaire... 2 2 Organisation du dispositif de contrôle interne...

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du Comité de gestion du risque 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du Comité de gestion du risque 1 1 1. OBJECTIF (1) La principale fonction du Comité de gestion du risque est d aider le conseil d administration à s acquitter de ses responsabilités visant à définir l intérêt de la Banque CIBC à l égard

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE

MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE MESURES D ACCOMPAGNEMENT DE LA MOBILITE EXTERNE : CONGES LONGUE DUREE Les mesures mises en place visent à accompagner les collaborateurs porteurs d un projet professionnel en dehors du groupe CA sa et

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS Direction de l audit interne www.cnrs.fr NE DAI 0 0 00 CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CNRS INTRODUCTION La présente charte définit la mission, le rôle et les responsabilités de la Direction de l audit interne

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES 1. Constitution MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Est constitué un comité du conseil d administration appelé comité des ressources humaines. (art. 13.3) 2. Composition Le comité est composé des

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. COMPOSITION ET QUORUM Le Comité des ressources humaines et de la rémunération (le «Comité») est composé d au moins trois administrateurs,

Plus en détail

Equigest ne perçoit aucune commission en nature (soft-commissions) par les intermédiaires ou contreparties.

Equigest ne perçoit aucune commission en nature (soft-commissions) par les intermédiaires ou contreparties. Descriptif de la société Equigest est une société de gestion de portefeuille indépendante qui a reçu l agrément de la COB le 3 août 1999. La société Equigest a pour objet social la gestion pour compte

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014

www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 www.pwc.com Alerte regulatory Le dispositif de gouvernance et de contrôle interne des établissements bancaires Novembre 2014 En bref L arrêté du 3 novembre 2014 relatif au contrôle interne des entreprises

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Résolutions à titre ordinaire

Résolutions à titre ordinaire COFACE SA CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 FEVRIER 2015 Rapport du Conseil d administration sur les résolutions présentées à l Assemblée Générale Mixte Le rapport a pour objet de présenter les résolutions

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL Nom du Document : EPARGNE SALARIALE Page : 1/7 EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos 31 décembre 2010 Etabli en application de l article R823-21 du Code de Commerce 1 Présentation du cabinet 1.1 Description du cabinet Monsieur Laurent ARROUASSE exerce

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de contrôle interne

Plus en détail

UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE. Société Anonyme au capital de 15 465 346,96 Siège Social : 32 avenue d Iéna 75116 PARIS 473 801 330 R.C.S.

UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE. Société Anonyme au capital de 15 465 346,96 Siège Social : 32 avenue d Iéna 75116 PARIS 473 801 330 R.C.S. UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE Société Anonyme capital de 15 465 346,96 Siège Social : 32 avenue d Iéna 75116 PARIS 473 801 330 R.C.S. PARIS Descriptif du programme de rachat d actions torisé par l

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

Les missions de l expert-comptable

Les missions de l expert-comptable Les modalités d exercice de la profession 85 Les missions de l expert-comptable Missions comptables Missions d assurance sur les comptes complets historiques Audit d états financiers contractuel Examen

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) Charte du Comité Audit et Risque (CAR) du Conseil d administration de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV) 1. CADRE ET PRINCIPES GÉNÉRAUX Le Comité Audit et Risque (CAR) de la Banque Cantonale Vaudoise (BCV)

Plus en détail

Réponses aux questions fréquemment posées

Réponses aux questions fréquemment posées Le 6 avril 2012 Contribution pour frais de contrôle due par les courtiers en assurance ou réassurance et les intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement au titre de l année 2012 Réponses

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Avril 2013 POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Conformément aux règles des directives 2004/39/CE du 21 avril 2004 et 2006/73CE du 10 août 2006 transposées dans les articles 313-18 à 313-28 du

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

1. But et objectifs généraux

1. But et objectifs généraux IAMGOLD CORPORATION COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE CHARTE 1. But et objectifs généraux Le comité de nomination et de gouvernance d'entreprise (le Comité) du conseil d'administration

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE Mesdames, Messieurs les actionnaires, En application des dispositions de l article L. 225-37, alinéa 6, du Code de commerce,

Plus en détail

3.3 Charte du comité des ressources humaines

3.3 Charte du comité des ressources humaines 3.3 Charte du comité des ressources humaines AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes fondamentaux du Groupe CGI inc. énonce les principes fondamentaux de la présente

Plus en détail

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL

TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL 8 TITRE III : REPRÉSENTANTS DU PERSONNEL Article III.1. - Préparation des élections Les organisations syndicales représentatives dans l'établissement sont invitées

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS Entre la Direction Générale de la société Herakles, représentée par Philippe BOULAN, en sa qualité de Directeur des Ressources Humaines, D une part, Et les organisations

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

Fiduciaire de Révision Alpha Audit. Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement

Fiduciaire de Révision Alpha Audit. Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement Fiduciaire de Révision Alpha Audit RAPPORT DE TRANSPARENCE 1 Cabinets de commissariat aux comptes 26 rue Victor Schoelcher - BP 31037-68050 MULHOUSE CEDEX 1 Tel : (+33) 03 89 44 55 55 Fax : (+33) 03 89

Plus en détail

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012

Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Délibération n 2012-2 Conseil d administration du 6 mars 2012 Objet : modification du règlement financier de la CNRACL M. Domeizel, Président, rend compte de l exposé suivant : Exposé L article 13-4 du

Plus en détail

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3.1. RELEVANT DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE Approbation des comptes 2014 et affectation du résultat Par le vote

Plus en détail

LA RÉMUNÉRATION DU SALARIÉ. Chapitre 2 : L épargne salariale, un périphérique de rémunération

LA RÉMUNÉRATION DU SALARIÉ. Chapitre 2 : L épargne salariale, un périphérique de rémunération Epargne salariale : système d épargne associant un cadre collectif défini au niveau de l entreprise et une initiative individuelle du salarié ; Système de l épargne salariale constitué de plusieurs dispositifs

Plus en détail

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes

AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes AXIOME AUDIT & STRATEGIE Société de Commissariat aux Comptes RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l article R 823-21 du Code de commerce Exercice clos le 30 juin 2015 Axiome Audit & Stratégie

Plus en détail

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE GESTION DES RISQUES Le comité de gestion des risques (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Société Fiduciaire de Révision Alpha Audit. Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement 1

Société Fiduciaire de Révision Alpha Audit. Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement 1 Société Fiduciaire de Révision Alpha Audit RAPPORT DE TRANSPARENCE Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement 1 Cabinets de commissariat aux comptes 2 avenue de Bruxelles F-68350

Plus en détail